Topic: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Bientôt à Paris dans les cybercafés de Saint-Germain...




"Plus de 5.000 Japonais sans domicile fixe, des travailleurs précaires âgés d'une vingtaine d'années pour la plupart, dorment quasiment chaque nuit dans des cybercafés, selon une enquête diligentée par le gouvernement nippon, qui s'inquiète de ce nouveau phénomène.

Il s'agit de la première étude sur ce groupe de SDF que les médias locaux ont baptisé les "réfugiés des cybercafés". Selon le ministère de la Santé, quelque 5.400 personnes passent au moins la moitié des nuits de la semaine dans les cafés Internet.

Les autorités expliquent le phénomène par une précarité grandissante, qui concernerait quelque deux millions de jeunes Japonais. Les analystes estiment qu'elle est due à la crise économique qui a frappé le Japon dans les années 1990, mais aussi à un rejet de l'éthique du travail traditionnelle (...)

Article de la Tribune...

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

RPC, sabaidee ou d'autres, des commentaires / réactions / info complémentaires intéressantes à propos de la victoire du PDJ au Japon ?

Voici ce qu'en dit Le Monde
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/ar … id=1219583

P.S.:
Un modo peut-il renommer ce thread "[thread unique] Japon : vie politique, diplomatie, culture...". Merci.

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Ouais, le PDJ n'a aucune expérience du pouvoir, et ça va être marrant/consternant de le voir se ramasser aux prochaines élections. Si le PLD a perdu c'est bien parce que ses trois derniers premiers ministres étaient minables et ridicules. Koizumi qui enculait les travailleurs en "ouvrant le japon à la nouvelle réalité" du travail temporaire et de la disparition du travail garanti était populaire et a fait semblant d'essayer de mater la machine bureaucratique, mais ceux d'après étaient des clowns, ce qui a contribué à détruire l'image du PLD.

Mais bon c'est bien que déjà Le Monde reconnaisse que le PDJ est un parti centriste et pas de gauche. Le PCJ est de gauche et c'est un bon parti, et il reçoit pas mal de voix (de plus en plus d'ailleurs) mais ça ne suffit pas pour obtenir des sièges. Hélas.

Last edited by Broz (30-08-2009 22:17:45)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

4

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Merci les modos et merci Broz, intéressant.

sent from my Androïd handheld.

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Je suis dégouté, je ne retrouve plus le message d'il y a plus ou moins un an ou Broz me disait que le DPJ ne battrait pas le LDP...
Je ne suis donc pas - complètement - maudit, question prévisions électorales.

EDIT :

Si ça y est, ah ah ah

Broz a écrit:
Surfin'USA a écrit:

PDJ rules !

LOL. Le JMT gardera toujours la majorité, toujours (sauf accident), et il récupérera la Chambre des Conseillers aux prochaines élections.

EDIT :

Et là où je ne suis pas forcément d'accord avec Broz, c'est sur le plantage assuré du DPJ. Après tout, une grosse parti des élus de ce parti sont des dissidents du LDP, et au fond c'est son ancien leader, Ichiro Ozawa, qui est loin d'être un nouveau venu en politique, qui dirigera vraiment le gouvernement. Hatoyama est un de ses fidèles, et Ozawa reste extrêmement influent dans le parti. Dire que lui et une bonne partie des leaders du parti n'ont aucune expérience est quand même un peu exagéré.

Last edited by Surfin'USA (30-08-2009 22:53:26)

"It's better to burn out than to fade away".
Joseph Goebbels ou Neil Young ?

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

A ce moment précis de l'histoire il y avait une guéguerre entre les deux chambres de la Diète qui mettait en colère les Japonais. Je n'avais pas prévu qu'Aso serait un tel clown, ni que la crise aurait autant de conséquences.

EDIT : Ozawa et Hatoyama ont des opinions très différentes sur de nombreux domaines, la servilité de Hatoyama était sans doute statégique à mes yeux. Le gouvernement de Hatoyama sera sans doute semblable à celui qu'aurait nommé Ozawa, parce qu'il faut composer avec toutes les factions du parti, mais les impulsions que donnera Hatoyama et les débats publics engagés seront très différents.
Aucun des gars n'est de toute façon tout à fait nouveau en politique. Seulement il n'y a pas grand monde qui ait vraiment eu des respnsabilités au PDJ. Elles ont toujours été accaparées par les mêmes types corrompus du PLD, qui bossaient la main dans la main avec les grosses corporations.

Last edited by Broz (30-08-2009 23:22:31)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

J'aime cette femme. Il faudrait l'échanger contre Carla Brutie.

Le Figaro a écrit:

La nouvelle première dame nippone secoue le Japon

http://www.lefigaro.fr/medias/2009/09/15/3f8dd8b0-a16e-11de-81fc-b58b418b65cd.jpg

PORTRAIT - Le cyclone Miyuki déferle sur le Japon. Ce prénom féminin ne désigne pas le dernier tsunami, mais la femme du nouveau premier ministre, qui prendra ses fonctions mardi. Son caractère excentrique défraie la chronique nippone.

C'est peu dire que dans un pays où la plupart des épouses, a fortiori celles des politiciens, ont une fonction essentiellement décorative, Miyuki Hatoyama ne répond pas aux canons traditionnels.

Son mari, Yukio, va prendre les rênes du gouvernement, après la victoire de son mouvement, le Parti démocrate du Japon (PDJ), aux élections législatives du 30 août. Un scrutin historique puisqu'il a mis un terme à la longue suprématie des conservateurs qui tiennent le pouvoir depuis l'après-guerre.

