Topic: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

J'ai noté qu'il n'y avait pas de fil sur ce sujet, pourtant très intéressant, et qui va définir le Paris de dans 10 ans. Surtout que c'est un sujet qui semble mettre jusqu'à présent la droite et la gauche plus ou moins d'accord.

Commençons par cette lettre ouvert du Maire de Paris, Bertrand Delanoé.

Comment je vois Paris Métropole

Par Bertrand Delanoë
27/04/2009 | Mise à jour : 11:15 | Ajouter à ma sélection

À deux jours du lancement officiel du Grand Paris par le chef de l'État, le maire de Paris Bertrand Delanoë détaille le projet de ce qu'il nomme la «ville-monde» du XXIe siècle.

À l'heure de l'«après- Kyoto», la civilisation urbaine est confrontée à un questionnement sur le sens même de la ville de demain. Penser l'avenir de l'agglomération parisienne, c'est répondre à l'un des grands défis de l'époque et inventer une alchimie inédite entre progrès économique et «bien vivre» des habitants. Car la ville du futur sera celle de la diversité des fonctions urbaines, de la mixité sociale, de l'excellence environnementale, du foisonnement culturel, mais aussi de la performance de l'offre de services.

«Faire métropole» comme on fait société consiste donc d'abord à lutter pied à pied contre les inégalités sociales, territoriales, écologiques et culturelles qui minent aujourd'hui notre territoire. La tâche est immense. Mais nous ne partons pas de rien. Dans la consultation internationale sur «le Grand Pari(s) de l'agglomération parisienne», dont notre ville est partie prenante, les dix équipes d'architectes et urbanistes ne disent pas autre chose. Pour donner un visage à la «ville-monde  » du XXIe siècle, évitons le péché d'orgueil de la «table rase», exploitons plutôt les atouts de notre métropole en répondant aux enjeux décisifs que désignent nos concitoyens : les transports, l'aménagement urbain et le logement, mais aussi l'emploi.

En matière de déplacements, l'urgence a conduit Jean-Paul Huchon, président du conseil régional et du Stif (1), à proposer un plan de mobilisation ambitieux (18,6 milliards d'euros) qui devrait engager chaque acteur, y compris l'État, dont la participation est sollicitée depuis un an. Sa mise en œuvre doit s'engager sans délai. Mais nous devons nous projeter au-delà et, comme nous y invite le projet de Sdrif (2), imaginer les conditions de la mobilité dans les vingt prochaines années : un véritable réseau métropolitain, y compris de surface ; des modes de transports complémentaires et écologiques ; des services en partage, comme Vélib' ou Autolib' ; et une «carte de mobilité» unique, garantissant à l'usager un accès à chaque mode de déplacements. Sur tous ces points, les dix équipes d'architectes font des propositions. Je suggère donc qu'avec leur concours et l'appui des agences d'urbanisme, du Stif et des grandes entreprises, un «atelier des déplacements métropolitains» soit mis en place, doté d'un comité de pilotage politique. Ainsi, dans un délai d'un an, le projet du XXIe siècle indispensable à notre métropole pourrait être élaboré, de façon concertée.

Dans le domaine du logement, les élus métropolitains ont la volonté de se doter des outils nécessaires pour mieux coordonner leurs politiques d'habitat. L'enjeu : servir une ambition urbaine autour d'impératifs comme la diversité sociale, la qualité de vie, les performances environnementales du bâti et même la valeur esthétique de chaque aménagement. Seul un effort quantitatif et qualitatif dans la construction de logements permettra de répondre aux besoins et de dépasser la terrible crise actuelle. Libérer l'énergie que recèlent nos territoires déjà construits signifie deux choses : densification et mixité des usages. L'espace urbain compartimenté a vécu, de même que certains tabous. Faudra-t-il assumer une réflexion sur l'assouplissement des règles de construction ? Pourquoi pas ? C'est dans ce cadre que devrait s'ouvrir le débat sur les hauteurs. C'est vrai de Paris ; c'est vrai de la première couronne ; c'est vrai aussi des villes nouvelles au potentiel trop souvent sous-estimé.

L'emploi enfin. Si certains exploitent à dessein le thème inépuisable du «déclin» de Paris et de sa métropole, les faits leur donnent tort, rappelant chaque année que celle-ci fait jeu égal avec le Grand Londres. La compétition mondiale nous commande néanmoins de renforcer sans cesse notre attractivité, de développer les instruments de la connaissance, de la recherche, de l'innovation, et d'investir massivement dans quelques territoires ciblés de petite et de grande couronne. Un tel rééquilibrage implique la mise en place de dispositifs puissants de solidarité financière et fiscale. Mais créer plus de valeur ne peut se résumer à déplacer un centre de recherche ou une université d'un site vers un autre. Notre force économique et intellectuelle naîtra au contraire d'une meilleure imbrication entre Paris et le reste de la métropole. Imaginer que la dynamique de l'agglomération puisse résulter d'un affaiblissement de son cœur serait d'ailleurs un non-sens : à l'inverse, partir de ses atouts en les intensifiant, c'est créer les conditions d'une onde positive pour l'ensemble de notre territoire.

Au cœur de cette synergie, Paris Métropole rassemble des élus de toutes sensibilités politiques. Cet instrument stratégique développe une démarche efficace et originale, visant à traiter chaque projet (urbanisme, habitat…) de manière souple, à l'échelle des territoires concernés. Avec l'ambition créative que mérite le destin de notre agglomération, il s'agit aujourd'hui d'abolir des frontières territoriales mais aussi intellectuelles devenues obsolètes. La tâche est passionnante, impliquant hauteur et imagination. C'est aussi pour cela que Paris Métropole dessine à la fois une réponse et un chemin.

(1) Stif : Autorité organisatrice des transports publics en Ile-de-France.

(2) Sdrif : Schéma directeur de la Région Ile-de-France.

[edit modération : titre édité]

Last edited by Orcid (26-07-2011 18:06:51)

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Comme tu as pu le constater en lisant cet article au combien intéressant, ce cher Bertrand ne met pas de ^ sur le o de métropole.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Le PS Sciences Po avait organisé une réunion en début du mois d'avril avec Rémi Féraud le 1er secrétaire du PS de Paris et maire du Xe arrondissement, sur ce sujet.

CR: http://ps-scpo.over-blog.com/article-30124283.html


Arguments intéressants contre le Grand Paris:

- On dit que le problème de Paris c'est la conduite du développement économique. Or Balladur propose la fusion des conseils généraux qui ont des compétences... sociales! Ainsi on déciderait des mesures sociales pour la Seine-Saint-Denis depuis le centre de Paris mais on n'aurait pas de compétences au niveau économique...

- La droite ne parle pas de logement et le rapport ne propose surtout pas qu'il sorte de la compétence des villes. Le problème de Paris-Métropole, c'est le logement et la mixité sociale. Ne pas transférer cette compétence, c'est simplement pour ne pas être obligé de construire des logements sociaux pour les collectivités de droite, comme c'est déjà le cas à Paris où Delanoë peut construire des logements sociaux dans tous les arrondissements, y compris dans le 7e, le 16e, le 15e, le 17e ou le 1er au grand désarroi des maires de droite.

"Ne me siffle pas mon camarade, parce que moi, je t'aime!"

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Quelqu'un a des infos sur les 10 "grands projets" qui sortiront demain, à part celui d'enterrer le périph'  et de faire un grand métro ultramoderne autour de Paris (si j'ai bien compris), ainsi que le projet de Roland Castro de faire un Central Parc bordé de tours à la Courneuve ?

Last edited by Orcid (27-04-2009 17:18:32)

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Orcid a écrit:

Quelqu'un a des infos sur les 10 "grands projets" qui sortiront demain, à part celui d'enterrer le périph'  et de faire un grand métro ultramoderne autour de Paris (si j'ai bien compris), ainsi que le projet de Roland Castro de faire un Central Parc bordé de tours à la Courneuve ?

Procure-toi le dossier du La Tribune du week-end dernier. Ils y présentent les projets. Au-delà des folies cosmiques, aucun projet n'apporte de solutions globales et certains points type logement ont été omis. Le projet final sera donc sûrement un grand gloubi-boulga de tout et de rien, plus tard amendé par tout et n'importe qui, pour faire in fine 3 tours et 2 coulées vertes.

Last edited by Jacques-Henri (27-04-2009 18:00:53)

Certes.

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Merci pour l'info la tribune. Je vais aller regarder cela.
Apparemment, ils vont ouvrir demain une exposition de ces projets au Palais de Chaillot au Trocadéro.

