101

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Encore une gaffe de Rama Yade (je ne sais plus si on en avait parlé, ces propos datant d'une semaine; si c'est le cas, désolé) : Si je ne devais parler qu'avec des gens supposés irréprochables sur le plan démocratique ou des valeurs des droits de l'homme, je ne parlerais qu'à des états européens. Sic

Vidéo : http://www.lepost.fr/article/2008/04/10 … erape.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

La mode du moment : les anciens premiers ministres qui donnent des conseils. Après Raffarien et Juppé, Balladur :

Balladur à Sarkozy:"y voir plus clair"

L'ancien Premier ministre (UMP) Edouard Balladur recommande à Nicolas Sarkozy de "permettre aux Français d'y voir plus clair", dans une interview au Journal du Dimanche.

"Beaucoup de choses ont été faites depuis un an, d'où le sentiment d'une certaine surabondance. Il faut permettre aux Français d'y voir plus clair", affirme M. Balladur, alors que M. Sarkozy doit s'exprimer à la télévision jeudi.

L'ancien candidat à la présidentielle souhaiterait "par exemple que le gouvernement fasse savoir rapidement quel est son plan d'action pour 2008. A quel rythme il compte avancer, ce qui est prioritaire et ce qui peut être reporté à 2009".

A propos de la polémique née de la volonté avortée de l'Etat de se désengager du financement de la carte de famille nombreuse de la SNCF, il estime qu'il "faut toucher avec d'infinies précautions à la politique familiale", "une priorité".

Source : AFP

103

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

" les ministres, c'est comme les batteries,  dès qu'elles faiblissent, ils faut les jetés et les remplacés "

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Sarkoland a écrit:

" les ministres, c'est comme les batteries,  dès qu'elles faiblissent, ils faut les jetés et les remplacés "

Triple PAN
Rare...

Alliolie smile
"Ils ne savaient pas que c'était impossible... alors ils l'ont fait"
"C’est étrange comme on exècre l’idée de n’être pour les autres qu’un moyen de parvenir à une fin qui n’est pas nous"

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Un résumé de tous les couacs gouvernementaux depuis deux semaines: http://www.lepost.fr/article/2008/04/18 … ement.html

Laissez dire les sots, le savoir a son prix (Jean de la Fontaine)

106

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

lemonde a écrit:

Les journalistes boycottent la sortie du conseil des ministres
23.04.08 | 13h27


PARIS (Reuters) - Les journalistes présents dans la cour de l'Elysée ont déposé caméras, micros et enregistreurs pour protester contre un nouveau dispositif de confinement de la presse lors de la sortie du conseil des ministres.

C'est traditionnellement l'occasion d'interroger au vol les membres du gouvernement dans une cohue bon enfant.

Mercredi, les services de la présidence avaient installé un cordon pour maintenir les journalistes sur un côté de la cour, loin du passage des ministres.

Après une première menace de grève des micros et caméras, ce cordon a été déplacé mais sans que le mouvement des journalistes en soit vraiment facilité.

Ces derniers n'ont alors pas repris leur matériel, aligné au pied du cordon, et sont restés à trois pas en arrière, sans poser la moindre question à des ministres éberlués.

"Qu'est-ce qui se passe ? Vous ne posez pas de questions ?" a ainsi demandé la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, qui a marqué une hésitation avant de rejoindre sa voiture.

La majorité des journalistes a ensuite boycotté le compte rendu du porte-parole du gouvernement, Luc Chatel.

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ahahah très bon. C'est ça le moyen qu'à trouvé Saussez pour éviter les couacs : éviter les journalistes ?

So, where's the Cannes Film Festival being held this year?

108

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Le Figaro a écrit:

Lellouche dénonce  la «désinvolture» de Morin

Le député de Paris est irrité par les déclarations du ministre de la Défense sur le second porte-avions français et juge que plusieurs membres «d'ouverture» du gouvernement ne sont «pas à la hauteur».
Pierre Lellouche est agacé. Le député de Paris, candidat malheureux aux municipales dans le VIIIe arrondissement, trouve que la politique étrangère et de défense de la France n'est pas à la hauteur et l'a fait savoir, mercredi sur RTL. «Les orientations du président sont bonnes» en la matière, assure-t-il. Mais pour lui, c'est «l'ouverture» qui a «atteint ses limites».

«Il y a un défaut de lisibilité, pas dû aux orientations du président qui sont bonnes, mais dans l'exécution, les musiciens ne sont pas forcément à la hauteur de l'exercice», estime Pierre Lellouche, à qui n'a jamais caché ses ambitions ministérielles à la Défense ou au Quai d'Orsay.

Dans son collimateur, deux ministres ralliés à Nicolas Sarkozy : Bernard Kouchner et Hervé Morin. Le ministre de la Défense est particulièrement visé suite à ses déclarations sur la probable remise en cause de la construction d'un second porte-avions français. Pour le député de Paris, Hervé Morin a fait preuve de «légèreté et de désinvolture» en évoquant le sujet en public. «Je ne suis pas sûr que le président de la République soit sur la même ligne», affirme-t-il.

Kouchner : «statu quo» au Liban

Et Pierre Lellouche de se livrer ensuite à un plaidoyer en faveur de ce second porte-avions. «C'est pas franchement le moment de baisser la garde. Le monde est vraiment très dangereux. Parler des questions de défense, ce n'est pas seulement une affaire comptable. C'est le travail du ministre de la défense de se battre pour défendre ses crédits», explique-t-il. Avant de dénoncer la «gabegie» de la formation professionnelle, dont le budget, 26 milliards d'euros, représente «pas loin d'une dizaine de porte-avions.

Mais si Hervé Morin en prend pour son grade Bernard Kouchner n'est pas épargné pour autant. Pierre Lellouche fustige ses «sept voyages» au Liban, toujours sans président, qui n'ont abouti qu' «au statu quo», ainsi que l'inefficacité de son action au Darfour.

Autre victime de la colère du député de Paris : Rama Yade, accusée d'avoir, par ses propos sur un éventuel boycott de la cérémonie d'ouverture des JO de Pékin, mis la France en porte-à-faux avec la Chine, obligeant Nicolas Sarkozy à multiplier les gestes d'apaisement.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Un nouveau couac, il y avait longtemps, au moins deux jours !

Les Echos a écrit:

Cela ressemble fort à un nouveau "couac". Alors que l'UMP vient de demander "avec force le démantèlement définitif des 35 heures", en réclamant "que la durée du travail soit contractuelle, entreprise par entreprise", par la voix de son secrétaire général Patrick Devedjian, le ministre du Travail Xavier Bertrand a corrigé le tir, déclarant à l'Agence France Presse qu'il "fallait garder une durée légale du travail à 35 heures".

De la nuance, le vice-président du parti majoritaire Jean-Pierre Raffarin en avait déjà quelque peu apporté plus tôt dans l'après-midi de ce 19 mai, date emblématique du vote de la première loi Aubry. "Il est clair que nous ne voulons pas toucher à la durée légale du travail", avait-t-il indiqué sur LCI. "Ce que veut dire Patrick Devedjian, ce n'est pas de donner aux partenaires sociaux, entreprise par entreprise, la liberté de discuter la durée légale mais de discuter les heures supplémentaires", avait rapidement expliqué l'ancien Premier ministre. "Ce n'est pas un 'couac', c'était une imprécision. Mais voilà qui est clair, j'ai précisé", avait-il ajouté.

Selon les dernières déclarations de Xavier Bertrand à l'AFP, une loi permettrait, à partir de début 2009, aux entreprises de négocier de "la souplesse", notamment sur les heures supplémentaires. "Il nous faut sortir du carcan des 35 heures imposées partout et pour tous, mais il faut garder une durée légale du travail à 35 heures, qui déclenche les heures supplémentaires majorées pour le salarié", a expliqué Xavier Bertrand. "La bonne solution pour ça, c'est la négociation sociale dans les entreprises", car aujourd'hui, "il y a des contingents d'heures supplémentaires qui trop souvent bloquent". "Il est possible et nécessaire d'avoir de la souplesse dans un cadre légal", a-t-il souligné.

A partir de la "position commune" sur la représentativité syndicale, conclue entre CGT, CFDT, Medef et CGPME, qui prévoit la possibilité de négociations d'entreprises sur les contingents d'heures supplémentaires, "nous allons maintenant préparer un projet de loi pour une entrée en vigueur début 2009", a-t-il ajouté.
Des propos très vite nuancés

Le président Nicolas Sarkozy, le gouvernement et, de façon plus générale, la droite, ont fait de la semaine des 35 heures, une réforme phare du gouvernement de gauche de Lionel Jospin (1997-2002), une des principales causes des maux de la France. Les gouvernements de droite qui ont succédé à celui de Lionel Jospin ont progressivement assoupli les 35 heures sans toutefois toucher à la durée légale, dont l'organisation patronale Medef demande la suppression.

