Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Broz a écrit:

C'est sous-estimer l'influence politique de certaines banques, qui sont les pis auxquels têtent les PAC de nombreux membres du Congrès. Et non seulement : en 1992, par exemple, Rubin, de Goldman Sachs, est nommé directeur du National Economic Council puis Secrétaire du Trésor.
Quant à la loi et à son importance... les banques ne la respectent pas toujours scrupuleusement avant qu'elle ne change. Une partie de la bulle Internet a été causée par des introductions en bourse frauduleuses, par exemple, destinées à escroquer des investisseurs.

C'était alors la responsabilité de la SEC que de veiller à ce que de telles pratiques ne se produisent ou reproduisent pas. Le problème c'est que son champ d'action s'est trouvé largement réduit, du fait des politiques engagées.

Broz a écrit:

Ou alors les banques recevaient des autorisations pour échapper à certaines règles, comme par exemple en 1991 : une quinzaine d'acteurs (GS en premier) obtiennent une exemption d'obéir aux règles établies en 36 au moment de la mise en place de la Commodity Futures Trading Commission. Cela leur a permis de court-circuiter à peu près toutes les règles établies au sujet des marchés à terme dans les matières premières.

C'est précisément une disposition gouvernementale.

Broz a écrit:

Quant aux législateurs, ils ont souvent opéré de manière discrète pour retirer les régulations - l'acte Glass-Steagall a été enterré le dernier jour de séance de 1999, au moment de boucler le budget, par des amendements placés là quasiment en douce. Et je ne parle même pas des règles entourant les crédits hypothécaires.

Je ne suis pas d'accord sur ce point. Les administrations Clinton et Bush ont agit aux vues et aux sus de tous, et dès la fin des années 70 avec le CRA la politique du crédit aux ménages insolvables était lancée. En 99 le Gramm-Leach-Bliley Act autorise les banques à acheter et vendre les fameux mortgage-backed securities ce qui était interdit depuis la crise de 29. Dans le même temps, le department of housing and urban development sélectionnait des "cibles" -notamment chez les minorités- pour les institutions financières, cibles à qui elles devaient consentir des crédits hypothécaires. Ce même département exigeait de Freddie Mac et Fannie Mae que 52% des prêts consentis le soient à des ménages gagnant moins que le salaire médian américain. L'administration US autorisa également les prêts à hauteur de 110% du bien mis en hypothèque. Alors qu'on ne vienne pas me dire que les pouvoirs publics étaient manipulés par les diables de la finance c'est juste faux. Sphère financière et politique marchaient main dans la main sur ce coup-là et se partagent largement la responsabilité de la crise.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

52

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

sabaidee a écrit:

C'est vrai que la conclusion de banker était... euh... merdique.

J'ai tenté de faire une sorte de parallélisme inversé... mais, vu les réactions, il faut croire que je suis plus à l'aise avec les chiffres qu'avec les mots!

Mais il n'a pas non plus complètement tort: cette crise a largement trouvé son bouc émissaire, le trader, ce qui - allié à un vieux fond catholique anti-spéculation et anti-usurier - est somme toute bien commode.

Bernanke, de par la politique monétaire laxiste qu'il a mené à partir de 2001 est aussi co-responsable; même si cette politique monétaire nous a aussi alors évité de vivre une récession.

Les brokers et les banques ont évidemment fait preuve d'avidité et ont bêtement cru que les marchés continueraient à croître.

Exactement. Évidement je voulais parler (et j'imagine que toi aussi) d'Alan Greenspan et non de Bernanke. Greenspan a d'ailleurs reconnu sa responsabilité dans la crise.

Elessar a écrit:

Bah des doctorants qui se sont fait chier autant que toi pendant leurs études et qui gagnent 15 fois moins que toi, ça se trouve aussi. Mais ça je m'en cogne un peu, que tu gagnes un salarire de taré ne me pose pas de souci (même ton PDG qu'il gagne des millions tant mieux pour lui en soi) . Ce qui me pose souci c'est que d'autres qui bossent à la BNP triment en fin de moi car leurs salaires sont trop bas. Question basique de répartition de l'argent. Donc oui une réduction de 10% du salaire des traders pour les répartir sur d'autres salariés serait plus utile économiquement.

Sans vouloir paraître prétentieux, il faut tout de même reconnaître que la plupart des doctorants français sont des brêles (je parle ici des doctorants en science, seul domaine que je connais). Les meilleurs d'entre eux partent faire leur thèse (ou bosser) aux USA et ne touchent donc pas un salaire de misère. J'ai un pote de promo qui, après son école d'ingé, a fait une thèse française en "modélisation neuropsychologique" en 2 ans (il a donc fini un an avant le terme normal) et s'est fait embauché par une boîte US qui lui paie en fixe quasiment le même salaire que le mien.

D'ailleurs, à titre informatif (c'est l'unique raison de ma venue sur ce forum), mes salaires annuels 2007 et 2008:
2007: 42K€ de fixe + variable de 110K (je n'ai pas réussi à négocier de signing bonus)
2008: 50K€ de fixe + variable de 40K (mes résultats étaient meilleurs qu'en 2007, mais la crise est passée par là)
2009: à voir. Mais si le variable est aussi ridicule qu'en 2008, on sera nombreux à se barrer. Ça peut sembler stupide, mais c'est le jeu! Ce qu'il faut comprendre, c'est que comme dans tous les métiers du Front Office (c'est à dire en relation directe avec le client), on est payé PAR RAPPORT A CE QUE L'ON RAPPORTE. Comme pour une star de foot ou un artiste (toute proportion gardée).
Et puis n'oubliez pas que les impôts passent par là et récupèrent une bonne partie du salaire. Soyons clair: chose que j'approuve (mais ce n'est pas la rèle générale dans le métier)

Gambetta a écrit:

D'une part, sous prétexte de couverture, on sait bien qu'aujourd'hui le véritable objectif de ces marchés dérivés est la spéculation. Il y a bien une partie couverture des risques, mais j'aimerais bien en connaitre la hauteur, par rapport à la part spéculative (chose à peu près impossible).

Comment peux-tu dire que l'objectif des marchés dérivés est la spéculation alors que les chiffres qui circulent le plus, en termes de montant, sont: 85% de couverture et 15% de spéculation. Les produits dérivés (vanilles ou plus complexes) sont à la base DES PRODUITS DE COUVERTURE. Bien sûr certains les détournent de leur usage initial et font de la spéculation. Chose que je désapprouve. Mais il NE FAUT PAS METTRE TOUS LES TRADERS DANS LE MEME SAC. Comme dans chaque catégorie de métier, il y a des moutons noirs. Le hic étant que les actions des moutons noirs chez nous ont des conséquences déplorables.

D'autre part, ce que tu fais, c'est la principale cause des émeutes de la faim en 2008. La principale voire l'unique cause (les biocarburants ont contribué à 5 % pas plus des hausses des prix des matières premières.