À 66 ans, la future première dame n'a pas attendu cette échéance inédite pour se faire connaître. Les téléspectateurs japonais connaissaient déjà cette ancienne actrice passionnée par l'art de vivre, une notion dont le public nippon, soucieux de s'extraire de la gangue du conformisme, est désormais si friand. On la voyait fréquemment sur le petit écran donner des conseils culinaires, vestimentaires ou de décoration. Car Miyuki Hatoyama se dit «compositrice de sa vie». Il semble bien, en tout cas, que son sourire, son charme et son caractère extraverti soient des atouts maîtres pour son chef de gouvernement de mari, à l'allure plutôt conventionnelle.

Les lecteurs la connaissaient aussi pour ses livres de cuisine macrobiotiques, notamment ses fameuses Recettes de nourriture spirituelle hawaïenne. C'est précisément son engouement immodéré pour la spiritualité qui lui vaut aujourd'hui une notoriété portée au zénith. Il faut dire qu'en matière de «spiritualité», Miyuki Hatoyama ne fait pas dans la demi-mesure. Lorsque les micros se tendent, elle se mue en effet instantanément en prêtresse «new age», parlant de ses «voyages interplanétaires» et évoquant ses «petits déjeuners solaires»  !

«Je mange le soleil», a-t-elle ainsi raconté récemment en levant les bras au ciel comme si elle voulait s'emparer d'un astre imaginaire pour le déguster. «Je mange le soleil, j'aime cela, miam, miam, miam… Cela me donne énormément d'énergie. Mon mari en prend aussi.» On comprend aisément qu'avec de tels propos, la mirobolante Mme Hatoyama a aussitôt mis les médias en transes. Bien plus que ne l'a fait son terne mari, dont les experts en communication se frottent aujourd'hui les mains.

Mais la presse à grand tirage et la télévision ne sont pas au bout de leurs surprises. Dans un de ses livres, intitulé Les choses très étranges que j'ai rencontrées, Miyuki Hatoyama explique comment une nuit, il y a vingt ans, elle a été enlevée par des extraterrestres voyageant à bord d'un vaisseau spatial triangulaire… «Tandis que mon corps dormait, mon âme a été propulsée sur Vénus », écrit-elle dans cet ouvrage publié l'an dernier, mais que les élections ont placé sous les feux de l'actualité. «C'est un endroit très beau, et très vert», précise-t-elle encore.

Née à Shanghaï en 1943, à l'époque où l'armée impériale occupait la Chine, Miyuki Hatoyama a grandi dans la ville portuaire de Kobe, au centre de l'Archipel. Dans les années 1960, elle joue pendant six ans sur la scène du célèbre Théâtre Takarazuka, une sorte de revue kitsch très populaire au Japon, où tous les rôles sont interprétés par des femmes. Elle s'installe ensuite aux États-Unis avec son premier mari, un restaurateur japonais. C'est là qu'elle rencontre Yukio Hatoyama, héritier d'une riche lignée de politiciens, alors étudiant à l'université de Stanford. Ils se marient en 1975. Leur fils unique, Kiichiro, 33 ans, est ingénieur. Il travaille à Moscou comme chercheur. Curieusement, les médias ont surnommé le futur premier ministre l'«alien» ou encore l'«extraterrestre», pour ses airs las et déphasés de Buster Keaton nippon.

Miyuki a entrepris de le «relooker». Elle avait déjà la réputation de confectionner elle-même ses vêtements, notamment une jupe réalisée avec de la toile de jute provenant d'un sac de café. Désormais, elle a également pris en charge la garde-robe de son mari et serait à l'origine de sa coiffure bouffante dont elle s'occupe, paraît-il, tous les matins. «Mon mari est un homme ordinaire dans la vie de tous les jours», confiait-elle récemment en dévoilant la passion de son conjoint pour les films animaliers et les biscuits salés à la crevette. Elle affirme aussi qu'ils ne parlent jamais politique entre eux et qu'elle lui fait souvent un massage des pieds, après une journée éreintante. Le traitement est de toute évidence apprécié par l'intéressé, ce dernier n'étant pas avare de compliments. «Je me sens soulagé en rentrant à la maison, elle recharge mes batteries, c'est mon soleil», se félicitait récemment Yukio Hatoyama.

Elle estime avoir pu concrétiser tous ses rêves jusqu'à présent. «Les rêves deviennent réalité si vous y croyez vraiment», disait-elle, il y a peu, après avoir vu en songe qu'elle réaliserait un film à Hollywood. L'acteur principal ? Tom Cruise, qu'elle déclare avoir rencontré dans ses pérégrinations intergalactiques. «D'ailleurs, il était japonais dans une vie antérieure», précisait-elle tout à fait sérieusement. L'histoire ne dit pas s'ils se sont croisés lors d'une réunion de l'Église de scientologie…

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Lool, elle est complètement timbrée !!

Faut pas me faire rire comme ça au bureau, c'est louche que je me bidonne dans le bureau....

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Oh le Figaro qui monte en épingle quelque chose dont tout le monde était déjà conscient au Japon, et dont tout le monde se fout royalement puisque la dame a déjà un statut particulier "d'amuseuse" établi depuis longtemps qui lui permet de dire à peu près ce qu'elle veut et tout le monde ne fera que rire.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

10

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Les Japonais sont décidément bizarres : comment peut-on être passionné par Kant ?
Et l'article est incomplet, il ne parle pas des robots...

Le Figaro a écrit:

Le désarroi identitaire des jeunes Japonais

Des «herbivores» presque asexués aux «Neets» sans emploi ni formation, les nouvelles générations nippones se cherchent dans un pays en crise.

Yukio, 25 ans, vit toujours chez ses parents. Diplômé de la prestigieuse université publique de Tokyo, il n'a pas cherché à se faire embaucher par les grandes sociétés japonaises qui recrutent les élèves avant leur diplôme.

