Topic: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

http://www.lexpress.fr/idees/tribunes/d … ida=430929


Qu'en pensez vous?

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

C'est une idée que je lance régulièrement dans des discussions.
A priori, je suis plutôt pour.

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

une excellente idée, mais il faut qu'elle soit incitative et non obligatoire.

Last edited by aragorn (07-01-2005 21:34:16)

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Je crains que peu de gens participent d'eux mêmes à ce genre de service.

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Je pense qu'en plus ce genre de service, en plus de renforcer le sentiment d'appartenance au pays, permet d'espérer que tous les milieux se croisent un jour (nombre de récits que l'on me fait du service militaire en donne une image de glande mais aussi de rencontres improbables).
De plus, cela peut être rentable économiquement, non ?

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

La rémunération de ce «service social national» serait équivalente à celle des étudiants en stage

On va dire que je suis vénal, mais bon... 300€, la "normale" pour un stage, c'est peu... Pas comparable à la rémunération d'un VIE par exemple...

Champagne. Glamour. Sex. Respect.

7

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Alors qu'on parle bcp de la loi de 1905, pourquoi ne pas remettre au goût du jour la loi de 1913 (i.e. service militaire obligatoire de 3 ans) quelque peu démodée?.
On oublie souvent les prinicpes fondamentaux reconnus par les lois de la (IIIe) République.
Je te les materai ces jeunes, moi...

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Je suis totalement contre.
et je l'expliquerai en détail demain :)))

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

pour que ce soit incitatif, on a qu'à dire qu'une année de service équivaut à deux ans de cotisations pour la retraite.

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Tant que ça reste incitatif, je suis d'accord. J'étais à l'époque assez séduit par l'idée d'un service civil européen, qui permettrait aux jeunes de se familiariser avec les langues et les cultures des autres pays d'europe.

Jacques Attali se trompe dans son analyse du service militaire: s'il était bénéfique, c'était parce qu'il permettait de dépasser la logique d'opposition entre groupes sociaux: tout le monde se retrouvait logé à la même enseigne et apprenait le même bagage. Le service militaire participait de l'idéal républicain au même titre que l'école. Il ne s'agit pas de patriotisme ni de nationalisme.

Or, le ton qu'emploie Jacques Attali est on ne peut plus prétentieux, péremptoire (lorsqu'il affirme que ces travaux seront certainement passionnants, on se doute qu'il aurait développé s'il avait des exemples en tête), et à la limite du nationalisme. Je me fous de la nation qui n'est pour moi qu'une entité abstraite.

Le plus grave est que notre commentateur raisonne comme si les citoyens français avaient une dette à payer. Aussitôt, il est légitime de se demander à qui, et pourquoi.
1) envers l'Etat et la société.
2) je ne vois pas pourquoi, si ce n'est pour s'autocongratuler

La naissance est le produit de la contingence. Si je nais français, c'est comme ça, il est vrai que je peux m'estimer heureux de ne pas être né au Soudan. Mais ça reste le fruit du hasard et je ne dois rien à personne!

Bref, tout ceci me semble injustifiable. Je vous conseille à ce propos la lecture de la deuxième dissertation de la généalogie de la morale de Nietzsche.


Bonne nuit

11

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Hallucinant ! Totalement hallucinant ! Là vous êtes graves... On n'a pas besoin d'un quelconque service pour être charitable. Moi, quand je donne dans la rue ou participe à des actions associatives, j'ai pas besoin que l'Etat m'y pousse !

C'est aussi débile que d'instaurer le service militaire pendant trois ans ( et qui au passage, à beaucoup servi les politiques américains lors de la guerre du Viet Nam ). Envoyer des jeunes se faire massacrer au combat ou les forcer à faire des choses qu'ils ne veulent pas, ça se fera sans moi.

D'autant plus que sur la durée, ça ne sert à rien.

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

La Taxe "Lobin" a écrit:

C'est aussi débile que d'instaurer le service militaire pendant trois ans ( et qui au passage, à beaucoup servi les politiques américains lors de la guerre du Viet Nam ). Envoyer des jeunes se faire massacrer au combat ou les forcer à faire des choses qu'ils ne veulent pas, ça se fera sans moi.

HE IS BACK ! Et en plus il veut la fin de la France...

Cheminot, c'est la classe !

13

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

L'Etat je l'emmerde !

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

C'est réciproque.

Last edited by Roud (11-01-2005 01:14:50)

15

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Plus pour très longtemps...

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Laisse le mon jacquo, il quémande pitoyablement une place au sein de notre projet...

Mais pas question, rien ne brisera notre duo.

Intoxiqué d'avenir par abus d'espoir.

