51

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:23:09)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

52

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:24:06)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

Voilà la politique de relance c'était mon dernier point. La politique monétaire européenne n'a pas vocation à se faire politique de relance, en tout cas certainement pas dans les même proportions que les Etats-Unis parce-que tous les pays européens ont déjà des mécanismes de redistribution qui "aplanissent" les sursauts de l'économie (dans les deux sens d'ailleurs).
L'Europe a moins besoin de politique de relance parce-que les politiques économiques européennes jouent déjà un rôle de coussin amortisseur. C'est internalisé si on veut.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

54

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:25:37)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

Au moment des plans de relance, les US ont trouvé que l'Europe ne faisait pas assez pour relancer l'économie. On était loin des 700 milliards du plan Paulson+taux directeur à 0+rachat des junk bonds+soutien massif aux banques and so on. On l'a fait, mais moins. D'une part parce-que la mission de la BCE c'est la régulation de l'inflation mais aussi parce-que l'Europe a des garde-fous que les US n'ont pas.
Après bien sûr que c'est pas la panacée et j'ai pas dit que c'était la fête mais un plan de relance moins ambitieux nous a pas mis plus dans la mouise qu'outre-Atlantique.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: Le fil des perspectives économiques

Et la question des moyens budgétaires joue un poil un rôle aussi là dedans...

57

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:27:28)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

Wave of Debt Payments facing U.S Government

Un article vraiment intéressant, pas directement en lien avec le sujet mais bon, ça m'y a fait penser.

edit: cliquer sur le graph aussi, c'est éloquent.

Last edited by Trèfle (15-01-2010 03:00:21)

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

59

Re: Le fil des perspectives économiques

Une très jolie théorie du complot sur les marchés financiers :

http://www.next-finance.fr/achat-secret-de-futures-sur

60

Re: Le fil des perspectives économiques

Paul Krugman soutient sans enthousiasme le maintien de Bernanke à la présidence de la fed.

Paul Krugman a écrit:

The Bernanke Conundrum
January 24, 2010

A Republican won in Massachusetts — and suddenly it’s not clear whether the Senate will confirm Ben Bernanke for a second term as Federal Reserve chairman. That’s not as strange as it sounds: Washington has suddenly noticed public rage over economic policies that bailed out big banks but failed to create jobs. And Mr. Bernanke has become a symbol of those policies.

Where do I stand? I deeply admire Mr. Bernanke, both as an economist and for his response to the financial crisis. (Full disclosure: before going to the Fed he headed Princeton’s economics department, and hired me for my current position there.) Yet his critics have a strong case. In the end, I favor his reappointment, but only because rejecting him could make the Fed’s policies worse, not better.

How did we get to the point where that’s the most I can say?

Mr. Bernanke is a superb research economist. And from the spring of 2008 to the spring of 2009 his academic expertise and his policy role meshed perfectly, as he used aggressive, unorthodox tactics to head off a second Great Depression.

Unfortunately, that’s not the whole story. Before the crisis struck, Mr. Bernanke was very much a conventional, mainstream Fed official, sharing fully in the institution’s complacency. Worse, after the acute phase of the crisis ended he slipped right back into that mainstream. Once again, the Fed is dangerously complacent — and once again, Mr. Bernanke seems to share that complacency.

Consider two issues: financial reform and unemployment.

Back in July, Mr. Bernanke spoke out against a key reform proposal: the creation of a new consumer financial protection agency. He urged Congress to maintain the current situation, in which protection of consumers from unfair financial practices is the Fed’s responsibility.

But here’s the thing: During the run-up to the crisis, as financial abuses proliferated, the Fed did nothing. In particular, it ignored warnings about subprime lending. So it was striking that in his testimony Mr. Bernanke didn’t acknowledge that failure, didn’t explain why it happened, and gave no reason to believe that the Fed would behave differently in the future. His message boiled down to “We know what we’re doing — trust us.”

As I said, the Fed has returned to a dangerous complacency.

And then there’s unemployment. The economy may not have collapsed, but it’s in terrible shape, with job-seekers outnumbering job openings six to one. Nor does Mr. Bernanke expect any quick improvement: last month, while predicting that unemployment will fall, he conceded that the rate of decline will be “slower than we would like.” So what does he propose doing to create jobs?

Nothing. Mr. Bernanke has offered no hint that he feels the need to adopt policies that might bring unemployment down faster. Instead, he has responded to suggestions for further Fed action with boilerplate about “the anchoring of inflation expectations.” It’s harsh but true to say that he’s acting as if it’s Mission Accomplished now that the big banks have been rescued.

What happened here? My sense is that Mr. Bernanke, like so many people who work closely with the financial sector, has ended up seeing the world through bankers’ eyes. The same can be said about Timothy Geithner, the Treasury secretary, and Larry Summers, the Obama administration’s top economist. But they’re not up before the Senate, while Mr. Bernanke is.

Given that, why not reject Mr. Bernanke? There are other people with the intellectual heft and policy savvy to take on his role: among the possible choices would be my Princeton colleague Alan Blinder, a former Fed vice chairman, and Janet Yellen, the president of the San Francisco Fed.

But — and here comes my defense of a Bernanke reappointment — any good alternative for the position would face a bruising fight in the Senate. And choosing a bad alternative would have truly dire consequences for the economy.

Furthermore, policy decisions at the Fed are made by committee vote. And while Mr. Bernanke seems insufficiently concerned about unemployment and too concerned about inflation, many of his colleagues are worse. Replacing him with someone less established, with less ability to sway the internal discussion, could end up strengthening the hands of the inflation hawks and doing even more damage to job creation.

That’s not a ringing endorsement, but it’s the best I can do.

If Mr. Bernanke is reappointed, he and his colleagues need to realize that what they consider a policy success is actually a policy failure. We have avoided a second Great Depression, but we are facing mass unemployment — unemployment that will blight the lives of millions of Americans — for years to come. And it’s the Fed’s responsibility to do all it can to end that blight.

Re: Le fil des perspectives économiques

Information intéressante provenant d'une source plutôt crédible.
A confirmer par divers faits.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

62

Re: Le fil des perspectives économiques

Déjà posté par RPC (si mes souvenirs sont bons).

Re: Le fil des perspectives économiques

Tout le monde a l'air de s'effrayer de la baisse relative de l'euro. Mais moi je trouve que c'est une très bonne chose que ça se dégonfle un peu, pour nos exportations.

