Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Ils n'avaient qu'a changer de sexe et ne pas se laisser enfermer dans un determinisme socio-biologique...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

sabaidee a écrit:
gustave a écrit:

Pour etre clair, je pense que cela joue probablement. Neanmoins je trouve extraordinaire que pour denoncer des stereotypes on use d'un autre bien plus grossier encore. Car en l'occurence il s'agit d'expliquer un resultat par un pur postulat!

Quand bien même ce serait vrai, on fait quoi? On force les filles qui ne rêvent que de littérature et de langues à faire S et une école d'ingénieurs?

http://www.lefigaro.fr/formation/2011/1 … filles.php
http://www.cnrs.fr/mpdf/spip.php?article90

Last edited by Apokrif le retour (07-12-2013 13:20:53)

« la propagande frontiste que distille apokrif sur Wikipedia. Sans oublier son petit blog de faf. » (Pierre-L)
« Il y a assez de mots dans la langue française pour dire ce qu'on a besoin de dire. » (mon grand-père)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

A quand une telle célébration pour les garçons qui choisissent de devenir magistrat ou de travailler dans la puériculture?..

Quand j'habitais en Birmanie, les orphelinats de petites filles ("les filles sont l'avenir du pays", "elles éduquent les futurs citoyens"... etc.) croulaient sous les dons des pays occidentaux, alors que les orphelinats de petits garçons n'étaient quasiment pas aidés.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

J'hesitais quant au sujet approprie mais la conclusion est tres claire, cet article est a sa place ici!
A noter que l'on peut se demander si le terme d'association de defense de (apposer la communaute de votre choix) ne devrait pas plutot etre association de promotion de...
http://www.liberation.fr/monde/2013/12/ … iel_964776
Illuminations de Noël inédites pour la Cité Eternelle : la principale rue de Rome s’est illuminée vendredi aux couleurs de l’arc-en-ciel, un message du nouveau maire de la capitale italienne pour les droits des homosexuels. «Avec ces lumières, Rome veut envoyer un message clair : c’est la capitale des droits», a indiqué sur son site Imma Battaglia, conseillère municipale et militante d’un mouvement de défense des homosexuels.
La décision d’illuminer ainsi la Via del Corso, qui s’étend sur un 1,5 km en plein coeur de la capitale, a été prise avec le maire Ignazio Marino (gauche) pour envoyer un message contre l’homophobie après le suicide cette année d’un adolescent gay. «N’importe quel touriste comprendra le sens» de ces illuminations car «l’arc-en-ciel est le symbole du monde homosexuel», a indiqué Imma Battaglia.

L'opposition mécontente
Cette décision n’est pas du goût de l’opposition municipale. «C’est une idée provocatrice et idéologique», a estimé un élu de Fratelli d’Italia (Frères d’Italie, droite), Fabrizio Ghera, favorable à une illumination tricolore. Le Corso avait été paré de vert-blanc-rouge -couleurs du drapeau national- en 2011 à l’occasion des 150 ans de l’unité italienne, puis de blanc monochrome l’an dernier.

Pour mettre tout le monde d’accord, la compagnie qui gère ces installations, Laura Rossi International, a affirmé que les illuminations étaient dédiées cette année à Nelson Mandela, icone anti-apartheid, mort jeudi. «Ainsi le message de l’amour, la tolérance, l’unité et le partage sera encore plus fort», a-t-elle indiqué.

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

No comment.

http://storage.canoe.ca/v1/blogs-prod-p … 1385933010

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Rien a voir avec la violence terrible de ces familles honteusement heterosexuelles...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Quand le deni devient un aveuglement pavlovien et generalise...
http://www.leprogres.fr/beaujolais/2013 … e-descente
Dans la nuit du 26 au 27 octobre, une quarantaine de jeunes ont débarqué sur le parking du bal, juste avant que celui-ci ne ferme. [...] Un déchaînement de violence gratuite qui n’a rien à voir avec les bagarres de fin de soirée. « Là c’était une véritable descente organisée contre nous. »
À Cogny, qui a décidé d’annuler son bal, initialement prévu le 8 novembre dernier, on refuse de stigmatiser cette agression en un affrontement des quartiers contre les zones rurales. « [...]C’est un mauvais concours de circonstance », commente Christine Échalier, maire de Cogny.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vien … on-1719041
Châtellerault. Samedi après-midi, le tournage d’un court-métrage a bien failli tourner vinaigre. En cause : une scène où des filles voilées parlent de sexualité.
[...]Pour faire court, certains figurants, pas au courant du scénario, refusent alors d'apparaître dans une scène où des jeunes filles voilées parlent de sexualité. Le ton monte en début d'après-midi.
[...] Au retour du déjeuner, le preneur de son s'est fait encercler par une dizaine d'hommes, C'était vraiment intimidant. J'ai moi-même été victime d'intimidation. En gros, ils ne voulaient pas qu'on tourne dans leur quartier. Quand c'est devenu trop menaçant, on a décidé de partir. »
Contacté dimanche, le directeur de cabinet du maire Fabien Buffeteau pointait « le manque de professionnalisme » de l'équipe du film et un tournage « mal préparé ».
[...] On avait contacté préalablement les médiateurs. On n'allait pas préparer ça pendant des mois! »
La jeune femme ne veut pas polémiquer: « Ça m'a choquée mais en même temps, je comprends. Et même si on a fait une demi-journée de tournage, on est satisfait ».

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Aux minimiseurs du racisme en France (FDL sabaidee et gustave) : que dites-vous du déversement de propos racistes sur les réseaux sociaux suite à l'élection de Miss France ? N'est ce encore qu'un "détail de l'Histoire" ?

509

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Je réponds qu'en 2000, année de l'élection de Sonia Rolland, tu n'aurais même pas soupçonné qu'elle avait été victime d'actes racistes (et pour cause, cela n'avait fait aucun bruit) : http://www.voici.fr/news-people/actu-pe … ion-514076

Je réponds que Cindy Fabre ou Corinne Coman n'ont jamais fait état d'insultes racistes (leur élection n'est pourtant pas si éloignée).

Je réponds que Chloé Mortaud, franco-américaine, n'a pas mis en avant, le jour de son élection, sa double nationalité, à l'inverse de Flora Coquerel qui est, jusqu'à preuve du contraire, miss France et non miss France-Bénin.

Je réponds que les commentaires racistes sur Internet existent depuis que les réseaux sociaux ont fait leur apparition.

Je réponds que les cons, ça pullule.

Je réponds que ça t'arrange bien de monter cette histoire en épingle pour une émission que, je te le donne en mille, tu ne regardes pas et que tu considères au fond de toi kitsch, beauf et sexiste (étrange d'ailleurs que tu ne relèves pas ce côté sexiste. Ça ne te dérange pas, Monsieur le progressiste, de voir cet étalage de viande, objet de fantasmes masculins, défiler sous des regards libidineux et pervers ?).

etc.

Conclusion : cela ne mérite pas qu'on en fasse une affaire d’État.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Je ne regarde effectivement pas miss france et alors ? Ce n'est pas parce que je ne vais pas dans une boite de nuit que je peux tolérer les refus à l'entrée pour cause de couleur de peau.

En revanche, je suis estomaqué autant par ce racisme que par ta réaction dénégatrice. Affaire d'Etat je ne sais pas, mais il y a lieu de s'indigner profondément de cet état de fait, et de combattre ce racisme répandu.

511

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Ce n'est pas une question de ne pas tolérer. Je mets en avant ton double langage : quand ça t'arrange (c'est-à-dire quand il y a une histoire de racisme), tu trouves que c'est un scandale. En revanche, en temps normal, on ne t'entend pas, alors que tout progressiste séide de Belkacem et compagnie se doit de s'élever contre cette marchandisation du corps, spécialement celui de la femme. Bizarre, non ?

Après, je ne nie rien. Je ne dis pas qu'il n'y a pas eu d'insultes racistes. Mais des insultes comme ça, tu en as tout le temps et à tout propos. Ils sont graves et doivent être sanctionnés à ce titre, point final. Mais c'est un fait divers.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Fait divers, fait divers...

1/ Non, je ne trouve pas que ce soit un fait divers. Si un type balance une insulte raciste dans la rue à qqn d'autre, oui, c'est un fait divers. Quand des milliers d'abrutis réagissent par des propos racistes à une gagnante d'un concours national, désolé, c'est bien plus qu'un simple fait divers, et ça dit quelque chose de notre société.

2/ La droite au pouvoir a passé sa vie à surfer sur des faits divers. Pourquoi ce que tu considères comme un fait divers raciste n'aurait pas la même importance que les faits divers qui ont initié nouvelles lois et réactions présidentielles sous sarko ?

3/ Tu me dis "qu'on ne m'entendait pas en temps normal". En ce qui me concerne, je n'écris pas depuis super longtemps sur Internet, mais les insultes racistes m'ont toujours choqué, quelles qu'elles soient... Au delà de moi, il me semble bien que l'on entendait, pendant toute la période sarkozyste, les cris d'orfraie de la gauche dès lors qu'il y avait des propos racistes qui étaient tenus. La justice a même été saisie plusieurs fois, même par des propos de personnalités de premier plan (hortefeux, guéant...).

Donc non, je ne suis pas d'accord avec ton diagnostic consistant à dire "ça a toujours existé mais c'est parce que c'est la gauche au pouvoir qu'on en parle".

Bref, le racisme est pour vous un détail de l'histoire. Et cette attitude ne peut que favoriser son développement, dès lors qu'il n'y a pas en face quelqu'un pour dire STOP et pour contrecarrer cette libération de la parole raciste.

Last edited by OneAgain (11-12-2013 11:47:11)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

J'ajoute par ailleurs qu'effectivement, les précédentes miss france pas "fdesouche" ont connu des phénomènes racistes. Peut-être qu'à l'époque, l'absence de réseaux sociaux sur Internet ne permettait pas de quantifier aussi précisément les actes racistes qui les concernaient.

REste que suite à ce qu'il s'est passé pour la nouvelle, l'ancienne a publié une tribune sur ce qui lui était arrivé à l'époque, et qui était effectivement inacceptable.

Insultes, crachats et excréments : j'étais Miss France 2000 et j'ai aussi subi le racisme
Publié le 10-12-2013 à 10h37 - Modifié le 10-12-2013 à 16h49

79 réactions | 92100 lu
Temps de lecture Temps de lecture : 4 minutes

Avatar de Sonia Rolland
Par Sonia Rolland
Actrice
LE PLUS. C'est Flora Coquerel, une jeune métisse de 19 ans, qui a été élue Miss France 2014 samedi à Dijon. Une élection quelque peu gâchée par de multiples commentaires racistes sur internet. En 2000, Sonia Rolland, elle aussi franco-africaine, avait été élue Miss France. Avait-elle également été la cible d'attaques ? Pour le Plus, elle revient sur son parcours.

