Topic: Le fil des articles tout pourris

Sur le modèle du brillant thread de Greg sur les excellents articles de fond lus et approuvés par lui-même, j'en ouvre un autre mais cette fois sur les articles tout pourris.
Je vais essayer de ne pas y inclure trop de gribouillages de Bruno Roger-Petit car ce serait trop facile et un peu lassant, ni ceux de Thierry de Cabarrus, qui mériteraient tous de figurer ici.
Je commence néanmoins  par un article du Nouvel Obs (évidemment) qui cède à la mode du moment, à savoir : mais quelles sont donc les premières mesures des maires FN une semaine après leur élection ? Puis deux semaines après ? Puis trois semaines après ? Et ainsi de suite.
Alors, celui-ci donne quelques exemples censés nous montrer, à nous braves gens mais aussi aux ploucs qui ont osé porter un candidat FN à la mairie, à quel point ces maires sont des abominations qui font honte à la République et la démocratie (oui oui, un mois après, alors que le bon sens voudrait qu'on attendît la fin du mandat pour en faire le bilan).

Donc première mesure abominable : le maire du Luc s'est octroyé une augmentation de son salaire de 15%. Scandale ! Dans le Puy-de-Dôme, un maire communiste (donc censé être proche des préoccupations du peuple blablabla) s'est accordé 19% mais là, on s'en fout : http://www.leprogres.fr/politique/2014/ … communiste
Un divers droite s'est accordé 30% d'augmentation mais là, on s'en fout : http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … mnites.php

etc.

Je ne vais pas détailler l'ensemble des premières décisions abominables listées dans cet article, je vous laisse juges. Mais à titre d'exemple au passage, sur la restriction de l'accès au conseil municipal d'intronisation à Hénin-Beaumont, l'article omet de préciser que le dispositif policier a été décidé et mis en place par la préfecture (qui n'est pas FN jusqu'à preuve du contraire), non la mairie.
Bref, c’est magnifique et c'est ici :

http://tempsreel.nouvelobs.com/politiqu … es-fn.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Je pense que pour ne pas encombrer ce fil, il convient de fixer une ligne de base: pas d'articles du supplément leplus du nouvel obs, parce que nos bandes passantes respectives risquent d'y passer.

Je sais, c'est terrible, on aura pas les Albert Londres deux-points zéros et leurs témoignages bouleversants du type "je vis en concubinage et ma banque m'envoie des courriers adressés à Madame", "je suis contrôleur RATP et les usagers sont méchants", "Steven de la ferme célébrité a menti: vous êtes pour ou contre" ou "j'ai tourné dans un film X zoophile et c'est mon choix", mais je crois qu'une thématique article tout pourris doit être un peu restrictive.

Il nous reste quand même libé et les inrocks.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Le fil des articles tout pourris

D'un côté, c'est dommage, car le Nouvel Obs est un grand pourvoyeur d'articles débiles, avec en tête l'inénarrable Bruno Roger-Petit, la carpette qui voit des réacs partout et qui voudrait interdire d'antenne ceux qui ne pensent pas comme lui (je n'invente rien, il l'a écrit. Son dernier article vaut le coup d’œil sinon : http://leplus.nouvelobs.com/contributio … iens.html) ; Thierry de Cabarrus, le caniche du PS tendance Aubry qui n'a qu'une obsession : Sarkozy ; Giuseppe di Bella, historien auto-proclamé sorti d'on ne sait où et festiviste acharné ; la modératrice Audrey Kucinskas et ses sondages à deux francs bien résumés par Sabaidee ; le chroniqueur cinéma dont j'ai oublié le nom etc. Un véritable vivier.
D'un autre côté, il faut effectivement laisser la place aux autres, comme les critiques de Neuhoff dans le Figaro, les éditos de Tesson dans le Point, les articles de blog du Monde, dont en première ligne ceux d'Olivier Razemon consacrés aux transports (le type qui voit de la discrimination et du sexisme dans les panneaux signalétiques, par exemple) et autres joyeusetés.
Je pense que ce thread a un grand avenir.

PS : Libé ? Ça existe toujours ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Je suis désolé de mettre un autre article du Nouvel Obs/le Plus mais celui-là est tellement tout pourri que je ne peux pas m'en empêcher. Accessoirement, il est drôle.
Il émane d'une philosophe en nuisette qui se définit apatride à tendance analytique (sic) pour qui Guaino = gaullisme = extrême-droite (CQFD).
Le passage en gras notamment est magnifique.
Ses autres articles valent le détour.

Le Nouvel Obs a écrit:

Tribune de Henri Guaino : son "gaullisme", c'est de l'extrême droite

Par Laura-Maï Gaveriaux
Philosophe
LE PLUS. Henri Guaino a publié ce vendredi "un appel pour changer l'Europe" dans "Le Figaro". L'ancienne plume de Nicolas Sarkozy, qui se revendique du gaullisme, appelle à une profonde refondation de l'Europe. Qu'est-ce qu'être gauliste aujourd'hui ? En quoi cela peut-il aider l'Europe ? Notre contributrice Laura-Maï Gaveriaux s'interroge.

Henri Guaino n’est pas de ces responsables politiques de droite qui m’inspire le mépris. Je ne suis pas une sainte, et il m’arrive franchement de ressentir de l'exaspération face au vide intellectuel de certains de mes adversaires politiques. Si tant est qu’une personne dénuée de tout contenu intellectuel puisse être considérée comme un adversaire politique.

Avec un adversaire politique, on est engagé dans un combat, sur des idées contradictoires, avec des stratégies à élaborer. On fait s’affronter des valeurs, et l’on débat avec sincérité.

Je m’oppose sincèrement, et absolument, à tout l’ADN politique et idéologique de Henri Guaino. Mais au moins, en a t-il un, et peu nombreux sont ceux qui aujourd’hui, à droite comme à gauche, peuvent se prévaloir de n’être pas aussi plastiques qu’un poulpe coincé en-deça du niveau de la mer.

La gaullisme aujourd'hui, une extrême-droite

Ce matin encore, Henri Guaino a confirmé ce que j’ai toujours pensé de lui : son engagement total envers les idées qu’il défend. Dans la tribune qu’il signe sur "Le Figaro" en compagnie de Laurent Wauquiez, il exhorte la droite à renouer avec un héritage gaulliste qu’il est bien le seul, aujourd’hui, à représenter. Et grâce à cette tribune, il devient plus que jamais opportun de se rappeler que ce gaullisme, s’il s’exprimait aujourd’hui, serait une extrême-droite.

Fidèle au gaullisme lorsque Guaino configure le débat européen sur des principes souverainistes. Il s’agit de la France, qui doit non seulement se protéger contre un transfert de souveraineté vers une Europe conçue comme une puissance hostile, antagoniste, mais qui doit aussi redevenir un guide éclairant le reste des nations de l’Occident.

Guaino prône une présence limitée en Europe

Il y a la gloire française, dont le rayonnement réside dans les méandres de son histoire faite de grands hommes (le postulat spirituel du “chef” rencontrant sa destinée), et il y a l’empire (comprendre l’axe Bruxelles-Washington). Un empire sans histoire, sans identité, et surtout sans grandeur. Le problème, ça n’est pas la démocratie (réorienter l’Europe sur un fonctionnement réellement démocratique), c’est l’ouverture elle-même (être dans l’Europe).

Et si Henri Guaino ne préconise pas une sortie de l’Europe, il appelle bien à une présence limitée à du symbolique. Et de scander le texte par cette figure de style devenue la marotte des orateurs en mal d’inspiration rhétorique : “ça ne peut plus durer, ça ne peut plus durer, ça ne peux plus durer.” Satanées anaphores !

Le culte du chef

Moi aussi j’ai fait des études. Moi aussi je sais faire des anaphores.

Rappelons que Charles de Gaulle n’a pas seulement été poussé à devenir chef par les soubresauts de l’histoire. Car les dits soubresauts auraient pu tout aussi bien investir d’autres acteurs de la résistance française. Il l’est bel et bien devenu par stratégie politique ; et s’il a pensé à devenir chef, c’est parce qu’il avait le culte du chef.

Rappelons que de Gaulle n’avait pas qu’une défiance politique envers le système constitutionnel des Américains : il exécrait toutes les bases philosophiques qui présidèrent à leur fondation, tant est si bien que, pour ne surtout pas leur ressembler, il voulut que le conseil Constitutionnel ne soit en aucun cas composé de juges, préférant y envoyer les présidents à la retraite.

Il n’aurait pas fallu que l’organe censé assurer la constitutionnalité des lois soit indépendant ! Une certaine conception de la séparation des pouvoirs qui fleure bon la monarchie présidentielle. Quant au Conseil d’État, un peu trop insoumis au goût du général dans ses premières années d’exercice du pouvoir, il sera finalement mis au pas.

Chez de Gaulle, c'était déjà la France aux Français

L’histoire rocambolesque du référendum sur l’article 11 de la Constitution, inscrivant l’élection du président au suffrage universel direct, est emblématique : jugé contraire à la doctrine par les conseillers d’État (il n’est pas constitutionnel de faire s’exprimer le peuple sur la Constitution elle-même). Le général tranchera la question en s’arrangeant que pour le Conseil d’État finisse par juger constitutionnel ce référendum.

Sur quelle justification ? À priori, l’usage en était inconstitutionnel, mais a posteriori, le peuple s’étant exprimé, le résultat ne pouvait en être ignoré… Rappelons que cet usage du pouvoir par le Général de Gaulle était finalement tout… personnel.

Rappelons les principes de la doctrine : fermeture des frontières matérielles autant que virtuelles, pratique de la politique de “la chaise vide” dans les négociations européennes, retour à une économie fermée, et finalement… rappelons que chez de Gaulle, c’était déjà la France aux Français, et la France aux avant-postes du monde. Ça ne vous rappelle rien ?

Le gaullisme aujourd'hui ? Les idées de Florian Philippot

Et donc à ceux qui se poseraient la question de savoir pourquoi Henri Guaino ne qualifie pas le Front national de parti d’extrême-droite, il est aisé de répondre que c’est parce que le tournant crypto-gaulliste pris par sa présidente, Marine Le Pen, n’est absolument pas incompatible avec la pensée idéologique qui nourrit l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy. Celle qui put écrire, sans trop de difficultés éthiques, que l’homme africain avait à entrer dans l’histoire.

Rappelons enfin, que si Charles de Gaulle n’avait pas utilisé l’ingrédient xénophobe de la recette frontiste nouvelle génération, c’est tout simplement parce que dans les années 1960, la réalité des flux de migration ne lui en avait pas encore fourni l’occasion. N’entrons pas dans un exercice de politique fiction en imaginant ce que serait de Gaulle sur le spectre politique aujourd’hui. Il suffit d’écouter Florian Phillipot faire campagne pour les élections européennes.

