201

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Hussard nl a écrit:

Rien de nouveau dans cet article mais le mail de Fabrice Tourre est assez... euh comment dire ?

Next Finance a écrit:

Goldman Sachs, Fabrice Tourre et les CDO sur RMBS


Ces CDO sont vendus à des investisseurs institutionnels en 25 deals pour un total de 10,9 milliards de dollars. Seulement, Goldman Sachs et Tourre présentent ces CDO comme des constructions du cabinet ACA, et oublie de notifier à ses clients que le fonds Paulson y a participé et surtout, que celui-ci souhaite prendre des positions inverses via l’achat de CDS sur les loans.

Comme je l'ai marqué précédemment et comme l'a confirmé l'article de Trèfle, il semble - sous réserve que la SEC n'ait pas changé d'avis- que ce qui est reproché à Tourre n'est pas le fait qu'il n'a pas informé que Paulson prenait la position inverse, mais bien le premier grief (Paulson participe à l'élaboration du CDO).

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

202

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Après la puissance Kerviel...
Ces jeunes golden boys doivent être très complexés.

Plus de détails :

Les Echos a écrit:

Fabrice Tourre : « Il faut que je saute, merci, au revoir »

Celui que l'on surnomme déjà le nouveau Kerviel est un centralien rentré en 2001 chez Goldman Sachs, où l'on appréciait son humour potache. Il aurait gagné 2 millions de dollars en 2007.

« Le plus gros risque que j'ai à gérer, ce sont les cyniques », racontait récemment le patron d'une équipe de traders londonienne. Pas sûr que Fabrice Tourre, le trader de trente et un ans de Goldman Sachs accusé par la SEC d'avoir trompé des investisseurs en montant un produit structuré pour le « hedge funder » John Paulson, en soit un. Celui que l'on compare déjà à Jérôme Kerviel n'a apparemment rien caché. La transaction a été validée par le comité des investissements immobiliers de Goldman Sachs et, comme l'explique un ancien de la banque, « il est impossible que, vu son âge, vingt-sept ans à l'époque, il ait été seul en charge ». Un comité de crédit et un autre de conformité des procédures surveillent normalement ce genre de transaction. Ce qui fait déjà dire à certains que Fabrice Tourre pourrait servir de bouc émissaire à la place de Jonathan Egol, son supérieur, ou même de cadres plus importants de Goldman.

Un message sur le site Copains d'avant, très certainement posté par Fabrice Tourre, montre également une psychologie assez classique de bon élève emballé de vivre dans la « Big City », même s'il est vrai qu'il n'avait que vingt-trois ans à l'époque : « Voilà déjà deux ans que je vis de l'autre côté de l'Atlantique, voilà déjà quatre ans que je ne suis plus célibataire (mais pas encore marié !!!) et enfin cinq ans que je suis majeur et vacciné… Le temps passe vraiment vite ! »

Il n'empêche. Scott Eichel, un « golden boy » de Bear Stearns contacté par John Paulson à l'époque pour élaborer le même genre de produits, avait, lui, refusé, en raison des réserves morales qu'il avait à jouer avec certains clients contre d'autres, raconte Gregory Zuckerman, un journaliste du « Wall Street Journal ». Et les e-mails envoyés par Fabrice Tourre et exhumés par la SEC pourraient se révéler très compromettants pour lui.
A Londres depuis fin 2008

Selon Henry Blodget, l'analyste financier de Merrill Lynch qui avait été condamné pour ses doubles discours sur les valeurs Internet, l'accusation contre Goldman Sachs est plus faible que celle contre Fabrice Tourre, qui pourrait donc être au minimum interdit d'exercer dans la finance. Les quelques mots que Fabrice Tourre a donnés vendredi au journaliste de Bloomberg qui a trouvé son numéro de téléphone traduisent en tout cas un certain désarroi : « Il faut que je saute, merci, au revoir. »

Quelques détails ont commencé à émerger sur la personnalité de Fabrice Tourre. On sait qu'il était brillant élève dans les matières scientifiques, comme beaucoup de Français travaillant dans les salles de marché. Centralien diplômé de Stanford passé par les prestigieux lycées Henri-IV et Louis-le-Grand, il est entré chez Goldman Sachs en 2001. Il a, depuis l'époque des faits, quitté l'équipe produits structurés de New York pour Londres, où il est enregistré chez le régulateur britannique depuis novembre 2008. Selon le « New York Post », il organisait des fêtes bruyantes dans son appartement près de New York University, au nord du quartier de Wall Street, qu'il louait 4.000 dollars par mois. D'autres journaux racontent qu'il se targuait d'appartenir à une famille prestigieuse, qu'il jouait au tennis avec le bras droit de Paulson, qu'il a gagné 2 millions de dollars en 2007, notamment grâce à cette transaction, et qu'il était apprécié au siège de Goldman Sachs pour son sens de l'humour potache.

203

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

La FSA s'y met aussi :

GOLDMAN SACHS : la FSA examine le dossier

(AOF) - Après la SEC (Securities and Exchange Commission), la FSA (Autorité des services financiers britannique), a indiqué qu'elle étudiait l'affaire Goldman Sachs. Le gendarme de la bourse britannique examine les circonstances relatives à la plainte pour fraude déposée la semaine dernière aux Etats-Unis. La SEC soupçonne la banque américaine d'avoir perpétré une fraude dans la constitution d'un véhicule d'investissement monté avec le fonds Paulson & Co.

Un porte-parole de la FSA a précisé que l'institution étudiait les circonstances de l'affaire et les éventuelles implications pour les établissements britanniques de Goldman. «S'il y en a, nous prendrons les mesures qui s'imposent», a-t-il déclaré

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Je reviens à cette histoire de 90 millions de pertes.
Paulson&ACA créent l'Abacus sous l'égide de Goldman.
Le titre est vendu à des clients.
Paulson parie contre eux.
Goldman parie contre Paulson.
Paulson étant un client de Goldman, la banque a bien fait du front running et est donc coupable, même si elle a perdu la manche.

C'est mieux expliqué là: http://www.businessinsider.com/henry-bl … aid-2010-4

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

205

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Trèfle a écrit:

Je reviens à cette histoire de 90 millions de pertes.
Paulson&ACA créent l'Abacus sous l'égide de Goldman.
Le titre est vendu à des clients.
Paulson parie contre eux.
Goldman parie contre Paulson.
Paulson étant un client de Goldman, la banque a bien fait du front running et est donc coupable, même si elle a perdu la manche.

C'est mieux expliqué là: http://www.businessinsider.com/henry-bl … aid-2010-4


Je ne suis pas certain. L'argument de dire "ils ont pris la position longue DONC ils ont parié contre Paulson" est tout de même assez cocasse. C'est quand même Paulson qui était short dans cette histoire à l'origine.

Et je suis davantage convaincu par la fin de l'article que tu cites (et pas par le début), les 90 millions de Goldman représentant aussi l'ensemble des CDO contre lesquels Goldman n'avait pu se "hedger".


(Goldman's defense against that particular charge might be that it only retained a $90 million long position in the CDO because it couldn't find anyone stupid enough to buy it. But given that the SEC basically just accused Goldman of selling a crappy security designed to self-destruct, we don't imagine Goldman will be making that defense publicly right now.)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

206

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Merci de vous inquiéter pour moi, mais je me porte plutôt pas mal :

Forte hausse du bénéfice de Goldman Sachs au 1er trimestre :

NEW YORK (Reuters) - Goldman Sachs annonce un quasi-doublement de son bénéfice au premier trimestre, dépassant le consensus, dopé par les bénéfices tirés du trading obligataire.

Le bénéfice net ressort à 3,29 milliards de dollars, soit 5,59 dollars par action, contre 1,66 milliard (3,39 dollars) un an auparavant.

Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donnait 4,01 dollars.

La Securities and Exchange Commission (SEC) a accusé la banque d'investissement de fraude liée à la structuration et à la commercialisation d'un produit obligataire liée à des créances hypothécaires subprime.

Goldman Sachs est devenue la banque la plus influente de Wall Street après la crise mais ses pratiques, tant professionnelles que salariales, sont vivement critiquées.

L'action Goldman a clôturé en hausse de 1,63% lundi. Elle a perdu plus de 12% vendredi après l'annonce de la SEC.

Et toi, Fabulous Fab ?

Le Monde a écrit:

"Fabulous Fab", le Français au cœur de l'enquête

Fabrice Tourre, le Français de Goldman Sachs au coeur de l'enquête sur les fraudes de la banque d'affaires new-yorkaise cherche aujourd'hui plutôt la discrétion : son profil sur le site communautaire LinkedIn a été fermé et son CV sur sa page Viadeo a été dissimulé dans sa quasi-intégralité.

Sûr de lui, arrogant, insensible au doute : ces expressions reviennent régulièrement dans la bouche de ceux qui ont côtoyé Fabrice Tourre. Visé personnellement aux côtés de son employeur par la plainte de la SEC, le gendarme des marchés américains, ce trader de 31 ans est un être caustique, paradoxal, affichant ses bonnes fortunes, vraies ou supposées.

De petite taille, vif, émotionnel, aimant la fête, "Fabulous Fab" ("Fab le fabuleux") - comme il s'est lui-même désigné dans un courriel à un ami - passe aussi pour un obsédé de l'ordinateur. D'après un opérateur de fonds spéculatif qui l'a côtoyé, "c'est un type sympa, mais qui estime qu'il est l'être le plus doué au monde". Un sentiment de supériorité très répandu au sein de "La Firme".

Fabrice Tourre émane d'une des plus belles écoles de la République, dont raffolent les salles de marchés. Après une jeunesse dans la banlieue ouest de Paris, dans un quartier résidentiel un brin aisé mais sans apparat, il a enchaîné les classes "prépa" dans les deux plus beaux lycées de la capitale - Henri IV puis Louis-Le-Grand -, avant d'intégrer l'Ecole centrale à 19 ans. Et après une année à Stanford, il est recruté à 22 ans par l'établissement le plus prisé de Wall Street : Goldman Sachs.

"Fab" est versé dans le département des crédits à risque (subprimes) au siège new-yorkais. Son chef est Jonathan Egol, qui partage sa passion des algorithmes. Ils travaillent deux ans sur un produit financier comportant des valeurs immobilières. Son nom : Abacus.

D'après la SEC, en janvier 2007, Fabrice Tourre prend langue avec le fonds américain John Paulson & Co, qui multiplie les paris à la baisse du marché immobilier. Il aurait laissé ce gros client de la banque sélectionner des valeurs du portefeuille, ce que dément Goldman Sachs. Parallèlement, auprès d'autres clients, la banque laisse entendre que John Paulson & Co mise sur la hausse pour mieux vendre ce produit structuré.

Les généreuses commissions touchées par Goldman Sachs valent au jeune homme de percevoir une rémunération de 2 millions de dollars (1,48 million d'euros) en 2007. Promu directeur exécutif, Fabrice Tourre est alors dépêché à Londres au département obligataire, le coeur de l'activité de marché de l'enseigne. Sa mission, adapter Abacus au marché européen. Une voie royale s'ouvrait alors devant lui...

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

+1 RPC, on dirait un sophisme. J'attends de voir ce qu'ils vont répondre en revanche.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Les emails entre Fabulous Fab, sa copine et une fille qui a été je crois sa maîtresse ;
http://www.telegraph.co.uk/finance/news … ealed.html

Autres emails avec son chef et d'autres employés de Goldman Sachs.

Je n'ai pas tout lu mais dans un des emails à Marine Serres Fabulous Fab prévoit que ça va mal tourner pour les subprimes dès mars 2007.

209

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

C'est dégueulasse d'exposer comme ça ses messages privés. Vraiment dégueulasse.

210

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Je me suis fait la même réflexion, j'ai commencé à lire et je me suis sentie super mal, c'est dégueu de diffuser des mails perso avec des "bisou ma chérie" ET le nom complet de la fille !

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

211

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

mami a écrit:

Je me suis fait la même réflexion, j'ai commencé à lire et je me suis sentie super mal, c'est dégueu de diffuser des mails perso avec des "bisou ma chérie" ET le nom complet de la fille !

Il n'en reste pas moins que le type n'est pas très futé d'écrire ce genre de mails. Dans les milieux professionnels, il faut faire attention à ce qu'on écrit, plus qu'à ce que l'on dit.

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

212

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

RPC a écrit:
mami a écrit:

Je me suis fait la même réflexion, j'ai commencé à lire et je me suis sentie super mal, c'est dégueu de diffuser des mails perso avec des "bisou ma chérie" ET le nom complet de la fille !

Il n'en reste pas moins que le type n'est pas très futé d'écrire ce genre de mails. Dans les milieux professionnels, il faut faire attention à ce qu'on écrit, plus qu'à ce que l'on dit.

Mouais, enfin en droit du travail français, il est reconnu le caractère privé de la correspondance électronique.

Après, ce sont les US, autre lieu, autres pratiques...

Perso, je trouve ça quand même étrange deux français qui communiquent en anglais.

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

sabaideenolog a écrit:
RPC a écrit:
mami a écrit:

Je me suis fait la même réflexion, j'ai commencé à lire et je me suis sentie super mal, c'est dégueu de diffuser des mails perso avec des "bisou ma chérie" ET le nom complet de la fille !

Il n'en reste pas moins que le type n'est pas très futé d'écrire ce genre de mails. Dans les milieux professionnels, il faut faire attention à ce qu'on écrit, plus qu'à ce que l'on dit.

Mouais, enfin en droit du travail français, il est reconnu le caractère privé de la correspondance électronique.
Après, ce sont les US, autre lieu, autres pratiques...

"Autre lieu autres pratiques" -- peut-être, mais ce n'est pas l'élément déterminant. Il y a une enquête de la SEC en cours, et les mails saisis perdent leur caractère privé et confidentiel. Ils deviennent des éléments d'enquête et des pièces à conviction. C'était certes inélégant de la Commission d'enquête du Sénat de publier l'entièreté des messages...

Perso, je trouve ça quand même étrange deux français qui communiquent en anglais.

Ah bon, et pourquoi ?

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Paul Krugman a écrit:

"Evaluons les évaluateurs"

"Les e-mails sur lesquels il faut se concentrer sont ceux des agences de notation qui ont distribué des bonnes notes AAA à des centaines de milliards $ d'actifs douteux, qui se sont révélés par la suite plus que toxiques. Sur les emprunts subprime notés AAA en 2006, 93% ont maintenant la note la plus basse, junk. Ce que ces e-mails révèlent c'est un système profondémment corrompu, que la réforme actuellement proposée ne remet pas en cause.(...) Ces notes ont un rôle central dans tout notre système financier, particulièrement pour les investisseurs institutionnels, qui n'investiront chez vous que si vous avez la note tant convoitée AAA. Un système de notation digne et respectable en apparence. (...) Mais les emprunteurs choisissent l'agence qui leur donnera la note la plus favorable, et menacent de partir si une agence de notation est trop sévère. C'est tellement évident, rétrospectivement, de voir comment cela corrompt tout le processus."
"La commission du Sénat a concentré son enquête sur les deux plus grandes agences de notation de crédit, Moody’s et Standard & Poor’s (S&P) et ce qu'elle a trouvé confirme nos pires craintes. Dans un e-mail, un employé de S&P explique qu'il faut une réunion pour ajuster les critères de notation sinon il y a un risque de perdre des contrats. (...) La New York University propose que les emprunteurs continuent à payer les agences, mais il faudrait que ce soit la Commission des Opérations Boursières (SEC) qui décide qui remporte le contrat de notation. C'est une option parmi d'autres."
"Confortable d'imputer la crise à des erreurs de bonne foi. Mais ce n'est pas le cas, globalement elle est le résultat d'un système corrompu dans lequel la corruption des agences de notation a une large responsabilité."

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=7926

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Sérieux vous me faites rire avec votre pudeur de jeune fille vis-à-vis de la publication de cette correspondance. Vous vous êtes pas dit que c'était un effort de transparence plutôt que pour le malin plaisir d'étaler des "bisous mon coeur" ? Oh mon dieu, trop choquée je suis.
S'ils l'avaient pas fait, des crétins auraient commencé à crier au complot et à dire qu'on nous cache des choses si ce n'est tout. Donc arrêtons un peu de se parer des habits infâmes du politiquement correct, c'est tout à fait justifié d'exposer ça au grand jour, ne serait-ce que pour couper court à toute spéculation inutile et aux dégâts cent fois plus dommageables que peut causer une rumeur.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

216

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Allouis Inter a écrit:
sabaidee a écrit:

Perso, je trouve ça quand même étrange deux français qui communiquent en anglais.

Ah bon, et pourquoi ?

Cela n'a rien à voir avec le Shmilblick et je ne suis pas un fan particulièrement de Toubon, je trouve ça juste étrange d'utiliser une langue étrangère pour communiquer au sein d'un couple avec les malentendus et autres déperditions de sens que peut engendrer le recours à une langue qui n'est pas la sienne...

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Bah au contraire, si deux personnes en couple connaissent plusieurs langues, l'éventail d'expressions utilisables permet de mieux préciser ce que l'on veut dire. Parfois.

Snap back to reality.

218

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Free French a écrit:

Les emails entre Fabulous Fab, sa copine et une fille qui a été je crois sa maîtresse ;
http://www.telegraph.co.uk/finance/news … ealed.html

Autres emails avec son chef et d'autres employés de Goldman Sachs.

Je n'ai pas tout lu mais dans un des emails à Marine Serres Fabulous Fab prévoit que ça va mal tourner pour les subprimes dès mars 2007.

Il dit surtout dans un mail qu'il crée des produits bidons, purement spéculatifs et sans valeur, qui sont clairement amenés à s'effondrer et que ses clients sont de futurs dindons de la farce.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

On comprend mieux l'absence de contrôle sur les marchés :

Au lieu de contrôler la bourse, ils consultaient des sites pornos
dimanche 25 AVRIL 2010, 08:35   Insolite

Au plus fort de la crise financière, une trentaine de cadres de la SEC, le gendarme boursier américain, passaient des heures à surfer sur des sites pornographiques, selon un rapport de l'inspection général de l'organisme.

Accusée de laxisme dans sa façon de contrôler les opérations boursières, la SEC est de nouveau pointée du doigt. "Le Bureau de l'inspecteur général a établi que 33 employés ont enfreint les règles de la Commission, ainsi que les normes d'éthique en vigueur au sein du gouvernement, en consultant des images pornographiques, sexuellement explicites ou fortement suggestives sur des ordinateurs professionnels et pendant leurs heures de travail", indique un rapport de l'inspection chargée de la contrôler.

"Plus de la moitié de ces employés gagnaient entre 99.000 et 223.000 dollars annuels", poursuit le document, qui précise que la vague des consultations s'est amplifiée avec le début de la crise financière, en 2008. Un avocat de la SEC est ainsi arrivé à passer jusqu'à huit heures par jour sur des sites pornographiques, et un comptable avait stocké plus de 600 photos pornographiques sur son disque dur.

L'enquête a été menée à la demande d'un sénateur républicain. Les infractions au code de conduite de l'entreprise concernent moins de 1% des 3.500 employés de la commission, mais le rapport souligne que 17 d'entre eux sont des cadres supérieurs.

La SEC a été particulièrement critiquée pendant l'affaire Bernard Madoff, le financier condamné en 2009 à 150 ans de prison pour avoir monté une fraude sur plus de 20 milliards de dollars d'investissements. La SEC avait été saisie à deux reprises mais n'avait pas été jusqu'au bout de l'enquête. (Source AFP)

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Reuters a écrit:

Moody’s: SEC considering action against us
Company says Wells Notice stems from its description of rating procedures

NEW YORK - Moody's Corp disclosed on Friday that its credit rating unit could face enforcement action from the U.S. Securities and Exchange Commission for allegedly misleading regulators in a 2007 application to remain a nationally recognized rating agency.

Moody's said in a filing late on Friday that the SEC is mulling starting an administrative case and "cease-and-desist" proceedings, and that a so-called Wells Notice was received from the SEC on March 18.

Regulators send Wells Notices to firms or people to alert them of the likelihood that the government will file an enforcement action against them. Companies or people being investigated have the right to argue why they should not be charged by filing a "Wells submission."

According to Moody's filing, the SEC claims that Moody's description of its procedures for determining credit ratings was "false and misleading" because of Moody's own finding that a policy had been violated internally.

In the filing, Moody's said it disagrees with the SEC and said it had sent a response explaining why its application was accurate and why it believes enforcement is uncalled for.

The SEC is specifically looking at Moody's response to its own finding that in April 2007, members of a European rating surveillance committee had violated its code of conduct.

Moody's relatively short six-week lag in disclosing that it got a Wells Notice stands in sharp contrast to Goldman Sachs Group Inc's failure to disclose that it had received a Wells Notice in September and was facing potential civil liability in the Abacus CDO case. Those facts came to light only after the SEC announced fraud charges last month.

At the annual meeting of Berkshire Hathaway Inc last week, Warren Buffett defended his firm's maintenance of its stake in Moody's, which is now below 14 percent. Buffett also said that the agencies "made the same" mistake that he, politicians, mortgage brokers and others did in overestimating the health of the housing market.

Like rival Standard & Poor's, owned by McGraw-Hill Cos Inc, Moody's Investors Service has been criticized for failing to spot the problems that led to the global financial crisis, and it is facing increased regulation.

Moody's acknowleged in the filing that credit rating agencies "are the subject of intense scrutiny" following the U.S. subprime mortgage crisis.

Moody's also said in the filing that it is facing litigation from market participants related to how the securities it has rated have performed and said the cost of defending itself "has significantly increased".

In the filing, Moody's said its Wall Street Analytics unit was co-operating with an SEC and U.S. Department of Justice investigation into services it provided to financial institutions regarding the valuations of some of the financial instruments they held.

The filing did not provide details and a spokesperson for Moody's could not immediately be reached for comment.

In February, Moody's warned of rising compliance costs.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Ah qu'il est beau mon thread, j'ai expliqué avant tout le monde la réalité de cette crise qui est une spoliation en bonne et due forme des peuples par les spéculateurs. Tout le monde a marché, par gentillesse, par naïveté, par la cohérence du système, les politiques en tête. C'est une machine bien huilée, qui va tous nous ruiner.

Les contrôleurs fiscaux vont s'intéresser aux gens de base, et non pas aux quarterons de spéculateurs qu'il est temps de ruiner par espièglerie d peuple. Il s'agit maintenant d'instaurer une complicité entre les peuples et les contrôleurs fiscaux pour spolier les spéculateurs qui ont et qui continuent de massacrer nos économies réelles.

Sus aux envahisseurs, sus aux spéculateurs traders derrières leurs ordinateurs, il est maintenant temps que les Etats s'unissent pour reprendre aux spéculateurs tout l'argent, ,c'est à dire toute la liberté et la production que ces gens cachés derrières leurs ordinateurs se sont fait sur le dos des honnêtes citoyens ! Il est temps de dépouiller les ordures de tout le travail et de toute la production que ces gens se sont fait sur notre dos.

Si Nicolas Sarkozy a le moindre amour propre, il est temps qu'il use de sa puissance de signature pour redonner aux producteur tout ce que les spéculateurs, ces sous hommes s'enrichissant la de liberté (c'est à dire d'argent) qu'ont créé les vrais travailleurs, ont produits. La propriété n'est pas le vol. Mais la spéculation est le vol de l'économie réelle, le vol du travail qu'ont produit les vrais travailleurs et qui est actuellement volé par un certain nombre de spéculateurs qui jouent sur le travail réel des peuples.

Alors il est temps de dire "plus de compromis, plus de demi mesures" contre ceux qui s'enrichissent pour voler la production des travailleurs réels, et il est temps de décapiter financièrement ceux qui trichent avec la production. Les CDS au placard, vive la production réelle, vive les travailleurs, à bas les spéculateurs. Ils vont payer de leur tête et de leur portefeuille leurs errements et le vols du travail réel. Nous les mèneront au travail, au vrai, ces ordures humaines.






Crise de l’euro : partie de poker truqué et gros mensonges

La crise de l’euro, reconnue par tous dorénavant comme une expression aiguë de la crise mondiale en cours, est passée à un niveau supérieur. C’est un fait admis très largement maintenant.

Après l’échec du fameux plan de soutien à la Grèce -dont nous avions, sur Agoravox, démontré qu’il était voué d’avance à un échec cinglant- voilà que les politiques européens, paniqués et déboussolés, mais appuyés par le FMI (Fonds Monétaire International) ont présenté un deuxième plan, censé sauver toute la zone euro du désastre, le tout avec un montant maximum utilisable de.....750 milliards d’euros !

La présentation de ce plan, qui n’existe que sur le papier pour le moment, a donné lieu à une immense partie de poker truqué et à l’expression médiatique de très gros mensonges en rafales assourdissantes.

Revenons aux réalités avant que ces dernières ne s’imposent de nouveau dans les faits. Ce qui a déjà commencé ce mardi 11 mai 2010 via les bourses mondiales (voir plus bas)

Une immense partie de poker...au profit direct des spéculateurs

Il faut admirer le talent de bonimenteurs pathétiques des politiques européens car ils viennent en quelques jours de se contredire de manière presque surréaliste tout en continuant à mentir cyniquement à leurs opinions publiques sans toutefois les convaincre.

Leur crédit parmi les citoyens est épuisé, même si on les entend et les voit partout et tous répéter les mêmes mensonges ridicules en continu, voire parfois leur confiance "absolue" dans l’avenir supposé radieux qu’eux seuls aperçoivent dans des flots de mauvaises nouvelles .

Voici quelques semaines, quand nous avons commencé sur Agoravox cette série d’articles sur la crise de l’euro, ces politiques (et quelques commentateurs) niaient que l’euro et sa zone monétaire étaient menacés : l’admettre revenait en effet à remettre en cause les faux dogmes fondateurs de l’euro !

Depuis, ce que nous avions prévu à partir des faits connus de tous s’est réalisé : les plus acharnés des défenseurs de l’euro reconnaissent que cette monnaie subit une terrible crise : la phase de déni des réalités est donc bien terminée.

Aujourd’hui, les mêmes politiques qui avaient montré, voici peu, leur incapacité totale à comprendre les processus en œuvre, annoncent à grands coups de trompette LE PLAN qui devrait SAUVER l’euro et la zone euro de l’explosion : le tout en jouant au poker truqué avec le montant astronomique de 750 milliards d’euros, ceci alors que les économies des pays concernés sont menacées par une VIOLENTE RECESSION que la chute de la demande, étranglée par les mesures d’austérité massive et collective, ne peut que générer !

Si la situation ne menait pas à la catastrophe des centaines de millions de citoyens en Europe, et derrière, dans le monde, on pourrait rire de la réaction de ces politiques à l’appréciation première des spéculateurs de LEUR PLAN : les politiques sont étonnés que les marchés (mot aseptisé convenu pour désigner les spéculateurs) aient bien accueilli, TOUT D’ABORD, la capitulation sans condition des Etats, via les dirigeants politiques, devant leurs souhaits !!!

Leur étonnement hypocrite stupéfait même les spécialistes les plus cyniques en économie : les responsables des Etats européens et du FMI indiquent aux spéculateurs qu’ils sont prêts à débourser 750 milliards d’euros -qui ne serviront ni aux besoins des peuples, ni à l’économie réelle- pour satisfaire aux appétits de ces mêmes spéculateurs et..... ces derniers auraient pu avoir l’idée ahurissante de ne pas valoriser avec force, au moins un jour, pour marquer leur approbation sympathique de ce Plan, les banques qui auraient en charge de financer leurs futures attaques spéculatives !!!.....

Ce lundi 10 mai 2010 a donc été une incroyable journée de dupes : les politiques ont fait semblant de croire qu’ils avaient calmé le Moloch spéculatif en lui promettant la livraison possible de 750 milliards d’euros en sacrifice, donc que la crise était finie, alors qu’ils avaient seulement admis..... leur totale soumission devant les exigences des spéculateurs.

Les cours boursiers des banques se sont envolés très naturellement ce lundi 10 mai car ce sont elles qui devraient servir à faire payer aux peuples européens exsangues cette somme gigantesque qui irait nourrir les moyens accrus des spéculateurs...contre ces mêmes peuples, ceci dans un cycle sans fin. Qu’est ce qui aurait pu étonner les politiques européens là-dedans ?

Qui a été en définitive trompé par ce renouveau boursier PROVISOIRE qui était aussi inévitable avec l’annonce du Plan européen que le retour de la vigueur pour un affamé à qui on propose soudain un somptueux festin ?

Mais qui peut se leurrer sur son sens profond et ses conséquences concrètes à terme ?

Une première réponse est apportée par les spéculateurs ce mardi 11 mai 2010 avec ce lien qui dit tout des réalités profondes :

http://www.lepoint.fr/actualites-econom … 6/0/453336

Le cœur et le sang du système capitaliste aujourd’hui, c’est la spéculation, donc la spoliation des peuples

Cela fait longtemps que le système économique actuel a rompu tout lien avec sa base fondamentale, la production de biens et de services. Les théories économiques classiques du capitalisme sont donc aujourd’hui totalement obsolètes.

Ce qui arrive aujourd’hui n’est que la manifestation inévitable de la crise d’un système qui arrive à l’aberration de voir circuler chaque jour en moyenne dans la sphère financière 90 fois le montant total des produits issus du travail humain !

En 2010, le cœur et le sang du système, ce ne sont plus les producteurs de richesses matérielles, capables de nourrir, loger, améliorer l’existence des 6,5 milliards d’habitants de la Terre, ce sont la spéculation à travers ses banques et leurs « produits financiers ».

La spéculation et ses «  produits financiers » VAMPIRISENT toute l’économie réelle, et aussi maintenant les ressources publiques des Etats, ce qui conduit inévitablement à la spoliation sociale et économique des peuples, par le chômage, la misère, la baisse du niveau de vie, les reculs civilisationnels évidents, la dureté de l’existence du plus grand nombre.

Ces processus contradictoires se déroulent dans un monde qui est submergé en apparence par des masses d’argent circulant de plus en plus vite sans vivifier un instant l’économie productive, ni améliorer la vie de l’immense majorité des citoyens.

Au contraire, plus il y a en apparence d’argent en circulation -fictive- dans la sphère financière, plus tout un chacun constate les régressions des moyens d’existence et de la qualité de vie de l’immense majorité des populations du monde. Le choc antagonique des réalités est ici d’une extrême violence.

Pour la première fois dans l’histoire du monde depuis qu’existent les monnaies, « trop d’argent  » est synonyme, dans la réalité vivante, de pauvreté matérielle accrue, de reculs sociaux déshumanisants, de véritable paupérisation générale de la majorité des citoyens !

Il existe là une contradiction socialement indécente, économiquement « obscène  ».

En mai 2010, les peuples d’Europe sont appelés par leurs dirigeants de toutes couleurs politiques à accepter privations économiques, régressions sociales et déclin général de la société, ceci afin de permettre de récompenser les spéculateurs en leur remettant les ressources publiques à hauteur maximale théorique, pour le moment, de 750 milliards d’euros !

De la spoliation indigne et humiliante des peuples à la rébellion des population

Donc, nous sommes entrés dans une situation de plus en plus chaotique et incontrôlable.

Au-delà même de la crise de la zone euro qui en est une expression particulière, la crise actuelle est celle du système qui a rompu avec ses bases matérielles et n’obéit plus qu’aux intérêts strictement financiers des spéculateurs, essence même du système qui, sans cela, s’écroulerait sur lui-même.

A l’annonce, par des gouvernements tous agenouillés et soumis aux seuls besoins des spéculateurs, de cette politique servile payée par une spoliation croissante des peuples, répondent déjà ici ou là grèves, émeutes et manifestations, tandis que dans tous les pays de l’UE, maintenant, la confiance dans l’avenir avec un euro protecteur et salvateur a disparu, laissant la place à la colère que la peur de la déchéance sociale future nourrit.

Les mythes fondateurs de l’Union Européenne se sont écroulés en bloc : l’UE est entrée en crise de dislocation et elle a perdu toute crédibilité auprès des peuples des 27 pays, tout comme la zone euro parmi les 16 pays membres. Toute tentative de marche en avant forcée,-dans ce contexte global où la spéculation dirige les évènements sur le terrain économique- vers une UE plus «  fédérale  » ne ferait que multiplier tensions, frictions et conflits. Les dirigeants politiques le savent et cela les oblige à des circonvolutions comiques de langage qui n’abusent plus que les citoyens les plus niais.

Les responsables politiques, nationaux et européens, sont pris dans un étau mortel : en satisfaisant les exigences exclusifs des spéculateurs, ils n’ont repris la main sur rien.

Ils ont au contraire abandonné toute capacité d’action sur le cours des évènements, d’un côté, aux spéculateurs, de l’autre, à l’action des peuples contre la spoliation permanente que la spéculation de la sphère financière apporte inévitablement avec elle.

Ces responsables politiques dressent ainsi leurs peuples contre eux et leur politique d’austérité terrifiante, qui, si elle se concrétisait, interdirait de facto TOUT ESPOIR d’un avenir de progrès.

Ils désorganisent toujours plus la zone euro, affaiblissent les économies nationales, génèrent une récession colossale, déstructurent les Etats, détruisent les services publics nécessaires à une vie moderne stable et précipitent donc des crises sociales et politiques majeures.

Autant dire en résumé que, si les spéculateurs ont apprécié, par les hausses boursières des valeurs des banques, le plan de l’UE et du FMI ce lundi 10 mai 2010 -un plan qui leur alloue des sommes astronomiques en cadeau- pour les gouvernements qui veulent faire payer à leurs peuples leur veule soumission aux spéculateurs, l’issue est des plus incertaines.

Et là réside bien aussi la crainte essentielle des spéculateurs : seule la résistance déterminée des peuples aux programmes de régression sociale et de désastre économique accru est porteuse, au sens concret du mot, de la SEULE ISSUE de progrès civilisationnel contre la spéculation destructrice.

Ainsi donc, nous pouvons conclure :

1- que la crise de l’euro et de l’UE n’est pas finie, mais, au contraire, qu’elle vient de franchir un cap qualitatif et subit une accélération dans son développement.

2- que la crise des dettes publiques se transforme en crise sociale et politique générale au niveau des 27 pays de l’UE., mais aussi de l’ensemble du système mondial atteint du même cancer.

3- que, si la spéculation attend certes d’engranger les montagnes d’argent promises par les dirigeants politiques européens, elle n’abandonnera pas son action destructrice du niveau de vie des peuples car la spéculation est l’essence même du système économique actuel.

4- que l’euro est bien une monnaie établie pour permettre une spéculation massive conduisant à la spoliation collective des populations des pays de la zone euro, spéculation frappant tous les peuples qui ont eu le malheur de se voir imposer cette monnaie spéculative.

5- que seuls les peuples peuvent, en défendant avec acharnement leurs intérêts matériels et leur existence physique, arrêter la spéculation qui anéantit les bases économiques de la société, et donc ouvrir une issue pratique vers une solution définitive à cette crise systémique destructrice.

6- qu’au vu des faits constatés, personne de sain d’esprit parmi les peuples accablés par cette crise meurtrière ne peut souhaiter sauver une monnaie dont le but primordial, la fonction centrale, est l’appauvrissement massif de plus de 400 millions de citoyens au profit des seuls spéculateurs.

De nouveau, disons-le clairement : ce qu’il faut sauver, ce n’est pas l’euro ou la zone euro, ce sont les peuples spoliés de facto par la spéculation destructrice que l’euro permet et promeut avec une terrifiante efficacité contre les populations concernées.

Post scriptum : nous reviendrons ultérieurement sur les théories vides de sens commun visant à réguler ou réglementer la spéculation, essence même d’un système qui ne se survit que par cette dernière. Autant en effet faire des lois pour exiger du cancer de bien vouloir cesser d’exister ou, au moins, de ne pas importuner les malades qu’il frappe sans pitié, voire lui imposer de produire tout seul les médicaments pouvant le vaincre sans effort scientifique.

Last edited by Emmanuel Goldstein (13-05-2010 03:12:05)

222

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Hey, tu ne dors jamais ?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Et toi ?

224

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Emmanuel Goldstein a écrit:

Ah qu'il est beau mon thread, j'ai expliqué avant tout le monde la réalité de cette crise qui est une spoliation en bonne et due forme des peuples par les spéculateurs. Tout le monde a marché, par gentillesse, par naïveté, par la cohérence du système, les politiques en tête. C'est une machine bien huilée, qui va tous nous ruiner.

Les contrôleurs fiscaux vont s'intéresser aux gens de base, et non pas aux quarterons de spéculateurs qu'il est temps de ruiner par espièglerie d peuple. Il s'agit maintenant d'instaurer une complicité entre les peuples et les contrôleurs fiscaux pour spolier les spéculateurs qui ont et qui continuent de massacrer nos économies réelles.

Sus aux envahisseurs, sus aux spéculateurs traders derrières leurs ordinateurs, il est maintenant temps que les Etats s'unissent pour reprendre aux spéculateurs tout l'argent, ,c'est à dire toute la liberté et la production que ces gens cachés derrières leurs ordinateurs se sont fait sur le dos des honnêtes citoyens ! Il est temps de dépouiller les ordures de tout le travail et de toute la production que ces gens se sont fait sur notre dos.


Quand je te lis, j'ai la même réaction que Tintin :


http://img718.imageshack.us/img718/6636/tintin3.jpg

Uploaded with ImageShack.us

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Ces banques qu'il faut toujours sauver...
Julie de la Brosse -  10/05/2010 18:57:00


Mesure inédite pour la BCE : celle-ci s'est dite prête lundi à acheter des obligations publiques d'Etat en difficultés, pour soustraire les Etats à la pression des marchés sur lesquels ils se financent.


C'est le secteur qui a le plus profité du plan d'aide européen en Bourse, avec des progressions de l'ordre de 20%. Une fois encore les banques ont été tirées d'affaire, alors même qu'elles ne sont pas complètement étrangères à la crise grecque. Explications.

Elle peuvent pousser un ouf de soulagement. Les banques, pointées du doigt pendant la crise financière, viennent une nouvelle fois d'être tirées d'affaire par les pouvoirs publics, l'Union européenne, la BCE et le FMI réunis. Ce dimanche, les grandes puissances européennes ont décidé d'un plan de sauvetage historique, destiné à garantir le remboursement des dettes publiques européennes. Si l'euro en a bénéficié, avec un rebond à 1,29 dollar, ce sont surtout les Bourses et particulièrement les valeurs bancaires qui se sont envolées ce lundi sur l'ensemble des marchés mondiaux. + 23,89% pour la Société Générale, + 20,9% pour la BNP, +12,73% pour la DeutscheBank en clôture... des progressions plus que réjouissantes pour un secteur encore en chute libre la semaine dernière.


Il faut dire que les nouvelles en provenance de Bruxelles sont excellentes. 750 milliards d'euros sous forme de garanties et de prêts pour rembourser les dettes publiques des pays européens en cas de défaillance : voilà qui a de quoi rassurer les investisseurs, qui craignaient jusqu'à présent un risque de défaut de la Grèce et une contagion au reste de l'Europe. Or les banques, très exposées, avec dans leur portefeuille de la dette souveraine des pays à risque, étaient particulièrement visées par la chute des achats. "En garantissant un risque de défaut de la Grèce, on garantit les banques par la même occasion, explique Nicolas Doisy économiste à Cheuvreux. D'où leur remontée spectaculaire en Bourse".
La BCE contrevient à son mandat pour sauver les banques

Les Etats ne sont pas les seuls à s'être portés au secours de l'industrie financière européenne. La BCE elle aussi a sorti le grand arsenal de mesures. Elle a en effet annoncé la mise en place de deux dispositifs censés réinjecter de la liquidité dans les circuits bancaires. Le premier, la réouverture des opérations de refinancement à 6 mois (contre quelques semaines en principe), va permettre aux banques de laisser en disposition à la BCE une partie de leurs titres à risque, en échange de liquidités. Résultat, les banques vont pouvoir récupérer plus facilement de la liquidité pour la réinjecter sur les marchés.

Autre mesure inédite pour la Banque Centrale Européenne : celle-ci s'est dite prête lundi à acheter des obligations publiques d'Etat en difficultés, pour soustraire les Etats à la pression des marchés sur lesquels ils se financent. Concrètement, il s'agit pour la Banque centrale d'acheter directement aux entreprises, et notamment aux banques ou encore aux fonds d'investissements, des titres de dettes des pays à un taux quasi identique. Chose qu'elle s'était jusqu'à présent interdite à faire dans le but de sauvegarder son indépendance. "Il faut néanmoins être méfiant à l'égard de cette annonce, nuance Nicolas Doisy. C'est une possibilité qu'elle se donne. La BCE, très respectueuse de son mandat, n'achètera probablement des obligations d'Etats que dans un second temps, si le plan européen ne fonctionne pas".

Qu'elle que soit la décision de la BCE, la confiance semble être revenue sur les marchés, au grand avantage des banques, qui peuvent se féliciter de ce plan auquel elles ne sont pas complètement étrangères. Elles ont longuement insisté pour que les Etats et la BCE viennent à leur secours. Et leur réticence à se prêter de l'argent en fin de semaine dernière a probablement précipité les choses, en conduisant à un gel progressif du crédit interbancaire. "La crise grecque a provoqué un effet de contagion sur d'autres compartiments des marchés financiers avec un risque particulier sur la capacité de refinancement des banques. La vulnérabilité du système financier dans son ensemble aux risques souverains a sans doute accéléré la décision des Etats", estime ainsi Benoit de Broissia, analyste du secteur bancaire chez KBL Richelieu Finances. Pas plus tard que la semaine dernière Jean-Claude Trichet disait n'avoir jamais "évoqué" l'achat d'obligations publiques par la BCE...

Les banques sous haute surveillance

Faut-il donc voir les banques comme les grandes gagnantes de ce plan ? "Ce n'est pas en ces termes qu'il faut se poser la question. Le plan d'aide devenait indispensable au risque de voir la crise grecque se propager à l'ensemble des économies européennes", explique Nicolas Doisy.

Et puis, les Etats n'ont pas dit leur dernier mot. Elément plutôt passé inaperçu, à côté du chiffre de 750 milliards, les gouvernements ont réitéré leur volonté de faire payer aux banques le risque assurentiel dont elles bénéficient à chaque crise financière. Dans le communiqué officiel, ils n'écartent pas la création d'une taxe sur les transactions financières. Taxe qui avait été clairement écartée par le FMI et l'ensemble des institutions européennes, au bénéfice plutôt d'une taxe sur les banques. "C'est une contrepartie de ce nouveau plan, les Etats s'engagent à améliorer la surveillance des marchés et envisagent de nouveau la création d'une taxe pour faire supporter au secteur financier la prise en charge du coût des crises", explique Benoit de Broissia. Si les acteurs de la finance ne peuvent pas porter l'intégralité de la responsabilité de la crise grecque, ils y ont largement participé, notamment à grand coup de spéculation.

