101

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Necrid a écrit:
Eden a écrit:

je prends le pari également d'un score peu époustouflant du candidat du FN.
Je dirai pas plus de 15%, avec les candidats en tête avec plus de vingt pourcent.

Et je suis prête à parier un diner dans un bon resto que Le Pen ne sera pas au second tour.

Eden, tu es en 5A, nan ?

alors oui
pourquoi?

J'ai retrouvé mes amis imaginaires sur copains d'avant

102

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

in stats we trust a écrit:
Eden a écrit:

je prends le pari également d'un score peu époustouflant du candidat du FN.
Je dirai pas plus de 15%, avec les candidats en tête avec plus de vingt pourcent.

Et je suis prête à parier un diner dans un bon resto que Le Pen ne sera pas au second tour.

Même s'il fait "que" 15% en 2007, cela veut dire qu'il aurait au moins autant sinon plus de votants qu'en 2002 (avec les projections de participation et du nombre d'inscrits). Si c'est ça que vous appelez "faire un faible score"...

alors tu n'as pas lu ce que j'ai dit, j'ai pas dit faible j'ai dit "peu epoustoufflant", et j'ai mis ça en comparaison des 20% que je prédis pour les candidats de tête...

J'ai retrouvé mes amis imaginaires sur copains d'avant

103

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Narval a écrit:

C'est degueulasse, c'est l'inverse d'un vrai pari.
Si la minorité perd, elle paie une bière par personne, donc a lot. Si elle gagne, les autres lui offre généreusement une demi-bière par perdant.

J'ajoute :
Que Nonna, Eden, Gloumon, je ne sais pas qui c'est je ne leur offre strictement rien.
Toast, je ne l'ai pas vu s'exprimer sur ce thread. Je veux bien le numéro de post.

alors je dis que ce n'est pas très fair play ni très sympa...

J'ai retrouvé mes amis imaginaires sur copains d'avant

104

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

DVC BP les ivrognes, les cocus, les métallos, les ratés, les nostalgiques de l'Algérie française, de l'Afrique à Papa, de la LVF, les cocus du communisme... :

IPSOS a écrit:

A 13,5%, JM. Le Pen reste à distance du trio de tête. On n'a pas enregistré comme en 2002 de poussée de l'électorat frontiste. Avec une qualification qui devrait se jouer au-dessus des 20%, sa place en finale constiturait cette fois une surprise.

Parce que la dernière fois, ce n'était pas une une surprise ???????

http://www.ipsos.fr/CanalIpsos/articles … p?rubId=19

105

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Non, la dernière fois la surprise, c'était l'effondrement de L. Jospin qui avait perdu 7% entre 1995 et 2002, alors que Le Pen avait "seulement" gagné 1,88%. Le Pen est stable depuis 1988 autour de 15-16%. Faut mieux lire les résultats d'élections...

106

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Alexandre Adler a écrit:

DVC BP les ivrognes, les cocus, les métallos, les ratés, les nostalgiques de l'Algérie française, de l'Afrique à Papa, de la LVF, les cocus du communisme... :

IPSOS a écrit:

A 13,5%, JM. Le Pen reste à distance du trio de tête. On n'a pas enregistré comme en 2002 de poussée de l'électorat frontiste. Avec une qualification qui devrait se jouer au-dessus des 20%, sa place en finale constiturait cette fois une surprise.

Parce que la dernière fois, ce n'était pas une une surprise ???????

http://www.ipsos.fr/CanalIpsos/articles … p?rubId=19

tu dois pas avoir beaucoup d'amour-propre pour prendre un pseudo aussi pourri qu'Alexandre Adler

If it moves, tax it. If it keeps moving, regulate it. And if it stops moving, subsidize it.

« A quoi bon détruire les dictateurs si l’on continue, sous prétexte de discipline sociale et pour faciliter la tâche des gouvernements, à former des êtres faits pour vivre en troupeaux ? Ce ne sont pas les dictateurs qui font les dictatures, ce sont les troupeaux »

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Je crois que le Mr faisait référence à un propos d'Alexandre Adler tenus dans les Matins de France Culture il y a quelques jours :
http://www.radiofrance.fr/chaines/franc … ns/matins/

108

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

ça n'excuse rien smile (et d'ailleurs je parlais pas du fond du message)

If it moves, tax it. If it keeps moving, regulate it. And if it stops moving, subsidize it.

