Topic: Communautarisme ?

On se demande d'ailleurs ce qu'Hortefeux va foutre à la rupture de jeûne du ramadan. C'est tout à fait contraire aux principes de laïcité, et c'est une façon de donner le change au communautarisme... Décidément, racisme et communautarisme vont bien ensemble.

On est dirigé par des psychotiques. On passe d'un délire à un autre..; C'est ça la sarkozye, et on veut nous faire accepter ce fonctionnement à coups de marteaux. Eh bien, moi je dis définitivement non et j'appelle à la désobéissance civile généralisée. Si la police est dirigée par des voyous, il n'y a plus de raison de la considérer comme légitime.

Re: Communautarisme ?

Orcid a écrit:

C'est tout à fait contraire aux principes de laïcité

Ah. Les enterrements religieux de de Gaulle ou de Mitterrand aussi ?

Re: Communautarisme ?

Orcid a écrit:

Eh bien, moi je dis définitivement non et j'appelle à la désobéissance civile généralisée.

Ah oui, et qu'est-ce que tu vas faire concrètement ?

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Communautarisme ?

Orcid a écrit:

c'est une façon de donner le change au communautarisme...

Ah. Faire ramadan, c'est un acte communautariste ?

Re: Communautarisme ?

Toute pratique religieuse ou spirituelle est communautariste.

Re: Communautarisme ?

Elessar a écrit:

Toute pratique religieuse ou spirituelle est communautariste.

Ah bon. Et faire son signe de croix le soir au pied de son lit serait donc un acte communautariste ?

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Communautarisme ?

Ah mais non cher ami, c'es la sphère "privée", tu fais ce que tu veux. Mais si t'es catho et que t'es pris d'une furieuse envie de remercier le bon Dieu pour je sais pas quoi, pas dans la rue, c'est communautariste.

D'ailleurs les curés qui se baladent en soutane c'est affreusement communautariste aussi. Et les processions de chemin de croix,  communautariste. Tout comme l'obligation pour un juif de porter la kippa, ou le musulman qui s'arrete 5 minutes pour faire la prière. CO-MU-NAU-TA-RISTE qu'on te dit. Ca met en péril le socle républicain et la cohésion nationale. D'ailleurs la preuve, c'est approuvé par le Vatican, le groupe de Bilderberg et le lobby sioniste qui mènent l'offensive contre la France.

Donc un ministre n'a pas à y aller. CQFD.

Last edited by Elessar (14-09-2009 16:42:41)

Re: Communautarisme ?

Ben et dans ce cas des supporters de foot dans la rue avec le maillot de leur équipe, c'est communautariste ?

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Communautarisme ?

ca ne concerne pas des revendications de minorités ethniques ou religieuses, le communautarisme ?

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

Re: Communautarisme ?

C'était vraiment une question, parce que pour moi communautarisme, c'est une "communauté qui fait passer sa communauté avant l'individu".

Donc des supporters en uniformes, ben c'est communautaire.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Communautarisme ?

wikipedia a écrit:

Communautarisme peut s'entendre comme :

    * le communautarisme est un terme socio-politique désignant les attitudes ou les revendications de minorités (culturelles, religieuses, ethniques...), pouvant être perçues comme menaçant la cohésion d'une société au niveau national ;
    * le communautarisme de lieux de vie, mode de vie lié à une organisation locale choisie comme rejet de la société industrielle.
    * le communautarisme social ou communalisme, qui constitue une segmentation de la population d'une nation (organisation sociale);
    * le communautarisme religieux
    * le communautarisme européen, qui s'oppose au souverainisme, ainsi au Parlement européen où les députés dits souverainistes s'opposent au députés dits communautaristes, qui soutiennent la création de la communauté européenne.
    * Il existe une confusion profonde dans la transposition de l'anglais communitarianism dans le français communautarisme. L'expression anglaise renvoie à un courant bien connu animé en particulier par Amitai Etzioni et qui met en avant le primat de la communauté (globale) sur les individus qui la composent. Ce courant veut dès lors contre-balancer les droits individuels par des devoirs envers la collectivité. Il ne doit en aucun cas être confondu avec le "communautarisme ethnique" présent dans le débat politique francophone.

Mettons pour la seconde définition en gras, mais je trouve ça un peu tiré par les cheveux de l'appliquer aux supporters, non ?

Last edited by faux semblants (14-09-2009 17:21:51)

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

Re: Communautarisme ?

cela dit, pour en revenir au sujet du thread, je ne comprends pas ce qu'Horefeux va y foutre, oui. (à part en terme de signal de com po)

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

Re: Communautarisme ?

Ok !
Je disais ça plus pour montrer qu'en poussant à l'extrême le raisonnement d'Elessar on pouvait en conclure que des supporters, c'était du communautarisme.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Communautarisme ?

mami a écrit:

Ok !
Je disais ça plus pour montrer qu'en poussant à l'extrême le raisonnement d'Elessar on pouvait en conclure que des supporters, c'était du communautarisme.

Non ce n'est pas en poussant à l'extrême, c'est en essayant de lui faire dire ce qu'il n'a pas dit. D'ailleurs intellectuellement c'est très honnête.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Communautarisme ?

Il me semble qu'Elessar était de toute façon ironique dans son post. Dire qu'un prêtre en soutane c'est AFFREUSEMENT communautariste, moi je prends ça pour de l'humour.

