201

Re: Cinéma vol. 2

faux semblants a écrit:

http://www.allocine.fr/video/player_gen … 31752.html


Je sens que ce film documentaire va renforcer mon athéisme profond. Quelqu'un l'a-t'il vu ?

La bande-annonce me laisse dubitatif. Je ne me prononce pas définitivement puisque je n'ai pas vu le film mais il me semble qu'il se focalise un peu trop sur les intégristes de toutes les religions qui constituent une cible facile. C'est comme tirer sur l'ambulance. Pour que ce soit vraiment pris au sérieux, il faudrait aussi des entretiens (soporifiques) avec des théologiens.
De par sa facilité et son caractère peut-être outrancier (encore une fois, je n'affirme rien, je suppose), je doute qu'il fasse une quelconque impression sur qui que ce soit, athées ou pas. Il donnera juste l'occasion de se moquer de ces frappadingues d'intégristes, qui le méritent d'ailleurs largement.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

202

Re: Cinéma vol. 2

il parait que c'est facile, mais très très drôle

Re: Cinéma vol. 2

mami a écrit:

Slumdog Millionnaire, première partie géniale, mais plutôt déçue par la deuxième partie qui perd le rythme. (J'ai peut-être été gênée par les doubles sous-titres français/néerlandais...). A voir rien que pour la première partie, donc.

Assez d'accord avec ce qui a été dit précédemment. Très bon début, bon rythme, et puis la deuxième partie traine un peu en longueur parfois, pour enfin nous offrir un final assez niais, à mon avis.
Si niais que ça plairait beaucoup à Alfadir.

Avis mitigé donc.

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

204

Re: Cinéma vol. 2

Je l'ai vu et j'ai bien aimé alors que ça ne me tentait pas vraiment au début. Je le conseille ! (même si la fin est un peu prévisible en effet)

Last edited by Plop (25-01-2009 00:31:32)

Re: Cinéma vol. 2

FDL a écrit:

Vu les Noces rebelles aujourd'hui. L'histoire n'est pas très originale (une variante de Mme Bovary), la réalisation est académique et la fin prévisible mais les acteurs sont très bons, surtout Kate Winslet et mention spéciale à Michael Shannon dans le rôle d'un fou pas si dérangé que ça (il avait notamment joué dans le très réussi Bug de William Friedkin, toujours dans le rôle d'un fou furieux). Donc rien que pour ça, je conseille ce film.

Là je ne te suis absolument pas. Je l'ai vu et trouvé absolument magistral, à couper le souffle même. C'est tellement prenant que ça m'a mis vraiment mal à l'aise pendant deux heures. Quant à la réalisation, il y a aussi du cinéma en dehors de Lynch, si c'est ça ta définition du "non-académisme". Pas besoin de faire une réalisation de taré pour faire un bon film.

Laissez dire les sots, le savoir a son prix (Jean de la Fontaine)

206

Re: Cinéma vol. 2

alfadir a écrit:

Quant à la réalisation, il y a aussi du cinéma en dehors de Lynch, si c'est ça ta définition du "non-académisme". Pas besoin de faire une réalisation de taré pour faire un bon film.

Si tu trouves un endroit sur ce forum où j'ai écrit une telle ânerie, je t'offre un dîner à la Tour d'Argent pendant un mois.
Il y avait par exemple un certain style, pas révolutionnaire pour autant, dans le très réussi American Beauty du même réalisateur, et ce n'était pas "une réalisation de taré". Je ne l'ai pas retrouvé dans les Noces rebelles.

Je vois le non-académisme comme le refus des codes classiques, des canons etc, et l'adoption d'un style qui a pour objectif de redéfinir l'art sur des bases nouvelles. Ainsi, des réalisateurs comme Tarantino, Scorsese, Lars Von Trier, Jarmusch, Orson Welles, Kurosawa etc ne sont pas académiques. Brillante Mendoza, le Philippin dont on a vu le film Serbis ensemble au Hautefeuille, ne l'est pas non plus. Le style peut être très réaliste et ne pas être académique.

Dans les Noces rebelles, il n'y a rien qui distingue le style de Sam Mendes de celle d'un metteur en scène lambda. Il n'y a pas d'audace, pas de prise de risque. Sa mise en scène se contente d'illustrer. Ce qui ne m'a pas empêché d'apprécier le film. Mais ce n'est pas non plus un chef-d'œuvre du 7ème Art dont on reparlera dans des dizaines d'années.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Cinéma vol. 2

FDL a écrit:
alfadir a écrit:

Quant à la réalisation, il y a aussi du cinéma en dehors de Lynch, si c'est ça ta définition du "non-académisme". Pas besoin de faire une réalisation de taré pour faire un bon film.

