Topic: Hadopi ou l'ouragan Christine

A quand la prochaine lettre de suspension d'abonnement?

Je sais pas si vous autres internautes ont suivi l'affaire (je n'en doute pas), mais le projet d'Albanel et Olivennes et cie, à savoir la loi Hadopi/Création et Internet, s'est vu débouté par le Parlement Européen (Parlement? Quel Parlement?).

Bref, les eurodéputés n'acceptent pas le principe de l'HADOPI (admnistration, pas une autorité judiciaire), censée "punir" les pirates par les suspensions d'abonnement. Du coup, s'attend-on à un vote en urgence? L'UMP semble très pressée de faire passer la loi, à la grande joie de la SACEM et des Majors du disque.

Pour ce qui n'ont pas suivi. La loi Création et Internet prévoit, avec l'accord de la CNIL, d'autoriser la surveillance (par les FAI et autres) du trafic internet en France afin de déceler les pirates. Ce qui exposerait même le trafic P2P (pourtant bien caché), notamment sur les réseaux Gnutella (Limewire), Emule et cie. La Hadopi distribuerait ensuite, selon un système échelonné, des sanctions.
Plusieurs choses troublantes: grosse intervention de l'état dans le gigantesque bordel (auquel on tient tant) d'internet, infiltration de la vie privée des gens, gros problèmes pour les entreprises et les types qui se font squatter leurs réseaux et pourquoi pas restriction de certaines libertés? Pour aller plus loin, la fin d'internet tel qu'on le connaît ?

Pour plus d'infos:

Interview de Guy Bono, eurodéputé et fervent opposant à la loi en question

http://www.lemonde.fr/technologies/arti … 51865.html

Christine qui persiste et signe:

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches … _mort.html

"Sautez dans l'urinoir pour y chercher de l'or, je suis vivant et vous êtes morts." -PKD

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Je m'interroge tout de même quant aux capacités de l'Etat dans tout cela. De toute évidence, les décideurs, politiques, ne sont pour la plupart pas au fait des technologies nécessaires à l'application d'HADOPI (celles-ci sont pourtant considérable, tant une frappe qui ne serait pas systématique, n'aurait qu'un impact très limité). Qui plus est, la rédaction de ces textes de lois semblent plus venir directement des Majors que de la réflexion personnelle d'un politique. Ce sont de bonnes opérations de lobbying, mais la méthode à adopter face à la piraterie sera déjà obsolète, avant même d'être mise en application.

"Les Français veulent l'égalité, et quand ils ne la trouvent pas dans la liberté, ils la souhaitent dans l'esclavage" Alexis de Tocqueville

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

P!erre a écrit:

la méthode à adopter face à la piraterie sera déjà obsolète, avant même d'être mise en application.

Obsolète pour quelques geeks invétérés, mais pas pour la grande majorité des pirates (càd nous...en tout cas moi).

« Hit me right in my white guilt »

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

http://www.articite.com/images_S_repertoire/tipiak.jpg

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Maudit soit la bigouden !

« Hit me right in my white guilt »

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

il est clair que les forces en présence sont quand même un peu à la masse sur ce qu'est le torrent ou le PéP.
Pour mémoire un discours bien lol de Pascal Nègre où il expliquait le plus sérieusement du monde, qu'il fallait débusquer en priorité les réseaux européens, car par exemple un téléchargement d'un fichier au Japon met plus longtemps que le téléchargement d'un fichier en GB, car le Japon, c'est loin...
<3

J'ai retrouvé mes amis imaginaires sur copains d'avant

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

*Fragrance* a écrit:
P!erre a écrit:

la méthode à adopter face à la piraterie sera déjà obsolète, avant même d'être mise en application.

Obsolète pour quelques geeks invétérés, mais pas pour la grande majorité des pirates (càd nous...en tout cas moi).

La démocratisation des méthodes de piratages est quand même la règle. Les Board Warez n'étaient connues que de quelques invétérés il y a encore peu. Aujourd'hui ces forums disséminés sont en grande partie publics, ou semi-privés, et proposent des centaines de liens vers FTP et compagnie, que les FAI n'ont ni le temps ni la capacité de contrôler totalement.
La même blague est applicable aux serveurs thaïlandais, qui ne se plieront pas forcément à l'HADOPI, et pourtant ils permettront d'échapper à Gnutella et autre, en passant par les ports les plus populaires (110 <3). En fin de compte le piratage par les masses ira toujours plus vite que le système fait pour protéger, car le déséquilibre des forces en présence est bien trop important. On aura droit à quelques cas pour l'exemple, puis rien, car de toute façon la crise inhérente à l'industrie de la culture va bien au delà du simple piratage.

"Les Français veulent l'égalité, et quand ils ne la trouvent pas dans la liberté, ils la souhaitent dans l'esclavage" Alexis de Tocqueville

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

http://fr.youtube.com/watch?v=eAr7zKxjCDY

« Hit me right in my white guilt »

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

hahahaha

l'UMP et les droits d'auteur
Article rédigé le 21/02/2009 à 10h36 par Charles P.


Cette affaire est presque du pain bêni pour les opposants à la riposte graduée. Pendant que Christine Albanel veut faire passer sa loi Création et Internet envers et contre tout, l'UMP se lance dans la contrefaçon.

Une histoire embarrassante pour l'UMP vient d'être révélée. Le parti, soutenant pourtant la création de l'Hadopi, est accusé d'avoir utilisé frauduleusement une chanson du groupe MGMT. Le titre en question, Kids, a servi d'illustration sonore à deux meetings et à plusieurs vidéos, dont une diffusée sur Dailymotion.

Isabelle Wekstein, avocate défendant les intérêts du groupe en France, a envoyé deux mises en demeure au début du mois de février, une à destination de l'UMP et l'autre à Dailymotion. Si l'hébergeur a répondu et a supprimé la vidéo frauduleuse de son site, il en est tout autre concernant l'UMP.

L'avocate estime qu'il y a un acte de « de contrefaçon, une atteinte au droit de la propriété  intellectuelle » ajoutant même : « On voit que ceux qui préconisent la chasse aux internautes ne sont pas les  plus respectueux du droit des artistes ». En effet, la demande d'indemnisation envoyé par Isabelle Wekstein est, pour le moment, restée lettre morte.


Seul Xavier Bertrand se permet d'intervenir pour tenter un mea culpa au nom du parti : « L'UMP est très attaché au respect des droits d'auteur. Et la protection des  oeuvres des artistes est quelque chose de primordial. Il fallait prévoir des indemnisations. » Il fallait oui...


Le secrétaire général de l'UMP affirme avoir payé les droits pour la chanson à la SACEM. Mais Isabelle Wekstein ne semble pas convaincue : « Même si l'UMP a payé des droits à la Sacem, ce dont je n'ai pas encore eu confirmation, cela ne règle pas le problème, car il n'y a pas eu de demande d'autorisation ni de paiement des autres droits. [...] L'UMP ne nie d'ailleurs pas l'acte de contrefaçon. »

Le gouvernement plaide pour une riposte graduée ne prenant aucunement en compte les difficultés techniques, ni la présomption d'innocence des internautes. Si nous appliquons la démarche de la loi Création et Internet à cette affaire, l'UMP a mis à disposition sur Internet du contenu ne respectant pas le droit d'auteur, ce qui fait du parti un pirate en puissance. Le responsable de la mise en ligne de ces vidéos aurait-il eu sa connexion Internet coupée pendant six mois si l'Hadopi existait ?


