Topic: “La véritable école du commandement est la culture générale”

in Charles de Gaulle, Le fil de l'épée

"La magnificence et la galanterie n'ont jamais paru en France avec tant d'éclat que dans les dernières années du règne de Henri second. Ce prince était galant, bien fait et amoureux ; quoique sa passion pour Diane de Poitiers, duchesse de Valentinois, eût commencé il y avait plus de vingt ans, elle n'en était pas moins violente, et il n'en donnait pas des témoignages moins éclatants.
Comme il réussissait admirablement dans tous les exercices du corps, il en faisait une de ses plus grandes occupations. C'étaient tous les jours des parties de chasse et de paume, des ballets, des courses de bagues, ou de semblables divertissements ; les couleurs et les chiffres de madame de Valentinois paraissaient partout, et elle paraissait elle-même avec tous les ajustements que pouvait avoir mademoiselle de La Marck, sa petite-fille, qui était alors à marier.

La présence de la reine autorisait la sienne. Cette princesse était belle, quoiqu'elle eût passé la première jeunesse ; elle aimait la grandeur, la magnificence et les plaisirs. Le roi l'avait épousée lorsqu'il était encore duc d'Orléans, et qu'il avait pour aîné le dauphin, qui mourut à Tournon, prince que sa naissance et ses grandes qualités destinaient à remplir dignement la place du roi François premier, son père.

L'humeur ambitieuse de la reine lui faisait trouver une grande douceur à régner ; il semblait qu'elle souffrît sans peine l'attachement du roi pour la duchesse de Valentinois, et elle n'en témoignait aucune jalousie ; mais elle avait une si profonde dissimulation, qu'il était difficile de juger de ses sentiments, et la politique l'obligeait d'approcher cette duchesse de sa personne, afin d'en approcher aussi le roi. Ce prince aimait le commerce des femmes, même de celles dont il n'était pas amoureux : il demeurait tous les jours chez la reine à l'heure du cercle, où tout ce qu'il y avait de plus beau et de mieux fait, de l'un et de l'autre sexe, ne manquait pas de se trouver.


Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, incipit.

Voilà pourquoi le membre du gouvernement qui a fait une sortie récente où le ridicule le dispute au misérable est un imbécile sans vergogne doublé d'un butor d'une vulgarité totale. Ce personnage et ses propos sont une insulte à ce que représente la France dans le monde, ou le peu qu'il en reste.

Last edited by Brasseur (03-12-2008 12:29:24)

Se il nemico si concentra perde terreno, se si disperde perde forza"  Giap.

Re: “La véritable école du commandement est la culture générale”

Note de P. Assouline sur le sujet

"Dehors, la culture générale"
http://passouline.blog.lemonde.fr/2008/ … e-generale

"Vous avez souri, ne dites pas non, vous avez souri!"

Re: “La véritable école du commandement est la culture générale”

En fait j'ai perdu mon sang froid, fait preuve d'impétuosité petite bourgeoise et de toute l'arrogance dont la classe intellectuelle favorisée dont je suis issu est coutumière.

Mes respects au ministre éclairé de la fonction publique qui, en fait, faisait un hommage discret et élégant à la révolution culturelle : "les intellectuels aux champs et les paysans pauvres et moyens-pauvres comme seuls vrais professeurs"

http://www.rue89.com/files/mao.jpg

on peut lire distinctement sur les pancartes
"oui j'avoue je suis un cochon de bourgeois ennemi du Peuple et je lis en cachette La Princesse de Clèves"

Se il nemico si concentra perde terreno, se si disperde perde forza"  Giap.

Re: “La véritable école du commandement est la culture générale”

Ah ben c'est sur, tous les citoyens en ont quelque chose à secouer / ont entendu dans leur jeunesse de quoi faire une bonne copie de culture générale. Et c'est évident, les fonctionnaires ayant à s'occuper d'agriculture ne doivent pas être recrutés sur leurs compétences dans ce domaine, mais bien plus sur leur capacité à blablater sur Racine.

Re: “La véritable école du commandement est la culture générale”

Gambetta a écrit:

Tout à fait, cette opération vise une nouvelle fois à réduire la connaissance et la faculté critique et analytique des citoyens. Le sarkozysme veut amoindrir la culture dans ce pays, C'est une opération fondée sur l'idéologie mondialiste pour laquelle les cultures nationales sont bonnes à jeter aux toilettes.