La mèche dans l'œil, vêtu d'un jean et d'un tee-shirt de chez Uniqlo, une chaîne de magasins de vêtements stylés mais bon marché, Yukio préfère faire des courses avec sa mère. Il ne s'intéresse ni aux voitures, ni aux montres de prix. Et pas trop aux filles. «En ce moment, je n'ai pas de copine, mais ça ne fait rien…» Yukio a trouvé un emploi de vendeur dans une librairie, ce qui tombe bien car il aime les livres, principalement les auteurs du XVIIe siècle, et aussi Haruki Murakami, l'auteur de Kafka sur le rivage, qui porte un regard critique sur la société japonaise. Yukio est un «herbivore», une expression inventée par la journaliste et éditrice Maki Fukasawa. «En japonais, explique-t-elle, le caractère utilisé pour décrire l'acte sexuel ressemble à celui qui veut dire “manger de la viande”. Je me suis aperçue que beaucoup de jeunes Japonais ne sont plus des “carnivores”.»

Maki Fukasawa tient une rubrique régulière sur le sujet dans le journal économique Nikkei, pour expliquer les particularités de cette nouvelle espèce à des Japonais déboussolés par leur progéniture. «Ils ne sont pas homosexuels. Simplement, ils ne veulent pas ressembler à leurs pères. Ils ne sont pas machos, ils ne veulent plus se tuer au travail, ni consommer, et prennent souvent des jobs intérimaires par choix.»

Pour la journaliste, les «herbivores» ont voté en faveur de Yukio Hatoyama, qui a pris mercredi ses fonctions de premier ministre, dans l'espoir d'un changement aux contours flous. Mais le phénomène est plus profond. «Il y a aussi un élément de crise identitaire. Ces jeunes tentent de retrouver des valeurs japonaises d'avant la crise, des valeurs de solidarité, de convivialité. Ils se méfient de l'Occident. Ils sont un peu nationalistes. Ils redécouvrent les classiques du cinéma japonais plutôt que de regarder des films français, comme c'était la mode il y a encore quelques années.» La tendance «herbivore» frappe d'ailleurs un peu partout, parfois en mode mineur, ajoute Maki Fukasawa. «Même chez les banquiers et les hommes d'affaires, on commence à voir des gens qui abandonnent les objets de luxe, qui se recentrent sur leur vie de famille…»

Aucun doute pour cette «pop-sociologue», les «herbivores» participent sans doute à la dénatalité qui frappe le Japon. Et les filles ? «Elles s'affirment, elles sont plus sûres d'elles, moins prêtes à se conformer au rôle de mère au foyer…» 60 % des Japonaises de moins de 30 ans ne sont pas mariées, et les enfants nés hors du lien conjugal restent une rareté. Ayaka, 23 ans, elle aussi sortie de l'université de Tokyo, se reconnaît dans ce profil. Étudiante en dernière année de philosophie, passionnée par Kant, elle a déjà un contrat d'embauche dans une grande banque japonaise, qu'elle intégrera à la fin de l'année scolaire. Peu importent les matières étudiées, la réputation de l'université des élites permet souvent à elle seule de décrocher un bon job. Les «herbivores» ? «C'est vrai, il y a beaucoup de garçons comme ça autour de moi. Ils sont satisfaits de ce qu'ils ont, ils disent que les jeunes femmes sont agressives.» Ayaka, pour sa part, est déterminée à mener sa vie comme elle l'entend. «Je ne resterai sans doute pas toute ma vie dans cette banque ; j'ai envie de travailler à l'étranger, aux États-Unis peut-être…»

Ayaka et son amie Yoko, attablées dans un restaurant du quartier de Shibuya, représentent une nouvelle façon d'être japonaise. Le mariage, des enfants ? Peut-être. «Un jour sur deux, j'ai envie de me marier, le lendemain non», dit Yoko, qui travaille déjà depuis six mois dans une banque, elle aussi. Yoko peste dès maintenant contre les pesanteurs du monde professionnel. «Les choses ne vont pas vite, on ne me confie pas assez de responsabilités, parce que je suis jeune.» La jeune femme rêve de retourner aux États-Unis, où elle a effectué une partie de ses études. Et elle a fermement l'intention, un jour, de faire une pause dans sa vie professionnelle pour aller travailler dans l'humanitaire en Afrique, rappelant au passage que le Japon est le premier donateur mondial d'aide aux pays en voie de développement.

Ce qu'Ayaka et Yoko voudraient voir changer ? «Moins de corruption, plus d'efficacité», répondent-elles en chœur. Ni l'une ni l'autre n'a pourtant voté. Ces jeunes banquières, la tête sur les épaules, craignent que «le premier ministre n'ait pas les moyens de ses ambitions, avec une dette égale à 180 % du PIB».

L'ambition d'Hiroyuki et de Yugi, c'est de survivre. Ces deux jeunes hommes à l'air un peu paumé, rencontrés au siège de l'association Sodateage, représentent une autre catégorie qui monte en flèche : les Neets, en anglais «Not in education, employment or training» ( ni étudiants, ni employés, ni en formation). Timides et embarrassés, Hiroyuki, costaud en chemise à carreaux, et Yugi, qui regarde souvent vers le plafond, sont les victimes de la crise japonaise, laissés sur le côté de la route par une stagnation qui dure depuis vingt ans. Loin du mythe d'une classe moyenne universelle et de l'emploi à vie, disparu au début des années 1990. «Un tiers des moins de 35 ans n'a pas d'emploi fixe», rappelle le directeur adjoint de l'association, Imura Yoshihido. Les Neets forment le sommet de la pyramide.