« A quoi bon détruire les dictateurs si l’on continue, sous prétexte de discipline sociale et pour faciliter la tâche des gouvernements, à former des êtres faits pour vivre en troupeaux ? Ce ne sont pas les dictateurs qui font les dictatures, ce sont les troupeaux »

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Ok ok. Je n'ai pas l'email d'Alexandre Adler mais il recoit les emails envoyés à France Culture ( mediateur@radiofrance.com ) si tu veux défendre l'électorat de ton candidat préféré.

110

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

mon candidat préféré? cher ami, je ne vote pas aux élections, donc je n'ai pas de candidat préféré. Je me contente uniquement de corriger ceux qui sur ce forum pratiquent la diffamation et la reduction ad hitlerum, en toute impunité

If it moves, tax it. If it keeps moving, regulate it. And if it stops moving, subsidize it.

« A quoi bon détruire les dictateurs si l’on continue, sous prétexte de discipline sociale et pour faciliter la tâche des gouvernements, à former des êtres faits pour vivre en troupeaux ? Ce ne sont pas les dictateurs qui font les dictatures, ce sont les troupeaux »

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Je me contente de défendre l'amour propre d'Alexandre Adler.

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

1david a écrit:
Sedric a écrit:

A coup de raisonnements boîteux, de conjectures foireuses, d'analyses vaseuses et autres déductions / parallèles fumeux, vous prétendez savoir si JMLP sera ou ne sera pas au second tour.

science-po?

tu parles, ca se branle la nouille sur des sondages bidons (40% d'indecis + 10% qui refusent de repondre ca fait des brillants echantillons...)
au lieu de parler des fondamentaux.

Le Pen a raison vous etes des minable science politicard et moi je dirais science politiciens.

Le Pen, il dit quoi des sous-merdes dans ton genre, hein, David?

^^

Sur les cinq fils le ciel tombe ; on est dans la rue, la lumière d'octobre décline, les arbres bougent, les feuilles d'or volent dans le rythme simple du vent.  Ce sont des gemmes sous les pieds. On retient les chapeaux avec la main, les éclats noirs descendent à fond de train la pente. On traverse Paris, sept fois une étoile apparaît dans la Grand Ourse, on est à l'Académie d'absinthe.

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

1david a écrit:
B. comme Bouh a écrit:

Oui ben Emmanuel Todd et les questions de commerce international ça fait deux.

explicite.


"Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière"

wishful thinking mon canard

Mon con, viens montrer tes couilles ici en postant tes arguments ou en affichant clairement ton soutien à Jean-Marie et la photo de ton pin's FN clignotant.


Tu as raté le concours de Sc Po ? tu es frustré que ton candidat n'aille pas au 2e tour comme la dernière fois ?

Last edited by Free French (21-04-2007 11:39:19)

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Rappel mais ne vendons pas la peau de l'Ours breton a écrit:

Les camps :
- Drac
- Necrid
- Narval
- tous les socialos qui n'ont que cet argument pour que Ségo arrive au 2e tour : Alcibiade, son copain naïf à lunettes (Antoine ?), Yep, fabb, Pierre L

parient Le Pen a plus de 16,8 % (score de 2002)

- Fred
- Toast
- Nonna M
- Eden
- gloumon
- votre serviteur
parient sur Le Pen a moins de 16,8 %

- Steff tu es où ?
(ne triche pas stp)

Monsieur P. a écrit:

En tout cas, l'idée d'un Le Pen au 2nd tour s'éloigne. (Je sais, FF l'a déjà dit mais je confirme...)

Last edited by Free French (22-04-2007 11:32:43)

115

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

faites pêter le dîner smile

J'ai retrouvé mes amis imaginaires sur copains d'avant

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

For sure wink On se connaît en plus wink

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

117

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

ah bon qui es tu?

