51

Re: Thread pilori

Le meilleur dans l'histoire, c'est quand même ça :

Selon Europe 1, l'ancien conseiller travaille à la rédaction d'un livre. Un nouveau coup dur à prévoir pour Hollande.

Des suggestions pour le titre ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

L'archipel du goulag

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

53

Re: Thread pilori

En parlant de Morelle, il est de retour à l'Igas...

http://www.lefigaro.fr/actualite-france … l-igas.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

54

Re: Thread pilori

Cambadélis aurait usurpé ses diplômes ? Hahahaha !

HAHAHAHAHA !

http://www.mediapart.fr/journal/france/ … cambadelis

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

FDL a écrit:

Cambadélis aurait usurpé ses diplômes ? Hahahaha !

HAHAHAHAHA !

http://www.mediapart.fr/journal/france/ … cambadelis

Pourrait-on avoir l'article en entier ?

Merci.

56

Re: Thread pilori

Je n'ai pas celui de Médiapart (pas abonné), mais je peux proposer le Parisien :

Le Parisien a écrit:

PS : Cambadélis accusé d'avoir triché pour obtenir son doctorat

Une vie étudiante riche en surprises. Jean-Christophe Cambadélis, l'actuel premier secrétaire du Parti socialiste, aurait usurpé ses diplômes universitaires, selon les révélations de Mediapart ce mercredi matin, qui s'appuie sur le livre* de Laurent Mauduit, l'un de ses cofondateurs.

Selon Mediapart, l'ancien dirigeant du syndicat étudiant UNEF s'est tout simplement inscrit en doctorat alors qu'il n'avait aucun diplôme antérieur - licence, maîtrise ou DEA - le lui permettant.

Comment a-t-il fait ? Il aurait d'abord fabriqué un faux diplôme, un DU (Diplôme Universitaire), qui n'a pas de portée nationale, avant de bénéficier de l'aide de Pierre Fougeyrollas, un sociologue et anthropologue ancien résistant, et également membre de l'OCI, le mouvement trotskiste dont faisait partie Cambadélis.

C'est ce dernier, référence morale et universitaire, qui assure à l'administration de Paris-VIII qu'il a vu les diplômes du jeune étudiant Cambadélis et valide son inscription en doctorat. Selon des témoins de l'époque, retrouvés par Laurent Mauduit, «ce genre de procédé n’était jamais arrivé avant, ni depuis».

Un pot de 400 personnes pour fêter ce doctorat

En 1985, et pas en 1987 comme annoncé par Wikipedia et comme retenu par la plupart des médias, Cambadélis passe donc la soutenance de sa thèse «Bonapartisme et néocorporatisme sous la Ve République» devant un jury composé, notamment, de proches. Une thèse «médiocre», selon le site d'informations, et dans laquelle Cambadélis remercie Pierre Fougeyrollas qui «a permis que ce que travail soit mené à bien». Il organise ensuite un pot avec... 400 personnes !

Comme le précise Mediapart, Cambadélis est très discret sur ce diplôme qu'il a tant convoité. Pas de mention sur son blog personnel, peu de commentaires en public... Sera-t-il obligé de réagir maintenant ?

*«À tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient», éditions Don Quichotte, en libraire le 18 septembre

http://www.leparisien.fr/politique/ps-c … 142067.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

57

Re: Thread pilori

Greg, si cette histoire est vraie, je ne vais pas me gêner pour le lyncher, cet ignoble personnage. Il n'aura jamais aussi bien mérité son surnom de "Cambadébile".

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

58

Re: Thread pilori

En plus de ça, Cambadébile se serait approprié le livre d'un autre :

http://www.lexpress.fr/actualite/politi … 76714.html

Greg, une réaction ? Tu ouvres un thread intitulé "l'affaire Cambadélis" ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

59

Re: Thread pilori

https://scontent-a-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-xpa1/v/t1.0-9/10712785_10204724673058965_6407040925641094900_n.jpg?oh=35527b60e308c747d79097267579cedc&oe=548263D6

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

Ce qui est terrible avec ce qui est devenue la société de l'homo reseausocialicus, c'est que tout le monde se déchaîne avant d'avoir quelque preuve de ce qui est avancé ici ou là !

"Ajout mercredi à 20h57 : Dans un communiqué à l'AFP, l'université Paris VII-Diderot affirme, «après vérification» que le cursus universitaire de M. Cambadélis dans l’établissement ainsi que l’obtention de son doctorat se sont réalisés de manière tout à fait régulière». "

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Thread pilori

Vite, que disent les Décodeurs ???

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

62

Re: Thread pilori

Greg a écrit:

Ce qui est terrible avec ce qui est devenue la société de l'homo reseausocialicus, c'est que tout le monde se déchaîne avant d'avoir quelque preuve de ce qui est avancé ici ou là !

"Ajout mercredi à 20h57 : Dans un communiqué à l'AFP, l'université Paris VII-Diderot affirme, «après vérification» que le cursus universitaire de M. Cambadélis dans l’établissement ainsi que l’obtention de son doctorat se sont réalisés de manière tout à fait régulière». "

Euh... Ce n'est pas le doctorat qui est en cause. Encore qu'il ait apparemment bénéficié d'un piston. Ni le cursus universitaire au sein de Paris VII. C'est ce qui vient AVANT qui pose problème : licence, maîtrise, DEA.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

63

Re: Thread pilori

Et voici la réponse argumentée de Mauduit au démenti un peu pathétique de Cambadébile et au communiqué de Paris VII.

Médiapart a écrit:

Cambadélis : un démenti qui ne… dément rien du tout !

17 septembre 2014 |  Par Laurent Mauduit

A la suite de la publication par Mediapart des bonnes feuilles de mon livre "A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient", le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a publié mercredi soir un communiqué assurant qu'il n'avait en rien fraudé la loi pour obtenir un doctorat de 3eme cycle. Mais visiblement ce communiqué de presse a été rédigé à la hâte car quand on le lit de près on a tôt fait de relever qu'il s'agit d'un démenti qui présente la singularité de... ne rien démentir du tout. Démonstration.

Lisons d'abord le démenti avant de l'examiner d'un peu plus près.

Voici le communiqué de presse: « Il y a près de quarante ans étudiant en licence, j’ai obtenu une dérogation de l’Université Paris VII-Jussieu – signée par le Président de l’Université de l’époque Jean-Jacques Foll –pour m’inscrire en maîtrise, c’était légal et usuel, dans le cadre d’une inscription sur compétences acquises. J’ai obtenu ma maîtrise puis j’ai passé mon doctorat de 3ème cycle. Quant au livre « Pour une nouvelle stratégie démocratique » il fut bien écrit il y a trente ans à plusieurs mains, même si j’en suis l’auteur principal. Pierre Dardot n’a pas voulu le signer estimant à l’époque que « ce livre m’appartenait ». Laurent Mauduit n’ignorait rien de cet épisode : A l’UNEF, la MNEF et l’OCI (organisation trotskyste) il a toujours fait partie de mon parcours. Mais voilà ! Depuis notre sortie de l’OCI en 1985, il instruit mon procès car je suis entré au Parti socialiste qui n’est plus pour lui un parti de gauche Ces vengeances et mesquineries d'un autre temps, relayées par la droite dure dans "Valeurs actuelles" ne me détourneront pas du combat qui est le mien : Reformuler le Parti socialiste et agir avec lui pour le redressement du pays. »

Laissons de côté les explications emberlificotées de Jean-Christophe Cambadélis sur le livre qu’il n’a que très partiellement écrit – les témoignages que j’apporte dans mon livre ne prêtent guère à débat puisque le philosophe Pierre Dardot m’a lui-même confirmé la version des faits que je rapporte – et concentrons-nous sur le point principal de la réfutation maladroite de Jean-Christophe Cambadélis : à l’entendre, il aurait obtenu son doctorat de manière parfaitement régulière. Sa démonstration est pourtant si flottante et agrémenté de si nombreuses approximations que le démenti prend des allures de … re-menti !

Première approximation : Jean-Christophe Cambadélis évoque des faits qui se seraient passés « il y a près de quarante ans », alors que son doctorat, il l’a obtenu voici un peu moins de trente ans. L’approximation est vénielle mais elle révèle le peu de rigueur de ce communiqué.

Deuxième approximation : Jean-Christophe Cambadélis assure qu’il a « obtenu une dérogation de l’Université Paris VII-Jussieu – signée par le Président de l’Université de l’époque Jean-Jacques Foll –pour [s]’inscrire en maîtrise », « C’était légal et usuel, dans le cadre d’une inscription sur compétences acquises », ajoute-t-il. Ah bon ? Un étudiant qui n’avait pas obtenu une licence pouvait donc obtenir une « dérogation » pour s’inscrire en maîtrise ? « C’était légal et usuel », se permet même d’écrire Jean-Christophe Cambadélis. Se rend-il compte que des centaines de milliers d’étudiants qui n’ont pas bénéficié de cette « dérogation » ou de ce passe-droit en tomberont à la renverse en découvrant que d’autres étudiants, autrement plus chanceux qu'eux ou disposant de solides appuis, ont franchi l’obstacle universitaire sans même avoir à passer les examens afférents? Et Jean-Christophe Cambadélis pourrait-il produire cette dérogation ? Il aurait là un moyen très rapide de se disculper s’il s’estime injustement mis en cause.

Mais le plus important reste encore à venir. Car il y a ensuite la troisième approximation. Jean-Christophe Cambadélis affirme en effet par la suite que sa maîtrise en poche – pourrait-on disposer de ce document public ?-, il a donc pu passer son doctorat de 3eme cycle. Seulement voilà ! L’explication ne tient pas la route car à cette époque, il était impossible de s’inscrire en doctorat de 3ème cycle avec seulement une maîtrise en poche. Pour soutenir une thèse de doctorat, il fallait au préalable obtenir un DEA ou un DESS. Pourquoi Jean-Christophe Cambadélis ne l’évoque-t-il pas ? La question est dans la réponse : comme il n’a pas suivi le cursus normal, il n’avait pas le souvenir, en écrivant ce communiqué, qu’un DEA ou un DESS était indispensable pour passer un doctorat de 3ème cycle. Dans le communiqué du Parti socialiste – que Jean-Christophe Cambadélis a enrôlé dans sa défense personnelle-, il y a donc un aveu involontaire : le patron du Parti socialiste reconnaît qu’il n’avait pas ce DEA ou DESS, qui étaient pourtant indispensables pour s’inscrire en doctorat.

