Topic: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Je poste ça ici mais la Chine mériterait un thread à elle toute seule.
C'est un article sur l'épuisement de la main d'oeuvre non qualifiée dans le pays et ses conséquences que j'ai trouvé intéressant.

NYT a écrit:

Defying Global Slump, China Has Labor Shortage

Just a year after laying off millions of factory workers, China is facing an increasingly acute labor shortage.
As American workers struggle with near double-digit unemployment, unskilled factory workers here in China’s industrial heartland are being offered signing bonuses.

Factory wages have risen as much as 20 percent in recent months.

Telemarketers are turning away potential customers because recruiters have fully booked them to cold-call people and offer them jobs.

Some manufacturers, already weeks behind schedule because they can’t find enough workers, are closing down production lines and considering raising prices. Such increases would most likely drive up the prices American consumers pay for all sorts of Chinese-made goods.

Rising wages could also lead to greater inflation in China. In the past, inflation has sown social unrest.

The immediate cause of the shortage is that millions of migrant workers who traveled home for the long lunar New Year earlier this month are not returning to the coast. Thanks to a half-trillion-dollar government stimulus program, jobs are being created in the interior.

But many economists say the recent global downturn also obscured a longer-term trend: China has drained its once vast reserves of unemployed workers in rural areas and is running out of fresh laborers for its factories.

Since China does not release reliable, timely statistics on employment, wages are considered the best barometer of labor shortages. And temp agencies here in Guangzhou raised their rate for factory workers this week to $1.17 an hour, from 95 cents an hour before the new year holiday.

The rate was 80 cents an hour two years ago, before the global financial crisis temporarily depressed wages and demand.

The dearth of returning migrants set off a desperate scramble this week to recruit the workers who did step off long-haul buses and trains returning from the interior.

At a government-run employment center in downtown Guangzhou, employers seeking workers outnumbered job-hunters Thursday afternoon.

Outside, Liang Huoqiao, a 22-year-old plastics worker, joined a small group of men and women studying a 40-foot-wide list of companies seeking workers.

“You can walk into any factory and get a job,” he said.

The official China Daily newspaper said on Thursday that surveys of employers showed that one in 12 migrant workers was not expected to return here to Guangdong Province. Cities farther north along China’s coast are also running low on labor; Wenzhou alone posted a shortage of up to one million workers.

Guangdong provincial officials announced on Wednesday that they were considering increasing the minimum wage, which varies by city and ranges from $113 to $146 a month.

Higher wages could ease labor shortages by prompting factories to reduce their work forces.

But many factories already pay well above the minimum wage. They are wary of further pay increases because it is not certain they can pass the increased costs on to their customers — in particular, strapped importers in the United States and the European Union.

Rising wages suggest the re-emergence of a worker shortage that was becoming evident before the financial crisis. A government survey three years ago of 2,749 villages in 17 provinces found that in 74 percent of them, there was no one left behind who was fit to go work in city factories — the labor pool was dry.

Mass layoffs in late 2008 and early 2009 because of the global financial crisis temporarily masked the developing shortage of industrial workers. But two powerful trends were still working to reduce the supply of young people headed for factories.

For one, the Chinese government has rapidly expanded postsecondary education. Universities and other institutions of higher learning enrolled 6.4 million new students last year, compared to 5.7 million in 2007 and just 2.2 million in 2000.

At the same time, China’s birth rate has been sliding steadily ever since the introduction of the “one child” policy in 1977.

Labor shortages have returned quickly in recent weeks as these long-term trends have collided with a recovery in overseas demand for Chinese goods.

Far more jobs are available these days in China’s interior. Government projects like rail and highway construction have absorbed millions of workers, particularly after Beijing allocated nearly $600 billion to economic stimulus spending in 2009 and 2010. Consumer spending is also rising briskly; auto sales more than doubled last month from a year before, and this has created many jobs in retailing, restaurants, hotels and other inland businesses.

Even before the holiday, companies were struggling to find the employees needed to keep assembly lines running.

At many factories, white-collar managers and engineers were forced to spend time on assembly lines to meet deadlines before the lunar New Year, because laborers were in such short supply. The managers often struggled with the tedious but intricate tasks required to make everything from toys to DVD players

“People working in the office, like me, have been asked to help on the factory floor,” said Sky Niu, the sales manager at the Hengjia Electronics Company in Dongguan. “Of course, we can only help on the simpler tasks, such as packing.”

The labor shortage is not benefiting workers just through higher wages. Personnel managers here say they are also abandoning the informal tradition of not hiring anyone over 35 — they say they are now hiring workers up to 40 years old, and sometimes older, despite concerns about whether they can keep up week after week with the rapid pace of Chinese assembly lines.

It remains to be seen if Chinese factories will learn from their hiring difficulties now and be less quick to lay off workers during the next global downturn.

The current system “is not stable, it’s not healthy,” said Han Dongfang, the director of the China Labor Bulletin, a Hong Kong-based group that advocates collective bargaining.

Though the wage boost increases the prospect of inflation, it may have another more salutary aspect. The Obama administration has been pushing China to let the renminbi rise against the dollar, which would erode some of China’s formidable advantage in export markets. Rising wages in China have the same effect — while also giving Chinese families more spending power.

Letting wages rise benefits workers, said Jing Ulrich, the chairwoman of China equities and commodities at J. P. Morgan. Letting the currency rise benefits currency speculators, she said.

Mr. Liang, the 22-year-old plastics worker, said that he expected his pay to double in the next five years and added that he already had set his priorities.

“For sure, I want to buy a car,” he said. “Car first, then maybe marriage later.”

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Trèfle a écrit:

la Chine mériterait un thread à elle toute seule

Tu peux faire une recherche ou en créer un, RPC pourra poster et ça m'intéresse.

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

--

Last edited by RPC (24-02-2011 03:17:08)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Merci pour ces lumières.
Etant donné que je poste un article tous les 3 ans sur la Chine, je pensais pas être la mieux placée pour ouvrir un thread sur le sujet mais on m'en a gentiment donné la maternité donc pourquoi pas. En revanche, maintenant que c'est mon fil MERCI DE MODIFIER LE TITRE IMMEDIATEMENT, je ne tolérerai pas d'erreurs sur la dénomination exacte de Chine en chinois.

Pour revenir sur l'article, il fait horriblement superficiel après ton intervention. Je l'avais trouvé digne d'intérêt parce-que j'ai l'impression qu'il autorise la comparaison avec la situation économique européenne (sans Italie/Espagne/Portugal) pendant les Trente Glorieuses. Mais comparer les deux n'est peut-être pas pertinent en fait.
Sinon juste une question, t'as parlé des migrations internes, qu'en est-il de l'immigration ? Penses-tu qu'à moyen terme, la Chine va devoir faire face à une arrivée massive de travailleurs pauvres et non qualifiés ? Ou alors la tendance à une amélioration qualitative de leurs produits va se confirmer ?
A l'opposé, va-t-on assister à une fuite des cerveaux comme j'ai l'impression que tu le suggères ?

