151

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Point.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

RPC a écrit:
faux semblants a écrit:

Non mais je comprends pas le souci. Des preuves c'est pas évident. Les CRS sont - et à juste titre quand on voit ce à quoi ils sont majoritairement confrontés- en uniforme noir similaire, avec casque, matraque, "bouclier" (je ne connais pas le terme exact). Bref, qu'est ce qui ressemble plus à un CRS qu'un autre CRS ?

Et concernant ton argument de la citation de témoin, je trouve que c'est toi qui fait de la mauvaise foi (ou alors tu ne saisis pas l'enjeu), mais même cités en tant que témoins simples, je peux t'assurer qu'ils ne seraient pas à l'abri de diverses représailles. C'est tout à son honneur de prendre ça en compte, je trouve.

Quant à utiliser le très médiatique Descoings pour bouger les caméras, il a raison. Ce genre de choses se passent très probablement tous les jours à des endroits -pour ne pas dire des cités- qui ne bénéficient pas du même cadre médiatique. Là le combo jeune beur + intégré + Sciences Po, évidemment que c'était du pain béni pour les journalistes mais je ne vois pas encore une fois pourquoi le type serait à bâmer pour ces choses là.

ok

Hey ! (bisou amical quand même smile )

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

153

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

faux semblants a écrit:
RPC a écrit:
faux semblants a écrit:

Non mais je comprends pas le souci. Des preuves c'est pas évident. Les CRS sont - et à juste titre quand on voit ce à quoi ils sont majoritairement confrontés- en uniforme noir similaire, avec casque, matraque, "bouclier" (je ne connais pas le terme exact). Bref, qu'est ce qui ressemble plus à un CRS qu'un autre CRS ?

Et concernant ton argument de la citation de témoin, je trouve que c'est toi qui fait de la mauvaise foi (ou alors tu ne saisis pas l'enjeu), mais même cités en tant que témoins simples, je peux t'assurer qu'ils ne seraient pas à l'abri de diverses représailles. C'est tout à son honneur de prendre ça en compte, je trouve.

Quant à utiliser le très médiatique Descoings pour bouger les caméras, il a raison. Ce genre de choses se passent très probablement tous les jours à des endroits -pour ne pas dire des cités- qui ne bénéficient pas du même cadre médiatique. Là le combo jeune beur + intégré + Sciences Po, évidemment que c'était du pain béni pour les journalistes mais je ne vois pas encore une fois pourquoi le type serait à bâmer pour ces choses là.

ok



Hey ! (bisou amical quand même smile )

Non, non, ce n'est pas par ironie. Je suis d'accord avec l'argumentation, vue sous cet angle (et pas le côté Greg : le type est beur, il a droit de raconter tout ce qu'il veut, car sinon c'est du racisme).

Simplement, quand on accuse quelqu'un il faut tout de même avoir de la matière. Mais après vérification, il semble qu'il va présenter plus d'éléments la semaine prochaine, donc attendons.

Edit : bisous aussi big_smile

Last edited by RPC (28-11-2009 14:03:07)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Il me semble pas qu'il ait accusé qui que ce soit. Il a dit "Tartampion, t'es un raciste ? " Non il a bien dit que les gars il saurait pas les reconnaitre. Et surtout, surtout, ce qui me le rend sympathique (en partie) c'est qu'au grand journal il a bien pris la peine de dire qu'il faisait pas d'amalgame, que tous les poulets étaient pas comme ça, etc etc. C'est pas le jeune qui déteste par principe le bleu et qui veut se payer l'institution CRS.

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Ouais le fait divers, c'est souvent super révélateur.

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

http://www.maitre-eolas.fr/post/2010/02 … l-de-Paris

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Il y 900 000 gardes à vue par an. Le Ministère de l'intérieur n'en dénombrait que 600 000 officiellement. Il a finalement admis le véritable chiffre soit disant parce que l'ancien chiffre n'intégrait pas les garde à vue dues aux problèmes de circulation. En fait on faisait croire qu'on n'intégrait pas ces problèmes dans le chiffre publié alors que tout le monde pensait qu'ils étaient intégrés dans le chiffre officiel.

900 000 gardes à vue par an, c'est énorme et c'est beaucoup plus qu'avant. Ce pays est une dictature policière larvée.

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Au fait, il y a encore un nouveau texte sur la sécurité qui va passer à l'Assemblée cette semaine qui va notamment instaurer un couvre feu pour les mineurs de moins de 13 ans. Quelle pourriture.

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

heu hein ?

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Ouaip
http://www.20minutes.fr/article/380201/ … 13-ans.php

"Vous avez souri, ne dites pas non, vous avez souri!"

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

On apprend que les flics de Villiers Le Bel roulaient plus vite qu'ils ne le déclaraient, et avaient bien tenté de faire un tête à queue aux deux petites cailleras.

On le savait depuis le premier jour, mais toutes les autorités constituées ont voulu nous assurer du contraire.

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

La Loppsi 2 va permettre d'installer des mouchards sur tous les ordinateurs. Elle va permettre d'installer un nombre incroyable de caméras de surveillance (notamment pendant les manifestations), elle va également autoriser des couvre feu pour les mineurs de moins de 13 ans.

C'est une société de méfiance et de peur, de suspicion généralisée que l'on met en place.

Tous suspects pourrait être le sous titre de cette loi.

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

163

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

On apprend également que les personnes relaxées par la Justice continueront à être inscrites sur des fichiers de police...

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Et que la CNIL s'étonne de voir que les dits fichiers classent parfois les victimes comme coupables...

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

"elle va également autoriser des couvre feu pour les mineurs de moins de 13 ans"

Bon ça c'est normal quand même. Un gosse de 12 ans n'a rien a faire dehors à 23h, il devrait être entrain de dormir. Ce qui est préoccupant, c'est que l'état doive se substituer à l'autorité parentale...