Once again: je ne fais que de la couverture et non pas de la spéculation. Cf. mon message précédent.
Sans nos techniques de couvertures, beaucoup d'acteurs ne pourraient excercer leur métier. Il faut bien comprendre le rôle des marchés financiers: informer sur le prix (via rencontre offre - demande) + permettre financement - investissement (rencontre en qqun qui a besoin d'argent et qqun qui veut financer une opération). Puis il y a les marchés dérivés, marchés de l'assurance financière, où j'interviens. Par exemple, dans mon job, je 'price' des contrats "futures", "forwards". Ce qui permet au client de fixer aujourd'hui les conditions d'une transaction (prix, date, quantité...) qui aura lieu dans le futur.

Emmanuel Goldstein a écrit:

La "responsabilité systémique", c'est un peu la même chose que quand les angélistes en matière de sécurité disculpent de toute responsabilité les racailles au prétexte de leur moindre condition sociale.

C'est un habillement permettant à se décharger de ses responsabilités. La dilution des responsabilités totale par laquelle on a renfloué les banques avec l'argent du contribuable, l'argent de la solidarité nationale, l'argent public pour renflouer des banques qui n'en ont ni besoin, et devraient aujourd'hui rembourser l'argent perçu.

Tu es à coté de la plaque. Je t'invite à ouvrir un cours de finance pour te familiariser avec les notions de risques systémique et spécifique.

Donc quand vous venez défendre votre profession, vous ne faites qu'oeuvre de lobbying corporatiste, au même titre que les instituteurs et autres professions que vous méprisez joyeusement. Sous prétexte de business vous avez volé les contribuables. Et ce ne sont pas les traders sponsorisés par la BNP ou W&L venant sur ce forum qui nous auront convaincu du contraire.

Non je ne suis pas quelqu'un de corporatiste. Mais j'essaie simplement d'expliquer mon métier ou, du moins, d'être transparent. Si j'ai réussi à faire changer d'avis 2 ou 3 personnes, ça me suffira amplement.

Elessar a écrit:

Ce qui ne répond en rien à la question que Gambetta a magnifiquement reformulé : au nom de quoi 20% de ce que les contribuables vont ont donné (ou prété, dans le cas présent ça revient au même) devrait partir dans vos poches ? Parce que sinon vous allez vous barrer à Dubai c'est ça ?

C'est malheureusement l'idée. Ma préférence serait de bosser chez GS!

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Trèfle a écrit:

C'est précisément une disposition gouvernementale.

Ah non. C'est la CFTC qui a fait d'abord une exemption pour Goldman Sachs à la suite d'une lettre envoyée par la banque qui voulait couvrir le risque de ses spéculations sur le pétrole. La CFTC a accepté, alors qu'elle avait été créée justement pour éviter ce genre de pratiques. Et cette exemption et toutes celles qui ont suivi pour d'autres acteurs ont été faites en secret, loin des yeux du gouvernement, qui n'a découvert la fameuse lettre et l'existence de ces exemptions qu'en 2008.

Trèfle a écrit:

Je ne suis pas d'accord sur ce point. Les administrations Clinton et Bush ont agit aux vues et aux sus de tous,

Mais sans qu'il n'y ait la moindre critique de tout ce processus.

Trèfle a écrit:

et dès la fin des années 70 avec le CRA la politique du crédit aux ménages insolvables était lancée. [...] Dans le même temps, le department of housing and urban development sélectionnait des "cibles" -notamment chez les minorités- pour les institutions financières, cibles à qui elles devaient consentir des crédits hypothécaires. Ce même département exigeait de Freddie Mac et Fannie Mae que 52% des prêts consentis le soient à des ménages gagnant moins que le salaire médian américain. L'administration US autorisa également les prêts à hauteur de 110% du bien mis en hypothèque. Alors qu'on ne vienne pas me dire que les pouvoirs publics étaient manipulés par les diables de la finance c'est juste faux. Sphère financière et politique marchaient main dans la main sur ce coup-là et se partagent largement la responsabilité de la crise.

Ca c'est en partie la rhétorique des Républicains pour placer le blâme sur les politiques sociales de Carter (et aussi sur les pauvres et en particulier les noirs). Le but de ces crédits n'était pas de rapporter des sous aux banques, c'était de donner un accès au crédit aux pauvres - avec l'assurance constante que c'était une bonne stratégie considérant les prix de l'immobilier qui grimpaient. Après seulement ce système a-t-il été perverti en crédits prédateurs par des banques.
Les pouvoirs publics n'étaient pas manipulés par les diables de la finance. N'empêche qu'à partir des années 90, les "diables de la finance" ont réussi à se placer à peu près partout dans le système de prise de décisions aux Etats-Unis.

Sans vouloir paraître prétentieux, il faut tout de même reconnaître que la plupart des doctorants français sont des brêles (je parle ici des doctorants en science, seul domaine que je connais).

2009: à voir. Mais si le variable est aussi ridicule qu'en 2008, on sera nombreux à se barrer. Ça peut sembler stupide, mais c'est le jeu!

C'est malheureusement l'idée. Ma préférence serait de bosser chez GS!

Tu es un monstrueux trou du cul. "Malheureusement" mon oeil, tu n'as rien à foutre de rien.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Broz a écrit:
Trèfle a écrit:

C'est précisément une disposition gouvernementale.

Ah non. C'est la CFTC qui a fait d'abord une exemption pour Goldman Sachs à la suite d'une lettre envoyée par la banque qui voulait couvrir le risque de ses spéculations sur le pétrole. La CFTC a accepté, alors qu'elle avait été créée justement pour éviter ce genre de pratiques. Et cette exemption et toutes celles qui ont suivi pour d'autres acteurs ont été faites en secret, loin des yeux du gouvernement, qui n'a découvert la fameuse lettre et l'existence de ces exemptions qu'en 2008.

Le gouvernement crée la CFTC, la CFTC fait de la merde pendant des années, le gouvernement s'en préoccupe -le "découvre"- en 2008 une fois que la crise a éclaté ? C'est loin d'être un comportement innocent.

Broz a écrit:
Trèfle a écrit:

Je ne suis pas d'accord sur ce point. Les administrations Clinton et Bush ont agit aux vues et aux sus de tous,

Mais sans qu'il n'y ait la moindre critique de tout ce processus.

Et qui aurait critiqué alors que tout le monde s'en félicitait ?

Broz a écrit:
Trèfle a écrit:

et dès la fin des années 70 avec le CRA la politique du crédit aux ménages insolvables était lancée. [...] Dans le même temps, le department of housing and urban development sélectionnait des "cibles" -notamment chez les minorités- pour les institutions financières, cibles à qui elles devaient consentir des crédits hypothécaires. Ce même département exigeait de Freddie Mac et Fannie Mae que 52% des prêts consentis le soient à des ménages gagnant moins que le salaire médian américain. L'administration US autorisa également les prêts à hauteur de 110% du bien mis en hypothèque. Alors qu'on ne vienne pas me dire que les pouvoirs publics étaient manipulés par les diables de la finance c'est juste faux. Sphère financière et politique marchaient main dans la main sur ce coup-là et se partagent largement la responsabilité de la crise.