Bon ça fait pas qu'une question finalement.

Last edited by Trèfle (12-03-2010 00:27:35)

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Merci pour ton analyse, RPC. Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur le décalage entre leur marché de l’emploi et leur système éducatif. Par exemple, quels types d’emploi trouvent ceux qui ont fait des études longues mais qui ne souhaitent pas s’expatrier ? Il me semble que les chinois misent aussi beaucoup sur les études (grosse épargne des parents pour investir sur leurs enfants), n’y a-t-il pas un risque de désillusion ?

(En fait, je m'intéresse à ces questions car je pense que la situation tend à devenir la même en France : il y a beaucoup trop de BAC+5 en comparaison du nombre de postes - qui exigent ce niveau d'étude et qui pourraient leur être proposés - d'où une relégation sociale pour de nombreux diplômés).

Last edited by lehussard (12-03-2010 00:40:21)

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

--

Last edited by RPC (24-02-2011 03:18:21)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

--

Last edited by RPC (24-02-2011 03:19:38)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

--

Last edited by RPC (24-02-2011 03:20:38)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Je trouve ça très clair et intéressant pour comprendre les enjeux. Plus de posts de ce genre, ça serait top!

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

10

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Je plussoie Koba: ça fait vraiment plaisir de lire des posts comme ça sur le forum !

Merci RPC, c'était clair et éclairant sur des enjeux importants pour le Chine.

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

RPC a écrit:
lehussard a écrit:

Merci pour ton analyse, RPC. Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur le décalage entre leur marché de l’emploi et leur système éducatif. Par exemple, quels types d’emploi trouvent ceux qui ont fait des études longues mais qui ne souhaitent pas s’expatrier ? Il me semble que les chinois misent aussi beaucoup sur les études (grosse épargne des parents pour investir sur leurs enfants), n’y a-t-il pas un risque de désillusion ?

(En fait, je m'intéresse à ces questions car je pense que la situation tend à devenir la même en France : il y a beaucoup trop de BAC+5 en comparaison du nombre de postes - qui exigent ce niveau d'étude et qui pourraient leur être proposés - d'où une relégation sociale pour de nombreux diplômés).

Tu soulèves un point qui est à mes yeux le plus important. Je crois très franchement et très nettement que les risques sociaux les plus graves en Chine ne vont pas porter sur les migrants pauvres exploités, ni sur les opposants qui disposent d'une audience trop faible, ni sur le falang gong qui a souffert de la propagande, et encore moins sur les Tibétains, trop gentils pour être efficaces (les Ouighours oui).
Non, le problème va effectivement être une énorme déception du rêve Chinois, avec des parents qui se sont saignés aux quatre veines pour que leur enfant étudie, ce dernier se retrouvant à la fin au chômage. Voir des Chinois exploités sur des chantiers, c'est un signe de croissance du pays qui gagne et qui en veut. Voir des jeunes au chômage, tu déprimes une population.

Question chiffre, c'est assez compliqué et les Chinois communiquent très peu dessus, car le gouvernement a très bien saisi l'enjeu (après discussion avec des hauts responsables et des profs chinois, cela m'a paru clair). Ce que je peux te dire c'est qu'en 2008, environ 7 millions de jeunes sont entrés diplomés sur le marché du travail qui ne pouvait pas du tout les accueillir à la mesure de leur talent. On ne sait pas combien sont au chômage, mais ce qu'on sait, c'est que la croissance des salaires a surtout profité aux travailleurs mûrs, la Chine étant un pays très conservateur sur ce sujet.

Cela signifie que l'écart entre les salaires des jeunes et des moins jeunes à qualification équivalente s'est très probablement creusé (les données sont rares). Pour te donner un ordre d'idées, un jeune ingénieur diplômé de Tsinghua (l'équivalent de Polytechnique) va commencer aux alentours de 500 euros par mois. Un instituteur en ville doit en gagner 350 voire plus en milieu de carrière. Donc l'écart entre les salaires "de base" (une serveuse à Pékin doit être à 250 environ) et les jeunes diplômés est très faible.

Or les prix de l'immobilier ont flambé en Chine, notamment du fait de la bulle de 2007 qui n'a pas dégonflé. Donc les jeunes couples ne peuvent pas s'installer, donc pas faire d'enfants (plus tous les problèmes qui vont avec de cohabitation d'indépendance, etc.). Cela génère des tensions un peu partout, sur le marché matrimonial, du travail, au sein de la famille, problèmes de nuptialité, etc. Ne jamais perdre de vue que la Chine est un pays très traditionnel sur cette question.

A cela il faut rajouter que certaines formations, du fait de la massification de l'enseignement sont complètement bidons (facs privés hors de prix) ce qui rajoute d'autant plus à la frustration d'avoir payé cher pour être sûr de ne rien avoir.

L'enseignement Chinois est complètement bipolaire, avec une poignée de facs très élitistes (malgré la massification, moins de 20% des Chinois font des études sup, et encore, c'est large) et beaucoup de formations type lycée technique voire en dessous. Très peu de Bac +2 et contremaitres, ce qui est un frein très fort au développement d'un tissu industriel de qualité (en gros, soit tu as des ingés soit des ouvriers très peu qualifiés). Cela se comprend aussi par des effets de seuil, le bac étant très difficile, quand tu l'as passé, tu n'as aucun intérêt à t'arrêter à bac +2, tu vas jusqu'à une formation de cadre.

Donc pour toutes ces raisons, effectivement le marché du travail chinois ne matche pas avec son système éducatif, ce qui me semble très dangereux socialement pour les années à venir. L'Etat essaye de résoudre le problème, notamment à court terme via la fonction publique mais est confronté dans le même temps à un dégraissage de mammouth nécessaire d'une administration pléthorique et incompétente

Bref, un casse-tête chinois :-)

Merci pour ta réponse très claire.

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

RPC a écrit:

Tu soulèves un point qui est à mes yeux le plus important. Je crois très franchement et très nettement que les risques sociaux les plus graves en Chine ne vont pas porter sur les migrants pauvres exploités, ni sur les opposants qui disposent d'une audience trop faible, ni sur le falang gong qui a souffert de la propagande, et encore moins sur les Tibétains, trop gentils pour être efficaces (les Ouighours oui).

Tu ne crois pas au risque de troubles - auxquels on a déjà assisté, notamment chez les "aristocrates du prolétariat chinois" qu'étaient les ouvriers du  Nord Est (sidérurgie, industrie chimique, pétrole... du Jilin, du Liaoning, du Heilongjiang, voire du Lanzhou) et qui sont en situation de chômage déguisé ("xiagang")?

RPC a écrit:

Non, le problème va effectivement être une énorme déception du rêve Chinois, avec des parents qui se sont saignés aux quatre veines pour que leur enfant étudie, ce dernier se retrouvant à la fin au chômage. Voir des Chinois exploités sur des chantiers, c'est un signe de croissance du pays qui gagne et qui en veut. Voir des jeunes au chômage, tu déprimes une population.