Last edited by kobayashi (10-02-2010 00:14:45)

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

166

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

La France a bien tenu 2000 ans sans cette interdiction absurde. Dans l'absolu oui, un môme doit être chez lui le soir.

C'est loin d'être la mesure la plus attentatoire aux libertés dans cette loi. Les autres me paraissent beaucoup plus préoccupantes.

Notamment celle sur la vidéo surveillance. D'autant que l'on sait pertinemment que la vidéo surveillance n'a ni réduit les atteintes au personnes (elles ont augmenté parallèlement à l'augmentation des caméras), ni permis une meilleure résolution des enquêtes. On peut lui reconnaître, néanmoins, d'avoir pacifié certaines zones (mais aussi d'avoir parfois déplacé le problème).

Quant à la dernière mesure, maintenant sur des fichiers des personnes relaxées par la Justice, elle est très critiquable à mes yeux...

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

167

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Greg a écrit:

Quant à la dernière mesure, maintenant sur des fichiers des personnes relaxées par la Justice, elle est à mon sens très criticable.

Pour le coup il me semble que malheureusement c'était déjà le cas dans les faits. Et qu'effectivement les erreurs sont TRES fréquentes.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Oui ce qui est hallucinant c'est qu'au lieu de mandater l'autorité publique pour faire cesser ces dysfonctionnements, on les légalise.

169

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

mami a écrit:
Greg a écrit:

Quant à la dernière mesure, maintenant sur des fichiers des personnes relaxées par la Justice, elle est juste hallucinante.

Pour le coup il me semble que malheureusement c'était déjà le cas dans les faits. Et qu'effectivement les erreurs sont TRES fréquentes.

Oui ben plutôt que de les entériner, on ferait mieux de résoudre ce problème !

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

170

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Ha mais je suis complètement d'accord avec vous ! Ils préfèrent entériner plutôt que de régler le problème c'est juste parce que c'est moins coûteux.
Un de mes amis travaillait dans les logiciels publiques de ce genre et avait tellement halluciné qu'il avait demandé qu'on lui retire le budget de la carte vitale "complète", qu'il estimait trop dangereuse.
Le blague, c'est que cet ami a été victime d'une erreur après une garde à vue (déjà en elle-même non justifié) et il a dû porter plainte contre le commissariat pour faire retirer ses informations des fichiers !!!

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

171

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Greg a écrit:

Notamment celle sur la vidéo surveillance. D'autant que l'on sait pertinemment que la vidéo surveillance n'a ni réduit les atteintes au personnes (elles ont augmenté parallèlement à l'augmentation des caméras), ni permis une meilleure résolution des enquêtes.

C'est drôle, cette façon que tu as d'insister à chaque détour de phrase sur les "atteintes aux personnes".

Laisse tomber, va. Les gens n'ont jamais ressenti l'insécurité autant que sous Daniel Vaillant, et tu n'y changesras rien.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Tiens on a des sondages sur la question ? Ou ton analyse est liée au nombre de reportages balancé au JT de TF1 ?

173

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Bouh, les violences aux personnes n'ont jamais été aussi élevées qu'aujourd'hui, au regard des statistiques. Et aujourd'hui, le sentiment d'insécurité, ainsi que l'insécurité provient autant de la délinquance que des bavures policières toujours plus nombreuses.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Elessar a écrit:

Tiens on a des sondages sur la question ? Ou ton analyse est liée au nombre de reportages balancé au JT de TF1 ?

Ben justement, on en voit plus trop des reportages sur la violence à TF1. On est loin du matraquage médiatique opéré pendant les présidentielles alors qu'actuellement les chiffres n'ont pas bougé d'un iota et qu'en plus les atteintes aux libertés par l'ordre policier se sont accrues.

Sans compter les différentes circulaires "pour faire du chiffre" qui sont aberrantes et conduisent le gouvernement à revoir ses statistiques à la baisse.

Last edited by kobayashi (10-02-2010 01:03:29)

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Greg a écrit:

Notamment celle sur la vidéo surveillance. D'autant que l'on sait pertinemment que la vidéo surveillance n'a ni réduit les atteintes au personnes (elles ont augmenté parallèlement à l'augmentation des caméras), ni permis une meilleure résolution des enquêtes.

Tu noteras cette petite parenthèse de novlangue sécuritaire. Ne dîtes plus "vidéo surveillance", mais "vidéo protection".

La Nation reconnaissante.

« Hit me right in my white guilt »

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Greg a écrit:

La France a bien tenu 2000 ans sans cette interdiction absurde.

Greg a écrit:

Bouh, les violences aux personnes n'ont jamais été aussi élevées qu'aujourd'hui, au regard des statistiques.

http://www.ohmygore.com/forum/uploads/post-3-1248376621.png

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

177

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Et les mineurs de moins de 13 ans en sont en effet les premiers responsables.

Par ailleurs, tu noteras que ces statistiques interviennent après 22 lois sécuritaires en 8 ans. L'efficacité en est donc palpable.

Mais tu as probablement raison, cette loi va enfin mettre un terme à cette insécurité.

Il y a un moment il faudra bien finir par admettre que ces lois d'affichage ne sécurisent rien du tout, mais prennent en otage l'ensemble des honnêtes citoyens de ce pays au prétexte du pourcentage minime de personnes commettant des crimes et des délits. On appelle ça la stratégie de la peur à des fins de renforcement autoritaire.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Pour êre au clair sur ce projet :

Les principaux points de Loppsi II
NOUVELOBS.COM | 10.02.2010 | 07:01

Le projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure est examiné à l'Assemblée nationale. Voici les principales mesures qu'il contient.

La commission des Lois de l'Assemblée nationale a adopté un amendement qui prévoit d'autoriser à titre expérimental l'installation de scanners corporels dans les aéroports français (Reuters)

La commission des Lois de l'Assemblée nationale a adopté un amendement qui prévoit d'autoriser à titre expérimental l'installation de scanners corporels dans les aéroports français

Le très controversé projet Loppsi II (de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure), examiné à partir du mardi 9 février à l'Assemblée nationale, vise à moderniser les procédures et les moyens utilisés par les forces de l’ordre, en prenant en compte les objectifs opérationnels prioritaires définis pour les années 2009-2013, à savoir la lutte contre les menaces terroristes et contre les différentes formes de radicalisation, la criminalité organisée, les violences familiales, la délinquance routière, et les crises de santé publiques ou environnementales.

Les mesures stars

Le projet de loi Loppsi II a été gonflé en commission des lois. Parmi les mesures qui y ont été greffées, certaines semblent répondre à l’actualité, comme la possibilité pour le préfet d’instaurer un couvre-feu pour les mineurs de treize ans entre 23 heures et 6 heures, ou le renforcement du dispositif de contrat de responsabilité parental. Ou encore l’aggravation des peines encourues pour les vols commis à l’encontre de personnes vulnérables (après l’assassinat d’un couple de retraités largement utilisé par Brice Hortefeux), et enfin la création d’un délit de distribution d’argent à des fins publicitaires sur la voie publique (l’affaire Rentabiliweb). On peut également noter l'instauration d’un délit de vente à la sauvette.

La lutte contre la cybercriminalité

L’usurpation d’identité sur Internet sera désormais un délit sanctionné par un an d’emprisonnement et 15.000 euros d’amende, même dans le cas où il n’y a pas de préjudice financier. Dans le cadre de la lutte contre la pornographie enfantine, les fournisseurs d’accès Internet auront l’obligation d’interdire l’accès aux sites fournissant des contenus illicites. La liste des sites interdits sera transmise par le ministère de l’Intérieur. PS, militants des droits de l'homme, associations d'internautes, tous redoutent l'arrivée d'un filtrage des sites Internet.

La multiplication des fichiers

Le cadre légal des fichiers d’antécédents et d’analyse sérielle vont être modifiés, ce qui signifie qu’ils vont grossir. Des personnes sans antécédents pourront être conservées sur ces fichiers après décision du procureur, qui est sous l'autorité du gouvernement. D'autre part, des personnes ayant bénéficié de non-lieu et qui n'ont donc pas d'antécédents, pourront également être fichées. Les personnes susceptibles d’être impliquées dans des affaires de plus petite délinquance seront aussi répertoriées. Ces mesures, destinées à stimuler les fichiers de recoupement, sont dénoncées par certains observateurs, comme le Syndicat de la magistrature, comme un recul des libertés individuelles.

La surveillance vidéo

Le projet Loppsi instaure la possibilité pour les entreprises privées de mettre en place des caméras de surveillance sur la voie publique aux abords de leur immeuble. Les employés de l'entreprise ne devraient pas avoir accès aux vidéos. D'autre par Loppsi instaure l'utilisation des scanneurs corporels à titre expérimental.

La sécurité routière

Le projet de loi instaure la confiscation du véhicule en cas de conduite sans permis de récidive de conduite sous l’emprise de l’alcool ou de grand excès de vitesse. Le trafic de points de permis sera puni d'une peine de 6 mois de prison et/ou de 15.000 euros d'amende. Les bars et discothèques auront pour obligation de mettre à disposition de leur client des dispositifs de dépistage de l’imprégnation alcoolique. Des dispositifs d'éthylotests anti-démarrages pourront être imposés dans certains cas. Les peines encourues en cas de délit de fuite sont aggravées.

L’intelligence économique

Les sociétés d’intelligence économique devront demander une autorisation au préfet pour exercer, et devront faire valider les dossiers de leurs dirigeants, gérants, et associés. Les militaires et policiers devront respecter un délai de trois ans avant de pouvoir y occuper un emploi.

La sécurité dans les stades

Une personne coupable pourra être interdite de stade dès la commission d’un fait grave. L’interdiction pourra durer six mois au lieu de trois actuellement, voire à douze mois en cas de réitération intervenue dans les trois années précédentes. Une peine d’emprisonnement d’un an sera par ailleurs encourue en cas de méconnaissance de l’arrêté préfectoral d’interdiction.

La modification du fonctionnement de la police

Le directeur de la police municipale pourra se voir attribuer le statut d’officier de la police judiciaire. De plus, les policiers municipaux pourront participer aux contrôles d’identité sous l’autorité d’un officier de police judiciaire. D'autre part, le projet de loi propose de moderniser la réserve civile de la police nationale qui pourra recruter des personnes issues de toute catégorie socioprofessionnelle.

Le développement de la visioconférence

La visioconférence sera utilisée pendant les audiences dans les centres de rétention.

Sur nombre de ces aspects, l'opposition, les syndicats et les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent une "surenchère liberticide".

Loppsi 2 : une "surenchère liberticide"
NOUVELOBS.COM | 09.02.2010 | 15:05
Réagissez à l'article 42 réactions
Le projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure sera examiné, à partir d'aujourd'hui, à l'Assemblée nationale. L'opposition et les syndicats dénoncent une "surenchère législative".

Le projet de loi Loppsi 2 sera examiné à partir de ce mardi en première lecture à l'assemblée nationale

Le projet de loi Loppsi 2 sera examiné à partir de ce mardi en première lecture à l'assemblée nationale
(Reuters)
Alors que le projet de loi Loppsi 2 sera examiné, à partir de mardi 9 février en première lecture à l'Assemblée nationale, les contestations montent. A l'instar des députés PS, ce sont également les syndicats de la magistrature et les syndicats d'avocats qui sont montés au créneau pour dénoncer, tantôt une "surenchère législative", tantôt une loi "liberticide". Maintes fois retardé, ce projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de sécurité intérieure (Loppsi 2) dresse la feuille de route de la police et de la gendarmerie jusqu'en 2013.

"Politique du chiffre"

Lundi, les députés PS ont accusé le gouvernement de s'engager "dans une surenchère législative" en matière de sécurité publique, et ce, à "quelques semaines des élections régionales", à propos du projet de loi Loppsi 2. "A quelques semaines des élections régionales, ce projet de loi tente de rassurer l'opinion en lui faisant croire que de nouvelles mesures de surveillance vont régler les problèmes de délinquance", écrit dans un communiqué le groupe socialiste à propos du projet. "Comme toujours quand il n'a pas de résultat, le gouvernement s'engage dans une surenchère législative qui, à défaut d'être efficace, met à mal nos principes de droit et nos libertés publiques", accuse encore le groupe PS.
"En dépit des annonces triomphalistes du ministre de l'Intérieur, la politique du chiffre à laquelle sont astreintes les forces de l'ordre n'obtient aucun résultat tangible notamment face à la progression des violences faites aux personnes. Les moyens et les effectifs promis sur le terrain par la Loppsi 1 se sont progressivement effilochés au rythme de l'austérité (...) 9.000 postes de policiers et de gendarmes ont ainsi disparu dans le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux", lit-on encore dans le communiqué.

"Société du Contrôle"

Les syndicats de la magistrature (SM) et des avocats de France (SAF) ont pour leur part appelé lundi les parlementaires à s'opposer à ce projet de loi, qu'ils jugent "liberticide" et qualifient de "cauchemar sécuritaire". Le texte "offre un condensé de l'idéologie primaire et dangereuse qui gouverne depuis plusieurs années le traitement des questions de 'sécurité'", écrivent dans un communiqué les deux syndicats classés à gauche. Vidéosurveillance, visioconférence et "fichage policier", les syndicats vilipendent ce "énième fourre-tout législatif" qui prévoit aussi "un couvre-feu pour les mineurs de 13 ans", un "contrat de responsabilité parentale", un "filtrage policier des sites internet", etc.

Le SM et le SAF "appellent les parlementaires et tous les citoyens soucieux du respect des équilibres démocratiques à s'opposer fermement à ce nouveau projet liberticide qui [...] nous prépare une société du Contrôle". "Il est urgent de sortir du cauchemar sécuritaire qui détruit progressivement notre Etat de droit", conclut leur communiqué.

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Greg la disposition de fichage des personnes relaxées dont tu parlais était prévue apparement a l'article 9-III mais je le trouve pas sur le site de l'assemblée, ca a été viré ?

http://www.assemblee-nationale.fr/13/projets/pl1697.asp

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

LOPPSI, c'est une LOPPESA.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

émission de télévision visionnable en ligne sur la 3000e loi de sécurité de Sarkozy depuis 2002
http://www.france5.fr/c-dans-l-air/inde … 2010-02-10

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

C'est quand même un peu flippant. C'est du big brother à fond !

NUMERAMA
LOPPSI : le filtrage du net sans juge met le gouvernement dans l'embarras
Guillaume Champeau

Alors qu'il avait donné son soutien en commission, le gouvernement a décidé mercredi de ne pas se prononcer sur la nécessité de recourir au juge dans les cas de blocage des sites pédoporgraphiques imposés aux FAI par l'administration. Une reculade due à la division de la majorité, dont une partie souhaite que l'efficacité prime sur l'équité.
Filtrage, Loppsi, Politique

Le gouvernement a décidé de botter en touche sur l'un des points de la Loppsi qui soulève le plus de polémique. En commission des lois, Brice Hortefeux avait soutenu l'amendement de Lionel Tardy (UMP) imposant un recours préalable au juge avant toute mesure de blocage de sites pédopornographiques que pourrait demander l'administration aux FAI. Il prenait acte ainsi de la volonté des sages du Conseil constitutionnel, qui avaient imposé lors de l'examen de la loi Hadopi qu'aucune mesure attentatoire à la liberté de communication ne soit prise sans le contrôle de l'autorité judiciaire. Mais mercredi soir, devant la division de la majorité, le ministre de l'intérieur s'est défaussé.

Lors de la discussion générale, le député et ancien locataire de la place Beauveau François Baroin a demandé au gouvernement de revenir sur la première version du texte, qui permettait à l'administration de fournir directement aux FAI la liste des sites à bloquer, sans contrôle de l'autorité judiciaire. Ce pourrait être fait par l'adoption de l'amendement 8 réctifié déposé par Chantal Brunel (UMP), qui étend au passage les cas de filtrage aux "messages violents ou pornographiques ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine, incluant les actes de torture et de barbarie". Dans ses motifs, la députée explique que "n'importe quel internaute peut être la source du contenu en ligne", ce qui "est un immense progrès, mais est aussi à l'origine de l'apparition d'un porno « amateur » aux contenus particulièrement violents", auquel il faut bloquer l'accès sans recours au juge.

En réponse, Brice Hortefeux s'est dit "réservé" lui aussi "à l'encontre de l'intervention de l'autorité judiciaire pour les contenus pédopornographiques". "Ce qui doit dominer, a-t-il ajouté, c'est l'efficacité opérationnelle". Le ministre a paru partager l'argumentation très curieuse (c'est un euphémisme) de François Baroin, qui expliquait sans rougir qu'il était logique de ne pas passer par un juge en matière de crimes tels que la pédopornographie, alors que c'était normal pour des délits mineurs comme le piratage. On s'en gratte encore la tête.

Au final, le ministre de l'intérieur a fait savoir qu'il s'en remettra "à la sagesse" des députés, c'est-à-dire qu'il ne donnera pas le moment venu de consigne de vote aux parlementaires sur le recours ou non au juge avant toute ordonnance de filtrage.

Pourtant quelques minutes plus tôt, Brice Hortefeux avait paru défendre la place du juge dans le dispositif en assurant que le blocage des sites serait "demandé par l'administration sous le contrôle du juge". Le ministre de l'intérieur a précisé qu'il fallait "naturellement éviter le sur-blocage", qu'il ne fallait "pas mettre en cause la neutralité du réseau", et que les modalités techniques du blocage seraient définies par décret. Avec le double objectif a priori inconciliable d'être à la fois "le moins coûteux possible", et néanmoins efficace.

On peut d'ailleurs sourire de ce désir affiché d'efficacité lorsque le ministre reconnaît lui-même que la plupart des sites concernés sont hébergés à l'étranger, et sont "très mobiles". Le temps qu'une adresse à bloquer soit communiquée au FAI, une nouvelle adresse est déjà utilisée par les pédophiles. Qu'il y ait ou non recours au juge, cette réalité ne changera pas. En revanche, le juge devrait éviter que des sites qui ne devraient pas être bloqués le soient.

183

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

J'écoute l'émission postée par Free French et je tiens à le remercier pour ce lien.

Il y a dans cette émission énormément de choses qu'il faudrait prendre le temps de synthétiser par écrit. Je me lance au fil de l'émission et reprend par bribes :

Législation hystérique, loi fourre-tout, mélange tout (du terrorisme au gamin qui fait du bruit dans la rue en passant par diverses mesures de procédure judiciaire réduisant les pouvoirs de l'avocat), publiée sous le coup de faits divers, visant à masquer l'inefficacité de la loi précédente, des lois précédentes...

Scandale et coût exhorbitant de la visio-conférence dans la relation juge-prévenu qui sera systématisée, caractère orwellien déjà relevé, mentalité évolutive des policiers au fil de ces lois de sécurité qui leurs donnent des pouvoirs exorbitants permettant toutes les dérives et bavures récentes, entre beaucoup d'autres sur des mineurs.

On n'oubliera pas la disposition permettant les saisies ET LA VENTE d'une voiture d'un chauffeur arrêté AVANT MEME TOUT JUGEMENT pour les faits à propos duquel il a été interpellé (s'il s'avère ensuite qu'il n'était pas coupable, on lui rend l'argent de sa voiture vendue...). On est là dans le pur délire, l'hallucination législative, l'arbitraire le plus total.

L'émission aborde également les graves dérives des garde à vue française, notamment l'histoire de cette pauvre jeune fille qui a essayé de s'interposer dans une bagarre entre jeunes ados et qui a traité comme coupable, immédiatement, maltraitée, maintenue en cellule, insultée... "Mais toutes les règles de la garde à vue ont été respectées" aux dires des autorités du commissariat. Ces policiers se sont comportés comme des voyous.

Et puis on aborde la politique du chiffre, qui aboutit à ce que ce gouvernement se félicite de l'augmentation des garde à vue, s'élevant à 900 000 cette année ! Il y a de quoi se taper la tête contre les murs, au regard des conséquences des instructions visant à augmenter toujours plus le nombre de garde à vue en France. Ce système est devenu terrifiant et inacceptable.

Tout cela est évoqué dans cette émission par des juges, des syndicalistes policiers, et cela laisse le sentiment de vivre dans une sorte de techno-moyen-âge policier, voulu, provoqué, favorisé, loué, et organisé par les divers gouvernement depuis 2002.

Autres idées évoquées dans l'émission : pente vers l'Etat policier, oubli de la constitution, big brother généralisé.

Le problème est que cette mauvaise législation fait oublier le juste travail des forces de police et de justice, qui font dans 80% des cas leur travail, car les crimes et les délits méritent d'être punis, mais avec intelligence et pas avec ces manières de chartiers législatifs et réglementaires.

Une autre émission sur le sujet, le ce soir ou jamais d'hier, qui a mis en exergue le rôle de ce professeur Frankenstein de la sécurité qu'est Alain Bauer, l'homme qui produit des études pour montrer la croissance des menaces contre la sécurité et qui vend par ailleurs toutes sortes de dispositifs de sécurité à côté http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?pa … brique=950. De sa position de réseau très favorable, il tire un juteux business d'un sécuritarisme qu'il favorise au plus haut niveau de l'Etat, en modifiant par l'usage des technologie, le rapport du citoyen à sa sécurité, et le rapport de la sécurité au citoyen, le citoyen étant vu comme une menace potentielle. Alain Bauer est un homme très dangereux pour les libertés publiques.

On laissera à ce génie de la stupidité crasse qu'est Frédéric Lefebvre le dernier mot : "réfléchir avant de légiférer conduit à l'immobilisme"

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

184

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Un étudiant de Sciences Po qui avait déposé une plainte pour des violences policières qu'il dit avoir subit fait une proposition intéressante devant la Commission National de Déontologie de la Sécurité.

Un « flic » pour surveiller les flics dans les manifs

Mercredi 10/02/2010 | Posté par Widad Kefti

Lors de son audition devant la Commission nationale de déontologie et de sécurité, Anyss Arbib, qui a déposé plainte pour violences policières, a émis diverses propositions.
-- Cliquez pour voir l'image en entier

Le 15 janvier, Anyss Arbib, étudiant à Science-Po, passait devant la Commission nationale de déontologie et de sécurité (CNDS). Ce jeune Bondynois avait fait la « une » de Libération le 24 novembre dernier. Il y relatait l’agression, par des forces de l'ordres, dont il dit avoir été victime au soir d’un match Egypte-Algérie qualificatif pour la Coup du monde de football.

En cette mi-janvier, c'est tout sourire qu'Anyss, accompagné de son avocat, traverse le boulevard de la Tour-Maubourg, dans le 15e arrondissement de Paris, à sa sortie du siège de la CNDS. Après avoir passé près de deux heures devant les membres de la commission, il est « soulagé ». Cette audition confidentielle et donc interdite au public et aux journalistes aurait pu avoir des airs d'interrogatoire, mais elle a pris la tournure d'une audition parlementaire. Précisons qu'un citoyen lambda ne peut saisir la CNDS, seul un parlementaire a ce pouvoir. Anyss Arbib a dans son cas pu compter sur l’intervention de Louis Mermaz, ancien ministre PS sous Mitterrand et aujourd'hui sénateur.

Si l'audition a pris une tournure parlementaire c'est parce qu'après être revenu sur les faits qui se sont déroulés en novembre dernier, Anyss a fait une proposition. : « Nous avons proposé avec mon avocat qu'un officier judiciaire, délégué du procureur de la République, soit présent lors des manifestations dans lesquelles les forces de l’ordre sont elles-mêmes présentes. Il serait là pour recueillir d'éventuelles plaintes des personnes s'estimant injustement traitées, ce qui faciliterait considérablement la procédure en cas de dépôt de plainte. » Anyss Arbib a lui-même déposé plainte.

Une proposition apparemment difficile à mettre en pratique mais jugée néanmoins pertinente par l’intéressée : un représentant du système judiciaire pourrait avoir un effet à la fois rassurant et dissuasif pour les manifestants ainsi que pour les agents de la police. Mais il serait également très précieux en cas de litige ou de bavure sur le terrain. « Dès lors que tu t'estimes victime d'un abus de la police tu pourrais demander à voir cet officier auquel tu exposerais directement les faits et qui pourrait recueillir rapidement les preuves et le témoignage », explique Anyss Arbib.

Les membres de la CNDS présidée par Roger Beauvois ont accueilli cette proposition avec « curiosité et intérêt », rapporte Anyss. Mais leurs prérogatives ne leur donnent aucun pouvoir décisionnel en cette matière. Ensuite, à l'instar du juge d'instruction, la CNDS est en passe d'être abrogé. Certains voient dans la plainte d’Anyss Arbib et sa saisine de la CNDS une tentative de cabale contre la police, la médiatisation de son cas lui ayant donné une dimension à laquelle le jeune homme ne s’attendait peut-être pas.

L’étudiant, en 4e année à Science-Po, tient à préciser à ce sujet : « Il ne s'agit pas de stigmatiser qui que ce soit, d'autant qu'aujourd'hui, je n'attends rien du pénal. Les policiers en question n'étant pas identifiables. Cependant, cette audition est importante car elle donnera lieu à un rapport, avec des suggestions de mesures à prendre pour éviter les abus. »

Anyss Arbib, qu’on a vu aux côtés de Dominique de Villepin lors de la venue de ce dernier à Bondy, entend-il exploiter cette affaire à des fins politiques personnelles ? « Ce n'est pas le moment, et ce n'est pas ma priorité », affirme-t-il, lui qui dit avoir refusé les quelques propositions à rejoindre des listes aux régionales. Il explique ses refus par une fidélité à l’ancien premier ministre de Jacques Chirac et son appartenance au Club Villepin.

Sa mise en avant médiatique suite à son témoignage de novembre lui a valu de nombreux messages : « Bon nombre de soutien mais également des messages moins sympathiques de gens qui n'appréciaient pas ma démarche. Il ne s'agissait aucunement de ma part d'une démarche de victimisation. J'avais la possibilité de dénoncer certains abus que peuvent subir une partie des Français, donc ça allait bien au delà de ma personne. »

Anyss continue sa petite vie un brin mouvementée, avec son fan club qui commente chacune de ses respirations sur Facebook. Quant à l'enquête que sa plainte a déclenchée, c'est silence radio...

Widad Kefti

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

185

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Greg a écrit:

J'écoute l'émission postée par Free French et je tiens à le remercier pour ce lien.

Il y a dans cette émission énormément de choses qu'il faudrait prendre le temps de synthétiser par écrit. Je me lance au fil de l'émission et reprend par bribes :

Législation hystérique, loi fourre-tout, mélange tout (du terrorisme au gamin qui fait du bruit dans la rue en passant par diverses mesures de procédure judiciaire réduisant les pouvoirs de l'avocat), publiée sous le coup de faits divers, visant à masquer l'inefficacité de la loi précédente, des lois précédentes...

Scandale et coût exhorbitant de la visio-conférence dans la relation juge-prévenu qui sera systématisée, caractère orwellien déjà relevé, mentalité évolutive des policiers au fil de ces lois de sécurité qui leurs donnent des pouvoirs exorbitants permettant toutes les dérives et bavures récentes, entre beaucoup d'autres sur des mineurs.

On n'oubliera pas la disposition permettant les saisies ET LA VENTE d'une voiture d'un chauffeur arrêté AVANT MEME TOUT JUGEMENT pour les faits à propos duquel il a été interpellé (s'il s'avère ensuite qu'il n'était pas coupable, on lui rend l'argent de sa voiture vendue...). On est là dans le pur délire, l'hallucination législative, l'arbitraire le plus total.

L'émission aborde également les graves dérives des garde à vue française, notamment l'histoire de cette pauvre jeune fille qui a essayé de s'interposer dans une bagarre entre jeunes ados et qui a traité comme coupable, immédiatement, maltraitée, maintenue en cellule, insultée... "Mais toutes les règles de la garde à vue ont été respectées" aux dires des autorités du commissariat. Ces policiers se sont comportés comme des voyous.

Et puis on aborde la politique du chiffre, qui aboutit à ce que ce gouvernement se félicite de l'augmentation des garde à vue, s'élevant à 900 000 cette année ! Il y a de quoi se taper la tête contre les murs, au regard des conséquences des instructions visant à augmenter toujours plus le nombre de garde à vue en France. Ce système est devenu terrifiant et inacceptable.

Tout cela est évoqué dans cette émission par des juges, des syndicalistes policiers, et cela laisse le sentiment de vivre dans une sorte de techno-moyen-âge policier, voulu, provoqué, favorisé, loué, et organisé par les divers gouvernement depuis 2002.

Autres idées évoquées dans l'émission : pente vers l'Etat policier, oubli de la constitution, big brother généralisé.

Le problème est que cette mauvaise législation fait oublier le juste travail des forces de police et de justice, qui font dans 80% des cas leur travail, car les crimes et les délits méritent d'être punis, mais avec intelligence et pas avec ces manières de chartiers législatifs et réglementaires.

Une autre émission sur le sujet, le ce soir ou jamais d'hier, qui a mis en exergue le rôle de ce démissionnaire de toute humanité qu'est Alain Bauer, l'homme qui produit des études pour montrer la croissance des menaces contre la sécurité et qui vend par ailleurs toutes sortes de dispositifs de sécurité http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?pa … brique=950

On laissera à ce génie de la stupidité crasse qu'est Frédéric Lefebvre le dernier mot : "réfléchir avant de légiférer conduit à l'immobilisme"

Je suis tout-à-fait d'accord sur la GAV et plutôt d'accord sur la politique du chiffre. Sur le fond au moins, car la forme...

Deux petites questions :

- est-ce que la visio n'est pas développée pour  engendrer des économies sur les coûts de transfert ? Un détenu entendu par un juge d'instruction = 2 gendarmes pour le convoyer. Je ne dis pas que c'est bien ou mal, je m'étonne de voir aborder celà sous l'angle du coût.

- je ne retrouve pas dans le projet de loi les dispositions relatives à la vente du véhicule. Aurais-tu plus d'info là-dessus ?

Last edited by Bouh (15-02-2010 11:09:20)

"Moult a appris qui bien connut ahan"

186

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Sur la visio conférence, les coûts proviendront de l'équipement en ordinateurs dans tous les endroits où cette visio conférence sera nécessaire. Selon le juge présent à l'émission, cela coûterai 13 000 euros par poste, et il en faudrait beaucoup dans les prisons. Le juge pointait également le problème de deshumanisation de la relation juge-prévenu, en citant Outreau et en disant à juste titre que la distance avec les accusés étant plus importante, le risque de non prise en compte de ses arguments était d'autant plus grand.

Non, je n'ai pas plus de détail sur cette disposition de vente d'un véhicule avant jugement, c'est la première fois que j'en entendais parler, et ça m'a choqué. Il est possible qu'il s'agissait d'un amendement parlementaire discuté au moment de l'émission et on l'espère, rejeté. De tote façon, c'est le genre d'amendement qui aurait été censuré par le Conseil Constitutionnel. A suivre donc.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Un jour faudra m'expliquer pourquoi suffit de dire "big brother" pour qu'on considere cela comme un argument.

Beati in regno coelesti videbunt poenas damnatorum, ut beatitudo illis magis complaceat./"Les beats verront les peines des damnes depuis le royaume des cieux, afin que la beatitude leur soit encore plus agreable".

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Bah, tout simplement parce que ça implique "tout le monde surveillé, tout le monde suspects" et que big brother, c'est la société totalitaire, qui veut contrôler les individus dans tous les aspects de leur vie, privée notamment...

Tu as lu 1984 ?

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Angoulmoise a écrit:

Tu as lu 1984 ?

'Tain mais on te demande pourquoi assumer un argument d'autorité et tu nous ressorts un LIVRE écrit par un gars comme si c'était la bible en la matière, qu'il avait raison et qu'il fallait se prosterner devant lui.

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Je demandais juste ça parce que c'est de là que ça vient big brother. On se calme !

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Je reformule (ca va etre plus long et plus moche mais vu qu'on arrive sur le territoire de Captain obvious c'est pas grave):

Un jour faudra m'expliquer pourquoi toute initiative du gouvernement impliquant au choix enregistrement d'informations individuelles supplementaires/surveillance accrue des lieux publics/utilisation de cameras suffit a l'assimiler au regime malefique d'un roman qui, s'il n'avait pas ete ecrit il y a 62 ans par un traumatise de la seconde guerre mondiale, passerait pour de la mauvaise science fiction.

Beati in regno coelesti videbunt poenas damnatorum, ut beatitudo illis magis complaceat./"Les beats verront les peines des damnes depuis le royaume des cieux, afin que la beatitude leur soit encore plus agreable".

192

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Leurqueur a écrit:

passerait pour de la mauvaise science fiction.

Pourquoi ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Parce qu'il chie plus sur le passe qu'il ne se mouche dans les etoiles.


edit: putain j'ai abuse sur ce coup la, c'est laid.

Last edited by Leurqueur (15-02-2010 15:05:44)

Beati in regno coelesti videbunt poenas damnatorum, ut beatitudo illis magis complaceat./"Les beats verront les peines des damnes depuis le royaume des cieux, afin que la beatitude leur soit encore plus agreable".

194

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Leurqueur a écrit:

Parce qu'il chie plus sur le passe qu'il ne se mouche dans les etoiles.


edit: putain j'ai abuse sur ce coup la, c'est laid.

C'est un peu court comme argumentation, jeune homme. Tu peux poster une "analyse littéraire" plus fouillée dans le thread adéquat. De plus, pour être tatillon, 1984 est davantage une dystopie que de la science-fiction, même si la nuance est ténue, je te l'accorde.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Tu peux aller te présenter dans le thread "introduce yourself" également. En bon lurker, tu dois savoir où il se trouve.

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

196

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

FDL a écrit:
Leurqueur a écrit:

Parce qu'il chie plus sur le passe qu'il ne se mouche dans les etoiles.


edit: putain j'ai abuse sur ce coup la, c'est laid.

C'est un peu court comme argumentation, jeune homme. Tu peux poster une "analyse littéraire" plus fouillée dans le thread adéquat. De plus, pour être tatillon, 1984 est davantage une dystopie que de la science-fiction, même si la nuance est ténue, je te l'accorde.

Oui, enfin en l'occurence, il est tout à fait possible de considérer, dans le cas de 1984, la dystopie comme un sous-genre de la science-fiction, même si la dystopie est plus focalisée sur les questions sociales que scientifiques stricto sensu.

Je dirais donc une "science-sociale fiction" :-))

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Leurqueur a écrit:

Parce qu'il chie plus sur le passe qu'il ne se mouche dans les etoiles.


edit: putain j'ai abuse sur ce coup la, c'est laid.

Oui, effectivement. Tu devrais prendre exemple sur Orwell.

Quand on post on raconte pas sa vie.

198

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

RPC a écrit:
FDL a écrit:
Leurqueur a écrit:

Parce qu'il chie plus sur le passe qu'il ne se mouche dans les etoiles.


edit: putain j'ai abuse sur ce coup la, c'est laid.

C'est un peu court comme argumentation, jeune homme. Tu peux poster une "analyse littéraire" plus fouillée dans le thread adéquat. De plus, pour être tatillon, 1984 est davantage une dystopie que de la science-fiction, même si la nuance est ténue, je te l'accorde.

Oui, enfin en l'occurence, il est tout à fait possible de considérer, dans le cas de 1984, la dystopie comme un sous-genre de la science-fiction, même si la dystopie est plus focalisée sur les questions sociales que scientifiques stricto sensu.

Je dirais donc une "science-sociale fiction" :-))

Oui, tout à fait. Quoique, à l'époque où Orwell a écrit son ouvrage, la science-fiction se préoccupait moins de questions sociales que maintenant. Mais on est tout à fait d'accord, hein, c'était juste pour apporter une précision et éviter les amalgames.
Leurqueur, je serais ravi que tu éclaires le sens de ton affirmation qui me semble quand même très péremptoire. Considérer Orwell comme ringard est peut-être devenu "in", je ne sais pas...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

lehussard a écrit:
Leurqueur a écrit:

Parce qu'il chie plus sur le passe qu'il ne se mouche dans les etoiles.


edit: putain j'ai abuse sur ce coup la, c'est laid.

Oui, effectivement. Tu devrais prendre exemple sur Orwell.


Peut etre quand il postera sur un forum, tiens.


@FDL: je dis simplement que notre vision du futur n'est plus filtree par la peur d'une apocalypse nucleaire et d'un nain moustachu mis a jour. Et si il faut que ce bouquin limite nos possibilites d'action, je dis effectivement qu'il est ringard.

Bon c'est pas tout ca mais le principe du lurking c'est quand meme de rester invisible pour pas se faire dechiqueter par les tanks hein...


Vous me reverrez au prochain stage chiant.

edit: 'fin vu que les trois mois que je viens de passer m'ont semble une eternite, ca risque d'arriver plus tot que prevu

Last edited by Leurqueur (15-02-2010 16:11:32)

Beati in regno coelesti videbunt poenas damnatorum, ut beatitudo illis magis complaceat./"Les beats verront les peines des damnes depuis le royaume des cieux, afin que la beatitude leur soit encore plus agreable".

200

Re: Bavures, violences policières, déontologie de la sécurité

Leurqueur a écrit:

@FDL: je dis simplement que notre vision du futur n'est plus filtree par la peur d'une apocalypse nucleaire

Et alors ? Est-ce que ça décrédibilise le propos d'Orwell pour autant ? "La peur de l'apocalypse nucléaire" n'est d'ailleurs pas le thème principal du livre (la guerre nucléaire a déjà eu lieu dans son roman ; il décrit un monde post-apocalyptique). Il y a d'autres thèmes tels que le totalitarisme, la société de surveillance, la propagande, le novlangue etc (mais ça, tu le sais déjà).

Leurqueur a écrit:

et d'un nain moustachu mis a jour.

Le fait qu'il soit nain, moustachu ou autres n'a aucune importance puisque Big Brother est une idée personnifiée à laquelle on rend un culte (le culte de la personnalité, toujours d'actualité ne serait-ce qu'en Corée du Nord par exemple) ; le personnage d'Emmanuel Goldstein a la même fonction mais en sens inverse (sujet d'exécration et d'hystérie collective ; pour prendre un exemple récent, Chavez l'a fait ou a tenté de le faire vis-à-vis de Bush en le comparant au diable, entre autres).
Big Brother est une sorte de concept et il est effectivement devenu courant d'assimiler ce concept à toute tentative portant ou risquant de porter atteinte aux libertés indiviuelles, à la vie privée...

Leurqueur a écrit:

Et si il faut que ce bouquin limite nos possibilites d'action, je dis effectivement qu'il est ringard.

Je ne comprends pas ce que tu veux dire.

Bon, si tu quittes le forum, ça ne sert à rien de débattre.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)