Naturellement, ça découle de la situation des finances publiques des divers Etats européens. donc en ce sens c'est un symptôme d'un paramètre inquiétant. Mais diantre, ça fait des années que tout le monde estime que l'euro est trop fort, et enfin, il revient à un niveau plus raisonnable. Rappelons que l'objectif au lancement de l'euro était 1$ pour 1€.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Le fil des perspectives économiques

Dix ans après sa création, l'euro connaît sa première tempête avec la crise grecque. Mais le mal est beaucoup plus ancien : il était dans les gènes de la monnaie unique.
A 50-euro note is seen nailed to a wall in Paris, France, on Monday, April 27, 2009. German Finance Minister Peer Steinbrueck said that the euro region 'must and would' act in concert to maintain the stability of the single currency if it were at risk in the financial crisis. Photographer: Alastair Miller/Bloomberg News

Sommet informel, plan de sauvetage et principe de solidarité affirmé haut et fort : les dirigeants des 27 pays membres de l'Union, réunis jeudi à Bruxelles, ont tenté de restaurer la confiance, afin d'enrayer la spéculation et le risque de contagion aux autres économies malades du sud de l'Europe. Il faudra patienter jusqu'à lundi pour connaître le détail des mesures techniques du plan d'aide à la Grèce, qui devrait être annoncé après la réunion de l'Eurogroupe. En attendant, la nervosité persistait toujours sur les marchés financiers ce vendredi, se traduisant par un recul de l'euro et de nouvelles tensions sur les obligations grecques.

Mais les difficultés de la zone euro sont loin de se limiter aux seules erreurs de gestion commises par Athènes. Comme une claque, les chiffres de la croissance européenne tombés vendredi témoignent de la panne généralisée qui affecte les 16 économies de la zone monétaire : avec une activité limitée à + 0,1%, la reprise a marqué le pas au quatrième trimestre 2009, notamment en Allemagne où l'activité a stagné. Entre décembre 2008 et décembre 2009, le chômage a grimpé de 8,2 à 10% dans la zone euro. Autant de mauvaises nouvelles qui redonnent de la voix aux adversaires de la monnaie unique : ceux-ci sont aujourd'hui convaincus de voir dans la crise actuelle la réalisation de leurs sombres prédictions. Née d'un compromis boiteux entre l'Allemagne et la France au début des années 1990, le projet d'union économique et monétaire dévoile en effet ses failles. Longtemps, ses promoteurs avaient tenté de les nier. Mais la crise grecque a joué le rôle de révélateur. Passage en revue des six vices cachés d'une étrange monnaie en pleine crise de croissance.

1 - L'argent facile

Les dévaluations compétitives à répétition dans les années 1980 et 1990, qui ont semé la zizanie au sein de l'Union européenne, ont contribué à convaincre les pays membres de l'intérêt de créer une monnaie unique. Ces dévaluations avaient un coût important pour les industriels mais aussi pour le financement des États. L'Italie, la France, l'Espagne ou le Portugal étaient contraints de s'endetter à des taux beaucoup plus élevés que l'Allemagne pour financer leurs déficits publics. L'Italie, par exemple, payait jusqu'à 700 points de base de plus que l'Allemagne pour financer sa dette. L'ancrage au mark ? la politique de désinflation compétitive ? au début des années 1990, la fixation des taux de change en 1999, puis le lancement de l'euro fiduciaire en 2002 ? onze États au départ, seize aujourd'hui ? ont permis à de nombreux pays de financer leurs déficits à bon compte en raison de la convergence des taux d'intérêt à long terme au sein de la zone euro. C'est le début de l'argent facile. La France peut d'un seul coup financer ses déficits pour 30 points de base (0,30 %). Les États se découvrent de nouvelles marges de manoeuvre dont tous les pays ne feront pas forcément bon usage. « Au Portugal, par exemple, la baisse des taux d'intérêt a permis d'accroître les prestations sociales », explique Eric Chaney, chef économiste d'Axa Group. En Espagne, elle a permis une accélération de la croissance économique et notamment du secteur immobilier en favorisant une hausse de l'endettement privé. La Grèce est probablement le plus mauvais exemple. Les marges de manoeuvre ont été utilisées pour soutenir la demande intérieure sans jamais renforcer la croissance potentielle.

2 - Le syndrome « classe prépa ».

La course à l'euro dans laquelle se sont engagés les pays candidats au milieu des années 1990 ressemble beaucoup au parcours des candidats aux grandes écoles passés par des prépas : de gros efforts pour être sélectionnés, puis un certain relâchement une fois le Graal atteint. C'est ce que l'on pourrait appeler le « syndrome grande école ». Les États candidats à la monnaie unique ont fait des efforts considérables pour ramener leurs déficits publics ? comptes publics et sociaux ? à 3 % du PIB afin de se qualifier pour la monnaie unique. Mais une fois qualifiés, de nombreux pays, y compris la France, ont cessé de se montrer vertueux. « L'une des principales faiblesse de la monnaie unique vient du caractère trop lâche du Pacte de stabilité : il n'y a personne pour en imposer l'application », explique Eric Chaney, chef économiste d'Axa Group. L'Europe fédérale n'étant qu'un voeu pieu, il n'y a pas d'autorité supranationale, de gendarme pour faire appliquer la loi. Les marchés financiers ont également fait preuve d'un manque de discernement. « Jusqu'aux récentes tensions sur la dette grecque, la discipline des marchés avait complètement disparu puisque même les pays les moins vertueux pouvaient s'endetter à faible coût », poursuit Eric Chaney. De surcroît, les crises monétaires, qui rappelaient à l'ordre les gouvernements, ont disparu. Ces conditions lénifiantes ont contribué à déresponsabiliser les gouvernements et les Parlements.

3 - Une gestion du taux de change aux abonnés absents

À l'avènement de l'euro, en 1999, les banquiers centraux caressaient un rêve : que la nouvelle monnaie unique soit bien perçue par le reste du monde et qu'elle devienne, in fine, monnaie de réserve. L'affaire semblait bien engagée : l'euro cotait 1,12 dollar à son lancement. Si certaines banques centrales, asiatiques en particulier, ont acheté de l'euro à ce moment-là, mal leur en a pris : la monnaie unique entame très vite une dépréciation qui la précipite à un niveau de 0,85 dollar. Puis, à partir du deuxième trimestre 2002, l'euro repart à la hausse, pour atteindre un pic à 1,6038 dollar, en juillet 2008. Vendredi 12 février, la monnaie unique s'échangeait à 1,3660 dollar... Autant dire que la volatilité est une caractéristique de l'euro. « La monnaie unique n'est pas la seule, remarque Sylvain Broyer, économiste chez Natixis. La livre sterling ou le franc suisse, sans oublier certaines monnaies de pays émergents, sont au moins aussi volatiles. » À une différence près, toutefois : tandis que la banque centrale suisse intervient pour affaiblir le franc et dynamiser les exportations helvétiques, l'euro ne bénéficie d'aucune intervention de la banque centrale européenne.