Il y a quelques jours, le Premier ministre François Fillon avait insisté, déclarant que l'objectif du gouvernement était "de sortir définitivement du carcan des 35 heures". En janvier, le président de la République avait également été obligé de corriger l'interprétation faite par de nombreux commentateurs de ses propos sur la "fin" des 35 heures et assuré ne pas vouloir supprimer la durée légale du travail.

Cette fois, interrogé sur le sujet à son arrivée devant le Pavillon Gabriel (où se tient le 10e anniversaire de la Fondation pour la deuxième chance), le président de la République a renvoyé aux propos de son ministre du Travail qui "a bien parlé", "comme toujours".

Demain, la ministre de l'Emploi, Christine Lagarde, pourrait prendre position lors d'une conférence de presse sur le dispositif des heures supplémentaires et les dix ans des 35 heures avec Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat chargé de l'Emploi.

So, where's the Cannes Film Festival being held this year?

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ah puis ça va nous faire une énième réforme des 35 heures, l'occasion de dire "on est pas contre, on va assouplir pour que ça soit bien"

'a vache, depuis le temps qu'ils assouplissent, ça doit être génial la durée du temps de travail.

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

L'occasion surtout de rappeler "c'est trop tôt pour dire ça, attendez un peu les gars"

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

112

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Morano vs Boutin : le duel.

Le Figaro - AFP a écrit:

Mères porteuses: Morano tacle Boutin

La secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano, a regretté ce matin la "confusion" apportée au débat sur les mères porteuses par la ministre du Logement Christine Boutin, qui a lancé une pétition contre la légalisation de la "gestation pour autrui".
Mme Morano a ainsi répliqué à sa collègue du gouvernement, qui avait critiqué la veille sa prise de position en faveur d'un "cadre légal" pour les mères porteuses, tel que l'a préconisé mercredi un groupe de travail du Sénat.

Mme Boutin avait notamment qualifié de "surprenants" les propos de la secrétaire d'Etat qui s'est dite prête à porter l'enfant de sa fille si celle-ci souffrait d'une malformation utérine.
La réaction de Mme Boutin, selon Mme Morano, est "passionnée", mais "en même temps elle apporte beaucoup de confusion parce que le Sénat est très précis dans ses conditions", a estimé Mme Morano sur RTL, précisant que la mère porteuse ne devait "en aucun cas être la mère génitrice, c'est-à-dire la mère biologique".

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Demian a écrit:

Bon ben là l'ordre règne de nouveau, MAM qui demande des caméras de surveillance à Paris, ça me fait un peu mal, surtout de sa part...

Aïe, je vais faire ma bouzeuse qui n'a pas trop suivi l'actualité MAM, mais pourquoi "surtout de sa part..." ?

Dinde forever

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Tu oublies les Londoniens big_smile

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

115

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Pékin, Shanghai, Tianjin, etc.


Ils installent de plus en plus de caméras et te montrent à la télé les résultats : larcins, accidents, trucs rigolos, etc.
Perso j'aime bien regarder la TV pendant ces moments là, tu as la propagande et les consignes de sécurité en même temps !

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

116

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Et Levallois bien sûr!!
Moi je n'ose plus jeter mon mégot en allant au taf....

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

117

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Camouflet (mérité) pour Dati :

Le Figaro a écrit:

Fillon enterre le projet d'incarcération dès 12 ans

Le premier ministre a désavoué Rachida Dati vendredi, en se disant «totalement hostile» à la prison pour les mineurs de 12 ans.

La réforme de la justice des mineurs se complique pour Rachida Dati qui va devoir composer avec les réserves de François Fillon. Le premier ministre s'est déclaré vendredi «totalement hostile» à l'emprisonnement des mineurs de moins de 12 ans et a assuré que «son gouvernement n'avait aucun projet dans ce domaine». La position du chef de Matignon sur la mesure phare du rapport Varinard le passage de la responsabilité pénale à 12 ans- diverge nettement de celle de la ministre de la justice. Mercredi, Rachida Dati avait soutenu que «sanctionner pénalement les enfants dès 12 ans relevait du bon sens». Si «sanctionner ne veut pas dire emprisonner, les juges pour mineurs doivent pouvoir disposer d'une palette de réponses adaptées qui vont jusqu'à l'incarcération», avait-elle ajouté.

Toutefois, Rachida Dati rejoignait la commission Varinard sur le caractère exceptionnel de la mise en prison d'un jeune dès 12 ans. Le président de la commission André Varinard préconisait ainsi dans son rapport «l'impossibilité d'incarcérer un mineur de moins de 14 ans sauf en matière criminelle». Des garde-fous insuffisants apparemment pour le premier ministre. «Il y a d'autres solutions pour traiter y compris les cas les plus extrêmes de violences concernant les enfants de 12 ans», a défendu vendredi François Fillon.

Un projet de loi d'ici à mars 2009

«Il y a un débat qui a été ouvert à la demande du gouvernement et à la demande du président de la République sur la rénovation des textes qui concernent la majorité pénale. Il n'est pas question que les conséquences de ce débat aboutissent à la mise en prison d'enfants de 12 ans», a-t-il ajouté. La mesure polémique du rapport Varinard a déjà provoqué une levée de boucliers parmi les rangs de la magistrature et des associations. Le Syndicat de la magistrature (SM, à gauche) a dénoncé «une vision réactionnaire et répressive de l'enfance» qui «remet en cause la primauté des réponses éducatives». «Enfermer un jeune de 12 ans, c'est faire preuve de déterminisme. La prison va faire de ces mômes des caïds. Cette réforme est un constat d'échec», a regretté Sonia Imloul, chargée de mission à la Délégation interministérielle à la ville et fondatrice de «Respect 93».

Outre cette proposition de fixer l'âge de la responsabilité pénale à 12 ans, le rapport Varinard suggère la possibilité pour la police d'auditionner des mineurs de moins de 12 ans, même si ceux-ci seront encore trop jeunes pour être responsables pénalement et recommande la création d'un tribunal correctionnel pour adolescents qui remplacerait les tribunaux pour enfants pour certains délits commis entre 16 et 18 ans.

Rachida Dati espère pouvoir présenter son projet de loi d'ici à mars 2009. Il y a urgence, avait-elle plaidé en avril, en citant l'explosion de la délinqence juvénile. En 2006, plus de 57.000 mineurs ont été condamnés par la justice et 32 enfants de moins de 13 ans ont été jugés pour des crimes.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Yep, j'ai approuvé aussi ce gros camouflet, c'est vraiment une proposition imbécile, inadaptée et disproportionnée.

J'aurais plus incliné dans le sens de donner des peines d'intérêt général, fonction à la fois utilitaire, pédagogique, éducative. Et ça les occupe au lieu de verser dans la délinquance.

A mon avis, le problème vient plus des parents qui ne peuvent pas assurer l'éducation ou éduquent mal...

Last edited by kobayashi (06-12-2008 00:41:14)

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ce qui est vraiment marrant (ou pas pour le portefeuille des contribuables), c'est l'inutilité de toutes les "commissions" établies depuis Avril 2007: Attali, Varinard, Leonetti.....

Last edited by Buster Keaton (06-12-2008 00:39:16)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

En ce qui concerne la commission Attali, l'inutilité tient plutôt de la frilosité clientéliste du gouvernement, et aussi d'un contexte qui ne se prête guère à l'application de ses recommandations (ceci dit le toujours insupportable Attali soutient que de nombreuses propositions sont déjà passées...)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Jalabar Xho a écrit:

En ce qui concerne la commission Attali, l'inutilité tient plutôt de la frilosité clientéliste du gouvernement, et aussi d'un contexte qui ne se prête guère à l'application de ses recommandations (ceci dit le toujours insupportable Attali soutient que de nombreuses propositions sont déjà passées...)

En effet, mais pas les siennes.

"Tout homme qui est un vrai homme doit apprendre à rester seul au milieu de tous, à penser seul pour tous - et au besoin contre tous." Romain Rolland

122

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Rama Yade, cible à abattre :

Le Figaro - AFP a écrit:

Droits de l'homme : Yade et Kouchner en total désaccord

Le ministre des Affaires étrangères regrette d'avoir demandé un secrétariat d'Etat sur la question. Mais Rama Yade défend son poste, en assurant qu'elle a fait «beaucoup de choses en dix-huit mois».