Il manque un "pas" dans ta phrase, j'imagine wink

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Communautarisme ?

Elessar a écrit:

Ah mais non cher ami, c'es la sphère "privée", tu fais ce que tu veux. Mais si t'es catho et que t'es pris d'une furieuse envie de remercier le bon Dieu pour je sais pas quoi, pas dans la rue, c'est communautariste.

D'ailleurs les curés qui se baladent en soutane c'est affreusement communautariste aussi. Et les processions de chemin de croix,  communautariste. Tout comme l'obligation pour un juif de porter la kippa, ou le musulman qui s'arrete 5 minutes pour faire la prière. CO-MU-NAU-TA-RISTE qu'on te dit. Ca met en péril le socle républicain et la cohésion nationale. D'ailleurs la preuve, c'est approuvé par le Vatican, le groupe de Bilderberg et le lobby sioniste qui mènent l'offensive contre la France.

Donc un ministre n'a pas à y aller. CQFD.

Tu prends ça au premier degrés ? C'est honnêtement une question de ma part.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Communautarisme ?

D'après le passage ci-dessous, je dirais que non wink

Elessar a écrit:

D'ailleurs la preuve, c'est approuvé par le Vatican, le groupe de Bilderberg et le lobby sioniste qui mènent l'offensive contre la France.

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Communautarisme ?

Ben que oui, donc.

ELESSAR  : TU RIGOLAIS OU PAS ?

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Communautarisme ?

mami a écrit:

Ben que oui, donc.

ELESSAR  : TU RIGOLAIS OU PAS ?

Au temps pour moi, je n'avais pas tout lu, mes excuses mami. Effectivement ça semble ironique

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Communautarisme ?

Pleasure.
wink

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Communautarisme ?

La vache, autant de questions existentielles sur un post pareil, vous me flattez.
Alors effectivement, le premier post sur toute pratique était déjà en soi du second degré, mais comme notre ami lehussard semblait pas l'avoir compris, j'en ai rajouté une couche, en pensant être compris mais apparemment y a que mami qui avait tilté.

Au départ c'était sur le fait qu'on cherche encore des noises à un ministre qui honore une communauté religieuse de sa présence pour une fête importante (même si le dit ministre est un trou du cul fini), comme si la République sous prétexte qu'elle n'officialise aucun culte devait les ignorer. J'ai pas souvenir d'avoir vu qui que ce soit s'indigner quand Chirac a reçu les franc mac à l'Elysée pour le 200 e anniversaire de je ne sais plus quoi.

Last edited by Elessar (14-09-2009 20:32:08)

Re: Communautarisme ?

Je reprends mon post:

Lehussard a écrit:

D'après le passage ci-dessous, je dirais que non  wink

qui répondait à la question de Mami:

Mami a écrit:

Tu prends ça au premier degrés ?

Donc ça signifiait : je ne pense pas que c'était du 1er dégré. smile

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Communautarisme ?

Elessar a écrit:

J'ai pas souvenir d'avoir vu qui que ce soit s'indigner quand Chirac a reçu les franc mac à l'Elysée pour le 200 e anniversaire de je ne sais plus quoi.

Je suis tout a fait d'accord avec ton post. Simplement, cette derniere comparaison ne tient pas. Les differents obediences maconniques ne constituent en rien des communautes religieuses (tout specialement le GODF) puisque n'organisant aucun culte (en dehors de quelques reliquats tres marginaux) et ne portent pas de revendications particularistes. AUcune raison de s'indigner donc, meme par anti-communautarisme.

Re: Communautarisme ?

Orcid a écrit:

la lie de l'humanité

Et les génocidaires psychopathes, dans tout ça ? C'est leur manquer d'égards !

« Hit me right in my white guilt »

Re: Communautarisme ?

Jalabar Xho a écrit:

Je suis tout a fait d'accord avec ton post. Simplement, cette derniere comparaison ne tient pas. Les differents obediences maconniques ne constituent en rien des communautes religieuses (tout specialement le GODF) puisque n'organisant aucun culte (en dehors de quelques reliquats tres marginaux) et ne portent pas de revendications particularistes. AUcune raison de s'indigner donc, meme par anti-communautarisme.

Ben tiens, ils portent pas de revendications les franc-macons (non c'est pas de l'anti maconnisme primaire mais mon clavier allemand a pas de cédille, désolé). Et dans les "temples" maconniques, les cérémonies n'ont aucun mais aucun caractère spirituel, bien sur.

Rien de spirituel la dedans :

http://www.glnf.asso.fr/page.asp?mere=1 … b_n_id=195


Et je ne m'indigne pas que les franc-macons soient recus à l'elysée, je trouve ca très bien !

Re: Communautarisme ?

Merci Elessar, j'ai cru une seconde que j'avais vraiment l'esprit perverti et que je ne comprenais plus l'humour français....

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Communautarisme ?

Ben la GLNF c'est justement une obédience toute particulière en France qui a longtemps été très minoritaire. , et qui tire son "orginalité" dans la reconnaissance pleine et entière du déisme.
Et puis les franc-maçons ayant fortement poussé à la séparation du culte et de l'Etat, à la laïcité tout ça, ce n'est pas, a priori chez eux que l'on devrait chercher à tout prix la petite bête communautarisante.

Re: Communautarisme ?