Mais le plus drôle dans l'histoire est que le site Internet de l'UMP lance en ce moment même un débat intitulé « Piratage, moi non plus ! » qui nous pose cette question essentielle : « Y a-t-il des limites à la « culture gratuite » ? Peut-on continuer à tout vidéo-streamer en toute impunité ? Pour un podcast anodin ... combien de victimes collatérales ? Donnez votre avis. » L'UMP veut-il vraiment qu'on lui donne le nôtre ?


En tout cas, on attend impatiemment celui de Frédéric Lefebvre, porte parole de l'UMP, qui déclarait cette semaine vouloir la création d'une commission d'enquête sur le streaming. Son propre parti en serait la première cible...

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52386

HADOPI, ou un Hommage Absurde et Désespéré aux Obsédés du « Piratage sur Internet »
Suite à la présentation du projet de loi « Création sur Internet » qui devrait prochainement être discuté au sein de l’assemblée nationale, il est permis de s’alerter au sujet de ce projet de loi, qui semble-t-il, dénonce clairement l’ignorance de ceux qui le soutiennent : ignorance des enjeux de la société de l’information telle qu’elle se présente devant nous ; ignorance des réalités sociologiques d’une génération connectée ; ignorance, enfin, des réalités techniques du fonctionnement des réseaux et des logiciels qui le composent.


Un air de… déjà vu !
Il ne s’agit pas de la première tentative de museler Internet afin de le transformer en un système centralisé ressemblant étrangement au Minitel ; cette dernière tentative étant la loi Dadvsi étudiée en 2006. Comme pour Dadvsi, l’urgence est déclarée ; comme pour Dadvsi, ce texte est annoncé comme le remède miracle contre le téléchargement non autorisé d’œuvres sur les fameux systèmes peer-to-peer ; comme pour Dadvsi, des mesures « techniques » de contrôle d’usage sont imposées ; comme pour Dadvsi, l’interopérabilité est méprisée ; comme pour Dadvsi, enfin, le logiciel libre est ignoré, et ses utilisateurs menacés.

Le tout pour se retrouver au point zéro, c’est à dire le même que celui auquel on se trouve à cet instant, pendant que des artistes souffrent de la réalité d’un système de perception de droits archaïque, organisé autour de la copie, et qui donc pour fonctionner nécessite de ce fait un système de gestion de copie organisé ; c’est à dire — par définition — l’inverse de ce qu’est Internet.


Des fondamentaux économiques bancals.
L’axiome à la base de ce projet de loi est le suivant : opposer de la résistance aux échanges informationnels sur le réseau, pariant que grâce à une logique de « vases communiquant », l’énergie qui se dissipe des résistances va converger vers les circuits organisés classiques — ceux seuls permettant actuellement la rémunération des ayants droit — du fait qu’il seront alors plus compétitifs face à un réseau où les coûts et les risques de transport seront devenus subitement élevés.

Il est permis de douter franchement de cette idéal mécanique de report des flux de trésorerie. C’est négliger qu’il y aura toujours des énergies pour résister à la résistance. Ne serait-ce par exemple parce qu’on pourrait se demander à un moment ou un autre si pourchasser ses clients pendant dix années est un modèle économique fiable ; le tout au nom bien sûr de la rémunération des artistes.

Pour donner un exemple de logique similaire, en 1845 un célèbre pamphlétaire encourageait [5], lui, de « faire une loi qui ordonne la fermeture de toutes fenêtres, lucarnes, abat-jour, contre-vents, volets, rideaux, vasistas, œils-de-bœuf, stores, en un mot, de toutes ouvertures, trous, fentes et fissures » pour lutter contre une soi-disant concurrence déloyale que faisait le soleil aux fabricants de chandelles. Son raisonnement de base — humoristique en ce qui le concerne — était pourtant précisément le même que celui qu’on entend aujourd’hui : « Si vous fermez, autant que possible tout accès à la lumière naturelle, si vous créez ainsi le besoin de lumière artificielle, quelle est en France l’industrie qui, de proche en proche, ne sera pas encouragée ? »

Demain, Hadopi sera un étage de plus sur un échafaudage fragile qui s’obstine à créer un besoin artificiel de payement de la dîme à une industrie inapte à s’adapter.


Une réalité ouvrant d’autres perspectives.
Ça peut sembler être une vérité de La Palisse ; mais les gens qui s’intéressent aux produits issus de l’industrie culturelle ne font qu’acheter ce qu’ils connaissent. D’ailleurs les statistiques effectuées sur les échanges hors marchés entre internautes ne démentent pas ce propos. Donc si, en effet, les échanges entre internautes peuvent avoir pour effet de nuire à la vente des artistes les plus connus, ils ont aussi un effet catalyseur important en termes de découverte de nouveaux artistes. Plusieurs études (voir [1]) tendent ainsi à démontrer que l’impact sur la baisse des ventes de disques, des échanges de fichiers entre internautes, tombe dans l’incertitude de la mesure, au même titre que de nombreux autres facteurs.

Par ailleurs, des études concernant les échanges ouverts de fichiers musicaux laissent apparaître une nette place à la diversité qui caractérise un réseau ouvert (voir [1]), avec 80% des œuvres les moins populaires mobilisant plus de 35% des usages. En comparaison, dans le contexte d’une vente oligopolistique telle que le défend le projet de loi « Création sur Internet », ces même 80% des œuvres les moins populaires mobilisent moins de 5% des usages. Ainsi, Internet pourrait se révéler être un catalyseur sans précédant pour l’épanouissement de la culture, à condition de créer des conditions de rémunération de la chaîne de production qui soit adaptées à sa nature décentralisée ; plutôt que de créer une hiérarchie artificielle de la diffusion de l’information pour adapter Internet à des méthodes aujourd’hui révolues.

De plus, lorsqu’il est question de rémunération de la création et de la culture à l’heure d’Internet, pourquoi se limiter à celle défendue par les industries et « officiellement » distribuée ? De nombreux créateurs de grande qualité grouillent sur Internet, et ne disposent d’aucune rémunération concernant leur production car jusqu’à maintenant le législateur s’est uniquement concentré sur le volet répressif, sans jamais s’évertuer à poser le problème cartes sur table. Trouvez vous normal, par exemple, qu’un site comme Wikipedia, qui met en avant des valeurs de partage avec des conditions permissives de réutilisation, 10e site le plus visité de l’Internet Français [3], soit obligé de se financer par les dons de ses visiteurs ?


Des principes curieux d’application de la « justice ».
On peut lister un certain nombre d’objections (source : [6]) sur les méthodes proposées par ce projet de loi :

Des mesures d’exception prévues pour les services de police luttant contre le terrorisme sont étendues à la lutte contre l’échange non autorisé de musiques et de films.
Des sociétés privées sont incitées à rechercher des infractions pénales sur Internet.
Un relevé informatique n’est pas un élément de preuve suffisante : comme s’il s’agissait de juger un crime sur la base de simple empreintes de pas laissées au sol.
La loi prévoit des peines automatiques, en rompant avec la présomption d’innocence, alors qu’il est de notoriété publique que les preuves avancées sont clairement insuffisantes.
Peut-être est-ce à cause de ces raisons, ou peut être d’autres encore, que différents « groupuscules », comme s’abaisse à les nommer Mme la Ministre, se sont opposés à ce projet de loi ou à des projets similaires. Parmi eux, la Cnil, l’Ufc que choisir, le parlement européen, la Suède, et la quasi totalité des associations liées au monde de l’Internet et du logiciel libre. En fait, les conditions d’application de cette loi sont si abusives, qu’elles pourraient tout à fait profiter à des groupes de pression organisés. Peut être demain des internautes innocents se feront racketter par un organisme mafieux situé à l’étranger, et pour être sûr que leur adresse IP ne soit pas injectée dans des réseaux de téléchargement, vireront une petite somme d’argent sur un compte situé dans un paradis fiscal, faute de quoi ils risqueraient une suspension de réseau sans procès, ni jugement.