Ca c'est en partie la rhétorique des Républicains pour placer le blâme sur les politiques sociales de Carter (et aussi sur les pauvres et en particulier les noirs). Le but de ces crédits n'était pas de rapporter des sous aux banques, c'était de donner un accès au crédit aux pauvres - avec l'assurance constante que c'était une bonne stratégie considérant les prix de l'immobilier qui grimpaient. Après seulement ce système a-t-il été perverti en crédits prédateurs par des banques.
Les pouvoirs publics n'étaient pas manipulés par les diables de la finance. N'empêche qu'à partir des années 90, les "diables de la finance" ont réussi à se placer à peu près partout dans le système de prise de décisions aux Etats-Unis.

Mais c'est justement un fondement du capitalisme que de ne prêter aux personnes qui seront, de façon certaine, capables de rembourser ce qu'ils empruntent. Faciliter l'accès au crédit pour les ménages pauvres part peut-être d'une bonne intention mais c'est déjà pervertir le système en créant artificiellement des propriétaires qui n'ont pas les moyens de l'être.
Une remarque intéressante d'un analyste de l'institut Turgot: « Aujourd'hui, nombre d'experts estiment que sans le CRA, sans les GSE, l'accès à la propriété des minorités se serait tout de même développé, moins rapidement mais plus sainement.»

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Banker de la BNP a écrit:
Gambetta a écrit:

D'une part, sous prétexte de couverture, on sait bien qu'aujourd'hui le véritable objectif de ces marchés dérivés est la spéculation. Il y a bien une partie couverture des risques, mais j'aimerais bien en connaitre la hauteur, par rapport à la part spéculative (chose à peu près impossible).

Comment peux-tu dire que l'objectif des marchés dérivés est la spéculation alors que les chiffres qui circulent le plus, en termes de montant, sont: 85% de couverture et 15% de spéculation. Les produits dérivés (vanilles ou plus complexes) sont à la base DES PRODUITS DE COUVERTURE. Bien sûr certains les détournent de leur usage initial et font de la spéculation. Chose que je désapprouve. Mais il NE FAUT PAS METTRE TOUS LES TRADERS DANS LE MEME SAC.

Je conteste formellement tes chiffres de répartition couverture/spéculation. La spéculation a largement dépassé le seul usage des produits dérivés pour couvrir le risque. Quelle est ta source ? Lien ?


Banker de la BNP a écrit:
Emmanuel Goldstein a écrit:

La "responsabilité systémique", c'est un peu la même chose que quand les angélistes en matière de sécurité disculpent de toute responsabilité les racailles au prétexte de leur moindre condition sociale.

C'est un habillement permettant à se décharger de ses responsabilités. La dilution des responsabilités totale par laquelle on a renfloué les banques avec l'argent du contribuable, l'argent de la solidarité nationale, l'argent public pour renflouer des banques qui n'en ont ni besoin, et devraient aujourd'hui rembourser l'argent perçu.

Tu es à coté de la plaque. Je t'invite à ouvrir un cours de finance pour te familiariser avec les notions de risques systémique et spécifique.

Non, TU est à côté de la plaque. Ce discours de risque systémique, c'est de la branlette destiné à diluer et annuler toute responsabilité dans cette crise vis à vis des pouvoirs publics.

Banker de la BNP a écrit:

Donc quand vous venez défendre votre profession, vous ne faites qu'oeuvre de lobbying corporatiste, au même titre que les instituteurs et autres professions que vous méprisez joyeusement. Sous prétexte de business vous avez volé les contribuables. Et ce ne sont pas les traders sponsorisés par la BNP ou W&L venant sur ce forum qui nous auront convaincu du contraire.

Non je ne suis pas quelqu'un de corporatiste. Mais j'essaie simplement d'expliquer mon métier ou, du moins, d'être transparent. Si j'ai réussi à faire changer d'avis 2 ou 3 personnes, ça me suffira amplement.

Je crois que tu convaincs plus de 2 ou 3 personnes du contraire...
Tu n'es pas corporatiste, dis-tu, mais ton discours, c'est exactement ça.

Banker de la BNP a écrit:
Elessar a écrit:

Ce qui ne répond en rien à la question que Gambetta a magnifiquement reformulé : au nom de quoi 20% de ce que les contribuables vont ont donné (ou prété, dans le cas présent ça revient au même) devrait partir dans vos poches ? Parce que sinon vous allez vous barrer à Dubai c'est ça ?

C'est malheureusement l'idée. Ma préférence serait de bosser chez GS!

ahaha, mais vas y mon gars, déjà essaies d'y choper un boulot, et après, qui te dis que tu y aurais une meilleure vie ?...

Et puis, quel deshonneur que d'essayer malhabilement de justifier le fait que l'Etat ait filé 5 milliards à ta banque, et ensuite de nous afficher le mépris que tu as pour tes compatriotes...
Quelle belle mentalité.

En ce qui me concerne, j'invite chaque citoyen à retirer ses économies de la BNP, et à la mettre ailleurs, dans leurs coffres, dans des actifs contrôlés individuellement, et utile d'une façon ou d'une autre à l'économie réelle.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

C'est effectivement assez pitoyable d'une part de dire ah ben la France c'est de la merde je vai me barrer (en soi ça c'est tout à fait respectable, je finis mes études à l'étranger et je rentrerai pas après) et de l'autre côté venir pleurer et tendre la main auprès de l'Etat (ce monstre bolchévique qui laisse pas faire le marché alors que ça serait tellement mieux -ce qui est parfois vrai certes-) quand ça va pas, et demander à la France de raquer.

Quand on crache sur la régulation, sur l'intervention publique pendant des années, venir mendier l'argent de l'Etat après, c'est juste la preuve d'un manque de dignité absolument crasse.

Quant à tes chiffres de salaires, encore une fois ce que tu faisais (et que je persiste à ne pas considérer ni comme quelque chose de bénéfique mais passons) tu ne l'aurais jamais fait si il y avait pas eu des gens payés au SMIC au guichet, des gens pour venir te réparer ton pc, ou d'autres pour faire le secrétariat du bureau où tu bosses. Et ce qui me dérange, c'est que 20% de l'argent des contribuables aille à toi plutôt qu'à ces gens là.

D'autre part si les gens comme toi étaient vraiment payés au rendement, tu mériterais d'être au RMI pour 2009 et 2010 vu le nombre d'entreprises que vous avez plongé dans le merdier. Ton discours c'est "quand ça va bien, on s'en met plein les fouilles" et quand ça va mal, on vient pleurer, mais on veut toujours s'en mettre plein les fouilles.

Last edited by Elessar (09-08-2009 16:21:19)

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Trèfle a écrit:

Le gouvernement crée la CFTC, la CFTC fait de la merde pendant des années, le gouvernement s'en préoccupe -le "découvre"- en 2008 une fois que la crise a éclaté ? C'est loin d'être un comportement innocent.

La CFTC a fait son job entre 1936 et 1991, jusqu'à ce qu'elle ouvre cette porte.
Et sérieusement, le gouvernement ne l'a effectivement découvert qu'en 2008, et quand la Commission de l'Energie a demandé à la CFTC de lui faire parvenir la lettre, la CFTC lui a fait attendre d'avoir la permission de GS. Si seulement j'exagérais.

Trèfle a écrit:

J
Et qui aurait critiqué alors que tout le monde s'en félicitait ?

*Haussement d'épaules*

Trèfle a écrit:

Mais c'est justement un fondement du capitalisme que de ne prêter aux personnes qui seront, de façon certaine, capables de rembourser ce qu'ils empruntent. Faciliter l'accès au crédit pour les ménages pauvres part peut-être d'une bonne intention mais c'est déjà pervertir le système en créant artificiellement des propriétaires qui n'ont pas les moyens de l'être.
Une remarque intéressante d'un analyste de l'institut Turgot: « Aujourd'hui, nombre d'experts estiment que sans le CRA, sans les GSE, l'accès à la propriété des minorités se serait tout de même développé, moins rapidement mais plus sainement.»

C'est sans doute vrai, mais les crédits seuls n'auraient pas suffi à causer la crise financière.
Tu peux me dire où tu as trouvé le chiffre de 52 % ?

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Pour le 52% c'est ici: http://online.wsj.com/article/SB122298982558700341.html

Beginning in 1992, Congress pushed Fannie Mae and Freddie Mac to increase their purchases of mortgages going to low and moderate income borrowers. For 1996, the Department of Housing and Urban Development (HUD) gave Fannie and Freddie an explicit target -- 42% of their mortgage financing had to go to borrowers with income below the median in their area. The target increased to 50% in 2000 and 52% in 2005.

Je ne dis pas que le crédit facile est la cause principale, c'est une des causes, mon point est surtout qu'il faut arrêter de dédouaner les gouvernements qui ont aussi leur part de responsabilité.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Banker a écrit:
sabaidee a écrit:

C'est vrai que la conclusion de banker était... euh... merdique.

J'ai tenté de faire une sorte de parallélisme inversé... mais, vu les réactions, il faut croire que je suis plus à l'aise avec les chiffres qu'avec les mots!

La critique des excès du système financier n'est pas bolchévico-communiste; croire cela ou le dire ne tend qu'à démontrer le fossé que ta corporation a creusé avec la "France d'en bas"...

Banker a écrit:

Exactement. Évidement je voulais parler (et j'imagine que toi aussi) d'Alan Greenspan et non de Bernanke. Greenspan a d'ailleurs reconnu sa responsabilité dans la crise.

Oui, je pensais à Greenspan; et pour y avoir repensé ensuite, je me suis dit que je l'avais bien vite oublié...

Banker a écrit:

Sans vouloir paraître prétentieux, il faut tout de même reconnaître que la plupart des doctorants français sont des brêles (je parle ici des doctorants en science, seul domaine que je connais). Les meilleurs d'entre eux partent faire leur thèse (ou bosser) aux USA et ne touchent donc pas un salaire de misère. J'ai un pote de promo qui, après son école d'ingé, a fait une thèse française en "modélisation neuropsychologique" en 2 ans (il a donc fini un an avant le terme normal) et s'est fait embauché par une boîte US qui lui paie en fixe quasiment le même salaire que le mien.

D'ailleurs, à titre informatif (c'est l'unique raison de ma venue sur ce forum), mes salaires annuels 2007 et 2008:
2007: 42K€ de fixe + variable de 110K (je n'ai pas réussi à négocier de signing bonus)
2008: 50K€ de fixe + variable de 40K (mes résultats étaient meilleurs qu'en 2007, mais la crise est passée par là).

Tu témoignes là de la vacuité intellectuelle des mecs de salles qui ne raisonnent qu'en termes de thunes, de pognons et de consommation ostentatoire. Pour connaître un peu ce milieu, je dois dire que ça m'a toujours agacé d'entendre que les sujets de conversations de traders ne tournent qu'autour de l'argent; j'ai aussi toujours été frappé par la méconnaissance complète de l'économie par les traders...

Tu confortes cette opinion.

Et franchement, qualifier 40 K€ de "ridicule", c'est vraiment que tu n'as rien compris.

Par ailleurs, qu'entends-tu par "les doctorants français sont des brêles"? Ils n'ont pas le niveau ou ils ne font tout simplement pas des thunes l'alpha et l'omega de leur vie?

Banker a écrit:

2009: à voir. Mais si le variable est aussi ridicule qu'en 2008, on sera nombreux à se barrer.

Chiche! Comme je l'avais dit précédemment, je suis assez sceptique sur votre capacité à vous recaser, alors que le secteur de la finance est sinistré. Désolé, mais cette menace je l'assimile au chantage. Peut être que nous devrions vous prendre au jeu: on verra si vous partirez réellement...

Parce que vu l'état de l'économie dubaïote, je doute que tu y trouves du boulot en claquant des doigts...

Jolie mentalité de mercenaire en tout cas, félicitation.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

60

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Sans vouloir paraître arrogant, Banker paraît l’être encore plus ! Comme de nombreux traders à gages, qui raisonnent en termes de P&L, il mesure la compétence en observant le compte en banque. Je crois bien qu’on ne le reverra pas de sitôt… dommage il aurait pu nous communiquer son bonus pour 2009 ! Et sinon, vu l'état du marché de l'emploi en trading, il y a de fortes chances pour qu'il reste dans sa banque encore un bon moment. En tout cas, j'ai bien rigolé!

61

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Allez, j'avoue (au cas où la BNP se mette à poursuivre un de ses traders qui aurait donné publiquement le montant de ses bonus): je n'étais qu'un gros troll! wink

62

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Bonus : le régulateur britannique publie un code de bonne conduite

La Financial Services Authority a publié hier une série de 8 principes destinés à mieux encadrer les rémunérations variables dans les grands établissements financiers britanniques. C'est le premier régulateur national à adopter un tel code.
  Chose promise, chose due. La Financial Services Authority (FSA), le gendarme des marchés britanniques, a publié hier, comme prévu, son code de bonne conduite, destiné à mieux encadrer les rémunérations variables dans les grands établissements financiers britanniques. Il s'agit de « mettre en oeuvre et de préserver des politiques de rémunération allant de pair avec une gestion des risques efficace  » , résume la FSA. Les 26 institutions visées devront renvoyer avant fin octobre une déclaration précisant leur politique de rémunération et se soumettre aux 8 principes édictés par le régulateur d'ici au 1er janvier 2010. Celles qui contreviendront à ces règles seront passibles de sanctions, amendes ou obligations de renforcer leurs fonds propres.

(...)

Les huit principes
1.  Création d'un comité des rémunérations indépendant.2.  Mise en oeuvre de procédures de contrôle et de conformité (pour éviter notamment les conflits d'intérêts).3.  Rémunération suffisante des personnels des fonctions de contrôle et de gestion des risques.4.  Calcul des bonus basé sur les résultats plutôt que sur les revenus.5.  Prise en compte de la performance à long terme de l'entreprise et pas seulement des résultats de l'année.6.  Intégration de paramètres non financiers tels que l'efficacité de la gestion des risques et la conformité avec les réglementations nationales et internationales.7.  Mesure des performances à long terme dans le cadre de plans d'incitation pluriannuels.8.  Structures de la rémunération : partie fixe suffisante (pour permettre à une entreprise de ne pas payer de bonus une année en cas de perte), au moins deux tiers des gros bonus différés sur au moins trois ans, proportion significative de la prime liée à la performance long terme de l'entreprise et pas seulement à celle de l'individu, fin des bonus garantis à plus d'un an.
http://www.lesechos.fr/info/finance/020 … nduite.htm

ça s'oriente dans le bon sens. Est-ce que la France - via la Banque de France ou l'AMF - suivra?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Bon article sur rue 89 à propos de la plus grande arnaque bancaire de l'histoire, et du plus grand foutage de gueule politique de la décennie.

Banquiers, attention, ou je vous invite encore à prendre le thé !
Par Pascal Riché | Rue89 | 25/08/2009 | 13H35


Vis-à-vis des banques, la politique de Nicolas Sarkozy tient en deux mots : donner et tonner. Donner pour leur survie, tonner pour la galerie. D'une main, il déverse des milliards dans leurs comptes fragilisés par les errements du système financier ; de l'autre, il convoque leurs dirigeants depuis ses sommets élyséens. Ce mardi après-midi, on en est à la septième convocation-gesticulation.

Quand on tonne trop souvent, on cesse d'impressionner. Surtout quand aucun résultat ne suit vraiment. Lors du G20 de Londres, en avril, Nicolas Sarkozy parlait de nouveau « Bretton Woods » : il s'agissait alors de changer le monde, en interdisant les paradis fiscaux, en plafonnant les bonus, en réglementant mieux les banques…

Sarkozy se voulait en pointe sur toute ces questions. « Visiblement, ce qu'on a dit, certains ont du mal à le comprendre », déclarait-il déjà en mars. Visiblement, ça continue.
Qu'est devenu le « pacte moral » passé avec les banques ?

La vision de ces puissants banquiers faisant semblant d'écouter un président faisant semblant de les admonester donne une idée de l'efficacité des directions prises. Les banques, nous dit-on, ont passé un « pacte moral » ; l'idée était de créer un « climat de confiance »…

Concrètement, qu'ont avancé les dirigeants des grandes banques en échange des milliards qui leur ont été octroyés ? Un programme goinfre-bonus pour les dirigeants de la BNP, des portes fermées pour les clients-emprunteurs du Crédit mutuel (ou d'autres), sans même parler de la poursuite joyeuse des activités ombrageuses dans les paradis fiscaux ?

Que fallait-il faire pour être « entendu » ? Le mot en N n'a jamais été prononcé, celui de nationalisation. Nationaliser une banque qui a été couverte d'argent, n'aurait pourtant rien eu d'absurde. Contrôler, même provisoirement, plusieurs grandes banques (qui ont, rappelons-le, une fonction publique, la création monétaire) permettrait peut-être plus facilement d'imposer des stratégies coopératives pour encourager la reprise. En tout cas, le sujet méritait débat.
Dans les pays anglo-saxons, on nationalise sans état d'âme

Jusque là, seuls le PCF, le NPA et le Parti de gauche osaient parler ouvertement nationalisation. Le mot est soupesé au PS (lundi encore par Arnaud Montebourg, sur France Inter), mais plutôt discrètement. De Gaulle n'avait pas eu ces pudeurs lorsqu'il avait décidé de nationaliser le Crédit Lyonnais, la Société générale, et quelques autres grandes banques.

Et aujourd'hui, même dans les pays anglo-saxons, prendre le contrôle d'une banque semble bien moins effrayer les esprits qu'en France : Fannie Mae et Freddie Mac aux Etats-Unis, Northern Rock en Grande-Bretagne, en savent quelque chose.

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Orcid a écrit:

Et aujourd'hui, même dans les pays anglo-saxons, prendre le contrôle d'une banque semble bien moins effrayer les esprits qu'en France : Fannie Mae et Freddie Mac aux Etats-Unis,

Je vais citer ça, parce que ça vaut de l'or.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

65

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Broz a écrit:
Orcid a écrit:

Et aujourd'hui, même dans les pays anglo-saxons, prendre le contrôle d'une banque semble bien moins effrayer les esprits qu'en France : Fannie Mae et Freddie Mac aux Etats-Unis,

Je vais citer ça, parce que ça vaut de l'or.


Pas tant que ça. J'ai été très surpris par l'attitude des britanniques, qui n'ont pas vraiment sourcillé à la nationalisation d'une banque alors que le sujet reste encore très tabou chez nous (voir le malaise au PS)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

66

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

L'Institut Montaigne, pas réputé à gauche, n'avait pourtant pas hésité à évoquer cette idée.

67

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Think Tank a écrit:

L'Institut Montaigne, pas réputé à gauche, n'avait pourtant pas hésité à évoquer cette idée.

Tout à fait, mais cela reste un think tank, sans doute moins crispé idéologiquement que les responsables politiques.

Perso, je n'étais pas pour la nationalisation de certaines banques (si c'est pour mettre un énarque à la Pérol à la tête du truc, merci du gain d'efficacité) mais que l'Etat possède "la minorité de blocage" au sein du CA eût été certainement bien meilleur afin de laisser respirer la banque sur la gestion courante et avoir tout de même un regard sur certaines décisions stratégiques

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Tout de même, avec cette histoire de "pas de bonus sans malus", et celle de "je vais "saisir" (sic) le G20" ou encore celle de "la France doit être exemplaire", ou encore la prétendue "bonne nouvelle" de la nouvelle baisse du taux du livret A à 1,25 après qu'on nous ait promis que ça ne baisserai plus à 1,75 et que les banques se refont sur tous les frais annexes augmentés de services bancaires, il faut dire qu'on se fout de la gueule des français à un point tel que c'en est indigne. C'est hallucinant. Les medias gobent et relaient, comme si de rien n'était, alors que le système bancaire et financier a escroqué l'ensemble des contribuables de la planète.

J'adore aussi le "les banques doivent aller plus loin". Dans l'arnaque ? Merci !

Last edited by Orcid (26-08-2009 09:13:56)

69

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Tiens, Sabaide, on en discutait récemment : la suppression des niches fiscales, dont l'argent aurait fait le plus grand bien aux comptes de l'Etat, a été abandonnée.

Le toilettage des niches fiscales reporté

Les députés UMP Gilles Carrez et Pierre Méhaignerie renoncent à leur offensive contre les niches fiscales dans le projet de budget pour 2009, selon La Tribune du jeudi 27 août.

Pour préserver des recettes fiscales qui s'effondrent sous l'effet de la crise, les députés de la majorité se déclaraient prêts soit à diminuer toutes les réductions d'impôts de 10 %, soit à instaurer une franchise de 1 % sur le total des réductions que peut cumuler un contribuable par le biais des niches.

Ces dépenses fiscales, au nombre de 469 en 2009, représentent un coût de près de 70 milliards d'euros cette année selon les documents budgétaires, souligne La Tribune. Mais Gilles Carrez, rapporteur général du Budget, et Pierre Méhaignerie, président de la commission des affaires sociales de l'Assemblée, à l'origine de cette nouvelle offensive, "ont décidé que finalement il était urgent de ne rien faire", écrit le quotidien.

Les deux députés avancent plusieurs arguments pour expliquer ce recul. Pour Gilles Carrez, "il aurait été ennuyeux de décider de nouvelles limitations des niches fiscales alors même qu'aucun bilan des décisions prises à l'automne dernier n'a été effectué". "Avec le débat sur la taxe carbone, il fallait éviter de prêter le flanc à la critique d'une droite alourdissant la fiscalité", souligne de son côté Pierre Méhaignerie.
http://www.lemonde.fr/economie/article/ … _3234.html

70

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Hussard nl a écrit:

Tiens, Sabaide, on en discutait récemment : la suppression des niches fiscales, dont l'argent aurait fait le plus grand bien aux comptes de l'Etat, a été abandonnée.

Le toilettage des niches fiscales reporté

Oui, j'ai entendu ça à la radio. Je trouve ça dommage. Une réforme qui aurait eu du sens en ces temps de "vaches maigres fiscales".

Je me demande parfois s'ils n'y touchent pas uniquement parce que Bercy n'a aucune vision d'ensemble de ces niches, tellement elles sont nombreuses et variées.

Et certaines s'expliquent aisément (cf. défiscalisation pour les investissements dans les DOM-TOM ou les monuments historiques), d'autres moins (abattement de 20 % des journalistes).

C'est un travail de Titan que de les recenser et d'évaluer leur efficacité. Mais il faudra bien y venir.

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Une solution intermédiaire intéressante aurait pu être celle d'un "impôt minimum" comme aux Etats-Unis.

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Free French a écrit:

Une solution intermédiaire intéressante aurait pu être celle d'un "impôt minimum" comme aux Etats-Unis.

Oui, il faudrait élargir l'assiette de l'IR.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

73

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

C'est-à-dire?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Demande précisions a écrit:

C'est-à-dire?

Mettre en place un impôt minimum de 10 % sur tous les revenus, puis une taxation ad hoc sur le reste (en fonction des priorités politiques et/ou économiques).

50 % des Français ne payent pas d'impôts.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

C'est a dire que les 50% de francais qui ne paient pas l'IR (dont des journalistes télés par exemple) pourraient etre mis a contribution.

76

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Les journalistes télés représentent une fraction négligeable (mais qu’il serait juste de mettre à contribution) de ces 50%. La quasi-totalité de ces « non-imposables » l’est parce que justement ils ont des revenus trop faibles. Vous voulez que le chômeur ou le travailleur précaire donne à l'Etat le maigre salaire qu'il encaisse difficilement?

Il ne s’agit donc pas d’élargir l’assiette d’imposition de l’IR mais :
-    d’élargir sa profondeur (augmenter les impôts sur les hauts revenus et/ou sa progessivité)
-    de supprimer une bonne fois pour toutes les niches fiscales non productives. Le contribuable n’a pas à les financer.

77

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

RPC a écrit:

Pas tant que ça. J'ai été très surpris par l'attitude des britanniques, qui n'ont pas vraiment sourcillé à la nationalisation d'une banque alors que le sujet reste encore très tabou chez nous (voir le malaise au PS)

Tu vas encore être surpris par leur attitude:

AFP a écrit:

GB : une taxe limitant les bonus proposée par le propre gendarme des marchés

A un mois du G20, la France a trouvé un allié inattendu dans la bataille contre les bonus excessifs des banquiers, dans le chef de l'Autorité britannique des services financiers (FSA) Adair Turner qui s'est déclaré personnellement favorable à une taxe sur les transactions.

Dans une table ronde avec des économistes publiée jeudi par le magazine Prospect, sous le titre "Comment dompter la finance mondiale?", M. Turner constate qu'il va falloir désormais "une reconstruction massive du système de régulation financier mondial, et pas un petit ajustement".

Il évoque dans la foulée une City qui a grandi "au-delà du raisonnable", et dont une partie de l'activité est "socialement inutile". "Si vous voulez faire cesser les rémunérations excessives dans un secteur financier hypertrophié, (vous pouvez augmenter l'exigence de capital) et si ça ne suffit pas, j'envisagerais bien volontiers des taxes sur les transactions financières, des taxes Tobin", indique-t-il.

Imaginée par l'économiste américain James Tobin au début des années 70, une taxe sur les transactions financières destinée à décourager la spéculation et à soutenir les pays pauvres n'a jamais vu le jour, devant l'opposition des milieux financiers mondiaux. L'ancien président français Jacques Chirac est à l'origine d'une des seules concrétisations partielles de cette idée, la taxe sur les billets d'avion finançant l'achat de médicaments pour les pays pauvres.

La suggestion soudaine de M. Turner a été diversement commentée au Royaume-Uni jeudi. Première concernée, l'Association des banquiers britanniques (BBA) a noté que "plus de la moitié des 336 banques opérant au Royaume-Uni venaient d'autres pays". "C'est une réussite à ne pas prendre à la légère", notait l'association, appelant à ne pas faire fuir cette manne "avec une mauvaise régulation ou de mauvaises taxes".

Si le Guardian, journal de gauche, criait "Hourrah", Howard Wheeldon, économiste au cabinet BGC Partners, suggérait à M. Turner de "partir s'il n'aimait pas son travail", assurant que la prise au sérieux de "son idée stupide" marquerait "la fin du Royaume-Uni". Il accolait même l'adjectif "rouge" à M. Turner, rappelant que celui-ci avait été nommé en 2008 par le Premier ministre travailliste Gordon Brown.

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Sur le sujet, j'ai trouvé assez malin le discours de Sarkozy où il explique la limitation des bonus, tout en disant qu'il la proposera au G20 et laissera ensuite les chefs d'Etat la refusant expliquer à leur opinion publique pourquoi ils ne veulent pas la mettre en place.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

79

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Contribuable fortuné, tu as fraudé ? Allons donc, ce n’est pas grave mon ami. Nous te laissons jusqu’à la fin de l’année pour te rattraper.
Contribuable miséreux, tu n’as pas réglé ton impôt dans les délais ? Misérable, tu te verras appliqué une majoration immédiate de 10% et d’éventuelles poursuites en cas de non respect de ta future échéance.

Evasion fiscale : le socialiste Michel Sapin dénonce une "amnistie déguisée"

A l'annonce par Bercy d'une liste de 3 000 contribuables français détenant des comptes dans trois banques en Suisse pour un montant de 3 milliards d'euros, auxquels Eric Woerth a demandé de régulariser leur situation avant le 31 décembre, le député PS Michel Sapin s'est dit "horrifié" par cette "amnistie déguisée".

