Topic: MAM : Michèle Alliot-Marie

http://abonnes.lemonde.fr/web/article/0 … 257,0.html

le QVDM a écrit:

MAM, objectif Matignon
LE MONDE | 19.03.05 | 14h20
Jacques Chirac, son mentor depuis quarante ans, la tutoie. Michèle Alliot-Marie premier ministre ? La classe politique en parle...
Dans l'hélicoptère Puma qui l'amène de Grenoble à Gap, la ministre de la défense sort sa trousse de maquillage. Bref coup de poudre et de rouge à lèvres, ajustement de la coiffure, vérification des profils devant le miroir de poche. Gracieux égarement féminin.  Elle se tourne vers le hublot, jette un œil rêveur aux montagnes enneigées et troque ses boots à talon contre des chaussures de marche. Son aide de camp a tout prévu. Madame "le" ministre, qui tient à son article masculin, est parée pour l'atterrissage.

Le 4e régiment de chasseurs de Gap [NDLR : ] est aligné pour la revue. Un petit groupe en uniforme d'apparat, tenue blanche et "tarte" blanche sur la tête, joue La Marseillaise. Dans son fameux tailleur-pantalon parfaitement ajusté, Michèle Alliot-Marie se tient le menton haut, les bras le long du corps. Puis rejoint la troupe énergiquement, toujours droite comme un "i", sourire aux lèvres et en cadence. Passage en revue de gauche à droite, demi-tour tonique et hop, de droite à gauche. Ministre de la défense comme un poisson dans l'eau. Cette femme aurait-elle le pas militaire dans le sang ?

Cela n'a pas été sans répétitions. Patrick Ollier, député (UMP) et maire de Rueil Malmaison, président de la commission des affaires économiques de l'Assemblée, ancien international de judo et compagnon très amoureux de Michèle, est là pour le rappeler. "Le soir où elle a été nommée ministre, je l'ai fait s'entraîner dans le couloir, à la maison. Une-deux, une-deux, demi-tour, droite !" Ce fameux demi-tour tonique sur les pointes de pied, assez compliqué à ne pas rater.

Quand le président de la République propose à Michèle Alliot-Marie d'être ministre de la défense dans le premier gouvernement Raffarin, la dame se trouve dans son bureau de Saint-Jean-de-Luz, la ville des Pyrénées-Atlantiques dont elle est toujours maire adjointe. Elle souhaitait rester en milieu parlementaire et se présenter à la présidence de l'Assemblée. Mais elle savait que Jacques Chirac comptait lui confier un ministère régalien. Ce 7 mai 2002, le téléphone sonne.

"Avez-vous bien réfléchi à ce que pourrait être la réaction des armées à la nomination d'une femme ?, demande la future ministre au président.

- Oui, oui, j'ai interrogé deux-trois personnes. Avec toi, ça devrait marcher [NDLR : au pas !]", répond Chirac.

Ce n'est pas franchement dans les traditions. La défense nationale est un ministère d'hommes [NDLR : Bigeard dirait "un ministère de gens qui en ont]. Dans un hall de l'hôtel de Brienne qui abrite le ministère de la défense, à Paris, sont affichés les portraits des 94 ministres français de la défense : du général Adolphe Le Flo (1870-1871), à Alain Richard [NDLR : surnommé le "pète sec amadoué", grand buveur de lait devant l'éternel] (1997-2002), que des hommes, avec ou sans moustache. Il faudra attendre le départ de la ministre pour que sa photo prenne place au mur. MAM, "la première femme."

Une femme qui en a vu d'autres : deux fois ministre et ex-présidente d'un parti historiquement machiste, le RPR. Une femme divorcée - de Michel Alliot, haut gradé de l'université [NDLR : depuis quand l'armée est elle un corps avec des grades ?]-, qui ne joue pas la solidarité féminine et ne veut pas entendre parler de "parité". Une femme élevée à la dure, entre un père au tempérament trempé et à l'accent du Sud-Ouest qui l'éduque avec sa sœur comme une équipe de rugby, avec exigence et sans les traiter "en filles", et une mère d'origine polonaise [catho-tradi ?], chef d'entreprise, qui lui apprend "à avoir des plumes de canard : quand il pleut, l'eau glisse sur toi".

Une femme à la langue bien pendue, dont l'histoire retient déjà quelques mots à la Sacha Guitry. A un huissier de l'Assemblée qui lui fait remarquer que le port du pantalon dans l'hémicycle est interdit aux femmes, elle répond du tac au tac : "Voulez-vous que je l'enlève ?" Elle règle aussi leur compte aux barons du RPR par cette formule coquine : "Les éléphants, il suffit de leur caresser la trompe." [Fabius ferait mieux de l'emmener faire un tour sur ça moto, ça dera comme Mitterand et Cresson]

Jacques Chirac tutoie Michèle Alliot-Marie depuis qu'il l'a rencontrée avec son père Bernard Marie, ancien député et maire de Biarritz et arbitre international de rugby. Nous sommes en 1967. Chirac est secrétaire d'Etat aux affaires sociales du gouvernement de Georges Pompidou. La jeune Michèle Marie, 21 ans, est étudiante en droit et légèrement tête brûlée [on veux en savoir plus]. Immédiatement intéressé par celle qu'il surnommera plus tard en aparté "les plus belles jambes du RPR", le fougueux gaulliste lui propose de venir à son cabinet. "Ah non ! La politique, je n'en ferai jamais !", lui répond-elle, avec une irrévérence qu'elle garde encore à son égard. Elle l'avoue : "Il aime bien ça."

Près de quarante ans plus tard, les coups de pouce de son père et le virus de la politique l'ont emporté. MAM y a pris goût : du cabinet d'Edgar Faure, où elle entre en 1972, au ministère de la défense, où elle exerce actuellement son deuxième mandat, en passant par l'implantation locale à Saint-Jean-de-Luz et la présidence du RPR.

