Topic: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Bonjour à tous !

Ceci est mon premier message sur le forum, je me présente en deux mots :

lycéen en Tle Littéraire à Munster (Alsace), qui souhaite intégrer un IEP l'année prochaine, si possible à Paris et qui est en conséquence en train d'essayer de se "faire une culture"...

C'est à propos de la dissertation de culture générale de l'examen d'entrée que je vous écris, car je ne sais pas à quoi, me référer pour me faire une idée concrète du niveau qu'il faut atteindre pour avoir une note passable le jour J.

En gros, je me demandais s'il serait possible de lire une dissertation de l'un de vous qui êtes admis, ou d'une quelconque annale à laquelle je n'aurais pas accès.

Un grand merci de la part d'un lycéen rêvant d'une vie sciencepoteuse à Paris !

"... des personnalités pas du tout alternatives..." Nathalie Kosciusko-Morizet

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Hmm... en fait, étant donné qu'on écrit la dissertation sur papier toussa toussa le jour du concours, je doute qu'on l'ait version électronique ! Enfin personnellement, non...

Il faut que ta copie de culture générale soit la plus riche en références, idées, exemples historiques, citations, qui viennent appuyer ta réflexion sur un sujet dont il faut dans les premières pages décortiquer et analyser chaque mot.

Enfin, pour le niveau, c'est un concours, donc il faut juste être le meilleur !

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

J'ai décidé d'être gentil ce soir, et je vais te copier une dissertation notée 17/20.
Je ne sais pas qui en est l'heureux propriétaire (qui devrait être en 3A en ce moment). C'est une dissertation "donnée en exemple" à ceux qui préparent Sciences Po avec la Documentation Française.
Bonne lecture.

Dissertation a écrit:

"Sujet : Qu’est-ce que faire preuve de courage politique ?

           

          Dans La République, Platon compare l’Etat à un navire. Toutes sortes d’individus
tentent de s’emparer du gouvernail et, une fois qu’ils le possèdent, ces hommes fêtent leur
victoire en buvant avec leurs complices, laissant ainsi le bateau dériver vers des récifs et
des roches. Le courage politique dans ce cas, est de prendre le gouvernail à ces criminels et
de tenter, face aux événements, de garder la route que l’on s’est fixé seul -dans une
autocratie- ou collectivement -dans une démocratie-. Faire preuve de courage politique,
c’est donc s’affirmer dans l’action, face au hasard et accepter de prendre des risques de
tous genres, le tout pour mener l’Etat et plus encore la société à bon port.
          Cependant, plus généralement, qu’est-ce que faire preuve de courage politique ?
Est-ce être un héros, ce qui tendrait à réserver le courage politique à quelques surhommes
isolés ou bien est-ce être un homme qui développe tout simplement ses capacités et
actualise son essence ?
          Le héros en politique semble au premier abord être celui qui fait preuve de courage
politique. Cependant, les risques que comporte cette définition amènent à redéfinir le
courage politique véritable.

           
          Le héros réussit à imposer ses choix, ses idées ou celles de son clan, face aux
événements et face aux autres. Il semble donc dans la politique-domaine, c'est-à-dire la
politique des hommes politiques et non celle des principes, être celui qui fait preuve d’un
réel courage politique. Ce héros prend ainsi des risques, fait face aux troubles et affirme sa
croyance en des idées.
          Le héros cornélien prend des risques véritables. Don Rodrigue doit choisir entre son
honneur et son amour. C’est le dilemme cornélien, que Le Cid met particulièrement en
avant.
Choisir Chimène, c’est renoncer à l’honneur familial, sali par un soufflet. Mais choisir son
honneur, c’est dire non à l’appel de son coeur. De même, le héros politique prend des
risques pour lui ainsi que pour les siens. L’empereur Napoléon Ier est parmi ses hommes au
pont d’Arcole. Il est parmi ses hommes encore lorsque ceux-ci sont malades, lors de la
campagne d’Egypte. Ce héros meurt seul, à Sainte-Hélène, en plein Atlantique. Le risque
était donc grand, mais le héros a su être là quand la France, en pleine Révolution, est
envahie de toutes parts par les monarchies inquiètes. Le héros prend donc des risques,
paye le prix de ses actes mais reconstruit son pays de l’intérieur, grâce au code civil et de
l’extérieur, en sauvant les frontières. Pour Goethe, Napoléon, c’est la « révolution
couronnée ». Le héros politique est donc capable d’imposer ses idéaux –l’égalité civile- au
prix de sa vie. C’est la raison pour laquelle Hegel estime dans La raison dans l’histoire que
ce sont les héros qui font avancer l’histoire vers sa fin, utilisés en cela par l’Esprit. Ainsi, le
héros serait l’élu qui va réaliser la nécessaire avancée vers la fin de l’histoire et l’égalité
civile des hommes. Le héros est donc courageux et réussit à imposer son idée du mieuxvivre
ensemble, c'est-à-dire son idée politique. En outre, ce héros qui est un surhomme
réussit à faire face aux troubles. Face à la tyrannie d’un Cromwell, il faut un héros capable
de mettre en place le « Léviathan » qu’appelle de ses voeux Thomas Hobbes dans le
Léviathan. « N’importe quel ordre vaut mieux que le désordre » est en somme le contenu de
l’ouvrage. Le surhomme doit donc être capable de se mettre au-dessus des troubles et
d’affirmer un ordre. Le courage politique dont il doit faire preuve s’affirme donc dans les
événements. C’est dans la contingence de la vie en société que se développe ce courage du
héros. Nicolas Machiavel exprime en outre dans Le Prince l’importance de la ruse et de la
force dont doit faire preuve le héros en politique. Le courage se fonde donc également sur
cette dimension particulière de l’homme qui est son rapport à l’autre. Le héros n’est
courageux que face à l’autre, à celui qui exprime des idées contraires aux siennes. Le héros
courageux prend donc des risques et s’affirme dans l’action comme le seul recours possible.
          Mais ce courage serait vide et n’aurait de sens s’il ne servait pas à affirmer des
idées, une vision du monde (Weltanschauung en allemand) et une conception du mieuxvivre
ensemble. Le surhomme cherche à imposer ce en quoi il croit, c’est ce qui fonde son
action et par là même signe son courage politique. A l’origine de ce courage, il y a donc une
croyance en des idéaux. Lorsque l’anabaptiste Thomas Münzer mène la révolte des paysans
en Saxe entre la fin du XVème siècle et le début du XVIème siècle, il a une croyance
véritable et sûre d’elle-même en ce pour quoi il agit. Il prend des risques et est même
exécuté pour avoir trop cru en son idéal. C’est donc un héros qui, semble-t-il, fait preuve
d’un authentique courage politique. De même, le cardinal de Retz, qui mène la Fronde au
milieu du XVIIème siècle, croit fermement en l’importance de la féodalité locale et des
parlements régionaux. Dans ses Mémoires, il démontre que la monarchie absolue telle que
la construisent Richelieu et Mazarin est une erreur profonde pour la France. Le cardinal de
Retz est donc un authentique héros, qui suit la pente de ses idées face aux dangers de
l’adversité. Tout comme la croyance religieuse qui ne doute pas d’elle-même, la croyance
politique est le socle sur lequel s’érige le courage politique. Face aux oppositions et aux
idées contradictoires, le héros poursuit son chemin.


          Le courage politique du héros est donc triple : c’est une prise de risque, face aux
troubles et afin d’affirmer une croyance. Cependant, n’y-a-t-il pas là un risque grave qu’il
convient d’écarter ?


          En effet, un héros défini de la sorte fait preuve d’un courage dangereux. Le véritable
héros ou surhomme a une croyance en des idées qui ne doutent pas d’elles-mêmes. Il
confond facilement croyance et vérité. Le risque est donc d’agir par conviction, sans
mesurer la portée de ses actes. Cela amène à redéfinir le courage politique.
          La véritable croyance est celle qui doute d’elle-même. C’est le déséquilibre entre la
croyance profonde et le doute qui fait la richesse de cette dernière. En religion, le credo et le
culte sont des manières de jouer avec le doute, de mêler notre croyance à des remises en
cause. C’est bien le doute qui fait la richesse de la foi de ceux qui croient. Quel
investissement personnel l’humain engage-t-il face à la vérité ? Aucun. Il n’est nul besoin de
se réunir chaque dimanche pour réaffirmer que deux et deux font quatre. Si l’existence de
Dieu était démontrée et admise comme une vérité, la croyance disparaîtrait à l’instant.
Il en va de même au niveau politique. Ce qui fait la richesse d’un mouvement d’idées, c’est
la possibilité de douter de sa véracité. Toute dérive de la croyance vers la vérité est un
danger pour la politique et par là même pour la société. Dès que la croyance en ses idées
ne doute plus, elle devient une idéologie, allusion-illusion au réel, comme le définit Althusser.
En effet, l’idéologie croit être vérité mais n’est en fait qu’une approche partielle et illusoire.
La lutte des classes ou encore la supériorité de la race aryenne –si tant est qu’elle existesont
des croyances certaines d’elles-mêmes. Aucun doute n’est possible. Or, ces idéologies
nées au XIXème siècle puis réutilisées à leur insu au cours du XXème siècle sont au coeur
des totalitarismes qui nient l’humanité des hommes en ne recherchant pas le développement
de leurs qualités. Ce premier point montre le risque pour la société d’être menée par un
héros qui croit en son idéal. Ensuite, le surhomme défini plus haut agit par conviction et ne
pense que trop peu aux conséquences de ses actes. Est-ce une attitude responsable ? Estce
vraiment courageux de ne pas affronter ses erreurs ? Max Weber distingue en effet dans
Le savant et le politique deux éthiques de l’action politique. Tout d’abord, certains agissent
selon une éthique de conviction. Ceux-là sont certains d’eux-mêmes et si l’objectif à
atteindre ne l’est pas, ce ne peut être dû qu’à une mauvaise application de leurs ordres.
Ainsi, Staline poussait indirectement son administration à truquer les recensements afin que
ceux-ci correspondent aux objectifs fixés par lui-même. Au contraire, l’homme qui agit selon
une éthique de responsabilité accepte de répondre des conséquences prévisibles de ses
actes; en démocratie, la motion de censure est le meilleur moyen exemple de cette
responsabilité vis-à-vis du peuple souverain. Ici encore, le courage politique de celui qui
impose ses idées contre tous comporte le risque de ne plus douter de lui-même. Dans Les
sentiers de la gloire (Paths of glory), Stanley Kubrick montre que des hommes sûrs d’euxmêmes
peuvent envoyer des dizaines d’autres à la mort. Le film se déroule dans les
tranchées, durant la Première mondiale. Les généraux Mireau et Broulard décident, dans un
ravissant château, richement décoré et transformé en quartier général, d’envoyer les
hommes prendre un objectif impossible à atteindre, « la fourmilière ». Ici, les généraux
agissent par conviction, sans se soucier de l’application de leurs plans dans le réel. Il ne
semble plus que l’on puisse parler de courage ici. Une redéfinition est donc nécessaire, face
à ces nombreux risques qui dénaturent l’action politique et donc le courage politique. Il faut
alors distinguer le courage en politique du courage politique. Le héros, qui prend des
risques, s’affirme, face aux troubles et croit en des idéaux ne fait pas preuve de courage
politique mais, en fait, de courage en politique. Le héros importe de la mythologie dans le
champ politique. Il s’agit alors de courage en politique et non de courage politique véritable.
Cependant, la politique étant ce qui englobe toute une communauté d’hommes, elle ne peut
se résoudre à accepter un héroïsme partiel, conquis grâce aux armes par exemple. Le héros
militaire ne l’est que dans son domaine. Le politique, de par la richesse de son essence ne
saurait accepter de héros au sens quasi surnaturel du terme.
Toute tentative de créer des héros en politique est donc dangereuse. Le héros de Verdun
était certainement un héros militaire, mais sa tentative de devenir un héros politique a
historiquement échoué. Par opposition à ce courage en politique, dévoiement de la vraie
nature de la politique, on peut définir un courage politique véritable. Il ne s’agit plus d’être un
surhomme, mais simplement un vrai homme.


          Les risques de l’héroïsme, de la croyance aveugle et de l’éthique de conviction
permettent donc de redéfinir le courage politique. Celui-ci n’est pas celui de quelques-uns,
d’ « une aristocratie du courage », mais se trouve au coeur de chacun de nous.


          Le courage politique, c’est tout d’abord continuer à y croire -d’une croyance véritable
donc en proie au doute-, et ensuite, mêler conviction et responsabilité. En fait, faire preuve
de courage politique, c’est être homme, tout simplement.
Faire preuve de courage politique, c’est continuer à croire en ce que l’on fait, même quand
tout semble indiquer que c’est un échec. Il ne faut pas, bien entendu, se retrouver dans
l’éthique de conviction qui ne doute pas d’elle-même. La clef pour éviter de retomber dans
les dangers développés plus haut est de continuer à croire en l’humaine valeur dans l’action.
Toute action, toute idée est courageuse au sens positif du terme, pourvu que l’humanité de
chacun ne soit pas niée. Il est donc nécessaire de conserver une valeur dans l’action, sans
quoi cette dernière s’effondre et perd tout son sens. Le courage politique véritable est dans
cette persévérance face aux difficultés et aux malheurs. Faire preuve de courage politique,
c’est alors être un héros, mais « au sens le plus simple du mot » comme l’écrit Max Weber à
la fin de Le savant et le politique. Ce courage, c’est ce qu’il appelle le « paradoxe des
conséquences ». Croire, envers et contre tout en un dogme fixe, mais en la politique. C’est
cette croyance qui anime Jean Zay, Léon Blum ou encore Pierre Mendès-France dans leurs
procès durant la Seconde guerre mondiale. Ces hommes croyaient en la force de la loi et de
la politique face à l’idéologie qui les jugeait. Ils étaient des héros, bien plus que n’importe
quel chef militaire ou monarque.
Ensuite, faire preuve de courage politique, c’est mêler dans son action conviction et
responsabilité. Face à ceux qui agissent dogmatiquement, par conviction et à ceux qui
s’enferment dans l’inaction en se protégeant derrière leur responsabilité, l’homme courageux
politiquement croit en une manière d’organiser la vie commune mais accepte l’erreur et
reconnaît ses fautes. Le capitaine du navire doit donc prendre le cap qui lui semble le
meilleur pour aller à bon port, en considérant le vent et la marée -la contingence des
événements politiques- et ensuite, affronter les critiques s’il a fait une erreur. Il existait
jusqu’à peu des tribunaux pour juger les capitaines qui avaient conduit leur navire au
naufrage. Faire preuve de courage, c’est donc accepter un risque et, simplement et
humblement, reconnaître ses fautes. La navigation doit être prudente, mais pas inactive. En
politique comme en navigation, au milieu d’une tempête, il est impossible de temporiser. Il
faut alors savoir saisir l’occasion favorable à l’action visée. Aristote distingue ainsi dans La
Politique la phronesis ou prudence du kaïros, la saisie de l’occasion favorable à l’action.
Faire preuve de courage dans l’action, c’est donc réussir à mêler ces éléments, tous dirigés
vers le mieux vivre ensemble.
          Faire preuve de courage politique, c’est en fait être simplement homme, et non
surhomme, et développer des facultés profondément humaines. Aristote démontre dans La
Politique que l’homme est un animal politique, un zoon politikon. L’homme plus que
n’importe quel animal, se réalise dans la politique et l’échange que la société entraîne.
Chacun est donc porteur d’un courage politique en puissance, c’est à dire d’une capacité à
continuer à naviguer dans la tempête de manière toujours juste. Non pas juste au sens
d’exact, car les erreurs remplissent l’action du politique, mais juste au sens de moral, c'està-
dire que faire preuve de courage politique, c’est « dire oui, j’ai fait une erreur ». C’est donc
en étant d’abord homme que l’homme politique fait preuve de courage. Chacun, en outre,
par une citoyenneté active, fait preuve de courage, en refusant une loi injuste. David Henry
Thoreau explique le courage qu’il faut pour affronter un pouvoir injuste. Ainsi, à la suite de la
guerre de 1848 des Etats-Unis contre le Mexique, cet homme refuse de payer des impôts
qui servent à fondre des baillonnettes. Il fait preuve alors de désobéissance civile. Sans
gloire ni héroïsme, cet homme a fait le choix du légitime sur le légal et a fait preuve de
courage politique, à son échelle. Faire preuve de courage politique, c’est donc être homme.
          L’homme courageux mêle donc « esprit de finesse », selon l’expression de Pascal,
c'est-à-dire inspiration, avec raison et prudence. Faire preuve de courage politique nécessite
donc un esprit rationnel, voire scientifique, mais aussi l’âme d’un artiste, toujours conscient
de la gravité de sa tâche, mais déterminé à créer du nouveau, sans relâche.


          Faire preuve de courage politique, ce n’est donc pas être un surhomme, mais tout
simplement développer ses qualités naturelles. Le courage politique n’est donc pas le
courage en politique, simple collage de l’héroïsme dans le domaine de la politique. Il ne
s’agit donc pas de vouloir à tout prix être un surhomme ou un héros, mais d’être tout
simplement un homme. Car l’héroïsme au sens courant n’existe pas en politique. Etre un
homme véritable, c’est déjà être un authentique héros."


J'ai beaucoup d'autres copies, cours et fiches techiques d'économie, de science politique, de culture générale, d'histoire ou de relations internationales.

Les joies de la société de consommation =>
Le fameux "Je pense, donc je suis" cartésien     devient     "Je dépense, donc je suis"

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Respect!

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Bonjour !

Quelle bonne surprise en me levant ce matin !

Un très très grand merci pour la dissertation, je crois que ça va vraiment m'aider.

"... des personnalités pas du tout alternatives..." Nathalie Kosciusko-Morizet

6

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Jonny,

ta dissert pourra faire un peu moins catalogue ( car ici certaines références ont été casées de force), le style pourra être un peu plus fluide, et la tonalité globale plus démonstrative, notamment par des transitions qui explicitent les liens logiques.
Sinon c'est impressionnant à bac+0 d'avoir déjà avalé autant de références, typiquement sciencepaliennes.

7

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

aidez-moi !!!!!!!!!! j'ai une dissert sur la prise de risque yikes :'(

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Prends un risque et débrouille-toi seule ;-D

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Ce soir, je fais ma dissert de philo, sur: Le pouvoir de l'Etat est-il facteur de liberté ou d'oppression?
(je suis en Terminale L)

Bah je trouve ça passionnant big_smile (bien plus que des sujets à la con sur le langage et les animaux...)

Vous trouvez ça vraiment fou le nombre de références que la personne qui a fait la dissert notée 17 a mise?

"Ce à propos de quoi on ne sait rien, il faut le taire." Wittgenstein

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Ha le bac...quel doux souvenir...

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Ah la philo : "la liberté se définit-elle comme un pouvoir de refuser ?"

Last edited by Necrid_Master (04-04-2007 00:36:04)

"Je hais les indifférents. Pour moi, vivre veut dire prendre parti. Celui qui vit vraiment ne peut pas ne pas être citoyen ou partisan. L'indifférence est apathie, elle est parasitisme, elle est lâcheté, elle n'est pas vie. C'est pourquoi je hais les indifférents." - Antonio Gramsci (La Città futura, 11 février 1917).

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Toute vérité est elle démontrable, c'était plus rigolo encore. J'avais réussi à y caser la couleur du mur de la salle comme affirmation n'ayant pas besoin d'être démontrée.

C'est bien marrant, le bac de philo

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

"Faut-il être prudent?"/ "Y a-t'il un pouvoir des mots?"/ "Nos paroles nous trahissent-elles?"/"Citoyen du monde?"/ "Peut-on avoir peur d'être libre?" / "Que peut la parole contre la violence?"/
C'était vraiment nul ces sujets de bac...on s'amusait plus en prépa quand même!

Last edited by anegael (04-04-2007 00:44:49)

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Eifersucht* a écrit:

Ce soir, je fais ma dissert de philo, sur: Le pouvoir de l'Etat est-il facteur de liberté ou d'oppression?
(je suis en Terminale L)

Bah je trouve ça passionnant big_smile (bien plus que des sujets à la con sur le langage et les animaux...)

Vous trouvez ça vraiment fou le nombre de références que la personne qui a fait la dissert notée 17 a mise?

Le "langage" à toute sa place dans la philosophie politique mon Djeun'Z.

"2ou7ibou jouinta ltanjawiya" Ibn Batouta
"Je vois la vie en Blaugrana" L.W.R

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

mami a écrit:

"Faut-il être prudent?"/ "Y a-t'il un pouvoir des mots?"/ "Nos paroles nous trahissent-elles?"/"Citoyen du monde?"/ "Peut-on avoir peur d'être libre?" / "Que peut la parole contre la violence?"/
C'était vraiment nul ces sujets de bac...on s'amusait plus en prépa quand même!

Surtout lorsqu'on connait le formatage académique du correcteur.

"2ou7ibou jouinta ltanjawiya" Ibn Batouta
"Je vois la vie en Blaugrana" L.W.R

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

C'est clair...mais c'est pas beaucoup mieux à Normale...
Pour info, quelques sujets de prépa: ""Souviens-toi?"Que vaut cet impératif?"/"Pour être libre, suffit-il de le vouloir?"/"L'enfance de l'art"/"L'art consiste-t'il à se jouer de la nature comme du hasard?"/"D'où vient qu'il y ait plusieurs arts?"/"A quoi reconnaît-on une oeuvre d'art?"

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Et à Normale, sujet très inattendu: "L'art et le beau"...oui oui, le programme de l'année était l'art...

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

18

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

mami a écrit:

Et à Normale, sujet très inattendu: "L'art et le beau"...oui oui, le programme de l'année était l'art...

quoi ??? de la culture G à Normale ??? n'importe quoi !

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Ben ouai! On avait tous halluciné, à commencer par le prof qui avait considérer à très juste titre que quand le thème est l'art, la question du beau n'est qu'anecdotique...il nous a rejoint sur le lieu du concours et nous a dit qu'on pouvait le pendre mais qu'il considérait que ce n'était pas un sujet de philo, et que Normale était tombée bien bas...

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

20

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

mami a écrit:

Ben ouai! On avait tous halluciné, à commencer par le prof qui avait considérer à très juste titre que quand le thème est l'art, la question du beau n'est qu'anecdotique...il nous a rejoint sur le lieu du concours et nous a dit qu'on pouvait le pendre mais qu'il considérait que ce n'était pas un sujet de philo, et que Normale était tombée bien bas...

Normale est un concours a-normal...

21

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Ben on a fait "l'art" en philo au lycée nous.

Ouais ok c'était un aménagement de programme parce que les L comprenaient pas "la vérité". Mais quand même.

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

JamesNondorfskoya a écrit:
Eifersucht* a écrit:

Ce soir, je fais ma dissert de philo, sur: Le pouvoir de l'Etat est-il facteur de liberté ou d'oppression?
(je suis en Terminale L)

Bah je trouve ça passionnant big_smile (bien plus que des sujets à la con sur le langage et les animaux...)

Vous trouvez ça vraiment fou le nombre de références que la personne qui a fait la dissert notée 17 a mise?

Le "langage" à toute sa place dans la philosophie politique mon Djeun'Z.

Je ne dis pas le contraire, mais ce n'est pas ce que je préfère. Quand tu dois répondre à la question "En quoi parler est il le propre de l'homme?", bah moi ça m'éclate pas trop...
En philo, il y a des sujets qui m'intéressent plus que d'autres, genre:la politique, la morale, la conscience. Autrui m'a également bien branché...
En fait, je dois avouer que je me suis inscrit en fac de philo, comme ça si j'ai le concours de Sciences Po, j'essayerai de faire les deux en même temps. (si j'ai le concours...)

"Ce à propos de quoi on ne sait rien, il faut le taire." Wittgenstein

23

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Eifersucht* a écrit:

Autrui m'a également bien branché...

Verdict? vous avez chopé?

[désolé]

24

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Eifersucht* a écrit:

En fait, je dois avouer que je me suis inscrit en fac de philo

AHAHA L'AVEU
t'es grillé

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

c'est la faim de tout a écrit:
Eifersucht* a écrit:

Autrui m'a également bien branché...

Verdict? vous avez chopé?

[désolé]

Le pire c'est que j'ai chopé cet apreès midi même. Mais ma vie sexuelle ne vous intéresse certainement pas... big_smile

"Ce à propos de quoi on ne sait rien, il faut le taire." Wittgenstein

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

OZ a écrit:
Eifersucht* a écrit:

En fait, je dois avouer que je me suis inscrit en fac de philo

AHAHA L'AVEU
t'es grillé

J'adore la philo, qu'y puis-je...
J'ai tout essayé pour arrêter: regarder la star ac, lire closer, discuter foot avec des gens au bar...rien n'y a fait, je suis damné.

"Ce à propos de quoi on ne sait rien, il faut le taire." Wittgenstein

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Mais si ! dis m'en plus mon enfant

Les joies de la société de consommation =>
Le fameux "Je pense, donc je suis" cartésien     devient     "Je dépense, donc je suis"

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Nassahel a écrit:

Mais si ! dis m'en plus mon enfant

Bah je t'en avais parlé hier. Je lui avais dit que je viendrais pas car j'avais ma dissert de philo à faire. Puis en fait j'ai préféré me coucher à 3h du mat pour me libérer l'après midi.

"Ce à propos de quoi on ne sait rien, il faut le taire." Wittgenstein

29

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Hé ? Vous voulez pas créer un thread "les gens qui ne sont pas à sciences po expliquent qu'ils aiment la philosophie et racontent leur vie sexuelle" ?

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

OZ a écrit:

Hé ? Vous voulez pas créer un thread "les gens qui ne sont pas à sciences po expliquent qu'ils aiment la philosophie et racontent leur vie sexuelle" ?

Pourquoi pas, ce ne serait pas plus stupide que "les mecs draguent ils assez à Sciences Po?"

"Ce à propos de quoi on ne sait rien, il faut le taire." Wittgenstein

31

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Allez montre moi que tu es un vrai minot, fais le.

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

OZ a écrit:

Allez montre moi que tu es un vrai minot, fais le.

Je me respecte tu sais...
Puis j'ai 19 ans, donc bon, minot..

"Ce à propos de quoi on ne sait rien, il faut le taire." Wittgenstein

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Ne cède pas à la tentation ! ne le fais pas

Les joies de la société de consommation =>
Le fameux "Je pense, donc je suis" cartésien     devient     "Je dépense, donc je suis"

34

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Eifersucht* a écrit:

Puis j'ai 19 ans, donc bon, minot..

Mais... mais... mais LOL!

35

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

19 ans mais c'est INCROYABLEMENT JEUNE tu pourrais être le petit fils de Blou blou tu sais ?

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

OZ a écrit:

19 ans mais c'est INCROYABLEMENT JEUNE tu pourrais être le petit fils de Blou blou tu sais ?

Maintenant je le sais smile

"Ce à propos de quoi on ne sait rien, il faut le taire." Wittgenstein

37

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

OZ a écrit:

19 ans mais c'est INCROYABLEMENT JEUNE tu pourrais être le petit fils de Blou blou tu sais ?

Toi, commence par remettre ton trait d'union, tu vas prendre froid.

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

PAN ! merci Blou

Les joies de la société de consommation =>
Le fameux "Je pense, donc je suis" cartésien     devient     "Je dépense, donc je suis"

39

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Ben non c'est une question de taille.

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

40

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

OZ a écrit:

Ben non c'est une question de taille.

Joli! ;o)

41

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Comme le "gros personnage" quoi.

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Bon, je vous laisse, je vais bosser. Hassan, amuse toi bien avec OZ, je vois que vous partagez le même type de sexualité, je suis content que tu ais enfin trouvé la femme qui te convenait.
Bonsoir

"Ce à propos de quoi on ne sait rien, il faut le taire." Wittgenstein

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Oui, je suis amoureux... Mais mes post ne sont pas assez bien pour elle :'(
Le chagrin me pousse au trépas ! je vais me suicider avec le cable de ma souris

Les joies de la société de consommation =>
Le fameux "Je pense, donc je suis" cartésien     devient     "Je dépense, donc je suis"

44

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Merci d'avance.

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

45

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

je suis le seul a rire quand je lis des trucs genre :

" Cependant, plus généralement, qu’est-ce que faire preuve de courage politique ?
Est-ce être un héros, ce qui tendrait à réserver le courage politique à quelques surhommes
isolés ou bien est-ce être un homme qui développe tout simplement ses capacités et
actualise son essence ?"
       
Moi aussi j'actualise mon essence tout les jours de la semaine...

46

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

22 h 54
Oh il est temps d'actualiser mon essence grâce aux dernières actualités de France Inter.

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

47

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Vous remarquerez d'ailleurs qu'on se ruine, ces temps-ci, à actualiser son essence, avec le prix du baril, l'Iran, tout ça...

48

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Faire preuve de courage politique c'est actualiser son carburant à la betterave.

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

49

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

BRED a écrit:

BreT

désolol

50

Re: Exemple de dissertation de culture générale réussie...

Bret

LOL!
allez, je réessaie...
breNt