Topic: ENA 2009

J'inaugure ce thread consacré à toutes les questions relatives au concours de l'ENA de cette année, où un assez grand nombre d'entre nous va concourir.

Ce thread fait suite aux précédents, que vous pouvez naturellement retrouver rassemblée dans l'index des meilleures discussions, à la rubrique Concours administratifs.

Et pour commencer, un petit article polémique :

Article de l'Express sur l'ENA :

L'Express a écrit:

Dans la fabrique à énarques

Le 1er janvier, le classement de sortie de l'Ecole nationale d'administration (ENA) disparaît. Les élèves de la promotion Willy Brandt sont les derniers à en bénéficier. Obsédés par le classement de sortie, ils sont très critiques sur  l'enseignement qu'ils reçoivent.  Portrait de futurs hauts fonctionnaires encore rebelles.

Ils ne pensent qu'à ça. En rédigeant une note sur les télécoms, en serrant la main d'un ambassadeur à Bruxelles, en mangeant du céleri râpé au resto U, en faisant des pompes en salle de sport. Les jeunes énarques sont complètement obsédés par ce qui déterminera leur carrière et leur réputation: leurs notes et leur rang de sortie. Mais ils se soignent. Le 29 avril 2008, la promotion Willy Brandt, qui sortira en mars 2009, a été la première à voter la suppression du classement, à 76 %. D'autres générations -dès 1967, Jean-Pierre Chevènement était de ceux-là- l'avaient souhaité sans aller jusqu'à la formaliser aussi clairement.

Rebelles, "les Brandt", mais pas trop: cette minirévolution a aussi été souhaitée par Nicolas Sarkozy lui-même. La nouvelle réforme de l'Ecole nationale d'administration (ENA), la 24e depuis sa création, en 1945, par le général de Gaulle, comporte cette mesure phare. Le président, réputé peu énarquophile (son gouvernement ne contient que quatre anciens élèves de la prestigieuse école, dont un ministre, Valérie Pécresse), compte desserrer les verrous de la fonction publique.

La pression de l'excellence

Actuellement, le recrutement des hauts fonctionnaires est dominé par la toute-puissance de la "botte". Cette appellation désigne les 15 meilleurs d'une promotion. Ils choisissent en priorité leur affectation, et privilégient les grands corps (Cour des comptes, Conseil d'Etat, Inspection générale des finances), plus prestigieux et mieux payés. Absurdité du système, ce sont donc les candidats qui sélectionnent leur poste, et non l'inverse, sans que l'Etat employeur puisse réellement cibler les profils et désigner ses recrues. Un sacré handicap pour une administration qui se veut réformatrice et moderne.

Pour les élèves de l'Ena, l'existence même de cette poche d'excellence au sein de leur cercle déjà très restreint d'élus (1 388 candidats au concours en 2008 pour 80 places) frôle le drame shakespearien. To be or not to bedans la "botte", telle est l'unique question que se posent ces supercerveaux -un élève de Willy Brandt a fait à la fois Sciences po, HEC et le barreau de Paris...- durant les vingt-sept mois de leur scolarité. "Nous sommes des experts en docimologie, la science des notes!" plaisante Alexis Masse, 34 ans. "La notation est totalement opaque, incompréhensible, scolaire", s'emporte un autre élève. "Pensez qu'un point d'écart sur un stage à coefficient 11 peut vous faire chuter de 11 places, comme ça...", constate un troisième dans un claquement de doigts dépité.

La pression du classement est quasi palpable, à Strasbourg, dans les couloirs de l'ENA , logée dans un ancien couvent du XIIIe siècle, reconverti en hôpital, puis en établissement pénitentiaire -d'où le surnom de "prison", donné par les étudiants les mauvais jours. Chacun gère le stress à sa façon. Certains, très rares, refusent carrément le système. "J'ai décidé de ne pas jouer le jeu de la "désoccultation", l'ouverture, tout au long de l'année, de ces enveloppes cachetées qui contiennent nos résultats, raconte Pierre-Emmanuel Thiard, 25 ans. Cela m'aide à vivre plus sereinement. Je n'aurai qu'un seul moment de vérité, le 5 mars 2009, lors du classement final."

