Topic: Ena 2008

Bonjour à tous,

Je me présente, je m'appelle Laure et je suis étudiante à Paris 1 en sociologie et en économie. Après avoir ratée l'admission à l'agrégation de sciences économiques et sociales (j'étais admissible) j'ai décidé de me réorienter vers la haute fonction publique et donc de m'inscrire au concours de l'ENA. Je n'ai jamais tenté sciences po vu que cette orientation est "recente", je ne connais donc pas bien ce cursus.

Pour le concours externe, est-ce que vous savez ce que l'épreuve de droit public signifie ? Etant donné que je n'ai pratiquement jamais fait de droit, cette épreuve est pour moi la plus "casse-geule" et je ne sais ce que je dois travailler. Droit administratif ? constitutionnel ? communautaire ? ...

Je me demandais aussi quel est le rythme de travail de ceux qui suivent la préparation à l'ENA et si ils avaient des lectures/manuels à me conseiller pour ce concours.

Je sais que nous sommes "concurrents" ;p mais pour la préparation je suppose que nous pouvons faire preuve de solidarité.

Merci ;-)

Ena 2007 : http://forum-scpo.com/forum-scpo/viewtopic.php?id=5590
Ena 2006 : http://forum-scpo.com/forum-scpo/viewtopic.php?id=4120
Ena 2005 : http://forum-scpo.com/forum-scpo/viewtopic.php?id=2454

2

Re: Ena 2008

LaureSP a écrit:

Bonjour à tous,

Je me présente, je m'appelle Laure et je suis étudiante à Paris 1 en sociologie et en économie. Après avoir ratée l'admission à l'agrégation de sciences économiques et sociales (j'étais admissible) j'ai décidé de me réorienter vers la haute fonction publique et donc de m'inscrire au concours de l'ENA. Je n'ai jamais tenté sciences po vu que cette orientation est "recente", je ne connais donc pas bien ce cursus.

Pour le concours externe, est-ce que vous savez ce que l'épreuve de droit public signifie ? Etant donné que je n'ai pratiquement jamais fait de droit, cette épreuve est pour moi la plus "casse-geule" et je ne sais ce que je dois travailler. Droit administratif ? constitutionnel ? communautaire ? ...

Je me demandais aussi quel est le rythme de travail de ceux qui suivent la préparation à l'ENA et si ils avaient des lectures/manuels à me conseiller pour ce concours.

Je sais que nous sommes "concurrents" ;p mais pour la préparation je suppose que nous pouvons faire preuve de solidarité.

Merci ;-)

Tu souhaites te préparer en solo pour l'ENA. Tu sais que tu hypothèques une partie de tes chances d'intégrer. Si tu n'entends pas passer par la prepENA de l'IEP, pourquoi ne t'inscris-tu pas à celle de Panthéon Sorbonne ? C'est une option intéressante. Notamment si tu n'as pas les bases en droit. Franchement, considère cette alternative. Car, même en faisant preuve de la meilleure volonté du monde, il est difficile d'intégrer l'ENA hors de toute préparation spécifique. A toi de voir.

Re: Ena 2008

Bienvenue Laure, et ignore Brice de Nice.

Pour commencer, tu aurais pu utiliser la fonction recherche et lire les nombreux threads consacrés à l'ENA en général et au concours en particulier.
C'est nécessaire pour t'éviter la lapidation forumesque smile.

Notamment, dans ton cas, 2 threads :
"ena sans passer par sciences po" : http://forum-scpo.com/forum-scpo/viewtopic.php?id=5194
"L'ENA en candidat libre" : http://forum-scpo.com/forum-scpo/viewtopic.php?id=5272

Voilà, sur des points précis, les concernés du forum se feront un plaisir de répondre puisque tu es polie et que tu écris en français correct smile

Bon courage en tout cas !