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

pizza 4 fromages a écrit:

Alors qu'on parle bcp de la loi de 1905, pourquoi ne pas remettre au goût du jour la loi de 1913 (i.e. service militaire obligatoire de 3 ans) quelque peu démodée?.
On oublie souvent les prinicpes fondamentaux reconnus par les lois de la (IIIe) République.
Je te les materai ces jeunes, moi...

Pizza is back? Décidemment, il y a des fantômes qui hantent ce forum...

"Every society honors its live conformists and its dead troublemakers."
“Cynicism is an unpleasant way of saying the truth.”

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Et de deux !

http://www.liberationdelacroissance.fr/

Le plan de la commission Attali pour ramener le déficit public à 3 % de PIB en 2013
Réactivée en février pour « accroître le potentiel de croissance », la commission remet vendredi son rapport au chef de l'Etat. Présentée comme une « ambition pour dix ans », les 25 propositions de réformes visent d'abord à répondre aux « urgences » du désendettement et de l'emploi.

Le rapport que remet vendredi la commission présidée par Jacques Attali à Nicolas Sarkozy devrait nourrir les débats alors que débute lundi l'examen du budget 2011 à l'Assemblée nationale. Sur les quelque 25 propositions soumises au chef de l'Etat, environ la moitié porte sur la maîtrise des finances publiques. Trouver un consensus entre la quarantaine de membres de tous bords qui composent la commission n'a pas été simple. Elle avait eu moins de mal à s'entendre sur les 316 propositions de son premier rapport, remis en janvier 2008, mais qui évitait le thème clivant de la fiscalité.

Réactivée en février pour « accroître le potentiel de croissance », la commission Attali s'est, cette fois, assigné deux objectifs : répondre aux « urgences » que sont le désendettement et l'emploi et préparer deux « chantiers de long terme » que constituent l'éducation et la gestion des ressources rares. Le tout étant censé former « une stratégie à dix ans » à l'horizon de laquelle la France serait alors capable d'atteindre une croissance moyenne d'au moins 2,5 % par an.
Pas d'impôts nouveaux

Pour cela, la priorité est d'abord de ramener le déficit public sous le seuil de 3 % de PIB en 2013, comme s'y est engagé le gouvernement. Si la croissance atteint en moyenne 2 % sur la période, la première proposition est d'accomplir un ajustement de 75 milliards d'euros sur trois ans, indique une version préliminaire du rapport consultée par « Les Echos ». Comment ? En jouant « exclusivement » sur la réduction des dépenses publiques (50 milliards d'euros) et en élargissant l'assiette des prélèvements « sans relèvement des taux » (25 milliards). En clair, la commission ne propose pas d'impôts nouveaux, mais veut éliminer en trois ans le quart des pertes de recettes au titre des niches fiscales et sociales.

Concernant le volet dépenses, ce sont les 10 milliards d'économies préconisées dans le cadre de « mesures exceptionnelles » qui risquent de faire le plus de bruit : d'ici à 2013, la commission suggère de geler le point d'indice pour les salaires des fonctionnaires (ce qui n'est prévu par le gouvernement que pour 2011) et de prolonger et élargir la règle de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite aux collectivités locales et à la Sécurité sociale. Il faut en outre geler certaines prestations sociales et mettre sous conditions de ressources les allocations familiales, estime le rapport.
Mettre à contribution les malades en affection de longue durée

A côté de ces mesures temporaires, 40 milliards d'économies sont attendus d'une « meilleure maîtrise des dépenses de chacun des acteurs publics ». L'accent est notamment mis sur les collectivités locales, pour qui est recommandée une baisse de 1 % des concours financiers de l'Etat en valeur, alors que le gouvernement a opté pour un gel sur trois ans.

Autre cible : la Sécurité sociale, avec le déremboursement de médicaments et, surtout, la mise en place d'une participation financière des malades en affection de longue durée (cancers, diabète, etc.), aujourd'hui pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale quelles que soient leurs ressources. Le budget 2011 de la Sécurité sociale ne prévoit de réviser qu'à la marge le dispositif des « ALD », qui explique l'essentiel de l'accroissement des dépenses . « Les dépenses publiques doivent être ciblées sur ceux qui en ont le plus besoin », justifie la commission
La TVA à 5,5 % dans la restauration en ligne de mire

Côté recettes, la commission partage la philosophie du gouvernement en décidant de jouer en priorité sur les niches fiscales et sociales. Mais elle veut aller beaucoup plus loin que lui puisque l'exécutif s'est engagé à réduire les niches de 11 milliards dans son budget 2011. Le rapport cible en priorité les niches « ayant des effets antiredistributifs ou favorisant les plus privilégiés ». La TVA à 5,5 % dans la restauration est notamment en ligne de mire.