La plupart ne résistent pas à la curiosité. Et le paient cher. "A mi-scolarité, 30 % d'entre nous sont soit sous antidépresseurs, soit sous somnifères, affirme ce jeune homme. Ce classement engendre un comportement pathologique, qui va de maladies professionnelles liées au stress, les maux de dos, les insomnies, à une forme de paranoïa. Pourquoi Untel a obtenu ce stage, cette appréciation? Tout le monde cède à la théorie du complot..."

Voilà sans doute le seul dénominateur commun aux 93 lauréats de la promotion Willy Brandt. Contrairement à un a priori tenace, les énarques ne sont pas tous coulés dans le même moule. Entre les externes, généralement des diplômés de Sciences po, parisiens et issus de milieux intellectuels, les internes (des fonctionnaires avides d'aller plus vite que la musique administrative pour grimper les échelons), et les "troisième concours" (des cadres du privé désireux de mettre leur savoir-faire au service de l'Etat), la palette de profils est large. Chez les Brandt, on trouve un ancien prof de sociologie à Nanterre, le fils de l'un des directeurs de la Banque mondiale, un ancien cadre de chez IBM, une militante PS, le fils d'un ancien dirigeant du Monde ainsi que celui d'un médecin de campagne. On croise aussi toute une flopée de normaliens, des jeunes femmes (29 % de la promotion seulement) qui hésitent à porter des jupes pour ne pas se faire trop remarquer, quelques crânes d'oeuf et une poignée de presque trentenaires passionnés par une trilogie universelle: le foot, les filles, la bière.

Réseau et savoir-faire

On sait, sans que cela soit forcément officiel, qui flirte avec l'UMP, qui est encarté au PS, même si, comme le glisse cet élève, "on parle assez peu de politique parce qu'on a tous des idées tranchées et des arguments solides, alors le débat tourne vite court". Quelques-uns sont issus de dynasties de hauts fonctionnaires. On les évalue à quelque 5 % d'une promo, mais impossible d'obtenir des statistiques rigoureuses. Bernard Boucault, directeur de l'ENA, vient de commander une enquête sociologique précise, dont les résultats ne sont pas encore connus.

Si l'ascenseur de la République a hissé jusqu'à son ultime niveau quelques petits-fils de paysans, il reste bien difficile de lutter contre la reproduction des élites. Ceux que l'on nomme les "fils d'archevêque" s'engagent toujours dans la course juchés sur de meilleurs chevaux... "On ne peut pas vraiment parler de népotisme, confie cet énarque, lucide. L'important, c'est le réseau. Un laborieux sans carnet d'adresses n'a pas les codes, il ne brillera pas en société, il sera moins remarqué en stage. Il présentera peu d'intérêt, on ne le poussera pas autant, quel que soit son niveau."

L'école a ses propres légendes, difficilement vérifiables, de faux pas diplomatiques qui ont fait dégringoler les notes de stages et ont donc compromis des carrières: un élève qui se serait trompé de couvert à un dîner mondain, un autre qui, enhardi par une coupe de champagne de trop, aurait tapé dans le dos d'un ambassadeur... A l'ENA aussi, le savoir-être peut se révéler discriminant.

Pourtant, la direction se met en quatre afin de garantir à tous une équité de traitement. Pour des motifs vertueux, et d'autres un peu moins. "Depuis le recours devant le Conseil d'Etat de la promotion Léopold Sédar Senghor, en 2004, et l'annulation du classement pour non-respect de l'égalité entre élèves, la direction est fébrile", glisse un jeune fonctionnaire. Les énarques sont procéduriers, évidemment. Et ont la dent dure contre leurs formateurs. Dans un rapport de fin d'année, la promotion Senghor affichait son "profond sentiment de gâchis, lié à l'absence de projet pédagogique", et distribuait les mauvais points à "une direction des études introuvables", "une direction des stages étourdie" et "un directeur dans sa tour d'ivoire".

"L'école de la désobéissance et de la discipline"

Depuis, l'équipe a profondément changé avec l'arrivée, en août 2007, de Bernard Boucault, ancien préfet des Pays de la Loire. Le service communication joue la carte de la transparence. Le jury du dernier "grand O" - désormais appelé "conversation" - a suivi une formation auprès de directeurs de ressources humaines. La scolarité a été dépoussiérée. Les stages alternent avec les périodes de cours, découpées selon quatre modules: Europe, territoires, gestion et management public, et option de spécialisation. Des bilans personnalisés et confidentiels, menés par un cabinet de consultants extérieurs, sont offerts aux élèves, afin de préciser leurs aptitudes.