"C'est une justice à deux vitesses", a affirmé l'ancien ministre, en marge de l'université d'été du PS à La Rochelle. Selon lui, "ou bien ces 3 000 contribuables sont en situation de fraude : dans ce cas ils doivent être soumis à la procédure normale" et être "déférés devant le juge, si les faits sont avérés", mais "le gouvernement veut leur appliquer une procédure particulière, en leur disant 'si vous rapatriez vos capitaux, il n'y a aura pas de suite'. C'est donc une amnistie déguisée", a dénoncé M. Sapin.
(...)
http://www.lemonde.fr/economie/article/ … _3234.html

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Michel Sapin a écrit:

"amnistie déguisée"

Sauf si Bercy bluffe et qu'ils espèrent uniquement effrayer les fautifs.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

81

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Pas faux. Mais je doute qu'il s'agisse d'un bluff.

L'autre hypothèse étant de créer une petite panique parmi des personnes dont le nom ne figure pas sur la liste afin qu'elles déclarent d'elles-mêmes leurs revenus.

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Hussard nl a écrit:

Pas faux. Mais je doute qu'il s'agisse d'un bluff.

L'autre hypothèse étant de créer une petite panique parmi des personnes dont le nom ne figure pas sur la liste afin qu'elles déclarent d'elles-mêmes leurs revenus.

Exact. Apparemment, c'est ce qui s'est passé dans l'affaire UBS vs Etat Américain.

UBS n'était que la partie immergée de l'iceberg: il existe une multitude de petites banques spécialisées dans la gestion de fortunes.

S'il ne s'agit pas d'un bluff, comment Bercy aurait-il obtenu ce listing? Apparemment, les Suisses nient avoir déjà transmis cette liste.

Enfin, tout ceci fait bien les affaires de Hong Kong et Singapour qui voient affluer des capitaux américains et européens...

J'entendais que ces 3000 noms représenteraient environ 3 milliards d'euros, ça serait le bienvenue compte tenu de l'état des finances publiques.

Last edited by sabaidee (31-08-2009 10:26:18)

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

83

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

sabaidee a écrit:

S'il ne s'agit pas d'un bluff, comment Bercy aurait-il obtenu ce listing? Apparemment, les Suisses nient avoir déjà transmis cette liste.

Les Suisses n'ont fourni aucun listing en fait. Il s'agit plutôt de noms récupérés à partir d'analyses de flux de liquidité d'après des données transmises par 2 banques anonymes.
Par contre (cf. 2ème partie soulignée), Bercy pourra obtenir un listing (et donc confirmer la validité de leur liste) à partir du 1er janvier.

Le fisc s'en prend à 3.000 Français détenant des comptes en Suisse

Après les Etats-Unis l'an dernier, c'est au tour de la France de mettre la pression sur ceux de ses résidents qui détiennent des comptes en Suisse, sans en avoir informé l'administration fiscale. Si les deux affaires se ressemblent, la procédure n'est pas identique : par un accord signé le 19 août dernier, les Etats-Unis ont négocié l'obtention d'un fichier de 4.450 noms après avoir fait pression sur la banque UBS.

Le gouvernement français, lui, a mené des contrôles fiscaux et exploité des informations transmises spontanément par deux banques françaises, à la suite de transferts d'argent de leurs clients dans des pays « à fiscalité privilégiée ». Sur cette base, il a établi une liste de 3.000 contribuables, détenant près de 3 milliards d'euros sur des comptes suisses et qui, pour la plupart, n'auraient pas déclaré leurs avoirs à l'administration fiscale. « C'est la première fois que nous avons ce type d'informations précises, avec les noms, les numéros de compte et les montants en dépôt. C'est exceptionnel », se réjouit Eric Woerth dans une interview au « Journal du dimanche ».

Cinq mois après le G20 de Londres et les déclarations de guerre au secret bancaire, le ministre du Budget et des Comptes publics donne ainsi la première traduction concrète de la lutte qu'il entend mener contre les paradis fiscaux. L'accord de double imposition signé, la semaine dernière, avec l'administration helvétique devrait lui faciliter la tâche à compter du 1 janvier prochain, une fois ratifié par les Parlements des deux pays. Si le secret bancaire peut être levé en cas de fraude avérée, la France ne peut toutefois pas collecter ses informations auprès des banques helvétiques. « Nous demanderons des compléments d'information aux autorités suisses. Cela n'était pas possible jusqu'alors », explique l'entourage du ministre.

Jusqu'au 31 décembre
Pour l'heure, celui-ci veut surtout convaincre les fraudeurs de régulariser leur situation spontanément auprès du fisc. Il ne leur reste plus que quatre mois pour le faire : la cellule de « dégrisement », proposée depuis le printemps à Bercy, fermera ses guichets le 31 décembre. Au-delà, ce sont les procédures classiques de contrôle fiscal qui s'appliqueront, avec saisie éventuelle de la justice. Les résultats sont, pour l'instant, modestes : les 20 dossiers ayant fait l'objet d'une régularisation ont permis de collecter un demi-million d'euros d'impôt. 80 autres dossiers sont en cours de traitement. La pression pèse aussi sur les banques : convoquées à Bercy dans les prochains jours, celles-ci vont devoir communiquer l'identité des personnes ayant transféré des avoirs dans les paradis fiscaux, indique Eric Woerth. A défaut, elles se verront infliger des pénalités, pouvant atteindre jusqu'à la moitié des sommes transférées.

http://www.lesechos.fr/journal20090831/ … 531047.htm

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Ok.

Par ailleurs, ces personnes listées paieront-elles des pénalités?

En tout cas, je pense que Woerth veut s'éviter le coût et la lenteur de poursuites judiciaires. 3000 personnes, cela engorgerait sûrement les tribunaux.

Et puis, au final, ils en récupèreront sûrement d'autres...

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

85

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

sabaidee a écrit:

Par ailleurs, ces personnes listées paieront-elles des pénalités?

Non puisqu'il s'agit de "régularisations spontanées" (argument supplémentaire pour inciter les gens à se déclarer volontairement).Et puis dans ce cas précis, les 10% de pénalités auraient été appliqués sur une large assiette - ce qui pourrait freiner quelques personnes hésitantes...

En tout cas, je pense que Woerth veut s'éviter le coût et la lenteur de poursuites judiciaires. 3000 personnes, cela engorgerait sûrement les tribunaux.

Et puis, au final, ils en récupèreront sûrement d'autres...

Je pense aussi.

86

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Le Monde a écrit:

286 000 travailleurs modestes ont perçu le revenu de solidarité active (RSA) début août sur un public visé à terme de 1,9 million de personnes, indique lundi 31 août le haut commissariat aux solidarités actives.
http://www.lemonde.fr/economie/article/ … _3234.html

Etude rapide:
Le RSA au max s'élève à 400€/mois pour une personne.
En considérant 2 millions d'allocataires sur un an, on aurait donc un coût annuel maximum de: 2 000 000*400*12= 9,6 Milliards d'euros.

