Re: Turquie

Gustave et sabaidee, je commence  à me demander si vous êtres capables d'écrire trois mots sans parler d'immigration, de la guerre islam vs catholicisme, des statistiques de la délinquance ou d'autres marottes nationalistes. Aujourd'hui, c'est le topic de la Turquie que vous parasitez, comme vous investissez méthodiquement tous les autres topics du forum dès que François Setouche sort un blogpost en relation. Passer sa vie à ça, faut vraiment avoir une vie de merde IRL et à chaque fois que je constate votre manque total de réflexion ou de pensée personnelle ce topic prend toute sa saveur.

Première, deuxième, dixième génération!
on est tous des enfants d'immigrés!
toutes et tous descendants de réfugiés!

j'emmerde, j'emmerde j'emmerde le fhaine!

302

Re: Turquie

De l'art de parler dans le vide. Flanby évoque un référendum sur l'entrée de la Turquie en Europe qui, dans tous les cas, ne sera pas organisé durant son mandat, ni même durant un éventuel second mandat (qu'il ne fera d'ailleurs pas). Donc à quoi cela sert-il de parler de ce sujet ? A rien.

http://www.lefigaro.fr/international/20 … nbcomments

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Turquie

Ça et le fait que depuis le Traité de Lisbonne on sait où ils se carrent le processus démocratique. Particulièrement en matière d'Europe.

Last edited by Balladur von Chirac (28-01-2014 12:42:40)

« Hit me right in my white guilt »

Re: Turquie

C'est qui "ils" ?

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Turquie

Sociaux-démocrates, libéraux, fonctionnaires européens, etc.

« Hit me right in my white guilt »

306

Re: Turquie

Je crois que je suis fan de Céline Pina.
Je reprends son message sur son profil FB :

Céline Pina a écrit:

Donc un dirigeant d'un pays étranger vient tenir un meeting politique sur le sol français soi-disant sur le terrorisme... Un meeting où la folie meurtrière de l'Etat Islamique est occultée et où les kurdes (qui ont payé le prix du sang face à l'EI) sont désignés à la vindicte populaire, le tout pour finir sur "un seul pays, un seul drapeau, une seule religion": un impératif incompatible avec le fait de vivre dans une République laïque et sociale pour les ressortissants auxquels il s'adresse et qu'il place clairement en conflit de loyauté...
Que nos dirigeants ne se rendent pas compte que c'est ce genre de maladresse qui augmente le stress des gens et durcit les rapports entre les personnes, parce que le premier sentiment que l'on peut avoir devant ce meeting, est celui d'une France qui ne sait plus gérer le symbolique et la mise en scène du pouvoir.
La démonstration de force d'un Erdogan sur notre sol, ne peut que laisser le sentiment de la faiblesse d'une France qui laisse contester ses principes et ses idéaux par un des principaux représentants de l'Islam politique, alors que ses propres dirigeants sont incapables d'avoir un discours sur la peur que l'impérialisme de cet islam politique génère.
Ce meeting donne le sentiment d'un gouvernement incapable de se faire respecter même symboliquement et dont la souveraineté n'est portée par personne.
Pire même, il accrédite l'idée d'une forme de cinquième colonne, laquelle vit sur le sol français mais obéit à d'autres allégeances... Ce qui mis en corrélation avec les infos du juge Trévidic sur la faiblesse de forces de police en matière de lutte anti-terroriste a de quoi tendre encore les relations dans une France travaillée par la peur et l'attente du prochain attentat...

Être ainsi aveugle devant les représentations que déclenche ce genre d'erreur nous coûte cher: il accentue le sentiment des Français d'être abandonné par leurs propres dirigeants, d'être exposé dans un monde où les autres politiques, eux, assument leur volonté de domination... En face, ils ont le sentiment de voir danser des petits marquis poudrés, inconscients de l'arrivée de l'orage et prêts à vendre leur sécurité pour un plat de lentilles.
Car à la fin, après tout ce que nous avons vécu depuis janvier, après toutes les informations qui font de notre territoire, un objectif revendiqué par les terroristes islamistes, qui désignent bien l'esprit de la France, laïque et épris de liberté, comme une cible; laisser un tel meeting se tenir sur notre sol était une faute psychologique: qu'un dirigeant islamiste (représentant de l'Islam politique) vienne faire une démonstration de force après toutes les violences qui ont meurtri notre pays, cela laisse un goût amer...

Extrait:
"Un seul drapeau, un seul pays une seule foi : tel était le message que le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, est venu délivrer aux Turcs de la diaspora européenne réunis pour assister à la « rencontre citoyenne contre le terrorisme » organisée dimanche 4 octobre au Zénith de Strasbourg. Sans jamais évoquer l’Etat islamique (EI), le dirigeant a consacré l’essentiel de son discours, retransmis en direct par les principales chaînes de télévision turques, à la lutte contre la guérilla du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et aux affrontements qui l’opposent aux forces de sécurité d’Ankara dans le sud-est majoritairement kurde de la Turquie depuis août dernier."

http://mobile.lemonde.fr/europe/article … ef=acc_dir

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

307

Re: Turquie

Tiens, Angie a envie de plonger encore un peu plus dans les sondages.
Sinon, il va falloir m'expliquer pourquoi on souhaite maintenant que la Turquie garde davantage de migrants alors qu'on nous avait dit qu'ils étaient une richesse pour nos vieux pays en déclin, qu'il fallait être ouvert, qu'il y avait parmi eux plein d'ingénieurs, de médecins et même de Montaigne, pour reprendre l'expression de Francis Huster. Bizarre, tout de même.

le Monde a écrit:

Angela Merkel négocie en Turquie pour renforcer les frontières européennes

Angela Merkel a évité une réception au palais présidentiel d'Ankara, un monument néo-ottoman à la gloire de M. Erdogan, en le rencontrant à Istanbul, le 18 octobre.
La chancelière allemande, Angela Merkel, effectuait une visite délicate d’une journée en Turquie dimanche 18 octobre, alors que l’Union européenne négocie avec son voisin pour qu’il maintienne sur son territoire une part plus importante des migrants qui fuient la guerre syrienne vers l’Europe. Mme Merkel a estimé avoir obtenu un progrès, en liant cette collaboration à une relance du processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, officiellement ouvert en 2005 et aujourd’hui au point mort. La chancelière souhaite voir s’ouvrir le chapitre économique et monétaire, ouvrant la voie à des facilités de visas.

Mme Merkel s’est entretenue avec le président islamo-conservateur, Recep Tayyip Erdogan, à deux semaines d’élections législatives dans lesquelles ce dernier, en dérive autoritaire, joue sa survie politique. La rencontre n’a pas eu lieu au grandiloquent palais présidentiel d’Ankara – plusieurs sources ont évoqué la gêne de Mme Merkel à cette idée. Mais les photographies de la rencontre, à Istanbul, restaient empruntes de la pompe néo-ottomane qui est devenue la signature de M. Erdogan.

Cette rencontre a eu lieu trois jours après l’adoption lors d’un sommet de l’UE d’un « accord provisoire » avec la Turquie. Mme Merkel avait alors évoqué une aide de trois milliards d’euros de la part des Etats européens, un montant de nouveau évoqué dimanche, sans plus de précisions sur le calendrier de son versement ni sur ses garanties. Jeudi, Mme Merkel avait souhaité vérifier en Turquie « si les promesses faites [étaient] fiables ». La Turquie accueille déjà plus de 2 millions de réfugiés syriens et est destabilisée par la guerre à sa frontière.