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Jacques-Henri a écrit:
Orcid a écrit:

Quelqu'un a des infos sur les 10 "grands projets" qui sortiront demain, à part celui d'enterrer le périph'  et de faire un grand métro ultramoderne autour de Paris (si j'ai bien compris), ainsi que le projet de Roland Castro de faire un Central Parc bordé de tours à la Courneuve ?

Procure-toi le dossier du La Tribune du week-end dernier. Ils y présentent les projets. Au-delà des folies cosmiques, aucun projet n'apporte de solutions globales et certains points type logement ont été omis. Le projet final sera donc sûrement un grand gloubi-boulga de tout et de rien, plus tard amendé par tout et n'importe qui, pour faire in fine 3 tours et 2 coulées vertes.

in fine.... tu serais pas pote avec Wasmer par hasard ?

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Pas mal d'articles et de liens sur Paris Metropole ou Grand Paris :

Sarkozy lève un mystère du Grand Paris: 35 milliards pour les transports

Par Eric BASSI
PARIS, 29 avr 2009 (AFP) - Nicolas Sarkozy devait lever mercredi une partie des
mystères du Grand Paris en annonçant 35 milliards d'euros d'investissements dans les
transports en Ile-de-France à réaliser en douze ans, pour mettre un terme à la galère
que vivent souvent les Franciliens dans leurs déplacements.
Le président de la République, en inaugurant l'exposition des travaux des dix équipes
d'architectes qu'il a fait plancher, devait donner son aval en matière de transports aux
projets du secrétaire d'Etat Christian Blanc et aussi à ceux du président PS de la
région Jean-Paul Huchon.

Il a dit oui au métro autour de Paris, le "grand huit" de M. Blanc (21 milliards
d'euros) qui reliera des pôles d'activité (Roissy, Orly, La Défense, Saclay, Massy,
Clichy-Montfermeil, Noisy, grand hub multimodal à Pleyel ...) et les principaux centres
d'habitat. Son tracé recoupe une grande partie du projet Arc-Express-Métrophérique
RATP-région.

Mais il a également donné son feu vert à la poursuite des projets "déjà dans les
tuyaux" et ceux prévus par M. Huchon dans un plan de juin 2008 (RER A, B, C, D,
changement du matériel roulant, prolongement de lignes de métro, de tramways et du RER E
Eole, ..). Le RER E, qui devait relier La Défense, ira même jusqu'à Mantes.
Cauchemar des Parisiens, la 13 sera désaturée par le prolongement de la ligne
automatique 14, qui sera incluse dans les 21 milliards.
Long de 130 km environ, le réseau automatique, "pour l'essentiel souterrain",
"maillera les terminaisons de métro". Il fonctionnera jour et nuit à au moins 80 km/ho
Son tracé exact sera finalisé dans les deux mois.
L'objectif est de "parvenir à des temps de parcours dans l'agglomération de l'ordre
de 30 minutes, quel que soit le lieu d'où on part".
Des outils juridiques et financiers seront mis en place pour lancer les chantiers
"dès 2012" .

Le financement de l'opération et sa répartition ne sont pas bouclés. "On est certain
que c'est finançable, ça tient la route", indique-t-on à l'Elysée.
Si l'on n'écarte pas l'idée d'un partenariat public-privé, on énumère plusieurs
pistes: "versement transport" des entreprises, taxation des plus values foncières,
tarifs, subventions publiques, zonage de tarification, "surface commerciale des
gares" ....

Souhaitant que la région-capitale "tienne tout son rang parmi les villes-monde,
moteurs du développement, de l'innovation, de la recherche", M. Sarkozy présentera trois
autres objectifs, dont "la relance de la réflexion sur la ville".
Il s'agit "d'imaginer la ville du XXIème siècle, durable", conjuguant "très grande
densité urbaine" et "modes de fonctionnement économes en énergie", avec la "réapparition
de monuments".

Les projets des architectes, "véritable trésor", seront "des éléments de réflexion au
pot". Il ne s'agit pas, de confier l'aménagement de la métropole à un seul, mais de
"fournir leurs idées aux décideurs".
Des textes vont cependant "permettre aux architectes de s'impliquer davantage dans la
conduite des projets" urbains.

M. Sarkozy devait affirmer sa "volonté de mettre un terme à la banlieue", "pour
qu'elle soit partie intégrante de Paris".

Le chef de l'Etat n'abordera pas la future gouvernance du Grand Paris, souhaitant
d'abord "doter Paris d'un projet".

Il fixera comme objectif de "doubler le nombre de logements produits dans la
métropole parisienne pour en livrer de l'ordre de 70.000 par an".
Il veut aussi créer "un million d'emplois supplémentaires dans la région en 20 ans",
grâce au "développement de toutes les potentialités de la région-capitale" et à des
"territoires de projets".

AFP

Grand Paris : la géographie de Sarkozy (ENCADRE)
Date de parution: 30.04.2009

PARIS, 29 avr 2009 (AFP) - Nicolas Sarkozy a dessiné mercredi sa géographie
multipolaire de l'Ile-de-France, avec une vision très étendue de cette région puisqu'il
a cité Le Havre comme "le port du Grand Paris".

Dans un discours à la cité de l'Architecture, il a affirmé que le citoyen "verra, au
coeur de la métropole, la vallée de la Seine se muer en vallée de la culture".
Au centre "la Grande bibliothèque, Le Grand Louvre, Orsay, Le Musée des Arts
premiers, le Grand palais rénové, la Cité de l'Architecture, une nouvelle institution
dédiée à l'art contemporain, installée au palais de Tokyo".

A l'Ouest, "dans le bois de Boulogne, la fondation Louis-Vuitton et l'Ile Séguin
dédiée à tous les arts, à l'Est, le pôle Image et Médias autour de l'INA, de l'Ecole des
Gobelins à Noisy-le-Grand, des universités de Marne-la-Vallée et Créteil".
Au Nord, "la Villette, avec l'installation de la Philharmonie de Paris à côté de la
Cité de la Musique, du Conservatoire et de la Cité des Sciences, la Cité européenne du
cinéma de Luc Besson, un grand équipement culturel et scientique prestigieux" installé
au Bourget.

Au Sud, "le Mac Val de Vitry, voué lui aussi à l'art contemporain".
Selon lui des pôles d'excellence à vocation mondiale doivent aussi émerger pour
l'avenir.

A l'Ouest, "la Défense devrait devenir la Cité financière", avec des services aux
entreprises à haute valeur ajoutée. pourquoi pas imaginer l'université de Dauphine pour
faire le plus formidable cluster de l'industrie et de la finance ?"
A l'Ouest, "la vallée industrielle de la Seine autour du port d'Achères et du pôle
universitaire de Cergy-Pontoise".

Au Sud: le plateau de Saclay qui "a vocation à devenir l'un des plus importants
centres scientifiques et technologiques au monde", la vallée des biotechnologies et de
grands centres hospitaliers.

A l'Est, un pôle industriel et scientique consacré à la construction et la ville
durable.

Au Nord, "dans la Plaine Saint-Denis, un pôle dédié aux industries de la création
autour des métiers de l'image et du campus Condorcet dédié aux sciences humaines et
sociales". "Autour du Bourget un pôle peut-être dédié à l'aviation, au tourisme
d'affaires".

"Autour de Roissy et de Villepinte, un pôle dédié aux échanges internationaux et au
développement industriel de la logistique".

AFP

Le Grand Paris ne doit pas oublier les populations fragiles (sociologues)
Par Sylvie HUSSON

PARIS, 29 avr 2009 (AFP) - La fin de la banlieue parisienne, souhaitée par Nicolas
Sarkozy qui veut faire du Grand Paris une ville unifiée, doit articuler développement
des transports et mesures économiques tout en évitant une relégation plus lointaine
encore des populations fragiles, estiment deux sociologues interrogés par l'AFP.
"On ne met pas fin à la banlieue, la ghettoisation et la relégation par le seul et
unique biais des moyens physiques de circulation, le transport est un élément du
désenclavement mais il faut aussi donner aux gens les moyens de s'en sortir", estime
Jacques Donzelot, directeur du Cedov (centre d'études, d'observation et de documentation
sur les villes) .

L'arrivée d'une ligne de transports s'accompagnant toujours d'une flambée foncière,
souligne le sociologue, maître de conférence en science politique à Paris-Nanterre,
l'enjeu "est de savoir si on va se préoccuper des populations les plus défavorisées
vivant dans ces périphéries" qui "fuiront si elles n'ont pas les moyens de rester".
"Veut-on nettoyer les périphéries des populations indésirables pour en faire des
vitrines et obtenir un résultat spectaculaire, ou faire qU'elles profitent de ce
développement en les accompagnant vers les emplois?", demande M. Donzelot.
Aux Etats-Unis, observe-t-il, le "6e programme de rénovation urbaine a donné des
résultats très inégaux", "réussis là o~ les élus locaux ont donné à ces populations les
moyens d'entrer dans le jeu et d'accéder aux emplois, catastrophiques dans le cas
contraire" .