Une dépossession organisée des ordinateurs personnel.
En ce qui concerne le cœur du projet de loi, il est concrètement « d’exclure de la toile » les gens qui ne se conformeront pas à la règle. Il s’agit d’une idée brillante, à supposer qu’il existe un dehors, mais la réalité est que Internet est un espace public. Conséquence de cela, la réponse proposée pour exclure le trafic « nuisible » est une espèce de filtrage généralisé, une mise à l’écart, on à même pu entendre parler clairement de « liste blanche ». Il a par ailleurs été nommé du bout des lèvres de fameux « moyens de sécurisation de la connexion ». Il serait intéressant que lors des débats soit explicité concrètement ce que seront ces fameux moyens.

Pendant les débats de la loi Dadvsi, il a été question de ce qu’on appelait des « Mesures de Restriction Digitales » (DRM), c’est-à-dire concrètement des dispositifs de restriction d’usage. Le fonctionnement de l’ensemble de ce genre de dispositif est par définition basé sur le principe que l’ordinateur devient une terre d’ambassade appartenant au fournisseurs de contenus, au lieu d’appartenir à l’utilisateur comme il se doit. Malgré des apparences éloignées, reviennent donc à ce propos les mêmes interrogations que celles qui ont conduit à la débâcle du projet de loi Dadvsi. Où sont les garanties d’égalité d’accès à l’information ? Où sont les garanties d’indépendance face à des acteur organisés en oligopoles ? Où sont les garanties de transparence, d’interopérabilité, le rapporteur s’y étant publiquement montré hostile (voir [2]) ! Où est la garantie d’accessibilité au réseau à partir de logiciels libre ? On peut donc se demander en quoi consisteront ces fameux « moyens de sécurisation de la connexion » et à qui ils profiterons dans les faits, en nous rappelant de l’affaire du rootkit Sony XCP [7].


Conclusion.
Espérons que ces différents point auront l’occasion d’être abordés en séance. Si comme moi vous êtes préoccupés par l’avenir d’Internet, vous devriez relayer l’appel lancé par La Quadrature du Net, qui invite chaque citoyen à draper de noir chaque site internet — portant ainsi le deuil d’un réseau neutre — et à contacter son député pour lui exposer ses doutes face à ce projet de loi.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

N'importe quoi.

Il faudrait peut-être arrêter de croire que tous les députés et tous les gens travaillant au ministère de la culture n'y connaissent rien. A chaque fois c'est le même discours: "mais ils pigent rien ces vieux, qu'ils nous laissent tranquille !". Faut se calmer deux minutes. La loi Création & Internet ne vise pas les geeks mais les ados du coin. Elle vise à effrayer les téléchargeurs.
Faut arrêter de voir des atteintes à la liberté partout.

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Woaw je suis impressionné et convaincu par ton argumentation.

C'est vrai, aucun moyen de se faire pirater son ordinateur pouvant entrainer d'être accusé à tort à la place de pirates étrangers qui utilise les machines d'autrui comme acteur "inconscient". J'ai pas le nom technique en tête mais c'est courant.

C'est clair, surveiller les machines à ce point ne s'apparente pas à de la surveillance directe et individualisée.

C'est vrai aussi, aucune raison de craindre pour nos libertés, vu les lois diverses et variées sur la sécurité, le fichage, le recul de la séparation des pouvoirs, le contrôle d'internet, les licenciements pour pensée ou parole un peu dissidente...

Et puis, on peut se demander l'intérêt d'avoir des connexions modernes rapides, étant donné que la plupart des pubs qui sont faites autour, misent directement sur la possibilité de télécharger le plus de données possibles.

Nombre d'artistes au nom desquels le gouvernement prétend agir utilisent la toile comme vecteurs pour se faire connaître, hors du système des majors qui produisent objectivement une merde musicale indigeste dont la cible principale se situe entre 8 et 14 ans, les seuls qui consomment encore cette horreur artistique contemporaine.

La réponse purement répressive apparaît totalement stupide sur internet, alors qu'ils existent des tas de solutions techniques pour faire fructifier les avancées technoloiques de communication, plutôt que de les restreindre... Mais comme les lobbies qui payent le mieux bossent pour les plus grosses entreprises qui ont mis du temps à s'adapter voire ne veulent pas s'adapter à cette nouvelle réalité du user generated content, ils font tout pour la bloquer le plus longtemps possible ces avancées, par la repression...

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Gambetta a écrit:

C'est vrai, aucun moyen de se faire pirater son ordinateur pouvant entrainer d'être accusé à tort à la place de pirates étrangers qui utilise les machines d'autrui comme acteur "inconscient". J'ai pas le nom technique en tête mais c'est courant.

"C'est courant ?" Qu'est-ce qui est courant ?

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

14

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Broz a écrit:
Gambetta a écrit:

C'est vrai, aucun moyen de se faire pirater son ordinateur pouvant entrainer d'être accusé à tort à la place de pirates étrangers qui utilise les machines d'autrui comme acteur "inconscient". J'ai pas le nom technique en tête mais c'est courant.

"C'est courant ?" Qu'est-ce qui est courant ?

Il parle de Chevaux de Troie, des logiciels pour le DDoS et les Botnet (ton ordi devient un "zombie" qui envoie des requêtes bidons à un serveur pour le faire tomber) etc.

C'est pas SI courant sauf si tu télécharges des torrents douteux avec des Keygens ou autres fichiers exécutables étranges (fichier .exe=application). D'autant plus que la plupart des ordinateurs sont maintenant équipés d'Antivirus dignes de ce nom (ex: Norton même s'il est grave cher).

Il parle aussi des gens qui se servent des réseaux Wi-Fi d'autrui. C'est pas très compliqué de déjouer le cryptage mais faut quand même être calé, d'autant plus que les gens connectés au réseaux sont enregistrés dans un log par le routeur (IP, identification physique de la machine etc), donc tu sais si tu as un troll sur ton réseau.

15

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Si vous avez un peu (beaucoup) de temps devant vous, je conseille la lecture du lien suivant sur la question :

http://www.maitre-eolas.fr/2009/02/16/1 … luc-besson

"Ecarte-toi, gnome fétide. Ma virilité n'a pas la place de passer..."

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52589

Alors que les chiffres du chômage explosent, alors que la Société Générale distribue 700 millions d’euros publics à ses actionnaires, alors que les délocalisations s’accélèrent, que l’outre-mer vit une situation insurrectionnelle…. Que les urgences fusent, donc… Le gouvernement fait passer au pas de charge le fameux texte « Création et Internet » sur lequel le Parlement délibérera et se prononcera en urgence - en vertu de la procédure du même nom.

Sur la forme : il est quand même assez singulier que ce genre de texte fasse systématiquement l’objet d’une procédure d’urgence. C’était, en effet, déjà le cas pour son ancêtre la loi DADVSI, en 2005 (La loi "Création et Internet" étant une sorte de DADVSI 2). Au point que certains réclament une commission d’enquête parlementaire afin de vérifier, à tout hasard, s’il n’existerait pas une pression de la part de divers lobbys pour faire adopter ce texte en suscitant le moins de débat possible…

A vrai dire, en douze ans de mandat parlementaire, ce n’est malheureusement pas le premier texte que je vois passer où on peut discerner plus ou moins distinctement l’empreinte des copains du Fouquet’s.