"Nous sommes une école d'application et privilégions les mises en situation et les cas pratiques", explique Christian Savés, directeur adjoint des études. Cette année, les élèves ont ainsi suivi un séminaire de gestion de crise: un train transportant des produits toxiques et dont les freins ont lâché est lancé à grande vitesse sur Lyon. "Il fallait éviter le drame sanitaire et humain. On évalue alors la capacité à prendre les bonnes décisions, sans perdre son sang-froid, dans un environnement plein d'inconnues."

La définition parfaite des qualités d'un dirigeant de premier niveau. Et d'un haut fonctionnaire? Les intéressés en doutent. "On veut nous faire croire que l'ENA forme des managers autonomes, alors qu'il s'agit avant tout d'une école de l'obéissance et de la discipline", confie un énarque. Un autre s'interroge: "Quel est le but de cette formation? On ne doit pas être trop renfermé, mais pas grande gueule non plus, savoir réfléchir mais ne pas se poser de questions existentielles, pouvoir mener des individus, mais ne pas attacher trop d'importance à l'humain, avoir du recul mais savoir percevoir la sensibilité des situations. Un vrai casse-tête!" Un peu perdus, mais motivés, les futurs cadres de l'Etat sont assurément habitués à s'adapter. Au cours des vingt-sept mois de leur scolarité, entre stages, formation et séjours à l'étranger, ils auront déménagé 12 fois en moyenne. Cette capacité d'adaptation est-elle vraiment de bon augure? Une fois dans l'administration, les rebelles de Strasbourg risquent de prendre la couleur de leurs nouveaux murs et de devenir des technocrates comme les autres...

L'ENA sans classement

Eric Woerth, ministre du Budget et de la Fonction publique, dévoile la réforme de l'école.

Par quel système le classement sera-t-il remplacé?

La suppression du classement, effective pour les élèves qui entreront en scolarité au 1er janvier 2009, et en sortiront en mars 2011, ne doit pas entraîner une baisse du niveau. Les évaluations des élèves, notamment en stage, viendront nourrir un dossier d'aptitudes aussi complet que possible. Les résultats obtenus durant la formation resteront déterminants. Notre ambition est de redonner la main aux administrations employeuses. Nous ferons aussi des propositions sur le concours d'entrée, même si cela ne faisait pas partie de notre mission initiale.

La scolarité va-t-elle être raccourcie?

Oui, sans doute: vingt-sept mois de scolarité, alors que la plupart des élèves ont au moins bac + 5, c'est excessif. La formation sera donc effectivement réduite à vingt-quatre mois, dont plus de la moitié en stage auprès de responsables publics. Le stage en entreprise sera sans doute allongé.

La création de filières est-elle prévue?

Une spécialisation plus grande, en fin de cursus, pouvant prendre la forme de filières professionnelles, n'est pas exclue. Elle pourrait se faire par alternance entre enseignement et exercice de responsabilités professionnelles.

Et la formation continue des cadres dirigeants de l'Etat?

Les élèves qui sortent de l'ENA ont, pour certains, plus de quarante ans de carrière qui les attendent. Il faut qu'ils puissent, comme tous les fonctionnaires, être accompagnés aux étapes les plus importantes de leur parcours. Nous allons aussi faire des propositions sur ce point.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: ENA 2009

Encore un article qui perpétue les légendes urbaines et les mythes. J'ai adoré la phrase sur les jeunes filles qui ne mettent pas de jupes de peur de se faire remarquer.
Et si j'ai bien compris, ce sont les Emile Zola qui seront les derniers à bénéficier du classement de sortie.

Re: ENA 2009

Le Monde a écrit:

La réforme timide des jeunes énarques
LE MONDE | 19.01.09 | 15h42  •  Mis à jour le 19.01.09 | 17h21
   
VENTRON (Vosges) ENVOYÉ SPÉCIAL

Ils ont choisi Robert Badinter pour leur entrée dans l'une des plus prestigieuses institutions de la République. Au dernier jour d'une semaine d'intégration passée dans la station de ski de Ventron (Vosges), samedi 17 janvier, vers 5 h 30, les élèves de la promotion 2009-2011 de l'Ecole nationale d'administration (ENA) ont, au 7e tour de scrutin par 49 voix sur 89 votants, marqué leur préférence envers l'ancien garde des Sceaux et sénateur (PS) des Hauts-de-Seine, face à Georges Clemenceau, Hannah Arendt ou Jean-Baptiste Colbert.