J'ai retrouvé mes amis imaginaires sur copains d'avant

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

mail envoyé wink

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Drac
Necrid
Narval
Alcibiade
son copain naïf à lunettes (Antoine ?),
Yep,
fabb,
Pierre L


Organisez vous (Facebook, Google Doc) en fonction des disponibilités des vainqueurs :


Fred
Toast
Nonna Mayer
Eden
gloumon
Monsieur P
votre serviteur

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Jean-Marie Le Pen prédit des lendemains qui déchantent
22.04.07 | 23h26

Par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Jean-Marie Le Pen essuie son premier grand recul depuis 1988, début d'une ascension qui l'avait vu se qualifier en 2002 pour le second tour aux dépens du candidat socialiste.

Le président du Front national, crédité de 10,8% à 11,5% selon les estimations des instituts de sondage, arrive en quatrième position derrière le centriste François Bayrou.

"Je crains que les Français n'aient été abusés et je leur prédis avec tristesse des lendemains qui déchantent", a-t-il lancé devant ses partisans.

Le dirigeant du FN, qui conserve une capacité de nuisance, selon l'expression de ses adversaires, détient une partie de la clé du second tour pour le président de l'UMP, qui n'a cessé de courtiser les électeurs frontistes.

Il a confirmé qu'il préciserait sa position pour le second tour le 1er mai, lors du traditionnel défilé du FN en l'honneur de Jeanne d'Arc, à Paris.

Louis Alliot, secrétaire général du FN, a laissé entendre sur France 2 qu'il serait difficile pour son parti d'appeler à voter "pour l'un ou l'autre des candidats" du second tour, qui ont "une même vision de l'avenir, celle de l'Europe de Bruxelles."

Prié de dire si Jean-Marie Le Pen pourrait préconiser l'abstention, il a répété qu'une décision serait annoncée le 1er mai.

"Dans quelques jours, François Bayrou se vendra au plus offrant mais les électeurs du Front national ne se vendront à personne", a renchéri Marine Le Pen, vice-présidente, sur TF1.

Parti à 0,75% pour son premier scrutin présidentiel en 1974, Jean-Marie Le Pen avait obtenu 14,37% en 1988, 15% en 1995 et 16,86% en 2002.

"Je déplore que beaucoup d'électeurs proches des idées de la droite nationale aient commis l'erreur de faire confiance à monsieur Sarkozy, qui ne pourra que les décevoir", a déclaré pour sa part Bruno Mégret, président du Mouvement national républicain (MNR), qui soutenait le candidat FN.

Marine Le Pen a nié que le FN ait subi "un coup d'arrêt." "Le Front national est plus que jamais nécessaire, il reste la seule grande force d'opposition", a-t-elle déclaré.

BATAILLE DES IDEES

Jean-Marie Le Pen a tenté de minimiser son échec en revendiquant une victoire sur le terrain des idées.

"Nous avons gagné la bataille des idées, la nation et le patriotisme, l'immigration et l'insécurité ont été mis au coeur de la campagne par des adversaires qui, hier encore, écartaient ces notions d'un air dégoûté", a-t-il dit.

En dépit de ses rodomontades, le président du FN, qui aura 79 ans en juin, semblait avoir anticipé depuis plusieurs semaines sa défaite, au terme d'une campagne marquée par son âpre concurrence et des convergences avec Nicolas Sarkozy.

Cherchant à desserrer le "cordon sanitaire" placé par les partis institutionnels autour du FN depuis les élections régionales de 1998, Jean-Marie Le Pen a tout d'abord mené une campagne de "père tranquille" axée essentiellement sur les médias, en duo avec sa fille Marine.

Satisfait de voir Nicolas Sarkozy et, dans une moindre mesure, Ségolène Royal reprendre certains de ses thèmes de campagne, en particulier sur le patriotisme, il pensait avoir gagné au fil de la campagne en crédibilité, allant jusqu'à évoquer un rapprochement avec l'UMP.

"Monsieur Sarkozy est quelqu'un avec qui l'on peut parler", assurait-il par opposition à Jacques Chirac, dont il dénonçait la "haine viscérale" à son encontre.

Toutefois, le pas de deux Le Pen/Sarkozy a tourné court quand le président de l'UMP a rabroué son lieutenant Brice Hortefeux, qui venait d'évoquer la possible introduction d'une dose de proportionnelle aux législatives.

Tandis que la gauche en profitait pour brandir à nouveau le danger Le Pen et remobiliser son électorat, le dirigeant du FN a pris tardivement conscience de l'attraction exercée par Nicolas Sarkozy sur son électorat.

Pour tenter de décrédibiliser son adversaire, Jean-Marie Le Pen s'est d'abord rendu sur la dalle d'Argenteuil, lieu symbolique de la banlieue parisienne où, selon lui, l'ex-ministre de l'Intérieur n'ose plus se rendre.

Puis il s'en est ensuite pris aux origines étrangères - hongroise et grecque - de Nicolas Sarkozy, jugeant qu'il était disqualifié d'un point de vue moral pour briguer l'Elysée, et a multiplié les allusions sur les relations au sein du couple du candidat UMP.

La virulence de ces attaques lui a valu d'être désavoué par 70% des Français, selon un sondage Opinion Way pour Le Figaro et LCI.

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

En nombre de voix, il perd beaucoup ou c'est surtout lié à la participation ?

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Il perd bcp bcp bcp.

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

En nombre de voix, non. Il perd 300-400 000 voix.

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Attendons les chiffres définitifs mais quand même.

Surtout que depuis que les Européennes sont régionalisées, c'en est fini de JMLP (qui n'a pas l'air mécontent 'être à la retraite ce soir, il a dansé comme un coq).

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

LA VIDEO ! LA VIDEO ! Allez, je veux rire moi aussi...

Dinde forever

126

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Necrid_Master a écrit:

En nombre de voix, non. Il perd 300-400 000 voix.

Tu es sûr? Il me semble qu'il a plutôt perdu entre 700.000 et 1.000.000 (si je prends la participation annoncée par Le Monde de 38millions en 2007, 29 millions en 2002)

C'est une défaite cuisante: non seulement il est en chute libre dans les pourcentages, mais en plus il perd des voix en chiffres absolus. Ca veut dire qu'il n'a pas réussi à mobiliser tous ces nouveaux électeurs, jeunes ou pas, donc qu'il n'a pas un réservoir de voix contrairement aux autres. Il a épuisé tout son potentiel électoral.

Last edited by Fred (22-04-2007 23:58:07)

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Il part en retraite, Marine va se faire laminer au sein du parti, bref, on va avoir la paix avec le FN.

Et Sarkozy est content big_smile

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Enfin la paix...

129

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Elessar a écrit:

Il part en retraite, Marine va se faire laminer au sein du parti, bref, on va avoir la paix avec le FN.

Et Sarkozy est content big_smile

Attention quand-même, même si le FN recule, même si ç'a l'air d'un vrai retournement, j'attendrai 2012 pour les enterrer.

En tout cas avec des scores aussi calamiteux même dans quelques fiefs historiques, ils n'arbitreront pas les législatives.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Fred a écrit:
Necrid_Master a écrit:

En nombre de voix, non. Il perd 300-400 000 voix.

Tu es sûr? Il me semble qu'il a plutôt perdu entre 700.000 et 1.000.000 (si je prends la participation annoncée par Le Monde de 38millions en 2007, 29 millions en 2002)

C'est une défaite cuisante: non seulement il est en chute libre dans les pourcentages, mais en plus il perd des voix en chiffres absolus. Ca veut dire qu'il n'a pas réussi à mobiliser tous ces nouveaux électeurs, jeunes ou pas, donc qu'il n'a pas un réservoir de voix contrairement aux autres. Il a épuisé tout son potentiel électoral.

Tu te fondes sur l'électorat FN ou sur l'électorat FN + MNR ? Selon mes calculs, Le Pen 2007 = 44.5 x 0.85 x 0.11 = 4.16075, soit -0.6.

Last edited by Necrid_Master (23-04-2007 00:09:57)

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

2002
Jean-Marie Le Pen Front national 4 804 713

Bruno Mégret Mouvement national républicain 667 026 2,34%


2007 : score de Villiers ?

132

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Bah en se fondant sur Le Pen uniquement: 4.100.000 en 2007 contre 16,86% x 29.000.000 = 4.900.000 en 2002, soit delta = 800.000

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Sois précise quand même :

4.804713 - 4.160750 = 0.643963.

Sinon
scores de Bastia : (avec abstention 24.59) => Le Pen 17.08
scores d'Ajaccio : (avec abstention 25.1) => Le Pen 17.69

Last edited by Necrid_Master (23-04-2007 00:15:37)

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Merci Necrid. Sans vouloir chipoter tu oublies les 667 026 de Naboléon le puputchiste.

Toujours pas le nombre de voix de De Villiers définitif pour mettre tour le monde d'accord ?

135

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

France info, il y a deux secondes; Le Pen perd un million de voix.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

136

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Il est désormais à 10,6%

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

mami a écrit:

France info, il y a deux secondes; Le Pen perd un million de voix.

Entendu aussi, estimation à la louche (je fais plus confiance à toast et Necrid mais Necrid a pris un facteur 0.11 et non 0.106).

Last edited by Free French (23-04-2007 00:20:45)

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Bon. Je materai les journaux demain. Enfin, cette élection est très bizarre. Se fonder sur une élection par défaut pour annoncer la fin d'un parti me semble très rapide. Si la chose se confirme aux législatives, je pourrai acquiescer. Mais là...

@ FF : problème de De Villiers... : J'ai un De Villiers à 44.508024 x 0.8459 x 0.025 = 941 233 voix...

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

139

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Fred a écrit:
Necrid_Master a écrit:

En nombre de voix, non. Il perd 300-400 000 voix.

Tu es sûr? Il me semble qu'il a plutôt perdu entre 700.000 et 1.000.000 (si je prends la participation annoncée par Le Monde de 38millions en 2007, 29 millions en 2002)

C'est une défaite cuisante: non seulement il est en chute libre dans les pourcentages, mais en plus il perd des voix en chiffres absolus. Ca veut dire qu'il n'a pas réussi à mobiliser tous ces nouveaux électeurs, jeunes ou pas, donc qu'il n'a pas un réservoir de voix contrairement aux autres. Il a épuisé tout son potentiel électoral.

Non, c'est encore plus élevé, on est à 1 million 300 000 voix de perdues. J'ai posté le calcul ailleurs, et encore j'ai utilisé le bas de la fourchette des inscrits (update : les journaux donnent 1 million parce que c'est rond mais ils oublient 600 000 mégrétistes en 2002).

Mécaniquement, cela signifie que c'était visible depuis longtemps, car il est statistiquement impossible que ce changement ait eu lieu sans que des militants rendent leur carte, sans que les salles désemplissent, même marginalement.

C'est le premier vote saturé de la Cinquième depuis son vote référedaire initial, on connaît à présent la composition de l'électorat français avec une précision extrême. Il n'y a plus de mystère des abstentionnistes, le réservoir de voix potentiel que cela pouvait représenter s'est exprimé. C'est vrai pour toute la classe politique, on ne peut plus faire le pari que les abstentionnistes viendront rallier tel ou tel parti, toutes les cartes sont sur la table, et dans cette mesure c'est un vote décisif.

C'en est aussi un pour son message principal, le glissement off center de l'électorat vers la droite, et l'absorption du pool idéologique du FN par une nouvelle droite dure qui sera l'équivalence fonctionnelle de Margaret Thatcher, George Bush ou Ronald Reagan en France : neoclassical economics + law and order.

C'est exactement le coup de Mitterrand en 1981, le parti est gagné par l'aile, sauf qu'en 1981 Mitterrand n'a pas besoin d'insister, il donne juste quelques entretiens télévisés sur la possession des forces de production par le salariat (cf. le reportage de Jean Lacouture) et la conjoncture fait le reste. En 1981, Solidarnosc en Pologne et la contradiction impérialiste en Afghanistan ont fait le reste du boulot, et en particulier l'interview télévisée de George Marchais approuvant depuis Moscou (!) la prise de Kaboul par les soviétiques. C'est aussi à cette élection que l'extrême-gauche invente le vote utile pour justifier la baisse du PCF ; or les voix perdues en 1981 ne lui reviendront jamais (update : ce que l'on appelle l'effet-Kaboul).

En 2007, Sarkozy a le contexte contre lui : la gare du Nord fait écho aux banlieues de novembre 2005 et donne raison à Le Pen sur toute la ligne ("trois millions de chômeurs, trois millions d'immigrés qui foutent la merde sans payer en profitant de tout sans rien donner à la France qu'il faudra qu'ils aiment ou qu'ils quittent"). Mais il a un coup de génie : un intitulé de ministère, le couple "immigration et identité nationale", perçu comme "un problème et sa solution", et qui incorpore la xénophobie indolente "à la française" dans la nouvelle "droite de droite". L'antisémitisme a longtemps vécu sur le même mécanisme.

Les totaux TD/TG n'ont pas bougé depuis 2002 si l'on sort Bayrou, qui a pris à parts égales dans chaque camp. C'est spéculatif, comme les sondages qui disent autre chose et qui restent des intentions de vote. Les reports FN->UMP ont joué à plein, c'est tout bonnement hallucinant, ça veut dire que Sarkozy a vu juste en jugeant qu'il y avait un créneau vendeur entre Chirac et Le Pen. Évidemment les électeurs de Sarkozy sur critères traditionnels (économie, chômage, fiscalité pour la branche DL) doivent maintenant apprendre à cohabiter avec les électeurs qui ont voté pour lui avec pour priorité "immigration" et "sécurité", qui estiment qu'il y a trop d'Arabes en France et qui sont pour la suppression de l'AME, qui entérinent l'inégalité des droits civiques et sociaux (terreau idéologique de la nouvelle droite), qui ont apprécié la sortie "pédophilie génétique" et que le "racolage passif" et la surpopulation carcérale ne gênent pas plus que ça, qui soutiennent les lois de sécurité intérieure, et qui votaient non en 2005 au TCE.

Désolé c'est un peu long, j'ai essayé de résumer pourtant. En tout cas c'est spectaculaire car un pan complet des idées qui résidaient à l'extérieur du système politique dans un parti hors-système viennent d'être absorbées à droite, avec par conséquent une translation du centre de gravité de ce côté.

JMLP sort, ses idées rentrent.

Last edited by toast (23-04-2007 23:32:48)

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

140

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

toast a écrit:

C'en est aussi un pour son message principal, le glissement off center de l'électorat vers la droite, et l'absorption du pool idéologique du FN par une nouvelle droite dure qui sera l'équivalence fonctionnelle de Margaret Thatcher, George Bush ou Ronald Reagan en France : neoclassical economics + law and order.

Rien de bien intéressant à ajouter à cela, juste un +1.
C'est bien pour cela que Sarkozy est inquiétant aujourd'hui (et déjà hier). Reste à voir comment la cohabitation entre droite "libérale" et droite dure vont cohabiter. M'est avis que le "gouffre" idéologique n'est pas insurmontable.

Les reports FN->UMP ont joué à plein, c'est tout bonnement hallucinant, ça veut dire que Sarkozy a vu juste en jugeant qu'il y avait un créneau vendeur entre Chirac et Le Pen. Évidemment les électeurs de Sarkozy sur critères traditionnels (économie, chômage, fiscalité pour la branche DL) doivent maintenant apprendre à cohabiter avec les électeurs qui ont voté pour lui avec pour priorité "immigration" et "sécurité", qui sont pour la suppression de l'AME, qui entérinent l'inégalité des droits civiques et sociaux (terreau idéologique de la nouvelle droite), qui ont apprécié la sortie "pédophilie génétique" et qui votaient non en 2005 au TCE.

Désolé c'est un peu long, j'ai essayé de résumer pourtant. En tout cas c'est spectaculaire car un pan complet des idées qui résidaient à l'extérieur du système politique dans un parti hors-système viennent d'être absorbées à droite, avec par conséquent une translation du centre de gravité de ce côté.

JMLP sort, ses idées rentrent.

Là non plus, l'analyse semble imparable et motive vraiment pour le coup de faire la campagne à fond pour l'entre-deux-tours.

http://unefiep2009.wordpress.com/

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Là oui, je suis d'accord. Mais comment expliquer la baisse de l'EG qui aurait dû profiter du basculement de tout le spectre politique à droite ?

Question connexe : à terme, tu vois un bipartisme à la française ?

Last edited by Necrid_Master (23-04-2007 00:48:26)

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

142

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Necrid_Master a écrit:

Là oui, je suis d'accord. Mais comment expliquer la baisse de l'EG qui aurait dû profiter du basculement de tout le spectre politique à droite ?

M'est avis que le "vote utile" a marché à plein, une partie du vote CSP moyen + pour Besancenot/Laguiller a dû se retrouver sur un vote "Royal pas convaincu mais pour lutter contre Sarko/ED". Je l'ai beaucoup entendu cette semaine.
Enfin, la baisse de l'EG n'est pas non plus énorme à première vue, il faut voir plus en détail mais là.

http://unefiep2009.wordpress.com/

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Ce que je voulais dire, c'est que si l'UMP bascule à droite et que le PS se droitise, il y a un espace vide à gauche du PS, non ?

Edit : en fait non, j'avais oublié l'UDF. En fait le PS, avec le vote utile, prend à sa gauche ce qu'il perd sur sa droite du fait de l'UDF.

Last edited by Necrid_Master (23-04-2007 00:52:06)

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Necrid_Master a écrit:

Là oui, je suis d'accord. Mais comment expliquer la baisse de l'EG qui aurait dû profiter du basculement de tout le spectre politique à droite ?

Leur bordel, les fausses promesses de 2005 ("votez non pour avoir une meilleure Europe"...)
+ des raisons propores à chaque candidat :
- les votants 2002 de Besancenot ont voté utile Ségo
- Arlette est blacklistée "politicienne du pire" depuis le 22 avril 2002
- Marie Georges est plombée par le PCF

Le seule score bizarre / décevant est celui de Bové.

Idem pour la catastrophe Voynet qui a oublié que Les Verts était un "one issue party" (et qui paye le gauchisme des adhérents, Cochet, Mamère, Benhamias...).


Necrid_Master a écrit:

Question connexe : à terme, tu vois un bipartisme à la française ?

Il existe de facto avec le mode de la Ve.

Si la proportionnelle ou une dose est adoptée (promesse de Ségo et cartouche de Sarko pour attirer l'UDF), non.

Last edited by Free French (23-04-2007 00:53:26)

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Non non, je me suis répondu. Il y a une question de vote utile qui d'ailleurs n'apparaît pas dans l'analyse de toast. C'est dommage car ça se tient sinon.

Sur le système bipartisan, je pensais beaucoup plus à une phagocytose du FN par l'UMP et de la LCR par le PS... Soit à terme deux gros partis...

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Necrid_Master a écrit:

Edit : en fait non, j'avais oublié l'UDF. En fait le PS, avec le vote utile, prend à sa gauche ce qu'il perd sur sa droite du fait de l'UDF.

Analyse d'Olivier Duhamel : il vaut mieux pour le PS gagner la moitié des votes UDF voire plus (19/2 = 9,5) que compter sur les gauchistes qui ne voteront pas le 6 mai (et dont le Total ED n'est que de ~9 %).

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Je parle du premier tour et non du second. Mais je rejoins Duhamel : Royal va chercher à séduire les électeurs de Bayrou et non les alter-gauchos.

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Necrid_Master a écrit:

Royal va chercher à séduire les électeurs de Bayrou et non les alter-gauchos.

A mon avis elle aurait un peu de mal à séduire les alter gauchos comme tu dis...

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

A qui le dis-tu... wink

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

150

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

2007, EG=4 450 802 (.10*44.5)
2002, EG=3 933 773

Perte sèche de 500 000 électeurs, ce qui n'est pas tant que ca pour un gros vote utile. Je me passe la vidéo d'Arlette sur TF1 appelant à voter Royal en boucle, c'est la plus drôle de la soirée avec Le Pen qui crache à la gueule des Français qui ne tenaient apparemment pas à "rentrer dans l'espérance", enfin pas dans la sienne.

"Le seule score bizarre / décevant est celui de Bové." Ah bon ? Un candidat encore plus mauvais comédien que Royal, avec encore moins d'appuis partisans et un campaign manager qui sait à peine monter ses clips ?

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)