Édité et parrainé par Louise Pothier
J'alerte
Partager sur Facebook
1768
Partager sur Twitter
481
Partager sur Google+
53
Réagir
79
Recevoir la sélection du Plus

Sonia Rolland a été élue miss France le 11 décembre 1999.(MORRIS RAYMOND/SIPA)

Sonia Rolland a été élue miss France le 11 décembre 1999.(MORRIS RAYMOND/SIPA)



Pour tout avouer, je suis surprise que l’on s’étonne encore de lire de telles réactions racistes, même si elles sont consternantes… C’est prévisible que les gens s’expriment ainsi, même s’ils ne sont qu’une minorité (fort heureusement).



Quand j’ai été élue Miss France en 2000, il n’y avait pas de réseaux sociaux. Pourtant, j’ai reçu environ 2700 lettres d’insultes, d’ailleurs j’en ai publié quelques-unes dans mon livre "Les gazelles n’ont pas peur du noir". Je suis au regret de vous apprendre que ceux qui insultent Flora Coquerel existaient déjà à mon époque…



Je me souviens d’une enveloppe qui contenait des excréments, assortis d’un petit mot : "Voilà ce que tu m’évoques quand je te vois à la télé." J’ai eu des crottes ramassées dans la rue sur mon paillasson, des crachats sur ma porte. On a aussi déchiré la toile de ma voiture après y avoir écrit "négresse" en énorme… J’avais 18 ans, ça a été très violent.



J’ai choisi de me taire



À l’époque, bouleversée par tout ça, Geneviève de Fontenay voulait absolument qu’on en parle. Elle-même recevait des messages lui disant que je ne représentais pas la France. J’ai refusé qu’on en fasse une histoire. Je pensais que ça risquait de mettre en péril l’image de Miss France. Je ne voulais pas donner de l’importance à une poignée d’ignorants racistes alors que ceux qui m’avaient élue étaient justement assez ouverts pour élire une métisse franco-rwandaise.



Par-dessus tout, je ne voulais pas me mettre en position victimaire pendant mon année de Miss. J’ai fait le tour de la France pendant un an et j’ai été confortée dans l’idée inverse : la France n’est pas raciste.



Devenir Miss France m’a empêchée de basculer dans la haine



Récemment, à l’élection de Miss France, j’ai choisi d’exprimer mon amour à la Bourgogne et de souligner l’audace qu’elle a eu de me choisir pour la représenter à Miss France. On me l’a beaucoup reproché, m’accusant d’attiser la haine ou d’être moi même raciste. Je ne comprends pas… Je ne sais pas quoi répondre aux détracteurs, des deux côtés.



C’est un fait : je suis issue de deux cultures et je ne veux en renier aucune. Chez moi, il n’y a pas de culture dominante. Mais j’ai eu de la chance, j’aurais pu basculer de l’autre côté.



Il faut se mettre à la place de ces gamins qui grandissent avec le délit de faciès quotidiennement, à qui on demande de choisir une culture et qui finissent par se sentir chez eux nulle part. Lorsqu’on fait les frais du racisme au quotidien, qu’on vit dans un milieu défavorisé, qu’on subit tout comme les autres les difficultés d’une crise, du chômage et qu’en plus on vous reproche d’en être la cause, il est difficile de ne pas basculer dans la haine inverse.



Miss France m’a offert l’occasion de voir autre chose et de sortir de ce schéma. Mais les jeunes que je rencontre sont encore dans ce questionnement permanent : "Pourquoi on ne nous accepte pas ?" En parlant de "on", ils reproduisent les mêmes amalgames. J’essaye de leur apprendre les nuances, car en tant que femme métisse, j’ai appris l’importance de la nuance.



On ne naît pas raciste, on le devient



J’ai conscience que c’est difficile à comprendre pour des gens qui n’ont pas mon vécu et c’est pour ça que je n’en veux à personne. Je pense profondément qu’on apprend la haine. C’est d’ailleurs ce que disait Nelson Mandela… Je suis prête à discuter avec un raciste pour essayer de comprendre ce qui s’est passé dans sa vie pour qu’il en arrive là. Car on ne naît pas raciste, on le devient.



L’être humain passe son temps à rechercher un bouc émissaire pour tous ses maux et depuis toujours, c'est l'autre, l'étranger.



La seule chose que je déplore vraiment, c’est qu’on prenne à la légère le fait qu’une personne soit insultée pour sa différence, que ce soit une femme, une personne handicapée, ou noire… Tout est une question d’éducation. Je me sens extrêmement privilégiée de ce point de vue-là car mes parents m’ont appris l’analyse et le discernement.



On ne peut pas mettre un pansement sur une fracture ouverte



Avant que l’on connaisse l’identité du "tireur de 'Libération'", quelqu’un m’avait dit : "J’espère que ce n’est pas un arabe, sinon ça va faire monter les courbes de Marine Le Pen." C'est triste qu’on en arrive à penser ce genre de choses. Il est primordial de rétablir la confiance en soi chez les gens, mais on ne peut pas mettre un pansement sur une fracture ouverte.



Le racisme, je l’ai toujours vécu mais je n’ai jamais ressenti autant de crispations autour de ce mot.



Lorsque je dis que je suis choquée lorsqu’une grande marque commercialise un bijou "Style esclave", on me taxe de communautarisme. Quand je dis que j’aime la France, on me traite de vendue. Alors j’ai choisi de garder ma ligne : je ne fais pas attention à ce qu’on va dire de moi.



Mais finalement, nous allons dans le bon sens. Nous avons une ministre de la Justice noire, des députés noirs, maghrébins, asiatiques, une Miss France métisse… Il y a encore des choses à faire dans bien des domaines et la France devrait mettre en avant sa diversité de manière plus systématique. Plus il y aura d’exemples et de valorisations, plus les esprits s’apaiseront.



Ce sont les gens éduqués qui me font peur, pas les ignorants



Mais je n’ai pas peur des gens mal éduqués ou ignorants. Ceux qui m’inquiètent, ce sont les penseurs qui attisent la haine, ce sont les médias qui fustigent les immigrés ou les Roms, sans aucun sens des responsabilités. Il faudrait d’urgence changer de discours ou ne pas s’étonner des dérapages. 

Quand j’ai été insultée, est-ce que j’ai eu raison de me taire ? C’est difficile à dire. C’était une époque sans relais aussi puissants que les réseaux sociaux… donc il ne fallait surtout pas leur offrir une tribune. Après réflexion, en me taisant, j’ai peut-être laissé des gamins être éduqués par des parents racistes… Si tout le monde se taisait, aucun enfant ne pourrait se relever de ce genre d’éducation.



Tout ce que je conseillerais à la jeune Flora, c’est de ne pas prêter attention à ces commentaires racistes qui circulent et de profiter de ce que va lui offrir son année de Miss. Elle n’a pas à s’excuser d’être Française juste parce qu’elle est métisse.



Tout comme elle, je suis fière de revendiquer une France cosmopolite et c’est tout le mal que je souhaite à mon pays.



Propos recueillis par Louise Pothier.

Tant mieux si enfin une véritable mobilisation au plus haut niveau de l'Etat permet de soulever un problème qui est plus qu'un détail, ni même un (ensemble de) fait(s) divers.

514

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

OneAgain a écrit:

1/ Non, je ne trouve pas que ce soit un fait divers. Si un type balance une insulte raciste dans la rue à qqn d'autre, oui, c'est un fait divers. Quand des milliers d'abrutis réagissent par des propos racistes à une gagnante d'un concours national, désolé, c'est bien plus qu'un simple fait divers, et ça dit quelque chose de notre société.

C'est bien sur cela que nous ne sommes pas d'accord. Tu parles d'insultes racistes dans la rue, mais tu en as tous les jours, des insultes racistes dans la rue et ça ne date pas d'hier. Tu n'en conclus pas pour autant que la parole raciste s'est libérée et que la France est un pays de racistes. Dans le cas de la miss France, il y a eu des commentaires racistes sur FB ou autres suite à son élection, ce qui te permet d’affirmer que quasi-subitement, les racistes se dévoilent au grand jour. Je suis prêt à te parier que, si FB avait existé en 2000, on aurait assisté à la même situation : tu aurais lu des commentaires racistes écrits par des crétins. La preuve en est que, si l'on en croit Sonia Rolland (qui surfe quand même sur la vague, soyons clairs), elle en avait déjà été victime à cette époque
Mais pourquoi ne parle-t-on pas des insultes racistes proférées dans la rue ? Justement parce qu'il y en a plein et que ça n'a aucun écho, ce sont des faits divers et tu es tombé d'accord avec moi là-dessus. Au nom de quoi ce ne serait plus un fait divers quand cela touche miss France ? Si l'on en parle, c'est parce que c'est un événement médiatique et que ça permet de faire monter le soufflé. Mais ça ne dit rien de plus sur notre société que les insultes quotidiennes de la rue, qui sont proférées par le même genre de personnes.

2/ La droite au pouvoir a passé sa vie à surfer sur des faits divers. Pourquoi ce que tu considères comme un fait divers raciste n'aurait pas la même importance que les faits divers qui ont initié nouvelles lois et réactions présidentielles sous sarko ?

Déjà, je n'ai jamais dit ça. Je n'ai pas parlé une seule fois de Sarkozy ni de son gouvernement. Mais les faits divers instrumentalisés ne sont le monopole ni de la droite ni de la gauche. Il y en a eu sous Sarkozy, il y en a sous Hollande, il y en aura sous leurs successeurs

3/ Tu me dis "qu'on ne m'entendait pas en temps normal". En ce qui me concerne, je n'écris pas depuis super longtemps sur Internet, mais les insultes racistes m'ont toujours choqué, quelles qu'elles soient...

Ce n'est pas cela que je te reproche. Tu as tout à fait le droit d'être choqué, à juste titre d'ailleurs. Ce que je veux dire (et quand je dis "toi", ce n'est pas forcément ton cas personnel, mais en général), c'est que les gens qui se scandalisent les premiers de ces insultes racistes sont hypocrites car ils ne s'élèvent pas contre le sexisme que représente l'entreprise Miss France, alors que, pour être cohérents avec eux-mêmes, ils le devraient, en toute logique. Seulement voilà, cela ne sert pas leurs intérêts du moment.
Pour ma part, ça me choque aussi de lire ou d'entendre des commentaires racistes. Mais je sais d'où ça vient et ce que ça vaut et je ne vais pas crier que je suis choqué sur tous les toits, sinon je n'en aurais pas fini. Cela relève du pénal, vu que c'est un délit. C'est mon choix, tu as le tien, tu peux dire que tu es scandalisé mais dans ce cas, va au bout et ne fais pas dans la demi-mesure.

Au delà de moi, il me semble bien que l'on entendait, pendant toute la période sarkozyste, les cris d'orfraie de la gauche dès lors qu'il y avait des propos racistes qui étaient tenus. La justice a même été saisie plusieurs fois, même par des propos de personnalités de premier plan (hortefeux, guéant...).