Samedi, l’agression à l’arme blanche commise contre une candidate à la mairie de Cologne, en Allemagne, connue pour ses activités pour l’accueil des migrants, avait illustré la montée de la tension dans le pays, où 800 000 à un million de demandeurs d’asile sont attendus cette année. La candidate, Henriette Reker, gravement blessée et hospitalisée, a été élue dimanche avec plus de 52 % des voix. Lundi, pour son premier anniversaire, le mouvement islamophobe Pegida prévoit une grande marche dans son fief de Dresde.

La visite de Mme Merkel a lieu durant une crise politique historique en Turquie. Le Parti de la justice et du développement (AKP) de M. Erdogan cherche à récupérer la majorité absolue que lui ont refusée les électeurs lors des législatives de juin. M. Erdogan a depuis rouvert un conflit armé avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Les tensions politiques sont exacerbées et dans ce contexte, le 10 octobre, un double attentat a tué 102 manifestants pro-kurdes à Ankara : le pire évènement terroriste de l’histoire turque.

Les partis d’oppositions, qui n’ont pu former un gouvernement de coalition avec l’AKP durant l’été, se sont peu exprimés sur cet accord avec l’UE, qui pourrait pourtant peser longuement sur l’avenir du pays.

Ouverture de visas limitée

Après son entretien avec M. Erdogan, Mme Merkel a affirmé que le processus de candidature de la Turquie à l’entrée dans l’Union allait connaître un nouveau « dynamisme ». Il s’agit d’une concession, pour une dirigeante qui s’est longtemps opposée à l’adhésion de la Turquie à l’Union. L’ouverture d’un chapitre de négociations économique et monétaire pourra permettre, a-t-elle dit, de travailler à la libéralisation du système de visas pour les Turcs souhaitant se rendre dans la zone Schengen de libre-circulation. Jeudi les dirigeants européens avaient insisté sur le fait que ces futures attributions de visas resteraient sévèrement encadrées, possiblement limitées aux visas d’affaire et étudiants.

« Malheureusement, la Turquie a été laissée seule par la communauté internationale pour supporter ce fardeau » des réfugiés a déploré M. Davutoglu au sortir de sa rencontre avec Mme Merkel. « Nous sommes satisfaits qu’ils aient une meilleure approche maintenant. Le progrès constaté en matière de partage est très important ». Ankara avait d’abord qualifié le plan européen de simple « projet » au budget « inacceptable », estimant à au moins trois milliards d’euros ses besoins pour financer l’accueil des réfugiés la première année. La Turquie, qui a maintenu durant la guerre syrienne une politique de porte ouverte aux réfugiés, a déjà depensé sept milliards d’euros dans cette crise. Mme Merkel et M. Davutoglu se sont en outre inquiétés d’une « nouvelle vague » de réfugiés syriens de la région d’Alep (à la frontière avec la Turquie) où les forces du régime syrien avancent.

http://www.lemonde.fr/europe/article/20 … _3214.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

308

Re: Turquie

On croit rêver... Ils font tout ce qu'il ne faut pas faire. Cette Europe n'en finit donc pas d'agoniser. 

France Info a écrit:

Turquie-UE : accord sur les migrants, relance du processus d'adhésion

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu et le président européenn, le Polonais Donald Tusk. © Maxppp
Les dirigeants de l'Union européenne ont rencontré dimanche à Bruxelles le premier ministre turc pour tenter de freiner le flux migratoire en pleine crise des réfugiés. L'accord trouvé propose aussi d'accélérer les discussions d'adhésion de la Turquie à la Communauté européenne.

Les dirigeants turcs et européens sont parvenus à un accord pour mieux gérer la crise migratoire. Ankara a aussi la satisfaction de voir relancer le processus d'adhésion du pays à l'Union européenne : "Nous avons accepté une relance du processus d'adhésion de la Turquie", a déclaré le président du Conseil européen, Donald Tusk lors d'une conférence de presse organisée en présence du Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, et du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Le chapitre 17 des négociations d'adhésion, qui porte sur les politiques économiques et monétaires, va être ouvert.

Pour tenter d'endiguer le flux des migrants qui tentent de rejoindre l'Europe au prix d'un terrible et dangereux voyage, les dirigeants se sont mis d'accord sur la création d'un fonds européen de trois milliards d'euros qui sera destiné à aider la Turquie à organiser l'accueil des réfugiés sur son sol, de façon à ce qu'ils n'aillent pas plus loin. "Nous allons contrôler très précisément l'utilisation de ces 3 milliards d'euros", a par ailleurs promis Jean-Claude Juncker.

http://www.franceinfo.fr/actu/europe/ar … ion-748587

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

309

Re: Turquie

C'est ça qu'on veut faire entrer dans l’Europe ? Un admirateur d'Hitler ?

http://www.huffingtonpost.fr/2016/01/01 … 02726.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

310

Re: Turquie

Bon ben on dirait qu'il y a un coup d'état en cours en Turquie en ce moment même.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

311

Re: Turquie

Malheureusement, il a échoué.
Quand je pense que les Obama et autres décérébrés se sont empressés d'apporter leur soutien à l'ignoble Erdogan...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

312

Re: Turquie

A lire.

Un blog de Mediapart a écrit:

Le coup d'Etat en Turquie a bien réussi

    16 juil. 2016 Par Djordje Kuzmanovic Blog : Pour une géopolitique française altermondialiste

Comme on l’annonce partout, hier la Turquie a vécu un coup d’Etat. Comme on l’annonce; le coup d’Etat a avorté et l’ordre constitutionnel est revenu. La réalité est peut-être toute autre et Erdogan avance dans son projet de modification constitutionnelle en sa faveur.


Après observation des événements survenus en Turquie hier soir 15 juillet et les avoir recoupés avec des informations glanées ici et là je vous soumets quelques éléments d’analyse à chaud et une conclusion qui en découle :

    Le coup d’Etat a été très court – factuellement moins de 6 heures.
    Durant le coup d’Etat, aucun responsable politique du régime d’Erdogan ni aucun chef de la police n’a été arrêté par les putschistes. Seul a été arrêté le commandant en chef de l’armée.
    Un seul coup (missile lancé d’un avion) a été tiré sur le lieu supposé où se serait trouvé Erdogan.
    Les chars n’étaient pas appuyé par une infanterie conséquente et de facto ne représentent presque aucune menace en ville.
    Les militaires ont peu de pertes (2 morts apparemment de leur côté – 47 du côté des forces spéciales). Ils ont globalement très peu combattu et se sont rendus très vite.
    La « population » est descendue dans la rue spontanément en pleine nuit pour défendre le régime.
    Depuis trois jours, les ambassades de France, des Etats-Unis, du Royaume-Uni sont fermées ou au ralenti. Sans que cela ait été justifié.
    Déjà dans la nuit, la police – fidèle au régime – arrêtait des militaires (près de 3000 pour le moment). 5 généraux d’importance et 29 officiers supérieurs qui comptent ont également été arrêtés.
    A 15h aujourd’hui, les divers responsables des partis politiques de Turquie passeront les uns à la suite des autres pour dénoncer le coup d’Etat et appuyer Erdogan et la « démocratie ». Toute contestation ou formulation de doute à ce moment sera bien entendu très dangereuse (Erdogan a plusieurs dois été près de lever l’immunité parlementaire des députés, en particulier ceux du HDP).

Bref, pour un coup d’Etat, en particulier de la très sérieuse armée turque, il ni fait ni à faire. Pour le moins, c’est un coup d’Etat mal préparé et frappé d’amateurisme.

La base en ce domaine est de décapiter la tête du régime que l’on veut renverser. En général, avant de sortir les chars et les avions (et de se faire repérer), avec les conjurés les plus fidèles, les putschistes tentent d’arrêter un maximum de ministres, de décideurs, de commandants militaire et de police que l’on sait fidèle au régime.

