Topic: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Salut !

Les uns veulent devenir diplomates (ou même Conseillers d'Etat voire Inspecteurs des Finances), les autres rêvent de finance et de business. Certains visent la magistrature ou une grande carrière de journaliste et d'autres un poste de notable tranquille dans leur province d'origine. Bref, tous les étudiants de Sciences po de France et de Navarre carressent un certain rêve ou un rêve certain.

Personnellement, j'ai pris une décision définitive : je tendrai tous mes efforts vers l'enseignement et la recheche. Et oui, c'est un choix peu courant (et pas trop prestigieux) parmi les étudiants de Sciences po Paris et province mais c'est un choix mûrement réfléchi et en connaissance de cause.

Je continuerai donc jusqu'en doctorat : à la rentrée prochaine, je serai en Master 2 (5eme année Sciences po) et ensuite, les "quelques années" de doctorat.

Ainsi va la vie....

++

Faire confiance, c'est bien. Contrôler, c'est mieux.

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

via toast :social sciences in the anglo-saxon world
http://www.princeton.edu/~hrey/HREY.pdf

3

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Bienvenue au club des gens sans avenir professionnel, Karim. Dans quelle branche du master recherche as-tu l'intention de sévir ? Sujet de DEA déjà fixé ?

Dans la rubrique sciencespo de mes liens delicious il y a qq trucs qui devraient t'intéresser : http://del.icio.us/phnk/sciencespo

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

toast@mv.grenoble.fr a écrit:

Bienvenue au club des gens sans avenir professionnel, Karim. Dans quelle branche du master recherche as-tu l'intention de sévir ? Sujet de DEA déjà fixé ?

Dans la rubrique sciencespo de mes liens delicious il y a qq trucs qui devraient t'intéresser : http://del.icio.us/phnk/sciencespo

Je te répondrai demain, je vais à une petite fête là...
Merci pour le lien ;-)
++

Faire confiance, c'est bien. Contrôler, c'est mieux.

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Karim a écrit:

Personnellement, j'ai pris une décision définitive : je tendrai tous mes efforts vers l'enseignement et la recheche. Et oui, c'est un choix peu courant (et pas trop prestigieux) parmi les étudiants de Sciences po Paris et province mais c'est un choix mûrement réfléchi et en connaissance de cause.
++

oui, enfin ce n'est pas un refus du prestige quand même, et il ya quand même un certain nombre de Sciences Po qui font de la recherche (cf. tous les centres de recherche de Sciences Po).

Ich bin jetzt alt und gichtbrüchig,
Und meine Sünden beissen mich.

6

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

la recherche et l'enseignement c'est trop bien. si t'es passionné c'est vraiment une super carière. Heureusement qu'il y a moyen de vivre de ses passions.

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Bideman, sors de ce corps.

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Seryeuse a écrit:
Karim a écrit:

Personnellement, j'ai pris une décision définitive : je tendrai tous mes efforts vers l'enseignement et la recheche. Et oui, c'est un choix peu courant (et pas trop prestigieux) parmi les étudiants de Sciences po Paris et province mais c'est un choix mûrement réfléchi et en connaissance de cause.
++

oui, enfin ce n'est pas un refus du prestige quand même, et il ya quand même un certain nombre de Sciences Po qui font de la recherche (cf. tous les centres de recherche de Sciences Po).

Mais peu d'élèves suivent les parcours recherche, même si tous les IEPs en proposent. Même à Grenoble, terre d'accueil d'un DEA de scpo à bonne réputation, on a des promos de 30 pingouins à tout casser, et à peine 25% sont dans la recherche à proprement parler après leurs études.

Obstacles : financement déficient, structure administrative exaspérante, manque de moyens logistiques, herbe plus verte n'importe où ailleurs (USA, Suisse, Allemagne, UK). Exemple : la fac de Columbia a un dept of Economics qui héberge tous les brain drainés hyper-doués français. Il y avait déjà Chiappori, à présent Salanié vient d'y rentrer. La fac de Columbia a d'ailleurs un partnership avec le nouveau master/MBA de Surel Public Affairs (+LSE).

P.S. nb de centres de recherche != prestige, au contraire, l'avenir est en province, à Bordeaux, vers l'institut des transports etc.

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Petit avertissement le problème de faire de la recherche à l'IEP est assez simple : Jusqu'a la thèse ça va mais après ?

Il n'y a naturellement pas assez de place dans les instituts de recherche des IEP pour les thésards qu'ils forment . Les places d'enseignants des IEP ne sont pas remplies par les les thésards formés dans les écoles doctorales des IEP.
la fac préfère généralement ses propres thésards (et vive les emmerdes pour avoir son habilitation auprès du CNU si vous voulez enseigner en fac sans être universitaire pu jus)

Quand aux places en Institut de recherche (INSERM INRA CNRS) elles sont chères et supposent le plus souvent un peu de post-doc. IL faut donc essayer de se trouver un DEA dirigé par / maître de thèse dirigé par quelqu'un qui pourra réellement vous aider au moins quelques années pour esssayer de publier après la thèse, avec une vraie influence dans sa matière (genre Keppel par exemple qulqu'un avec un vrai réseau) si vous voulez rester dans le milieu de la recherche. Sinon il y a 9 chances sur 10 pour que le milieu de la recherche ne veuille plus de vous après votre thèse.

Le système est pourri mais c'est ainsi.