Ben oui mais ça, c'est normal que la justice saisisse les auteurs de délits. Encore heureux. Cependant, tu me permettras de te dire qu'une parole raciste proférée par un ministre de la République n'a pas le même poids qu'une parole raciste proférée par n'importe quel clampin sur tel ou tel réseau social.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

OneAgain a écrit:

N'est ce encore qu'un "détail de l'Histoire" ?

Rhoooo, les gros sabots que voilà...

OneAgain a écrit:

Aux minimiseurs du racisme en France (FDL sabaidee et gustave) : que dites-vous du déversement de propos racistes sur les réseaux sociaux suite à l'élection de Miss France ? N'est ce encore qu'un "détail de l'Histoire" ?

Un déferlement sur les réseaux sociaux, ah bon?

Les réseaux sociaux sont des médias, j'en déduis qu'ils te permettent de lire/entendre/voir qu'il y a une portion d'irréductibles racistes qui a toujours existée. C'est le cas, mais hormis l'effet loupe, cela ne veut pas dire qu'ils soient plus nombreux.

Que proposes-tu au delà de l'indignation? Partons du principe que le racisme existera toujours chez certains, ton indignation y changera-t-elle quelque chose?

Après, sur quoi te bases-tu, hormis l'air du temps pour considérer qu'il y a plus de raciste, là maintenant tout de suite qu'auparavant?

Personnellement, je crois qu'ils sont en baisse: au moment de la marche des beurs en 1983, ce n'était pas des paroles ou des insultes qui étaient dénoncés, mais bien des lynchages et des meurtres.

Last edited by sabaidee (11-12-2013 15:33:00)

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

516

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Le racisme ne s'arrête pas aux lynchages et aux meurtres urrrrgh

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Broz a écrit:

Le racisme ne s'arrête pas aux lynchages et aux meurtres urrrrgh

Sans déconner?

Le fait qu'il soit plus facile de diffuser des expressions racistes ne signifie pas non plus que le sentiment raciste soit plus répandu qu'auparavant.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Ca ne signifie pas non plus qu'il faille systématiquement minimiser les actes racistes lorsqu'ils se produisent. Vous avez exactement le même comportement que celui dénoncé par Gustave dans son post. FDL, j'ai du mal à voir en quoi les arguments "ça existait déjà avant" ou "c'est parce qu'elle a osé dire qu'elle était franco-béninoise la conne" sont recevables.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

519

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Ils sont recevables dans le sens où ce n'est pas parce que la nouvelle miss France a été victime d'insultes racistes (ce qui est habituel sur les réseaux sociaux) qu'il faut en déduire que la parole raciste s'est subitement libérée et que le pays est en proie à une déferlante d'extrémistes de droite qui nous mangeront tout crus bouh !
Et je n'ai pas dit qu'elle était "conne". Mais le fait d'avoir mis en avant sa double nationalité a pu exacerber les sentiments racistes de ces gens.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Et donc c'est une excuse ? On doit taire sa double nationalité pour ne pas exacerber les propos racistes de certain ? En quoi le fait qu'elle ait déclaré être franco-béninoise exclut toute possibilité d'une montée de l'expression raciste ? Tu notes justement que Cindy machin et Corrine bidule n'ont pas fait état de ce genre d'insultes, ça ne va pas dans le sens inverse de ce que tu essaies de démontrer ?

Et puis sérieusement, qu'est-ce qu'on en a à foutre que Chloé Mortaud, franco-américaine, n'a pas mis en avant, le jour de son élection, sa double nationalité ? Ca apporte quoi à la discussion, sinon l'impression que la double nationalité devrait être tue pour être élue miss France (parce que tu comprends, il n'y a que France dans le titre) ? - ce qui est non seulement moralement désespérant mais également juridiquement aberrant.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

521

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

L'emmerde avec le racisme ordinaire c'est que c'est une accumulation d'anecdotes, donc il suffit de pas beaucoup de mauvaise foi pour pouvoir nier facilement que ces temps-ci il y a un peu plus de remontées racistes qu'un peu avant.

Personne ne parle de nous manger tout crus enfin.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

522

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Barney a écrit:

Et donc c'est une excuse ? On doit taire sa double nationalité pour ne pas exacerber les propos racistes de certain ?

Non, elle fait ce qu'elle veut. Personnellement, je m'en contrefiche. A sa place, je ne l'aurais peut-être pas fait parce que je n'en aurais pas trop vu l’intérêt (surtout que voilà à quoi ça fait penser, que ce soit avéré ou non : http://www.lepoint.fr/societe/miss-fran … 15_23.php) mais si elle veut dire qu'elle a des origines béninoises, libre à elle, je ne l'en empêche pas. Mais il est indéniable que cela irrite les gens pour qui sa couleur de peau est sans doute trop foncée, si tu vois ce que je veux dire.


En quoi le fait qu'elle ait déclaré être franco-béninoise exclut toute possibilité d'une montée de l'expression raciste ?

Ce n'est même pas ça mais je te retourne plutôt la question : en quoi le fait que des excités l'aient insultée sur FB ou Twitter indique qu'il y a une montée du racisme en France ? Je répète : il n'y a malheureusement rien de plus banal que cela. Lis les commentaires des lecteurs sur les sites du Figaro, du Monde et de Libé et tu en trouveras plein, de ce genre de commentaires.

Tu notes justement que Cindy machin et Corrine bidule n'ont pas fait état de ce genre d'insultes, ça ne va pas dans le sens inverse de ce que tu essaies de démontrer ?

Non, ça soutient ce que je dis. Il y a eu des insultes racistes à leur égard ; Sonia Rolland en a bien subi, la nouvelle miss aussi, pourquoi diable les deux sus-citées auraient été épargnées ? Le racisme n'a pas fait de pause subite entre 2000 et 2013 hein. C'est juste qu'elles n'ont pas été relayées et qu'on n'en a pas fait une cause nationale parce que ce n'était pas dans l'air du temps à ce moment-là. Parce que le FN n'était pas à 20% etc. 

Et puis sérieusement, qu'est-ce qu'on en a à foutre que Chloé Mortaud, franco-américaine, n'a pas mis en avant, le jour de son élection, sa double nationalité ?

Ah, moi, rien du tout.

Ca apporte quoi à la discussion, sinon l'impression que la double nationalité devrait être tue pour être élue miss France (parce que tu comprends, il n'y a que France dans le titre) ? - ce qui est non seulement moralement désespérant mais également juridiquement aberrant.

Je n'ai rien dit de tel ; elle pourrait avoir 10 nationalités que ça me laisserait tout autant de marbre.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

523

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Broz a écrit:

L'emmerde avec le racisme ordinaire c'est que c'est une accumulation d'anecdotes, donc il suffit de pas beaucoup de mauvaise foi pour pouvoir nier facilement que ces temps-ci il y a un peu plus de remontées racistes qu'un peu avant.

Je vais t’embêter sur une question de sémantique mais si l'on constate une poussée subite du racisme, ce dernier n’est donc plus ordinaire mais extraordinaire. ;)

Personne ne parle de nous manger tout crus enfin.

Moui enfin, avec les mises en garde quasi quotidiennes des personnes autorisées (encore aujourd'hui, on a eu droit à un communiqué, sorti de nulle part, des évêques de France contre la montée des populismes blablabla), c'est un peu l'impression que ça donne.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

FDL a écrit:

Non, ça soutient ce que je dis. Il y a eu des insultes racistes à leur égard ; Sonia Rolland en a bien subi, la nouvelle miss aussi, pourquoi diable les deux sus-citées auraient été épargnées ? Le racisme n'a pas fait de pause subite entre 2000 et 2013 hein. C'est juste qu'elles n'ont pas été relayées et qu'on n'en a pas fait une cause nationale parce que ce n'était pas dans l'air du temps à ce moment-là. Parce que le FN n'était pas à 20% etc.

C'est une belle lecture de l'histoire qui n'est supportée par rien. Je veux bien suivre ton raisonnement et tu sais très bien que je ne crois pas non plus à la généralisation de faits divers. Seulement voilà, des faits divers il n'y a que ça sur ce forum, et les seuls qui méritent d'être relativisés par toi ou les autres posteurs qui restent sur ce forum, ce sont les cas de racisme. Parce que bouhouhou méchante la gauche qui veut en faire un combat national c'est scandaleux.

Note par ailleurs que vous n'avez pas la moindre idée de la réalité ou non d'une montée de l'expression raciste, pas plus d'études sur le sujet que OneAgain. Du coup je pense qu'il ne serait pas totalement débile de prendre un peu plus au sérieux des possibles signes d'un tel phénomène plutôt que de les balayer d'un revers de main. Dire que ça a toujours existé ou qu'il y aura toujours des cons ou etc. c'est sympa mais ça va pas chercher bien loin

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

525

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

FDL a écrit:

Je vais t’embêter sur une question de sémantique mais si l'on constate une poussée subite du racisme, ce dernier n’est donc plus ordinaire mais extraordinaire. wink

Facétie.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Barney a écrit:

Du coup je pense qu'il ne serait pas totalement débile de prendre un peu plus au sérieux des possibles signes d'un tel phénomène plutôt que de les balayer d'un revers de main. Dire que ça a toujours existé ou qu'il y aura toujours des cons ou etc. c'est sympa mais ça va pas chercher bien loin

Admettons que tu aies raison et que l'on fasse face à une recrudescence du racisme, que proposes-tu pour extirper ces idées nauséabondes de l'esprit des gens?

Et puis, je pense qu'on a galvaudé le terme même de racisme en l'utilisant pour discréditer toute prise de position sur le multiculturalisme, une conception "traditionnelle" de la laïcité, voire de la citoyenneté. Etre contre le droit de vote des étrangers, par exemple, n'est pas nécessairement raciste et pourtant c'est souvent au nom de l'antiracisme que cette extension du droit de vote est défendue.

Je prenais cet exemple, mais il y en a beaucoup d'autres. Il suffit de lire Antifaf.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Plusieurs choses rapidement.

1) Retirer les choses de l'esprit des gens c'est compliqué. J'ai tendance à penser que ça se fait par l'éducation, ou simplement par des rencontres qui permettent de banaliser des différences fantasmées. Je ne suis pas certain de l'effet d'une politique repressive en la matière, encore que des sanctions adaptées (réaliser des travaux communautaires qui obligent à aller à la rencontre des personnes visées) peuvent apporter un début de réponse.

2) Mais je ne parle pas que de retirer les choses de l'esprit des gens. Après tout ils pensent bien ce qu'ils veulent. En revanche, l'expression publique de ce racisme est une atteinte au vivre ensemble, bien plus à mes yeux que ne peut l'être le port de la burqa qui vous fait bondir gustave et toi. Dans le modèle américain de liberté totale d'expression, auquel je ne suis pas particulièrement opposé, il n'y aurait aucune raison de sanctionner ce genre de propos (enfin je crois, je ne suis même pas un spécialiste de cette question). En revanche, si on va au bout de la logique selon laquelle le droit doit garantir le vivre ensemble, ces propos doivent être systématiquement sanctionnés et faire l'objet d'autant de shaming que nécessaire.