Si enquête parlementaire il doit y avoir c’est à propos du "lobbying" intensif, auprès des gouvernements (gauche et droite), qu’ont suscité de nombreux textes passés ces dernières années devant notre assemblée.

Sur le fond : ce projet de loi impose techniquement en l’état la surveillance généralisée de la connexion des 17 millions de foyers Français abonnées à l’ADSL, car pour détecter et identifier les téléchargements, illicites ou légaux, il n’y a pas d’autre méthode possible.

Un peu à l’image de radars routiers surveillant en permanence le trafic qui flasheraient tous les automobilistes, non pas pour relever les infractions mais juste pour savoir où ils sont passés.

C’est-à-dire que, sur le principe, chaque titulaire d’un abonnement Internet est considéré comme un délinquant potentiel. Sous les qualificatifs de « riposte graduée » et « proportionnalité de la sanction », inquiétants tant ils semblent tout droit sortis du service communication du Pentagone, se cache ainsi l’importation en France de l’internet à la chinoise, c’est-à-dire l’instauration pure et simple du Big Brother de Georges Orwell – avec la police politique et ses exactions en moins, il est vrai. Est-ce là une pratique digne de la France du XXIème siècle, de la France tout court ?

Ajoutons que le titulaire d’une connexion doit, dans le cadre de ce texte, se munir d’un dispositif technique permettant de filtrer sa connexion et, en cas de réclamation, doit être en mesure de prouver que ce dispositif est parfaitement fonctionnel. Si vous faites partie de la majorité de la population qui n’a pas « Bac+ 3 en informatique option réseau » malheur à vous !

Enfin, comment accepter que le contrôle et la décision de coupure des abonnements à internet soient effectués par une autorité administrative indépendante, juridiction d’exception, composée d’individus mus par la défense d’intérêts strictement privés, et non pas - a minima - par l’autorité judiciaire, seule fondée dans toute démocratie à s’immiscer dans la vie privée des citoyens et justiciables ?

Répétons-le, seule l’instauration d’une licence globale rémunérant à sa juste valeur le travail de création, pourra concilier la défense des intérêts des artistes et la liberté de l’internet. Car l’internet est constitué par nature d’échanges de données numériques qui, dans le cas de la musique et de la production cinématographique, induisent une véritable révolution des comportements comme l’imprimerie en son temps face à la copie manuelle. Il n’est ni possible ni souhaitable de la contrecarrer. Mais cela nécessite en retour l’invention d’un nouveau système de rémunération des créateurs (une taxe forfaitaire comme le prévoit la licence globale par exemple) à la fois juste, efficace et modérée - les contraintes matérielles et financières de la « riposte graduée » pouvant à cet égard se révéler bien plus lourdes et donc nuisibles au développement général de l’internet, qui demeure une nécessité.

Et puis, que feront nos petits Big Brothers lorsqu’ils se rendront compte que leur dispositif de surveillance est contourné, notamment par courriels ? Obtiendront-ils alors le privilège exorbitant d’ouvrir tous les courriers électroniques des particuliers qui contiennent des pièces jointes ? !

Seule la mobilisation des Français pourra, comme pour le travail dominical, faire en sorte que le gouvernement recule sur cette gravissime atteinte aux libertés individuelles.

De mon coté je vais prochainement adresser un courrier à l’ensemble de mes collègues pour les alerter sur ce texte, et leur signifier en termes clairs qu’en se prononçant pour son adoption ils se prononceraient pour la surveillance systématique et généralisée de leurs concitoyens, à commencer par leurs proches, familles et amis, par des vigiles aux ordres de l’industrie du divertissement.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Putain, et c'est quoi la justification pour demander l'urgence sur ce texte ?
C'est vraiment ridicule et minable.

De là à dire que c'est Orwell, il y a un pas, et il faudra que je voie le texte.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

18

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

AFP a écrit:

Albanel: films en DVD 4 mois après sortie

La ministre de la Culture, Christine Albanel, a annoncé samedi que les films seraient bientôt disponibles en DVD et vidéo à la demande (VOD) quatre mois après leur sortie en salle, pour renforcer l'offre légale sur internet.

"Nous souhaitons réduire ce délai à quatre mois pour les deux supports sans pénaliser l'exploitation en salles. Une concertation avec les professionnels est en cours. Nous agirons par décret si elle n'aboutit pas", a déclaré Mme Albanel au Journal du Dimanche (première édition), quelques jours avant l'examen à l'Assemblée du projet de loi "diffusion et protection des oeuvres sur internet".
"Les films sont aujourd'hui disponibles en DVD six mois après leur sortie en salles, et sept mois et demi pour la vidéo à la demande", a-t-elle rappelé.

Déjà adopté au Sénat, le texte, dont l'examen doit commencer mardi ou mercredi à l'Assemblée, veut stimuler l'offre légale de cinéma et de musique sur internet pour lutter contre le piratage.

C'est la contrepartie de sa principale disposition, qui prévoit de sanctionner les abonnés responsables de téléchargements illégaux selon une "riposte graduée" (suspension de l'abonnement, après deux mises en garde par mail puis lettre recommandée, le tout prononcée par une Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet, instituée par la loi).

"Notre objectif, c'est l'envoi de 1.000 messages par jour", a déclaré Mme Albanel, estimant toutefois "difficile de prévoir le nombre de suspensions de l'accès à Internet, puisque cette mesure s'appliquera aux multirécidivistes qui auront reçu au moins deux avertissements dont l'un par lettre recommandée".

19

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Good news everybody,

µTorrent, Azureus et Bitcomet offre déja la possibilité de crypter les connexions sortantes de Bittorrent (l'Upload), certains clients comme Azureus propose l'encryption en RC4. On peut donc cocher l'option dans les préférences des clients respectifs. Cela rend beaucoup plus compliqué la détection.

A voir, le wiki des utilisateurs d'Azureus, et le site www.laquadrature.net/hadopi

Au passage, l'examen de la loi débute dans quelques jours il me semble.

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

HADOPI ou comment protéger des rentiers et souiller la démocratie ?
Depuis le 4 mars dernier, les députés examinent le texte sur la loi HADOPI, voulue par Nicolas Sarkozy. Ce texte a été rejeté, le 24 septembre dernier par le parlement Européen à travers l’amendement 138 à 573 députés contre 54. Il est donc légitime de se demander pourquoi le gouvernement français veut-il ce texte à tout prix ?


L’objectif de cette loi est de lutter contre le téléchargement illicite par la riposte graduée, prévoyant notamment la déconnexion de l’Internaute et la création de liste blanche de site « clean ». Il apparait que le piratage nuit aux ventes de contenu, mais s’est-on vraiment interrogé sur un rapport de cause à effet ?

Si on regarde les chiffres de la SACEM aux USA, ils annoncent un record de revenus en 2008 avec 900 Millions de dollars, soit une hausse de 7.2%. Les auteurs de BMI vont toucher au total 786 Millions de dollars, soit une hausse de 8%. En Angleterre, les ventes d’album tous supports confondus ont fait un bond de 33% (les supports digitaux ont progressé de 41.5% compensant une baisse de 43.5% des supports physiques). La CNIL affirme même qu’aucune étude ne prouve que les échanges sur Internet notamment par le « peer-to-peer » est un facteur de baisse des ventes dans un secteur en pleine mutation. Lorsqu’on regarde ces éléments on peut légitimement s’interroger sur cette loi HADOPI et surtout la dépense de 15 Millions d’euros pour l’ARMT pour filtrer le net.