Au moment du 60e anniversaire de la déclaration universelle des Droits de l'homme, la tension monte entre Bernard Kouchner et Rama Yade. Tout a commencé avec des propos pour le moins inattendus du ministre des Affaires étrangères publiés dans le Parisien de mercredi. Il estime en effet que son idée de créer un secrétariat d'Etat aux droits de l'Homme était une «erreur». Il l'explique ainsi : «il y a contradiction permanente entre les Droits de l'homme et la politique étrangère d'un Etat, même en France».

«Cette contradiction peut être féconde mais fallait-il lui donner un caractère gouvernemental en créant ce secrétariat d'Etat ? Je ne le crois plus et c'est une erreur de ma part de l'avoir proposé» à Nicolas Sarkozy, poursuit-il. «On ne peut pas diriger la politique extérieure d'un pays uniquement en fonction des droits de l'Homme. Diriger un pays éloigne évidemment d'un certain angélisme», ajoute-t-il.

Bernard Kouchner précise toutefois que ses propos visent «la structure, pas des personnalités». Le chef de la diplomatie estime ainsi que Rama Yade, qui dirige ce secrétariat d'Etat, «a fait, avec talent, ce qu'elle a pu». «Vous ne pouvez pas tout faire respecter, et par conséquent vous êtes attaqués en permanence. Même quand vous agissez», ajoute-t-il. «Il est important que Rama Yade s'occupe avec passion des droits des enfants et de ceux des femmes, notamment en matière de violences sexuelles. Il ne faut pas de titre pour être efficace», poursuit-il.

Copé prend la défense de Rama Yade

Ces déclarations, réitérées au micro d'Europe 1 mercredi matin, peuvent fragiliser un peu plus Rama Yade, alors que l'ombre d'un remaniement, même retardé, plane toujours. D'autant que la jeune femme aurait provoqué l'ire de l'Elysée cette semaine, en refusant de se présenter aux élections européennes de juin prochain.

Le chef de file des députés UMP Jean-François Copé a pris sa défense en déclarant que, contrairement à ce qu'affirme Kouchner, «un secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme, c'est utile». Mais avec ou sans soutien, la secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme ne compte pas se laisser faire. En témoigne cette réplique presque prémonitoire à son ministre de tutelle, dans une interview à Métro réalisée avant les propos tenus par Kouchner : «En dix-huit mois, j'ai fait beaucoup de choses», assure-t-elle, énumérant les différents chantiers auxquels elle s'est attaquée depuis qu'elle occupe cette fonction.

«J'ai par exemple fait adopter par l'Union européenne un projet de lignes directrices contre les violences faites aux femmes. J'ai également fait rallier dix-sept pays à la cause des enfants soldats pour que des mesures concrètes y soient prises contre leur recrutement. A la fin du mois, je vais lancer à l'ONU un appel universel pour la dépénalisation de l'homosexualité. Une soixantaine d'Etats vont nous rejoindre, ajoute-t-elle. Tous ces chantiers en si peu de temps ont permis à la France de montrer son rôle leader sur la question des droits de l'Homme et d'être suivie par d'autres Etats».

Quelque soit le niveau de tension, Bernard Kouchner et Rama Yade participeront mercredi soir aux cérémonies de célébration du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948 à Paris. Un rassemblement et le dévoilement d'une plaque sur le Parvis des droits de l'Homme auront lieu à cette occasion au Trocadéro à Paris.

Karoutchi s'en mêle :

Le Parisien a écrit:

Pour Karoutchi, Rama Yade doit se présenter aux européennes
 
Le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, Roger Karoutchi, a estimé que Rama Yade, sa collègue chargée des Droits de l'Homme, ne peut pas refuser de se présenter aux européennes si le président de la République le lui demande.

«Lorsqu'on fait partie de l'équipe du président de la République, lorsqu'on a été choisie par le président de la République, si dans la stratégie politique pour conduire des batailles on a besoin de vous, il faut y aller», a déclaré Roger Karoutchi sur i-Télé.

«Si le président de la République le lui demande vraiment, à mon sens, il faut qu'elle accepte d'y aller», a-t-il ajouté.

Rama Yade avait annoncé dimanche qu'elle ne se présenterait pas aux élections européennes de juin, comme l'y encourageait Nicolas Sarkozy depuis quelques semaines. Elle avait fait valoir qu'un tel mandat était «prématuré» et ne lui permettrait pas de donner «le meilleur» d'elle-même.

Et Baroin nous fait sa crise d'ado :

Le Figaro - AFP a écrit:

Baroin d'accord avec Kouchner

François Baroin, député-maire (UMP) de Troyes, a estimé aujourd'hui que Bernard Kouchner avait eu "raison" de dire que la création d'un secrétariat d'Etat aux droits de l'homme était une erreur, car ce domaine relève du président de la République.
"Je crois qu'il a raison", a déclaré l'ex-ministre lors de l'émission Questions d'info (LCP-France Info-AFP).

"La diplomatie, dans toutes ses dimensions, doit intégrer la valeur universelle à la française" des droits de l'Homme, a ajouté M. Baroin. "C'est une partie intégrante de toute politique et c'est d'abord et avant tout porté par le président de la République".
Selon lui d'ailleurs, Jacques Chirac est l'un de ceux qui "a fait le plus pour la protection des droits de l'Homme".

"Rama Yade l'a dit elle-même: lorsque Kadhafi est venu, et qu'elle a montré du doigt la diplomatie de +paillasson+ et que malgré tout on a accueilli Kadhafi avec tous les ors et fastes de la République, elle a constaté très rapidement les limites de l'exercice de son ministère", selon le député de l'Aube. Même si, tempère-t-il, "elle apporte beaucoup dans ce gouvernement".

Si Rama Yade avait été une personne un peu plus sympathique, je l'aurais plainte. Mais en fait, non.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

FDL a écrit:

Rama Yade, cible à abattre :

Le Figaro - AFP a écrit:

«J'ai par exemple fait adopter par l'Union européenne un projet de lignes directrices contre les violences faites aux femmes. J'ai également fait rallier dix-sept pays à la cause des enfants soldats pour que des mesures concrètes y soient prises contre leur recrutement. A la fin du mois, je vais lancer à l'ONU un appel universel pour la dépénalisation de l'homosexualité. Une soixantaine d'Etats vont nous rejoindre, ajoute-t-elle. Tous ces chantiers en si peu de temps ont permis à la France de montrer son rôle leader sur la question des droits de l'Homme et d'être suivie par d'autres Etats».

Quelque soit le niveau de tension, Bernard Kouchner et Rama Yade participeront mercredi soir aux cérémonies de célébration du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948 à Paris. Un rassemblement et le dévoilement d'une plaque sur le Parvis des droits de l'Homme auront lieu à cette occasion au Trocadéro à Paris.

PAN! pour l'AFP et le Figaro, "Quel que soit le niveau de tension..."

Ce sont les enfants sages, Madame, qui font les révolutionnaires les plus terribles. Ils ne disent rien, ils ne se cachent pas sous la table, ils ne mangent qu'un bonbon à la fois, mais plus tard ils le font payer cher à la Société.
Sartre, in Les mains sales
N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. Albert Einstein

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

FDL a écrit:

Si Rama Yade avait été une personne un peu plus sympathique, je l'aurais plainte. Mais en fait, non.

Sympathique n'est pas un synonyme de "à gauche".

Certes.

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

FDL a écrit:

Rama Yade, cible à abattre :

Le Figaro - AFP a écrit:

Droits de l'homme : Yade et Kouchner en total désaccord

Le ministre des Affaires étrangères regrette d'avoir demandé un secrétariat d'Etat sur la question. Mais Rama Yade défend son poste, en assurant qu'elle a fait «beaucoup de choses en dix-huit mois».

[...]

"Rama Yade l'a dit elle-même: lorsque Kadhafi est venu, et qu'elle a montré du doigt la diplomatie de +paillasson+ et que malgré tout on a accueilli Kadhafi avec tous les ors et fastes de la République, elle a constaté très rapidement les limites de l'exercice de son ministère", selon le député de l'Aube. Même si, tempère-t-il, "elle apporte beaucoup dans ce gouvernement".

Si Rama Yade avait été une personne un peu plus sympathique, je l'aurais plainte. Mais en fait, non.

Elle n'était pas sympathique mais arrogante et ne cachait pas à autrui l'immense opinion qu'elle se faisait d'elle-même. soit.
Mais sa sortie sur l'intérêt d'être élue au PE signe la cruche franchouille parisienne petit-bras.

Ca ne suffit pas d'être une grande belle femme noire élégante, et sans doute intelligente scolairement, même à droite, même parmi un gouvernement de butors, d'imbéciles ou d'agités dogmatiques.
Il faut avoir un peu de bon sens, et de sens politique, voire (horresco referens) d'humilité, au moins feinte.

Bye Rama !
Une carrière politique qui va marquer le pas avant même d'avoir connu ses premières épreuves électorales.
Si elle ne négocie pas une porte de sortie honorable et discrète, le retour au réel va être un peu délicat, vu le peu d'affection que porte le Sénat à toute personne qui s'est faite remarquer, et qui revient, piteusement.

Last edited by Brasseur (10-12-2008 15:33:22)

Se il nemico si concentra perde terreno, se si disperde perde forza"  Giap.

126

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ils n'auront pas mis longtemps à se chamailler, dites-moi...

Le Figaro - AFP a écrit:

Lang soutient Peillon et tacle Royal

L'ancien ministre de l'Education nationale Jack Lang a appuyé aujourd'hui le nouveau ministre Vincent Peillon dans sa remise en cause de la semaine de 4 jours à l'école, taclant au passage Ségolène Royal, critique sur le sujet et qui vise comme lui le perchoir de l'Assemblée nationale. "Je me réjouis de l'annonce par Vincent Peillon de la remise en cause de la semaine de 4 jours à l'école. C'était un non-sens pédagogique que le gouvernement précédent avait infligé aux élèves et aux professeurs", affirme M. Lang, ministre de l'Education nationale de François Mitterrand et de Lionel Jospin, dans une déclaration à l'AFP.

"Je comprends mal que Ségolène Royal s'étonne de la confirmation par le nouveau ministre de l'Education nationale d'un engagement qui avait été pris à plusieurs reprises au cours de la campagne présidentielle", écrit-il par ailleurs. La candidate PS à la présidentielle 2007 a critiqué hier l'annonce par M. Peillon du retour à la semaine de cinq jours dans le primaire, estimant qu'une telle décision nécessitait de la "concertation" et devait être "arbitrée" par le premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Celui-ci a confirmé ce matin qu'une "concertation" serait effectivement engagée sur le sujet afin d'aboutir à un "arbitrage". "J'apporte mon plein soutien au nouveau ministre Vincent Peillon, qui aborde ses nouvelles fonctions avec clairvoyance et intelligence. Il ne mérite en aucune manière ces remontrances infondées", ajoute M. Lang. Le député du Pas-de-Calais avait dit mi-février qu'il se verrait bien "à la présidence de l'Assemblée nationale" en juin en cas de victoire de la gauche, une position ouvertement convoitée par Mme Royal.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

127

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Il est temps de réactualiser ce thread. Après Duflot, sur le même sujet, c'est Peillon qui se fait remonter les bretelles : http://www.lefigaro.fr/politique/2012/1 … ephone.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

FDL a écrit:

Il est temps de réactualiser ce thread. Après Duflot, sur le même sujet, c'est Peillon qui se fait remonter les bretelles : http://www.lefigaro.fr/politique/2012/1 … ephone.php

Peillon s'est fait rappelé à l'ordre au téléphone ou publiquement ? Faudrait savoir...Ce n'est pas pareil...

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

129

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Le Monde a écrit:

Cahuzac défend la redevance élargie aux résidences secondaires

Le gouvernement est favorable à un amendement PS au projet de budget qui propose de créer une demi-redevance audiovisuelle pour les résidences secondaires, a indiqué dimanche 14 octobre  le ministre du budget Jérôme Cahuzac., interrogé sur BFM TV.

Un amendement PS au projet de budget propose de créer une demi-redevance audiovisuelle pour les résidences secondaires, d'un montant de 64 euros, et de limiter en échange l'augmentation de la redevance pour les résidences principales à 2 euros, contre 4 initialement prévu.

Cette extension pourrait fournir de l'ordre de 164 millions d'euros supplémentaires pour l'audiovisuel public en 2013. M. Cahuzac a souligné que dans le même temps "France Télévisions va faire des économies l'année prochaine".

"PAS ACCEPTABLE"

De son côté, le président de la commission des finances de l'Assemblée, Gilles Carrez (UMP), interrogé lors du Grand Rendez-Vous iTélé/Europe1/Le Parisien-Aujourd'hui, a trouvé "pas acceptable" un paiement de la redevance "à deux endroits", jugeant que France TV devrait faire des économies.

D'autant que "beaucoup de Français modestes se trouvent avoir une résidence secondaire. Trois ou quatre millions de Français ont une résidence secondaire, mais pas uniquement Mme Bettencourt", a-t-il déclaré. "Aujourd'hui, on ne peut pas augmenter ce genre de taxe. La redevance est une taxe comme les autres", selon ce député du Val-de-Marne. Pour lui, "il n'y a aucune raison de donner 150 millions d'euros à France Télévisions, France Télévisions doit faire des économies". "Si vous leur donnez 150 millions d'euros supplémentaires, ça va arrêter les plans de réformes qui se mettent en place", a estimé le rapporteur général du budget.

Quelques heures plus tard :

Le Monde a écrit:

Ayrault désavoue Cahuzac sur la redevance audiovisuelle

Décidément, le projet de loi de finances (PLF) pour 2013, débattu en séance publique à l'Assemblée nationale à partir du mardi 16 octobre, aura donné lieu à un nombre impressionnant de réajustements, voire de démentis. Le dernier en date s'est produit mardi matin sur l'antenne d'Europe 1, où Jean-Marc Ayrault a annoncé que le gouvernement n'envisageait pas d'appliquer aux résidences secondaires une demi- redevance audiovisuelle d'un montant de 64 euros. Cette mesure, censée rapporter quelque 110 millions d'euros en 2013, devait bénéficier à France Télévisions.

"Non, ce n'est pas la position du gouvernement", a répondu le premier ministre, interrogé sur cette extension, proposée dans un amendement PS au projet de budget, qui avait les faveurs de la ministre la culture, Aurélie Filippetti. Jeudi 11 octobre, interrogé par Le Monde avant les questions d'actualité au Sénat, le ministre délégué au budget, Jérôme Cahuzac, avait déclaré que le gouvernement y était "favorable".

L'opposition avait commencé à monter au créneau sur ce sujet. Dimanche, Gilles Carrez, le président (UMP) de la commission des finances de l'Assemblée nationale, avait estimé que "payer deux redevances à deux endroits à la fois n'est pas acceptable". "Trois ou quatre millions de Français ont une résidence secondaire. On ne peut pas augmenter ce genre de taxe. La redevance est une taxe comme les autres", ajoutait le député du Val-de-Marne, s'en prenant à "la frénésie taxatrice des socialistes".

De son côté, Xavier Bertrand, interrogé lundi par Le Monde, dénonçait, sur la redevance, "l'hypocrisie des socialistes, obligés de faire les fonds de tiroir".

Le rapporteur général (PS) du budget, Christian Eckert, qui a dû avaler plusieurs couleuvres sur le PLF, en particulier sur la taxation des plus-values de cession et sur l'intégration des œuvres d'art dans l'assiette de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), était hostile à l'extension de la redevance audiovisuelle. Il obtient cette fois-ci gain de cause. Il craignait l'effet de cette mesure : "Elle nous sera reprochée, car elle touchera des Français modestes", avait-il déclaré au Monde.

FRANCE TÉLÉVISIONS DÉÇU

C'est précisément ce qui a fait changer d'avis Matignon, lundi. Une étude d'impact menée ces derniers jours a montré que les contribuables touchés ne seraient pas seulement les propriétaires de l'île de Ré ou de chalets à Courchevel, mais aussi des personnes qui deviennent propriétaires de résidences secondaires faute de pouvoir acheter, à Paris ou dans de grandes villes, leur résidence principale.

Cette étude a emporté la décision de Matignon, où la capacité de Mme Filippetti à remporter des arbitrages budgétaires a fini par agacer. Chez France Télévisions, c'est l'incompréhension après les déclarations de M. Ayrault. Le groupe audiovisuel se réjouissait pourtant, ce week-end, d'un consensus apparemment unanime entre le gouvernement et le Parlement sur le sujet. Rémy Pflimlin, le PDG de France Télévisions, était partisan d'une hausse et d'une modernisation de cette taxe afin d'assurer "un financement pérenne" au groupe audiovisuel public.