3) Personne sur ce forum - hormis Antifaf, certes - ne va te dire qu'être contre le multiculturalisme ou être contre le vote des étrangers est forcément l'expression d'un racisme. En revanche tu ne peux pas nier que ces causes sont reprises par certaines personnes qui n'hésitent pas à faire l'amalgame. Ca va dans les deux sens.

Personnellement, je n'ai vraiment pas l'impression de crier au racisme à tort et à travers et je n'en parle sur ce forum que depuis très récemment. En revanche je vous avouerai que vos réactions m'agacent vraiment, je ne les trouve pas particulièrement cohérentes avec le reste de votre démarche sur le forum (qui consiste en grande partie à rebondir sur des faits divers pour dénoncer l'insécurité les problèmes d'intégration la burqa etc.), voire insultantes. Que vous soyez gavés par l'action outrancière de certains mouvements du type SOS Racisme ok, je comprend très bien. En revanche que vous assimiliez forcément la lutte contre le racisme qui est un combat nécessaire et d'actualité à des manoeuvres politiques, c'est juste nul.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Je me permet de reproduire ici un article du Monde d'aujourd'hui, qui est assez mesuré.

LeMonde.fr a écrit:

Les nouveaux habits du racisme
LE MONDE CULTURE ET IDEES | 12.12.2013 à 17h47 • Mis à jour le 12.12.2013 à 21h11 |
Par Anne Chemin

Depuis la vague d’injures proférées à l’égard de Christiane Taubira, mais aussi de la nouvelle – et métisse – Miss France, le mot racisme est sur toutes les lèvres, mais nul ne sait exactement où en est la chose.

Observe-t-on, dans un pays où le Front national ne cesse de gagner des voix, une « libération de la parole raciste », voire une vague d’hostilité envers ceux que l’on nomme, faute de mieux, les « minorités visibles » ? Quelles sont les formes contemporaines de ce phénomène qui a fait son entrée dans les dictionnaires français en 1932 ? L’Hexagone est-il aujourd’hui gangrené par cette pensée que le sociologue américain William Julius Wilson définissait, à la fin des années 1990, comme une « idéologie de la domination raciale » ?

> Lire aussi : Pascal Blanchard : « Nous sommes les héritiers des discours colonialistes »

La « guenon » de la petite fille de la Manif pour tous, le bébé singe de la page Facebook d’une candidate du Front national, la banane de la « une » de Minute : en quelques images, l’extrême droite est parvenue à ressusciter, autour de la figure de Christiane Taubira, tout un univers colonial – le bon nègre de « Y’a bon Banania », les images de « sauvages » véhiculées, au début du XXe siècle, par les expositions coloniales et, surtout, le fantasme de l’animalité des Africains, à mi-chemin entre le singe et l’homme. Une idée que, malgré sa prudence, le naturaliste Georges Louis de Buffon, au XVIIIe siècle, jugeait évidente. « L’intervalle qui sépare le singe du nègre est difficile à saisir », écrivait-il en 1776 dans De la dégénération des animaux.

LE RACISME « BIOLOGIQUE » DISQUALIFIÉ

Si les associations, les hommes politiques et la presse ont, dans un premier temps, écouté ces propos avec une stupéfaction un peu incrédule, c’est sans doute parce que ce racisme « biologique et inégalitaire », selon le mot du chercheur Pierre-André Taguieff, a quasiment disparu. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l’idée qu’il existe sur Terre des « races » humaines différentes, et que certaines sont supérieures à d’autres, est moribonde : les travaux scientifiques menés dans l’après-guerre ont disqualifié cette approche « typologique ». Surtout, cette conviction, largement partagée dans les années 1930, a été condamnée, après la Libération, par la communauté internationale.

Aujourd’hui, les Français qui affirment partager ce racisme « bio-inégalitaire » sont rares. « Les sondeurs continuent à demander aux personnes interrogées si les races humaines existent et si certaines sont plus “douées” que d’autres, explique Vincent Tiberj, chercheur au Centre d’études européennes de Sciences Po. Depuis cinq ans, seuls 8 % des sondés défendent l’inégalité des races. Cela représente certes quelques millions de personnes, mais c’est un chiffre marginal. Il ne cesse d’ailleurs de baisser et concerne essentiellement des personnes âgées, qui ont été socialisées dans un monde très différent du nôtre. Aujourd’hui, l’antiracisme est devenu la norme démocratique. »

Le racisme n’a cependant pas disparu pour autant. Selon Pierre-André Taguieff, qui a dirigé un Dictionnaire historique et critique du racisme (PUF), il s’est simplement transformé : après la seconde guerre mondiale, le racisme « classique » - biologique et inégalitaire - a peu à peu fait place à un « néoracisme » différentialiste et culturel. « Il ne biologise pas le différent et ne hiérarchise pas les groupes distingués, souligne Pierre-André Taguieff. Sans affirmer l’existence de “races humaines”, il implique le culte des identités particulières, de leur homogénéité et de leur “pureté” - d’où, par exemple, les stéréotypes négatifs de l’immigration comme “invasion” et comme “pollution”. »

DOCTRINE DIFFÉRENTIALISTE

Ce néoracisme manie désormais le vocabulaire des modes de vie et des valeurs : il classe, répertorie et étiquette les populations en leur attribuant, à tort ou à raison, certains traits culturels qu’il juge immuables. Fondé, le plus souvent, sur des préjugés, il redoute par-dessus tout la proximité ou le mélange. « La nouvelle droite, dans les années 1970 et 1980, a été le berceau de cette doctrine différentialiste, poursuit M. Taguieff. Le Front national et les mobilisations nationales populistes en ont ensuite diffusé une vulgate en y ajoutant un accent nationaliste. Puis on a assisté à une mise en acceptabilité des sentiments racistes fondés sur le rejet de tout ce qui n’était pas considéré comme français. »

Pour Patrick Simon, chercheur à l’Institut national d’études démographiques (INED), ce « néoracisme » s’est développé à partir des années 1980. « La société française a alors compris que l’immigration n’était pas un phénomène périphérique : les enfants d’immigrés étaient dans les écoles, les immigrés dans les quartiers, ils étaient au cœur de notre monde. Certains Français ont alors eu une réaction “nativiste” : ils n’ont pas parlé de “race” - supérieure ou inférieure - mais ils ont proclamé qu’ils étaient les propriétaires légitimes de la France et qu’ils avaient, à ce titre, droit à des privilèges. Le Front national a résumé ce discours sur les valeurs culturelles en un slogan, “La France aux Français”. »

Depuis les succès électoraux de l’extrême droite, ce racisme différentialiste et culturel semble avoir le vent en poupe : c’est désormais au nom des valeurs républicaines, et non de l’inégalité des « races », que le mouvement de Marine Le Pen condamne l’immigration. A-t-elle pour autant gagné la bataille de l’opinion ? Rien n’est moins sûr. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la société française apparaît, dans les enquêtes, de plus en plus tolérante. « Les études infirment la perception souvent répandue d’une société qui se recroqueville sur elle-même », soulignent les chercheurs Vincent Tiberj, Nonna Mayer et Guy Michelat dans le rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’homme sur le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie.

LA TOLÉRANCE PROGRESSE

Année après année, les enquêtes posent une kyrielle de questions plus ou moins directes qui permettent de mesurer la crainte de la mixité ou l’hostilité envers les minorités visibles : « Etes-vous d’accord avec l’idée qu’en France on ne se sent plus chez soi comme avant ? », « Pensez-vous que la présence d’étrangers est une source d’enrichissement culturel ? », « Estimez-vous que les Maghrébins (ou les Africains ou les Juifs) constituent “un groupe à part” ? », voire, plus franchement, « Etes-vous un peu, beaucoup ou pas du tout raciste ? ». A partir de ces multiples questions posées pendant plusieurs décennies, Vincent Tiberj a construit un « indice d’ouverture » inspiré par le travail d’un chercheur américain, James Stimson.

Depuis une vingtaine d’années, cet indice fait apparaître une petite révolution silencieuse : à partir de 1990, la société française s’est ouverte à la mixité et à la tolérance. Au fil des ans, l’indice augmente ainsi régulièrement, passant de 53,5 % en 1990 à 65,5 % en 2008. La courbe épouse les hauts et les bas des débats politiques sur l’immigration mais, sur une longue période, elle grimpe avec constance, comme si la société française s’habituait, peu à peu, à vivre dans un univers multiculturel. « Sur l’immigration comme sur l’égalité entre hommes et femmes ou l’homosexualité, la courbe progresse à la manière d’un long fleuve tranquille, observe Vincent Tiberj. La société bouge plus qu’on ne l’imagine. Elle va dans le sens d’une plus grande tolérance : elle accepte progressivement de nouvelles normes. »

Pour expliquer cette ouverture, Vincent Tiberj met en avant trois facteurs : l’arrivée à l’âge adulte de générations socialisées dans un monde plus métissé que leurs parents ; l’élévation constante du niveau de diplôme, qui engendre une plus grande tolérance envers les immigrés, mais aussi un climat multiculturel, qui touche aussi bien les jeunes que les vieux ? quels que soient leur âge et leur niveau de diplôme, les personnes interrogées en 2008 sont moins sujettes aux préjugés racistes qu’en 1990. « Les personnalités préférées des Français, ce sont quand même Yannick Noah, Zinédine Zidane et Jamel Debbouze », sourit le prêtre Christian Delorme, qui a accompagné la « Marche des beurs » de 1983.

LES DISCRIMINATIONS PERSISTENT

La bataille de la tolérance n’est pas gagnée pour autant : si l’ouverture progresse dans les esprits, elle n’est pas encore installée durablement dans les gestes de la vie sociale. Lorsqu’un patron accorde un emploi, lorsqu’un responsable décide d’une promotion professionnelle, lorsqu’un professeur oriente un élève, lorsqu’un propriétaire loue son appartement, une grande méfiance - consciente ou inconsciente - subsiste envers les « minorités visibles » : toutes choses égales par ailleurs (formation, âge, carrière…), les immigrés, mais aussi leurs enfants, connaissent, selon leur origine, un risque de chômage de 20 % à 50 % plus élevé que le reste de la population.

Deux économistes du Centre pour la recherche économique et ses applications (Cepremap) ont pu le vérifier in vivo. Nicolas Jacquemet et Anthony Edo ont travaillé sur 500 offres d’emplois publiées en Ile-de-France entre septembre 2011 et février 2012. Ils ont envoyé plus de 3 000 curriculum vitae en tous points identiques - à un détail près : certaines candidatures étaient signées Pascal Leclerc ou Sandrine Rousset, d’autres Rachid Benbalit, Aldegi Jatrix, Hadav Alissa ou Samira Benounis. Rachid Benbalit a obtenu moitié moins d’entretiens que Pascal Leclerc. « Le marché du travail français se caractérise par une forte discrimination fondée sur l’origine », concluent les deux économistes.

