51

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Oscar Wilde a écrit:

FDL, François Fillon a pris acte de l'existence de ce thread et a institué hier par décret un délégué interministériel à la communication (sic).

Je suis curieux de voir qui va être nommé. Pourquoi pas Jacques Séguéla ? Il me semble qu'il n'a pas encore été récompensé pour avoir présenté Carla à Nicolas. Enfin, ça promet...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ça serait drôle d’avoir un con à ce poste.

53

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ça va pas être dur surtout.

54

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Fillon qui dit "Y a plus un rond dans les caisses"
Sarko "Celui, je le vire à la première occasion"

Bockel et Benamou virés

AKM en pleurs : "Borloo est un lâche"
Fillon qui l'engueule et elle qui fait des excuses.

Rama Yade qui dit que Sarko n('ira pas à l'inauguration des JO si la Chine n'arrête pas au Tibet
Sarko qui l'engueule
Le French Doctor (inventeur du devoir d'ingérence) qui approuve Sarko

En effet l'ordre règne dans ce gouvernement

55

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

J'ai du mal à croire que ce gouvernement tienne jusqu'à 2009. La droite dure de l'UMP ( Union des Magoulleurs Parisiens) se frotte dèjà les mains. La porte de l'ouverture s'est déjà à moitié refermer et celle de la droiture pointe son nez.

56

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Article sur le "ptit gros avec une tête de vendeur d'assurances" (l'insulte de l'année, sûrement un coup de Rachida smile ) :

Le Figaro a écrit:

La résistible ascension de Xavier Bertrand

«Ce sont les résultats qui feront la différence. Je donne tranquillement rendez-vous à tout le monde le moment venu.»
Passé en moins de six ans du rang de simple député de l'Aisne à celui de ministre en charge des réformes phares du président, Xavier Bertrand assume son ambition.
Piqué au vif par la concurrence soudaine de ce premier ministrable poussé par l'Élysée, François Fillon sort les griffes.Dans son combat anti-Bertrand, il peut compter sur le soutien d'un attelage hétéroclite de ministres conduit par Brice Hortefeux (lui et Xavier Bertrand ne se serrent plus lamain) ou encore le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé. L'ambitieux député de Seine-et- Marne, qui a déjà fait acte de candidature pour la présidentielle de 2017, ne supporte pas ce rival dumême âge. Il n'est pas le dernier à s'activer pour savonner la planche de l'ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy. La liste des ennemis déclarés de Xavier Bertrand s'est singulièrement allongée depuis le début de l'année. En privé, le «Bertrand bashing» est devenu une des activités favorites de certains ministres.

À vrai dire, il faut remonter aux pires années de l'antisarkozysme, au début du quinquennat de JacquesChirac, pour retrouver un tel niveau d'animosité au sein d'un même gouvernement. Faut-il que l'agent d'assurances de Saint-Quentin dérange les ambitions des uns et des autres pour déclencher une telle montée de haine ! Les injonctions répétées de Nicolas Sarkozy à «cesser les rivalités» n'y changent rien. Dans la majorité, les fusils sont sortis. Un festival de vacheries. Les moins méchants l'accusent d'être le «fayot» du président ou lui reprochent d'«écraser» ses secrétaires d'État. Les plus virulents le traitent carrément d'«imposteur», de «menteur» ou encore de «p'tit gros avec une tête de vendeur d'assurances». D'autres voient en lui le dernier «produit marketing» d'Euro RSCG. Xavier Bertrand s'est, en effet, alloué les conseils de cette société de communication. Le communicant Bernard Sananès, qui a aidé en 2005 Dominique de Villepin avant sa nomination à Matignon, était présent sur le plateau du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI» lors du passage du ministre.

Passé en moins de six ans du rang de simple député de l'Aisne à celui de ministre en charge des réformes phares du président, Xavier Bertrand est tropmalin pour ignorer que son ascension fulgurante dérange. «Ma logique, c'est construire etme construire. Je suis déjà bien au-delà de ce que j'aurais pu imaginer. Je n'ai rien à perdre», dit-il. «Ce sont les résultats qui feront la différence. Je donne tranquillement rendez-vous à tout le monde le moment venu», ajoute- t-il. Car Xavier Bertrand assume son ambition.

Ancré dans son fief picard de Saint-Quentin

Cela fait maintenant plusieurs années que cette étoile montante de l'UMP, repérée en 2002 par Alain Juppé, et promu secrétaire d'État en 2004 par Jean- Pierre Raffarin, se construit des relations dans le microcosme parisien. L'homme a du savoir-faire. Il sait distiller bons mots et confidences. Un peu comme Jean-Pierre Raffarin avant 2002. Il y a un peu de Sarkozy chez ce Bertrand. Et il est un bon client pour les médias. Il suffit de le voir imiter, dans sa voiture entre Paris et Saint-Quentin, sa marionnette des Guignols, apparue très récemment sur les écrans de Canal + : «Moi, je suis le gentil Xavier Bertrand qui veut prendre la place du gentil premier ministre.» Le voilà hilare.

Bertrand aurait-il attrapé la grosse tête ? «C'est quelqu'un de raisonnable. Je crois qu'il n'est pas, pour l'instant, tombé dans ce piège», assure son protecteur, Alain Juppé. «Chaque samedi, je rentre faire mon marché chez moi, à Saint-Quentin. Cela me remet la tête à l'endroit», dit-il. Saint-Quentin, comme antidote au parisianisme ? Difficile de comprendre cet homme sans l'avoir vu dans son fief de l'Aisne. Chaque fin de semaine, c'est un peu «Bienvenue chez les p'tiots picards» : marché, permanence, match de basket, élection des miss et dîner à la pizzeria chez Mario. «Ici, on lui ramène les pieds sur terre au Xavier», souligne Michel Gosset, appariteur à la mairie de Saint-Quentin et l'un de ses fidèles. Sa femme, «Manu», mère de leurs jumeaux (Ambre et Malo, 18 mois), sait aussi tirer la corde de rappel. Le créateur de «Saint-Quentin plage» bien avant Bertrand Delanoë bénéficie d'une vraie cote d'amour dans cette ville populaire, marquée par un fort chômage et sociologiquement à gauche. Bertrand, qui milite depuis l'âge de 16 ans, y a connu défaite (municipales en 1989) et victoires. «Le Saint- Quentinois est sinistré. Cela flatte ici d'avoir un ministre», remarque un observateur local. Aux dernières municipales, la liste UMP, conduite par René André, a été réélue au premier tour avec 60 % des voix. Une large avance, en recul toutefois de dix points par rapport à 2001.

«Il ne faut pas qu'il se précipite»

Mais Xavier Bertrand sait aussi tisser sa toile à Paris. Ses relations sont éclectiques. L'animateur de télévision Cauet, picard lui aussi, ne tarit pas d'éloges. Le chanteur Francis Lalanne est l'un de ses supporters. Geneviève de Fontenay, pourtant classée à gauche, l'adore : «Je le connais depuis quinze ans. Il est simple et proche des gens. J'espère qu'il deviendra premierministre.» L'acteur Richard Berry, très engagé sur les questions des dons d'organe, tient des propos flatteurs. Il reçoit les conseils de quelques grands patrons : Henri de Castries (Axa), Jean-Pierre Petit (McDonald's France) et Michel Combes (TDF). Il y a aussi le réseau franc-maçon. Le ministre a mal vécu son «outing» par L'Express. Plutôt que de nier, il a préféré donner une interviewaumagazine. Il a prévenu le chef de l'État, qui ne lui aurait rien dit. La catholique Christine Boutin, qui l'aime bien, est la seule à lui en avoir parlé: «Viens là que je t'embrasse !»

C'est surtout parmi les parlementaires, reçus par fournées à son ministère, qu'il recrute ses relais. «Il est habile et remarquablement organisé. Son cabinet est très efficace», constate Alain Gest, député de la Somme. La plupart louent son pragmatisme et son suivi des dossiers. «Il est populaire auprès des militants et des cadres de l'UMP. Et ça, Sarko le sait», note un des nouveaux secrétaires d'État. À l'Élysée, son meilleur soutien est le très influent conseiller social Raymond Soubie, qui a copiloté avec lui la réforme des régimes spéciaux. «Il a un vrai sens intuitif politique. Aux fonctions qu'il a aujourd'hui, il réussit très bien. C'est un garçon d'une grande transparence, avec qui il est facile de travailler», juge le «pape» des relations sociales en France. Évidemment, cet avis n'est pas neutre aumoment où le président vient d'en faire un des premiers ministrables possibles d'ici à la fin du quinquennat.

«Il n'y a pas beaucoup de candidats potentiels sur le marché. Xavier en fait partie. Mais il ne faut pas qu'il se précipite», conseille Juppé. Ce que l'intéressé a bien mesuré lors de son passage au «Grand jury RTL-Le Figaro-LCI» : «Je n'ai pas été bon», soupire-t-il. Façon d'admettre que la marche est encore haute. Et que les choses vont sûrement un peu vite pour ce non-énarque encore insuffisamment aguerri aux arcanes de l'appareil d'État. Avant lui, d'autres premiers ministrables se sont brûlé les ailes. En attendant d'aller un jour à Matignon, l'élu de l'Aisne vient de découvrir que les nappes et serviettes des services du premier ministre sont brodées à Beaurevoir, un village de sa circonscription. «Cela ne sert à rien d'aller à Matignon: le linge est déjà chez moi !»

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ce qui fait peur, ce sont ses "potes": Cauet, Francis Lalanne, Geneviève de Fontenay...S'il devient premier ministre, Laporte ne sera plus le seul imposteur au gouvernement!

Laissez dire les sots, le savoir a son prix (Jean de la Fontaine)

58

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Non non, je ne m'acharne pas (tu as raison Oscar, je devrais être payé pour ça wink ) :

Le Figaro a écrit:

Entre l'Élysée et Matignon, les frictions se multiplient

Des OGM à la carte «familles nombreuses», Nicolas Sarkozy a dû monter au créneau trop souvent, estiment ses collaborateurs.
La scène se déroule mardi, à la sortie d'une réunion de crise à l'Élysée sur le projet de loi OGM. Un collaborateur du président lève les yeux au ciel : «Fillon, c'est la cata, il n'a rien géré. Ce n'est tout de même pas le job du président de rédiger des sous-amendements». Dans la matinée, Nicolas Sarkozy a fait venir en urgence François Fillon, le ministre de l'Écologie, Jean-Louis Borloo, les présidents des groupes UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé, et au Sénat, Henri de Raincourt, et les rapporteurs de la loi OGM. Le but : trouver un compromis sur ce projet de loi qui donne à la majorité tant de fil à retordre depuis la semaine dernière (lire ci-dessous) . Hier, le premier ministre est resté en retrait lors de la réunion. Jouant sa proximité avec les députés UMP, alors que Nicolas Sarkozy voulait leur faire accepter un amendement censé calmer les anti-OGM. «C'est toute la crédibilité du «Grenelle de l'environnement» qui se jouait sur ce dossier OGM. Le président est intervenu hier, parce qu'il ne pouvait pas laisser passer ça», explique-t-on dans l'entourage du président. «Mais ce n'est pas parce qu'il défend plutôt la ligne Kosciusko-Morizet qu'il a approuvé sa méthode», précise-t-on à l'Élysée où l'on rappelle que «le président le lui a dit personnellement».

«Que se passe-t-il quand un dossier du gouvernement tourne mal ?C'est encore Sarko qui s'y colle !», s'exclame-t-on à l'Élysée, où on se dit las d'être «les pompiers de service» . Et de citer le cas de la carte famille nombreuse : «une c…, voilà ce qui arrive quand la technostructure tourne à vide. On ne peut pas tout surveiller». Voilà un autre dossier sur lequel Nicolas Sarkozy est intervenu en fin de semaine, pour démentir François Fillon. Le premier ministre avait annoncé de­puis le Japon qu'il était bien question de confier à la SNCF le fi­nancement de la carte famille nombreuse, dans le cadre de la révision des politiques publiques. À l'énervement de la fin de semaine dernière s'ajoutait mardi la «gaffe» de Roselyne Bachelot sur le non-remboursement des lunettes.

«Tenir le cap des réformes»

Cette proche de Fillon, qui lui doit sa place au gouvernement, «a été prise au dépourvu», s'agace-t-on à l'Élysée. Des reproches qui «ne manquent pas de saveur», s'amuse un proche de Fillon : «Le président nous demande d'être interventionnistes. Soit. Mais alors qu'il ne se mêle pas de tout !». Au passage, on rappelle que le président est celui qui «fait des annonces à la place de ses ministres», en citant Christine Albanel qui apprit «un quart d'heure avant la conférence de presse du président qu'il voulait supprimer la pub de la télévision publique». Ou encore les propositions «brouillonnes» du chef de l'État sur Arcelor.

Face à ces agacements élyséens, François Fillon «est de plus en plus détaché», reconnaît l'un de ses proches. «Il ne veut pas se perdre dans ces querelles picrocholines. L'essentiel est de tenir le cap des réformes», explique ce dernier. À l'Élysée, un proche du président calme lui aussi le jeu : «Fillon, il le connaît par cœur, il sait pertinemment ce qu'il sait faire ou ne pas faire. Et il sait bien qu'ils font équipe jusqu'en 2009.»

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

FDL a écrit:

Non non, je ne m'acharne pas (tu as raison Oscar, je devrais être payé pour ça wink )

T'inquiète pas, y en a déjà qui sont payés pour le faire. Exemple de Marianne (qui d'autre) qui titre carrément "La chienlit au pouvoir"...le comble de la mauvaise foi, comme d'habitude.

Laissez dire les sots, le savoir a son prix (Jean de la Fontaine)

60

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Non mais je parlais du Figaro, que je consulte souvent (cf le message d'Oscar sur la hausse de la fréquentation du site du Figaro).

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

gabi a écrit:

Ce qui fait peur, ce sont ses "potes": Cauet, Francis Lalanne, Geneviève de Fontenay...S'il devient premier ministre, Laporte ne sera plus le seul imposteur au gouvernement!

En même temps c'est un peu de la mauvaise foi de faire cette analogie smile

Come on baby, light my fire

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Carrément big_smile

Laissez dire les sots, le savoir a son prix (Jean de la Fontaine)

63

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

gabi a écrit:

Ce qui fait peur, ce sont ses "potes": Cauet, Francis Lalanne, Geneviève de Fontenay...S'il devient premier ministre, Laporte ne sera plus le seul imposteur au gouvernement!

Laporte seul imposteur du gouvernement? Dati, Rama Yade et Besson, ils sont quoi alors?

64

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Oscar Wilde a écrit:

FDL, François Fillon a pris acte de l'existence de ce thread et a institué hier par décret un délégué interministériel à la communication (sic).

Il s'agit de Thierry Saussez :

Le Figaro a écrit:

Un «communiquant» pour éviter les «couacs»

Thierry Saussez, proche de Nicolas Sarkozy, a été nommé chef du Service d'information du gouvernement et délégué interministériel à la communication.

«Ca va peut-être vous surprendre mais, c'est vrai, on met un communicant à la tête d'un service de communication. On essaie plutôt de trouver des professionnels pour remplir leur mission». Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, a choisi l'ironie pour répondre aux questions des journalistes après la nomination, mercredi en conseil des ministres, de Thierry Saussez comme délégué interministériel à la communication.

Un poste qu'il cumulera avec celui de directeur du Service d'information du gouvernement (SIG). «Le périmètre du service d'information du gouvernement n'est pas changé. Simplement, cette fonction est complétée par celle de délégué interministériel et donc l'objectif de Thierry Saussez sera de travailler sur toutes ces questions d'information, de pédagogie, d'action du gouvernement», précise Luc Chatel.


Un spécialiste de communication politique

Agé de 59 ans, Thierry Saussez est surtout connu pour être un spécialiste de communication politique. A la tête de la société Image et Stratégie, qu'il a créé en 1982 avant de la revendre voici quelques semaines, il se targue d'avoir 500 campagnes électorales à son actif. Il a lui-même goûté à la politique, en tant que conseiller municipal et adjoint au maire de Rueil-Malmaison (92). Pressenti pour la mairie de la ville, il se fera souffler la place par Patrick Ollier, contre qui il échouera aux législatives de 2002.

Thierry Saussez est souvent cité parmi les membres du «premier cercle» des proches de Nicolas Sarkozy, dont il fut l'un des mentors. A son actif, la stratégie de forte présence médiatique déployée par l'actuel chef de l'Etat lorsqu'il était ministre de l'Intérieur, entre 2002 et 2007.

Sarkozy demande plus de «solidarité» au gouvernement

Bien que Luc Chatel le nie fermement, cette nomination n'est certainement pas étrangère aux «couacs» enregistrés ces dernières semaines dans la communication gouvernementale : polémique sur les OGM, avenir de la carte familles nombreuses, fin du remboursement des lunettes par la sécurité sociale…

Nicolas Sarkozy a d'ailleurs profité du Conseil des ministres pour rappeler son gouvernement à «la loyauté, à la solidarité et à la nécessité d'avoir une équipe soudée».

http://www.imedias.biz/presidentielle/images/7887.jpg

Last edited by FDL (16-04-2008 13:30:54)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

FDL a écrit:
Le Figaro a écrit:

«Ca va peut-être vous surprendre mais, c'est vrai, on met un communicant à la tête d'un service de communication. On essaie plutôt de trouver des professionnels pour remplir leur mission». Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, a choisi l'ironie pour répondre aux questions des journalistes après la nomination, mercredi en conseil des ministres, de Thierry Saussez comme délégué interministériel à la communication.

Tain, si même Chatel s'y met...

Ca me rend triste de pas être en France, je rate de ces trucs

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ptain, le mythe du Séguéla-éternellement-souriant-et-bronzé s'effondre, là : quelle tête de cadavre !

67

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Le couac de la mi-journée est attribué à ... Bernard Laporte :

AFP a écrit:

Le secrétaire d'Etat aux Sports Bernard Laporte a appelé mardi les médias à prendre leurs responsabilités et à s'engager dans la polémique sur les JO de Pékin, manifestant le souhait que "tout le monde boycotte la cérémonie d'ouverture".

"Les sportifs, eux au moins, se sont déjà engagés, ils ont fait passer un message repris dans le monde entier", a-t-il déclaré à la presse dans les couloirs de l'Assemblée nationale mardi matin. "Ils vont maintenant se consacrer à leur passion, au sport", a-t-il ajouté.

"Je voudrais que vous aussi, vous vous engagiez, que ce soient les télévisions, que ce soient les journaux", a-t-il déclaré aux journalistes qui l'interrogeaient sur les déclarations du président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) Henri Sérandour.

A nouveau sollicité par la presse, M. Laporte a lâché: "Je voudrais que tout le monde boycotte la cérémonie d'ouverture". Il n'a précisé à qui il s'adressait.

En fin d'après-midi, le ministre a relevé qu'il s'agissait d'une "boutade". Il rappelé sa position s'agissant d'un boycott de la cérémonie d'ouverture des JO: "il faut laisser, comme l'a dit le président Nicolas Sarkozy le 25 mars à Tarbes, toutes les options ouvertes et graduer la réponse à Pékin en fonction de l'évolution de la situation".

Le ministre a répété également qu'il s'était prononcé pour la possibilité pour les athlètes de porter un badge "Pour un monde meilleur".

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

C'est à pleurer (de rire, vaut mieux). Qu'il ailler voir la Chine de vive voix, Bernard...

69

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Oscar Wilde a écrit:

C'est à pleurer (de rire, vaut mieux). Qu'il ailler voir la Chine de vive voix, Bernard...

On en est arrivé à regretter J-F Lamour, c'est dire...

70

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

En général les ministres issus de la société civile sont inexistants ou se plantent.

71

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

C'est ce que j'ai toujours dit.

72

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ou les deux. En même temps, c'est normal, ils sont là pour apporter une caution ou une touche de glamour. Et puis, au moins, leurs conneries en séries, ça change des technos bcbg. Je préfère encore un guignol genre Laporte que ce gras double, ce faux type de Bertrand, rompu à la langue de bois et à la politique politicienne.

73

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Désolé pour les fautes de frappe (post en nl et pas de relecture)

74

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

M. Amok a écrit:

Je préfère encore un guignol genre Laporte que ce gras double, ce faux type de Bertrand, rompu à la langue de bois et à la politique politicienne.

Moi aussi.

75

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

François Fillon a écrit:
M. Amok a écrit:

Je préfère encore un guignol genre Laporte que ce gras double, ce faux type de Bertrand, rompu à la langue de bois et à la politique politicienne.

Moi aussi.

Voilà ce qu'il te dit, "le ptit gros avec une tête de vendeur d'assurances" :

http://tempsreel.nouvelobs.com/file/390371.jpg

big_smile

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Sarkozy parle dans le désert, le bordel a de beaux jours devant lui :

Sarkozy appelle les membres du gouvernement à la "loyauté"

NOUVELOBS.COM | 16.04.2008 | 15:10
Réagissez à l'article 123 réactions

C'est ce qu'a déclaré le chef de l'Etat au Conseil des ministres, après une série de couacs gouvernementaux. Les critiques au sein de l'UMP se multiplient : Christian Estrosi estime que le parti s'est "coupé de la base", tandis que le député Georges Tron se dit "déçu" par la première année du président.


Nicolas Sarkozy a appelé mercredi 16 avril les membres du gouvernement à faire preuve de "loyauté" et de "solidarité" entre eux, a rapporté le porte-parole du gouvernement Luc Chatel, lors de son compte rendu du Conseil des ministres.
"Le président de la République, à l'issue du Conseil des ministres, alors qu'il avait réuni ce matin l'ensemble de son gouvernement, a appelé tous les membres de son gouvernement à la loyauté, à la solidarité et à la nécessité d'avoir une équipe soudée autour de lui et autour du gouvernement", a affirmé Luc Chatel.
"Il a demandé à l'ensemble des membres du gouvernement de faire preuve de courage et de l'esprit de réforme", a souligné le porte-parole.

Estrosi critique envers l'UMP

Le président "a souhaité des débats au sein de son gouvernement. Il peut y avoir des désaccords sur un certain nombre de sujets", mais "il souhaite pour l'efficacité de l'action du gouvernement qu'il y ait de la loyauté et de la solidarité et qu'une fois les arbitrages rendus, le gouvernement soit uni derrière les décisions qui sont prises et qui sont arbitrées par lui-même ou par le Premier ministre", a ajouté Luc Chatel.
La mise au point du président de la République intervient alors que les couacs au sein de l'équipe gouvernementale mais aussi au sein de l'UMP se multiplient.
Christian Estrosi a maintenu dans un entretien publié par Le Figaro daté de mercredi que l'UMP s'est "coupée de (sa) base populaire" et suggère d'"engager un grand débat national dans le parti, suivi d'une consultation de tous les militants".

Devedjian en ligne de mire

"Je suis inquiet", explique le maire UMP de Nice, proche du président Nicolas Sarkozy. "Au moment où la gauche surfe sur les mécontentements et souffle sur les braises de toutes les revendications, je me demande si l'UMP est organisée pour lui répondre." "Nous devons être prêts face à une gauche qui, à l'automne, va élire son nouveau premier secrétaire. Nous allons assister à la montée en puissance du PS, à la nouvelle dynamique qui résultera de la désignation du nouveau leader socialiste", prévient-il.France-Soir
Or "nous nous sommes progressivement coupés de notre base populaire. Nous devons engager un grand débat national dans le parti, suivi d'une consultation de tous les militants", juge Christian Estrosi. "C'est pour cette raison que j'appelle à une désignation par les militants de tous les responsables de l'UMP."
Pour le délégué général du parti présidentiel qui avait vivement critiqué le secrétaire général Patrick Devedjian pour les élections municipales de mars, "il faut un seul secrétaire général, élu par les militants. Il devrait être assisté d'un exécutif qui serait lui aussi ratifié par le vote des militants". "Pour le moment chacun peut s'interroger: d'où la direction collégiale de l'UMP tire-t-elle sa légitimité?", lance-t-il.

Tron déçu par la première année Sarkozy

Georges Tron, député UMP de l'Essonne, estime de son côté que la première année de Nicolas Sarkozy à la présidence "est une année de surprises et finalement de déception" et "crain(t) à court terme des déconvenues", dit-il dans un entretien publié dans l'édition de mercredi de .
"Je crains à court terme des déconvenues et je pense qu'il serait utile de rechercher des économies en revoyant par exemple les aides apportées aux grandes entreprises ou celles dispensées aux collectivités territoriales", déclare le député villepiniste.
"Je ne vois pas réellement des réformes d'ampleur nécessaires pour faire face à cette crise. Je reconnais bien volontiers à Nicolas Sarkozy sa volonté de réforme. Mais celles-ci généreront dans un premier temps plus de dépenses que d'économies", prédit-il.
Georges Tron critique également la façon dont sont traités les députés de la majorité. "Nous avons l'impression que nous ne sommes plus écoutés comme nous le devrions, et que l'Assemblée est transformée en chambre d'enregistrement", lance-t-il.
"Aujourd'hui, une grande partie de la majorité s'interroge et fait part de ses inquiétudes (mais) la moindre critique est le plus souvent interprétée comme une attaque personnelle, ou un manquement à une solidarité obligée", juge-t-il, alors que selon lui "la profusion des idées serait profitable à la majorité si aujourd'hui l'UMP cherchait réellement à l'organiser". (avec AP)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ouvrons les paris: quand Xavier Darcozy va-t-il gicler? Grillé aux municipales pour avoir trop collé au chef de l'Etat, fragilisé depuis, c'est lui qui est envoyé en première ligne pour prendre les coups, face à celle des protestations en train de monter qui mobilise les plus gros effectifs. Je le vois bien en victime expiatoire, prochainement.

Last edited by Dorian Gray (16-04-2008 16:17:27)

It is always a silly thing to give advice, but to give good advice is fatal. - Oscar Wilde

78

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ouvrons aussi les paris pour Martin Hirsch.

AFP a écrit:

RSA: Martin Hirsch élude les questions sur son avenir au gouvernement

Le Haut commissaire aux solidarités actives Martin Hirsch a éludé mercredi les questions sur son avenir au sein du gouvernement Fillon, alors que le devenir de son dispositif du Revenu de solidarité active (RSA) suscite des interrogations.

"Quand on me parle de succès (du RSA), je pense surtout que, si ça ne marche pas, on me virera. On m'a embauché pour le faire, pas pour faire des discours ou du compassionnel", a-t-il déclaré devant l'Association des journalistes parlementaires, alors qu'il était précisément interrogé sur les décisions qu'il prendrait si le RSA était abandonné.

C'est une "question théorique", a-t-il encore dit. "Il se trouve que la semaine dernière, le président Nicolas Sarkozy et le Premier ministre François Fillon, ont tous deux dit +on fera le RSA+".

Interrogé sur ses éventuels états d'âme au sein du gouvernement, M. Hirsch a botté en touche: "depuis que je suis tout petit, j'ai des états d'âme".

Il a toutefois reconnu que sa tâche était ardue: "c'est un chemin compliqué", "le processus politique" pour la mise en place du RSA, "on l'a déjà, la question est de savoir si on le maintient".

Le RSA "ne passe pas comme une lettre à La Poste", a ajouté M. Hirsch, qui est "pris entre deux feux, entre ceux qui (lui) disent que ça va trop vite et ceux qui lui disent que ça va trop lentement".

Le plus dur pour lui "est de convaincre que cette fois-ci, il ne s'agit pas simplement de dépenses sociales en plus".

"C'est une réforme qui se fait dans la première moitié du quinquennat pour porter ses fruits dans la deuxième moitié", a poursuivi M. Hirsch.

"Si 200.000 Rmistes rentrent dans le RSA, on rentre dans les frais" engagés pour la réforme, a-t-il réaffirmé.

Last edited by FDL (16-04-2008 16:15:25)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Dorian Gray a écrit:

Ouvrons les paris; quand Xavier Darcozy va-t-il gicler? Grillé aux municipales pour avoir trop collé au chef de l'Etat, fragilisé depuis, c'est lui qui est envoyé en première ligne pour prendre les coups, face à celle des protestations en train de monter qui mobilise les plus gros effectifs. Je le vois bien en victime expiatoire, prochainement.

Ben c'est pas lui le plus mauvais, loin de là.
Et il n'a pas fait de gaffe notoire (bon, ok, ridiculisé au Grand Journal mais ça compte pas).
Et puis qui pour le remplacer ? Pécresse ?

80

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Images et Stratégies....Les images sont du vent et les stratégies des courants d'aires...Avec l'arrivée d'un "communicant" à la tête de la "com" du gouvernement, celà annonce rien de bon pour l'avenir. Sarko n'a pas encore compris que sa campagne présidentielle c'est du passé et que maintenant il faut passer à autre chose que des slogans bidons.

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Oscar Wilde a écrit:

Ben c'est pas lui le plus mauvais, loin de là.

Justement, c'est ça qui, dans ce gouvernement, risque de ne pas pardonner wink

Mais c'est lui qui se trouve probablement face à la contestation la plus nombreuse et la plus redoutable.

Et puis, je trouve que, sur les programmes de l'école primaire, il se goure vraiment.

It is always a silly thing to give advice, but to give good advice is fatal. - Oscar Wilde

82

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Ahahah quand les députés UMP s'alignent sur la gauche ...

la vidéo : http://tf1.lci.fr/infos/france/politiqu … uche-.html


Dommage on n'a pas la réponse de Lagarde.

83

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

http://www.assemblee-nationale.fr/13/se … iffere.asp
Vers 15h30

84

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Dorian Gray a écrit:
Oscar Wilde a écrit:

Ben c'est pas lui le plus mauvais, loin de là.

Justement, c'est ça qui, dans ce gouvernement, risque de ne pas pardonner wink

Mais c'est lui qui se trouve probablement face à la contestation la plus nombreuse et la plus redoutable.

Et puis, je trouve que, sur les programmes de l'école primaire, il se goure vraiment.

Cela dit, vu le bordel généralisé actuel (Sarkozy cité par Le Canard : "C'est la semaine la plus bordélique depuis mon élection."), les réformettes de Darcos sont loin de faire les gros titres, ce qui lui laisse les coudées franches. Par ailleurs, la chienlit lycéenne, qui la prend encore au sérieux à part les CRS ?

85

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Parole de Sarko, le prochain qui gaffe ce sera la porte.

86

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

A bon entendeur a écrit:

Parole de Sarko, le prochain qui gaffe ce sera la porte.

Ben non, il a déjà gaffé, Bernard.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

87

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Appel
Comme certains ont pu le lire dans la presse, les Boulogne Boys sont actuellement sous le coup d'une procédure de dissolution lancée par le Ministère de l'Intérieur.

Nous appelons l'ensemble des personnes physiques et morales susceptibles de témoigner de l'intérêt de la survie de l'association (joueurs, politiques, dirigeants, sociologues ...) à nous contacter le plus rapidement possible à l'adresse suivante:

boys@boulogne-boys.org

Allez Paris !

Les Boulogne Boys 1985

88

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Le roi a parlé.
En fait, la phrase en gras m'a fait penser à un prof qui menace de punir ses élèves :

Le Figaro a écrit:

Sarkozy menace de renvoyer les ministres indisciplinés

Le chef de l'État a prévenu ses ministres qu'il ne «répéterait pas» une nouvelle fois sa mise en garde.
Avec son gouvernement, en Conseil des ministres, le matin ; avec les dirigeants de l'UMP, en bureau politique, l'après-midi : pour Nicolas Sarkozy, l'heure était mercredi au sérieux recadrage de ses amis politiques.

Le chef de l'État est intervenu avec la plus grande «détermination» pour appeler ses ministres à faire preuve de «loyauté» et de «solidarité», insistant sur «la nécessité d'avoir une équipe soudée autour de lui et du premier ministre », a résumé le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel. Après les tensions intervenues au sein du gouvernement et de la majorité sur les OGM, la carte «familles nombreuses», le Tibet ou le remboursement des dépenses d'optique, le président de la Répu­blique a tenu à mettre les points sur les «i».

Dans la salle du Conseil des ministres, réuni pour l'occasion au grand complet, Sarkozy a déclaré qu'il était «important qu'il y ait des débats nourris, utiles, nécessaires au sein de son gouvernement». «Mais je souhaite que, pour l'efficacité de l'action du gouvernement, il y ait de la solidarité et, une fois les arbitrages rendus, que le gouvernement soit uni derrière les décisions qui sont prises et arbitrées par lui-même», a-t-il ajouté.

«Le président était détendu, absolument pas en colère, mais re­doutablement déterminé», raconte un participant. Sarkozy s'est voulu explicite : «Cette nécessité de solidarité, j'ai déjà eu l'occasion de vous la dire quatre ou cinq fois ; je ne le répéterai pas une sixième.» Ce qu'un important ministre a traduit par : «La prochaine fois, c'est la porte.» «Personne ne se sentait directement visé, mais tout le monde en a pris pour son grade» , estime un autre ministre, qui ne pense pas que la mise en garde visait seulement Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'État à l'Écologie. Laquelle avait ulcéré les députés UMP en les accusant de «lâcheté» lors du débat sur les OGM. «Quand vous parlez au Monde, même off, je ne peux pas croire que vous le fassiez sans vous en rendre compte» , a-t-il ainsi lancé en visant les propos de NKM. Mais en assurant au Monde que Sarkozy posait des «conditions» à sa participation à la cérémonie d'ouver­ture des JO de Pékin, Rama Yade, secrétaire d'État aux Droits de l'homme, avait également agacé le chef de l'État.

«Pour ceux qui enfreindront la règle, il n'y aura plus d'avertissement. La sanction tombera d'elle-même», estime un autre ministre. «Le président a eu raison. Ce climat nuit au gouvernement et à la majorité», confie un autre ministre.

«Problèmes de coordination»

Lors du bureau politique de l'UMP qui s'est déroulé l'après-midi, le chef de l'État a critiqué la presse, plus sévère, selon lui, envers un président de droite qu'envers un président de gauche. Quoi qu'il en soit, les «problèmes de communication, de pédagogie, de coordination» évoqués mercredipar Chatel sont fortement ressentis par les députés de la majorité. Ils tirent à boulets rouges sur «les ministres qui font des micro-Parlements», selon la ­for­mule de Claude Goasguen, qui lance : «L'exécutif, ce n'est pas fait pour discuter, c'est fait pour exécuter.» Quant au président du groupe UMP, Jean-François Copé, il fait appel à «l'esprit de cordée» pour mener à bien les réformes.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

89

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Et pendant ce temps, les cafouillages continuent. Cete fois, les allocations familiales :

Le Figaro a écrit:

Allocations familiales : la nouvelle controverse

Un projet visant à réduire les allocations pour les adolescents embarrasse le gouvernement.
Moins d'une semaine après «l'affaire» de la carte «familles nombreuses», les choix du gouvernement en matière de politique familiale font à nouveau polémique. Cette fois, il s'agit d'un projet visant à supprimer la majoration des allocations familiales pour les 11-14 ans. Ce décret, connu depuis l'automne dans le cadre du projet de loi sur le financement de la Sécurité sociale et prévu pour être applicable au 1er mai, crée la confusion à l'heure où les enquêtes d'opinion soulignent que le pouvoir d'achat est l'une des premières préoccupations des Français. Malgré les protestations, François Fillon a confirmé la mesure mercredi soir et précisé que le décret serait «publié dans les tout prochains jours». Le texte «n'a pas encore été signé», tempérait plus tôt dans la journée Nadine Morano, secrétaire d'État à la Famille. «Aucune baisse des allocations familiales n'est envisagée», promettait de son côté le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel.

Selon les dispositions actuelles, les allocations familiales sont majorées de 33,84 euros quand l'enfant atteint l'âge de 11 ans et une nouvelle fois, de 60,16 euros, quand il fête ses 16 ans. Le nouveau décret prévoit une seule majoration à 14 ans d'un montant de 60,16 euros. «Ce n'est pas un désengagement de l'État mais une mesure de simplification, confie-t-on au cabinet de Xavier Bertrand, ministre du Travail et de la Famille. Car toutes les études Insee montrent que les dépenses pour un enfant basculent à 14 ans.» À ce jour, 462 700 adolescents à partir de 11 ans sont bénéficiaires de cette prestation. La simplification permettrait de réaliser une économie de 138 millions d'euros par an selon les calculs de la Cnaf (Caisse nationale des allocations familiales). «Certes, cette mesure permet de faire des économies mais c'est pour mieux financer d'autres politiques innovantes comme le droit de garde opposable», se défend-t-on au ministère, comme à Matignon.

Avis défavorable de la Cnaf

Chaque année, le budget de la politique familiale s'élève à 80 milliards d'euros (dont 55 sont consacrés aux prestations), soit 5 % du PIB. «En comparaison, nos voisins européens n'y consacrent que 2,5 % de leur PIB», souligne-t-on au gouvernement. Malgré tout, la Cnaf estime que les pouvoirs publics cherchent à réaliser des économies sur le dos des familles. En février, le conseil d'administration de l'organisme avait émis un avis défavorable sur ce projet de décret. L'Unaf (Union nationale des associations familiales) a quant à elle protesté dès l'automne 2007, rappelle son président François Fondard. «Le cabinet de Xavier Bertrand nous avait répondu qu'il fallait faire des économies. Fin de la discussion», raconte-t-il.

Les députés UMP Hervé de Charette et Jacques Myard se sont de leur côté inquiétés de ce nouveau «couac» gouvernemental. Ce dernier dénonce «un coup sévère à la politique familiale française». La semaine dernière, Hervé Mariton, député UMP de la Drôme et proche de Dominique de Villepin, tempêtait déjà : «Ces derniers temps, la politique familiale fait l'objet d'un tir de barrage inadmissible. Le gouvernement considère qu'elle est une variable d'ajustement alors qu'elle est un élément fondamental du pacte social.»

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

90

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

L'opposition a de quoi se gaver en ce moment, si elle n'en profite pas maintenant, elle n'en profitera jamais.

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Vive l'opposition a écrit:

L'opposition a de quoi se gaver en ce moment, si elle n'en profite pas maintenant, elle n'en profitera jamais.

Ca fait depuis 2002 qu'elle avait de quoi se gaver.

Please could you take this note, ram it up your hairy inbox and pin it to your fucking prostate.

92

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

En 2002 Morano, Rama Yade et Fadela Amara n'étaient au gouvernement. Je vous assure, l'occasion est trops belle en ce moment, il n' y a qu'a se baisser pour ramasser de quoi foutre le feux dans les chômières.

93

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

L'opposition n'aura pas de premier scréter jusqu'au début novembre. D'ici là le gouv peut y aller à coeur joie dans la connerie.

94

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

C'est pas un couac du gouvernement, mais comme le bordel qui règne à l'UMP a encore fait une victime ...

AP a écrit:

L'UMP Renaud Muselier, ancien premier adjoint de Jean-Claude Gaudin réélu maire de Marseille, a été battu jeudi à la surprise générale par le candidat socialiste à la présidence de la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole.

Eugène Caselli, le premier secrétaire fédéral du PS des Bouches-du-Rhône, a été élu avec 79 voix contre 77 à Renaud Muselier et un bulletin blanc. M. Muselier semblait pourtant mathématiquement assuré de la victoire, les conseillers de droite étant majoritaire dans l'assemblée.

La communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole regroupe 18 communes. Elle était jusqu'alors présidée par Jean-Claude Gaudin

Mouhahaha, Muselier n'avait pas souhaité être reconduit comme premier adjoint et avait refusé d'entrer au gouvernement pour se consacrer à la communauté urbaine. Le pauvre.

95

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Haha ! Le pauvre, en effet. Plus de détails :

20 minutes a écrit:

Minoritaire, la gauche chipe la présidence de la communauté urbaine

Essai marqué, transformation ratée. Déjouant tous les pronostics, la gauche a réussi à ravir ce jeudi la présidence de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) pour se retrouver, aussitôt après, mise en minorité sur le premier dossier soumis au vote de l’assemblée.

En début de séance, tout semblait pourtant joué d’avance. Bénéficiant d’une majorité de 89 élus ralliés à l’UMP sur les 157 de MPM, Renaud Muselier, ancien premier adjoint au maire de Marseille, avait déjà rédigé son discours de remerciements. La gauche présente contre lui Eugène Caselli, premier secrétaire du PS 13 et fidèle de Jean-Noël Guérini.

Silence de mort

Le vote démarre, à bulletins secrets. Dès le début du dépouillement, Caselli est en tête, de deux à trois voix. Un silence de mort s’installe peu à peu dans l’hémicycle. Au bout d’une demi-heure, le verdict tombe: Caselli l’emporte avec 79 voix contre 77 pour Muselier, et une abstention. Tassé dans son siège, Jean-Claude Gaudin semble assommé. Bruno Gilles éructe: «Il faut recompter!». Le second décompte confirme. La gauche applaudit debout. La droite, incrédule, est tétanisée.

S’installant dans le siège de président, Eugène Caselli suspend la séance «pour trois quarts d’heure». La pause durera en réalité près d’une heure et demie. Quand les débats reprennent, toute la droite est là, sauf Jean-Claude Gaudin et Renaud Muselier. Au bout d’un quart d’heure, les deux élus font leur entrée, esquivant une forêt de caméra. Muselier demande la parole: «Cette élection est une trahison, par certains élus communautaires, du vote des municipales. Il faut savoir comment va être composée la majorité».

Et ça tombe bien: il faut voter des délibérations techniques, qui attribuent les compétences du bureau et du président de MPM. Dès le premier dossier, toute la droite se lève: 89 voix contre. Les élus UMP se déchaînent: «Elle est où la majorité?» «Et c’est que le début!», «Démission!» «On leur avait pas dit qu’il fallait trahir à chaque vote?». Eugène Caselli suspend la séance. La salle se vide. Sous le pupitre de Renaud Muselier, le discours de remerciements gît par terre, déchiré en deux.

Pour pouvoir gérer la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM), la gauche va devoir consolider une majorité dont elle ne dispose pas pour l’instant, avec seulement 65 élus sur 157. Eugène Caselli l’a annoncé dès son élection: «Le consensus est nécessaire sur les objectifs et sur les moyens. Je compte m’appuyer sur les maires, et avant tout celui de Marseille.» Le PS, qui gère désormais la région, le département et la communauté urbaine, souligne les synergies et les aides possibles entre collectivités locales, au profit des communes de MPM. Pas sûr que le consensus soit cependant facile à atteindre: la situation financière de MPM, très tendue, va nécessiter des sacrifices, et l’UMP est vent debout contre certains projets-phares du PS. Celui-ci a annoncé durant les municipales vouloir arrêter l’incinérateur de déchets et supprimer le «fini-parti» dans la collecte des ordures.

96

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Je crois que je vais aller poster dans le thread louze.

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

ah oui c'est même pas à cause des absents, il n'y en avait pas... !!

Tu me fais tourner la tête

98

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

L'UMP est en pleine implosion. Sarko a lâcher un peu trops de leste et les fauves se sont sauvées. Quant à sa magouille sur la direction collégiale, la base ne la toujours pas dégirée. les réglements de comptes à Marseille au sein de la droite a profiter aux socialistes et ce n'est que le début. Sarko aura du mal à reprendre la main.

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Un pour tous tous pourris a écrit:

L'UMP est en pleine implosion. Sarko a lâcher un peu trops de leste et les fauves se sont sauvées. Quant à sa magouille sur la direction collégiale, la base ne la toujours pas dégirée. les réglements de comptes à Marseille au sein de la droite a profiter aux socialistes et ce n'est que le début. Sarko aura du mal à reprendre la main.

Tu as lâché ton Bescherelle?

Last edited by Engagé Baleine (18-04-2008 10:30:28)

100

Re: L'ordre règne dans ce gouvernement...

Désolé, il est tombé tout seul, comme ce gouvernement.