«Au Japon, on est jamais assez poli»

Hiroyuki a perdu toute confiance en lui-même. À 30 ans, diplômé en droit depuis 2003, il n'a jamais travaillé et cherche aujourd'hui «n'importe quel travail, même un job en usine». Qu'apprend-il ici ? «En particulier les bonnes manières.» Le jeune homme, qui effectue la courbette de rigueur, semble pourtant se conformer aux stricts canons de la politesse nippone. «Au Japon, on n'est jamais assez poli», explique-t-il.

Mais la politesse la plus extrême ne lui suffira sans doute pas pour se faire embaucher. Cette année, la production industrielle est de 20 % inférieure à celle que connaissait le Japon à la même période l'année dernière. Même les grands de l'automobile comme Toyota emploient 30 % d'intérimaires.

Yugi, 34 ans, celui qui regarde le plafond, se présente lui-même comme un ex-hikikomori. Il a fait partie de ces jeunes hommes qui cessent tout contact social et se retranchent dans leur chambre, n'ouvrant la porte que pour accepter les repas préparés par leurs parents. Encore un phénomène répandu au Japon… «Tout était trop dur…», soupire-t-il. Sorti d'un lycée technique, il aime dessiner et a tenté en vain d'intégrer l'industrie des mangas, les bandes dessinées japonaises. Après avoir été boulanger à mi-temps, il a démissionné et s'est replié sur lui-même. «Un neveu m'a sauvé en m'amenant ici.» L'association lui a trouvé un boulot de nettoyage. À mi-temps. Le plein-emploi a aussi disparu pour les élèves du secondaire. Ils avaient l'habitude d'être recrutés en cours de dernière année, comme les étudiants. Cette année, le taux est seulement de sept offres pour dix lycéens.

Avec 5,7 % de chômeurs, l'Archipel pourrait faire envie aux pays européens. Mais le désarroi d'une partie de sa jeunesse a pesé lourd dans le résultat des élections. Certes, des habitudes japonaises mettront longtemps à disparaître ; on est toujours accueilli, dans les halls des immeubles de bureau, par des hôtesses dont le seul travail est de sourire en s'inclinant à 45 degrés. De même pour les entrées des grands magasins, où des jeunes femmes pimpantes ont pour unique mission de clamer mille fois par jour «arigato gozaïmas !» ( merci beaucoup !) Une façon de préserver l'emploi qui a peut-être fait son temps.

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

La valse continue...

Le Monde a écrit:

Le premier ministre japonais démissionne
LEMONDE.FR avec Reuters et AFP | 02.06.10 | 06h24  •  Mis à jour le 02.06.10 | 09h24


'est les larmes aux yeux que Yukio Hatoyama a annoncé, mercredi, sa démission devant les députés du Parti démocrate (PDJ), à quelques semaines d'élections sénatoriales que son parti redoutait de perdre sous la conduite d'un dirigeant dont la cote de popularité est au plus bas, et huit mois seulement après sa prise de fonctions. Les membres du PDJ ont multiplié les appels à la démission du premier ministre japonais afin de relancer leurs chances de remporter ces élections, prévues le 11 juillet, où un succès est nécessaire pour faciliter la tâche du gouvernement.


L'élection de Yukio Hatoyama avait mis fin à plus de cinquante années d'emprise du Parti libéral-démocrate sur la vie politique japonaise. Le secrétaire général et numéro deux du PDJ, Ichiro Ozawa, va également quitter son poste. "Afin de revitaliser notre parti, nous devons faire place tout à fait nette au Parti démocrate. J'aimerais vous demander votre coopération", a dit M. Hatoyama, 63 ans, quatrième premier ministre à quitter ses fonctions après moins d'un an au Japon.

UN NOUVEAU GOUVERNEMENT LA SEMAINE PROCHAINE ?

La cote de popularité du chef démocrate, dont les électeurs doutaient de la capacité à gouverner, s'est effondrée depuis son arrivée aux affaires. Il a cité deux raisons à son départ : le fiasco du déménagement de la base aérienne américaine de Futenma sur l'île d'Okinawa, une de ses promesses de campagne, et les scandales de financement occulte qui ont éclaboussé son entourage.

L'image plus traditionnelle de M. Ozawa, perçu comme l'homme qui tirait les ficelles en coulisses mais aussi soupçonné d'être impliqué dans un scandale financier, a également coûté au PDJ. Le parti devrait désigner un nouveau chef vendredi à l'issue de réunions de ses députés et sénateurs. Un nouveau gouvernement devrait être formé la semaine prochaine. Les analystes misent sur le ministre des finances, Naoto Kan, pour prendre la tête du Parti démocrate.

"It's better to burn out than to fade away".
Joseph Goebbels ou Neil Young ?

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Hahaha, va te faire foutre Hatoyama, peut-être que la prochaine fois tu représenteras les intérêts des citoyens au lieu de laisser l'armée américaine te donner des ordres.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Sinan, pour tous les honto geek du forum, Evangelion 2.0 You Can (Not) Advance est (enfin) sorti en DVD&BD il y a juste une semaine au Japon. Un RAW de très bonne qualité et des sous-titres traînent dans les coins sombres du net. sugoi nee.

Last edited by Cookie Monster (02-06-2010 15:03:35)

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Je dois préparer un voyage au Japon (pas pour moi mais pour 2 personnes qui n'ont pas le temps de le faire).
Si ça intéresse des gens, voici le résultat (provisoire) de mes recherches :
https://docs.google.com/Doc?docid=0AQPB … &hl=en

S'il y a des connaisseurs du Japon qui lurkent, n'hésitez pas à compléter/corriger le document en barrant les choses fausses. Vous êtes libres de le réutiliser/modifier pour votre usage.
Merci !