Alors que le gouvernement compte ouvrir l'an prochain le débat sur la fiscalité du patrimoine, le rapport prône un « réexamen » de la fiscalité sur les plus-values et les successions « pour des raisons d'équité ». Pour ces mêmes raisons, il demande que la « contribution des plus favorisés » aux hausses d'impôts (effort sur les niches, patrimoine) « ne soit pas annulée par le bouclier fiscal ». Alors que l'avenir de ce dernier s'inscrit désormais en pointillé, la commission reste prudente : « Certains voulaient supprimer l'ISF, d'autres le bouclier, on est resté au statut quo », résume un membre.

En dépit de la cure d'austérité proposée, la commission juge au final son plan de redressement des finances publiques « réaliste, équitable et équilibré ».
FRÉDÉRIC SCHAEFFER

Last edited by Angoulmoise (18-10-2010 02:13:12)

19

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Angoulmoise et Gambetta, vous travaillez en binôme ?

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Toutes ces propositions sont frappées du sceau du bon sens, et même si ce n'est pas parfait, c'est un début. Et c'est d'ailleurs pour ça que ce rapport ne sera jamais suivi : c'est Alain qui disait que "le bon sens est partout, excepté au sommet" ... Et ce ne sont ni nos étatistes de gauche, ni nos étatistes de droite qui oseront un jour lever l'idée que ne pas dépenser plus que ce que l'on reçoit, c'est du simple bon sens ...




YouplaBoum, atterré

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

En ce qui me concerne, je trouve qu'il y a beaucoup de bonnes idées dans ce rapport : Au moment où le déficit public et la dette publique est à un niveau inacceptable et où il apparaît que les dépenses publiques toutes administrations confondues (sécurité sociale, ODAC et collectivtés locales incluses) atteingnent plus de 56% (nous étions à 53% avant la crise), il faut des mesures drastiques pour revenir dans des clous tolérables.

C'est loin d'être anti-étatiste que de souhaiter que l'Etat ait une part dans l'économie qui ne dépasse pas 50% du PIB. Pour qu'une telle position ne se fasse pas au détriment de l'efficacité de l'action publique, il faut mener une réflexion approfondie fondée sur le redéploiement des moyens humains et financiers vers les actions opérationnelles et les postes de terrain et l'élimination des dépenses bureaucratiques les moins utiles. Une sorte de révolution copernicienne de l'action publique que j'appelle de mes voeux sur ce forum et ailleurs depuis plus de 6 ans maintenant...

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

22

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Moi, j'appelle à une réflexion approfondie sur une nouvelle manière de faire la politique de façon plus efficace et moins couteuse. Je crois tenir là une bonne idée.

23

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Il est assez évident que les propositions d'Attali sont d'une rare stupidité et que n'importe qui ayant vaguement des notions d'économie peut le comprendre aisément.

La France n'a plus la possibilité d'utiliser l'arme monétaire pour regagner de la compétitivité à l'export et in fine obtenir des gains de croissance. Il ne lui reste plus que l'arme budgétaire pour s'en sortir. Vraisemblablement, à force de l'avoir trop utilisée, nous sommes dans une impasse. Est-ce à dire qu'il faut saigner le pays en pleine sortie (et encore) de crise ?

Il faut militer pour le contrôle des dépenses publiques, c'est certain, mais de là à aller chercher "50 milliards sur trois ans" au regard de la situation actuelle c'est non seulement irréaliste mais dangereux. La demande intérieure est déjà très basse, et la France n'a pas la force de l'export de l'Allemagne (qui elle a fait l'effort budgétaire AVANT la crise).

Les 50 milliards de gain (qui relèvent d'un calcul d'un coin de table soit dit en passant) peuvent très vite s'évaporer si la croissance n'est pas au rendez-vous : une croissance inférieure à 1 point et les "économies" ainsi réalisées ne représenteront quasiment plus rien.

Il faut un minimum de cohérence en politique économique, autant j'étais absolument contre le plan de relance français qui a coûté une fortune avec des effets pour le moins médiocres, autant réaliser à présent une saignée sur un pays exsangue le conduira à sa perte. Au prix d'un déficit, le pays doit d'abord s'assurer d'une reprise stable et ensuite réaliser une réforme budgétaire importante (ce qui aurait dû être fait depuis au moins Jospin soit dit en passant).
En revanche, une réforme de la fiscalité pour augmenter les recettes (surtout sur les classes les plus aisées) elle, a du sens. Mais réduire les dépenses de 50 milliards, avec les effets multiplicateurs associés....