La défense. Rien que ça. Un ministère régalien pour celle que les Basques surnommaient "la petite conseillère de Ciboure", et dont le passage à la tête du RPR avait laissé l'image d'une "passerelle" entre chiraquiens et balladuriens, munie moins d'un projet politique que d'une stratégie de rassemblement. Un ministère placé sous l'autorité directe du chef de l'Etat, pour celle qui parvint à s'imposer sans réseau politique puissant (il n'y a pas d'alliot-maristes comme il y a des sarkoziens), mais en gardant toujours autour d'elle sa famille : son père et sa mère (qu'elle appelle tous les jours), son compagnon Patrick Ollier (rebaptisé POM pour "Patrick Ollier-Marie") [son slogna est tout trouvé : mangez des POMs], actif dans son ascension au sein du RPR, et sa nièce Ludivine Olive, "la fille qu'elle n'a pas eue" selon Bernard Marie et qui est devenue son chef de cabinet.

A peine nommée le 7 mai, MAM est mise en condition. Elle prend ses fonctions à 20 heures. A 6 h 30, le lendemain matin, l'officier de permanence l'appelle pour la prévenir de l'attentat meurtrier qui vient d'avoir lieu à Karachi (Pakistan) contre des ressortissants français [NDLR : travaillant pour la DCN, soit le MinDéf], employés de la direction des chantiers navals. Il faut d'abord assurer les cérémonies du 8 Mai dans la matinée, passer en revue les troupes au pied de l'Arc de triomphe. L'entraînement de la veille, dans le couloir, n'a pas été inutile. Jacques Chirac souffle à l'oreille de Michèle "un compliment très admiratif". On n'en saura pas plus.

Départ pour Karachi. Images de guerre, cadavres, blessés en morceaux, familles des disparus d'autant plus tétanisées que le 11-Septembre a eu lieu huit mois plus tôt. L'armée et son ministre se jaugent ce jour-là. MAM admire l'efficacité et la rapidité, dans le calme, de l'organisation militaire en situation de crise ; les militaires sont épatés par son sang-froid, sa chaleur spontanée envers les proches des victimes. "Ils sanglotaient, elle les a pris dans ses bras, témoigne un observateur. Vous voyez Alain Richard faire ça ?[qu'est-ce que je disais...] Elle a calmé les gens par des méthodes très féminines, très tactiles. Avant de les galvaniser : "Le président m'a dit de vous dire... Vous êtes là pour la France, etc."" Son anglais, en revanche, laisse perplexes ses interviewers.[elle fait partie d'une dream team : J. Barrot, Barnier, Chirac... Heureusement que Villepin est là]

Le président de la République lui a défini ses objectifs : rendre le moral aux armées en renforçant la disponibilité des moyens militaires, établir et faire voter la loi de programmation militaire, construire l'Europe de la défense. [ambitieux...] Avec ténacité et autorité, sans inventivité particulière ni anticipation visionnaire, MAM accomplit sa mission. [elle aura une médaille...] Et va jusqu'au bout, comme lors du duel dont elle sort vainqueur face à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'économie et des finances, sur une augmentation du budget de la défense qui garantit la loi de programmation militaire.

Facile, dira-t-on : elle entretient une relation privilégiée avec Jacques Chirac, qui lui-même entend donner un caractère prioritaire à la défense nationale. Si Chirac a choisi MAM, fidèle d'entre les fidèles, c'est parce que le vrai chef des armées, constitutionnellement, c'est lui. Une ministre acquise à sa cause ne fait qu'appliquer les directives dans un contexte par ailleurs favorable : l'évolution de l'image du militaire dans la société française, devenu professionnel des causes justes, du maintien de la paix et de l'humanitaire. [observation très juste (vérifiée pas des stats) mais pendant ce temps là on emploie pas les militaires pour ce qui est leur vocation première...]

Mais MAM y met sa patte à elle. [avec son jeu de jambe ?] Cette capacité infatigable, tel son mentor Chirac, à faire du terrain, à "jouer la proximité". Gambadant [la métaphore filée continue...] sur la scène internationale avec ce même talent qui lui avait fait emporter, au grand étonnement des "éléphants" qui n'y croyaient pas, la présidence du RPR. Elle avait alors aligné les kilomètres, les meetings et les visites aux fédérations. Inventant un style nouveau : non pas debout sur l'estrade, face au public, mais déambulant entre les allées.

Elle applique spontanément la recette aux militaires. Se rend sur les théâtres d'opérations extérieures [NDLR : TOE], passe le réveillon de Noël avec les troupes en Afghanistan ou en Côte d'Ivoire, en étonne plus d'un par son courage physique. "Les relations avec les militaires du rang et avec les officiers sont faciles dès lors que l'on va vers eux, note-t-elle. Ils sont extrêmement sentimentaux." [cf. Edith Piaf : "il sentait bon le sable chaud... mon légionnaire]

Elle sait les séduire par sa féminité mélangée à son look militaire en tailleur-pantalon. Distribuant facilement bises et accolades, ayant une attention supplémentaire pour les femmes du régiment, n'hésitant jamais, en bonne sportive, à sauter en parachute. Lors d'une visite au 4e chasseurs, à Gap, par un froid de gueux, elle ôte son manteau pour la revue. "C'est la moindre des choses, dit-elle. Ils sont là une heure avant moi. Ils n'ont pas de manteau, alors moi non plus." Les militaires du rang sont enthousiastes. "Je suis vachement fière d'avoir un ministre femme qui est apprécié de mes camarades masculins", dit une jeune femme maréchal des logis-chef. "Elle sait parler aux gens de tous grades avec attention tout en étant solennelle devant les emblèmes nationaux", remarque le colonel Paul de Puybusque. Ils apprécient sa proximité, bien utile, avec le président de la République. Et trouvent leur intérêt à avoir pour ministre une femme d'appareil, dotée d'un poids politique, plutôt qu'un haut fonctionnaire techniquement incollable.

A la tête des armées, l'un des corps de l'Etat qui a montré le plus d'aptitude à se réformer [comme c'est vrai, et en silence, sans manifester, en étant exemplaire et malheureusement en étant que peu récompnsé, comparez juste les soldes françaises et anglo-américaines...] (se professionnalisant, intégrant les femmes, les jeunes issus de l'immigration), MAM est si à son aise qu'elle clame volontiers avoir refusé les affaires étrangères, dans le deuxième gouvernement Raffarin. La défense, pour elle, est "le plus beau ministère par l'ampleur des centres d'intérêt. Le plus varié, le plus riche intellectuellement et humainement, et aussi le plus puissant - le deuxième budget de l'Etat, avec 437 789 fonctionnaires civils et militaires -".

Elle y a trouvé son fauteuil le mieux ajusté : l'incarnation possible de ces "valeurs gaullistes" qui l'ont formée, entre des grands-parents qui avaient rejoint de Gaulle à Londres et des parents dans la Résistance. "Pour moi, dit-elle, cela veut dire croire en la France, à son rôle en Europe et dans le monde ; croire aux valeurs humaines fondamentales, à un système de société fondée sur la liberté, le respect et l'égalité des chances, sur la possibilité d'une "seconde chance"." Egalité dont elle compte bien faire bénéficier les femmes. MAM l'antiféministe, révoltée contre la parité qu'elle considère comme une insulte ("cela laisse planer le soupçon qu'une femme n'est pas là pour sa compétence"), n'en est pas moins volontariste pour la promotion des femmes. Elle a créé des déjeuners de femmes ministres, "pas pour dire du mal des hommes, même si c'est marrant", mais pour faire bénéficier les autres femmes de sa propre expérience, avec ses embûches.

Pour elle-même, outre son professeur d'anglais, elle a un coach attitré : l'ancien journaliste Jean-Luc Mano [quelqu'un le connait ?]. Une fois par semaine, il tente de corriger cette image publique de bourgeoise incorrigiblement pète-sec qui ne ressemble pas à son personnage privé [Alain Richard, vous avez dit Alain Richard... Il faudrait qu'elle lui demande des conseils...]. Elle travaille aussi à un livre, au cas où l'on pourrait croire qu'elle manque de grandes idées pour la France. [MAM's diary, on attend ça avec impatience dans les chaumières...] "MAM peut devenir une marque, comme Sarko, Chirac ou DSK", observe un collaborateur.[NDLR : en tous cas Le Monde fait parti de son plan-média]

Objectif Matignon ? Demandez donc à Michèle Alliot-Marie si, en se poudrant, elle se sent "premier ministrable". Vous aurez en réponse une mine candide et/ou effarouchée. Style : "Ma mission est au ministère de la défense." [on ne discute pas les ordres...] Mais ses concurrents de droite, ceux qui avaient ricané lorsqu'elle s'était présentée à la présidence du RPR, jurent qu'on ne les y reprendra plus. [ils avaient déjà dit ça pour d'autres...] "On l'a sous-estimée une fois. Cette fois, on ne rigole plus."


Marion Van Renterghem

• ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 20.03.05

Last edited by Free French (27-02-2011 18:19:34)

Vous voulez créer un site Web ? Un blog ? un compte twitter ? Une page fan ou un groupe facebook ? -> conseils et tutoriels sur http://blogintelligence.fr

Vous avez ou allez acheter un smartphone Google Android -> http://Android.blogintelligence.fr
Conseils Windows 8 sur -> http://Windows.blogintelligence.fr

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Je ne saisis pas trop le sens de ton post...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

En fait je voulais poser des questions et donner des détails mais mon 2e post s'est perdu dans les méandres d'internet. Je vais essayer d'avoir le courage de le retaper.

FF

Vous voulez créer un site Web ? Un blog ? un compte twitter ? Une page fan ou un groupe facebook ? -> conseils et tutoriels sur http://blogintelligence.fr

Vous avez ou allez acheter un smartphone Google Android -> http://Android.blogintelligence.fr
Conseils Windows 8 sur -> http://Windows.blogintelligence.fr

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Pour (re)commencer, voici des détails sur le budget du MinDéf
http://www.payre.com/military/francegermany/

répartition du budget :
15,2 milliards d'euros sont inscrits en crédits de paiement aux titres V et VI (dépenses matérielles) [chiffre PLF 2005]
17,5 dans le titre III (fonctionnement) [chiffre 2004]
http://www.defense.gouv.fr/portal_repos … er/getData

Concernant le 4e Rég de Chasseurs, il fait partie de la  27ème Brigade d’Infanterie de Montagne
(État-major : Varces (Grenoble)) [c'est chez moi le quartier de Reynies !]
Elle est l’héritière de la 27e division alpine créée en 1976 par regroupement des 17e et 27e brigades Alpines :
- 4e Régiment de Chasseurs : Gap. Ce régiment est doté de 36 ERC « Sagaie ».
-    7e BCA : Bourg St Maurice. Son origine remonte à 1840 où il est créé en tant que bataillon de Chasseurs à Pied.
-    13e BCA : Chambéry. Son origine remonte à 1852 où il est créé en tant que bataillon de Chasseurs à Pied.
-    27e BCA : Annecy. Le 27e BCA a été créé en 1871 comme bataillon de Chasseurs à Pied.
-    93e RAM (Régiment d’Artillerie de Montagne) : Varces. Régiment d’artillerie de la brigade, il est équipé de 24 canons de 155 mm TR F1 répartis en 3 batteries de tir et en double dotation de mortiers lourds de 120 mm.
-    2e REG (Régiment Etranger de Génie) : Apt-Saint-Christol. Régiment de génie de la brigade, il est installés dans l’ancien site des Forces Nucléaires Stratégiques du Plateau d’Albion.


FF (to be continued)

Last edited by Free French (19-03-2005 23:12:02)

Vous voulez créer un site Web ? Un blog ? un compte twitter ? Une page fan ou un groupe facebook ? -> conseils et tutoriels sur http://blogintelligence.fr

Vous avez ou allez acheter un smartphone Google Android -> http://Android.blogintelligence.fr
Conseils Windows 8 sur -> http://Windows.blogintelligence.fr

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

>> un des corps de l'Etat qui a montré le plus d'aptitude à se réformer [comme c'est vrai, et en silence, sans manifester, ...]

Et à ton avis, pourquoi "en silence" et "sans manifester" ?

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Réponse facile : parce que le statut des militaires de 1972 (à vérifier) le leur interdit. Mais tu sais bien où les gendarmes se sont foutu ledit statu en manifestant à l'automne hiver 2001-2002. Pas la peine de se faire du mal et de polémiquer inutilement sur ça.

edit : à l'époque ça avait pas mal chauffé dans les casernes et on est passé pas loin (en quelques rares endroits) de quelques "mutineries" (le mot ne convient pas mais désobéissance au règlèment = mutinerie s je ne m'abuse). Heureusement la discipline a parfois de bons côtés.

edit 2 : j'oubliais la raison donné par Gustave qui est bien sûr la principale : "une certaine idée de la France" à travers l'Armée...

Le statut a été réformé cette année, les biffins ont maintenant le droit d'épouser des étrangères sans l'autorisation écrite de leur supérieur et de lire Charlie Hebdo à la cantine du MinDéf ou dans les casernes sans être emmerdés.
Sinon, toujours par le droit de se syndiquer (mon sentiment est mitigé, la syndicalisation a eu des conséquences désastreuses dans l'armée danoise, pour ne prendre qu'un exemple) et d'être membre d'un parti politique (j'ai déjà plus de mal même si la grande crainte est de découvrir les 10 % de cerveaux étroits votant FN).

Je poste la suite de mes commentaires bientôt.

FF

Last edited by Free French (19-03-2005 23:35:08)

Vous voulez créer un site Web ? Un blog ? un compte twitter ? Une page fan ou un groupe facebook ? -> conseils et tutoriels sur http://blogintelligence.fr

Vous avez ou allez acheter un smartphone Google Android -> http://Android.blogintelligence.fr
Conseils Windows 8 sur -> http://Windows.blogintelligence.fr

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Tout d'abord parce que son statut l'y contraint, mais également parce que ses membres croient que l'institution à travers laquelle ils ont choisi de Servir la France et certaines valeurs importent plus que quelques contraintes individuelles (ce dont un certains nombre de dirigeants n'hésitent guère à se servir...).

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

C'est lamentablement sexiste et racoleur comme article on croirait du Libé
Parle t'on de la manière dont un ministre ajuste sa cravate avant de descendre de l'hélico? Précise t'on que sa femme est très amoureuse de lui ?

Ceux qui espéraient du Monde un mieux avec  le départ de Plenel sont servis.

Perfection spells paralysis
(Winston Churchill)

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Ben oui, il y a Cecilia et nico...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Paul a écrit:

C'est lamentablement sexiste et racoleur comme article on croirait du Libé
Parle t'on de la manière dont un ministre ajuste sa cravate avant de descendre de l'hélico? Précise t'on que sa femme est très amoureuse de lui ?

Aller, je me lance dans la bataille des commentaires après vous avoir laissé tirer les premiers messieurs les français: perso je n'ai rien contre MAM, au contraire, c'est plutôt le ton hagiographique de l'article qui m'a enervé. Elle doit bien avoir une casserole (ça ne lui enlèverait pas le mérite qu'elle a à faire du bon boulot au MinDéf.
La femme a l'air très forte et d'avoir de la poigne, c'est bien.

Je ne connais pas assez les anciens ministres de la défense pour la comparer.
Pour mémoire, la liste des ministres de la Ve :

- Armed Forces -
14 May 1958 -  1 Jun 1958  Pierre de Chevigné                 (b. 1909 - d. 2004)
- National Defense -
1 Jun 1958 -  8 Jan 1959  Charles de Gaulle                  (b. 1890 - d. 1970)
- Armies -
1 Jun 1958 -  5 Feb 1960  Pierre Guillaumat                  (b. 1909 - d. 1991)
5 Feb 1960 - 22 Jun 1969  Pierre Messmer                     (b. 1916)
- National Defense -
22 Jun 1969 -  4 Apr 1973  Michel Debré                       (b. 1912 - d. 1996)
- Armies -
4 Apr 1973 - 28 May 1974  Robert Galley (1st time)           (b. 1921)
- Defense -
28 May 1974 -  1 Feb 1975  Jacques Soufflet                   (b. 1912 - d. 1990)
1 Feb 1975 -  2 Oct 1980  Yvon Bourges                       (b. 1921)
2 Oct 1980 - 14 Dec 1980  Joël Le Theule                     (b. 1930 - d. 1980)
22 Dec 1980 - 22 May 1981  Robert Galley (2nd time)           (s.a.)
22 May 1981 - 20 Sep 1985  Charles Hernu                      (b. 1923 - d. 1990)
20 Sep 1985 - 20 Mar 1986  Paul Quilès                        (b. 1942)
20 Mar 1986 - 12 May 1988  André Giraud                       (b. 1925 - d. 1997)
12 May 1988 - 29 Jan 1991  Jean-Pierre Chevènement            (b. 1939)
29 Jan 1991 - 29 Mar 1993  Pierre Joxe                        (b. 1934)
29 Mar 1993 - 18 May 1995  François Léotard                   (b. 1942)
18 May 1995 -  4 Jun 1997  Charles Millon                     (b. 1945)
4 Jun 1997 -  7 May 2002  Alain Richard                      (b. 1945)
7 May 2002 -              Michèle Alliot-Marie (f)           (b. 1946)

Paul a écrit:

Ceux qui espéraient du Monde un mieux avec  le départ de Plenel sont servis.

Je suis assez d'accord. Le seul changement en bien est la chronique de Jarreau un jour sur deux. Attendons la fin mars pour voir la nouvelle formule.


FF

Last edited by Free French (19-03-2005 23:58:39)

Vous voulez créer un site Web ? Un blog ? un compte twitter ? Une page fan ou un groupe facebook ? -> conseils et tutoriels sur http://blogintelligence.fr

Vous avez ou allez acheter un smartphone Google Android -> http://Android.blogintelligence.fr
Conseils Windows 8 sur -> http://Windows.blogintelligence.fr

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Un "silence" qui n'est donc pas seulement naturel, qui est aussi forcé, c'était la précision qui manquait.

A mon avis cet article a été rédigé par un agent double du Figaro infiltré au Monde, qui rédige des articles qualité Libé pour faire switcher la clientèle sur d'autres titres.

"Des quelques 100 millions d'hommes que compte la population de la Russie soviétique, il nous faut en gagner 90 à notre cause. Nous n'avons pas à parler avec les autres, nous devons les exterminer." (G. Zinoviev, 17 septembre 1918)

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Paul a écrit:

C'est lamentablement sexiste et racoleur comme article on croirait du Libé
Parle t'on de la manière dont un ministre ajuste sa cravate avant de descendre de l'hélico? Précise t'on que sa femme est très amoureuse de lui ?

Entierement d'accord. Ce texte se veut flatteur pour les femmes, a travers la mise en avant de MAM,alors qu'une impression machiste en ressort.
A-t-on besoin de dire qu'elle a les plus belles jambes du RPR?
Dans ce cas, De villepin a le plus beau cul de l'UMP.

De la part de MAM, dire le ministere de la defense est le plus riche intellectuellement et humainement me laisse perplexe

Last edited by Flola (20-03-2005 04:47:39)

Kefaya!

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Moi ce qui me tue c'est ça :

le QVDM a écrit:

Bref coup de poudre et de rouge à lèvres, ajustement de la coiffure, vérification des profils devant le miroir de poche. Gracieux égarement féminin.

Si elle arrivait pas maquillée les cheveux en vrac (comme parfois les hommes politiques, quoi), personne ne trouverait ça normal, mais le fait de se remaquiller est un "gracieux égarement" (expression particulièrement méprisante, je trouve...)

Je ne suis pas féministe mais cet espèce de diktat à la beauté féminine et à son maquillage me hérisse, surtout si après on s'en sert pour écrire "Regardez comme elle est mignonne, en fait dans le fond c'est une lolita notre Michèle, ah les femmes..."

GRRRRR !

Last edited by Amanda (20-03-2005 11:47:24)

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Flola a écrit:
De la part de MAM, dire le ministere de la defense est le plus riche intellectuellement et humainement me laisse perplexe
Sans préjugé aucun bien sûr...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

15

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Paul a écrit:

Ceux qui espéraient du Monde un mieux avec  le départ de Plenel sont servis.

Enfin .... il est pas vraiment parti Plenal, il a juste pris un peu de recul ....

16

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Entièrement d'accord avec Flola et Amanda.

A quand un article expliquant comment X concilie admirablement sa masculinité avec la dignité de la chose d'état, qui

"sort sa trousse de rasage dans l'avion qui le mène de A à B. Bref coup de mousse et de Gillette, ajustement des poils de nez qui dépassent, vérification des profils devant le miroir de poche qui ne le quitte jamais. Gracieux moment de virilité." (...)

Ils se  tutoient. Immédiatement intéressé par celui qu'on surnommera plus tard en aparté, et avec raison, "le plus bel entrejambe de la Cinquième République", le fougueux gaulliste lui propose de venir à son cabinet. "Ah non ! La politique, je n'en ferai jamais !", lui répond-il, avec une irrévérence qu'il garde encore à son égard. "Oui, j'aime ça!" avoue-t-il. (...)

Un homme qui en a vu d'autres : divorcé, qui ne joue pas la solidarité masculine et ne veut pas entendre parler de "parité". "Un Ministre est là pour son incompétence" déclare-t-il volontiers "Nommer des femmes risquerait de faire subitement augmenter le QI moyen du gouvernement: un bouleversement sans précédent que nous ne pouvons risquer."

Un homme élevé à la dure, entre un père au tempérament trempé et à l'accent du Sud-Ouest, donc terribelment provincial, qui l'éduque avec sa sœur comme une équipe de rugby (et être obligé de représenter une équipe de rugby entière quand on n'est que deux, voilà qui fait de vous un homme) et avec exigence, et une mère d'origine polonaise, chef d'entreprise, qui jamais ne les traitera en "garçons". (...)

A un huissier de l'Assemblée qui lui fait remarquer que le port du slip échancré dans l'hémicycle est interdit aux parlementaires, il répond du tac au tac : "Voulez-vous que je l'enlève ?" (...)

Il calme les gens par des méthodes très viriles, très tactiles, avant de gambader, mettant ses pattes là oú aucun Ministre n'avait encore jamais mis le pied. (...)

Objectif Matignon ? Demandez donc à X si, en se grattant les c***, il se sent "premier ministrable". Vous aurez en réponse une mine candide et/ou effarouchée. Style : "Ma mission est au ministère de la défense."

Mais X n'a jamais perdu le sens des valeurs familiales. Il garde toujours autour de lui ses proches: son père et sa mère (qu'il appelle tous les jours), sa compagne Patricia, qui se plaît à le faire déambuler et saluer dans le couloir, vêtu (seulement?) de bottes militaires, active dans son ascension au sein du RPR, et toujours aussi éprise de lui, et sa nièce (au sens papal du terme?) Ludivine Olive, (soeur de Marius?), qui est devenue son chef de cabinet.

"The best lack all convictions, while the worst
Are full of passionate intensity."  --WBY, The Second Coming

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Un gros up de 2 ans, mais ça me semble le bon thread

@si a écrit:

Chut ! MAM est trainée en justice.

Par Daniel Schneidermann le lundi 10 décembre 2007

Comme vous l'avez peut-être raté (on ne peut pas tout voir) je souhaiterais attirer votre attention sur Le Point en vente cette semaine.

Et plus particulièrement, sur un petit article de Sophie Coignard, page 76, sur une demi-page.

C'est titré: "la fondation de MAM devant la justice".

Déjà, ces deux signaux contradictoires devraient systématiquement alerter un lecteur normalement vigilant.

Oui, deux signaux.

Premier signal: une ministre importante est trainée en justice.

Deuxième signal: l'info est traitée sur une demi-page, p. 76.

A-priori, il y a un loup. Michelle Alliot-Marie, ministre de Sarkozy trainée en justice, normalement, ça devrait faire l'ouverture du magazine (surtout que c'est un scoop. Personne d'autre n'en a parlé). Ou alors, c'est que le journal sait, après enquête, que cette poursuite est fantaisiste, ou abusive, et dans ce cas, soit il n'écrit rien, soit il écrit...que la poursuite est fantaisiste ou abusive.

Rien de tel. Sophie Coignard semble considérer cette poursuite comme tout à fait sérieuse. Mais son journal n'en a pas moins décidé de la reléguer page 76, sur une demi-page.

Le point - 6 dec 07 - La fondation de MAM

Je vous résume ce que j'ai compris de l'article.

Alors ministre de la Jeunesse et des sports en 1994, MAM avait créé une fondation afin de fournir un statut aux bénévoles. Cette fondation passe un contrat avec une société, EAR, dirigée par Christian Beder, qui lui fournit une base de données sur les associations employant des bénévoles. Très bien. Mais au bout de quelques années, le relations se rompent, et la fondation de MAM refuse de payer les factures envoyées par EAR.

Et voilà où commence l'affaire. Alors que les relations se tendent, EAR est victime, écrit Coignard, d'une "extraction informatique de grande ampleur, avec copie de plus de 600 000 fiches".

Bigre !

Si vous ne savez pas ce qu'est une "extraction informatique", c'est une sorte de cyber-effraction. Hop, un ordi pénêtre dans votre ordi, pique 600 000 fiches, et en emporte une copie sans vous laisser de carte de visite.

Oups !

Mais le meilleur est à venir. Qui sont ces cyber-Lupin qui ont piqué les fiches de la société en bisbille avec la fondation MAM ? Il s'agit (et c'est établi) de la Direction du Renseignement Militaire, à l'époque où la ministre de la Défense s'appelait...Michelle Alliiot-Marie.

Cette direction a d'ailleurs reconnu les faits: le cyber-casse avait été conduit "dans le cadre d'une expérimentation".

Des grandes manoeuvres, en quelque sorte.

Et ce n'est pas tout. Je n'en ai pas fini avec cette demi-page du Point. En passant, Coignard égratigne la famille MAM.

A qui MAM a-t-elle transmis les rènes de sa fondation ? A son père, Bernard Marie (président) et à son beau-frère, Jean-Pierre Olive (délégué général). Qui a-t-elle fait travailler ? Un certain Florimond Olive, neveu de MAM. Et comment s'appelle aujourd'hui la chef de cabinet de MAM à l'Intérieur, qui a répondu à Coignard ? Ludivine Olive, petite-fille du président, fille du délégué général, et nièce de la ministre.

Vous, je ne sais pas. Mais moi, je serais rédacteur en chef du Point, il me semble que j'aurais commandé deux doubles pages.

Première double page: toi, le spécialiste militaire, dis-nous donc ce qu'il en est de ces cyber-manoeuvres informatiques. C'est courant , ces "extractions" ? C'est légal ? C'est contrôlé ? C'est déclaré quelque part ? La nièce de MAM assure qu'elle (et donc aussi sa tante) ne connaissait pas ce délicieux usage. Ca se passe donc à l'insu du cabinet du ministre ? Bizarre.

Deuxième double page: la famille MAM. Elle a l'air sympa, cette famille. Ils ont l'air mignon, ces Florimond, ces Ludivine, tous ces Olive. Ca vaudrait peut-être une petite saga familiale, non ?

Mais tous ces détails n'ont certainement aucune importance. Et c'est sans doute pour ne pas lasser leurs lecteurs, que l'hebdomadaire a écrasé toutes ces informations sur une demi-page, page 76.

http://arretsurimages.net/post/2007/12/07/Point

l'article :
http://arretsurimages.net/public/images/Daniel_-_Le_point_-_6_dec_07_-_La_fondation_de_MAM.jpg

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

18

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

a l'attention de fétiche

Encore du relais d'information fausses, un clearstream bis?

une petite rectification s'impose, ayant moi même enquêté sur cette affaire, je vais me permettre d'éclaircir certain points.
J'ai moi-même été contacté par Mr Beder pour écrire un article visant a se venger de la famille de MAM avec qui il n'avait pas pu travaillé.

Réalité des faits (apparemment Sophie Coignard n'a pas enquêté)
en 2004 Mr Beder rencontre le président de la fondation du bénévolat et lui affirme qu'il possède toutes les informations existantes sur la totalité des associations existantes en France (détail un peu mensonger car il ne les possède pas pour toutes les associations puisqu'il n'a pas répertorié toutes les associations) .
Depuis sa création la fondation du bénévolat cherche une solution pour assurer gratuitement les bénévoles y voit un élément complémentaire pour son projet.
Projet plus important car la fondation désire créer un système de point d'appuis pour les associations.
Mr Beder fait alors une proposition d'un système d'enregistrement des bénévoles et de gestion pour les points d'appuis, la proposition est non négociable et s'élève a 300 000€ par an jusqu'à un enregistrement de 150 000 bénévoles et 1€ par bénévoles supplémentaires.
Pour juger si cela est réalisable le président de la fondation du bénévolat demande à son petit fils de réaliser un audit.
Nous sommes en juillet 2006 et l'audit conclu que le projet est financièrement irréalisable en l'état et propose une alternative en ne créant que le site internet d'enregistrement des bénévoles.
deux propositions sont présentées l'une par Mr Beder pour un coup de 200 000 euros pour 150 000 bénévoles et 1€ par bénévoles supplémentaires et l'autre pour 30 000€ tout compris mais laissant la Fondation gérer le système.
Les deux propositions ayant été créer en suivant le cahier des charges réalisé lors de l'audit.
La fondation choisi le système le moins cher.
Mr Beder furieux décide d'offrir a une autre association le système mais en version gratuit et ce afin de concurrencer la fondation du bénévolat et de profiter d'un financement publique (obtenu par Mr Beder de façon étrange).
En Mars 2007 l'Etat annonce qu'il ne financera plus l'assurance gratuite des bénévoles. L'association partenaire de Mr Beder se décide alors a contacter la fondation du bénévolat afin de leur demander de reprendre les bénévoles qu'ils assuraient a leur charge.
La fondation ayant trouvé de nouveau financement afin de palier la disparition de l'état accepte.
Mr Beder voyant un gros revenu disparaître (250 000€ de subvention par an) décide donc d'assigner la fondation du bénévolat en justice en arguant que sa société avait créer le système pour la fondation et que ceux ci l'ont utiliser sans le payer.
Afin de faire le plus de bruit et le plus de mal possible il contacte des journalistes et leur raconte sa version.
Ayant personnellement enquêté et rencontré les différents protagonistes, je peux assurer preuves a l'appuis que Sophie Coignard a rencontrer Mr Beder pendant 5 heures et Mlle Olive pendant 20 minutes et personne d'autres.
Concernant l'intrusion informatique, la DRM (direction du renseignement militaire) exécute des aspirations automatique de site afin de s'entraîner à casser des sécurités puis les données sont supprimées automatiquement, ces aspirations sont faites au hasard sur le même système que Google il y en a plusieurs milliers par jour. il s'agit donc du hasard ( entre nous il savent s'y prendre s'ils ne veulent pas être repéré ou retracer , s'ils ont été retrouvés c'est qu'ils ne cherchaient pas a ce cacher.
Le véritable scoop est donc que nous avons une fois de plus affaire a une journaliste qui ne fait pas son travail et qui cherche à se payer une grande figure politique.

Parfois les journalistes aussi sont des voyous....


Bien à vous

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Je mérite la corde pour avoir osé rapporté ces propos infâmes d'un journaliste qui tire à la grenaille sur l'honneur de la République (si j'ai bien compris).

A partir d'aujourd'hui je ferai une enquête d'un mois minimum pour vérifier la véracité du contenu de chaque article auquel je fais référence.

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

20

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

bonjour,

après cette excellente résolution pour 2008, j'en propose une autre : suivre l'information après la crise.

J'aimerai savoir où en est cette "affaire" près de 6 mois après cet emballement.
je piste assez régulièrement le suivi des commentaires sur http://www.lepoint.fr/actualites-societ … 0/0/213381

et sur http://preenbulle.canalblog.com/archive … 83364.html
mais tout cela me semble un peu oublié.

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Bon elle démissionne ou bien c'était une fausse fuite destinée à tromper les medias ? Elle serait en ce moment même dans le bureau de Fillon.

On parle de Juppé pour la remplacer. Hortefaux qui prendrait la place de Juppé ou partirait et Guéant qui deviendrait Ministre de l'Intérieur.

22

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Ça y est, elle a enfin démissionné. Avec deux mois de retard.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)

23

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Ce que j'aime bien chez cette faux-cul d'Alliot-Marie, c'est que si elle démissionne, c'est de la faute des autres, pas la sienne. Pas la moindre once d'auto-critique.

Le Nouvel Obs - AP a écrit:

Michèle Alliot-Marie a présenté sa démission
 
PARIS (AP) — La ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie a présenté dimanche sa démission au président de la République, Nicolas Sarkozy, "bien qu'ayant le sentiment de n'avoir commis aucun manquement".

Sa lettre de démission, dans laquelle elle dénonce une "cabale" et une "manipulation" à son encontre, a été rendue publique dans l'après-midi par son cabinet alors que la patronne de la diplomatie française venait d'être reçue à Matignon par le Premier ministre François Fillon. Elle paye ainsi l'affaire de ses vacances tunisiennes et les errements de la diplomatie française face aux révoltes arabes.

Cette démission était attendue, alors que le président Nicolas Sarkozy doit s'exprimer sur la "situation internationale" à la radio et la télévision.

"Depuis quelques semaines, je suis la cible d'attaques politiques puis médiatiques véhiculant, pour créer la suspicion, contre-vérités et amalgames", écrit Michèle Alliot-Marie. "J'y ai répondu point par point afin de rétablir la vérité". "Depuis quinze jours, c'est ma famille qui subit de la part de certains médias un véritable harcèlement dans sa vie privée, pour tenter d'y chercher de quoi m'affaiblir à défaut de l'avoir trouvé chez moi".

Pourtant, assure-t-elle, "cette campagne n'entrave en rien mes relations avec mes partenaires internationaux ni ma capacité à remplir la mission que vous m'avez confiée". "Je ne puis néanmoins accepter que certains utilisent cette cabale pour essayer de faire croire à un affaiblissement de la politique internationale de la France", déclare-t-elle.

"J'ai une trop haute idée de la politique au service de la France pour accepter d'être utilisée comme prétexte à une telle opération", poursuit-elle. "J'ai une trop grande loyauté et amitié à votre égard pour accepter que votre action internationale puisse, en quoi que ce soit, en souffrir". "Bien qu'ayant le sentiment de n'avoir commis aucun manquement, j'ai donc décidé de quitter mes fonctions de ministre des Affaires étrangères et européennes", conclut-elle

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

En même temps FDL, à chaque fois qu'un ministre saute, c'est jamais de sa faute. MAM n'est qu'un exemple parmi tant d'autres...

25

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Non mais au moins un peu d'honnêteté en disant par exemple que ses propos à l'Assemblée nationale sur l'aide apportée à Ben Ali auraient pu éventuellement être perçus comme maladroits et non appropriés du fait d'une mésestimation de la situation en Tunisie à ce moment-là. Voilà, j'y ai mis les formes.
Mais en fait, même pas...
Vu la déliquescence et la perte totale de crédibilité de la diplomatie française, ça aurait été la moindre des choses.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

FDL a écrit:

Non mais au moins un peu d'honnêteté en disant par exemple que ses propos à l'Assemblée nationale sur l'aide apportée à Ben Ali auraient pu éventuellement être perçus comme maladroits et non appropriés du fait d'une mésestimation de la situation en Tunisie à ce moment-là. Voilà, j'y ai mis les formes.
Mais en fait, même pas...
Vu la déliquescence et la perte totale de crédibilité de la diplomatie française, ça aurait été la moindre des choses.

C'est vrai.

Elle aurait pu aussi se rappeler qu'elle a menti à tout le monde en disant au début qu'elle avait rencontré par hasard son pote tunisien sur le tarmac de l'aéroport...

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Je recopie intégralement " les indiscrétions" de l'Express (support papier) sorti aujourd'hui sur MAM:

" Comme si de rien n'était
Evinçée, le 27 février, du gouvernement, Michèle Alliot-Marie a participé, le surlendemain, au petit déjeuner de la majorité à L'Elysée. Elle a surpris les participants en prenant la parole pour évoquer longuement... le Koweit, où elle venait d'effectuer son dernier déplacement comme ministre des Affaires étrangères. Elle a recommencé, le lendemain, sur le même sujet, devant le bureau politique de L'UMP. En revanche, l'autre victime du remaniement, Brice Hortefeux, s'est montré plus discret."


Evidemment ce sont les mots en gras qui ont retenu toute mon attention !

Quelle femme ! Quelle force !
Pas destabilisée pour un sou ! Elle maîtrise ses émotions.
Malgré la déception d'avoir été "débarquée", telle une grande professionnelle, elle termine son travail jusqu'au bout, sans le bacler, avec une grande rigueur, aplomb et conscience professionnelle. En plus elle le fait le surlendemain, et pas 10 jours après, le temps d'avoir digéré le coup dur.
Et encore le lendemain. Quelle maîtrise !

edit: repète

Last edited by zaza's birthday (09-03-2011 22:27:22)

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Les Chroniques de Zaza's birthday aux Editions Mélibée

Re: MAM : Michèle Alliot-Marie

Tiens tiens...

Manque-t-il un avion à la République ?
Un Airbus A319, ancienne propriété de la République Française, a mystérieusement disparu des fichiers de la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC). Cette information n'est apparue que quelques heures, hier matin 10 mars, sur Google Actualités.

MAM serait, à nouveau, mise en cause.

Le réseau Voltaire est bien connu de tous ceux qui ont suivi Thierry Meyssan, son fondateur, dont la réputation de journaliste d'investigation n'est plus à faire depuis son fracassant livre sur l'hypothétique attentat du 11 septembre 2001 contre le Pentagone : "L'effroyable imposture".

Il n'a de cesse de mettre à jour les turpitudes de nos gouvernants et de les dénoncer.

En voici donc une nouvelle, à plus ou moins 30 millions d'Euro, révélée par le contributeur "Patrimoine du Peuple", en date du 6 mars 2011, qui réagit aux propos tenus par Thierry Meyssan lui-même sur le site suisse http://www.mecanopolis.org/?p=22258.

Avant que Nicolas Sarkozy ne se fasse acheter et rééquiper Air Sarko One (un Airbus A330, ancienne propriété d'Air Caraïbes, pour un montant d'environ 180 millions d'Euro), les présidents français disposaient, depuis 2002, de deux Airbus A319 immatriculés respectivement F-RBFA et F-RBFB.

Ces deux avions ont été vendus.

Le premier (F-RBFA) à Karim Wade, fils du président sénégalais Abdoulaye Wade, pour la modique somme de 20,9 milliards de F Cfa, soit 32 millions d'Euro. Jusque là, rien à redire. Juste à signaler que le PIB par an et par habitant de ce pays est de 1.700 USD, soit 1.232 Euro. L'affaire a fait un scandale au Sénégal mais, comme par hasard, a été passée sous silence en France.

Quant au second, il a purement et simplement disparu des registres de la DGAC. Mieux, les sites officiels de vente des Domaines n'y font aucune allusion, alors qu'il est de leur seule compétence de s'occuper de ce genre d'affaire, comme pour tout achat ou toute vente impliquant des biens de l'Etat.

Et pour cause.

D'après les informations disponibles sur le site du réseau Voltaire, la vente du deuxième A319, immatriculé F-RBFB, aurait été l'affaire de ... MAM qui l'aurait cédé à Belhassen Trabelsi, beau-frère de Ben Ali en collaboration avec... Aziz Miled, grand ami de la famille pour le transport aérien gratuit et pourvoyeur de SCI hotelières dans des zones protégées, en Tunisie.

Aux dernières nouvelles, cet avion stationnerait toujours sur l'aéroport de Genève (bonjour les frais), ce qui serait concordant avec le gel des avoirs du clan Ben Ali décrété par la Confédération Helvétique.

Les interrogations que suscitent cette affaire ne sont pas neutres.

Non seulement la cession d'un bien de l'Etat aurait été soustrait à la compétence exclusive des Domaines alors qu'il n'y a qu'eux pour détenir les droits et autorisations pour se faire, mais quid du produit de la vente ?

Pourtant 30 millions d'Euro feraient du bien dans le remboursement d'une (infime) partie de la dette française.

Ou alors, dans des comptes de campagne ?

Les nombreuses questions soulevées par cette "négociation" ont amené le Réseau Voltaire à expédier un certain nombre de courriers aux autorités suisse et française concernées.

Et comme noté dans l'article : "nous rappelons que les interrogations soulevées par cet article ne présument en rien de la culpabilité de quiconque."

Car, même si à certains niveaux de l'Etat, ce n'est plus de mode, il est important de souligner ici qu'il existe un principe en droit français qui est celui de la présomption d'innocence et que je tiens à le respecter, ne serait-ce que par prudence.

Affaire à suivre, donc.

L'article, dans son entier, est lisible ici : http://www.voltairenet.org/article168754.html