"Dans un pays o~ il manque au bas mot 1,5 million de logements sociaux, il y aura
évidemment un développement péri-urbain de plus en plus éloigné et des temps de
transports encore plus longs si on ne densifie pas les zones urbaines, à commencer par
Paris", souligne Didier Lapeyronnie, professeur de sociologie à l'université
Paris-Sorbonne, auteur de "Ghetto urbain, ségrégation, violence, pauvreté en France
aujourd'hui" (Robert Laffont) .

Parmi les objectifs affichés par Nicolas Sarkozy figure celui de construire 70.000
logements par an dans la métropole parisienne, soit le double d'aujourd'hui, et d'élever
les coefficients d'occupation des sols. "Le Grand Paris ne sera plus une agglomération
mais une ville quand il n'y aura plus de banlieue", a dit le président de la République.
Améliorer les transports en banlieue parisienne "est absolument nécessair~" mais
"cela doit aller avec un plan de rééquilibrage économique entre l'Est et l'Ouest
notamment, et une nouvelle gouvernance politique", prévient M. Lapeyronnie, favorable "à
un agrandissement de Paris", avec "les villes de petite couronne qui deviendraient des
arrondissements parisiens".
Il faut "rapprocher" les habitants de l'emploi en général: "réintégrer la banlieue
dans Paris n'a pas grand sens si c'est juste rapprocher les serviteurs des emplois de
services" de Paris, juge Jacques Donzelot.

Ainsi, observe ce sociologue, "le problème de Clichy-sous-Bois (ville de
Seine-Saint-Denis enclavée, à moins de 20 km de Paris) est "d'aller vers les
opportunités d'emplois" du pôle de l'aéroport de Roissy, que le "grand huit" du
secrétaire d'Etat Christian Blanc prévoit de relier à la ville.
Mais, relève-t-il, "on n'invente pas la centralité par décret. La création d'une gare
ne suffit pas à dynamiser les alentours. Il faut du foncier disponible, des emplois, des
universités, des pôles de recherche".

AFP

Delanoë regrette que Sarkozy n'ait pas mis l'accent sur le logement social
PARIS, 29 avr 2009 (AFP) - Le maire PS de Paris, Bertand Delanoë, a estimé mercredi à
propos du discours de Nicolas Sarkozy sur le Grand Paris qu'il "aurait été
particulièrement opportun que le président de la République mette l'accent sur le
logement social en tant que tel, +clé+ décisive à toute ambition de mixité sociale et
d'ambition environnementale sur notre territoire".

Dans un communiqué, M. Delanoë a estimé que M. Sarkozy avait "formulé un certain
nombre de propositions qui manifestent la volonté de l'Etat de mettre un terme à son
désengagement, observé depuis plusieurs années".

Dans l'entourage du maire, on précisait que "maintenant il faut passer aux actes,
notamment sur le plan budgétaire". On jugeait aussi "positif" le choix des Batignolles
pour l'implantation du TGI à Paris, "proposée depuis un an par M. Delanoë".
Le maire a regretté qu'en matière de transports, lé président n'ait pas précisé
"l'investissement que l'Etat compte y consacrer, au-delà du +contrat de projet+ défini
il y a trois ans". "Je souhaite donc que les annonces faites aujourd'hui en termes
d'investissement se concrétisent rapidement car l'urgence commande de poser des actes
maintenant", a-t-il ajouté.

M. Delanoë a aussi mis l'accent sur "la nécessité d'une vraie solidarité financière
entre les collectivités de notre métropole( ...) La faiblesse avérée des outils de
redistribution existants implique une nouvelle donne indispensable".
"Il convient désormais d'inventer un partenariat moderne associant l'Etat, la région,
la ville de Paris mais aussi, j'y insiste, toutes les collectivités métropolitaines", a
affirmé M. Delanoë. "Nous sommes prêts à y prendre toute notre part dans un esprit
constructif et exigeant dans le cadre de Paris Métropole", futur syndicat mixte lancé à
son initiative, a-t-il ajouté.

AFP

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Orcid, si tu veux la bilbiothèque recherche des vacataires pour faire les dossiers de presse. Tu devrais les contacter je pense.

"Ce à propos de quoi on ne sait rien, il faut le taire." Wittgenstein

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Merci E*. Je n'ose plus rien dire.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

35 milliards d'euros raqués par le contribuable hexagonal pour le confort des seuls parisiens. C'est tout simplement magnifique comme système. Exactement comme sous Louis XIV où le bon peuple était sommé de passer à la caisse pour agrandir le palais du roi et de sa suite.

Bien vu Jacques-Henri, désolé pour cette grossière erreur.

Last edited by Elessar (30-04-2009 13:54:47)

12

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Elessar a écrit:

35 millions d'euros raqués par le contribuable hexagonal pour le confort des seuls parisiens. C'est tout simplement magnifique comme système. Exactement comme sous Louis XIV où le bon peuple était sommé de passer à la caisse pour agrandir le palais du roi et de sa suite.

Milliards, s'il te plaît, on n'est pas au Cameroun mais en France.

13

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

JH nl a écrit:
Elessar a écrit:

35 millions d'euros raqués par le contribuable hexagonal pour le confort des seuls parisiens. C'est tout simplement magnifique comme système. Exactement comme sous Louis XIV où le bon peuple était sommé de passer à la caisse pour agrandir le palais du roi et de sa suite.

Milliards, s'il te plaît, on n'est pas au Cameroun mais en France.

Mais mon pauvre coco, la France est ruinée, c'est la crise !

14

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Pour visualiser un peu, le plan du Grand Paris

http://tempsreel.nouvelobs.com/file/689900.jpg


Crédits : Nouvel Obs



Je suis un peu dubitatif pour ce plan dans la mesure ou il n'y a pas d'interconnexions en rayons. Il s'agit plus d'un contournement de Paris plutôt que d'un drainage permettant un accès rapide Paris intra-muros / Paris Province...

L'idée pour exploiter ce grand réseau serait éventuellement de moderniser le RER, voire d'y rajouter deux ou trois lignes supplémentaires.

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Le projet du Grand Paris a été dévoilé il y a quelques jours au grand public, mais savez-vous vraiment à quoi ressemblera la métropole parisienne à l'horizon 2050 ? j'ai l'impression qu'il s'agit d'un bric-à-brac urbanistique bien que les architectes ont travaillé sur les mêmes thématiques et donné leur vision de la capitale en tenant compte du protocole de Kyoto sur le climat : transports, préoccupations écologiques, densification des espaces bâtis, nécessité de réhabiliter plutôt que de détruire. Autre défi a concevoir et maîtriser dans un concept d'écologie est constitué pas les transports. L'atelier Christian Portzamparc a imaginé la ville comme un système quasi biologique avec des lignes de transport rapides et bien structurées.

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Ca ne s'invente pas...

Les grands Paris
stupides

Date de parution: 06.05.2009

Le regretté Ferdinand Lop a
trouvé avec Sarko son digne
successeur. Cet écrivain loufoque
des années 30 à 50, qui proposait
de prolonger le boulevard Saint-
Michel jusqu'à la mer et la rade
de Brest jusqu'à la butte Montmartre,
serait aujourd'hui dépassé
par les propos ébouriffants tenus
par le Président sur le Grand
Paris.

Dans son discours du 29 avril,
Sarko a claironné que « se déplacer
deviendra un plaisir »
pour les petits veinards qui utiliseront
son nouveau métro automatique
de 130 km de longueur.
On imagine déjà d'heureuses familles
de banlieusards passant
leur dimanche en excursion dans
le « sarkopolitain ». Et le couple
Nicolas-Carla n'hésitant pas à
troquer un banal week-end au
Cap Nègre pour un merveilleux
tour de métro.

Un feu d' artifice de promesses
de chantiers mirifiques et de milliards
d'euros de crédits (dont
l'Etat n'a pas le premier sou) a
ainsi pétaradé devant des élus de
gauche et de droite ravis du spectacle.
Non content de promettre
un programme de 35 milliards -
à dépenser en dix ans - pour les
RER et les métros (oh, la belle
bleue !), Sarko a annoncé aussi
un train à grande vitesse Paris-
Le Havre (oh, la belle rouge !),
des gares TGV à La Défense et
en Seine-Saint-Denis (oh, la belle
jaune !)...