Surtout, j'ai bien peur (ou je suis rassuré) que les "enfants-rois" issus de la politique de l'enfant unique, qui ont été sur-gâtés par leurs parents et leurs grands-parents adoptent un comportement hédonisto-consommateur et refusent de se sacrifier autant que leurs parents pour la "grandeur nationale".

Un peu, une évolution à la japonaise, où de plus en plus de jeunes refusent une carrière brillante au profit de petits boulots (phénomène de "l'arbeito" et des freetimers). On assiste aussi à ce genre d'évolutions sociétales en Corée, Taïwan et Singapour.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

13

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

--

Last edited by RPC (24-02-2011 03:21:35)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

14

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Vu qu'on a ouvert un thread de la Chine:

Quand le PC chinois « twitte »

[ 11/03/10  ]

Réunis cette semaine à Pékin, les membres du Parlement chinois ne font pas que sommeiller, applaudir mécaniquement aux interminables discours des cadres du Parti ou guetter les caméras scrutant leur concentration. Ils « twittent ». Plusieurs députés de l'Assemblée nationale populaire et délégués de la Conférence consultative politique du peuple chinois - deux organes n'ayant aucun pouvoir réel -ont ouvert ces derniers jours des comptes pour « microbloguer » en marge de la réunion annuelle de leurs assemblées. En envoyant ces minimessages depuis leur téléphone mobile ou leur ordinateur portable, certains ont réussi à réveiller l'intérêt des jeunes internautes chinois, qui moquent habituellement ces rencontres politiques entièrement encadrées par le Parti.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont ainsi suivi les commentaires de Zhang Xiaomei, une patronne de presse connue pour ses prises de position « rafraîchissantes ». La déléguée a tour à tour proposé que les maris paient des salaires aux femmes restées au foyer pour éduquer l'enfant, plaidé pour la mise en place de cours d'éducation sexuelle à l'école primaire et enchaîné les remarques critiques sur les déséquilibres du marché immobilier chinois. En laissant ces responsables s'exprimer en direct sur des sujets socialement sensibles, le Parti peut mettre en scène sa modernité et montrer qu'il est au fait des désarrois du peuple. Dans un exercice similaire, le président chinois et patron du Parti avait très brièvement ouvert un compte de microblog en février dernier. La semaine dernière, c'est le Premier ministre, Wen Jiabao, qui s'est essayé à un chat avec les internautes.

Les autorités, qui ont interdit Twitter dans le pays depuis plusieurs mois et fait fermer des sites de microblogs locaux jugés trop audacieux, restent toutefois prudentes. Cette semaine, certains mini-messages des membres du Parlement ont enflammé l'Internet. En révélant que les ordinateurs portables mis à disposition en début de session allaient cette année être offerts aux parlementaires, Zhang Xiaomei a ainsi enclenché un débat sur la gabegie d'argent public. Ye Qing, un cadre de la province du Hubei, qui avait raconté fièrement que sa délégation allait faire des photos aux côtés des membres du gouvernement central, s'est attiré des comentaires du genre : « Tu n'as rien d'autre à faire pour justifier ton salaire. »
YANN ROUSSEAU (À PÉKIN), Les Echos

Par contre, je ne comprends pas un point: le dernier paragraphe laisse entendre que twitter a été interdit depuis plusieurs mois... dans ce cas, en laissant les "députés" l'utiliser, on ne donne pas l'impression de leur offrir un passe-droits? Et surtout on ne reconnait pas qu'officieusement les gens ont continuer à aller sur twitter (pour pouvoir lire les messages postés par les "députés") ?

15

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Je crois qu'ils parlent du "Twitter chinois" (ren min wei bo), et non de Twitter tel qu'on le connaît : http://t.people.com.cn/microblog/indexsite.action

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Message des autorités chinoises aux grolandais :

http://www.youtube.com/watch?v=QRd-kgKDs60

lol

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Pour RPC :
http://www.telos-eu.com/fr/article/la_c … sa_monnaie
(même si je pense que ça ne t'apprendra rien)

18

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Free French a écrit:

Pour RPC :
http://www.telos-eu.com/fr/article/la_c … sa_monnaie
(même si je pense que ça ne t'apprendra rien)

C'est un très bon article et je suis globalement d'accord avec ce qu'il dit. Il aurait peut-être dû davantage insister sur le fait que la Chine a fourni énormément de liquidité aux US quand ils en avaient besoin ce qui a crée un environnement propice à la prise de risque et à un accroissement des volumes échangés.
Mais effectivement, de là à accuser la Chine d'avoir provoqué la crise....

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

19

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

La Chine devient le troisième actionnaire de la Banque mondiale

Lors de l'assemblée d'octobre 2009 à Istanbul (Turquie), M. Zoellick avait demandé cette augmentation de capital car, disait-il, la multiplication des prêts et des dons aux pays émergents et pauvres en raison de la crise avait fait passer les engagements de la Banque mondiale de 38,2 milliards de dollars en 2008 à 58,8 milliards en 2009. Ce bond de 54 % menaçait de tarir les finances de l'institution à l'été 2010.

Les pays développés lui avaient répondu que l'argent se faisait rare chez eux aussi, qu'ils attendaient de lui un plan stratégique pour comprendre l'usage qu'il voulait en faire. La tâche fut laborieuse, car M. Zoellick voyait dans cette exigence un contrôle déguisé de sa politique.

Le redéploiement des droits de vote à la Banque qu'avait demandé le G20 n'a pas été plus aisé à réaliser, car il a fallu prendre des voix aux pays développés - un exercice douloureux - selon un savant calcul mêlant le produit intérieur brut (PIB) et le montant des dons aux pays pauvres. Le "paquet" recapitalisation-redistribution-stratégie a donc été discuté avec acharnement jusqu'au samedi 24 avril.

Il prévoit d'abord une recapitalisation d'une des composantes de l'institution, la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), en deux tranches : une, générale, de 58 milliards de dollars et une autre, sélective, de 27,8 milliards. Ces 85,8 milliards de dollars représentent la première augmentation depuis 1987 du capital aujourd'hui fixé à 189,9 milliards de dollars (+ 45 %). A titre d'exemple, elle nécessitera de la France le versement de 25 millions d'euros par an pendant cinq ans.

Le glissement de 3,13 % des droits de vote profite aux pays émergents et d'abord à Pékin - les siens passent de 2,77 % à 4,42 %. La Chine devient ainsi le troisième actionnaire de la Banque mondiale derrière les Etats-Unis et le Japon et devant l'Allemagne, puis la France ex aequo avec le Royaume-Uni. L'Inde passe de 2,78 % à 2,91 %. Les perdants sont le Japon qui revient de 7,62 % à 6,84 %, la France et le Royaume-Uni - qui passent de 4,17 % à 3,75 %.