Pour Ahmed Boubeker, sociologue à l’université Jean-Monnet de Saint-Etienne, cette persistance, génération après génération, des discriminations liées à l’origine constitue une véritable bombe à retardement. « Le temps passe - les marcheurs de 1983 ont aujourd’hui 50 ans ! -, mais les enfants d’immigrés ne sont toujours pas traités de la même manière que les Français sur le marché du travail, à l’école ou dans l’accès au logement. Cette situation engendre forcément beaucoup de colère et de frustration dans les quartiers. Toute une population se retrouve en dehors du droit commun alors qu’elle est née et qu’elle a grandi ici. »

BONNE PRATIQUES

L’amertume est d’autant plus grande que, depuis le début des années 1980, aucune politique publique d’ampleur n’a tenté d’endiguer ces discriminations : la France se contente de condamner moralement de telles pratiques. « La dernière grande loi contre le racisme date de 1972, regrette Louis-Georges Tin, le président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN). Quand le gouvernement combat les violences faites aux femmes, il ne se contente pas d’exprimer sa réprobation envers les hommes violents, il élabore des lois et des politiques publiques. Il faut faire la même chose pour les discriminations raciales. En matière de recrutement ou de formation, les bonnes pratiques existent : nous les avons recensées dans notre baromètre contre le racisme. »

Ces discriminations sont d’autant plus inquiétantes que le climat, en France, a brutalement changé il y a quatre ans. Depuis 2009, l’indice d’ouverture mis au point par le chercheur Vincent Tiberj n’a cessé de chuter : la tolérance envers les juifs ou les Noirs continue à progresser mais une énorme crispation anti-islam s’est emparée de la société française. « L’indice de tolérance ne baisse de manière significative que pour deux minorités : les musulmans et les Maghrébins, constate Vincent Tiberj. Si on compare notre époque à celle de l’avant-guerre, on pourrait dire qu’aujourd’hui le musulman, suivi de près par le Maghrébin, a remplacé le juif dans les représentations et la construction d’un bouc émissaire. »

Curieusement, cette « islamophobie » mêle des profils très différents. Elle est très majoritairement le fait de personnalités « autoritaires » et « ethnocentristes » au sens où l’entendait le philosophe allemand Theodor Adorno (1903-1969) - en France comme ailleurs, l’aversion à l’islam s’accompagne souvent d’un penchant pour la répression pénale et d’une condamnation de l’homosexualité. Mais, depuis quelques années, l’islamophobie progresse également chez les femmes, notamment diplômées. « Les effectifs sont faibles mais ils témoignent d’une prise de distance à l’égard de l’islam et de ses pratiques qui ne se confond pas avec le racisme ordinaire », estime M. Tiberj.

CONTROVERSE INTELLECTUELLE

Comment interpréter cette flambée récente de l’islamophobie ? Est-elle liée à des comportements religieux agressifs de la part des musulmans français ou s’agit-il d’une intolérance qui s’apparente, au fond, à une nouvelle forme de racisme ? Est-ce la réaction « normale » d’une société menacée par le communautarisme musulman ou les habits neufs d’une arabophobie qui caractérise, depuis longtemps, la société française ? Le sujet est complexe, au point de nourrir une controverse intellectuelle - une dizaine de livres sur ce sujet ont été publiés depuis la rentrée de septembre.

Pour le chercheur Pierre-André Taguieff, cette flambée d’intolérance à l’égard des musulmans est liée au « dynamisme international » de l’islam politique. « Le vieux racisme anti-immigrés et antiMaghrébins s’est reformulé, c’est vrai, dans une dénonciation plus ou moins paranoïaque de l’islamisation. Mais il faut reconnaître que, depuis le début des années 1990, et plus encore depuis le 11 septembre 2001, l’islam, dans le monde, a pris un visage conquérant qui effraie, à juste titre, les Français. Si beaucoup d’entre eux surestiment cette menace, c’est tout simplement parce que ce fanatisme mondial fait écho, dans l’Hexagone, à une fragmentation multicommunautariste inquiétante. »

Beaucoup d’intellectuels sont en désaccord avec cette lecture : ils estiment que les demandes de l’islam de France n’ont rien d’exorbitant. « Il n’y a pas de continuum entre les musulmans français et afghans, souligne Patrick Simon, de l’INED. L’islam de France demande simplement un aménagement des pratiques sociales. Prévoir dans les cantines un repas de substitution pour les enfants qui ne mangent pas de porc, ou construire une mosquée pour que les gens cessent de prier dans des locaux inadaptés, ce n’est pas s’imposer aux autres. De même, si le port du voile peut être considéré comme une oppression, on ne peut accuser sérieusement les femmes qui le portent de prosélytisme. Les musulmans ne cherchent pas à convertir la société française, juste à exister sans se cacher. »

« LE NOIR FAIT RIRE, L’ARABE FAIT PEUR »

Pour beaucoup de chercheurs, le mot « communautarisme » est souvent employé à mauvais escient : la France, rappellent-ils, ne compte que 4,5 millions de musulmans, dont seulement un tiers vont régulièrement à la mosquée. « Le communautarisme serait peut-être une menace si les musulmans avaient du pouvoir, mais ce n’est pas du tout le cas, explique le sociologue Ahmed Boubeker. Les musulmans sont très minoritaires au sein de la société française, ils ne sont pas représentés dans les élites politiques, économiques ou sociales et n’ont aucun relais auprès des pouvoirs publics. Les menées islamistes existent, bien sûr, mais elles sont très marginales. L’islamophobie est la rencontre entre deux peurs : la vieille peur issue de l’histoire coloniale, et la nouvelle peur de l’islam radical tel qu’il se développe à l’étranger. »

Plus qu’une inquiétude légitime face à un mouvement communautaire, l’islamophobie est donc, pour ces intellectuels, la forme moderne de la vieille arabophobie française. « Le Noir fait rire, l’Arabe fait peur », résume le président du CRAN, Louis-Georges Tin. « La résistance à l’idée de la mixité avec les Maghrébins date d’avant la seconde guerre mondiale, rappelle Patrick Simon. Il y a, pour des raisons historiques liées à la conquête et à la domination coloniales, une vision péjorative des Nord-Africains qui s’est aggravée avec la guerre d’Algérie et qui est encore très présente. »

Avant même les « événements » et l’immigration des années 1960, les Français, interrogés en 1951 sur leurs sympathies à l’égard de plusieurs nationalités, plaçaient d’ailleurs les « Nord-Africains » en avant-dernière position. Juste devant les Allemands, avec qui la guerre venait de se terminer…

Last edited by Barney (13-12-2013 09:27:07)

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Que fait cet article ici?

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Désolé je me suis trompé de thread, FDL tu peux déplacer mon message ?

Dzo

C'est fait Msieur

F

Merci beaucoup <3

B

Last edited by Barney (13-12-2013 10:17:36)

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

En fait, il y a un paradoxe évident dans cet article...

LeMonde.fr a écrit:

(...)Ce néoracisme manie désormais le vocabulaire des modes de vie et des valeurs : il classe, répertorie et étiquette les populations en leur attribuant, à tort ou à raison, certains traits culturels qu’il juge immuables. Fondé, le plus souvent, sur des préjugés, il redoute par-dessus tout la proximité ou le mélange. « La nouvelle droite, dans les années 1970 et 1980, a été le berceau de cette doctrine différentialiste, poursuit M. Taguieff. Le Front national et les mobilisations nationales populistes en ont ensuite diffusé une vulgate en y ajoutant un accent nationaliste. Puis on a assisté à une mise en acceptabilité des sentiments racistes fondés sur le rejet de tout ce qui n’était pas considéré comme français. » (...)

Beaucoup d’intellectuels sont en désaccord avec cette lecture : ils estiment que les demandes de l’islam de France n’ont rien d’exorbitant. « Il n’y a pas de continuum entre les musulmans français et afghans, souligne Patrick Simon, de l’INED. L’islam de France demande simplement un aménagement des pratiques sociales. Prévoir dans les cantines un repas de substitution pour les enfants qui ne mangent pas de porc, ou construire une mosquée pour que les gens cessent de prier dans des locaux inadaptés, ce n’est pas s’imposer aux autres. De même, si le port du voile peut être considéré comme une oppression, on ne peut accuser sérieusement les femmes qui le portent de prosélytisme. Les musulmans ne cherchent pas à convertir la société française, juste à exister sans se cacher. »

Le différentialisme culturel serait l'un des marqueurs de l’extrême droite, c'est effectivement la ligne du GRECE ou du club de l'Horloge, soit.

Mais s'il existe des demandes de traitement spécifique d'une communauté du fait d'un fonds ethno-religieux différent, c'est aussi le signe d'un différentialisme culturel, non?

De la même manière, insister sur le fond arabophobe de la culture des "français de souche", c'est probablement faux (l'orientalisme, le "grand royaume arabe" de Napoléon III sont autant de signes d'une relation autant fascinée que répulsée par la culture arabo-musulmane; il serait d'ailleurs intéressant d'avoir un travail similaire sur la perception qu'ont les maghrébins du Maghreb et ceux de France de la culture française ou tout du moins occidentale), mais cela ne revient-il pas surtout à faire d'un élément culturel, un élément différenciant?

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

LeMonde.fr a écrit:

LES DISCRIMINATIONS PERSISTENT

La bataille de la tolérance n’est pas gagnée pour autant : si l’ouverture progresse dans les esprits, elle n’est pas encore installée durablement dans les gestes de la vie sociale. Lorsqu’un patron accorde un emploi, lorsqu’un responsable décide d’une promotion professionnelle, lorsqu’un professeur oriente un élève, lorsqu’un propriétaire loue son appartement, une grande méfiance - consciente ou inconsciente - subsiste envers les « minorités visibles » : toutes choses égales par ailleurs (formation, âge, carrière…), les immigrés, mais aussi leurs enfants, connaissent, selon leur origine, un risque de chômage de 20 % à 50 % plus élevé que le reste de la population.

Vaste sujet. Il y a un choix de la part de la journaliste.

L'étude sur le CV anonyme a donné des résultats complètement inverses:

CREST, Ecole de Paris d'Economie a écrit:

En revanche, le CV anonyme ne permet pas de réduire l’écart de chances entre les candidats issus de l’immigration et/ou résidant ZUS?CUCS et les autres candidats. L’écart de taux d’entretien devient encore plus défavorable à ces candidats potentiellement discriminés lorsque leur CV est anonymisé. (...)

il se peut que l’anonymisation du CV, en ôtant de l’information sur les candidats, ait empêché les employeurs de réinterpréter à l’avantage des candidats potentiellement discriminés les autres signaux du CV. Par exemple, les « trous » dans le CV pourraient être expliqués par un accès plus difficile à l’emploi lorsque le CV montre que le candidat réside en ZUS, mais pas lorsque cette information est masquée

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j … mp;cad=rja

Last edited by sabaidee (13-12-2013 11:02:46)

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

533

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Un article intéressant de Benoît Duteurtre, qui remet quelques pendules à l'heure :

Le Point a écrit:

Benoît Duteurtre : "Le péril fasciste"

À rebours de ceux qu'obsède la montée des périls, l'écrivain Benoît Duteurtre se réjouit au contraire de vivre dans une France tolérante.