4

Re: Ena 2008

LaureSP a écrit:

Pour le concours externe, est-ce que vous savez ce que l'épreuve de droit public signifie ? Etant donné que je n'ai pratiquement jamais fait de droit, cette épreuve est pour moi la plus "casse-geule" et je ne sais ce que je dois travailler. Droit administratif ? constitutionnel ? communautaire ? ...

Les trois.

LaureSP a écrit:

Je me demandais aussi quel est le rythme de travail de ceux qui suivent la préparation à l'ENA et si ils avaient des lectures/manuels à me conseiller pour ce concours.

Ce serait un peu trop simple. Mais déjà ça c'est un bon début : http://www.institut.minefi.gouv.fr/sect … fasci/view

Ainsi que les anales que tu peux acheter pour dix-neuf sous rue de l'observatoire.

5

Re: Ena 2008

les anales.....

6

Re: Ena 2008

Ok merci mais est-ce qu'il faut savoir faire un commentaire d'arrêt par exemple ?
(ce qui n'est pas du tout mon cas)

7

Re: Ena 2008

[snip]

8

Re: Ena 2008

Jeff a écrit:
laurette a écrit:

Ok merci mais est-ce qu'il faut savoir faire un commentaire d'arrêt par exemple ?
(ce qui n'est pas du tout mon cas)

Toi tu vas réussir, c'est sûr. Tu sais ce que c'est que l'ENA ? C'est pas la fac, désolé.

Euh... Il n'y a pas de commentaire d'arrêt à faire, à ma connaissance, pour y entrer.

Re: Ena 2008

.

Last edited by kobayashi (17-03-2011 16:51:02)

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

10

Re: Ena 2008

Mais il n'est pas nécessaire de connaitre la méthode du commentaire.
D'autant plus qu'il n'y a qu'une seule épreuve de droit, ça ne devrait pas être insurmontable pour qqun qui a été admissible à l'agrégation SES.

11

Re: Ena 2008

Laure SP,

tu dis que tu veux te réorienter vers la haute fonction publique. Je te répondrais qu'on se réoriente plutôt hors de la fp quand on s'est craqué aux concours.  De plus, haute fonction publique ne veut pas dire grand chose au vu de la variété des débouchés à la sortie de l'ena. Il sortiront tous fonctionnaires A+ mais, en pratique, il y a un fossé énorme entre les premiers qui partent au CE ou à l'IGF et les derniers qui doivent se contenter d'un poste de sous-préfet dans la creuse, de conseiller du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne ou d'administrateur civil en ministère "pourri" (défense, éducation nationale, ...).

Bref, va déjà sur le site de l'ena où tu pourras te renseigner sur les débouchés, le champ des examens et consulter une bibliographie indicative. Tu verras rapidement que la masse de connaissances à acquérir vu ton parcours (droit et finances publiques, questions internationales entre autres) font que tu peux oublier le concours 2008 mais plutôt penser à 2009 ou 2010. Concernant la méthodologie, c'est composition ou note sur dossier en deux parties et 2 sous-parties, donc pas de commentaire d'arrêt si ce n'est sur 4 ou 5 lignes dans le cadre général de la composition. Encore, la compo en droit pu ou éco, c'est plutôt compo sur un sujet bâteau vaguement en rapport avec le droit ou l'éco. Inutile de connaître par coeur le code de juustice administrative ou de savoir poser de savantes équations d'offre et de demande lorsqu'il s'agit de composer sur l'inaction administrative ou l'affirmation selon laquelle la France serait en récession.

12

Re: Ena 2008

Un texte a été adopté hier en assemblée générale. Les élèves critiquent le classement de sortie qui conditionne leurs carrières.
Raphaëlle Remande et François Vignal
LIBERATION.FR : mercredi 23 avril 2008


Le système date de 1945. A la fin de leur scolarité, les élèves de la prestigieuse école nationale d'administration (ENA) sont classés en fonction de leurs notes. C'est ce qui détermine leur première affectation mais aussi l'accès aux «grands corps de l'Etat», c'est à dire le conseil d'Etat, l'inspection générale des finances et la cour des comptes. Hier, les élèves de l'actuel promotion «Willy Brandt» réunis en assemblée générale ont voté à 76% pour la suppression de ce classement.

Dans un texte publié par le site de Marianne, ils reprochent au système de «consacrer un esprit de "caste" et de valoriser des connaissances scolaires largement théoriques, au détriment de qualités humaines» et dénoncent «la trop grande rigidité, voire l'opacité» du classement. Brigitte Jumel, secrétaire générale de la CFDT fonction publique qui possède une section à l'ENA s'interroge: «Est  ce que c'est le premier de la classe qui est le meilleur sur le marché du travail? Nous ne sommes pas sûrs que le classement soit pertinent. En tout cas, il faut que le débat soit posé.»

La polémique n'est pas nouvelle. En juillet 2001, certains élèves avaient créé une association «Agir pour la réforme de l'ENA». Sur son site Internet, on pouvait lire que le classement était décrié car il fait «primer, tout au long de la scolarité, la logique de sélection sur l'objectif de formation». Marie-Françoise Bechtel, directrice de l’ENA de 2000 à 2002, confirme: «C’est le retour d'une fièvre saisonnière. Très fréquemment, les élèves de l’ENA s’émeuvent de l’inégalité de leur carrière, quand approche la fin d’année». «C’est une réaction très corporatiste de leur part aussi», estime-t-elle.

Promesse de Sarkozy

Mais en janvier dernier, Nicolas Sarkozy semblait vouloir faire changer les choses. Il jetait un pavé dans la mare à l'occasion des voeux aux fonctionnaires en déclarant: «Je souhaite que les classements de sortie des écoles de fonctionnaires qui rigidifient l'entrée dans la carrière soient supprimés au profit des listes d'aptitude.» Dans leur document, les élèves interpellent directement le président: «Cette réforme sera l'occasion pour le président de tester sa capacité à faire prévaloir sa volonté à des grands corps administratifs rétifs au changement.»

Arnaud Teyssier, président de l'association des anciens élèves de l'ENA, défend lui bec et ongles le classement, qu'il qualifie de «système le moins mauvais». «Le classement n'est pas fait pour être agréable, explique-t-il. Mais il permet d'éviter que les corps administratifs  fassent leur marché et choisissent leurs élèves. Ce qui entraînerait une reproduction sociale de l'administration. Le classement, c'est bête et méchant mais ça court-circuite les réseaux». Dans leur texte, les élèves de l'ENA qualifient la position d'Arnaud Teyssier d'«hostilité teintée de réflexes corporatistes».

«Revoir les critères de classement»

«J’ai toujours essayé d’expliquer que le classement avait de graves défauts, mais comme la démocratie, c’est le pire des systèmes à l’exception de tous les autres», renchérit pour sa part Marie-Françoise Bechtel, confrontée, en tant que directrice, aux mêmes interrogations de la part des élèves. «Le classement est moins injuste socialement. Mais sans doute faut-il revoir les critères, réformer les épreuves, reconnaît-elle, en leur faisant faire des allers-retours dans toute l’administration avec une sorte de validation de l’expérience. C’est ce que j’avais commencé à faire avant d’être évincée. Mais je mesure les difficultés de mettre en place cette réforme et ne souhaite pas faire la leçon à mon successeur ni au directeur actuel».

Le classement est véritablement obsédant pour les élèves de l'ENA. Chaque année, seuls les 12 à 16 premiers (ce qu'on appelle «la botte») peuvent prétendre accéder au «grand corps» de leur choix. «Des carrières auxquelles la plupart des cadres de l'administration, même issus de l'ENA, ne peuvent que difficilement prétendre» indique le texte des élèves, qui restent cependant vague sur la réforme à entreprendre.


http://www.liberation.fr/actualite/poli … 805.FR.php

Re: Ena 2008

a-normalien a écrit:

Sarkozy «Je souhaite que les classements de sortie des écoles de fonctionnaires qui rigidifient l'entrée dans la carrière soient supprimés au profit des listes d'aptitude.»

Ca changerait quoi ?

So, where's the Cannes Film Festival being held this year?

14

Re: Ena 2008

Fabien a écrit:
a-normalien a écrit:

Sarkozy «Je souhaite que les classements de sortie des écoles de fonctionnaires qui rigidifient l'entrée dans la carrière soient supprimés au profit des listes d'aptitude.»

Ca changerait quoi ?

Tout.

15

Re: Ena 2008

Je serais curieux de savoir combien parmi les 76% qui ont voté pour la suppression du classement seraient prêts à renoncer aux CE, CC, IF pour le principe, pour marquer le coup.
Et qui sont les 24% ?

16

Re: Ena 2008

a-normalien a écrit:

Et qui sont les 24% ?

Des mecs comme Teyssier qui pensent que si c'est pour supprimer pour supprimer et peut-être remplacer par pire, ça vaut pas la peine.

17

Re: Ena 2008

Solution alternative, ne pas donner les notes en cours de scolarité. Genre grosse surprise au bout de deux ans. Complètement alea jacta est.

Parce que là les élèves passent pour des mauvais perdants, qui fragilisent leur école sans qu'il ne puisse rien en sortir.

18

Re: Ena 2008

Bonjour,

J'aurais une question pour étudiants de sciences po éclairés :

Quel est selon vous le meilleur ouvrage de droit public comparé ?

Je n'arrive pas à trouver de discussions ou de jugements sur ce sujet sur internet. Peut-être aurais-je mal cherché auquel cas pardonnez mon inattention.

Cordialement.

19

Re: Ena 2008

Fabb a écrit:
a-normalien a écrit:

Et qui sont les 24% ?

Des mecs comme Teyssier qui pensent que si c'est pour supprimer pour supprimer et peut-être remplacer par pire, ça vaut pas la peine.

Des mecs qui ont les dents qui rayent le parquet et veulent pas perdre le bénéfice de leur capital social qui les conduira même avec des épreuves moitié bidons à avoir les grands corps comme papa maman

20

Re: Ena 2008

Pire que tout, si les corps choisissaient les élèves. On reviendrait aux concours des grands corps d'autrefois, et là , il n'y aurait plus que de la reproduction sociale. Idem, sur le renforcement de la note de stage (note de gueule et de bourgeoisie) et la pseudo-professionnalisation des oraux. Le résultat, ce sera une fonction publique de type territoriale (hors administrateur),  européenne ou internationale où seuls les fils à papa qui ont déjà un pied dans la fonction publique ont une chance.

Quand on veut juger sur le mérite professionnel dans l'administration, c'est systématiquement le piston et le politique qui jouent. Parce que contrairement aux (rares) entreprises en situation de concurrence, il n'y a pas un étalon objectif (profit fait sur un marché) de mesure de la performance qui s'impose aux acteurs. 

Le concours fondé sur l'évaluation de la maîtrise des connaissances est la seule possibilité de méritocratie en France.

21

Re: Ena 2008

Opinion publique a écrit:
Fabb a écrit:
a-normalien a écrit:

Et qui sont les 24% ?

Des mecs comme Teyssier qui pensent que si c'est pour supprimer pour supprimer et peut-être remplacer par pire, ça vaut pas la peine.

Des mecs qui ont les dents qui rayent le parquet et veulent pas perdre le bénéfice de leur capital social qui les conduira même avec des épreuves moitié bidons à avoir les grands corps comme papa maman

pfffff c'est vrai qu'il perdraient ce bénéfice si c'étaient les corps qui choisissaient les élèves...

22

Re: Ena 2008

Fabb a écrit:
Opinion publique a écrit:
Fabb a écrit:

Des mecs comme Teyssier qui pensent que si c'est pour supprimer pour supprimer et peut-être remplacer par pire, ça vaut pas la peine.

Des mecs qui ont les dents qui rayent le parquet et veulent pas perdre le bénéfice de leur capital social qui les conduira même avec des épreuves moitié bidons à avoir les grands corps comme papa maman

pfffff c'est vrai qu'il perdraient ce bénéfice si c'étaient les corps qui choisissaient les élèves...

C'est vrai !

Re: Ena 2008

Enarque et chômeur !

http://rue89.com/2008/05/20/moi-philipp … ue-smicard

So, where's the Cannes Film Festival being held this year?

Re: Ena 2008

J'adore le commentaire, le seul d'ailleurs....à croire que c'est un fake.
Il aurait pu pantoufler rapidos dans le privé quand même...

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Ena 2008

[insulte]

Re: Ena 2008

hooo, zules, relis ton dernier post!
Ici les mêchants sont légions et on l'est tous à un moment ou à un autre...faut s'y faire!

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Ena 2008

Non. Je refuse. smile

Re: Ena 2008

Rémy a écrit:

Cas attristant.

Oui, c'est attristant qu'à la sortie de l'Ena on soit assez con pour choisir les TA alors qu'on ne veut pas y foutre les pieds.

Et cet article est très mal ficelé.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

29

Re: Ena 2008

Bouh a écrit:

Et cet article est très mal ficelé.

Pas mieux. Le paroxysme étant atteint avec cette phrase. Non-dit, sous-entendu et formule à l'emporte-pièce, tout y est !

Mais -première erreur- il choisit le corps des magistrats de tribunal administratif, afin de laisser une place à Bercy à un interne (un énarque déjà fonctionnaire). Un arrangement classique entre énarques.

Re: Ena 2008

http://www.rue89.com/2008/07/15/peck-si … r-par-lena

Re: Ena 2008

Sujet de droit public: le contrôle de l'activité législative

Re: Ena 2008

Sujet d'économie: Etats et régulation des marchés financiers

Re: Ena 2008

C'est la Grande Terreur ici, personne n'ose parler ?

Re: Ena 2008

Apparemment il y a eu des abandons en cascades. On m'a parlé de plus de 500 abandons.
Génération de dégénérés.

Re: Ena 2008

Que signifie cette phrase: "l’énarque futé dénonce un excès de pourvoir en plein contentieux" ?

Oder so ähnlich.

Re: Ena 2008

Emmanuel Goldstein a écrit:

Apparemment il y a eu des abandons en cascades. On m'a parlé de plus de 500 abandons.
Génération de dégénérés.

Tout fout le camp. Y'avait un peu plus de courage je crois les années précédentes...

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

Re: Ena 2008

Emmanuel Goldstein a écrit:

Apparemment il y a eu des abandons en cascades. On m'a parlé de plus de 500 abandons.
Génération de dégénérés.

Hmmm, l'année dernière 601 candidats étaient présents lors de la 1ère épreuve, 564 cette année (en externe) . Interne: 332 l'année dernière pour + de 400 cette année.
Entre 800 et 900 candidats inscrits en externe,  + de 400 en interne.

Donc oui, pas mal d'abandon en externe mais pas vraiment plus que ces dernières années finalement...

Re: Ena 2008

Connaissez-vous les résultats des polytechniciens au concours externe de l'ENA?? (ces dernières années, j'entends)

Re: Ena 2008

Sujet de Culture Générale:

Agir dans un univers incertain

Re: Ena 2008

"Normal ils ont été prévenus".

Re: Ena 2008

Sujet de Questions Sociales:

Note sur l'articulation possible entre aide publique aux personnes agées dépendantes et la couverture privée du risque dépendance

Re: Ena 2008

Tu passes le concours ?  Quelle est l'ambiance ? Et toi comment ça se passe ?

Re: Ena 2008

Sujet de géographie humaine et sociale: "les métropoles européennes".