Quatrième approximation de Jean-Christophe Cambadélis: pourquoi, parle-t-il d'une dérogation obtenue « dans le cadre d’une inscription sur compétences acquises »? Et que veut dire cette formule mystérieuse de « compétences acquises »? La formule est tellement elliptique qu'elle laisse perplexe. Je ne vois guère qu'une interprétation: il est vrai que la loi autorise en certains cas très limités des systèmes d'équivalences de diplômes pour des activités dans des missions de service public. Ce fut longtemps le cas pour la Mnef. Faut-il donc déduire du communiqué de Jean-Christophe Cambadélis que son emploi fictif à la Mnef, pour lequel il a été lourdement condamné en 2006 à six mois d'emprisonnement avec sursis et 20.000 euros d'amendes, lui aurait, envers et contre tout, permis d'obtenir secrètement une équivalence, dont il n'aurait jamais fait état? Est-ce à cela que fait allusion l'intéressé? Son communiqué aurait gagné en clarté si des réponses à ces questions avaient été apportées. Grave question: l'Université aurait-elle pu récompenser ce que la justice a condamné?

Au demeurant, Jean-Christophe Cambadélis sait l’extrême fragilité de sa défense. Car, comme je l’explique dans mon livre – et dans les bonnes feuilles qui sont parues sur Mediapart- je dispose de plusieurs témoins attestant qu’il a d’abord cherché à fabriquer un faux Diplôme universitaire (DU) à en-tête de la Faculté du Mans, diplôme si maladroitement fabriqué qu’il n’a pas osé finalement le verser dans son dossier d’inscription à la faculté du Mans. Comme il sait que je dispose de témoins attestant que son dossier universitaire ne contient pas les pièces autorisant sont inscription en doctorat. En bref, le communiqué de Jean-Christophe Cambadélis maintient les zones d’ombre et en rajoute même de nouvelles.

Il reste dans cette histoire pourtant une inconnue. Pourquoi la Faculté de Paris VII – Jussieu est-elle montée si vite en défense de Jean-Christophe Cambadélis? Car ce mercredi soir, nous avons reçu à Mediapart ce texte présenté comme un droit de réponse : « Suite à la mise en cause de l’Université Paris Diderot dans un article paru ce jour intitulé “Les diplômes usurpés de Jean-Christophe Cambadélis” sur le site d’information Médiapart et dans l’ouvrage de M. Laurent Mauduit à paraître demain “A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient”, concernant la délivrance frauduleuse d’un diplôme de doctorat à M. Jean-Christophe Cambadélis, Premier Secrétaire du Parti Socialiste, l’Université Paris Diderot, après vérification, affirme que le cursus universitaire de M. Cambadélis dans l’établissement, ainsi que l’obtention de son doctorat se sont réalisés de manière tout à fait régulière.»

J’avoue que, découvrant ce texte, j’ai été interloqué, pour de très nombreuses raisons.

D’abord, je n’ai jamais mis en cause la Faculté Paris Diderot. Dans mon livre, comme dans les bonnes feuilles publiées par Mediapart, je ne me permets pas même d’accabler Pierre Fougeyrollas, le directeur de thèse de Jean-Christophe Cambadélis. Je dis juste qu’il s’est porté garant pour Jean-Christophe Cambadélis, sans que je sache s’il a cru l’intéressé sur parole sur son passé universitaire ou s’il a été éventuellement abusé par ce « DU » qu’il aurait vu, mais sans détecter la fraude.

J’ai aussi été interloqué par la rapidité de la réaction de la direction de la Faculté. Car, conduisant mon enquête, je suis naturellement entré en contact avec elle par mail, cherchant à obtenir la thèse de Cambadélis. Et j’ai eu beaucoup de mal à obtenir une réponse : comme en témoignent mes échanges de mails, j’ai appris au bout de deux mois par cette université qu’elle n’avait pas gardé la trace de cette thèse. C’est donc finalement ailleurs que j’ai retrouvé ce document. Alors, voyant qu’en revanche, la direction de la Faculté mettait à peine quelques heures pour prendre la défense de Jean-Christophe Cambadélis m’a évidemment surpris. D’autant que le communiqué de l’Université n’apporte strictement aucun détail sur le cursus universitaire de Jean-Christophe Cambadélis. Les sympathies socialistes de certains à la direction de cette Faculté – sinon même la proximité avec l’Elysée – serait-elle donc la clef de l’énigme ?

Dans tous les cas de figure, il y aurait un moyen très simple d’apporter la preuve que mon enquête aurait pu être imprécise – ce qui, je le sais de manière catégorique, n’est pas le cas – ce serait que Jean-Christophe Cambadélis et l’Université de Paris Diderot acceptent de mettre sur la place publique le dossier universitaire de l’intéressé, de publier les copies des diplômes qu’il a obtenus, et éventuellement des dérogations. A gauche, plusieurs voix se sont élevées à bon droit en ce sens: que Jean-Christophe Cambadélis publie ses diplômes!

C’est la solution de bon sens. On verra alors que mon enquête a été sérieuse, rigoureuse, contradictoire et de bonne foi.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

64

Re: Thread pilori

Sinon, il suffit à Cambadébile de publier ses diplômes. Non ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

65

Re: Thread pilori

Pour le fun, l'introduction de la thèse de Cambadébile sur le bonapartisme. J'adore les sources et les remerciements à la fin (Pierre Lambert, André Bergeron, Rouge, le Centre d'études et de recherches du mouvement trotskyste et révolutionnaire international (lol) etc.)

http://fr.scribd.com/doc/239799501/Intr … Cambadelis

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

66

Re: Thread pilori

Ah et sinon, un autre sujet : Moscovici aurait puisé près de 100 000 euros dans le budget communication de Bercy quand il était ministre afin de payer des gens pour qu'ils rédigent notamment des notes préparatoires (sic) ; ces notes ont servi à la rédaction de son livre Combats (sans doute écrit par plusieurs nègres stagiaires de Bercy) qui s'est finalement vendu à 826 exemplaires (lol).

http://www.atlantico.fr/pepites/pierre- … 60168.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

67

Re: Thread pilori

Greg a écrit:

Ce qui est terrible avec ce qui est devenue la société de l'homo reseausocialicus, c'est que tout le monde se déchaîne avant d'avoir quelque preuve de ce qui est avancé ici ou là !

"Ajout mercredi à 20h57 : Dans un communiqué à l'AFP, l'université Paris VII-Diderot affirme, «après vérification» que le cursus universitaire de M. Cambadélis dans l’établissement ainsi que l’obtention de son doctorat se sont réalisés de manière tout à fait régulière». "


Hahahahaha ! Camba, tu es grillé.

Mediapart a écrit:

Cambadélis: le communiqué sur mesure de Paris-7

18 septembre 2014 |  Par François Bonnet et Lucie Delaporte

Le communiqué de l'université Paris-7, tentant de prendre la défense de Jean-Christophe Cambadélis après nos révélations sur ses titres universitaires usurpés, a été rédigé par un responsable socialiste, proche du premier secrétaire du PS et ancien responsable de l'Unef et de l'ex-Mnef.

http://www.mediapart.fr/journal/france/ … de-paris-7

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

Cambadel'aile (moi aussi je m'essaie au petit nom) publie ses diplômes : http://www.lemonde.fr/politique/reactio … 23448.html

Il aurait donc eu son DEA en décembre 84 et aurait achevé sa thèse en... juin 1985. Tous les fainéants de thésards devraient en prendre de la graine.

Pour être de bonne foi, un commentateur souligne à juste titre qu'il s'agissait d'un "doctorat de 3ème cycle" non comparable à nos doctorats actuels (ni aux anciens doctorats d'Etat). Néanmoins, ce commentateur souligne lui-même que ce doctorat de 3ème cycle, et c'est bien ce qui a été délivré, a existé jusqu'à la loi Savary du 26 janvier 1984... Le décret du 27 février 1973 le mentionnait en effet. Néanmoins, suite à la loi Savary, ce décret a été abrogé et remplacé par un décret du 5 juillet 1984, dans lequel seul le "doctorat" existe. Il n'est plus fait mention du doctorat de troisième cycle.

Après la dispense de maîtrise, le diplôme qui n'existait plus ?

Non, Cambadel'aile a été sauvé par le gong. Un arrêté du 5 juillet 1984 (article 19) dispose que "Les candidats inscrits à la date de publication du présent arrêté en vue de l'obtention du doctorat de 3e cycle, du diplôme de docteur-ingénieur, du doctorat de 3e cycle dans les disciplines pharmaceutiques ou du doctorat de 3e cycle en sciences odontologiques pourront choisir : Soit de poursuivre la préparation de leurs travaux et de les soutenir dans les conditions prévues par les textes en vigueur antérieurement à la date du présent arrêté (...)".

"Moult a appris qui bien connut ahan"

69

Re: Thread pilori

Donc il n'a ni licence ni maîtrise. Bien bien.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

70

Re: Thread pilori

Haha ! The question is : le (futur) livre de Morelle fera-t-il autant de ventes que celui de Trierweiler ?

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … aigner.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

Aquilino Morelle a écrit:

«Je ne peux pas rester immobile toute ma vie. Je dois m'expliquer pour ma femme, mes enfants, mes amis, tous ceux qui n'ont pas compris mon silence… Le dossier est vide, je n'ai rien à me reprocher», confie-t-il.

Et bien entendu, ses proches ne l'écoutent que lorsqu'il écrit un livre.
Au moins son dossier vide ne le sera plus avec ce comportement de gamin capricieux.

72

Re: Thread pilori

Hahaha ! Après Duflot, Trierweiler, Morelle, c'est Batho qui s'y met. Ils ont dû se donner le mot.
Pauvre Flanby...


http://www.leparisien.fr/politique/apre … 112859.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

Il faudrait faire signer un "contrat"/ charte à ceux qui vont travailler au sein du gouvernement : ne pas publier de livre pendant les 5 années, où avant la fin du quinquennat sous peines de poursuites. Ne pas divulguer les "secrets" de ceux qui t'emploient durant
1) le temps où tu exerces
2) jusqu'à la fin du quinquennat

Cela me semble être un minimum de loyauté. Ensuite, tu pourras publier ce que tu veux. smile

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

74

Re: Thread pilori

Cet affreux petit courtisan de Jean-Michel Ribes sur Trierweiler a écrit:

Je ne veux pas parler d’elle car je ne parle pas des poubelles.