Ce n'est pas la première fois qu'une extension de la redevance à l'occasion de la discussion budgétaire crée des turbulences au sein de la majorité parlementaire, tant cela touche directement le grand public. La droite elle-même en avait fait les frais lorsque, dans le projet de loi de finances pour 2008, le premier du quinquennat de Nicolas Sarkozy, avait été envisagé de supprimer l'exonération de la redevance pour les personnes âgées à revenus modestes. "Moi vivant, il n'y aura jamais d'augmentation de la redevance", avait été jusqu'à déclarer celui qui présidait alors le groupe UMP, Jean-François Copé.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

130

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ils sont drôles :

Le Figaro a écrit:

Échanges tendus Ayrault-Montebourg

Dans Florange, la tragédie de la gauche, dont L'Express publie les bonnes feuilles aujourd'hui, des échanges très tendus entre Arnaud Montebourg et Jean-Marc Ayrault sont révélés. Premier épisode, le 28 novembre 2012 lors d'une réunion sur Arcelor Mittal. Arnaud Montebourg lance au premier ministre : "Je te rappelle que c'est le président qui est monté sur la camionnette (lors de sa visite à Florange durant la campagne électorale), si on continue comme ça, on va tous finir en string panthère dans les jardins de l'Elysée, tous !" "Et ce sera la prochaine une de magazine", aurait répondu Ayrault, en référence à la couverture du Parisien Magazine avec le ministre du Redressement productif en marinière.

"Tu fais chier la terre entière avec ton aéroport"

Deuxième épisode, quand Arnaud Montebourg avait menacé de démissioner auprès de François Hollande après avoir été désavoué sur son projet de nationaliser Florange. "C'est bien simple, tu as nommé un élu local à la tête du gouvernement", aurait-il dit au président. Puis au téléphone avec le premier ministre : "T'envoies l'aviation mitrailler tes troupes, c'est ça ? Et après ça, tu fais chier la terre entière avec ton aéroport de Notre-Dame-des-Landes dont tout le monde se fout".

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

131

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Flanby et Valls atteignent des records d'impopularité (http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/ … fondre.php) et pendant ce temps, Montebourde et Hamon la ramènent. C'est récréatif.

Le Figaro a écrit:

Hamon critique la politique du gouvernement

Benoît Hamon affirme aujourd'hui dans Le Parisien que son collègue de l'Economie Arnaud Montebourg et lui ne sont "pas loin des frondeurs" du parti socialiste qui contestent la politique économique de l'exécutif.

Après Arnaud Montebourg qui a critiqué dans Le Monde la politique de rigueur, Hamon fait à son tour entendre ses critiques contre les choix budgétaires du président François Hollande et de son premier ministre Manuel Valls. "La relance de la demande est la condition de la réussite de la politique de l'offre qui a été faite depuis deux ans. On ne peut rien vendre aux Français s'ils n'ont pas des revenus suffisants", explique Benoît Hamon.

Comme son collègue de l'Economie, le ministre de l'Education a également dans son viseur la politique menée outre-Rhin. La chancelière allemande Angela Merkel "ne peut plus être celle qui donne le la de l'orientation européenne. L'Allemagne sert ses intérêts personnels, pas ceux de l'Europe".

Concernant les parlementaires socialistes très critiques vis-à-vis du gouvernement, Hamon déclare qu'"Arnaud et moi ne sommes pas loin des frondeurs, mais notre problème n'est pas d'en prendre la tête. Notre volonté est d'être au service d'un rassemblement de la gauche et de peser au sein du gouvernement", insiste-t-il.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

132

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Mais quel bordel dans ce gouvernement...

"Moult a appris qui bien connut ahan"

133

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Tu penses à la boulette de Vidalies sur Air France ? Ou à la boulette sur les djihadistes ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

134

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Entre ça et l'ultimatum du PRG, ce gouvernement passera-t-il l'année ?

Le Point a écrit:

Assurance chômage : l'Élysée rejette toute négociation "immédiate"

L'Élysée n'a pas tardé à réagir à la proposition du ministre de l'Économie Emmanuel Macron, qui a provoqué une tempête à gauche ce week-end.

La négociation sur l'assurance chômage "viendra le moment venu", mais "pas immédiatement", a déclaré lundi l'Élysée, interrogé par l'AFP au lendemain de la polémique engendrée par des propos du ministre de l'Économie Emmanuel Macron.

"S'agissant de l'assurance chômage, il y a bien un problème de déficit, mais la négociation sur le sujet viendra le moment venu, pas immédiatement", a-t-on déclaré de même source, estimant que cette "question relève de la responsabilité des partenaires sociaux en lien avec l'État". "Une convention a été signée en 2014 et une date a été fixée par les partenaires sociaux pour un nouveau rendez-vous en 2016", rappelle l'Élysée, qui relève que d'ici là "il y a beaucoup de sujets de négociations à l'agenda des partenaires sociaux, notamment la négociation en cours sur la modernisation du dialogue social".

"Ni tabou ni posture"

Dans une interview au Journal du dimanche, le ministre de l'Économie a estimé qu'il ne devait "pas y avoir de tabou ni de posture" sur l'assurance chômage, en plein débat à gauche sur l'opportunité de débattre du montant et de la durée des allocations. "L'assurance chômage est en déficit de 4 milliards d'euros ; quel responsable politique peut s'en satisfaire ?" avait poursuivi Emmanuel Macron. La réforme actuelle est "insuffisante", mais il appartient "aux partenaires sociaux [...] de faire avancer les choses", avait-il ajouté.

Le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a réagi sèchement dimanche : "La gauche n'a pas de tabous, mais elle a quelques totems, en particulier le fait que quand le président de la République s'exprime, les ministres appliquent." François Hollande avait souligné jeudi qu'il y avait "suffisamment de sujets pour que nous soyons bien occupés et que nous montrions que nous faisons des réformes utiles à l'emploi", recadrant des propos attribués au Premier ministre, Manuel Valls, selon lesquels la question du montant et de la durée de l'indemnisation chômage en France devait "être reposée".

http://www.lepoint.fr/economie/assuranc … 829_28.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

135

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Il vaut mieux en rire, je crois...

Les Echos a écrit:


Matignon pourrait encore repousser les élections cantonales et régionales

EXCLUSIF - Face au retard que prend la réforme territoriale, les cantonales pourraient être programmées en décembre 2015 et les régionales en mars 2016. Réponse le 28 octobre.

Nouveau coup de théâtre dans le feuilleton déjà mouvementé du calendrier des élections cantonales et régionales. D’après plusieurs sources parlementaires et gouvernementales, le gouvernement cherche à repousser de plusieurs mois ces deux suffrages dont les dates ont déjà bougé deux fois. Les cantonales interviendraient en décembre 2015 et les régionales en mars 2016. Matignon serait en train de tester discrètement le Conseil constitutionnel pour vérifier la conformité de ce décalage.

Voilà qui bouleverserait le dispositif arrêté en septembre avec des élections cantonales en mars 2015 et des régionales fin de l’année prochaine. Vendredi dernier au congrès de l’Association des régions de France (ARF) à Toulouse, le Premier ministre Manuel Valls a même été plus précis en annonçant la tenue des cantonales les 22 et 29 mars prochains. Ce mercredi, c’est l’ARF qui recevait une lettre de François Hollande confirmant les régionales en décembre 2015. Un proche de Manuel Valls confiait même fin septembre que le premier tour des régionales interviendrait le 29 novembre et le second tour le 6 décembre. Des dates que bizarrement le Premier ministre n’a pas confirmé à Toulouse.
Découplage des deux scrutins

Au printemps, Matignon avait envisagé d’organiser en même temps, comme de coutume, les deux élections en décembre 2015. Cette option présentait toutefois un risque constitutionnel car cela impliquait d’étendre de 21 mois le mandat des conseillers généraux élus en 2008, une durée excessive selon une jurisprudence du Conseil constitutionnel. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault étudia ensuite cet été la possibilité de grouper les deux élections au printemps 2015.

Cette perspective a braqué les présidents de régions qui estimaient le calendrier trop précoce, en particulier avec le glissement de la réforme territoriale. «Comment voulez-vous préparer des programmes alors que nous risquons de ne pas connaître à temps nos nouvelles compétences et nos futures périmètres régionaux», avait prévenu début septembre Alain Rousset, président de l’ARF, profitant de l’arrivée d’une nouveau Premier ministre. Manuel Valls rectifia le tir lors de son discours de politique générale mi-septembre, confirmant le découplage des deux scrutins avec des cantonales en mars 2015 et les régionales 8 mois plus tard.
Vers une bataille rugueuse au Sénat

Début octobre, le changement de majorité au Sénat a rebattu une nouvelle fois les cartes. En fin de semaine dernière, le nouveau président Gérard Larcher a obtenu du président de la République de retarder l’examen de la loi sur la carte des régions au début novembre, avec un report du parcours parlementaire de la loi sur les compétences des collectivités au début 2015.

