Re: Le Monde baisse

Et la culture footbalistique, un oxymore.

Re: Le Monde baisse

Je m'insurge contre ces attaques pour le moins faciles et gratuites! ;-)

Le football peut s'avérer être le témoin de bouleversements historiques et géopolitiques comme en témoignent l'arrêt Bosman et les problèmes liés à une certaine mondialisation, enjeu de propagande nationaliste (Italie en 1938 notamment), match symbolique et historique entre l'Iran et les Etats-Unis à la coupe du monde 1998...etc

Lisez les passionnants Histoire politique des coupes du monde de football de Vuibert ou Football et mondialisation de Pascal Boniface et l'inimitié à l'égard du football vous passera!

Et si c'était vraiment un pléonasme, France Culture qui se veut être une station culturelle, n'y consacrerait pas une émission dessus comme il y a 2 semaines je crois. (bon ok argument foireux vu que l'on pourrait discuter sur son caractère dit "culturel").

Je n'irai pas jusqu'à dire (j'imagine déjà vos réactions;) que l'inculture footbalistique est un oxymore (!) , mais bon, comme dirait l'autre le football c'est beaucoup plus que le football.

edit: ortho

Last edited by Professeur Arturo (04-02-2009 23:13:54)

Re: Le Monde baisse

Professeur Arturo a écrit:

le football c'est beaucoup plus que le football.

Ben ouais c'est la bière aussi.

"Les Français veulent l'égalité, et quand ils ne la trouvent pas dans la liberté, ils la souhaitent dans l'esclavage" Alexis de Tocqueville

Re: Le Monde baisse

P!erre a écrit:
Professeur Arturo a écrit:

le football c'est beaucoup plus que le football.

Ben ouais c'est la bière aussi.

Certes, mais je ne crois pas que Chardonne aurait écrit ça.

Last edited by Professeur Arturo (04-02-2009 23:43:46)

Re: Le Monde baisse

Tiens, tu ne cites pas la profondeur des analyses politiques de So Foot ?

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

Re: Le Monde baisse

Je ne lis jamais "So foot".

Last edited by Professeur Arturo (05-02-2009 00:22:56)

Re: Le Monde baisse

Professeur Arturo a écrit:

Et si c'était vraiment un pléonasme, France Culture qui se veut être une station culturelle, n'y consacrerait pas une émission dessus comme il y a 2 semaines je crois. (bon ok argument foireux vu que l'on pourrait discuter sur son caractère dit "culturel").

Ca m'intéresse si jamais tu te rappelles du nom de l'émission.
Merci.

Re: Le Monde baisse

post inutile uniquement destiné à me désabonner de la discussion. Désolé.

159

Re: Le Monde baisse

Le Monde a écrit:

La LCR se dissout pour donner naissance au NPA

La Ligue communiste révolutionnaire (LCR) ne sera bientôt plus. Jeudi 5 février, ses militants vont voter leur autodissolution pour donner naissance au Nouveau Parti anticapitaliste. Quelque sept cents délégués sont attendus pour un congrès de quatre jours, du 5 au 8 février à la Plaine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), pour lancer le nouveau parti d'Olivier Besancenot.


L'acte de décès ne se fera pas sans grincements ni critiques. Certains anciens de la LCR ne digèrent pas de disposer que de quatre heures de débats pour solder leurs comptes. Et pour ces vrais trotskistes, devoir assumer un programme réduit et une ligne jugée "trop floue", ça ne passe pas. "Nous commettons une grossière erreur en nous instituant "parti des luttes". Ce choix spontanéiste (dicté par le mouvement social) nous met à la merci des événements", écrit Gilles Suze, un ancien, dans une lettre adressée aux dirigeants de la LCR. "On a l'impression d'assister plus à un congrès de liquidation que de dépassement", râle Christian Picquet, de la minorité.

L'empressement est en effet palpable dans l'entourage de M. Besancenot. La cote de popularité du jeune porte-parole ne faiblit pas (60 % d'opinions positives dans le tableau de bord de Paris Match du 22 janvier). Tout comme son succès dans les manifestations : le dernier grand défilé du 29 janvier a vu se presser autour de lui les curieux et les fans. Il reste le "meilleur à gauche" aux yeux de ses proches et n'entend pas laisser cet espace - trop grand pour la LCR - vaquant, au moment où la crise économique semble lui donner raison.

Cette fois-ci, il s'agit de voir grand et large. Le NPA revendique 9 000 adhérents pour sa fondation, soit trois fois plus que la "Ligue". Dans les réunions, on ne s'appelle plus "camarades", le public a changé. On y retrouve bien une poignée d'anciens de Lutte ouvrière, des amis de Jean-Marc Rouillan, fondateur d'Action directe, quelques militants des comités Bové, des écologistes partisans de la décroissance ou des altermondialistes. Mais la plupart sont des novices en politique. "Leur base d'adhésion, c'est le ras-le-bol de Sarkozy et qu'ils reconnaissent Besancenot comme seule vraie personnalité de gauche", remarque Alain Krivine, un des fondateurs de la LCR.

Le NPA se veut donc un nouveau parti radical dont les deux identifiants sont "la rupture avec le capitalisme" et "l'indépendance totale vis-à-vis du PS". Avec une touche d'écologie, rebaptisée "écosocialisme". Finie la référence au trotskisme comme au communisme : le parti d'Olivier Besancenot ne sera plus affilié à la IVe internationale, fondée par Léon Trotski. Seuls les militants de la LCR resteront adhérents. "Nous avons pris la décision de faire le NPA par le bas, sans autre partenaire politique et nous avons réussi. Ce n'est pas une LCR bis", assure Pierre-François Grond, bras droit de M. Besancenot.

Le changement est visible : le profil militant a changé ; plus révolté et moins "intello". Mais le positionnement idéologique comme l'essentiel de la structure organisationnelle demeurent ceux de la LCR. La ligne d'auto-affirmation et de démarcation vis-à-vis du PS - "la vraie gauche, c'est nous", ne cesse de clamer M. Besancenot - rappelle en effet les débuts de la Ligue communiste qui, avec ses comités Rouge, pensait capter seule "l'esprit de Mai" 1968.

Quant aux nouvelles instances de direction, leur noyau est composé pour moitié de dirigeants de la Ligue. "Nous serons minoritaires", justifie M. Grond. "Avec un noyau structuré, ce sont les amis de Besancenot qui auront la main", tacle M. Picquet.

"La LCR est morte, vive le NPA !", vont scander les militants dimanche. Ses dirigeants ont maintenant quelques mois devant eux pour démontrer qu'ils sauront durer.