Facile de la traiter plus bas que terre, maintenant qu'elle ne représente plus qu'elle-même et qu'elle a quitté les ors du pouvoir, n'est-ce pas, vieux crapaud flagorneur, pitoyable caricature de bourgeois Second Empire bavant, mélange physique raté d'un Flaubert, d'un Sainte-Beuve et d'un troll du Storsomrungnebba. Alors que ne serait-ce qu'en décembre 2013, tu te pavanais à son bras et tu te prostituais pour quelques subventions supplémentaires pour ton théâtre et quelques breloques, comme la Légion d'honneur ou les insignes de commandeur des Arts et des Lettres. 
Affreux individu, parasite charognard !

http://static1.purepeople.com/articles/7/13/27/47/@/1318932-valerie-trierweiler-jean-michel-ribes-950x0-1.jpg

Voilà un portrait à l'acide de Marianne qui te règle ton compte, maroufle déplumé, chouette asthmatique !

http://www.marianne.net/Jean-Michel-Rib … 39723.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

75

Re: Thread pilori

La Benbassa, égale à elle-même. Ça force l'admiration...
Et elle, qu'est-ce qu'elle fiche au Sénat ? Comment s'y est-elle retrouvée ?

http://lelab.europe1.fr/Esther-Benbassa … ique-17226

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

76

Re: Thread pilori

Cette polémique débile va me permettre de cracher encore mon venin (que j'eusse espéré mortel) sur le répugnant, le fétide, l’écœurant, l'ostréipyge, le micromyxeux, l'orchidoclaste Placé.

http://video.lefigaro.fr/figaro/video/p … 760517001/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

77

Re: Thread pilori

Esther Benbassa, la personnification de la Bêtise à cheveux rouges : https://www.youtube.com/watch?v=-xoMYC18hpY#t=47

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

78

Re: Thread pilori

La belle brochette de rebellocrates professionnels indignés ; débile engeance au ciboulot vermoulu ; tripatouilleurs pervers et démoniaques de la langue française ; violeurs de grammaire dégénérés ! La première phrase de votre tambouille est une raison suffisante pour vous jeter, vous et l'ensemble de la rédaction de cette feuille de chou moisie de Libération, dans une cuve d'acide et dépiauter vos chairs sanguinolentes de vos os rabougris, misérables nains syphilitiques !

Libération a écrit:

Rendez-vous de l'histoire de Blois, la rébellion continue

Les Rendez-vous de l'histoire de Blois ouvriront jeudi 9 octobre. Après l'appel au boycott d'Edouard Louis et Geoffroy de Lagasnerie, des chercheurs lancent une pétition contre le choix de Marcel Gauchet pour inaugurer cette nouvelle édition sur le thème des rebelles.

«Nous, enseignant-e-s, chercheurs-euses, étudiant-e-s, lecteurs-rices, très attaché-es à la diffusion et au large rayonnement des recherches et des travaux en histoire, tenons à exprimer notre incompréhension devant le choix de confier cette année la conférence inaugurale des Rendez-vous de l’histoire de Blois, conférence non débattue par définition, à un auteur connu pour des thèses tournées avant tout vers le maintien de l’ordre, qui peuvent être jugées ultraconservatrices, sceptiques sur l’impératif de respect des droits de l’homme, familialistes, sexistes et homophobes. Ce choix polémique nous paraît d’autant plus déplorable que les Rendez-vous de l’histoire de 2014 sont centrés sur le thème des Rebelles.»

Toutes les signatures sont les bienvenues et sont à envoyer par mail à l’adresse petition.blois@laposte.net, avec éventuellement indication de l’activité et/ou du lieu de résidence. Le texte sera envoyé à la direction des Rendez-vous et diffusé avec la liste des signatures par ordre alphabétique général (sans distinction de premiers signataires).

Signatures au 5 octobre 2014 :

Pour la liste des traîtres à l'intelligence : http://www.liberation.fr/culture/2014/1 … ue_1116036

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

79

Re: Thread pilori

Incroyable, cette histoire. Le député UMP applique les règles de l'Académie française (à savoir, prononcer: "Madame le président") et il se fait rappeler à l'ordre puis sanctionner par un réflexe idéologique totalitaire !
Madame le député Mazetier, Madame le lombric herpétique, je vous conchie. Et j'adresse mon soutien inconditionnel à Monsieur le député Aubert.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … tionne.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

80

Re: Thread pilori

Ce socialisme-là peut agoniser la gueule ouverte, la société ne s'en portera que mieux. Je peux me proposer pour l'aider à s'étouffer dans ses miasmes putrides.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

FDL a écrit:

Incroyable, cette histoire. Le député UMP applique les règles de l'Académie française (à savoir, prononcer: "Madame le président") et il se fait rappeler à l'ordre puis sanctionner par un réflexe idéologique totalitaire !
Madame le député Mazetier, Madame le lombric herpétique, je vous conchie. Et j'adresse mon soutien inconditionnel à Monsieur le député Aubert.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … tionne.php


YEEESSS FDL !

Je soutiens également l'emploi de Madame le président par ce député !
Incroyable qu'il ait été sanctionné financièrement pour ne pas avoir voulu se soumettre et utiliser Madame la présidente ! C'est stupide !

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Thread pilori

Le Figaro a écrit:

Rappelé plusieurs fois à l'ordre, le député a pris la parole avec un «merci madame», à l'adresse de la vice-présidente de l'Assemblée. La fois de trop, visiblement, pour Sandrine Mazetier. «Non madame ça ne va pas non plus», a-t-elle rétorqué.

Donc, on est dirigé par ce type de personnes ? sad

Re: Thread pilori

Oh mon dieu merde à l'assemblée pré-putréfiée que constitue l'Académie Française et leur rectitude absurde de grammairiens. Vive la linguistique et l'évolution de la langue, merde au prescriptivisme de cette bande de mollusques.

Voilà. Ceci étant évacué, voici ce que ça m'inspire : la courtoisie la plus simple consiste à appeler les gens de la façon dont ils souhaiteraient être appelés, la politesse et le respect dus à une présidente de commission, et même à une députée, l'imposent, et ce gugusse a cherché la merde, et il a été prévenu, bien fait pour sa tronche.

Last edited by Broz (07-10-2014 16:51:48)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

84

Re: Thread pilori

Ou alors cette gougnafière ahurie de Mazetier, par pur aveuglement idéologique égalitariste, dans la logique genriste qui lui est chère, a décidé impérieusement et sans sommation du bon usage de son titre, alors que Aubert était parfaitement dans son droit. La langue n'est pas modelable et malaxable à l'envi, il y a des règles à respecter comme partout, sinon c'est l'anarchie ou la tour de Babel. La sanction d'Aubert est abusive et d'ailleurs sans fondement. Je le répète : toute évolution n'est pas un progrès, malgré ce qu'en pensent les progressistes fanatiques de tout poil.
Aubert se justifie d'ailleurs très bien :

http://m.huffpost.com/fr/entry/4616108

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

Question à Apokrif : est-ce que le Conseil d'Etat est compétent pour connaître de cette décision de sanction ?

"Moult a appris qui bien connut ahan"

Re: Thread pilori

FDL a écrit:

Ou alors cette gougnafière ahurie de Mazetier, par pur aveuglement idéologique égalitariste, dans la logique genriste qui lui est chère, a décidé impérieusement et sans sommation du bon usage de son titre, alors que Aubert était parfaitement dans son droit. La langue n'est pas modelable et malaxable à l'envi, il y a des règles à respecter comme partout, sinon c'est l'anarchie ou la tour de Babel.

Mille fois si. Elle l'est, malaxable à l'envi, et d'autant plus à l'oral qu'à l'écrit. Ton appel à l'anarchie ou à de tour de Babel est une absurdité prescriptiviste complète de grammairien, dans la réalité notre cerveau est un outil formidable qui est même capable d'interpréter sans même avoir besoin de se concentrer D kod o6 complX ke le langaj SMS, ds phrss sns l mndr vyll, un ensemble de phrases bourrées de fautes de construction et de syntaxe (qu'on appelle le langage parlé) ou même la logorrhée de Pierre Bourdieu (avec certes un peu plus d'entraînement). Alors quand il s'agit d'un truc aussi simple, et finalement pas insensé, que la féminisation des noms de profession - qui n'est pas la disparition de règles, mais la création de nouvelles règles différentes - la roideur de l'Académie Française est aussi idéologique que l'insistance de certains à écrire "les députéEs". L'Académie, et c'est heureux, a beau le revendiquer, elle ne dicte pas les usages et a toujours un, voire trois-quatre trains de retard.
D'ailleurs je ne dis pas que ces évolutions du langage sont un progrès (ou alors, je m'en fous) : je ne porte pas de jugement moral dessus, pour être honnête. Pour moi c'est plutôt : ça évolue, l'usage change, et c'est comme ça.

Par ailleurs ça n'annule pas ce que je dis : la courtoisie de base, c'est de s'adresser à la personne à qui l'on parle en employant les termes que celle-ci préfère. Si Sandrine Mazetier veut qu'on l'appelle Madame la Présidente, ce qui est à la fois dans son droit à elle ET l'un des règlements qui ont cours à l'Assemblée Nationale, alors bon sang, qu'on l'appelle Madame la Présidente, et toute autre appellation doit être considérée comme un manque de respect.

Je me moque de la sanction qu'a subie Aubert. Je ne sais pas si elle est abusive. J'ai tendance à penser que si c'est un emmerdeur pédant qui emploie à dessein ce terme, comme il l'a fait par le passé et alors qu'il a été repris, par le passé, par cette même Sandrine Mazetier, et alors que le règlement lui dit de ne pas le faire, alors il est d'une grossièreté peu commune et mériterait surtout qu'on lui nettoie la bouche avec du savon.

Le post d'Aubert est du vomi pédant et banal et je n'ai rien à rajouter.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

87

Re: Thread pilori

On a déjà eu ce débat maintes et maintes fois ici-même. La mission première de l'Académie, telle qu'elle est inscrite dans ses statuts depuis 1635, est de « travailler, avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences. » L'Académie ne s'oppose pas à la féminisation mais il s'agit de le faire avec discernement, en respectant l'usage : elle ne dicte pas l'usage, elle le consacre. Or, madame le député Mazetier est dans une logique idéologique genriste et féministe ultra, ce n'est pas un usage. Elle tient d'ailleurs à imposer sa propre vision aux autres, dans un esprit, on le voit, tout à fait démocratique. Ce n'est pas à Mazetier seule de fixer l'usage, sinon elle serait un dictateur (dictateuse ? Dictatrice ? essaye donc de me trouver le féminin).
Bien sûr qu'il y a des règles. Ce n'est pas parce qu'on dit par exemple : « je ne sais pas qu'est-ce qu'on doit faire » qu'il faut adopter ça comme nouvelle règle établie. C'est un usage impropre. Broz, tu me demandes toi-même régulièrement mon avis sur telle ou telle question d'orthographe ou de grammaire, cela signifie donc que tu admets l'existence de ces règles, qui peuvent parfois être obscures.
Tu te fourvoies en disant que la féminisation est simple. Ce n'est pas simple du tout, ne serait-ce déjà que pour des raisons de forme : pourquoi dire doctoresse et pas docteure ? etc. etc. D'autant plus que les noms n'ont pas besoin d’être féminisés car il existe déjà un genre neutre, non-marqué comme le dit l'Académie. il s'avère que c'est le masculin mais si ça vous fait mal de dire masculin, vous n'avez qu'à l'appeler neutre.
Ce n'est pas parce que le cerveau est capable de reconnaître des gribouillis (après un temps d'adaptation, cela dit) que cela permet de faire n'importe quoi. Il faut des règles communes pour que tout un chacun puisse communiquer sur les mêmes bases. C'est le fondement même de toute vie en société. Je persiste : sans cette base commune, pas de société ordonnée, donc c'est l'anarchie. Si chacun n'obéissait qu'à sa propre logique individualiste (moi, je parle et écris comme ça, tu n'as qu'à t'adapter), dans quelle société vivrions-nous ?
Ce n'est pas une histoire de courtoisie, bien sûr que non. Il s'agit de la décision arbitraire de Mazetier d'user de son pouvoir à titre abusif pour imposer son opinion. Ce n'est ni plus ni moins qu'une opinion personnelle (en effet, on a le droit de dire Madame le député), ce n'est pas une forme de courtoisie, il n'y a pas à être courtois envers quelqu'un qui impose son point de vue contre ton gré.