Kastor a écrit:

Et puis les franc-maçons ayant fortement poussé à la séparation du culte et de l'Etat, à la laïcité tout ça, ce n'est pas, a priori chez eux que l'on devrait chercher à tout prix la petite bête communautarisante.

Précisement, si. Si on considère que la neutralité c'est ne rencontrer personne, alors c'est personne. Il n'y a aucune raison que certains soient privilégiés par rapport à d'autres.
Ou alors on considère que la neutralité c'est ne favoriser personne et n'ignorer personne, auquel cas tout le monde est le bienvenu de temps en temps dans les ministères. Ca évite les fatwas et le branlage de nouille à chaque fois.

Last edited by Elessar (15-09-2009 09:27:33)

Re: Communautarisme ?

Kastor a écrit:

Ben la GLNF c'est justement une obédience toute particulière en France qui a longtemps été très minoritaire. , et qui tire son "orginalité" dans la reconnaissance pleine et entière du déisme.
Et puis les franc-maçons ayant fortement poussé à la séparation du culte et de l'Etat, à la laïcité tout ça, ce n'est pas, a priori chez eux que l'on devrait chercher à tout prix la petite bête communautarisante.

Merci pour la petite histoire.

http://stazzunis.sur-le-web.fr/dotclear/images/LObjetBeaversDeLaSemaine/Les_histoires_du_Pere_Castor.PV__.jpg

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Communautarisme ?

Elessar a écrit:
Kastor a écrit:

Et puis les franc-maçons ayant fortement poussé à la séparation du culte et de l'Etat, à la laïcité tout ça, ce n'est pas, a priori chez eux que l'on devrait chercher à tout prix la petite bête communautarisante.

Précisement, si. Si on considère que la neutralité c'est ne rencontrer personne, alors c'est personne. Il n'y a aucune raison que certains soient privilégiés par rapport à d'autres.
Ou alors on considère que la neutralité c'est ne favoriser personne et n'ignorer personne, auquel cas tout le monde est le bienvenu de temps en temps dans les ministères. Ca évite les fatwas.

Un gros (© Gamby) +1.

Last edited by Barney (15-09-2009 09:25:10)

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Communautarisme ?

Préambule: Les blagues .jpg cela fait longtemps que ce n'est plus drôle, en fait.

Ensuite, je n'ai pas parlé de neutralité, qui de toute façon n'est pas véritablement la question dans la mesure où il faut faire la différence entre associations  et  mouvements religieux et cultuels. Et enfin, je n'ai pas dit que la visite de Hortefeux lors de la rupture du jeûne était choquante du point de vue de la laïcité, elle l'est surtout parce que c'est une opération de comm' assez minable, surtout lorsque l'on considère que si le militant UMP est bien d'origine Arabe, il n'est pas selon ses déclarations un musulman pratiquant. Bref, exprimer ses regrets lors de ce dîner, c'était en gros se servir de la communauté musulmane comme instance de médiation, ce qui n'est pas terrible, en fait.

Re: Communautarisme ?

Tu peux te présenter dans le thread "introduce yourself" si tu veux. (et tu veux).

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

33

Re: Communautarisme ?

Kastor a écrit:

Préambule: Les blagues .jpg cela fait longtemps que ce n'est plus drôle, en fait.

Plus drôle pour toi, vieux grigou grincheux.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Communautarisme ?

wikipedia a écrit:

Communautarisme peut s'entendre comme :

    * le communautarisme est un terme socio-politique désignant les attitudes ou les revendications de minorités (culturelles, religieuses, ethniques...), pouvant être perçues comme menaçant la cohésion d'une société au niveau national ;
    * le communautarisme de lieux de vie, mode de vie lié à une organisation locale choisie comme rejet de la société industrielle.
    * le communautarisme social ou communalisme, qui constitue une segmentation de la population d'une nation (organisation sociale);
    * le communautarisme religieux
    * le communautarisme européen, qui s'oppose au souverainisme, ainsi au Parlement européen où les députés dits souverainistes s'opposent au députés dits communautaristes, qui soutiennent la création de la communauté européenne.
    * Il existe une confusion profonde dans la transposition de l'anglais communitarianism dans le français communautarisme. L'expression anglaise renvoie à un courant bien connu animé en particulier par Amitai Etzioni et qui met en avant le primat de la communauté (globale) sur les individus qui la composent. Ce courant veut dès lors contre-balancer les droits individuels par des devoirs envers la collectivité. Il ne doit en aucun cas être confondu avec le "communautarisme ethnique" présent dans le débat politique francophone.

Perso, la plus belle définition du communautarisme à mon sens c'est celle de l'Abbé Grégoire dans son essai sur la question juive: "qu'accorder aux Juifs? En tant que peuple, rien. En tant qu'individus, tout."

Auquel cas si les supporters de foot de l'équipe X réclamaient des droits particuliers au nom de leur soutien à l'équipe X, ils pourraient être communautaristes.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Communautarisme ?

sabaidee a écrit:

Perso, la plus belle définition du communautarisme à mon sens c'est celle de l'Abbé Grégoire dans son essai sur la question juive: "qu'accorder aux Juifs? En tant que peuple, rien. En tant qu'individus, tout."

Et quand les dits individus demandent des droits collectifs, ne pas les leur accorder c'est ne pas tout leur accorder en tant qu'individu.