Perfection spells paralysis
(Winston Churchill)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

@ Toast

Filière "politique comparée". Le sujet est orienté analyse sociohistorique des idées politiques avec une dimension comparative. Bien sûr, il est beaucoup plus précis que cela mais... profitons un peu de l'été ;-)

@ Paul.

Ce que tu décris est hélas une réalité ! Perso., je ferai une thèse parce que l'enseignement et la recherche m'attirent beaucoup.
Le parcours est réellement difficile et comporte pas mal de paramètres difficilement maîtrisables (voire impossibles à maîtriser).

Les compétences se mélangent avec les intérêts particuliers des uns et des autres, la rivalité des "Maîtres" se répercute sur la concurrence de leurs étudiants, le manque de budget (donc de poste) s'ajoute au manque de volonté de certains pontes, certains thèmes à la mode écrasent tous les autres, etc.
Oui, j'ai la chance de "vivre tout cela de l'intérieur" depuis mon enfance, ça permet de relativiser et d'ajuster certaines choses...

Je vais d'abord essayer de faire une année de Master 2 digne de ce nom, ensuite qui vivra verra.

++

Last edited by Karim (17-07-2005 10:36:10)

Faire confiance, c'est bien. Contrôler, c'est mieux.

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Je reprends le texte de Paul pour confirmer la fin : il y a effectivement qqchose de pourri au royaume doctoral.

Paul a écrit:

Petit avertissement le problème de faire de la recherche à l'IEP est assez simple : Jusqu'a la thèse ça va mais après ?

Après, 40% des thésards se retrouvent dans le privé. C'était l'objet d'une communication récente dans le journal du CNRS : on ne forme pas les thésards à ce qu'ils vont réellement devenir pour quasi la moitié d'entre eux (le 40% n'est pas très solide, le traçage est mauvais... surtout dans le privé justement).

L'Association Bernard Gregory tente de suivre les post-doc, un peu à la manière du Chronicle of Higher Educ. outre-Atlantique. La Maison de l'Entreprise apprend aussi à recycler le post-doc, ce grand type maigre qui sait plein de trucs sur un sujet tête d'épingle mais qui ne saurait pas rapiécer son pantalon, en boîte privée.

Malgré tout ça le taux de chômage, qui descend jusqu'à bac+3, remonte ensuite et pour les doc/post-doc c'est pas la gloire. Du coup Godet, un enseignant au CNAM, concluait dans le supplément Les Echos Orientation d'il y a qq semaines que c'était handicapant de trop pousser ses études, et que c'était une sale habitude structurelle française à perdre. Je ne sais pas trop qu'en penser.

Il n'y a naturellement pas assez de place dans les instituts de recherche des IEP pour les thésards qu'ils forment . Les places d'enseignants des IEP ne sont pas remplies par les les thésards formés dans les écoles doctorales des IEP.

Vrai et faux. Vrai il n'y a pas de place pour tout le monde. Faux les IEPs accueillent effectivement leurs thésards, surtout ceux qui négligent la thèse un ou deux ans pour leur poste d'ATER. En réalité ça s'étend même plus largement aux grandes écoles : on retrouve des doctorants EHESS enseignant un peu partout, la viscosité et le localisme aidant ça se transforme en poste au bout d'un moment.

Localisme justement :

la fac préfère généralement ses propres thésards (et vive les emmerdes pour avoir son habilitation auprès du CNU si vous voulez enseigner en fac sans être universitaire pu jus)

C'est même un fait avéré en science politique. Cherchez l'article d'Olivier Godechot sur les jurys de thèse en science politique (paru dans la revue Palaestra, dispo sur son site Free) : les jurys locaux accordent 10% de mentions en plus.

On peut dire qu'en France, on est encouragé (je le suis 5 jours/7) à théser dans son environnement d'origine, avec des gens du coin, voire sur des sujets du coin et ensuite à publier dans des revues du coin. Aux USA la logique est totalement diférente : à chaque grand étape (Master, PhD, post-doc) il faut aller faire ses preuves ailleurs, se réadapter, prouver sa mobilité et son caméléonisme (un peu l'équivalent du séjour à l'étranger chez nous), se confronter à d'autres écoles de pensée. Végéter sur place est mal vu.

Evidemment, j'ai un biais immense en faveur de la méthode US, même si je vais effectuer 5.5 années sur 6 à Grenoble.

Quand aux places en Institut de recherche (INSERM INRA CNRS) elles sont chères et supposent le plus souvent un peu de post-doc.

Ca mérite du détail. Le suivi des post-doc par l'Educ Nat (ANTARES) est pas terrible. Qq instituts tirent quand même leur épingle du jeu : INRA et CEMAGREF entre autres, INRIA aussi. INSERM : places chères mais hyper-convoitées. Aucun de ces instituts n'est intéressé par notre profil (j'attends le démenti de pied ferme, j'ai tout tenté moi-même).

CNRS département SHS : trop nombreux, mais heureusement après la période de vache maigre il y a aura un appel d'air qd les baby boomers partiront à la retraite. Dans les couloirs, on parle d'un premier effet vers 2006/7. En 2008/9 ce sera certain.

A lire : la valorisation en SHS dans la lettre d'info du dept SHS du CNRS, mois dernier. Contient une liste des domaaines en vogue (politiques des territoires, des risques, des usages, etc.). Il faudrait surtt une liste des trucs morts à ne pas faire : anthropo (en revanche le peu qui se fait est génial ET récupéré par le privé, chercher dans le blog de F. Pisani du Monde), histoires diverses, théorie politique, etc.