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Free French a écrit:

Je dois préparer un voyage au Japon (pas pour moi mais pour 2 personnes qui n'ont pas le temps de le faire).
Si ça intéresse des gens, voici le résultat (provisoire) de mes recherches :
https://docs.google.com/Doc?docid=0AQPB … &hl=en

S'il y a des connaisseurs du Japon qui lurkent, n'hésitez pas à compléter/corriger le document en barrant les choses fausses. Vous êtes libres de le réutiliser/modifier pour votre usage.
Merci !

nourriture : patate douce

Sérieux ?

japan-guide.com
N'hésite pas à m'envoyer un mail, je suis en 3A à Tokyo, j'ai un peu vécu à Kyoto. J'ai organisé pas mal de voyages au Japon. Ci-dessous plan pour budget "aisé". Prendre japan rail pass. Consulte moi pour restos.

Voyage de 9 jours...
Nuit 0 Park Hyatt, New York bar du Park Hyatt
jours 1,2,3 Tokyo Park Hyatt, jour 3 nuit à Nikko (beaucoup plus intéressant que Hakone) réserver au Honke Bankyu Bankyu Ryokan
jour 4 visite de Nikko, nuit à Kyoto (un Ryokan ou hotel selon goûts)
jours 5-6-7 visite de Kyoto
jours 7 : soirée et nuit à Osaka : aller manger à dotonbori
jours 8 : Nara, retour Osaka, puis shinkansen jusqu'à Hiroshima
jours 9 : Hiroshima (atomic dome et musée de la paix tôt le matin, miyajima ensuite)
jours 10 : retour à Tokyo, narita, retour france

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Euh, oui, les patates douces mec. Les satsuma imo. Ca se trouve facilement et c'est ultra bon.
Bref, ton plan pour budget aisé, c'est vraiment vraiment un budget aisé, parce que w h o a le Park Hyatt ? Il a un intérêt qui est le bar tout en haut, mais le reste de l'hôtel c'est une sacré dépense.
Kyoto je vais être franc - je l'ai fait deux ou trois fois, trois jours c'est long si on est pas passionné de temples. A moins de se perdre, bien sûr. Mais si tu ne parles pas japonais une bonne partie de l'intérêt de Kyoto disparaît, et en fait une fois que tu as vu Kinkakuji le reste peut paraître bien fade. Ou alors il faut savoir exactement ce que tu veux faire.
Votre serviteur a été stagiaire chez un guide touristique et s'emmerdait, donc il a passé son temps à faire des articles en ligne avec ses propres photos : http://www.cityzeum.com/carte-touristique/japon La plupart des articles est de moi : j'ai des lieux sur Tokyo et Kyoto principalement, avec un ou deux trucs desquels j'avais des photos ailleurs : Kumamoto et les alentours de Shizuoka.


Juin je confirme, c'est chaud (mais pas aussi insupportable que juillet-août-début septembre) et il y a des averses parfois brutales.
Quels que soient les vêtements emportés ils pâliront de honte devant la classe de la mode japonaise.

Pour retirer de l'argent, prévoir soit des Travellers Chèques, soit avoir converti au moins 100 000 yens au début du voyage. Personnellement j'éviterais d'utiliser la carte pour des achats inférieurs à 10 000 yens autrement les frais wahou. Pour info quand j'étais à Shizuoka le seul endroit où je pouvais retirer avec ma carte française, c'était la poste. Et toutes les postes ne sont pas équipées. Autrement à Tokyo je sais qu'il y a une grosse HSBC pas loin de la gare centrale.

Pour le déplacement dans le pays. Le Japan Rail Pass est pratique, il faut l'acheter AVANT le départ, et le retirer au Japon, et au moment ou tu commences à l'utiliser, il dure 7, 14 ou 21 jours selon ton choix. Par contre pour le rentabiliser il faut s'en servir pour prendre le Shinkansen - ATTENTION ! il ne fonctionne pas dans le Shinkansen Nozomi, seulement dans le Kodama et le Hikari (ce ne sont pas des lignes, mais des vitesses). Et il n'exonère pas de tous les frais dans les trains ! Certains frais de réservation de siège, par exemple, ne sont pas offerts.
Il y a d'autres moyens de se déplacer en faisant peu de frais. Si l'on n'a pas peur de prendre les trains qui ne sont pas des express (et conséquemment prennent beaucoup plus de temps, pour info il m'a fallu six heures pour relier Fukui et Nagoya avec), le Seishin 18 Kippu coûte 10 000 yens, n'est pas nominatif, peut-être utilisé par plusieurs personnes en même temps, et jusqu'à cinq jours non consécutifs. Je crois qu'il est disponible en juin.
User et abuser du lien donné un peu plus bas, mais que je recopie ici : http://www.hyperdia.com/en/ Il ne fait pas que le Shinkansen, mais TOUS les trains JR.
Personnellement j'ai trouvé le métro de Tokyo insupportable. La seule ligne que j'apprécie c'est la ligne circulaire, ultrapratique pour le coup, la ligne Yamanote. Mais ce n'est pas un métro, et les tickets de métro n'y fonctionnent pas. Le métro est un fouillis, et les correspondances pas toujours pratiques pour qui ne sait pas lire la langue. Même avec les jolies couleurs.

La langue. C'est une langue tragique et bâtarde mais assionnante si on est intéressé par les formes exotiques de grammaire. Parlez anglais. Beaucoup de Japonais sont fiers d'exhiber les ruines d'anglais qu'ils maîtrisent, et si on leur en donne l'occasion, seront contents d'aider. Les vieux ne parlent pas anglais, par contre, ou moins bien : pour demander quoi que ce soit, demander à un jeune ou à un salaryman.

Ne pas aller en "love hotel" pour la nuit ! Ce sont des hôtels de passe faits pour y passer une heure ou deux, dans un décor en général étourdissant de kitsch, et les tarifs de la nuitée sont trop élevés. Les hôtels capsule sont inconfortables.