@Kastor : ok, donc on est d'accords en fait.

Last edited by Elessar (15-09-2009 11:16:26)

Re: Communautarisme ?

Elessar a écrit:
sabaidee a écrit:

Perso, la plus belle définition du communautarisme à mon sens c'est celle de l'Abbé Grégoire dans son essai sur la question juive: "qu'accorder aux Juifs? En tant que peuple, rien. En tant qu'individus, tout."

Et quand les dits individus demandent des droits collectifs, ne pas les leur accorder c'est ne pas tout leur accorder en tant qu'individu.

Accorder des droits distincts à une catégorie spécifique de la population, c'est à mon sens, la base du communautarisme, car cela divise la société en différents groupes plus forcément intéressés par le fait de vouloir vivre ensemble.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Communautarisme ?

sabaidee a écrit:

Accorder des droits distincts à une catégorie spécifique de la population, c'est à mon sens, la base du communautarisme, car cela divise la société en différents groupes


Absolument.

sabaidee a écrit:

plus forcément intéressés par le fait de vouloir vivre ensemble.

Absolument pas.


M'enfin le sujet du thread étant pas le communautarisme, je troll pas plus :-)

38

Re: Communautarisme ?

En parlant de communautarisme :

Le Figaro a écrit:

Une «école pour Noirs» fait débat à Toronto

L'Africentric Alternative School cherche à réduire l'échec scolaire en réconciliant les jeunes «Afro-Canadiens» avec leurs cultures ancestrales.

À Toronto, 85 écoliers ont volé la vedette à tous les autres lors de la rentrée scolaire. Tous noirs, ces enfants habillés d'uniformes aux motifs africains sont devenus les porte-drapeaux de la première école «afrocentriste» du Canada.

Après avoir entonné l'hymne national, Ô Canada, les élèves, âgés de 6 à 10 ans, ont fredonné un «hymne» de la communauté noire, écrit par un poète américain il y a un siècle, sous l'œil attentif de la directrice de l'école, Thando Hyman-Aman, une chanteuse de jazz à temps partiel. Accueillis par des danses africaines, les tout-petits ont découvert une école décorée de portraits de Nelson Mandela et d'Oprah Winfrey. Les programmes scolaires sont les mêmes que ceux des autres établissements de l'Ontario, mais l'accent est mis sur les succès des Noirs dans la société canadienne. Les enfants ont ainsi pour manuel The Kids Book of Black Canadian History (le livre pour enfants de l'histoire des Noirs au Canada). Les professeurs mettent l'accent sur les réussites de personnalités noires telles que le gouverneur général du Canada, Michaëlle Jean, d'origine haïtienne, ou les écrivains africains.

Née de l'idée d'un groupe de militants afro-canadiens, l'Africentric Alternative School (AAS) veut lutter contre le taux élevé d'échec scolaire, de l'ordre de 40 %, chez les jeunes Noirs de Toronto. «La pression est maintenant sur nous. Il faut que nous intéressions les jeunes aux études», a déclaré à Radio Canada le commissaire du conseil scolaire de Toronto, Lloyd McKell, partisan du projet.

Après un projet avorté dans les années 1980, c'est en 1994 que la Commission royale de l'éducation de l'Ontario a lancé l'idée d'une école afrocentriste. Le projet a été porté par une militante noire, Donna Harrow, et adopté au début de 2009 par une mince majorité lors d'un vote houleux au conseil scolaire de Toronto. Dans la plus grande ville du pays, bastion du multiculturalisme, où 43 % de la population appartiennent à une minorité, l'Africentric Alternative School a suscité de vifs débats. Le premier ministre de l'Ontario, Dalton McGuinty, a pris position : «Je suis contre, nous ne financerons pas cette école… La meilleure façon d'éduquer nos enfants est de les élever ensemble et qu'ils grandissent ensemble.»

Une forme de ségrégation

De nombreux Torontois s'opposent à ce qu'ils perçoivent comme une forme de ségrégation. Mais les parents noirs défendent cette singularité. «J'étais la seule étudiante noire à l'école, et je veux que mon fils aille dans une école où les autres lui ressemblent», a confié au Toronto Star Rebekah Price, la mère d'un élève de 9 ans. Les partisans de l'AAS soulignent qu'il s'agit d'éducation et non d'apartheid. «C'est juste un endroit pour aller étudier. Il n'est pas question de séparation. Nous parlerons toujours aux autres personnes», a plaidé une mère d'élève à la télévision. Conclusion d'un bambin de 8 ans, le jour de la rentrée : «Je vais apprendre les mathématiques, à lire et à jouer du tam-tam.»

39

Re: Communautarisme ?

Typiquement canadien comme histoire. Ils sont très fiers de leur tolérance et de leur multiculturalisme mais de temps en temps ça peut engendrer des situations cocasses : je me souviens d'une conférence sur la place de la charia dans la société et qui posait la question de savoir comment gérer la lapidation des femmes...

Bref, ça part sûrement d'une bonne volonté, mais comme dit le proverbe l'enfer est pavé de bonnes intentions.

Re: Communautarisme ?

C'est une simple question de définition de limites : il y a un socle de valeur communs à toute société, que toutes les communautés doivent accepter. Et ce indépendemment de savoir si telle ou telle religion pourrait éventuellement contredire le socle en question.