Ce que propose Attali, ce n'est rien de moins qu'enfoncer le pays dans la crise, au prix fort, payé bien entendu par les classes moyennes et pauvres (chômage, baisse de la fourniture en biens publics, etc.)

Un bon décryptage, autrement plus intéressant que celui de Greg ou de Youplabloum :
http://dechiffrages.blog.lemonde.fr/201 … iescement/

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Je te laisse la responsabilité de traiter de stupide un travail collectif dirigé par l'un des plus grands intellectuels de la France contemporaine...

Pour le reste, je relève une contradiction. Tu étais contre la relance, et tu es aussi contre une politique permettant de réduire le déficit. Il faudrait trouver une voie dans cette pétition de principe pour une politique du "ni-ni"... Ton lien est intéressant cependant.

Je suis désolé mais je ne vois pas comment cautionner une dette qui dépasse les 2000 milliards d'euros (si l'on intègre les engagements et provisions pour les retraites des fonctionnaires) et une dépense publique qui dépasse les 56% du PIB, avec un déficit de plus de 130 Md€. Ces données sont très inquiétantes, et il faut les prendre de front.

Alors après, les modalités assez "brutales" de la cure d'austérité préconisée par Jacques Attali ne sont peut-être pas des plus adaptées en terme de communication, mais en ce qui me concerne, c'est un appel salutaire à la rationalité dans la dépense publique. L'Etat a besoin d'une stratégie qui le recentre sur ses missions essentielles et sur les actions qu'il mène mieux que le privé (la gestion du social, l'éducation, la santé, les fonctions régaliennes). C'était la politique de Lionel Jospin qui reste entre parenthèse le seul gouvernement des 40 dernières années qui a effectivement et simultanément diminué la pression fiscale et la dette dans ce pays sans rogner sur la redistribution à l'égard des plus démunis et des travailleurs pauvres et précaires et sans obérer la politique de l'emploi. Quand je vois l'incapacité structurelle des gouvernement de droite de proposer une politique de l'emploi digne de ce nom, quand je repense à la polémique qu'ils avaient lancé lors de la "cagnotte" en 1999, quand je les entend inlassablement accuser la gauche d'être des pourvoyeur de taxes et de dépenses publiques, au mépris de toute forme de vérité historique, je rêve d'une France qui renouerait avec la dynamique de confiance économique et sociale positive inégalée de l'époque 1997-2001, pourvoyeuse des meilleurs chiffres de l'emploi et de la croissance des dernières décennies...

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

25

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Greg a écrit:

Je te laisse la responsabilité de traiter de stupide un travail de l'un des plus grands intellectuels de la France contemporaine...

N'abusons pas. Des intellectuels médiatiques peut-être, mais cette catégorie d'intellectuels ne mérite pas vraiment son titre.

Sinon Greg, ta France des années 1997-2001, il faut aussi la resituer dans le contexte mondial de ces mêmes années.

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

La croissance mondiale était quasiement la même entre 97 et 2001 et entre 2003 et 2007. Mais nous avions un point de croissance en plus que nos voisins sous Jospin et et 1 point de moins ensuite.

Je ne classe certainement pas Jacques Attali dans la même catégorie que BHL et consorts.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Greg a écrit:

Alors après, les modalités assez "brutales" de la cure d'austérité préconisée par Jacques Attali ne sont peut-être pas des plus adaptées en terme de communication, mais en ce qui me concerne, c'est un appel salutaire à la rationalité dans la dépense publique.

Tu es un monstre technocrate, et tu n'as aucune idée de ce que le mot "brutalité" sous-entend.

Greg a écrit:

L'Etat a besoin d'une stratégie qui le recentre sur ses missions essentielles et sur les actions qu'il mène mieux que le privé (la gestion du social, l'éducation, la santé, les fonctions régaliennes).

Ah ouais, bien sûr, exactement ce dont parle Jacques Attali oh non attends :

Concernant le volet dépenses, ce sont les 10 milliards d'économies préconisées dans le cadre de « mesures exceptionnelles » qui risquent de faire le plus de bruit : d'ici à 2013, la commission suggère de geler le point d'indice pour les salaires des fonctionnaires (ce qui n'est prévu par le gouvernement que pour 2011) et de prolonger et élargir la règle de non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite aux collectivités locales et à la Sécurité sociale. Il faut en outre geler certaines prestations sociales et mettre sous conditions de ressources les allocations familiales, estime le rapport.