Le marché de Tsukiji a fermé les portes de ses chambres froides et de ses arrivages de thon aux touristes depuis au moins deux ans. De toute façon c'est immoral. Ceci dit, les marchés ouvrent à partir de 6 heures du matin, et il y a des restaurants de sushi littéralement incroyables qui ouvrent vers cette heure-là aussi, tellement incroyables qu'ils ont réussi à me faire suspendre mes réserves morales à la consommation de sushi.
A Tokyo il y a un trillion de trucs à faire. En une semaine il est difficile d'épuiser les ressources de la ligne Yamanote. Voir le plan ci-dessus.
L'escalade du mont Fuji ne se fait facilement qu'à partir de juillet, et que jusqu'en août.

Comme autre nourriture, en plus des patates douces, ben, il y a plein de trucs. Perso je suis devenu fan du natto, à tel point que j'en mangeais tous les jours ou presque. Mais j'ai mis un moment à m'y habituer parce que c'est vraiment spécial. Il parait que c'est bon pour la santé.
Mais oui dans les galeries commerciales il y a plein de trucs.
Comme boissons, seigneur, si les bières étaient des dirigeants, les bières japonaises se classeraient quelque part entre Staline (efficace mais brutal) et Pol Pot (tout simplement brutal et désagréable, et avec un goût de terre). Le saké ou le shochu ont des goûts très particuliers auxquels il faut s'habituer pour apprécier, personnellement je n'ai jamais réussi et le shochu est l'une des rares boissons à me faire encore hésiter. Je bois de l'umeshu, par contre, c'est de la liqueur de prune et c'est très bon.
Le thé on s'y habitue. Il y a des distributeurs partout, et je crois qu'ils y vendent plus de thés que d'eaux.


Vidéos importantes !
Apprendre à manger des sushi
Si un japonais est offensé, il convient de savoir présenter ses excuses en fonction de la gravité des faits. Plus d'infos sur le "dogeza".
Sortir avec une japonaise. [1] [2] [3] [4] Tous les japonais savent cela.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Broz a écrit:

Euh, oui, les patates douces mec. Les satsuma imo. Ca se trouve facilement et c'est ultra bon.

Juste c'est pas la première bouffe japonaise qui me serait venu à l'esprit.

Bref, ton plan pour budget aisé, c'est vraiment vraiment un budget aisé, parce que w h o a le Park Hyatt ? Il a un intérêt qui est le bar tout en haut, mais le reste de l'hôtel c'est une sacré dépense.

Je vais être honnête, j'ai écrit mon dernier message complètement bourré au milieu de la nuit. Après ouais, le Park Hyatt c'est pour un budget super aisé, mais la vue depuis les chambres vaut vraiment le coup. Plus raisonnable : le Sunroute plaza de shinjuku est très correct. Sinon, prendre un très cher cocktail au New York Bar avant d'aller au Golden Gai est vraiment un truc à faire à Tokyo.

Kyoto je vais être franc - je l'ai fait deux ou trois fois, trois jours c'est long si on est pas passionné de temples. A moins de se perdre, bien sûr. Mais si tu ne parles pas japonais une bonne partie de l'intérêt de Kyoto disparaît, et en fait une fois que tu as vu Kinkakuji le reste peut paraître bien fade.

Pas vraiment d'accord avec toi. Entre la grande ballade à l'Est du Kiyomizudera au Ginkakuji, le Kinkakuji, le Ryoan-Ji, le palais et les villas impériales, le Nijo-jo, le sanctuaire Fushimi-inari, le marché Nishiki, la ballade dans Gion... Il y a largement de quoi occuper trois jours.

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Cookie Monster a écrit:

Je vais être honnête, j'ai écrit mon dernier message complètement bourré au milieu de la nuit. Après ouais, le Park Hyatt c'est pour un budget super aisé, mais la vue depuis les chambres vaut vraiment le coup. Plus raisonnable : le Sunroute plaza de shinjuku est très correct. Sinon, prendre un très cher cocktail au New York Bar avant d'aller au Golden Gai est vraiment un truc à faire à Tokyo.

Ouais, avec rien que l'entrée facturée à 2 000 yens. Hah tiens puisqu'on parle d'argent, juste histoire de te dégoûter : quand j'étais au Japon il y a deux-trois ans, l'euro était à 160 yens. Eh ouais.

Cookie Monster a écrit:

Pas vraiment d'accord avec toi. Entre la grande ballade à l'Est du Kiyomizudera au Ginkakuji, le Kinkakuji, le Ryoan-Ji, le palais et les villas impériales, le Nijo-jo, le sanctuaire Fushimi-inari, le marché Nishiki, la ballade dans Gion... Il y a largement de quoi occuper trois jours.

Bof. Nijo-jo, c'est rigolo si tu aimes l'architecture médiévale ou si tu as envie d'essayer de te prendre pour un ninja et d'échouer lamentablement quand les parquets crissent sous tes pas.
voilà comment j'ai passé mes trois jours à Kyoto la dernière fois
1 - Ginkakuji -> Heian-Jingu -> Kiyomizudera et la journée est terminée. Les bords du canal la nuit juste papoter avec les prostituées et me faire regarder d'un méchant oeil par les truands.
2 - Kinkakuji -> Ryoanji -> Arashiyama mais là ça devient répétitif les temples et j'ai mal aux pieds.
3 - Gion et Nijo-jo je crois. Pas Toji parce que ça devient lassant.

Je n'ai jamais fait le palais, j'ai entendu dire qu'il fallait s'inscrire pour entrer et *effort*



EDIT : bon dieu je sais plus où il est à Kyoto le sushiya qui m'a laissé manger à crédit une fois. Je lui devais genre 5 000 yens ahahah

Last edited by Broz (06-06-2010 12:39:28)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

19

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Salut,

Pour le voyage, ça dépend quand même beaucoup de la façon dont tes amis voyagent... Budget ou aisé, voyageurs rapides ou qui aiment prendre leur temps ?