Re: Communautarisme ?

L'Assemblée nationale [du Québec] a adopté unanimement [...] une motion interdisant le port du kirpan au parlement, présentée par l'opposition péquiste.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Po … nale.shtml

http://img.src.ca/2011/02/09/480x270/PC_110209kirpan_8.jpg

Oder so ähnlich.

42

Re: Communautarisme ?

Mais qu'est-ce que c'est encore que ce communautarisme débile ? C'est tout ce que la vieille Delaunay a trouvé pour gérer le problème de la dépendance, une nouvelle manifestation et tout ce qui s'ensuit, à savoir le financement à trouver, le bruit... ? Comme si le pouvoir s'exerçait maintenant dans la rue... Pourquoi pas une aveugle pride, une manchot pride, une bébé pride etc. ?
Cela dit, on vit dans une société du spectacle, donc assumons...

Le Figaro a écrit:

Delaunay veut créer une "age-pride"

La ministre déléguée aux Personnes âgées Michèle Delaunay veut créer une "age-pride" sur le modèle de la "gay-pride". "Il ne s'agit pas forcément d'organiser une manifestation à coup de cannes", a précisé la ministre lors de ses voeux à la presse, mais de "changer l'image" de la vieillesse dans la société, pour la rendre "positive, voire sexy". Des concertations avec des associations sont en cours pour déterminer quelle forme pourrait prendre l'évènement. Une première age-pride pourrait avoir lieu courant 2013.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Communautarisme ?

FDL a écrit:
Le Figaro a écrit:

Delaunay veut créer une "age-pride"

Un évènement sponsorisé par Audika, les montes-escaliers Stenah, Tena, Steradent et la convention-obsèque Norwich Union...

Remarque si les parcours est suffisamment long, s'il est organisé en août, on pourra sélectionner les plus valides et économiser sur les frais liés à la dépendance. Il faudra quand même faire attention à ce que ceux qui ont un alzheimer trouvent la ligne d'arrivée.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Communautarisme ?

Oh, sabaidee, pour que tu aies de telles références, je te diagnostique un sévère ennui devant France 3 entre 14h et 18h...

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

45

Re: Communautarisme ?

Le tout sponsorisé par le fantôme de Lucien Jeunesse.

http://www.ina.fr/pub/finances-et-assur … -2.fr.html

Mais faut-il en déduire que toi aussi, tu t'ennuies à ce moment de la journée, Broz ? smile

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

46

Re: Communautarisme ?

Ça ne s'arrêtera donc jamais, cette course à la proposition la plus débile, et coûteuse au passage, de clowns (au sens propre) en manque d'idées ?
Quant à Pécresse, si elle avait raison d'invoquer les mânes de Philippe Muray (qui se serait régalé de cette histoire), faire une faute à son nom la fiche vraiment mal...

http://lelab.europe1.fr/t/grand-paris-u … rsite-7827

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Communautarisme ?

Libération a écrit:

«A Miami, tout le monde se hait»

22 mars 2013 à 21:26

http://md0.libe.com/photo/503990/?modified_at=1364023103&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476
Tom Wolfe, à New York en 2010. (Photo Stephen Lovekin. AFP)

Interview Littérature . A l’occasion de la sortie, jeudi prochain, de son quatrième roman, «Bloody Miami», sur l’immigration et le communautarisme, entretien avec l’écrivain américain Tom Wolfe.

Par ANNETTE LÉVY-WILLARD

Dans les années 60, le jeune reporter avait révolutionné le journalisme en faisant le roman de son époque. Parti étudier les tribus contemporaines, les groupes de rock, les surfers ou les défoncés psychédéliques, les astronautes ou les golden boys, Tom Wolfe a inventé une écriture «controversée» qui inspirera journalistes et écrivains du monde entier, «l’hystérie naturaliste». Ce sont des articles cultes comme «The Electric Kool-Aid Acid Test» ou «Radical Chic», des romans formidables et best-sellers mondiaux comme l’Etoffe des héros (devenu un film de Philip Kaufman) ou le Bûcher des vanités (porté au cinéma par Brian De Palma). Aujourd’hui, avec Bloody Miami, son quatrième roman (lire la critique page 24), Tom Wolfe, 82 ans, éternel journaliste-écrivain ou écrivain-journaliste montre qu’il est resté «vertical», comme il dit.

Vous venez d’avoir 82 ans et pendant deux ans et demi, vous avez arpenté Miami dans une chaleur étouffante et produit un grand roman.

En réalité, je préfère dire que j’ai 104 ans, comme cela les gens sont impressionnés, et ils s’étonnent que je sois encore vertical. Oui, je suis en pleine forme. Quant à l’écriture, je leur explique que c’est un hobby : c’est ce que je fais le soir à la maison.

En français, le titre est Bloody Miami, un jeu de mots sur le bloody mary. En anglais, c’est Back to Blood…

Ça m’a étonné, je me demande qui en France sait ce qu’est le cocktail bloody mary. Back to Blood, en fait, ne parle pas de «sang» - je crois qu’il n’y a pas une goutte de sang dans l’histoire. Il s’agit de «blood» au sens de race, de lignées, d’ethnie. C’est ce que j’explique dans le prologue, avec la rencontre choc entre la lignée Wasp - les Blancs anglo-saxons protestants - et la jeune Latina. Mais cela ne me gêne pas qu’on croie qu’il s’agit de sang, beaucoup de gens aiment ça.

