Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Woody a écrit:
Le prosateur a écrit:
Woody a écrit:

Un jour, quand Libé, Le Monde, Le Figaro et consorts auront disparu, il y aura peut-être des journalistes qui aimeront leur travail et le feront consciencieusement. Tant pis si tu me trouves bisounours.

Tant pis si tu me trouves également bisounours, mais placer Le Monde et 20minutes sur le même plan, c'est abusif. C'est un peu facile de cracher sur Le Monde, surtout que ceux qui le font veulent souvent simplement montrer que, eux, au moins, ils gardent l'esprit libre et sont cap' de critiquer la norme acceptée par tous. Certes notre grand quotidien français a baissé de niveau, mais certaines pages (notamment les pages "débats") restent franchement intéressantes.

J'ai placé 20minutes et Le Monde sur le même plan moi? Il faudra que tu me dises où. Le Monde est, derrière Les Echos, le moins pire des quotidiens payants. Sa qualité est largement supérieure à celle des gratuits actuels, je n'ai jamais dit le contraire. Simplement, ça ne marche plus. C'est dommage, mais ça montre qu'il faut trouver d'autres formules. Et la bonne formule, c'est la presse gratuite, pour peu qu'on prenne le soin de l'améliorer considérablement, ce qui me semble possible avec un peu de bonne volonté - mais on ne fait rien sans ça.

J'en appelle au constat lucide formulé par Pierre Assouline lors du débat à l'Ecole de Journalisme samedi dernier : Libé, Le Figaro et Le Monde vont disparaître s'ils s'adaptent trop lentement. Il préconise l'augmentation du tarif papier des grands quotidiens (ex : un journal "cher à 2 euros) couplé à une généralisation du support virtuel de l'info. Bref, reproduire à l'échelle de l'hexagone la révolution amorcée outre atlantique depuis déjà quelques années (citons l'exemple du New York Times). La chute de la presse traditionnelle cantonnée au support papier sera selon lui inéluctable dès l'instant où un vrai "scoop" naîtra sur la Toile.
La seule solution viable (c'est la conclusion assoulienne) reste donc l'extension des sservices d'information internet des grands quotidiens (www.lefigaro.fr ou www.lemonde.fr) afin de faire rentrer davantage de rentrées publicitaires dans les caisses des grands journaux nationaux. La baisse (déjà constatée) des tirages papiers sera compensée par le prix élevé de l'exemplaire. Qui dit mieux ?

Je suis partout

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Woody a écrit:
Pierre-L a écrit:

Vous êtes bien optimiste mon cher Woody...

Releguons la presse gratuite à la fosse à purin !

Oui, je suis peut-être optimiste. Je suis toujours optimiste a priori, jusqu'à ce qu'on m'ait apporté une raison de ne pas l'être. En ce qui concerne les développements futurs de la presse payante, je ne vois pas de telle raison.

Ca entrainerait des restructurations de format, des restrictions de contenu, une augmentation de la pub et sans compter une dépendance totale aux annonceurs qui est aussi malsaine que la sujetion à des grands groupes industriels.

Last edited by Pierre-L (13-06-2006 14:24:18)

Please could you take this note, ram it up your hairy inbox and pin it to your fucking prostate.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Woody a écrit:

Autre chose : je ne suis pas d'accord avec l'idée que la presse doit être engagée pour être de qualité. Au contraire, même. La fonction essentielle de la presse, c'est évidemment d'informer, pas de donner un avis. Le bon journal n'est pas celui qui déforme l'information pour l'asservir au profit de ses idées (Libé), c'est celui qui fournit une information aussi complète et objective que possible (même si l'objectivité n'est qu'un idéal impossible à atteindre) à partir de laquelle le lecteur est capable de se forger ses opinions.
Peut-être le déclin de cette presse qui prend position est-il justement lié au fait que les lecteurs en ont assez de se voir dicter ce qu'ils doivent penser, surtout que les opinions des journaleux ne reflètent pas du tout celles des Français, notamment en campant sur la division droite/gauche.

Si c’était que de l’info que l’on rechercherait woody, on se contenterait de l’AFP. Non, moi je recherche uniquement de l’analyse. D’ailleurs inconsciemment je vire tout de suite les articles uniquement descriptifs. L’engagement permet le débat, et une dynamique de l’information. A nous de pondérer les différents avis pour tirer une opinion personnelle. Après asservir une information à une idéologie et le travers d’une telle approche des media, je suis d’accord, mais je ne vois pas trop ce que l’on pourrait faire à cet égard.

En ce qui concerne la baisse de la qualité, il y’a longtemps que je me suis rangé du côté de la « presse universitaire ». Le métier a changé, et les seuls articles potables sont publiés dans des revues spécialisées, ou par des journalistes qui sont profs par ailleurs. Bien que lecteur fidèle de la presse quotidienne, je me demande souvent qu’elle a été la valeur ajoutée de ma lecture en refermant le journal.
Bref, je pense que la prolifération des media doit conduire le lecteur à avoir une approche diversifiée : La fidélité à un seul journal n’a aucun sens. Puiser ce que l’on recherche (grâce à internet, et plusieurs quotidiens), est la seule véritable attitude à avoir.

"2ou7ibou jouinta ltanjawiya" Ibn Batouta
"Je vois la vie en Blaugrana" L.W.R

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

JamesNondorfskoya a écrit:
Woody a écrit:

Autre chose : je ne suis pas d'accord avec l'idée que la presse doit être engagée pour être de qualité. Au contraire, même. La fonction essentielle de la presse, c'est évidemment d'informer, pas de donner un avis. Le bon journal n'est pas celui qui déforme l'information pour l'asservir au profit de ses idées (Libé), c'est celui qui fournit une information aussi complète et objective que possible (même si l'objectivité n'est qu'un idéal impossible à atteindre) à partir de laquelle le lecteur est capable de se forger ses opinions.
Peut-être le déclin de cette presse qui prend position est-il justement lié au fait que les lecteurs en ont assez de se voir dicter ce qu'ils doivent penser, surtout que les opinions des journaleux ne reflètent pas du tout celles des Français, notamment en campant sur la division droite/gauche.