« Nous subissons les aléas du dollar, lequel ne varie pas en fonction de l'euro, mais davantage en fonction de la zone asiatique », relève l'économiste André Gauron, qui fut conseiller de Pierre Bérégovoy, au ministère des Finances, lors de l'élaboration du traité de Maastricht. « Mais est-ce qu'on s'est donné les instruments pour freiner la hausse de l'euro ? Clairement non. »

La zone euro n'est en effet qu'une union monétaire et de libre échange, et l' UE n'est pas - ou pas encore - une union politique, avec un gouvernement doté d'une politique économique, les gouvernements étant souverains en la matière comme sur leur budget. Certes, le taux de change de l'euro relève du pouvoir politique, « mais ce dernier n'a jamais voulu s'en occuper, explique André Gauron. La BCE, elle, ne régit pas le taux de change : le Traité européen ne lui donne qu'un mandat réduit par rapport à celui des autorités monétaires américaines, par exemple. La BCE est ainsi exclusivement responsable de la stabilité des prix. Du fait qu'elle n'est pas censée lutter contre le chômage ou dynamiser la croissance, comme l'est la Fed, elle n'a pas à intervenir sur le marché des changes pour faire baisser l'euro, par exemple, ce qui favoriserait les exportations, et dans leur sillage, la production et la création d'emplois.

4 - Les fantasmes du gouvernement économique européen

Si l'idée d'une monnaie commune est née au début des années 1970, c'est avec le traité de Maastricht, adopté en 1992, qu'elle devient un objectif, et en 2002 qu'elle se transforme en réalité pour les citoyens de douze pays (seize aujourd'hui). Né d'un volontarisme politique, ses promoteurs l'ont justifiée comme une suite logique au marché commun. Une monnaie unique avait pour but d'en finir avec des orientations divergentes des politiques économiques des pays membres suscitées par des dévaluations compétitives. Elle devait parachever la logique du serpent monétaire et du système monétaire européen. De fait, dans le traité de Maastricht, les pays abdiquent leur souveraineté sur la création monétaire, transférée à une entité indépendante, la Banque centrale européenne (BCE). Toutefois, ils conservent la maîtrise de leurs budgets nationaux, concédant en échange un engagement à respecter un Pacte de stabilité, le déficit public étant plafonné à 3 % du PIB.

Surtout, le texte précise, à la demande de l'Allemagne, qu'il est interdit de porter secours à un membre aux prises avec des difficultés budgétaires. Tant que la croissance économique a accompagné l'euro, il n'y a eu nul besoin de se référer au texte, les pays se permettant même, de concert, des écarts par rapport au Pacte de stabilité. Mais à l'épreuve de la crise, le fossé entre les structures des économies de la zone euro est devenu criant, en termes de produits, de salaires, de compétitivité. Comment des pays comme la Grèce, l'Espagne ou le Portugal peuvent-ils s'en sortir avec un euro fort, qui aggrave la crise qu'ils connaissent, et une compétitivité faible ? Le gouvernement économique appelé à cor et à cri par la France ne résoudrait pas mécaniquement ces problèmes. Il aurait de plus l'inconvénient de monter les pays les uns contre les autres. Ou plutôt l'Allemagne contre tous les autres.

5 - Une zone monétaire loin d'être optimale

L'une des idées théoriques qui ont participé à la naissance de la zone euro est celle du concept de "zone monétaire optimale". C'est Robert Mundell, un Prix Nobel d'économie, qui l'a développé dans les années 1960, considérant que le choix d'un seule monnaie dans plusieurs pays simplifiait les échanges. Dans ce cas, en effet, le risque de change est éliminé, le coût des transactions baisse, les prix gagnent en transparence... Seul inconvénient, il ôte à chacun des pays la possibilité de faire varier son taux de change, un moyen d'ajustement économique. Toutefois, pour la zone monétaire optimale, il convient, soulignent les économistes, de remplir certaines conditions : une mobilité effective dans la zone, en particulier en matière d'emploi, ainsi qu'une libéralisation en matière de prix et de salaires

A l'évidence, la zone euro est loin de remplir ces critères : la circulation d'un pays à l'autre de professionnels reste encore marginale à cause de la barrière des langues. Surtout si on la compare aux Etats-Unis. Il suffira de rappeler le tollé soulevé en France par "le plombier polonais", coupable de vouloir faire du dumping salarial, lors de la campagne du référendum sur la Constitution européenne. Il existe pourtant un service destiné à favoriser la mobilité par l'UE, Eures. Vendredi, il proposait 798.749 emplois dans 31 pays européens. Concernant le deuxième critère, les politiques salariales restent encore largement dominées par les décisions nationales en terme de législation. Et les différences sont notables entre les salaires à compétence égale entre par exemple l'Allemagne et la Belgique, d'une part, et l'Espagne, le Portugal et la Grèce, d'autre part.

6 - L'Allemagne a imposé son modèle économique à la zone euro

En renonçant au mythe du deutsche mark, la République fédérale n'a pas voulu abandonner une monnaie forte, meilleure arme contre l'inflation, qui était la base de sa stratégie économique. Elle a donc imposé à tous la vertu qui était la sienne, et avec elle la stratégie économique qui est la sienne, alors que ses associés n'ont pas le même appareil industriel. Le choix de Francfort comme siège de la Banque centrale européenne (BCE), aux côtés de la Bundesbank, devait être le symbole de cette continuité. Pour l'Allemagne, la productivité s'améliore par la modération salariale et la stabilité des prix, pas par le taux de change. Elle a de surcroît des spécialités industrielles qui lui permettent de "faire ses prix" : les voitures haut de gamme, les machines-outils, la chimie, etc. C'est pourquoi l'euro fort n'est pas un handicap pour ses exportations.

Si cela n'a posé que des problèmes marginaux aux ex-pays de la « zone mark » comme l'Autriche, les Pays-Bas ou la France, cette stratégie a été bien difficile à supporter pour des pays comme la Grèce ou le Portugal, où la compétitivité est moins forte, et les salaires, moins élevés. Pour réduire l'écart de compétitivité avec l'Allemagne, l'arme de la dévaluation leur étant ôtée, il leur a aussi fallu en passer par une modération salariale relative. Mais cela ne pouvait suffire. Alors, pour assurer la croissance, il a bien fallu compter sur la demande intérieure et, donc, les salaires étant sous contrôle, en passer par des transferts sociaux et du déficit public. La crise grecque est aussi celle de l'absence d'une politique économique adaptée aux différences de départ de la zone euro.