Ce ne sont pas les rapports d’experts qui manquent. Soyons sérieux ceux qui téléchargent en masse connaissent suffisamment la technologie pour la parer. Et puis avec l’arrivée du streaming vidéo et des hauts débits, il n’est même plus utile de télécharger, on peut écouter ou regarder en live à partir de n’importe quel serveur une œuvre ! Le rapport Ipoque, société leader d’outils de filtrage sur Internet rappelle la difficulté de mise en œuvre. Et puis aujourd’hui l’Internet étant couplé avec la TV et le téléphone ce sont des millions de foyer qui risquent du jour au lendemain de se retrouver privés de TV et de téléphone. Certains groupes comme La Quadrature du Net ont proposé un blackout du net pour protester contre cette loi. La Nouvelle-Zélande, le seul autre pays au monde qui avait essayé d’introduire le principe de riposte graduée et de liste blanche est revenue en arrière.

Il semble que les motivations de ce gouvernement soient toutes autres. Si en France, la tendance est assez similaire. Les ventes numériques ont fait un bon de +50% alors que les ventes de support physique s’effondrent. La SNEP principal syndicat de producteurs français annonçait que le marché hexagonal a perdu 696 Millions d’euros depuis 2002. Les revenus de la SACEM entre 2003 et 2008 en provenance de support physique ont baissé de 31%. Le digital tend difficilement à compenser ces pertes souffrant encore du faible développement d’une offre légale à prix raisonnable. Si le reste du monde connait une croissance qu’est-ce qui peut inquiéter nos barons français de la production ?

Tout simplement, avec Internet, je n’ai plus besoin de surpayer une œuvre parce que je peux l’acheter n’importe où dans le monde. Aujourd’hui, la distribution en France connait une certaine forme de monopole (ou concentration privée en cartel ce qui revient au même) via la FNAC ou TF1/C+/M6, les prix ne connaissent donc pas d’effet « concurrence ». Ceux qui ont essayé de s’introduire sur ce marché avec des initiatives technologiques type vidéo à la demande ont été balayés (voir le cas de Wizzgo par exemple). Ensuite l’Etat se rémunère aussi très bien à travers toutes sortes de taxe, d’abord la TVA puis d’autres formes d’impôts comme la redevance et enfin à travers la SACEM il assure une mainmise de la production des contenus. Il est donc maintenant évident qu’il faille protéger la rente et les privilèges de ces acteurs, au détriment du consommateur français, des effets pervers de cette mondialisation digitale. Le pirate devient donc le bouc émissaire pour construire la première brique d’un mur autour de l’Internaute français, et légitimer la légalisation du filtrage du net par l’Etat, comme en Chine Populaire.

Plus choquant encore, déjà le parlement Européen avait voulu qu’intervienne la Justice dans le filtrage, dans la recherche de l’identité comme dans la sanction. Seule la Justice, indépendante de l’exécutif doit pouvoir ouvrir et contrôler les échanges. Ce transfert de pouvoir d’un Juge à une autorité administrative revient à créer une véritable « juridiction d’exception » pour les Internautes à l’encontre du principe d’égalité devant la loi et de séparations des pouvoirs.

Le gouvernement ne recule devant rien et n’hésite pas à souiller nos libertés individuelles et la protection de notre vie privée pour asseoir son pouvoir. C’est le principe même d’équilibre de la démocratie qui est remis en cause dans cette loi. Au lieu d’élever la France dans le monde du numérique et mettre des moyens pour introduire de nouvelles technologies, c’est l’obscurantisme rampant qui gagne contre l’innovation et la créativité.

Ludovic LASSAUCE

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

L'UF Que Choisir me semble énoncer l'évidence... Et la licence globale semble toujours être la meilleure solution, pour monétiser le téléchargement au profit des créateurs.

Le texte Hadopi «bafoue la présomption d'innocence»
Recueilli par Bastien Hugues (lefigaro.fr)
10/03/2009 | Mise à jour : 18:48 | Commentaires 10 | Ajouter à ma sélection
L'UFC-Que Choisir propose une licence globale pour compenser les pertes causées par le téléchargement illégal.
L'UFC-Que Choisir propose une licence globale pour compenser les pertes causées par le téléchargement illégal. Crédits photo : AFP
INTERVIEW - L'association de consommateurs UFC-Que Choisir monte au créneau contre le projet de loi contre le téléchargement illégal sur le web, dénonçant un texte «liberticide».

La contestation monte face au projet de loi Création et Internet, réprimant le piratage des œuvres culturelles sur Internet par un système de répression graduée. Alors que l'examen du texte devrait débuter mercredi à l'Assemblée, plusieurs acteurs de l'économie numérique réclament un moratoire, tandis que des associations de consommateurs et d'internautes montent au créneau. Contacté par lefigaro.fr, Edouard Barreiro, spécialiste des nouvelles technologies à l'UFC-Que Choisir, dénonce un projet de loi «liberticide», qui «traite l'internaute comme un vulgaire pirate».

L'UFC-Que Choisir émet de vives critiques vis-à-vis du projet de loi Hadopi. Pour quelles raisons ?

La première est que l'on traite l'internaute comme un vulgaire pirate, alors que c'est le même internaute qui va ensuite aller au concert ou acheter un tee-shirt de son idole… La seconde tient à l'aspect liberticide de ce texte, qui bafoue la présomption d'innocence en prévoyant un système répressif en dehors du circuit judiciaire, dès lors qu'il y a une suspicion de téléchargement illégal. Et si vous vous défendez d'avoir téléchargé un fichier illégalement, vous pourrez être accusé de ne pas avoir sécurisé votre connexion par un mot de passe. Or, il existe déjà un tas de moyens qui permettent de pirater la connexion d'autrui : l'UFC a tenu à le faire constater par un huissier.

Que répondez-vous à ceux qui défendent le projet de loi en affirmant que l'industrie du disque et du cinéma est en crise ?

Que c'est complètement faux. La preuve, c'est qu'en dépit de la baisse des ventes de CD, les grandes maisons de disque ne perdent pas d'argent et le cinéma français ne s'est jamais aussi bien porté depuis dix ans. Le gouvernement suit la ligne des majors, qui gagnent énormément d'argent, mais oublie les petits artistes qui sont très mal rémunérés. Il faut quand même rappeler que seuls 5% des artistes vivent de la vente de leurs disques. Et d'ailleurs, seuls ces artistes qui vendent beaucoup de disques soutiennent le projet de loi Hadopi…

Le téléchargement illégal ne devrait donc pas être sanctionné ?

En tout cas pas sous la forme actuellement proposée dans ce projet de loi. La proposition de l'UFC-Que Choisir, c'est de mettre en place une licence globale, sous forme d'une participation mensuelle de deux à sept euros en plus du forfait d'accès à internet. Cela permettrait d'une part de rémunérer les artistes correctement, et de l'autre de laisser un accès libre à la culture. Quand on voit le prix des CD, des DVD ou des places de cinéma, comment peut-on parler de fracture numérique sans parler de fracture culturelle ? Mettre en place une licence globale, ce serait instaurer un droit à la culture.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Attends Greg, il me semble que tu as fait du droit quand même dans tes études ? Pas du pénal, peut-être, mais bon. Comment tu peux dire d'un article dont le titre est "Le texte Hadopi «bafoue la présomption d'innocence»" qu'il "énonce une évidence" ?

