Topic: interview sur Syrie corrigée

www.heute.de/interview-mit-syrien-experte-guenter-meyer-sieht-verantwortung-fuer-syrien-krieg-beim-westen-46114990.html#

https://rachid-elaidi.wistia.com/medias … c?wtime=3s

Les questions posées par le journal heute.de à Günter Mayer qui Dirige le Centre de recherche sur le monde arabe à l'Université Johannes Gutenberg de Mayence sont les suivantes :

1-Et l'Allemagne? "A de facto aucune influence sur la situation” ?

2-ce qui a fait le monde en Syrie mal?

3-2011 a commencé la guerre en Syrie. Quelles erreurs ont été faites?

4- Mis à part les États-Unis. Ce que la Russie a besoin d'être accusé sur la situation à Alep?

5- Ainsi va sans Assad maintenant premier rien?

6-Ce qui est avec les groupes rebelles modérés?

7-Quand on pense parfois à une solution commune, donc un mandat de l' ONU. Qu'est - ce que l' effet de levier diplomatique l'Occident peut mettre en mouvement pour déplacer la Russie à reculer?

8-Quelles erreurs a l' Europe fait à partir d' un point de vue humanitaire?

9- Regard vers l'avenir - Qu'est - ce qui doit être fait pour stabiliser la situation en Syrie et le rôle de l'Ouest ici?

10- Qu'est - ce que l' Allemagne et l' Europe peuvent faire pour stabiliser la situation en Syrie?

11- Retour aux alliés d'Assad: Que peuvent la Russie et d' autres alliés pour améliorer la situation rapidement?

D'abord ,à la première question , l'Allemagne ne peut rien faire ,pour la simple raison ,le grand jeu est avec les puissances de ce monde et l'Allemagne est comme la France ,sous un certain angle ,comme les 28 pays européens ,ils ne sont que des petites puissances (des enfants devant les bombes des adultes) ;mais si l'Europe s'engage la chose publique serait autrement car il y a un engagement de 28 États et donc l'Allemagne aura son mot à dire, mais au sein de l'Europe de défense ,une Europe militaire ,c'est pour cette raison , Morguerini poussée par les pays européens qui sont et des va-t-on-guerre et aussi ceux qui tiennent aux valeurs des droits de l'homme:des humanitaires ,cherche à former une armée purement militaire et qui porte en son aile le droit d'intervention et donc l'aide humanitaire ,on peut donc faire difficilement,la différence entre un colonialisme d'antan et un gendarme qui veut faire respecter le droit international...

à la deuxième question la responsabilité n'incombe pas seulement les États-Unis, mais tout l'occident et donc les américains ne peuvent s'engager dans une entreprise de destruction quelconque dans le monde sans l'aval de quelques autres pays occidentaux pour ne pas dire la totalité à commencer par le Canada qui est toujours pour, la Grande-Bretagne,la Corée du sud ,le Japon et la France et la Belgique y compris l'Allemagne d'une façon implicite...donc le mot monde est pris dans ce sens ,en l’occurrence les pays occidentaux ,donc oui, ces pays ont fait beaucoup de mal en Syrie et, qui ont fait dérayer le train du printemps arabe qui est une aspiration de tout un peuple de passer à un État démocratique ,ou seul le peuple est souverain ,je dis le peuple et pas la populace qui ont un grand intérêt à suivre les intellectuels et c'est donc Assad et sa clique(le parti Baas...)qui en est le bénéficiaire. Quel dommage ! Car si on croit la presse syrienne ,rien n'a changé ,si ce n'est ,dilatation du cercle d'influence et tout ce monde ne jure que par Assad ,donc les choses sont passées de pires en pis et, personne ne néglige le rôle néfaste d’Israël qui veut conclure une paix avec la Syrie et comme Israël a trouvé toutes les portes étaient closes , les juifs d'Israël et leurs lobbys passent automatiquement à la phase de dissuasion ,qui fait partie de leur psychologie interne (connue chez tous les arabes et les musulmans du monde)à savoir tuer ou troubler profondément l'ordre publique ,ceux-ci signifie qu'ils n'ont même pas ,un atome d’intelligence ,je prends pour exemple le Maroc...concernant et le général Clark et la presse ne sont pas dans les secrets américains, du point de vue décisionnel, et pour preuve si Obama n'est pas arrivé à faire le quoi que se soit sur la question palestiniennes et donc un État Palestine est pour la simple raison qui n'est pas non plus dans tous les secrets de l’État des États-Unis...

à la troisième question ;l'Arabie Saoudite était le porte drapeau ,d'avoir encouragé ,d'établir un gouvernement islamiste avec un Calif ,non l'idée vient surtout des anti-musulmans et anti-arabe pour unir un monde arabe qui devient de plus en plus non-maîtrisable ,comme autrefois , donc pour les faucons occidentaux la solution passe par une implosion et ensuite d'être uni par une certaine interprétation de l'islam ,qui est un des dénominateurs communs et enfin de manipuler le Calif à leur guise...

à la quatrième question:non ,le pouvoir en place en Syrie n'était pas encore aux abois et la Russie s'est intervenue après avoir écouter les services secrets iraniens car l'Iran y était en rendant le comportement d'Assad père de 1986 qui était du côté de l'Iran mais aussi pour la géopolitique régionale et donc l'Irak en question et pour la communauté chiite et donc pour un pouvoir chiite en Irak mais aussi pour le Pétrole irakien en sus , d'une alliance anti-Israël et pas un missile tiré vers Jérusalem si ce n'est par l'intermédiaire de Nasrallah qui ces derniers temps montre des faiblesses envers le pseudo-Etat hébreux...et la déclaration des israéliens rentre dans le cadre qui dit de préférer l'ennemi qu'ils connaissent car Nusrah est installé à la frontière de l’État hébreux et maintiennent de bonnes relations avec les terroristes de Nosrah en rendant beaucoup de services y compris les informations satellitaires sur les positions de l'armée syrienne et irakienne voire turque ,une sorte de spy caméra ...et d'autres services pourvus que ces terroristes restent manipulables ,le jour où les sites de Nosrah seront bombardés ,c'est qu'il faudra dire ,l'ordre vient du haut ,Trump, ou ...ou tout simplement le courant ne passe plus.

À la cinquième question:non , Assad lui même dit dans ses interviews qu'il peut être remplacé car aussi ,il croit qu'il existe des hommes et des femmes compétents pour diriger la Syrie . Là ,où le bas blesse ,c'est qu'il ne veut reconnaître ses responsabilités dans cette guerre depuis 2011 et donc, jugeable...et puis , il a des équipes derrières qui sont plus roi que le roi et Assad ne veut pas les décevoir car les complots sont monnaies courantes en Syrie et Assad ne veut être victime et responsable des erreurs des autres . Mais ,si il y a des garanties et pour Assad et pour son entourage qui sont aux commandes de l’État syrien ,certainement, il y aurait un terrain d'entente . Et donc à l'opposition et ceux qui sont derrières comme État de préciser leur pensée qui me semble dépasse ce point et qu' Assad reste ou non au manettes de l’État ,car selon beaucoup d'observateurs , la division de la Syrie en micros États serait la meilleure solution et car aussi ,personne ,dans l'opposition n'a confiance en ce système d'Assad ,c'est un retour ,avec force et torture de tous les opposants et le seul garant est Assad lui même de neutraliser ceux qui sont derrières et de faire la transition vers une démocratie et donc cela commence par dissoudre le parti Baas...

à la sixième question:qu'appelle-t-on des groupes rebelles modérés ? Car ,j'imagine que ce genre de groupe peut aussi exister partout dans le monde ,cela suppose qu'il existe derrière un qui donne une estimation d'un comportement lié à ce groupe et donc en l’occurrence les États-Unis soutiennent un mouvement comme auparavant la CIA faisait des rois en Asie, comme en Afrique et en Amérique latine et même dans les 23 pays arabes ,dans ce sens oui, l'objectif premier était de renverser Assad et puis il y a des contre temps et la CIA est passé d'une personne à toute une société , une erreur monumentale à mon sens...

à la septième question : oui , je disais ,le cercle des pro Assad a augmenté de volume mais cela ne veut rien dire;il n'existe pas encore une solidarité intra-syriens(entre les syriens) pour la simple raison ,tous les syriens ne sont pas sur le même pied d'égalité vis-à-vis de cette guerre et puis le régiment a des portes qui sont trop étroites pour accepter tout le monde ; il n' y a que la démocratie où tout le monde se sent responsable de l’État syrien ,ce qui n'est pas le cas car si on croit les images de la tv syrienne ou les images présentées par le représentant de la Syrie à l'ONU Jaafari ,l'espace psychologique n'a pas évolué il est toujours le même qu'avant 2011 ,il n' y a pas encore un patriotisme qui se traduit par une sorte de fraternité ,ce qui existe est toujours la méfiance entre syrien comme entre les arabes , ce caractère est cultivé par tous les pouvoirs dictatoriaux dans les 23 pays arabes ,au Maroc par exemple entre les marocains ou pour faire un coup d’État militaire ,de même en Algérie entre les algériens...

à la huitième question : oui, il est vrai que les sanctions à l'encontre du pouvoir en place qui est omniprésent ont joué un rôle déterminant pour l'acheminement de l'aide humanitaire ,car il faut savoir doser , c'est une erreur voire une faute de l'UE de se comporter ainsi envers tout le monde ,se sont des fautes que je qualifie des fautes enfantines ; car il faut distinguer les pays arabes qui ont pu s'adapter et donc le régime dictatorial est toujours en place et les autres qui étaient déjà fragiles car le pouvoir oscille déjà comme en Tunisie, Libye,Égypte...n'empêche il faut remarquer que les régimes dictatoriaux arabes vascillent(et font toujours la danse du ventre) toujours mais cela dépend de la volonté d'un peuple qui veut et souhaite pertinemment un changement radical ou un changement superficiel , vers une démocratie ou vers le même régime mais plus souple ce que j'appelle une dictature souple et donc, les services secrets sont en conflits entre eux pour un changement ou non car seuls ses services et donc l'armée derrière qui peuvent changer un système dictatorial vers un système où le citoyen a son mot à dire dans la gérance de son pays...et puis même pour la reconstruction de la Syrie l'Europe ne peut pas participer y compris si l'opposition et Assad trouvent un terrain d'entente et, l'ami de mon ennemi est cette fois-ci mon ami ,ou ami de circonstance car parmi les dossiers qui créent la divergence est justement les pays qui participeront à la reconstruction ...

à la neuvième question : la nouvelle administration américaine ne déroge en rien des précédentes ,car il n'existe pas de continuité apparente ,mais une fois installé, le grand jeu serait plus transparent et le realpolitik prime ,ni plus ni moins . Trump suivra comme ses prédécesseurs les conseils de la CIA,DIA ...du pentagone, des lobbys influents...si la politique est de se tourner contre l'EI ,il suffit de ne plus les armés avec des nouvelles armes et des renseignements satellitaires ...et de ne plus considéré qu'il existe une opposition modérée qui porte les armes américaines ,ensuite ,il faut savoir comment se défendre d'une propagande russe,iranienne,israélienne... sur le bien fondé de la question syrienne avec ou sans Assad et cette dernière formule ne dépendra que d'Assad lui même afin qu'il neutralise ses équipes qui sont au pouvoir et comment ? Grosse question …

à la dixième question : si vous permettez , pour l'instant ,c'est l'Europe qui peut faire et non l'Allemagne . À commencer par réparer ses erreurs des sanctions et donc revenir sur les sanctions et même de préparer le tribunal de la Haye si poursuite judiciaire seront entamées sur les dirigeants mais aussi sur l'opposition dite modérée ou non. Un autre point me semble important est d'acheminer l'aide humanitaire vers un pays neutre qui sert de pont pour acheminer l'aide humanitaire à Alep et autres et cela ne sert à rien d'envoyer des émissaires à Assad car ce dernier a besoin de voir le comportement européen plutôt adulte et non enfantin et puis il faut à l'Europe de mettre trop d'eau dans leur vin ,avec une opposition qui ne sait à quel sain se vouer . Il faut donc faire revenir le train du printemps arabe à sa bifurcation et lui donner un tonus dans ce sens ,car tout cela était pour rien comme chantait les égyptiens...

à la dernière question : les alliés d'Assad sont là pour leurs intérêts ,ni plus ni moins et si par hasard ,leurs intérêts ne sont pas respectés ,se sont eux qui se tourneront contre Assad en créant d'autres oppositions modérées pour eux. Donc ,les alliés dépendent de renversement de situation américaine et donc comme il s'agit d'un donnant-donnant , il faut que la Russie garde ses bases à Tartouss ,la Chine de créer ses intérêts autres la reconstruction de la Syrie comme la Chine le fait en Afrique et, la porte toute ouverte au moyen orient ,les iraniens veulent consolider le chiisme et avoir une maîtrise sur les régions et kurde mais aussi une influence directe sur l'Irak afin de maîtriser complètement ce beau pays et donc sa richesse pétrolière ...se sont quelques éléments de la géopolitique de la région ...et finalement ,le mot d'Assad est précédé par une approbation de ses alliés et donc il leur faut un consensus et politique et de post politique avec opposition modérée qui veut dire un seul peuple un seul mot et rien autres,unir seul mot ordre ...