Re: Le fil des perspectives économiques

Source ?

66

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:28:40)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

Merci. Mais c'est à Emmanuel Goldstein le truther de faire l'effort de poster le lien avec son article (et encore, poster un article complet sans mettre en gras de passages n'apporte rien).
Au passage j'en profite pour signaler une excellente longue (1 heure) interview d'une économiste dans Les matins de France Culture du 11 février
http://sites.radiofrance.fr/chaines/fra … n_id=81505
J'ai le podcast en mp3 si vous voulez en garder une copie et / ou ne pouvez pas écouter le fichier Real Audio

Autre émission avec, entre autres, Jean-Louis Bourlanges et Eric Le Boucher
http://sites.radiofrance.fr/chaines/fra … n_id=81632
Le podcast est téléchargeable à ce lien
http://rf.proxycast.org/m/media/2960962 … 5844-0.mp3

Last edited by Free French (14-02-2010 14:44:51)

Re: Le fil des perspectives économiques

Quelques nouvelles des Etats-Unis :

USA : les indicateurs avancés continuent de progresser.

(CercleFinance.com) - L'indice des indicateurs avancés américains calculé par le Conference Board a enregistré une nouvelle progression au mois de janvier, poursuivant sa remontée amorcée il y a maintenant un an.

Ce baromètre, censé préfigurer l'évolution de l'économie américaine pour les mois à venir, a progressé de 0,3% le mois dernier, après une hausse révisée de 1,2% en décembre et une progression de 1,1% en novembre.

Les économistes anticipaient en moyenne une hausse de 0,2% pour le mois de janvier.

Sur les six derniers mois, l'indice des indicateurs avancés affiche une hausse cumulée de 9,8%, notamment sous l'impulsion de la remontée des marchés financiers et de l'amélioration des conditions dans l'industrie manufacturière.

'Cela signale une reprise économique continue au moins jusqu'au printemps', estime Ken Goldstein, économiste au Conference Board.

Avec un peu de chances, les charcutiers de Goldman Sachs vont nous massacrer ce bourgeon de reprise printanière...

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Le fil des perspectives économiques

On nous a encore pris pour des cons.

Le chômage augmente en janvier...et n'avait pas baissé en décembre

24.02.2010, 18h15 | Mise à jour : 23h16

« Dans les semaines et les mois qui viennent, vous verrez reculer le chômage dans notre pays ». C'est ce qu'avait déclaré le président Nicolas Sarkozy lors de son intervention sur TF1 le 25 janvier dernier. Quelques jours plus tard, ses propos s'avéraient exactes puisque le ministère de l'emploi annonçait le 27 janvier,une baisse du nombre de chômeurs de la catégorie A de 18500 chômeurs. Mais ces chiffres étaient erronnés.


Le ministère a communiqué mardi soir une révision des chiffres du chômage pour la catégorie A pour le mois de décembre, qui fait apparaître une hausse pour le mois de décembre. Ce communiqué indique que : « Fin décembre, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A s’élève ainsi à 2 645 100 contre 2 611 700 dans la précédente publication .../... Au final, le taux de variation annuel s’élève à 18,7 % (contre 18,5 % dans la publication précédente) ».

« Corrélativement, le nombre de demandeurs d’emploi tenus d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi (catégories A, B et C) en France métropolitaine augmente nettement plus en décembre 2009 : +0,6 % au lieu de +0,2 % (graphique 2). Il s’élève à 3 849 200 contre 3 823 600 dans la précédente publication, soit une révision de +24 600. »

La hausse du chômage continue en janvier

Le nombre de demandeurs d'emploi n'ayant pas du tout travaillé dans le mois, à la recherche de tout type de contrat (catégorie A), a donc continué d'augmenter par rapport au mois de décembre, de 0,7% sur un mois, pour atteindre les 2.664.600 en métropole.

Le nombre d'inscrits au chômage a augmenté en janvier en France métropolitaine progressant de 19 500 sur un mois, pour atteindre les 2,66 millions, pour ceux sans aucune activité. Ils sont 15 900, de plus en activité réduite, portant le nombre total à 3,86 millions, a annoncé mercredi le ministère de l'Emploi. Sur un an, par rapport au mois de janvier 2009, ce nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi en catégorie A a progressé de 370.400 (+16,1%).

En incluant les personnes ayant exercé une activité réduite (catégories A, B et C), le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi a progressé de 0,4% sur un mois, atteignant 3.865.100 en métropole et 4.103.100 avec les Dom. En un an, il a augmenté de 543.800 en métropole (+16,4%).

L'augmentation des inscriptions au chômage sur un mois a concerné toutes les catégories de demandeurs d'emplois en janvier, à l'exception des jeunes (-0,8% dans les trois catégories à 643.000).

Le mois de janvier a confirmé la persistance de deux points noirs, les seniors et les chômeurs de longue durée. Les inscriptions des plus de 50 ans ont à nouveau augmenté sur un mois, pour atteindre 659.900 (sur les trois catégories). Et le nombre d'inscrits à Pôle emploi depuis plus d'un an, y compris ceux en activité réduite, a dépassé 1,3 million, soit le tiers des demandeurs d'emploi (+2,8% sur un mois, +29,4% sur un an).

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

70

Re: Le fil des perspectives économiques

Il s’élève à 3 849 200 contre 3 823 600 dans la précédente publication, soit une révision de +24 600. »

Soit une erreur de 24 600/ 3 823 600= 0,64%

Fin décembre, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A s’élève ainsi à 2 645 100 contre 2 611 700 dans la précédente publication

2 645 100 - 2 611 700 = 33 400
33 400/2 611 700= 1.27%

A ce niveau là, je suis pas sur que ça relève tant d'une volonté caractérisée de tromper que de la fiabilité/difficulté des statistiques. (mais si un expert en stat gouvernementale peut nous éclairer...)