Exactement

"Tout homme qui est un vrai homme doit apprendre à rester seul au milieu de tous, à penser seul pour tous - et au besoin contre tous." Romain Rolland

Re: “La véritable école du commandement est la culture générale”

Elessar a écrit:

Ah ben c'est sur, tous les citoyens en ont quelque chose à secouer / ont entendu dans leur jeunesse de quoi faire une bonne copie de culture générale. Et c'est évident, les fonctionnaires ayant à s'occuper d'agriculture ne doivent pas être recrutés sur leurs compétences dans ce domaine, mais bien plus sur leur capacité à blablater sur Racine.

"Dans la société communiste où chacun n’a pas une sphère d’activité exclusive, mais peut se perfectionner dans la branche qui lui plaît, la société réglemente la production générale, ce qui crée pour moi la possibilité de faire aujourd’hui telle chose, demain telle autre, de chasser le matin, de pêcher l’après-midi, de pratiquer l’élevage le soir, de faire de la critique après le repas, selon mon bon plaisir, sans jamais devenir chasseur, pêcheur ou critique"

Moi je prends le problème à l'envers: si les travailleurs n'ont besoin que de connaître leur métier, toutes les matières "inutiles" doivent disparaître. Les humanités ne servent donc plus à grand chose puisque le "retour sur investissement" est difficilement mesurable...un fonctionnaire qui interagit avec le public ne doit pas être une machine, et quand bien même on ne peut exiger de tout le monde qu'il soit cultivé, ce monde est en droit d'exiger de l'Etat qu'il permette aux prochaines générations d'accéder à la culture...

Un militaire qui ne sait que faire la guerre ne sera jamais un bon militaire. Un architecte qui n'a pas d'opinions politiques (ce qui est absurde mais bon) ne sera jamais un bon architecte...et ainsi de suite. A moins que tu considères qu'il y ait des sous-professions ou que tu sois au CRAN (dans ce cas tu es irrécupérable)

Over The Line Smokey!

Re: “La véritable école du commandement est la culture générale”

Gambetta a écrit:

Tout à fait, cette opération vise une nouvelle fois à réduire la connaissance et la faculté critique et analytique des citoyens. Le sarkozysme veut amoindrir la culture dans ce pays, C'est une opération fondée sur l'idéologie mondialiste pour laquelle les cultures nationales sont bonnes à jeter aux toilettes.

Je ne suis pas un sectateur de la thèse du grand complot mondialiste dont l'actuel gouvernement serait un affidé.
Je pense que c'est plutôt de la politique médiocre et à courte vue.
A la rigueur c'est une politique anti-sociale fondée sur un mépris de classe : "les subalternes n'ont pas besoin d'avoir accès à la culture pour nettoyer notre merde". Le gouvernement étant convaincu que les élites sauront toutjours préserver un accès à la culture pour leurs enfants, dans d'excellents Lycée publics payés avec l'argent du contribuable où l'on ne rencontre que des fils de.

Je pense aussi qu'il y a sans doute moins de personnes authentiquement cultivées ayant droit au chapitre ou se faisant remarquer dans ce gouvernement.

Je crois que l'ennemi ici c'est la bêtise "au front de taureau" et non pas une tentative idéologique en lien avec le nouvel esprit du capitalisme mondialisé, qui est, au contraire, vous le savez sans doute, plutôt en faveur d'une élévation du niveau de compétence et de qualification des travailleurs pour augmenter leur polyvalence, leur créativité, leur capacité de changement et d'initiative (voire les livres de Luc Boltanski et Eve Chiapello Le nouvel esprit du capitalisme et plus récemment PM Menger, Portrait de l'artiste en travailleur).

Donc pour moi c'est non seulement imbécile mais aussi contraire aux intérêts-mêmes du capitalisme néo-productiviste à organisation souple.
Je crois qu'il y a une part vraiment importante idéologique : la haine des intellectuels et d'un certain type d'élitisme chez certains membres du gouvernement. Mais une vision globale dans le but de lutter contre l'esprit critique, je crois que c'est aller chercher un peu loin dans la "causalité diabolique".

Se il nemico si concentra perde terreno, se si disperde perde forza"  Giap.

Re: “La véritable école du commandement est la culture générale”

Il y a des arguments des deux côtés. De l'un bon, la culture générale c'est important etc, mais en même temps un test de culture générale franco-centré c'est un des éléments du racisme institutionnalisé en France, donc bon...