Le nouveau Sénat promet de livrer une bataille rugueuse dans l’examen de ces deux textes de la réforme territoriale avec un risque supplémentaire de dérapage du calendrier. En retardant les élections, le gouvernement faciliterait les campagnes électorales. Cela permettrait aussi de résoudre les quelques obstacles juridiques que posent les dates actuelles, sur les comptes de campagne ou la candidature des fonctionnaires territoriaux.

Reste que le nouveau report du calendrier électoral n’est pas exempt de risques constitutionnels, en particulier concernant le report deux fois de suite d’un scrutin.

Manuel Valls a encore dix jours devant lui pour trancher la question. Il s’est engagé, à la demande Gérard Larcher, à intervenir devant le Sénat le 28 octobre pour clarifier la réforme territoriale. Or la fixation des nouvelles dates sera gravée dans la loi sur la carte des régions, que les sénateurs examineront dans la foulée du discours du Premier ministre.

http://m.lesechos.fr/politique-societe/ … 831189.htm

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

136

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Résumé pas mal fait des cafouillages de ce gouvernement d'amateurs qui navigue à vue depuis deux ans :

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … couacs.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

137

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Flanby a écrit:

Marre qu'il fasse provoc sur provoc. Il tire un peu trop sur la corde.

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2014/09/francois-hollande-pause.jpg

Valls a écrit:

A un moment, il faut sortir du flou et des ambigüités.

http://www.valeursactuelles.com/sites/default/files/styles/va-article/public/valls_bilan_3.png?itok=xQVc4Pcu

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … -valls.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

138

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Le Point a écrit:

Macron a demandé (en vain) la tête d'Axelle Lemaire

Comment le ministre de l'Économie, agacé par sa secrétaire d'État, a voulu la sortir du gouvernement. Et comment Manuel Valls a mis son grain de sel...

La guerre est déclarée entre Emmanuel Macron et Axelle Lemaire. Deux des « jeunes » du gouvernement (respectivement 37 et 40 ans) vivent à Bercy une cohabitation plus que houleuse. Les pro-Macron accusent la secrétaire d’État au Numérique de ne pas respecter les consignes du « patron » et de n'en faire qu'à sa tête. « Elle est dingue... », a même récemment soufflé Macron devant quelques ministres. Les pro-Lemaire reprochent au ministre de l’Économie de lui piquer ses bonnes idées et de ne pas supporter qu'elle prenne aussi un peu de lumière.

Bilan, Emmanuel Macron a tout simplement demandé à l'exécutif la tête d’Axelle Lemaire à l’occasion du mini-remaniement du 17 juin. Niet de Matignon et de l'Élysée. La raison de ce refus, avancée par un proche de François Hollande : « Il ne fallait pas donner une dimension politique à un remaniement technique »... Qui visait simplement à remplacer les secrétaires d'État Geneviève Fioraso (partie pour des raisons de santé) et Carole Delga (qui se lance dans la bataille des régionales). « Il n'y avait pas de raison de bousculer l'équilibre du gouvernement », explique-t-on au Point. Un ministre considère même qu'officiellement « il n'y a pas eu de remaniement ».
Valls s'en mêle

Mais Manuel Valls s'est fait un plaisir de jeter de l'huile sur le feu. Le Premier ministre a recadré Emmanuel Macron, qui lui dispute le titre de meilleur jeune rénovateur, lors d'un discours visant à présenter la stratégie numérique du gouvernement, à la Gaîté lyrique, le 18 juin. « Après la loi Macron, la loi Lemaire ! » a-t-il martelé, pointant du doigt chacun de ses deux ministres, avant d'ajouter, dans un rire étouffé, un mystérieux : « C'est une private joke ! » Il faut se souvenir qu'en mars dernier, au lendemain de la défaite de la gauche aux départementales, Emmanuel Macron avait annoncé un peu vite qu'il y aurait une loi Macron II, consacrée notamment au numérique... Le ministre avait fait cette annonce sans prévenir Matignon, ce qui avait provoqué la colère de Manuel Valls.

Pas sûr que cette mise au point suffise à réconforter Axelle Lemaire, qui traverse décidément une zone de turbulences. La secrétaire d'État au Numérique a récemment confié ses états d'âme sur la controversée loi sur le renseignement, comme l'a rapporté Mediapart : « J'ai fait la bonne élève, mais je me suis posé la question de ma démission tous les jours. »

http://www.lepoint.fr/politique/macron- … 111_20.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

139

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Axelle Lemaire a écrit:

: « J'ai fait la bonne élève, mais je me suis posé la question de ma démission tous les jours. »

La soupe est bonne...

140

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ça commence. Et ça va être très drôle, je le sens bien. Quelle brillante idée de nommer Cosse de petit pois.
Qu'en pense Zayrault ?

Le Figaro a écrit:

Remaniement : à peine nommée, Cosse redit son opposition à la déchéance

LE SCAN POLITIQUE - La désormais ex-secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts, promue jeudi au ministère du Logement, a également réaffirmé son hostilité au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

La machine à couac va-t-elle redémarrer? Jamais aussi productive que sous les gouvernements Ayrault I et Ayrault II, celle-ci pourrait bien reprendre du service en même temps que le retour de l'ancien premier ministre. Car après l'arrivée en force des écologistes jeudi, la question du brûlant dossier de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a immédiatement été relancée. «Je ne marchande pas», a juré François Hollande dans les 20 heures, annonçant toutefois la tenue d'un référendum local avant le mois d'octobre.

Invité de France 2 ce jeudi matin, le nouveau ministre de l'Aménagement du territoire, le radical de gauche Jean-Michel Baylet, a salué la solution démocratique prônée par le chef de l'État. Mais il a également estimé que le projet était «utile à cette région (Pays de la Loire) et utile à la France». Une version immédiatement contredite par sa collègue ELLV du Logement, Emmanuelle Cosse. «Ma position sur ce sujet est connue: je suis opposée à ce projet, et je ne changerai pas d'avis là-dessus», a-t-elle lâché sur France Inter.

«Ce gouvernement a fait des choix, je dois les assumer»

Même tonalité sur la question de la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité pour les terroristes, contre laquelle la désormais ex-secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts s'est déjà publiquement prononcée. «Ma position est connue depuis le 17 novembre. Le président de la République et le premier ministre la connaissent très bien, puisqu'ils m'ont reçue à plusieurs reprises. Je rentre (au gouvernement) avec une position franche. Le président ne m'a pas demandé de me renier», a-t-elle poursuivi.

Tandis que sa promotion a provoqué un véritable tollé auprès de sa base contestataire, l'élue d'Île-de-France a été vivement interpellée à l'antenne par un militant écologiste. Poussée dans ses rentranchements alors que ses renoncements étaient évoqués, elle a concédé: «Oui j'ai une position différente. Ce gouvernement a fait des choix, et je dois les assumer. Non pas pour oublier des convictions, des valeurs et des projets, mais pour se mobiliser», a-t-elle martelé. Pas sûr que cela soit de nature à rassurer son (ancien) camp.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … heance.php

Last edited by FDL (12-02-2016 09:58:02)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

141

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

C'est parti pour la rigolade.

Le Figaro - AFP a écrit:

Cosse veut rester conseillère en Île-de-France

La nouvelle ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, a décidé de rester conseillère régionale EELV d'Ile-de-France, mais a démissionné de toutes ses responsabilités à la région, selon un message adressé au groupe écologiste.

"Je me retire de la commission permanente et de toutes mes représentations régionales mais je demeure conseillère régionale", écrit Mme Cosse, dans ce courriel, ajoutant qu'elle démissionnait également de la présidence du groupe. "Bien naturellement, je continuerai à reverser, comme je l'ai toujours fait, à EELV IDF ma cotisation d'élue", promet l'ancienne secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

Assumant que "tout le monde ne partagera pas ce choix", elle précise avoir été "très heureuse et fière", de représenter les élus écologistes depuis l'élection de décembre, où le groupe qui ne comprend plus que 14 élus est passé dans l'opposition.
"Aucune pudeur! L'appât du gain et c'est tout. Écoeurant. Elle alimente le discrédit des politiques", s'est indigné sur Twitter Yves Contassot, conseiller de Paris dans le XIIIe arrondissement.

"Il faut dire que ministre, c'est un CDI de maximum un an donc c'est moins intéressant qu'un CDD de 5 ans", a ironisé auprès de l'AFP Julien Bayou, porte-parole d'EELV, également élu à la région. Les prochaines élections régionales sont prévues en 2021.
Mais au delà, estime M. Serne, "être conseiller régional nécessite pas mal de travail, c'est incompatible avec le fait d'être ministre". Il explique consacrer lui-même "un gros mi-temps" à son mandat quand bien même il n'est plus dans la majorité.