CINQ PRIORITÉS

M. Zoellick s'est félicité de cette consécration de l'importance des pays en développement. Il a souligné que leur part dans la Banque allait passer de 44,06 % à 47,2 %, pas très loin de la parité réclamée par les organisations non gouvernementales. Cette affirmation est contestée par l'une d'entre elles, Oxfam International. "C'est une illusion ! M. Zoellick parvient à ce résultat flatteur, parce qu'il compte indûment parmi ceux-ci des pays comme Israël ou Singapour", critique Elizabeth Stuart, porte-parole d'Oxfam.

Le plan stratégique a retenu cinq priorités : la lutte contre la pauvreté notamment en Afrique subsaharienne, l'investissement dans les infrastructures du développement (routes, agriculture, capital humain), la défense des biens communs (climat, commerce, sécurité alimentaire, énergie, eau, santé), la lutte contre la corruption et les pratiques illégales, la prévention des crises économiques et financières.

"Manque plus que la défense du tigre en Asie chère à M. Zoellick !", persifle un cadre qui se fait l'écho du malaise d'une partie du personnel perturbé par le refus de son président de faire des choix précis, par son mode de gestion solitaire et par sa volonté de dégonfler les effectifs à Washington au profit des bureaux régionaux.

Les réformes ne sont pas achevées avec ce "paquet". Les Européens ont l'intention de poser dans les prochaines semaines la question du choix de son président.

Après le départ de Dominique Strauss-Kahn de la direction générale du Fonds monétaire international (FMI), ils savent que le fonds cessera d'être dirigé par l'un des leurs, pour en finir avec un usage remontant à 1944. Ils ne voient donc pas pourquoi les Etats-Unis continueraient à imposer un Américain à la tête de la Banque mondiale comme successeur de M. Zoellick. L'aggiornamento continue.

http://www.lemonde.fr/economie/article/ … _3234.html

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Emission de radio sur un sujet qui t'est cher RPC

France Culture a écrit:

La Chine doit elle ses excédents commerciaux à une monnaie sous évaluée ?

Certes la crise avec laquelle nous continuons à nous débattre a bien des origines – et en particulier, la manipulation des taux d’intérêt par Greenspan qui a poussé les ménages américains à dépenser l’argent qu’ils n’avaient pas gagné. Mais comme tout se tient, il se trouve qu’avec cet argent emprunté à vil taux, les Américains ont acheté un peu trop de produits chinois. Or l’insoutenable déséquilibre des échanges commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis figure en bonne place parmi les causes de la crise. C’est pourquoi l’ampleur de ce déficit nous concerne tous. Pour donner un ordre de grandeur, au rythme actuel, pour chaque dollar de biens américains importés par la Chine, les Etats-Unis en importent 5 fois plus de biens chinois.
Et les milieux d’affaire américains ne se privent pas pour mettre en accusation le rôle que jouerait la sous-évaluation de la monnaie chinoise dans cette hyper-compétitivité commerciale. Timothy Geithner, la patron du Trésor américain a été officiellement chargé par le Congrès d’évaluer si oui ou non la Chine manipule sa monnaie. Mais le président Obama a décidé fort diplomatiquement de reporter la remise de ce rapport ; sa publication risquant, en effet, de relancer les discussions sur la nécessité, pour les Etats-Unis, de se protéger par des mesures protectionnistes.
Pourtant, nombreux sont les économistes qui estiment, comme Avinash Persaud sur telos, qu’une forte hausse du yuan ne changerait pas grand-chose à la situation, ou, comme comme Joseph Stiglitz, sur Project Syndicate, qu’elle aurait pour conséquence de déplacer les achats des Américains vers le Bengladesh ou le Sri Lanka. Ce dernier ajoutant au passage que le mauvais joueur n’est peut-être pas celui qu’on croit, puisque les Américains subventionnent leurs riches farmers au détriment des paysans chinois…
Alors que la Chine célèbre son retour au premier plan dans les affaires du monde, en inaugurant l’exposition universelle de Shangaï, il est temps pour son gouvernement d’assumer ses nouvelles responsabilités internationales. Celles-ci passent-elles, oui ou non, par une réévaluation du yuan ?

Invités 
Philippe Jurgensen.  Economiste Inspecteur général des Finances Professeur à Science Po et à l'IPAG

Françoise Lemoine.  Economiste au CEPII et chercheur associé à l'EHESS

Charles Gave au téléphone depuis Boston.  Economiste
Financier international

http://sites.radiofrance.fr/chaines/fra … n_id=83692

Je vais l'écouter. N'hésite pas à me dire ce que tu en penses. Merci.

Edit : je l'ai écoutée.
J'ai bien aimé que Brice Couturier ressorte l'argument historique fallacieux de la sous-évaluation du Yen comme bouc-émissaire des mauvaises ventes des voitures américaines (alors que la vraie raison était leur mauvaise qualité et leur forte consommation d'essence).

Je n'ai pas compris tous les arguments économiques.
Je n'ai pas comment on pouvait juger de l'éventuelle sous-évaluation d'une monnaie dans l'absolu (je comprends bien les variations, si le dollar passe de 8 à 7 yuans il y a "réévaluation" [je ne connais pas le terme pour désigner le contraire d'une dévaluation]). Mais je comprend la sous-évaluation du renminbi si sa vraie valeur d'équilibre est de 3 à 4 yuans.

Je ne comprends pas bien aussi l'indice Big Mac. Si en PPA le Big-mac vaut 3 $ aux Etats-Unis et 5 $ en Europe, on peut juste en conclure une différence de pouvoir d'achat, pas la sous évaluation d'une monnaie, non ?
Je comprends que le pouvoir d'achat d'1 $ soit plus élevé aux Etats-Unis que celui d'1 $ en Europe (au taux de change actuel).
Le calcul d'un prix en temps de travail du SMIC m'est plus parlante.


Charles Gave disait des choses qui avaient l'air très intéressantes mais malheureusement il ne vulgarisait pas ses propos en langage courant et utilisait le jargon économique que j'ai le défaut de mal connaître.

Last edited by Free French (07-05-2010 21:37:55)

21

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

--

Last edited by RPC (24-02-2011 03:23:37)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Merci beaucoup pour ces éclaircissements.
C'est en arrivant à la conclusion de ton post que j'ai compris.

J'ai relu le fil http://forum-scpo.com/forum-scpo/viewtopic.php?id=8925 avec plaisir. Je l'avais lu à l'époque mais l'avais oublié.

L'émission est téléchargeable sur
http://rf.proxycast.org/m/media/2960962 … 6218-0.mp3

J'aurais du le préciser.

23

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Quelques retours sur le pavillon français de l'exposition universelle de Shanghai :
http://www.mediapart.fr/club/blog/jorda … n-francais

Last edited by RPC (09-05-2010 10:04:14)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

RPC a écrit:

Quelques retours sur le pavillon français de l'exposition universelle de Shanghai :
http://www.mediapart.fr/club/blog/jorda … n-francais

Merci pour ces retours, surtout les commentaires, j'ai lu en diagonale, le pavillon n'a pas l'air fameux/animé.
Dévoue-toi pour aller donner un coup de main!;) Dans quelle ville vis-tu en Chine?

