51

Re: L'Académie française

C'est simple: je n'ai pas de Tipp-Ex...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'Académie française

FDL a écrit:

Bref, je te souhaite une bonne nuit (fais de beaux rêves remplis de petits hommes en habit vert...)

Qu'est-ce que les éboueurs viennent faire là-dedans, FDL ? Reprend-toi vite !

Last edited by Chico Dou Brazil (30-08-2007 00:18:37)

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Tu ne fais plus de fautes ( par ailleurs, il me semble qu'à la forme interrogative, on ne met pas le "s" de la deuxième de singulier, mais là, avec la fatigue, il se peut que ce ne soit qu'un pan dans le vide...)(au pire j'édite, la magie du forum, c'est qu'on n'a pas besoin de tip ex


Dans le genre, ya une fille à Normale qui a renversé sa canette de coca en se levant pour rendre sa copie..elle, elle a dû se suicider (et c'était deux ans de prépa en jeu, hein, pas u petit été de merde!)

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: L'Académie française

À la cantine, es-tu plutôt :

- Salami
- Céleri rémoulade
- Museau vinaigrette
- Endives au jambon
- Grossier avec les dames de service
- Distant à l'égard de Nadine Turquin du troisième, pour créer une ambiance de mystère
- Malade le soir
- Seul(e)

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

55

Re: L'Académie française

Trop tard, je suis irrécupérable.
Si toi aussi, cette chose te fait fantasmer:

http://grenadieres.free.fr/academicien.jpg


...alors ça veut dire que tu es comme moi, un cas social...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'Académie française

Oh, le joli bavoir !

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

57

Re: L'Académie française

Bon, il faut vraiment que j'arrête, j'écris n'importe quoi.
Bonne nuit Mamie et Chico.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'Académie française

Bonne nuit loulou!
ARE YOU ALIVE?

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: L'Académie française

Tu croises Bernard Choulet dans les couloirs :

- Fais-tu semblant de relire des notes pour qu’il ne te parle pas, parce qu’il a encore bu du potage multi-légumes au distributeur
- Tu lui lance un “Bonjour Choulet” sans le regarder, comme si tu lui étais supérieur dans l’organigramme
- Tu lui demande pour la cinquième fois “Comment vont les gosses ?” l’air intéressé, alors que tu sais très bien qu’ils sont tous décédés l’été dernier dans la région d’Angoulême
- Tu l'injuries comme une merde, comme ça, pour rien
- Tu l’entraînes dans un coin sombre et tu lui roules une pelle, en lui promettant fidélité s’il divorce
- Tu ne croises jamais Bernard Choulet (normal, puisqu’il est du bâtiment A)

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Dans ma boîte les gens d'une manière générale ne s'appellent PAS Bernard Choulet....

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: L'Académie française

C'est un tort.

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Christian Lefèvre a acheté exactement la même malette que toi :

- Tu le descends en flammes en pleine réunion internationale en sous-entendant une sombre histoire de pots-de-vin
- Tu te démerdes pour que sa secrétaire meure, pour le faire regretter
- Tu changes le code secret de sa malette à son insu
- Tu t'en fous parce qu’après tout il n’a pas les mêmes initiales sur la tranche
- Tu souffres en silence
- Tu es Christian Lefèvre et tu te dis qu’il faudrait prendre des vacances

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

En week-end à Center Parc avec Christine et les gosses, tu croises Ruffard, un gros con du contrôle de gestion :

- Tu trouves qu’il fait vraiment plus petit qu’au bureau
- Vous vous dites quatre fois mutuellement “Ben sinon ça va” sous la bulle tropicale
- Tu l'humilie au ping-pong
- Tu fais discrètement boire la tasse à ses gosses dans la piscine à vagues
- Tu tripotes secrètement sa femme dans le jacuzzi, tout en discutant tranquillement plan comptable avec lui
- Lâche, tu acceptes à contre-coeur une brochette-partie devant son bungalow (et en plus tu viens avec le dessert)
- Il devient ton meilleur pote et tu as honte
- Tu lui proposes de venir voir avec sa femme “Chatungzweiss Spermatoffen”, un film érotique allemand amateur de 1995

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

T'as jamais pensé à postuler chez Biba?
Tu serais très bon pour les tests....

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: L'Académie française

Dans les embouteillages :

- Tu as des propos vulgaires envers les personnes qui ne sont pas de ton département
- Tu écoutes BFM extrêmement fort pour te mettre dans le bain
- Tu es malade sur la bande d’arrêt d’urgence devant tout le monde, et tu te dis qu’il faudra penser à jeter cette vieille bouteille de lait
- Tu pousses un coup de gueule contre la connerie des hommes, suite à un reportage que tu as vu dans “Combien ça coûte”
- Encore en retard, tu te dis que si quelqu’un pouvait arrêter le temps, il ferait fortune et puis tu passes à une autre réflexion d’ordre général
- Tu siffles le générique de France Info pour oublier qu’on t'a piqué ton auto-radio
- Tu n'es jamais dans les embouteillages parce que tu pars à 4h15 tous les matins pour les éviter justement

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Tu as littéralement flashé pour Fabienne Fochard du Service Fourniture. Pour la conquérir:

- Tu divorces sur le champs au téléphone et tu prends une chambre dans le Campanile le plus proche de son arrêt de bus
- Tu t'achètes une cravate-piano en cuir pour faire plus "swing" dans les couloirs
- Tu te jettes sur elle dans l'ascenseur en t'excusant d'être subitement victime d'une crise d'érotomanie incontrôlable mais en l'assurant que tu va prochainement suivre un traitement
- Tu collectionnes ses gobelets usagés à la machine à café en attendant de lui adresser la parole prochainement
- Tu sors avec son collègue Bernard Fluche pour la rendre folle de jalousie

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Ton ordinateur pour toi c’est :

- quelqu’un à qui parler
- un copain de régiment
- le troisième millénaire au bout des doigts
- un gros machin inerte que tu aimerais conjuguer au féminin
- un outil très performant qui te donne accès 24 heures sur 24, dans le monde entier, à des fichiers de putes
- Jean-François (c’est le nom que tu lui as donné)

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Sans rire (je déconne pas..)...mon père s'appelle Bernard et ma mère Fabienne...ça devient insultant là!

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: L'Académie française

Tu es en réunion contencieux dans la Salle Vénéziano pour la première fois de ta carrière. Tout se passe bien, quand tout à coup, Jean-Marc Floutard commence à présenter son projet de rééchelonnement des stocks (sujet qui n’était absolument pas prévu à l’ordre du jour). Il termine sa présentation et la réunion s’achève sans problème.

- Tu te demandes à quoi rime cette question qui n’en est pas une et tu te dis que c’est nul de faire perdre du temps aux gens qui participent à ce test
- Tu réponds “oui”, pour ne vexer personne

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Tu sais ce qu'on dit dans ce cas là : Merci Bernard. (On a les références que l'on peut).

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Pour toi une cravate ça sert à :


- Cacher les boutons des chemises
- Faire plus maigre
- Utiliser les chutes de tissus dans les usines textiles
- Reconnaître qui est un homme et qui est une femme en un clin d’oeil
- Pouvoir se pendre à tout moment
- Savoir si c’est le week-end ou si c’est la semaine
- Protéger sa chemise quand on mange gras
- Si on les noue les unes aux autres lors d’une panne d’ascenseur, on peut s’échapper facilement dans le conduit pour accéder à une trappe de secours, pour être ensuite pris en charge à 100% par le corps de sapeurs pompiers responsables du secteur et éventuellement profiter du Soutien Psychologique de Premiers Secours si le sauvetage entre dans le cadre d’un Plan d’Urgence Prioritaire décrété par le Préfet ou son adjoint.
- Tu ne t'étais jamais posé la question et tu te tires une balle dans la tête

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Es-tu un cadre de qualité supérieure ?


- Oui
- Non
- Parfois
- Tu te dis : “si je réponds “oui”, ils vont se dire que je me la joue et c’est pas bon pour le test, si je réponds “non” c’est que dans le fond je me sens pas au niveau, et si je réponds “parfois” c’est que je suis un mec (ou une fille) instable sur qui on ne peut pas compter...” Tu préfères faire l’impasse en espérant que ça passera inaperçu.

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

T'as pas l'impression de triper tout seul?

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: L'Académie française

Et bien, il est plus important de "triper" tout seul chez un Tripier-Volailler plutôt que de ne pas "triper" à plusieurs chez un Tripier-Volailler.
De plus, je mets cela en avance histoire que d'ici demain matin, d'autres aient ris et aient répondus à ces quelques lignes.

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

75

Re: L'Académie française

Chico Dou Brazil a écrit:

Et bien, il est plus important de "triper" tout seul chez un Tripier-Volailler plutôt que de ne pas "triper" à plusieurs chez un Tripier-Volailler.
De plus, je mets cela en avance histoire que d'ici demain matin, d'autres aient ris et aient répondus à ces quelques lignes.

Et la suite du questionnaire Biba - Voilà...

Re: L'Académie française

Il n'y a pas de suite. Les plaisanteries les plus courtes sont les plus courtes.

Maintenant à vos calculettes : relevez le nombre de lettres dans chacune de vos réponses, divisez-le par le cours de l’action Vivendi Universal au jour de votre test à l’ouverture des marchés, multipliez-le par le nombre de personnes travaillant dans votre service, ajoutez-y votre chiffre chance, ainsi que l’abattement fiscal correspondant à votre tranche.

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Chico Dou Brazil : T'es en forme là ?

Re: L'Académie française

Qu'est-ce qui te fait dire ça ?

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Chico Dou Brazil a écrit:

Qu'est-ce qui te fait dire ça ?

Tous tes questionnaires, bien sûr !

Re: L'Académie française

Disons que je me sens bien. Rien d'extraordinaire. Du moins, mieux que Messmer.
Ce sont les aléas de la vie, n'est-ce pas ?

Last edited by Chico Dou Brazil (30-08-2007 01:11:17)

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Pas de problème.

Re: L'Académie française

Chico Dou Brazil a écrit:

Ce sont les aléas de la vie, n'est-ce pas ?

Deuxième remarque de ce style sur ce forum ce jour, n-ième remarque de ce style sur d'autres. Je suis rodé.

Re: L'Académie française

C'était beaucoup trop facile de ma part, Mea Culpa.

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: L'Académie française

Chico Dou Brazil a écrit:

C'était beaucoup trop facile de ma part, Mea Culpa.

T'inquiète, vénitien a fait bien pire comme jeu de mot. ^^

Re: L'Académie française

L'Homme de la Pampa, parfois rude, reste toujours courtois.

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

86

Re: L'Académie française

Tomass a écrit:

Qui voulez-vous à l'Académie française ?

Frédéric Beigbeder
Florian Zeller
Luc Ferry
Richard Descoings
Dominique de Villepin
Edouard Balladur
Claude Chabrol
Maurice Blanchot

...

Ferry est occupé dans une commission sarkozyste . Villepin se dirige vers la SAnté . Balladur est lui aussi occupé . Chabrol par pitié non .... les autres bof
moi je vote Amélie Nothomb  , dans quelques années ( trop jeune pour ces vieux )

87

Re: L'Académie française

De l'Ena à l'Académie, il y a parfois qu'un pas...

Vous avez des idées de nom pour la promotion qui vient dans quelques mois...

88

Re: L'Académie française

Le suspense était pourtant à son comble, j'attendais les résultats avec impatience, j'en bavais même devant mon écran... eh ben non, même pas foutus de se mettre d'accord sur le nom de la prochaine momie élue:

Le Figaro a écrit:

"Election blanche" à l'Académie française

Aucun des trois candidats en lice au fauteuil de l'écrivain Bertrand Poirot-Delpech n'a obtenu la majorité durant le vote de l'Académie française. Trois tours de scrutin n'ont pas permis aux trois candidats -- le linguiste Claude Hagège, la romancière Danièle Sallenave et l'avocat François Gibault -- de se départager.
L'Académie compte actuellement 33 membres au lieu de 40 à la suite d'une série de décès au cours des derniers mois. La prochaine élection doit avoir lieu le 15 novembre, au fauteuil de Jean-François Deniau.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'Académie française

7 places vacantes, ils ont de quoi accueillir.

Re: L'Académie française

The question is: qui pour le siège de Rémond ?

Re: L'Académie française

Comme candidats je verrais bien Gérard Miller, Richard Descoings et Dominique de Villepin. Sans ordre de préférence.

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

92

Re: L'Académie française

Buster Keaton a écrit:

The question is: qui pour le siège de Rémond ?

Michel Winock ? Pierre Milza ? Serge Berstein ? etc (la liste est longue)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: L'Académie française

Alain Soral ?

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

Re: L'Académie française

Amalthée a écrit:

De l'Ena à l'Académie, il y a parfois qu'un pas...

Oui, la mort cérébrale.

http://unefiep2009.wordpress.com/

95

Re: L'Académie française

fétiche a écrit:

Alain Soral ?

Trop jeune voyons.

Alain de Benoist ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

96

Re: L'Académie française

fétiche a écrit:

Alain Soral ?

Non. Maurice G. Dantec wink

Re: L'Académie française

Alci a écrit:
Amalthée a écrit:

De l'Ena à l'Académie, il y a parfois qu'un pas...

Oui, la mort cérébrale.

LOL

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: L'Académie française

Tenez ! à propos d'académie, voilà une archive savoureuse à propos d'une gloire littéraire de pipo, et accessoirement, un beau morceau de critique :

Florian Zeller, 27 ans, écrivain et chroniqueur. En apprenti Rastignac, il sait activer les bons réseaux, décrocher prix et places en vue dans les gondoles.

Les illusions perdurent

Par Christophe AYAD – Libération - QUOTIDIEN : Mercredi 6 septembre 2006 - 06:00

Cet automne, on se parfumera au Julien Parme. C'est la nouvelle fragrance de chez Flammarion, signée Florian Zeller, jeune créateur en littérature. Ça sent comme du Calvin Klein : jeune, synthétique, monochrome, monocorde, vite porté, vite oublié. Ça cogne, sans laisser de traces puis ça s'évapore. Dans le dernier livre de Florian Zeller, tout est dans le titre, Julien Parme, lourd d'effluves stendhaliennes, rehaussé dès la première phrase d'une note salingerienne. Le reste n'est ni écrit ni à lire.
Dans la vraie vie, Florian Zeller est écrivain. La preuve, il habite boulevard Saint-Germain, dans un appartement à la déco bohème chic, à la même adresse que le Syndicat national de l'édition. Il fait une tête de gondole tout à fait crédible dans la catégorie jeune premier  de la classe : 27 ans, quatre romans, l'Interallié 2004 pour l'avant-dernier, trois pièces de théâtre, dont la dernière sera à l'affiche de la Comédie des Champs-Elysées à partir du 15 septembre, chroniqueur à Vol de nuit, prof à Sciences-Po, pigiste de luxe... Son créneau, c'est de faire croire qu'écrivain est un métier et qu'il en a la tête de l'emploi.
Dans la vraie vie, Florian Zeller a les cheveux blonds et en pétard comme sur les pubs pour du gel ultrafixant. Quoique un peu moins que sur les quatrièmes de couv qui plaisent tant aux jeunes filles et aux grands-mères. Il n'est pas très grand, le torse large pour des traits fins, le teint pâle, l'air absent. Il n'est pas si beau qu'on a pu le croire. Son visage, sa fameuse «gueule d'ange», s'est comme déjà fané, un Dorian Gray à l'envers. Evidemment, on va dire que cette description n'est dictée que par la pure jalousie. Il y a de quoi : un gars si jeune, déjà riche et célèbre, des tirages conséquents, des salles de théâtre remplies, et pour compagne la jolie Marine Delterme, ex-mannequin devenue actrice vaguement ressemblante à Emmanuelle Béart et mère d'un petit garçon de 8 ans qu'il «coélève» avec curiosité. Le pire, c'est que Zeller est plutôt gentil et sympathique, pas trop ramenard, ni péremptoire.
D'abord, Florian Zeller est bien élevé et ensuite, il a fait Sciences-Po, l'endroit où l'on apprend à parler de tout en ne disant rien. Ce qui fait qu'invariablement il répond à toute question par «oui, non, relativement» . Il n'est ni de droite, ni de gauche. Mais il ne faut pas se fier à cette indétermination apparente, cette façon un peu molle et lisse d'esquiver les aspérités, de ne pas finir ses phrases. Florian Zeller a su très tôt ce qu'il voulait par-dessus tout, être écrivain. Quitte à écrire des livres.
Sa pire humiliation ? Il se souvient très précisément de cette prof de français de troisième qui lui avait demandé dans quel domaine il voulait faire un stage. Il avait répondu «la poésie» . «Donc, vous voulez un stage dans une entreprise de poésie ?» s'était-elle moquée. Des années plus tard, quand son premier roman est sorti, il a «pensé à elle» avec une joie mauvaise. C'est aussi à partir de ce moment-là qu'il a renoué avec sa famille : «J'avais le sentiment d'avoir accompli quelque chose par moi-même.» Avec le succès, l'idée d'avoir des enfants ne lui paraît pas plus aussi incongrue.
Encadré par un grand frère et une petite soeur, Florian Zeller est de ces enfants du milieu, qui redoublent d'efforts pour se faire une place. Il ne s'attarde pas sur une enfance sans histoire : parents séparés mais sans dispute, père absent, mère fantaisiste, mi-cartomancienne mi-psy, pas de gêne financière, ni d'aisance non plus... De son enfance, il retient surtout un problème d'asthme qui l'a maintenu longtemps solitaire. La psychanalyse n'est pas sa tasse de thé ; pourtant, il ne cache pas un désir confus de «racheter» sa mère. Zeller parle de lui comme s'il avait été enfanté par sa propre ambition. Lucide, il aimerait un jour avoir écrit «un grand livre».
On aurait tort de croire que tout lui est venu comme ça. Il faut, pour percer dans ce métier, un minimum de talent mais c'est accessoire, de l'audace, beaucoup, et surtout, travailler sans relâche : savoir qui est qui dans la jungle éditoriale, frapper à la bonne porte, trouver la bonne clé. Lorsqu'il était élève à Sciences-Po, il animait avec sa petite copine de l'époque un petit site Internet de critique littéraire assez complaisant, qui lui a servi à enrichir son carnet d'adresses. Le reste est une question de culot. Il en avait assez pour envoyer son amie harponner PPDA lors d'une journée dédicace. La nymphette a su y faire : Zeller s'est retrouvé chroniqueur sur l'émission littéraire du «démiurge» de TF1 et sa carrière à elle en a bien profité aussi. La même était allée, tous les jours à la même heure, faire le pied de grue chez Grasset pour y décrocher un rendez-vous et déposer le premier manuscrit de son écrivain chéri. Refusé. Finalement, ce fut Raphaël Sorin, l' «inventeur» de Houellebecq, qui flaira la bonne affaire pour Flammarion. Il n'a plus besoin, désormais, de s'inviter à l'anniversaire de tel jeune littérateur en vue, au culot, pour enrichir son carnet d'adresses REP.
Zeller n'appartient pas à la génération Beigbeder, les Nicolas Rey, etc. D'abord il est trop jeune, ensuite, il est trop aimé des vieux : Jean d'Ormesson l'a adoubé en successeur possible dans Match . Philippe Tesson en a fait un protégé. Lorsqu'il parle de ses confrères, c'est avec des précautions diplomatiques : hommage à Modiano et Houellebecq, «respect» pour le «talent» de Moix, «mais pas pour ce qu'il en fait», sympathie pour le drille Rey et «affection» pour le grand frère Beigbeder, à qui il doit, avec PPDA, un sérieux coup de pouce à l'Interallié ( «Beig» avait déclaré à l'époque : «Au moins, c'est un livre qu'on finit», comparant sans le dire avec les 900 pages de Daniel Rondeau). Le seul ami que Zeller se revendique dans le milieu est David Foenkinos.
On peinerait à lui coller une étiquette tant ce garçon est un caméléon. Non pas qu'il change de style  il n'en a pas  mais d'argument publicitaire. Avant de donner dans le «stendhalinger», il avait rejoué Flaubert et Maxime Du Camp en goguette en Egypte dans la Facination du pire , tout en surfant sur l' islam bashing assez en vogue par les temps qui courent. Il y eut aussi Proust et Jean-René Huguenin, passés à la moulinette. Au théâtre, le procédé est identique. Chaque titre appelle des réminiscences : l'Autre , carambole Sartre et Marivaux, le Manège fait Vienne fin de siècle. Les livres, chez Zeller, sont comme ces objets en vente dans les boutiques vintage : ils réveillent le parfum des vieux encriers et l'odeur du buvard.
Tout est citation, emprunt. Il parle de la mort et dégaine, l'air pénétré, une citation de Montaigne. Tiens, se dit-on, on va apprendre quelque chose. Et l'on découvre que «philosopher, c'est apprendre à mourir» . Et dire qu'il a enseigné la littérature à Sciences-Po, sans jamais l'avoir étudiée d'ailleurs. Trop fort ! Dans l'édition, la presse et un certain nombre de métiers aux compétences assez floues, c'est celui qui veut le plus une position qui l'obtient : bref, c'est c'ui qui dit  le plus fort  qui est. Et comme le dit la jeune Lola Gruber, écrivaine au talent autrement corrosif mais assez méconnu : «En France, écrivain est un métier et les livres y tiennent lieu de carte de visite. C'est pour ça qu'ils sont si minces.»

Se il nemico si concentra perde terreno, se si disperde perde forza"  Giap.

99

Re: L'Académie française

un mec de Libé a écrit:

D'abord, Florian Zeller est bien élevé et ensuite, il a fait Sciences-Po, l'endroit où l'on apprend à parler de tout en ne disant rien. Ce qui fait qu'invariablement il répond à toute question par «oui, non, relativement» .

Wa-hou, ça bashe fort et osé. Il l'a apprise où, celle-là ? Putain pour un peu je penserais qu'à Libé c'est tous des gauchistes mous accablants de bonne conscience et culturellement inrockuptibles. Heureusement que je peux mettre des "deuxièmes parties" dans ma tête quant il faut.

100

Re: L'Académie française

OZ unlog a écrit:
un mec de Libé a écrit:

D'abord, Florian Zeller est bien élevé et ensuite, il a fait Sciences-Po, l'endroit où l'on apprend à parler de tout en ne disant rien. Ce qui fait qu'invariablement il répond à toute question par «oui, non, relativement» .

Wa-hou, ça bashe fort et osé. Il l'a apprise où, celle-là ? Putain pour un peu je penserais qu'à Libé c'est tous des gauchistes mous accablants de bonne conscience et culturellement inrockuptibles. Heureusement que je peux mettre des "deuxièmes parties" dans ma tête quant il faut.

Quant aux "quand", j'y mets des D. Normalement.