"Marqués par l'engagement en faveur de l'abolition de la peine de mort d'un homme d'État indépendant d'esprit et sachant se placer au-dessus des clivages partisans", les futurs hauts dirigeants de l'administration ont, dans un communiqué, justifié ce vote politique pour "montrer leur attachement aux valeurs d'exemplarité et de probité d'un infatigable défenseur des droits civiques et des libertés, à l'échelle nationale et internationale". Avec Simone Veil, ancien ministre qui a donné son nom à la promotion 2004-2006, Robert Badinter est, à 80 ans, la seule personnalité désignée exerçant encore des responsabilités électives.

Alors que l'Etat prépare une importante réforme de son organisation et que la crise financière jette un doute sur la crédibilité des "élites", la promotion Badinter se sait sous haute surveillance. Pour la plupart, ses élèves restent issus des classes socialement ou culturellement favorisées. La diversité ne s'est pas encore imposée, si ce n'est par le biais du recrutement d'élèves européens ou étrangers. Sans être totalement ébranlé, le monde clos de l'ENA commence toutefois à présenter de timides signes d'ouverture.

La présidente du jury d'admission, Martine Lombard, professeur de droit public à l'université Paris-II-Panthéon-Assas se serait fait fort, selon ses dires, d'avoir écarté les "arrogants". "On compte moins d'héritiers et aucun fils de...", assure un élève. Pour Bernard Boucault, le directeur, "les parcours des élèves se sont diversifiés. Ils ont déjà beaucoup voyagé et se sont enrichis d'expériences professionnelles ou associatives".



INCERTITUDE



Dans les années 1980, "l'école du pouvoir", selon le titre de la fiction télévisée diffusée lundi 19 janvier sur Canal+, était avant tout "la fabrique des ambitieux", viviers de recrutement des cadres dirigeants de l'Etat, des entreprises publiques et privées, des cabinets ministériels et des partis politiques. Ce temps-là serait-il pour partie révolu ? "L'Etat reste l'acteur le plus légitime pour faire évoluer la société", affirme péremptoire, Amel Hafid, la benjamine de 21 ans, qui revendique un solide ancrage de "valeurs républicaines" pour le service public, hérité de ses parents fonctionnaires. Après un passage dans le groupe Alpha, un cabinet de conseil et d'expertise financière, Emmanuel Dupuis, 32 ans, délégué de la promotion, veut croire au rôle "fondamental d'un Etat qui bouge, se restreint dans ses structures, mais va occuper une position de plus en plus stratégique dans l'organisation sociale". A 25ans, Doryane Bertrand, polytechnicienne, veut compléter sa formation scientifique et technique pour affronter "les enjeux auxquels l'Etat va être confronté dans l'environnement et l'énergie".

A priori plus ouverte dans son recrutement, la promotion Badinter doit apprendre à vivre dans l'incertitude. A peine celle de 2003 achevée, une nouvelle réforme des études devrait être confirmée par le gouvernement. Il s'agit de la 24e depuis la création de l'école en 1945. A la demande du président de la République, Nicolas Sarkozy, l'ENA a été sommée de supprimer le classement de sortie, un "privilège", qui permettait aux élèves de choisir leur affectation selon leur rang à l'issue de la scolarité. Une manière de renforcer un système de reproduction uniforme dans les grands corps de l'inspection des finances, la Cour des comptes et le Conseil d'Etat. Si, dans leur majorité, les élèves reconnaissent les défauts de la procédure actuelle, ils n'en cachent pas moins leurs inquiétudes quant aux modalités "objectives" qui devront être retenues.