Et ce ne sont là que des amuse gueules.
Super-Sarko entend également
couvrir l'avenue Charles de-
Gaulle à Neuilly, enfouir le
périphérique, couvrir les tranchées
ferroviaires des gares parisiennes,
créer une « Silicon Valley
» sur le plateau de Saclay et
une dizaine d'autres pôles spécialisés.
Sans oublier 70000 logements
par an ou la création
d'une forêt d'un million d'arbres
à Roissy. Selon les experts, il y
en aurait pour des dizaines, voire
pour des centaines de milliards.
Ferdinand Lop, Ramsès Il et Napoléon
ID sont définitivement enfoncés
...
Notre président jure également
qu'il construira et aménagera
toutes ces merveilles sans écorner
les rares «surfaces rurales»
préservées en Ile-de-France. A
l'entendre, « 200 kilomètres carrés
» de réserves foncières sont
toujours disponibles et n'attendent
que son bon vouloir pour
être aménagés.
Comme le reconnaît l'Elysée,
ce chiffre mirifique sort tout droit
des travaux du cabinet Lion
, l'un
des dix architectes qui ont été
consultés par l'Etat pour le Grand
Paris. « Le Canard» a eu la curiosité
de regarder ces documents.
Ils valent le détour.
Pour en arriver là, l'équipe
Lion propose, par exemple,
d'abroger la loi qui interdit de
construire à moins de 100 mètres
d'une autoroute ou d'une voie rapide.
Et elle suggère d' « intensifier
la construction dans les
zones inondables, y compris
dans les zones rouges (les plus
vulnérables) »
.

En guise de prévention,
l'architecte propose
« une préparation de la population
à une vie en zone inondable
». Sans hésiter, Sarko a repris
ces élucubrations dans son
allocution et annoncé son intention
de revoir rapidement les
règles d'urbanisme
. En attendant
de sortir un plan « bottes et
barques »...
H. L.

Ce n'est pas possible, nous vivons un cauchemar.

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Si c'est ça ton cauchemar, je vis l'apocalypse.

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Grand Paris : Delanoë met en garde Fillon

Le maire PS de Paris Bertrand Delanoë soumettra au prochain Conseil de Paris, fin septembre, le projet de loi relatif au Grand Paris, qu'il considère comme portant "directement atteinte" aux compétences des élus parisiens, au moyen d'un "régime juridique d'exception".
Dans une lettre au Premier ministre François Fillon, rendue publique mercredi, M. Delanoë souhaite "que le contenu du projet de loi soit profondément revu" et fait part de sa "surprise" et de son "inquiétude".

"Je saisirai le Conseil de Paris de ce texte qui lui sera soumis dès sa prochaine séance", les 28 et 29 septembre, indique-t-il.
"Cette loi, si elle était adoptée, reviendrait à appliquer sur le territoire francilien un régime juridique d'exception, sans équivalent dans les autres régions françaises. Elle aboutirait à recentralisiser entre les mains de l'Etat, l'essentiel des grandes compétences dévolues partout ailleurs aux collectivités locales", ajoute le maire de Paris.
Il estime que "ce régime d'exception remettrait directement en cause les acquis de la décentralisation".
Le maire de Paris juge le texte, déjà transmis au Conseil d'Etat et qui devrait être présenté au Conseil des ministes début octobre, "fort éloigné" des perspectives tracées par Nicolas Sarkozy le 29 avril de "jeter ensemble les bases d'une véritable dynamique métropolitaine, ouverte, durable, solidaire".
Il souligne qu'à travers "la création d'une Société du Grand Paris, l'Etat projette de reprendre le contrôle direct de l'organisation des transports, quatre ans seulement après en avoir transféré la responsabilité à la Région Ile-de-France et aux autres collectivités qui forment le STIF" (syndicat des transports d'Ile-de-France.
"C'est donc l'Etat qui déciderait, seul, par décret, des nouvelles grandes infrastrutures de transport à créer en Ile-de-France", ajoute-t-il, relevant "une vraie incohérence à séparer ainsi l'investissement (confié à la Société du Grand Paris) de l'exploitation (au Stif)".
"Comment comprendre que les élus d'Ile-de-France puissent être écartés de choix relatifs à la programmation des investissements qu'ils auront financés pour une large part?", s'interroge le maire à propos des transports.
Il s'inquiète aussi que l'Etat "puisse décider du devenir de pans entiers des villes qui seront desservies par les nouvelles lignes de transports" et dispose de "pouvoirs exorbitants, avec un droit de préemption supplantant celui des collectivités".
"La question n'est pas aujourd'hui de créer une nouvelle technostructure (...) Il s'agit d'avancer rapidement selon une méthode fondée sur la co-responsabilité(...) La voie du contrat-et non du décret- est la seule qui puisse conjuguer efficacité et pragmatisme, mais aussi rapidité", ajoute M. Delanoë.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Le projet est aussi rejeté de facto par la région IDF, qui appelle à une concertation des collectivités locales. Le déni de décentralisation est criant, la volonté de l'Etat de revenir au temps des villes nouvelles de banlieue est aberrante.


Communiqué de Jean-Paul Huchon a écrit:

Grand Paris
Un projet de loi inacceptable, une concertation sans
résultats : Jean-Paul Huchon sollicite les collectivités
franciliennes pour construire une alternative
A la demande de Christian Blanc, Jean-Paul Huchon Président de la Région Ile-de-France,
accompagné de Marie-Pierre de la Gontrie - première Vice-présidente chargée des
finances et de Mireille Ferri - Vice-présidente chargée de l’aménagement du territoire a
rencontré le Secrétaire d’Etat sur l’avant projet de loi Grand Paris.
A l’issue de cette rencontre, Jean-Paul Huchon constate que la concertation n’a
débouché sur aucun résultat. Il a réaffirmé au Secrétaire d’Etat que le projet de loi, en
l’état, est inacceptable.
Il constate que Christian Blanc s’obstine dans une attitude non-conforme aux lois de
décentralisation.
Pour le Président de la Région Ile-de-France, l’avant-projet :
?n’offre aucune garantie d’efficacité supplémentaire dans la mise en oeuvre des
grandes infrastructures de transports. En ajoutant une strate administrative
supplémentaire dans la gestion du réseau de transports, il est, au contraire, source
d’incohérence et de complexité
?bafoue la démocratie locale en remplaçant la consultation démocratique des habitants
sur les grands chantiers d’aménagement par une procédure d’exception autoritaire. Une
procédure à l’opposé de l’esprit du Grenelle de l’environnement.
Jean-Paul Huchon dénonce le retour à des décisions bureaucratiques d’un autre âge
comme la mise en cause du droit de préemption des maires au profit de l’Etat et l’atteinte
aux mesures de protection des parcs naturels régionaux
?ne répond aucunement aux urgences des Franciliens en matière de transport et de
logement.
Preuve s’il en est : les financements attendus de l’Etat, à l’appui du Plan de mobilisation
pour les transports, sont absents de l’avant-projet.
Face au dévoiement des ambitions initiales et des projets des architectes, Jean-Paul
Huchon considère qu’il est de sa responsabilité de proposer, avec la Ville de Paris,
les Conseils généraux et les élus locaux de Paris Métropole, une alternative à ce
projet de loi inacceptable.

L'intégeralité de la lettre envoyée par Bertrand Delanoë à François Fillon est disponible sur le site de la mairie de Paris.

http://www.paris.fr/portail/accueil/Por … t_id=12780

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Un article de Marcel Belliot, délégué général de la Fédération nationale des agences d'urbanisme pour la revue Urbanisme. Un point de vue assez divergeant de ceux exposés jusqu'à récemment dans les médias - très intéressant. Les passages en gras ne sont pas d'origine - les titres si.


LE GRAND PARIS DES ILLUSIONS

Les réflexions engagées autour du “Grand Paris“ ont fait naître beaucoup d’espoirs. Je crains fort qu’elles ne débouchent sur autant d’illusions. Révolutions institutionnelles, visions futuristes d’architectes, investissements transports pharaoniques… les propositions mises en débat depuis un an, à l’initiative de l’État, ne me paraissent guère en mesure de résoudre les problèmes de la région parisienne et elles s’inscrivent en totale rupture par rapport aux exigences de la décentralisation.

L’illusion de la « métropole » institutionnelle

Mise en place par le Président de la République pour réformer l’architecture institutionnelle de la France, la “Commission BALLADUR“ a proposé au début de l’année 2009 de regrouper Paris et les 3 départements de la première couronne au sein d’une “métropole“ dont les ressources seraient mutualisées et les compétences élargies à l’habitat et les transports. La création d’une telle entité suffira-t-elle à réconcilier Paris et sa banlieue proche et à rapprocher Neuilly sur Seine de Clichy sous Bois ? On peut en douter. Les disparités territoriales de la région parisienne sont le fruit de puissantes dynamiques de différenciation sociale. Elles ne disparaîtront pas du jour au lendemain. Par ailleurs, que signifiera cette « métropole » pour les communes de la seconde couronne comme Sarcelles, Évry, Mantes, Melun, Étampes ou Trappes… qui en seront exclues ? Les difficultés de logement et de déplacement ne s’arrêtent pas comme par enchantement aux frontières de la 1ière couronne… Une politique urbaine intégrée ne peut avoir d’effets positifs que si elle se déploie à la bonne échelle. Si, de ce point de vue, la Région Ile de France n’est sans doute pas complètement idéale, elle offre cependant un territoire d’action infiniment plus pertinent que tout autre espace obtenu en séparant arbitrairement, au sein de la banlieue parisienne, les communes de la première couronne… et les autres. Et que dire du rapport de forces qui s’instaurera entre la nouvelle « métropole » dotée de moyens considérables et les autres collectivités de la région dont le Conseil Régional, « juge de paix » désarmé et impuissant, s’efforcera de
défendre les intérêts…

L’illusion des « visions » d’architectes

Le Ministère de la Culture et de la Communication a lancé en 2008 une consultation internationale pour l’avenir du “Grand Paris“ auprès de 10 équipes d’urbanisme animées par des architectes de renom et dont les résultats ont été présentés au printemps 2009. L’exclusivité du droit de concourir accordé à des “architectes mandataires“ soulève une première difficulté. Une ville - et a fortiori une grande métropole mondiale comme celle de Paris - ne se réduit pas à l’addition de ses immeubles et de ses quartiers, si bien dessinés soient-ils : l’urbanisme n’est pas l’architecture. L’aménagement de la métropole parisienne doit par ailleurs intégrer l’existant et il ne relève pas d’une politique de la « tabula rasa ». La plupart des équipes consultées l’ont d’ailleurs compris : leurs propositions s’inscrivent dans les contraintes de l’après Kyoto, prônent mixité et densité et mobilité, mettent en avant la nature et l’environnement… reprenant souvent les choix du schéma directeur de la Région Ile de France (SDRIF). On aurait en effet tendance à l’oublier… mais les autorités responsables de l’aménagement régional portent et animent depuis 3 ans la révision du schéma directeur, chantier considérable qui a mis à contribution des centaines d’experts et mobilisé toutes les autorités concernées. Cet exercice s’est conclu, à l’automne 2008, par l’approbation officielle par le Conseil régional d’Ile de France, après enquête publique, d’un document de planification stratégique qui va engager l’avenir de la région pour les 20 prochaines années. Que peut signifier, dans un tel contexte, la « carte blanche » laissée par l’État à des équipes d’architectes d’imaginer à leur tour l’avenir de la région parisienne. Gâchis de temps et d’argent… et surtout déni de décentralisation.

L’illusion technique du “Grand Huit“

Pour ceux qui ont l’ambition de transformer Paris et sa région, la question des transports a toujours été cruciale. Christian BLANC, ministre chargé du développement de la Région Capitale, n’a pas dérogé à cette règle et c’est dans ce domaine qu’il a concentré ses principales propositions en avril 2009. La plus emblématique d’entre elles concerne la construction d’un métro rapide automatique qui reliera les grands pôles de développement de la région parisienne : Roissy, Orly, Saclay, La Défense, Évry, Marne la Vallée, Plaine Commune… Familièrement qualifiée de “Grand Huit“, ce nouveau réseau doit être, selon ses concepteurs, un moteur décisif de développement économique, de décloisonnement territorial et de dynamisme urbain. Est-ce si sûr ? Les transports sont certes un outil puissant d’aménagement du territoire et ils l’ont prouvé lorsqu’il s’est agi, dans les années 70, de lancer les villes nouvelles. Avant de succomber au « mirage technologique » d’un nouveau système, il convient toutefois d’en évaluer les avantages et les inconvénients. L’efficacité d’un système de transport public est en effet moins liée à sa vitesse et aux liaisons directes entre pôles qu’il permet qu’à la finesse de sa desserte finale, à la bonne articulation de ses réseaux, à la localisation de ses gares et à la qualité de ses correspondances… À 35 milliards € pièce, est-il bien raisonnable de promouvoir un tel “super métro“ alors que le seul renforcement des réseaux existants est évalué à 18 milliards € par le Syndicat des transports de l’Ile de France (STIF) et que l’État n’a toujours pas indiqué comment seront financés tous les investissements qu’il propose et de quelle manière il y participera. Des mois et peut-être des années d’études et de négociations vont être nécessaires pour faire converger les propositions techniques de la Région et de l’État, rassembler les financements et mettre en place des opérateurs… Pendant ce temps nombre de projets prioritaires, tel CDG Express entre Paris et Roissy, risquent de prendre beaucoup de retard, voire d’être abandonnés… Là encore que de temps perdu et que d’énergie gaspillée…

Un État qui se trompe d’époque

Toutes ces initiatives ont une origine commune, l’État, un État qui semble s’être trompé d’époque et en être resté aux années 60/70, au temps heureux (?) du Ministère de l’Équipement et des villes nouvelles, lorsque l’aménagement de la région parisienne se décidait à l’Élysée ou au “District“. En 2009, en région parisienne comme en province, la décentralisation est une réalité quotidiennement vécue et assumée. Il n’y aura pas de recomposition institutionnelle de la région parisienne sans l’adhésion des collectivités qui en seront partie prenantes. Que signifie par ailleurs le lancement par l’État d’un “concours d’idées“ sur l’aménagement de la région parisienne alors que l’autorité légitime pour en décider vient d’approuver un projet de schéma directeur ? Quel sens peut enfin avoir la promotion par l’État d’un nouveau réseau de transport en région parisienne… alors que celui-ci n’est pas inscrit au schéma directeur et que rien n’est dit sur la manière dont il participera à son financement ? L’État serait-il devenu un “semeur d’incertitudes et d’illusions“ ?



Marcel BELLIOT, le 9 juillet 2009


edit : désolé pour les problèmes de mise en page, maintenant corrigés.

Last edited by Barney (10-09-2009 14:20:30)

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

21

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

On peut en effet héberger quelques doutes sur ce projet de métro.

Le souci de ces grands projets de transport c'est qu'ils ont tendance à traîner en longueur parce que non financés, et une fois qu'on retrouve du budget on s'aperçoit que les conditions et l'urbanisation a changé. C'est ce qui se passe actuellement pour le bouclage de la francilienne (le 3e périphérique parisien) à l'ouest, où on a plein de villes nouvelles sur le trajet initial qui à l'époque n'étaient que des champs.

Il y a quelques années on a entrepris de remettre en service le transport de voyageurs sur une partie la ligne de la Grande Ceinture par chez moi (comme son nom l'indique, c'est un ligne de chemin de fer aujourd'hui essentiellement utilisée pour le fret autour de Paris). Sauf que ça ne concerne qu'un bout de tronçon sans réel intérêt. Résultat, des trains tout neufs qui circulent à vide. Et encore, dans le cas présent, la voie existait déjà, il n'y avait donc pas de problème d'expropriation, de tracé, etc.

"Ecarte-toi, gnome fétide. Ma virilité n'a pas la place de passer..."

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Un très bon débat sur france culture sur le sujet : http://sites.radiofrance.fr/chaines/fra … n_id=75529

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

23

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Pour avoir une vision plus précise des enjeux u prjet de M. Sarkozy à Paris, en ce qui concerne la démocratie locale, la technocratie aujourd'hui, et l'efficacité de réalisation des projets non concertés (tarte à la crème de tous les échecs politiques depuis 15 ans).

Grand Paris : le PS dénonce un projet "autoritaire"
NOUVELOBS.COM | 07.10.2009 | 07:52
Selon le Parti socialiste, le projet de loi sur le grand Paris risque d'"aggraver les ségrégations urbaines". François Fillon tente de calmer la grogne des élus qui se propage du côté de la majorité.

Selon le PS, le projet risque de créer de nouvelles inégalités.

Le projet de loi sur le grand Paris est présenté en conseil des ministres mercredi 7 octobre. Le Parti socialiste a dénoncé mardi un projet "technocratique et autoritaire" qui risque de "créer de nouvelles inégalités" et "aggraver les ségrégations urbaines".

Dans un communiqué, le Bureau national du PS estime que le projet de développement urbain transmis par le gouvernement aux collectivités territoriales est "technocratique et autoritaire, très éloigné d'une grande ambition pour la métropole parisienne de l'après-Kyoto et des besoins concrets des Franciliens".

"Ce projet risque au contraire de créer de nouvelles inégalités, d'aggraver les ségrégations urbaines, de faire perdre beaucoup de temps dans la réponse aux besoins urgents des populations en matière de transports", déplore le PS.