J'ai passé le concours + par curiosité que réelle ambition. Entre les absents et le nombre d'abandons chaque jour, les stats sont complétement faussées...ca devient presque facile d'être parmi les admissibles ... smile

Re: Ena 2008

Bonjour,

Les cours du cycle accéléré de préparation à l'oral, organisé par Sciences Po, commencent cette semaine (nice, la scolarité est assez généreuse pour nous accorder un week end histoire de souffler après les épreuves...mais passons).
Est-ce que quelqu'un ici les a suivis par le passé, et pourrait me dire ce qu'il en a pensé? J'ai suivi la plupart des CM et confs cette année, donc je me demande s'il y a une valeur ajoutée, ou si ça va être de la redite...

Merci!

Re: Ena 2008

xiongmao a écrit:

Sujet de géographie humaine et sociale: "les métropoles européennes".

J'ai passé le concours + par curiosité que réelle ambition. Entre les absents et le nombre d'abandons chaque jour, les stats sont complétement faussées...ca devient presque facile d'être parmi les admissibles ... smile

+ par curiosité, ça n'existe pas...Tu sortais ausitôt après le début de l'épreuve pour poster aussi vite les sujets ?

Re: Ena 2008

LeMonde.fr  ENA : vers la fin du sacro-saint classement de sortie a écrit:

Le gouvernement paraît déterminé à faire sauter un des verrous les mieux préservés de l'Etat. Devant les quelque 160 élèves des promotions Willy Brandt et Emile Zola de l'Ecole nationale d'administration (ENA) en stage à Paris, Eric Woerth, ministre du budget, et André Santini, secrétaire d'Etat à la fonction publique, ont annoncé, mercredi 24 septembre, la fin du classement de sortie. Une procédure en vigueur depuis la création de l'Ecole, en 1945, qui permet aux élèves de choisir leur affectation selon le rang au concours à l'issue de leur scolarité.

Après la rémunération au mérite et la suppression des barrières entre les trois fonctions publiques de l'Etat, des hôpitaux et des collectivités territoriales, les deux ministres continuent de bousculer les règles traditionnelles de gestion de la fonction publique. Dans leur esprit, cette transformation doit accompagner la réorganisation de l'Etat et de son administration, soumise à une révision générale des politiques publiques.

Le gouvernement s'attaque cette fois à une des citadelles du pouvoir : le recrutement de l'élite des grands corps de l'Etat, de la Cour des comptes, de l'inspection des finances et du Conseil d'Etat. Un vivier où les ministres puisent les ressources de leurs cabinets et où se repèrent les futurs dirigeants de la sphère politique, administrative et économique.

Le système a résisté aux critiques successives mettant en cause l'inégalité de cette méthode de reproduction sociale qui privilégie les réseaux et les dynasties. La polémique a resurgi le 29 avril, après que 76 % des élèves de la promotion entrante se sont prononcés en faveur de la fin d'un mécanisme pourtant censé préserver les futurs hauts fonctionnaires de toute emprise "népotique ou politique."


La décision de supprimer le classement "n'est pas une mesure technique. C'est un choix politique", a martelé M. Woerth, mercredi, devant les élèves. En cela, il peut se prévaloir des recommandations du président de la République pour engager cette réforme qui suscite encore de multiples résistances. A l'occasion de la cérémonie des vœux à Lille, le 11 janvier, Nicolas Sarkozy s'en était pris vigoureusement à cette procédure. "Ce n'est pas que les plus méritants bénéficient des postes les plus intéressants qui est choquant dans le classement de l'ENA, avait-il affirmé. C'est le fait que le résultat d'un concours passé à 25 ans oriente toute une vie professionnelle".