Perso j'aime voyager de façon express dans certains endroits, et prendre mon temps pour faire de la randonnée par exemple, mais cela change considérablement le temps que l'on peut passer dans certains endroits.

Ceci étant dit, pour des voyageurs qui ont un budget suffisant et qui auraient un rythme suffisant, voilà ce que je conseillerai comme programme de gros:

4 jours à Tokyo (3 dans la ville pour voir les quartiers principaux, aller faire une sortie dans un izakaya... et un à Nikko et non pas à Hakone, que je n'aime vraiment pas). 3 jours à Kyoto, c'est selon. Les attractions principales sont faisables en une journée (je l'ai fait... mais seul, en marchant vite et profitant peu... je l'ai ensuite refait en 3 jours), mais je conseille 2 jours pour profiter des choses les plus intéressantes et voir des trucs différents: Nara est une destination obligatoire, mais je conseille vraiment Himeji que j'adore (le château, son jardin et les temples dans la montagne que j'aime bien aussi).

Il reste ensuite 2 jours d'après ce que j'ai compris... 1 soirée à Osaka est suffisante, et un A/R a Hiroshima peut valoir le coup (par contre j'ai fait le contraire de ce que tu propose: matinée à Miyajima et après midi à Hiroshima, il y a moins de monde).

S'il reste une ou deux journée je conseille aussi Kanazawa, parce que c'est quand même super sympa... mais c'est un peu long, même en Shinkansen.

La bouffe sinon, les sushis à 6h du mat' à Tsukiji comme précisé, les okonomiyaki du Kansai ou d'Hiroshima (les deux), y'a un bon shabushabu à volonté pour 2000 yens à Shibuya aussi par exemple, ça peut être sympa.

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Merci à tous. Il y a un utilisateur loggué qui a fait des édit sur le doc et un invité qui a rajouté des livres. Merci à eux.

Par contre, mettez-vous d'accord :

Hiroshima (atomic dome et musée de la paix tôt le matin, miyajima ensuite)

par contre j'ai fait le contraire de ce que tu proposes : matinée à Miyajima et après midi à Hiroshima, il y a moins de monde

Et pour aller de Hiroshima à Miyajima, je fais comment ?

Cookie Monster, je t'ai envoyé un message avec la messagerie du forum et le formulaire. Sinon tu peux m'écrire à freefrenchforces chez gmail point com

En fait le programme proposé à ma soeur et son copain (ce sont eux qui partent) est sur le Google Doc, en bas.

Pour la patate douce, j'avais vu un reportage sur les entreprises qui font pousser des patates douces en haut des immeubles, mais je n'avais pas eu le temps de chercher.

On m'a conseillé aussi de louer un téléphone mobile à Narita airport. Ma soeur a un Samsung Galaxy (pas le spica).
Voici les réseaux avec lesquels il est compatible :
HSDPA (3.5G) 900/1700/2100, Quad band GSM / GPRS / EDGE GSM 850, GSM 900, GSM 1800, GSM 1900,

Financièrement ça vaut plus le coup de louer un téléphone ou de payer du roaming ?

Last edited by Free French (06-06-2010 14:19:11)

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Un peu intense mais 2 jours à Tokyo sont suffisants si on veut libérer du temps pour d'autres destinations.

J1 l'Ouest à pied : Shinjuku, Yoyogi, shopping à Harajuku (manger un okonomiyaki au restaurant du Design Festa), marcher jusqu'à Roppongi à travers le cimetière d'Aoyama. Arriver pour le coucher du soleil sur tokyo en sirotant un cocktail au mado lounge en haut de la tour mori de roppongi hills, faire les musée du haut de la tour, avant d'aller manger les oishi yakitori de chez "Toricho". Puis aller à Shinjuku, se promener dans le Kabuki-cho puis cocktail au New York Bar du park Hyatt.

J2 Tsukuji market, marcher jusqu'à la station Shiodome ou Shimbashi, prendre le train aérien (très impressionant, se mettre dans le wagon de tête) jusqu'à Odaiba, marcher sur les decks de Odaiba (vue sur le Rainbow Bridge), reprendre le train dans l'autre sens jusqu'à Shiodome. De là, aller voir le Hama Rikyu Garden (à côté), d'où partent des bateaux qui remontent la rivière sumida jusqu'à Asakusa (un must-see, mais sans grand intérêt je trouve). Puis d'Asakusa, prendre le métro/train jusqu'à Nippori, faire une ballade dans le quartier de yanaka jusqu'à Ueno, ballade et musées dans le parc, puis aller voir le fameux marché Ameyoko autour de la gare d'Ueno. Si non geek, négliger Akihabara, aller voir les boutiques de Ginza à la nuit tombée (façades illuminées). Passer la soirée dans un izakaya à Shibuya. Gonpachi est pas mal.


Puis Kyoto, Nara, Osaka, Hiroshima. Je conseille d'aller passer une nuit dans un temple au mont Koya. Himeji-jo est invisible (rénovation) jusqu'à dans très longtemps.

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Free French a écrit:

Merci à tous. Il y a un utilisateur loggué qui a fait des édit sur le doc et un invité qui a rajouté des livres. Merci à eux.

De rien pour le lien sur Clio (toujours très bon) et les livres.

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

23

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Effectivement si Himeji est en rénovations ça n'a plus vraiment d'intérêt... et dans ce cas le mont Koya vaut vraiment le coup.