Après les astronautes, Wall Street, les Blacks, les jeunes des campus, comment vous êtes-vous lancé dans cette saga de communautés ethniques ?

Je voulais faire un livre sur l’immigration, un sujet très important aujourd’hui en Amérique. Je travaillais encore sur mon roman précédent, Moi, Charlotte Simmons, qui se déroule chez les étudiants, quand j’ai commencé à lire des articles et des livres sur tous ces immigrés qui arrivent chaque jour illégalement aux Etats-Unis. J’ai trouvé que c’était une histoire très excitante… si j’arrivais à rentrer dedans. Je suis parti en Californie avec l’idée de faire un livre sur les Vietnamiens. Leur cas est passionnant. Les Vietnamiens se sont d’abord installés dans la région de Los Angeles. Plus tard, ils sont montés dans le nord de la Californie et sont maintenant à San Jose, à côté de la baie de San Francisco. La communauté vietnamienne est si importante là-bas que le journal local de San Jose publie deux éditions, l’originale en anglais, The Mercury News, et la nouvelle, en vietnamien, The Viet Mercury. Mais je me suis aperçu que je ne parle ni ne lis le vietnamien. J’ai donc renoncé.

Alors, pourquoi Miami ?

Un beau jour, comme ça, je reçois une lettre d’un certain Oscar Corral, un jeune reporter dynamique du Miami Herald. Il me dit : «Venez voir… et si vous venez à Miami, je vous aiderai.» Et c’est ce qu’il a fait : il m’a emmené partout, présenté tout le monde. En même temps, il me filmait pour faire un documentaire sur moi à Miami. Aujourd’hui, toute la partie sud des Etats-Unis devient de plus en plus hispanique, avec une majorité mexicaine à Los Angeles. Mais à Miami, en Floride, la situation est très spéciale. Depuis cinquante ans, l’immigration y est massive. Un journaliste argentin m’a dit : «Miami, c’est le plan B pour toute l’Amérique latine. Quand on a un problème politique, ou économique, quand on est inquiet de l’avenir en Amérique latine, on pense : Miami !»

Mais dans votre roman, et dans la vie, ce sont surtout les Cubains qui ont «envahi» Miami…

Oui, parce que les Etats-Unis ont ouvert leurs portes aux Cubains à partir de 1959. C’est unique, vous avez des gens d’un autre pays, parlant une autre langue, avec une culture différente, qui ont envahi une ville étrangère et pris le pouvoir. La révolution cubaine a commencé en janvier 1959 et l’Amérique a voulu montrer au monde que ces gens-là fuyaient Fidel Castro. D’ailleurs, la blague entre Cubains, pour savoir lors de quelle vague d’immigration ils ont débarqué c’est : «Alors toi, tu es du grand cru 59 ou d’une autre année ?» Le gouvernement américain a essayé de les répartir un peu partout, au New Jersey par exemple, mais là les gens les regardaient et disaient : «Oh ! Ce sont des Cubains…» Et ils se sentaient mal. Alors, ils ont préféré Miami où personne ne dit : «C’est un Cubain», ils sont trop nombreux.

Les «Anglos» sont-ils, comme vous l’écrivez cruellement, une espèce en voie d’extinction ?

Il n’en reste pas beaucoup. Les Wasp sont partis de Miami, ils se sont repliés sur le Grand Miami, à Miami Beach. La population est maintenant hispanique à 70%, dont la moitié est cubaine. On dit «Latinos», un terme inventé aux Etats-Unis. Il y a 18% de Blacks, et il reste quelque 10% d’Américains blancs.

Dans le temps, les Etats-Unis étaient le pays du melting-pot, les immigrants successifs se fondaient en quelques générations dans le rêve américain. Là c’est le «pot» où l’on ne se mélange pas…

A Miami, les gens sont en colère, ils ne se mélangent pas. On essaie de les intégrer, et puis vous revenez plus tard et ils sont exactement au point où vous les avez laissés. Les Cubains avec les Cubains, les Haïtiens avec les Haïtiens, les Anglos avec les Anglos, les Russes avec les Russes… Chaque groupe a sa propre bourgeoisie ou classe supérieure. Dans la plupart des villes américaines, les gens finissent par s’intégrer. Mais vous devez comprendre qu’à Miami tout le monde hait tout le monde.

Votre livre est dur, entre autres, pour la presse. Le patron Wasp du Miami Herald a peur de tout, s’en remet à l’avocat du journal, quand le jeune reporter se bat encore pour révéler un énorme scandale…

C’est bizarre, ce qui se passe aux Etats-Unis. Les journaux disparaissent à toute vitesse. Le Miami Herald est en vente depuis six ans et personne ne veut l’acheter. Les quotidiens sont out, il n’y a plus de beat. Il y a peut-être des jours où il n’y a rien qui vaille un article dans un journal, même si c’est très rare, alors que sur Internet c’est un flux ininterrompu. Quand de jeunes écrivains ou journalistes me demandent un conseil, ce qui est rare, je leur dis toujours : «Sors !» Beaucoup de jeunes journalistes pensent qu’ils peuvent tout trouver sur le Web, alors je leur dis : «Qui l’a mis sur le Web ? Il fallait bien que quelqu’un aille chercher l’information sur le terrain.» Le reportage n’est pas si difficile, il suffit d’oublier ses propres sentiments et de s’adapter à la vie des gens sur lesquels vous écrivez. Mais beaucoup d’Anglos se sentent humiliés à l’idée de se mettre dans la peau des autres.