La pensée de de Gaulle n'a rien de philosophique

Par principe, je me méfie de la politique du "ça ne peut plus durer" ou du "y’en a marre". Pour cela, les espaces de “forums poubelles” sur Internet, le bistrot d’en bas, ou la liste de commentaires qui s’apprête à agrémenter la lecture de ce billet suffisent.

J’ai été amie, un temps, avec un type qui avait décroché quelques diplômes de philosophie, comme moi. Il avait une sorte de fascination pour le général de Gaulle, très étrangement exprimée… un peu comme s’il avait fait la guerre lui-même. Il avait le projet de faire une thèse sur "la pensée philosophique de de Gaulle", ou "la philosophie gaulliste", je ne sais plus trop comment il présentait la chose.

Je me demandais comment il allait faire pour trouver 500 pages à écrire sur le sujet, vu que la pensée de de Gaulle n’avait rien de philosophique. Elle se résume par le postulat d’après lequel, "de Gaulle c’est la France, et la France est le phare du monde". Version vaguement nationaliste de la phrase la plus rock’n’roll de l’histoire de la royauté absolue :  "L’État c’est moi", signé Louis XIV. Je ne sais pas, d’ailleurs, s’il a finit par l’écrire, sa thèse, mais je sais pourquoi nos visions politiques respectives ont participé à la fin de notre amitié.

La droite, ce néant idéologique

À ceux qui se demandent aussi comment l’on peut rester de gauche en ces temps compliqués, rappelons qu’il n’y a guère d’autre option acceptable, quand la droite c’est le néant idéologique… ou le souverainisme d’inspiration gaulliste tendance extrême droite.

Il n’y a plus qu’à espérer que le débat européen saura sortir de ces catégories un peu trop chargées de relents de naphtaline pour les petits cons de ma génération, les "gauchistes" comme les appelait le général… et comme les nomment encore Marine Le Pen et les têtes d’affiches de son parti, lorsqu’il s’agit d’"insulter rétro".

http://leplus.nouvelobs.com/contributio … roite.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Je l'avais lu. Il est effectivement fabuleux. Cette "philosophe" a un potentiel énorme pour ce fil... Le Plus est l'eldorado de l'analyse débile.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Le fil des articles tout pourris

J'ai suivi la prestation télévisée de Flanby d'assez loin (de toute façon, pour entendre débiter les mêmes platitudes, je n'ai pas perdu grand-chose) mais je poste à ce sujet ce magnifique article de Roger-Petit, son meilleur (ou son pire, c'est selon) depuis longtemps.

http://m.leplus.nouvelobs.com/contribut … .html#null

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Un article odorant tout pourri d'Etienne Sorin dans le Figaro sur le film Welcome to New York. A déguster nez bouché.

http://www.lefigaro.fr/festival-de-cann … w-york.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

FDL a écrit:

Je commence néanmoins  par un article du Nouvel Obs (évidemment) qui cède à la mode du moment, à savoir : mais quelles sont donc les premières mesures des maires FN une semaine après leur élection ? Puis deux semaines après ? Puis trois semaines après ? Et ainsi de suite.

Pour rebondir sur le sujet, l'ensemble des titres de la presse (donc pas seulement le Nouvel Obs) ont mis hier en une de leur site internet la décision de Ménard d’interdire d'étendre du ligne aux fenêtres, en omettant de signaler, pour la plupart des articles, que ces décisions sont courantes dans bien d'autres villes de France, sans qu'il ait jamais été besoin de rédiger une information dessus. A force de décortiquer la moindre des initiatives (somme toute, jusqu'à présent, tout à fait normales et justifiées) de Ménard, tells que décréter un couvre-feu pour les moins de 13 ans, verbaliser les déjections canines ou lutter contre le stationnement illicite, ils vont finir par le rendre sympathique et le feront réélire triomphalement dans six ans.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Et évidemment, qui saute à pieds joints dans le plat ? Bruno Roger-Petiiiiiiiit, qui réussit à comparer l’interdiction d'étendre du linge aux fenêtres (il ne devait pas savoir que ça se faisait ailleurs, le pauvre. Question de neurones en moins) aux propos de Le Pen (père) sur Ebola.
Du grand art, Bruno.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1204461-.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Du grand art!

J'aime beaucoup aussi comment Sarkozy devient quasi-responsable d'une décision prise par Delanoë:

http://leplus.nouvelobs.com/contributio … ectee.html

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

11

Re: Le fil des articles tout pourris

Un article tout pourri des Inrocks sur le grand méchant virus Zemmour qui contamine la France qui a peur de sa pensée réactionnaire immonde et le petit Domenach opprimé qui résiste vaillamment en héros :

http://www.lesinrocks.com/2014/05/31/ac … -11505796/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

12

Re: Le fil des articles tout pourris

Article tout pourri de Rue89 (pour varier un peu) dans lequel le journaliste de France Culture met en parallèle le compte Twitter de la police espagnole et son expérience personnelle au sein d'un commissariat français. Rapport ? Aucun. Intérêt ? Nul.

http://rue89.nouvelobs.com/2014/06/03/l … iat-252649

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

13

Re: Le fil des articles tout pourris

Tribune toute pourrie de Bernard Guetta dans Libé (évidemment) qui, dépité que Merah et Nemmouche n'aient pas été en fait des nervis d’extrême-droite, parvient quand même à mettre sur le même plan terroristes islamistes et électeurs des, je cite, partis europhobes (notion fourre-tout qui désigne tout et n'importe quoi). Tout aurait été tellement plus simple si les victimes juives avaient été tuées par des électeurs du FN...
Il fallait qu'il y en eût un qui s'y colle, ce fut lui. Bravo.

http://www.liberation.fr/chroniques/201 … es_1032847

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

FDL a écrit:

Tout aurait été tellement plus simple si les victimes juives avaient été tuées par des électeurs du FN...

Une source concernant le fait que Merah et Nemmouche ne votaient pas FN ?

Last edited by Apokrif le retour (09-06-2014 18:41:52)

« la propagande frontiste que distille apokrif sur Wikipedia. Sans oublier son petit blog de faf. » (Pierre-L)
« Il y a assez de mots dans la langue française pour dire ce qu'on a besoin de dire. » (mon grand-père)

15

Re: Le fil des articles tout pourris

Ta « maman ».

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

16

Re: Le fil des articles tout pourris

Article tout pourri de Télérama qui décrit un monde dans lequel les hommes ne sont que des prédateurs sexuels, l'espace urbain est masculin (ben oui, les bars, les stades de foot tout ça...), ce qui est très anxiogène pour les femmes (elles ont aussi peur des arbres et des éclairages discontinus), qui n'osent plus marcher ni rapidement (sinon, ça signifie qu'elles ont peur), ni lentement (sinon, ça signifie qu'elles aguichent) ; et si elles sont immobiles, cela signifie que ce sont des prostituées CQFD. Il leur reste, je ne sais pas, le fauteuil roulant. Dans ce monde, le sport est compétitif et c'est mal, parce que masculin. Une solution : "dégenrer". Pour cela, deux moyens :

- les... ludothèques !! et oui ! Mais attention, il ne faut pas qu'elles se laissent envahir par les pères de famille qui y emmènent leurs enfants, sinon c'est mal ;

- le sport ludique et mixte ! Comme ça, les jeunes et les vieux, les gros et les maigres, les hommes et les femmes etc. pourront tous jouer dans les joies du vivre-ensemble youpi, loin des relents nauséabonds de la compétition réactionnaire qui rappellent les JO de 1936 (les heures les plus sombres de notre histoire quoi).

Résultat : la paix dans le monde et l'abondance pour tous.

http://alfludotheques.wordpress.com/tag … es-femmes/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

c'est bien fdl continue à expliquer aux femmes ce qu'elles pensent et ressentent en réalité, tu n'as pas du tout l'air d'un con

je me demande bien où tu vois écrit dans l'article que les hommes ne sont que des prédateurs sexuels - je pense que tu n'as pas bien compris ni l'enjeu ni les arguments de l'article, en tout cas bravo pour les épouvantails en tout genre que tu mobilises pour t'en moquer ! ils sont assez inventifs. je me demandais combien de temps il te faudrait pour poster l'article sur forum-scpo après l'avoir exhibé sur ton groupe de masturbateurs en groupe

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Le fil des articles tout pourris

FDL a écrit:

l'espace urbain est masculin (ben oui, les bars, les stades de foot tout ça...), ce qui est très anxiogène pour les femmes

Ben, oui, tu te rends pas compte du côté phallique dominant et sûr de lui, des tours qu'on construit à tout va.

"Géographe du genre"... Sic. Tout un programme. Ce qui a du bien avec le genre, c'est qu'on peut le mettre à toutes les sauces, que c'est à la mode et donc garantie de financements publics. Bon, après, c'est pas comme ça qu'on va innover et résoudre le chômage, enfin sauf pour les chercheurs qui auront trouvé le filon et qui formeront des hordes de spécialistes du genre, dont la tâche sera... de former d'autres spécialistes du genre.

Broz a écrit:

c'est bien fdl continue à expliquer aux femmes ce qu'elles pensent et ressentent en réalité, tu n'as pas du tout l'air d'un con

Parce que ce n'est pas ce que tu fais?

dialogue imaginaire a écrit:

- "Tu es une victime".
- "Non?".
- "Si, si. Mais tu as été conditionnée pour ne pas le sentir, alors je t'explique: les hommes sont méchants et dominateurs. Tu as le droit de demander réparation".
- "Des avantages, un statut confortable en mettant toutes mes frustrations sur le compte de stéréotypes genrés? OUI! Je suis une victime. Je veux réparation. Moi, moi, moi, moi".