Recentralisation des décisions



Pour le Parti socialiste, le projet opère en outre "une recentralisation des décisions stratégiques au profit du gouvernement et préfigure ce que le gouvernement veut imposer à toutes les collectivités territoriales partout sur le territoire français".

"L'Etat décidera seul", estime ainsi le PS, qui juge que "par la création d'une Société du Grand Paris, le gouvernement reprend le contrôle direct de l'organisation des transports en Ile-de-France, tout en laissant aux collectivités territoriales la charge d'en financer l'exploitation". "Et, ultime provocation, il veut enlever au STIF (Syndicat des transports d'Ile-de-France), présidé par la région Ile-de-France, la totalité de son patrimoine pour le transférer à la RATP, ce qui le privera de sa capacité à investir dans les priorités pour les Franciliens".

Fillon tente de rassurer les élus



A la veille de la présentation du projet de loi en conseil, le Premier ministre François Fillon a écrit aux présidents des conseils généraux d'Ile-de-France, au maire de Paris Bertrand Delanoë et au président de l'association des maires d'Ile-de-France notamment, et leur a adressé le texte du projet de loi.Le projet "ne se fera pas contre les élus mais bien en étroite collaboration avec eux", assure le chef du gouvernement dans cette lettre rendue publique par Matignon. "J'ai souhaité que le projet de texte fasse l'objet de plusieurs amendements afin de prendre en compte au mieux les préoccupations des élus de l'Ile-de-France", écrit-il. Il précise ainsi que le réseau de transport public du Grand Paris défini dans le texte "fera l'objet d'une concertation spécifique avec les collectivités concernées en parallèle du débat public".


Zones d'aménagement différées





Par ailleurs, "les contrats de développement territoriaux, signés entre l'Etat et les collectivités concernées, seront à l'origine de tous les projets de développement urbains du Grand Paris sur l'ensemble du territoire et pas seulement autour des gares du réseau public de transport", ajoute M. Fillon. "Ces contrats pourront prévoir des zones d'aménagement différées au sein desquelles l'Etat pourra exercer son droit de préemption en le déléguant le cas échéant au cas par cas à la Société du Grand Paris", précise-t-il.

De son côté, la mairie de Paris a regretté mardi "les conditions dans lesquelles la 'concertation' est engagée", avec "des élus conviés du jour pour le lendemain" et "la dernière version du projet toujours pas communiquée.

(Nouvelobs.com avec AP)

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Belle offensive de Bertrand Delanoé à propos des quais de Seine.

Que pensez-vous des berges parisiennes sans voiture?

Par Deprieck Matthieu, publié le 15/04/2010 à 13:42.

Bertrand Delanoë a annoncé mercredi son projet de réaménagement des quais de Seine. A gauche, circulation coupée, à droite, restreinte. Les premières réactions sont globalement positives. Et vous, heureux?
Bertrand Delanoë veut faire des quais de Seine un paysage de rêve...

AFP

Bertrand Delanoë veut faire des quais de Seine un paysage de rêve...

"Beauté", "plaisir de vivre", "bonheur",... Bertrand Delanoë veut faire des quais de Seine un paysage de rêve. Aujourd'hui, la rive droite, c'est 40 000 véhicules par jour, dont 4000 par heure de pointe. En face, rive gauche, le trafic est moindre: 2000 voitures par heure de pointe. Autant dire que le "plaisir de vivre" est loin.

Pour remédier à cela, le maire de Paris a donc annoncé, non pas un projet de réaménagement, mais deux, afin de s'adapter aux situations contrastées des deux quais. A gauche, le trafic sera totalement coupé le musée d'Orsay et le pont de l'Alma. A droite, des feux tricolores seront installés, la largeur de la chaussée sera réduite, et les piétons pourront circuler. Bertrand Delanoë explique qu'il aurait "été extrêmement imprudent de (couper) brutalement la circulation rive droite", vu la densité de la circulation.

La Ville de Paris veut limiter la circulation dans l'hyper-centre, et étonnamment, l'annonce du projet de Bertrand Delanoë est pour l'instant bien passée. L'UMP ne s'est pas attaqué au principe même de la reconquête des berges, mais a plutôt dénoncé un "manque d'ambition" et demandé "des expérimentations" de long terme hors vacances. L'opposition a pointé le manque de "solution alternative en terme de transports en commun". Les élus Nouveau Centre prédisent eux une "asphyxie" du centre de Paris.

De vives critiques minoritaires, mais populaires

La mairie de Paris a lancé une consultation des habitants, pour l'instant limitée à Internet. Sur le forum mis en place mercredi, les réactions sont majoritairement positives. Certains voudraient même aller plus loin.

Thomas du 11e explique que "ce serait encore mieux sans voitures" et propose de faire une "zone limitée à 30km/h?". Un "habitant des quais" demande à ce que l'on ferme également les quais aux entrées de Paris, comme aux abords de Javel et du Trocadéro. Manu invite la Ville à prolonger le projet aux canaux parisiens, comme celui de Saint-Martin. L'idée d'un péage urbain refait également surface pour limiter encore plus la circulation.

Sur la quarantaine de propositions postées jeudi midi, trois quarts prennent plutôt le parti de limiter les voitures le long de la Seine. Cependant, deux contributeurs prennent la défense des automobilistes. GP75 se veut pragmatique: "Certains n'ont pas le choix que d'utiliser leur véhicule pour se rendre au travail. Ne peut-on pas opter pour une situation privilégiée pour les véhicules en semaine et pour les piétons le week end, fériés et vacances?"

Une parisienne est plus incisive: "Cette mesure va dégrader la qualité de vie des travailleurs d'IDF: la vie des gens qui TRAVAILLENT en semaine risque d'être encore plus compliquée et stressante, vous dégradez ainsi les conditions de travail des habitants de l'Ile de France au profit des 'oisifs' et touristes."

Des interventions minoritaires en nombre, mais qui figurent parmi les idées les plus populaires au sein du forum. Celle de GP75 était la plus approuvée ce jeudi midi, au lendemain de l'annonce de Bertrand Delanoë.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Et bien évidemment, on ne demande leur avis qu'aux parisiens...comment on ose appeler ce programme le "Grand Paris" ?? Là c'est le "Paris de plus en plus petit"....

C'est dramatique comme idée, ils feraient mieux de rendre certains quartiers piétons (genre le marais ou un bout de St Germain), mais là, c'est isoler encore un peu plus les franciliens...

Alors ok, mais on double les métro, les RER et on construit des parking géants près des stations de métro et RER.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

26

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Bien évidemment qu'on ne demande qu'aux Parisiens. Ces connards de banlieusards sont des pauvres, donc on s'en fout. Ils n'ont qu'à s'entasser dans des RER minables, quand il y en a. Quand il n'y en a pas, ben ils ne viennent pas.

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Yep, Paris est une putain d'autoroute quoi ! Et elle doit le rester !

Apparemment, l'UMP critique surtout le "manque d'ambition" du projet. J'avoue ne pas bien saisir.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

28

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

B. comme Bouh a écrit:

Bien évidemment qu'on ne demande qu'aux Parisiens. Ces connards de banlieusards sont des pauvres, donc on s'en fout. Ils n'ont qu'à s'entasser dans des RER minables, quand il y en a. Quand il n'y en a pas, ben ils ne viennent pas.

L'histoire est avant tout politique : il faut flatter l'électorat bobo de Delanoe, en lui promettant de belles rives de Seine, peu de bruit et de pollution pour des gens qui n'ont pas besoin de prendre la voiture puiqu'ils habitent le coeur de Paris.

Je suis entièrement d'accord avec Mami : d'accord pour fermer les quais, d'accord pour limiter drastiquement les voitures dans Paris, mais il faut proposer des alternatives crédibles en termes de transport en commun. Non seulement le réseau, les horaires mais aussi les conditions de transport et la sécurité. Sinon cela va devenir un projet profondément injuste et clairement destiné à une frange très aisée de la population.

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

+beaucoup RPC.
Et c'est aussi dans l'intérêt des Parisiens, sinon les 40 000 véhicules par jour prendront d'autres trajets dans Paris et aïe aïe aïe le bordel, alors que maintenir les quais de Seine, ça permet au moins d'"isoler" un peu ce flux.

Et puis faut arrêter il n'y a pas QUE les franciliens qui roulent dans Paris !

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

RPC a écrit:
B. comme Bouh a écrit:

Bien évidemment qu'on ne demande qu'aux Parisiens. Ces connards de banlieusards sont des pauvres, donc on s'en fout. Ils n'ont qu'à s'entasser dans des RER minables, quand il y en a. Quand il n'y en a pas, ben ils ne viennent pas.