Si tu trouves un endroit sur ce forum où j'ai écrit une telle ânerie, je t'offre un dîner à la Tour d'Argent pendant un mois.
Il y avait par exemple un certain style, pas révolutionnaire pour autant, dans le très réussi American Beauty du même réalisateur, et ce n'était pas "une réalisation de taré". Je ne l'ai pas retrouvé dans les Noces rebelles.

Je vois le non-académisme comme le refus des codes classiques, des canons etc, et l'adoption d'un style qui a pour objectif de redéfinir l'art sur des bases nouvelles. Ainsi, des réalisateurs comme Tarantino, Scorsese, Lars Von Trier, Jarmusch, Orson Welles, Kurosawa etc ne sont pas académiques. Brillante Mendoza, le Philippin dont on a vu le film Serbis ensemble au Hautefeuille, ne l'est pas non plus. Le style peut être très réaliste et ne pas être académique.

Dans les Noces rebelles, il n'y a rien qui distingue le style de Sam Mendes de celle d'un metteur en scène lambda. Il n'y a pas d'audace, pas de prise de risque. Sa mise en scène se contente d'illustrer. Ce qui ne m'a pas empêché d'apprécier le film. Mais ce n'est pas non plus un chef-d'œuvre du 7ème Art dont on reparlera dans des dizaines d'années.

Dieu sait si je suis souvent d'accord avec toi en ce qui concerne le cinéma mais quant à savoir si un film est un chef d'oeuvre
a) je ne pense pas que ce film prétendre en être un (précisons que je ne l'ai pas vu)
b) chef d'oeuvre ne signifie nullement film agréable et véritablement prenant

Sinon effectivement, je ne pense pas que Mendes fasse partie des réalisateurs qui renouvelle véritablement le 7e art, pour autant tant par sa technique de réalisation que par la structure narrative de ses films (American Beauty que j'adore doit selon moi surtout à Kevin Spacey...), mais cela ne disqualifie nullement son cinéma puisque les révolutionnaires font aussi de "mauvais films" (pour Scorcese par exemple je pense à Aviator ou Gangs of New York qui sont loin d'être des chefs d'oeuvre malgré leur inérêt relatif).

Sinon j'ai enfin vu Valse avec Bachir et j'ai beaucoup aimé, je n'en dirais pas plus!

208

Re: Cinéma vol. 2

Ah mais je suis d'accord avec toi, mon Jalabar. Sur les points a) et b), je n'ai pas dit le contraire. Sur le b) notamment, je pense que Scènes de la vie conjugale de Bergman, dont les Noces rebelles s'inspire un peu, est un pur chef-d'œuvre mais ce film est éprouvant (d'ailleurs, pour bien l'apprécier, je pense qu'il faut voir ce film à partir d'un certain âge et quand on a une longue vie de couple derrière soi).
D'accord aussi pour Scorsese : les plus grands metteurs en scène réalisent aussi des films mineurs, c'est inévitable. A moins d'être un génie comme Kubrick.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Cinéma vol. 2

Sur le b) notamment, je pense que Scènes de la vie conjugale de Bergman, dont les Noces rebelles s'inspire un peu, est un pur chef-d'œuvre mais ce film est éprouvant

C'est assez récurrent chez Bergman ; son plus grand film à mes yeux (Cris et Chuchotements) est une vraie épreuve, mais quel final, c'est un soulagement équivalent à la mort d'Isolde !

Les films agréables à voir finissent dans les avions.

Last edited by superhétérodyne (27-01-2009 11:15:33)

Tu me dis vous ... Aaaaa ... après tu

210

Re: Cinéma vol. 2

superhétérodyne a écrit:

Les films agréables à voir finissent dans les avions.

Haha ! Certes, mais pas toujours quand même. wink Du même Bergman, Fanny et Alexandre est prenant du début à la fin (et il dure plus de 5h). Je te le conseille si tu ne l'as pas vu.
Le 7ème Sceau est assez agréable aussi.
Cris et chuchotements est une merveille et Ingrid Thulin est tellement <3<3<3.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Cinéma vol. 2

Quelqu'un aurait-il vu le "Chant des oiseaux"? Je n'en ai lu que la critique très positive de Télérama et je dois occuper mon aprem'!

Last edited by Jalabar Xho (27-01-2009 11:31:23)

212

Re: Cinéma vol. 2

Jalabar Xho a écrit:

Quelqu'un aurait-il vu le "Chant des oiseaux"? Je n'en ai lu que la critique très positive de Télérama et je dois occuper mon aprem'!

Un conseil: si la critique Télérame est bonne, abstiens-toi. (Cf Serbis, le film troooop pas académique adulé par Télérama, mais chiant au possible, merci FDL!)

213

Re: Cinéma vol. 2

Un conseil : si la critique de Télérama est bonne ainsi que celle des Inrocks, alors fonce.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Cinéma vol. 2

J'aime tes raisonnement binaire et péremptoire alfa (pour exemple les Noces Rebelles que tu défends corps et âme bénéficie d'un jugement très appréciable dans Télérama cette semaine!)
J'ai fait un tour sur allocine et le gotha de la presse bobo  (des cahiers aux inrocks en passant par libé) l'encense donc c'est parfait!