"Ce serait plus classe qu'elle comprenne elle-même qu'elle doit partir, je comprends que ce soit compliqué mais politiquement et éthiquement il y a des choix qui s'imposent", affirme l'élu. Le groupe Front national de la région a demandé vendredi dans un communiqué à Mme Cosse de "démissionner de son poste".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/ … france.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

142

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Le Lab a écrit:

Remaniement : comment Jean-Michel Baylet a réussi à déloger Emmanuelle Cosse du somptueux hôtel de Castries

POUSSE-TOI DE LA QUE JE M’Y METTE - C’est une habitude des coulisses de chaque remaniement : le jeu des chaises musicales dans les ministères et hôtels particuliers. Surtout quand c’est un nouveau gouvernement élargi à 38 ministres et secrétaire d’Etat. "Dans cette course de vitesse pour s’attribuer le plus bel hôtel particulier du VIIème arrondissement de Paris, c’est le radical de gauche Jean-Michel Baylet qui l’a emporté haut la main!", écrit ce jeudi 18 février L’Opinion, révélant comment l’ex-président du PRG a réussi à déloger Emmanuelle Cosse de l’hôtel de Castries.

Jusqu’ici, de Cécile Duflot à Sylvia Pinel, le ministère du Logement occupait ce majestueux bâtiment, "doté d’un vaste jardin" et "situé à deux pas de Matignon". Mais ça, c’était avant. Avant donc que Jean-Michel Baylet ne fasse main basse sur le lieu, "jouant de complicités internes" pour parvenir à ses fins et installer le ministère de l’Aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales.

"Il connaissait bien les lieux", explique un élu du PRG à L’Opinion, rappelant que c’est la radicale Pinel qui logeait dans cet hôtel particulier avant de quitter le gouvernement et de remplacer Jean-Michel Baylet à la tête du PRG. Mais aussi parce que de 1997 à 2000, c’était déjà un ministre PRG, Emile Zuccarelli, qui s’y était installé. Ce qui fait sourire ce même élu radical :

    C’est un peu la maison du PRG.

Emmanuelle Cosse a donc été obligée de trouver un lieu de chute. L’ex patronne d’EELV s’installera finalement près des Invalides dans les locaux laissés vacants par André Vallini, ex-secrétaire d’Etat à la réforme territoriale. Un nouveau ministère du Logement "réparti sur quatre étages" et sans jardin. C'est ballot.

http://lelab.europe1.fr/remaniement-com … es-2671078

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

143

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Zayrault, le retour du couac.

Le Figaro - AFP a écrit:


Notre-Dame-des-Landes : Ayrault et Royal ne sont pas sur la même ligne

Le ministre des Affaires étrangères et ancien maire de Nantes Jean-Marc Ayrault s'est déclaré dimanche en faveur d'un référendum sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes limité au département de la Loire-Atlantique, contrairement à la ministre de l'Environnement favorable à l'élargir aux départements limitrophes.

"Il faut que ce soit le périmètre le plus proche du territoire impacté", a déclaré l'ancien premier ministre sur France 3.

Interrogé sur le point de savoir s'il entendait par là le seul département de la Loire Atlantique, il a répondu: "C'est ce qui a été dit, et cela me paraît le bon sens"."Je laisse le gouvernement choisir le périmètre", a-t-il ajouté.

La ministre de l'Environnement Ségolène Royal s'est de son côté prononcée en faveur d'un référendum sur le projet controversé d'aéroport élargi aux autres départements de la région. "Au départ, tout le monde était contre ce référendum et maintenant, ce référendum est réclamé", a souligné dimanche Mme Royal, faisant référence aux quatre départements limitrophes de la Loire-Atlantique qui ont exigé d'être inclus dans cette consultation locale. "S'ils réclament de voter, on ne va pas s'en plaindre", a-t-elle estimé, lors de l'émission "Le Grand Rendez-Vous" sur Europe 1/Le Monde/iTélé.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

144

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Zayrault crache dans la soupe mais la boit quand même. Aucun amour propre, cette lavette.

Le Point a écrit:


Les gênantes confidences d'Ayrault sur ses collègues du gouvernement

Le nouveau ministre des Affaires étrangères n'est pas tendre avec son successeur Manuel Valls et Emmanuel Macron, d'après le "Journal du dimanche".

S'il avait su qu'il reviendrait au gouvernement, Jean-Marc Ayrault ne se serait sans doute pas confié à Aurore Gorius et Michaël Moreau, les auteurs de Les Gourous de la com dérapent, aux éditions Fayard, à paraître le 8 mars prochain. Le JDD relève quelques critiques de l'ancien Premier ministre envers ses collègues.

« Il s'exprime apparemment beaucoup plus que moi mais que va-t-il en rester ? » s'interroge ainsi celui qui est devenu ministre des Affaires étrangères, dans le cadre du récent remaniement et à la suite du départ de Laurent Fabius pour le Conseil constitutionnel, à propos de son successeur. Il faut dire que depuis son départ du gouvernement en mars 2014, ses relations avec Manuel Valls n'ont pas toujours été au beau fixe, loin de là...

Arnaud Montebourg, « pas fiable »

Jean-Marc Ayrault s'attaque également à Emmanuel Macron. « Les journalistes n'appellent plus ça des couacs mais, de fait, c'est la même chose », relève-t-il à propos des polémiques à répétition provoquées par le ministre de l'Économie. Le ministre des Affaires étrangères prend ainsi sa revanche contre les critiques qu'il a lui-même essuyées sur ses propres « couacs » lorsqu'il était locataire de Matignon.

Mais ses collègues du gouvernement ne sont pas les seuls à faire les frais de ses piques. Jean-Marc Ayrault estime ainsi qu'Arnaud Montebourg, qui pourrait faire son retour en politique, n'est « pas fiable ». Aquilino Morelle, l'ancien conseiller politique du président de la République, chassé de l'Élysée après avoir été rattrapé par un vieux contrat avec un laboratoire pharmaceutique, serait quant à lui un « mauvais génie ».

Les relations au gouvernement risquent de ne pas s'améliorer alors que Manuel Valls et François Hollande ont réitéré leurs appels à la « cohérence » au sein du gouvernement.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Même ses piques sont chiantes à mourir, ce mec a révolutionné l'ennui.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

146

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Zayrault continue de mettre la pagaille (avec ennui, certes, comme le disait Barney). En fait, je crois qu'il n'a accepté ce poste que pour le plaisir de se venger.

Le Figaro a écrit:

Ayrault raconte comment Hollande l'a imploré de revenir au gouvernement

LE SCAN POLITIQUE - Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, le nouveau ministre des Affaires étrangères assure avoir «eu des discussions pendant des semaines» avec le chef de l'État. «Je n'aurais pas accepté un autre poste», jure-t-il.

Son bail restera celui des couacs à répétition. Premier ministre de mai 2012 à avril 2014, Jean-Marc Ayrault s'est montré incapable de faire régner une quelconque cohésion gouvernementale entre ses ministres. Et pourtant, François Hollande semble avoir cherché à le faire revenir par tous les moyens lors du dernier remaniement. C'est en effet ce que le nouveau chef de la diplomatie française raconte dans les colonnes du Parisien-Aujourd'hui en France ce mardi, selon qui les discussions auraient duré «des semaines».

«Il m'a dit: “Il faut que tu reviennes, tu ne peux pas rester sans rien faire”», se souvient-il notamment. «Il a sans doute voulu mettre au quai d'Orsay quelqu'un qui le rassure après le départ de Laurent Fabius. Quelqu'un qui rassure aussi les partenaires de la France. J'avais cette expérience après avoir dirigé le gouvernement pendant deux ans», estime encore le ministre des Affaires étrangères. «Je n'aurais pas accepté un autre poste. Le Quai est une grande maison», lâche-t-il enfin.

«Je ne suis pas d'accord sur tout»

A priori innocentes, ces confidences ne le sont en réalité pas du tout. Elles constituent d'abord un tacle adressé à Ségolène Royal: maintenue à l'hôtel de Roquelaure, la ministre de l'Écologie a profité de différentes interventions médiatiques pour assurer que le poste lui avait bien été proposé par le chef de l'État. De même, la diplomatie étant un «domaine réservé» du président, il s'agit d'une pique à Manuel Valls, son successeur à Matignon sous l'autorité duquel l'ancien premier ministre ne souhaitait pas travailler.