L'histoire est avant tout politique : il faut flatter l'électorat bobo de Delanoe, en lui promettant de belles rives de Seine, peu de bruit et de pollution pour des gens qui n'ont pas besoin de prendre la voiture puiqu'ils habitent le coeur de Paris.

Je suis entièrement d'accord avec Mami : d'accord pour fermer les quais, d'accord pour limiter drastiquement les voitures dans Paris, mais il faut proposer des alternatives crédibles en termes de transport en commun. Non seulement le réseau, les horaires mais aussi les conditions de transport et la sécurité. Sinon cela va devenir un projet profondément injuste et clairement destiné à une frange très aisée de la population.

Mais c'est clair, les gens qui n'ont pas de voiture sont les grands privilégiés de notre société ! Je l'avais pas vu comme ça mais ça me paraît évident maintenant que notre schtroumpf à lunettes à nous nous l'a doctement énoncé. Salauds de riches : ils profitent des transports en communs payés par ces pauvres en guenilles qui utilisent leur voiture à longueur de journée.

Last edited by Gambetta (16-04-2010 04:09:38)

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

mami a écrit:

Et bien évidemment, on ne demande leur avis qu'aux parisiens...comment on ose appeler ce programme le "Grand Paris" ?? Là c'est le "Paris de plus en plus petit"....

C'est dramatique comme idée, ils feraient mieux de rendre certains quartiers piétons (genre le marais ou un bout de St Germain), mais là, c'est isoler encore un peu plus les franciliens...

Alors ok, mais on double les métro, les RER et on construit des parking géants près des stations de métro et RER.

Moi je trouve que c'est une idee interessante. Il faudrait aussi faire payer les vehicles pour entrer dans Paris (entre 5 et 10 Euros), comme a Londres. Ce serait bien d'ailleurs de s'inspirer de Londres pour ce qui est de la propreté et de l'agrément. Pas pour rien que le tourisme a Londres grossit plus vite que le tourisme a Paris. Et puis, peut-etre qu'on aura droit aux JO si on passe un peu le balai.

32

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

victorhugo a écrit:

Et puis, peut-etre qu'on aura droit aux JO si on passe un peu le balai.

Pitié, non... Que Dieu, Allah, Yahvé et le Bouddha nous en gardent.
Il ne pourrait rien arriver de pire. Les JO, c'est très bien mais chez les autres.

33

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

victorhugo a écrit:

Moi je trouve que c'est une idee interessante. Il faudrait aussi faire payer les vehicles pour entrer dans Paris (entre 5 et 10 Euros), comme a Londres. Ce serait bien d'ailleurs de s'inspirer de Londres pour ce qui est de la propreté et de l'agrément. Pas pour rien que le tourisme a Londres grossit plus vite que le tourisme a Paris. Et puis, peut-etre qu'on aura droit aux JO si on passe un peu le balai.

Allez hop ! Dehors les banlieusards !

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Autant la réforme des quais je suis pour car le coût à payer pour les conducteur est minime (ça ralentirait juste un peu les voitures sur les berges), autant la "congestion charge" serait véritablement discriminante et coûteuse pour les personnes de banlieue travaillant à Paris.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Gambetta a écrit:

Autant la réforme des quais je suis pour car le coût à payer pour les conducteur est minime (ça ralentirait juste un peu les voitures sur les berges)

T'es déjà allé dans Paris en voiture entre 16h30 et 20h? Les voies sur berges sont ENTIÈREMENT bouchées. (Périph idem, btw, je me suis déjà fait Porte Maillot-->Porte d'Orléans à 10km/h en heure de pointe. Et ya des gens qui le font tous les jours)

Donc non, le coût à payer n'est pas minime DU TOUT ! Et fermer les voies sur berges, ça veut dire faire passer 40 000 voitures par jour dans les rues. Déjà que c'est le bordel en temps normal, mais là j'ose même pas imaginer...

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

36

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

mami a écrit:
Gambetta a écrit:

Autant la réforme des quais je suis pour car le coût à payer pour les conducteur est minime (ça ralentirait juste un peu les voitures sur les berges)

T'es déjà allé dans Paris en voiture entre 16h30 et 20h? Les voies sur berges sont ENTIÈREMENT bouchées. (Périph idem, btw, je me suis déjà fait Porte Maillot-->Porte d'Orléans à 10km/h en heure de pointe. Et ya des gens qui le font tous les jours)

Donc non, le coût à payer n'est pas minime DU TOUT ! Et fermer les voies sur berges, ça veut dire faire passer 40 000 voitures par jour dans les rues. Déjà que c'est le bordel en temps normal, mais là j'ose même pas imaginer...

+1

Oui, il ne faut pas être très futé - c'est le moins que l'on puisse dire- pour ne pas comprendre que détourner 40000 véhicules par jour des berges vers le périph et Paris intra-muros va créer des engorgements énormes, qui vont nuire à la fois aux automobilistes mais aussi aux Parisiens eux-mêmes. Sans compter l'accroissement de pollution sonore et atmosphérique provoqué par des bouchons.

Par ailleurs, le coût en temps n'est pas négligeable, pour des banlieusards qui ont déjà un temps de transport très conséquent.

La seule solution intelligente est de proposer une alternative à l'automobile pour l'accès à Paris qui soit plus développée que celle dont on dispose actuellement. Pour le reste, inutile de mettre des péages, les gens trouveront bien leur intérêt si le réseau de transport en commun est suffisamment développé, bon marché et sûr.

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

B. comme Bouh a écrit:

Allez hop ! Dehors les banlieusards !

J'ai habité en banlieue avant d'habiter a Paris et franchement, entre les transports en commun et la voiture, le choix est évident. Les seuls banlieusards qui prennent en masse leur voiture pour venir a Paris sont ceux de Neuilly.

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

RPC a écrit:

La seule solution intelligente est de proposer une alternative à l'automobile pour l'accès à Paris qui soit plus développée que celle dont on dispose actuellement. Pour le reste, inutile de mettre des péages, les gens trouveront bien leur intérêt si le réseau de transport en commun est suffisamment développé, bon marché et sûr.

+1
Faire ce projet c'est évidemment augmenter l'offre de transport en commun et créer une incitation a ne pas prendre sa voiture, d'ou l'idée du maire de Londres de faire payer une taxe pour l'utilisation des voitures dans la capitale.

Mami, le periph extérieur entre Maillot et porte d'Orleans est toujours bouché vers la porte de Versailles. Par contre, la voie sur berge rive gauche l'est tres rarement, et on ne parle que de bloquer la rive gauche. En revanche, je suis plus inquiet sur l'idee de mettre des feux sur la rive droite, car en l'état actuel, cela crérait des embouteillages certains.

Last edited by victorhugo (18-04-2010 10:30:24)

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

victorhugo a écrit:
B. comme Bouh a écrit:

Allez hop ! Dehors les banlieusards !

J'ai habité en banlieue avant d'habiter a Paris et franchement, entre les transports en commun et la voiture, le choix est évident. Les seuls banlieusards qui prennent en masse leur voiture pour venir a Paris sont ceux de Neuilly.

N'importe quoi....bien sûr c'est connu, il n'y a dans Paris, en voiture, que des habitants de Neuilly !
Ba, patin, ils nombreux à Neuilly !

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

mami a écrit:
victorhugo a écrit:
B. comme Bouh a écrit:

Allez hop ! Dehors les banlieusards !

J'ai habité en banlieue avant d'habiter a Paris et franchement, entre les transports en commun et la voiture, le choix est évident. Les seuls banlieusards qui prennent en masse leur voiture pour venir a Paris sont ceux de Neuilly.

N'importe quoi....bien sûr c'est connu, il n'y a dans Paris, en voiture, que des habitants de Neuilly !
Ba, patin, ils nombreux à Neuilly !

Ba patin, mami tu ne sais pas lire... "En masse" ça t'a échappé, ainsi que le ton ironique? En masse, les banlieusards prennent les transports en commun, oui, et en masse il n'y a pas assez de place pour se garer... Donc, les trains fonctionnent a plein.

Dans Paris, il y a en masse des véhicules surtout immatriculés 75. Des Parisiens, quoi.

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Wow.
En tout cas merci de m'expliquer ce qui m'arrive un jour sur deux, je n'avais pas remarqué.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Il est vrai que les berges rives gauches sont assez fluides 95% du temps, contrairement à la rive droite. Le bouchon quotidien est-ouest dont tu parles mami concerne essentiellement la grosse heure de pointe rive droite, ou en ouest-est la grosse heure de pointe autour du centre de Paris.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

victorhugo a écrit:
RPC a écrit:

La seule solution intelligente est de proposer une alternative à l'automobile pour l'accès à Paris qui soit plus développée que celle dont on dispose actuellement. Pour le reste, inutile de mettre des péages, les gens trouveront bien leur intérêt si le réseau de transport en commun est suffisamment développé, bon marché et sûr.