Last edited by sabaidee (11-06-2014 08:07:36)

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Le fil des articles tout pourris

lol

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Le fil des articles tout pourris

mot-clé : "imaginaire"

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

21

Re: Le fil des articles tout pourris

Broz a écrit:

je me demande bien où tu vois écrit dans l'article que les hommes ne sont que des prédateurs sexuels

Ça saute pourtant aux yeux.
Deuxième paragraphe : "la présence des mâles dans la rue". Mâle, animalité, rut etc. Tu vois quelque part que les femmes sont désignées sous le vocable de "femelles" ? Non.
Les mâles sont bien sûr "dominants", comme dans le règne animal. Id est, ce sont des bêtes.
Toujours dans le même paragraphe : description des femmes en opposition aux hommes. "Elles ne s'arrêtent pas, flânent peu, évitent certains quartiers". Jusqu'à présent, on parlait de la rue au sens général, la rue est donc un espace anxiogène, agressif, pas sûr. Pourquoi ? Ben à cause de la présence des hommes, pardi ! Mais dans cette phrase, ce qui est intéressant, c'est que la notion de "certains quartiers" apparaît. Donc la rue se confond avec certains quartiers (on sait tous ce que ça signifie ce vocable, hein). Mais je vais te révéler un scoop : moi non plus, je ne vais pas dans "certains quartiers", pourtant je ne suis pas une femme. Donc assimiler la rue à "certains quartiers" est de mauvaise foi et débile.
Toujours le même paragraphe : l'ombre des arbres se fait menaçante. Pourquoi est-elle menaçante ? Ce n'est pas parce que les arbres vont leur sauter dessus, c'est parce que des hommes se cachent derrière. Pour quoi faire à ton avis ? Pour violer les femmes !
Et ça continue comme ça dans tout l'article. Je poursuis ou c'est bon ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Bref tu interprètes ce que tu as envie d'interpréter, c'est bien

faut que tu apprennes à faire la différence entre "les hommes" et "des hommes"

il y a deux trois semaines, il y a eu cette affaire elliott rodgers, un gus qui avait commis un massacre parce que les femmes refusaient de coucher avec lui, ce qu'il considérait comme un dû, et du coup il était aigri contre la terre entière. quand les médias avaient parlé de misogynie, il y a eu un gros mouvement sur twitter qui ripostait avec le hashtag #notallmen. figure-toi que la réponse féministe n'a pas été #yesallmen, mais #yesallwomen. essaie de comprendre pourquoi

ce que ces gens, et toi, ne comprenez pas, c'est que ce n'est pas les hommes qui sont mis en cause, dans leur généralité. geindre en défendant la majorité des hommes qui ne sont pas un problème, alors que ces hommes ne sont pas visés par quelque critique que ce soit, c'est dévier la discussion. merci, on sait très bien que tous les hommes ne sont pas dangereux, TOUT LE MONDE LE SAIT, ce n'est pas la peine de mansplainer avec condescension. tout ce que tu fais, c'est que tu centres la discussion sur les hommes alors que ce n'est pas le sujet de l'article, ce n'est pas le sujet du débat, urrrrggggh

tiens, lis ça : http://www.slate.com/blogs/bad_astronom … ailed.html

Last edited by Broz (11-06-2014 08:49:12)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

23

Re: Le fil des articles tout pourris

Alors déjà, me sortir un article de Slate : LOL.
Ensuite, je n'ai pas mis les hommes au centre de la discussion, c'est toi qui l'as fait. J'ai parlé des hommes, tout comme j'ai parlé des ludothèques, du sport etc. Ce qui est bien normal d'ailleurs, car cet article débile part dans tous les sens et fait des amalgames.
Bien sûr que TOUT LE MONDE SAIT que tous les hommes ne sont pas comme ça. Sauf que cet article est tourné de telle manière que les hommes sont présentés insidieusement comme des prédateurs et ce, pour des raisons idéologiques.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

non ce n'est pas le cas

(lis l'article quand même, paresseux. tu postes sur forum-scpo, alors va pas critiquer slate)

Last edited by Broz (11-06-2014 08:55:27)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Le fil des articles tout pourris

FDL a écrit:

Ensuite, je n'ai pas mis les hommes au centre de la discussion, c'est toi qui l'as fait.

FDL a écrit:

Article tout pourri de Télérama qui décrit un monde dans lequel les hommes ne sont que des prédateurs sexuels, l'espace urbain est masculin (ben oui, les bars, les stades de foot tout ça...), ce qui est très anxiogène pour les femmes (elles ont aussi peur des arbres et des éclairages discontinus), qui n'osent plus marcher ni rapidement (sinon, ça signifie qu'elles ont peur), ni lentement (sinon, ça signifie qu'elles aguichent) ; et si elles sont immobiles, cela signifie que ce sont des prostituées CQFD. Il leur reste, je ne sais pas, le fauteuil roulant. Dans ce monde, le sport est compétitif et c'est mal, parce que masculin.

FDL a écrit:

Ça saute pourtant aux yeux.
Deuxième paragraphe : "la présence des mâles dans la rue". Mâle, animalité, rut etc. Tu vois quelque part que les femmes sont désignées sous le vocable de "femelles" ? Non.
Les mâles sont bien sûr "dominants", comme dans le règne animal. Id est, ce sont des bêtes.
Toujours dans le même paragraphe : description des femmes en opposition aux hommes. "Elles ne s'arrêtent pas, flânent peu, évitent certains quartiers". Jusqu'à présent, on parlait de la rue au sens général, la rue est donc un espace anxiogène, agressif, pas sûr. Pourquoi ? Ben à cause de la présence des hommes, pardi ! Mais dans cette phrase, ce qui est intéressant, c'est que la notion de "certains quartiers" apparaît. Donc la rue se confond avec certains quartiers (on sait tous ce que ça signifie ce vocable, hein). Mais je vais te révéler un scoop : moi non plus, je ne vais pas dans "certains quartiers", pourtant je ne suis pas une femme. Donc assimiler la rue à "certains quartiers" est de mauvaise foi et débile.
Toujours le même paragraphe : l'ombre des arbres se fait menaçante. Pourquoi est-elle menaçante ? Ce n'est pas parce que les arbres vont leur sauter dessus, c'est parce que des hommes se cachent derrière. Pour quoi faire à ton avis ? Pour violer les femmes !

bref tu te fais tout le long de tes posts le défenseur des hommes injustement accusés d'être dangereux

Last edited by Broz (11-06-2014 09:00:16)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

26

Re: Le fil des articles tout pourris

Broz a écrit:

je me demandais combien de temps il te faudrait pour poster l'article sur forum-scpo après l'avoir exhibé sur ton groupe de masturbateurs en groupe

Au fait, sur ce point : je ne poste pas sur le forum tous les articles que je poste sur le groupe FB et inversement. Et quand je le fais sur le forum, c'est pour avoir des débats contradictoires qui ont très peu de chances d'avoir lieu sur le groupe FB car on se rejoint tous globalement, sur ce type de sujet du moins.
Enfin, il y a certaines personnes ici qui ne sont pas sur le groupe dont on parle, donc il serait égoïste de les priver de ce genre d'articles, ne trouves-tu pas ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

FDL a écrit:
Broz a écrit:

je me demandais combien de temps il te faudrait pour poster l'article sur forum-scpo après l'avoir exhibé sur ton groupe de masturbateurs en groupe

Au fait, sur ce point : je ne poste pas sur le forum tous les articles que je poste sur le groupe FB et inversement. Et quand je le fais sur le forum, c'est pour avoir des débats contradictoires qui ont très peu de chances d'avoir lieu sur le groupe FB car on se rejoint tous globalement, sur ce type de sujet du moins.
Enfin, il y a certaines personnes ici qui ne sont pas sur le groupe dont on parle, donc il serait égoïste de les priver de ce genre d'articles, ne trouves-tu pas ?

accordé, j'ai été injuste

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

28

Re: Le fil des articles tout pourris

Broz a écrit:
FDL a écrit:

Ensuite, je n'ai pas mis les hommes au centre de la discussion, c'est toi qui l'as fait.

FDL a écrit:

Article tout pourri de Télérama qui décrit un monde dans lequel les hommes ne sont que des prédateurs sexuels, l'espace urbain est masculin (ben oui, les bars, les stades de foot tout ça...), ce qui est très anxiogène pour les femmes (elles ont aussi peur des arbres et des éclairages discontinus), qui n'osent plus marcher ni rapidement (sinon, ça signifie qu'elles ont peur), ni lentement (sinon, ça signifie qu'elles aguichent) ; et si elles sont immobiles, cela signifie que ce sont des prostituées CQFD. Il leur reste, je ne sais pas, le fauteuil roulant. Dans ce monde, le sport est compétitif et c'est mal, parce que masculin.

bref tu te fais tout le long de tes posts le défenseur des hommes injustement accusés d'être dangereux

Non mais attends, tu as lu le reste de mon message ou tu t'es arrêté à la première partie de la première phrase ? Je parle des hommes prédateurs, PUIS de l'espace urbain masculin, PUIS des femmes qui ont peur des arbres, PUIS du sport, PUIS des ludothèques etc. Tu tronques d'ailleurs une partie de mon message.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Oui, le reste de ton post n'est pas ce qui me dérange le plus, même si c'est aussi une série d'épouvantails

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

30

Re: Le fil des articles tout pourris

Tiens, mon Broz, un autre indice qui va dans mon sens. Cette fois, c'est un article de Libération, sur le même sujet. Lis déjà le titre : le jeu de mots foireux habituel de Libé assimile les hommes à des mâles en rut. Je te cite aussi le premier paragraphe :

Son constat : quelle que soit la commune, «la ville appartient aux hommes. Tout est fait pour favoriser leur présence». De quoi faire prospérer le harcèlement de rue.

 

La présence d'hommes a pour conséquence logique (dans l’esprit de ce géographe, tout du moins) le harcèlement (sexuel, cela va sans dire). CQFD, les hommes sont donc tous considérés ici comme de potentiels prédateurs sexuels. Je suis désolé mais je suis un homme et je n'ai jamais été un prédateur et je ne sauterai jamais sur une femme dans la rue, tout comme toi, tout comme bon nombre d'hommes.

Je cite le passage juste après :

plus les hommes sont présents, plus ils vont développer un sentiment d’impunité

Ici, il est question des hommes en général et non d'hommes en particulier. Au nom de quoi devrais-je avoir un sentiment d'impunité ? Et a fortiori, au nom de quoi devrais-je être puni ?

Le reste de l'article est du même acabit.

http://next.liberation.fr/sexe/2014/06/ … es_1032848

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

jésus qu'est-ce que je viens de dire ? un article entier sur le harcèlement des femmes, tout ce qui compte à tes yeux c'est les malheureux hommes. revois tes priorités mec

le titre est merdique, génial, tu n'as rien de constructif ? les journalistes sont connus pour écrire n'importe quoi, ceux de libé sont toujours à la recherche du jeu de mot le plus débile possible

La présence d'hommes a pour conséquence logique (dans l’esprit de ce géographe, tout du moins) le harcèlement (sexuel, cela va sans dire). CQFD, les hommes sont donc tous considérés ici comme de potentiels prédateurs sexuels. Je suis désolé mais je suis un homme et je n'ai jamais été un prédateur et je ne sauterai jamais sur une femme dans la rue, tout comme toi, tout comme bon nombre d'hommes.

bordel et tu me ressors la rhétorique not all men.
non tu fais un saut logique absurde. la présence d'hommes en groupe crée un sentiment d'impunité en cas de harcèlement qui crée l'opportunité de harceler pour ceux qui le souhaitent, c'est tout

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

32

Re: Le fil des articles tout pourris

L'article que tu m'as envoyé sur le timbré qui a tué des femmes parce qu'il était puceau et qu'il se sentait supérieur à elles ? En quoi est-ce que c'est constructif ? Je n'ai jamais remis en question le harcèlement des femmes, je t'ai parlé de la vision des hommes véhiculée par les gens dont il est question dans les deux liens que j'ai postés. Ce n'était d'ailleurs pas le sujet initial de mon intervention mais vu qu'on en a parlé...
Sinon, je ne me suis pas arrêté au titre de Libé. J'ai cité des extraits de l'article pour justement être plus constructif qu'un simple jeu de mots.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Non, l'article visait à t'expliquer que la rhétorique "not all men" est débile et absolument pas constructive.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

34

Re: Le fil des articles tout pourris

Un article tout pourri de Slate est une redondance.
Le scribouillard émet l'hypothèse que les réactions des élèves à la sortie du bac français concernant le poème de Victor Hugo n'auraient pas déplu à ce dernier...

http://m.slate.fr/story/88709/victor-hu … critiquent

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

35

Re: Le fil des articles tout pourris

Haha ! Je viens de tomber sur une tribune de Juan Branco et Alphonse Clarou le godardiste et le bénazérafiste, les deux zozos avec lesquels je m'étais écharpé il y a quelques années (déjà...) ici-même, sur ce forum, au sujet de leurs cryptiques articles écrits dans le journal du Ciné-Club de Scpo. A retrouver dans les limbes du forum, dans le thread du ciné-club justement.
Quelques années ont donc passé ; l'un est devenu chercheur à Yale, l'autre doctorant à Arles. Leur tribune n'est pas en soi toute pourrie (même si je me suis arrêté après trois paragraphes jargonnants rédigés dans la langue fklnz%SJKGZS) mais cela fait plaisir de voir qu'ils n'ont pas renoncé au fil du temps au gloubi-boulga qui fait tout leur charme.

Libération, évidemment, a écrit:

Godard et la société du FN
Juan BRANCO Chercheur, Yale Law School (Connecticut) et Alphonse CLAROU Doctorant (Arles) 22 juin 2014 à 18:06

ll y a quelques années, Jean-Luc Godard évoquait publiquement son affection pour le livre de Jacques Rancière, le Maître ignorant. Le postulat de l’égalité des intelligences qui y est présenté fait écho à la confiance que JLG a toujours eue en l’«intelligence» de ses interlocuteurs, en leur répartie, leur capacité tennistique à renvoyer la balle. Ainsi Godard s’est-il toujours contenté, en entretien comme dans ses films, de dire sans expliquer. Parole pensive et sacerdotale. Au spectateur de saisir ou de laisser passer. On aurait pu penser que les nouvelles technologies, offrant une réticularité beaucoup plus importante que les médias traditionnels, donneraient à ce jeu une nouvelle dimension. La polémique de ces derniers jours vient prouver le contraire. Accaparés par des médias dominants en manque chronique de spectres et d’audience, les réseaux sociaux ont en effet ouvert une troisième voie : arracher la parole au cheminement de la pensée, écraser et triturer sans effort la balle qui venait d’être lancée. En d’autres mots, instrumentaliser pour faire peur, s’indigner pour se rendre populaire, sans en avoir l’air. Godard donc, dans un entretien au Monde se félicite de la victoire de Marine Le Pen aux élections européennes, ajoutant qu’il l’aurait souhaitée Premier ministre. Dans une hystérie qui fait signe, l’effusion est immédiate. L’Obs affirme sans ambages qu’il s’agit là d’un clair soutien du réalisateur au parti. Twitter s’enflamme. Le général est plusieurs fois convoqué - «vieillir est un naufrage» - et c’est de sénilité que Godard est accusé. Voilà Twitter, source potentiellement infinie de jaillissements et d’aphorismes, réduit à un terrain de jeu minable. Voilà Godard identifié à un fasciste au pire, à un provocateur au mieux. Con, de toute façon. Cela n’est pas nouveau : déjà en 68 il était, pour les staliniens, «le plus con des Suisses prochinois». Révélatrice, la parole de Godard l’a toujours été de son époque et des sombres obsessions de ses contemporains. Qu’importe que dans le même entretien au Monde il rende hommage à Sartre et Malraux, deux combattants antifascistes, piliers de sa bibliothèque imaginaire que l’on sait depuis longtemps peuplée par un humanisme parfois un peu suranné ; qu’importe qu’il y rappelle son inimitié pluridécennale avec le FN (Le Pen père le voulant hors de France au moment de la sortie du Petit soldat) ou qu’il dénonce les illusions du culte du chef. Le propos est tronçonné et vendu à la découpe. La nouvelle se répand comme la poudre. Le voilà con, fasciste. Perdu à jamais. Une nouvelle fois. Une sociologie historique des Intelligents ayant con-chié Godard reste à faire. Les voilà pourtant qui tous ont un temps de retard sur celui qu’ils attaquent. Dans Film Socialisme revenait comme un refrain entêtant une phrase actualisant la philosophie politique sartrienne : «Aujourd’hui les salauds sont sincères.» Aussi ne faut-il pas douter de la sincérité sans ombre de la petite armée de soldats citoyens modèles et de leurs généraux, les penseurs médiatiques, trop heureux de cette occasion : pouvoir enfin remettre à sa place de dangereux «anarchiste de droite» le «dieu des pseudo-intellos», le «con qu’on prend à tort pour un génie» - et dont on n’est même pas tout fait sûr qu’il soit un citoyen français (#SwissGoHome, tweete non sans audace Aude Lancelin). Sincérité presque touchante, bonne foi en la Démocratie occidentale, en la Liberté d’expression, celle utilisée pour étouffer les voix qui gênent. Là encore, ils ont un train de retard, eux qui manient l’insulte et fétichisent leur liberté d’expression pour mieux rejeter la parole. La liberté d’expression, derrière laquelle avancent plus ou moins masqués idéologues de tous bords, Godard lui a déjà fait le sort qu’elle mérite depuis longtemps : «Sans intérêt ni utilité ; ce qui m’intéresse, disait-il, c’est la liberté d’impression.» (Facilité de l’expression, cache-sexe du pire ; difficulté de l’impression, révélateur patient et sans jugement d’une réalité donnée.) Puissant aphorisme faisant sens aussi bien dans le champ esthétique (les films publicitaires, à message, expriment tandis qu’impriment ceux qui tendent un miroir au réel) que politique ou social - produisant les grandes ou petites déchirures nécessaires, dans le tissu con-sensuel de notre époque. Aujourd’hui les salauds sont donc sincères et, alors qu’ils ne font que s’exprimer, se croient aussi imprimants, car imprimés - Twitter mêlant dans cette illusion énonciateurs et énoncés. Cette perturbation de l’échange, cette mascarade illusoire, le vieux con ne l’avait pas prévue. Brusquement exposée, exprimée comme on exprime le jus d’un citron, et certainement de façon inattendue, la parole de Godard n’en demeure pas moins précieuse. Prise de position sartrienne radicale, son propos sur le FN ne fait que reprendre au vol une réalité palpable par tous pour, enfin, la cristalliser : la France, sa classe politique en tête, secondée par les médiatiques «libres de s’exprimer», s’est soumise au spectre du FN avec bonheur. Tous s’indignent sans frais, pour mieux justifier leur immobilisme, tout en réclamant du mouvement. Il y a déjà un certain temps, le philosophe Giorgio Agamben rappelait que la télévision fabriquait des Indignés mais dans le même temps les rendait impuissants : les indignés de Twitter, malgré leurs prétentions intellectuelles, ne sont pas autre chose que les indignés du journal de 20 heures. Laissant croître le monstre en l’alimentant, les bien heureux impotents s’en trouvent confortés : jusqu’au plus haut de l’Etat, leur racisme ordinaire, leurs trahisons permanentes sont immédiatement relativisées et protégées par le ravage qu’impliquerait leur dénonciation, leur départ au profit de l’autre infernal.

Godard, lui, n’a pas peur de rompre. On dira que c’est facile pour qui vit reclus dans un village du canton de Vaud, en zone neutre. Dans la marge : «celle qui fait tenir les pages». Il n’empêche, c’est peut-être là, aujourd’hui, la condition de possibilité d’un engagement qui, dans un espace politique saturé par le chantage moral, n’est plus possible que par l’appel à la rupture. En nous appelant à ne pas craindre cette dernière, fut-elle cruelle, à en faire le révélateur qui s’impose enfin à cette époque morne et immobile pour mettre tout un chacun face à sa conscience, aujourd’hui, introuvable, Godard ouvre enfin la voie à une sortie des incantations creuses.

Nous n’avons jamais été aussi libres que sous l’Occupation. Nous ne le serons jamais autant que sous le FN, ce FN qu’à force de faire semblant de fuir, nous ne faisons que renforcer. C’est en quelque sorte l’énonciation, avant tout le monde, d’une évidence devenue incontestable : il ne semble y avoir aujourd’hui plus d’autre façon de retirer le pouvoir au FN que celle de lui donner. Généreux, JLG n’a pas pointé les responsables qui nous ont menés à cette aporie. Mais ceux-ci, d’eux-mêmes, comprenant qu’ils étaient visés, ont déversé leur outrance, et se sont ainsi révélés. La boucle est bouclée.

En redonnant un sens à la parole à l’heure de son évidement, Jean-Luc Godard n’a fait que se livrer à un énième contre-pied : agir comme un révélateur qui n’exprime rien, se contentant d’imprimer le réel.

Juan BRANCO Chercheur, Yale Law School (Connecticut) et Alphonse CLAROU Doctorant (Arles)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

36

Re: Le fil des articles tout pourris

Article tout pourri (mais surtout le titre) de Libé (évidemment) qui établit un parallèle entre le combat pour la cause des chrétiens d'Irak et la droite. Que faut-il comprendre par là ? Il faut être de droite pour défendre les chrétiens d'Irak ?
Quant à l'appel pour les filles enlevées par Boko Haram, c'est une croisade de gauche, sous prétexte que Trierweiler et Hidalgo se sont impliquées dans cette cause ?

Libération a écrit:

Croisade à droite pour les chrétiens d’Irak
Jonathan BOUCHET-PETERSEN 28 juillet 2014 à 19:46

Lors de la manifestation contre les persécutions contre les chrétiens d'Irak, devant la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, dimanche. Lors de la manifestation contre les persécutions contre les chrétiens d'Irak, devant la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, dimanche. (Photo Pierre Andrieu. AFP)
Le gouvernement a annoncé lundi que l’accueil des Chaldéens persécutés allait être favorisé.

Deux poids, deux mesures ? Face aux persécutions contre les chrétiens d’Irak, perpétrées par les jihadistes de l’Etat islamique (EI) et dénoncées le 21 juillet par le Conseil de sécurité de l’ONU, l’extrême droite et une bonne part de la droite française accusent la gauche en général, et l’exécutif en particulier, de passer cette extermination sous silence. Et d’être plus prompt à s’émouvoir des morts palestiniens et israéliens ou à intervenir au Mali. Pire, comme l’a suggéré le député UMP Claude Goasguen, dimanche sur iTélé, si la France ne dénonce pas le sort des chrétiens d’Orient, c’est «en partie» pour ne pas «antagoniser», selon le mot de son intervieweur, les musulmans français…

Dans «Silence, on élimine», l’appel initié par Rachida Dati et Christine Boutin, publié le 25 juillet dans Valeurs actuelles, une vingtaine d’élus de droite ont ainsi dénoncé «l’indignation sélective» de Manuel Valls. Jugeant que le sort des chrétiens d’Irak est un «enjeu civilisationnel de première importance» : «Ces communautés incarnent le berceau du christianisme, et par conséquent de notre civilisation.»

«Accueil». Au lendemain de la mobilisation, dimanche devant Notre-Dame à Paris, de plusieurs milliers de personnes - et de nombreux élus, majoritairement UMP (NKM, Dati, Goasguen, Karoutchi…) -, les ministres Laurent Fabius (Quai d’Orsay) et Bernard Cazeneuve (Intérieur) ont déclaré lundi que la France était prête à «favoriser l’accueil» au titre de l’asile des chrétiens d’Irak victimes de «persécutions».

«Nous saluons cette annonce qui met un terme au silence et à l’immobilisme du gouvernement français par une proposition concrète et courageuse qui montre que la France tient son rôle protecteur historique», s’est félicité Antoni Yalap, coordinateur duComité de soutien aux chrétiens d’Irak (CSCI France ), à l’origine des manifestations de dimanche à Paris et de samedi à Lyon. L’extrême droite avait, elle, initié un autre rassemblement samedi au Trocadéro.

A Mossoul tombé le 10 juin aux mains de l’Etat islamique, un ultimatum a été lancé laissant quelques heures aux chrétiens pour fuir cette cité où ils sont présents depuis près de deux mille ans. Seules quelques familles subsisteraient dans cette ville où 35 000 chrétiens vivaient il y a dix ans. Député et maire PS de Sarcelles (Val-d’Oise), où réside la plus importante communauté chaldéenne de France, François Pupponi avait jugé dimanche devant Notre-Dame que la France «est beaucoup trop discrète [et qu’il] faut que la voix de François Hollande soit plus vaillante sur cette épuration». Lundi dans le Figaro, il s’est fait plus direct : «Hollande doit parler.» Sur BFMTV, Henri Guaino a, lui, rappelé que «la France a un rôle particulier à jouer dans ce domaine, qui tient à sa vocation et à son histoire». Samedi 26 juillet, une lettre ouverte a par ailleurs été adressée à Hollande notamment signée par Raffarin, Alliot-Marie ou Wauquiez, pour déplorer que «l’envoi d’une force d’interposition de l’ONU n’ait pas été proposé par la France lors de la réunion du Conseil de sécurité».

«Assistance». Lundi dans leur communiqué, Fabius et Cazeneuve ont mis en avant le fait d’avoir «obtenu du Conseil de sécurité des Nations unies qu’il condamne les persécutions menées par l’Etat islamique contre les minorités en Irak». Réaffirmant que la France, qui a «débloqué une aide humanitaire exceptionnelle» pour «porter assistance» à ces populations, «continuera de mobiliser dans les prochains jours la communauté internationale pour que soit assurée la protection» de ces minorités, «qui est une condition de la stabilité de la région».
Jonathan BOUCHET-PETERSEN

http://www.liberation.fr/politiques/201 … ak_1071938

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Voilà l'article référence de la mélancolie conservatrice du français moyen des années 60 qui vit, et vivra dans le passé jusqu'à sa mort.

Extrait qui décrit bien le propos:

Ce fut l'époque où, pendant les soirées habillées de la Comédie française, les acteurs invectivaient les gens endimanchés dans le public en les traitant de sales bourges. Ce fut aussi le temps des vestes en «jean» à l'Opéra, des carrières-éclair, de la provocation sans talent, sans effort, sans mémoire . Louis de Funès a bien fait de tirer sa révérence à cette époque-là.

http://www.lefigaro.fr/vox/culture/2014 … -funes.php

Re: Le fil des articles tout pourris

Cet été, les stagiaires ou seconds couteaux du Figaro s'expriment pleinement sur le site internet du journal ...

L'exemple le plus flagrant ? La fiction de l'été de Hollande signée par un auteur (Philippulus) n'assumant pas la légèreté (pauvreté ?) de son style !

Philippulus a écrit:

«Tu me demandes ce qui va se passer? François, tu as vu le film Titanic ? Eh bien, ce qui va se passer, c'est la fin du film, en pire. Aucun canot de sauvetage pour personne. Tu comprends?
François Hollande était accablé. Nostradamus ne se trompait jamais. Il fallait donc trembler.
- Jacques, à ma place, tu ferais quoi?
La réponse fusa, glaçante et définitive:
- Je partirais.
- Euh… Que je parte de chez toi?, répondit, gêné, le président de la République.
- Non, de l'Élysée.

La partie description du texte s'insère parfaitement dans un catalogue Conforama ou dans une dissertation Brevet des Collèges.

Imitation BHL a écrit:

Puis, il laissait tomber à terre sa feuille ou son cahier, lesquels, avec les jours, s'accumulaient de sorte que le parquet en point de Hongrie était presque uniformément recouvert.

Il y eut un temps où Baudelaire, Flaubert, Balzac, Mauriac ou Maupassant y écrivaient .. La relève fait mal !

Edit: le lien du méfait !

http://www.lefigaro.fr/politique/2014/0 … itanic.php

Last edited by ljubeta (05-08-2014 08:31:24)

Re: Le fil des articles tout pourris

Putain rien n'est plus agaçant que les fanfictions politiques écrites par des zélotes.

Si vous tenez tellement à écrire des fanfictions, il y a un fandom Harry Potter vachement développé, au moins votre diarrhée passera inaperçue au milieu de tout le volume.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

40

Re: Le fil des articles tout pourris

Wahou ! Je veux la même drogue que lui !

Le Monde a écrit:

« Pourquoi moi, professeur de lettre-histoire, je démissionne de l'éducation nationale »

J'ai démissionné de l'éducation nationale : je ne m'y sentais pas à ma place. Comme beaucoup de professeurs, l'immobilisme de cette institution et son incapacité à accomplir sa mission me mettaient mal à l'aise. Pendant mon année de stage, je me suis souvent senti inutile. Je ne trouvais pas de sens à mon action. Malgré tout, comme je suis sérieux, j'ai beaucoup travaillé. J'ai été titularisé au mois de juin 2014, puis muté dans l'académie de Créteil. J'aurai pu professer une année de plus, avec sérieux. Mais j'ai besoin de croire à ce que je fais, car je suis entier. Par souci de cohérence avec moi-même, j'ai donc démissionné à la rentrée 2014.

Ma thèse est que cette institution que l'on se plaît à appeler l'école de la République est totalement anachronique et qu'elle est demeurée, dans l'esprit, ce qu'elle était déjà il y a plus d'un siècle, alors même que le rôle que lui assigne la société a radicalement changé.

Considérant que pour une large part l'école de la République reste fondée sur les mêmes bases qui étaient les siennes quand il s'agissait, sous la IIIe République, de former des soldats-citoyens prêts à se sacrifier pour la patrie, et rappelant cette évidence que c'est une finalité depuis longtemps dépassée, je veux donner (sans prétendre toujours à l'originalité) quelques aperçus de ce que pourrait être une école dans laquelle je me sentirais à ma place en tant qu'enseignant.

L'école dans laquelle je pourrais enseigner, ce ne serait peut-être pas l'école de la République, mais la vraie école des Lumières, c'est-à-dire l'école de l'individu. Une école qui mettrait au centre de son action la sensibilité de l'élève. Une école qui aurait pour finalité d'aider cet individu en formation qu'est l'élève à se connaître lui-même, afin qu'il puisse faire des choix dans une société libre et démocratique qui a fait le deuil de ses institutions et dont le devenir repose désormais presque exclusivement sur les choix individuels.

Je voudrais une école qui rompe définitivement avec l'école de la IIIe République, avec l'école de Jules Ferry. Rappelons-le, celle-ci avait pour mission de forger un sentiment national à partir d'une prétendue culture commune, largement fantasmée, afin de faire de ses élèves des soldat-citoyens aptes à reconnaître les intérêts supérieurs de la nation, c'est-à-dire à se sacrifier pour elle. Je me pose sérieusement cette question : la folie sanguinaire qu'a été la première guerre mondiale aurait-elle été possible sans l'école de la République ?

Alors que l'école de la IIIe République niait la sensibilité personnelle des élèves parce que sa finalité était de les couler dans le moule du soldat-citoyen, notre école doit s'affranchir de ce modèle et chercher à révéler l'élève à lui-même dans son originalité et dans ses différences. Il ne doit plus s'agir de déverser fantasmes et croyances dans l'esprit des élèves, mais de considérer chacun comme un texte qu'il faut déchiffrer et interpréter.

LE SYSTÈME DE L'ÉCHEC

On se récriera contre cette volonté de rupture. On me parlera des valeurs de la République, la grande fierté de notre école. Celles-ci ne s'imposeraient-elles pas d'elles-mêmes dans une école qui se fixerait pour mission de faire surgir des différences et de confronter des sensibilités ? Des élèves amenés par l'école à découvrir leur sensibilité propre, à se laisser porter vers leurs aspirations, leurs désirs, à construire leur propre vision du monde, seraient tolérants par l'absence même de normes, une tolérance qu'ils dirigeraient autant vers eux-mêmes que vers les autres. D'ailleurs, en dehors de l'école les élèves sont déjà habitués à exprimer leur sensibilité, à découvrir et à accepter celle des autres. De ce point de vue, facebook fait aujourd'hui bien mieux que l'école pour faire de la tolérance un réflexe naturel. Mais c'est un autre débat. L'école, elle, a un rôle fondamental à jouer pour aider ces sensibilités à s'exprimer. Car c'est vrai, l'échec de l'école se lit aussi sur facebook.

Poursuivons dans l'hérésie. Cette école-là ne se fixerait pas pour objectif un socle commun de connaissance, mais une mise en commun des connaissances dont l'apport majeur reviendrait évidemment au professeur. Aucune connaissance ne serait imposée. Chaque élève pourrait choisir lui-même les connaissances qu'il veut conserver parce qu'elles s'imposent à lui, comme autant d'outils d'interprétation de sa sensibilité personnelle utiles pour en révéler la richesse et le sens. Cette école prendrait acte de l'évolution suivante : désormais toute connaissance est accessible à tout le monde, tout de suite et tout le temps. De ce point de vue, c'est aujourd'hui le professeur documentaliste qui me semble s'approcher le plus de ce que pourrait être le rôle du professeur dans cette nouvelle école. Il serait formé à être à l'écoute des élèves et à répondre, notamment avec l'outil que constitue la culture savante, à leurs propres questionnements. Evidemment, le temps passé par les élèves dans l'école serait bien moindre qu'aujourd'hui.

Cette école ne sanctionnerait pas les élèves, elle les laisserait libres d'agir. La sanction dans l'école de la République n'est pas autre chose que les prémices de la discipline militaire dont la raison d'être était de rendre possible le sacrifice du soldat-citoyen pour la patrie. La sanction serait inutile et d'ailleurs inconcevable, car il n'y aurait pas de rupture dans l'apprentissage, tout serait apprentissage. La discussion remplacerait la sanction.

Cette école ne noterait pas les élèves, car elle assumerait d'être en présence d'individus tous différents et fondamentalement incomparables. Elle refuserait aussi de les juger individuellement car elle s'avouerait incapable de formuler des buts d'apprentissages, ces derniers étant définis par la sensibilité de l'élève et d'ailleurs sans cesse en redéfinition.

Elle donnerait au groupe formé par la classe toute l'importance qui doit être la sienne, plutôt qu'à la nation, fantasme collectif agonisant depuis cent ans. Car c'est dans le positionnement de chacun au sein du groupe que le professeur peut mieux apprécier les sensibilités individuelles, accompagner leur expression, notamment avec les outils de la raison, et veiller à leur adaptation aux contraintes du groupe.

Elle ferait surgir la valeur de la parole du professeur dans le dialogue avec sa classe. Sa maturité et sa formation lui assureraient bien-sûr la domination de l'espace laissé à la parole. Sa parole, par la maîtrise qu'il possède du langage, doit évidemment avoir valeur d'exemple.

Surtout, cette école ne tolérerait pas la passivité des élèves, scandale majeur dans l'éducation nationale aujourd'hui. Vraie souffrance du professeur.

Mais cette école n'existe pas. Pourtant, l'échec immense que constitue aujourd'hui l'éducation nationale devrait libérer les audaces. Je quitte cette maison, non pas dans un sentiment défaitiste, mais par peur de me laisser gagner par le défaitisme inhérent à l'institution depuis si longtemps. Et avec le souhait sincère d'une réforme scolaire que je répugne à nommer réforme, car les noms ne désignent que ce que l'usage leur a fait définir, et une réforme scolaire, on sait bien ce que c'est dans le langage de l'éducation nationale…

    Loïc Trabuc (Professeur démissionnaire de lettre-histoire)

http://www.lemonde.fr/idees/article/201 … _3232.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

41

Re: Le fil des articles tout pourris

Article tout pourri du Nouvel Obs qui aura au moins réussi une chose : faire de la publicité au livre de Brighelli et pousser les gens à l'acheter. A part cela, on peut y lire des perles comme : Aujourd’hui, le ministère est revenu à un modèle éducatif moins idéologique. (sic)

Le Nouvel Obs a écrit:

Ecole : un "Tableau noir" pour apprendre à penser de travers
Caroline Brizard

Le nouveau livre de Jean-Paul Brighelli prône une nouvelle fois le retour à l'école de grand-papa.
L’auteur incarne les travers du système éducatif suranné qu’il appelle de ses vœux.

"Tableau noir" est le livre d’un esprit teigneux qui traite à force de formules brillantes et de propos souvent insultants, ses thèmes de prédilection : la baisse du niveau des élèves, la nullité des " pédagogues ", la montée des communautarismes, la défense des classes préparatoires… Son credo : pour sauver l’école où rien ne va plus, il faut revenir au tableau noir et aux cours magistraux. La démonstration n’est pas neuve. Il y a neuf ans déjà, Jean-Paul Brighelli avait publié "La Fabrique du crétin", un pamphlet plombé par un mépris pour tout ce qui est humain, respirant, poétique. Un mélange d’observations justes et de conclusions tordues. "La Fabrique..." avait trouvé son public, rassemblé sous la bannière des "Républicains", et donné au Front national un prêt-à-penser en forme de triptyque : autorité, discipline, travail. Et pas de pitié pour les faibles. 

Vrai scandale

Rebelote, donc. L’auteur est aujourd’hui professeur de lettres dans un bon lycée de Marseille. Il connaît bien le système éducatif, pour l’avoir pratiqué, du collège à l’université. Pour autant, rien dans son livre ne suggère qu’il s’intéresse à la personne de ses élèves. Il prétend parler au nom des 17% d'enfants que l’école primaire échoue à former correctement. La cause est juste. Ce ratage est la honte de notre système éducatif, et y mettre fin est la priorité des priorités. Mais dans le livre de Jean-Paul Brighelli, ces exclus sont curieusement désincarnés, réduits à des silhouettes, juste bons, semble-t-il, à alimenter sa charge contre ce qu’il exècre.

La haine de tous

Car il déteste tout le monde, à commencer par les ministres. De Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur, il ne retient que sa loi pour autoriser des cours en anglais à la fac : "Fioraso, c’est Pécresse moins l’intellect", écrit-il, faisant allusion à celle qui l’a précédée. Il réduit le travail de Vincent Peillon à la réforme des rythmes scolaires : "Ce qui manque aux enfants, aujourd’hui, ce n’est pas une initiation, sur le temps périscolaires, à la bourrée auvergnate ou au chapeau rond des Bretons, ton, ton (…) mais une vraie maîtrise du français, des maths, de l’histoire, des sciences", fustige-t-il. Sa verve vindicative le fait déraper. Car en dépit de son brio, l'analyse est fausse : la réforme des rythmes, qui impose aux enfants d’aller en classe 5 matinées au lieu de 4, est justement pensée pour leur permettre de mieux acquérir les fondamentaux. 

Il hait aussi les pédagogues -Philippe Meirieu étant pour lui le diable en personne- à savoir ceux qui ont imposé dans les années 80 les méthodes actives à l’école, la lecture globale, l'élève au centre du système… Dans sa rage à vouloir les dénoncer, Jean-Paul Brighelli s’aveugle. Il oublie que beaucoup de choses ont changé depuis. Aujourd’hui, le ministère est revenu à un modèle éducatif moins idéologique. Ce que semble ignorer l'auteur.   
   
Procès urbi et orbi

Il taille donc, souvent à tort et à travers : le réforme des voies technologiques au lycée, les tentatives de rapprochement des classes prépas et de l’université, les ABCD de l’éducation, l’informatique à l’école, le collège unique... et mélange les critiques fondées et les extrapolations tendancieuses. Remettre en cause, par exemple, le fonctionnement du collège unique à partir d’un faits divers cruel, le suicide d’une adolescente harcelée parce qu’elle était bonne élève, est un procédé abusif. On peut développer chez les élèves le respect de la différence, et chez les professeurs, le souci du climat dans la classe, sans remettre en cause l’institution dans son ensemble. Mais sa bête noire, c’est l’islam. Il consacre, au risque de ratiociner, plusieurs chapitres au port du voile à l’école, à l’université, dans les sorties scolaires. Pas de coexistence possible, voilà son credo. Raide et sans nuance. Au risque d'attiser les extrêmes.

Une caricature

Rien ne va, selon lui. Il pointe nos médiocres résultats aux évaluations internationales. Mais au lieu de s’interroger sur ce qui fait le succès des autres systèmes éducatifs (le travail, évidemment, mais proposé dans un cadre bienveillant, qui privilégie l’expérimentation et le partage entre pairs), il s’arque-boute sur notre vieux modèle centralisateur et caporaliste. Il veut ne voir qu’une seule tête. Son idéal, c’est marche… ou crève. L’auteur incarne les travers du système éducatif suranné qu’il appelle de ses vœux. Ou comment un réel talent d’écriture, un sens époustouflant de la formule, peuvent être mis au service d'une idéologie réactionnaire, un élitisme républicain étriqué et une seule forme d’excellence, celle de l'auteur.

http://tempsreel.nouvelobs.com/educatio … avers.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

42

Re: Le fil des articles tout pourris

Coup de colère comique d'un BHLolâtre qui s'insurge du lynchage (lol lol lol) infligé à son idole et qui jure ses grands dieux que la pièce, enfin l'espèce de chose qui passait au théâtre de l’Atelier, ne s'arrête pas plus tôt que prévu mais bien le 16 novembre. Ce qui ne fait que confirmer que la pièce s'arrête plus tôt que prévu.
C'est dans le Huffington Post bien sûr, journal d'Anne Sinclair, grande amie de BHL.

Le Huffington Post a écrit:

La Cabale anti-BHL, ça va comme ça! Hôtel Europe continue!

Mercredi 15 octobre, le site Arrêt sur images, ainsi que les Inrockuptibles publiaient un article annonçant "l'arrêt brutal" de la pièce de Bernard-Henri Lévy, Hotel Europe, au théâtre de l'Atelier, au prétexte d'un manque de réservations. L'information a fait le tour du Web, jusqu'à ce que certains journaux et même le théâtre de l'Atelier apportent un démenti. La pièce se jouera jusqu'au 16 novembre 2014, et ne s'arrête pas brutalement mais en concertation avec toutes les parties impliquées.

C'est toujours la même histoire. Elle dure, lamentable, répétitive, imbécile, pauvre, depuis près de quarante ans. Ils ne se sont jamais fatigués. Remettent le couvert à chaque intervention sur la scène publique, à chaque apparition dans les médias, à chaque livre, à chaque pas, ou presque, de Bernard-Henri Lévy, l'homme qu'ils adorent haïr.

A force, BHL devrait être mort et enterré depuis longtemps.

Pas de chance, il tient bon. Il bataille, avec succès ou pas, sur tous les fronts de la politique, des droits de l'homme, des guerres immondes, des oubliés et des idées. Se fout des saloperies jetées sous ses pas. Mobilise, en faveur des causes justes de l'heure, un paquet d'honnêtes gens (« Ah, les naïfs ! »). Admoneste les puissants, les monstres froids, pourfend les défaitistes.

Et il continue de plus belle. Et cela les rend, chaque fois, un peu plus dingues, un peu plus haineux. De quel droit, ce mec se permet-il encore et encore de bouger, de parler haut et fort ? Faites-le taire, nom de Dieu ! Et quand il fait retraite, ou qu'il s'isole pour étudier, écrire ou, tout simplement, vivre, c'est l'inverse : n'en n'a rien à foutre, tour d'ivoire, salaud, s'en lave les mains.
Ils ont tout essayé, tout bavé. La chemise blanche, le look, l'argent, les femmes, l'influence, l'interventionnisme, la déliquescence de la Libye d'après Kadhafi, court-circuite les ministres des Affaires étrangères, manipule les medias. Esbroufe, ego malade, philo à deux balles, agité du bocal, résidu de 68. A gauche pour la droite ; à droite pour la gauche ; meilleur aliment pour Marine le Pen. J'en passe et des meilleures.

Là, ils viennent de ressortir l'artillerie lourde, ont enflammé le Net et ses multiples poubelles. Sa pièce, Hôtel Europe, à l'Atelier ? Un bide. S'arrête le 16 novembre. Ont prétendu avoir appelé le théâtre (qui n'a jamais été appelé). Mais peu importe. On vous dit que la salle est vide, meilleure façon de vous dissuader d'y aller et donc de la vider. La technique est vieille comme le monde, la ficelle usée jusqu'à la corde. Mais à la guerre comme à la guerre ! Et, contre Lévy, ils sont en guerre.

Manque de pot, le public fait chaque soir, absolument chaque soir, une ovation debout à Jacques Weber, seul en scène pendant deux heures. Ah, les cons ! Puisqu'on vous dit que c'est nul, deux heures à se faire chier, un exercice d'égomanie, une daube !

Manque de pot, contrairement à ce qu'ils ont écrit, puis repris sans vérifier, elle est encore à l'affiche un mois, un long mois. Loin de « s'arrêter brutalement », d'être « stoppée », ou « déprogrammée », elle va tranquillement confirmer son succès, distiller ses belles thèses, dire sa colère contre la France moisie et l'Europe gâteuse, faire rire et pleurer des spectateurs toujours aussi nombreux.

Manque de pot encore, nombre de ceux qui ont vu Hôtel Europe se mobilisent pour sa défense, pour défendre le message et l'appel à la résistance que la pièce délivre, dans ces heures noires pour l'Europe et ailleurs.

L'Europe, dont ils sont, eux, les enfants perdus, confits en ressentiment, masochistes.
Qu'ils aboient, si ça peut leur faire du bien.

Peine perdue. La caravane passe.

http://www.huffingtonpost.fr/gilles-her … fr-culture

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

43

Re: Le fil des articles tout pourris

Le couple est une norme sociale construite stigmatisante, donc réactionnaire, donc d'extrême-droite. Il rappelle dans ce cas les heures les plus sombres de notre histoire et le retour des années 30. Il est donc nazi.
Notre ministre bien-aimée Sainte Najat a alors proposé, pour lutter contre les stéréotypes dès le plus jeune âge, d'inclure dans les programmes scolaires de la maternelle au bac la déconstruction du couple, facteur d'inégalité et de souffrance, par l'enseignement du domino. En effet, le domino, par ses multiples combinaisons possibles, promeut la diversité : les solitaires peuvent s'associer aux trouples, qui s'associent aux quadrouples, quintouples, sextouples etc. et ce, dans un tête à queue, dit encore 69, position égalitaire par excellence.
Lors de l’examen du projet de loi au Parlement, le sénateur (pardon, sénatrice) Esther Benbassa s'est insurgée contre ce retour en arrière, synonyme de stigmatisation, donc de réaction, donc d'extrême-droite, donc des heures les plus sombres, donc des années 30, donc de nazisme, et a déposé un amendement visant à remplacer l'enseignement prévu du domino par des selfies (de trouples, quadrouples, quintouples etc.) ; les célibataires, quant à eux, pourront se prendre en selfie en tenant une photo de couple, barrée d'une croix rouge et portant l'indication Not in my name.
L'amendement a été adopté en deuxième lecture à l'unanimité.
Bruno Julliard a profité de cette occasion pour rédiger un tweet dans lequel il salue "une très belle victoire pour la République et la Démocratie : un pas de plus pour les forces progressistes contre les idées rétrogrades, nauséabondes et étriquées."
Un apéritif festif géant a ensuite été organisé sur le parvis de l'Hôtel de ville ; le mot d'ordre était de venir nu.
Nous avons pu y voir Anne Hidalgo posant avec Omar Sy et Benjamin Biolay au milieu d'un déluge de couleurs gaies et chatoyantes. 
In your ass, le Front National et la Manif pour tous !

Le Monde a écrit:

Le couple, cette norme qui culpabilise les célibataires

« Si à 30 ans, tu n’es pas en couple, tu as raté ta vie. » Entretien avec la psychopraticienne Géraldyne Prévot-Gigant.

La France compte au moins 18 millions de célibataires, la proportion étant de 35,8 % chez les femmes et de 42,7 % chez les hommes (Etat matrimonial légal, Insee 2013). Une grande majorité se disent agacés par les remarques de leur entourage sur leur statut amoureux (TNS Sofres pour Meetic.fr, 2014) : le couple reste majoritairement le modèle à atteindre, reléguant le célibat à l’atypie.

A l’occasion du 25 novembre, journée dédiée aux « Catherinettes » qui, comme le veut une tradition un brin désuète, désignent les jeunes femmes de 25 ans non mariées, la psychopraticienne Géralydine Prévot-Gigant, spécialisée dans l’accompagnement des femmes et auteure notamment de 50 exercices pour sortir du célibat (éd. Eyrolles), estime qu’« il faut avant tout faire confiance à la vie ».

Le célibat est-il un statut subi ou choisi ?

G. P.-G. : Comme pour beaucoup de choses dans la vie, le célibat peut rimer avec solitude ou avec liberté. Tout dépendra de l’état d’esprit de chacun, de son éducation et de son caractère. Si le célibataire est sensible aux regards des autres, il vivra très mal son célibat. S’il s’agit au contraire d’un célibataire au caractère plus trempé, il vivra sereinement sa situation.

Si le célibataire sort d’un divorce houleux ou s’il n’a pas fait le deuil de la relation, sa situation lui sera extrêmement difficile, le renvoyant sans cesse à l’échec de sa vie sentimentale. Pour les uns, le célibat sera vécu comme une fatalité ; pour d’autres, il sera vécu comme une opportunité de se retrouver, de faire le point et de rencontrer de nouvelles personnes. Finalement, le célibat est teinté de nos croyances sur nous-même et sur la vie.

Peut-on parler de date limite à partir de laquelle le célibat fait tache ?

G. P.-G. : Ce sont malheureusement les normes sociales qui rendent difficiles le vécu du célibat. L’entourage amical, la famille, l’environnement professionnel renvoient (souvent) au célibataire une image dévalorisée : si on est célibataire, et surtout une femme, à trente ans et plus, c’est que nous avons un problème. Pour beaucoup, le célibat à la trentaine est une anomalie : tout le monde, passé trente ans, devrait avoir un conjoint ; et, entre trente et quarante ans, avoir au moins un enfant !

Certaines de mes patientes me disent carrément : « Je suis célibataire sans enfant, j’ai dépassé trente ans, donc j’ai raté ma vie. » Cette norme culpabilise énormément les célibataires et les empêche de se poser les bonnes questions telles que « qu’est-ce que je veux vraiment ? », « est-ce que je m’autorise à ne pas faire comme tout le monde ? » et « où se trouve le bonheur pour moi ? ». La norme n’indique pas où se trouve le bonheur mais rassure le collectif.

Si tant est que le « soliste » le souhaite, comment sortir du célibat ?

G. P.-G. : Sortir de cette condition repose sur deux piliers essentiels. Le premier impose de guérir des blessures du passé : mettre à jour les schémas répétitifs, prendre conscience de l’image parentale, découvrir les éventuelles légendes familiales. Le deuxième pilier implique d’apprendre à s’aimer, non pas d’un amour égoïste et égocentrique, mais de se réconcilier avec soi-même.

Cela passe par plusieurs étapes comme celle de porter un autre regard sur soi, d’abolir les auto-jugements, de mettre à distance les comportements auto-destructeurs et de mettre en place des actions bienfaisantes. Une fois apprivoisés, les moments de solitude seront sources de bien-être. Le célibataire gagnera à assumer, et même aimer, sa condition et à en faire une opportunité. Jusqu’à ce que l’amour se présente à sa porte…

http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2 … 97916.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Bordel mais qu'est-ce que tu es parano. Regarde-toi, FDL. Personne ne parle de réactionnaires, d'extrême-droite, ou de nazisme. Personne ne dit même que le couple est "stigmatisant", personne ne parle d'autres normes pour le trouple ou d'autres formes de groupe de personnes, calme-toi trente secondes plutôt que de dire absolument n'importe quoi. As-tu seulement lu l'article ?

Oui la pression sociale pour se mettre en couple est quelque chose qui existe. Et elle est problématique parce qu'elle est responsable de souffrances psychologiques pour les célibataires. D'ailleurs c'est la même chose pour la pression sociale à faire des gamins. Tout ça c'est extrêmement pénible et c'est bien que ce soit dénoncé.

Arrêtez de faire chier les gens pour qu'ils se mettent en couple et qu'ils fassent des mômes. Ce n'est pas cool et ça fait souffrir les gens qui se reçoivent ces messages en permanence. C'est ça le seul message de l'article.

Last edited by Broz (26-11-2014 08:56:19)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

45

Re: Le fil des articles tout pourris

Ce sont malheureusement les normes sociales qui rendent difficiles le vécu du célibat.

Le couple étant une norme, le couple rend difficile le célibat. Donc il le stigmatise, pour reprendre le vocabulaire du parfait progressiste, dont j'aime tant me moquer. Nous sommes dans une société de recherche de la victimisation à tout prix par rapport à une pratique dominante, vue automatiquement comme oppressante, castratrice, violente. Ce qui est dominant a forcément la volonté de réprimer la minorité. Cela va de pair avec les sempiternelles réclamations, les appels à toujours plus de droits et le premier d'entre tous : le droit au bonheur.
C'est toujours la même logique individualiste. Soit dit en passant, une société sans normes sociales, cela n'existe tout simplement pas.
Le couple entrave le bonheur de l'individu, il faut donc casser cette norme pour ne plus qu'elle impose ses diktats aux modes de vie différents, sinon marginaux.
Pour terminer, il y a deux types de célibataires : les célibataires par contrainte et les célibataires par choix (il faudrait voir quelles sont les proportions des uns et des autres). Les premiers le sont pour tout un tas de raisons mais je suis prêt à parier qu'ils ne souffrent pas d'abord de la pression que les autres couples mettent sur eux mais avant tout du fait que leur propre aspiration à être en couple n'est pas satisfaite, ce qui est différent.
Les célibataires par choix n'ont aucune raison de se soucier des pressions des couples puisqu'ils ont fait le choix de vivre seuls. S'ils en souffrent, ils ont toujours la possibilité de faire un choix qui leur conviendrait davantage.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

Tu fais un saut logique absurde qui colore l'intégralité de ton analyse. Ton problème, c'est que tu as tellement envie de lire des analyses déconstructionnistes pour t'en moquer que tu en trouves partout, même quand il n'y en a pas.

Le couple étant une norme, le couple rend difficile le célibat. Donc il le stigmatise

Non, ce n'est pas du tout cela. Le couple étant la seule norme légitime, le célibat est considéré comme une déviance. Voilà le seul propos.

Ce n'est pas la norme du couple qui est en cause ici, c'est le manque de légitimité du célibat. Il est là, ton saut logique absurde : tu conclus que la seule possibilité proposée par "les progressistes", c'est de détruire la norme du couple. Et du coup tu es incapable d'intégrer ce que dit l'article, qui n'est pas du tout cela.
L'article ne propose pas, ne suggère même pas, de détruire la norme du couple. Il propose simplement de faire du célibat une norme tout aussi légitime aux yeux des Français. Ce n'est pas un jeu à somme nulle, où la légitimation d'une nouvelle norme retirerait de la légitimité à une norme déjà établie : la légitimation du mariage pour les couples de même sexe n'a rien enlevé à la légitimité du mariage pour les couples de sexe différent.

D'où :

Le couple entrave le bonheur de l'individu

Ce n'est pas "le couple" qui entrave quoi que ce soit, c'est l'insistance de tout le monde autour du célibataire que le couple (avec des enfants) est la seule situation souhaitable et normale. De la grande-tante aux repas de famille qui te fait remarquer que tu es tout seul et quand c'est que tu te trouves une femme, aux parents qui te demandent si (ou t'affirment que) après ton frère ou ta soeur ça va être bientôt ton tour, aux potes à l'université qui te charrient parce que tu ne chopes pas, aux amis compatissants qui, alors que la fille se tient le ventre après t'avoir annoncé la "merveilleuse nouvelle", te demandent "alors vous c'est pour quand ?". Je ne sais pas si tu es tout à fait conscient du caractère incessant de ces pressions plus ou moins agressives d'ailleurs.

Pour terminer, il y a deux types de célibataires : les célibataires par contrainte et les célibataires par choix (il faudrait voir quelles sont les proportions des uns et des autres). Les premiers le sont pour tout un tas de raisons mais je suis prêt à parier qu'ils ne souffrent pas d'abord de la pression que les autres couples mettent sur eux mais avant tout du fait que leur propre aspiration à être en couple n'est pas satisfaite, ce qui est différent.

Mais si cette aspiration amène un tel malheur, ce n'est justement que l'illustration que la norme du célibat est tellement sociétalement illégitime qu'elle fait souffrir. Et c'est renforcé par les pressions à se mettre en couple, qui renforcent cette perception de l'illégitimité d'être célibataire.

Les célibataires par choix n'ont aucune raison de se soucier des pressions des couples puisqu'ils ont fait le choix de vivre seuls. S'ils en souffrent, ils ont toujours la possibilité de faire un choix qui leur conviendrait davantage.

Non, c'est vraiment méga-chiant. C'est méga-chiant d'avoir à te justifier en permanence de ne pas avoir les mêmes projets de vie ou envies. D'avoir à subir, régulièrement, les intrusions dans ta vie privée de personnes qui apparemment savent mieux que toi ce dont tu as envie ("non mais tu vas voir, ça va venir"). D'être confronté constamment au jugement de personnes à qui, par politesse, tu ne vas pas forcément pouvoir répondre "non mais de quoi je me mêle, va te faire foutre".

Last edited by Broz (26-11-2014 08:55:28)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

47

Re: Le fil des articles tout pourris

Broz a écrit:

Ce n'est pas la norme du couple qui est en cause ici, c'est le manque de légitimité du célibat. Il est là, ton saut logique absurde : tu conclus que la seule possibilité proposée par "les progressistes", c'est de détruire la norme du couple. Et du coup tu es incapable d'intégrer ce que dit l'article, qui n'est pas du tout cela.
L'article ne propose pas, ne suggère même pas, de détruire la norme du couple. Il propose simplement de faire du célibat une norme tout aussi légitime aux yeux des Français. Ce n'est pas un jeu à somme nulle, où la légitimation d'une nouvelle norme retirerait de la légitimité à une norme déjà établie : la légitimation du mariage pour les couples de même sexe n'a rien enlevé à la légitimité du mariage pour les couples de sexe différent.

C'est ta lecture, qui est tout à fait respectable soit dit en passant. Mais j'en ai une autre : tu vois le verre à moitié plein, moi je le vois à moitié vide.
Quand je lis ça :

Cette norme culpabilise énormément les célibataires

La logique que j'y vois, c'est : la norme dominante culpabilise la minorité; pour contrer cela, déconstruisons la norme dominante.
Cela peut passer par plusieurs moyens. Tu en as relevé un : faire du célibat une norme égale à la norme du couple. Donc on met cela sur le même plan, on relativise, on aplanit. Si tout devient norme, il n'y a plus de normes. Par exemple, se vêtir pour sortir dans la rue (ou tout autre espace public) est une norme sociale. Or, il existe des minorités exhibitionnistes (c'est leur droit, ils font ce qu'ils veulent). Ces minorités exhibitionnistes pourraient se sentir "culpabilisées" par la norme dominante des gens habillés. Pourquoi, du coup, ne pas ériger l'exhibitionnisme en norme sociale sur le même plan que la norme dominante ?
Il y aurait plein d'autres exemples comme cela. Je ne parle pas du mariage car c'est, pour moi, un sujet assez différent.
Au passage, les "déviances" sont nécessaires, car c'est aussi la déviance qui fait la norme. Sans déviance, la norme n'a plus de raison d'être. Donc, je réponds en passant à ce que tu dis plus loin, pourquoi dire que le couple est une norme illégitime ? Je pense que le couple est une norme légitime, tout comme les "déviances" (je mets les guillemets délibérément) sont légitimes.
Je suis finalement peut-être plus progressiste, ou optimiste, que toi : tu déplores la pression que "tout le monde" (ce que je tendrais à nuancer) impose aux célibataires. Je considère que cette pression, quand elle existe, s'estompera avec l’évolution des mentalités. Donc, nul besoin de tout ériger en norme ; en revanche, je pense que le couple restera dominant car, avant d'être une norme sociale, c'est aussi une norme, je ne sais pas comment dire, naturelle. Et est-ce mal qu'il y ait une norme dominante ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Le fil des articles tout pourris

FDL a écrit:

La logique que j'y vois, c'est : la norme dominante culpabilise la minorité; pour contrer cela, déconstruisons la norme dominante.

Non, encore une fois, non, l'article ne dit cela nulle part ! C'est une interprétation que tu bases sur une envie de te moquer du déconstructionnisme !

Si tout devient norme, il n'y a plus de normes.

Non, ce n'est pas vrai. Si tout devient norme, alors il n'y a plus de déviances, donc plus de jugement. Mais là on ne propose pas que tout devienne norme, on propose qu'une situation qui concerne près de 40% de la population (je ne sais pas ce que vaut ce chiffre, "état matrimonial légal" me semble un bien faible élément de statistique, mais passons) ne soit pas considérée comme une déviance. Je ne suis même pas sûr que l'article demande que ce soit une norme, le célibat, mais que ce soit socialement acceptable, un choix ou une situation respectée et pas considéré comme une tare ou un état par essence temporaire dont chacun a vocation de s'extraire à terme.

Par exemple, se vêtir pour sortir dans la rue (ou tout autre espace public) est une norme sociale. Or, il existe des minorités exhibitionnistes (c'est leur droit, ils font ce qu'ils veulent). Ces minorités exhibitionnistes pourraient se sentir "culpabilisées" par la norme dominante des gens habillés. Pourquoi, du coup, ne pas ériger l'exhibitionnisme en norme sociale sur le même plan que la norme dominante ?
Il y aurait plein d'autres exemples comme cela. Je ne parle pas du mariage car c'est, pour moi, un sujet assez différent.

Au contraire. Ton exemple est fort mal trouvé, et celui du mariage pourrait se rapprocher davantage du sujet qui nous occupe. D'abord l'exhibitionnisme se pratique largement dans des espaces privés, et rarement en permanence. La minorité qui voudrait en jouir librement représente epsilon. Il me semble personnellement que dans une société idéale, quiconque voudrait se promener nu devrait pouvoir le faire, mais dans le contexte actuel cela pose le problème de la sexualisation de la nudité et c'est problématique. Et on est en hiver.
(Auquel cas ce ne serait pas l'exhibitionnisme qui serait une norme légitime, mais la nudité)

Au passage, les "déviances" sont nécessaires, car c'est aussi la déviance qui fait la norme. Sans déviance, la norme n'a plus de raison d'être. Donc, je réponds en passant à ce que tu dis plus loin, pourquoi dire que le couple est une norme illégitime ? Je pense que le couple est une norme légitime, tout comme les "déviances" (je mets les guillemets délibérément) sont légitimes.

Mais je ne dis pas que le couple est une norme illégitime, je dis que le célibat est aujourd'hui socialement illégitime. Je dis qu'il est légitime d'être en couple, et qu'il est légitime d'être célibataire, et que littéralement tout le monde devrait penser cela et respecter le choix des autres.

Je suis finalement peut-être plus progressiste, ou optimiste, que toi : tu déplores la pression que "tout le monde" (ce que je tendrais à nuancer) impose aux célibataires. Je considère que cette pression, quand elle existe, s'estompera avec l’évolution des mentalités. Donc, nul besoin de tout ériger en norme ; en revanche, je pense que le couple restera dominant car, avant d'être une norme sociale, c'est aussi une norme, je ne sais pas comment dire, naturelle. Et est-ce mal qu'il y ait une norme dominante ?

Mais l'évolution des mentalités ne peut se faire qu'avec des articles comme celui-ci, et des répliques comme "tu me fais chier mamie, et respecte mon choix d'être célibataire sans commentaires, est-ce que je te demande si tu t'es occupée de ta prévoyance obsèques ?". L'évolution des mentalités ne peut pas simplement s'attendre, elle doit être provoquée.
Il ne s'agit pas de remettre en cause le couple comme modèle dominant (attention, je ne parle pas de norme), ça je m'en fous. Que 50 % ou 90 % de la population soit en couple, ça ne m'intéresse pas. Ce que je veux, c'est que quel que soit le nombre des célibataires, ils soient respectés comme tels, et pas emmerdés comme moitiés déficientes de couple.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Le fil des articles tout pourris

Broz tu vois vraiment de l'oppression sociale partout. Ca doit être terrible de se sentir évoluer dans une société si opprimée.

Franchement, j'ai de gros doutes sur le caractère scientifique de tout ça. Entre le sondage TNS-Meetic et les propos de la "psychopraticienne" Géralydine Prévot-Gigant, auteure notamment de 50 exercices pour sortir du célibat... (Qui c'est qui fout la pression, là ?)

D'ailleurs l'entretien est totalement contradictoire. Au début, tout dépend des dispositions personnelles de chacun. Mais ensuite, sans qu'on sache pourquoi, on t'assène que "Ce sont malheureusement les normes sociales qui rendent difficiles le vécu du célibat". Conclusion : il faut apprendre à être un célibataire heureux... mais en attendant que l'amour se présente ! C'est franchement du gloubi-boulga.

Le blues des célibataires ne vient-il pas surtout de leur célibat ? On peut adopter toutes les méthodes Coué collectives du monde, ça fera toujours chier le célibataire de se coucher seul le soir si ça correspond à ses dispositions personnelles.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

Re: Le fil des articles tout pourris

?? je n'ai jamais parlé d'oppression ici de quoi parles-tu ?

si le célibat occasionne de la déprime ce n'est pas parce que c'est une disposition naturelle, c'est une construction sociale, yo

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016