Une rumeur insistante laisse entendre que la France serait en proie - selon l'actualité du jour - à une irrésistible montée de l'homophobie, à une dégradation de la condition des femmes ou à une véritable fièvre raciste. Quant à moi, probablement trop candide, j'ai l'impression d'observer exactement le contraire ! Mille signes quotidiens démontrent (et je m'en réjouis) que les traits marquants de notre époque sont précisément : la place croissante des femmes dans la société, l'inexorable diminution de l'homophobie, et la disparition du regard "exotique" longtemps jeté par les Français sur tout ce qui n'était pas blanc et catholique. On m'opposera que je vois par le petit bout de la lorgnette, dans un beau quartier du centre de Paris... Sauf que j'observe la même chose dans les villages que je connais, où les femmes dirigent des entreprises, où le "métissage" s'installe pacifiquement, où les ex-paysans ne cachent plus leurs enfants gays !

Comment, alors, expliquer ces dérapages qui, de la Manif pour tous aux insultes à Christiane Taubira, font les unes de la presse comme autant de signes inquiétants ? Une première réponse figure dans la question, les médias adorant monter en épingle toute possibilité de conflit - surtout quand les pouvoirs publics veulent faire oublier leur incurie économique en lançant de bruyantes réformes sociétales. Mais on dirait aussi que d'irrésistibles schémas "antifascistes" structurent les esprits, même lorsqu'ils ne sont plus vraiment de gauche, et moins encore révolutionnaires : une conviction obsédante selon laquelle la France, depuis 1940, serait un pays toujours à la limite du basculement dans le déshonneur ; et un codicille selon lequel la droite serait par nature raciste, intolérante, et prête à glisser vers l'extrême droite.

La France en avance

D'où le fâcheux succès du mot "nauséabond", employé avec délectation par ceux qui discernent, derrière toute position conservatrice, un possible crime contre l'humanité. Tant de vigilance conduit à s'alarmer de quelques injures misérables adressées à une ministre en exercice ; puis à brandir d'inquiétantes statistiques judiciaires... qui démontrent pourtant que les femmes, les homosexuels ou les gens de couleur trouvent désormais naturel de porter plainte au lieu de plier l'échine. Même le Front national ne se veut plus raciste ni sexiste ! Rien n'y fait : le thème de la montée des périls est inébranlable, tout comme au temps de mon adolescence gauchiste où l'on se mobilisait contre la dictature giscardienne ! Aujourd'hui, la "radicalisation du discours politique", dénoncée à tout propos, constitue l'arme ultime d'une gauche sans programme.

Les fabricants d'opinion convoquent inlassablement "les années trente" pour souligner la menace. Ils pourraient se rappeler que les Noirs américains, dès cette époque, venaient humer en France un air moins raciste ; que la Parisienne passait pour séduisante et libre ; que les homos anglais préféraient vivre de ce côté-ci de la Manche. Sous la Quatrième République, un métis guyanais présidait le Sénat. La France était en avance sur Martin Luther King. Aujourd'hui, on la dit raciste, sexiste, homophobe. Mais sans doute n'est-elle en retard que sur le modèle états-unien qui prétend s'imposer partout avec ses marches et ses fiertés, ses communautés et ses repentances, sa guerre des sexes, sa judiciarisation de tout et de rien. D'où l'ardeur de certains à vilipender, une fois de plus, cette nation inadaptée aux nouvelles normes mondiales.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

sabaidee a écrit:
OneAgain a écrit:

N'est ce encore qu'un "détail de l'Histoire" ?

Rhoooo, les gros sabots que voilà...

OneAgain a écrit:

Aux minimiseurs du racisme en France (FDL sabaidee et gustave) : que dites-vous du déversement de propos racistes sur les réseaux sociaux suite à l'élection de Miss France ? N'est ce encore qu'un "détail de l'Histoire" ?

Un déferlement sur les réseaux sociaux, ah bon?

Les réseaux sociaux sont des médias, j'en déduis qu'ils te permettent de lire/entendre/voir qu'il y a une portion d'irréductibles racistes qui a toujours existée. C'est le cas, mais hormis l'effet loupe, cela ne veut pas dire qu'ils soient plus nombreux.

Que proposes-tu au delà de l'indignation? Partons du principe que le racisme existera toujours chez certains, ton indignation y changera-t-elle quelque chose?

Après, sur quoi te bases-tu, hormis l'air du temps pour considérer qu'il y a plus de raciste, là maintenant tout de suite qu'auparavant?

Personnellement, je crois qu'ils sont en baisse: au moment de la marche des beurs en 1983, ce n'était pas des paroles ou des insultes qui étaient dénoncés, mais bien des lynchages et des meurtres.

Il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir …Les actes racistes sont en hausse en France et ailleurs en Europe. Voici quelques chiffres à l'appui.

Évolution des actes racistes et antisémites entre 1991 et 2010 selon la statistique annuelle
du ministère de l'intérieur

http://www.arte.tv/fr/actes-racistes-et … 48386.html

http://www.arte.tv/fr/violences-antisem … 45996.html

Agence des Droits Fondamentaux de l'union Européenne/ rapport annuel -------> LIRE PAGES 129 à 132

je vous invite à lire page les tableaux 6/2 Page 131 tendances en matière de crimes racistes officiellement enregistrés 2000-2009

Tableau 6/3 p 132
tendances en matière de crimes antisémites enregistrés 2001-2009

http://fra.europa.eu/sites/default/file … 011_FR.pdf

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Comment voir ce que l'on veut surtout...
Voyons ce que disent tes sources:

Ton fameux tableau est commente ainsi:

"En résumé, les tendances globales à long terme qui se
dégagent des chiffres recueillis à long terme sur la criminalité
raciste enregistrée pour la période 2000-2009 font état
d’une hausse générale dans la majorité des États membres
disposant de suffisamment de données pour permettre une
analyse. En comparaison, les tendances pour les deux dernières
années pour lesquelles des données sont disponibles
indiquent une hausse dans seulement un tiers des États
membres. En France, la hausse de 113 % des chiffres relatifs
aux délits racistes enregistrés au cours de la période 2008-
2009 reflète dans une large mesure une hausse significative
de l’antisémitisme enregistré en 2009
"

Or cet anti semitisme est fort peu le fait des si mediatiques militants de Civitas ou des Identitaires...
Ce qui nous amene par ailleurs a ton autre source qui va eclairer tout ceci...

"L'analyse de ces évolutions met en exergue les points suivants.
Une très forte sensibilité aux événements internationaux, notamment ceux du Proche et Moyen-Orient, et les menées terroristes. Cette sensibilité est souvent exacerbée par l'exploitation faite de ces événements par des extrémistes pratiquant l'amalgame.
En effet, les pics des courbes correspondent à ces types d'événements :
Février 1991: engagement de la guerre du Golfe,
Juillet 1995: attentats terroristes à Paris fomentés par le GIA algérien,
28 septembre 2000: 2ème Intifada dans les territoires palestiniens,
11 septembre 2001,
2002: aggravation du conflit-palestinien,
2004: attentats de Madrid et en Israël,
Janvier 2009: conflit israélo-palestinien dans la Bande de Gaza.
Plus finement, on constate que c'est immédiatement après les événements que se concentrent les actes : 70% de ceux de l'année 2000 sont en octobre juste après la 2ème Intifada déclenchée le 28 septembre ; 40% de ceux de l'année 2001 en septembre-octobre, juste après le 11 septembre ; 60% de ceux de l'année 2002 sont en avril, juste après l'offensive israélienne du 27 mars en Cisjordanie ; la quasi totalité de l'accroissement des violences antisémites de l'année 2009 est concentrée au mois de janvier pendant l'offensive israélienne dans la Bande de Gaza.

Une tendance de longue période à l'aggravation.
Si les augmentations constatées après chaque évènement international pertinent retombent, on observe une forme d’accumulation (« hystérésis ») après chaque pic : l'accroissement se fait en un an mais la décroissance demande plusieurs années. La tendance globale est ainsi à l'aggravation.
On peut séparer 4 périodes entre 1992 et 2010 :
Pendant la période 1992-1999, la situation s'améliore progressivement; malgré le pic de 1995, pour atteindre son plus faible niveau en 1999 avec 189 actes au total. La moyenne annuelle se monte à 327 actes par an.
La période 2000-2004 est marquée par la brusque aggravation du conflit israélo-palestinien et par des attentats terroristes islamistes: la tendance générale est à la hausse avec une moyenne de 1.000 actes par an, soit trois fois plus que lors de la période précédente.
La période 2006-2008 montre une amélioration progressive avec une moyenne de 867 actes par an.
La période qui commence en 2009, avec la forte augmentation constatée cette année là et une décrue, toutefois assez peu prononcée en ce qui concerne les actes racistes, en 2010.

Cette aggravation porte sur l'ensemble des actes. Il faut toutefois remarquer que, dans la décennie 2000 par rapport à la décennie 1990, les actes antisémites ont crû beaucoup plus fortement que les actes racistes pour devenir nettement supérieurs à ceux-ci pendant les années 2000-2007.
Néanmoins, il faut noter que l'augmentation réelle du nombre de faits est certainement inférieure à leur augmentation statistique et cela pour trois raisons : la collecte des statistiques s'est beaucoup améliorée comme cela a été expliqué précédemment ; le dépôt de plaintes a été encouragé tant par les pouvoirs publics que par les associations, et l'accès au droit des victimes a été nettement amélioré ; enfin, les délais de prescription de certains délits ont été allongés.
Compte tenu de ces évolutions, il n’est pas possible, au-delà de ce constat général, de tirer des conclusions précises et définitives en la matière."

Donc globalement ce racisme semble prinipalement lie aux evenements du Moyen-Orient et son evolution a la hausse potentielle est surtout due a celle de l'antisemitisme. Autant dire que les explications les plus plausibles ne ciblent pas vraiment les Identitaires!!!

Last edited by gustave (14-12-2013 16:21:36)

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

gustave a écrit:

Comment voir ce que l'on veut surtout...
Voyons ce que disent tes sources:

Ton fameux tableau est commente ainsi:
En résumé, les tendances globales à long terme qui se
dégagent des chiffres recueillis à long terme sur la criminalité
raciste enregistrée pour la période 2000-2009 font état
d’une hausse générale dans la majorité des États membres
disposant de suffisamment de données pour permettre une
analyse. En comparaison, les tendances pour les deux dernières
années pour lesquelles des données sont disponibles
indiquent une hausse dans seulement un tiers des États
membres. En France, la hausse de 113 % des chiffres relatifs
aux délits racistes enregistrés au cours de la période 2008-
2009 reflète dans une large mesure une hausse significative
de l’antisémitisme enregistré en 2009

Or cet anti semitisme est fort peu le fait des si mediatiques militants de Civitas ou des Identitaires...