L'ENA reste l'ENA, dans les travers de ses règles et de son fonctionnement. Réunis pour la première fois depuis leur admission, "les élèves ont passé plus de temps à parler du classement de sortie et de l'affectation du premier stage que de la crise financière ou de l'élection de Barack Obama", déplorait l'un d'eux. Lorsqu'elles s'expriment, les critiques sont toujours sous couvert d'anonymat. Soigneusement chapitrés par le directeur, les délégués avaient contrôlé l'accueil des journalistes, pour la première fois autorisés à se rendre sur les lieux de leur semaine d'intégration. Dès leur entrée, les jeunes énarques apprennent d'emblée à se protéger de toute influence extérieure.
Michel Delberghe
Article paru dans l'édition du 20.01.09.

Chiffres

PROMOTION BADINTER, 2009-2011. 81 élèves ( 49 hommes et 32 femmes) - 40 recrutés par le concours externe, 33 par le concours interne et 8 au troisième concours. 25 élèves étrangers sont inscrits au cycle international.

PRÈS DE 50 % DES ÉLÈVES ont un parent dans l'éducation nationale. Huit élèves ont un parent employé de bureau, trois sont issus du milieu ouvrier et un de l'agriculture.

DURANT LES 27 MOIS DE LA SCOLARITÉ, les élèves, fonctionnaires stagiaires, perçoivent un salaire de 1 370 euros nets par mois pour ceux issus du concours externe et 2 100 euros pour les internes.

89 votants pour 81 élèves? Vote plural?! Scandale!

Re: ENA 2009

23 janvier 2009 - Signature d'une convention de partenariat entre l'ENA et Saint-Cyr en présence d'André Santini - Lundi 26 janvier 2008

André Santini, secrétaire d’État chargé de la Fonction publique, signera lundi 26 janvier une convention entre l’École nationale d’administration et les Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan dans les locaux de l’ENA à Paris, 2 avenue de l’Observatoire – Paris 6e.

Cette convention a pour volonté de promouvoir les liens de coopération et d’échanges entre les deux institutions publiques dans les domaines de la formation, de la recherche et des relations extérieures, notamment internationales. Le ministre a en effet souhaité que les élèves de l’ENA puissent bénéficier du savoir-faire de Saint-Cyr, notamment en matière de formation au commandement et à la prise de décision. Réciproquement, l’ENA offrira aux officiers formés à Saint-Cyr une ouverture plus grande aux problématiques des ministères civils.

Cette convention sera également signée par Bernard Boucault, directeur de l’ENA, le général de division Nicolas de Lardemelle, commandant les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan et le colonel Étienne Pelletier, chef de corps et directeur général de l’administration et des ressources de Saint-Cyr.

Cette convention permettra de réaliser entre les deux établissements des échanges d’enseignements, d’étudiants et d’enseignants, mais également d’engager des projets dans le domaine de la formation continue et des programmes de recherche communs. Elle rentrera en application dès sa signature.

Je n'arrive pas à comprendre pourquoi Santini annonces de nouvelles mesures concernant l'ENA toutes les semaines (dernièrement l'engagement en faveur de la diversité), mais n'annonce toujours pas la réforme de la scolarité (et son raccourcissement notamment) annoncée en septembre pour fin octobre, qu'on attend toujours. Cette fameuse réforme serait-elle bloquée ?

5

Re: ENA 2009

Bonjour,

Quelqu'un pourrais t-il me dire si pour le concours, les notes d'admissibilité comptent pour l'admission finale, ou bien si une fois admissible, on remet les compteurs à zéro et que seules les notes d'admission comptent.

Merci

6

Re: ENA 2009

invité2009 a écrit:

Bonjour,

Quelqu'un pourrais t-il me dire si pour le concours, les notes d'admissibilité comptent pour l'admission finale, ou bien si une fois admissible, on remet les compteurs à zéro et que seules les notes d'admission comptent.

Merci

Tout compte !

Re: ENA 2009

Bonjour aux forumeurs,

Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis une ancienne du forum et de Sciences Po. [à la demande populaire, j'ajoute: OUI JE SUIS A L'ENA, promo Zola, reçue après le double diplôme SIPA comme quoi tout est possible)]. A quelques mois du concours d'entrée à l'ENA, je propose une séance informelle de conseils /discussion autour d'un verre ouverte à toute personne intéressée par ce concours, mais qui sera sans doute plus utile à ceux qui le passent en septembre.

Vendredi 19 juin 2009
19h15
devant les portes du 27 rue St Guillaume

Si vous êtes sûrs de pouvoir y assister, merci de m'en informer impérativement en cliquant sur mon pseudo.