Last edited by Jalabar Xho (27-01-2009 11:47:20)

215

Re: Cinéma vol. 2

Jalabar Xho a écrit:

J'aime tes raisonnement binaire et péremptoire alfa (pour exemple les Noces Rebelles que tu défends corps et âme bénéficie d'un jugement très appréciable dans Télérama cette semaine!)

Sauf que je n'ai pas regardé leur critique. Pour Serbis, je l'avais fait. Mal m'en a pris.

216

Re: Cinéma vol. 2

Cette éternelle rengaine contre les critiques «bobo» me rappelle la catch-phrase de la version longue Grand Bleu de Besson, qui est la seule chose drôle que le gros Luc ait jamais écrite : N'y allez pas, ça dure trois heures.

Re: Cinéma vol. 2

Daniel Craig sera Rackham le Rouge dans Tintin!

Le Figaro a écrit:

La trilogie Tintin rêvée par Steven Spielberg se précise. La Paramount vient de dévoiler les têtes d'affiche du premier volet intitulé «The Adventures of Tintin: Secret of the Unicorn ». C'est l'acteur britannique Jamie Bell qui incarnera l'intrépide reporter créé par Hergé. Né en 1986, il avait crevé l'écran en 2000 dans Billy Elliot, remportant un BAFTA, équivalent britannique d'un César, pour son incarnation du rôle titre.

Dernier film en date pour Bell : les Insurgés avec dans le premier rôle un autre britannique : Daniel Craig, le James Bond en activité. Et les deux hommes se retrouveront à l'écran dans Tintin. Invité surprise du casting, Craig jouera l'infâme pirate Rackham le Rouge, Némésis du chevalier François de Hadoque, l'ancêtre du capitaine Haddock.

Ce dernier, ainsi que son aïeul, sera joué par Andy Serkis, célèbre pour son travail de jeu en « motion capture » pour le réalisateur Peter Jackson. Il se cachait notamment derrière le Golum de la trilogie du Seigneur des Anneaux, ou encore derrière son King Kong, dans lequel figurait déjà Jamie Bell.

Figurent également au casting le tandem formé par Simon Pegg et Nick Frost. Présent dans les parodies Shaun of the Dead et Hot Fuzz, ce duo ne devrait pas avoir de mal à transcrire à l'écran les ressorts comiques de Dupont et Dupond. La Paramount n'a toutefois pas précisé la répartition des deux rôles.

Le Français Gad Elmaleh sera également de la partie pour un rôle non précisé, à l'instar de Mackenzie Crook et Toby Jones, ce dernier ayant toutefois la tête de l'emploi pour incarner le professeur Tournesol.

Steven Spielberg a d'ores et déjà débuté la production du long métrage dont le tournage a débuté le 26 janvier, et dont la sortie est prévue pour 2011. Il laissera les rênes de la réalisation du deuxième volet à Peter Jackson, qui coproduira toute la trilogie. Celle-ci sera filmée grâce au procédé de « performance capture », qui enregistre mouvements, voix et expressions faciales des comédiens pour les transposer sur des images numériques. Un procédé créé par l'Américain Robert Zemeckis pour son Beowulf.

Laissez dire les sots, le savoir a son prix (Jean de la Fontaine)

218

Re: Cinéma vol. 2

La ressemblance est frappante, en effet.

http://e.tintin.tk.free.fr/images/divers/rackhamlerouge.gif http://brightstarlights.files.wordpress.com/2008/03/daniel_craig.jpg

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

219

Re: Cinéma vol. 2

FDL a écrit:

La ressemblance est frappante, en effet.

http://e.tintin.tk.free.fr/images/divers/rackhamlerouge.gif http://brightstarlights.files.wordpress.com/2008/03/daniel_craig.jpg

Quelle importance? Le film sera motion-capturé.

220

Re: Cinéma vol. 2

Pourtant, si je cite l'article du Figaro :

Le Figaro a écrit:

Le Français Gad Elmaleh sera également de la partie pour un rôle non précisé, à l'instar de Mackenzie Crook et Toby Jones, ce dernier ayant toutefois la tête de l'emploi pour incarner le professeur Tournesol.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

221

Re: Cinéma vol. 2

Et dans Beowulf, on reconnaît quand même Anthony Hopkins :

http://img118.imageshack.us/img118/567/beowulf1hi8.jpg

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

222

Re: Cinéma vol. 2

Vu le Ché, 1ère partie.

Bon film, quoiqu'un peu trop centré sur le personnage (on pouvait s'y attendre vu le titre), ce qui, comme à l'habitude de films américains, prend un peu le pas sur l'Histoire. On sent que l'auteur retient mal son admiration dans un réalisation qui peut apparaître comme une sorte de louange tantôt réaliste, tantôt lyrique, en hommage au personnage d'Ernesto Che Guevara.