Enfin, ironie du sort. Ce sont sans doute les banques qui ont le plus parié sur l'éclatement de la zone euro, avec l'achats de CDS sur les titres grec (produits qui rapportent en cas de défaut sur un titre), qui risquent d'y perdre le plus. "Il n'est pas impossible que les Etats européens aient aussi voulu sanctionner cette attitude spéculative sur les marchés en mettant en place si rapidement un plan de sauvetage ", conclut Jean-Louis Mourier, économiste chez Aurel BGC.


Variation des titres bancaires :
Société Générale     +23,89%
Crédit Agricole     +18.65%
BNP Paribas     +20.90%
Deutsche Bank     +12.73%
Commerzbank     +8.97%
Santander     +23.22%
BBVA     +22.03%
Intesa Sanpaolo     +19.87%
Mediobanca     +12.09%
Bank of Ireland     +30.77%
HSBC     +6.38%
National Bank of Greece     +9.26%
   
La progression des titres des grandes banques européennes à la clôture des Bourses, lundi 10 mai.

Depuis quelques années, l'argent public ne profite plus qu'aux riches et aux banques.

Nous avons atteint le summum de l'injustice. Les banques et le système financier mettent les peuples en coupe réglée. C'est la deuxième fois en 3 ans que les Etats prennent à leur compte les pertes ou les risques de pertes privées (puisque ce sont bien des banques qui prêtent ou rachètent des titres de dettes grecques qui mettent la Grèce dans cette situation). A quand la prochaine attaque spéculative des banques qui vont reprocher aux Etats de les aider ?

Tout cela devra se payer un jour ou l'autre par une nationalisation massive du système bancaire et financier.

Last edited by Gambetta (14-05-2010 14:11:47)

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

226

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Bah, si on veut "se venger" des banques et des attaques spéculatives, il suffit de générer une bonne inflation de derrière les fagots, ça va mettre tout le monde d'accord, surtout les créanciers.

Et, cela n'engage que moi, je pense que c'est une solution qui aurait le mérite non seulement d'allèger la dette des états tout en redynamisant notre compétitivité et relancer la consommation. En revanche, il faut faire attention à ce que les salaires puissent être ajustés assez souplement pour suivre.

La BCE ayant déjà mis de l'eau dans son vin, rien ne dit que l'abandon de la target inflation de 2% ne soit pas à l'ordre du jour dans les mois à venir. Je dirai à vue de nez une inflation 4-5%. Reste à voir comment va réagir l'Allemagne

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Confession of an economic hitman : http://www.agoravox.tv/actualites/econo … ques-26298

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

228

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

RPC a écrit:

En revanche, il faut faire attention à ce que les salaires puissent être ajustés assez souplement pour suivre.

Ah. Question honnête : c'est faisable ? Ca a déjà été fait ? Quels moyens ? etc.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

229

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Broz a écrit:

Ah. Question honnête : c'est faisable ? Ca a déjà été fait ? Quels moyens ? etc.

Il est peu probable qu'une entreprise privée qui a une hausse de ses coûts fixes du fait de l'inflation augmente en plus les revenus de ses salariés ; quant au secteur public, le gouvernement commence déjà à réfléchir à un gel des salaires. Donc, je ne vois pas trop ce que RPC voulait dire.

230

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Hussard nl a écrit:
Broz a écrit:

Ah. Question honnête : c'est faisable ? Ca a déjà été fait ? Quels moyens ? etc.

Il est peu probable qu'une entreprise privée qui a une hausse de ses coûts fixes du fait de l'inflation augmente en plus les revenus de ses salariés ; quant au secteur public, le gouvernement commence déjà à réfléchir à un gel des salaires. Donc, je ne vois pas trop ce que RPC voulait dire.


Bien entendu, une entreprise lors des périodes d'inflation voit ses coûts mais aussi ses ventes augmenter (puisque l'inflation est une hausse du niveau général des prix donc aussi du prix de l'output). Donc en période inflationniste une entreprise peut être très gagnante si elle ne répercute pas la hausse des prix sur les salaires : le salaire nominal est ainsi rongé par l'inflation, si le travailleur ne s'en rend pas compte, c'est ce qu'on appelle l'illusion monétaire (réfléchir en valeur nominale et pas réelle).
C'est ce qui s'est passé lors du second choc pétrolier (à la différence du premier où les travailleurs avaient réussi plus ou moins en Europe à maintenir leur pouvoir d'achat).

Bien entendu que c'est faisable : le salaire minimum est réevalué en principe chaque année sur une base inflationniste, idem pour les salaires des fonctionnaires. Les renégociations salariales incluses dans les conventions collectives intègrent souvent l'évolution du coût du niveau de la vie tel que défini par l'INSEE.
L'Etat peut assurer via un cadre juridique une meilleure indexation des salaires sur l'inflation, c'est assez standard.

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

231

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

RPC a écrit:
Hussard nl a écrit:
Broz a écrit:

Ah. Question honnête : c'est faisable ? Ca a déjà été fait ? Quels moyens ? etc.

Il est peu probable qu'une entreprise privée qui a une hausse de ses coûts fixes du fait de l'inflation augmente en plus les revenus de ses salariés ; quant au secteur public, le gouvernement commence déjà à réfléchir à un gel des salaires. Donc, je ne vois pas trop ce que RPC voulait dire.


Bien entendu, une entreprise lors des périodes d'inflation voit ses coûts mais aussi ses ventes augmenter (puisque l'inflation est une hausse du niveau général des prix donc aussi du prix de l'output). Donc en période inflationniste une entreprise peut être très gagnante si elle ne répercute pas la hausse des prix sur les salaires : le salaire nominal est ainsi rongé par l'inflation, si le travailleur ne s'en rend pas compte, c'est ce qu'on appelle l'illusion monétaire (réfléchir en valeur nominale et pas réelle).
C'est ce qui s'est passé lors du second choc pétrolier (à la différence du premier où les travailleurs avaient réussi plus ou moins en Europe à maintenir leur pouvoir d'achat).

Bien entendu que c'est faisable : le salaire minimum est réevalué en principe chaque année sur une base inflationniste, idem pour les salaires des fonctionnaires. Les renégociations salariales incluses dans les conventions collectives intègrent souvent l'évolution du coût du niveau de la vie tel que défini par l'INSEE.
L'Etat peut assurer via un cadre juridique une meilleure indexation des salaires sur l'inflation, c'est assez standard.

Au temps pour moi. Je me suis exprimé un peu trop vite.

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

RPC a écrit:

Bah, si on veut "se venger" des banques et des attaques spéculatives, il suffit de générer une bonne inflation de derrière les fagots, ça va mettre tout le monde d'accord, surtout les créanciers.

Et, cela n'engage que moi, je pense que c'est une solution qui aurait le mérite non seulement d'allèger la dette des états tout en redynamisant notre compétitivité et relancer la consommation. En revanche, il faut faire attention à ce que les salaires puissent être ajustés assez souplement pour suivre.

La BCE ayant déjà mis de l'eau dans son vin, rien ne dit que l'abandon de la target inflation de 2% ne soit pas à l'ordre du jour dans les mois à venir. Je dirai à vue de nez une inflation 4-5%. Reste à voir comment va réagir l'Allemagne

Mouais, enfin, le risque c'est quand même que l'inflation s'auto-entretient: augmentation des prix => revendications salariales => augmentations des prix => revendications salariales... etc.

C'est au final assez difficile de juguler un taux moyen d'inflation sous-jacente (4 ou 5 % en ga); surtout que les investisseurs risquent de se détourner de pas mal de classes d'actifs plus ou moins liées à la monnaie (actions, obligations, devises) et investir sur des valeurs refuges type l'or ou autres "commodities". Avec encore plus d'inflation à la clef.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

233

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

C'est sûr qu'il n'y a pas de solution miracle, je suis d'accord.

Mais bon, 4-5% d'inflation, ce n'est pas non plus de l'hyper inflation (pour info on est à 2% en ce moment).

Et rien n'empêche la BCE de stériliser en cas de besoin.

L'avantage de l'inflation, c'est que cela aide surtout les ménages jeunes et les entreprises au détriment des ménages les plus vieux (et riches) ainsi que les détenteurs d'actifs corrélés à la monnaie (c'est à dire beaucoup de chose). Donc c'est une forme de redistribution assez efficace.

Tu parles de l'or et des commodities. C'est surtout les autres monnaies qui peuvent servir de valeur refuge, ce qui nous permettrait d'améliorer notre compétitivité pays. C'est une solution qui a ses atouts

Last edited by RPC (18-05-2010 17:53:33)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Je suis plutôt d'accord avec Sabaidee sur l'or et les commodities. Suffit de regarder la tendance générale du prix de l'or en ce moment. Ca sent la bulle.
Quant aux devises, c'est peut-être vrai lorsqu'un pays est seul avec son inflation mais vu la stabilité des marchés en ce moment, il me semble pas qu'aucune monnaie puisse être qualifiée de "refuge".

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

235

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Trèfle a écrit:

Je suis plutôt d'accord avec Sabaidee sur l'or et les commodities. Suffit de regarder la tendance générale du prix de l'or en ce moment. Ca sent la bulle.
Quant aux devises, c'est peut-être vrai lorsqu'un pays est seul avec son inflation mais vu la stabilité des marchés en ce moment, il me semble pas qu'aucune monnaie puisse être qualifiée de "refuge".


Ben justement non ! Il y a très peu d'inflation en ce moment et le prix de l'or explose, preuve que l'augmentation de son prix n'est pas dépendante de poussées inflationnistes (ou du moins pas dans une mesure significative). Si le prix de l'or explose, c'est surtout parce-que l'or est un excellent hedge (puisque son prix est négativement corrélé à la situation économique). Et cela ne va pas changer inflation ou pas.

Sur la compétitivité, l'inflation dévalue mécaniquement ta monnaie, quand bien même il n'y a pas d'autres monnaies refuges. Donc c'est une très bonne chose pour dynamiser la balance commerciale .


Mais il est vrai que c'est une solution qui a ses défauts, je pense notamment au pouvoir d'achat des ménages ainsi qu'à l'explosion du coût des imports. C'est à voir en comparaison du poids de la dette...

Et encore une fois, ce n'est pas nouveau, la génération modérée (il ne s'agit pas de l'Allemagne des années 30) d'inflation étant couramment utilisée par tous les pays qui n'ont pas une BC indépendante, c'est à dire tous les pays sauf l'Europe.

Last edited by RPC (18-05-2010 19:14:56)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

236

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Bonne nouvelle : l'Allemagne a décidé dès aujourd'hui d'interdire la vente à découvert à nu ("naked short selling") sur les 10 plus grandes banques allemandes, les titres d'Etat et les CDS. Il serait bon que tous les Etats européens suivent le mouvement et d'imposer cela au reste du monde sur nos places financières.

Pour rappel, la vente à découvert est une technique utilisée quotidiennement et communément par tous les traders pour gagner sur la baisse des titres. On emprunte le titre, on le revend. On attend la baisse puis on le rachète moins cher qu'on l'a vendu. On rend les titres. Moyennant une petite commission, on se frotte les mains de toute forme de baisse sur n'importe quel titre. CEla peut avoir tendance à pousser à la spéculation à la baisse, voire de pousser à répandre de fausses rumeurs pour réaliser du profit sur le dos d'entreprises ou d'etats dont on massacre la valeur. La vente à découvert à nu consiste à vendre un titre que l'on n'a même pas emprunté.

Au passage, on apprend cela comme un truc lambda à HEC, au même titre qu'une spéculation à la hausse. Le jour où j'ai dit en cours que cette technique (basique dans le quotidien des spéculateurs j'insiste dessus) était contestée parce que dangereuse pour la pérennité des économies on m'a regardé avec des yeux étonnés et incompréhensifs, ce qui m'avait sidéré vu que c'était en partie l'une des pratiques les plus critiquées suite à la crise des subprimes, et pour cause.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

237

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Greg a écrit:

Bonne nouvelle : l'Allemagne a décidé dès aujourd'hui d'interdire la vente à découvert aux 10 plus grandes banques allemandes.

C'est uniquement :
- en termes d'opération : les ventes à découvert (VAD) à nu (ie. que l'investisseur  ne détient pas la valeur sous forme d'emprunt)
- en termes de périmètre d'actifs : les VAD qui portent seulement sur les actions et les obligations de la zone euro

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

RPC a écrit:

Ben justement non ! Il y a très peu d'inflation en ce moment et le prix de l'or explose, preuve que l'augmentation de son prix n'est pas dépendante de poussées inflationnistes (ou du moins pas dans une mesure significative). Si le prix de l'or explose, c'est surtout parce-que l'or est un excellent hedge (puisque son prix est négativement corrélé à la situation économique). Et cela ne va pas changer inflation ou pas.

Je ne pensais pas particulièrement à l'or, mais plutôt aux soft commodities (blé, riz, huile de palme, lait...) et à l'impact terrible qu'elles ont sur les populations.

RPC a écrit:

Pour la compétitivité, l'inflation dévalue mécaniquement ta monnaie, quand bien même il n'y a pas d'autres monnaies refuges. Donc c'est une très bonne chose pour dynamiser la balance commerciale .

Mais il est vrai que c'est une solution qui a ses défauts, je pense notamment au pouvoir d'achat des ménages ainsi qu'à l'explosion du coût des imports. C'est à voir en comparaison du poids de la dette...

Cela alourdit aussi le poids du remboursement de la dette, non?

Vu que la très grande majorité de notre commerce extérieur se fait au sein de la zone euro, l'amélioration serait assez marginale.

RPC a écrit:

Et encore une fois, ce n'est pas nouveau, la génération modérée (il ne s'agit pas de l'Allemagne des années 30) d'inflation étant couramment utilisée par tous les pays qui n'ont pas une BC indépendante, c'est à dire tous les pays sauf l'Europe.

Je pense aussi qu'un peu d'inflation est le moyen le plus indolore de solder les dettes des Etats (c'est encore plus indolore qu'augmenter la TVA). Mais le hic, c'est le cercle vicieux de l'inflation: à chaque augmentation des prix, il y a augmentation des revendications salariales. La hausse des salaires engendre une augmentation des prix...etc.

Sans compter qu'après 10 ans de politique restrictive de la BCE, elle changerait son fusil d'épaule, au risque d'y perdre sa crédibilité.

Enfin, faudrait convaincre les Allemands.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

239

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

sabaidee a écrit:
RPC a écrit:

Mais il est vrai que c'est une solution qui a ses défauts, je pense notamment au pouvoir d'achat des ménages ainsi qu'à l'explosion du coût des imports. C'est à voir en comparaison du poids de la dette...

Cela alourdit aussi le poids du remboursement de la dette, non?

Uniquement si elle est libellée dans une monnaie étrangère. Si elle est libellée en euro, l'inflation la diminue (tu dois un milliard d'euros, la valeur de l'euro se déprécie, le milliard en valeur faciale vaut moins, donc c'est plus facile à rembourser; si la dette est en dollar, tu dois un milliard de dollars, l'euro chute donc le dollar nous coûte plus la cher, la dette explose).

sabaidee a écrit:

Vu que la très grande majorité de notre commerce extérieur se fait au sein de la zone euro, l'amélioration serait assez marginale.

Pas vraiment marginal non ! Certes, cela aiderait plus les Allemands que les Français mais au regard de notre balance commerciale avec le reste du monde, il est toujours bien d'avoir un euro faible (de ce point de vue) : pour rappel, l'effet ciseau c'est que les produits français sont plus compétitifs à l'export et les produits chinois sont plus chers en France, d'où du protectionnisme monétaire.

sabaidee a écrit:
RPC a écrit:

Et encore une fois, ce n'est pas nouveau, la génération modérée (il ne s'agit pas de l'Allemagne des années 30) d'inflation étant couramment utilisée par tous les pays qui n'ont pas une BC indépendante, c'est à dire tous les pays sauf l'Europe.

Je pense aussi qu'un peu d'inflation est le moyen le plus indolore de solder les dettes des Etats (c'est encore plus indolore qu'augmenter la TVA). Mais le hic, c'est le cercle vicieux de l'inflation: à chaque augmentation des prix, il y a augmentation des revendications salariales. La hausse des salaires engendre une augmentation des prix...etc.

Le problème dans cette histoire est qu'on a pris l'habitude depuis la BCE d'une inflation à 2% alors que le reste du monde et nous-mêmes il y a vingt ans avions une inflation autour de 5% voire au-dessus sans pour autant qu'il y ait des cataclysmes. C'est le syndrome allemand ça : une fixation sur la dette et l'inflation et une rigueur excessive en matière de politique économique alors qu'on aurait bien besoin d'être souple.

sabaidee a écrit:

Sans compter qu'après 10 ans de politique restrictive de la BCE, elle changerait son fusil d'épaule, au risque d'y perdre sa crédibilité.

Bah, elle rachète des titres Grecs classés C sur le marché secondaire, ce qui était impensable par certains il y a trois mois (voir le post très rigolo de Buster Keaton à ce propos).

Et encore une fois, je ne défends pas 20% d'inflation mais 5%

sabaidee a écrit:

Enfin, faudrait convaincre les Allemands.

+1

Last edited by RPC (19-05-2010 09:36:38)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

RPC a écrit:

Uniquement si elle est libellée dans une monnaie étrangère. Si elle est libellée en euro, l'inflation la diminue (tu dois un milliard d'euros, la valeur de l'euro se déprécie, le milliard en valeur faciale vaut moins, donc c'est plus facile à rembourser; si la dette est en dollar, tu dois un milliard de dollars, l'euro chute donc le dollar nous coûte plus la cher, la dette explose).

Justement, elle est plutôt libellée en euro ou en dollar cette dette?

RPC a écrit:

Pas vraiment marginal non ! Certes, cela aiderait plus les Allemands que les Français mais au regard de notre balance commerciale avec le reste du monde, il est toujours bien d'avoir un euro faible (de ce point de vue) : pour rappel, l'effet ciseau c'est que les produits français sont plus compétitifs à l'export et les produits chinois sont plus chers en France, d'où du protectionnisme monétaire.

Certes. En fait, je ne sais pas quelle proportion du commerce extérieur de la France se fait hors zone euro. Mais ce surenchérissement des produits importés (biens de consommation à faible VA, type chaussures, textiles ou au contraire hi-tech) risque de peser sur le budget des ménages. J'me fais un peu l'avocat du diable là... smile

RPC a écrit:

Et encore une fois, ce n'est pas nouveau, la génération modérée (il ne s'agit pas de l'Allemagne des années 30) d'inflation étant couramment utilisée par tous les pays qui n'ont pas une BC indépendante, c'est à dire tous les pays sauf l'Europe.

Oui. Mais faut voir dans quel état les finances publiques des nouveaux membres de l'UE se trouvent; je pense aux pays Baltes et surtout à la Hongrie.

RPC a écrit:

Le problème dans cette histoire est qu'on a pris l'habitude depuis la BCE d'une inflation à 2% alors que le reste du monde et nous-mêmes il y a vingt ans avions une inflation autour de 5% voire au-dessus sans pour autant qu'il y ait des cataclysmes. C'est le syndrome allemand ça : une fixation sur la dette et l'inflation et une rigueur excessive en matière de politique économique alors qu'on aurait bien besoin d'être souple.

Enfin, c'était quand même l'argument commercial de la BCE pour vendre l'euro: une monnaie forte et une rigueur budgétaire toute germanique.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

241

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

La dette est libérée en euros bien sûr ! On émet nos bons du trésor en euros, seuls des pays avec une monnaie jugée faible ou risquée émettent en dollar

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

sabaidee a écrit:
RPC a écrit:

Ben justement non ! Il y a très peu d'inflation en ce moment et le prix de l'or explose, preuve que l'augmentation de son prix n'est pas dépendante de poussées inflationnistes (ou du moins pas dans une mesure significative). Si le prix de l'or explose, c'est surtout parce-que l'or est un excellent hedge (puisque son prix est négativement corrélé à la situation économique). Et cela ne va pas changer inflation ou pas.

Je ne pensais pas particulièrement à l'or, mais plutôt aux soft commodities (blé, riz, huile de palme, lait...) et à l'impact terrible qu'elles ont sur les populations.

Domaines dans lesquels l'interdiction de la spéculation qui cause des émeutes de la faim serait très appropriée...

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Greg a écrit:

Bonne nouvelle : l'Allemagne a décidé dès aujourd'hui d'interdire la vente à découvert aux 10 plus grandes banques allemandes. Il serait bon que tous les Etats européens suivent le mouvement et d'imposer cela au reste du monde sur nos places financières.

Oui, et Christine Lagarde a dénoncé cette mesure. Le Président et la Ministre disaient pourtant vouloir réguler la finance. Les masques tombent. Ce gouvernement est aux mains des spéculateurs et des financiers qui mettent les peuples en coupe réglée. Ce sont des traitres et des collaborationnistes du système financier qu'ils disent vouloir réguler par ailleurs.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

sabaidee a écrit:
RPC a écrit:

Pas vraiment marginal non ! Certes, cela aiderait plus les Allemands que les Français mais au regard de notre balance commerciale avec le reste du monde, il est toujours bien d'avoir un euro faible (de ce point de vue) : pour rappel, l'effet ciseau c'est que les produits français sont plus compétitifs à l'export et les produits chinois sont plus chers en France, d'où du protectionnisme monétaire.

Certes. En fait, je ne sais pas quelle proportion du commerce extérieur de la France se fait hors zone euro.

Un quart. Pas marginal, pas foufou non plus.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

245

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Trèfle a écrit:
sabaidee a écrit:
RPC a écrit:

Pas vraiment marginal non ! Certes, cela aiderait plus les Allemands que les Français mais au regard de notre balance commerciale avec le reste du monde, il est toujours bien d'avoir un euro faible (de ce point de vue) : pour rappel, l'effet ciseau c'est que les produits français sont plus compétitifs à l'export et les produits chinois sont plus chers en France, d'où du protectionnisme monétaire.

Certes. En fait, je ne sais pas quelle proportion du commerce extérieur de la France se fait hors zone euro.

Un quart. Pas marginal, pas foufou non plus.


Edit : je ne sais pas si tu parles du déficit ou de la balance brute. Dans tous les cas,ce n'est pas en flux net qu'il faut raisonner surtout quand ce sont des "balanced variables"  (tu fais la somme d'un plus et d'un moins. tu peux avoir une balance parfaitement équilibrée à 100000 milliards à gauche et à droite (donc 0 au final), si tu fais une toute petite variation du taux de change qui déséquilibre le truc cela fait une grosse différence!)


C'est bien en flux brut qu'il faut réfléchir, on peut -et on doit- se dire que c'est justement à cause à la fois d'un euro fort et d'un manque de compétitivité en France que le déficit s'est creusé depuis 2004
https://docs.google.com/viewer?url=http … _etu_1.pdf



En revanche, je reconnais que l'euro n'est pas la seule raison, puisque l'Allemagne fait bien mieux que nous. Simplement, puisque mon raisonnement porte bien évidemment sur la BCE donc sur la zone euro, il faut considérer la balance européenne nette.

Last edited by RPC (19-05-2010 23:59:47)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

246

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Quelle efficacité (de l'interdiction allemande des ventes à découvert) ?
Mais cette mesure aura précisément une portée relativement symbolique tant qu'elle restera isolée. La plupart des transactions sur les CDS en Europe s'effectuent en effet à Londres. Et l'autorité des marchés financiers britannique s'est empressée de préciser que l'interdiction du Bafin ne concernait pas les activités des succursales hors d'Allemagne.

Pour certains analystes, la mesure allemande pourrait même être néfaste en entraînant une fuite des capitaux de la zone euro et un accroissement de l'aversion au risque. Mais plus que tout, cette décision unilatérale souligne une nouvelle fois l'absence de cohésion politique des pays membres. Censée "sauver l'euro", elle a au contraire accentué la dégringolade de la monnaie unique mercredi.

http://www.lemonde.fr/economie/article/ … _3234.html

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

247

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Tiens, je ne savais pas trop où poster cela, mais c'est vraiment rigolo et assez triste à la fois :

http://www.alternatives-economiques.fr/ … ac40_3.swf

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

RPC a écrit:

Tiens, je ne savais pas trop où poster cela, mais c'est vraiment rigolo et assez triste à la fois :

http://www.alternatives-economiques.fr/ … ac40_3.swf

Sauf Unibail.

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

RPC a écrit:

Tiens, je ne savais pas trop où poster cela, mais c'est vraiment rigolo et assez triste à la fois :

http://www.alternatives-economiques.fr/ … ac40_3.swf

Combien sont polytechniciens?  (Et) Ou énarques?

On comprend mieux aussi pourquoi les conseils d'administration ne s'opposent que rarement aux augmentations salariales, retraites chapeau, golden hello, golden parachutes... Et aussi pourquoi un Jean-Marie Messier malgré son échec monumental à la tête de Vivendi ou un Alain Minc qui n'a jamais réellement rien fait arrivent à vendre très cher des conseils à leurs pairs.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

250

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

BERLIN (Reuters) - Un projet du ministère des Finances allemand propose l'interdiction des ventes à découvert à nu sur les actions, sans préciser quels titres seraient concernés, selon un document que Reuters a pu consulter mardi.

Le texte suggère en outre d'interdire les dérivés de change euro non destinés à des opérations de couverture.

Il plaide également pour la création d'un système transparent pour les opérations de vente à découvert.

Berlin a décidé la semaine dernière d'interdire les ventes à découvert à nu sur les emprunts d'Etat et les CDS souverain de la zone euro, semant la stupeur sur les marchés.

Berlin continue de faire cavalier seul en voulant étendre l'interdiction des ventes à découvert à nu sur d'autres actifs financiers.