71

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:30:20)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

L'histoire, c'est surtout que l'on nous avait annoncé à grand renfort de tambours et trompettes que le chômage baissait.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Le fil des perspectives économiques

Moi j'avais surtout compris que le chômage augmenterai moins vite. Nuance.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

74

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:31:04)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

RPC a écrit:

Les annonces sur le chômage en tout généralité n'ont aucun sens, il faut distinguer :
- les types de chômeurs
- le taux de sortie et d'entrée (faire une analyse flux putôt que stocks purs)
- le cycle de l'emploi
- la conjoncture
- l'effet des politiques publiques

J'aurais plutôt dit qu'il faut combiner les analyses en stocks et en flux. Ca permet parfois de faire ressortir les évolutions de l'objet étudié. Par exemple, si l'on considère la précarité de l'emploi :
- en termes de stock : 13% (*) des emplois sont des emplois précaires (CDD, intérim, etc.). Vu ainsi, ça peut sembler relativement peu.
- en termes de flux (c'est-à-dire les nouvelles entrées sur le marché du travail) : ~70% (*) des nouveaux contrats de travail sont des contrats précaires. Là, ça change la donne.
Faire le parallèle entre les deux analyses permet de voir que si cette tendance (le flux de contrats précaires qui rogne sur le stock de CDI) se poursuit encore durant quelques décennies, la quantité d'emplois précaires - le futur stock - finira par dépasser celle des emplois stables.

(*) Chiffres issus de l'INSEE (mais de mémoire - donc à prendre avec des pincettes)

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Le fil des perspectives économiques

BBC a écrit:


Are credit rating agencies worth the fees they command?

There is endless discussion in the financial markets about whether Britain's credit rating will be downgraded.

Maintaining the "triple A" rating on UK government bonds has been made into an explicit aim of the Conservative party's economic policy.

But are the judgements of credit rating agencies being given a significance which they do not deserve?

Alan Brown, the chief investment officer at the major fund management company Schroders, certainly thinks so.

"They have not fulfilled the function they have set themselves. They have not protected investors from defaults. And they have been far too late in keeping up with rapidly changing times".

Investment grade

Nonetheless Schroders still buys the research produced by the big three agencies: Standard and Poors, Moody's and Fitch.

Why? Partly because the instructions from investors like pension funds will often demand that their money is only put into "investment grade" securities as defined by the credit rating agencies.

Indeed, the role of the credit rating agencies is deeply embedded in the world's financial system. Even the Bank of England defines the securities it will accept in some of its transactions in terms of the credit rating they have been awarded.

No one doubts that the three big agencies - which are private sector businesses - occupy a position of remarkable power at the heart of global finance.

Blowing bubbles

Many observers believe that if the rating on the UK's government bonds - or gilts - was downgraded by one notch from AAA to AA it would put up the cost of official borrowing by around half of one per cent. That would mean a big rise in the annual interest bill which has to be met by taxpayers.

Scepticism about the credit rating agencies has been fuelled by their role in pumping up the credit bubble which eventually burst and pushed much of the world into recession. The agencies were paid by investment banks to give ratings to all kinds of complex securities.

Tens of thousands of them were awarded AAA status, but turned out to be anything by credit-worthy when the bubble burst.

'Robust' analysis?

Paul Taylor, president of Fitch Ratings, is admirably honest about the shortcomings of his industry during the credit boom. "The criticism is certainly justified" he says. "In certain areas our analysis did not live up to the expectations we had".

But he says that the failings were in certain areas, especially the US mortgage market. And he argues that the work on what the agencies call "sovereign debt" - government borrowings - is robust and valuable for investors.

Critics of the rating agencies point out that they are so powerful that their judgements become self-fulfilling prophecies. A downgrade can push fund managers into selling government bonds they hold, or refusing to buy newly issued bonds.

That pushes down the price of the bonds and raises borrowing costs in future, which puts further strain on the government's finances and could - theoretically - lead to further downgrades.

Markets vs ratings

Greece is fighting a desperate battle to avoid this kind of vicious circle. But Paul Taylor of Fitch argues that it is unfair to blame the credit rating agencies. He argues that credit ratings are a useful tool, but in the end it is up to investors to make their own judgements about what they buy and sell.

And there is evidence that the markets usually react before the credit ratings agencies. Although it seems unlikely that a downgrade is imminent, the UK's cost of borrowing has been rising for some time.

But the discussion about the possibility of a downgrade goes on. And perhaps investors should pause to consider what a credit rating really means.

It is not saying that a government bond is a "best buy". It is an assessment of the likelihood of a default - in other words, the failure of a government to meet the regular interest payments on its bonds or to re-pay when re-payment is due.

The UK has hundreds of years of history on its side when it comes to repaying its debts. And that is worth bearing in mind amid all the noise about whether the UK should be considered triple A or some other alphabetic combination.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: Le fil des perspectives économiques

Elles ont un pouvoir énorme, elles sont en situation d'oligopole sur un marché d'information où elles sont suivistes. Conséquences, ce qu'elles disent a un impact immédiat très puissant. Leurs "fees" correspond à cet immense pouvoir de marché.

C'est pourquoi j'ai proposé que l'Union européenne lance la création de plusieurs nouvelles agences de notations concurrentes rapidement privatisables, afin de renforcer le pouvoir concurrentiel du marché, dans la perspective de modifier leur fonctionnement, et de réduire leur pouvoir (qui a démontré à plusieurs occasion déjà se révéler néfaste pour l'économie et la finance toute entière).

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Le fil des perspectives économiques

Et qu'en a dit l'Union Europeenne?

Re: Le fil des perspectives économiques

Jalabar Xho a écrit:

Et qu'en a dit l'Union Europeenne?

D'après certains bruits de couloir, elle lui a répondu : "ok, mais c'est bien parce que c'est toi, Greg."

Quand on post on raconte pas sa vie.

80

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:31:51)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

81

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:32:35)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

Obama a répété que c'était injuste pour les Américains hier: http://www.nytimes.com/aponline/2010/03 … amp;st=cse

La Chine lui répond qu'il fait de la com aujourd'hui: http://news.bbc.co.uk/2/hi/business/8563083.stm

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: Le fil des perspectives économiques

Plusieurs dépêches importantes en matière économique car nous sommes actuellement à la croisée des chemins de la crise en Europe. Soit nous nous en sortons, soit nous persisterons dans l'ornière.

Sur la situation générale en Europe :

Croissance : la convalescence se prolonge


Marie Visot
26/03/2010 | Mise à jour : 00:05

L'Insee a légèrement révisé à la baisse ses prévisions de hausse du PIB au premier semestre. François Fillon a réaffirmé jeudi que la courbe du chômage «devrait s'inverser» dans la seconde moitié 2010.

Après la profonde récession qui a marqué l'année 2009, 2010 devait être celle du rebond. Mais «la convalescence se prolonge». C'est en ces termes que la responsable du département de la conjoncture de l'Insee, Sandrine Duchêne, parle de la situation de l'économie française.

Et ce ne sont pas les chiffres de la consommation des ménages publiés jeudi qui vont contredire ce constat. Les dépenses des Français en produits manufacturés ont subi un deuxième recul d'affilée en février, avec une baisse de 1,2% par rapport au mois précédent. Personne ne s'attendait à une aussi piètre performance.

Plus largement, le climat conjoncturel pourrait s'avérer moins bon qu'anticipé en ce début d'année. Dans l'actualisation de ses prévisions publiées jeudi, l'institut de statistiques a un peu revu à la baisse la croissance de la première partie de 2010.

Au premier trimestre, le PIB ne devrait ainsi pas progresser de plus de 0,2%, puis de 0,3% au deuxième trimestre. Pour atteindre la prévision de croissance du gouvernement- à savoir 1,4%-, il faudrait que l'activité en France progresse de 0,5% à 0,6% sur les deux derniers trimestres. Ambitieux!

Ce début d'année a été marqué par une reprise en zone euro, à la fois «hésitante et hétérogène», selon l'Insee. Alors qu'elle serait franche en Allemagne, l'Espagne resterait à la traîne. Dans le sillage du commerce mondial, la demande adressée à la France devrait ralentir à l'horizon mi-2010.

Ajustement de l'emploi

De leur côté, les entreprises seraient hésitantes dans la mise en œuvre de nouveaux projets investissements, «malgré l'amélioration de leurs conditions de financement». Et ce, d'autant que les capacités de production sont encore sous-utilisées.

Chez les ménages, rien d'euphorique non plus. Au premier semestre, le pouvoir d'achat continuera de ralentir (+0,1% au premier trimestre, +0,3% au deuxième), en raison d'un léger regain d'inflation et d'une accélération des prélèvements obligatoires. Par conséquent, alors que la consommation a résisté pendant la crise, elle fléchirait au premier semestre.

Le contrecoup de la prime à la casse n'y est pas non plus pour rien. Fin 2009, les ventes d'automobiles avaient en effet bondi, les ménages ayant anticipé leurs achats pour bénéficier à plein de la générosité de la mesure.

Quant à l'emploi, enfin, il continuerait de s'ajuster, quoiqu'à un rythme plus modeste. Le secteur privé perdrait encore 80000 postes d'ici à mi-2010, après en avoir détruit 100au second semestre 2009 et près de 260000au premier. Le chômage atteindrait ainsi dans l'Hexagone 9,8% de la population active en juin prochain. À la fin de l'an dernier, il était de 9,6%.

Le premier ministre français, François Fillon, a réaffirmé jeudi devant les sénateurs que la courbe du chômage «devrait s'inverser» dans la seconde moitié 2010.


Sur le cas particulier Irlandais :

L'Irlande reste enfoncée dans une crise économique sans précédent

De Frédéric POUCHOT (AFP) – Il y a 10 heures

DUBLIN — L'économie irlandaise a subi une contraction record de 7,1% en 2009 et reste enfoncée dans la récession depuis deux ans, ont montré jeudi des statistiques, qui rappellent qu'au-delà de la Grèce ou du Portugal, l'Irlande reste un des maillons les plus faibles de la zone euro.

L'institut statistique irlandais, le CSO, a annoncé que le Produit intérieur brut (PIB) du pays s'était effondré de 7,1% en 2009, une chute sans précédent, qui fait suite à la contraction déjà record de 3% enregistrée en 2008.

Un malheur n'arrivant jamais seul, le CSO a aggravé son évaluation du PIB du 3e trimestre 2009.

Alors qu'il l'avait évalué initialement en légère croissance (de 0,3%) par rapport au trimestre précédent, ce qui laissait entendre que l'économie irlandaise était sortie de la récession durant l'été, il l'estime désormais en repli de 0,1%, ce qui signifie qu'elle est en fait restée enfoncée dans la récession depuis qu'elle y est entrée début 2008.

Troisième mauvaise nouvelle, et non des moindres : la situation a empiré au quatrième trimestre, avec un repli de 2,3% du PIB par rapport au trimestre précédent, et de 5,1% sur un an.

Tombés alors que les dirigeants de l'UE étaient au chevet de la Grèce, et que les marchés restaient sous le choc de la dégradation mercredi de la note d'endettement du Portugal, les données du CSO sont donc venues rappeler brutalement que l'ex-"Tigre celtique" reste l'un des Etats les plus mal en point du Vieux continent.

Pour Dermot O'Leary, chef économiste de la maison de courtage Goodbody, ils confirment que 2009 a été une véritable "annus horribilis".

Par rapport à son pic de 2007, "le PIB irlandais a chuté de 13% environ, et le PNB de 17%, ce qui fait de la crise irlandaise l'une des pires de l'histoire de tous les pays développés", a-t-il souligné.

Le ministre des Finances Brian Lenihan a tout de même cherché à faire preuve d'optimisme, remarquant que la chute de 7,1% du PIB était "légèrement meilleure" que sa prévision d'un repli de 7,5%, émise en décembre.

Et il a surtout confirmé s'attendre à un retour du pays à la croissance "au cours du deuxième semestre 2010".

Une prévision partagée par Alan McQuaid, du cabinet Bloxhams.

"En ce qui concerne le PIB, nous continuons à prévoir une contraction de 0,75% sur l'ensemble de 2010, mais avec un retour à la croissance au deuxième semestre", qui devrait ouvrir la voie à une croissance de 3% en 2011, a-t-il anticipé dans une note.

De plus, en dépit de cette crise économique dramatique, l'Irlande a jusqu'ici échappé à une tourmente politico-financière similaire à celle qui secoue la Grèce depuis l'automne dernier.

Le gouvernement irlandais, au lieu de chercher à masquer l'ampleur de ses difficultés par des manoeuvres comptables, a en effet commencé dès 2008 à adopter des mesures de rigueur pour contenir l'envolée de son déficit public.

En 2009, le gouvernement a ainsi adopté deux plans d'austérité successifs, de 3 et 4 milliards d'euros, qui devraient permettre de stabiliser le déficit public à 11,6% du PIB cette année, après 11,7% en 2009.

Parmi un catalogue de mesures très impopulaires, il a imposé une baisse générale des allocations, et une réduction de 5 à 15% des salaires des fonctionnaires. Le Premier ministre Brian Cowen a donné l'exemple en réduisant de 15% sa paye et celle de ses ministres.

De plus, la dette publique irlandaise est bien plus faible que celle des autres "PIIGS" (Portugal, Irlande, Italie, Grèce et Espagne), les membres de la zone euro considérés comme les plus fragiles. D'après les dernières données officielles, elle s'élevait à 64,5% du PIB fin 2009, un niveau inférieur à celui la France ou à l'Allemagne, ainsi qu'à la moyenne de l'UE.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Le fil des perspectives économiques

L'économie américaine devrait bientôt croître "assez rapidement", selon DSK

[ 29/03/10  - 11H56 - AFP  ]

L'économie américaine devrait bientôt croître "assez rapidement", a estimé lundi le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn.

"L'économie américaine, même si elle a été durement frappée par la crise pourrait se redresser assez rapidement", a déclaré M. Strauss-Kahn devant des étudiants de l'Ecole d'économie de Varsovie.

"C'est une économie flexible", a-t-il fait remarquer.
"Nous allons voir à quelle vitesse la reprise peut se faire mais je suis plutôt confiant dans le fait que l'économie américaine va bientôt croître assez rapidement", a-t-il déclaré.

Le Fonds monétaire international a fortement relevé en janvier sa prévision de croissance 2010 pour les Etats-Unis, à 2,7% contre 1,5% prévus en octobre. M. Strauss-Kahn n'a pas précisé lundi si le FMI allait prochainement revoir à nouveau sa prévision.

Ca repartirait ?

Re: Le fil des perspectives économiques

Et pour la France :

L'économie française a rebondi au dernier trimestre 2009
Le 30 mars 2010 par Yann Le Houelleur
Usine Nouvelle

L’Insee a confirmé une hausse de 0,6% du PIB au 4ème trimestre. Ce qui porte le PIB pour 2009 à 2,2 %. Selon l’institut, la croissance au premier trimestre 2010 serait molle : + 0,2 %.

L’économie française s’est ressaisie lors du dernier trimestre 2009, ainsi que l’a indiqué l’Insee le 30 mars. Pendant cette période, le PIB a cru de 0,6 % par rapport au trimestre précédent. Une très nette amélioration de la conjoncture, puisque la croissance du PIB tricolore avait été de 0,2 % au troisième trimestre, de 0,3 % au second trimestre, après un premier trimestre désastreux qui s’était soldé par un effondrement de 1,4 %.

Toutefois, malgré trois trimestres marqués par un retour à la croissance, l’économie française a bu la tasse en 2009, avec une chute du PIB de 2,2 %. La pire récession endurée depuis 1945. En 2008, le PIB avait réussi à avancer de 0,3 % par rapport à 2007.

L’année en cours sera-t-elle vraiment celle du redéploiement de l’économie française ? Si l’on en croit l’Insee, la convalescence sera plus longue que prévue. Selon l’institut, le PIB devrait croître de 0,2 % au premier trimestre (au lieu de 0,4 % initialement envisagés) et de 0,3 % au deuxième trimestre. En termes de croissance, la France serait dans la moyenne européenne.

http://www.usinenouvelle.com/mediatheque/7/2/5/000125527.png

Le trop fort optimisme du gouvernement

Il faudrait donc un miracle pour que l’économie française retrouve un « tonus » tel que celui-ci promis par le gouvernement, qui avait avancé le chiffre de... 1,4 % de croissance du PIB cette année. Impossible d’y parvenir, selon l’Insee, car il faudrait alors que le PIB gagne 0,5 à 0,6 % sur chacun des deux derniers trimestres de l’année.

Avec la menace de Fitch qui ne se réalise pas, on peut peut-être regarder l'avenir avec plus de sérénité ?

Last edited by Angoulmoise (30-03-2010 23:51:28)

86

Re: Le fil des perspectives économiques

Il est assez intéressant de constater sur ce graphique que la "reprise" (si tant est qu'on puisse la qualifier de la sorte) s'appuie sur l'accroissement des stocks ainsi que sur l'augmentation des dépenses de consommation finales (un ratio public/privé eut été le bienvenu à ce propos).

L'investissement comme la BC sont en chute libre, ce qui indique assez clairement vers quelle direction la reprise va se faire.

Re: Le fil des perspectives économiques

RPC nl a écrit:

BC

Mes années d'économie étant loin, désolé pour ma question, c'est quoi BC ?
Je connais bien FBCF (formation brute de capital fixe) mais pas BC.
Merci !

88

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:33:27)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

Ah oui, merci. Je comprends mieux.

90

Re: Le fil des perspectives économiques

Free French a écrit:

Ah oui, merci. Je comprends mieux.

En ce moment, c'est tout le débat sur les "exit strategy", l'Allemagne pronant une reprise par l'investissement et la production.

Au regard de ce qui se passe en Europe actuellement (où la position Allemande vis-à-vis de l'Europe est à peu près équivalente à celle de la Chine vis-à-vis du reste du monde), on comprend que la stratégie allemande risque fort de ne pas marcher chez nous; ce qui nous amène à réfléchir sur comment s'en sortir.

Last edited by RPC (31-03-2010 12:25:20)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

Intéressant, merci.

92

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:34:04)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

Ce n'est pas la stratégie exportatrice qui est "au détriment" des partenaires, puisque cela se fait dans le cadre d'une concurrence classique, et les allemands ne vont pas s'excuser d'avoir une meilleure spécialisation industrielle et de meilleurs produits.

Ce qui est pénalisant, dans l'absolu, c'est le niveau de l'euro qui pénalise les exportations des autres pays, à plus faible valeur ajoutée et à moindre spécialisation industrielle. Mais faut-il le rappeler, c'est un Français qui est à la tête de la BCE, et même si je suis favorable à modifier les statuts de la BCE, il faut se souvenir d'une part que la BCE est contrainte par ses statuts et mandats, et d'autre part que la stratégie de taux directeurs forts nous a permis d'avoir de meilleures marges de manœuvres à la baisse pour faire face à la crise.

Nous n'avons qu'une chose à faire : investir dans l'innovation technique, technologique, informatique et industrielle, et trouver des services innovants. Là, nous aurions des perspectives économiques favorables, plutôt que de critiquer ceux qui réussissent par leurs efforts d'innovation et de rigueur, sans avoir sacrifié leur protection sociale.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

94

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:36:26)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

95

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:37:11)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Le fil des perspectives économiques

USA: l'économie a détruit des emplois
AFP
31/03/2010 | Mise à jour : 14:36 Réagir
Le secteur privé américain a continué à détruire des emplois en mars, avec 23.000 postes perdus, selon une enquête publiée mercredi par le cabinet de ressources humaines ADP, alors que les analystes attendaient des créations pour la première fois depuis janvier 2008.

Ce nombre d'emplois perdus est le plus faible depuis mars 2008, mais constitue une déception au regard des créations d'emplois prévues. L'enquête du cabinet de conseil en ressources humaines fait par ailleurs apparaître une révision en hausse des pertes d'emplois en février, à 24.000 (au lieu des 20.000 annoncés initialement).
Selon ADP, le secteur tertiaire, qui représente plus des deux tiers de l'activité économique aux États-Unis, a connu une hausse des embauches nettes (28.000) pour le deuxième mois de suite.

L'emploi a en revanche baissé dans le secteur industriel (51.000 postes perdus).
ADP a noté une baisse du nombre d'emplois dans toutes les tailles d'entreprises, en particulier les petites (12.000), mais également les moyennes (4.000) et les grandes (7.000).

L'économie française a établi des records en 2009 (PAPIER D'ANGLE)
Imprimez  /  Envoyez

L'économie française, qui avait renoué avec la croissance au deuxième trimestre de 2009 après un an de récession, a établi en fait de nouveaux records l'année dernière.

En 2009, le produit intérieur brut (PIB) de la France a reculé de 2,2%, soit la pire récession depuis l'après-guerre, a confirmé mardi l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).

Le lendemain, l'INSEE a déclaré que selon les premiers résultats de son évaluation, le déficit public de la France s'est élévé à 144,8 milliards d'euros, représentant 7,5% du PIB, soit un record historique.

En 2008, le déficit public du pays ne représentait que 3,3% du PIB, même si ce niveau était déjà supérieur aux limites autorisées par les traités européens (3%).

Ce niveau est "en légère amélioration par rapport à la prévision (officielle) de 7,9% du PIB", ont indiqué les ministres de l'Economie Christine Lagarde et du Budget François Baroin dans un communiqué conjoint publié mercredi.

"Cette dégradation du déficit public par rapport à l'année 2008 est intégralement liée aux effets de la crise mondiale. Elle reflète la mise en place d'un plan de relance massif et le choix des pouvoirs publics de ne pas compenser les pertes de recettes fiscales liées à la crise", ont expliqué Mme Lagarde et M. Baroin.

Selon les chiffres de l'INSEE, la dette publique a atteint, quant à elle, 1.489,0 milliards d'euros fin 2009, représentant 77,6% du PIB, contre 67,5% fin 2008.

Il s'agit d'"un niveau quasi-identique à celui prévu dans le projet de loi de finances rectificative de janvier 2010", ont noté Mme Lagarde et M. Baroin.

"Cette hausse de l'endettement reflète essentiellement les conséquences de la crise et de la mobilisation des finances publiques pour relancer la croissance", ont rappelé les deux ministres.

Le nombre de mises en chantier de logements neufs en France de décembre 2009 à février 2010 est retombé au niveau de février 1999, et celui de permis de construire au niveau de juillet 2003, selon les chiffres du ministère de l'Ecologie.

Une performance quand-même remarquable

Au quatrième trimestre 2009, le PIB de la France a progressé de 0,6% par rapport au trimestre précédent. Il s'agissait d'une performance déjà meilleure que celles de la plupart des partenaires européens de l'Hexagone.

Pour Mme Lagarde et M. Baroin, la stratégie de relance économique, adopté par le gouvernement Sarkozy, a "porté ses fruits" puisque l'économie française a relativement mieux résisté à la crise financière et économique que ses voisins avec un recul du PIB de -2,2% en 2009 contre -4,0% en moyenne dans la zone euro.

En 2010, le gouvernement français table sur une croissance de 1,4%. Une mission qui ne semble pas facile.

La semaine dernière, l'INSEE a prévu une croissance de 0,2% au premier trimestre et de 0,3% au deuxième en raison de la chute de la consommation des ménages, causée par le faible gain de pouvoir d'achat du public et l'instabilité du marché de l'emploi.

Mais pour réaliser l'objectif de 1,4%, le PIB français doit s'accroître de 0,5% à 0,6% sur chacun des deux derniers trimestre de 2010.

Aux yeux du directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, la reprise économique en Europe sera lente.

La "reprise lente induira en Europe une croissance réelle d'environ un pour cent, 1,5%, peut-être un peu plus mais pas beaucoup plus, ce qui n'est pas assez", a poursuivi M. Strauss-Kahn, dans un discours prononcé devant les étudiants de l'Ecole d'économie de Varsovie.

Source: xinhua

Last edited by Angoulmoise (01-04-2010 04:17:44)

Re: Le fil des perspectives économiques

Le PIB en zone euro stagne au quatrième trimestre


Lien permanent vers cet article :
http://www.latribune.fr/actualites/econ … estre.html


Le PIB en zone euro a stagne au quatrième trimestre alors qu'Eurostat s'attendait à une hausse de 0,1%.
Union européenne

L’activité économique en zone euro déçoit. En effet, le produit intérieur brut (PIB) révisé affiche, au quatrième trimestre, une baisse de 2,2% sur un an. Lors de la précédente estimation, il ressortait en recul de 2,1%, selon l’office européen des statistiques. Il s’agit d’une stagnation par rapport au troisième trimestre, alors qu’Eurostat tablait sur une hausse de 0,1%.

Dans le détail, les exportations ont progressé de 1,9% au quatrième trimestre, moins vite qu'au troisième trimestre (+2,9%). La hausse des importations a également ralenti, en progression de 1,3%, après une augmentation de 2,9% au troisième trimestre. Les investissements pour leur part ont baissé davantage (-1,3% après -0,9% au 3ème trimestre). La consommation des ménages est restée inchangée (après -0,1% au 3ème trimestre).

Eurostat confirme ses estimations pour l'ensemble de l'année 2009, où l'activité s'est contractée de 4,1% dans la zone euro.



latribune.fr

98

Re: Le fil des perspectives économiques

--

Last edited by RPC (01-03-2011 06:37:51)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

99

Re: Le fil des perspectives économiques

http://blog.lefigaro.fr/legales/2010/04 … teger.html

"La préférence régionale relancera l'industrie européenne":

-adossement à des quotas sur les produits manufacturés

- "un système bonus-malus à base de cotisations sociales plus ou moins élevées pourrait alors inciter les distributeurs à privilégier les productions créatrices d'emplois et être ainsi un juste retour pour le contribuable."

C'est génial ou bien c'est dépassé?

Re: Le fil des perspectives économiques

Pas vraiment le thread idéal, mais rien trouvé de mieux à remonter.

.... http://www.marianne2.fr/BAC-5-GENERATIO … 78647.html

Ca parlera à mami (et à pas mal d'entre nous aussi ...)

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.