Libération a écrit:

Les sommes avancées par Woerth paraissent encore plus dérisoires....
Effectivement, c'est une toute petite partie de l'iceberg. Du reste, fin 2008, Woerth avait déclaré que l'on peut évaluer entre 20 et 30 milliards la perte de recettes fiscales annuelles pour la France, idem pour l'Allemagne. Ce sont des chiffres considérables. Ce qui est sans rapport avec les niches fiscales, qui représentent cinq à dix fois moins d'argent.
http://www.liberation.fr/economie/01015 … -l-iceberg

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

et?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Aucun lien.

Je suis fille unique.

C'est absurde comme raisonnement, "COMPARATIF", puisque ce n'est pas comparable à proprement parler...

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

89

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

mami a écrit:

Aucun lien.

Ce n'est pas parce que tu ne vois pas de lien qu'il n'y en a pas.

Je suis fille unique.

Et?

C'est absurde comme raisonnement, "COMPARATIF", puisque ce n'est pas comparable à proprement parler...

Scientifiquement parlant, tous les montants exprimés dans une unité homogène - ici des € - sont comparables. Je n'ai simplement pas jugé utile de développer plus en détail ma pensée.

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Paul Jorion sur France culture : http://sites.radiofrance.fr/chaines/fra … /economie/

Je vous recommandais récemment la Crise, et j'ai depuis avalé L'implosion, un peu plus technique, que je recommande également.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Comparatif a écrit:
mami a écrit:

Aucun lien.

Ce n'est pas parce que tu ne vois pas de lien qu'il n'y en a pas.

Je suis fille unique.

Et?

Bon déjà t'as pas d'humour ou tu n'es jamais allé au ciné de ta vie.

Oui, on peut aussi dire : 

"hahaha regardez, bizarre bizarre : chiffre d'affaire de L'Idéal au T1 2008 : 8.648 milliards d'€".

Et, ma dernière paire de chaussures chez Zara : "69,90€".

C'est la même unité, non ? Pourtant ça ne veut rien dire.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

92

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

mami a écrit:

Bon déjà t'as pas d'humour ou tu n'es jamais allé au ciné de ta vie.

Les deux, mon général.

Oui, on peut aussi dire : 

"hahaha regardez, bizarre bizarre : chiffre d'affaire de L'Idéal au T1 2008 : 8.648 milliards d'€".

Et, ma dernière paire de chaussures chez Zara : "69,90€".

C'est la même unité, non ? Pourtant ça ne veut rien dire.

Bah si. Si l'on suppose que ta boîte L'Ideal vend des chaussures Zara, tu peux calculer la contribution de ces chaussures au CA. You're welcome.

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Comparatif, je ne vais pas t'expliquer ce que tu dis avoir déjà compris (oui, t'as l'air de le penser ... ne te connaissant pas je te crois ...)

enfin bon, donc les 20 à 30 Mds, c'est les fraudes sociales et fiscales.
Il a précisé (dans le texte) que près de 70 % de ces montants, c'est de la fraude fiscale.
Donc quand tu compares le résultat de ton calcul élémentaire (qui a trait au social) à un chiffre comprenant le social et fiscal, que tu compares un chiffres qui porte sur une mesure sociale avec des chiffres estimés portant sur des fraudes elles aussi sociales ... tu ne devrais tout simplement pas prendre de grands airs ...

Pour ce qui est de l'homogénéité de l'equation, je te rapelle simplement que c'est une condition nécessaire mais non suffisante pour aboutir au bon résultat ...

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Merci Kimmy, tu es plus "technique que moi".

En l'occurrence, L'Idéal, c'est un jeu de mot pour parler du leader mondial du cosmétique qui jusqu'à présent, au niveau des pieds, ne s'occupe que du vernis et des cors.

Pas des chaussures.

Bref, les choux, les carottes, les frères Karamazov, toussa.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Je serais tjrs là pour te sauver ma belle ... ah merde, oui ok, pas caramail ...

Sur ce, je retourne travailler ...

96

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

kimmy a écrit:

Comparatif, je ne vais pas t'expliquer ce que tu dis avoir déjà compris (oui, t'as l'air de le penser ... ne te connaissant pas je te crois ...)

enfin bon, donc les 20 à 30 Mds, c'est les fraudes sociales et fiscales.
Il a précisé (dans le texte) que près de 70 % de ces montants, c'est de la fraude fiscale.
Donc quand tu compares le résultat de ton calcul élémentaire (qui a trait au social) à un chiffre comprenant le social et fiscal, que tu compares un chiffres qui porte sur une mesure sociale avec des chiffres estimés portant sur des fraudes elles aussi sociales ... tu ne devrais tout simplement pas prendre de grands airs ...

Et si je dis que la mise en place de mesures fiscales restreignant fortement l’évasion fiscale permettrait l’économie de montants suffisamment importants pour financer des mesures sociales. Tu comprends mieux le lien entre les 2 montants ? Quant à ta partie sur l'incohérence pour une comparaison entre montants fiscaux et sociaux, tu divagues.

Mami>> j'avais bien compris...

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Ben tu ne veux juste une fois pour toute expliciter un peu plus ton idée, parce que là, nous mettre deux citations qui au premier coup d'œil n'ont aucun lien et venir nous dire après qu'on est niaiseux, c'est un peu facile non ?

Je n'attends que ça moi, d'être convaincue par la justesse de ton propos, mais on ne comprend juste pas ce que tu veux dire.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

98

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

kimmy a écrit:

Donc quand tu compares le résultat de ton calcul élémentaire (qui a trait au social) à un chiffre comprenant le social et fiscal, que tu compares un chiffres qui porte sur une mesure sociale avec des chiffres estimés portant sur des fraudes elles aussi sociales ... tu ne devrais tout simplement pas prendre de grands airs ...

Non, s'il s'agit du financement de telles mesures sociales par la fiscalité, cela me semble tout à fait sensé

kimmy a écrit:

Pour ce qui est de l'homogénéité de l'equation, je te rapelle simplement que c'est une condition nécessaire mais non suffisante pour aboutir au bon résultat ...

Cela n'a guère de sens.

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Comparatif a écrit:

Et si je dis que la mise en place de mesures fiscales restreignant fortement l’évasion fiscale permettrait l’économie de montants suffisamment importants pour financer des mesures sociales.

Tu crois qu'à Bercy, ils n'aimeraient pas récupérer cet argent?

Quelles mesures préconises-tu?

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

100

Re: "La crise" : le plus vaste hold-up de l'Histoire de l'Humanité...

Mami, j'ai déjà eu le loisir de constater ton manque de raisonnement logique sur plusieurs de tes posts. Je ne suis pas du genre à baisser les bras mais là j'avoue que, si tu n'as pas compris mon post précédent, t'expliciter la justesse de mon propos sera au-dessus de mes forces.

Merci RPC pour la reprise de Kimmy sur la partie "homogénéité de l'equation". Kimmy aime habiller ses phrases des dessous chics de "la technique", mais, hélas pour lui, ses messages demeurent quand même creux.