451

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Pour faire suite au post 448 :

Le Figaro - AFP a écrit:

Démission du maire d'Hénin-Beaumont

Le maire divers gauche d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) Daniel Duquenne a démissionné vendredi de son mandat de maire pour raisons de santé, a-t-on appris ce matin de source préfectorale.

M. Duquenne n'ayant toutefois pas quitté ses fonctions de conseiller municipal, les élus de la commune devront se réunir prochainement pour élire un nouveau maire, selon la même source.

M. Duquenne, qui avait été victime à l'automne d'un accident vasculaire cérébral, n'a pu être joint par l'AFP.
Dans un communiqué, le conseiller municipal Front national Steeve Briois, qui a déposé un recours contre M. Duquenne devant le Conseil d'Etat, affirme que l'élu avait appris par son avocat que le rapporteur public s'apprête à demander lundi son inéligibilité.

"Pour éviter de nouvelles élections, Duquenne s’est autoamnistié avant la décision du Conseil d’Etat", accuse M. Briois, qui va "saisir les autorités pour faire constater cette basse manouvre et annuler toutes les futures décisions de la majorité municipale".
M. Duquenne, élu avec plus de 52% des suffrages devant M. Briois au second tour en juillet 2009, était "chargé de mission" au conseil régional du Nord/Pas-de-Calais avec le grade de directeur territorial.

Or le code électoral déclare inéligibles "les directeurs généraux, directeurs, directeurs-adjoints, chefs de service et adjoints au chef de service (...) des conseils régionaux".

En première instance, le tribunal administratif de Lille avait rejeté les recours déposés par le FN et l'ancien maire socialiste Gérard Dalongeville.
Ce dernier avait été révoqué en mai de ses fonctions de maire après sa mise en examen dans une affaire de fausses factures présumées.
Dans un communiqué, Pierre Ferrari (PS), président de l'association "Un nouvel élan pour Hénin-Beaumont", a estimé que la démission du maire va "de nouveau plonger la ville dans un état d'instabilité".

Le PCF local a estimé que cette démission "ouvre une nouvelle période d'incertitudes à Hénin-Beaumont", soulignant que "depuis maintenant 13 mois, c'est le chaos à la tête de la ville, alimenté par l'attitude destructrice du Front National".

452

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Je poste cet article car je trouve, ce qui devient rare, que l'analyse est juste et pas du tout inintéressante. A lire du début à la fin :

Le Figaro a écrit:

Le Pen-Gollnisch : les dessous d'un duel

Depuis deux mois, ils se battent pour la présidence du FN. Au-delà de leurs tempéraments que tout oppose, ils incarnent deux avenirs possibles pour leur parti. Nous les avons suivis au cours de leur campagne auprès des militants.

Front contre front. La campagne interne du FN a fait éclater au grand jour les divergences majeures qui opposent ses leaders.

Il a acheté cette vieille bâtisse en prévision de son élection à la tête du parti, pour se rapprocher du Carré, le siège du Front national, situé à Nanterre. Dans cette maison des Yvelines encore à peine habitable, Bruno Gollnisch se dit qu'il est peut-être allé un peu vite en besogne. Il n'en montre rien, mais, dans sa cuisine à peine équipée, il a le blues. Nous sommes le vendredi 10 décembre. Le matin, il a découvert le bon score que Marine Le Pen a réalisé la veille lors de son passage à «A vous de juger». Avec 14,6 % de parts d'audience et plus de 3,3 millions de téléspectateurs, elle a fait mieux que François Fillon dans la même émission. Et dire que lui n'a eu droit qu'à quelques miettes de présence sur la télévision publique depuis le début de la campagne interne.

S'il n'y a avait que cela, il pourrait encore profiter de cette première journée de relâche, après deux mois à parcourir la France à raison de trois départements par jour, et se distraire en écoutant un de ces vieux airs de fado qu'il affectionne. Mais il sait que Marine Le Pen est le soir même sur ses terres, dans son fief lyonnais. Il connaît suffisamment la benjamine de la famille Le Pen pour savoir qu'elle est capable de tout.

Il a raison de se méfier. La vice-présidente du Front national prépare ses déplacements dans les fédérations avec la même attention, la même minutie que ses passages télévisés. Si sa stratégie de conquête du Front national repose en partie sur une écrasante présence médiatique, elle n'en dédaigne pas pour autant les détours auprès des militants. Et à Lyon, Marine est bien décidée à frapper un grand coup et à marquer des points auprès de ceux qui l'accusent de vouloir «ripoliner» le FN. Elle sait que Bruno Gollnisch s'agace auprès des adhérents de sa «trop grande perméabilité au politiquement correct»... Il va voir ce qu'il va voir.