Il n'y a jamais eu autant de conneries écrite sur un texte de loi depuis le machin des tests ADN.

Last edited by Buster Keaton (10-03-2009 20:32:55)

23

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

— (voix d'outre-tombe) : JE SUIS LA HADŒPI ET JE SAIS CE QUE TU AS FAIT ! Enfin, toi ou quelqu'un d'autre, ça je sais pas. Mais ce que quelqu'un a fait, je le sais.
— Et c'est quoi ?
— TU LE SAIS.
— Heu, non, d'où ma question.
— JE NE TE LE DIRAI PAS MAIS SACHE QUE JE SAIS CE QUE QUELQU'UN A FAIT. NE REFAIS PAS CE QUE TU NE SAIS PAS QUE QUELQU'UN A FAIT, SINON JE FERAI EN SORTE QUE CE SOIT BIEN FAIT POUR TOI.




Je sens qu'on va bien rigoler avec cette loi...


(copyright me eolas, pas envie que ce clown me fasse un procès)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Buster Keaton,

Je ne sais pas si tu as fait de l'informatique durant tes études, mais chopper l'IP de quelqu'un, changer d'IP, utiliser le wifi de quelqu'un d'autre, sont des failles classiques de l'informatique.

En prime, surveiller les IP de cette façon, c'est une atteinte totale et complète à la vie privée, à un point jamais atteint jusqu'à présent.

Je ne parle même pas du système de délation organisée qui est imposé aux FAI.

Et je suis loin d'être le seul à "avoir fait du droit durant mes études" qui exprime cet état de fait.

Les recettes publicitaires liées à la pub sont très largement suffisantes pour rémunérer les auteurs, sauf que ça imposerait de taxer ceux qui se font de l'argent grâce au téléchargement, et eux, ils ne sont pas en France.

Et encore une fois, le système de licence globale permettrait de rémunérer légalement la SACEM qui rémunérerait les artistes. C'est ce que fait deezer.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Greg a écrit:

Buster Keaton,

Je ne sais pas si tu as fait de l'informatique durant tes études, mais chopper l'IP de quelqu'un, changer d'IP, utiliser le wifi de quelqu'un d'autre, sont des failles classiques de l'informatique.

En prime, surveiller les IP de cette façon, c'est une atteinte totale et complète à la vie privée, à un point jamais atteint jusqu'à présent.

Je ne parle même pas du système de délation organisée qui est imposé aux FAI.

Et je suis loin d'être le seul à "avoir fait du droit durant mes études" qui exprime cet état de fait.

Les recettes publicitaires liées à la pub sont très largement suffisantes pour rémunérer les auteurs, sauf que ça imposerait de taxer ceux qui se font de l'argent grâce au téléchargement, et eux, ils ne sont pas en France.

Et encore une fois, le système de licence globale permettrait de rémunérer légalement la SACEM qui rémunérerait les artistes. C'est ce que fait deezer.

Je ne dis à aucun moment que cette loi est bien. Je pense d'ailleurs que le système de la licence globale est bien supérieur.

Mais il faut arrêter avec le fantasme de la loi liberticide. Ca fait quinze fois qu'on la sort cette blague. On essaie de nous faire croire que cette loi va imposer aux FAI de scanner à tout moment nos actions sur internet et de nous balancer si on fait un geste de travers. Mais vous avez vu ça où bordel ? Il y a des CCTV partout dans les magasins et de plus en plus dans la rue pour empêcher de commettre des délits ou pour trouver leurs auteurs: est-ce que ça veut dire que l'Etat passe son temps à te surveiller ? Non. Et pourtant, à mon avis, le problème des caméras est bien plus important que celui des IP.
Tu penses vraiment que surveiller les IPs des gens qui téléchargent Harry Potter sur eMule c'est liberticide ? Les FAIs font partie du système: oui, et alors ? Tu crois qu'aujourd'hui ils protègent leurs usagers quand il y a une enquête (par exemple) ?
Penser que cette loi est liberticide "à un point jamais atteint jusqu'à présent", c'est vraiment être aveugle au fait qu'il y a des choses bien plus graves et liberticides que ça.

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Buster Keaton, tu m'as interpellé sur la "présomption d'innocence", je te réponds sur la présomption d'innocence.

Et en effet, ce système où l'autorité judiciare, gardienne de la liberté individuelle (art 66 Const), est écartée, contrairement à la position du parlement européen (qui a tout de même déjà voté contre un tel système), est une atteinte à la présomption d'innocence (art 8 DDHC - Préamb. Const.)

En outre, je n'ai pas parlé de "loi liberticide" mais d'atteinte à la vie privée, ce qui est un peu différent.

Le reste n'est que mon point de vue personnel.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

27

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

C'est pas la première atteinte à la présomption d'innocence et sans doute pas la dernière non plus.

On a déjà par exemple les radars automatiques, qui relèvent des infractions contestables uniquement après avoir payé l'amende.

Bon sinon que dire à part que l'Hadopi est une usine à gaz pondue par des gens trop vieux pour comprendre le sujet et/ou à la solde des majors.

Y'a plus qu'à attendre qu'un nouveeau réseau/soft de P2P bien crypté s'impose et ce sera bon, et si c'est pas le cas tout le monde passera au streaming et au direct download.

"Ecarte-toi, gnome fétide. Ma virilité n'a pas la place de passer..."

28

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Franchement, il suffit de faire un tour sur les fora pour voir que le monde du téléchargement se contrebalance d'Hadopi. Des technologies de téléchargement intraçables et haut débit existent déjà. Et il est quasiment certain que cette énième législation, déjà obsolète, ne sera pas assortie du transfert de moyens indispensables pour la rendre un tant soit peu efficace. Au pire, quoi ? Quelques dizaines d'informaticiens et quelques trackers d'adresses IP. Cela pour contrôler des millions d'internautes ? Bref, en plus d'être légalement scandaleuse (atteinte à la vie privée, personnes privées d'internet alors que ce média leur est professionnellement vital notamment en période de pénurie de jobs, sanctions infligées non par des tribunaux mais par des organismes au statut juridique inadapté, présomption d'innocence foulée aux pieds), Hadopi restera à n'en pas douter un vaste farce inopérante, potentiellement illégale et élaborée par des mecs en rupture technologique incapables d'appréhender la plasticité et la capacité d'adaptation des internautes.

Excellent article du Monde sur les technologies alternatives au bittorrent qui échapperont totalement au contrôle d'Hadopi :

http://www.lemonde.fr/technologies/arti … id=1162478

29

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

LOL !!!!!11 !! 1!! RRRANNN WTF iiii!! RRANNN RUU RU UUUURRR

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52839

X-D

30

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

fabricant d'IP a écrit:

LOL !!!!!11 !! 1!! RRRANNN WTF iiii!! RRANNN RUU RU UUUURRR

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52839

X-D

On peut effectivement "forger" des adresses IP, mais il faut avoir de très très très très solides compétences en informatique. Il doit y avoir une trentaine de types dans le monde qui sont capable de faire ça, depuis que les ISP ont mis en place des règles "anti IP forgering". Pas plus.

http://mybroadband.co.za/vb/archive/ind … 16645.html

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

6pi a écrit:

C'est pas la première atteinte à la présomption d'innocence et sans doute pas la dernière non plus.

On a déjà par exemple les radars automatiques, qui relèvent des infractions contestables uniquement après avoir payé l'amende.

Bon sinon que dire à part que l'Hadopi est une usine à gaz pondue par des gens trop vieux pour comprendre le sujet et/ou à la solde des majors.

Y'a plus qu'à attendre qu'un nouveeau réseau/soft de P2P bien crypté s'impose et ce sera bon, et si c'est pas le cas tout le monde passera au streaming et au direct download.

Justement, avec les radars, la jurisprudence implique que si tu prouves que tu as prêté ta voiture à quelqu'un d'autre, et que la personne en question t’écrit une décharge en avouant être l'auteur de l'infraction, tu ne perds pas tes points.

Là en l'occurrence, il s'agit de piratage. Par définition, tu n'es pas au courant de t'être fait pirater, et le pirate en question ne vas certainement pas te faire une déclaration admettant être l'auteur de l'infraction.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Un point Godwin pour Christine (Albanel) :
http://www.ecrans.fr/Quand-Albanel-marq … ,6626.html

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Le point godwin c'est pas plutôt lorsque l'on traite l'autre de nazi ?

Là elle se défend plutôt d'un point godwin qu'elle prétend avoir entendu dans le camp adverse, ce qui est légèrement différent, mais tout aussi faux, en l'espèce.
Oui je sais je chipote mais bon...

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

34

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Greg a écrit:

Le point godwin c'est pas plutôt lorsque l'on traite l'autre de nazi ?

Pas seulement. Le point Godwin s'obtient quand la discussion s'oriente vers un débat incluant toute comparaison avec les nazis et/ou Hitler. C'est plus général.
Les propos d'Albanel rentrent bien dans cette définition puisqu'elle assimile l'opposition au projet de loi comme une sorte d'antenne de la Gestapo. C'est elle qui compare, par l'emploi du mot "sorte".

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

35

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Greg a écrit:
6pi a écrit:

C'est pas la première atteinte à la présomption d'innocence et sans doute pas la dernière non plus.

On a déjà par exemple les radars automatiques, qui relèvent des infractions contestables uniquement après avoir payé l'amende.

Bon sinon que dire à part que l'Hadopi est une usine à gaz pondue par des gens trop vieux pour comprendre le sujet et/ou à la solde des majors.

Y'a plus qu'à attendre qu'un nouveeau réseau/soft de P2P bien crypté s'impose et ce sera bon, et si c'est pas le cas tout le monde passera au streaming et au direct download.

Justement, avec les radars, la jurisprudence implique que si tu prouves que tu as prêté ta voiture à quelqu'un d'autre, et que la personne en question t’écrit une décharge en avouant être l'auteur de l'infraction, tu ne perds pas tes points.

Là en l'occurrence, il s'agit de piratage. Par définition, tu n'es pas au courant de t'être fait pirater, et le pirate en question ne vas certainement pas te faire une déclaration admettant être l'auteur de l'infraction.

Sauf que même quand quelqu'un d'autre se dénonce, c'est bel et bien au titulaire de la carte grise de payer l'amende. On lui fait effectivement quand même grâce de la perte de points parce que faut pas pousser mémé dans les orties non plus.

Reste que si tu veux ne serait-ce que voir la photo, faut d'abord payer, et le tarif majoré en plus. Une sanction avant d'avoir la possibilité de se défendre, je trouve que c'est pas tellement compatible avec la présomption d'innocence, même si je ne doute pas que le gouvernement a dû trouver un artifice juridique.

Le principe sous-jacent est le même pour l'Hadopi : on veut de la sanction massive, donc on ne peut se permettre de passer par la justice pour cause de risque d'engorgement du système (et c'est pas comme si actuellement ça marche comme sur des roulettes).

Bref, surveiller, sanctionner, c'est beau comme un slogan UMP.

"Ecarte-toi, gnome fétide. Ma virilité n'a pas la place de passer..."

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

  • Pendant 60 ans l’industrie du disque nous a obligé à payer pour dix titres de musique même s’il n’y en avait qu’un seul qui nous plaisait.

  • Pendant 60 ans l’industrie du disque nous a obligé à repayer les droits d’auteur dont nous nous étions déjà acquités pour un disque abimé ou rayé.

  • Pendant 60 ans l’industrie du disque nous a gonflé en sélectionnant puis en faisant la promotion des mêmes artistes du "box office" et en jetant les autres aux oubliettes.

  • Pendant 60 ans l’industrie du disque n’a rendu disponible que quelques milliers de titres au même moment dans les bacs des disquaires, soit des miettes de la production musicale.

  • Pendant 60 ans l’industrie du disque nous a forcé à acheter avant d’écouter.

  • Pendant 60 ans l'industrie du disque a produit des compilations mélées de quelques titres inédits pour forcer la revente de morceaux déjà acquis.

Ces malfaisants prétendent maintenant nous donner des leçons de morale ?

Mais qu'ils disparaissent définitivement, comme les machines à écrire et les mines de charbon !

La licence globale est une nécessité.

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

De toute façon, les majors savent très bien qu'elles sont au bord de la rupture ; je pense qu'Albanel aussi en est informée : non seulement l'HADOPI ne cadre pas du tout avec les différentes dispositions prises dans le carde européen, mais en plus les élévations des débits avec les WiMaw et fibre optique vont permettre des échanges directs de fichiers ne nécessitant pas de réseaux p2p. Je me demande alors qui osera prôner le contrôle des mails envoyés par les FAI (ou des privés) ainsi que les historiques détaillés des téléchargements en port 110 pour tous les utilisateurs.

"Les Français veulent l'égalité, et quand ils ne la trouvent pas dans la liberté, ils la souhaitent dans l'esclavage" Alexis de Tocqueville

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

P!erre a écrit:

Je me demande alors qui osera prôner le contrôle des mails envoyés par les FAI (ou des privés) ainsi que les historiques détaillés des téléchargements en port 110 pour tous les utilisateurs.


J'en vois déjà un :

http://fr.readwriteweb.com/wp-content/uploads/2008/12/2008041315325336_quicklook-original.jpg

39

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

P!erre a écrit:

De toute façon, les majors savent très bien qu'elles sont au bord de la rupture ; je pense qu'Albanel aussi en est informée : non seulement l'HADOPI ne cadre pas du tout avec les différentes dispositions prises dans le carde européen, mais en plus les élévations des débits avec les WiMaw et fibre optique vont permettre des échanges directs de fichiers ne nécessitant pas de réseaux p2p. Je me demande alors qui osera prôner le contrôle des mails envoyés par les FAI (ou des privés) ainsi que les historiques détaillés des téléchargements en port 110 pour tous les utilisateurs.

Comprends pas trop : en quoi les échanges directs permettront-ils de de passer de réseau ? Faudra bien que tu saches chez aller chercher le fichier d'une façon ou d'une autre....

"Ecarte-toi, gnome fétide. Ma virilité n'a pas la place de passer..."

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Comme vous le savez peut-être, le site internet "jaimelesartistes.fr" a été fermé par décision de la Ministre de la Culture, au prétexte qu'il "subissait des attaques incessantes".

Ce qui m'étonne le plus dans cette histoire, c'est que j'ai regardé plusieurs dépêches sur le sujet, et aucune information sur la nature de ces "attaques" prétendues n'a été dévoilée.

En l'état, je trouve cela peu crédible, dans la mesure où même si un site est piraté, une simple sauvegarde permet de le relancer très facilement, sans cout supplémentaire.