Reste que Jean-Marc Ayrault n'a pas épargné l'exécutif durant l'année qu'il a passée sur les bancs de l'Assemblée, dans son costume de député de Loire-Atlantique. Favorable à une CSG plus dégressive, fermement opposé à la déchéance de nationalité... Il aura été un véritable caillou dans la chaussure de Hollande et Valls. Une attitude qu'il ne regrette pas: «Je ne suis pas d'accord sur tout. Je reste fidèle à ma méthode, celle du dialogue. Si elle avait davantage été utilisée, on aurait probablement évité beaucoup de problèmes».

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … nement.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

147

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Je devance FDL, pour une fois :

Le Monde a écrit:

Droit du travail : l’ex-conseiller de Myriam El Khomri explique pourquoi il claque la porte

Le Monde | 01.03.2016 à 15h56 • Mis à jour le 01.03.2016 à 17h07

Pierre Jacquemain est ancien conseiller stratégie de la ministre du travail Myriam El Khomri et son ancien conseiller au secrétariat d’Etat à la politique de la ville (2014-2015). Il devait notamment se charger de la réforme du code du travail.

Cependant, face à ce qu’il a considéré comme une trop forte ingérence de Matignon dans la conduite du projet de loi, il s’est opposé aux orientations du premier ministre et de Myriam El Khomri et a finalement quitté sa fonction.

« Pour faire de la politique, il faut rêver. Peut-être ai-je été trop naïf sur la capacité de la ministre du travail, Myriam El Khomri, à faire rêver et progresser les travailleurs de notre pays ? A incarner une parole de gauche, une parole libre, une parole utile, une parole forte. Une parole juste. Celle qui dénonce la paupérisation de la société, celle qui s’insurge devant la précarisation du monde du travail qui conduit des millions de Français à vivre au jour le jour – avec toujours cette peur du lendemain.

La réforme de Myriam El Khomri devait porter l’exigence d’un nouveau modèle de société. C’était, je le crois, l’ambition de la huitième ministre du gouvernement. Une place de choix dans la hiérarchie gouvernementale. Un porte-voix exceptionnel pour donner le la à une réforme majeure du quinquennat dans un gouvernement au parti pris libéral assumé. Le président de la République lui-même avait fait de cette réforme l’un des tournants de son quinquennat. Ce devait être une réforme de progrès, ce sera au mieux une réforme de compromis – voire de compromission. Au pire, cela restera comme une trahison historique – et destructrice – d’une gauche en mal de repères.

Pourtant, Myriam El Khomri a gagné des batailles. C’est une militante qui n’a peur de tenir tête ni au premier ministre ni au président de la République. Son parcours, ses engagements, son action à la Ville de Paris et au secrétariat d’Etat à la politique ville auraient pu – auraient dû – la conduire à porter haut et fort les revendications des travailleurs. A défendre les salariés d’Air France quand 3 000 postes sont menacés.

A s’opposer fermement au travail du dimanche. Ou encore à ne rien céder sur les commandes patronales, notamment en matière de licenciement. J’y ai cru. Et nous avons échoué. Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne. Myriam El Khomri y croit encore. Je n’étais donc plus utile à ses côtés. J’ai quitté son équipe sur un désaccord politique et stratégique majeur. D’ordinaire, un conseiller ministériel, petite main de l’ombre, ça ferme sa gueule.

Autoritarisme de Matignon et poids de la technostructure

Mais, parce que je suis profondément convaincu que cette réforme nous entraîne collectivement dans le mur, parce que j’ai la conviction qu’elle sert les intérêts politiques de quelques-uns et les intérêts économiques de quelques autres (privilégiés), enfin parce que je suis déterminé à ce qu’une autre voix pèse à gauche, j’ai assumé publiquement le désaccord qui m’opposait à la ministre. C’est déloyal diront certains. Je ne le pense pas. Il ne s’agit aucunement de remettre en cause une ministre en exercice, qui m’a fait confiance au cours de ces dix derniers mois et que je respecte pour ses qualités humaines. Il s’agit d’attaquer sur le fond un texte droitier, une réforme libérale qui déshonore la gauche – pis, l’atomise, alors que cette gauche-là est en responsabilité. Et quelle responsabilité ! Comment peut-on avoir raison contre tous ? A quel moment et de quel droit pense-t-on avoir raison contre ses propres alliés ? Pour qui parlent-ils ? D’où parlent-ils ? Ils ont tué la gauche.

Aujourd’hui, le malaise est partout. Dans les cabinets ministériels, sur les bancs de l’Hémicycle, à droite, à gauche, sur Internet. Et bientôt dans la rue. L’histoire se répète. Prenez Villepin, mettez Valls. Dix ans plus tard, même remède, même combat. Souhaitons à cette réforme le même sort que le CPE. Parce qu’il faut tout réécrire. Tout. Qui peut croire par exemple que favoriser les licenciements va permettre de lutter contre le chômage ? Qui pense sérieusement que la dématérialisation des fiches de paye est une révolution sociale ? Qui peut décemment parler de démocratie sociale, au plus près de l’entreprise, quand on sait le rapport de force qui se joue, au quotidien, entre employeur et employé ? Ce texte est un non-sens économique. Une aberration politique. Il résulte d’une équation terrifiante : d’une part, l’autoritarisme matignonnesque et, d’autre part, l’invasion, à tous les étages, de la technostructure. La technocratie aura-t-elle raison de la politique ? Le renouvellement générationnel de nos dirigeants n’est en vérité qu’une façade, une illusion. Un faux-semblant. Et je veux croire qu’une autre voie est possible. Elle est possible, souhaitable, et nécessaire. Dehors à présent. Pour construire l’alternative à gauche. La politique est une affaire de conviction, de colonne vertébrale, de vision, de transformation, et de rêve, disais-je. Parce que, pour faire de la politique, il faut rêver. »

Bel exemple de conseiller dont les compétences étaient évidentes pour le ministère du Travail. Tu vas l'adorer, FDL : un enfant de Clémentine Autain, Bruno Juillard et plusieurs autres apparatchiks de la Ville de Paris, passé par la case Radio France.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Quel acte de bravoure!

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

149

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ah oui, il cumule, celui-là. "Conseiller de Christophe Girard", je crois que c'est le pire point noir de son CV. Si j'étais lui, je ne mettrais pas ça en avant...
Le fait qu'il n'ait jamais vraiment travaillé de sa vie, en dehors de cabinets d'apparatchiks de la Ville de Paris (très sympa de se caser là, pour les soirées mondaines et les petits fours, la vraie vie quoi), justifie pleinement ce genre de phrase lolesque :

Pourtant, Myriam El Khomri a gagné des batailles. C’est une militante qui n’a peur de tenir tête ni au premier ministre ni au président de la République. Son parcours, ses engagements, son action à la Ville de Paris et au secrétariat d’Etat à la politique ville auraient pu – auraient dû – la conduire à porter haut et fort les revendications des travailleurs. A défendre les salariés d’Air France quand 3 000 postes sont menacés.

D'autant plus qu'il ne s'agit pas seulement de la loi Myriam El Connerie sur la réforme du code du travail, c'est aussi (surtout ?) une loi Micron II déguisée qu'on a baptisée du nom de Myriam pour que ça passe mieux. C'est un faire-valoir, un fusible. 

Libération a écrit:

Mais Hollande glisse incidemment que «des dispositions seront introduites pour saisir des nouvelles opportunités économiques, notamment celles offertes par la révolution numérique». Soit la raison d’être, presque mot à mot, du texte sur lequel travaille le ministre de l’Economie, pour les «nouvelles opportunités économiques» ou loi Noé. Porté par Emmanuel Macron, épouvantail de l’aile gauche de la majorité, ce texte aurait tout d’un nouveau chemin de croix pour la majorité, déjà en ébullition pour cause de déchéance de nationalité.

http://www.liberation.fr/france/2016/01 … -2_1424317

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

150

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

"Pour faire de la politique, il faut rêver". Tout est dit. Et quand je lis la suite, je me pince d'imaginer ce que des ideologues doux rêveurs de ce genre font ou peuvent faire à ce genre de postes. Il y a depuis le départ un vaste problème de recrutement dans ce gouvernement.

Moi je crois que pour faire une politique utile aux Français, il faut s'accrocher fermement à la réalité et dire la vérité aux Français. Bien-sûr c'est moins populaire, on a les petits chiens de garde de l'idéologie passéiste et des grands discours exaltés qui nous mordent fesses et mollets dès qu'ils peuvent, mais au moins, on peut se regarder dans une glace le matin et être fier de ne pas prendre les gens pour des imbéciles, de faire avancer le pays, et non de le faire reculer sur l'autel de ses propres rêves et illusions.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)