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: “La véritable école du commandement est la culture générale”

Broz a écrit:

Il y a des arguments des deux côtés. De l'un bon, la culture générale c'est important etc, mais en même temps un test de culture générale franco-centré c'est un des éléments du racisme institutionnalisé en France, donc bon...

Mon propos initial était dirigé contre le tandem Santini-Président, pas contre l'éventualité de réformer certaines épreuves des concours de recrutement de la FP.

Le propos d'Assouline sont intéressants : recruter des gens qui ne parlent pas français et l'écrivent encore moins, n'ont jamais ou presque lu un seul livre, ne s'intéressent à rien, cela peut occasioner des déconvenues, y compris au niveau macro pour l'Etat et la communauté nationale.

Santini se payant La Princesse de Clèves ne militait pas pour la démocratisation, ils s'attaquait à un certain type de culture, et il tenait un discours dont le sous-texte était assez méprisant.
Par ailleurs personne - je dis personne- n'a raté un concours de catégorie B ou C parce qu'il n'a pas su dire qui était Mme de la Fayette, faut arrêter avec ce hoax.

Ensuite, ce qui est injuste c'est des épreuve sans véritable programme affiché, ou avec un programme trop en décalage avec le contenu des fonctions à occuper. La culture générale peut être le prétexte de toutes sortes de discriminations sur les origines sociales ou géographiques. Je suis le premier à le reconnaître.

Mais Santini héraut de la justice sociale faîtes-moi rire.
Quant au CRAN.. il ont dégradé Aimé Césaire et Senghor et Franz Fanon et... récemment ?

Se il nemico si concentra perde terreno, se si disperde perde forza"  Giap.

Re: “La véritable école du commandement est la culture générale”

Brasseur a écrit:

Mais Santini héraut de la justice sociale faîtes-moi rire.

Loin de moi ce propos big_smile

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: “La véritable école du commandement est la culture générale”

Brasseur a écrit:
Broz a écrit:

Il y a des arguments des deux côtés. De l'un bon, la culture générale c'est important etc, mais en même temps un test de culture générale franco-centré c'est un des éléments du racisme institutionnalisé en France, donc bon...

Mon propos initial était dirigé contre le tandem Santini-Président, pas contre l'éventualité de réformer certaines épreuves des concours de recrutement de la FP.

Le propos d'Assouline sont intéressants : recruter des gens qui ne parlent pas français et l'écrivent encore moins, n'ont jamais ou presque lu un seul livre, ne s'intéressent à rien, cela peut occasioner des déconvenues, y compris au niveau macro pour l'Etat et la communauté nationale.

Santini se payant La Princesse de Clèves ne militait pas pour la démocratisation, ils s'attaquait à un certain type de culture, et il tenait un discours dont le sous-texte était assez méprisant.
Par ailleurs personne - je dis personne- n'a raté un concours de catégorie B ou C parce qu'il n'a pas su dire qui était Mme de la Fayette, faut arrêter avec ce hoax.

Ensuite, ce qui est injuste c'est des épreuve sans véritable programme affiché, ou avec un programme trop en décalage avec le contenu des fonctions à occuper. La culture générale peut être le prétexte de toutes sortes de discriminations sur les origines sociales ou géographiques. Je suis le premier à le reconnaître.

Mais Santini héraut de la justice sociale faîtes-moi rire.
Quant au CRAN.. il ont dégradé Aimé Césaire et Senghor et Franz Fanon et... récemment ?

En ce qui concerne l'argument d'Assouline, introduisons une épreuve de type dictée pour évaluer les connaissances lexicales et orthographiques des candidats (mais peut être matériellement difficile à mettre en place...ou déjà existante...). Certes je ne supporte pas l'anti-intellectualisme de notre président et effectivement je trouve ridicule la stigmatisation de la culture générale sous prétexte que de temps à autres une question d'un concours est ardue/tordue...cela ne doit toutefois pas empêcher une évaluation de ces épreuves...
Enfin ce n'est pas le concours lui-même qui apporte la culture général aux candidats mais l'éducation initiale et la curiosité du sujet, or dans le premier domaine force est de constater qu'on pourrait certainement faire des efforts comme en français où je me souviens de cours abscons sur la "proposition subordonnée relative subjonctive" alors que notre littérature et notre culture peuvent fournir tellement d'éléments plus enrichissants (d'ailleurs le franco-centrage est un peu déplorable, je n'ai par exemple jamais étudié Shakespeare ou Dante au lycée...)