Ce qui nous amene par ailleurs a ton autre source qui va eclairer tout ceci...

L'analyse de ces évolutions met en exergue les points suivants.
Une très forte sensibilité aux événements internationaux, notamment ceux du Proche et Moyen-Orient, et les menées terroristes. Cette sensibilité est souvent exacerbée par l'exploitation faite de ces événements par des extrémistes pratiquant l'amalgame.
En effet, les pics des courbes correspondent à ces types d'événements :
Février 1991: engagement de la guerre du Golfe,
Juillet 1995: attentats terroristes à Paris fomentés par le GIA algérien,
28 septembre 2000: 2ème Intifada dans les territoires palestiniens,
11 septembre 2001,
2002: aggravation du conflit-palestinien,
2004: attentats de Madrid et en Israël,
Janvier 2009: conflit israélo-palestinien dans la Bande de Gaza.

Plus finement, on constate que c'est immédiatement après les événements que se concentrent les actes : 70% de ceux de l'année 2000 sont en octobre juste après la 2ème Intifada déclenchée le 28 septembre ; 40% de ceux de l'année 2001 en septembre-octobre, juste après le 11 septembre ; 60% de ceux de l'année 2002 sont en avril, juste après l'offensive israélienne du 27 mars en Cisjordanie ; la quasi totalité de l'accroissement des violences antisémites de l'année 2009 est concentrée au mois de janvier pendant l'offensive israélienne dans la Bande de Gaza.

Une tendance de longue période à l'aggravation.
Si les augmentations constatées après chaque évènement international pertinent retombent, on observe une forme d’accumulation (« hystérésis ») après chaque pic : l'accroissement se fait en un an mais la décroissance demande plusieurs années. La tendance globale est ainsi à l'aggravation.

On peut séparer 4 périodes entre 1992 et 2010 :
Pendant la période 1992-1999, la situation s'améliore progressivement; malgré le pic de 1995, pour atteindre son plus faible niveau en 1999 avec 189 actes au total. La moyenne annuelle se monte à 327 actes par an.
La période 2000-2004 est marquée par la brusque aggravation du conflit israélo-palestinien et par des attentats terroristes islamistes: la tendance générale est à la hausse avec une moyenne de 1.000 actes par an, soit trois fois plus que lors de la période précédente.
La période 2006-2008 montre une amélioration progressive avec une moyenne de 867 actes par an.
La période qui commence en 2009, avec la forte augmentation constatée cette année là et une décrue, toutefois assez peu prononcée en ce qui concerne les actes racistes, en 2010.

Cette aggravation porte sur l'ensemble des actes. Il faut toutefois remarquer que, dans la décennie 2000 par rapport à la décennie 1990, les actes antisémites ont crû beaucoup plus fortement que les actes racistes pour devenir nettement supérieurs à ceux-ci pendant les années 2000-2007.

Néanmoins, il faut noter que l'augmentation réelle du nombre de faits est certainement inférieure à leur augmentation statistique et cela pour trois raisons : la collecte des statistiques s'est beaucoup améliorée comme cela a été expliqué précédemment ; le dépôt de plaintes a été encouragé tant par les pouvoirs publics que par les associations, et l'accès au droit des victimes a été nettement amélioré ; enfin, les délais de prescription de certains délits ont été allongés.

Compte tenu de ces évolutions, il n’est pas possible, au-delà de ce constat général, de tirer des conclusions précises et définitives en la matière.

Donc globalement ce racisme semble prinipalement lie aux evenements du Moyen-Orient et son evolution a la hausse potentielle est surtout due a celle de l'antisemitisme. Autant dire que les explications les plus plausibles ne ciblent pas vraiment les Identitaires!!!

Je suis intéressée par ta réponse mais ton post n'est pas lisible.

Pourrais-tu le présenter de façon à ce qu'on puisse bien distinguer ce que tu penses d'une part et les éléments que tu reprends dans les documents, ce n'est pas clair.
Je te remercie .

PS: tu pourrais mettre entre guillemets ce qui ne t'appartiens pas par exemple

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Si je suis circonspect sur l'augmentation du racisme, je suis convaincu de l'explosion du sentiment antisémite camouflé sous les oripeaux de l'antisionisme.

Civitas est certainement antisémite ou tout du moins imprégné d'un antijudaïsme catholique pré-Vatican II. En revanche, je ne pense vraiment pas que les militants de civitas aient été à l'origine de beaucoup d'actes antisémites, c'est d'ailleurs ce que sous-entend l'extrait de gustave: il y a une généralisation de l'antisémitisme chez les jeunes de banlieue, notamment par "solidarité" avec le nationalisme palestinien, mais aussi du fait d'un fond culturel du pays d'origine des parents qui brille rarement par son philosémitisme.

Il suffit d'ailleurs d'observer l'audience de Dieudonné et de ses quenelles sur cette population.

On peut aussi noter la typologie des personnes qui avaient agressé Wilfred de Bruijn en début d'année...

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Desole Zaza, effectivement ce n'etait pas clair. J'espere que cela l'est plus maintenant.
J'ajoute que ma reponse est surtout celle que je tire de tes references.
Pour ma part je pense qu'il y a plus de racisme en reaction aux problemes culturels, communautaires, economiques, lies en partie ou totalement a une immigration massive, et surtout a la negation de ces problemes par toute la classe dirigeante (politique, mediatique...), voire a la penalisation des critiques s'y referant. Je crois aussi toutefois que ce racisme ne se traduit guere en actes...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

zaza's birthday a écrit:

Il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir …Les actes racistes sont en hausse en France et ailleurs en Europe.

S'agit-il des actes réalisés ou des actes déclarés ? S'agit-il d'actes racistes ou de sentiment d'actes racistes, sentiment qui peut être exacerbé par des médias sensationnalistes et par des hommes politiques qui jettent de l'huile sur le feu pour détourner l'attention des vrais problèmes ?

« la propagande frontiste que distille apokrif sur Wikipedia. Sans oublier son petit blog de faf. » (Pierre-L)
« Il y a assez de mots dans la langue française pour dire ce qu'on a besoin de dire. » (mon grand-père)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

OneAgain a écrit:

Aux minimiseurs du racisme en France (FDL sabaidee et gustave)

Des liens pour confirmer qu'ils auraient effectivement minimisé le racisme ?

« la propagande frontiste que distille apokrif sur Wikipedia. Sans oublier son petit blog de faf. » (Pierre-L)
« Il y a assez de mots dans la langue française pour dire ce qu'on a besoin de dire. » (mon grand-père)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Effectivement, comment cet embleme du racisme a-t-il pu etre tolere aussi longtemps? Apres la legitime mise en cause de ce sapin, arbre exclusivement europeen et auquel ne sauraient s'identifier tous ceux qui font France, il est temps de remettre en cause ce symbole sapant le vivre ensemble.http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/a … ales.dhtml
[...]la blogueuse Aisha Harris du site Slate, [...] explique que durant son enfance, elle croisait la route de deux Pères Noël bien différents. "Le premier avait un gros ventre, une longue barbe blanche et la peau blanche. Il était omniprésent, se rendait dans les écoles, dans les centres commerciaux et même à la télévision. Le deuxième était celui de notre famille. Il était dessiné sur les cartes de Noël et se déclinait aussi sous forme de figurines. C'était une copie parfaite du premier sauf qu'il avait la peau noire, comme moi".
[...]"Deux décennies plus tard, si les Etats-Unis se sont diversifiés ethniquement, le Père Noël a quant à lui à peine évolué. Que ce soit dans les campagnes de pub, les centres commerciaux et les films, il est toujours blanc". Elle pose alors la question: "Ne serait-il pas mieux que l'image du Père Noël corresponde mieux à TOUS les enfants?".
Pour elle, pas de doute, les États- Unis ont besoin d'un nouveau symbole de Noël et propose l'image du pingouin, comme il existe un lapin de Pâques. Pour elle, ce changement ne poserait aucun souci majeur: "Les enfants aiment le Père Noël uniquement parce qu'il leur apporte des cadeaux. Un pingouin sera alors tout aussi apprécié. D'autant que les pingouins vivent dans un environnement froid et enneigé. On ne perdrait donc pas la magie de l'hiver. Et vu que les pingouins ne volent pas, le Pingouin de Noël aurait toujours besoin des rennes pour se déplacer".
Il semblerait tout de même que Aisha oublie certains détails dans son raisonnement... Le point de départ de la légende de Noël serait né en Scandinavie où le dieu viking Odin descendait sur terre pour offrir des cadeaux aux enfants. Les rennes sont d'ailleurs présents dans ces régions. Quand à la magie de la Noël en hiver, il faudrait aussi ne pas oublier tous les enfants de l'hémisphère Sud qui n'ont jamais connu de Noël autrement que sous le soleil...

Effectivement cet attachement a la neige et l'hiver sonne comme une insupportable discrimination contre les peuples du Sud...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

gustave a écrit:

Comment voir ce que l'on veut surtout...
Voyons ce que disent tes sources:

Ton fameux tableau est commente ainsi:

"En résumé, les tendances globales à long terme qui se
dégagent des chiffres recueillis à long terme sur la criminalité
raciste enregistrée pour la période 2000-2009 font état
d’une hausse générale dans la majorité des États membres
disposant de suffisamment de données pour permettre une
analyse.
En comparaison, les tendances pour les deux dernières
années pour lesquelles des données sont disponibles
indiquent une hausse dans seulement un tiers des États
membres. En France, la hausse de 113 % des chiffres relatifs
aux délits racistes enregistrés au cours de la période 2008-
2009 reflète dans une large mesure une hausse significative
de l’antisémitisme enregistré en 2009
"

Or cet anti semitisme est fort peu le fait des si mediatiques militants de Civitas ou des Identitaires...
Ce qui nous amene par ailleurs a ton autre source qui va eclairer tout ceci...