Pour Miyajima c'est en fait assez simple, quand tu arrive à Hiroshima tu prends un train local vers Miyajimaguchi (qui doit être de souvenir la Sanyo line ou quelque chose comme ça). De là tu sors de la station et tu suis les indications jusqu'au Ferry. Tu en as pour maximum 45mn.

Sinon je rajoute à la liste pour Tokyo d'Harajuku: Meiji Jingu pour le côté traditionnel, Omotesando pour le côté Shopping, et takeshitadoori pour le côté un peu fou et décalé. Le dimanche tu as des groupes (mauvais généralement) et  des danseurs vers le Yoyogi park, ça peut être sympa également.

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Merci Cookie et Japanorama, j'ai noté dans le doc.

Désolé de profiter de vos connaissance mais j'aurais encore quelques questions :

- On peut acheter des souvenirs électroniques à Akihabara ou ça ne vaut pas le coup ou il  y a mieux ailleurs (grand  magasins) ?

- Qu'est-ce que l'on peut ramener du Japon, qui tient dans une valise et est solide ? Du thé ?

- J'ai vu le chateau d'Himeji à la télé, ça a l'air magnifique mais pas grave si c'est fermé.

- Vous avez quoi contre Hakone ? Quel est l'avantage comparatif de Nikko ?

- Pour des ingénieurs (ma soeur et son copain sont ingénieurs), il y a des bâtiments/ouvrages d'art qui sont remarquables ?

- Est-ce que ça vaut le coup de visiter Yasukuni

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Akihabara il y a des trucs stupides partout, mais en général on peut trouver un peut tout ailleurs. Ca dépend vraiment ce que tu cherches - si tu cherches un robot Gundam, tu en trouveras un peu partout. Tu en cherches un en particulier, tu le trouveras à Akihabara.

Tu peux ramener tout un tas de trucs. Du thé ouais, mais il faut savoir le préparer si c'est un thé spécial. Mais il y a plein de différentes babioles que tu peux trouver.

Himeji je ne sais pas, mais il y a plein de chateaux dans le genre.

S'ils sont ingénieurs, alors il faut qu'ils atterrisent sur l'aéroport marin d'Osaka, et prennent le pont qui le relie à la terre ferme.

Yasukuni non.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Broz a écrit:

Akihabara il y a des trucs stupides partout, mais en général on peut trouver un peut tout ailleurs. Ca dépend vraiment ce que tu cherches - si tu cherches un robot Gundam, tu en trouveras un peu partout. Tu en cherches un en particulier, tu le trouveras à Akihabara.

OK, merci, je ne pense pas que ça soit leur genre.


Broz a écrit:

Tu peux ramener tout un tas de trucs. Du thé ouais, mais il faut savoir le préparer si c'est un thé spécial. Mais il y a plein de différentes babioles que tu peux trouver.

OK.


Himeji je ne sais pas, mais il y a plein de chateaux dans le genre.

A Kyoyo ? Nara ?


S'ils sont ingénieurs, alors il faut qu'ils atterrisent sur l'aéroport marin d'Osaka, et prennent le pont qui le relie à la terre ferme.

Je vais leur suggérer.


Yasukuni non.

Pourquoi ? Malgré le côté "crimes de guerre" et réécriture de l'histoire, c'est comme Arlington à Washington, non ?

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Kyoto non, ou alors de l'autre côté du lac Biwa (qui est énorme).
De tête j'en connais deux, Kumamoto (loin) et Okazaki (près de Nagoya).

Il y a plus spectaculaire que Yasukuni, côté sanctuaire.
Ceci dit le musée est rigolo.
Et il y a des skinheads tout autour, et aussi des camions de propagande. Le problème c'est que sans connaissance du japonais, tu rates 99 % de ce qui est marrant.

Last edited by Broz (06-06-2010 19:18:33)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Broz a écrit:

Kyoto non, ou alors de l'autre côté du lac Biwa (qui est énorme).
De tête j'en connais deux, Kumamoto (loin) et Okazaki (près de Nagoya).

OK, un peu loin mais merci.


Broz a écrit:

Il y a plus spectaculaire que Yasukuni, côté sanctuaire.
Ceci dit le musée est rigolo.
Et il y a des skinheads tout autour, et aussi des camions de propagande. Le problème c'est que sans connaissance du japonais, tu rates 99 % de ce qui est marrant.

OK, logique. Merci.
Tu connais quoi comme autres sanctuaires plus spectaculaires ? Ils y en a à Kyoto ?

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

A Tokyo, Meiji Jingu a un joli jardin. Et il y a des sanctuaires un peu partout à Tokyo de toute façon. A Kyoto Heian Jingu est vaste et si je me souviens bien c'est là que j'ai fait la grue sur une pierre au milieu d'un étang.


Tiens, alternative à Hakone ou Nikko qui sont pleins de monde tout le temps. Pour voir le mont Fuji de très près, Gotenba est très joli (il y a un temple sympa notamment dans un style très indien) et il y a en même temps une gigantesque galerie commerciale à ciel ouvert, la plus grande du Japon, où on peut faire du shopping (surtout acheter des fringues) et de laquelle on voit la montagne.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Merci, noté les deux.

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Pour remercier les contributeurs (Japanrama en particulier dont je n'ai pas l'adresse email) et faire profiter les forumeurs de ce que j'ai, j'ai mis des émissions de radio sur un serveur
http://payre.com/pays/japon/

Il y en a en mp3 et en Real Audio.
Il y a de tout : politique, culture, économie, histoire, service secrets, yakuzas...

Servez-vous !

Re: Japon : vie politique, diplomatie, culture...

Pour remercier encore les forumeurs, voici les photos faites au Japon :

Japon traditionnel
miyajima
Hakone et Mont Fuji
Kyoto
hiroshima
meiji-jingu
Tokyo

Last edited by Free French (07-07-2010 22:01:34)