    Depuis ce matin, les communiqués de soutien pleuvent du monde entier en appui à Erdogan : « la démocratie est sauvée », préservation de l’ordre constitutionnel », « le chaos est évité dans la région », etc.

Mon analyse à chaud est que tout cela profite à Erdogan :

    Il élimine la tête d’une armée traditionnellement kémaliste, qui ne lui est pas acquise et qui a laisser paraître cette année des velléités d’autonomie par rapport au régime en particulier depuis l’affaiblissement d’Erdogan sur la scène internationale.
    Il met au pas l’opposition interne dans un contexte de vives tensions intérieurs (sociales, économiques, politiques et même de guerre civile avec les Kurdes).
    Il redore son blason au niveau international et s’offre à bon compte une image de défenseur de la démocratie (c’est mieux que celle de dictateur en herbe,  d’associé de Daesh ou d’instigateur d’une guerre civile avec les Kurdes).

En conclusion, pour ma part il s’agit d’un faux coup d’Etat orchestré par Erdogan, l’AKP et les durs du régime.

Cela lui permettra de relancer son projet de modification constitutionnelle telle qu’il le rêve depuis longtemps mais ne parvient pas à réaliser en raison des résultats électoraux du HDP lors des deux scrutins législatifs.

Avoir relancé la guerre civile avec les Kurdes depuis l’attentat de Suruc n’aura pas suffit. Erdogan devrait maintenant pouvoir faire suffisamment pression et trouver le nombre de voix manquantes à son projet tout en continuant sa guerre contre les Kurdes au risque de destabiliser encore un peu plus la région.

En fait, un putsch a bien eu lieu hier en Turquie... et il a réussi.

https://blogs.mediapart.fr/djordje-kuzm … ien-reussi

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

313

Re: Turquie

En conclusion, pour ma part il s’agit d’un faux coup d’Etat orchestré par Erdogan, l’AKP et les durs du régime.

Rien que cette phrase me fait douter du sérieux du gars.
Erdogan n'a jamais eu de problèmes pour purger l'armée, ça fait des années qu'il le fait. Les guillemets autour de "population" me font bien marrer aussi.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

314

Re: Turquie

Il ne s'agit pas que de purger l'armée mais également :

Il met au pas l’opposition interne dans un contexte de vives tensions intérieurs (sociales, économiques, politiques et même de guerre civile avec les Kurdes).
   
Il redore son blason au niveau international et s’offre à bon compte une image de défenseur de la démocratie (c’est mieux que celle de dictateur en herbe,  d’associé de Daesh ou d’instigateur d’une guerre civile avec les Kurdes).

[...]

Cela lui permettra de relancer son projet de modification constitutionnelle telle qu’il le rêve depuis longtemps mais ne parvient pas à réaliser en raison des résultats électoraux du HDP lors des deux scrutins législatifs.


Je ne sais pas s'il a raison mais ça me semble plausible.
Son deuxième point est d'ailleurs très pertinent quand on voit les réactions de guignols comme Zayrault, qui a osé sortir ça :

Zayrault a écrit:

La France espère que la démocratie turque sortira renforcée de cette épreuve.

Le pauvre type est complètement à l'ouest...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

315

Re: Turquie

Au niveau international ? Il est en train de se griller auprès des USA en gueulant contre un complot guleniste vaguement orchestré par la CIA, et ses arrestations en masse de juges, ça va se traduire par des condamnations internationales très rapides. T'inquiète pas, Erdogan n'est pas vu comme un grand démocrate, par personne.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

316

Re: Turquie

Je pense, FDL, que nous pouvons toutefois tous partager un lol sur la réaction de l'Egypte :

http://www.haaretz.com/middle-east-news/turkey/1.731367

Egypt Blocks UN Security Council Condemnation of Coup in Turkey
Statement which urged all parties to 'respect the democratically elected government of Turkey' opposed by Egypt, which officials say argued that UNSC not in position to determine whether a government had been democratically elected.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Turquie

Difficile de dire si le coup a été orchestré par Erdogan ou s'il a laissé faire, ou s'il s'agissait d'une opération kamikaze de la part de certains séculaires au sein de l'armée... mais plus encore que l'amateurisme des putschistes, la rapidité et l'ampleur de la répression est stupéfiante.

Par ailleurs, concernant les réactions internationales, il me semble qu'il y a eu deux phases. Immédiatement après qu'on apprenne la tentative de coup d'état, les réactions ont été particulièrement froides de la part des occidentaux. Sauf erreur de ma part les pays européens et les US n'ont pas directement apporté leur soutien au gouvernement et à Erdogan, mais appelé à éviter la violence. Les soutiens à l'ordre constitutionnel et au gouvernement démocratiquement élu ne sont venus que plus tard, dans la matinée.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

318

Re: Turquie

D'après ~la rumeur~, la tentative de putsch a été ratée parce qu'elle a eu lieu trop tôt : les mecs ayant eu peur de se faire purger, ils se seraient un peu trop précipités avant d'avoir tous les soutiens là où il faut.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Turquie

Avec ce qu'il se passe en Turquie, nous avons un bel exemple de ce qui arrive quand des conservateurs islamistes "modérés" menés par un prétendu homme providentiel utilisant toutes les subtilités de la propagande contemporaine (et les moyens illimités du pouvoir et de la corruption), instaurent une république islamiste.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

320

Re: Turquie

Quand je lis ça, je me dis "vivement Trump".

Le Figaro - AFP a écrit:

Turquie/USA: Kerry soutient l'action contre le «coup» d'Etat avorté

Les Etats-Unis condamnent la tentative de "coup" d'Etat avorté en Turquie et appuient le régime du président Recep Tayyip Erdogan dans ses actions d'épuration qui s'illustrent par des purges massives, a indiqué mercredi le secrétaire d'Etat John Kerry.

"Nous soutenons l'élimination par le gouvernement du coup" d'Etat manqué de vendredi soir, a déclaré M. Kerry, interrogé sur les dizaines de milliers de personnes arrêtées, limogées ou suspendues en Turquie. "Nous soutenons le gouvernement démocratique (...). Nous condamnons le coup" d'Etat, a insisté John Kerry devant la presse lors d'une conférence de donateurs pour l'Irak, refusant de "commenter" les purges opérées par Ankara et qui touchent de larges secteurs de la société, de l'armée aux médias en passant par les universités.

Le chef de la diplomatie américaine, qui avait insisté dimanche sur le respect de la "démocratie" et de "l'Etat de droit" en Turquie, a toutefois averti que "nous voulons être certains que la réponse au coup d'Etat respecte complètement la démocratie". L'épuration menée par le régime Erdogan cible des proches présumés du prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis depuis 1999, accusé d'être l'instigateur du putsch.

La Turquie réclame à Washington son extradition mais John Kerry a réaffirmé que son administration avait besoin de ""preuves" de l'éventuelle implication de cet opposant âgé de 75 ans. Il a expliqué que les Etats-Unis avaient "un dispositif d'exigences (juridiques) très strictes en matière d'extradition".

Ankara et Washington sont en principe "alliés" historiques au sein de l'Otan et "partenaires" et "amis" dans la lutte internationale contre le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie. Mais les deux pays traversent une zone de turbulences diplomatiques depuis des mois, notamment sur le conflit syrien et sur le dossier des droits de l'homme. Le coup d'Etat manqué risque d'envenimer encore les relations déjà très tendues entre les deux gouvernements, selon des experts.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/ … avorte.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

321

Re: Turquie

Hahaha si tu ne crois pas que Trump aurait exactement le même vocable, qu'il serait moins realpolitik que Kerry. Les USA ont une seule idée en tête, c'est de conserver leurs précieuses bases militaires en Turquie, et ils font ce qu'ils peuvent pour essayer de calmer un peu le jeu.

Je ne sais pas si tu te rends bien compte que "vivement Trump" est une expression de soutien à un fasciste et un raciste patenté. Oui oui c'est fun de soutenir le boulet, mais venant d'un type qui en permanence fustige l'inculture, les mensonges et les imbécillités des uns et des autres, c'est quand même sacrément hypocrite.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

322

Re: Turquie

Broz a écrit:

Hahaha si tu ne crois pas que Trump aurait exactement le même vocable, qu'il serait moins realpolitik que Kerry.

S'il reste fidèle à son programme d'isolationnisme, non, il n'aura pas le même vocabulaire.
Quant azux bases militaires, elles auraient très certainement été mieux conservées sous un régime un tant soit peu démocratique que sous l’actuelle dictature islamiste d'Erdogan.

Je ne sais pas si tu te rends bien compte que "vivement Trump" est une expression de soutien à un fasciste et un raciste patenté. Oui oui c'est fun de soutenir le boulet, mais venant d'un type qui en permanence fustige l'inculture, les mensonges et les imbécillités des uns et des autres, c'est quand même sacrément hypocrite.

Ne reprends pas les automatismes de pensée de l'Obs ou Slate, s'il te plaît. Je fustige l'imbécillité et les mensonges mais en premier lieu les manipulations médiatiques.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

323

Re: Turquie

FDL a écrit:

S'il reste fidèle à son programme d'isolationnisme, non, il n'aura pas le même vocabulaire.
Quant azux bases militaires, elles auraient très certainement été mieux conservées sous un régime un tant soit peu démocratique que sous l’actuelle dictature islamiste d'Erdogan.

Je me rappelle de la campagne assez isolationniste d'un fameux Président des US qui s'appelait George W. Bush.
Tu es trop grand pour croire encore aux campagnes politiques.

Ne reprends pas les automatismes de pensée de l'Obs ou Slate, s'il te plaît. Je fustige l'imbécillité et les mensonges mais en premier lieu les manipulations médiatiques.

Qu'appelles-tu les automatismes de pensée de l'Obs ou de Slate ?
Et en quoi expliquer que Trump est un maboul, un fasciste et un raciste serait-il une manipulation médiatique ?

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

324

Re: Turquie

Broz a écrit:

Je me rappelle de la campagne assez isolationniste d'un fameux Président des US qui s'appelait George W. Bush.
Tu es trop grand pour croire encore aux campagnes politiques.

Et oui. Est-ce que le fait que Trump ne soit pas un professionnel de la politique contrairement à la famille Bush pourrait changer quelque chose ? Je n'en sais fichtrement rien. Mais dans le doute...

Qu'appelles-tu les automatismes de pensée de l'Obs ou de Slate ?
Et en quoi expliquer que Trump est un maboul, un fasciste et un raciste serait-il une manipulation médiatique ?

Les automatismes, ce sont ces mots-clefs dépourvus de sens que l'on ressort à chaque fois pour discréditer l'adversaire (généralement celui qui se trouve à droite)  en se dispensant de réfléchir sur les causes et conséquences. C'est ce genre d'articles qu'on lit à longueur de temps dans les colonnes de l'Obs et autres et qui nous resservent ad nauseam du nauséabond en veux-tu en voilà.
C'est bien trop facile de dire que Trump est fasciste et raciste. Si c'était si simple : d'un côté les méchants Républicains racistes et de l'autre les gentils Démocrates du vivre-ensemble. D'ailleurs, je ne vois pas ce que Trump aurait de plus fasciste qu'une Clinton qui déclenchera l'enfer sur terre au Moyen-Orient et qu'un Kaine qui pense que le protectionnisme est "un truc de loser", qui est "passionné par le libre-échange" et qui est partisan d'un passage au forceps du TPP.
Quant au supposé racisme, dans la plupart des cas, cela me semble tiré par les cheveux. Il prend des populations en bouc-émissaires, oui. Mais est-il pour autant raciste ? D'après ce que j'ai pu lire, il y a beaucoup de mauvaise foi. Exemple, ici, on sort une phrase sur le Mexique de son contexte (il disait que le Mexique envoyait des drogués et des criminels, mais il ne disait pas que tous les Mexicains étaient des drogués et des criminels), on rappelle un on-dit des années 70 sur les noirs (très crédible...), on lui reproche d'avoir dit qu'il y avait un problème avec les musulmans dans le monde actuellement (ben malheureusement.... Ce n'est pas avec les catholiques ou les juifs que le monde a des problèmes. Les islamistes se réclament de l'islam, il y a un lien, malgré ce qu'en disent les padamalgamistes. Il aurait pu éviter de généraliser en parlant de "musulmans" mais à part ça...). Etc.

http://rue89.nouvelobs.com/2015/06/21/r … ump-259830

C'est une manipulation médiatique dans le sens où l'on ressort automatiquement les idées des médias. On nous dit que Trump est bête à manger du foin (étrange pour quelqu’un d'apparemment aussi crétin d'en arriver là où il est actuellement), dangereux, qu'il pourrait déclencher une guerre nucléaire (sic. Je l'ai lu...) etc., alors on le répète gentiment.
Pour ma part, je ne raisonne pas comme ça. Il y  beaucoup de choses qui me déplaisent chez Trump mais il y en a encore davantage chez Clinton.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

325

Re: Turquie

FDL a écrit:

Et oui. Est-ce que le fait que Trump ne soit pas un professionnel de la politique contrairement à la famille Bush pourrait changer quelque chose ? Je n'en sais fichtrement rien. Mais dans le doute...

On parle d'un type qui navigue depuis des décennies les plus hautes sphères du pouvoir des Etats-Unis, finance des campagnes, etc... Qui gobe qu'il n'est pas un professionnel de la politique ?

Les automatismes, ce sont ces mots-clefs dépourvus de sens que l'on ressort à chaque fois pour discréditer l'adversaire (généralement celui qui se trouve à droite)  en se dispensant de réfléchir sur les causes et conséquences. C'est ce genre d'articles qu'on lit à longueur de temps dans les colonnes de l'Obs et autres et qui nous resservent ad nauseam du nauséabond en veux-tu en voilà.
C'est bien trop facile de dire que Trump est fasciste et raciste. Si c'était si simple : d'un côté les méchants Républicains racistes et de l'autre les gentils Démocrates du vivre-ensemble. D'ailleurs, je ne vois pas ce que Trump aurait de plus fasciste qu'une Clinton qui déclenchera l'enfer sur terre au Moyen-Orient et qu'un Kaine qui pense que le protectionnisme est "un truc de loser", qui est "passionné par le libre-échange" et qui est partisan d'un passage au forceps du TPP.

Ben écoute, quand j'utilise des mots, ils ont un sens, et je maintiens, c'est un fasciste, et c'est un raciste. Désolé pour les liens Reddit, mais mon boulot ne me laisse pas beaucoup le choix en matière de réseaux sociaux. D'ailleurs il y en a des belles sur son supposé "isolationnisme" dans le premier lien.

C'est une manipulation médiatique dans le sens où l'on ressort automatiquement les idées des médias. On nous dit que Trump est bête à manger du foin (étrange pour quelqu’un d'apparemment aussi crétin d'en arriver là où il est actuellement), dangereux, qu'il pourrait déclencher une guerre nucléaire (sic. Je l'ai lu...) etc., alors on le répète gentiment.
Pour ma part, je ne raisonne pas comme ça. Il y  beaucoup de choses qui me déplaisent chez Trump mais il y en a encore davantage chez Clinton.

Surtout, c'est un menteur invétéré et il ne croit strictement en rien. Il se retourne comme une crêpe en fonction de l'auditoire, et ment et se contredit de manière systématique. Je ne vois clairement pas en quoi Clinton est pire.
(Non, ce n'est pas étrange qu'il en soit arrivé là où il en est, il a hérité d'une fortune qui s'est auto-alimentée.)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

326

Re: Turquie

Par professionnel de la politique, j'entends quelqu’un qui a été élu et qui hante les couloirs du Congrès (d'autant plus s'il s'agit de dynasties comme les Bush, les Kennedy, les Clinton...). Pas quelqu'un qui finance des campagnes (ce qui est à la portée de n’importe quel milliardaire).
On lui a assez reproché comme ça son inexpérience pour le discréditer. Et subitement, il serait un cador de la politique. Il faudrait quand même savoir.
Concernant les mensonges et contradictions, la Clinton n'est guère mieux : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/ … 94828.html
Ils se valent à ce niveau-là.

La fortune n'explique pas tout. Il ne suffit pas d'être richissime pour parvenir à être candidat à l'élection présidentielle. Sinon George Soros aurait déjà été élu.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

327

Re: Turquie

FDL a écrit:

Par professionnel de la politique, j'entends quelqu’un qui a été élu et qui hante les couloirs du Congrès (d'autant plus s'il s'agit de dynasties comme les Bush, les Kennedy, les Clinton...). Pas quelqu'un qui finance des campagnes (ce qui est à la portée de n’importe quel milliardaire).

Potato, potahto. Trump, les frères Koch, énormément de milliardaires ont plus d'influence en politique par leurs efforts de lobbying que de nombreux membres du Congrès.

On lui a assez reproché comme ça son inexpérience pour le discréditer. Et subitement, il serait un cador de la politique. Il faudrait quand même savoir.

Oui, savoir naviguer dans les sphères du pouvoir ne rend pas quelqu'un expérimenté pour mener un pays.

Concernant les mensonges et contradictions, la Clinton n'est guère mieux : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/ … 94828.html
Ils se valent à ce niveau-là.

Je t'invite à faire la comparaison :
http://www.politifact.com/personalities/donald-trump/
http://www.politifact.com/personalities … y-clinton/

La fortune n'explique pas tout. Il ne suffit pas d'être richissime pour parvenir à être candidat à l'élection présidentielle. Sinon George Soros aurait déjà été élu.

Ben écoute, quand Ross Perot, sans le soutien d'aucun parti américain, fait 20 % en tant qu'indépendant à l'élection de 1992 (et s'il a perdu, c'est juste parce qu'il a merdé sa campagne de façon monumentale) ; quand Mitt Romney devient candidat pour les Républicains après avoir claqué des dizaines de millions de sa propre fortune ; quand Kennedy, issu d'une famille multimillionaire, est élu... on se dit que ça facilite bien les choses. Sans compter que les premiers présidents étaient eux aussi largement des ploutocrates.
Trump est là où il est parce qu'il a beaucoup beaucoup de fric et une grande gueule, et parce qu'il excite les fachos qui constituent sa base. Rien de plus.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

328

Re: Turquie

Mais nous sommes d'accord que les États-Unis sont une ploutocratie et que l’argent facilite les choses. Mais ça ne suffit pas pour autant, non. Les Kennedy sont un mauvais exemple : la famille fricotait avec la politique depuis la fin du 19ème siècle. Le père de Mitt Romney était gouverneur. Ross Perot, tu le dis toi-même, s'est présenté en indépendant. Là, Trump s'est emparé du Parti Républicain, ce qui était il y a peu inimaginable pour quelqu'un qui n'avait jamais été élu auparavant et dont le parcours politique s'était résumé à financer des campagnes (des deux camps, d'ailleurs).
Pour naviguer dans les sphères du pouvoir, il faut être élu. C'est normalement un préalable pour envisager de se présenter à la présidentielle.
Si Trump est là où il en est, c'est parce qu'il a été aidé par sa fortune personnelle certes (encore qu'il ait beaucoup moins dépensé que Clinton) mais c'est surtout parce qu'il a su adapter au bon endroit et au bon moment son discours à un certain électorat qui pourrait se révéler majoritaire en novembre. Et il ne faut pas être un clown débilos pour y arriver.
Sous-estimer Trump, comme cela a toujours été le cas jusqu'à sa nomination, a été la pire des erreurs de ses adversaires. Et ils s'en mordent les doigts maintenant.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

329

Re: Turquie

Il me tarde que cette créature monstrueusement bouffie qu'est l'Union européenne implose enfin.

Juncker estime que fermer la porte de l’UE à la Turquie serait une « grave erreur »

http://www.lemonde.fr/europe/article/20 … _3214.html

Un responsable du Conseil de l'Europe soutient les purges en Turquie

https://www.franceinter.fr/monde/un-res … en-turquie

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Turquie

Le Conseil de l'Europe ne dépend pas ni ne fait partie de l'UE.

Du reste, la question de l'appartenance de la Turquie à l'UE se posait il y a des années, aujourd'hui beaucoup moins. Et on a pas à être fiers de la situation à laquelle on a abouti.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

331

Re: Turquie

Non mais Juncker est bien président de la Commission, non ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Turquie

Barney a écrit:

Du reste, la question de l'appartenance de la Turquie à l'UE se posait il y a des années, aujourd'hui beaucoup moins. Et on a pas à être fiers de la situation à laquelle on a abouti.

Paradoxalement, c'est les différentes réformes imposées à la candidature à l'UE notamment en termes de démocratisation et de place de l'armée dans le gouvernement du pays qui ont permis l'essor des islamistes et de tenir les militaires dans les casernes.

La responsabilité de l'Europe que tu pointes est discutable. Justement, compte tenu de la prégnance du religieux mais aussi de la nostalgie ottomane, l'évolution actuelle de la Turquie démontre bien que son intégration aurait été un échec.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

333

Re: Turquie

Assez d'accord avec Sabaidee sur ce point. J'étais un partisan de l'entrée de la Turquie il y a 10 ans, mais les choses se sont progressivement dégradées et sont devenues aujour'hui impossibles.

L'islamisme (radical, mais également "modéré") ravage tout, les coeurs, les esprits, la démocratie, la raison. Il brasse avec lui l'autoritarisme et forcément l'esprit guerrier ou l'esprit d'assiégement (évidemment puisqu'il s'agit d'une légitimation religieuse de pratiques barbares réprouvées depuis des décennies dans l'espace démocratique, et plus généralement dans la société internationale).

Il nous faut désormais vivre avec cette maladie morale, et s'en prémunir, à l'intérieur, comme à l'extérieur.

Concernant les Turcs, je les crois victimes, comme en Russie, de ces fièvres collectives, largement provoquées et alimentées par des gouvernants sans respect pour l'Etat de droit et la liberté de la presse, qui ouvrent la voie ensuite à des régimes autoritaires.

Triste époque.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

334

Re: Turquie

Tu es décidément un professionnel du retournement de veste. Erdogan est au pouvoir, d'abord en tant que Premier ministre, depuis 2003. La dérive du régime était largement prévisible et ce, depuis longtemps.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

335

Re: Turquie

Greg a écrit:

Concernant les Turcs, je les crois victimes, comme en Russie, de ces fièvres collectives, largement provoquées et alimentées par des gouvernants sans respect pour l'Etat de droit et la liberté de la presse, qui ouvrent la voie ensuite à des régimes autoritaires.

Physician, heal thyself.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

336

Re: Turquie

Broz, je ne crois pas avoir jamais prôné le recul de l'Etat de droit, ni les atteintes à la liberté de la presse.
Tu cautionnes les dizaines de milliers d'arrestations, la volonté de réinstaurer la peine de mort, les fermetures de journaux ?
Mais évidemment, pour les gauchistes comme toi, en France, rien n'est pire qu'un socialiste modéré voire (Ô quel gros mot !) li-bé-ral, hein ?


FDL, je retourne ma veste, si tu veux, mais je ne trouve pas qu'Erdogan laissait imaginer une telle dérive il y a encore quelques années. L'évolution a été nette, claire et sans bavure. En outre, on était encore dans un régime formellement démocratique, donc les possibilités d'alternance laissaient penser que si dérive il pouvait y avoir, elle serait tempérée. Aujourd'hui, la situation est toute autre.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Turquie

sabaidee a écrit:
Barney a écrit:

Du reste, la question de l'appartenance de la Turquie à l'UE se posait il y a des années, aujourd'hui beaucoup moins. Et on a pas à être fiers de la situation à laquelle on a abouti.

Paradoxalement, c'est les différentes réformes imposées à la candidature à l'UE notamment en termes de démocratisation et de place de l'armée dans le gouvernement du pays qui ont permis l'essor des islamistes et de tenir les militaires dans les casernes.

La responsabilité de l'Europe que tu pointes est discutable. Justement, compte tenu de la prégnance du religieux mais aussi de la nostalgie ottomane, l'évolution actuelle de la Turquie démontre bien que son intégration aurait été un échec.

peut-être, en attendant l'évolution actuelle de la Turquie n'est pas déconnectée de son détachement à ses voisins occidentaux, qui n'est pas non plus déconnecté du processus foireux et humiliant d'adhésion à l'UE. Il ne s'agit pas de pointer des responsables, mais du point de vue des classes aisées laiques en Turquie, il y a un sentiment très fort de rejet de l'Europe qu'on aurait pu éviter. Aujourd'hui Erdogan fait à peu près ce qu'il veut parce que tout le monde le soutient, hormis les kurdes.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

338

Re: Turquie

Greg a écrit:

Broz, je ne crois pas avoir jamais prôné le recul de l'Etat de droit, ni les atteintes à la liberté de la presse.
Tu cautionnes les dizaines de milliers d'arrestations, la volonté de réinstaurer la peine de mort, les fermetures de journaux ?
Mais évidemment, pour les gauchistes comme toi, en France, rien n'est pire qu'un socialiste modéré voire (Ô quel gros mot !) li-bé-ral, hein ?

Moi, non, je ne cautionne rien de tel. Toi, je sais pas, on t'a pas senti particulièrement outré des assignations à résidence de militants écolos pendant l'état d'urgence. J'ai p'têt même le sentiment que tu n'en as rien à carrer.
(Tu n'as plus rien d'un socialiste)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Turquie

Barney a écrit:

peut-être, en attendant l'évolution actuelle de la Turquie n'est pas déconnectée de son détachement à ses voisins occidentaux, qui n'est pas non plus déconnecté du processus foireux et humiliant d'adhésion à l'UE. Il ne s'agit pas de pointer des responsables, mais du point de vue des classes aisées laiques en Turquie, il y a un sentiment très fort de rejet de l'Europe qu'on aurait pu éviter. Aujourd'hui Erdogan fait à peu près ce qu'il veut parce que tout le monde le soutient, hormis les kurdes.

Bof, les classes aisées se sont parfaitement accommodées du frèrisme libéral de l'AKP, elles ont en même été les principaux bénéficiaires.

Elles n'ont pas moufté (l'Europe non plus) quant à la répression des laïcs d'extrême-gauche de la place Taksim et n'ont pas été particulièrement remontées du mouvement de remise en cause lent du kémalisme (voile à l'université, fermeture des dortoirs mixtes, reconfessionnalisation des cathédrales-musées et revendication similaire pour Sainte Sophie, purges régulière du haut commandement dans l'armée en s'appuyant sur les Gulënistes, double voire triple jeu en Syrie, Ostpolitik vers le Golfe et l'Asie centrale, ottomanisation de tous les secteurs de la société, etc.).

Pour ce qui est du sentiment de rejet des Turcs, il n'est pas nouveau et il n'est d'ailleurs pas exclusif aux islamistes. Chez les kémalistes, c'est le serment des écoliers tous les matins dans les écoles "Je suis turc, honnête et travailleur. Je suis turc, je suis juste, je suis dur au travail (...) Mon existence est un cadeau à la vie turque. Heureux celui qui se dit turc" et pour les islamistes, c'est l'Oumma et la nostalgie du califat.

Au final, je me demande surtout si l'argument du "il faut intégrer les Turcs à l'UE parce que sinon ils se sentiront rejetés" est recevable par une opinion publique européenne qui y est majoritairement hostile. Cela revient à se mettre à dos les populations des Etats-membres pour ne pas se mettre celles de Turquie à dos.

L'instrumentalisation des réfugiés par la Turquie montre bien qu'elle n'aurait pu intégrer un espace à vocation politique...

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

340

Re: Turquie

Intéressant pour comprendre les motivations du sultan ottoman.

Le Figaro a écrit:

Syrie : l'intervention turque contre Daech est un prétexte pour lutter contre les Kurdes

FIGAROVOX/ENTRETIEN - L'armée turque est intervenue en Syrie à Jarablos, ville tenue par Daech. Pour Gérard Chaliand, il s'agit d'abord pour Erdogan d'empêcher la création d'un Kurdistan syrien sur fond de rapprochement tactique entre Moscou, Ankara et Damas.

Gérard Chaliand est un universitaire et écrivain, spécialiste des conflits armés et des relations internationales et stratégiques. Il a enseigné à l'ENA, à l'École de Guerre ainsi qu'à Harvard, à Berkeley et à Singapour. Auteur de nombreux ouvrages, traduits dans un douzaine de langues, dont l'anglais pour une vingtaine d'entre eux, il a publié dernièrement Pourquoi perd-on la guerre? Un nouvel art occidental (éd. Odile Jacob, mars 2016).

FIGAROVOX. - L'Armée turque est intervenue au Nord de la Syrie pour reprendre à Daech la ville de Jarablos, l'un des derniers points de passage de l'Etat islamique entre la Syrie et la Turquie. Pourquoi la Turquie intervient-elle aujourd'hui?

Gérard CHALIAND. - A Jarablos en Syrie, Erdogan intervient moins pour détruire l'Etat islamique que pour contrer l'avancée des Kurdes. En effet, Jarablos se trouve dans cette zone de Daech prise en tenaille entre les deux régions kurdes d'Afrin et de Kobané. Les Kurdes continuent d'avancer face à Daech et souhaitent faire se rejoindre ces deux régions. Cette jonction était en train de se faire depuis que les Kurdes de Syrie avaient pu se rendre maître de la ville de Manbij il y a quelques semaines. Pour Erdogan, un territoire d'un seul tenant entre les mains des Kurdes de Syrie est une chose absolument non négociable, car ceci signifierait qu'il n'y aurait plus la possibilité d'un passage directe entre la Turquie et la Syrie. C'est donc un prétexte si Erdogan attaque aujourd'hui le Daech, alors qu'en réalité c'est un mouvement qu'il a aidé pendant très longtemps. Depuis, il a envoyé dans cette région d'autres troupes islamistes, formées directement en Turquie, notamment des Turkmènes. Le président turc veut empêcher à tout prix cette jonction kurde et, à cette fin, envoie son armée et d'autres troupes syriennes islamistes contre Daech.

    Le président turc veut empêcher à tout prix la jonction kurde et, à cette fin, envoie son armée et d'autres troupes syriennes islamistes contre Daech.

Dans quelle mesure cette intervention est-elle liée au récent rapprochement entre Recep Erdogan et Vladimir Poutine?

Jusqu'à présent, l'Armée turque n'était pas intervenue au sol et s'était contentée de tirer au mortier parce qu'elle craignait que la Russie ne la bombarde. L'Etat-major à Ankara avait parfaitement conscience que les troupes turques ne pouvaient pas franchir la frontière au risque de se retrouver en position de faiblesse. Recep Erdogan a rendu visite au président Poutine et a obtenu que la Russie ne procède pas à un tel bombardement. En échange, Recep Erdogan reconnaît finalement que le régime de Damas ne tombera pas et que Bachar el-Assad demeurera en fonction, au moins provisoirement. C'est un prêté pour un rendu, un accord tactique, qui arrange Moscou, Ankara et Damas.

Comment le régime de Damas observe-t-il cette intervention de la Turquie contre Daech et, en réalité, contre les Kurdes?

    C'est un prêté pour un rendu, un accord tactique, qui arrange Moscou, Ankara et Damas.

Jusqu'à présent, le régime de Damas était relativement neutre à l'égard des Kurdes de Syrie dans la mesure où ceux-ci ne l'attaquaient pas. Entre Bachar el-Assad et les Kurdes, il y avait une sorte d'accord tacite: «tu ne m'attaques pas, je ne t'attaque pas». Ceci pouvait s'entendre dans la mesure où les islamistes (membres ou non de Daech) sont l'ennemi principal du gouvernement de Damas.

Maintenant que le régime s'est renforcé, surtout depuis l'accord russo-turc, Bachar el-Assad ne veut pas non plus que les Kurdes de Syrie deviennent trop importants. Il partage cette position avec Recep Erdogan. C'est la raison pour laquelle le régime de Damas a attaqué Hassaké au Nord-Est de la Syrie. Cette ville était en partie contrôlée par les troupes de Bachar el-Assad mais se trouve en plein dans la région de Syrie contrôlée par les Kurdes. Sur la question du bombardement d'Hassaké, n'oublions pas ce sont les troupes américaines qui ont aussi directement attaqué les troupes de Bachar. Ils l'ont fait pour permettre aux Kurdes de Syrie de ne pas être bousculés dans cette ville. On est donc dans un imbroglio extrêmement complexe!

    Sur le point précis des Kurdes en revanche, Recep Erdogan et Bachar el-Assad ont bien des intérêts en partie convergents.

Sur le point précis des Kurdes en revanche, Recep Erdogan et Bachar el-Assad ont bien des intérêts en partie convergents. La politique d'Erdogan est une politique extrêmement rapide et vive qui passe d'une alliance circonstancielle à une autre de façon à conserver la main quelles que soient les difficultés. Pour lui, la seule chose non négociable, ce sont les Kurdes de Syrie qui ont partie lié avec les Kurdes turcs du PKK et, de ce côté-là, il a raison.

Avec l'intervention turque, les Kurdes ont-ils militairement la possibilité, après la reprise de Manbij, de continuer d'avancer contre Daech pour unifier entièrement leur territoire tout le long de la frontière Nord de la Syrie?

    Le but des Kurdes n'est plus tellement de prendre Jarablos parce que se heurter aux troupes turques serait une erreur énorme.

Ils ont très peu de temps! Il va falloir qu'ils aillent vite. Leur but n'est plus tellement de prendre Jarablos parce que se heurter aux troupes turques serait une erreur énorme. En passant plus au Sud de Jarablos, ils vont chercher à interdire le passage entre la Turquie et la Syrie et à unifier entièrement les différents territoires kurdes, notamment entre les cantons d'Afrin et de Kobané. S'ils y arrivent, on ne pourra plus passer impunément de Syrie en Turquie. Est-ce que les troupes turques vont avoir l'ordre d'aller plus au Sud pour empêcher ce projet kurde d'un «Rojava» (nom du Kurdistan syrien, ndlr.) unifié? Je n'en sais rien, mais, pour les Kurdes de Syrie, il y a encore une foule de difficultés. Tout le territoire dont il est question - comme la Djézireh, j'y étais l'année dernière - est un terrain absolument plat comme la main. C'est absolument indéfendable! On n'est pas du tout dans la configuration montagnarde qui est celle des Kurdes en Irak ou des kurdes de la région de Hakkari en Turquie.

Cet étonnant rapprochement entre Damas et Ankara sur la question kurde peut-il changer la donne à Alep, capitale économique de la Syrie qui est coupée en deux entre d'un côté le régime, soutenu par la Russie et l'Iran, et de l'autre les rebelles islamistes, soutenus par la Turquie?

    Les troupes que les Américains appellent les rebelles « modérés » peuvent remplir trois hôtels ! Il n'y a pas de mouvement démocratique.

Non, on reste dans le cas de la bataille d'Alep dans une configuration complétement différente. Le régime de Damas qui est appuyé par l'Iran depuis le tout début du conflit n'a absolument pas les mêmes intérêts que la Turquie qui n'a jamais cessé d'appuyer les islamistes. A terme, l'intérêt de la Turquie demeure la chute du régime de Bachar el-Assad et la victoire des islamistes. Car qui sont les «rebelles» soutenus par la Turquie? C'est l'ex Front al-Nosra qui s'est rebaptisé Front Fath al-Sham, c'est le Jaysh al-Islam (Armée de l'islam), c'est Ahrar al-Sham, autrement dit tous les mouvements islamistes qui composent la constellation des islamistes de Syrie. En réalité, les troupes que les Américains appellent les rebelles «modérés» peuvent remplir trois hôtels! Il n'y a pas de mouvement démocratique proprement dit dans ce pays.

Après cinq ans de guerre en Syrie, assiste-on à un début de compromis entre les grandes puissances régionales? Comment se positionnent les Etats-Unis qui soutiennent les Kurdes au sein du Front démocratique syrien tout en se rapprochant des Russes et en se déliant des islamistes?

Il n'y a aucun compromis régional car il n'y a aucune solution en vue pour la Syrie! Il y a certes quelques avancées. Aujourd'hui, les Russes et les Américains sont d'accord pour être opposés aux islamistes. Ils sont aussi globalement d'accord pour être les soutiens des Kurdes de Syrie, à l'exception de l'accord par lequel Moscou reconnaît que les troupes turques peuvent pénétrer à Jarablos sans être bombardées.

    Il n'y a aucun compromis régional car il n'y a aucune solution en vue pour la Syrie !

Pour le reste, les Etats-Unis vont continuer à avoir la même politique, c'est-à-dire ne pas rompre avec la Turquie, qui reste un allié important à terme. La situation est certes tendue aujourd'hui, mais ceci ne devrait pas remettre en cause l'équilibre général. Un exemple de ces tensions: les Américains pourraient avoir retiré leurs armes nucléaires de la base turque d'Incirlik qu'ils utilisent depuis la Guerre froide et qui est un lieu extrêmement stratégique. Du côté turc, il y a une véritable campagne qui vise à désigner les Américains comme étant derrière le coup d'Etat manqué de juillet. D'une façon générale, les théories du complot plaisent beaucoup au Moyen-Orient! A mon avis, dans le cas précis de la tentative de coup d'Etat, les Etats-Unis n'ont pas été mêlés à cette affaire. Ceci dit, il est vrai que les Etats-Unis ont manifesté de l'hostilité à l'égard de la politique d'Erdogan. Ainsi, quand ce dernier s'est rendu aux Etats-Unis pour rendre hommage à Mohamed Ali, lors de ses funérailles, la famille du boxeur a «interdit» au président turc de prendre la parole. Personne ne va nous faire croire que la famille a pu prendre, sans l'accord de Washington, la décision d'interdire à un chef d'Etat de prononcer quelques mots. Un message a été clairement adressé par les Etats-Unis à Recep Erdogan: Washington n'apprécie pas du tout la politique qu'il pratique!

    Les Turcs sont très forts ! Il faut reconnaître que M. Erdogan quoi qu'on puisse en penser par ailleurs est un chef d'Etat qui a beaucoup de talent.

Depuis deux ou trois ans, les agendas de l'Arabie Saoudite et de la Turquie ne suivent plus du tout celui de Washington. Il y a des alliances dont on peut dire - pour rester mesuré - qu'elles sont très ambiguës. En Syrie, on est dans un imbroglio complet où vos soi-disant alliés sont aussi vos adversaires. La Turquie virevolte d'un acteur à l'autre. En quelques années, les Turcs sont passés d'un antisionisme prononcé à des rapports cordiaux avec l'Etat hébreu, d'antagonismes virulents avec la Russie à des excuses officielles pour l'avion qu'ils ont abattu et à un rapprochement avec Moscou, d'une condamnation totale du régime de Damas - après l'avoir soutenu pendant de longues années - à un abandon du départ de Bachar el-Assad comme préalable à toute négoociation. Tout ça, c'est de la tactique diplomatique. Les Turcs sont très forts! Il faut reconnaître que M. Erdogan - quoi qu'on puisse en penser par ailleurs - est un chef d'Etat qui a beaucoup de talent.

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/0 … kurdes.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

341

Re: Turquie

Il ouvre ses frontières ? Ben fermons les nôtres et qu'il garde ses migrants. Et qu'il reprenne tous ses ressortissants. Ah et puis l'UE est son premier client au niveau des exportations (près de 50%) ; on pourrait peut-être réduire la voilure, aussi.

Le Figaro - AFP a écrit:

UE/Turquie: Erdogan menace l'Europe

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé aujourd'hui d'ouvrir les frontières pour laisser passer les migrants voulant se rendre en Europe, au lendemain d'un vote du Parlement européen demandant le gel des négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE.

"Ecoutez-moi bien. Si vous allez plus loin, ces frontières s'ouvriront, mettez-vous ça dans la tête", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Istanbul. Ankara et Bruxelles ont conclu en mars dernier un pacte qui a permis d'endiguer le flux de réfugiés vers les îles grecques. Dans une résolution non contraignante adoptée à une très large majorité à Strasbourg, les eurodéputés ont appelé hier à "un gel temporaire" du processus d'adhésion entamé en 2005 en raison de la répression "disproportionnée" en cours depuis le coup d'Etat avorté de juillet.

Le vote de ce texte survient dans un contexte de fortes tensions entre la Turquie et l'UE, dont les relations, déjà difficiles, se sont dégradées après la tentative de putsch, qui a été suivie de purges d'une ampleur inédite qui ont notamment visé des opposants politiques kurdes et des médias critiques. Les déclarations de M. Erdogan font écho aux craintes européennes que le régime turc ne renonce à appliquer l'accord sur les migrants signé en mars avec l'UE et cesse de bloquer les flux de réfugiés qui tentent d'atteindre l'Europe. La Turquie compte sur son sol 2,7 millions de réfugiés syriens.

En contrepartie du pacte migratoire, Ankara réclame que ses ressortissants soient exemptés de visas pour l'espace Schengen, et a menacé à plusieurs reprises de rompre l'accord avec l'UE si ce dossier n'avance pas. Signe des tensions entre Ankara et l'UE, M. Erdogan a récemment évoqué l'option d'un référendum de poursuivre ou non le processus d'adhésion à l'UE, et un possible rapprochement avec l'Organisation de coopération de Shanghaï (OCS) coparrainé par la Chine et la Russie.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/ … europe.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

342

Re: Turquie

Il y a des bombes sur la tronche qui se perdent.

L'Orient le jour a écrit:

Erdogan met en garde : "Demain, aucun Européen ne pourra faire un pas dans la rue en sécurité..."

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mercredi qu'aucun Européen ne pourrait plus "faire un pas dans la rue en sécurité" si l'Union européenne (UE) maintenait envers la Turquie une attitude qu'il a jugée hostile. Murat Cetinmuhurdar/Presidential Palace/Handout via REUTERS
crise diplomatique

La Turquie n'est pas un pays qu'on peut bousculer, dont on peut jouer avec l'honneur, dont on peut expulser les ministres", a grondé le président turc lors d'un discours à Ankara.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mercredi qu'aucun Européen ne pourrait plus "faire un pas dans la rue en sécurité" si l'Union européenne (UE) maintenait envers la Turquie une attitude qu'il a jugée hostile.

"Je m'adresse une nouvelle fois aux Européens (...) La Turquie n'est pas un pays qu'on peut bousculer, dont on peut jouer avec l'honneur, dont on peut expulser les ministres", a grondé M. Erdogan lors d'un discours à Ankara. "Le monde entier suit ce qu'il se passe de très près. Si vous continuez de vous comporter de cette manière, demain, aucun Européen, aucun Occidental ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité dans la rue, nulle part dans le monde", a-t-il ajouté.

Ces déclarations surviennent alors que les relations entre la Turquie et l'UE se sont fortement tendues ces dernières semaines après l'interdiction de plusieurs meetings pro-Erdogan auxquels devaient participer des ministres turcs en Allemagne et aux Pays-Bas.

En réaction, les dirigeants turcs ont multiplié les invectives envers les capitales européennes. M. Erdogan a ainsi accusé la chancelière allemande Angela Merkel d'avoir recours à des "pratiques nazies", suscitant l'indignation de Berlin. "En tant que Turquie, nous appelons l'Europe à respecter les droits de l'homme et la démocratie", a lancé le chef de l'Etat turc mercredi.

(Pour mémoire : Voile dans l'UE : Erdogan dénonce "une croisade" anti-islam)

Le regain de tension avec l'Europe survient à moins d'un mois d'un référendum, le 16 avril, sur une révision constitutionnelle visant à renforcer les pouvoirs présidentiels en Turquie, qui pourrait permettre à M. Erdogan de rester au pouvoir jusqu'en 2029.

Le président turc est accusé par ses détracteurs de dérive autoritaire, en particulier depuis la tentative de putsch du 15 juillet dernier, suivie de vastes purges qui ont notamment frappé les médias.
Rejetant les critiques européennes au sujet des journalistes emprisonnés en Turquie, M. Erdogan a déclaré: "quand on regarde la liste des noms (de journalistes emprisonnés), il y a des assassins, des cambrioleurs, des pédophiles, des escrocs: de tout, sauf des journalistes!".

Au même moment à Berlin, le nouveau président allemand Frank-Walter Steinmeier a condamné l'attitude des autorités turques à l'égard des médias et demandé la remise en liberté du correspondant germano-turc du quotidien Die Welt dans le pays, Deniz Yücel, incarcéré pour propagande "terroriste".
"Respectez l'Etat de droit ainsi que la liberté des médias et des journalistes! et remettez en liberté Deniz Yücel!", a lancé M. Steinmeier dans un discours le jour de sa prestation de serment au Parlement allemand.

L'ancien chef de la diplomatie allemande s'est dit "préoccupé" par l'évolution de la situation en Turquie après des années de rapprochement avec l'Union européenne.
"Président Erdogan, ne mettez pas en danger ce que vous avez construit avec d'autres!", a-t-il dit, et "arrêtez avec ces comparaisons effroyables avec le nazisme, ne coupez pas le lien avec ceux qui veulent un partenariat avec la Turquie".

https://www.lorientlejour.com/article/1 … urite.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

343

Re: Turquie

A partir de maintenant, la Turquie est officiellement une dictature.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)