Dans les années 60 et 70, vos reportages étaient écrits comme des romans. C’est l’invention du fameux «gonzo journalism»…

J’ai toujours utilisé l’écriture littéraire dans mes reportages. Beaucoup de dialogues, avant tout - pour moi, c’est la base de l’écriture littéraire. Ensuite, sur une construction scène après scène, vous suivez l’histoire sans avoir besoin d’être là. C’est aussi l’abondance de détails pour tout décrire de l’environnement ou du personnage. Par exemple, je peux parler, sur plusieurs pages, des meubles d’un appartement pour qu’on comprenne comment le personnage voit sa place dans le monde. Enfin, j’ai utilisé la méthode controversée du monologue intérieur, ce qu’on appelle au théâtre «down stage voice», la voix off. J’écris dans le jargon, dans l’argot, dans la voix de la personne, je parle de son drame intérieur sans avoir besoin de décrire la situation.

C’est ce que vous faites aussi dans Bloody Miami, où vous devenez le policier latino, le vieux prof haïtien, la jeune Cubaine, en parlant leur langage…

Je pense que ça marche. Je me souviens en particulier, quand j’ai écrit Moi, Charlotte Simmons, les gens m’ont dit : «Comment quelqu’un de votre âge peut-il parler, dans le livre, le langage des jeunes ?» En 1968, quand j’ai fait un reportage sur les surfers, le Pump House Gang, ils avaient entre 16 et 25 ans, moi j’avais 32 ans, et pour eux j’étais un vieillard, ils n’imaginaient même pas qu’on pouvait durer si longtemps. Ça ne les a pas empêchés de me parler. Au contraire, ils étaient ravis de raconter ce qu’ils faisaient à ce «vieil homme». Moi, je fais toujours l’homme qui vient de débarquer de Mars et je dis : «Je n’ai aucune idée de ce que vous faites mais ça a l’air intéressant, racontez-moi.» La plupart des gens, moi compris, se sentent valorisés s’ils peuvent vous raconter quelque chose qu’ils savent et que vous ne savez pas. Cette impulsion est la plus grande alliée du reporter, et aussi du policier. Il faut parler aux gens… comme vous êtes en train de le faire à ce moment précis !

Pendant vos deux ans et demi à «traîner» dans Miami, avez-vous quitté vos célèbres costume blanc, cravate et feutre sur la tête ?

Quand je fais le reporter, je laisse tomber mon costume blanc, et en général je porte un blazer bleu foncé sur des pantalons blancs ou kaki. Mais je me suis retrouvé dans un club de strip-tease géant, à Miami, où tout le monde me regardait bizarrement, je ne savais pas pourquoi. Finalement, un type s’est approché et m’a demandé si j’étais un videur ou un indic. J’ai appelé Oscar Corral pour qu’il explique qui j’étais. J’ai réalisé que j’étais le seul homme à avoir une cravate dans cet endroit. C’était une erreur.

Zola est toujours, après Balzac, votre écrivain préféré ? Vous sentez-vous dans la tradition du roman naturaliste ?

Absolument. Vous savez que tous les livres de Zola sont encore disponibles en anglais partout aux Etats-Unis ? On les réimprime tout le temps. D’ailleurs, mon prochain livre, qui n’est pas un roman mais un essai sur la théorie de l’évolution, s’appellera The Human Beast… «la Bête humaine» !

Vous critiquez les intellectuels et écrivains américains en citant le philosophe Herbert Marshall McLuhan : «L’indignation morale est un chemin facile pour la dignité»…

Un raccourci. Si vous vous contentez d’une position morale, pas besoin d’aller voir ce qui se passe. La catastrophe pour la littérature, ce sont ces jeunes écrivains qui prennent les cours de «creative writing» qu’on trouve dans toutes les universités américaines. Ils en sortent avec un style d’adolescent. L’âge d’or de la littérature américaine c’était avant la Seconde Guerre mondiale, avec les très grands : Hemingway, Faulkner, Steinbeck, Sinclair Lewis… Fantastique époque ! Certains aimaient l’Amérique, d’autres la détestaient, mais tous étaient fascinés par ce qui se passait ici ou à l’étranger. La Grande Dépression a imposé un style de littérature réaliste. Après la Seconde Guerre mondiale, les écrivains sont tombés amoureux de la littérature française minimaliste. Ils ont commencé à écrire des romans psychologiques : un livre entier peut se passer à l’intérieur d’une famille pas très intéressante ! Autant de livres de ce genre alors que l’Amérique devient de plus en plus sauvage, et ça ne les intéresse pas d’aller voir… Je ne comprends pas. Finalement, je n’ai jamais cessé d’être journaliste (il éclate de rire).

Avez-vous lu Philip Roth ou Paul Auster ?