IL faut donc essayer de se trouver un DEA dirigé par / maître de thèse dirigé par quelqu'un qui pourra réellement vous aider au moins quelques années pour esssayer de publier après la thèse, avec une vraie influence dans sa matière (genre Keppel par exemple qulqu'un avec un vrai réseau) si vous voulez rester dans le milieu de la recherche. Sinon il y a 9 chances sur 10 pour que le milieu de la recherche ne veuille plus de vous après votre thèse.

C'était la conclu d'un article du Chronicle, qui citait par exemple Stephen Jay Gould comme un directeur génial, qui appelait ses anciens élèves toute la nuit pour obtenir des postes à ses doctorants. L'immense hypocrisie actuelle est celle qui consiste à dire que toutes les thèses se valent, que tous les directeurs se valent, que tous les diplômes se valent. Je pondrais bien un § pour ridiculiser cette jolie connerie égalitariste, mais ce serait prêcher aux convertis.

P.S.  la revue en ligne Espaces Temps a qq bons articles sur les thèses et tout ça.

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

toast a écrit:

Après, 40% des thésards se retrouvent dans le privé.

Est-ce un réel problème ?
Pourquoi le privé (entreprises en particulier) ne seraient pas aussi des centres de recherche ?
Est-ce que ce chiffre inclue les établissements universitaires (ou écoles post bac, etc.) privées ?

Ich bin jetzt alt und gichtbrüchig,
Und meine Sünden beissen mich.

13

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

toast a écrit:

Du coup Godet, un enseignant au CNAM, concluait dans le supplément Les Echos Orientation d'il y a qq semaines que c'était handicapant de trop pousser ses études, et que c'était une sale habitude structurelle française à perdre. Je ne sais pas trop qu'en penser.

Oui et non. Faire plein d'études est utile - en plus du savoir acquis on a plus de chances de prouver sa valeur auprès de plein de profs / directeurs de recherche, qui peuvent ensuite placer un mot de recommandation au bon endroit au bon moment.

Par contre avoir 50 diplômes divers est très mal vu, donc au moment de candidater faut en cacher soigneusement la moitié au moins. Ce qui signifie que les gens occupés (qui ont fait plein de trucs en même temps), qui n'ont pas de trous dans le CV malgré ladite dissimulation, sont avantagés.

C'est du moins ce qui vaut pour la recherche en sciences "dures", j'imagine que la même chose s'applique en sciences sociales.

Pour la thèse, dans les pays germaniques c'est la passerelle pour tout et n'importe quoi. Ca donne un titre, un certain prestige, et il devient plus facile de se faire embaucher un peu partout (administration surtout - c'est vrai qu'eux n'ont pas d'énarchie). Je n'ai pas de stats mais je ne crois pas que la recherche/enseignement soit la majorité des débouchés post-doc. C'est au point que je n'exclus pas en faire une un jour, ne serait-ce que pour me faire appeler "Frau Doktor".

"The best lack all convictions, while the worst
Are full of passionate intensity."  --WBY, The Second Coming

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Je sais que l'Inserm recrute des sociologues (probablement plutôt profil EHESS) Le déprtement SHS du CNRS à énormément recruté dans les années 90 idem pour la fac dans ces domaines et à priori la voie apparaît bouchée en socio sciences-politique ou le ministère tente plutôt (et fort légitimement à mon sens) de favoriser les sciences pures sur les sciences sociales, après avoir de manière idiote fait l'inverse.

Quand aux 40 % de thésards qui finissent dans le privé ça me semble faible j'eu dit plus . Mais il faut naturellement distinguer les thésards en sciences qui en bonne partie ont vocation à partir dans le privé et les thésards dans nos domaines qui à priori visent le public par ce que notre valeur ajoutée en entreprise n'est pas évidente.

La vérité c'est qu'il ya trois fois trop de thésards rien qu'a Paris I en DIP on est une douzaine (et je parle juste des boursiers) alors qu'il n'y qu'un ou deux postes par an d'enseignant en DIP qui se libérent en France tous les ans au grand maximum

Pourquoi la fac nous soutient elle avant de nous claquer la porte au nez ? Grave question. Le fait que les maître de thèse touchent à peu près 6000 € annuels d'indemnité pour prendre un thésard + qu'ils bénéficient ainsi d'un semi-grouillot n'est probablement pas étranger à la question. En effet ce n'est même pas forcément dans le meilleur intérêt de la fac à qui les vacataires reviendraient moins chers à l'heure de cours (pour les thésards qui passent le monitorat).

En dehors de ce fait, la pourriture complet du système du CNU et de la sélection par les pairs (qui est la crétinerie complète dans le domaine de la recherche du  "seul un chercheur peut évaluer un chercheur nous refusons d'être évalués par des gens hors de nôtre cénacle syndicalo corporatiste") fait que la moitié des thésards sont liquidés dès leur entrée en thèse soit qu'ils aient choisi un maître de thèse insuffisant, ou ne soutenant pas ses thésards soit que le dit maître de thèse ait déjà touché son lot de "faveurs" pour ses étudiants précédents chose que le major de DEA moyen n'a naturellement aucune chance de savoir. Le problème ne se pose donc même pas tant que ça au sein du milieu pendant la thèse (encore qu'effectivement comme tu le soulignes Toast c'est déjà assez gratiné) mais au delà après lors de la recherche du premier poste.

En ceu qui concerne l'acceuil de leurs thésards par les IEP je me repose surtout sur l'impression qu'a l'IEP Paris très peu des profs étaient issus de l'école doctorale de la maison mais je peux me tromper.

Perfection spells paralysis
(Winston Churchill)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Seryeuse a écrit:
toast a écrit:

Après, 40% des thésards se retrouvent dans le privé.

(1) Est-ce un réel problème ?
(2) Pourquoi le privé (entreprises en particulier) ne seraient pas aussi des centres de recherche ?
(3) Est-ce que ce chiffre inclue les établissements universitaires (ou écoles post bac, etc.) privées ?

(1) A mon sens non, d'ailleurs je ne l'ai pas écrit pour cette raison ; (2) tu connais mieux la France que ça quand même... (3) non, secteur privé = entreprises

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Paul a écrit:

Je sais que l'Inserm recrute des sociologues (probablement plutôt profil EHESS)

En petite quantité, du côté des instituts de médecine préventive par exemple.

En ceu qui concerne l'acceuil de leurs thésards par les IEP je me repose surtout sur l'impression qu'a l'IEP Paris très peu des profs étaient issus de l'école doctorale de la maison mais je peux me tromper.

Paris est une exception, vous hébergez aussi les ministres recyclés dans l'économie tagada-tsoin-tsoin. En province la situation est plus normale.

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

toast a écrit:
Seryeuse a écrit:
toast a écrit:

Après, 40% des thésards se retrouvent dans le privé.

(1) Est-ce un réel problème ?

(1) A mon sens non, d'ailleurs je ne l'ai pas écrit pour cette raison

Ce qui est un problème c'est que l'Université finance des thèses, dont 1) l'intérêt pour la sciences n'est pas toujours évident? (cf. Une collègue à Paris V histoire du droit Sujet "de l'influence des ordalies Irlandaises du XIème siècle sur les cours carolingiennes") 2) l'intérêt pour le thésard n'est pas évident non plus dans la mesure ou il ne sort pas plus formé et au contraire a souvent plus de difficulté à s'insérer sur le marché du travail qu'avec un simple DEA. 3) De toute façon une thèse autre qu'en sciences-appliquée ne sert pas à grand chose quand on va travailler dans le privé et même si la thèse n'handicappe pas elle n'aide pas. 4) l'intérêt pour la fac n'est pas évident vu qu'elle ne garde son thésard que pendant trois ans avant de le jetter

Il y donc juste un gachis d'argent public, vu que 40 % des thèses ne servent ni la science, ni la fac , ni l'économie en général, ni même le thésard lui même (à part qu'il a fait qqch d'intéressant pendant trois ans) c'est là le problème

Perfection spells paralysis
(Winston Churchill)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Paul a écrit:

des thèses, dont 1) l'intérêt pour la sciences n'est pas toujours évident? (cf. Une collègue à Paris V histoire du droit Sujet "de l'influence des ordalies Irlandaises du XIème siècle sur les cours carolingiennes")

Au moins le sujet est-il inédit : tu verrais le nb de thèses qui sortent en français sur des trucs vus 1000  fois en angliche, c'est affolant. D'ailleurs j'attends le ministre qui obligera tout doctorant à présenter une thèse en deux langues, là on pourra peut-être reparler de la France dans la recherche mondiale.

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

http://www.lesechos.fr/journal20050718/ … 292885.htm

    * Si la technologie américaine est aujourd'hui si prospère, elle le doit en grande partie à la générosité du contribuable américain. Une constante depuis quinze ans, mais qui s'est renforcée depuis l'arrivée de George Bush à la Maison-Blanche. Ainsi, l'année dernière, les Etats-Unis ont investi 280 milliards de dollars en recherche et développement - soit près de 40 % des sommes dépensées sur la planète. Un chiffre qui représente une progression de 64 % en six ans...
    * Même dominatrice dans le monde, l'informatique américaine continue, elle aussi, d'être stimulée par le gouvernement. Il y a quelques mois, le ministère de l'Energie finançait à hauteur de 50 millions de dollars la fabrication du plus puissant super-ordinateur de la planète qui sera assemblé par Cray, Silicon Graphics et IBM. Mais surtout, avec un budget de fonctionnement sur fonds publics de 1,5 milliard de dollars, il permettra à 1.500 chercheurs et ingénieurs - dont beaucoup du privé - d'utiliser à bon compte une machine unique au monde pour ses capacités de simulation. Moins que jamais le gouvernement américain se cache de vouloir dynamiser l'innovation technologique, source de croissance économique et d'emplois très qualifiés. Et pourtant, beaucoup d'acteurs aux Etats-Unis trouvent que Washington n'en fait pas assez et que le leadership technologique du pays est menacé par l'Asie. Là aussi, la peur des délocalisations règne et stimule l'ardeur des politiciens...

via http://www.blogbilger.com/blogbilger/20 … lamri.html

Autant pour les thèses du 'tout privé ça marche mieux'.

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Le tout privé ne joue pas tant au niveau du financement mais du statut des chercheurs

Financement public et chercheurs privés aux US / Financement public et chercheurs publics en France

Je sais que je radotte mais le drame de la recherche française c'est qu'en mettant sa gestion dans les mains des institutions corporatistes, on aboutit à privilégier la sécurité et l'égalité des chercheurs sur leur productivité et surtout à éparpiller l'argent de la recherche entre les domaines d'une manière égale, au lieu de la focaliser dans les domaines que l'Etat estime les plus importants à un instant T.