+1
Faire ce projet c'est évidemment augmenter l'offre de transport en commun et créer une incitation a ne pas prendre sa voiture, d'ou l'idée du maire de Londres de faire payer une taxe pour l'utilisation des voitures dans la capitale.

Non ce n'est pas évident.
Concrètement augmenter l'offre de transport va peser sur l'ensemble de la région pour une mesure qui ne profitera apparemment qu'aux parisiens intra-muros. Donc déjà sur le principe c'est pas génial, ceci dit ça sera toujours comme ça jusqu'à ce qu'on arrive à trouver une solution au problème institutionnel.
Ensuite l'augmentation de l'offre de transport pour les banlieusards est pas forcément à l'ordre du jour tant il y a à faire pour remettre à niveau les infrastructures actuelles - la qualité du service sur les lignes A et B du RER (qui vont arriver à saturation d'ici peu) en témoigne. Donc ça va coûter très cher et ça va prendre très longtemps. Encore plus si la priorité est donnée au projet de Grand Huit de Christian Blanc.
De toute façon il faut être lucide, en général les mesures de protection de l'environnement ou de réduction des pollutions accentuent les inégalités sociales.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Le RER A est en saturation depuis maintenant plusieurs années, et il a pourtant une des meilleures infrastructures pour une ligne de ce type grâce au système SACEM sur le tronc central. La fréquentation est telle que l'offre de transport prévue ne peut être réalisée. La commande de nouveaux trains à deux étages n'est pas vraiment une solution miracle, car si ces trains (MI09) sont plus capacitaires que ceux qu'ils remplacent (MI84), ils augmentent les temps d'échange voyageurs en station, et ça c'est catastrophique pour la régularité en heures de pointe. Si l'échange voyageurs met 20 secondes de plus que prévu à Châtelet à 8 heures 30, c'est déjà beaucoup trop. Et ce n'est pas grand-chose, vingt secondes.

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Est-ce qu'il y a une raison sérieuse pour laquelle les lignes de la SNCF, principalement les RER et les Transiliens, ne pourraient pas passer sous le contrôle de la RATP ? Ca poserait probablement moins de problèmes sur les lignes gérées conjointement (A et B) et ça permettrait peut-être d'avoir un plan de développement plus harmonieux. Quel est le niveau de coopération entre les deux organismes ?

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Broz a écrit:

Est-ce qu'il y a une raison sérieuse pour laquelle les lignes de la SNCF, principalement les RER et les Transiliens, ne pourraient pas passer sous le contrôle de la RATP ? Ca poserait probablement moins de problèmes sur les lignes gérées conjointement (A et B) et ça permettrait peut-être d'avoir un plan de développement plus harmonieux. Quel est le niveau de coopération entre les deux organismes ?

De ce que j'en sais, la coopération entre les deux est on - ne - peut - plus exécrable compte tenu des différentes logiques à l'oeuvre dans l'un et l'autre des cas. En résumé : la SNCF ne sait pas gérer les lignes dont elle est sensée assurer la gestion, ce qui a pu amener certaines personnes à affirmer qu'il vallait la peine de réunir les deux organismes ; ce qui n'amènerait que des problèmes notamment pour la RATP qui ne veut pas se retrouver à gérer la merde qu'est devenue la SNCF au niveau interne.

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Allouis Inter a écrit:

Le RER A est en saturation depuis maintenant plusieurs années, et il a pourtant une des meilleures infrastructures pour une ligne de ce type grâce au système SACEM sur le tronc central. La fréquentation est telle que l'offre de transport prévue ne peut être réalisée. La commande de nouveaux trains à deux étages n'est pas vraiment une solution miracle, car si ces trains (MI09) sont plus capacitaires que ceux qu'ils remplacent (MI84), ils augmentent les temps d'échange voyageurs en station, et ça c'est catastrophique pour la régularité en heures de pointe. Si l'échange voyageurs met 20 secondes de plus que prévu à Châtelet à 8 heures 30, c'est déjà beaucoup trop. Et ce n'est pas grand-chose, vingt secondes.

La fréquentation devrait être réduite par le prolongement de la ligne E du RER vers la Défense (qui figure parmi les projets du Sdrif). Ca permettrait de réduire un peu la fréquentation pour les pendulaires. Ceci dit là encore il faut trouver les financements, je crois que c'est estimé à 1,5Md d'euros en gros, l'Epad avait parlé d'en financer une partie (je sais plus combien) mais on était très loin du compte. Le prolongement ne serait pas opérationnel avant 2030.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

48

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Comme d'hab, Delanoë et co vont emmerder les pauvres banlieusards et donner des gages à l'électorat bobo qui se fout pas mal des contraintes des concitoyens relégués en dehors du périphérique, le tout sans que les transports en commun n'offrent d'alternative réaliste et viable.

Si effectivement c'était le cas, il y aurait une logique à "punir" automobilistes et utilisateurs de 2 roues. Mais la logique Delanoïste est différente : on emmerde les pauvres qui ne peuvent pas se permettre Paris sans sacrifier un rein, et ça va très bien vu que ce ne sont pas eux qui font l'élection.

Chapeau l'artiste.

"Ecarte-toi, gnome fétide. Ma virilité n'a pas la place de passer..."

49

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

victorhugo a écrit:
mami a écrit:
victorhugo a écrit:

J'ai habité en banlieue avant d'habiter a Paris et franchement, entre les transports en commun et la voiture, le choix est évident. Les seuls banlieusards qui prennent en masse leur voiture pour venir a Paris sont ceux de Neuilly.

N'importe quoi....bien sûr c'est connu, il n'y a dans Paris, en voiture, que des habitants de Neuilly !
Ba, patin, ils nombreux à Neuilly !

Ba patin, mami tu ne sais pas lire... "En masse" ça t'a échappé, ainsi que le ton ironique? En masse, les banlieusards prennent les transports en commun, oui, et en masse il n'y a pas assez de place pour se garer... Donc, les trains fonctionnent a plein.

Dans Paris, il y a en masse des véhicules surtout immatriculés 75. Des Parisiens, quoi.

Je n'ai toujours pas compris ton message malgré l'explication de texte.

Mais si tu soutiens que le train est la panacée, alors je ne suis pas d'accord. Passé une certaine heure/une certaine distance, tu ne prends plus le RER.

Re: Projet Grand Paris - Paris Métropole : Bertrand Delanoé

Big up pour ce thread car une actu a attiré mon attention :

Paris a rétrogradé de la 4e à la 5e place au classement des métropoles les plus attractives économiquement selon une étude de KPMG. Pierre Simon, président de Paris-Ile de France capitale économique, analyse cette évolution.

http://static.lexpansion.com/medias/13/la-defense_420.jpg
Le quartier d'affaires de la Défense.
Reuters / Benoit Tessier

Selon une étude de KPMG et Paris-Ile de France Capitale Economique, élaborée à partir des données du Financial Times, Paris est cinquième mondiale en termes d'attractivité économique, en recul d'une place sur un an. Doublée par Moscou en 2010, la métropole parisienne reste cependant la première destination d'Europe dans le domaine de la recherche. 46 des 170 implantations de sociétés étrangères se sont faites dans le secteur du textile. Interview de Pierre Simon, président de Paris-Ile-de-France capitale économique.

Que signifie le recul de Paris d'une place au classement?
Pierre Simon. Je ne pense pas que l'on puisse parler de recul. Paris est doublée par Moscou qui retrouve son rang d'avant la crise. Surtout, sur les cinq dernières années la métropole Ile-de-France se classe à la troisième place mondiale. Ce n'est pas rien quand on sait que les grandes métropoles ont toutes le même objectif : attirer des activités à très haute valeur ajoutée.

Quels sont les atouts de la métropole parisienne ?
Paris possède de nombreux points forts. Tout d'abord, les investisseurs étrangers reconnaissent la qualité de notre personnel (ingénieurs, managers...) et de nos infrastructures. Il y a ainsi 50 millions de mètres carrés de bureau dans la ville. C'est deux fois plus qu'à Londres. L'Ile-de-France est également une région dynamique. On peut évoquer le Grand Paris, la transformation de la zone de Roissy ou le dynamisme de la Défense. Enfin, Paris c'est une image qui fait rêver.

Lire la suite http://lexpansion.lexpress.fr/economie/ … 52423.html

Cette étude sur l'attractivité des métropoles mondiales met l'accent sur les nouvelles implantations. Mais quid de la croissance économique ? Il semble bien que l'Ile de France reste la première région européenne en terme de PIB, loin devant Londres et l'arc rhénan.