On est parfois légèrement al à l'aise devant certain manque de recul qui vient à idéaliser, par moment, le personnage, et son rôle, ses actes réels, et leurs conséquences de court ou de long terme, dans l'Histoire.

Le problème des révolutionnaires, c'est qu'on ne sait aps ce qu'ils vont faire après. Ca n'a pas tourné en eau de boudin, mais dans le cas de Cuba, il est clair que de meilleurs conseils économiques, et peu plus de libéralisme sociétal aurait évité à ce régime de devenir cette dictature qui n'a pas su apporter à son peuple les fruits du développements, de la liberté, de la jusice, et des droits de l'Homme. Au lieu de ça nous avons un régime nomenklaturiste aussi inégalitaire que la société capitaliste, mais avec moins d'opportunités.

Certains oublis et omissions historiques sont à noter, dans un film qui jette  un regard plutôt favorable sur la révolution cubaine. La propagande à l'oeuvre dans cette guerre civile n'est pas ou à peine évoquée. On aurait aimé avoir un eu plus de détails sur la pensée du Che, expert en tactique révolutionnaire, et une vision un peu plus explicative sur les mouvements de troupes dans la guerrilla rurale, souvent invoqués dans le film, mais jamais réellement palpés par le spectateur.

On notera une pesanteur dans d'assez longues scènes de guérillas (certes gage de réalisme), même si Bénicio Del Toro jour comme à son habitude extrêmement bien. L4acteur jouant Castro ne joue pas mal non plus.

Bon an mal an, j'irai voir le 2.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

223

Re: Cinéma vol. 2

Je me suis gondolé avec Burn After Reading

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Cinéma vol. 2

Je sors du Chant des oiseaux, objet cinematographique deroutant et contemplatif contant le periple des rois mages, oscillant entre le Gerry de Van Sant, les oeuvres de Jodorowsky et Beckett et l'Evangile selon Saint-Matthieu de Pasolini. J'irai meme jusqu'a dire aue c'est un film rock tendance lo-fi a regarder comme on ecoute du Guided By Voices.

En tant que cinephile eclaire et teinte de snobisme je n'ai donc pas ete decu. La maitrise virtuose du noir et blanc y est pour beaucoup en conferant une beaute dramatique a la photographie (avec par exemple un superbe contraste entre le drape des manteaux oscillant dans le vent et des rois mages epais et ahanant), le realisateur place d'ailleurs toute sa confiance dans la force des images puisaue le son se resume aux respirations saccadees, au crissement du sable sous les pieds et au bruissement du vent.

Pourtant je ne saurais le conseiller a n'importe qui, surtout si vous n'etes pas pret a vous battre pendant une heure et demie avec un enchainement de plans sequences desertiaues parfois long de 10 min! Il faut en fait y aller dans le meme etat d'esprit qu'a une expo photo d'un grand artiste genre Cartier Bresson...

Conclusion: je le reverrais bien sous acide un samedi soir sur Arte!

225

Re: Cinéma vol. 2

FDL a écrit:
Gnouff a écrit:

Des films bien à voir en ce moment?

Ces deux dernières semaines ont été marquées par une médiocrité affligeante. Je vous laisse juger : De l'autre côté du lit, Twilight, la Guerre des Miss, un Homme et son chien, les Insurgés...

J'assume mon statut de beaufette qui va voir des films pour se détendre donc j'avoue avoir beaucoup ri devant "De l'autre côté du lit", j'avais déjà bien ri en lisant le livre et j'adoooore le Docteur AGA smile

Re: Cinéma vol. 2

Après avoir tapé "Jesse James" sur le moteur de recherche, je suis tombé sur le thread cinéma, mais pas moyen de retrouver le message adéquat...
Bref, excellent film d'Andrew Dominik. Le titre, (The assassination of Jesse James by the coward Robert Ford), m'a un peu posé problème, parce que l'accent n'est pas tellement mis sur la trahison de Ford en tant que telle, mais plutôt sur la question du repentir. La dernière partie, notamment, est excellente : l'acteur affronte, seul, l'hostilité de ses contemporains. Toute la question du repentir est abordée : solitude, haine et ridicule sont au rendez-vous.
De plus, les images sont superbes et la photographie, à elle seule, mérite le détour.
L'histoire est loin d'être originale, mais c'est à voir, vraiment !

227

Re: Cinéma vol. 2

Pendant que les minots s'amusent, Clint Eastwood tourne des films en trois semaines.

Allez tous voir GRAN TORINO (classe américaine certified)

D'après IDMB, Eastwood a 3 futurs films en plan, dont un sur Mark Twain - avec des lasers et des vaisseaux on suppose. Ils ne mentionnent pas en revanche son projet de biopic sur Armstrong (le cosmoschtroumpf, pas les deux autres), quelqu'un sait si c'est toujours d'actualité ou non ? Ces Don Quichotte Forever du cinéma sont frustrants, nos ongles repoussaient à peine après le On the Road de Coppola.

Ce stakhanovisme à la caméra me rappelle en tout cas que le jour où Clint Eastwood mourra, je crois vraiment que je pleurerai, moitié parce que France Inter dira "un grand monsieur nous a quitté", moitié parce que William Munny ne perd jamais.

Re: Cinéma vol. 2

Demian nl a écrit:

Pendant que les minots s'amusent, Clint Eastwood tourne des films en trois semaines.

Allez tous voir GRAN TORINO (classe américaine certified)

D'après IDMB, Eastwood a 3 futurs films en plan, dont un sur Mark Twain - avec des lasers et des vaisseaux on suppose. Ils ne mentionnent pas en revanche son projet de biopic sur Armstrong (le cosmoschtroumpf, pas les deux autres), quelqu'un sait si c'est toujours d'actualité ou non ? Ces Don Quichotte Forever du cinéma sont frustrants, nos ongles repoussaient à peine après le On the Road de Coppola.

Ce stakhanovisme à la caméra me rappelle en tout cas que le jour où Clint Eastwood mourra, je crois vraiment que je pleurerai, moitié parce que France Inter dira "un grand monsieur nous a quitté", moitié parce que William Munny ne perd jamais.

Assez fascinant comme mec, la quasi totalité des films qu'il a réalisé ont rencontré à la fois un succès auprès de la "critique" et un succès commercial. C'est assez rare au cinéma, me gourès-je ?

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

229

Re: Cinéma vol. 2

Chico Dou Brazil a écrit:

Assez fascinant comme mec, la quasi totalité des films qu'il a réalisé ont rencontré à la fois un succès auprès de la "critique" et un succès commercial. C'est assez rare au cinéma, me gourès-je ?

Oui. PAN !

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Cinéma vol. 2

FDL a écrit:
Chico Dou Brazil a écrit:

Assez fascinant comme mec, la quasi totalité des films qu'il a réalisé ont rencontré à la fois un succès auprès de la "critique" et un succès commercial. C'est assez rare au cinéma, me gourès-je ?

Oui. PAN !

Et merde. Où est le knout ?

Je m'attendais à autre chose de ta part, du style "Et le roi David alors ?".

Last edited by Chico Dou Brazil (14-02-2009 16:21:49)

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

231

Re: Cinéma vol. 2

Benjamin Button, vraiment génial.
Une très belle histoire, des acteurs excellents (et pourtant je ne suis pas une grande fan de BrAAaAaad), une très belle photo, et on ne voit pas DU TOUT passer les 3h !

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Cinéma vol. 2

On est allé voir Benjamin Bouton à 7, et 6 n'ont pas aimé, et moi j'ai trouvé ça moyen.
Histoire poussive, longueurs, incohérences, tendance à tirer vers le mélo en permanence pour faire pleurer dans les chaumières, bref, pas mal de ficelles un peu usées qui font que, dans le même genre, autant se remettre Forrest Gump.
Je ne pense pas que c'est un film qui restera (tout comme Titanic n'est pas resté)

"Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur"
Jean Cocteau, Les mariés de la Tour Eiffel

233

Re: Cinéma vol. 2

Oui c'est un peu le concept à la "forever young". Scénario intéressant, mais biais hollywoodien à l'eau de rose qui gâche un peu le plaisir.

Ca rappelle également mais dans une moindre mesure Eternal sunshine of a spotless mind, qui était nettement mieux ceci dit.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Cinéma vol. 2

Florian a écrit:

On est allé voir Benjamin Bouton à 7, et 6 n'ont pas aimé, et moi j'ai trouvé ça moyen.
Histoire poussive, longueurs, incohérences, tendance à tirer vers le mélo en permanence pour faire pleurer dans les chaumières, bref, pas mal de ficelles un peu usées qui font que, dans le même genre, autant se remettre Forrest Gump.
Je ne pense pas que c'est un film qui restera (tout comme Titanic n'est pas resté)

Titanic est quand même resté non ? Peut-être pas comme chef-d"oeuvre mais pour plein d'autres raisons...

Sinon Benjamin Button, je te trouve sévère, comme le dit mami, il y a quand même le très bon jeu d'acteurs (Cate Blanchett est aussi remarquable) et la belle réalisation, avec ses prouesses techniques (limite trop, du coup on se focalise un peu dessus et on est moins "pris" par le film).
La seule faiblesse est le scénario, qui manque d'imagination et de souffle, un peu dommage car on attendait autre chose que des péripéties classiques agrémentées de banalités sur le temps qui passe et le destin fragile etc., il y avait la base de départ de Fitzgerald pour faire un grand film dans le style "conte philosophique".
D'où les longueurs (notamment les trop longues scènes d'hôpital) et le sentiment de rester sur sa "fin".
De ce point de vue, le scénario fait regretter Forrest Gump en effet.

Mais je dirais quand même que c'est un bon film, bien qu'il ne mérite pas les critiques dithyrambiques lues ici ou l ("le premier grand film du XXIème siècle", de l'Express je crois, sur l'affiche)

Re: Cinéma vol. 2

Morse (Let the right one in), sympathique film sur l'exclusion, la violence et la vengeance, nappé d'un peu de tendresse. A voir, vraiment.

236

Re: Cinéma vol. 2

Je viens de voir "Gomorra" en dvd. Je m'attendais à un film intéressant et dur, et il s'est avéré qu'en plus de cela c'est admirablement filmé et vraiment, vraiment beau et bien joué. A voir (un jour de pluie de préférence)

237

Re: Cinéma vol. 2

The Wrestler est <3 <3
La réalisation de Darren Aronofsky est même moins désagréable que d'habitude, tellement Mickey Rourke prend toute la place. Par ailleurs il plaît terriblement aux femmes. Cela dit les hommes, y a d'étranges croisements avec le 1er Rocky, du catch, du heavy metal, du Bruce Springsteen, des scènes cochonnes, et de la Nes aussi.

238

Re: Cinéma vol. 2

Finalement, le prochain film de Woody Allen sera tourné à Londres la magnifique et non à Paris.

Allociné a écrit:

Josh Brolin et Anthony Hopkins chez Woody Allen

Josh Brolin et Anthony Hopkins devraient tenir les rôles principaux du prochain film de Woody Allen, dont le tournage est prévu pour cet été à Londres.
   
Woody Allen reprend du service ! A peine Whatever Works filmé, que le voilà déjà lancé sur un nouveau projet, dans lequel il devrait s'offrir les talents de Josh Brolin, qu'il avait déjà dirigé sur Melinda et Melinda, et Anthony Hopkins. Pas de titre ni de scénario, mais un lieu de tournage : Londres. Une ville dont le metteur en scène commence à être familier puisque sa récente trilogie anglaise (Match Point, Scoop et Le Rêve de Cassandre) s'y déroulait déjà. Le tournage de ce nouveau long-métrage devrait débuter cet été. Une petite ombre au tableau tout de même... On annonçait récemment que le prochain film de Woody serait tourné à Paris (Voir notre article complet), mais visiblement, le réalisateur de Vicky Cristina Barcelona, ne semble pas prêt à faire une escale dans la capitale avant 2010.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

239

Re: Cinéma vol. 2

Demian nl a écrit:

The Wrestler est <3 <3
La réalisation de Darren Aronofsky est même moins désagréable que d'habitude, tellement Mickey Rourke prend toute la place. Par ailleurs il plaît terriblement aux femmes. Cela dit les hommes, y a d'étranges croisements avec le 1er Rocky, du catch, du heavy metal, du Bruce Springsteen, des scènes cochonnes, et de la Nes aussi.

Vu The Wrestler aussi, aujourd'hui, ou plutôt le biopic de Mickey Rourke.
Je vais faire mon rabat-joie habituel mais je ne vois pas vraiment ce qu'on trouve d'extraordinaire à ce film, à part certes la prestation de l'acteur principal.
L'histoire n'est pas d'une folle originalité (cf Rocky etc ; et Aronofsky prépare un film similaire pour 2010, cette fois sur les débuts d'un boxeur. Inspiration, quand tu nous tiens...). On a l'impression d'avoir vu le même genre de film des dizaines de fois, sauf qu'ici, on s'attache à l'univers de la lutte, moins fédérateur que celui de la boxe. L'intrigue est prévisible et certaines parties sentimentalistes superflues (les scènes avec la fille du catcheur par exemple).
D'accord avec Demian sur tout : la réalisation est différente des premiers films d'Aronofsky, plus sage, moins survoltée + l'usage de la caméra sur l'épaule (je ne sais pas s'il l'a fait auparavant mais j'en doute).
Il plaît aux femmes, évidemment. Un film viril, suant la testostérone.
Un long-métrage divertissant (sans plus) sur la déchéance physique d'un lutteur qui n'est plus qu'un morceau de viande avariée (métaphore filée vers le milieu du film quand le héros devient l'employé de la boucherie du supermarché) et la descente aux enfers d'un homme qui ne vit, de même que la strip-teaseuse, que grâce au regard des autres, sorte de gladiateur dont le sort repose entre les mains d'un public qui décide de la vie ou de la mort.
La musique de Clint Mansell est étrangement discrète, alors que les précédentes partitions étaient tout simplement géniales.
A voir après avoir lu les chapitres du Mythologies de Barthes relatifs au catch et au strip-tease.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Cinéma vol. 2

Frost/Nixon, bon film sur la série d'interview du président déchu. Intrigue bien ficelée (même si on connaît le contenu des interviews), acteurs vraiment bons (même si la ressemblance physique avec les vrais protagonistes est douteuse). A voir !