"L'analyse de ces évolutions met en exergue les points suivants.
Une très forte sensibilité aux événements internationaux, notamment ceux du Proche et Moyen-Orient, et les menées terroristes. Cette sensibilité est souvent exacerbée par l'exploitation faite de ces événements par des extrémistes pratiquant l'amalgame.
En effet, les pics des courbes correspondent à ces types d'événements :
Février 1991: engagement de la guerre du Golfe,
Juillet 1995: attentats terroristes à Paris fomentés par le GIA algérien,
28 septembre 2000: 2ème Intifada dans les territoires palestiniens,
11 septembre 2001,
2002: aggravation du conflit-palestinien,
2004: attentats de Madrid et en Israël,
Janvier 2009: conflit israélo-palestinien dans la Bande de Gaza.
Plus finement, on constate que c'est immédiatement après les événements que se concentrent les actes : 70% de ceux de l'année 2000 sont en octobre juste après la 2ème Intifada déclenchée le 28 septembre ; 40% de ceux de l'année 2001 en septembre-octobre, juste après le 11 septembre ; 60% de ceux de l'année 2002 sont en avril, juste après l'offensive israélienne du 27 mars en Cisjordanie ; la quasi totalité de l'accroissement des violences antisémites de l'année 2009 est concentrée au mois de janvier pendant l'offensive israélienne dans la Bande de Gaza.

Une tendance de longue période à l'aggravation.
Si les augmentations constatées après chaque évènement international pertinent retombent, on observe une forme d’accumulation (« hystérésis ») après chaque pic : l'accroissement se fait en un an mais la décroissance demande plusieurs années. La tendance globale est ainsi à l'aggravation.
On peut séparer 4 périodes entre 1992 et 2010 :
Pendant la période 1992-1999, la situation s'améliore progressivement; malgré le pic de 1995, pour atteindre son plus faible niveau en 1999 avec 189 actes au total. La moyenne annuelle se monte à 327 actes par an.
La période 2000-2004 est marquée par la brusque aggravation du conflit israélo-palestinien et par des attentats terroristes islamistes: la tendance générale est à la hausse avec une moyenne de 1.000 actes par an, soit trois fois plus que lors de la période précédente.
La période 2006-2008 montre une amélioration progressive avec une moyenne de 867 actes par an.
La période qui commence en 2009, avec la forte augmentation constatée cette année là et une décrue, toutefois assez peu prononcée en ce qui concerne les actes racistes, en 2010.

Cette aggravation porte sur l'ensemble des actes. Il faut toutefois remarquer que, dans la décennie 2000 par rapport à la décennie 1990, les actes antisémites ont crû beaucoup plus fortement que les actes racistes pour devenir nettement supérieurs à ceux-ci pendant les années 2000-2007.
Néanmoins, il faut noter que l'augmentation réelle du nombre de faits est certainement inférieure à leur augmentation statistique et cela pour trois raisons : la collecte des statistiques s'est beaucoup améliorée comme cela a été expliqué précédemment ; le dépôt de plaintes a été encouragé tant par les pouvoirs publics que par les associations, et l'accès au droit des victimes a été nettement amélioré ; enfin, les délais de prescription de certains délits ont été allongés.
Compte tenu de ces évolutions, il n’est pas possible, au-delà de ce constat général, de tirer des conclusions précises et définitives en la matière."

Donc globalement ce racisme semble prinipalement lie aux evenements du Moyen-Orient et son evolution a la hausse potentielle est surtout due a celle de l'antisemitisme. Autant dire que les explications les plus plausibles ne ciblent pas vraiment les Identitaires!!!




Je ne faisais pas une étude sociologique sur les causes du racisme.
Toi, FDL et sabaidee vous soutenez que le racisme n'augmente pas, je vous trouve des sources sérieuses qui disent l'inverse. Les chiffres sur la criminalité raciste ( qui est l'une des expressions les plus extrême du racisme) sur la période 2000/ 2009 sont en hausse en France et en Europe et je trouve que les documents que je poste suffisent à le démontrer.

Ps : j'ai souligné l'idée principale de ce document, ce n'est pas une analyse ce sont des faits/ chiffres

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

zaza's birthday a écrit:

Toi, FDL et sabaidee vous soutenez que le racisme n'augmente pas, je vous trouve des sources sérieuses qui disent l'inverse.

Gustave n'a pas prétendu le contraire. Après, je pinaille, mais je ne suis pas certain que le racisme explose comme on nous le présente. D'autant que ton document a l'air de souligner que c'est la composante antisémite du racisme qui explose.

Le document que tu cites prend d'ailleurs avec des pincettes ta présentation d'une augmentation des faits racistes en indiquant en conclusion:

Ton document a écrit:

Néanmoins, il faut noter que l'augmentation réelle du nombre de faits est certainement inférieure à leur augmentation statistique et cela pour trois raisons : la collecte des statistiques s'est beaucoup améliorée comme cela a été expliqué précédemment ; le dépôt de plaintes a été encouragé tant par les pouvoirs publics que par les associations, et l'accès au droit des victimes a été nettement amélioré ; enfin, les délais de prescription de certains délits ont été allongés.

Compte tenu de ces évolutions, il n’est pas possible, au-delà de ce constat général, de tirer des conclusions précises et définitives en la matière. Une fois que l’ensemble des outils prévus dans le présent Plan auront été mis en place, une analyse plus fine et plus opérationnelle sera possible.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

zaza's birthday a écrit:

Toi, FDL et sabaidee vous soutenez que le racisme n'augmente pas, je vous trouve des sources sérieuses qui disent l'inverse. Les chiffres sur la criminalité raciste ( qui est l'une des expressions les plus extrême du racisme) sur la période 2000/ 2009 sont en hausse en France et en Europe et je trouve que les documents que je poste suffisent à le démontrer.
Ps : j'ai souligné l'idée principale de ce document, ce n'est pas une analyse ce sont des faits/ chiffres

Ce n'est pas une analyse, c'est une interpretation: tes sources (dont le serieux n'est pas la question) indiquent que selon leurs chiffres les actes racistes sont plus nombreux a etre enregistres, principalement du fait de la hausse vertigineuse des actes antisemites, mais que du fait de l'evolution des conditions de recueil de ces donnees cette hausse est tres probablement exageree.
J'en deduis qu'il n'y a pas d'explosion, voire (mais la c'est plus une possibilite, qui ne peut cependant pas etre ecartee) pas de hausse reelle des actes racistes, et que si il y a hausse c'est essentiellement voire totalement le fait des actes antisemites.
La conclusion suivante est que quoi qu'il en soit la denonciation d'une montee du racisme en lien avec les anti mariages gay ou le FN est totalement artificielle, denuee de toute base statistique et donc une manipulation politicienne.

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

La realite du politiquement correct d'aujourd'hui...http://www.theglobeandmail.com/globe-de … e15792740/
Let’s face it: Britain has an ethnic problem[...]Who are these people? The English. Once a tolerant, welcoming people who thrived in scholarship and commerce, they have become a drag on British society.
Il suffisait d'y penser...

http://www.dailymail.co.uk/news/article … rants.html
The plan to require migrants to demonstrate a ‘reasonable standard of English’ was outlined by Work and Pensions Secretary Iain Duncan Smith this week.
But Laszlo Andor, European Commissioner for Employment, Social Affairs and Inclusion, told David Cameron to drop proposals to tighten the so-called ‘habitual residency tests’ or face legal action.
C'est vrai quoi, exiger de parler la langue...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

gustave a écrit:
zaza's birthday a écrit:

Toi, FDL et sabaidee vous soutenez que le racisme n'augmente pas, je vous trouve des sources sérieuses qui disent l'inverse. Les chiffres sur la criminalité raciste ( qui est l'une des expressions les plus extrême du racisme) sur la période 2000/ 2009 sont en hausse en France et en Europe et je trouve que les documents que je poste suffisent à le démontrer.
Ps : j'ai souligné l'idée principale de ce document, ce n'est pas une analyse ce sont des faits/ chiffres

Ce n'est pas une analyse, c'est une interpretation: tes sources (dont le serieux n'est pas la question) indiquent que selon leurs chiffres les actes racistes sont plus nombreux a etre enregistres, principalement du fait de la hausse vertigineuse des actes antisemites, mais que du fait de l'evolution des conditions de recueil de ces donnees cette hausse est tres probablement exageree.
J'en deduis qu'il n'y a pas d'explosion, voire (mais la c'est plus une possibilite, qui ne peut cependant pas etre ecartee) pas de hausse reelle des actes racistes, et que si il y a hausse c'est essentiellement voire totalement le fait des actes antisemites.
La conclusion suivante est que quoi qu'il en soit la denonciation d'une montee du racisme en lien avec les anti mariages gay ou le FN est totalement artificielle, denuee de toute base statistique et donc une manipulation politicienne.


Ok t'as raison . Il n'y a pas de hausse. Je poste des chiffres en hausse et tu/ vous continuez à nier.

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

gustave a écrit:

La realite du politiquement correct d'aujourd'hui...http://www.theglobeandmail.com/globe-de … e15792740/
Let’s face it: Britain has an ethnic problem[...]Who are these people? The English. Once a tolerant, welcoming people who thrived in scholarship and commerce, they have become a drag on British society.
Il suffisait d'y penser...

http://www.dailymail.co.uk/news/article … rants.html
The plan to require migrants to demonstrate a ‘reasonable standard of English’ was outlined by Work and Pensions Secretary Iain Duncan Smith this week.
But Laszlo Andor, European Commissioner for Employment, Social Affairs and Inclusion, told David Cameron to drop proposals to tighten the so-called ‘habitual residency tests’ or face legal action.
C'est vrai quoi, exiger de parler la langue...

Je vois que FDL l'a reposté quelque part avec une petite erreur de traduction qu'il faut corriger. Il y a une grande différence entre le fait de se sentir britannique et le fait de se sentir anglais. C'est énormément lié au contexte du Royaume-Uni, dans lequel beaucoup de personnes n'ont tout simplement jamais été anglaises et ce depuis des siècles. La comparaison avec un quelconque "politiquement correct" en France est assez limitée. Leur modèle est différent, c'est tout.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

D'ailleurs je me permet de te faire remarquer que le fait de dire cette phrase n'est absolument pas politiquement correct dans le contexte actuel. Il va falloir arrêter de vous faire passer pour des martyrs ou des grands défenseurs du penser-autrement, petit village d'irréductibles entouré par un océan de multiculturalisme. C'est juste risible et ridicule. Il suffit de voir la réaction du gouvernement ces derniers jours, la posture uniforme de la classe politique française sur la laïcité ou le refus du multiculturalisme pour voir à quel point la pensée alternative, c'est pas la votre. Quand bien même il pourrait y avoir une once de courage intellectuel à poster des messages sur un forum, c'est pas en postant ça qu'on y ferait honneur.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

549

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

Barney a écrit:

Je vois que FDL l'a reposté quelque part avec une petite erreur de traduction qu'il faut corriger.

Oui, j'ai vu après. J'avais d'ailleurs écrit Royaume-Uni alors que cela aurait dû être Grande-Bretagne. Mais bon, j'ai été paresseux. ;)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Débat sur le politiquement correct et/ou incorrect dans le langage courant

zaza's birthday a écrit:

Ok t'as raison . Il n'y a pas de hausse. Je poste des chiffres en hausse et tu/ vous continuez à nier.

Sois tu es de mauvaise foi, sois tu ne te donnes pas la peine de lire, sois...
Recommence doucement, a lire tes sources, puis a me lire, tu verras...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."