Le pire dans cette affaire, c'est que ce crétin de Bartolone, pour défendre la Mazetier, évoque un soi-disant règlement intérieur de l'Assemblée sur la féminisation... qui n'existe pas. Il s'agit de l’article 19 de l'IGB (Instruction Générale du Bureau) qui concerne le formalisme des comptes-rendus écrits.
Ces gens me font vomir.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

FDL a écrit:

On a déjà eu ce débat maintes et maintes fois ici-même. La mission première de l'Académie, telle qu'elle est inscrite dans ses statuts depuis 1635, est de « travailler, avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences. » L'Académie ne s'oppose pas à la féminisation mais il s'agit de le faire avec discernement, en respectant l'usage : elle ne dicte pas l'usage, elle le consacre.

Oui, mais le problème c'est que la légitimité de l'Académie n'est pas absolue. Elle s'arroge cette mission, mais elle n'a plus guère de soutien institutionnel. C'est quand, la dernière fois qu'on lui a demandé son avis, pour l'orthographe réformée de 1990 ? Je ne suis même pas sûr. D'ailleurs sa référence à la "pureté" de la langue est tout aussi idéologique

Or, madame le député Mazetier est dans une logique idéologique genriste et féministe ultra, ce n'est pas un usage. Elle tient d'ailleurs à imposer sa propre vision aux autres, dans un esprit, on le voit, tout à fait démocratique. Ce n'est pas à Mazetier seule de fixer l'usage, sinon elle serait un dictateur (dictateuse ? Dictatrice ? essaye donc de me trouver le féminin).

La règle générale de féminisation des mots en -ateur ou -acteur est -atrice, -actrice, comme dans aviatrice, tentatrice, factrice. Je crois que ce souvenir remonte à mon CM1 ou CM2. Donc dictatrice.
La logique de Mazetier n'est pas "genriste et féministe ultra", ne sois pas ridicule. C'est une revendication vaguement féministe, mais qui ne va pas particulièrement loin. L'inclusion du féminin dans le pluriel, c'est une revendication un peu plus forte, mais même ça ce n'est ni ultra, ni "genriste" (bordel qu'est-ce que ça veut dire ça).
Et elle est loin d'être seule à faire cet usage. Anecdote : quand je lui avais demandé une invitation pour assister à une séance à Martine Billard, à l'époque où elle était Verte, elle avait corrigé le carton d'invitation pour mettre "députée", elle aussi. Et c'est un emploi qui de toute façon tend à se démocratiser, dans la presse, dans l'édition, et en l'occurrence dans les textes institutionnels, ne serait-ce que parce qu'il n'y a pas de raison de féminiser certaines professions et pas d'autres. La distinction profession/titre est absurde.

Bien sûr qu'il y a des règles. Ce n'est pas parce qu'on dit par exemple : « je ne sais pas qu'est-ce qu'on doit faire » qu'il faut adopter ça comme nouvelle règle établie. C'est un usage impropre. Broz, tu me demandes toi-même régulièrement mon avis sur telle ou telle question d'orthographe ou de grammaire, cela signifie donc que tu admets l'existence de ces règles, qui peuvent parfois être obscures.

Evidemment que j'admets l'existence de règles, ça ne veut pas dire que j'y suis particulièrement attaché, même si j'ai beaucoup de tendresse pour les usages rares ou désuets. Si l'usage adoptait une règle vaguement différente, je n'aurais pas de problème - je me suis payé la tronche de ma soeur parce qu'elle a relevé "après que + indicatif" dans un de mes posts Facebook, tu te souviens, mais je considère "après que + subjonctif" comme tout à fait valide, en réalité.

Tu te fourvoies en disant que la féminisation est simple. Ce n'est pas simple du tout, ne serait-ce déjà que pour des raisons de forme : pourquoi dire doctoresse et pas docteure ? etc. etc. D'autant plus que les noms n'ont pas besoin d’être féminisés car il existe déjà un genre neutre, non-marqué comme le dit l'Académie. il s'avère que c'est le masculin mais si ça vous fait mal de dire masculin, vous n'avez qu'à l'appeler neutre.

Il y a tous les moyens de la simplifier, ne serait-ce qu'en faisant de l'ajout du e en fin de nom la règle générale, avec une généralisation de -eur en -eure pour tous les noms ne dérivant pas d'un verbe (rendant correct "docteure" tout en gardant "doctoresse" pour les fans de termes un peu désuets, mais en gardant "chercheuse"), avec éventuellement quelques exceptions au nom de l'usage, justement (-ateur en -atrice, -el en -elle, etc.). Et l'article féminin.
Cette histoire de neutralité est hors-sujet, et d'ailleurs l'argument consistant à dire que le genre neutre est non-marqué est stupide, puisqu'il calque le masculin. "It" est neutre (et on ne fait pas d'accord de genre en anglais), "das" est neutre (et les déclinaisons du neutre en allemand ne calquent pas le masculin). Mais nous sommes en français, et le français fait les accords en genre.
Ici nous parlons d'individus, ils ont un genre masculin, féminin ou ce qu'ils veulent en fonction de qui ils sont. Il n'y a pas de raison de ne pas accorder la profession avec la personne à qui elle fait référence, d'autant qu'on dit déjà "Maryse Bastié était une aviatrice célèbre" et pas "Maryse Bastié était un aviateur célèbre", et qu'on fait l'accord en genre pour les adjectifs ("Maryse est courageuse") et les noms qui s'accordent déjà ("Maryse est une folle"). Et député, et président est une profession.

Ce n'est pas parce que le cerveau est capable de reconnaître des gribouillis (après un temps d'adaptation, cela dit) que cela permet de faire n'importe quoi. Il faut des règles communes pour que tout un chacun puisse communiquer sur les mêmes bases. C'est le fondement même de toute vie en société. Je persiste : sans cette base commune, pas de société ordonnée, donc c'est l'anarchie. Si chacun n'obéissait qu'à sa propre logique individualiste (moi, je parle et écris comme ça, tu n'as qu'à t'adapter), dans quelle société vivrions-nous ?

Même le développement du langage SMS s'est fait par l'adaptation de règles communes, vaguement basées sur la sténotypie, et il n'est absolument pas anarchique. L'argument de la pente glissante est, en l'occurrence, ridicule.
Là, il s'agit de respecter une convention en s'adressant à une personne, ce sont des conventions qui se développent entre les individus, et qui ne peuvent que se négocier de manière interpersonnelle. Si je demandais à ce que tu me parles en employant des pronoms féminins, parce que curieusement, en ta présence, je me sens fille, j'attendrais que tu emploies des pronoms féminins et je te reprendrais si tu employais des pronoms masculins.

Ce n'est pas une histoire de courtoisie, bien sûr que non. Il s'agit de la décision arbitraire de Mazetier d'user de son pouvoir à titre abusif pour imposer son opinion. Ce n'est ni plus ni moins qu'une opinion personnelle (en effet, on a le droit de dire Madame le député), ce n'est pas une forme de courtoisie, il n'y a pas à être courtois envers quelqu'un qui impose son point de vue contre ton gré.

Là il y a une dimension supplémentaire et un détail que tu omets.
Le détail, c'est qu'à ce moment, quand Aubert a dit "Madame", Sandrine Mazetier était présidente de séance, alors qu'il était impératif de l'appeler "Madame la Présidente" ou "Madame le Président", selon ce qu'elle préfère. Or le gus l'a appelée "Madame", ce qui a motivé la sanction. Je ne sais pas si tu as vu les échanges qui ont eu lieu, mais elle a d'abord fait un rappel à l'ordre sans rien d'autre, avant qu'il ne décide de l'appeler "Madame", parce qu'apparemment ça lui arrache la gueule de dire "Madame la Présidente".
Tu omets complètement la dimension de respect dû à la position d'autorité qu'occupait Mazetier à ce moment. Je ricane, face à ton "il n'y a pas à être courtois envers quelqu'un qui t'impose son point de vue contre ton gré", en t'invitant à ne pas répéter cela aux gamins qui cherchent toutes les occasions de manquer de respect envers leur prof en classe. L'Assemblée Nationale, ce n'est pas un forum de discussion sur Internet où tu peux te payer la tronche de Gregounet sans risquer de te faire bannir. Il y a un formalisme à y respecter. Qu'il l'appelle "Madame le président" ou "Madame le député" si ça le chante en dehors de la séance, s'il décide d'être un emmerdeur discourtois, il peut très bien l'être, mais ailleurs.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

89

Re: Thread pilori

Broz a écrit:

Oui, mais le problème c'est que la légitimité de l'Académie n'est pas absolue. Elle s'arroge cette mission, mais elle n'a plus guère de soutien institutionnel. C'est quand, la dernière fois qu'on lui a demandé son avis, pour l'orthographe réformée de 1990 ? Je ne suis même pas sûr. D'ailleurs sa référence à la "pureté" de la langue est tout aussi idéologique

L'explication est toute simple : l'Académie française est neutre, elle n'est pas soumise à des considérations politiques ou idéologiques. Ainsi, si l'Académie n’existait pas, qu'instaurerait-on à la place ? Des commissions, à l'instar de la commission de terminologie de 1984 mise en place par décret du gouvernement, des comités Théodule soumis aux pressions de toutes sortes. On sait très bien comment fonctionnent et sont nommés ces groupes de travail.
Tu n'as qu'à considérer l'Académie comme un juge. Un juge peut être de droite ou de gauche mais tu ne remettras pas en cause sa neutralité. Je ne sais plus si c'était toi qui avais pris parti sur l'affaire du mur des cons et du syndicat de la magistrature ; en admettant qu'il s’agissait de toi, il ne t'était pas venu à l'esprit de remettre en cause la légitimité des magistrats de ce syndicat, sous prétexte qu'il est marqué à gauche. Tu les avais défendus. Eh bien ici, c'est pareil. Alors, pour être honnête, il est vrai que les académiciens sont, en majorité, des conservateurs. Mais cela ne doit pas interférer avec leur mission.
Je vais d'ailleurs plus loin : les plus idéologisés parmi les académiciens, les plus revendicatifs et intolérants sont ceux de gauche, les Danièle Sallenave, Dominique Fernandez, Michel Serres etc., tous ceux qui se sont élevés contre l'élection de Finkielkraut.

Broz a écrit:

C'est une revendication vaguement féministe, mais qui ne va pas particulièrement loin. L'inclusion du féminin dans le pluriel, c'est une revendication un peu plus forte, mais même ça ce n'est ni ultra, ni "genriste" (bordel qu'est-ce que ça veut dire ça).
Et elle est loin d'être seule à faire cet usage. Anecdote : quand je lui avais demandé une invitation pour assister à une séance à Martine Billard, à l'époque où elle était Verte, elle avait corrigé le carton d'invitation pour mettre "députée", elle aussi. Et c'est un emploi qui de toute façon tend à se démocratiser, dans la presse, dans l'édition, et en l'occurrence dans les textes institutionnels, ne serait-ce que parce qu'il n'y a pas de raison de féminiser certaines professions et pas d'autres. La distinction profession/titre est absurde.

Vaguement ? Je ne sais pas ce qu'il te faut...
Ton anecdote n'est pas très représentative. Elle aurait été plus parlante s'il s'était agi d'un parlementaire de droite par exemple, mais là tu me sors un Vert (une Verte ?). Les Verts sont les plus acharnés et virulents sur ce genre de question, persuadés qu'ils sont d'être à la pointe du combat pour l'égalité. Ce sont les premiers, avec ceux de la gauche dure, à avoir recours à ce genre d’atrocités : "député-e-s".
L'emploi ne se démocratise pas, il est imposé par une certaine classe politique et une certaine classe médiatique, ainsi que des militants féministes ou LGBT, ce qui ne le légitime pas pour autant. Je ne vois pas pourquoi l'on devrait se plier à un usage imposé par une certaine partie, ultra-minoritaire quoiqu'ultra-visible, de la population. Elle jouit d'un avantage : la visibilité, mais elle souffre d'un inconvénient : sa minorité.

Il y a tous les moyens de la simplifier, ne serait-ce qu'en faisant de l'ajout du e en fin de nom la règle générale, avec une généralisation de -eur en -eure pour tous les noms ne dérivant pas d'un verbe (rendant correct "docteure" tout en gardant "doctoresse" pour les fans de termes un peu désuets, mais en gardant "chercheuse"), avec éventuellement quelques exceptions au nom de l'usage, justement (-ateur en -atrice, -el en -elle, etc.). Et l'article féminin.

Non. Les règles grammaticales sont parfois absconses mais elles restent logiques. Les féminins en -eure ne sont possibles que lorsque le mot est dérivé du comparatif latin en -or. C'est une règle logique. L'appliquer à des mots (comme professeur, docteur etc.) qui n'en sont pas dérivés est illogique. On met dès lors en place une règle qui n'est pas fondée sur une explication étymologique mais sur le bon-vouloir arbitraire de quelques-uns seulement.
Je remarque d'ailleurs que tu conserves des exceptions, donc tu ajoutes de la complexité là où il ne devrait pas y en avoir.

Cette histoire de neutralité est hors-sujet, et d'ailleurs l'argument consistant à dire que le genre neutre est non-marqué est stupide, puisqu'il calque le masculin. "It" est neutre (et on ne fait pas d'accord de genre en anglais), "das" est neutre (et les déclinaisons du neutre en allemand ne calquent pas le masculin). Mais nous sommes en français, et le français fait les accords en genre.

Parce qu'il faut bien choisir un genre pour désigner le neutre. Il ne faudrait pas faire comme en Suède où des militants féministes ont inventé à partir de rien un pronom, le pronom "hen", pour désigner le neutre. C'est une langue fabriquée, artificielle, propice à n'importe quelle revendication communautariste et regarde à quelle anarchie cela conduit : http://www.slate.fr/story/56183/hen-pro … enre-suede
Le genre non-marqué en français n'est pas une sottise. Il sert à montrer que dans certains cas, l'opposition des sexes n'est pas pertinente. Il s'agit d'une logique inclusive, donc non privative. Par définition, le genre marqué impose une ségrégation, une classification. 
Je cite pour ce faire Georges Dumézil et Claude Lévi-Strauss :

Il en résulte que pour réformer le vocabulaire des métiers et mettre les hommes et les femmes sur un pied de complète égalité, on devrait recommander que, dans tous les cas non consacrés par l’usage, les termes du genre dit « féminin » - en français, genre discriminatoire au premier chef - soient évités ; et que, chaque fois que le choix reste ouvert, on préfère pour les dénominations professionnelles le genre non marqué.

Seul maître en la matière, l’usage ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Quand on a maladroitement forgé des noms de métier au féminin, parce qu’on s’imaginait qu’ils manquaient, leur faible rendement (dû au fait que le cas non marqué contenait déjà dans ses emplois ceux du cas marqué) les a très vite empreints d’une nuance dépréciative : cheffesse, doctoresse, poétesse, etc. On peut s’attendre à ce que d’autres créations non moins artificielles subissent le même sort, et que le résultat aille directement à l’encontre du but visé.

Il convient enfin de rappeler qu’en français la marque du féminin ne sert qu’accessoirement à rendre la distinction entre mâle et femelle. La distribution des substantifs en deux genres institue, dans la totalité du lexique, un principe de classification, permettant éventuellement de distinguer des homonymes, de souligner des orthographes différentes, de classer des suffixes, d’indiquer des grandeurs relatives, des rapports de dérivation, et favorisant, par le jeu de l’accord des adjectifs, la variété des constructions nominales... Tous ces emplois du genre grammatical constituent un réseau complexe où la désignation contrastée des sexes ne joue qu’un rôle mineur. Des changements, faits de propos délibéré dans un secteur, peuvent avoir sur les autres des répercussions insoupçonnées. Ils risquent de mettre la confusion et le désordre dans un équilibre subtil né de l’usage, et qu’il paraîtrait mieux avisé de laisser à l’usage le soin de modifier.


Ici nous parlons d'individus, ils ont un genre masculin, féminin ou ce qu'ils veulent en fonction de qui ils sont. Il n'y a pas de raison de ne pas accorder la profession avec la personne à qui elle fait référence, d'autant qu'on dit déjà "Maryse Bastié était une aviatrice célèbre" et pas "Maryse Bastié était un aviateur célèbre", et qu'on fait l'accord en genre pour les adjectifs ("Maryse est courageuse") et les noms qui s'accordent déjà ("Maryse est une folle"). Et député, et président est une profession.

Non, c'est une fonction.

Même le développement du langage SMS s'est fait par l'adaptation de règles communes, vaguement basées sur la sténotypie, et il n'est absolument pas anarchique.

Non, il se fonde sur l'oral, sur le mot tel qu'on l'entend. "J'étais" devient G T.
Ce ne sont pas des règles communes, même si certains abréviations reviennent régulièrement. Ce sont des usages personnalisés ; certains peuvent écrire "tranquille" ainsi : trankil ; d'autres comme ça : trkl ou trql.

Là, il s'agit de respecter une convention en s'adressant à une personne, ce sont des conventions qui se développent entre les individus, et qui ne peuvent que se négocier de manière interpersonnelle. Si je demandais à ce que tu me parles en employant des pronoms féminins, parce que curieusement, en ta présence, je me sens fille, j'attendrais que tu emploies des pronoms féminins et je te reprendrais si tu employais des pronoms masculins.

Pas vraiment. J’utiliserais le féminin à ton égard si tu avais été opéré. Alors, certes, si tu me demandais d'utiliser le féminin, je le ferais car tu es quelqu'un que je connais et apprécie et que je ne veux pas vexer, mais ces sentiments n'ont pas lieu d'être à l'Assemblée nationale !

Le détail, c'est qu'à ce moment, quand Aubert a dit "Madame", Sandrine Mazetier était présidente de séance, alors qu'il était impératif de l'appeler "Madame la Présidente" ou "Madame le Président", selon ce qu'elle préfère. Or le gus l'a appelée "Madame", ce qui a motivé la sanction. Je ne sais pas si tu as vu les échanges qui ont eu lieu, mais elle a d'abord fait un rappel à l'ordre sans rien d'autre, avant qu'il ne décide de l'appeler "Madame", parce qu'apparemment ça lui arrache la gueule de dire "Madame la Présidente".

Il l'a appelée simplement Madame car c'était pour lui une manière de ne pas obéir à une injonction totalement arbitraire et fondée uniquement sur un sentiment personnel de Mazetier. Elle pouvait le reprendre sur son "madame le président" à titre privé, en aparté, mais pas dans le cadre de sa fonction. C'est un abus de pouvoir et d'autorité. Aucune règle ne prohibe "madame le président", c'est en l'occurrence l'inverse. Je répète : il n'y a pas de règlement intérieur à l’Assemblée qui interdise de dire "madame le président", et d'ailleurs elle n'aurait aucun droit à le faire, sinon c'est la porte ouverte à tout. N'importe quelle instance pourrait édicter son propre règlement intérieur relatif à l'usage de la langue.

Tu omets complètement la dimension de respect dû à la position d'autorité qu'occupait Mazetier à ce moment. Je ricane, face à ton "il n'y a pas à être courtois envers quelqu'un qui t'impose son point de vue contre ton gré", en t'invitant à ne pas répéter cela aux gamins qui cherchent toutes les occasions de manquer de respect envers leur prof en classe. L'Assemblée Nationale, ce n'est pas un forum de discussion sur Internet où tu peux te payer la tronche de Gregounet sans risquer de te faire bannir. Il y a un formalisme à y respecter. Qu'il l'appelle "Madame le président" ou "Madame le député" si ça le chante en dehors de la séance, s'il décide d'être un emmerdeur discourtois, il peut très bien l'être, mais ailleurs.

Tu omets, quant à toi, la responsabilité de Mazetier, de par sa fonction, d'être juste, neutre et ne pas imposer son point de vue. Ta comparaison avec les profs ne tient pas car les profs n’imposent pas un point de vue.
En revanche, sur ce forum, nous avons des points de vue mais il n'y a pas de hiérarchie. Nous ne devons pas plus de respect à Greg qu'à tout autre membre du forum.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

FDL a écrit:

L'explication est toute simple : l'Académie française est neutre, elle n'est pas soumise à des considérations politiques ou idéologiques. Ainsi, si l'Académie n’existait pas, qu'instaurerait-on à la place ? Des commissions, à l'instar de la commission de terminologie de 1984 mise en place par décret du gouvernement, des comités Théodule soumis aux pressions de toutes sortes. On sait très bien comment fonctionnent et sont nommés ces groupes de travail.
Tu n'as qu'à considérer l'Académie comme un juge. Un juge peut être de droite ou de gauche mais tu ne remettras pas en cause sa neutralité. Je ne sais plus si c'était toi qui avais pris parti sur l'affaire du mur des cons et du syndicat de la magistrature ; en admettant qu'il s’agissait de toi, il ne t'était pas venu à l'esprit de remettre en cause la légitimité des magistrats de ce syndicat, sous prétexte qu'il est marqué à gauche. Tu les avais défendus. Eh bien ici, c'est pareil. Alors, pour être honnête, il est vrai que les académiciens sont, en majorité, des conservateurs. Mais cela ne doit pas interférer avec leur mission.
Je vais d'ailleurs plus loin : les plus idéologisés parmi les académiciens, les plus revendicatifs et intolérants sont ceux de gauche, les Danièle Sallenave, Dominique Fernandez, Michel Serres etc., tous ceux qui se sont élevés contre l'élection de Finkielkraut.

Bof pour l'analogie avec les juges. Ce ne sont pas les juges qui édictent la loi, au mieux l'interprètent-ils. L'Académie ne cesse de produire des avis sur le bon usage, et propose ses propres usages. Et la légitimité des membres de l'Académie est très limitée, vu leur mode de reproduction - ils ne sont pas grammairiens ou linguistes de formation, et leur autorité se base sur pas grand-chose.
Je déplore que l'Académie soit uniquement prescriptiviste, ce qui n'a rien à voir avec le fait qu'ils soient de droite ou de gauche.

Vaguement ? Je ne sais pas ce qu'il te faut...
Ton anecdote n'est pas très représentative. Elle aurait été plus parlante s'il s'était agi d'un parlementaire de droite par exemple, mais là tu me sors un Vert (une Verte ?). Les Verts sont les plus acharnés et virulents sur ce genre de question, persuadés qu'ils sont d'être à la pointe du combat pour l'égalité. Ce sont les premiers, avec ceux de la gauche dure, à avoir recours à ce genre d’atrocités : "député-e-s".
L'emploi ne se démocratise pas, il est imposé par une certaine classe politique et une certaine classe médiatique, ainsi que des militants féministes ou LGBT, ce qui ne le légitime pas pour autant. Je ne vois pas pourquoi l'on devrait se plier à un usage imposé par une certaine partie, ultra-minoritaire quoiqu'ultra-visible, de la population. Elle jouit d'un avantage : la visibilité, mais elle souffre d'un inconvénient : sa minorité.

Non. Les règles grammaticales sont parfois absconses mais elles restent logiques. Les féminins en -eure ne sont possibles que lorsque le mot est dérivé du comparatif latin en -or. C'est une règle logique. L'appliquer à des mots (comme professeur, docteur etc.) qui n'en sont pas dérivés est illogique. On met dès lors en place une règle qui n'est pas fondée sur une explication étymologique mais sur le bon-vouloir arbitraire de quelques-uns seulement.
Je remarque d'ailleurs que tu conserves des exceptions, donc tu ajoutes de la complexité là où il ne devrait pas y en avoir.

N'invoque pas la "minorité" quand tu soutiens une institution qui imposerait des termes comme "mot-dièse". Mais je m'égare.
Mon anecdote n'était que cela : une anecdote. Je n'ai pas caché que Martine Billard était Verte, et je réalise pleinement que ce sont les gens de gauche (Verts, FDG, etc.) qui sont à l'origine de cette revendication. Seulement cet usage de la féminisation des professions se répand, il n'est plus ultra-minoritaire (d'ailleurs je ne pense pas un seul instant que le pékin moyen tiquerait à "la députée", ou même "la professeure", car après tout on dit bien "la prof"). Son emploi médiatique est évident et participe de cette démocratisation. Et une évolution de la langue n'et pas illégitime parce qu'elle est popularisée par une élite : regarde comment se sont imposées des langues toutes entières comme l'italien, l'hébreu, le serbo-croate.
Par ailleurs, si on fait un tour au Québec, cela fait depuis 1983 que l'Office québécois de la langue française a adopté "professeure", et "députée" depuis 1970.

Le raisonnement étymologique est tout aussi arbitraire, et absolument pas logique. Je ne veux pas être désagréable, mais je ne songe pas un seul instant à l'étymologie des mots quand je souhaite les féminiser. Pourquoi diantre doctor/doctrix devient docteur/doctoresse, alors que amator/amatrix devient amateur/amatrice ? Pourquoi professor, qui n'avait pas de féminin, ne peut-il pas en acquérir un en français, alors qu'une flopée de mots en -tor ou en -or ont naturellement acquis -trice ou -oresse quand ils sont passés en français ? Pourquoi superviseur, qui vient clairement du latin, super + visum (video) + or, devient superviseuse rien que parce qu'il est passé par l'anglais et parce que "supervisor", techniquement, n'existait pas à l'époque romaine ? Nous ne parlons plus en latin.
Un raisonnement comme je l'ai proposé serait beaucoup plus simple à acquérir, et pas plus illogique. Quelque chose de logique et de clair, ce serait de créer une règle générale en fonction des terminaisons des mots au masculin et de la fonction du mot dont il dérive. Règle générale : eur -> euse pour les mots dérivant directement d'un verbe (danseur/danseuse, mangeur/mangeuse) ou d'un nom (camionneur/camionneuse), eur -> eure pour tous les autres, règle particulière pour les mots en -teur non dérivés d'un verbe ou d'un nom, teur -> trice.
Et boum la règle est simple, claire, et permet "professeure" et "docteure".

Parce qu'il faut bien choisir un genre pour désigner le neutre. Il ne faudrait pas faire comme en Suède où des militants féministes ont inventé à partir de rien un pronom, le pronom "hen", pour désigner le neutre. C'est une langue fabriquée, artificielle, propice à n'importe quelle revendication communautariste et regarde à quelle anarchie cela conduit : http://www.slate.fr/story/56183/hen-pro … enre-suede
Le genre non-marqué en français n'est pas une sottise. Il sert à montrer que dans certains cas, l'opposition des sexes n'est pas pertinente. Il s'agit d'une logique inclusive, donc non privative. Par définition, le genre marqué impose une ségrégation, une classification. 
Je cite pour ce faire Georges Dumézil et Claude Lévi-Strauss :

Il en résulte que pour réformer le vocabulaire des métiers et mettre les hommes et les femmes sur un pied de complète égalité, on devrait recommander que, dans tous les cas non consacrés par l’usage, les termes du genre dit « féminin » - en français, genre discriminatoire au premier chef - soient évités ; et que, chaque fois que le choix reste ouvert, on préfère pour les dénominations professionnelles le genre non marqué.

Seul maître en la matière, l’usage ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Quand on a maladroitement forgé des noms de métier au féminin, parce qu’on s’imaginait qu’ils manquaient, leur faible rendement (dû au fait que le cas non marqué contenait déjà dans ses emplois ceux du cas marqué) les a très vite empreints d’une nuance dépréciative : cheffesse, doctoresse, poétesse, etc. On peut s’attendre à ce que d’autres créations non moins artificielles subissent le même sort, et que le résultat aille directement à l’encontre du but visé.

Il convient enfin de rappeler qu’en français la marque du féminin ne sert qu’accessoirement à rendre la distinction entre mâle et femelle. La distribution des substantifs en deux genres institue, dans la totalité du lexique, un principe de classification, permettant éventuellement de distinguer des homonymes, de souligner des orthographes différentes, de classer des suffixes, d’indiquer des grandeurs relatives, des rapports de dérivation, et favorisant, par le jeu de l’accord des adjectifs, la variété des constructions nominales... Tous ces emplois du genre grammatical constituent un réseau complexe où la désignation contrastée des sexes ne joue qu’un rôle mineur. Des changements, faits de propos délibéré dans un secteur, peuvent avoir sur les autres des répercussions insoupçonnées. Ils risquent de mettre la confusion et le désordre dans un équilibre subtil né de l’usage, et qu’il paraîtrait mieux avisé de laisser à l’usage le soin de modifier.

Il n'y a pas de neutre en français, ou presque, à part une poignée de pronoms. Il y a de l'indifférencié, ce qui n'est pas la même chose.
Ecoute, je ne sais pas comment être plus clair que mon précédent post. Il y a une différenciation masculin/féminin dans toute la langue française. Et pour tout ce qui est évidemment de genre féminin, c'est-à-dire les animaux et les individus, on emploie le féminin pour tout ce qui qualifie ces personnes quand cela est possible. Moi je dis juste, créons la possibilité pour les métiers dans leur ensemble, parce que ton explication, cher FDL, n'explique pas pourquoi diable on pourrait dire "une camionneuse" ou "une ouvreuse" et pas "une professeure" ou "une députée". Ta citation en cela est hors-sujet, peu importent les autres usages de la différenciation. D'ailleurs je ne sais pas à quand elle remonte, ta citation, pour considérer que qui que ce soit emploie encore "cheffesse" plutôt que "cheffe".

Je vais passer sur l'article de Slate (ça fait deux articles de Slate en deux semaines, FDL, que t'arrive-t-il ?) qui ne décrit absolument pas une anarchie quelconque. Juste pour dire que la création d'un pronom neutre est quelque chose de super complexe, envisageable en Suède et aux Etats-Unis en raison des particularités de la langue : l'anglais a abandonné complètement la dichotomie de genre masculin/féminin SAUF pour les pronoms (et possessifs, réfléchis, etc.) concernant les personnes et uniquement les personnes, le suédois a un genre neutre et un genre commun et il n'y a pas non plus de dichotomie, sauf pour les personnes. Le français, lui, accorde et féminise énormément, donc l'introduction d'un troisième pronom compliquerait les choses, à moins de calquer ses accords etc. sur un des deux genres.

Non, c'est une fonction.

Oh, ne soyons pas pédants. L'office québécois de la langue française parle d'appellation d'emploi.

Non, il se fonde sur l'oral, sur le mot tel qu'on l'entend. "J'étais" devient G T.
Ce ne sont pas des règles communes, même si certains abréviations reviennent régulièrement. Ce sont des usages personnalisés ; certains peuvent écrire "tranquille" ainsi : trankil ; d'autres comme ça : trkl ou trql.

Il y a énormément de règles communes au langage SMS, la première étant que ce langage calque la syntaxe et la grammaire française. jété ou GT restent un calque du français. En cela, le langage SMS n'est pas du tout anarchique.

Il l'a appelée simplement Madame car c'était pour lui une manière de ne pas obéir à une injonction totalement arbitraire et fondée uniquement sur un sentiment personnel de Mazetier. Elle pouvait le reprendre sur son "madame le président" à titre privé, en aparté, mais pas dans le cadre de sa fonction. C'est un abus de pouvoir et d'autorité. Aucune règle ne prohibe "madame le président", c'est en l'occurrence l'inverse. Je répète : il n'y a pas de règlement intérieur à l’Assemblée qui interdise de dire "madame le président", et d'ailleurs elle n'aurait aucun droit à le faire, sinon c'est la porte ouverte à tout. N'importe quelle instance pourrait édicter son propre règlement intérieur relatif à l'usage de la langue.

Mais il n'était pas censé l'appeler "Madame".
Le problème, c'est que les deux sont valides, tant "madame le président" que "madame la présidente". Dans ce cas, je persiste à penser que c'est la préférence de la personne à qui l'on s'adresse qui compte, et que du coup c'est une affaire de respect pour elle, dans sa fonction de présidente, de s'adresser à elle comme elle avait indiqué préférer.
Mais je comprends ce que tu veux dire.

Tu omets, quant à toi, la responsabilité de Mazetier, de par sa fonction, d'être juste, neutre et ne pas imposer son point de vue. Ta comparaison avec les profs ne tient pas car les profs n’imposent pas un point de vue.
En revanche, sur ce forum, nous avons des points de vue mais il n'y a pas de hiérarchie. Nous ne devons pas plus de respect à Greg qu'à tout autre membre du forum.

Oh mon dieu que si, le prof essaie d'imposer plein de points de vue : oui, l'anglais est une matière importante, oui, l'école est laïque, oui, mon autorité est absolue et découle de ma position de prof, etc.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Thread pilori

On est président ou on ne l'est pas. (je préfère rester neutre sur le sujet)

92

Re: Thread pilori

Broz a écrit:

Seulement cet usage de la féminisation des professions se répand, il n'est plus ultra-minoritaire (d'ailleurs je ne pense pas un seul instant que le pékin moyen tiquerait à "la députée", ou même "la professeure", car après tout on dit bien "la prof"). Son emploi médiatique est évident et participe de cette démocratisation.

Je ne pense pas que l'emploi médiatique participe de la démocratisation. Les médias peuvent faire passer n'importe quel message, quel qu'il soit, sans que cela relève d'une quelconque adhésion populaire. Ils participent de la démocratisation s'ils se font la vitrine, la caisse de résonance d'une idée, d'une pratique, d'un usage, que sais-je, déjà entériné par une part non négligeable de la population. Mais je pinaille.


Et une évolution de la langue n'et pas illégitime parce qu'elle est popularisée par une élite : regarde comment se sont imposées des langues toutes entières comme l'italien, l'hébreu, le serbo-croate.

Les contextes ne sont pas les mêmes. Dans les exemples que tu cites, il y avait déjà plusieurs langues (langues slaves pour le serbo-croate, langues romanes pour l'italien, langues sémitiques pour l'hébreu) ; le serbo-croate, l'italien ou l'hébreu ont été choisis pour diverses raisons, qu’elles soient politiques, culturelles, religieuses. Ce n'est pas le cas ici, en ce moment. Nous n'avons qu'une langue, le français, qui s'est déjà imposée ; il s'agit plutôt dans ce cas de savoir si l'on peut la remodeler selon des principes tels que l'égalité, le paritarisme...
Au fait, on écrit "tout entières". smile

Par ailleurs, si on fait un tour au Québec, cela fait depuis 1983 que l'Office québécois de la langue française a adopté "professeure", et "députée" depuis 1970.

Les Québécois sont les enfants turbulents de la francophonie. Mais on les aime bien quand même. smile

Le raisonnement étymologique est tout aussi arbitraire, et absolument pas logique. Je ne veux pas être désagréable, mais je ne songe pas un seul instant à l'étymologie des mots quand je souhaite les féminiser. Pourquoi diantre doctor/doctrix devient docteur/doctoresse,

On ne peut pas se prévaloir de l'emploi de doctoresse, son usage, qui a été d'une manière assez arbitraire, introduit au 19ème siècle, est tombé en désuétude.

alors que amator/amatrix devient amateur/amatrice ? Pourquoi professor, qui n'avait pas de féminin, ne peut-il pas en acquérir un en français, alors qu'une flopée de mots en -tor ou en -or ont naturellement acquis -trice ou -oresse quand ils sont passés en français ?
Pourquoi superviseur, qui vient clairement du latin, super + visum (video) + or, devient superviseuse rien que parce qu'il est passé par l'anglais et parce que "supervisor", techniquement, n'existait pas à l'époque romaine ? Nous ne parlons plus en latin.

Amator ou professor ne sont pas des comparatifs. C'est pourquoi, par exemple, on peut écrire une supérieure (car cela vient de superior) mais pas professeure (car professor). Mais on dit actrice (car actrix) ou amatrice (car amatrix). 
Il y a des formes en -trice ou -oresse qui s'expliquent justement par l'usage (qui ne se décrète pas en un jour mais sur le long terme) ou l'histoire. Des termes comme demanderesse, défenderesse etc. remontent à l'ancien ou au moyen français. Maîtresse remonte au Moyen Age aussi. Parfois, ces formes étaient même péjoratives (mairesse par exemple).
Nous ne parlons plus en latin mais le français en est dérivé, je ne t'apprends rien. Si l'on met en place de nouvelles règles, fondées, je ne sais pas, sur des raisons d'euphonie ou d'esthétique, on invente une langue artificielle, sans racines.

Un raisonnement comme je l'ai proposé serait beaucoup plus simple à acquérir, et pas plus illogique. Quelque chose de logique et de clair, ce serait de créer une règle générale en fonction des terminaisons des mots au masculin et de la fonction du mot dont il dérive. Règle générale : eur -> euse pour les mots dérivant directement d'un verbe (danseur/danseuse, mangeur/mangeuse) ou d'un nom (camionneur/camionneuse), eur -> eure pour tous les autres, règle particulière pour les mots en -teur non dérivés d'un verbe ou d'un nom, teur -> trice.
Et boum la règle est simple, claire, et permet "professeure" et "docteure".

Ton raisonnement ne change pas fondamentalement celui qui est déjà en de rigueur. Il comporte aussi des règles et des exceptions, donc ce n'est pas forcément plus clair. En français, les noms se terminant en -eur donnent déjà -euse, en -teur : -trice etc. Ton raisonnement légitime en fait des néologismes comme proviseure, ingénieure, docteure... Mais paradoxalement, il crée aussi des monstruosités à l'oreille, comme autrice pour auteur.

Il n'y a pas de neutre en français, ou presque, à part une poignée de pronoms. Il y a de l'indifférencié, ce qui n'est pas la même chose.
Ecoute, je ne sais pas comment être plus clair que mon précédent post. Il y a une différenciation masculin/féminin dans toute la langue française. Et pour tout ce qui est évidemment de genre féminin, c'est-à-dire les animaux et les individus, on emploie le féminin pour tout ce qui qualifie ces personnes quand cela est possible. Moi je dis juste, créons la possibilité pour les métiers dans leur ensemble, parce que ton explication, cher FDL, n'explique pas pourquoi diable on pourrait dire "une camionneuse" ou "une ouvreuse" et pas "une professeure" ou "une députée". Ta citation en cela est hors-sujet, peu importent les autres usages de la différenciation. D'ailleurs je ne sais pas à quand elle remonte, ta citation, pour considérer que qui que ce soit emploie encore "cheffesse" plutôt que "cheffe".
Je vais passer sur l'article de Slate (ça fait deux articles de Slate en deux semaines, FDL, que t'arrive-t-il ?) qui ne décrit absolument pas une anarchie quelconque. Juste pour dire que la création d'un pronom neutre est quelque chose de super complexe, envisageable en Suède et aux Etats-Unis en raison des particularités de la langue : l'anglais a abandonné complètement la dichotomie de genre masculin/féminin SAUF pour les pronoms (et possessifs, réfléchis, etc.) concernant les personnes et uniquement les personnes, le suédois a un genre neutre et un genre commun et il n'y a pas non plus de dichotomie, sauf pour les personnes. Le français, lui, accorde et féminise énormément, donc l'introduction d'un troisième pronom compliquerait les choses, à moins de calquer ses accords etc. sur un des deux genres.

Je cite le grammairien (belge) André Goosse :

Le masculin n'est pas seulement l'expression grammaticale du mâle, selon la formule de Dauzat. Il est aussi l'héritier du neutre et le genre de ce qui n'a pas de sexe ou de ce qui englobe les deux sexes. Il est possible, il est vraisemblable que le rôle que l'homme a joué ou s'est attribué ait eu quelque influence sur les fonctions ou le développement du masculin. Mais l'homme du 20ème siècle doit-il considérer comme un titre d'honneur, et la femme comme une honte pour elle, le fait que le masculin soit le neutre, l'indifférencié, l’indistinct, l'asexué ?

A part cela, dire neutre ou indifférencié n'a que peu d'importance. J'ai dit neutre par souci de simplification, mais si tu préfères indifférencié, pas de problème. Comme le dit le Grévisse :

Le neutre existe-t-il en français ?
Si on le considère comme une forme particulière du nom ou de 'ladjectif, la réponse est négative. Là où le latin distinguait Hic est bonus « celui-ci est bon » de Hoc est bonum « ceci est bon », le français n’a qu’une seule forme « bon » (qui est celle du masculin).

Du point de vue sémantique, on observe que le français attribue certaines formes particulières des pronoms à l’expression de l'inanimé : ce, ceci, cela, opposés à celui-ci, celui-là ; quoi interrogatif opposé à qui ; etc. Sans doute les mots qui s’accordent avec ce, quoi, etc. se mettent-ils au masculin, qui est en français la forme indifférenciée, mais il ne paraît aps illégitime d'appeler ces formes de neutres.

Des catégories comme l’infinitif et la proposition conjonctive sont normalement étrangères à la notion de genre (et aussi de nombre) et l’appellation de neutre leur convient assez bien, quoique les adjectifs qui s’accordent avec eux soient au masculin : « Mentir est odieux. »

Au fait, ma première citation dans mon précédent message remonte à 1985.

Oh, ne soyons pas pédants. L'office québécois de la langue française parle d'appellation d'emploi.

Ce n'est pas du pédantisme. Député n'est pas un métier, je crois que c'était toi d'ailleurs qui étais tombé d'accord avec moi là-dessus. Président non plus. Il s'agit d'une fonction, qui doit être différenciée de la personne, surtout quand la fonction incarne l'autorité de l’État (on ne dit pas conseillère d’État ou première ministre). La fonction est au masculin générique (neutre, indifférencié) : cette femme occupe la fonction de président, on dit donc madame le président.

Il y a énormément de règles communes au langage SMS, la première étant que ce langage calque la syntaxe et la grammaire française. jété ou GT restent un calque du français. En cela, le langage SMS n'est pas du tout anarchique.

Mais un calque, d'accord, mais sur une base orale. Pour écrire en SMS, les jeunes ne raisonnent pas en ayant à l'esprit le mot dans sa grammaire correcte ; ils traduisent à l'écrit un son qu'ils ont entendu. Par exemple, le mot cathartique (qu'ils ne sauront peut-être pas écrire, ce que je ne condamne pas pour des jeunes) s'écrira pour eux Ktartik.


Oh mon dieu que si, le prof essaie d'imposer plein de points de vue : oui, l'anglais est une matière importante, oui, l'école est laïque, oui, mon autorité est absolue et découle de ma position de prof, etc.

La laïcité a été instituée par les lois Ferry à l'école, ce n'est pas vraiment un point de vue mais un fait. Il y a même une Charte de la laïcité.
"L'anglais est une matière importante" : moui. Enfin, j'aimerais bien que tu me présentes un prof qui m'affirme le contraire, de nos jours haha.
Sur l'autorité absolue, j'espère que tu ne parles pas d'expérience. wink

J'ai un mal de crâne pas possible, là haha.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

93

Re: Thread pilori

Nadine Morano choque même la police. Magnifique.
La Morano, c'est un peu comme Chuck Norris : quand elle va au commissariat, c'est la police qui a peur.

http://tempsreel.nouvelobs.com/politiqu … olice.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

94

Re: Thread pilori

Pour clore le débat du dessus, la mise au point bienvenue de l'Académie :

http://www.academie-francaise.fr/actual … -lacademie

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

95

Re: Thread pilori

Le niveau d'abjection de ces soi-disant progressistes de gauche est assez hallucinant.
Je sélectionne deux réactions sur Twitter qui traitent du décès de Margerie, l'un de Filoche (membre du bureau national du PS, rien que ça) et l'autre d'une harpie haineuse et détestable, collaboratrice parlementaire de Lienemann et adjointe au maire du 14ème (il faut consulter le compte Twitter de cette vieille chouette en entier, il n'est pas piqué des hannetons, je mets l'adresse plus bas) :

Filoche a écrit:

De Margerie est mort. famille taittinger en deuil. Les grands feodaux sont touches. Ils sont fragiles. Le successeur nous volera t il moins

Le même pitoyable Filoche a écrit:

@BrunoGrandjean tu veux quoi ? Un hommage a l humain ? Oui ! Au suceur de sang ? Non

Manuela Delahaine... pardon, Delahaye a écrit:

#Margerie n'avait qu'à prendre l'autocar comme les Pauvres qui eux sont vivants. La Vie ne vaut rien mais rien ne vaut la Vie !

La même a écrit:

Toi aussi pleure les Riches ! (attention aux Jets privés, hélicos etc) 3:) http://po.st/yltZ1q  via @LesEchos

https://twitter.com/ManuelaDelahaye

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

96

Re: Thread pilori

Ces politiciens sont pitoyables. Et ils viennent ensuite s'étonner du désamour, plutôt du désintérêt, des Français pour la politique. Le genre d'initiative qui donne envie de voter aux extrêmes pour les virer une bonne fois...

http://www.leparisien.fr/tv/quand-les-p … 247175.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Thread pilori

Cette histoire m'aura permis de réaliser que tout n'est pas à jeter chez cette Michèle Delaunay qui fait partie de tes victimes préférées :

Le Monde a écrit:

De cette distance entre les responsables politiques et ceux qui les élisent, Michèle Delaunay a quant à elle fait un post de blog au titre sans appel, le 13 septembre : "Le tunnel, ou comment faire carrière sans mettre un pied dans la vraie vie". L'ancienne ministre déléguée aux personnes âgées dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault y fait un constat accablant : "Ces élus n’ont jamais connu la vie réelle." Cancérologue entrée tardivement en politique, elle leur conseillait "d’aller voir aussi ailleurs, d’apprendre autre chose, ils n’en apporteront que davantage à la politique et aux causes qu’ils défendent".

L'article entier du Monde : Faut-il déguiser les politiques pour qu’ils vivent la « vraie » vie ?

Et le billet entier de Michèle Delaunay : Le tunnel, ou comment faire carrière sans mettre un pied dans la vraie vie

"Moult a appris qui bien connut ahan"

98

Re: Thread pilori

Oui, elle n'a pas tort. Mais que ne l'a-t-elle dit quand elle était ministre ? C'est toujours la même histoire.
Cela dit, celle qui lui a succédé est tellement nulle (je travaille dans le secteur) que je vais finir par regretter la vieille Delaunay.

A part ça, on a la belle vie à la CGT. Un appartement de 120m² à Vincennes, on ne se refuse rien. Ce sont les mêmes qui donnent des leçons de morale. Tartuffes !

http://www.lemonde.fr/politique/article … 23448.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

99

Re: Thread pilori

"On n'a pas osé le loger à Clichy ou à Aubervilliers."

Mais pourquoi ? Je ne comprends vraiment pas. Et le vivre-ensemble ?

http://www.lefigaro.fr/immobilier/2014/ … la-cgt.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

100

Re: Thread pilori

Du Greg ? Non, mais presque : du Yann Moix.
J'avais déjà déversé ma bile sur cet individu pathétique dans le premier thread des personnalités à clouer au pilori, donc je mets ça ici.
Lisez cette bouillie dans son intégralité, ça vaut le détour. Je précise quand même : c'est du Yann Moix, donc ce n'est pas du second degré.


Paris Match, évidemment, a écrit:

Fleur Pellerin, fan de Jamel et d'Eschyle

Par Yann Moix

Selon Yann Moix, la nouvelle ministre de la Culture a tout vu et tout lui, d'Aristophane à Gad Elmaleh.

« J’adore écrire, d’une part; et j’adore Fleur, d’autre part. Mais je déteste écrire sur Fleur. En dire du bien? L’amitié ne se partage qu’entre amis. Du mal? On démasquerait la supercherie, et puis je me brouillerais avec sa fille, Bérénice, très à cheval sur les modalités du respect et le souci des convenances. L’ascension de Fleur n’est une ascension que pour vous tous, qui ne la connaissez pas. Pour moi, elle n’a jamais fait que stagner dans une altitude: elle a toujours déjà été ce qu’elle est, toujours déjà été là où elle est –cette Fleur est un edelweiss. Seulement, elle n’agitait pas de foireux petit drapeau bombe-torse depuis son sommet. Elle n’a jamais rien fait pour gravir la montagne: les cimes ont à son insu poussé sous elle, tandis qu’elle bouquinait, consultait un catalogue de vacances sur Capri, ou vérifiait le prix d’un blouson de cuir vert pomme (pour finalement lui préférer le rose bonbon). Fleur est l’anti-Thérèse de Lisieux. Si la petite sainte de l’Enfant-Jésus, appuyant sur le bouton de son ascenseur mystique, voulait «tout, tout de suite», Fleur, elle, non seulement ne veut rien, et le plus tard possible. A celui qui ne demande rien, en amour et dans le reste, on finit par tout donner– ne serait-ce que pour observer sa réaction. Fleur se souvient parfaitement de sa première nomination comme ministre, en2012: c’était le jour de la fameuse promo sur les bottes Hussein Chalayan.

Qui a parlé de légèreté? Je dis qu’elle place la gravité ailleurs. Un jour, tandis que nous lisons autour d’une piscine à l’eau couleur de menthol, moi «L’Enéide» et elle «Elle», elle me voit m’agacer un peu, me mélanger les pinceaux dans les personnages de la mythologie, et notamment sur le personnage d’Ajax. Tout en badigeonnant ses orteils d’un vernis à ongles rouge cerise, l’air un peu las, je l’entends me dire, avec aussi peu de cuistrerie qu’un Beauceron parlant de son tracteur: «Ouais, fais gaffe, y en a deux: Ajax fils de Télamon, celui qui s’est farci la guerre de Troie, et un autre, un second couteau, Ajax fils d’Oïlée. Cela dit, le deuxième est moins caractériel que le premier. Tu vas te baigner, toi?» Une autre fois, à la terrasse d’un café parisien (nous parlions de la Corée du Nord), un vieil Anglais libidineux, hautain et quelque peu cinglé (qui ignore qu’elle fait partie du gouvernement) vient lui tendre sa carte: «Mademoiselle, je vous veux, je vous aurai, comme le futur RichardIII l’annonce à lady Anne.» Je vois Fleur griffonner aussitôt quelque chose et rendre, avec un grand sourire, au gommeux le morceau de papier. L’importun la fixe d’un œil noir, et s’en va, vexé. «Tu lui as marqué quoi?» Réponse: «“O tygres heart, wrapt in a womans hide.”»
Elle cite Dante, et le contredit aussitôt par une saillie de Pierre Desproges

Devant ma stupéfaction, elle me dit en finissant sa bière: «“O cœur de tigre caché sous la peau d’une femme”. C’est York qui balance ça, après s’être fait humilier par Margaret, dans le premier acte de “HenryVI”, troisième partie. Tu finis pas ta bière?» Quand Fleur entend le mot «revolver», elle sort sa culture. Culture au sens large. En elle, sans aucune indigestion ni aucun faux contact: elle connaît les paroles du «Loir-et-Cher» de Delpech mais pourrait assurer seule, pendant seizeheures d’affilée, sur la version karaoké de la «Tétralogie» de Wagner. Elle aime Dave et Rudolf Serkin. Elle écoute dans la même journée «Le cœur grenadine» et les «Variations Diabelli». Entre deux sketchs des Monty Python, elle jette un coup d’œil sur Brecht. C’est une fan de Jamel et d’Eschyle. D’Aristophane et de Gad Elmaleh. Elle a vu tout Zidi et tout Antonioni pendant le même été.

Elle connaît la biographie de Joe Dassin et celle d’Eric Dolphy. Elle cite Dante, et le contredit aussitôt par une saillie de Pierre Desproges. Rarement la curiosité aura été accompagnée d’aussi peu d’arrogance, l’intelligence abîmée par aussi peu de fatuité, la simplicité gâchée par aussi peu d’ego. Son ego, il existe, pourtant: elle ne supportera pas que vous la puissiez battre au Scrabble –et, d’ailleurs, vous ne la battez pratiquement pas: elle tombe sans cesse sur des mots qui comptent double, ou triple. Ça la résume très bien; Fleur se pose incessamment sur des cases qui la multiplient. C’est toujours un bouquet (elle me pardonnerait ce calembour, car elle adore les calembours). Je n’ai jamais vu quelqu’un faire aussi peu exprès de réussir. Rien ne trouble sa quiétude, sauf l’envie de tout plaquer: mais elle est trop paresseuse pour aller se reposer loin. Ce n’est pas l’île déserte qui l’effraie, mais le taxi jusqu’à Roissy. Si elle a des vices? Sans doute. Mais que je ne révélerai pas, de peur que quelqu’un vienne les polluer.

http://pmcdn.priceminister.com/photo/Le-Crapouillot-Le-Crapouillot-Les-Leche-Bottes-Numero-21-Livre-192795530_ML.jpg

http://www.parismatch.com/Actu/Politiqu … yle-588864

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)