Une fois qu'on a recruté Popaul comme chercheur en 1960 en  "amélioration du traitement du charbon dans les mines", non pas par besoin (ou peut être seulement en partie par besoin) mais pour assurer le renouvellement et la satisfaction de la caste des enseignants-chercheurs en "charbonnique minière" au sein des divers organismes, on continuera a le financer en tant que tel ad vitam eternam quelque soit son utilité jusqu'en 1997.
Et je ne parle pas seulement ici de son traitement mais du coût de son labo, appareils, assistants qui seront garantis par les règles actuelles ou les chercheurs chargés de l'évaluer qu'ils soient de  son domaine ou d'un autre s'échangeront des faveurs je finance ton pote X si tu finances mon pote Y (je grossis à peine le trait)

Le milieu de la recherche me fait parfois penser à celui des cheminots SNCF en plus segmenté qui s'oppose à toute réduction d'effectif même si l'évolution des technologies le permettrait non pas pour assurer de bonnes conditions de travail ou de Service mais parce que leur nombre c'est leur puissance.

Du coup il n'y a que peu d'adaptabilité. La solution à mon sens serait de transformer les instituts de recherche en agence de moyen quitte à avoir un vivier de chercheurs fonctionnaires-enseignants au sein de l'université qui soumissioneraient au coup par coup auprès de ces instituts au lieu d'avoir des chercheurs dédiés.

Autre exemple le recrutement des profs de fac dans les diverses matières se fait généralement à proportion du nombre de profs déjà en place. Si il y a tant de profs de DIP sur le  nombre de de profs total ou de prof issus de X sur le nombre de prof total et que le nombre de profs augmente, on tentera de recruter un nombre de prof de DIP ou de profs issus de X tel que leur proportion par rapport au total soit maintenue.
La raison en est les équilibres de pouvoirs au sein des organes universitaires. A presque aucun moment on ne se demande si l'importance croissante ou décroissante du DIP justifie encore cette proportion. Et chacun de ses profs prendra un nombre de thésard à proportion qui militeront pour obtenir des postes entraînant ainsi un cercle vicieux.

L'exemple ci dessus en droit tout le monde s'en fout mais si on l'applique  à la botanique ou la virologie ça doit amener à se remettre nettement plus en question.

Il ya bien eu une tentative des Instituts à mettre en place des organes d'évaluation un peu moins corporatistes ces dix dernières années (appel à des chercheurs étrangers pour l'évaluation pour accroitre l'indépendance)  mais lors des dernières réunions préparant la LOPR dont j'ai eu le compte rendu, les syndicats semblent avoir plus ou moins obtenu le soutien du ministère qui ne souhaite pas revoir les chercheurs dans la rue pour les limiter drastiquement (chercheurs qui avaient pourtant perdus leurs recours devant le TA quand ils avaeint voulus s'y opposer.)

Pour aider la recherche, une seule solution, supprimons les chercheurs !



Au premier jour, Dieu créa le soleil. Et le Diable créa les coups de soleil. Au second jour, Dieu créa le sexe. Et le Diable créa le mariage. Au troisième jour, Dieu créa un chercheur. Le Diable était plutôt ennuyé. Il réfléchit un moment et créa... un second chercheur.

Last edited by Paul (18-07-2005 15:27:02)

Perfection spells paralysis
(Winston Churchill)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

vu sur le site du CSO, je pense plutot dans la moyenne "très haute" , au niveau formation doctorale ...


"Depuis la création du programme doctoral du laboratoire au milieu des années soixante-dix, 74 doctorants y ont travaillé. Sur ces 74 doctorants, 52 ont déjà quitté le programme doctoral (14 par abandon de thèse et 38 après l'achèvement de celle-ci), et ont tous trouvé un emploi."

14 (sur 52) par abandon de thèse !!! Or c'est evidemment pas tres valorisant sur un cv une thèse à moitié commencée... je crois que la tendance a limiter la durée des thèses est une très bonne chose....


"Depuis 1994, 19 thèses ont été achevées et soutenues. 27 doctorants poursuivent leur recherche actuellement au Laboratoire.


Secteurs d'activité des anciens membres du programme doctoral 
Recherche (CNRS, chercheurs sous contrat) 9 (17%)
Enseignement (Université, grandes écoles) 14 (27%)
Entreprise et administration (Ressources humaines, chargés d'études) 14 (27%)
Consultants 14 (27%)
Divers 1 (2%) "

17% dans la recherche, (et j'imagine après ATER, postdocs & co ...)
les chiffres parlent d'eux mêmes, et encore une fois on parle d'un programme doctoral à scpo paris, pas de l'ecole doctorale de la fac de rodez...
La question qui reste à mon avis est: que deviennent les thèsards en sciences sociales qui vont dans le privé ?
Déjà qu'une thèse en physique chez renault par exemple est pas vraiment valorisable, avec une en socio on ne peut pas parler de plus-value...
J'imagine qu'en fait un nombre assez important passe des concours de la fonction publique (dont l'agreg ), et là de même la plus value est nulle...

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

math a écrit:

J'imagine qu'en fait un nombre assez important passe des concours de la fonction publique (dont l'agreg ), et là de même la plus value est nulle...

Je ne comprends pas très bien ta remarque,  en droit il est impossible de passer l'agrégation sans thèse.

Est ce différent ailleurs ?

Perfection spells paralysis
(Winston Churchill)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Paul a écrit:

Le tout privé ne joue pas tant au niveau du financement mais du statut des chercheurs

Financement public et chercheurs privés aux US / Financement public et chercheurs publics en France

C'est ce qu'on appelle prosaïquement les "obligations statutaires". Parmi les effets pervers il y a la production de thèses de merde destinées uniquement à remplir le dossier de carrière et à attirer du financment ministériel.

Second effet Kiss Cool : les thèses de merde représentant un risque et pour le chercheur qui l'a dirigé, et pour l'auteur de la thèse, tout le monde rechigne à numériser son contenu et à le rendre disponible (id est évaluable à sa juste valeur) en ligne.

Ce n'est pas seul effet en cascade constatable, mais c'est un des plus graves.

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

24

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Paul a écrit:
math a écrit:

J'imagine qu'en fait un nombre assez important passe des concours de la fonction publique (dont l'agreg ), et là de même la plus value est nulle...

Je ne comprends pas très bien ta remarque,  en droit il est impossible de passer l'agrégation sans thèse.

Est ce différent ailleurs ?

Ca dépend de quelle agrégation on parle...
Je pense que math fait allusion à l'agrégation pour devenir professeur en lycée/prépa, qu'on peut passer avec une maîtrise, et qui est de plus en plus la chasse gardée des normaliens.

25

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

c'est l'agrégation de supérieur pour laquelle il faut une thèse.

Normale Sup' a pour vocation (officiellement) de préparer à l'agrégation-tout-court, les élèves sont obligés de la passer (en théorie). Je dirais plutôt que c'est la chasse gardée des anciens préparationnaires, qui savent ce que c'est de préparer un concours et qui sont donc... mieux préparés.

Par contre tout prof peut passer l'agrégation en interne après quelques années d'enseignement, ce qui est paraît-il plus facile.

"The best lack all convictions, while the worst
Are full of passionate intensity."  --WBY, The Second Coming

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

fb a écrit:

c'est l'agrégation de supérieur pour laquelle il faut une thèse.

Normale Sup' a pour vocation (officiellement) de préparer à l'agrégation-tout-court, les élèves sont obligés de la passer (en théorie). Je dirais plutôt que c'est la chasse gardée des anciens préparationnaires, qui savent ce que c'est de préparer un concours et qui sont donc... mieux préparés.

Par contre tout prof peut passer l'agrégation en interne après quelques années d'enseignement, ce qui est paraît-il plus facile.

Oui.
Juste une remarque : la réforme de Normale Sup' a changé un certain nombre de choses
http://www.ens.fr/entrer/maquette.php

++

Faire confiance, c'est bien. Contrôler, c'est mieux.

27

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

bonjour a tous,

toujours en ce qui concerne le master de recherche de scpo, certain(e)s d'entre vous connaissent-il le niveau de selection pour les etudiants issus du 1er cycle?
Je suis interesse par le MR en relations internationales (eco ou scpo).

Merci de vos eventuelles reponses!

28

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

l'agrégation-tout-court
On dit "agrégation du secondaire".

L'agrégation du supérieur (donc post-thèse) n'existe pas dans toutes les matières (elle existe au minimum en droit et en économie -il existe cependant bien une agrégation du secondaire éco-droit, préparée à l'ENS Cachan mais il n'existe pas d'agrégation du secondaire seulement dédiée au droit).
Deux différences (parmi d'autres) entre l'agrégation du secondaire et celle du supérieur :
  * pour passer l'agrégation du secondaire, une maîtrise est exigée, pour passer celle du supérieur, une thèse est exigée.
  * la durée des épreuves n'est pas identiques. L'épreuve en loge (24h) n'existe que pour l'agrégation du supérieur. Pour le secondaire, on a seulement une série d'épreuves dont la durée doit être comprise (si ma mémoire ne me fait pas défaut) entre 6 et 8h.

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Bonjour tous,

Je vois que la discution est assez ancienne mais, en me conformant aux lois du forum j'y lance ma question en esperant, qd meme, une reaction:

je vais postuler au master recherche de scipo par la procedure internationale et j'ai des doutes sur mes elements de motivation: devrais-je preciser si apres 5 ans de programme PhD je veux rentrer ds mon pays ou rester en france?
en effet, je trouve premature/ imature de dire que j'ai deja une idee fixe de ce que je vais faire ds 5-6 ans...
faire de la recherche en roumanie ou en france presente des avantages et des desavantages ds les deux cas; sauf le trait commun, qui est evidemment la difficulte de trouver des debouches ds quelque pays que ce soit...

vous autres etudiants etrangers surtout, avez-vous parle de cet aspect ds vos motivations?
Merci!

Last edited by cristina.eseanu (25-01-2009 01:40:22)

30

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Et puisque le post remonte, savez vous si avec ces nouveaux programmes en Phd la sélection sera ardue pour ceux qui viennent du premier cycle ? Le site fait état d'une "admission très sélective", et tout d'un coup, j'ai peur.

31

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Marin2 a écrit:

Et puisque le post remonte, savez vous si avec ces nouveaux programmes en Phd la sélection sera ardue pour ceux qui viennent du premier cycle ? Le site fait état d'une "admission très sélective", et tout d'un coup, j'ai peur.

En voilà un qui regrette sa glande sponsorisée par le BDE.

32

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Non. Qui n'aurait juste peut être pas dû se dire que l'éco, euh OSEF un peu beaucoup hein, et de manière plus globale, que les confs c'était coool pour valider sans problème.

Ma carte UGC m'a tuer.

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Marin2 a écrit:

Non. Qui n'aurait juste peut être pas dû se dire que l'éco, euh OSEF un peu beaucoup hein, et de manière plus globale, que les confs c'était coool pour valider sans problème.

Ma carte UGC m'a tuer.

Comme je te comprends.

Your mother was a HAMSTER, and your father smelt of eldeberries !

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

je vois qu'il y a pas de reponse a ma question initiale, je m'en doutais bien smile ...
ce forum n'est peut-etre pas le meilleur endroit pour discuter les problemes des etudiants etrangers a scpo n'est-ce pas? tongue

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Marin2 a écrit:

Et puisque le post remonte, savez vous si avec ces nouveaux programmes en Phd la sélection sera ardue pour ceux qui viennent du premier cycle ? Le site fait état d'une "admission très sélective", et tout d'un coup, j'ai peur.

Manifestement il faudra surtout que tu aies une idée claire de la thématique qui t'intéresse (pas un projet de thèse hein, ça leur ferait plutôt peur) et que tu les rassure sur ta motivation et tes capacités pour t'engager pour 5 ans. Mais disons que même si l'admission était particulièrement sélective, étant donné le faible nombre de demandes, ça devrait être gérable.

"It's better to burn out than to fade away".
Joseph Goebbels ou Neil Young ?

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Merci Surfin'USA,

ton message est plutot rassurant pour moi smile
j'ai une idee assez claire de ce que je veux faire, je suis en train de rediger un projet pour la recherche que je veux mener pendant les deux premiers annees - au niveau master donc.
mais pourquoi dis-tu qu'un projet de these leur ferait peur?

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

cristina.eseanu a écrit:

Merci Surfin'USA,

ton message est plutot rassurant pour moi smile
j'ai une idee assez claire de ce que je veux faire, je suis en train de rediger un projet pour la recherche que je veux mener pendant les deux premiers annees - au niveau master donc.
mais pourquoi dis-tu qu'un projet de these leur ferait peur?

Parce que déjà, ton projet de mémoire de M2 va beaucoup changer d'ici à ce que tu t'y mette vraiment. A la fois parce que tu auras de nouvelles idées, et parce que ton directeur aura aussi des idées pour toi... Alors le projet de thèse, n'en parlons même pas... Ça dépend sûrement des spécialités, mais je sais que certains profs trouvent assez détestables ceux qui arrivent avec une idée toute faite de ce qu'ils veulent faire, sauf si tu es certain de ton génie.

"It's better to burn out than to fade away".
Joseph Goebbels ou Neil Young ?

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

oui, j'en avais le soupcon en effet...
mais faut-il des maintenant designer, a titre indicatif, un directeur qu'on envisage pour le memoire de M2?

39

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Merci aussi, Surfin'USA.

Pour le directeur de mémoire, je ne pense pas, non ? Ca semble un peu prématuré (surtout que tu as le temps de changer d'avis sur ton mémoire, on m'a dit que cette indication de recherche restait assez indicative).

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Surfin'USA a écrit:

Ça dépend sûrement des spécialités, mais je sais que certains profs trouvent assez détestables ceux qui arrivent avec une idée toute faite de ce qu'ils veulent faire, sauf si tu es certain de ton génie.

Oué, enfin ce genre d'intimations à la fausse humilité valent surtout pour les recrutements oraux de premier cycle, écoles de journalisme etc. où on t'explique que pour marcher droit dans la vie, faut s'écraser.

T'as intérêt, surtout après cette réforme de merde, de bien montrer que tu sais pourquoi t'es là.





hmm  <====  Ces quoi ces kikoo conneries au passage ?

"2ou7ibou jouinta ltanjawiya" Ibn Batouta
"Je vois la vie en Blaugrana" L.W.R

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

JamesNondorfskoya a écrit:

hmm  <====  Ces quoi ces kikoo conneries au passage ?

Tu peux les désactiver dans tes paramètres perso, pour éviter que ta rétine ne soit brûlée.

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

42

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Ce qui est assez effrayant, ceci dit, c'est que le message originel de ce sujet ait 4 ans. Et qu'il conserve toute sa contemporanéïté pour le côté "précaire" du statut d'enseignant / chercheur en sciences-sociales (et plus spécifiquement en sciences-politiques).

Gloups...

43

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

cristina.eseanu a écrit:

Bonjour tous,

Je vois que la discution est assez ancienne mais, en me conformant aux lois du forum j'y lance ma question en esperant, qd meme, une reaction:

je vais postuler au master recherche de scipo par la procedure internationale et j'ai des doutes sur mes elements de motivation: devrais-je preciser si apres 5 ans de programme PhD je veux rentrer ds mon pays ou rester en france?
en effet, je trouve premature/ imature de dire que j'ai deja une idee fixe de ce que je vais faire ds 5-6 ans...
faire de la recherche en roumanie ou en france presente des avantages et des desavantages ds les deux cas; sauf le trait commun, qui est evidemment la difficulte de trouver des debouches ds quelque pays que ce soit...

vous autres etudiants etrangers surtout, avez-vous parle de cet aspect ds vos motivations?
Merci!


Un gros souci pour tous les étudiants qui étudient en France est la distinction entre LMD et le PHD anglo-saxion qui s'impose maintenant à l'échelle internationale. Tu te retrouves dans une situation où, sortie de master en France tu t'engages sur une thèse qui dure trois ans alors que dès que tu veux t'expatrier pour faire ta thèse, il te faut refaire tout le cursus PhD...

Bilan, tu perds au minimum 2 ans et souvent plus si jamais tu échoues aux qualifications exam (que n'a pas la France)

Bref, si tu veux t'engager sur un M2 en France, sachant que tu es étrangère, tu dois être consciente des contraintes associées (sauf si tu es sûre de rester en France après ou dans les pays européens qui reconnaissent le LMD)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Pas énormément de discussion sur le doctorat, dites donc !

Je poste histoire de savoir si la recherche à Science Po ne s'est pas améliorée ?

J'hésite entre la voie des concours administratifs et la recherche... Avec une grosse préférence pour la deuxième option, mais je suis pas sûr d'avoir envie de passer toute ma vie chez maman et à être regardé de travers juste pour vivre de ma passion :s

Je suis en M1 à Paris 1 et je vais tenter d'entrer à Science Po l'année prochaine... Mais en fait je me demande si le master recherche de théorie politique de Science Po est vraiment une option. Parce que tant qu'à faire de la recherche, autant rester à Paris 1, non ? (localisme que vous évoquiez ?) Mais d'un autre côté, niveau financements de thèse, Science Po doit être plus avantageux que P1, non ?

Donc deux questions :
Niveau recherche (master et doctorat) pour un étudiant de P1 : M2 à P1 ou Master recherche à Science Po ?
Niveau choix plus fondamental : Affaires publiques ou recherche ? big_smile On peut faire une thèse après affaires publiques sinon ? (non parce que ce master a l'air tellement fun et intéressant)

Ah et autre chose : Le doctorat en science politique permet de rentrer à l'école d'avocat, non ? Ca peut être bien ça au cas où y a pas de boulot dans la recherche après tongue

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Niveau financement et déroulement de la thèse (2ème année à l'étranger), SP est des années-lumières en avance par rapport à la fac... Il faut dire que le recrutement des doctorants est très élitiste.

Je m'étais posé la question pour moi-même entre continuer en droit comparé franco-US en thèse à SP avec un séjour aux E-U et me focaliser sur l'éna. J'ai choisi mais la 1ère option était vraiment très alléchante.

Mon conseil vaudra ce qu'il vaut mais si tu peux, postule à la fois pour un contrat doctorat à la fac après ton M2 et pour le doctorat de SP. Prend SP si tu l'as, sinon la fac (de toute façon, tu peux faire une thèse même sans contrat là bas, il suffit d'avoir un M2R).

En revanche, si tu fais AP (et sauf à avoir également fait un M2R à la fac), tu te grilles pour la thèse à SP, surtout en histoire.

Enfin, il me semblait que c'était seulement le doctorat en droit qui te permettait de rentrer à l'EFB.

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Rayan a écrit:

Niveau financement et déroulement de la thèse (2ème année à l'étranger), SP est des années-lumières en avance par rapport à la fac... Il faut dire que le recrutement des doctorants est très élitiste.

Je m'étais posé la question pour moi-même entre continuer en droit comparé franco-US en thèse à SP avec un séjour aux E-U et me focaliser sur l'éna. J'ai choisi mais la 1ère option était vraiment très alléchante.

Mon conseil vaudra ce qu'il vaut mais si tu peux, postule à la fois pour un contrat doctorat à la fac après ton M2 et pour le doctorat de SP. Prend SP si tu l'as, sinon la fac (de toute façon, tu peux faire une thèse même sans contrat là bas, il suffit d'avoir un M2R).

En revanche, si tu fais AP (et sauf à avoir également fait un M2R à la fac), tu te grilles pour la thèse à SP, surtout en histoire.

Enfin, il me semblait que c'était seulement le doctorat en droit qui te permettait de rentrer à l'EFB.

Ok merci pour la réponse, ça confirme donc les info que j'avais. Par contre je me demande toujours si une thèse en fac n'est pas plus pratique pour avoir un job ensuite... Cela dit Science Po c'est pas mal pour travailler à l'étranger non plus j'imagine.

Pour l'EFB j'attends la réponse de leur service inscription, mais le doctorat "science politique" se trouve dans la section "Droit" du CNU, donc c'est assez ambigu... [EDIT : Et wikipedia nous dit que le doctorat en science politique marche aussi... http://fr.wikipedia.org/wiki/Avocat_en_France ]

Last edited by Q.D. (25-05-2013 20:14:56)

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Je souhaiterais juste avoir une confirmation: l'école doctorale en droit est réservée aux élèves de sciences po paris ?

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Non amazonie.

Trouver un job dans l'enseignement tu veux dire ? Aucune raison que SP soit moins bon, je dirais même le contraire... Je ne sais pas si tu connais quelques doctorants à la fac. C'est vraiment la purge.

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Oui j'ai regardé c'est également ouvert pour les titulaires d'un M2R, du moins en droit...
Elle a l'air excellente cette école doctorale de droit, franchement on est loin du cadre offert par de nombreuses universités de droit.

Aussi, j'ai entendu (c'est peut-être une rumeur) que les doctorants pourront se présenter au concours interne de l'ÉNA pour les prochains concours.

Re: Doctorat après Sciences Po ? Agrégation ? Enseignement et recherche

Non, c'est vrai (contre l'avis du gouvernement)... je trouve ça injuste si on ne ramène pas la durée minimale de service effectif à trois ans (la durée nominale d'un doctorat) pour accès des fonctionnaires au concours interne, contre quatre maintenant.