"Nous voulons une fonction publique de professionnels, d'experts et de managers qui savent piloter l'action publique dans les environnements complexes", a expliqué M. Woerth aux élèves. Le ministre du budget souhaite que la haute administration puisse recruter ses futurs dirigeants sur la base de postes ciblés et profilés, nécessitant des compétences particulières où les notes de stage, les compétences personnelles consignées dans un dossier d'aptitude priment sur les résultats académiques. Si la décision est prise d'engager cette réforme, les nouvelles modalités de recrutement sont loin d'être définies. En tout état de cause, même si elles ne nécessitent que des modifications réglementaires, cette réforme ne s'appliquera pas aux promotions en cours d'étude, soit pas avant 2011.

Ce processus accompagne la réforme des études engagée depuis 2006 et poursuivie par le directeur de l'ENA, Bernard Boucault. Le ministre du budget veut la poursuivre, en réduisant la durée des études –de 27 mois actuellement à 22 ou 25 mois – et en privilégiant les périodes de stage, notamment en entreprise. Les effectifs devraient être stabilisés avec 80 élèves, fonctionnaires salariés, alors qu'ils étaient 136 dans la promotion Senghor de 2002 et une centaine encore dans la promotion Simone Veil en 2004.

Au ministère du budget, on prend bien soin de préciser qu'il ne s'agit pas de remettre en question "les grands corps" de la haute administration, leur fonctionnement et leurs réseaux qui continueront de recruter parmi les meilleurs élèves. "Il s'agit avant tout de les inciter à réviser leurs processus de recrutement", tempère-t-on au cabinet de M. Santini. De même, cette réforme ne s'attaque pas au concours d'entrée, qui est pourtant le principal obstacle à "l'ouverture" et à "la diversité" préconisées par le chef de l'Etat.

"La suppression du classement est un faux sujet", estime Arnaud Teyssier, le président de la puissante association des anciens élèves. "L'important est de savoir quelles ambitions on fixe à l'ENA pour assurer la formation aux nouvelles missions de l'Etat", explique-t-il, en souhaitant que le gouvernement fixe "des perspectives et des objectifs". M. Teyssier met en garde : "Nous serons attentifs à ce que les grands cadres soient recrutés sur leur professionnalisme, hors de toute logique de copinage et de réseau".


Michel Delberghe

"Vous avez souri, ne dites pas non, vous avez souri!"

Re: Ena 2008

Bonjour,

quelqu'un peut'il me dire s'il faut être diplômé au moment des inscriptions ou si on peut s'inscrire sous conditions d'obtention en Juillet

Re: Ena 2008

Icarius,
Je n'en sais rien.

Sinon, il a été proposé d'attribuer aux différentes matières une pondération. Ce seraient les élèves qui, en fonction de leurs goûts et des corps vers lesquels ils souhaitent s'orienter, choisiraient le coefficient de leur cours. Trois grandes spécialités seraient ainsi crées. C'est tout ce dont je me rappelle, je n'arrive pas à remettre la main sur l'article en question.

Par ailleurs, quelqu'un a-t-il une idée précise de l'ordre des corps, et du nombre de places que chacun d'entre eux réserve aux jeunes énarques ? On lit régulièrement que les plus prestigieux sont le CE et de l'IGF, mais qu'en est-il du MAE, de la Défense par exemple ?

Re: Ena 2008

Alfredo Unplugged a écrit:

Sinon, il a été proposé d'attribuer aux différentes matières une pondération. Ce seraient les élèves qui, en fonction de leurs goûts et des corps vers lesquels ils souhaitent s'orienter, choisiraient le coefficient de leur cours. Trois grandes spécialités seraient ainsi crées. C'est tout ce dont je me rappelle, je n'arrive pas à remettre la main sur l'article en question.

Je suis intéressé par l'article. Si jamais tu le retrouves... you know what to do.

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

Re: Ena 2008

Tiens Icarius is back. Ca faisait longtemps. Tu vas encore assister aux oraux de l'ENA cette année pour dire que les admissibles sont nullissimes ? ...

Sinon, l'ordre en gros, c'est : IGF - CE - CC - IGA/IGAS - MAE puis administrateur civil.

Last edited by Necrid_Master (23-10-2008 09:47:08)

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).