Sylvia Zappi


Ton de l'article absolument pas neutre : "touche d'écologie"... Je suis furieux contre ce journal qui devient un vrai torchon. En plus seul les abonnés ont le droit de poster des commentaires. Je vais arrêter de nourrir leur quasi-monopole sur l'info internet.

Re: Le Monde baisse

L'immonde a écrit:

Obama demande un réexamen des procédures de sécurité

Deux jours après l'attentat raté dans un vol de la Northwest Airlines reliant Amsterdam à Detroit, aux Etats-Unis, le président Barack Obama a demandé dimanche 27 septembre que soient réexaminées les procédures de sécurité en place pour identifier les terroristes potentiels et empêcher l'embarquement d'explosifs à bord des avions de ligne. M. Obama s'exprimait via son porte-parole Robert Gibbs sur la chaîne ABC.

M. Gibbs a expliqué que ce réexamen concernait "les procédures de listes de surveillance", c'est-à-dire la base de données contenant quelque 550 000 noms, ainsi que ses subdivisions échelonnant la dangerosité des suspects potentiels. En d'autres termes, a expliqué M. Gibbs, "comment pouvons-nous réviser les systèmes à l'avenir en nous assurant qu'aucune information n'est bloquée quelque part ?" Ensuite, "le président a posé au ministère de la sécurité intérieure la question très concrète de savoir comment quelqu'un avec quelque chose d'aussi dangereux que de la penthrite a pu monter dans un avion à Amsterdam".

Selon la ministre nigériane de l'information, Umar Muttalab est arrivé au Nigeria le 24 décembre et en est reparti le même jour pour se rendre a Detroit, via Amsterdam, aux Pays-Bas. D'après le responsable nigérian de l'aviation civile s'appuyant sur les images des caméras de survaillance, il aurait "subi tous les contôles normaux, portique de sécurité et procédures d'enregistrement" avant d'embarquer sur le vol, sans enregistrer de bagage en soute. Les services de sécurité néerlandais ont indiqué qu'il aurait franchi sans encombre d'autres contrôles à l'aéroport d'Amsterdam-Schipol.

DE 25 MINUTES À UNE HEURE DE RETARD

Dès samedi, les procédures de sécurité avaient été renforcées pour les vols au départ ou à destination des Etats-Unis. Ces mesures consistaient en des fouilles accrues des passagers et de leurs bagages à mains. Certaines compagnies sont même ammées plus loi, devançant les consignes américaines. Ainsi, la compagnie Singapore Airlines, a obligé ses passagers à rester assis une heure avant l'atterrissage et a interdit d'avoir un bagage à porter de main ou de se couvrir les jambes d'une couverture. Ces mesures de sécurité supllémentaires ont entraîné des retards plus ou moins importants selon les pays, de 25 minutes en Suisse à plus d'une heure à Londres ou jusqu'à deux heures et demie à Paris.

Du côté de l'enquête, le doute subsiste quant aux éventuels liens du jeune Nigérian Umar Muttalab et des organisations terroristes. La secrétaire à la sécurité intérieure des Etats-Unis, Janet Napolitano, interrogée par CNN, a indiqué que ses services n'avaient pas "d'indications" pour dire si cette acte fait partie "d'un complot plus large". Dès son arrestation à Detroit, à l'atterrissage de l'Airbus A 330, Umar Mutallab s'est revendiqué d'Al-Qaëda. Mme Napolitano a expliqué à CNN qu'il "était trop tôt" pour confirmer ou infirmer un tel lien.

ÉVENTUELS CONTACTS AVEC DES EXTRÉMISTES

Les autorités britanniques continuaient, elles, à vérifier dimanche ses éventuels contacts avec des extrémistes sur leur territoire.
La police et les services de renseignement britanniques ont commencé à éplucher le passé de celui qui avait obtenu un diplôme en ingénierie mécanique de l'University College London (UCL), à l'issue de trois années d'étude entre 2005 et 2008.

Umar Mutallab a été inculpé dimanche pour avoir "tenté de détruire un avion Northwest Airlines en approche finale de l'aéroport de Detroit le jour de Noël, et avoir introduit un explosif à bord de l'appareil", a explqué un communiqué du ministère américain de la justice. Il a été admis à l'hôpital pour des brûlures consécutives à sa tentative d'activer de la penthrite, un puissant explosif, pour faire sauter l'Airbus A330 qui transportait 278 passagers et onze membres d'équipage. Selon des journalistes autorisés à assister à l'audience, il était menotté à un fauteuil roulant et portait des bandages aux poignets et sur les mains. Il a déclaré au juge ne pas avoir les moyens de se payer un avocat et s'en est vu commettre un d'office.

Dis donc petit stagiaire, fais toi relire ...

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

Re: Le Monde baisse

Non mais la tête du plébiscite, quoi...

Aubry plébiscitée par les Français pour s'opposer à Sarkozy en 2012
LEMONDE.FR avec Reuters | 07.05.10 | 09h01

a première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, est considérée comme la meilleure opposante à Nicolas Sarkozy par les Français, selon un sondage OpinionWay publié vendredi par Le Figaro. La maire de Lille arrive en tête du palmarès des opposants pour 14 % des sondés, devant trois personnalités politiques ex-aequo avec 9 % : le directeur général du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, la numéro deux du Front national, Marine Le Pen, et l'ancien premier ministre Dominique de Villepin. Martine Aubry avait déjà été sacrée meilleure opposante au chef de l'Etat en janvier.

Sur la troisième marche, les personnes interrogées ont placé le fondateur du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon (5 %). L'ancienne candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal, obtient 4 % devant l'ancien premier secrétaire du PS, François Hollande (2 %), à égalité avec la dirigeante des Verts Cécile Duflot. Le sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de 994 personnes interrogées en ligne les 5 et 6 mai.

"It's better to burn out than to fade away".
Joseph Goebbels ou Neil Young ?

162

Re: Le Monde baisse

Et d'ailleurs Aubry (14%) + DSK, Le Pen Junior et Villepin( 3*9=27=>41) + Melenchon (5=>46)+ Royal (4=> 50)+ Hollande et Duflot (4=>54)

Les 46% d'autres, c'est qui?? Personne? 46 autres à 1% ?

Re: Le Monde baisse

Le monde est dans la panade...

Qui pour sauver Le Monde?

En proie à de graves difficultés financières, Le Monde a besoin d'être recapitalisé de toute urgence, sous peine de dépôt de bilan. Plusieurs repreneurs se sont d'ores et déjà manifestés, dont Le Nouvel Observateur.


Ça se bouscule au portillon pour sauver Le Monde. En proie à de graves difficultés financières, le journal créé par Hubert Beuve-Mery en 1944 est dans l'obligation de solliciter des capitaux extérieurs pour éviter de finir devant le tribunal de commerce de Paris. Avec 25,2 millions d'euros d'emprunt à rembourser et une dette estimée à 125 millions d'euros, le petit microcosme médiatique craignait le pire. Mais le journal de référence attire finalement plus de repreneurs que nécessaire.

Premier à vouloir mettre la main au portefeuille, l'Espagnol Prisa, éditeur notamment d'El Pais et actionnaire du Monde à hauteur de 15%. Problème: le groupe connaît lui aussi des difficultés financières, et serait un peu moins enclin qu'il y a quelques semaines à recapitaliser le quotidien du soir. Un temps évoqué, la candidature du groupe italien Espresso aurait un train de retard sur ses concurrents. Le groupe Lagardère (propriétaire du JDD et actionnaire du Monde à hauteur de 20%) a quant à lui déjà annoncé son intention de retirer ses billes, du moins du journal papier.
Les journalistes vont perdre du poids

Mercredi, deux noms sont venus s'ajouter à la liste des prétendants, et pas des moindres. Déjà détenteur de 1,75% du capital du groupe, Le Nouvel Observateur, par la voix de son patron Jean Perdriel, a fait officiellement connaître sa volonté de participer à l'opération sauvetage: "Devant les problèmes de financement qui se posent aujourd'hui, Le Nouvel Observateur ne peut rester indifférent et souhaite contribuer à une solution qui préserve cette indépendance". Interrogé dans Libération daté de mercredi, Sylvain Courage, président de la Société des journalistes (SDJ) de L'Obs, a affirmé que les journalistes de l'hebdo de gauche ressentent "une certaine fierté à voir Claude Perdriel investir dans la presse plutôt qu'en bourse." Ce dernier, en cas d'acceptation de sa proposition, réaliserait ainsi un vieux rêve: marier L'Obs et Le Monde.

Mathieu Pigasse a lui aussi de l'ambition. Le tout nouveau patron des Inrocks, en duo avec le mécène de la gauche Pierre Bergé, envisagerait lui aussi de prendre une part du gâteau. Selon Le Figaro, les deux hommes auraient même déjà créé une structure ad hoc dans cette optique. Ils pourraient déposer leur dossier avant la fin du mois de juin, date à laquelle la direction du Monde devra soumettre tous ces projets au vote de ses actionnaires. Dans tous les cas de figure, le montant à déposer dans la corbeille tournera aux environs de 50 millions d'euros, minimum. Et les journalistes, actionnaires historiques et de référence via la Société des rédacteurs du Monde (SRM), devront accepter de perdre une bonne partie de leurs prérogatives.

Benjamin Bonneau - leJDD.fr

164

Re: Le Monde baisse

Ma préférence irait plutôt au patron du nouvel obs. plutôt qu'au number 2 de la banque d'affaires Lazard. Mais vu les difficultés financières du groupe, je pense que c'est Pigasse qui l'emportera.

Re: Le Monde baisse

Quoi qu'il en soit je suis content que le groupe Espresso ait du retard sur les autres repreneurs potentiels : il contrôle déjà tant de médias en Italie (cf Wikipédia pour plus d'infos), alors Le Monde en plus...

166

Re: Le Monde baisse

Heureusement qu'il y a des lecteurs consciencieux. Le premier exemple est quand même hallucinant.

Le Monde a écrit:

Orthographite aiguë

La fréquence de nos chroniques en témoigne : le péché contre l'orthographe est le plus répandu dans la rédaction. Il est aussi le moins toléré par les lecteurs qui, à chaque écart, nous rappellent plus ou moins vertement nos devoirs de journal de référence. Depuis deux semaines, hélas !, la matière ne manque pas, la rédaction semblant saisie d'une crise d'"orthographite" aiguë.

A en juger par la teneur des réactions, le pire a été commis dans un article de page Trois, "Camarades ennemis" (Le Monde du 13 novembre). "Je lis calmement l'article consacré aux relations tendues entre Martine Aubry et François Hollande, lorsque, tout à coup, mon sang ne fait qu'un tour : "La direction du PS accuse François Hollande d'avoir laissé un parti en déserrance". Je relis la phrase, ma colère ne se dissipe pas. La torsion orthographique opérée sur le mot "déshérence" est une provocation inutile. La langue "essaimesse" gangrène la page Trois. Comme les autres, le mot "déshérence" revendique un sens que l'orthographe suggère. Il s'agit là d'héritage vacant. Cette faute "hénaurme" infléchit la signification du mot du côté de l'errance", écrit Christian de Maussion (Paris). "Un tel niveau d'inculture, car il ne s'agit évidemment pas d'une faute de frappe accidentelle, est proprement inadmissible. (...) La procédure de recrutement de vos journalistes gagnerait à inclure une toute simple dictée, cela éviterait des risques d'infarctus à vos lecteurs", renchérit Jean-René Mariaux (Beynac, Haute-Vienne).

Comble d'infortune, le même article comptait en sus une faute d'accord : "Je suis bien consciente de la difficulté qu'il doit y avoir à tout vérifier et à tout relire. Mais dans cet article, vous faites fort : "Martine Aubry s'est promise (sic) de tout faire pour contrarier les ambitions..." C'est peut-être une coquille, la journaliste est allée trop vite et n'a vu que l'auxiliaire être sans analyser le pronom réfléchi. Mais le plus beau reste à venir...", commente Cécile Wuillème (Bissières, Calvados).

L'auteur, Sophie Landrin, admet la faute et s'en excuse auprès des lecteurs, de même que l'ensemble de la chaîne d'édition. La seule circonstance atténuante du journal est la précipitation : écrit dans la nuit mais remanié le matin, à l'heure la plus chaude du bouclage, ce papier n'a pas bénéficié du délai nécessaire à une relecture attentive.

Un jour maudit. Dans le même numéro du 13 novembre, en pages Culture, une autre "bourde", cette fois commise par le président de la République au cours de son voyage à Séoul, a fait bondir. Parlant des manuscrits coréens qui empoisonnent les relations avec la Corée du Sud, Nicolas Sarkozy avait déclaré : "Ces documents ont vraiment attrait à l'identité coréenne." La phrase était citée entre guillemets par Michel Guerrin et Arnaud Leparmentier dans leur compte-rendu (et reprise telle quelle dans une accroche), sans signaler l'erreur. "Une fois de plus, Nicolas Sarkozy malmène la langue car il aurait dû dire : "Ces documents ont vraiment trait à..." En effet, il ne s'agit nullement d'un quelconque "attrait" au sens de séduction, mais du rapport d'une chose à une autre", note Jean Horny (Villebon-sur-Yvette, Essonne). "Je m'interroge sur l'auteur de cette incorrection. Ou les journalistes ont mal entendu et ils connaîtraient mal leur langue, ou notre président connaît mal sa langue et les journalistes n'auraient pas vu/pu/su corriger ?", demande François Mimiague (Bordeaux).

"C'est Nicolas Sarkozy qui a fait l'erreur, comme en témoigne la vidéo de l'Elysée", répond Arnaud Leparmentier. Fallait-il la rectifier ? "D'habitude, on corrige, sauf si la faute a un sens", précise Lucien Jedwab, chef correcteur. Ce n'était pas le cas. Toutefois, ce genre de bévue faisant les délices des internautes, l'expurger d'office peut désormais vous faire accuser de dissimulation, voire de complicité. Mieux vaut donc la reproduire, mais en la signalant - dans une note entre crochets ou un "(sic) " - afin de ne pas être taxé, pour le coup, d'inculture.

Passons vite sur les fautes courantes, telle "La pédagogie du chef d'état pêche" (au lieu de "pèche"), dans l'édition du 18 novembre, signalée par Guy Abeille (Paris), ou encore : "L'une des balades les plus célèbres de Makeba", le 15 novembre. "Vous êtes tombés dans le piège classique consistant à confondre la "balade", promenade, avec la "ballade", chanson, remarque Jean-Baptiste Marquette (Châtillon, Hauts-de-Seine). Je suis plus qu'agacé que ce genre de bourde soit encore possible dans les pages du Monde, qui devrait montrer une vigilance de tous les instants pour assumer sa position de référence."

Ce n'est pas tout, malheureusement. Dans l'édition du 18 novembre, un titre de première page, "Les Etats-Unis enjoignent les Européens de voler au secours de l'Irlande", a fait (encore !) sursauter les lecteurs. "Les Etats-Unis eux-mêmesn'ont pas le pouvoir de changer notre grammaire, qui veut la construction "enjoindre quelque chose à quelqu'un" ! Je cite le Littré : "Enjoindre : commander expressément et avec autorité. On enjoignit à tous les officiers de rester à leur poste"", remarque Dominique Noguez (Paris). "Ce verbe enjoindre a une trop bonne fortune dans la presse. Il fait sérieux, il plaît, on en abuse. Ne serait-il pas plus sage d'éviter une tournure dont on n'est pas sûr et d'employer un synonyme simple et clair ?", appuie Renaud Felf (Paris).

"Les lecteurs ont raison, reconnaît Lucien Jedwab. "Enjoindre" devrait se conjuguer comme "demander", donc : "Les Etats-Unis enjoignent aux Européens de..." Mais l'usage fautif s'est répandu, et nous avons... baissé la garde. Il vaudrait mieux, peut-être, employer le verbe "presser". Que Littré (ainsi que nos lecteurs) nous pardonne !"

A cette désastreuse accumulation, il n'est en effet point d'excuse, seulement des explications partielles, comme l'abondance de l'actualité qui perturbe la gestion de la copie "chaude", montée le matin. "Nous sommes pris dans le paradoxe de vouloir faire un journal aussi intéressant, donc aussi "chaud", que possible, convient Françoise Tovo, chef d'édition, mais où, dans l'urgence, la forme s'efface derrière le fond. Les articles sont bons, mais mal relus. Les lecteurs nous rappellent utilement qu'une grosse erreur, y compris d'orthographe, gâche tout ce qui précède."

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le Monde baisse

Encore un article plus que léger du Monde avec un titre qui au final ne reflète pas la teneur de l'article:

Le Monde a écrit:

La discrimination pénalise de 15 % le revenu des musulmans français

La discrimination religieuse existe bel et bien en France. Ses conséquences se traduisent sur le revenu moyen des immigrés musulmans, qui s'avère inférieur de 15 % à celui de ceux de religion chrétienne, selon l'étude américano-française "L'intégration en Europe : identification d'un effet musulman" publiée lundi 22 novembre et menée auprès d'immigrés sénégalais de seconde génération.

Ces chercheurs ont conduit une enquête auprès de 511 enfants d'immigrés sénégalais chrétiens et musulmans qui vivaient en France en 2009. Ils ont montré qu'au sein de ce groupe les musulmans gagnaient en moyenne 400 euros de moins par mois (15 %) que ceux appartenant à la communauté chrétienne. Les auteurs de l'étude s'en sont tenus à des familles sénégalaises pour différencier l'influence de la religion d'autres facteurs comme le pays d'origine.

Les auteurs de cette étude relèvent en outre que leurs travaux pourraient avoir sous-estimé le degré de discrimination visant les musulmans en France car une partie de la population française n'associe pas les Sénégalais à l'islam.

CV FICTIFS ENVOYÉS AUX ENTREPRISES

Ils ont également testé les réponses des entreprises françaises à des candidats fictifs soumettant un CV virtuellement identique qui se différenciait seulement par le nom et deux autres indices de l'appartenance religieuse.

Ils ont constaté que pour 100 réponses positives pour un entretien obtenues par une demandeuse d'emploi fictive, chrétienne et d'origine sénégalaise appelée Marie Diouf, celle de confession musulmane, appelée Khadija Diouf, n'en a reçu que 38, soit deux fois et demie moins.

L'expérience des CV "nous a permis d'identifier statistiquement et de façon substantielle une discrimination religieuse dans au moins un secteur du marché du travail, à savoir le secrétariat et la comptabilité", écrivent les chercheurs, dont la communication paraît dans les annales de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS) datées du 20-26 novembre.

DES MUSULMANS PERÇUS COMME MOINS IMPLIQUÉS

Les chercheurs ont également avancé plusieurs hypothèses pour expliquer cette différence, comme la sympathie naturelle ressentie par les Français de souche – dont les quatre grands-parents sont nés en France – envers des immigrants ou des descendants d'immigrants partageant la même tradition religieuse.

Les Sénégalais chrétiens pourraient, du fait de leur appartenance religieuse, susciter une plus grande confiance et mieux communiquer leur désir d'intégration et de réussite que les immigrants sénégalais musulmans, supputent aussi les chercheurs.

Enfin, les pratiques culturelles des musulmans pourraient être perçues par les employeurs français comme conduisant à être moins engagés dans leur travail, relèvent-ils pour conclure.

Où l'on apprend que:

- il ne s'agit pas d'une différence entre musulmans et chrétiens, mais entre musulmans sénégalais et chrétiens sénégalais

- que le différentiel de 15 %, soit 400 € donne un salaire moyen de 2 600 € chez les sénégalais chrétiens et 2 200 € chez les sénégalais musulmans => pour mémoire le salaire mensuel moyen en France est d'environ 2 000 €; ces sénégalais toucheraient donc plus que le salaire moyen?

- que dès Max Weber (1920's), on a pu déceler un lien entre religion et éthique professionnelle et que donc des choix de carrière différents entre les deux groupes distingués peuvent expliquer cette différence salariale et non obligatoirement des discriminations de la part des français "de souche".

Si je ne m'abuse, la très grande majorité des chrétiens du Sénégal se trouvent soit à Dakar, soit sur la côte (les zones évangélisées en priorité pendant la colonisation), ce sont des zones où l'on parle peut être plus le Français que d'autres zones du Sénégal et où le niveau éducatif est peut être plus élevé du fait de la présence d'université plus réputées qu'ailleurs...

- qu'au détour de l'article, les français "de souche" n'associent pas nécessairement Sénégal et islam => le rédacteur de l'article en déduit donc que ces chiffres sont sous-estimés (pourquoi ce ne serait pas justement l'inverse?)

- que le testing portait sur des lettres de candidature et distinguait chrétiens et musulmans selon le prénom et "deux autres éléments distinctifs" (dont on ne dit rien: s'agissait-il d'un voile par exemple?)

- que la chrétienne et la musulmane semblent toutes deux avoir eu quand même pas mal de retour: ce qui est assez étonnant: tout chercheur d'emploi pourra témoigner que les retours - même négatifs - sont plus l'exception que la norme

Au final, je me demande à quoi sert ce genre d'article hormis encore monter les communautés les unes contre les autres et accroître le sentiment de culpabilité d'un côté et la victimisation de l'autre.

Last edited by sabaidee (23-11-2010 16:22:22)

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Le Monde baisse

L'étude est désormais accessible en ligne.

Pour ce qui est des "signes distinctifs" autres que le prénom, il s'agit d'expériences professionnelles: In addition to differences in the first names, we introduced two signals of religious identity related to the work and volunteer experiences of our fictitious candidates. One of Khadija’s past positions was with Secours Islamique and one of Marie’s was with Secours Catholique, whereas Aurélie worked solely in secular firms. Also, Khadija did voluntary work for the Scouts Musulmans de France, whereas Marie did the same for the comparable Catholic
organization, Scouts et Guides de France.

Les expériences sont effectivement comparables, même si je reste quand même convaincu que dans l'esprit des gens (et moi en premier): Secours Catholique et Secours Islamique ne sont pas perçus de la même manière (idem pour les scouts).

Disons que la nana qui a fait Secours Islamique ET Scouts Musulmans de France, je me méfierai en tant que recruteur des revendications type prière le vendredi ou de prosélytisme.

L'étude en question: http://9022541934788190198-a-1802744773 … edirects=0

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Le Monde baisse

sabaidee a écrit:

L'étude est désormais accessible en ligne.

De même que les annexes.

Oder so ähnlich.

170

Re: Le Monde baisse

L'article :

http://www.lemonde.fr/idees/article/201 … _3232.html

Critique des années Mitterrand

| 09.05.11 | 14h27  •  Mis à jour le 12.05.11 | 16h56


Apologie de l'autre mai, celui de 1981, à profusion. Célébration en bon ordre d'un grand jour, car c'en fut un. Béatification d'un président défunt, à en faire oublier celle du pape Jean Paul II. Pourtant, si le trentième anniversaire de l'élection de François Mitterrand suscite ce déluge commémoratif, entre louanges et nostalgie, on ne peut l'imputer seulement aux donneurs de leçons des années 1980, aux propriétaires de la marque déposée "Mitterrand", même s'ils sont toujours à l'avant-scène en 2011.



Dans le contexte actuel, la réticence manifeste à faire de cet anniversaire l'occasion d'un bilan critique procède d'une double contrainte, comme l'appellent les psychologues. Une double contrainte expliquait aussi, au milieu des années 1980, le fameux "silence des intellectuels de gauche" : à l'époque, ne pas critiquer ouvertement le pouvoir, pour ne pas faire le jeu de la droite, mais ne pas le défendre non plus, au risque de la malhonnêteté. La double contrainte, cette fois, ne s'embarrasse pas de ces scrupules. On ne célèbre pas la gauche, cette notion un peu obsolète, mais un homme et une fonction qui n'ont qu'en France ce prestige et ces prérogatives, démesurés, sinon dangereux.

Si on leur rend cet hommage unanime, c'est bien sûr parce que la fonction a perdu de sa superbe, celui qui l'incarne aujourd'hui défoulant sur sa personne les rages et les rancoeurs de la majorité. Tout le monde paraît s'accorder à dire qu'on est passé en trente ans, et trois présidents, du Roi-Soleil de 1981 au Roi-Solex, si l'on osait cette formule pour désigner Jacques Chirac, puis au Soi-Rolex de 2007. Un prince au-dessus du lot, qu'on disculpe au nom de sa stature. Puis son successeur de 1995, qu'on regrette aujourd'hui sous les traits d'un homme simple et sympathique. Et le président actuel, dont les réflexes de caïd et les manières de nouveau riche auraient rompu la distance qui a toujours fait, en France, le respect de la fonction.

Ce rapport à nos derniers chefs d'Etat, avec sa psychologisation et ses raccourcis, n'est pas seulement le fait d'une démocratie outrancièrement médiatique. Il est aussi le symptôme d'une passion très française pour le "granthomme", adulé puis honni, d'un désir de chef qui fait de la politique française, dans le tableau de la psychologie des peuples, ce mélange singulier de sujétion volontaire et d'insoumission soudaine. C'est ce que Jacques Lacan, en une prophétie qui résume le passage d'un mai à l'autre (de 68 à 81), lança en 1968 aux jeunes gauchistes à cheveux longs venus interrompre son séminaire : "Vous avez besoin d'un maître, et vous l'aurez !" Ils l'ont eu, en 1981.


Photo de l'affiche "La force tranquille" de la campagne du candidat François Mitterrand pour les élections présidentielles prise lors du congrès d'Epinal le 8 mai 1981.AFP
Sauf que le besoin d'un maître, à l'âge des médias et de l'immédiateté, devient la complicité fantasmée avec un personnage : c'est de cette mue du roi en mascotte, ou du chef en fétiche, trompeusement inoffensif, que la longue présidence Mitterrand est contemporaine. Elle l'a inspirée autant qu'elle en a bénéficié, jusqu'à aujourd'hui. C'est un peu la prosopopée des mythes anciens, qui changeaient une abstraction en personnage, une statue en individu, les personnalisant, leur donnant vie. Mais adaptée à la démocratie médiatique, avec ses marionnettes de télévision et ses discussions de comptoir.

Souvenons-nous. Mitterrand fut métamorphosé en divers personnages, qui éloignaient l'homme des compromis et des trahisons de la politique réelle, le rapprochaient des Français, le plaçant à l'abri du temps aussi, jusqu'à adoucir la fin pourtant crépusculaire de son second mandat, entre cohabitation et Europe à marche forcée, entre sa maladie, qu'il ne pouvait plus cacher, et le retour sur sa vie des spectres de Vichy. De ces personnages, on peut retenir trois figures, qui étaient les mieux à même de lui offrir l'éternité : Tonton d'abord, autrement bienveillant que la figure paternelle, mais aussi Kermit la grenouille, toujours plus malin que les autres animaux politiques (au "Bêbête show" de TF1), et toujours la figure de l'auctor, combinant l'autorité naturelle et les vertus du lettré, de l'amoureux des livres - de l'auteur, puisque c'est à ce titre qu'il dama le pion à son adversaire Chirac et remporta largement l'élection de 1988, après avoir envoyé en guise de programme une Lettre aux Français qui le hissait pour de bon au-dessus des mesquineries de l'affrontement partisan.

Et pourtant. Il est plus que jamais nécessaire, en cet anniversaire, de dissiper l'écran de fumée. Aussi nostalgiques que puissent être certains d'une grandeur perdue, ou d'un homme à la hauteur de la fonction, il ne faudrait pas réduire l'homme au personnage, la fonction à l'homme, ni cette époque lointaine, dans laquelle notre présent prend ses sources, aux seuls débats sur l'homme d'Etat, le Florentin, ou sur cette "passion de l'indifférence" qui était sa marque - selon l'expression qu'il reprenait aux écrivains de la Restauration, sa période littéraire préférée. Ce serait priver les générations ultérieures, celle qui devint adulte à ce moment-là et celles qui la suivirent, des instruments dont elles ont besoin pour comprendre ce qui s'est passé. Ce qui nous est arrivé. Car les années Mitterrand sont celles d'une transition historique. Elles sont celles d'un choix politique assumé (voir ci-dessous), mais présenté comme inévitable, et par conséquent celles d'un double jeu magistral, destructeur à bien des égards.


Un buste et un portrait de François Mitterrand, dans sa maison de Jarnac.AFP/JEAN-PIERRE MULLER
A la série des personnages, il faut substituer celle des mots à double sens, ou des contradictions, d'aucuns diraient des mystifications pures et simples. C'est d'abord à cet ex-antigaulliste en chef, contempteur du "coup d'Etat permanent", qu'on doit le néogaullisme d'une République présidentielle, et ses dérives autocratiques dénoncées aujourd'hui. La "gauche" ensuite, le mot et l'aspiration : François Mitterrand, patron unique de la gauche, sans successeur dans ce rôle, est aussi le fossoyeur de la différence droite-gauche, pour avoir réduit l'émancipation à une promesse rhétorique et la réalité du pouvoir au réalisme de sa gestion.

On lui doit l'abandon par la gauche des classes populaires, et par tous du mot "peuple" : celui qui dédiait son élection de 1981 aux Français de peu, "qui toute leur vie ont espéré ce jour où leur pays viendrait enfin à leur rencontre", a vite perdu le peuple, à tous les sens du terme, social comme électoral. Il semble en 1990 qu'il n'en reste plus que ce style "popu sublimé" (sic) cher aux publicitaires alors en vogue, de Jean-Baptiste Mondino à Jean-Paul Goude (qui mit en scène le Bicentenaire de 1789).

L'ère Mitterrand, où les idées subversives des années précédentes servaient désormais à rafraîchir les médias et l'entreprise, vit triompher également l'ordre des experts, l'argument spécieux de la compétence : pour substituer les "sociostyles" aux classes sociales, la science de la "tolérance zéro" à la prévention de la délinquance, le management à l'américaine à la logique du service public, et même l'artefact du sondage à la volonté politique.

L'essor de la communication politique et du conseil en image sous le règne de ce président altier, inflexible, n'est pas le moindre des paradoxes. Pareil, loin de son éloquence, pour la vogue du "TapSeg" comme on disait alors : mélange du sabir du communiquant Jacques Séguéla et du franc-parler de l'homme d'affaires Bernard Tapie. Quant à la "créativité" chère à Jack Lang, elle fut chantée partout pour être mise au service de l'entreprise France. Tandis que la "fête" était promue en nouvelle valeur républicaine, orchestrée à date fixe par le ministère de la culture.

La "crise", de son côté, ce signifiant-maître des années 1980, était alors, selon les mêmes, à la fois le virus à éradiquer, à force de vertu et de probité, et cette chance pour la France de secouer ses paresses, de s'adapter, de se moderniser. Même la décentralisation, avec son ambition louable de "décoloniser la province" (selon le mot fort de Michel Rocard), a eu des résultats mitigés, entre nouvelles baronnies locales et surenchère publicitaire pour mieux vendre sa ville et sa région.

Au coeur du vocabulaire de la génération Mitterrand, rien ne condense mieux cette duplicité que deux expressions antinomiques mais compatibles, la "diversité" d'un côté, louée par SOS-Racisme et les médias en vogue, et de l'autre la "pensée unique", maudite bientôt par tous, aussi liée soit-elle pourtant à ces thématiques nouvelles. Au-delà du lexique, ce qui était en jeu derrière cette forme inédite de double discours, ou cette "idéologie de la fin des idéologies" (ainsi que la qualifia le sociologue Pierre Bourdieu), c'était l'aptitude des nouvelles élites des années 1980 à faire accepter par les Français une série d'options politiques présentées comme fermées, moyennant des polarités mensongères : renflouement par l'intégration européenne ou faillite en solitaire, libéralisation ou déficits intenables, morale antiraciste ou lepénisme haineux, République ou barbarie.

C'est contre ces faux choix, et les idéologues qui les ont promus, qu'un mouvement social nouveau, pluriel, mal représenté, s'est mis en branle depuis quinze ans, des grèves de l'automne 1995 au soulèvement des banlieues en 2005. Sans faire sortir la France, pour l'instant, de l'interminable double jeu des années Mitterrand.

François Cusset, historien des idées, ancien directeur du Bureau du livre français de New York, il est professeur à l'université Paris-Ouest

La réaction de Pierre Bergé :

http://www.electronlibre.info/IMG/jpg/Mail_Berge_.jpg

171

Re: Le Monde baisse

Pierre Bergé, ou la gauche caviar mitterrandienne dans toute sa splendeur. Ca donne envie de gerber

Re: Le Monde baisse

http://www.lemonde.fr/education/article … 73685.html :

"Cette grande braderie signera-t-il l'année de la mort du baccalauréat ? "

"le changement de règle du jeu qui passe par un octroie du bac S à 9 sur 20"

"Que pensera au candidat au bac L ajourné à 9,99 ?"

Oder so ähnlich.

173

Re: Le Monde baisse

J'en ai parlé dans la discussion sur le bac, Apokrifoufou.
Et encore, tu as oublié d'autres passages...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le Monde baisse

FDL a écrit:

J'en ai parlé dans la discussion sur le bac, Apokrifoufou.

J'ai un aveu à te faire: je ne lis pas l'intégralité de ta production en temps réel.

Oder so ähnlich.

175

Re: Le Monde baisse

Eh bien tu devrais, vieille branche. Ça t’instruirait en plus.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

176

Re: Le Monde baisse

Quelqu'un sait-il combien de temps risque de durer le mouvement de non-parution du quotidien en version papier ? Vu les positions assez antagonistes du Syndicat général du livre et de la direction du quotidien, ça m'a l'air parti pour durer, non ?

177

Re: Le Monde baisse

Suis-je le seul à trouver assez scandaleux que l'on publie un rapport médical neurologique d'une personne, fut-elle la troisième fortune de France ?

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Le Monde baisse

Aucune erreur mais un article amusant :

Le Monde a écrit:

Lire aux toilettes est-il bon pour la santé ?

(...)

Merci d'être allé(e) au bout de cette chronique scatologico-littéraire. N'oubliez pas de tirer la chasse.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2 … _3244.html

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Le Monde baisse

Je viens de le lire. Sur mon lit cependant.

Je lubrifie les relations humaines.

Re: Le Monde baisse

Je l'avais mis sur mon mur facebook, pas de réaction encore... les gens ne s'intéressent plus à rien.

(Oui, je vous laisse imaginer quel genre de casse-burnes je suis sur facebook, mais dans la vie, c'est pire)

181

Re: Le Monde baisse

Sur le Monde : "élisez le scandale sexuel de l'année".

http://www.lemonde.fr/retrospective/vis … 53557.html

Le Monde, journal du bon goût.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

182

Re: Le Monde baisse

Le Monde a écrit:

Les ténors de la majorité sont aujourd'hui contraints de constater la rupture avec le centre. Mais sous l'indifférence apparente, l'amertume pointe.

Du verbe pointer.

Un site utile pour les journalistes du Monde (que je viens de découvrir) : http://conjugaison.lemonde.fr/conjugais … e/poindre/

"Moult a appris qui bien connut ahan"

Re: Le Monde baisse

Bouh a écrit:
Le Monde a écrit:

Les ténors de la majorité sont aujourd'hui contraints de constater la rupture avec le centre. Mais sous l'indifférence apparente, l'amertume pointe.

Du verbe pointer.

Ben en fait oui, du verbe pointer.

Devenir visible progressivement, commencer à apparaître. Synon. poindre.

Au fig. Commencer à se développer. [Zéphine et Dhalia] appuyées l'une à l'autre, prenaient des poses anglaises; les premiers keepsakes venaient de paraître, la mélancolie pointait pour les femmes, comme, plus tard, le byronisme pour les hommes (Hugo,Misér., t.1, 1862, p.160).

Mais la lettre apportait, en plus, des allusions; et même çà et là, on y voyait pointer une menace encore vague, qui, plus encore que tout le reste, m'épouvantait (Bosco,Mas Théot., 1945, p.272).

Un site utile pour Grammar Nazi déficients: http://www.cnrtl.fr/definition/pointer

Last edited by Wanderer (04-05-2012 19:26:46)

184

Re: Le Monde baisse

Méchamment owned, bien joué Wanderer. Quelque chose me dit que ça ne va pas être mon week-end...

Merci pour le site, qui en effet paraît très complet.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

Re: Le Monde baisse

http://data.imagup.com/12/1151771866.PNG

Je me demande s'ils l'ont fait exprès.

Re: Le Monde baisse

On aura peut-être la réponse si la une de demain après la visite d'Hollande c'est "Refonder la relation avec l'Allemagne : la mission du collaborateur germanophone Ayrault"

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

187

Re: Le Monde baisse

Les blogs du Monde en ligne sont parfois nuls à chier

http://passeurdesciences.blog.lemonde.f … limatique/

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Le Monde baisse

En effet, Broz.

BLANCHIMENT – L’élue Verte de Paris vendait aussi des godemichés bio
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/ … iches-bio/

Quel est le lien entre le blanchiment et les revenus tirés de la vente de sex-toys ?

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Le Monde baisse

lehussard a écrit:

BLANCHIMENT – L’élue Verte de Paris vendait aussi des godemichés bio
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/ … iches-bio/

Quel est le lien entre le blanchiment et les revenus tirés de la vente de sex-toys ?

Paris Match a écrit:

(...)En plus de ses activités municipales, cette architecte de 49 ans est aussi une femme d’affaires. On la retrouve comme actionnaire dans plusieurs sociétés française dont l’une –Kobisha Sarl-, est immatriculée à son domicile, dans le 13ème arrondissement. Cette « start-up », dont elle détient 40% des parts, a une activité peu commune. Elle édite le site Internet www.sexecolo.com, une boutique en ligne qui,comme son nom l’indique, propose des produits mariant « écologie, protection de l’environnement, sensualité et sexualité ».(...)

L’associé de Florence Lamblin, un ancien musicien, lui aussi de la mouvance écolo, a été par ailleurs actionnaire de la société Babylon Publishing, qui éditait le journal « Hard Rock Magazine » et a déposé le bilan il y a six ans. Celle-ci comportait, à l’époque, comme autre actionnaire « Toy and Hobby Holdings » une exotique société des Iles Vierges Britanniques, dont la directrice n’est autre que la tante de Meyer Elmaleh, le financier de Genève suspecté d’avoir été la plaque tournante du réseau de blanchiment . Cet associé, Isaac Khaski, nous prie de préciser que Babylon Publishing aujourd’hui n’existe plus et qu’il n’a jamais rencontré les dirigeants de « Toy and Hobby Holdings ». Contacté, Me Jérôme Boursican, l’avocat de Florence Lamblin, n’a pas répondu à nos appels.

http://www.parismatch.com/Actu-Match/So … ys-438993/

Et sinon:

My Bio shop, problemes avec ce fournisseur - ORD-04247

http://forum.lesarnaques.com/litige-liv … 04184.html

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

190

Re: Le Monde baisse

Pauvre journal... Que penserait Beuve-Méry s'il voyait le torchon que tu es devenu...

Le Monde a écrit:

Maria Susana Flores Gamez était une mannequine connue, lauréate du concours Femme de Sinaloa 2012

www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/11/27/la-laureate-du-concours-de-beaute-mexicain-tuee-dans-une-fusillade_1796247_3222.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le Monde baisse

L'édito du Monde a écrit:

Détentions : il faut un numerus clausus

"A y est, on a notre quota de violeurs, la chasse est ouverte"

http://www.lemonde.fr/idees/article/201 … _3232.html

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

192

Re: Le Monde baisse

L'éthique du journalisme vue par le Monde ou comment, en sortant une phrase de son contexte et en la mettant en titre, on fait dire à son auteur l'inverse de ce qu'il souhaitait (et le fait qu'il s'agisse de Khamenei ne change rien au procédé) : http://keyhani.blog.lemonde.fr/2013/01/ … tre-libre/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le Monde baisse

Bon, c'est vrai que c'est un blog, mais avec l'estampille du Monde... Julliard est un super-héros! Sluuuuuurp pour un apparatchik!

Blog éducation du Monde a écrit:

Bruno Julliard quitte le cabinet de Vincent Peillon

Dernier jour rue de Grenelle pour Bruno Julliard ! Le « conseiller auprès du ministre » de l’éducation quitte le ministère de l'éducation nationale pour rejoindre la mairie de Paris.

Rejoindre ? En fait il y était déjà puisque l’ex leader des mouvements étudiants y occupe le poste important d’adjoint à la culture auprès de Bertrand Delanoë, après y avoir été en charge de l’éducation.

Bruno Julliard qui avait une double vie professionnelle, a donc choisi d’en finir avec le cumul des emplois et va se concentrer désormais sur cette ville dont les 63 sites culturels reçoivent chaque année 80 millions de visiteurs.

Au cabinet de Vincent Peillon, M. Julliard a été le véritable organisateur de la concertation estivale et une des chevilles ouvrières de la loi d’orientation et de programmation. Bien sûr, les quatre responsables du comité de pilotage l’ont épaulé, mais le travail qu’il a mené entre son arrivée en mai 2012 et la fin de la concertation, le 5 octobre, a été colossal. « J’étais venu rue de Grenelle pour un contrat à durée déterminée. Avec la présentation de la loi en conseil des ministres, ma mission s’achève », précise l'ex conseiller, aujourd’hui âgé de 32 ans.

C’est lui qui s’est occupé de l’épineux dossier de la réforme des rythmes scolaires. Il a mené les discussions avec les syndicats, les collectivités ou les associations de parents et préparé le terrain pour les négociations entre ces organisations et le ministre Vincent Peillon. Bruno Julliard a attendu le vote -du Conseil supérieur de l’éducation, CSE qui a eu lieu mardi 8 janvier et le passage en commission aujourd'hui pour rejoindre la mairie de Paris.

Bruno Julliard aurait pu être nommé à un poste de ministre au sein du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Il a été une victime indirecte de la parité, alors qu’il n’avait pas ménagé ses efforts durant la campagne.

Proche de Martine Aubry, l'ex leader syndical a très rapidement mis ses compétences au service du François Hollande, dès que ce dernier est devenu le candidat du parti socialiste à la présidentielle. Il a travaillé aux côtés de Vincent Peillon, qui était alors le « monsieur jeunesse » de François Hollande.

Il avait déjà démissionné de son poste de secrétaire national à l’éducation au sein du Parti socialiste. C’est Emeric Bréhier qui a lui succède.

Maryline Baumard

http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/201 … t-peillon/

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

194

Re: Le Monde baisse

Je me suis fait la même remarque tout à l'heure. Comme l'ensemble des lecteurs de cet article d'ailleurs.
Le fait que ce soit un blog ne change pas grand-chose car c'est un blog de la rédaction du Monde.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le Monde baisse

Quand on sait que les concours de la Ville de Paris sont assez ardus et plutôt compétitifs, une telle nomination d'un "fils de" est assez écoeurante...

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Le Monde baisse

sabaidee a écrit:

Quand on sait que les concours de la Ville de Paris sont assez ardus et plutôt compétitifs, une telle nomination d'un "fils de" est assez écoeurante...

Alors comme-ça, toi aussi tu te madame-irmatise

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Le Monde baisse

zaza's birthday a écrit:

Alors comme-ça, toi aussi tu te madame-irmatise

Plaît-il?

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

198

Re: Le Monde baisse

Article suant le mépris vis-à-vis de ces pauvres abrutis illettrés d'Italiens ingrats et sous-développés qui ont mal voté (c'est-à-dire ceux qui n'ont voté ni pour Monti ni pour Bersani ni, à la rigueur, pour Berlusconi, qui aurait été pour Philippe Ridet préférable) : http://www.lemonde.fr/idees/article/201 … _3232.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

199

Re: Le Monde baisse

Ce n'est pas pour critiquer le Monde mais c'est juste pour le titre, extrait de l'entretien, que j'adore :

Le Monde a écrit:

Les conditions de la rencontre alimentaire requin-homme sont réunies

http://www.lemonde.fr/planete/article/2 … _3244.html

Au passage, je trouve ce pseudo-débat sur les "prélèvements" (autrement dit, en français correct, un petit massacre, l'air de rien) de requins, suite à la mort d'un abruti qui avait décidé de surfer malgré les avis contraires, assez hallucinant. Au contraire, je pense que les requins sont nécessaires pour réguler la population de crétins. Ce sont les mêmes qu'on retrouve l'hiver à faire du ski hors-piste alors que les conditions météo sont mauvaises

http://www.lemonde.fr/planete/article/2 … _3244.html

http://www.lemonde.fr/societe/article/2 … _3224.html

http://www.sudouest.fr/2013/05/10/il-fa … 0-1263.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le Monde baisse

La seule différence avec le hors-piste c'est que c'est plus difficile de massacrer les avalanches.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."