Elle n'a jamais été aussi haut dans les sondages

Marine a soigné sa mise, choisi un tailleur-pantalon gris pour ne pas donner du grain à moudre à ceux qui jugent, avec une certaine sévérité, son look trop décontracté. Elle ne porte pas de croix en pendentif, comme lors de son déplacement à Saintes, en Charente-Maritime, un autre bastion de Gollnisch. Elle a préféré une étoffe rose qui pend le long de son cou. Elle n'a rien laissé au hasard, laïque jusqu'au bout des ongles pour l'occasion, bien décidée à marquer les esprits.

En comparant «les prières musulmanes sur la voie publique» à une «occupation», certes «sans blindés ni soldats», elle est persuadée qu'elle va faire basculer définitivement la campagne interne en sa faveur. D'ailleurs, les militants applaudissent à tour de bras, tandis que le système médiatico-politique s'emballe pour condamner ses propos. Marine n'en a cure. Au demeurant, elle pense pouvoir gagner sur tous les tableaux. Son dérapage est ultra-contrôlé. Elle sait que l'opinion, sur ce sujet précis d'un islamisme rampant, partage majoritairement son exaspération contre une classe politique qui va s'empresser de la diaboliser. Elle croit à l'efficacité maximale de sa provocation d'autant, pense-t-elle, que l'opinion jugera que ce n'est pas une transgression. C'est sur ce déni de la classe politique française que Marine compte. C'est sur ce vide, ce silence embarrassé de la droite et de la gauche que prospère la popularité de la fille Le Pen, qui enfonce des portes ouvertes. En même temps qu'elle s'assure un buzz médiatique, elle rassure les électeurs du FN.

Impuissant, Bruno Gollnisch ne peut que constater les dégâts. Il est piégé. Le voilà condamné à lui apporter son soutien. Ce qu'il ne manque pas de faire. L'universitaire ne peut que reconnaître l'habileté stratégique de la fille du président sortant. En secret, il conserve l'espoir que les militants se souviendront qu'en d'autres temps, alors qu'il avait tenu en 2004 des propos controversés sur les chambres à gaz, la vice-présidente du Front national avait préféré se taire. Mais tout cela est trop subtil quand Marine Le Pen joue les bulldozers.

Tout semble joué. Alors que les adhésions au Front national sont achevées et qu'a débuté le vote par correspondance pour élire un successeur à Jean-Marie Le Pen, il ne fait plus guère de doute que nombre de militants vont apporter leur suffrage à celle qui semble le plus à même de réaliser un bon score en 2012... quand bien même ils auraient davantage de sympathie pour celui qui incarne la fidélité absolue à la doctrine du FN et qui, longtemps, fut le dauphin désigné du vieux leader frontiste. Un sondage ne la donne-t-elle pas à 17 % d'intentions de vote en 2012? Jamais Jean-Marie Le Pen n'a connu un tel score à dix-huit mois de l'échéance. Les amis de Bruno Gollnisch, à de nombreuses reprises lors de ses déplacements, lui ont fait part de ce risque d'un «vote utile». Mais que peut-il y faire? Cet énième épisode, qui vient clore une campagne interne âpre, disputée, riche en coups bas et en intrigues, a peut-être scellé le destin de cet homme et de cette femme que tout oppose.

Car il y a longtemps que Marine Le Pen et Bruno Gollnisch louvoient dans le même parti, mais prennent un soin évident à s'éviter. Jusqu'à ce que Jean-Marie Le Pen apporte son soutien officiel à sa fille Marine et l'adoube en vue de sa succession, le président du Front national était le seul qui faisait véritablement le lien entre ces deux personnalités. Aujourd'hui, les ponts sont presque rompus. Certes, il leur arrive encore de se croiser, à Strasbourg ou à Bruxelles. Mais, depuis le début de la campagne interne, les échanges entre les deux candidats ont été extrêmement maigres. La dernière fois qu'ils se sont parlé au téléphone, c'était au lendemain de l'agression de Steeve Briois, l'un des lieutenants de Marine.

Bruno Gollnisch est tout sauf un dissident du Front national

L'heure était alors à l'apaisement et à la paix des braves, après des semaines de petites phrases assassines et de règlements de comptes dans les fédérations. Bruno Gollnisch a même convoqué une poignée de ses partisans au château de Gairoird, en marge d'une grande réunion de militants du Var, pour calmer ceux qui, parmi ses soutiens, demandaient la réintégration immédiate d'anciens du FN. Il a même tapé du poing sur la table, refusant d'endosser des habits qu'il s'est toujours refusé à porter, remettant à leur place les velléités de certains comploteurs. Par la même occasion, il en a déçu plus d'un, relançant l'idée qu'il n'est qu'un faire-valoir à la candidature de Marine. Mais Bruno Gollnisch est tout sauf un dissident. Il est en désaccord profond sur la stratégie de Marine, mais il préfère se taire plutôt que de prendre le risque de passer pour un félon. Alors il avale sans mot dire les couleuvres de ses anciens amis. Il subit les humiliations, les vexations de Jean-Marie Le Pen comme autant de camouflets, lui qui fut longtemps le dauphin désigné du chef et qui fut son directeur de campagne en 2002, lorsqu'il accéda au second tour de la présidentielle. Il fait même mine de ne pas s'apercevoir que les salles mises à sa disposition par certaines fédérations sont miteuses, que «la partie est biaisée», ainsi que le reconnaît à demi-mot son entourage. Officiellement, comme il le dit lui-même, il n'y a pas de tensions au FN, «juste des frictions inhérentes à toute compétition. Et encore, voyez les socialistes. Au Front national, ce n'est pas le congrès de Rennes!»

Marine, de son côté, rend coup pour coup. Certes, elle s'est habituée, comme elle dit, à «avaler chaque matin un bol de crapauds vivants», mais elle n'est pas prête pour autant à tendre l'autre joue. C'est comme cela, pense-t-elle, que se révèlent les chefs et qu'a toujours fonctionné son père. Au besoin, elle excommunie. Quand l'hebdomadaire Rivarol, à longueur d'articles et de numéros, fait preuve d'une violence inouïe à son égard, elle répond sur le même ton, dénonçant «les obsessionnels de la Shoah» qu'elle ne veut plus voir, pas même en marge du Front national. Elle n'entend pas «donner d'échos au radicalisme de quelques zozos», qu'elle qualifie de «bras cassés». Marine n'en peut plus de ces vieux combats d'arrière-garde de l'extrême droite. Elle aimerait définitivement tourner la page de la Seconde Guerre mondiale, de l'Algérie française... A 42 ans, elle a une envie dévorante de pouvoir et n'en peut plus de l'éternelle protestation à laquelle le FN est réduit depuis sa création. C'est pour cela qu'elle a fait de cette campagne interne un galop d'essai en vue de la présidentielle, quand son rival entend dissocier les deux échéances. C'est pour cela qu'elle se bat. Elle n'entend pas seulement poursuivre la lepénisation des esprits. Elle entend participer à la conquête du pouvoir. C'est pour cela qu'elle s'attache à être extrêmement présente dans les médias.

Bruno Gollnisch, lui, est dans le rêve, quand Marine est dans l'action. Il ne cherche pas l'efficacité immédiate. Au contraire, la vice-présidente du FN n'a que cette idée en tête. Quand elle se prend à rêver d'être invitée un jour chez Michel Drucker, elle imagine réunir sur le canapé rouge le leader suisse de l'UDC Oskar Freysinger, la pasionaria des animaux Brigitte Bardot, l'historien Aymeric Chauprade, l'économiste musulman Morad El Hattab, dont elle dévore les livres et les analyses, Malika Sorel, dont elle apprécie la liberté de pensée, et Gilbert Collard, histoire de parler politique, de débattre, de faire bouger les lignes, plutôt que de transformer ce rendez-vous en un divertissement.

Front national versus Front populaire

A la même question, Bruno Gollnisch rêve de pouvoir réunir ses copains d'enfance, Jean-Louis Borloo, avec qui il fut scout, Henri Proglio, qui fut aspirant dans la Marine avec lui. Il est dans l'anecdote et le souvenir. Pas dans l'action.

Les militants ont conscience que le Front national ne se remettrait pas d'une nouvelle crise après celle provoquée par la scission de Bruno Mégret. Il reste qu'entre Marine Le Pen et Bruno Gollnisch, ils se trouvent devant un choix stratégique qui ne relève pas seulement d'une opposition de styles. Leurs différences sont profondes. Sur l'Europe, l'euro, l'économie, leurs divergences sont presque irréconciliables. Bruno Gollnisch entend «rassembler, réunir et élargir la famille nationale». Marine vise un électorat plus large, bâtit son audience sur la dénonciation de la mondialisation plutôt que sur celle de l'immigration. Cela ne va pas sans dommages collatéraux, qu'elle assume.

Entre le rêve et l'action, le Front national de papa ou le Front populaire, il ne fait aujourd'hui plus l'ombre d'un doute que les adhérents du FN ont fait leur choix. Et, s'ils ne le font pas, note un adversaire de Marine, «l'absence de tout corps électoral connu laisse ouvertes toutes les manipulations, puisque seuls Jean-Marie Le Pen et sa fille connaissent à ce jour le nombre exact des militants».

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Je crois bien que c'est la première fois que je vois le seul nom de Le Pen pour parler de Marine Le Pen et non de son père (dans le titre). Les temps changent...

454

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

C'est l'AFP qui l'a annoncé ce soir : les journaux Minute et Rivarol se sont vu refuser leur acréditation au congrès du Front national. Jean-Marie Le Pen a justifié sa position par la volonté de ceux-ci "de nuire au parti". "Il y a des hostilités qui sont légitimes", a-t-il poursuivi, citant L'Humanité et Libération "mais quand il y a volonté de nuire, comme l'ont démontré Minute et Rivarol au cours de leurs derniers numéros... Leur hostilité n'est pas légitime".

Contacté par Infos-Bordeaux, Bruno Larebière (photo), rédacteur en chef de l'hebdomadaire Minute, "déplore cette punition". "Le Front national semble nous dénier le droit de faire notre travail. La ligne du journal a toujours été l'union des droites. Quand nous faisons des révélations sur un autre parti, il s'en réjouit, mais nous dénie le droit d'en faire sur lui". En cause les révélations de Minute sur le fonctionnement du Front national avec la publication d'un projet d'organigramme du futur FN dirigé par Marine Le Pen. Au téléphone, le bordelais Bruno Larebière nous confie que la véritable cause de cette mise à l'écart est sa révélation sur "Cotelec". "L'association de financement du Front national continuera a être dirigée par Jean-Marie Le Pen après le congrès".

Suite sur http://www.infos-bordeaux.fr/article-co … 12927.html

http://www.infos-bordeaux.fr/

455

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Sans grande surprise :

Le Figaro a écrit:

Marine Le Pen élue présidente du Front national

http://www.lefigaro.fr/medias/2011/01/14/fe1a3856-2029-11e0-93cb-46064d2b5a84.jpg

Marine Le Pen et son père en novembre 2010. Crédits photo : MIGUEL MEDINA/AFP

INFO LE FIGARO - La fille du président sortant l'emporte sur son concurrent Bruno Gollnisch à l'issue du vote interne des adhérents. Son élection fait d'elle la candidate naturelle du parti à l'Élysée en 2012.

C'est le couronnement d'une longue ambition. Marine Le Pen, que les adhérents du Front national viennent d'élire à leur tête, s'est préparée de longue date à succéder à son père. La jeune femme a définitivement basculé dans le grand bain de la politique le soir du second tour de la présidentielle de 2002. Alors que Jacques Chirac vient d'être réélu avec plus de 82% des voix face à Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen représente le FN sur les plateaux de télévision pendant la soirée électorale. A l'époque âgée de 31 ans et simple conseillère régionale, la troisième fille du leader frontiste défend son père bec et ongles. Intrigués, les journalistes s'intéressent à ce qui devient bientôt un phénomène médiatique : «Marine». Le grand public la découvre.

C'est une jeune femme de sa génération. Enfant de la télé, Marine Le Pen connaît par cœur plusieurs répliques des Bronzés. L'enfant inattendue de 68 - elle est née quelques semaines après la fin des barricades du Quartier latin- est incollable sur les lauréats de la Star Academy. Divorcée et mère, elle s'efforce d'assouplir certains points du programme du parti, comme l'opposition à l'avortement. Son aplomb, sa jeunesse et son nom en font vite une habituée des débats télévisés. La fille du président du FN évite avec soin toute accusation de racisme ou d'antisémitisme.

Stratégie de «dédiabolisation»

Et Marine Le Pen entreprend un effort de longue haleine pour tisser des relations courtoises avec les journalistes. La fille de Jean-Marie Le Pen brûle les étapes grâce à son père. Il la bombarde vice-présidente du FN dès avril 2003. L'année suivante, la voilà présidente du groupe FN au conseil régional d'Ile-de-France et député européen. Plusieurs figures du parti l'accusent d'être aussi autocrate que son père sans avoir sa légitimité et de vouloir transformer leur parti en un club de groupies. Ils sont poussés vers la sortie ou claquent d'eux-mêmes la porte. L'ascension de Marine Le Pen semble un moment remise en question par la contreperformance de son père lors de la présidentielle de 2007.

La stratégie de «dédiabolisation» qu'elle avait inlassablement poursuivie pour bonifier l'image de Jean-Marie Le Pen et élargir son audience paraît un échec. Mais la vice-présidente du FN se montre opiniâtre. «En pillant notre discours, Sarkozy nous a affaiblis, mais à moyen terme, c'est nous qui en sortirons renforcés : grâce à lui, nous avons, en grande partie, été dédiabolisés», affirme alors cette avocate de profession. Marine Le Pen poursuit son enracinement électoral dans le Nord-Pas-de-Calais. Et continue à avancer, sans états d'âme apparents, jusqu'au redressement du FN lors des régionales de 2010. En dépit de la popularité dont bénéficie Bruno Gollnisch dans le parti, les adhérents du FN ont été au diapason des sympathisants -qui la plébiscitaient dans les sondages- et l'ont portée à leur tête.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

456

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

J'adore le titre du thread, pour un forum d'étudiants de Sciences-po...

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

edit.

Last edited by Free French (15-01-2011 01:04:27)

458

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Cela dit, à sa date le titre était pas mal vu.

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Que fait la LICRA ?

[video (flash player not installed)]

« Hit me right in my white guilt »

460

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Ce weekend avait lieu à Tours le congrès du Front national, qui a consacré la victoire de Marine Le Pen face à Bruno Gollnisch. Plusieurs milliers de personnes étaient présentes, et parmi celles-ci, un des proches de l'imam de Bordeaux !

Détenteur d'une accréditation presse pour le bimensuel "Flash" (décrit par le spécialiste Jean-Yves Camus comme "l'organe de l'extrême droite altermondialiste"), Camel Bechikh (photo) n'est pas un inconnu. Proche de Tareq Oubrou, il est responsable des relations publiques du CBSP (Centre de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens), association proche des islamistes de l'UOIF, qui est placée sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada et des Etats-Unis ( ces pays lui reprochant de financer le Hamas) !

Suite sur http://www.infos-bordeaux.fr/article-un … 37791.html

http://www.infos-bordeaux.fr/

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Le vieux borgne commence à gagaiser.

“Condamnez-vous le communautarisme ?”,
“Savez-vous qu’il y a des villes en France qui sont déjà majoritairement étrangères ? Roubaix : 60 % d’immigrés maghrébins ! Une foule [qui] descendra sur les Champs-Elysées” à l’instar des peuples égyptien, tunisien et syrien. Et s’ils descendent les Champs-Elysées, ce ne sera pas pour faire joujou. Par exemple, ils veulent sodomiser le président. Ils se donnent ça comme objectif : arriver jusqu’à la grille du Coq, l’enfoncer, et ensuite « le » sabrer ? Je répète : qui les arrêtera ?"

Sa fille, probablement, après s'être fait violer par la foule basanée.
A quand l'exclusion du vieux borgne de son parti pour extremisme  lol

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Pamiers. Un militant du FN agressé par 20 jeunes

"L'homme aurait été visé en raison de son appartenance politique."

Oder so ähnlich.

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Une proposition pour expliquer la montée du FN: http://www.les4verites.com/Les-vraies-r … -3716.html

Oder so ähnlich.

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

AH ben personne n'y avait pensé tiens. "Si tant de gens votent FN c'est parce qu'il a raison". La vache, fallait aller la chercher celle là.

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Le Parlement européen a levé aujourd'hui l'immunité de l'élu du Front national Bruno Gollnisch, suite à une plainte pour "incitation à la haine raciale" visant des propos anti-islam tenus en 2008 par son groupe politique au Conseil régional de Rhône-Alpes.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/ … -levee.php

Oder so ähnlich.

466

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

L'écarrisseur attaque la vampire-mania, double jeu, silenzio, va vomir dans les bois, la porte est entrouverte, je suis la vache-à-lait  big_smile péperre tranquille qui s'écrase sur le pilone de Lousuelle, la comète de JMLP s'évaporera dans le ventre de MLP.

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeche/ … rants.html

Reuters a écrit:

Mais le Canard Enchaîné publie mercredi une affiche du réseau "France nationaliste" animé par [le candidat FN] Thierry Maillard où figure, outre la croix celtique chère aux nationalistes révolutionnaires, la photo d'un jeune adolescent blond empruntée à une affiche des jeunesses hitlériennes de 1939.

"C'est un graphiste qui a fait cette affiche, je ne savais pas à partir de quoi il avait fait la photo. Je n'ai jamais été nazi", affirme-t-il.

http://france-nationaliste.hautetfort.com/album/affiches_et_autocollants/1132677490.jpg

http://www.lehrerfreund.de/medien/geschichte/hitlerjugend/plakat-hitlerjugend-jugend-dient-dem-fuehrer.jpg

Oder so ähnlich.

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Far-right French nationalist Jean-Marie Le Pen had a homosexual experience with another politician, a new book reveals.
The revelation about the fiercely macho 84-year-old Roman Catholic will come as a huge shock to millions of National Front supporters who have voted for him over the years.
Le Pen, who came close to becoming president of France in the early 2000s, was said to have been close to Andre Labarerre, the former MP and mayor of Pau.

Labarerre claimed to have had a ‘tender initiation into pleasure between men’ with Mr Le Pen in the 1970s.
A decade later, Le Pen wrote a love letter to his special friend, saying: ‘In memory of our delicious moments spent together.’
Le Pen, in turn, denies any homosexual experiences, saying Mr Labarerre ‘fantasised’ about him.

The revelations are contained in 'Le Pen, a French Story' by investigative writers Pierre Pean and Philippe Cohen.

The book suggests that Le Pen is ‘no Mussolini’, saying that claims he tortured prisoners during the Algerian War for independence were a myth.
Instead, Mr Le Pen is portrayed as a poseur who never read had any interest in winning power – only hard cash.
‘His taste for money led him to become particularly interested in old people, often old women,’ says the book.

It alleges Le Pen got close to Solange Leonet, a 75-year old chemist from Sens, who handed him 12000 in notes at a party meeting in nearby Auxerre, Burgundy in 1984.
From then on Le Pen would ‘frequently travel to Sens to receive his brown envelope, or even gold bars towards the end of the chemist's life,’ often in a helicopter.
The book claims that while Mr Le Pen has stepped down as party leader, he continues to seek to ‘divide and rule’ by pitting his daughter Marine against his granddaughter Marion.
‘Seeing Marine moving out of his control, Le Pen decided to put Marion in her path,’ says the book.
Despite being a convicted racist and anti-Semite, Le Pen received a standing ovation at a World Jewish Congress in New York in 1987 after calling for the PLO office in Paris to be shut down, the book reveals.
Mr Pen was tonight on holiday in the Caribbean and unavailable for comment.

http://www.dailymail.co.uk/news/article … ician.html

Last edited by sabaidee (16-11-2012 19:35:31)

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Ce n'est pas étonnant que Le Pen soit un homo refoulé quand on voit la position de l'extrême-droite sur les droits des gays...

Première, deuxième, dixième génération!
on est tous des enfants d'immigrés!
toutes et tous descendants de réfugiés!

j'emmerde, j'emmerde j'emmerde le fhaine!

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

antifaf a écrit:

Ce n'est pas étonnant que Le Pen soit un homo refoulé quand on voit la position de l'extrême-droite sur les droits des gays...

Je me refuse à répondre aux élucubrations de ce brave pantin, mais celle-ci je veux la passer à la postérité!

Last edited by gustave (19-11-2012 08:28:30)

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

Le FN séduit de plus en plus d’homosexuels
Dans un mouvement général de droitisation du milieu LGBT, le Front national attire de plus en plus le vote gay. Selon une étude du Cevipof, environ 33% des couples gay mariés ont voté pour Marine Le Pen aux régionales de 2015 contre 28% du total de la population.

http://www.lesinrocks.com/2016/04/news/ … mosexuels/

« gnagnagnagna » (FDL)
« gnagnagna google gnagnagna » (Pierre-L)

Re: Le crépuscule de Jean-Marie Le Pen, faible score & fin de sa carrière

François Saint-Pierre a écrit:

La 17e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, la célèbre chambre de la presse, a rendu le 12 avril 2016 un jugement digne de ses annales. Elle a relaxé Arnaud Montebourg que Jean-Marie Le Pen poursuivait en diffamation pour avoir dit, au Grand Jury de RTL, peu avant les élections municipales de 2014 : « Moi, je n’oublie pas que le président d’honneur du Front national a fait, il y a quelques années, l’éloge de la Gestapo et de l’occupation allemande ».

http://www.dalloz-actualite.fr/chroniqu … historique

« gnagnagnagna » (FDL)
« gnagnagna google gnagnagna » (Pierre-L)