Last edited by zaza's birthday (09-05-2010 10:44:16)

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

25

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

zaza's birthday a écrit:
RPC a écrit:

Quelques retours sur le pavillon français de l'exposition universelle de Shanghai :
http://www.mediapart.fr/club/blog/jorda … n-francais

Merci pour ces retours, surtout les commentaires, j'ai lu en diagonale, le pavillon n'a pas l'air fameux/animé.
Dévoue-toi pour aller donner un coup de main!;) Dans quelle ville vis-tu en Chine?


Le pire dans cette histoire est qu'il y a de très nombreux français à Shanghai dont une partie d'entre eux parle très correctement le mandarin. Mais personne n'a songé à faire appel à leurs services...

PS : je ne suis pas à Shanghai

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

"le pire dans cette histoire....etc...etc..."
Je pense que tu prends le problème du mauvais côté;). Les Français, ceux qui sont sur place, sont certainement occupés à leur travail ou à leur études...Peut-être aurait-il fallu (mode yaka/faucon) que les entreprises françaises anticipent cet évènement et envoient des collaborateurs ou intérimaires pour cette occasion( pas bénévoles). Je crois qu'il n'est pas nécessaire que ces personnes, travaillant sur ce pavillon/show room, parlent le mandarin. Tout au moins pour celles qui auraient fait la démonstration/accueil pour présenter les fromages, vins, pains etc... de notre pays. Bien au contraire. Le charme serait/aurait été de leur servir du vin, du pain, charcuteries, en parlant français .:)
Il me semble qu'ils (les Chinois et autres) apprécieraient davantage d'entendre parler les gens en français...:)

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

27

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

--

Last edited by RPC (24-02-2011 03:25:04)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Ce n'est en principe pas... etc...et pourquoi pas? Les entreprises les plus performantes savent très bien anticiper, c'est en cela qu'elles sont performantes...elles ont une longueur d'avance;)
2° tout de suite tu parles d'expats de l'administration avec salaires exorbitants, tu oublies que l'expo ne dure que quelques mois, des intérimaires du privé auraient pu faire l'affaire...
5° Là tu es de mauvaise foi, car tu n'y avais pas pensé... parler en français pour l'accueil aurait suffit amplement et aurait donné du charme à la conversation, comme un plus, pas comme un pis aller.  J'avais parlé de personnes qui serviraient le vin, le pain et les charcuteries, je persiste .Tu te places du point de vue d'une personne (toi) qui va faire des grandes discussions où les finesses et la parfaite maitrise de la langue sont nécessaires.
Pour l'accueil/ show room/ démonstration (entre autres compétences, je suis obligée de mettre parfois les points sur les i)  j'ai un peu d'expérience tout de même.:P J'aurais dû y aller ...;)

Last edited by zaza's birthday (10-05-2010 15:09:26)

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Pardon, mais je n'avais pas bien lu le 6° jusqu'au bout (ce qui ne change rien à ce que j'ai dit précedemment) mais je comprends mieux ton amertume à présent...Qui sait les choses pourraient peut-être changer...

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

30

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

--

Last edited by RPC (24-02-2011 03:28:05)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Bon , je crois qu'on ne se comprendra pas car on ne se connait pas, mais je crois que même si on se connaissait, ça n'y changerait rien , tu es pétris de préjugés.
"Une exposition culturelle n'a rien à voir avec des foires commerciales", tu me prends vraiment pour une bille!! Parce que le vin, la bouffe, le pain ce n'est pas culturel??? Ca c'est du mépris et je sais le reconnaître...
J'avais ecrit d'autres choses mais le message s'est barré, n'y aurait-il pas un moyen d'enregistrer ce qu'on écrit (Greg? ou es-tu?;)

Bon tu es condescendant et pédant, je suis déçue, tu n'as pas beaucoup de psychologie, bref.
Ta dernière phrase est carrément mortelle, car tu ne sais pas quelle idée j'ai de la FRANCE en effet.


Ps: je ne travaille pas.

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

32

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

--

Last edited by RPC (24-02-2011 03:29:20)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

RPC a écrit:

C'est bon, hein ! pas la peine de prendre la mouche comme cela.
On est sur un forum, c'est un peu le concept de débattre ; je suis désolé que tu l'aies pris personnellement, j'attaque rarement les personnes ad-hominem.

J'entendais foire commerciale dans le sens où ce sont des entreprises qui présentent des produits de leur fabrication. je te rappelle que deux posts avant tu disais qu'on aurait dû laisser l'organisation du pavillon français de l'exposition universelle à des entreprises ("plus innovantes, plus rapides, plus réactives").

je suis d'accord pour les impliquer, cela coule de source, mais il est clair que c'est tout de même du ressort de l'Etat de s'occuper de faire la promotion de la France à l'étranger. D'où mon argumentation sur le fait qu'il était inadmissible que l'organisation du pavillon français soit faite avec autant d'amateurisme.

PS : j'ai déjà un groupe de types qui me haïssent ici, je t'invite à le rejoindre. Tu peux contacter Gambetta à cet effet.

Bon, t'as édité, et enlever les passages pourris, je préfère comme çà. T'as du caractère et moi aussi. J'avais bien compris le concept d'un forum, sinon y'a belle lurette que je serais partie sur Twitter...:cool::P
mes smileys marchent paaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaas, ras la casquette!!!!)
L'Etat est très occupé en ce moment;)

RePS: je ne te hais pas, j'en suis bien incapable.

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Mais non RPC, disons juste que j'aimerais sentir en toi un peu plus d'humilité parfois. Se remettre en question n'est pas une indignité.

Va donc, je ne te hais point.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

35

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

L'armée chinoise, à la pointe de la technologie : http://www.youtube.com/watch?v=b60OZhrTB6o

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Pour RPC et sabaidee :

Zone Militaire a écrit:

Le prochain livre de Franck Renaud, un journaliste qui a travaillé pour d’Ouest France avant de s’établir en Asie, donne des sueurs froides au Quai d’Orsay. L’auteur, qui a déjà publié une enquête remarquée sur le milieu et le grand bandistisme en France, s’attaque aux scandales et autres frasques du milieu diplomatique français. D’ailleurs, le titre veut tout dire à lui tout seul : « Derrière les façades des ambassades de France » (Editions Nouveau Monde).

Parmi les révélations promises, il y en a une qui touche plus particulièrement la DGSE. Et elle est plutôt embarrassante. En effet, Franck Renaud raconte l’histoire d’un diplomate en poste à Pékin, appelé « monsieur Henri » qui, las de l’éloignement avec son épouse, est tombé dans les bras de son interprète chinoise en 1999.