241

Re: Cinéma vol. 2

FDL a écrit:

D'accord avec Demian sur tout : la réalisation est différente des premiers films d'Aronofsky, plus sage, moins survoltée + l'usage de la caméra sur l'épaule (je ne sais pas s'il l'a fait auparavant mais j'en doute).
(...)
A voir après avoir lu les chapitres du Mythologies de Barthes relatifs au catch et au strip-tease.

Pareil je ne me rappelle guère mais je ne crois pas.

Lors de l'expo Barthes à Beaubourg vers 2003, il y avait de vieux écrans de télévision qui passaient des matches de catch en boucle, 60s spirit, genre Al' le Cogneur contre René le Sauvage, addictif

242

Re: Cinéma vol. 2

A l'occasion du cycle "la littérature française dans le cinéma mexicain" du 18 au 30 mars à la Cinémathèque, une projection de Babel d'Inarritu sera organisée le mercredi 18 à 16h en présence du réalisateur et de l'écrivain Carlos Fuentes pour un débat. Je n'ai pas cours à cette heure-là (ouf) donc j'y serai. Si ça intéresse d'autres personnes...

http://www.cinematheque.fr/fr/nosactivi … -babel.htm

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

243

Re: Cinéma vol. 2

Vive le Wrestler

The French were right to warn us about Iraq. And now it seems that they may even have been right about Mickey Rourke.

When Mr. Rourke won a Golden Globe award for “The Wrestler” last Sunday, that comeback within a comeback movie was not merely a vindication for an aging, underemployed, sometimes mocked but mostly forgotten movie star.

It was a needling reminder that the French, after so many years and after so much derision, never gave up on an actor who, in this country, became a living symbol of French contrariness — a human Security Council veto, the Tinseltown embodiment of the force de frappe and fromage de tête.

We mocked the French for admiring Mickey Rourke the way we laughed at their serious assessment of Jerry Lewis as a comic genius. In both cases, the French despised us right back for disparaging artists who are avatars of what they consider to be the best of American popular culture.

They never saw Mr. Rourke as a wash-up; or rather, they quite liked that about him. The actor’s unpopularity in his own land made the French admire him all the more. For decades, or at least since one of his bigger belly flops (“Wild Orchid,” 1989), he was their Hollywood Dreyfus Affair — an honorable man persecuted and falsely accused of failure, which here is almost as bad as treason.

Failure in America is a recipe for success in France, a nation that takes perverse pride in marching out of step with the leader of the free world. France, after all, elected its first American-style president — Nicolas Sarkozy is a first-generation immigrant, a free-market capitalist with a sexy model/pop singer wife and no grandes écoles diplomas — just as America is readying to swear in its first French-style president. Barack Obama, after all, is an elegant, well-spoken technocrat who went to all the right schools, has a sophisticated, soignée first lady and is promoting more state control of the economy.

The French contrarian streak became clear many years ago when an editor at The New York Times Magazine asked me to find out why so many bad Mickey Rourke movies were playing all the time, all over Paris — this in the early ’90s, after “Harley Davidson and the Marlboro Man.” The editor couldn’t understand why the French loved and took seriously an actor who despite early promise (“Diner,” “Rumble Fish”) and a youthful James Dean-like beauty, had become an asterisk, or worse, a plastic surgery punch line.

Once I started reporting, I found so much more to the French obsession with Mr. Rourke that the assignment found its way onto the cover: “Can 50 Million Frenchmen Be Wrong?”

Apparently, no.

“The Wrestler,” directed by Darren Aronofsky in a European new-realist style, will not open in French theaters until February, but it won the top prize at the Venice Film Festival, and French critics in particular raved about Mr. Rourke.

“More of a freak than ever, more impressive as well, he is the physical incarnation of the American landscape, its dreams, its violence, its loneliness and we only come to realize this every three years, each time he attempts a comeback,” is how Philippe Azoury, of Libération, put it in September. (Who here even knew Mr. Rourke has a new movie every three years?)

Mr. Azoury had still more to say. “What he gives here, physically, in terms of wacko masochism (wrestling with broken glass, staple gun and barbed wire) as well as spattered sensitivity, is without equal."

Not that the French didn’t get a few things wrong before they were right. In 1985, Les Cahiers du Cinéma hailed Michael Cimino’s “Year of the Dragon” as a masterpiece and raved about Mr. Rourke’s performance most of all, noting approvingly that he alone stands out from the pack of “steroid-fattened and lobotomized” Hollywood leading men.

A few years later, Mr. Rourke fell into a self-destructive physical-improvement spiral that included bodybuilding and cosmetic surgery so dire that even now, in “The Wrestler,” his eyes stare pleadingly out of what looks like a mask of hardened lava and plumber’s caulk. The Times critic A. O. Scott put it more kindly when he wrote that Mr. Rourke “doesn’t look like a movie star playing a battered wreck, but like the genuine article.”

It should also be pointed out that his American comeback is not actually official. Foreign journalists — members of the Hollywood Foreign Press Association — select Golden Globe winners, and while their picks sometimes presage the Oscars, sometimes they don’t. (Pia Zadora won the 1982 Golden Globe for best new actress.)

Still, the French can gloat over the fact that “The Wrestler” opened in American theaters (other Rourke films have been shown only overseas), is doing respectably at the box office and won the actor high praise from even the most discerning critics.

And accordingly, it’s not inconceivable that Mr. Rourke’s comeback in Hollywood could invite a backlash across the ocean. There are already a few signs. After the film won at Venice and was featured at the Toronto International Film Festival in September, it was picked up by an American distributor. American critics who saw it there, including Mr. Scott, quite liked it.

And that’s when some French critics began to find fault. “We’re happy for Mickey Rourke,” Philippe Garnier of Libération wrote from the New York Film Festival in October, in a pan that clashed with his colleague’s earlier assessment. “But this sentimental and badly made film is not even ‘Rocky.’ ”

If history is any guide, Mr. Garnier is absolutely right.

Re: Cinéma vol. 2

MR 73, un des meilleurs films français de la décennie.

Détruit par la critique, parce que pas assez mainstream, cest un film cru, qui montre la réalité du monde policier dans sa plus pure cruauté.

Le réalisateur s'est certes un peu "amusé" avec quelques éléments du film en décalage avec ce quest la police maseillaise, mais pour le reste c'est un film choc, extrêmement bien joué.

En gros, c'est un film sur les tragédies irréversibles et la résilience (ou plus précisément sur la résilience impossible).

Je le conseille à tout le monde, c'est un des meilleurs rôles de Daniel Auteuil, avec "la Crise", même si c'est un film assez dur et cru.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Cinéma vol. 2

J'ai vu Babel, aux critiques hésitant entre le "génial" et le "nul". Au final, je le conseille si vous en avez l'occasion, ne serait-ce que pour voir Brad Pitt dans un rôle différent que le mec cool (ou qui se croit cool -- Burn After Reading) et qui machouille son chewing-gum. On est dans une représentation assez intéressante des conséquences d'un drame accidentel (une balle tirée pour rigoler par des gamins bergers vers un bus de touriste), qui permet un tableau d'une certaine mondialisation.

Babel n'est pas vraiment le bon titre (même si le film compte 5 ou 6 langues) dans la mesure où les humains tendent au contraire à confronter de plus en plus leurs cultures respectives (avec mise en scène des rapports de domination culturelle : Etasunien > Mexicain, Blanc > Maghrébin) au lieu de se disperser, et peuvent communiquer entre eux à travers la langue du plus fort, l'anglais bien sûr (nouvelle langue adamique ?). Le Marocain qui aide le couple américain parle anglais, tout comme les autorités ou les Français du car de touristes. La seule vraie barrière est entre les sourdes-muettes japonaises et leurs congénères.

Un élément que j'ai trouvé intéressant dans le découpage entre les différentes histoires, c'est le fait que la chronologie de chacune ne soit pas calée sur l'autre à la façon d'un 24 heures chrono. Genre, la balle n'est reçue dans le bus que longtemps après que les gamins se sont rendus compte qu'ils ont fait une connerie. Posture riche de part le flou et la désinformation au sujet de certains éléments de l'intrigue.

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

246

Re: Cinéma vol. 2

La bande-annonce du nouveau film de Tarantino, Inglorious Basterds : http://movies.yahoo.com/movie/1808404206/video/11988602

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Cinéma vol. 2

fétiche a écrit:

Brad Pitt dans un rôle différent que le mec cool

Il ne joue pas que ça. Ses dernières compositions en tant que Jesse James ou Benjamin Button ont montré qu'il savait aussi jouer des personnages graves.
Avec Tarantino, en revanche, retour au potache pour Brad.

Laissez dire les sots, le savoir a son prix (Jean de la Fontaine)

Re: Cinéma vol. 2

Misère du cinéma: Dany Boon engrange 26M€ en 2008...
Plus que Brad Pitt, 15 fois plus que Vincent Cassel.
En comparaison, l'actrice française la mieux payée (Balasko) a touché 1.4 million.

Laissez dire les sots, le savoir a son prix (Jean de la Fontaine)

249

Re: Cinéma vol. 2

alfadir a écrit:

Misère du cinéma: Dany Boon engrange 26M€ en 2008...
Plus que Brad Pitt, 15 fois plus que Vincent Cassel.
En comparaison, l'actrice française la mieux payée (Balasko) a touché 1.4 million.

l'acteur Boon est probablement moins payé que Cassel
le producteur, réalisateur, scénariste c'est sûrement autre chose

ne mélangeons pas...

250

Re: Cinéma vol. 2

walter sobchak NL a écrit:

l'acteur Boon

Hahaha !

Pardon.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)