Je n’ai jamais lu Paul Auster. Je sais qu’il est très populaire en France, je devrais le lire. Les deux écrivains que j’aime aujourd’hui ne sont pas des romanciers. L’un est Michael Lewis, qui écrit sur l’argent et la finance ; l’autre s’appelle Mark Bowden, il a écrit un livre formidable sur l’opération américaine en Somalie, la Chute du faucon noir, et aussi Il faut tuer Ben LadenThe Finish, the Killing of Osama Bin Laden. Ils sont très bons tous les deux. Je ne peux pas penser à un romancier contemporain que je respecte autant que ces deux essayistes. Pour les romans, j’attends toujours le nouveau Maupassant ou un nouvel écrivain français qui pourrait écrire comme Maupassant. Ou Tolstoï. Mais je ne les ai pas trouvés…

Vous définissez-vous toujours comme un conservateur ?

On me traite souvent de conservateur, mais quel est mon programme politique ? Quand je refuse de prendre l’art moderne au sérieux, comme je le fais dans mes livres, je suis soi-disant conservateur (1). La gauche caviar est un supporteur fanatique de l’art contemporain. Or, j’ai écrit le Mot peint , et dans Bloody Miami, je décris la foire d’art Miami ArtBasel. J’ai vu les gens dépenser des fortunes pour acheter des objets à la mode de l’an dernier, de vieux hommes riches en baskets courir dans certains stands pour se jeter sur des œuvres qui se vendent des millions de dollars. Il n’y a que des vieux hommes riches qui peuvent s’acheter cela.

Les Etats-Unis ont inventé le concept de «political correctness», le politiquement correct. Vous êtes, bien sûr, contre…

C’est de pire en pire, surtout dans les universités. Les gens doivent faire attention à ce qu’ils disent. Un exemple typique : la question de l’homosexualité. Ça ne suffit pas de décrire le phénomène, vous devez d’abord établir que vous êtes «pour». Après, vous aurez le droit d’écrire sur l’homosexualité. C’est ridicule. Vous devez d’abord exposer vos critères de moralité avant d’écrire une ligne. Et c’est vrai quand vous voulez parler de minorités, des femmes, du pauvre Blanc, du pauvre Noir, du transsexuel, des immigrés… C’est tellement anti-intellectuel.

(1) Lire «Il court il court, le Bauhaus…», éditions Belles Lettres (2012). 160 pp., 13 €.

http://www.liberation.fr/livres/2013/03 … ait_890651

« Hit me right in my white guilt »

48

Re: Communautarisme ?

Le titre est trompeur : ce n'est pas une maison mais carrément un village.

Le Figaro - AFP a écrit:

Aude: une maison de retraite pour gays ?

Le maire d'une localité de l'Aude est tombé des nues aujourd'hui en apprenant qu'il avait délivré à son insu un permis de construire à une société britannique pour un village destiné aux retraités homosexuels. "Je tombe des nues parce que je n'en savais rien", a déclaré Yves Bastié, le maire de Sallèles d'Aude, à un correspondant de l'AFP qui l'interrogeait sur une publicité mise en ligne sur le site de l'entreprise Villages Group.

Cette société britannique, qui construit des villages destinés aux retraités en France, propose sur son site internet aux retraités homosexuels ce lieu qui leur est réservé à deux pas du Canal du Midi, chef d'oeuvre de Pierre-Paul Riquet classé au patrimoine mondial de l'humanité. "J'ai demandé à mes collaborateurs de vérifier cette information mais si c'est bien le cas, j'estime que la moindre des choses aurait été d'être tenu informé", a ajouté le premier magistrat de cette petite localité de 2.000 habitants proche de Narbonne.

Lorsqu'il sortira de terre, le "Village-Canal du Midi" sera constitué de 107 maisons individuelles écologiques construites dans un "style villageois traditionnel" et coupées du monde extérieur par une enceinte, dit la brochure, qui comporte une belle photographie du Canal du Midi frappée du drapeau arc-en-ciel, l'emblème de la communauté homosexuelle. Homosexuel ou pas, il faudra être relativement fortuné pour couler des jours tranquilles dans le "Village-Canal du Midi". Il en coûtera 236.000 euros ou 248.000 euros pour une maison, à quoi il faudra ajouter 70 euros par semaine de frais de gestion et de management.

Le maire, qui militait de longue date pour un projet de villages de vacances dans sa commune, avait signé le permis de construire avec Villages Group en mars dernier. Mais la municipalité croyait alors donner son feu vert à un site traditionnel de logements pour touristes seniors, sans savoir qu'il était question d'une maison de retraite pour homosexuels comme il en existe dans plusieurs pays du monde et en particulier aux Etats-Unis.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Communautarisme ?

La France, une et indivisible...

Le Monde a écrit:

Dans un entretien au quotidien Corse-Matin du 7 août, Paul Giacobbi, président (PRG) de l'exécutif de la collectivité territoriale de Corse, propose de "limiter l'accès à la propriété foncière pour les non-résidents", afin de limiter la spéculation foncière parfois liée à des pratiques mafieuses. Une proposition qui équivaut à instaurer une forme de préférence régionale en faveur des insulaires et qui reprend une vieille revendication des nationalistes.

M. Giacobbi concède que cela "pose un problème en droit européen" puisque la mesure entraverait le principe de la liberté d'accession à la propriété. Il avance "un délai de cinq ans de résidence" en Corse ou le critère "d'attachement familial à la Corse" pour ne "pas pénaliser" les Corses vivant sur le continent.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2 … _3224.html

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Communautarisme ?

Un léger problème juridique, en effet.. Et pas qu'en droit européen.

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/