Il n’y aurait sans doute rien à y redire sauf que le « monsieur Henri en question », par ailleurs diplômé de l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) est un officier de la DGSE, chargé d’assurer la liaison TOTEM, qui consiste à entretenir des relations avec les services chinois.

Et en fait d’interprète, la belle qui a séduit le diplomate sous couverture n’aurait été qu’en fait une espionne dont la mission était de « retourner » sa cible. Un grand classique de l’espionnage, qui marche presque à tous les coups…

La chair étant faible, monsieur Henri a fait défection au profit de Pékin. Une première pour ce qui concerne l’Empire du Milieu… Reste à savoir la portée de sa trahison. A-t-il « grillé » des agents et des contacts du service français présents en Chine? A-t-il donné des informations sur la manière d’opérer des espions français? A-t-il fourni des éléments pour recruter des personnes influentes en France ? Là-dessus, la DGSE garde le secret.

Toujours est-il que monsieur Henri vit désormais à Pékin, sous la « bienveillante protection des services locaux », en l’occurrence, le Guoanbu. Et sa défection ne semble pas lui peser sur la conscience : il aurait en effet tenté d’entrer en contact avec un représentant des Français de l’étranger pour obtenir des renseignements sur la façon dont il pourrait percevoir sa retraite. Manifestement, les services chinois n’ont pas les bonnes informations pour lui venir en aide…

http://www.opex360.com/2010/05/21/une-e … r-la-dgse/

Cette histoire que j'ignorais me surprend un peu et les agents de la DGSE me déçoivent (les Etats-Unis ont eu une histoire similaire entre Katrina Leung et Jay Jay Smith).

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Free French a écrit:

Pour RPC et sabaidee :Cette histoire que j'ignorais me surprend un peu.

Ahahaha... Les "pièges à miel", c'est pas une invention chinoise.

Dans le genre, je préfère l'histoire de Shi Pei Pu: http://fr.wikipedia.org/wiki/Shi_Pei_Pu

Sinon, ce livre m'intéresse et je pense que je vais l'acheter.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

sabaidee a écrit:

Ahahaha... Les "pièges à miel", c'est pas une invention chinoise.

Oui, les soviétiques les ont employés en professionnels et les services secrets de l'Allemagne de l'Est aussi. Là ce qui me surprenait c'est qu'un français du métier se soit laissé prendre au piège.


sabaidee a écrit:

Dans le genre, je préfère l'histoire de Shi Pei Pu: http://fr.wikipedia.org/wiki/Shi_Pei_Pu

J'ignorais, marrante.


sabaidee a écrit:

Sinon, ce livre m'intéresse et je pense que je vais l'acheter.

Moi aussi mais je ne l'ai pas encore trouvé sur Amazon.
Et par contre le titre n'est pas celui indiqué mais c'est Les diplomates.

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Free French a écrit:
sabaidee a écrit:

Dans le genre, je préfère l'histoire de Shi Pei Pu: http://fr.wikipedia.org/wiki/Shi_Pei_Pu

J'ignorais, marrante.Moi aussi mais je ne l'ai pas encore trouvé sur Amazon.
Et par contre le titre n'est pas celui indiqué mais c'est Les diplomates.

J'veux pas faire dans le mauvais esprit, mais un diplomate qui se persuade de mettre un homme en cloque... ça en dit long sur notre cher Quai d'Orsay...

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

40

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

--

Last edited by RPC (24-02-2011 03:31:36)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Intéressant. Et triste pour la France.
Je ne sais pas s'il y a des pays puissants comparables à la France qui sont plus curieux des langues étrangères.

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Ahahahahahaha c'est ridicule.
Comment ça se fait qu'il n'y a pas de centaines de traducteurs, interprètes (de nationalité française) qui se pressent à la porte de l'ambassade pour être recrutés, alors ?

Last edited by Broz (22-05-2010 11:55:17)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

43

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Broz a écrit:

Ahahahahahaha c'est ridicule.
Comment ça se fait qu'il n'y a pas de centaines de traducteurs, interprètes (de nationalité française) qui se pressent à la porte de l'ambassade pour être recrutés, alors ?

Les interprètes français coûtent trop cher. On préfère payer un interprète chinois en contrat local à 400-500 euros par mois (ce qui pour la Chine est déjà bien).

Pour bosser dans l'administration à l'étranger, il faut passer les concours administratifs. Ces derniers ne sont pas du tout adaptés pour des gens spécialistes dans un domaine. Il vaut mieux avoir fait pipo que l'Inalco.

Last edited by RPC (22-05-2010 12:05:42)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Etats-Unis et Chine lancent leur dialogue annuel à Pékin


| Réagir
24.05.2010, 04h17
Le "Dialogue stratégique et économique" sino-américain, un tour d'horizon politique et économique entre les deux pays, a débuté lundi sur fond de crise dans la péninsule coréenne dans laquelle les Etats-Unis recherchent activement le soutien de Pékin.
Cette rencontre annuelle n'est que la deuxième depuis que les discussions économiques ont été élargies à la politique par l'administration Obama.
Elle doit permettre avant tout d'aborder la relation économique entre la 1e et la 3e économie mondiale et d'aplanir les différends.

"Nos économies sont devenues inséparables", a déclaré le vice-Premier ministre Wang Qishan.

Face à la crise, la Chine et les Etats-Unis doivent profiter de leur rencontre pour "bien évaluer la situation et coordonner leurs politiques, afin que nous puissions maintenir l'élan de la reprise dans nos deux pays", a-t-il ajouté, jugeant nécessaire de promouvoir "une croissance équilibrée de l'économie mondiale".
"Nos deux pays ont largement bénéficié de l'ouverture du commerce et des investissements", a déclaré de son côté le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner, appelant toutefois à "un système de commerce mondial plus ouvert (...) dans lequel les pays peuvent se livrer une concurrence à armes égales".
Pour le seul côté américain, 200 délégués sont présents, "le plus grand nombre de responsables gouvernementaux à se rendre à une rencontre (...) dans le monde", a souligné la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

"Nous ne serons pas d'accord sur toutes les questions, mais nous en parlerons ouvertement", a promis Mme Clinton, évoquant notamment les droits de l'Homme.
Dimanche, Mme Clinton avait plaidé la nécessité d'un accès équitable des entreprises aux marchés, l'une des pommes de discorde entre Washington et Pékin.
Washington critique aussi le maintien d'un taux de change rigide entre le yuan et le dollar depuis l'été 2008.

Mais lundi le président chinois Hu Jintao a réitéré la volonté de Pékin de poursuivre la réforme de son taux de change, sans toutefois fixer de calendrier.
L'énergie et le climat devraient aussi être âprement débattus, à mi-chemin du fiasco de la conférence climat de Copenhague et de celle attendue à Mexico.
Côté stratégique, la crise provoquée par le naufrage d'une corvette sud-coréenne en mars s'est invitée aux entretiens.

Les Etats-Unis "travaillent dur pour éviter une escalade", a dit Mme Clinton, et "nous devons travailler ensemble pour répondre à ce défi", a-t-elle ajouté alors que la Corée du Sud venait d'annoncer qu'elle allait demander des sanctions contre Pyongyang au Conseil de sécurité de l'ONU.

La Chine, "très préoccupée", s'est contentée de rappeler ses déclarations de la semaine dernière espérant "que les parties maintiendront le calme et la retenue".
"La Chine a toujours été engagée dans le maintien de la stabilité en Asie du nord-est et dans la péninsule coréenne, la promotion des négociations à Six et la dénucléarisation", a déclaré le porte-parole chinois pour le dialogue, Ma Zhaoxu.

Le président Barack Obama a soutenu pleinement Séoul lundi, après les conclusions de l'enquête internationale accusant Pyongyang d'avoir coulé le Cheonan le 26 mars, provoquant la mort de 46 marins sud-coréens.

Pékin, en revanche, réclame davantage de preuves avant de condamner son voisin et allié.
La Chine et les Etats-Unis doivent aussi discuter en profondeur du projet de sanctionner l'Iran à l'ONU en raison de son programme nucléaire.

"Le projet de résolution sur lequel se sont mis d'accord tous les partenaires du groupe des 5+1", les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l'Allemagne, "envoie un message clair à la direction iranienne: respectez vos obligations ou affrontez un isolement croissant et les conséquences", a déclaré Mme Clinton.

Corée: Obama s'oppose à Pékin

La tension monte entre les deux Corée et la communauté internationale s'empare du dossier. Washington soutient Séoul, alors que la Chine, par la voix de son Premier ministre Wen Jiabao, opte pour la neutralité et un sobre appel à la paix.


Le Premier ministre chinois Wen Jiabao et Barack Obama n'ont pas la même vision du conflit coréen. (Reuters)

La guerre de Corée n'est pas prêt de se terminer (*) . Après le débat sur le nucléaire nord-coréen, en 2009, l'affaire du Cheonan, cette corvette militaire sud-coréenne qui a été coulée par une torpille nord-coréenne selon des experts internationaux, ravive les tensions entre les deux parties. Lundi, face aux propos belliqueux des politiques, à Séoul comme à Pyongyang, la communauté internationale s'est emparée du dossier.

Pour l'heure, la Corée du Sud a suspendu ses relations commerciales avec son voisin du Nord, demandant aux autres partenaires de Pyongyang d'en faire autant. Dans une allocution télévisée, le président sud-coréen, Lee Myung-bak, a annoncé qu'il soumettrait cette question au Conseil de sécurité de l'ONU. Séoul exige, au moins, des excuses officielles pour le torpillage du navire et la mort, dans le naufrage, de 46 de ses membres d'équipages. En retour, son frère ennemi menace de (re)lancer "la guerre totale".
La paranoïa d'un retour de guerre froide

Outre-Pacifique, les Etats-Unis se préparent déjà au pire. Washington, qui maintient un contingent de 28.000 hommes dans al moitié Sud, a rapidement apporté son soutien à la Corée du Sud. Jugeant la situation "extrêmement précaire", la Maison blanche a signalé, par communiqué, avoir demandé à l'armée américaine de se coordonner pour se tenir prête à dissuader la Corée du Nord de toute agression. Lee Myung-bak a d'ailleurs prévenu qu'il invoquerait le droit à l'auto-défense en cas d'attaque. A la suite de l'intervention télévisuelle du président sud-coréen, le Japon, actuellement membre non-permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, lui a apporté son soutien.

La Chine, seul soutien de poids à Pyongyang, était restée discrète jusqu'aujourd'hui. Mais Pékin semble choisir la voie de la neutralité. Partenaire commercial des deux Corée, le pouvoir chinois n'a aucun intérêt à ce que le conflit reprenne dans son aire d'influence économique. Aussi, le Premier ministre Wen Jiaboa s'est contenté d'appeler au retour au calme et à la paix. Jouant le rôle de diplomate dans ce dossier, il devrait s'entretenir avec les deux chefs d'Etat coréens cette semaine. Plus que la sauvegarde du dernier régime communiste-stalinien de la planète, Pékin veut également éviter la présence en nombre de troupes américaines à ses frontières. S'il n'est pas question de retour à une nouvelle guerre froide, la Corée reste le théâtre d'une bataille d'influence entre les deux superpuissances.

(*) En effet, débutée le 25 juin 1950, le conflit s'est conclut le 27 juillet 1953 sur un armistice. Un texte provisoire signé par les deux parties dans l'attente d'un traité de paix. Mais après plusieurs mois de tensions, Séoul et Pyongyang ont abandonné les négociations. Depuis, plusieurs incidents aux frontières ravivent les tensions entre les deux pays. Le 27 mai 2009, en plein débat sur le nucléaire nord-coréen, la moitié Nord a envisagé l'annulation de l'armistice.

45

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Sur le marché du vin en Chine. Je trouve certaines anecdotes très drôles et particulièrement vraies (certaines sont du vécu, notamment le coup de la médaille d'or sur la bouteille)


Les plus grands producteurs de vin chinois sont aussi au rendez-vous. La Chine est déjà le 10e producteur mondial et le 8e marché consommateur. "S'il y avait encore des hésitations en 2008, c'est clair pour tout le monde à présent que l'Asie est la locomotive du monde viticole", indique Jérôme Coureau, propriétaire et négociant de CGM Vins, qui propose des vins à partir de 1,59 euro la bouteille et se félicite de la grande curiosité des acheteurs potentiels. "On aime bien quand c'est assez fruité... On aime bien aussi les médailles d'or sur les bouteilles", déclare une acheteuse chinoise en prospection.

Face à l'énorme potentiel du marché chinois, les exposants affichent toutefois une certaine perplexité. Ils vendent parfois sans vraiment comprendre à qui ou pour quel marché. Leurs interlocuteurs tournent très vite. Tout le monde tente sa chance. "C'est un marché neuf, personne n'est capable de dire ce qui va se passer et la plupart des Chinois ne savent pas vraiment de quoi il s'agit", constate Philippe Castéja, PDG de Borie-Manoux, maison de négoce. "C'est étonnant, on boit de l'eau sur ce salon, observe Jean Moueix, du groupe Duclot de négociants en vin. Les acheteurs passent commande sans goûter. Ils ont des critères différents, on est un peu surpris..."

Les acheteurs eux aussi vont de surprise en surprise : certains ne comprennent pas qu'on ne puisse pas leur fournir un million de bouteilles de Lafite ou de Latour. "Un visiteur m'a demandé deux millions d'euros de vin, juste pour diversifier ses placements", indique un négociant de grands crus. "Plus c'est cher, mieux cela se vend, observe Michaël Hundeböl, de la maison de négoce Veyret-Latour. Depuis le millésime 2000, on ne parle plus de qualité pour les grands vins. C'est devenu une question d'image et de marque."

C'est aussi une question de symboles. Quelques vins ont fait des percées inattendues sur le marché chinois simplement grâce à leur étiquette. Ainsi, le dragon en figure de proue de la gabare du Château Beychevelle, et la cloche de carillon sur l'étiquette du Château Angélus, rebaptisé spontanément "la cloche" par les Chinois, ont eu plus d'impact que n'importe quelle campagne publicitaire. Parfois, ce sont les consonances des noms : "Moët et Chandon" sonne, paraît-il, comme "Mao Zedong"...


http://www.lemonde.fr/economie/article/ … _3234.html

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

46

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

J'imagine d'ici le Chateau Lafite industriel qui sort 20M bouteilles par an tongue

47

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Le Monde a écrit:

Conflits sociaux : Pékin relève le salaire minimum

Les autorités chinoises ont autorisé une vague d'augmentations du salaire minimum face à un mécontentement des salariés illustré par des conflits sociaux croissants, ont rapporté vendredi les médias. A Pékin, le salaire minimum mensuel va être relevé de 20 % à 960 yuans (115 euros) à partir du 1er juillet, a rapporté le quotidien Global Times.

La hausse est deux fois plus importante que l'augmentation traditionnellement annoncée chaque année (10,02 %) depuis que la capitale a introduit un salaire minimum en 1994, précise le quotidien de langue anglaise. Pékin est l'une des quelque 30 provinces ou municipalités de Chine qui ont augmenté le salaire minimum ou s'apprêtent à le faire. Après une hausse récente, la métropole de Shanghaï offre le salaire minimum le plus élevé du pays, à 1 120 yuans par mois, soit 134 euros, selon le journal officiel.

LA RÉMUNÉRATION DU TRAVAIL A CHUTÉ

Ces hausses interviennent alors que les dures conditions de travail de millions de salariés font débat en Chine, à un moment où la troisième économie mondiale a renoué avec une croissance à deux chiffres. Dix employés du groupe taïwanais Foxconn se sont suicidés ces derniers mois dans le sud de la Chine, apparemment victimes de stress élevé au travail et un onzième est mort d'épuisement dans une autre usine du groupe de composants électroniques, dans le nord de la Chine. Foxconn a annoncé mercredi une hausse des salaires de 30 % de ses employés chinois.

Par ailleurs, les employés d'une usine de pièces détachées du constructeur japonais Honda se sont mis en grève pour exiger de meilleurs salaires la semaine dernière, paralysant toute la production jusqu'à ce vendredi, avant d'obtenir satisfaction avec une hausse de 24 % de leurs salaires, pour les porter à 1 910 yuans (228 euros). Malgré une croissance économique spectaculaire, la rémunération du travail a chuté par rapport à la richesse produite depuis le lancement des réformes économiques en Chine : elle représentait 56,5 % du produit intérieur brut en 1983, mais 36,7 % en 2005, affirmait récemment un responsable syndical.

D'ailleurs quelqu'un sait quelle est la proportion des salariés qui sont payés au salaire minimum (ce qui traduirait en fait la part des emplois non qualifés parmi l'ensemble des emplois disponibles) ?

48

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Un article un peu approximatif sur l'évolution des salaires en Chine mais l'idée générale y est (j'ai fait des ajouts en italique).

Breaking News a écrit:

La Chine connaît une période de tensions sociales, mais il est encore trop tôt pour parler d'inflexion historique. Le pays n'est pas près de perdre l'atout d'une main-d'oeuvre bon marché.

On pourrait croire que les grèves chez Honda, Hyundai et Foxconn indiquent que la Chine est arrivée au "point de retournement" de Lewis. C'est ce qui se passe quand la population active d'un pays vient à manquer, qu'elle est devenue plus qualifiée et qu'elle ose réclamer des hausses de salaires. Il se produit alors une élévation structurelle du coût du travail. En réalité, le processus est à peine amorcé en Chine.

Les grèves récentes et les augmentations de rémunération qui en ont résulté relèvent davantage d'épiphénomènes locaux que d'un véritable mouvement de fond. La main-d'oeuvre est abondante, mais pas présente là où il le faudrait. La moitié de la population environ habite encore en zone rurale. [Note de RPC : la notion de ruralité est complexe en Chine et il faut mieux réfléchir en termes de zones industrielles développées vs rurale ou industrielles sous-développées]


Trois facteurs font obstacle à la mobilité des travailleurs : le système du "hukou", le livret d'enregistrement de résidence, le fait que certaines réformes foncières inachevées empêchent les familles de quitter leur terre, et un dispositif très intéressant de subventions à la vie rurale.
[Note de RPC : les deux derniers arguments sont approximatifs voire faux, notamment parce-que les subventions aux "mu" sont davantage dûes à une lutte contre la pauvreté qu'à une réelle concurrence à la migration vers les villes]

Les revendications salariales sont une composante naturelle du cycle économique. La Chine traverse apparemment une phase de surchauffe. Dans ces conditions, les pénuries temporaires de main-d'oeuvre sont inévitables. [Note de RPC : oui, mais la Chine est en surchauffe depuis au moins 1992, il faut un argument structurel plus que conjoncturel]

Pour que l'élévation des salaires devienne un véritable phénomène structurel, il faudrait que l'agitation sociale se diffuse plus largement... ce qui est très improbable. Jusqu'à présent, les grèves n'ont touché que des entreprises étrangères. Aux yeux des dirigeants du pays, la chose reste tolérable et pourrait même se révéler utile dans la mesure où elle fait sentir aux capitalistes étrangers qu'il n'est plus aussi confortable d'opérer en Chine.

En tout cas, elle a au moins le mérite de détourner l'attention des inégalités abyssales qui se creusent entre population urbaine et population rurale. [Note de RPC : tout à fait vrai ; cela permet aussi de détourner l'attention du problème du chômage des jeunes]

De toute façon, Pékin ne permettra pas que les troubles s'aggravent. Le contrôle du Parti communiste sur les syndicats est très efficace [RPC : et pour cause, les syndicats sont affiliés légalement au PC pour la plupart !!!]

Le tournant historique, quand il sera approprié d'employer ce terme, surprendra vraisemblablement par sa vitesse. La population chinoise vieillit avant d'avoir pu s'enrichir, une situation atypique par rapport à d'autres économies ayant eu des trajectoires de développement similaires. Mais aujourd'hui, il est franchement prématuré de voir dans ces grèves le signe que l'ère de la main-d'oeuvre sous-payée touche à sa fin en Chine. [Note de RPC : en effet]

49

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Voici le lien : http://www.lemonde.fr/economie/article/ … _3234.html

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Xin zhong guo, Chine, China. Le thread de la Chine.

Elle donne de sa personne:

Une étudiante japonaise offre son corps aux Chinois pour s’excuser de l’invasion de la Chine par son pays

http://fr.news.yahoo.com/55/20100617/to … baed7.html

A quand un gang bang israélo-palestinien?

Last edited by sabaidee (18-06-2010 13:27:32)

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz