Topic: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Les nominés sont :
Bayrou : « Si je suis élu, rien ne changera en France »
Chevènement : « Hollande propose des Assises de la gauche. Pourquoi des Assises ? La correctionnelle suffirait »
Devedjian : « Je suis pour un gouvernement d’ouverture, y compris aux sarkozystes »
Klarsfeld : « Je ne suis pas un expert du XIIe arrondissement, mais je l’ai traversé quand j’ai couru le Marathon de Paris »
Villiers : « Quand on va m’entendre et que l’on va me voir, ça va se voir et ça va s’entendre. »

Verdict le 3 juillet…

Le prix de l’humour politique, présidé par le journaliste Jean Miot, est décerné depuis 1988 au politicien ayant prononcé la phrase la plus drôle de l’année, volontairement ou involontairement.

Champion hors catégorie, André Santini, vainqueur en 1989 (« Saint Louis rendait la justice sous un chêne. Pierre Arpaillange la rend comme un gland. ») et en 1996 (« Je me demande si l’on n’en a pas trop fait pour les obsèques de Mitterrand. Je ne me souviens pas qu’on en ait fait autant pour Giscard. »).
Parmi les perles des vainqueurs ou des nominés, on retrouve le même Pierre Arpaillange, garde des Sceaux du gouvernement Rocard : « Sur cinquante-deux évadés, on en a repris cinquante-trois », le député UMP François Goulard : « Cette semaine, le gouvernement fait un sans-faute ; il est vrai que nous ne sommes que mardi », DSK ironisant sur l’alliance LO-LCR : « C’est l’union d’un postier et d’une timbrée », ou encore Patrick Devedjian : « Les coupures de presse sont celles qui cicatrisent le plus vite. »

2

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

C'est absolument énorme ces citations... Comment est-ce qu'ils peuvent dire ça? big_smile

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Un peu d'histoire :

AFP a écrit:

Humour et politique: 1ère sélection de petites phrases pour le Prix 2007

PARIS (AFP) - Le jury du prix "Press club, humour et politique" a procédé à une première sélection de cinq "petites phrases" pour son Prix 2007, a-t-on appris vendredi auprès du jury.

Composé de 18 membres, ce jury est présidé par Jean Miot, ex-président de l'AFP.

Voici les cinq phrases retenues par le jury :

- François Bayrou (UDF): "J'ai été longtemps un jeune conformiste, et sans doute formiste était-il de trop".

- Jean-Marie Le Pen (FN), répondant à la question : Si vous êtes élu Président, quel sera votre premier voyage à l'étranger : "Montfermeil".

- François Hollande (PS): "Jack Lang avait toutes les qualités pour briguer la Présidence de la République. C'est pour cela que je l'ai chaudement encouragé à se retirer".

- Michèle Alliot-Marie (Défense) : "La France, c'est la Tour Eiffel et Jacques Chirac".

- Pascal Clément (Garde des Sceaux) : "Je suis peut-être nul, mais le ministre, c'est moi".

Deux autres sélections sont prévues en avril et juin 2007.

Le Prix 2006 avait été attribué en octobre à Ségolène Royal pour avoir déclaré : "Même quand je ne dis rien, cela fait du bruit".

Wiki, le best of André Santini a écrit:

« Vous êtes intelligents, la preuve vous êtes dans les affaires, nous on ne sait rien, la preuve on est dans la politique. »

« Barre c'est mon compagnon de chambre : il dort à côté de moi à l'Assemblée »

« Je crois qu'on en a fait un peu trop pour les obsèques de François Mitterrand. Je ne me souviens pas qu'on en ait fait autant pour Giscard »

« Monseigneur Decourtray n'a rien compris au préservatif, il le met à l'index. »

(À propos d'Édith Cresson) : « À force de descendre dans les sondages, elle va finir par trouver du pétrole »

(À propos de Raymond Barre) : « Quand je le vois roupiller à l'Assemblée nationale et qu'il ne roupille pas, il se tourne les pouces et je me dis : tiens il fait son jogging »

« La droite a touché le fond de la piscine : maintenant, elle creuse. »

« Si Saint Louis rendait la justice sous un chêne, Arpaillange la rend comme un gland. »

« La différence entre un cocu et un député, c'est que le premier n'est pas obligé d'assister à la séance »

« Si l'éclipse était de gauche, Jack Lang l'aurait organisée. »

(À propos d'Alain Juppé) : « Le Premier Ministre souhaite un Gouvernement ramassé ; il a parfaitement réussi. »

(À propos d'Alain Juppé) : « Avant, le Gouvernement allait dans le mur, maintenant il klaxonne. »

(À propos de la Corse) : « les grandes douleurs sont muettes. »

(À propos de Lionel Jospin) : « Je crois qu'il lui manque une case. C'est celle de l'oncle Tom. »

« Les experts naquirent du grand besoin qu'ils avaient d'eux-mêmes. »

(À propos du flirt) :« La main dans le machin, le machin dans la main, mais pas le machin dans le machin. »

« pour les Corses, la politique est un sport national. On est une terre d'immigration, on n'est pas très doué pour les affaires. Alors, on trouve facilement des Corses dans la fonction publique, dans l'armée, dans le droit. D'ailleurs, dans le droit, nous fournissons tout : l'avocat, le juge, le condamné, le gardien de prison, nous avons tout en magasin. »

Un débat entre Ségolène Royal et François Bayrou est «anti-démocratique, et même anticonstitutionnel».

Lauréat 2003 : Renaud Muselier, secrétaire d'Etat aux AE, "Villepin fait tout, moi je fais le reste"
Lauréat 2004 : JL Debré, à propos de la Corse, "Je n'imagine pas un instant cette île séparée du continent"
Lauréat 2005 : Nicolas Sarkozy, "Je ne suis candidat à rien"

Last edited by Oscar Wilde (29-06-2007 09:59:00)

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Dans le même style...

"Nobody fucks with the Jesus."

5

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Lien erroné

http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_de_l% … _politique

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Bon bah tout est sur Wiki en fait, désolé ce thread ne sert plus à rien... snif.

7

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Chevènement au-dessus du lot cette année.

8

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

"Quel salope!"==> Devedjian à propos de Comparini.

9

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Patounet a écrit:

"Quelle salope!"==> Devedjian à propos de Comparini.

Gniii j'allais le dire.

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Necrid a écrit:

Chevènement au-dessus du lot cette année.

Mais il radote un peu :

Chevènement en 2007 a écrit:

Hollande propose des Assises de la gauche. Pourquoi des Assises ? La correctionnelle suffirait.

Chevènement en 1994, Premier prix, a écrit:

Les assises, c'est un peu dur pour le PS, la correctionnelle aurait suffi" (à propos d'un congrès du Parti Socialiste)

11

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Honte à moi. Désolé de cette horreur smile

12

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Oscar Wilde a écrit:

Mais il radote un peu :

Chevènement en 2007 a écrit:

Hollande propose des Assises de la gauche. Pourquoi des Assises ? La correctionnelle suffirait.

Chevènement en 1994, Premier prix, a écrit:

Les assises, c'est un peu dur pour le PS, la correctionnelle aurait suffi" (à propos d'un congrès du Parti Socialiste)

Il recycle ses blagues pendant 13 ans, je trouve ça super fort.

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

nwaim a écrit:
Oscar Wilde a écrit:

Mais il radote un peu :

Chevènement en 2007 a écrit:

Hollande propose des Assises de la gauche. Pourquoi des Assises ? La correctionnelle suffirait.

Chevènement en 1994, Premier prix, a écrit:

Les assises, c'est un peu dur pour le PS, la correctionnelle aurait suffi" (à propos d'un congrès du Parti Socialiste)

Il recycle ses blagues pendant 13 ans, je trouve ça super fort.

[mode Jean-Michel Aphatie]C'est très révélateur sur l'état du PS[/mode]

Il y aussi une blague qu'il recycle depuis le début de sa carrière, le bon JP, c'est sa tête de Mister Bean.

14

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

"Un type qui ne peut pas garder sa femme ne peut pas garder la France." De Villepin.

"C’était physique… j’ai violé Chirac." De Villepin.

"Leur seul organe développé, c’est le trouillomètre". De Villepin.

"Ne me parlez pas comme ça. Un jour, je finirai par retrouver le salopard qui a monté cette affaire et il finira sur un crochet de boucher". Sarkozy.

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

"La Tragédie du Président" de notre FOG national est ton ami...

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

16

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

"C'est devenu un ami lors de la guerre des Six jours où nous nous sommes retrouvés ensemble à Tibériade. Avec Sarkozy, on n'est pas du même bord, mais pour Israël, on est du même bord." Georges Frêche.

"Je suis content que les Fançais aient élu un juif président de la République au suffrage universel. Et en plus, avec Kouchner comme ministre des Affaires étrangères, qu'est-ce qu'on veut de plus ?" Georges Frêche.

"Et je vais dire à mon ami Kouchner : c'est quand que tu reconnais Jérusalem, capitale d'Israël ?" Georges Frêche.

"Nous avons toujours soutenu la construction du Mur que vous érigez. Il est tellement justifié... Finissez-le ! Même si dans 5 ou 10 ans vous pouvez faire la paix avec la Cisjordanie d'Abou Mazen." Georges Frêche.

"Ici à Montpellier nous avons avec la terre d'Israël des liens charnels. C'est un petit Etat qui n'a que quelques millions d'habitants au milieu de 200 millions d'Arabes qui ont toutes les terres qu'il faut pour assurer le développement. D'ailleurs, les seuls qui ont laissé les Palestiniens dans les camps, ce sont les Libanais." Georges Frêche.

A propos de l'Iran :

"C'est une puissance dangereuse, un danger permanent et constant, et je comprendrais toutes mesure préventive éventuelle." Georges Frêche.

17

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Nihil noui sub sole, nihil.

18

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Ah ben si on est dans le latin, faut mettre le délirant "etiam mortuus redeo" (même mort je reviens) de JP Chevènement.

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

OZ a écrit:

Ah ben si on est dans le latin, faut mettre le délirant "etiam mortuus redeo" (même mort je reviens) de JP Chevènement.

Ou le « Ruerunt in servitudinem » de Bayrou. (emprunté à Tacite)
Avec une faute paraît-il.
(Vrais) latinistes, cherchez l'erreur !

20

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Il est pourtant agrégé de lettres classiques, non ? Enfin bon je suppose que d'un point de vue grammatical la phrase est juste, et qu'il peut justement se permettre d'en fabriquer à sa guise, mais je l'avais rencontrée sous la forme "ruere in servitium (patres, consules, eques)".

Edit : je précise, médiocre en thème latin, avoir oublié les règles en question depuis longtemps.

Last edited by OZ (08-07-2007 17:36:09)

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

21

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Même si elle ne gagnera jamais le concours, je me permets de citer ici Françoise Colmez, candidate socialiste suppléante de Michèle Canet  dans la 13e circonscription des Hauts-de-Seine, lors d'un meeting. Le candidat UMP de la circonscription est Devedjian.

"Ecoutons Nicolas Sarkozy. Il dit souvent qu'il est l'ami de Patrick Devedjian. Récemment il a dit que pour la formation du gouvernement, il avait favorisé "la compétence à l'amitié". Etes-vous prêt à voter pour quelqu'un que le président de la République lui-même considère incompétant"?

"Ne me siffle pas mon camarade, parce que moi, je t'aime!"

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

edit : pardon, déjà posté par FDL, mais - une fois n'est pas coutume - dans le mauvais thread et pas en entier, donc je le laisse wink

liberation.fr, aujourd'hui, a écrit:

Bernard Laporte : «Je voulais voir les Antilles de vive voix»

La petite phrase du secrétaire d’Etat aux Sports a été sélectionnée, avec cinq autres d'hommes et de femmes politiques, pour participer au prix «Press club, humour et politique». Revue de perles.
AFP


Devant tant de bons mots et de perles de la classe politique, le jury du prix «Press club, humour et politique» a décidé de procéder à une deuxième sélection de six «petites phrases» pour son Prix 2008. Composé de 18 membres, ce jury est présidé par Jean Miot, ex-président de l'AFP. Le prix récompense l'auteur de la phrase la plus hilarante de l'année, qu'il s'agisse d'humour volontaire…ou pas.

Voici les six phrases retenues par le jury :

- François Bayrou, président du MoDem au soir de sa défaite aux municipales : «Je vous le promets, nous aurons d'autres victoires».
- Xavier Bertrand, ministre du Travail : «Le Parti socialiste est un parti sans leader. François Bayrou est un leader sans parti. Ils sont faits pour fusionner».
-  François Fillon, Premier ministre, cité par l'Express : «Quand j'ai appris que Xavier Bertrand appartenait à la Franc-Maçonnerie, je ne me suis pas étonné de le découvrir Maçon ; mais franc, ça m'en bouche un coin».
- Bernard Laporte, secrétaire d’Etat aux sports débarquant en Guadeloupe : «Je voulais voir les Antilles de vive voix».
- Christian Estrosi, ancien ministre, maire de Nice, s'adressant à des journalistes accompagnant le chef de l'Etat en Guyane : «Vous avez vu comme Monsieur Sarkozy est populaire en forêt amazonienne ?».

Et en bonus, une «Raffarinade» : «Il faut avoir conscience de la profondeur de la question du sens».


En décembre 2007, six phrases avaient déjà été sélectionnées par le jury :
- Un échange entre Nadine Morano (UMP) et Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la politique de la Ville. Nadine Morano: «Fadela Amara au gouvernement, cela montre les limites du casting à la Fogiel». Réponse de Fadela Amara: «J'ai tendance à croire que Nadine Morano c'est la Castafiore».
- François Bayrou (UDF) disant à Ségolène Royal de ne pas monter chez lui, un soir entre les deux tours de la présidentielle, selon le récit de l'ex-candidate PS dans son livre: «Ne montez pas, il y a du monde dans la rue». Réponse de Ségolène Royal: «Il m'a fait l'impression de l'amant qui craint la panne...».
- François Goulard (UMP) : «Johnny Hallyday qui annonce son intention de rester français et Bernard Laporte qui entre au gouvernement, c'est une période faste pour l'intelligence française».
- Christine Lagarde, ministre de l'Economie : «Pour faire face à la hausse du prix du pétrole, je conseille aux Français de faire du vélo».
- Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO : «Les retraits de l'UIMM, c'est mieux que la valise RTL».
- Rama Yade, secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme : «Je me retrouve avec la journée des droits de l'Homme sur les bras et Kadhafi sur le tarmac».

Prochaine et dernière sélection, en juin. Remise du prix, en juillet.

Last edited by Oscar Wilde (19-03-2008 17:48:49)

23

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Mea culpa. Je ne connaissais pas l'existence de ce thread.
Merci Oscar smile

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

confidentiels du Fig a écrit:

La phrase apocryphe de François Fillon

«Maçon, il l'est sûrement, mais franc…» Retenue par le jury du prix de l'humour politique, présidé par Jean Miot, cette phrase de François Fillon qui visait Xavier Bertrand a connu un beau succès médiatique et sera, peut-être, couronnée en 2008. Le hic, c'est que cette formule n'aurait jamais été prononcée par le premier ministre. Et serait donc apocryphe. C'est ce que vient d'écrire MyriamLévy, conseiller du chef du gouvernement en charge de la communication, dans une lettre à Miot : «Il serait dommage que votre prix, qui rencontre chaque année un succèsmérité, couronne en 2008 une pure invention quand tant d'autres citations mériteraient d'être récompensées.»

25

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Qu'est-ce que vous pensez de "Un ministre, ça ne ferme pas sa raie" ("heu sa gueule") de Estrosi (avec Durand le 10/04/08) ?

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

[mode=Chevènement]Si ça ferme pas sa gueule, ça démissionne[/mode]

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

27

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

" En politique, les jeux de rôles ne sont pas toujours droles " Signé, mon pote Darcos.

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Oscar Wilde a écrit:
liberation.fr, aujourd'hui, a écrit:

(...)
Voici les six phrases retenues par le jury :
- François Bayrou, président du MoDem au soir de sa défaite aux municipales : «Je vous le promets, nous aurons d'autres victoires». (...)

Ségolène avait sorti une phrase du même esprit le soir du second tour des présidentielles 2007...

Alliolie smile
"Ils ne savaient pas que c'était impossible... alors ils l'ont fait"
"C’est étrange comme on exècre l’idée de n’être pour les autres qu’un moyen de parvenir à une fin qui n’est pas nous"

29

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Le Monde a écrit:

Les "petites phrases" des politiques récompensées par un prix       

Les politiques, aussi, peuvent être drôles. La preuve : un prix "humour et politique" sera décerné le 30 juin à "l'auteur de la phrase la plus hilarante de l'année". Organisé pour la sixième année par le Press Club de France, ce prix est décerné par Jean Miot, ancien président de l'Agence France Presse. En 2007, c'est Patrick Devedjian, ce proche de Nicolas Sarkozy qui n'avait pas obtenu de poste dans le gouvernement Fillon, qui avait déclaré :" Je suis pour un gouvernement d'ouverture ; y compris aux sarkozistes, c'est tout dire."

Le jury, composé de journalistes et d'animateurs de télévision, a sélectionné une dizaine de "petites phrases" pour cette édition 2008. Parmi elles : "Johnny Hallyday qui annonce son intention de rester français et Bernard Laporte qui entre au gouvernement, c'est une période faste pour l'intelligence française", par  François Goulard, député-maire UMP de Vannes. Autre "perle" que l'on doit cette fois à  Christine Lagarde, ministre de l'économie : "Pour faire face à la hausse du prix du pétrole, je conseille aux Français de faire du vélo." Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, est également dans la course avec"les retraits de l'UIMM, c'est mieux que la valise RTL". Ou encore cet échange entre entre Nadine Morano, alors porte-parole de l'UMP, et Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la politique de la ville. "Fadela Amara au gouvernement, cela montre les limites du casting à la Fogiel", explique la première tandis que la seconde répond : "J'ai tendance à croire que Nadine Morano, c'est la Castafiore."

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Le Fig a écrit:

Borloo, humoriste politique de l'année
Laurent Suply (lefigaro.fr)
30/06/2008 | Mise à jour : 12:56

Le ministre du Développement durable se verra remettre lundi soir le Prix Press club humour et politique pour une petite phrase sur le président de la République.

«Sarkozy, c'est le seul qui a été obligé de passer par l'Elysée pour devenir premier ministre». La pique, allusion à « l'hyper-présidence de Nicolas Sarkozy » et au rôle réputé réduit de son « collaborateur » François Fillon est l'œuvre de Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie et du Développement durable.

Elle lui vaut aujourd'hui le prix Press Club Humour et Politique 2008, qui récompense la phrase la plus hilarante de l'année, qu'il s'agisse d'humour volontaire ou involontaire. Le jury a également décerné un « prix spécial » à Xavier Bertrand. Le ministre du Travail avait déclaré : «Le parti socialiste est un parti sans leader. François Bayrou est un leader sans parti. Ils sont faits pour fusionner ». Dernier lauréat, récompensé par les internautes : François Goulard, le député-maire de Vannes. « Johnny Hallyday qui annonce son intention de rester Français et Bernard Laporte qui entre au gouvernement, c'est une période faste pour l'intelligence française », avait-il ironiquement lancé.

Ce palmarès 2008 consacre l'humour acide et définitivement volontaire. Parmi les perles qui n'y figurent pas se trouvent par exemple l'inénarrable « Pour faire face à la hausse du prix du pétrole, je conseille aux Français de faire du vélo » de Christine Lagarde, ou le «Je vous le promets, nous aurons d'autres victoires», d'un François Bayrou battu aux municipales. Les calembours («Sarkozy est passé de la présidence bling-bling à la présidence couac-couac» de François Hollande) et les lapalissades («On ne peut pas s'entendre avec tous les ministres, car tous les ministres ne peuvent pas s'entendre», d'Eric Besson) n'ont pas la cote cette année (la sélection complète). Cette cuvée marque également une hégémonie de l'humour politique de droite. Depuis la fondation du prix Press Club, Ségolène Royal est la seule personnalité de gauche couronnée en 2006 pour son désormais fameux « Même quand je ne dis rien, cela fait du bruit ».

Enfin, si François Goulard figurait déjà parmi la sélection 2003 (« Cette semaine, le gouvernement fait un sans faute ; il est vrai que nous ne sommes que mardi »), Jean-Louis Borloo et Xavier Bertrand sont deux nouveaux venus. Ils recevront leurs trophées lundi soir des mains d'André Santini, parrain du prix Press Club, vainqueur à deux reprises de son ancêtre le « Prix de l'humour politique », et volontairement mis hors-jeu par l'actuel jury pour cause de trop grandes prédispositions.

Rappel :

Voici toute la sélection 2008 :

-Jean Arthuis, sénateur de la Mayenne (Union centriste) : «Bernard Palissy brûlait ses meubles. Bayrou brûle ses élus. C'est la stratégie de l'anéantissement».

-Eric Besson, secrétaire d'Etat au Développement de l'économie numérique : «On ne peut pas s'entendre avec tous les ministres, car tous les ministres ne peuvent pas s'entendre».

-Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie : «Sarkozy, c'est le seul qui a été obligé de passer par l'Elysée pour devenir Premier ministre».

-François Hollande, premier secrétaire du PS : «Sarkozy est passé de la présidence bling-bling à la présidence couac-couac».

-Josselin de Rohan, sénateur UMP du Morbihan : «Souvent les courants d'air proviennent de ce qu'il y a trop d'ouverture».

-»Il m'a fait l'impression de l'amant qui craint la panne « (Ségolène Royal à propos de François Bayrou qui refuse que Mme Royal monte le rencontrer à son domicile parisien entre les deux tours de la présidentielle ; des journalistes étant à l'affût au bas de son immeuble).

-»Johnny Hallyday qui annonce son intention de rester français et Bernard Laporte qui entre au gouvernement, c'est une période faste pour l'intelligence française» (François Goulard)

-»Les retraits de l'UIMM, c'est mieux que la valise RTL» (Jean-Claude Mailly)

-«Pour faire face à la hausse du prix du pétrole, je conseille aux Français de faire du vélo». (Christine Lagarde)

-«Je me retrouve avec la journée des droits de l'homme sur les bras et Khadafi sur le tarmac». (Rama Yade)

-«Fadela Amara au Gouvernement, cela montre les limites du casting à la Fogiel» (Nadine Morano) et «J'ai tendance à croire que Nadine Morano c'est la Castafiore ». (Réponse de Fadela Amara)

-«Le bobsleigh, c'est comme l'amour : on hésite au début, on trouve cela très bien pendant et on regrette que cela soit déjà terminé après» (Roselyne Bachelot-Narquin à la suite d'un tour en bobsleigh).

-«C'est un combat essentiel que celui de la laïcité, il a causé, Dieu sait, beaucoup de mort dans notre pays.» (Dominique de Villepin, interview par Jean-Michel Aphatie, RTL, le 7 février).

-«Je vous le promets, nous aurons d'autres victoires» (François Bayrou le soir de sa défaite aux municipales).

-«Le Parti socialiste est un parti sans leader. François Bayrou est un leader sans parti. Ils sont faits pour fusionner.» (Xavier Bertrand)

-«Quand j'ai appris que Xavier Bertrand appartenait à la Franc-Maçonnerie, je ne me suis pas étonné de le découvrir Maçon ; mais franc, ça m'en bouche un coin.» (François Fillon), cité par L'Express.

-«Je voulais voir les Antilles de vive voix.» (Bernard Laporte en Guadeloupe).

-«Vous avez vu comme Monsieur Sarkozy est populaire en forêt amazonienne ?» (Christian Estrosi en Guyane).

-«Il faut avoir conscience de la profondeur de la question du sens.» (Jean-Pierre Raffarin)

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Goulard est de loin le plus marrant !

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Bachelot / Bobsleigh et Estrosi / Amazonie selon moi

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

La pique de Fadela Amara est on ne peut plus vraie.

Your mother was a HAMSTER, and your father smelt of eldeberries !

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Borloo est pas mal du tout quand même smile

Alliolie smile
"Ils ne savaient pas que c'était impossible... alors ils l'ont fait"
"C’est étrange comme on exècre l’idée de n’être pour les autres qu’un moyen de parvenir à une fin qui n’est pas nous"

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Europe 1 a écrit:

Petites phrases politiques : le cru 2009 arrive !

Créé le 08/12/08 - Dernière mise à jour le 09/12/08 à 8h10
5 commentaires

La première sélection du jury du Prix Press Club humour et politique arrive avec son lot de petites phrases hilarantes prononcées par nos politiques. Une fois encore, ça dérape et on adore !



C'est toujours un régal pour les oreilles... Il s'agit des petites phrases de nos politiques retenues par le jury du Prix Press Club humour et politique dans lequel on retrouve Jean Amadou, André Bercoff ou encore Pierre Douglas. Le Prix récompense l’auteur de la phrase la plus hilarante de l’année, qu’il s’agisse indistinctement d’humour volontaire ou involontaire.

Pour la première sélection du Prix 2009 (les deux prochaines auront lieu en avril et en juin), voici ce que l'on pourrait appeler les "nominés" si nous étions aux César :

>Christine ALBANEL, Ministre de la Culture et de la Communication : "Mes cheveux raccourcissent au fur et à mesure que mon expérience croît".

>Jean-François COPE, Président du Groupe UMP à l’Assemblée Nationale, s’adressant au Président Nicolas Sarkozy : "Tu as prévu de filer les clés de l’UMP à Xavier Bertrand ; tu devrais en garder un double".

>Bertrand DELANOE, Maire de Paris : "Le vrai changement au PS, ce serait de gagner".

>Jean-Pierre RAFFARIN, Ancien Premier Ministre : "Le tour de taille n’est pas un handicap au Sénat".

>Michel ROCARD, Ancien Premier Ministre : "Le PS est mal portant ; et comme je respecte les hôpitaux, je baisse la voix comme on doit le faire quand il y a un malade dans la place".

>Une mention spéciale a été attribuée au Sénateur sortant François GERBAULT : "Le système des quotas a été inventé par un Sénateur romain : Numerus Clausus".

En 2008, Jean-Louis Borloo a été récompensé pour la phrase : "Sarkozy, c’est le seul qui a été obligé de passer par l’Elysée pour devenir Premier Ministre". Xavier BERTRAND, Ministre du Travail, qui avait déclaré "Le parti socialiste est un parti sans leader. François Bayrou est un leader sans parti. Ils sont faits pour fusionner" a reçu le Prix Spécial du Jury.

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Y en a des pas mauvaises une fois encore. Copé par exemple, c'est mon préféré.

Laissez dire les sots, le savoir a son prix (Jean de la Fontaine)

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/ … -drole.php
Rions un peu (je ne retrouve pas le thread de l'année dernière ) :
C'est fait Miss, F

Delanoë élu homme politique le plus drôle
lefigaro.fr
30/06/2009 | Mise à jour : 10:11 | Commentaires 8 | Ajouter à ma sélection
Le Press Club de France a récompensé, hier, les hommes politiques pour les phrases les plus drôles de l'année. Cette année le prix de l'humour est revenu au maire de Paris, Bertrand Delanoë grâce à " Le vrai changement du PS, ce serait de gagner". Il succède ainsi à Jean-Louis Borloo. Son dauphin, le ministre de l'éducation, Luc Chatel a obtenu le prix de l'encouragement après s'être exclamé " Le chef de l'Etat appelle parfois Brice Hortefeux pour ne rien lui dire, c'est la preuve de la qualité de leurs relations".

Deux mentions spéciales ont été attribuées à l'ancien sénateur François Gerbault : "le système des quotas a été inventé par un sénateur romaine: Numerus Clausus" et  à Guillaume Bachelet, "la présidentielle, Hollande y pense tous les jours en nous rasant".

Le jury, composé de journalistes et d'humoristes, a fait son choix parmi une quinzaine de nominés. Petit florilège:

Christine ALBANEL, Ministre de la Culture et de la Communication : « Mes cheveux raccourcissent au fur et à mesure que mon expérience croît ».

Martine AUBRY, 1ère Secrétaire du PS : « Ségolène Royal aura la place qu’elle souhaite dans le PS, même si la plupart sont déjà occupées ».

Roselyne BACHELOT, après la victoire des handballeurs Français aux Championnats du Monde : « Dans les vestiaires, nous n’avions qu’un mot : énorme ! »

Najat BELKACEM, conseillère régionale PS et adjointe au Maire de Lyon : « Il ne faut pas que le PS se laisse électrocuter par ses courants ».

Jean-Christophe CAMBADELIS, Député PS de Paris : « Si Ségolène Royal s’excuse chaque fois que Sarkozy fait une boulette, elle va passer sa vie à genoux ».

Jean-François COPE, Président du Groupe UMP à l’Assemblée Nationale, s’adressant au Président Nicolas Sarkozy : « Tu as prévu de filer les clés de l’UMP à Xavier Bertrand ; tu devrais en garder un double ». Et pour : « Moi vivant, il n’y aura pas d’augmentation de la redevance ».

Valery Giscard-d’Estaing, à propos d’un éventuel rattachement de sa région Auvergne : « Je doute que le comité Balladur réussisse là où Jules César a échoué ».

Christine LAGARDE, Ministre de l’Economie, à qui l’on suggère de devenir Commissaire Européen : « Pourquoi pas entraîneur du PSG ? ».

Nadine MORANO, Secrétaire d’Etat chargée de la famille : « Je suis Sarkozyste jusqu’au bout des globules ».

Jean-Pierre RAFFARIN, Ancien Premier Ministre : « Le tour de taille n’est pas un handicap au Sénat ».

Michel ROCARD, Ancien Premier Ministre : « Le PS est mal portant ; et comme je respecte les hôpitaux, je baisse la voix comme on doit le faire quand il y a un malade dans la place ».

Ségolène ROYAL, de retour des Etats-Unis : « J’ai inspiré Obama et ses équipes m’ont copiée ».

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

mami a écrit:

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/ … -drole.php
Rions un peu (je ne retrouve pas le thread de l'année dernière ) :
C'est fait Miss, F

Delanoë élu homme politique le plus drôle
lefigaro.fr
30/06/2009 | Mise à jour : 10:11 | Commentaires 8 | Ajouter à ma sélection
Le Press Club de France a récompensé, hier, les hommes politiques pour les phrases les plus drôles de l'année. Cette année le prix de l'humour est revenu au maire de Paris, Bertrand Delanoë grâce à " Le vrai changement du PS, ce serait de gagner". Il succède ainsi à Jean-Louis Borloo. Son dauphin, le ministre de l'éducation, Luc Chatel a obtenu le prix de l'encouragement après s'être exclamé " Le chef de l'Etat appelle parfois Brice Hortefeux pour ne rien lui dire, c'est la preuve de la qualité de leurs relations".

Deux mentions spéciales ont été attribuées à l'ancien sénateur François Gerbault : "le système des quotas a été inventé par un sénateur romaine: Numerus Clausus" et  à Guillaume Bachelet, "la présidentielle, Hollande y pense tous les jours en nous rasant".

Le jury, composé de journalistes et d'humoristes, a fait son choix parmi une quinzaine de nominés. Petit florilège:

Christine ALBANEL, Ministre de la Culture et de la Communication : « Mes cheveux raccourcissent au fur et à mesure que mon expérience croît ».

Martine AUBRY, 1ère Secrétaire du PS : « Ségolène Royal aura la place qu’elle souhaite dans le PS, même si la plupart sont déjà occupées ».

Roselyne BACHELOT, après la victoire des handballeurs Français aux Championnats du Monde : « Dans les vestiaires, nous n’avions qu’un mot : énorme ! »

Najat BELKACEM, conseillère régionale PS et adjointe au Maire de Lyon : « Il ne faut pas que le PS se laisse électrocuter par ses courants ».

Jean-Christophe CAMBADELIS, Député PS de Paris : « Si Ségolène Royal s’excuse chaque fois que Sarkozy fait une boulette, elle va passer sa vie à genoux ».

Jean-François COPE, Président du Groupe UMP à l’Assemblée Nationale, s’adressant au Président Nicolas Sarkozy : « Tu as prévu de filer les clés de l’UMP à Xavier Bertrand ; tu devrais en garder un double ». Et pour : « Moi vivant, il n’y aura pas d’augmentation de la redevance ».

Valery Giscard-d’Estaing, à propos d’un éventuel rattachement de sa région Auvergne : « Je doute que le comité Balladur réussisse là où Jules César a échoué ».

Christine LAGARDE, Ministre de l’Economie, à qui l’on suggère de devenir Commissaire Européen : « Pourquoi pas entraîneur du PSG ? ».

Nadine MORANO, Secrétaire d’Etat chargée de la famille : « Je suis Sarkozyste jusqu’au bout des globules ».

Jean-Pierre RAFFARIN, Ancien Premier Ministre : « Le tour de taille n’est pas un handicap au Sénat ».

Michel ROCARD, Ancien Premier Ministre : « Le PS est mal portant ; et comme je respecte les hôpitaux, je baisse la voix comme on doit le faire quand il y a un malade dans la place ».

Ségolène ROYAL, de retour des Etats-Unis : « J’ai inspiré Obama et ses équipes m’ont copiée ».

Ce sont de belles perles!!
Je ne sais pas comment tu as trouvé çà!
Ma préférence va pour celle de Delanoé, fallait la faire celle- là!!
Et aussi celle de Bachelot, c'est enaurme.

Tiens à ce propos , la 1ère page du Canard de mercredi dernier est mortelle (support papier, mais tu peux la trouver aussi, désolée je suis pas une championne du clavier) et en particulier Fillon/ la burqa.
trop drôle!!

Last edited by zaza's birthday (13-12-2009 21:13:19)

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Le Point a écrit:

Première sélection du prix de l'humour politique 2010

Le jury du Prix "Press club, humour et politique" présidé par Jean Miot vient de procéder à la première sélection pour l'édition 2010 de ce prix, a annoncé le jury dans un communiqué.

Pour la première sélection du Prix 2010 (les deux prochaines auront lieu en mars et en juin), le jury a retenu les meilleures petites phrase collectées depuis le 1er juillet dernier:

- Patrick Balkany, député-maire de Levallois-Perret: "Je suis l'homme le plus honnête du monde".

- Rachida Dati, députée UMP européenne: "Je n'ai jamais cherché à attirer l'attention des médias".

- Laurent Fabius, député PS: "Je ne suis pas une pom-pom girl de DSK".

- Claude Goasguen, député-maire UMP du XVIe arrondissement de Paris: "Une chose est sûre, ce ne sont pas nos suppléants qui vont nous pousser à nous faire vacciner contre la grippe A".

- Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes: "Ce n'est pas parce que les caisses sont vides qu'elles sont inépuisables".

Une mention spéciale a été attribuée par le jury à François Goulard, député-maire UMP de Vannes pour sa déclaration: "François Fillon a tellement de qualités qu'il mériterait d'être Premier ministre".

Le jury est composé d'humoristes et de journalistes: Jean Amadou, André Bercoff (France 3), Hubert Coudurier (Le Télégramme), Pierre Douglas, Olivier Galzi (France 2), Laurent Gerra, Thierry Guerrier (France 5), Anita Hausser (LCP-Assemblée nationale), Emmanuel de La Taille, Bernard de la Villardière (M6, Président de l'Association du Press Club), Gérard Leclerc (LCP-Assemblée nationale), Jacques Mailhot, Richard Michel, Jean Miot (Président du Jury), Dominique de Montvalon, Catherine Nay (Europe 1), Philippe Reinhard et Dominique Verdeilhan (France 2).

En juin 2009, Bertrand Delanoë, maire socialiste de Paris, avait remporté le prix 2009 pour sa déclaration: "Le vrai changement au PS, ce serait de gagner ".

Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, avait obtenu le Prix spécial du Jury avec: "Le chef de l'Etat appelle parfois Brice Hortefeux pour ne rien lui dire. C'est la preuve de la qualité de leurs relations".

Les internautes avaient donné leur prix à Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, qui avait dit au président Sarkozy : "Tu as prévu de filer les clés de l'UMP à Xavier Bertrand; tu devrais en garder un double".

Un "Prix de l'encouragement" avait été décerné à Guillaume Bachelay, secrétaire national à l'Industrie du Parti socialiste, pour sa formule: "La présidentielle, Hollande y pense en nous rasant".

http://www.lepoint.fr/actualites-politi … 7/0/404519

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Le jury du prix "Press club, humour et politique" présidé par Jean Miot vient de procéder à la troisième sélection de petites phrases pour l'édition 2010 du prix, qui sera remis le 20 septembre, a annoncé le jury dans un communiqué. Pour cette dernière sélection, le jury a retenu les meilleures "petites phrases" collectées depuis avril :



- Eva Joly, députée européenne (Europe Ecologie) : "Je connais bien Dominique Strauss-Kahn : je l'ai mis en examen."
- Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères : "J'ai bien pensé à démissionner, mais je n'ai pas voulu déserter."
- Lionnel Luca, député UMP des Alpes-Maritimes : "Il n'y a pas besoin d'être de droite ou de gauche pour dire des conneries."
- Ségolène Royal, présidente PS de la région Poitou-Charentes : "C'est moi qui maîtrise la rareté de ma parole politique, pour dire des choses intelligentes quand j'ai besoin de les dire."
- Dominique de Villepin : "Le Villepin nouveau sera gouleyant, fort en bouche et il aura de la cuisse."

Lors de la deuxième sélection, en mars, le jury avait retenu :

- Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale : "Une touche de rose, vert, rouge : c'est le retour de la gouache plurielle."
- Georges Frêche, président du conseil régional de Languedoc-Roussillon : "Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 % ; moi je fais campagne auprès des cons."
- Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée : "Je veux bien qu'on fasse un remaniement, mais on manque de stock."
- Frédéric Mitterrand, ministre de la culture : "Quand on m'appelle monsieur le ministre, j'ai toujours l'impression que Jack Lang va surgir derrière moi !"
- Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat chargé de l'emploi : "Il n'a pas fallu 35 heures à Martine Aubry pour virer sa cuti sur Georges Frêche."

Pour sa première sélection, en décembre, le jury avait retenu :

- Patrick Balkany, député-maire UMP de Levallois-Perret : "Je suis l'homme le plus honnête du monde."
- Rachida Dati, députée européenne UMP : "Je n'ai jamais cherché à attirer l'attention des médias."
- Laurent Fabius, député PS : "Je ne suis pas une pom-pom girl de DSK."
- Claude Goasguen, député-maire UMP du 16e arrondissement de Paris : "Une chose est sûre, ce ne sont pas nos suppléants qui vont nous pousser à nous faire vacciner contre la grippe A."

Une mention spéciale avait été attribuée par le jury au villepiniste François Goulard, député-maire UMP de Vannes, pour sa déclaration : "François Fillon a tellement de qualités qu'il mériterait d'être premier ministre."

Ce prix, décerné par un jury composé d'humoristes et de journalistes, récompense l'auteur de la phrase la plus "hilarante" de l'année, qu'il s'agisse indistinctement d'humour volontaire ou involontaire. Il avait été attribué en 2009 à Bertrand Delanoë, maire PS de Paris, pour sa déclaration : "Le vrai changement au PS, ce serait de gagner." Le prix spécial du jury avait été décerné à Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale et porte-parole du gouvernement, pour la phrase : "Le chef de l'Etat appelle parfois Brice Hortefeux pour ne rien lui dire. C'est la preuve de la qualité de leurs relations ".

Les internautes avaient, eux, consacré Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale pour la phrase : "Tu as prévu de filer les clés de l'UMP à Xavier Bertrand ; tu devrais en garder un double". Un prix de l'encouragement avait échu à Guillaume Bachelay, secrétaire national à l'industrie du PS, pour sa formule : "La présidentielle, Hollande y pense en nous rasant ".

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

41

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Les trois meilleures selon moi : la phrase d'Eva Joly (excellente), celle de Royal (toujours égale à elle-même) et celle de Balkany (ma préférée).

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

J'avais loupé la gouache plurielle. C'est la plus créative. Mais Eva Joly mérite amplement la palme. Même si cette phrase aurait eu plus de gueule lors d'un débat en face-to-face.

Je lubrifie les relations humaines.

43

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Résultats.
A part celle (excellente) d'Eva Joly, les autres sont bof bof :

Le Figaro - AFP a écrit:

Joly gagne le prix de l'humour politique

L'eurodéputée Europe Ecologie (EE) Eva Joly a remporté lundi l'édition 2010 du "prix Press club humour et politique" pour sa formule: "Je connais bien Dominique Strauss-Kahn, je l'ai mis en examen".

Décerné par un jury de journalistes et d'humoristes que préside l'ancien PDG de l'AFP Jean Miot, le prix récompense chaque année des propos volontairement ou involontairement drôles d'une personnalité politique.

Le jury a également décerné un prix spécial au président du conseil régional du Languedoc-Roussillon Georges Frêche, pour sa déclaration: "Des gens intelligents il y en a 5 à 6%; moi je fais campagne pour les cons".

Le "prix des internautes" a été concédé à Frédéric Mitterrand pour la phrase: "Quand on m'appelle M. le ministre, j'ai toujours l'impression que Jack Lang va surgir derrière moi".

Deux "prix d'encouragement" ont aussi été décernés. Le premier revient au député UMP des Alpes-Maritimes Lionnel Luca pour sa formule: "Il n'y a pas besoin d'être de droite ou de gauche pour dire des conneries". Le second va à Claude Goasguen, député-maire UMP du XVIe arrondissement de Paris: "Une chose est sûre, ce ne sont pas nos suppléants qui vont nous pousser à nous faire vacciner contre la grippe A".

Quinze personnalités politiques avaient été nommées cette année pour ce prix.
En 2009, c'est le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë qui l'avait emporté avec cette sortie: "Le vrai changement au PS, ce serait de gagner".

44

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Une info (qui vaut ce qu'elle vaut) sur la sélection 2010 :

Luc Chatel n'est pas l'auteur de la gouache plurielle, il l'a pompée dans un article paru quelques jours avant dans libé. voir

http://www.liberation.fr/tribune/010962 … deprimante

Jean Miot a dénoncé le plagiat dans son discours lors de la remise des prix.

45

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Les Gérard s'attaquent aux politiques. Ça a l'air prometteur :

Les Inrocks a écrit:

Les Gérard s’attaquent aux politiques: les premières nominations

Après les Gérard de la télévision et du cinéma, voilà les Gérard de la politique. À l’occasion des 30 ans de la victoire de Mitterrand et de quatre années de présidence sarkozyenne, nos pires politiciens vont enfin être récompensés. La cérémonie aura lieu le 10 mai, mais on connaît déjà certains des nominés…

On se prendrait presque à annoncer les Gérard comme un incontournable. Il faut dire qu’en cinq ans, ils ont eu le temps de se construire une petite réputation de poil-à-gratter potache. Chaque année, les Gérard de la télévision (en décembre) et du cinéma (en février) récompensent le pire du petit et du grand écran.

L’humour vaseux des animateurs Arnaud Demanche, Frédéric Royer et Stéphane Rose, le plaisir mesquin de voir des icônes passées à la moulinette et le côté très 12e degré du concept ont fait de cette "cérémonie" un moment de télé qui fait plaisir.

Cette année, les concepteurs poussent la blague un peu plus loin et prennent les politiques pour cibles. Dix des 23 catégories viennent d’être annoncées. Comme d’habitude un peu débiles mais surtout très bien vues, elles mettent l’eau à la bouche.

Compétition serrée pour le "Gérard de la personnalité politique géographiquement contrariée"

Bernard Kouchner, Martin Hirsch, Fadela Amara, Jack Lang, Michel Rocard sont ainsi nominés pour le "Gérard du mec de gauche qui a trimé vingt ans pour se constituer un capital sympathie qu’il a niqué en vingt secondes en acceptant de bosser avec Sarkozy". Cinq candidats, autant de lauréats potentiels.

La compétition s'annonce aussi serrée pour le "Gérard de la personnalité politique géographiquement contrariée". Sont nominés : Manuel Valls (à droite de la droite de la gauche) ; Jean-Louis Borloo (à droite de la gauche du centre-droit) ; Eric Besson (à l’extrême droite de la droite, venu de gauche) ; Jean-Luc Mélenchon (à l'extrême-droite de l'extrême-gauche) ; François Bayrou (perché au beau milieu de nulle part).

Nominés dans la catégorie "Gérard de l’idée de programme griffonnée sur un coin de nappe en papier avec cinq pastis, un cassoulet, une bouteille de Côtes du Rhône et deux calvas derrière la cravate, et allez zou !" : "On va revenir au franc" de Nicolas Dupont Aignan ; "On aura tous une allocation à la naissance, le revenu universel" de Cécile Duflot ; "On va mettre fin à la criminalité", Nicolas Sarkozy ; "On va renvoyer les immigrés chez eux" de Marine Le Pen ; "On va aller à la pêche et à la chasse", Frédéric Nihous.

Avec les Gérard, tout le monde y passe

Un Gérard récompensera aussi le -attention, le nom de cette catégorie est indécemment long- "politique à qui la Vierge Marie est apparue pour lui dire : "Prend ton clairon, sonne l’olifant, pense à Clovis, pense à Jeanne d’Arc, pense au grand Charles, pense à Tonton, lève-toi et guide ton peuple vers un nouvel âge d’or républicain, présente-toi à la grande élection." Depuis, il a une Mission, il a une Destinée, son épée est de feu, son bouclier d'argent, sa chevelure parfumée flotte aux quatre vents sacrés... et il va se manger un vieux 0,4% dans la face". Parmi les nominés : Royal, de Villepin et Bayrou.

Ce qu'il y a de bien avec les Gérard, c'est que tout le monde y passe. Le plus stupide de nos politiques aura aussi sa récompense, le "Gérard du simplet dont on frémit à la pensée qu'il ait des responsabilités, vu qu'il a même pas l’air assez intelligent pour peindre des coquillages dans un centre d’aide par le travail". Sont entre autres nominés dans cette catégorie : Frédéric Lefèbvre, Christian Estrosi, Nadine Morano et Ségolène Royal.

En récompense, un parpaing doré bien lourdingue

Et puis, il y a d'autres catégories attendues, comme le "Gérard du vieux machin fabriqué sous Mitterrand qui n'a plus aucune chance de rien mais qui s'accroche quand même, au lieu d’aller pêcher la crevette avec Jospin sur l'Ile de Ré" ou encore le "Gérard de la "petite phrase" qui les suivra jusqu’à la tombe".

Les lauréats se verront décerner un parpaing doré, bien lourdingue, conformément à la tradition gérardesque. Les Gérard de la politique auront lieu le 10 mai à 20h30 au Palace, à Paris. Dans le jury, on retrouvera notamment l'ancien directeur des programmes de Canal+ Alain de Greef et une flopée d'animateurs : Eric Naulleau, Karl Zéro, Philippe Bouvard, Valérie Damidot... Comme chaque année, la cérémonie sera retransmise en direct sur Paris Première.

On imagine que peu de nominés feront le déplacement pour recevoir leur brique de 15 kg, ça prend trop de place sur la cheminée. Quoique. Avec un brin d’autodérision, on doit pouvoir soigner sa cote de popularité.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

46

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

FDL a écrit:

Nominés dans la catégorie "Gérard de l’idée de programme griffonnée sur un coin de nappe en papier avec cinq pastis, un cassoulet, une bouteille de Côtes du Rhône et deux calvas derrière la cravate, et allez zou !"

N'oublions pas :

http://forum-scpo.com/meilleures-propos … tional.htm

lol

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Moi c'est celui-ci qui me fait marrer  lol

Un Gérard récompensera aussi le -attention, le nom de cette catégorie est indécemment long- "politique à qui la Vierge Marie est apparue pour lui dire : "Prend ton clairon, sonne l’olifant, pense à Clovis, pense à Jeanne d’Arc, pense au grand Charles, pense à Tonton, lève-toi et guide ton peuple vers un nouvel âge d’or républicain, présente-toi à la grande élection." Depuis, il a une Mission, il a une Destinée, son épée est de feu, son bouclier d'argent, sa chevelure parfumée flotte aux quatre vents sacrés... et il va se manger un vieux 0,4% dans la face". Parmi les nominés : Royal, de Villepin et Bayrou.

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Les "Gérard de la politique" décernés à une vingtaine de personnalités
(AFP) – Il y a 6 heures

PARIS — Les premiers "Gérard de la politique", prix destinés à récompenser "le pire de la politique", ont été décernés mardi soir sur Paris Première, ont annoncé les organisateurs, créateurs des "Gérard de la Télévision" et des "Gérard du Cinéma" dans la même veine potache.

Nicolas Sarkozy remporte le "Gérard de la petite phrase qui les suivra jusqu'à la tombe" avec son célèbre "Casse toi pauv' con". Il était opposé dans cette catégorie à Jacques Chirac, Ségolène Royal, Rachida Dati et Valéry Giscard d'Estaing (pour son "Au revoir!").

Eric Besson obtient le "Gérard de la personnalité politique géographiquement contrariée", et Dominique de Villepin celui auquel "la Vierge Marie est apparue" pour l'appeler à se présenter en 2012, mais qui malgré son ardeur au combat "va se manger un vieux 0,4% dans la face".

Frédéric Lefebvre obtient deux Gérard: celui du "simplet dont on frémit à la pensée qu'il ait des responsabilités" (ex aequo avec le président des jeunes UMP, Benjamin Lancar) et le "Gérard du ministre qui lèche le plus les bottes de son président" (pour sa phrase: "Nicolas Sarkozy a un tort, c'est qu'il a raison trop tôt").

Si les membres du gouvernement ou ceux qui y sont passés en prennent particulièrement pour leur grade, la gauche n'est pas totalement épargnée.
Jack Lang remporte ainsi le "Gérard du vieux machin fabriqué sous Mitterrand qui n'a plus aucune chance de rien mais qui s'accroche quand même, au lieu d?aller pêcher la crevette avec Jospin sur l'Ile de Ré".

Cécile Duflot, elle, doit son "Gérard de l'idée de programme griffonnée sur un coin de nappe en papier avec cinq pastis, un cassoulet, une bouteille de Côtes du Rhône et deux calvas derrière la cravate, et allez zou!" à cette phrase: "On aura tous une allocation à la naissance, le revenu universel".
Les Gérard de la politique sont attribués par un jury rassemblant notamment des journalistes (Philippe Tesson, Bruno Roger-Petit, Eric Naulleau, Eric Brunet, Philippe Bouvard, Guy Birenbaum, Karl Zero), ainsi que le médecin urgentiste Patrick Pelloux et le dessinateur Olivier Ranson.

Peuvent mieux faire.

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

["My french is rich"

Réplique du ministre du Budget, François Baroin, à certains de ses collègues du gouvernement qui se sont empressés de souligner qu'il parlait mal l'anglais et qu'il n'était pas forcément le mieux placé pour succéder à Chrisine Lagarde, si celle-ci devient directrice générale du FMI: "Je ne savais pas que Nicolas Sarkozy cherchait un interprète !" L'Express du 1 juin

I like ! wink

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Le prix Press Club "Humour et Politique "

Multi-lauréat, Laurent Fabius a encore gagné le prix press-club humour et politique :

"Mitterrand est aujourd'hui adulé, mais il a été l'homme le plus détesté de France. Ce qui laisse pas mal d'espoir pour beaucoup d'entre nous..."

.


Le prix spécial du jury a été décerné à Daniel Fidelin, député de Seine-Maritime :

" Vu de la Chine, le port du Havre ne travaille pas".

Le Prix des internautes a quant à lui été attribué à Jean-Louis Borloo, président du Parti radical, pour sa contribution au débat sur l'immigration :

"Nous sommes tous des immigrés ; seule notre date d'arrivée change".

Le "Prix de l'encouragement" a été décerné à Frédéric Lefebvre, secrétaire d'Etat au Commerce, à l'artisanat et au tourisme, pour sa réponse à la question posée par Le Figaro.fr " Quel est votre livre de chevet ? " : "Zadig et Voltaire".

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)