De plus, il suffit de changer le code d'accès au serveur FTP assez souvent, ce qui n'est pas non plus un travail harassant ou couteux. Enfin, si c'est l'hébergeur qui est attaqué, ce qui semble être le cas, l'hébergeur peut également trouver de nombreuses stratégies de sécurisation.

A vrai dire, je ne sais pas si beaucoup d'entre vous avaient déjà entendu parler de ce site (moi pas), mais ça me paraît tout à fait être une énorme opération de buzz qui vise d'une part à criminaliser les opposants à la loi hadopi, ces méchants  "pirates" qui "hackent" et qui "n'aiment pas les artistes" et "privent de tribune ceux qui défendent les créateurs" (SIC LOL), d'autre part, à se victimiser, alors qu'il semble tout à fait anormal que le Ministère communique de cette manière sur une loi qui est en cours d'élaboration et de délibération à l'Assemblée Nationale, et enfin, à justifier la fermeture de ce site, à la demande de l'opposition, sans perdre la face.

J'attends donc des précisions techniques sur ces prétendues attaques pour retirer mes "doutes", mais en l'état, il est très simple de lancer ce que l'on appelle dans le milieu des cabinets de lobbying un "test d'instrusion" qui justifie ensuite ce genre de discours (ou qui aurait pu, plus simplement, prévenir ce genre d'attaques)

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

D'après deux trois sites un peu geek mobilisés sur la question, ils auraient tout simplement fait planter le serveur en permanence. Ca ne m'étonnerait pas.

42

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Elessar a écrit:

D'après deux trois sites un peu geek mobilisés sur la question, ils auraient tout simplement fait planter le serveur en permanence. Ca ne m'étonnerait pas.

Ca avait été fait pour le site de la Scientologie (cf: 4chan)

Ca s'appelle le DDOS (Distributed Denial of Service)

http://en.wikipedia.org/wiki/DDOS

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

J'aimerais qu'une source "proche du dossier" s'exprime et nous donne des précisions techniques effectives et vérifiables plus qu'une spéculation de geeks, et plus que de vagues déclarations.

Les attaques DDOS, c'est vieux, c'est connu. Ce sont des attaques facilement traçables et l'on peut aisément retrouver les responsables. Ca m'étonnerait qu'un geek s'amuse à cela, étant donné qu'il sait qu'il pourrait être assez facilement retrouvé. 

D'ailleurs, si c'est effectivement une attaque DDOS, c'est un peu ironique puisque pour réaliser une telle attaque, il faut justement un grand nombre d'ordinateurs piratés qui exécutent des requêtes en continu (sans que leurs propriétaires soient  au courant), exactement le même risque que pour le téléchargement illégal exercé par l'intermédiaire d'ordinateurs détournés sans que leurs propriétaires en soit conscients.

Enfin, je ne vois aucunement l'intérêt de fermer le site face à cela, à part pour faire un coup médiatique dont les objectifs sont déjà sus-mentionnés.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

44

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Greg a écrit:

J'aimerais qu'une source "proche du dossier" s'exprime et nous donne des précisions techniques effectives et vérifiables plus qu'une spéculation de geeks, et plus que de vagues déclarations.

Les attaques DDOS, c'est vieux, c'est connu. Ce sont des attaques facilement traçables et l'on peut aisément retrouver les responsables. Ca m'étonnerait qu'un geek s'amuse à cela, étant donné qu'il sait qu'il pourrait être assez facilement retrouvé. 

D'ailleurs, si c'est effectivement une attaque DDOS, c'est un peu ironique puisque pour réaliser une telle attaque, il faut justement un grand nombre d'ordinateurs piratés qui exécutent des requêtes en continu (sans que leurs propriétaires soient  au courant), exactement le même risque que pour le téléchargement illégal exercé par l'intermédiaire d'ordinateurs détournés sans que leurs propriétaires en soit conscients.

Enfin, je ne vois aucunement l'intérêt de fermer le site face à cela, à part pour faire un coup médiatique dont les objectifs sont déjà sus-mentionnés.

Peut être bien, mais le site a sûrement du être bien trollé, et le DDOS est pas tout le temps le fruit d'ordinateurs zombies à l'insu de leur propriétaire, les différentes aventures de 4chan et 711chan ont montré que des internautes bien organisés pouvaient faire tomber un site sans problème. Et le traçage est d'autant plus compliqué si l'attaque est massive.

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

"Troller n'est pas hacker".

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

46

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Greg a écrit:

J'attends donc des précisions techniques sur ces prétendues attaques pour retirer mes "doutes", mais en l'état, il est très simple de lancer ce que l'on appelle dans le milieu des cabinets de lobbying un "test d'instrusion" qui justifie ensuite ce genre de discours (ou qui aurait pu, plus simplement, prévenir ce genre d'attaques)

Si tu souhaites des infos complettes, vas sur http://www.pcinpact.com/actu/news/49705 … shitup.htm tu auras tte la news en exclu, ensuite vas faire un saut sur les commentaires, l'un des gérants s'y explique.

Le site existait cependant depuis un longtemps. PCI en avait parlé par le passé et j'avais été voir de quoi il en retournait comme de nombreux lecteur de se site

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Greg a écrit:

Enfin, je ne vois aucunement l'intérêt de fermer le site face à cela, à part pour faire un coup médiatique dont les objectifs sont déjà sus-mentionnés.


Euh pour le coup je suis pas trop d'accord : sur ce coup là elle passe pour une conne qui recule, donc je ne comprends pas l'intérêt qu'elle aurait eu à fermer le site. A mon avis elle l'a pas fait par plaisir.

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Merci pour ce lien.

Il n'est pas inintéressant de relever le message de push it up (l'ex hébergeur du site) se défendant d'avoir réalisé le site.

L'agence qui l'a créé s'appelle "l'Inconscient collectif"
http://societe.journaldunet.com/fiche/c … ctif.shtml :

auto-description de la société l'Inconscient collectif sur journaldunet a écrit:

: Description de la société
    JMS l'inconscient collectif, agence de communication transverale, spécialisée en marketing viral, axée 15-25 ans. Campagnes publicitaires interactives, déclinées sur tous supports. Production graphique, web et audiovisuel.
Autres informations
    Les campagnes mises en œuvre par « JMS l’inconscient collectif » reproduisent intuitivement les processus mentaux qui entraînent l’adhésion de communautés à une marque, un produit ou un service, pour les ancrer dans… l’inconscient collectif.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

49

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

Le sujet semblant vous toucher, pour les futur infos concernant ce projet, je vous invite à visiter PCI qui depuis le début fournissent une information très détaillée et documentée cité ensuite par les autres sites. Les inpactiens les plus pointus envoyant mêmes leurs mails d'explications terminant directement dans l'hémiscicle afin d'éclairer les députés contredisant ce projet sur les mensonges éhontés de notre ministre de la culture.

Re: Hadopi ou l'ouragan Christine

lanoux a écrit:

Le sujet semblant vous toucher, pour les futur infos concernant ce projet, je vous invite à visiter PCI qui depuis le début fournissent une information très détaillée et documentée cité ensuite par les autres sites. Les inpactiens les plus pointus envoyant mêmes leurs mails d'explications terminant directement dans l'hémiscicle afin d'éclairer les députés contredisant ce projet sur les mensonges éhontés de notre ministre de la culture.

Connaissant des informaticiens les mails vont être pleins d'une terminologie complexe et à peu près incompréhensible pour les vieux messieurs blancs du parlement.
Ca va les rendre encore plus perplexes.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016