Si c’était que de l’info que l’on rechercherait woody, on se contenterait de l’AFP. Non, moi je recherche uniquement de l’analyse. D’ailleurs inconsciemment je vire tout de suite les articles uniquement descriptifs. L’engagement permet le débat, et une dynamique de l’information. A nous de pondérer les différents avis pour tirer une opinion personnelle. Après asservir une information à une idéologie et le travers d’une telle approche des media, je suis d’accord, mais je ne vois pas trop ce que l’on pourrait faire à cet égard.

En ce qui concerne la baisse de la qualité, il y’a longtemps que je me suis rangé du côté de la « presse universitaire ». Le métier a changé, et les seuls articles potables sont publiés dans des revues spécialisées, ou par des journalistes qui sont profs par ailleurs. Bien que lecteur fidèle de la presse quotidienne, je me demande souvent qu’elle a été la valeur ajoutée de ma lecture en refermant le journal.
Bref, je pense que la prolifération des media doit conduire le lecteur à avoir une approche diversifiée : La fidélité à un seul journal n’a aucun sens. Puiser ce que l’on recherche (grâce à internet, et plusieurs quotidiens), est la seule véritable attitude à avoir.

J'applaudis ce post de tous mes membres.
Et je regrette encore une fois l'absence totale de presse d'opinion généraliste et grand public.

Please could you take this note, ram it up your hairy inbox and pin it to your fucking prostate.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Pas d'accord (avec Neige). Le vrai problème n'est pas la diversification des supports mais la nature de l'information véhiculée, et chaque support est doté de qualités qui le destinent à un type particulier d'informations. Avec l'avènement de la radio, de la TV et surtout d'internet, la presse ne peut plus faire du factuel (comme je l'ai dit plus haut). Il faut tout simplement abandonner la presse de dépêche qui ne fait qu'informer, pour se concentrer sur les possibilités d'analyse, d'interprétation, de créativité, d'engagement, de suggestion, etc. propres à la presse.

Last edited by Le prosateur (13-06-2006 14:28:31)

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Le prosateur a écrit:
Woody a écrit:

Autre chose : je ne suis pas d'accord avec l'idée que la presse doit être engagée pour être de qualité. Au contraire, même. La fonction essentielle de la presse, c'est évidemment d'informer, pas de donner un avis. Le bon journal n'est pas celui qui déforme l'information pour l'asservir au profit de ses idées (Libé), c'est celui qui fournit une information aussi complète et objective que possible (même si l'objectivité n'est qu'un idéal impossible à atteindre) à partir de laquelle le lecteur est capable de se forger ses opinions.
Peut-être le déclin de cette presse qui prend position est-il justement lié au fait que les lecteurs en ont assez de se voir dicter ce qu'ils doivent penser, surtout que les opinions des journaleux ne reflètent pas du tout celles des Français, notamment en campant sur la division droite/gauche.

Je crois justement que c'est cette foutue volonté d'objectivité qui mène à une information aseptisée. Et quand je dis engagé, ce n'est pas forcément un engagement définitif pris comme ligne de conduite par un journal, mais un engagement à chaque fois renouvelé, pour chaque sujet traité. Il peut y avoir des journaux positionnés au centre (bien qu'ils finissent toujours par basculer plus ou moins d'un côté ou de l'autre) qui s'engageraient et dont les journalistes n'hésiteraient pas à donner leur avis, en argumentant bien sûr, sur les divers sujets d'actualités, éventuellement en mettant côte à côte des opinions différentes. C'est ce que Le Monde a essayé de faire dans ses pages Débats et c'est ma foi plutôt réussi. L'avenir de la presse est plutôt là pour moi. Il faut laisser l'information concise, factuelle et non-interprétée aux agences de presse, à internet, voire aux JT, et s'attacher à expliquer les ressorts des diverses affaires, à analyser l'actualité, à livrer les opinions les plus diverses ; les gens ne s'intéressent pas à la presse pour l'info pure et dure (autant rester chez soi devant google actualités), mais pour l'éclairage qu'elle peut apporter sur l'actualité souvent complexe de notre monde et de notre société. En plus, ce serait là son vrai rôle de média citoyen...

Je crois fondamental de distinguer analyse et prise de position. [EDIT : Cela vaut aussi pour James et Pierre-L]
L'analyse, c'est effectivement ce que la presse apporte, par rapport aux agences de presse et à Google News. L'objectivité n'existe pas, mais l'analyse n'est pas si subjective que cela.
La prise de position, voilà ce qui à mon avis ne fait plus recette pour la presse. Tu critiques l'information aseptisée. Personnellement, je la souhaite. Encore une fois, je préfère une information aseptisée à une information déformée pour transmettre des opinions. L'opinion, c'est au lecteur de se la faire. Celle des journalistes n'a aucun intérêt, ce ne sont pas des hommes politiques et ce n'est pas en tant que journalistes, mais en tant que simples citoyens comme leurs lecteurs, qu'ils sont des électeurs.
Après, je n'ai rien contre l'existence de tribunes et de pages débats dans les journaux, bien au contraire, mais elles doivent être séparées de l'information en tant que telle.

Last edited by Woody (13-06-2006 14:33:27)

"Sacrifier la terre au paradis, c'est laisser la proie pour l'ombre." - Hugo, Les Misérables

Paix et Amour.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Pierre-L a écrit:
Woody a écrit:
Pierre-L a écrit:

Vous êtes bien optimiste mon cher Woody...

Releguons la presse gratuite à la fosse à purin !

Oui, je suis peut-être optimiste. Je suis toujours optimiste a priori, jusqu'à ce qu'on m'ait apporté une raison de ne pas l'être. En ce qui concerne les développements futurs de la presse payante, je ne vois pas de telle raison.

Ca entrainerait des restructurations de format, des restrictions de contenu...

Pas forcément. (Voir mes autres posts.)

...une augmentation de la pub...

C'est un moindre mal.

...et sans compter une dépendance totale aux annonceurs qui est aussi malsaine que la sujetion à des grands groupes industriels.

Non, car la relation aux annonceurs reste ouverte, changeante, et n'implique pas irrémédiablement l'assujetissement de l'information au bon-vouloir de l'entreprise.

"Sacrifier la terre au paradis, c'est laisser la proie pour l'ombre." - Hugo, Les Misérables

Paix et Amour.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

L'analyse est subjective car elle relève de l'interprétation. Chaque analyste accorde plus ou moins d'importance à certains facteurs et tire des conclusions différentes.
Je ne crois pas beaucoup à la responsabilité intellectuelle de nos citoyens et à leur faculté à se forger eux-même une opinion. Plus les idées circulent (notamment à travers les médias), plus le débat est riche et plus la démocratie est vivante. Le tout, c'est que les journaux affichent clairement leur position et alors il ne pourra y avoir de manipulation et de détournement possible. Quand je lis l'Huma, je saisis sans problème qu'ils expriment une opinion et non des faits.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Le prosateur a écrit:

L'analyse est subjective car elle relève de l'interprétation. Chaque analyste accorde plus ou moins d'importance à certains facteurs et tire des conclusions différentes.

OK, il est vrai que l'analyse est plus subjective que l'information de base. Néanmoins, elle n'implique pas forcément de prise de position politique.
Je reste comme vous persuadé qu'il faut de l'analyse pour que la presse garde son intérêt ; là où je ne suis pas d'accord, c'est sur la nécessité d'un engagement politique du journal.

Je ne crois pas beaucoup à la responsabilité intellectuelle de nos citoyens et à leur faculté à se forger eux-même une opinion.

Je crois moins encore en l'honnêteté intellectuelle de journalistes dont on sait la proximité potentielle avec les politiques, entre autres.

Plus les idées circulent (notamment à travers les médias), plus le débat est riche et plus la démocratie est vivante.

[mode= boutade à moitié] Vive le courrier des lecteurs!

"Sacrifier la terre au paradis, c'est laisser la proie pour l'ombre." - Hugo, Les Misérables

Paix et Amour.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

On peut s'engager successivement sur certains sujets d'actualité sans pour autant s'engager politiquement. Seulement il me semble improbable voire impossible de rester totalement neutre politiquement tout en commentant l'actualité ; c'est naturel, les journalistes qui se ressemblent s'assemblent, et il se dégage toujours une unité politique, plus ou moins prononcée, dans un journal. Le tout, c'est que le journaliste assume clairement son positionnement et n'essaie pas de se présenter comme un arbitre neutre ; dans ce cas-là, pas de méprise ni de malhonnêteté possibles.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Greg a écrit:

Tu n'aime pas le consensualisme de July, mais tu défends le consensualisme des médias par ailleurs, en stigmatisant tout journaliste qui sort un peu des sentiers battus. Contradiction ?

Désolée du retard, mais la mauvaise fois de Greg m'étonnera décidément toujours.

Greg, je n'ai jamais dit apprécier le consensualisme, tes raccourcis à deux balles du style tu n'aimes pas KZ tu es à la botte du pouvoir / consensualiste / etc..., ils deviennent lourds. Tu deviens presque aussi manichéen que Bush : vous n'êtes pas d'accord, vous êtes contre moi, méchants !

Ce que j'ai dit ne pas aimer par contre, c'est le pseudo-journalisme de bas étage de KZ digne du National Enquirer. D'où le fait que je sois contente qu'il soit jeté de Canal.

Last edited by Eidólon (13-06-2006 14:42:59)

Work is the curse of the drinking classes.

I would like to make a toast to lying, stealing, cheating and drinking. If you're going to lie, lie for a friend. If you're going to steal, steal a heart. If your going to cheat, cheat death. And if you're going to drink, drink with me.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Le prosateur a écrit:

On peut s'engager successivement sur certains sujets d'actualité sans pour autant s'engager politiquement. Seulement il me semble improbable voire impossible de rester totalement neutre politiquement tout en commentant l'actualité ; c'est naturel, les journalistes qui se ressemblent s'assemblent, et il se dégage toujours une unité politique, plus ou moins prononcée, dans un journal. Le tout, c'est que le journaliste assume clairement son positionnement et n'essaie pas de se présenter comme un arbitre neutre ; dans ce cas-là, pas de méprise ni de malhonnêteté possibles.

OK, si tu veux, mais je ne crois pas que ce soit ce que la majorité des Français attend de la presse. D'où l'insuccès de certains grands journaux.

"Sacrifier la terre au paradis, c'est laisser la proie pour l'ombre." - Hugo, Les Misérables

Paix et Amour.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Si les Français n'attendent pas ça de la presse, alors ils n'attendent rien d'autre d'elle, à part peut-être leur permettre de faire passer le temps dans le métro. Si les français attendent une information "pure" et gratuite, alors ils leur suffit d'aller sur le web pour satisfaire leur besoins.
Mais peut-être que le vrai problème est là : les gens n'ont plus aucun intérêt pour la "vraie" presse, ni pour la "vraie" information, et préfèrent lire, écouter et voir des émissions et articles débilitants, redondants, et véhiculant une pensée uniforme, fade. Le triomphe de "chacun ses goûts, chacun ses opinions"...

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Necrid a écrit:

Il faut défendre les ouvriers certes, mais ceux-ci votent FN. Que faire ?

Déjà, ça c’est faux. Les ouvriers ne sont pas surreprésentés dans l’électorat FN (mythe du déplacement PC-FN).








Neige a écrit:

J'en appelle au constat lucide formulé par Pierre Assouline lors du débat à l'Ecole de Journalisme samedi dernier : Libé, Le Figaro et Le Monde vont disparaître s'ils s'adaptent trop lentement. Il préconise l'augmentation du tarif papier des grands quotidiens (ex : un journal "cher à 2 euros) couplé à une généralisation du support virtuel de l'info. Bref, reproduire à l'échelle de l'hexagone la révolution amorcée outre atlantique depuis déjà quelques années (citons l'exemple du New York Times). La chute de la presse traditionnelle cantonnée au support papier sera selon lui inéluctable dès l'instant où un vrai "scoop" naîtra sur la Toile.
La seule solution viable (c'est la conclusion assoulienne) reste donc l'extension des sservices d'information internet des grands quotidiens (www.lefigaro.fr ou www.lemonde.fr) afin de faire rentrer davantage de rentrées publicitaires dans les caisses des grands journaux nationaux. La baisse (déjà constatée) des tirages papiers sera compensée par le prix élevé de l'exemplaire. Qui dit mieux ?

Quelle erreur. On a déjà l’une des presses les plus chères du monde et Assouline voudrait encore augmenter le prix. Mais qui peut croire que Libé vaut 1,20 euros ? Que celui qui est prêt à lâcher le prix de quatre baguettes pour Le Figaro me lance la première pierre. A part Le Monde et Le Canard, je lâche pas le fric.
Cette solution entraînerait un assèchement du lectorat et une baisse dramatique des ventes.

Le Monde ne peut s'en sortir que d'une seule façon: toujours plus de qualité. Le jour où ils feront machine arrière en proposant de longs articles fouillés et passionnants plutôt que des encadrés de 800 signes, les choses iront peut-être mieux. Les abonnés au Time ou ceux qui ont parfois l'occasion de lire The Guardian  comprendront.

Last edited by babybarn007 (13-06-2006 14:53:57)

"Your representative owes you, not his industry only, but his judgment; and he betrays, instead of serving you, if he sacrifices it to your opinion."
"I am a selfish, petty, waste of the oxygen in the air that useful people could be using".
"You campaign in poetry, you govern in prose".

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Sur le fond, pour votre débat sur la presse aseptisée / objective / soumise, je crois que vous oubliez un point important.

Transmettre de l'information et des dépêches officielles, c'est une chose, et ça l'afp ou reuters le font très bien.
Le vrai rôle d'un journaliste est double : investigation et analyse. Ensuite, dans l'investigation, il faut avoir une éthique, vérifier les faits, les sources, les chiffres et ne pas choisir ceux qui arrangent pour obtenir uniquement l'analyse "qui plaît". Parce que l'analyse se doit d'être la plus objective possible, et comme ce n'est pas toujours possible, notamment lorsqu'il s'agit de décisions et choix faits par les politiques, gouvernants ou dirigeants, il s'agit d'être balancé et de donner tous les éléments permettant au lecteur de juger lui-même.

Ce que je viens de décrire, en France, on ne sait pas le faire. Ca demande du courage intellectuel et du travail d'investigation qui n'existe absolument pas dans les rédactions françaises où on attend simplement de recevoir un fichier de noms falsifié et le diffuser sans s'être même posé de questions sur sa provenance, sa véracité, etc...

Pour moi, il y a assez peu de presses qui ont une telle qualité, mais à mon sens, la bbc, le washington post et parfois le NY Times s'en approchent. En France je cherche encore, donc, pour avoir les infos, je regarde euronews (les rois de la dépêche, même s'ils commencent à vouloir avoir une ligne éditoriale plus que discutable) et je lis les dépêches afp. Et pour m'amuser, je lis le Monde.

Work is the curse of the drinking classes.

I would like to make a toast to lying, stealing, cheating and drinking. If you're going to lie, lie for a friend. If you're going to steal, steal a heart. If your going to cheat, cheat death. And if you're going to drink, drink with me.

66

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

babybarn007 a écrit:
Necrid a écrit:

Il faut défendre les ouvriers certes, mais ceux-ci votent FN. Que faire ?

Déjà, ça c’est faux. Les ouvriers ne sont pas surreprésentés dans l’électorat FN (mythe du déplacement PC-FN).

30 % des ouvriers votent FN.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Necrid a écrit:
babybarn007 a écrit:
Necrid a écrit:

Il faut défendre les ouvriers certes, mais ceux-ci votent FN. Que faire ?

Déjà, ça c’est faux. Les ouvriers ne sont pas surreprésentés dans l’électorat FN (mythe du déplacement PC-FN).

30 % des ouvriers votent FN.

23% en 2002 soit exactement le même score qu'en 95.

Artisans, commerçants, chefs d'entreprise: 13% en 1995, 31,5% en 2002.

"Your representative owes you, not his industry only, but his judgment; and he betrays, instead of serving you, if he sacrifices it to your opinion."
"I am a selfish, petty, waste of the oxygen in the air that useful people could be using".
"You campaign in poetry, you govern in prose".

68

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

C'est bien gentil de trouver que les méchants actionnaires ils font dire ce qu'ils veulent etc mais en attendant à part des actionnaires privés et l'Etat quelqu'un a une solution à proposer ? Non. Et perso je préfère voir l'info entre les mains de groupes privés plutot qu'entre les mains d'Etats.

Ensuite pour le coup du journalisme d'enquête, celui qui va chercher la vraie info, qui fait son boulot et qui dérange, qui balance pas les infos brutes : farces et attrape couillon. Ce genre de journalisme n'est pas autre chose que de la politique et du balançage d'idées sous couvert de vérité.

Un petit exemple perso : Dans un bouquin sur l'Afrique, un journaliste qui se la ramenait "ouai vous comprenez moi jsuis indépendant, je dérange, je gêne, alors on complote contre moi" avait écrit qu'un diplomate français portait des lunettes en or. Le diplomate en question l'a appelé (ils ne s'étaient jamais vu bien sur) et lui a dit "vous venez me voir quand vous voulez, je vous montre mes lunettes". Jamais eu de réponse..... Ok ça reste un exemple mais tout ça pour dire que

- ou le public est capable de se forger une opinion à partir d'une retranscription des faits de type agence de presse (on pourrait d'ailleurs aussi parler des agences de presse, l'AFP qui survit grace aux subventions de la République, alors qu'en France les petites agences locales et/ou associatives n'ont pas un rond ; dans le genre liens avec le pouvoir c'est pas mal) et à ce moment là le journalisme dit d'enquête ne sert à rien

- ou alors le public est pas capable de faire son opinion, auquel cas le journalisme dit d'enquête est dangereux puisque manipulant allégrement les faits pour faire passer ses idées.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Eidolon, c'est ton argumentaire de type "ah je suis content qu'on le vire celui-là, quel consensualiste" (ce qui est faux) qui me fait réagir.

July n'avait pas grand chose de consensualiste. Si tu regardes France europe express il est plutôt de ceux qui posent les questions qui fachent.  Je t'accorde qu'il n'était surement pas le plus dangereux des journalistes, mais il a quand même écrit, et pas qu'en bien, sur les gens de son propre camp, notamment Mitterrand, ce qui me paraît être une illustration de son objectivité.

Quant à présumer de ma mauvaise foi, franchement, c'est tellement petit, et c'est tellement du procès d'intention, que je crois que ça ne sert à rien d'y répondre.

Par contre, je vois de la mauvaise foi, quand on est de droite, à se réjouir du fait qu'un journaliste de gauche se fasse virer en disant sans rire que July était consensualiste.

Last edited by Greg (13-06-2006 15:02:16)

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

70

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

babybarn007 a écrit:
Necrid a écrit:
babybarn007 a écrit:

Déjà, ça c’est faux. Les ouvriers ne sont pas surreprésentés dans l’électorat FN (mythe du déplacement PC-FN).

30 % des ouvriers votent FN.

23% en 2002 soit exactement le même score qu'en 95.

Artisans, commerçants, chefs d'entreprise: 13% en 1995, 31,5% en 2002.

30 %, pas 23.

http://www.ipsos.fr/canalipsos/articles/899.asp

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Greg a écrit:

Par contre, je vois de la mauvaise foi, quand on est de droite, à se réjouir du fait qu'un journaliste de gauche se fasse virer en disant sans rire que July était consensualiste.

Donc seuls les mecs de gauche sont habilités à juger si les autres mecs de gauche sont consensualistes... Belle conclusion.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

1) ipsos ipsos, c'est bien eux qui donnaient le Pen derrière Jospin en 2002 ?

2) retourne toi un peu smile

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Qu'est-ce que le fait que je sois de droite vient faire là-dedans ? Tu m'expliques ? J'en ai autant pour le Figaro, si tu veux et pour le journal de Pernault. Pas de problème. C'est petit de ma part de dire que tu es de mauvaise foi, mais pas de la tienne de dire que je suis de mauvais foi parce que de droite ? Faut te calmer un peu je crois.

Et oui, désolée, regarde la ligne éditoriale de Libé, c'est consensualiste, c'est même plus que mou. France Europe Express l'est aussi et ce n'est pas parce que July essaie d'y faire de la provoc en posant deux trois questions qu'il n'en est pas moins très consensualiste. Il y a une grande différence entre les deux notions.

Work is the curse of the drinking classes.

I would like to make a toast to lying, stealing, cheating and drinking. If you're going to lie, lie for a friend. If you're going to steal, steal a heart. If your going to cheat, cheat death. And if you're going to drink, drink with me.

74

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Eidólon est male à droite.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Fabb a écrit:

Eidólon est male à droite.

Non, pour une simple raison, je ne me reconnais dans aucun parti "de droite" en France. Ni de gauche, d'ailleurs.

Work is the curse of the drinking classes.

I would like to make a toast to lying, stealing, cheating and drinking. If you're going to lie, lie for a friend. If you're going to steal, steal a heart. If your going to cheat, cheat death. And if you're going to drink, drink with me.

76

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Ah ? De quel parti te sens-tu la plus proche ?

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Eidólon a écrit:

Non, pour une simple raison, je ne me reconnais dans aucun parti "de droite" en France. Ni de gauche, d'ailleurs.

Ils sont 69% de français à penser comme toi.

(et comme moi aussi, accessoirement)

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Et moi et moi!

"Sacrifier la terre au paradis, c'est laisser la proie pour l'ombre." - Hugo, Les Misérables

Paix et Amour.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Necrid a écrit:

30 %, pas 23.

C’est tout à fait faux et confirmé par les enquêtes de TNS Sofres qui fournit un tableau bien plus détaillé de la structuration de l’électorat FN

http://www.tns-sofres.com/etudes/dossie … 1995.htm#2



http://dsedh.free.fr/transcriptions/collovald95.htm


Pascale Fourier : Il y a un petit quelque chose, non pas que j’ai pas compris, mais que j’aimerais bien qu’on souligne. Quand vous dites que 30% en fait ont voté pour le Front National, c’est 30% des votes effectifs; mais il y a eu énormément de personnes qui se sont abstenues. J’ai bien compris…
Annie Collovald  : C’est ça. Oui. Par exemple quand on se reporte aux travaux de l’INSEE, c’est-à-dire ceux qui travaillent vraiment sur les statistiques électorales et notamment sur les bureaux de vote et non pas sur des réponses à des sondages, on s’aperçoit d’abord que plus de 10% de la population française n’est pas inscrite sur les listes électorales, c’est-à-dire ne peut pas aller voter. Et que parmi ceux qui ne votent pas, ce sont plutôt les groupes les plus faibles. Ce sont par exemple les chômeurs à 31% et les ouvriers sans qualification : 32%. A l’inverse les intellectuels, les professeurs, les cadres du privé votent; ce n’est pas l’abstention leur principale orientation électorale..

Last edited by babybarn007 (13-06-2006 15:16:30)

"Your representative owes you, not his industry only, but his judgment; and he betrays, instead of serving you, if he sacrifices it to your opinion."
"I am a selfish, petty, waste of the oxygen in the air that useful people could be using".
"You campaign in poetry, you govern in prose".

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Necrid a écrit:

Ah ? De quel parti te sens-tu la plus proche ?

Aucun en France, et ce n'est pas faute de chercher. Mon gros problème étant que je ne me reconnais dans le système politique dans son ensemble, qui pour moi n'est pas capable de se remettre en cause et de s'adapter aux évolutions de la société et du monde autour de nous. Ce à quoi on assiste aujourd'hui est du crêpage de chignon sur des mesurettes qui ne serviront surtout à rien dans le long terme. Et ça fait 20 ans que ça dure, si ce n'est plus.

Work is the curse of the drinking classes.

I would like to make a toast to lying, stealing, cheating and drinking. If you're going to lie, lie for a friend. If you're going to steal, steal a heart. If your going to cheat, cheat death. And if you're going to drink, drink with me.

81

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Woody a écrit:

Et moi et moi!

Pas moi pas moi!

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

@Eidolon : 25 ans déjà, le temps passe vite....

83

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

babybarn007 a écrit:
Necrid a écrit:

30 %, pas 23.

C’est tout à fait faux et confirmé par les enquêtes de TNS Sofres qui fournit un tableau bien plus détaillé de la structuration de l’électorat FN

http://www.tns-sofres.com/etudes/dossie … 1995.htm#2



http://dsedh.free.fr/transcriptions/collovald95.htm


Pascale Fourier : Il y a un petit quelque chose, non pas que j’ai pas compris, mais que j’aimerais bien qu’on souligne. Quand vous dites que 30% en fait ont voté pour le Front National, c’est 30% des votes effectifs; mais il y a eu énormément de personnes qui se sont abstenues. J’ai bien compris…
Annie Collovald  : C’est ça. Oui. Par exemple quand on se reporte aux travaux de l’INSEE, c’est-à-dire ceux qui travaillent vraiment sur les statistiques électorales et notamment sur les bureaux de vote et non pas sur des réponses à des sondages, on s’aperçoit d’abord que plus de 10% de la population française n’est pas inscrite sur les listes électorales, c’est-à-dire ne peut pas aller voter. Et que parmi ceux qui ne votent pas, ce sont plutôt les groupes les plus faibles. Ce sont par exemple les chômeurs à 31% et les ouvriers sans qualification : 32%. A l’inverse les intellectuels, les professeurs, les cadres du privé votent; ce n’est pas l’abstention leur principale orientation électorale..

Tiens c'est bizarre, je n'arrive pas à trouver une seule enquête post-électorale des présidentielles de 2002. Ton tableau concerne les élections de 1995.

Quant à l'interview de la prof de Paris X, j'en rigole encore. C'est d'un larmoyant. Encore une qui n'entend pas ou pire fait semblant de ne pas entendre.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Dédicace pour Czar :

Nicolas, Ségolène et nos enfants, par Frédéric Dutoit
LE MONDE | 13.06.06 | 13h47  •  Mis à jour le 13.06.06 | 13h47









quoi jouent-ils, l'ancien maire de la très bourgeoise Neuilly-sur-Seine et la présidente de la très rurale région Poitou-Charentes, quand ils déboulent, chez nous, dans les quartiers populaires des métropoles urbaines, pour y jouer les gros bras ? Sont-ils au courant que nous ne sommes pas des peuplades à soumettre, mais leurs concitoyens ? On a l'impression que non.

Voyez-vous, comme partout, la plupart de nos enfants font notre fierté. Un petit nombre d'entre eux nous désolent par leurs mauvais comportements. Parfois même, ils nous pourrissent la vie. Nous connaissons mieux que quiconque la nécessité d'empêcher ça, et sévèrement s'il le faut. Mais nous n'oublions pas pour autant qu'ils sont nos enfants. Et nous savons qu'ils ont besoin de le savoir, de ne pas en douter, si nous voulons éviter qu'ils se perdent.

Dans les quartiers nord de Marseille, beaucoup de difficultés nous assaillent. Il y a les injustices, la pauvreté, le chômage, le délabrement des services publics. Mais ce ne sont pas ces maux destructeurs qui me viennent à l'esprit quand je vois le cinéma sécuritaire dont on nous accable. C'est la dislocation sociale que provoque directement ce barnum électoral.

Mon expérience me le prouve chaque jour : aucune menace répressive ne peut aboutir à quoi que ce soit si d'abord n'est pas clairement, puissamment reconnue l'appartenance de nos enfants, de tous nos enfants, à la communauté. Ce sont eux qui vont continuer le pays, recueillir notre héritage fait d'ombre et de lumière, l'amener là où ils pourront et le transmettre à leur tour.

J'écris "tous nos enfants" et je le fais à dessein parce que je suis marseillais, marseillais des quartiers nord. Ici, nos enfants, nos jeunes, ceux qui vont nous continuer sont de toutes couleurs et de toutes fois. Ils s'aiment et ils se chamaillent, ils s'invitent les uns chez les autres, un jour ils se mettent en ménage et ils font à leur tour des enfants. Le creuset marseillais. Le creuset populaire.

Mais nous voyons bien qu'il est plus difficile de trouver un travail quand on donne l'adresse d'une cité HLM. Nous voyons bien que ceux de nos enfants qui ont la peau sombre, ceux des nôtres qui se nomment Mohamed ou Fatima doivent affronter de pénibles discriminations. Et nous constatons que leur âme est traversée d'un doute : suis-je vraiment une citoyenne ou un citoyen légitime ? Tant de signes leur donnent à croire qu'ils sont des corps étrangers, vécus comme hostiles. Et beaucoup d'entre nous, adultes et élus, tentons comme nous pouvons de trouver les mots du réconfort : vous êtes des nôtres, n'en doutez pas, votre citoyenneté ne consiste pas à obéir, à vous incliner, à vous "intégrer", elle est la grande et belle responsabilité devant laquelle vous êtes placés, comme toute nouvelle génération, de prendre le relais et d'assurer dignement votre souveraineté sur la République.

Si ce travail n'est pas fait, une fracture mortelle détruira nos quartiers et la société. Aucune manifestation d'autorité n'y pourra rien. Si ce travail est fait, oui, nous pouvons envisager avec quelque chance de succès des dispositifs efficaces de lutte contre la violence et l'insécurité qui abîment gravement notre vie quotidienne. Sévérité ? Répression ? Ça ne me choque pas, si les mesures coercitives prises pour rendre possible la tranquillité publique ne cachent jamais une guerre aux pauvres, une guerre aux jeunes, une guerre à ceux de nos enfants qui n'ont pas les Gaulois pour ancêtres.

M. Sarkozy, comme président du conseil général du département le plus riche de France et deuxième personnage du gouvernement, vous avez une responsabilité directe dans la ségrégation sociale et raciale imposée à nos villes. Quand vous venez de nuit dans les cités populaires, survolé d'hélicoptères et entouré de caméras, quand vous y lancez, contre ceux que vous rejetez de vos ghettos pour riches, des insultes savamment concoctées par vos conseillers en communication, vous semez le désordre et le dégoût de la politique.

Mme Royal, pour votre premier "coup" de candidate, quand vous choisissez d'aggraver encore la stigmatisation de nos quartiers en faisant comme s'ils étaient l'espace naturel de l'insécurité, croyez-vous vraiment que vous contribuez à construire la résistance populaire sans laquelle aucun pouvoir ne pourra ébrécher les injustices qui désespèrent notre peuple ? Vous estimez pouvoir rassembler les électeurs de gauche autour de vous. Vous prenez l'affaire à l'envers. Ça ne se fera pas sans que d'abord soient reconnues la grandeur du peuple et la fécondité de sa jeunesse, toute sa jeunesse.

Frédéric Dutoit, député (PCF) des Bouches-du-Rhône, est maire des 15e et 16e arrondissements de Marseille.

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Eidólon a écrit:
Necrid a écrit:

Ah ? De quel parti te sens-tu la plus proche ?

Aucun en France, et ce n'est pas faute de chercher. Mon gros problème étant que je ne me reconnais dans le système politique dans son ensemble, qui pour moi n'est pas capable de se remettre en cause et de s'adapter aux évolutions de la société et du monde autour de nous. Ce à quoi on assiste aujourd'hui est du crêpage de chignon sur des mesurettes qui ne serviront surtout à rien dans le long terme. Et ça fait 20 ans que ça dure, si ce n'est plus.

+5

"Sacrifier la terre au paradis, c'est laisser la proie pour l'ombre." - Hugo, Les Misérables

Paix et Amour.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Necrid a écrit:

Tiens c'est bizarre, je n'arrive pas à trouver une seule enquête post-électorale des présidentielles de 2002. Ton tableau concerne les élections de 1995.

Quant à l'interview de la prof de Paris X, j'en rigole encore. C'est d'un larmoyant. Encore une qui n'entend pas ou pire fait semblant de ne pas entendre.

Il ne s’agit pas de nier que les ouvriers votent FN (et encore moins d’asséner des jugements lapidaires sur tel ou tel politologue dont je suis sûr que tu connais tous les ouvrages) mais de mettre en lumière la structuration du vote pour l’extrême-droite. A cet aune, on se rend compte que le FN progresse avant tout chez les retraités et les commerçant et artisans.
Comme quoi la presse a quand même en pouvoir lorsqu’elle clame en chœur que c’est la « France d’en bas » qui choisit JMLP. La preuve.

Last edited by babybarn007 (13-06-2006 16:02:02)

"Your representative owes you, not his industry only, but his judgment; and he betrays, instead of serving you, if he sacrifices it to your opinion."
"I am a selfish, petty, waste of the oxygen in the air that useful people could be using".
"You campaign in poetry, you govern in prose".

87

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Greg a écrit:

On peut avoir ses opinions sur telle ou telle presse, on peut avoir des opinions sur les gens, mais je suis comme d'habitude agacé de cette façon que le gros populas aime à tremper son sang dans les mains des guillotinés.

Le jour où ça vous arrivera, vous vous rendrez compte à quel point votre attitude est dégueulasse. July n'a pas piqué dans la caisse de l'Etat, il n'a pas tué, il n'a pas escroqué, il n'a pas menti. Tout comme Karl Zero, c'est une partie de la presse libre qui disparaît avec July.

Par ailleurs, vous devez aussi vous féliciter du fait que les groupes d'armements Dassault, Lagardère ou américains type Carlyle ou autres groupes financiers controlent l'information, histoire qu'on ait une info toujours plus aseptisée, toujours plus basée sur l'entertainment, toujours plus de journalisme de dépeches (le journalisme paresseux). 

Le monde change, mais pas dans le sens de la démocratie, ça c'est sur. Ca me dégoute.

Ah mon petit eunuque, je me dois d'avouer que ta prose éruptive et malhabile m'avait bien manqué.

Il n'y a que toi pour oser clamer sans crainte du ridicule, tel un saint-Just de Café des Sports qu'avant que Papy Serge n'y mette les mains, la presse n'était que le candide support par lequel s'établissait la justice, intraitable et pure, réclamant son lot quotidien de sang contre-révolutionnaire et gras ( le riche mangeait beaucoup autrefois, aujourd'hui, c'est le pauvre).


Depuis sa création sous feu le grand Théophraste, la presse a toujours été le vecteur de l'idéologie la plus partiale.
Du pouvoir au départ, de chaque camp par la suite. Penses-tu que les libelles attribuant à Marie-Antoinette des amours saphiques avec la Lamballe ou avec Artois valaient mieux que le sac de pus ardissonien qu'est Entrevue ?

Tous les organes de presse ont toujours suivi servilement la voie de leur maître, qu'il soit monarchiste ou républicain, de droite ou de gauche.

A Perpignan en 1873, on lisait "Le Roussillon" si l'on était légitimiste, "L'indépendant" si l'on était républicain. le journal n'était qu'un organe de propagande, se percevait comme tel et était revendiqué ainsi.

La partialité n'a, en soi, jamais été un problème. Il y avait certainement plus de choix pour le lecteur du XXème siècle naissant qui pouvait confronter l'édito vengeur du Maître de Martigues à la tribune de Jaurès ou au coup de croc de Clémenceau dans l'Aurore. La presse, média unique se doit se réfléter l'ensemble du spectre politique. La presse satirique de l'époque est à elle seule un genre.

Il n'y a que dans tes rêves humides d'adolescent tardif au noeud freudien pas encore réglé que la presse est restée vierge. Oui, elle est bien une putain sur laquelle tout le monde est passé.

La quête de "l'objectivité" a conduit au journalisme fécal des écoles éponymes, dans lesquelles une bibliothèque est aussi incongrue que la présence d'un butler chez un roi nègre.

Cette presse que tu as contribué à vouloir, elle se contente de cracher ses dépêches AFP en massacrant la syntaxe française en étant sûre de faire un travail de journaliste puisque la précieuse possession d'une carte tricolore le lui en donne la preuve et 30% d'abattement de frais professionnels.



"Czar dont on sait ce qu'il représente"  bravo ma couille, j'avais pas entendu parler des "heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire" depuis bien trop longtemps, tu m'as arraché un sourire. Faut vraiment qu'on se la boive cette bière un soir, je suis sûr qu'on se marrerait, ça vaudrait même la peine que j'honore la capitale de ma trop modeste présence un soir. En plus, tu pourras me raconter cette histoire de complot du 11 septembre big_smile


Toast, merci pour l'article : nostalgie de l'époque où seuls ceux qui avaient souscrit à Pif gadget et à son petit supplément politique pouvaient se régaler journellement de cette prose vengeresse et prolétarienne. (enfin plus geignarde que vengeresse sur ce coup). Ca déçoit toujours, les anciens méchants quand ils deviennent faibles, même les roquets leurs donnent des coups de dent)

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

C'était un communiqué du président de l'association NAZIE : Nationaux Antidreyfusards Zigouillant Imimmigrés et Etrangers.

Last edited by Neige (13-06-2006 20:29:51)

Je suis partout

89

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Greg a raison, jvois pas l'intérêt de jubiler sur l'éjection de July. M'enfin si ça vous fait vous sentir mieux...

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Necrid a écrit:
Greg a écrit:

Giesbert a en effet marqué un gros point avec son bouquin d'une rare liberté, mais on se doute bien que derrière ça, il liquide le passé Chiraquien pour se placer près de Sarkozy. Ceci dit, j'admet que son bouquin est un acte de courage et d'information même si au fond, il tire un peu sur des ambulances.

Son livre ? Je suis en train de le lire en ce moment. Bof Giesbert n'est qu'un tâcheron de troisième ordre. On croirait lire Minute, les délires fascisants en moins.

euh...tu as lu Minute ces 5 dernières années? parce que je vois pas grand chose de fascisant dans ce torche-cul

If it moves, tax it. If it keeps moving, regulate it. And if it stops moving, subsidize it.

« A quoi bon détruire les dictateurs si l’on continue, sous prétexte de discipline sociale et pour faciliter la tâche des gouvernements, à former des êtres faits pour vivre en troupeaux ? Ce ne sont pas les dictateurs qui font les dictatures, ce sont les troupeaux »

91

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

roxx a écrit:
Necrid a écrit:
Greg a écrit:

Giesbert a en effet marqué un gros point avec son bouquin d'une rare liberté, mais on se doute bien que derrière ça, il liquide le passé Chiraquien pour se placer près de Sarkozy. Ceci dit, j'admet que son bouquin est un acte de courage et d'information même si au fond, il tire un peu sur des ambulances.

Son livre ? Je suis en train de le lire en ce moment. Bof Giesbert n'est qu'un tâcheron de troisième ordre. On croirait lire Minute, les délires fascisants en moins.

euh...tu as lu Minute ces 5 dernières années? parce que je vois pas grand chose de fascisant dans ce torche-cul

Je parlais du "Minute" post-Jean Boizeau.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

j'avais bien compris, mais si tu lis la version actuelle, avec Jean-Marie Molitor comme directeur, ça reste assez aseptisé...c'est du Miguet, et encore...

If it moves, tax it. If it keeps moving, regulate it. And if it stops moving, subsidize it.

« A quoi bon détruire les dictateurs si l’on continue, sous prétexte de discipline sociale et pour faciliter la tâche des gouvernements, à former des êtres faits pour vivre en troupeaux ? Ce ne sont pas les dictateurs qui font les dictatures, ce sont les troupeaux »

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Un ancien journaliste de Minute nommé directeur de la rédaction de France Soir

http://www.strategies.fr/archives/20060 … _soir.html

94

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Gregz a écrit:

JE VEUX UNE PRESSE QUI DERANGE, JE VEUX UNE PRESSE QUI INFORME, JE VEUX UNE PRESSE QUI ENQUETE ET TOUS LES CITOYENS DEVRAIENT EXIGER CELA.

Putain paye ton caprice de gamin trop gâté. Je veux je veux je veux. bwahahaha

95

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

C'est plutôt un caprice de citoyen qui veut être mieux informé ! Et le citoyen bien informé, c'est le meilleur signe d'une démocratie dynamique, monsieur l'anonyme.

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Libé a écrit:

Depuis trente-trois ans, Serge July, cofondateur de «Libération», est le garant de notre indépendance rédactionnelle. Pendant tout ce temps, il a toujours été le rempart contre toutes les intrusions, toutes les influences qui auraient pu mettre en danger notre intégrité et nos valeurs. Contre vents et marées, «Libération» a été, reste et doit rester libre dans sa prise de parole, libre de porter son propre regard sur la société.

Dans un univers de médias chaque jour un peu plus sous influence, Serge July a permis jusqu'à présent à «Libération» de porter sa propre voix, dans un esprit de résistance aux intérêts politiques, économiques et financiers.

Nous, journalistes de «Libération», tenons à réaffirmer les principes de liberté et d'indépendance qui relèvent du contrat moral qui fonde notre journal. Principes déclinés dans la charte d'indépendance et inscrits dans le pacte d'actionnaires.

Nous rappelons qu'à «Libération» il n'est pas du ressort d'un actionnaire quel qu'il soit de décider du contenu éditorial et de ses contributeurs. Ce droit est la prérogative inaliénable du directeur de la rédaction, dont la nomination doit recevoir l'approbation de la rédaction par vote à bulletin secret.

Dans ce moment décisif de l'histoire de «Libération», la nécessité de recapitalisation du journal ne saurait affecter d'une manière ou d'une autre ces valeurs sans lesquelles «Libération» n'aurait plus de raison d'être.

La société des rédacteurs (texte approuvé en assemblée générale)

33 ans, l'âge du Christ.
RIP.

Les multinationales auront le genre humain

97

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Précision : quand je parle de "Papy Serge", il s'agit bien évidemment de celui qui tire les cerfs à l'Exocet, pas de l'écraseur nocturne d'Arabes.

Les alphabétisés auront rectifié d'eux-mêmes

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Czar a écrit:

l'écraseur nocturne d'Arabes.

C'est pas Damien lui ?

Je suis partout

99

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

czar t'as trop la frousse
http://jofoto.free.fr/geogescorsaire.jpg

100

Re: Les errements de la presse bobo-gauchiste : Libé

Le prosateur a écrit:

La BBC reste à part quand même par rapport au reste des médias anglais. Je ne connais pas très bien la TV made in UK mais la presse est globalement déplorable.

Tu connais donc aussi très peu la presse britannique, le Guardian ou l'Independent sont deux journaux très très bons, la lecture le matin du Guardian me rapellait le vrai Monde avec des articles de fond, des analyses, des pages de commentaires très très variées avec des réponses etc... C'est vraiment du très bon journalisme. Et l'Independent même s'il est centre-droit est très très lisible.
Non, le problème de la presse anglaise ce n'est pas la médiocrité des journalistes ou des journaux, c'est la médiocrité des lecteurs qui achètent le Sun ou le Sunday Mail.