A côté de ces mesures temporaires, 40 milliards d'économies sont attendus d'une « meilleure maîtrise des dépenses de chacun des acteurs publics ». L'accent est notamment mis sur les collectivités locales, pour qui est recommandée une baisse de 1 % des concours financiers de l'Etat en valeur, alors que le gouvernement a opté pour un gel sur trois ans.
Autre cible : la Sécurité sociale, avec le déremboursement de médicaments et, surtout, la mise en place d'une participation financière des malades en affection de longue durée (cancers, diabète, etc.), aujourd'hui pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale quelles que soient leurs ressources.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

28

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Greg a écrit:

C'était la politique de Lionel Jospin qui reste entre parenthèse le seul gouvernement des 40 dernières années qui a effectivement et simultanément diminué la pression fiscale et la dette dans ce pays sans rogner sur la redistribution à l'égard des plus démunis et des travailleurs pauvres et précaires et sans obérer la politique de l'emploi.

La dette est passée de 59,3% PIB en 1997 à 58% PIB en 2000, soit une variation négative de 1,3 point.  Si tu prends 1996 comme base, on est à +0,9. (A qui est due la politique budgétaire de 1997 ? Je ne saurais le dire précisément, même si Jospin est arrivé en mars.)

Il va sans dire que cette diminution s'explique uniquement par une variation supérieure du dénominateur PIB que du numérateur dette. Mais que la dette n'a jamais reculé en valeur absolue.

La dette de l'Etat a augmenté sur la période 1997/2000. La diminution provient des administrations de Sécu et des collectivités locales.

La moyenne des 15 sur la même période est de -6,6. La moyenne de la zone Euro à -5.

En fait, seuls l'Allemagne (âge d'or de l'époque de Schroeder, probablement) et le Luxembourg ont fait moins bien. Etant précisé que le Luxembourg partait de 6%.

29

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Greg a écrit:

Je te laisse la responsabilité de traiter de stupide un travail de l'un des plus grands intellectuels de la France contemporaine...

Tu plaisantes j'espère ?
Franchement, Attali est le pur produit de la technocratie à la française, essayiste de merde à nous refiler des idées cuites et recuites. Les seuls bouquins un tant soit peu intéressants qu'il a écrit ont été écrits par des nègres (celui sur Pascal notamment).

Sur le fond, ma position n'est pas originale, je ne fais que reprendre les très nombreuses critiques sur la politique de rigueur européenne formulées  par Krugman et Stiglitz, deux prix (en la mémoire de ) Nobel, tous deux PhD MIT (si tu veux un argument d'autorité, en voilà un !).

Mais bon, je te sais plus admiratif des génies de la fiche de synthèse et de la note administrative que des académiques...

Greg a écrit:

Pour le reste, je relève une contradiction. Tu étais contre la relance, et tu es aussi contre une politique permettant de réduire le déficit. Il faudrait trouver une voie dans cette pétition de principe pour une politique du "ni-ni"... Ton lien est intéressant cependant.

De temps en temps, il m'arrive de ne pas penser en binaire, "le bien contre le mal", "la gauche contre la droite", "les capitalistes contre le reste du monde", etc.

J'ai été contre le plan de relance car j'estimais alors qu'il ne relancerait guère et coûterait beaucoup : avec du recul, il semble que c'est exactement ce qu'il s'est passé. On se retrouve maintenant dans une situation complètement absurde où l'on à dépensé sans compter et où deux ans après on se retrouve à saigner la bête en plein marasme. Tu trouves cela cohérent ?? Moi pas.

Je crois qu'il est bon de réduire la dette en période de croissance, afin de limiter les dégâts sur les populations les plus fragiles et de mener, pendant les périodes de crise, une politique budgétaire de soutien intelligente (et pas construire des TGV ou refaire le Louvre ou créer un "ministère de la relance" pour placer ses potes, hein !...).

La réduction de la dette en période de croissance c'est ce que les Allemands ont fait avec succès. Ils n'ont pas fait de restricition budgétaire en pleine crise.

Et il y a une grosse différence entre réduire la dette et limiter le déficit. Je conçois qu'on veuille limiter le déficit (pour rappel, la France n'a pas présenté un budget équilibré depuis la fin des années 1970...) mais de là à être positif (car si tu veux réduire la dette, c'est le seul moyen non ?).

Greg a écrit:

Alors après, les modalités assez "brutales" de la cure d'austérité préconisée par Jacques Attali ne sont peut-être pas des plus adaptées en terme de communication, mais en ce qui me concerne, c'est un appel salutaire à la rationalité dans la dépense publique.

Oui on sait, tu es pour le bien-être du peuple et la protection des plus faibles; cela passe bien évidemment par réduire les aides sociales, les faire contribuer aux frais maladies et creuser encore plus les inégalités dans ce pays.
C'est la magie des mots. Mais bon, tu trouves qu'Attali est "un des plus grands intellectuels français du XXème", alors...

Et je me réfère au message de Broz pour plus de détails sur la cure d'austérité que tu appelles de tes voeux...

Greg a écrit:

je rêve d'une France qui renouerait avec la dynamique de confiance économique et sociale positive inégalée de l'époque 1997-2001, pourvoyeuse des meilleurs chiffres de l'emploi et de la croissance des dernières décennies...

Diantre, je rêve d'un peu mieux que de la croissance de la période Jospin !! (et surtout des merveilleuses réformes qui ont tant fait pour le pays, des 35 heures en passant par les emplois jeunes ou la privatisation des entreprises publiques).

Mais bon, j'habite dans un pays où la croissance est à deux chiffres depuis 15 ans, alors j'ai du mal à me faire aux "merveilleux" chiffres de la croissance jospinienne (et c'est d'ailleurs durant cette phase de croissance qu'il aurait fallu faire les réformes qui font mal, or rien n'a été fait).

Last edited by RPC (18-10-2010 17:42:00)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

30

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

RPC a écrit:

Je crois qu'il est bon de réduire la dette en période de croissance, afin de limiter les dégâts sur les populations les plus fragiles et de mener, pendant les périodes de crise, une politique budgétaire de soutien intelligente (et pas construire des TGV ou refaire le Louvre ou créer un "ministère de la relance" pour placer ses potes, hein !...).


La fameuse politique contracyclique... Mais comme d'habitude en France on n'en retient que la dépense en période de crise en oubliant la rigueur en période de croissance (ça doit être parce qu'on commence à oublier à quoi ressemblait une vraie période de croissance).

C'est pas grave, on fait pareil en évoquant le modèle danois ou allemand.

"Ecarte-toi, gnome fétide. Ma virilité n'a pas la place de passer..."

31

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Les Anglais font des coupes budgétaires sérieuses, notamment sur le plan militaire. Quid de la France (en ce qui concerne l'Armée ?).

Il est vrai qu'il vaut mieux économiser sur les porte-avions plutôt que sur les hôpitaux ou les écoles, comme le suggèrent Attali et Greg.

http://www.lemonde.fr/europe/article/20 … _3214.html

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Pas de coupe dans le budget de l'armée française prévue malheureusement malgré les nombreux programmes inutiles. Le budget va même légèrement augmenter normalement mais cette augmentation est aussi due à des recettes exceptionnelles (vente de l'hôtel de la marine rue Royale et d'autre patrimoine) à hauteur de 1 Mds € qui ne sont pas sûres d'êtres réalisées.

33

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

RPC a écrit:

Je crois qu'il est bon de réduire la dette en période de croissance, afin de limiter les dégâts sur les populations les plus fragiles. [...] La réduction de la dette en période de croissance c'est ce que les Allemands ont fait avec succès.

Enfin bon les lois Hartz c'est pas de la tarte non plus. Franchement, en matière de "saigner la bête", ils ont fait assez fort les Allemands quand même.

34

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Free French a écrit:

vente de l'hôtel de la marine rue Royale et d'autre patrimoine

En fait à peu près tout l'immobilier dont le MINDEF est propriétaire à Paris je crois, étant donné le déménagement à Balard. Mais effectivement les recettes sont incertaines et hypothétiques pour le moment. (Je me souviens vaguement d'un billet de Merchet sur le sujet.)

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

A ce sujet, amusez-vous à faire vous-mêmes les coupes dans le budget UK :
http://www.guardian.co.uk/politics/inte … eview-cuts

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

kioup a écrit:
Free French a écrit:

vente de l'hôtel de la marine rue Royale et d'autre patrimoine

En fait à peu près tout l'immobilier dont le MINDEF est propriétaire à Paris je crois, étant donné le déménagement à Balard. Mais effectivement les recettes sont incertaines et hypothétiques pour le moment. (Je me souviens vaguement d'un billet de Merchet sur le sujet.)

Oui, je pensais à ça.
Mais il y a 2 choses :
- 1 Mds d'€ de recettes exceptionnelles prévues en 2011 pour quelques ventes
- plusieurs Mds d'€ espérés sur la vente des locaux du Ministère de la Défense (rue St Dominique et boulevard St Germain). Je pense que cette vente se fera après que Balard soit construit.

Pour les locaux de la Marine rue Royale, je ne sais pas quand la vente est prévue ou espérée et où vont aller les marins si la vente se fait rapidement.

Je ne sais pas si les locaux et amphis de l'Ecole militaire ont vocation à être vendus. Je ne pense pas rapidement. Donc on ne peut pas parler de tous les batiments de la Défense à Paris qui doivent être vendus.
De plus la caserne Mortier à Paris, siège de la DGSE, n'a pas vocation à être vendue rapidement, le projet Nogent 2000 ayant été abandonné.

37

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

OK, je ne savais pas pour la caserne Mortier.
Quant à l'Ecole militaire, cela semble effectivement incroyable que le MINDEF puisse s'en détacher un jour. Mais bon, les marins ont bien dû se résoudre à quitter la rue Royale, alors...

38

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Voici ce qu'il se passe chez les Anglais : 490 000 emplois publics en moins d'ici 2015, réduction drastique du budget des ministères, et bien sûr, de l'Etat providence.

Pour le coup une cure d'asutérité drastique (sans aucune manifestation chez les Britanniques, c'est assez curieux d'ailleurs). Dans quelques années on mesurera les effets d'une telle politique. Des relents de Margaret ?

On remarquera aussi en ce qui concerne les retraites : passage de 65 à 66 ans; quand on voit qu'on fait tout un plat en France pour 62 ans.

[...]
a annoncé mercredi 20 octobre que les coupes budgétaires décidées par le gouvernement entraîneraient la suppression de 490 000 emplois d'ici à 2015 dans le secteur public. [...]

M. Osborne a également confirmé l'objectif annoncé en juin pour la réduction des dépenses publiques, alors fixé à quelque 83 milliards de livres (95 milliards d'euros) d'ici 2015. Ces coupes budgétaires drastiques, combinées à 30 milliards de livres de hausses d'impôts, doivent permettre d'éliminer quasi totalement le déficit public du Royaume-Uni, le ramenant de 10,1 % cette année à 1,1 % du PIB en 2015. Le ministre a ajouté que la réduction des effectifs de la fonction publique s'effectuerait en majorité via des départs naturels, tout en prévenant que des licenciements seraient "inévitables".

"ÉVITER LA FAILLITE"

Il a répété que le gouvernement n'avait pas le choix s'il voulait "éviter la faillite" du pays et "l'éloigner du précipice". "Si nous ne nous occupons pas de ce déficit record, encore plus d'emplois seront menacés", a-t-il plaidé devant les parlementaires. En moyenne, les ministères verront leurs ressources baisser de 19 % d'ici 2015. Parmi les plus affectés, le Foreign Office (affaires étrangères) et la culture verront leur budget baisser de 24 % (la BBC a dû se résoudre à voir son budget diminué de 16 %), celui du Trésor sera réduit de 33 % et l'environnement de 29 %.

La baisse sera sévère également pour les ministères de la justice et de l'intérieur, dont les budgets reculeront de 23 % chacun, et celui des transports, qui baissera de 21 %. Celui de la défense diminuera de 8 %, comme l'avait déjà annoncé mardi le premier ministre David Cameron. Le gouvernement va également réduire de 18 milliards de livres par an à compter de 2014-2015 les dépenses de "l'Etat-providence", et avancer à 2020 le report de 65 à 66 ans de l'âge du départ à la retraite.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/10/20/le-royaume-uni-confirme-la-suppression-de-490-000-emplois-publics_1428893_3214.html

39

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Finalement c'est surtout le Foreign Office (-24%) qui souffre, bien plus que le MoD (-8%). Il y a peut-être là une opportunité à saisir pour faire rayonner notre beau pays à l'international wink

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

mami a écrit:

A ce sujet, amusez-vous à faire vous-mêmes les coupes dans le budget UK :
http://www.guardian.co.uk/politics/inte … eview-cuts

Bah c'est pas facile, tout compte fait...

Quelqu'un sait à quoi servent les £13 milliards du "Her Majesty's Treasury", d'ailleurs ? Parce que ça fait pas mal d'argent de poche, a priori...

"It's better to burn out than to fade away".
Joseph Goebbels ou Neil Young ?

41

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

[video (flash player not installed)]

42

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Greg a écrit:

Je te laisse la responsabilité de traiter de stupide un travail collectif dirigé par l'un des plus grands intellectuels de la France contemporaine...

Pour le reste, je relève une contradiction. Tu étais contre la relance, et tu es aussi contre une politique permettant de réduire le déficit. Il faudrait trouver une voie dans cette pétition de principe pour une politique du "ni-ni"... Ton lien est intéressant cependant.

Je suis désolé mais je ne vois pas comment cautionner une dette qui dépasse les 2000 milliards d'euros (si l'on intègre les engagements et provisions pour les retraites des fonctionnaires) et une dépense publique qui dépasse les 56% du PIB, avec un déficit de plus de 130 Md€. Ces données sont très inquiétantes, et il faut les prendre de front.

Alors après, les modalités assez "brutales" de la cure d'austérité préconisée par Jacques Attali ne sont peut-être pas des plus adaptées en terme de communication, mais en ce qui me concerne, c'est un appel salutaire à la rationalité dans la dépense publique. L'Etat a besoin d'une stratégie qui le recentre sur ses missions essentielles et sur les actions qu'il mène mieux que le privé (la gestion du social, l'éducation, la santé, les fonctions régaliennes). C'était la politique de Lionel Jospin qui reste entre parenthèse le seul gouvernement des 40 dernières années qui a effectivement et simultanément diminué la pression fiscale et la dette dans ce pays sans rogner sur la redistribution à l'égard des plus démunis et des travailleurs pauvres et précaires et sans obérer la politique de l'emploi. Quand je vois l'incapacité structurelle des gouvernement de droite de proposer une politique de l'emploi digne de ce nom, quand je repense à la polémique qu'ils avaient lancé lors de la "cagnotte" en 1999, quand je les entend inlassablement accuser la gauche d'être des pourvoyeur de taxes et de dépenses publiques, au mépris de toute forme de vérité historique, je rêve d'une France qui renouerait avec la dynamique de confiance économique et sociale positive inégalée de l'époque 1997-2001, pourvoyeuse des meilleurs chiffres de l'emploi et de la croissance des dernières décennies...

Tiens, un parallèle auquel je n'avais pas songé mais un article posté par Gambetta est venu fort à propos.

La politique de Laval en 1935 de rigueur et contraction du déficit. Spirale déflationniste qui a enfoncé d'autant plus la France dans la crise... et on sait où cela a fini.

sur un autre thread a écrit:

Benjamin Lancar voulait peut-être parler de 1935, comme il le suggère au Nouvelobs.com. Mais là encore, difficile de parler de redressement économique. La politique déflationniste menée par Laval a aggravé la crise. En conduisant une politique de rigueur et de réduction du déficit, il a entraîné le développement d'une profonde crise sociale.

Dans les commentaires du blog de Benjamin Lancar, un internaute cite à raison un extrait de l'Histoire du XXe siècle de Serge Bernstein et Pierre Milza: "En diminuant les dépenses de l'État, par exemple par la réduction du traitement des fonctionnaires, on espère à la fois réduire le déficit du budget [...] et entraîner une baisse générale des prix. Cette politique atteint son sommet en 1935 avec les décrets-lois Laval [...] Cette politique n'a d'autre effet que d'aggraver la crise en compriment encore le marché extérieur." 

Bref, voilà un argument de plus pour juger de la pertinence du propos "d'un des plus grands intellectuels du XXème"(sic)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

43

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Attali, grand intellectuel français? Ce type est dangereux...

A vouloir jouer sur tous les domaines, il y en a pas un seul qui lui réussit. Il ne comprend pas grand chose à l'économie et ne cesse de s'en réclamer... Il y a un moment où il faut se regarder dans un mirroir et mettre son égo sur le coté...

Il dit que la crise n'est pas finie et écrit pendant ce temps là des pseudo rapports avec de pseudo experts (combien d'économistes? 4, 5??) pour enfoncer une demande qui se relève peu à peu...

J'ai du mal à comprendre tous ces rapports, toutes ces commissions demandées par le pouvoir en place alors qu'il y a tout de meme de quoi faire, de quoi puiser en terme d'idées avec la recherche actuelle (CAE and co..).

44

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

Hum. Je pense qu'un rapport Boutin sur la question s'impose pour pouvoir trancher.

"Ecarte-toi, gnome fétide. Ma virilité n'a pas la place de passer..."

45

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

6pi a écrit:

Hum. Je pense qu'un rapport Boutin sur la question s'impose pour pouvoir trancher.

Effectivement mais ses rapports ont un coût pouvant plomber le budget de l'Etat. Alors : libérer la croissance ou financer Boutin ?

Re: Les propositions de la Commission "Libérer la croissance" présidée par Jacques Attali - Actes I et II

http://www.legorafi.fr/2013/08/01/jacqu … -en-ligne/

Jacques Attali et son discret service de voyance en ligne

« Voyance immédiate, de qualité et sur tous sujets ». Voici le slogan qui s’affiche en grand sur la page d’accueil du site attali-voyance.com. Lancé en toute discrétion il y a deux semaines, il s’agit là du tout dernier bébé du célèbre...
LEGORAFI.FR

"C’est donc un nouvel acteur de poids dans la voyance en ligne qui vient de débouler sur le net et qui pourrait bien mettre à mal les mastodontes du secteur comme le service de voyance en ligne du célèbre démographe Emmanuel Todd"