Last edited by Fred (18-06-2009 10:05:31)

Re: ENA 2009

Très bonne initiative. Merci beaucoup, Fred.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: ENA 2009

N'ayant eu aucune réponse à ce jour, je reformule ma proposition: je suis disponible pour discuter du concours, et donc si ça vous intéresse, shoot me an email, on trouvera un horaire qui convienne à tout le monde.

Greg, tu le retentes cette année?

Re: ENA 2009

Fred, tu devrais préciser que tu ES à l'ENA, on ne le comprend pas forcément dans ton post...

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: ENA 2009

T'as raison, c'est fait. M'enfin si ça n'intéresse personne c'est pas grave non plus...

12

Re: ENA 2009

Fred a écrit:

T'as raison, c'est fait. M'enfin si ça n'intéresse personne c'est pas grave non plus...

Je passerais bien par esprit de curiosité, mais que si d'autres personnes sont intéressées et que Fred se déplace bel et bien.

Re: ENA 2009

JH nl a écrit:
Fred a écrit:

T'as raison, c'est fait. M'enfin si ça n'intéresse personne c'est pas grave non plus...

Je passerais bien par esprit de curiosité, mais que si d'autres personnes sont intéressées et que Fred se déplace bel et bien.

je t'ai envoyé un message, Fred, -mais qu'a fortiori tu n'as pas reçu- pour dire que je serai là

14

Re: ENA 2009

tomoe a écrit:
JH nl a écrit:
Fred a écrit:

T'as raison, c'est fait. M'enfin si ça n'intéresse personne c'est pas grave non plus...

Je passerais bien par esprit de curiosité, mais que si d'autres personnes sont intéressées et que Fred se déplace bel et bien.

je t'ai envoyé un message, Fred, -mais qu'a fortiori tu n'as pas reçu- pour dire que je serai là

Je serai peut-être au basile, je confirmerai - ou infirmerai ma présence par mail demain dans l'après midi.

Re: ENA 2009

Je confirme que je n'ai reçu aucune réponse par email, mais la confirmation sur le forum me suffit: j'y serai aussi.

Retrouvons nous à 19h15 devant les portes du 27. Je porterai une sacoche bleue marine.

A demain,

16

Re: ENA 2009

Oula, je ne voulais que "passer en coup de vent", je suis retenu prisonnier par un vilain employeur jusqu'à tard.

Peut-être à demain !

Re: ENA 2009

Fred a écrit:

Je confirme que je n'ai reçu aucune réponse par email, mais la confirmation sur le forum me suffit: j'y serai aussi.

Retrouvons nous à 19h15 devant les portes du 27. Je porterai une sacoche bleue marine.

A demain,

A demain

18

Re: ENA 2009

Je ne pourrai en fait même pas passer. Désolé sad

19

Re: ENA 2009

Merci Fred !
Je serai là à 19h15.

Re: ENA 2009

Ok bien reçu.
Donc pour l'instant seront présents tomoe et Marie A si j'ai bien compris? Kobayashi, tu passes ton tour?

Re: ENA 2009

... et une certaine "baaaby" qui est la bienvenue également (à moins que ce ne soit un baby?)

22

Re: ENA 2009

Je serai présent.

Re: ENA 2009

Si quelqu'un peut nous faire un compte rendu de votre rencontre, j'en serai ravi !

Re: ENA 2009

Damn j'arrive trop tard, j'aurais vraiment voulu venir! Un résumé, ou une autre rencontre de prévue? Fred si t'es toujours à Paris et vers Sciences Po on pourrait éventuellement prendre un café dans l'après-midi?

25

Re: ENA 2009

Concrètement avec la fin du classement, comment va se passer l'attribution des postes?

26

Re: ENA 2009

barb nl a écrit:

Concrètement avec la fin du classement, comment va se passer l'attribution des postes?


Tout simplement, à ta gueule. :(Eh oui, il y avait déjà une note de gueule; la note de stage... :PComme quoi, le nouveau système ne changera pas grand chose...:D:D:D:D:D

27

Re: ENA 2009

Jacques-Henri nolog a écrit:
barb nl a écrit:

Concrètement avec la fin du classement, comment va se passer l'attribution des postes?


Tout simplement, à ta gueule. :(Eh oui, il y avait déjà une note de gueule; la note de stage... :PComme quoi, le nouveau système ne changera pas grand chose...:D:D:D:D:D


Pathétique fake. Il n'a ni ma classe, ni mon brio.
Tip pour le prochain à vouloir m'imiter : je me fais plus des lignes de smileys mais des rails de coke.

28

Re: ENA 2009

JH nl a écrit:

Il n'a ni ma classe, ni mon brio.

Ni ta briasse, ni ton Clio.

29

Re: ENA 2009

Claasse le forum pipo.

30

Re: ENA 2009

barb nl a écrit:

Claasse le forum pipo.

C'te réponse de ouf.

Re: ENA 2009

Postée dans le thread ENA 2008, je repose ici ma question :

Bijour,
J'ai entendu dire par M. Choukroun que l'admissibilité à l'ENA valait pour les concours du MAE (et que donc, elle permettrait de passer directement les épreuves orales du Quai). Or, je ne vois rien de tel sur le site de l'ENA ni sur celui du MAE.
Je sais que cette procédure existe pour un concours à Bercy (ne me demandez pas lequel, je ne sais plus. Mais en tous cas, je suis sûr de ce que j'avance). Pourriez-vous me confirmer les dires dudit professeur ?
Gros bisoux,
Al'.

Re: ENA 2009

Je pense que fred, qui a été à la fois admissible (puis admise) à l'Ena, ainsi qu'au MAE sera en mesure de te répondre. Mais je n'ai jamais entendu parler d'une telle procédure.

Re: ENA 2009

Je n'en ai jamais entendu parler, et j'espère bien que je ne me suis pas embêtée à passer des écrits inutilement pendant deux semaines... mais je ne vois pas au nom de quoi cette passerelle existerait, les épreuves n'étant pas les mêmes, et ça ferait une sérieuse rupture d'égalité entre candidats. Bref, ça existait peut être il y a 20-30 ans... si tu veux en avoir le coeur net, autant poser la question au bureau des concours du Quai d'Orsay.

Bonne chance avec les révisions pour ceux qui passent un été studieux !

Re: ENA 2009

Merci beaucoup Fred !

35

Re: ENA 2009

Sujet en DP pour ceux que ça intéresse : "l'exigence démocratique en droit public français". A méditer !

Re: ENA 2009

C'est un beau sujet. On peut avoir quelques plans ?

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

37

Re: ENA 2009

Bonsoir,

Voilà le plan que j'ai fait:

I - Le caractère démocratique du régime politique français est le socle sur lequel s'est construit le droit public français

A - La séparation des pouvoirs est garante de la protection démocratique face à une possible usurpation du pouvoir des gouvernés par les gouvenants et in fine une dérive despotique

B - L'affirmation de la primauté de la Constitution puis des conventions internationales au sein de la hiérarchie des normes interne permet de garantir un socle inamovible de valeurs, droits et libertés qui sont au fondement d'un régime démocratique et rendu indispensable par le controle de constitutionnalité et de conventionnalité

II - Les effets des évolutions de la modernité tels que la mondialisation et la rationalisation croissante ont pour effets d'interroger la conception classique de la démocratie et invitent le droit public à évoluer afin de rétablir maitenir et préserver le lien démocratique au sein de la nation

A - La dilution du lien de délégation de pouvoir des gouvernés aux gouvernants affaiblissent le caractère démocratique du régime garantit par le droit public français

B - La cohésion politique et sociale nationale implique de repenser, à travers l'adoption de nouvelles règles de droit public, les sources originelles du pouvoir et de tendre vers une démocratie de proximité, à l'échelle nationale et l'échelle européenne


Conclusion: ouverture sur la nécessité de penser la relation droit/démocratie au niveau européen

Voilà pour moi... Ca fait deux mois que je fais du droit alors soyez indulgents!

Re: ENA 2009

Je ne comprend pas bien ton II, en particulier ton A. Tu peux développer stp ? je suis curieux smile.

39

Re: ENA 2009

alors pour mon II - A -

je parle de la montée des intercommunalités qui ne sont pas élues directement alors qu'elles excercent par délégation des compétences initialement confiées aux communes, l'essor d'institutions supra nationales qui ne sont pas fondées sur le lien démocratique (ONU, FMI, OMC... Mais pas l'UE car élection du parlement au SU) et enfin la désencastration de l'ordre économico-financier (Karl Polanyi - la grande transformation) conjoint à un transfert des décisions du politique à l'économique

Voilà, j'espère que c'est plus clair!

40

Re: ENA 2009

Dans le B je parle des solutions politiques proposée, et leurs limites: 6 eme République de Montebourg et Francois, non cumul des mandats, démocratie participative de Ségolène, réforme des institutions du 28 juillet 2008 de Sarko et la modification des reglements des assemblées consécutive, en quoi c'est insuffisant (notamment sur l'ODJ du parlement et la possibilité de mettre en oeuvre un référendum populaire)
Et ensuite je fais des préconisations

Voilà!!

Re: ENA 2009

D'accord je vois mieux, merci pour tes précisions big_smile .

42

Re: ENA 2009

c'est n'importe quoi ce concours

Re: ENA 2009

Qui a le sujet d'éco d'aujourd'hui et éventuellement peut raconter l'ambiance après ces deux premiers jours ?

Last edited by kobayashi (01-09-2009 18:11:09)

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

Re: ENA 2009

La répartition de la valeur ajoutée et performances économiques

Bref un sujet d'actualité et prévisible....

A Grenoble, l'ambiance est plutôt détendue, en même temps on est que 80 candidats dont 40 pour le concours externe... De nombreuses tables sont vides, et certains semblent déjà abandonnés, en quittant la salle au bout d'une heure et quelque... Mais il faut encore tenir 3 jours!

En tout cas, c'est exténuant!

Re: ENA 2009

Est-ce que cela aurait un sens d'attaquer le droit pénal en electifs + bouquins pour éventuellement le passer à l'écrit du concours? C'est toujours un peu bizarre de dire ça quand on rentre tout juste en M1, et cela parait bien superficiel. Mais bon, certains ici ont peut-être connu ça...

Over The Line Smokey!

Re: ENA 2009

Culture générale: La révolution est-elle un modèle périmé?

Re: ENA 2009

Les sujets ont l'air très classiques cette année. Beaucoup moins difficiles que l'inaction administrative ou la citation de Becque...

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

Re: ENA 2009

C'est un concours donc la difficulté du sujet n'a que peu d'importance... Si le sujet est facile, ca vaut pour tout le monde et in fine c'est plus difficile de se distinguer...

Ca t'inspire pas "agir dans un monde incertain"? Moi je trouve ce sujet génial, mais mon sujet de CG parfait est tombé il y a des années: reste-t-il des droits à conquérir?

Sinon une question qui me taraude... Pourquoi est-ce qu'ils s'obstinent à mettre des copies sans lignes? Est-ce que la faculté d'écrire droit fait partie des qualités requises pour être haut fonctionnaire? Je trouve cela vraiment stupide car cela fait perdre du temps, et en plus au final la copie est moins harmonieuse car il est difficile d'écrire droit avec les lignes en transparence, surtout au verso!!!!

Re: ENA 2009

mariedegrenoble a écrit:

C'est un concours donc la difficulté du sujet n'a que peu d'importance... Si le sujet est facile, ca vaut pour tout le monde et in fine c'est plus difficile de se distinguer...

Ca t'inspire pas "agir dans un monde incertain"? Moi je trouve ce sujet génial, mais mon sujet de CG parfait est tombé il y a des années: reste-t-il des droits à conquérir?

Sinon une question qui me taraude... Pourquoi est-ce qu'ils s'obstinent à mettre des copies sans lignes? Est-ce que la faculté d'écrire droit fait partie des qualités requises pour être haut fonctionnaire? Je trouve cela vraiment stupide car cela fait perdre du temps, et en plus au final la copie est moins harmonieuse car il est difficile d'écrire droit avec les lignes en transparence, surtout au verso!!!!

J'ai dit que les sujets étaient classiques, pas qu'ils étaient faciles. Toute la difficulté est de se distinguer du lot de copies qu'auront les correcteurs...

Le sujet "agir dans un univers incertain" est un sujet intéressant, mais celui que j'aurais aimé traiter serait plutôt "les valeurs européennes"...

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

Re: ENA 2009

Euh, Koba, tu passes l'ENA ou j'ai fumé ?

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta