51

Re: Election présidentielle de 2017

Haha !

http://img11.hostingpics.net/pics/845635micron.png

Last edited by FDL (07-02-2017 12:19:36)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

FDL a écrit:
Barney a écrit:

Vous me direz : mais si le "système" veut Macron, si les médias sont macronisés, pourquoi donc remettre Fillon en selle, comme l'exprime le commentaire unanime des éditocrates ci-dessus et des autres, après les "excuses" fillonesques ?

Eh bien parce qu'ils voient que les "affaires" révélées ne sont pas suffisantes pour destituer Fillon. Et les médias étant déjà honnis (à juste titre) des Français, nul besoin de rajouter de l'huile sur le feu.

Encore une fois, il n'y a pas de seuil d'affaires suffisantes ou non pour "destituer" Fillon. Seule compte la conviction que LR a, ou non, de pouvoir faire mieux sans lui. La seule raison pour laquelle Fillon est encore candidat c'est parce qu'il n'y avait pas de plan B mieux placé que lui.

Par ailleurs, les médias sont tellement honnis des français que ces derniers rejettent la défense de Fillon et que Fillon a dû s'excuser. Je suis à peu près certain que les français trouvent normal que les médias aient sorti cette affaire et en aient parlé. Ca ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'excès, mais on ne va pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Il est sain que les médias aient sorti cette histoire, tout comme il est sain qu'ils en sortent sur les autres candidats s'ils reçoivent des informations à ce titre. Contrairement à la défense de Fillon, les faits qui lui sont reprochés ne sont pas anodins ni anecdotiques.

Eh bien oui, c'est une contradiction. Pas la pire, mais une de plus. L'hydre veut Macron. L'hydre veut Fillon. L'hydre veut Le Pen. Elle veut tout à la fois. Et par-dessus tout, elle veut aussi du suspense. Et le spectacle confus qui nous est offert est la résultante de tout cela.

Oui, ça, c'est vrai. C'est du show. Mais ça ne date pas d'hier non plus. Il découvre l'eau chaude, là.

Ca ne date pas d'hier, on le sait tous, mais c'est bon de le rappeler. On lit à peu près tout le temps que les médias servent tel ou tel intérêt lorsqu'ils parlent de l'affaire Fillon, mais on oublie généralement de préciser que la principale raison, c'est que ça fait vendre; et tant que ça fera vendre, il y a de fortes chances pour qu'on continue de parler de l'affaire Fillon. Trump a financé sa campagne comme ça, idem pour le FN, Méluche comprend très bien ce système aussi.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Election présidentielle de 2017

Hmmm... "autisme" me paraît approprié pour qualifier l'attitude de la partie de la droite qui s'accroche à Fillon, comme pour FDL sur ce sujet.

Tu nous a habitué à plus d'esprit critique (euphémisme...), FDL, quand c'est pas pour ton champion, hein  lol

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Election présidentielle de 2017

Hillarant :

http://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-ya … oncer.html

[video (unkown provider)]

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Election présidentielle de 2017

Greg parle d'autisme. Alors petit rappel avec pour exemple la déchéance de nationalité :

Greg le 23 mars 2016 a écrit:

Manifestement punir te fait peur. C'est bien ton droit. Et moi c'est mon droit de souhaiter que l'on soit implacable avec ces types. Et la déchéance de la nationalité, c'est un moyen de l'être. Et c'est aussi mon droit de penser que récuser cette mesure, c'est d'une certaine manière réduire les moyens de dissuasion à la participation à un projet ou une action terroriste, et c'est aussi, d'une certaine manière, préserver les terroristes.

Greg le 23 mars 2016 a écrit:

Car une déchéance de nationalité ce n'est pas que symbolique. C'est la déchéance de tous ses droits. Ce sont des complications de vie interminables et dûres à supporter. Cela permet de s'assurer que ces terroristes ne pourront JAMAIS reprendre une vie normale, comme il ont empéché à des innocents de vivre leur vie normalement.

Greg le 30 mars 2016 a écrit:

Note pour l'avenir : ne jamais s'engager pour faire une loi qui n'est que symbolique, et dont on exprime "le manque d'efficacité" dès le début du process législatif. François Hollande le savait pourtant, lui qui en Conseil des Ministres, insistait pour que l'on ne fasse pas trop de lois, qu'on n'alourdisse pas la législation pour rien.

Venant de quelqu'un assez obtu pour m'accuser moi et Broz de préserver les terroristes, avant d'effectuer un 180° trois jours plus tard parce que le vent politique avait tourné, l'accusation d'autisme est incroyable.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Election présidentielle de 2017

Franchement, ressortir ça, c'est ni juste, ni adapté à ce débat.

Mon 3ème message ne disait pas que j'étais contre la déchéance pour les terroristes. Il disait que c'était une bêtise d'avoir autant investi dedans surtout quand on dit que ce n'est qu'une mesure symbolique et qu'en prime elle existe déjà (mais pas au niveau constitutionnel). J'avais d'ailleurs à l'époque rédigé un long message après pour l'expliquer.

Pour le reste, tu ne peux pas comparer un débat sur une "opinion relative à une mesure" et un débat sur le comportement de Fillon face aux faits qui lui sont opposés et qui sont si flagrants que ne pas en tenir compte et s'abriter derrière une "légalité" présumée (et qui reste à démontrer par la procédure ouverte) d'une pratique parfaitement inadmissible dès lors qu'il apparaîtrait que Mme Fillon n'a pas travaillé, oui, ça me paraît un peu autistique.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Election présidentielle de 2017

Greg a écrit:

Franchement, ressortir ça, c'est ni juste, ni adapté à ce débat.

Ca s'appelle juste balayer devant sa porte. Je suis rarement d'accord avec FDL mais il a le mérite de la cohérence et on ne peut pas en dire autant de tout le monde. Et sur le point autisme, le fait que tu ne voies pas exactement où ce situe ton retournement de veste en dit assez long il me semble.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Election présidentielle de 2017

J'ajouterais que tu es comme la plupart des politiques Greg : tu navigues à vue, uniquement dans le court terme. Ce qui fait que tu essayes de retomber tant bien que mal sur tes pieds quand le vent tourne en cherchant par tous les moyens à te persuader ainsi que les autres que tu n'as pas changé d'avis entre temps.
Mais persuader n'est pas convaincre.

Le problème c'est que les gens comme toi ne voient pas à quel point leur comportement et les contradictions qui en découlent sont criants et que personne n'est dupe.

Last edited by Arken (07-02-2017 18:56:37)

59

Re: Election présidentielle de 2017

Slate a écrit:

François Fillon est en bien meilleure position que ne le suggèrent les sondages

L'ancien Premier ministre, qui a failli disparaître de la compétition pour cause de scandale, reste le candidat le mieux placé pour se qualifier au second tour avec Marine Le Pen. L'enviable position d'Emmanuel Macron dans les sondages est, elle, très fragile.

Les intentions de vote commencent à être parlantes, mais ce n'est pas une raison pour leur faire dire n'importe quoi. En ce début février, l'offre électorale de la présidentielle est enfin connue, à l'exception de l'incertitude mineure qui pèse sur la candidature de François Bayrou. Selon toute probabilité, l'opiniâtre président du Modem, d'une confiance insubmersible en son étoile, devrait s'engager dans la course élyséenne pour la quatrième fois.

L'électorat en attente

Pour autant, les sondages d'aujourd'hui ne mesurent que l'état des forces à l'aube d'une compétition qui promet bien des rebondissements. A trois mois du premier tour, la perplexité de l'électorat est manifeste. Le baromètre «en temps réel» de l'Ifop évalue à 38% le taux d'abstention dans sa dernière enquête (questionnaire soumis du 3 au 7 février), ce qui serait énorme pour le scrutin phare de la vie politique française. Seulement 20,5% des électeurs inscrits s'étaient abstenus le 22 avril 2012.

Tout se passe comme si les Français, aspirant à de profonds changements et heurtés par les comportements répréhensibles de leurs représentants, demeuraient en position d'attente. Seulement 57% des personnes interrogées se déclarent «sûres de leur choix» dans l'enquête Ifop publiée le 6 février. Une retenue qui varie énormément selon les candidats, ce qui en dit long sur la fragilité de certains d'entre eux.

La solidité de Marine Le Pen

A ce jeu de la sûreté du choix, la candidate du Front national est, de loin, la gagnante. Pas moins de 82% des sondés qui ont l'intention de la soutenir se disent, dès maintenant, certaines de leur vote. Ce pourcentage élevé se maintient au fil des enquêtes quotidiennes réalisées par l'Ifop.

La première place occupée par Marine Le Pen dans les enquêtes d'intentions de vote apparaît ainsi plutôt solide. Elle arrive nettement en tête avec 26% selon la dernière étude de l'Ifop, 25% pour OpinionWay (enquête du 4 au 6 février) et BVA (enquête des 1 et 2 février) , pour s'en tenir à trois instituts qui ont sondé avec l'offre probable actuelle.

La candidate du FN a, en outre, l'avantage d'être soutenue par une large fraction de l'électorat populaire –plus d'un tiers des ouvriers et employés– alors même que ces catégories sont les moins mobilisées au stade actuel de la campagne. Si l'on ajoute que la période –avec la crise migratoire et la menace terroriste– demeure favorable aux thèses de l'extrême droite, la probabilité est bien mince que Le Pen ne se qualifie pas pour le second tour de la présidentielle.

Le socle de Fillon

Cette donnée préélectorale constitue le principal atout de la stratégie de François Fillon. Le candidat de la droite, adoubé par plus de quatre millions d'électeurs de son camp mais affaibli par le scandale de ses emplois familiaux, a bien compris que l'essentiel, pour lui, était de conserver son socle électoral.

Les affaires qui marquent son début de campagne laisseront certainement des traces dans une opinion qui supporte de moins en moins les privilèges de la classe politique. Cette image détériorée l'empêchera probablement d'élargir sa base électorale, et notamment de reconquérir une partie des votants tentés par le FN.

Mais le candidat de la droite, en faisant preuve de résilience dans l'adversité, semble capable de conserver une surface électorale suffisante pour le hisser au tour décisif. Fillon a rapidement dévissé en pleine tourmente, passant en trois jours seulement, de 21% à 18,5% des intentions de vote, selon l'Ifop, mais ce socle électoral s'est ensuite stabilisé. OpinionWay évalue le candidat des Républicains à 20% de suffrages potentiels ces deux derniers jours. Le même chiffre était annoncé dans la dernière enquête BVA réalisée antérieurement.

La fragilité de Macron

Emmanuel Macron arrive en seconde position, derrière Marine Le Pen mais devant François Fillon dans toutes les dernières enquêtes précitées (21% pour l'Ifop comme pour BVA et 23% chez OpinionWay). On remarque ici que les sondeurs sont un peu moins d'accord entre eux. Les redressements et autres filtres qui leur permettent de passer des résultats bruts aux chiffres publiés ont plus d'incidence sur les candidats aux intentions de vote les plus fragiles.

Or c'est précisément le cas de Macron. Seulement 47% de ses électeurs sont aujourd'hui sûrs de leur choix d'après l'Ifop. Ceux qui se portent sur son nom sont les plus nombreux à avouer qu'ils appuient «le moins pire de tous», nous apprend la même enquête BVA. La ferveur suscitée dans certains milieux autour de l'ancien ministre de l'Economie tient à son indéniable charisme, mais cette séduction n'a pas encore produit un alliage électoral certain de résister au feu de la campagne.

L'épreuve de vérité de l'annonce de son programme s'annonce périlleux pour un candidat qui a, pour l'heure, les faveurs de l'électorat centriste, d'une grosse part de l'électorat socialiste mais aussi d'une fraction moindre de l'électorat de droite. L'inévitable clarification idéologique lui fera forcément perdre des soutiens ici ou là.

C'est d'ailleurs un des grands classiques d'une campagne présidentielle: le candidat le plus situé au centre de l'échiquier perd beaucoup de plumes sous la mitraille après avoir fait figure de favori dans les sondages. Raymond Barre et Edouard Balladur ont connu ces mésaventures. Parti de moins haut, Bayrou avait également vu son potentiel électoral réduit de 12% début février à 9% le jour du premier tour de 2012.

On rétorquera, à raison, que le phénomène Macron n'est sans doute pas réductible à ces précédents. La configuration des candidatures de 2017 semble exceptionnellement favorable à l'émergence d'une force centriste.

Le candidat LR restera handicapé à la fois par les «affaires» et par la brutalité de son programme libéral. Le candidat PS, de son côté, peut se révéler incapable d'unifier la famille socialiste et de convaincre sur son projet post-matérialiste. Deux mauvais candidats de droite et de gauche peuvent faire le bonheur d'un candidat du centre.

Le plus probable reste cependant que l'effet conjugué des attaques croisées qui vont s'abattre sur lui et de la clarification de son projet fasse perdre à Macron son avantage actuel sur Fillon. La concurrence de Bayrou pèsera en ce sens et devrait lui faire perdre de précieux points.
Compétition ouverte Hamon-Mélenchon

A gauche, les jeux apparaissent très ouverts en ce début de campagne. Sa victoire à la primaire socialiste a dopé, selon un processus habituel, la candidature de Benoît Hamon. Mais l'effet n'est pas forcément durable.

En cinq de sondages quotidiens Ifop, le candidat socialiste est retombé de 18% à 14,5% des intentions de vote. Il est stable à 14% selon les deux premières mesures du baromètre OpinionWay. Et BVA l'évaluait à 16% au tout début février.

Hamon est encore loin d'avoir cristallisé son électorat. C'est parmi ses soutiens d'aujourd'hui qu'on trouve le plus grand nombre de sondés prêts à «changer d'avis». Seulement 40% d'entre eux sont sûrs de leur choix, d'après l'Ifop.

Mélenchon demeure un concurrent très sérieux pour Hamon. Le candidat des «insoumis» est à la hausse dans les dernières enquêtes. OpinionWay le donne à 12% des intentions de vote, soit seulement deux points derrière le candidat socialiste. Ifop l'estime à 10,5% soit quatre points en-dessous de Hamon. Cette équivalence relative et l'indétermination qu'elle implique sur l'issue finale vont aiguiser l'affrontement entre ces deux candidats qui font, pour l'heure, mine d'envisager un rapprochement.

Le tableau d'ensemble est ainsi beaucoup plus favorable à Fillon qu'une lecture hâtive des sondages ne le suggère. Face à une gauche divisée en trois candidature principales, la mobilisation d'un électorat de droite désireux d'alternance suffirait à le mener à un duel final contre Le Pen où Fillon aurait toutes les chances de l'emporter. C'est le camp le plus cohérent qui l'emportera à cette présidentielle.

http://www.slate.fr/story/136751/franco … le-sondage

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

Le titre de cet article de Slate est stupide. On ne peut pas dire sur la base des sondages que François Fillon est en meilleure position que ne le suggèrent les sondages. Il faudrait une fois pour toute apprendre aux journalistes ou à ceux qui prétendent l'être comment lire et expliquer les enquêtes d'opinion, qui sont beaucoup plus complexes et/ou incertaines que ce qui en est dit.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

61

Re: Election présidentielle de 2017

La presse indépendante.

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/16508787_1406816032671214_5497820944222792723_n.jpg?oh=dff2e6b39e534dc1cc78f738c73e0500&oe=590158B8

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

62

Re: Election présidentielle de 2017

J'aime bien celle-là :

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/16507874_10154959315344898_8797788195344801891_n.jpg?oh=f70f9c8c1c7d836488f97707b92ac97f&oe=593692F6

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

63

Re: Election présidentielle de 2017

Très intéressant :

Régis de Castelnau a écrit:

Macron : technique d’un coup d’État

L’arrivée au gouvernement le 26 août 2014, d’Emmanuel Macron, parfait inconnu, et tous les événements qui ont suivi montre qu’il est quand même un parfait veinard. Une furieuse et interminable campagne médiatique en sa faveur, des parrains timides puisqu’il refuse de les nommer, mais généreux qui lui permettent une campagne ruineuse. Les organes de contrôle de la régularité, de l’égalité et de la sincérité la campagne présidentielle brusquement atteints d’une forme grave de la maladie du sommeil. Un Président de la République qui laisse la place en faisant savoir qu’il se verrait bien présider l’UE. Et tous les copains de promo de l’ENA déjà à des postes judicieux, qui lui préparent le terrain. Et la justice pénale qui a adopté au tempo particulièrement bien ajusté qui lui ouvre un boulevard.

Je sais ce que je vais recevoir pour ne pas marcher dans le conte de fées que nous sert le camp du Bien. Ce sera, la nouvelle injure disqualifiante : complotiste ! Critiquer Macron et l’invraisemblable opération qui vise à en faire le futur Président de la République, c’est considérer que l’Histoire n’est qu’un complot judéo-maçonnique-illuminati-reptilien.

Je propose quand même d’essayer de mieux comprendre et pour cela je propose d’adopter la méthode de Lawrence Durrel dans son fameux « quatuor d’Alexandrie », qui avait raconté la même histoire sous quatre points de vue différents.

Commençons par l’affaire Fillon, qui a éclaté avec les informations gênantes du Canard enchaîné, provoquant en pleine campagne présidentielle un lynchage médiatico-judiciaire géant quoique finalement routinier. La primaire de la droite a choisi un candidat sur la solidité duquel les bourgeois de province auraient mieux fait de s’interroger avant. Les reproches qui lui sont faits sont en partie justifiés, sa défense initiale a été calamiteuse, et la justice qui alimente comme d’habitude les gazettes ne ferait que son travail. Et comme en plus François Fillon avait imprudemment et de façon très déplaisante pour ses adversaires, placé sa candidature sous l’égide de la probité de la rectitude, il prend le boomerang en pleine face. Dans un climat politique tendu, il n’y a aucune surprise à voir la clameur se déchaîner. Si la droite républicaine se retrouve aujourd’hui dans la nasse, elle doit s’en prendre à elle-même pour avoir choisi un cheval fragile et lancé l’épreuve présidentielle n’importe comment. Tout ceci est difficilement réfutable. Mais quand même, la droite républicaine ne doit-elle s’en prendre qu’à elle-même ? Voire.

Parce que si l’on raconte l’histoire en changeant de focale pour diriger l’objectif vers Emmanuel Macron apparaît une autre réalité. Finalement très inquiétante.

J’avais été frappé par le sourire radieux de Jean-Pierre Jouyet lorsque sur le perron de l’Élysée il annonça la nomination d’Emmanuel Macron en remplacement d’Arnaud Montebourg. Ce concentré de la haute fonction publique oligarchique était trop content du tour qu’il jouait à la France avec la promotion de son poulain qu’il eut sous ses ordres entre 2005 et 2007 à l’inspection des finances. La fusée était lancée, mise en orbite prévue mai 2017, soit comme premier ministre d’un François Hollande reconduit, voire d’Alain Juppé, soit carrément président. Cet objectif stratégique une fois défini, les différentes mises en œuvre tactiques sont très simples. Nul besoin d’un groupe occulte et secret pour animer le déferlement. Une stratégie marketing onéreuse à base d’argent à l’origine obscure, de promotion médiatique grossière, de ralliements spectaculaires, le soutien tous ceux qui accrochés à leurs privilèges, ont une peur panique du changement, la machine s’alimente toute seule. Mais en plus, il y a l’appui d’une partie de l’appareil d’État et de ceux qui le dirigent. Comme par exemple Madame Ernotte qui semble ne voir aucun inconvénient à ce que le service public radiotélévisé qu’elle dirige ait depuis longtemps abandonné le pluralisme que son statut exige pourtant.  Ou le président du CSA inerte devant le formidable déséquilibre des temps de parole, le Président de la Commission Nationale des Comptes de Campagne qui regarde ailleurs et le Président du Conseil Constitutionnel qui assiste sans broncher à la confiscation de l’élection présidentielle. Il y aurait pourtant l’occasion de quelques remarques à propos du financement particulièrement réglementé de la campagne électorale d’Emmanuel Macron. L’origine des fonds, l’implication des services de l’État dans l’organisation de la campagne , ce mutisme qui commence à ressembler à un parti pris est particulièrement grave. Et constitue un dévoiement de l’appareil d’État qui devrait pourtant afficher une stricte neutralité.

Mais il y a pire, c’est l’instrumentalisation comme cela a été si souvent le cas dans ce quinquennat, de la justice à des fins politiques. Qui peut croire que c’est par hasard, ou grâce à la sagacité de ses « enquêteurs », comme on appelle désormais les journalistes sans que cela ne les gêne, que la presse s’est trouvée alimentée d’informations sur des faits parfois vieux de 20 ans ? Qui peut croire que c’est chose normale que le parquet financier se soit saisi avec cette rapidité, et ait pu mener de façon fulgurante ses premières investigations sans qu’elles aient été préparées à l’avance ? Qui peut penser que ces violations insensées du principe de séparation des pouvoirs d’abord par la descente de la police dans les locaux du Parlement sans que le président Bartolone n’y trouve à redire (!), relèvent de l’improvisation ? Et qui peut imaginer ensuite qu’au parquet financier on ne sache pas le caractère grossièrement inconstitutionnel de sa décision d’ouvrir une enquête préliminaire concernant un parlementaire dans l’exercice de ses fonctions, sans qu’elle ait été précédée d’une enquête du bureau de l’assemblée ? Qui ne peut pas être scandalisé que, comme hélas c’était prévu, les éléments du dossier couverts par un strict secret se retrouvent instantanément entre les mains des « enquêteurs » du Monde, préposés à ce genre de besogne et par ailleurs confidents officiels du Président de la République?

Nous avons même eu droit à un ridicule écran de fumée voulant faire porter la responsabilité du déclenchement du barrage d’artillerie à Rachida Dati.

Eh bien, si l’on y regardait d’un peu plus près ? Jean-Pierre Jouyet secrétaire général de l’Élysée a su s’entourer c’est le moins que l’on puisse dire. Il y a Gaspard Gantzer, camarade de promotion de Macron à l’ENA, à qui ses fonctions permettent d’être comme un poisson dans l’eau dans la presse parisienne. Les avaient rejoints Pierre Heilbronn énarque inspecteur des finances lui aussi, qui a longtemps collaboré avec François Fillon, pour ensuite aller occuper la fonction de directeur général adjoint du cabinet de Michel Sapin. Il est parti en juillet dernier à la direction de la BERD, mais avant son départ, Jean-Pierre Jouyet a recruté sa compagne Ariane Amson, nommée conseillère justice au cabinet élyséen. Cette magistrate n’est pas énarque, mais arrive directement… du parquet financier.

Mais, qu’est-ce que tu vas chercher ? Mais rien voyons, je suis persuadé que tout cela n’a aucun lien avec les ennuis de François Fillon, ce genre de choses n’arrive jamais. De la même façon, le renvoi précipité en correctionnelle de Nicolas Sarkozy à l’aide d’une ordonnance qu’un des deux magistrats co-saisis, et pas n’importe lequel, a refusé de signer, ne saurait en aucun cas être considéré comme une initiative visant à définitivement fermer la voie d’un plan B Sarkozy, et à gêner la droite encore un peu plus. Ce serait fadaise, n’est-ce pas ?

Complotiste ! Tu ne perds rien pour attendre, les décodeurs du Monde et de Libération vont te mettre à l’index, ça ne va pas être long. Parce que, dans cette volonté furieuse de ne rien changer, la presse amie du pouvoir met le paquet. Et lance la chasse à ceux qui pensent mal. Avec toute une série d’initiatives visant à réprimer la liberté d’expression.

Alors, effectivement il y a deux approches de l’affaire Fillon. Tout d’abord considérer que François Fillon n’a que ce qu’il mérite. Et que tout cela relève d’un fonctionnement démocratique.

Il y a aussi une autre lecture, tout aussi recevable mais qui pose un lourd problème démocratique. Le moment choisi, les méthodes utilisées et l’objectif poursuivi par ceux qui manifestement sont à la manœuvre caractérisent un dévoiement des services de l’État visant à confisquer l’élection présidentielle et faciliter l’arrivée d’Emmanuel Macron au deuxième tour de l’élection, pour qu’il puisse l’emporter grâce au réflexe de front républicain. En bon français, cela s’appelle un coup d’État.

C’est jouer avec le feu. Rien ne garantit une victoire électorale du candidat de tous les conservatismes, mandataire de l’establishment énarchique et financier. Et quand bien même l’emporterait-il, sa victoire ne réglerait rien. Et les méthodes utilisées affaibliraient encore plus les institutions et créeraient autant de précédents très dangereux pour les libertés publiques.

Quant à Marine Le Pen, elle aura beau jeu de se présenter comme seule candidate du changement, et de la défense des libertés publiques. Il est assez stupéfiant de voir que notre establishment n’a rien appris des élections américaines.

http://www.vududroit.com/2017/02/macron … oup-detat/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

Mais où sont donc les 4 points de vue différents ?

Plus sérieusement, c'est assez amusant de voir la droite française reprocher une instrumentalisation de la justice qui n'est en rien prouvée, lorsqu'on voit à quel point la justice et la police avaient été réellement infiltrées et cadenacées lorsque François Fillon était... Premier ministre.

Au final Régis de Castelnau propose une interprétation qui n'est pas inintéressante mais qui manque très grandement d'objectivité. La célérité du PNF ? N'était-elle justement pas demandée par François Fillon, qui voulait que l'affaire soit bouclée en 15 jours ? Ah mais désormais que son Parti ne le menace plus, il faudrait que le PNF se désaisisse et que plus personne n'en parle. Les choses seraient plus intéressantes peut-être si De Castelnau décidait de raconter l'histoire du point de vue du PNF : que faire en l'espèce ? Ne pas se saisir et laisser la presse seule juge de ces accomplissements dans une période électorale ? Se saisir de l'affaire au risque de ne pas passer pour impartial, ou même de ne pas être réellement impartial ? Et pour le pouvoir en place, si on racontait aussi l'histoire de leur point de vue ? Je suis François Hollande, ou le Garde des Sceaux, puis-je prendre le risque qu'une instruction de descendre Fillon fuite et que le scandale se retourne contre moi et mon Parti ?

Régis de Castelnau ferait peut-être bien d'étudier calmement son propre récit, parce que si c'était la version officielle des médias je n'ai aucun doute qu'il aurait beaucoup à redire.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

65

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

Je suis François Hollande, ou le Garde des Sceaux, puis-je prendre le risque qu'une instruction de descendre Fillon fuite et que le scandale se retourne contre moi et mon Parti ?

Oh ben ça, c'est le cadet de ses soucis. Flanby ne se représente pas, il soutient officieusement Micron et le PS implosera après la présidentielle ou les législatives, donc perdu pour perdu...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

Donc François Hollande, qui ne se représente pas, prendrait ce risque pour quelle raison ? Je comprends que Nicolas Sarkozy ait triché en espérant être élu et bénéficier de l'immunité par la suite. Mais dans ce cas précis Hollande prendrait le risque de se faire pincer pour quelle raison ? C'est quand même assez incohérent quand on y pense. Mais je repose ma question, où sont les 4 points de vue différents de De Castelnau ? Pourquoi ne se donne-t'il pas la peine de tenter de mettre en doute son argumentaire ? C'est assez facile d'écrire une histoire à charge, d'ailleurs c'est exactement ce que Fillon reproche aux médias. Mais quand on a pas d'autre élément que "à qui profite le crime", quand bien même Fillon a une tripotée d'adversaires en dehors de son parti mais également à l'intérieur, ça semble assez léger. Ce n'est pas en dénonçant par avance l'accusation de complotisme qu'on rend son discours vrai ou plus digne d'intérêt.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

67

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

Donc François Hollande, qui ne se représente pas, prendrait ce risque pour quelle raison ? Je comprends que Nicolas Sarkozy ait triché en espérant être élu et bénéficier de l'immunité par la suite. Mais dans ce cas précis Hollande prendrait le risque de se faire pincer pour quelle raison ?

Mais il ne sera jamais pincé, voyons... Il est niais mais pas à ce point...

A part ça, une nouvelle micronerie. Ce type est complètement cinglé. Le Just'un Trouduc français.

Le Figaro a écrit:

Pour Macron, le programme n'est "pas le coeur de la campagne"

Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron a affirmé dans Le Journal du Dimanche que "c'est une erreur de penser que le programme est le coeur" d'une campagne électorale, alors que, selon lui, la politique, c'est "mystique", c'est un "style", une "magie".

"Dimension christique"

Emmanuel Macron déclare "La dimension christique, je ne la renie pas ; je ne la revendique pas", tout en affirmant qu'il "ne cherche pas à être un prédicateur christique".

"On les voit les jeunes guépards, les créatures du système qu'une habile manipulation transforme soudain, par la grâce peut-être, en grand transformateur", avait justement ironisé Benoît Hamon lors de son discours d'investiture le 5 février.

François Fillon, lui, avait traité le candidat d'En Marche de "gourou", tandis Jean-Luc Mélenchon avait appelé à se méfier des "champignons hallucinogènes qui poussent dans la jungle politique et la bulle médiatique".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/ … mpagne.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

68

Re: Election présidentielle de 2017

Ah non, pardon, voilà la dernière micronerie. On en a fusillé pour moins que ça.

Ouest-France a écrit:

Présidentielle. Macron en Algérie pour parler politique arabe

Emmanuel Macron prépare un voyage à Alger en début de semaine. Ce voyage a pour but d’asseoir sa stature internationale autour du thème de la coopération internationale en Méditerranée. L’Algérie est «incontournable dans une campagne présidentielle», estime l’entourage du candidat.

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle avec son mouvement En Marche!, se rend à Alger lundi et mardi pour une série d’entretiens avec de hauts dirigeants algériens, marquant sa volonté de bâtir une coopération autour de la Méditerranée, tout en asseyant davantage sa stature internationale.

Renforcer la politique arabe de la France

Après la Tunisie en novembre, le Liban en janvier, et en attendant la confirmation d’une possible visite au Maroc, M. Macron multiplie les gestes durant sa campagne en direction des pays du bassin méditerranéen. Pour lui, «la politique arabe et méditerranéenne doit être replacée au cœur de (la) diplomatie» française.

«Mais sa conviction profonde est que la zone (méditerranéenne) n’est pas l’apanage de la France mais bien l’affaire de toute l’Europe», précise un conseiller de l’ex-ministre de l’Économie.

L’Algérie est «incontournable dans une campagne présidentielle» française, souligne l’entourage de M. Macron, en raison de ses liens historiques, culturels mais aussi économiques et commerciaux avec la France.

«C’est un pays avec lequel nous n’avons pas de partenariats formalisés mais qui est pourtant un partenaire important», note le conseiller. «Il y a énormément de sujets à aborder, de possibilités de coopérations, en pensant notamment aux préoccupations sur la sécurité en Méditerranée», poursuit-il.

M. Macron, qui plaide pour un renforcement de l’Agence européenne des gardes-frontières et gardes-côtes (Frontex), avait ainsi appelé à «s’appuyer sur l’Algérie et l’Égypte, qui ont les mêmes intérêts que nous», pour agir en Libye.

Des rencontres avec les ministres et la communauté française

Le candidat d’En Marche! débutera lundi sa visite par un entretien et un déjeuner officiel avec le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, durant lesquels seront sans doute abordées ces questions géopolitiques.M. Macron rencontrera ensuite le Premier ministre Abdelmalek Sellal, puis les ministres de l’Éducation nationale Nouria Benghabrit-Remaoun et des Affaires religieuses Mohamed Aissa.

Mardi, il déjeunera avec Abdeslam Bouchouareb, ministre de l’Industrie et des Mines. MM. Macron et Bouchouareb se sont souvent rencontrés lorsque le candidat français était à Bercy. M. Macron lui avait notamment rendu visite en avril dernier, tandis qu’il accompagnait le Premier ministre Manuel Valls lors d’une visite officielle.

Cette journée et demie algérienne sera aussi l’occasion pour l’ancien banquier d’affaires de rencontrer des membres de la communauté française, autant d’éventuels soutiens et donateurs. Il participera à un «forum des chefs d’entreprise».

M. Macron doit également déposer une gerbe au Mémorial du martyr, monument aux morts surplombant Alger qui rend hommage aux combattants de la guerre d’indépendance, avant de se rendre à la Basilique Notre-Dame d’Afrique.

Cette parenthèse en Algérie intervient alors que M. Macron est porté en France par de bons sondages, qui le placent au second tour de l’élection présidentielle. Il doit dévoiler son programme le 2 mars.

http://www.ouest-france.fr/elections/pr … um=twitter

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

FDL a écrit:
Barney a écrit:

Donc François Hollande, qui ne se représente pas, prendrait ce risque pour quelle raison ? Je comprends que Nicolas Sarkozy ait triché en espérant être élu et bénéficier de l'immunité par la suite. Mais dans ce cas précis Hollande prendrait le risque de se faire pincer pour quelle raison ?

Mais il ne sera jamais pincé, voyons... Il est niais mais pas à ce point...

Fascinant cette façon qu'ont certaines personnes de considérer que Hollande est débile dans certains cas et le roi du complot dans d'autres.

A part ça, une nouvelle micronerie. Ce type est complètement cinglé. Le Just'un Trouduc français.

Sa phrase pourrait être répétée à l'identique par un certain Donald Trump, qui n'avait pas vraiment de programme mais qui a créé une relation de gourou avec ses supporters, au défi même de la notion de vérité.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

70

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

Fascinant cette façon qu'ont certaines personnes de considérer que Hollande est débile dans certains cas et le roi du complot dans d'autres.

Ben on peut être débile mais bon dans les petites combines politiciennes. Il a fait ça toute sa vie, donc bon...

Sa phrase pourrait être répétée à l'identique par un certain Donald Trump, qui n'avait pas vraiment de programme mais qui a créé une relation de gourou avec ses supporters, au défi même de la notion de vérité.

Sauf que Trump n'aurait pas été du genre à dire qu'il n'y a pas de culture française (ou américaine, dans son cas), par exemple. Il ne se prend pas non plus pour le Christ, juste pour le plus grand créateur d'emplois que Dieu ait créé. Et il ne se serait pas incliné sur la tombe des ennemis de la République.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

Oui oui, bon dans les combines politiciennes, d'où Montebourg, Hamon, Batho, Filipetti, Cahuzac, Thévenoud, j'en passe. Bref, un génie du mal politique qui organise un complot contre François Fillon pour assurer la victoire de celui qu'il a fait et qui l'a trahi, le tout sans la moindre personne impliquée dans la manoeuvre qui ne pipe mot. Evidemment évitons de considérer cette affaire du point de vue des enquêteurs ou du PNF, à qui on aurait reproché exactement la même chose s'ils avaient agi différemment (ah es salauds du PNF, ils empêchent Fillon de prouver son innocence, etc.). Bref, tout ceci n'est pas bien fondé.

Concernant Macron, je vois que ce n'est pas tant ses frasques messianiques que son positionnement politique qui te dérange (je te rassure, ça me dérange aussi), c'est bien, on avance. Le programme de Trump s'étant résumé à "so much win you will get bored to win", je suis d'accord avec toi sur le fait qu'un vrai programme ne sert à rien.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

72

Re: Election présidentielle de 2017

Le PNF, qui a à sa tête Eliane Houlette, socialiste, nommée par Flanhy sur recommandation de Taubira, et qui dépend du ministère de la Justice.

Transparency International a écrit:

Toutefois, à l’instar de l’ensemble des magistrats du parquet, ce procureur dépend  hiérarchiquement du ministère de la Justice et n’est donc  pas statutairement indépendant.  Il  faut  à  présent  s’assurer  que  ces  institutions  nouvelles puissent   s’inscrire   durablement   dans   le   paysage   national,   en   leur   donnant   les   moyens   et l’indépendance nécessaires à l’exercice de leurs missions.

https://transparency-france.org/wp-cont … NAT-VF.pdf

Je ne vois pas ce qu'il y a d'aberrant dans le fait d'imaginer que l’Élysée pilote cette histoire pour favoriser Micron. Ce sont des pratiques coutumières, il y en a toujours eu et il y en aura toujours.

Ce qui me dérange le plus chez Micron, c'est que c'est un candidat qu'on veut nous imposer, comme ce fut le cas avec Royal en 2007 par exemple. Il n'a aucune conviction, aucun programme, rien de rien et pourtant, on nous le présente comme le Messie. C'est ça qui me gêne et qui me ferait voter n'importe qui (je dis bien n'importe qui) plutôt que cette imposture, ce chat de Cheshire au sourire faux et niais.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

Oui, on ne découvre pas que les procureurs sont sous l'autorité du Ministère de la justice FDL. On peut quand même noter que Hollande a plus oeuvré pour l'indépendance de la justice que la quasi-totalité de ces prédécesseurs et que, contrairement à Sarkozy, il n'a pas tenté d'entraver les procédures touchant ses ministres.

Mais ça ne répond pas trop à mon point : si le PNF avait décidé de faire exactement l'inverse de ce qu'il a fait, il aurait été attaqué par les mêmes personnes et pour les mêmes raisons. Eliane Houlette peut avoir ses convictions politiques mais à la fin de l'histoire elle est obligée de motiver sa décision - il est plus honnête intellectuellement d'analyser cette motivation plutôt que de s'arrêter sur la seule personne qui est en charge du PNF. Molins était également une nomination politique et ça ne l'empêche pas de très bien faire son métier. On ne peut pas créer le PNF spécifiquement pour ce genre d'affaire et souhaiter qu'il ne fasse rien lorsque l'actualité est un peu trop brulante. Au pire, Fillon n'avait qu'à pas réclamer que les investigations aillent aussi vite.

Les mêmes questions se posaient pour Comey, sbire d'Obama lorsqu'il a abandonné les poursuites contre Clinton, pantin de Trump lorsqu'il a rouvert l'enquête (sans que ça aboutisse à quoi que ce soit d'ailleurs). Pas particulièrement intéressant de raisonner en ces termes.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Election présidentielle de 2017

Et concernant Macron, pour moi la situation est quand même différente de 2007, pas en sa faveur d'ailleurs. En réalité Sarkozy a été très très bien traité par les médias en 2007 (prix fantoches de la personnalité politique donné par Fondapol de l'autre tanche de Reynié, la plupart des hebdos français laudatifs sur ce ministre si énergique, etc.). Ségolène Royal avait surfé sur une hype médiatique, mais je pense qu'ils étaient peu à vouloir l'imposer. Sa présence était incongrue tant elle était mauvaise candidate, mais on ne lui a fait aucun cadeau à partir du moment où elle était la candidate du PS.

C'est effectivement assez différent pour Macron, qui a pour l'instant un traitement positif dans la presse - quoique je ne lis pas un seul article sur lui en ce moment qui ne pointe pas qu'il n'a pas de programme. On verra comment les choses évoluent, les médias sont versatiles et surtout très suivistes, le jour où ça fera des clics d'enfoncer Macron ils ne s'en priveront pas.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

Et concernant Macron, pour moi la situation est quand même différente de 2007, pas en sa faveur d'ailleurs. En réalité Sarkozy a été très très bien traité par les médias en 2007 (prix fantoches de la personnalité politique donné par Fondapol de l'autre tanche de Reynié, [...]). [...]

Celui-là même qui s'est engagé aux dernières régionales et a été investi par Les Républicains... pour être à la tête d'une liste ?

Last edited by Arken (14-02-2017 00:09:43)

76

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

Le programme de Trump s'étant résumé à "so much win you will get bored to win", je suis d'accord avec toi sur le fait qu'un vrai programme ne sert à rien.

Celui d'Obama s'était résumé à sa couleur de peau et à un slogan qu'il aura démenti pendant 8 ans. Un partout.

Last edited by FDL (14-02-2017 09:02:04)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

77

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

Eliane Houlette peut avoir ses convictions politiques mais à la fin de l'histoire elle est obligée de motiver sa décision - il est plus honnête intellectuellement d'analyser cette motivation plutôt que de s'arrêter sur la seule personne qui est en charge du PNF.

Eh bien on verra comment elle motive sa décision, qui prend un peu plus de temps que Greg ne l'espérait.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

78

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

E En réalité Sarkozy a été très très bien traité par les médias en 2007 (prix fantoches de la personnalité politique donné par Fondapol de l'autre tanche de Reynié, la plupart des hebdos français laudatifs sur ce ministre si énergique, etc.).

Oui.

Ségolène Royal avait surfé sur une hype médiatique, mais je pense qu'ils étaient peu à vouloir l'imposer. Sa présence était incongrue tant elle était mauvaise candidate, mais on ne lui a fait aucun cadeau à partir du moment où elle était la candidate du PS.

Ils étaient peu à vouloir l'imposer quand ils se sont rendu compte qu'elle était mauvaise et illuminée.

C'est effectivement assez différent pour Macron, qui a pour l'instant un traitement positif dans la presse - quoique je ne lis pas un seul article sur lui en ce moment qui ne pointe pas qu'il n'a pas de programme. On verra comment les choses évoluent, les médias sont versatiles et surtout très suivistes, le jour où ça fera des clics d'enfoncer Macron ils ne s'en priveront pas.

Ah mais nous sommes d'accord. Quand les gens auront enfin remarqué à quel point ce type n'a aucune consistance, les médias se retourneront peut-être in extremis vers un autre, genre Hamon, qui n'est pas très fute-fute mais qui est sympa et qui est motivé par une certaine cohérence (que je trouve pour ma part démentielle et suicidaire mais logique).

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

79

Re: Election présidentielle de 2017

ENFIN ! La bulle commence à crever. Et c'est Paris Match, le journal le plus micronien, qui le dit.

Paris Match a écrit:

Sondage présidentielle : Macron, la fin de la magie

En recul d'un point dans le sondage quotidien sur la présidentielle en temps réel réalisé par l'Ifop-Fiducial pour Paris Match, iTELE et Sud-Radio, Emmanuel Macron passe sous la barre des 20% d'intentions de vote.

Trou d'air pour Emmanuel Macron. Pour la première fois depuis le lancement de notre sondage quotidien sur la présidentielle en temps réel réalisé par l'Ifop-Fiducial pour Paris Match, iTELE et Sud-Radio, le candidat d'En Mache! reçoit moins de 20% d'intentions de vote au premier tour. Après une première baisse (-0,5) vendredi dernier, l'ex-ministre perd encore un point ce lundi. Il est désormais crédité de 19,5% d'intentions de vote. François Fillon, qui a connu des difficultés avec le Penelope Gate, reprend un demi-point et, à 18%, est loin d'être distancé par Macron. Rappelons que la marge d'erreur pour ces deux scores est d'environ plus ou moins deux points. Autrement dit : l'ordre d'arrivée de Fillon et Macron est incertain.

Autre indicateur très fortement défavorable à Emmanuel Macron : la sûreté du choix au premier tour. Ses électeurs sont les plus incertains de tous les candidats testés : 36% seulement se disent sûrs de leur vote, alors qu'ils étaient 49% le 7 février. De ce point de vue, Macron fait moins bien que François Bayrou (42%), Benoît Hamon (58%), Jean-Luc Mélenchon (62%), François Fillon (70%) et Marine Le Pen (81%). Le doute paraît donc s'installer dans l'électorat d'Emmanuel Macron, alors que les interrogations sur le contenu du projet du candidat n'ont pas été levées. Emmanuel Macron a toujours assumé cette volonté de pas entrer dans les détails pour le moment, expliquant même à nos confrères du «JDD» que «c'est une erreur de penser que le programme est le cœur d'une campagne».
Depuis le 1er février, Mélenchon a engrangé 2,5 points et n'a jamais reculé

Alors que la bataille pour la deuxième place paraît incertaine, Marine Le Pen reste nettement en tête du premier tour, avec 26% d'intentions de vote. Derrière Macron et Fillon, Benoît Hamon ne perce pas, avec 14,5% d'intentions de vote (-0,5). Jean-Luc Mélenchon, en revanche, se rapproche du socialiste. En gagnant encore un demi-point, le candidat de la France insoumise atteint 11,5% d'intentions de vote, son meilleur score à ce jour dans notre enquête. Depuis le 1er février, Mélenchon a engrangé 2,5 points et n'a jamais reculé.

Les scores des autres candidats ne sont pas bouleversés. François Bayrou est crédité de 5,5% d'intentions de vote (=), Nicolas Dupont-Aignan de 2,5% (=), Yannick Jadot de 1,5% (=) et Nathalie Arthaud et Philippe Poutou font jeu égal à 0,5% d'intentions de vote.

A propos des marges d'erreur

La théorie statistique permet de mesurer l’incertitude à attacher à chaque résultat d’une enquête. Cette incertitude s’exprime par un intervalle de confiance situé de part et d’autre de la valeur observée et dans lequel la vraie valeur a une probabilité déterminée de se trouver. Cette incertitude, communément appelée «marge d’erreur», varie en fonction de la taille de l’échantillon et du pourcentage observé. Dans la vague du jour, l'intervalle de confiance à 95% est estimé à 2,1 points pour tous les candidats ayant obtenu 20 ou 80% des intentions de vote.

http://www.parismatch.com/Actu/Politiqu … ie-1187720

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

A voir dans la durée. Dans d'autres enquêtes je lis que Macron et Fillon perdent chacun deux points projetés au second tour contre MLP, qui profite à fond des violences dans les banlieues. Comme quoi une matraque de policier peut aussi servir dans une campagne électorale.

Sinon dans la revue de presse du matin on a tes idoles FDL, encore une fois alignés sur tes idées :

- Guénolé : Oui, le phénomène Macron était bien une (énorme) bulle médiatique
http://www.marianne.net/agora-oui-pheno … 49902.html

- Bruno Roger-Petit : Pourquoi la justice doit laisser le suffrage universel juger Fillon
https://www.challenges.fr/election-pres … lon_454034

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Election présidentielle de 2017

FDL a écrit:
Barney a écrit:

Le programme de Trump s'étant résumé à "so much win you will get bored to win", je suis d'accord avec toi sur le fait qu'un vrai programme ne sert à rien.

Celui d'Obama s'était résumé à sa couleur de peau et à un slogan qu'il aura démenti pendant 8 ans. Un partout.

L'argument de la couleur de peau est mal venu FDL. Donald Trump a autant été élu parce qu'il est blanc qu'Obama parce qu'il ne l'était pas, si ce n'est plus.

Sur le programme d'Obama tu omets deux-trois choses, comme Obama care, la fin de l'engagement le plus substantiel en Irak et en Afghanistan, la fin de l'usage de la torture, la fermeture de Guantanamo, la régulation financière, le reset avec la Russie et j'en passe. Il y avait un programme (http://www.presidency.ucsb.edu/ws/?pid=78283) et comme tout programme politique il n'a en majorité pas été tenu, dans le cas d'Obama il n'a eu réellement le pouvoir d'accomplir ses réformes que pendant 2 ans, donc bon.

Dans le cas de Trump il n'y a pas eu de programme aussi détaillé mais quelques mesures phares, dont l'application risque de poser problème (mais après tout Obama n'a pas tenu toutes ses promesses non plus).

Mais de toute façon l'idée n'est pas de compter les points entre Obama (qui serait mon champion) et Trump (qui serait le tien), l'Histoire se chargera amplement de juger des qualités des deux présidents. Pour moi il s'agit juste de pointer une évidence : ce n'est pas l'absence de programme de Macron qui te pose problème, c'est son positionnement politique par rapport aux sujets qui sont importants pour toi. Et franchement c'est tout à fait respectable, de toute façon les programmes ne sont pas faits pour être appliqués, il n'y a guère que Piketty pour croire le contraire.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Election présidentielle de 2017

FDL a écrit:
Barney a écrit:

Eliane Houlette peut avoir ses convictions politiques mais à la fin de l'histoire elle est obligée de motiver sa décision - il est plus honnête intellectuellement d'analyser cette motivation plutôt que de s'arrêter sur la seule personne qui est en charge du PNF.

Eh bien on verra comment elle motive sa décision, qui prend un peu plus de temps que Greg ne l'espérait.

En ce qui me concerne j'ai un peu peur de ce qui va en sortir.

Ma crainte totalement boule-de-cristal : que le PNF demande le classement sans suite faute de la réunion des élément nécessaires aux poursuites MAIS que, pour justifier le bordel qu'ils auront foutu, il en fasse des tonnes sur le thème "ce qu'il a fait est mal et répréhensible, mais les textes ne permettent pas de condamner cela, nous autres honnêtes magistrats sommes démunis, voilà pourquoi on a l'honnêteté intellectuelle de ne pas le poursuivre".

Sachant que la décision sera insusceptible de recours, et qu'en toute hypothèse personne ne fait jamais de recours contre une décision favorable sur la suite de la procédure.

Evidemment, dans ce cas-là, personne ne se poserait de question sur la légitimité d'un tel procédé. Personne ne s'interrogerait sur le contre-factuel : que se serait-il passé s'ils avaient simplement dit "circulez, y'a rien à voir" ? (Réponse : ils auraient risqué d'en prendre plein la figure.) Personne n'aborderait le fait que l'on est dans une logique d'une institution qui s'auto-légitime. On ne retiendra que "les mots très durs des magistrats anti-corruption", la "victoire à la Pyrrhus de François Fillon" et autres commentaires grandiloquents.

Je dis cela car c'est peu ou prou ce qu'avaient fait les juges d'instruction dans un des nombreux dossiers où NS a été mis hors de cause. (Je ne me souviens plus lequel mais je pense qu'on en avait parlé sur ce forum.) Ils avaient rédigé une ordonnance de non-lieu au vitriol, et les médias avaient principalement retenu cela.

Bon, peut-être que ça ne va pas du tout se passer comme cela, hein. Mais c'est une hypothèse.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

Re: Election présidentielle de 2017

Honnêtement Bouh, est-ce que tu vois une seule issue positive pour Fillon à ce stade de la procédure ? Quoi que fasse le PNF ça remettra l'affaire sur le devant de la scène, que ce soit une citation, l'ouverture d'une instruction ou un classement sans suite.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Election présidentielle de 2017

Et moi, mon "espoir boule de cristal", c'est que l'on donne le primat au proverbe : "Fraus omnia corrumpit".

L'utilisation (l'instrumentalisation outrancière aurait-on plutôt envie de dire...) des notions de "séparation des pouvoirs" d'un côté, autant que celle de "détachabilité" ou "non-détachabilité" de l'autre, pour dénoncer l'existence de cette procédure, ne peuvent s'opposer à ce que le Juge, fut-il le parquet, ne puisse faire oeuvre d'instruction lorsque des éléments suffisamment clairs et manifestes montrent qu'un acte est susceptible de relever d'une qualification pénale découlant, en l'espèce, d'un fait de fraude à la véracité des informations contenues derrière les divers documents  justifiant l'attribution régulière d'un salaire en contrepartie d'un travail fait. Le juge doit d'abord doit rétablir la matérialité, la réalité des faits, puis regarder si la qualification relève bien du pénal, et la fraude corrompant tout, s'il s'agit d'un emploi fictif, cette qualification fera tomber les questions de compétence, hors les questions de respect de la régularité de la procédure qui ne pourront, elles, n'être validées qu'ultérieurement dans le processus judiciaire

La suite au prochain épisode.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

Honnêtement Bouh, est-ce que tu vois une seule issue positive pour Fillon à ce stade de la procédure ? Quoi que fasse le PNF ça remettra l'affaire sur le devant de la scène, que ce soit une citation, l'ouverture d'une instruction ou un classement sans suite.

Il y a du "moins pire".

La décision de classement en une phrase "les conditions d'engagement de l'action publique ne sont pas réunies", par exemple.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

86

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

Sinon dans la revue de presse du matin on a tes idoles FDL, encore une fois alignés sur tes idées :

- Guénolé : Oui, le phénomène Macron était bien une (énorme) bulle médiatique
http://www.marianne.net/agora-oui-pheno … 49902.html

- Bruno Roger-Petit : Pourquoi la justice doit laisser le suffrage universel juger Fillon
https://www.challenges.fr/election-pres … lon_454034

Il leur arrive d'avoir raison... parfois. smile

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

87

Re: Election présidentielle de 2017

Bah alors Manu, on fait son Hillary ? Tu penses que ça va te faire remonter dans les sondages ? Tu cherches des boucs émissaires ? Décidément aucune personnalité, ce garçon.

Le Figaro a écrit:

Le camp Macron se dit victime de Vladimir Poutine et de Julian Assange

Les cadres du mouvement d'Emmanuel Macron se relaient dans les médias depuis le début de la semaine pour dénoncer les attaques de cyber-militants qui seraient à l'origine des calomnies qui circulent sur son compte.

L'ombre de Moscou plane sur l'élection présidentielle. Depuis plus de deux mois déjà, les signaux se multiplient en France: une armée de cyber-militants favorables à Vladimir Poutine tenterait de favoriser les candidats aux positions les plus compatibles avec celle du maître du Kremlin. Une situation qui vient rappeler la présidentielle américaine, marquée par le soutien porté à Donald Trump par ces mêmes réseaux. Un soutien qui a pu prendre la forme de campagnes de dénigrement, comme ont pu en faire les frais Hillary Clinton aux États-Unis ou Alain Juppé en France. Ce mardi matin Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement En Marche!, alerte au moyen d'une tribune dans le Monde: ces attaques se poursuivent et auraient trouvé une nouvelle cible privilégiée: Emmanuel Macron. Un sujet brûlant d'actualité puisque le site d'En Marche a encore été la cible d'une attaque informatique ce mardi matin.

«Nous sommes en présence d'une tentative orchestrée de déstabilisation d'un candidat à l'élection présidentielle par une puissance étrangère», s'alarme le député du Finistère. «Il s'agit de l'ingérence d'un État étranger déterminé à déstabiliser l'un des candidats susceptibles de remporter cette élection: Emmanuel Macron. Cette affirmation grave pourrait prêter à sourire si les éléments la corroborant n'étaient aussi manifestes et publics», assure-t-il. Des éléments qui prennent d'abord la forme très directe d'attaques contre le dispositif de campagne de l'ancien patron de Bercy: «Le site internet du mouvement En Marche! et ses infrastructures font l'objet de plusieurs milliers d'attaques mensuelles sous diverses formes. L'objectif est de pénétrer dans nos bases de données et nos boîtes mail afin de les pirater». Lancées pour la plupart depuis l'Ukraine, ces opérations malveillantes portent sans aucun doute la marque de «groupes structurés» pro Russes.

La preuve en est, avance ce soutien d'Emmanuel Macron, que les médias proches du Kremlin se font les relais de ces campagnes de déstabilisation. «Russia Today et SputnikNews s'acharnent à répandre sur Emmanuel Macron les rumeurs les plus diffamatoires. Un jour, il est financé par “le riche lobby gay”, un autre, il est un “agent américain au service du lobby bancaire”», poursuit Richard Ferrand, avant de souligner: «Faut-il rappeler que ces deux médias sont intégralement financés par l'État russe et que, de leur propre aveu, ils relaient dans les opinions du monde entier les thèses du Kremlin en tout domaine?». Autre cible des accusations du secrétaire général d'En Marche: le fondateur du site Wikileaks, Julian Assange.

«M. Julian Assange fait savoir qu'il détiendrait des “informations intéressantes” sur Emmanuel Macron issues des mails piratés de Hillary Clinton», accuse Richard Ferrand. «La proximité de M. Assange avec le régime russe n'est un mystère pour personne et ces déclarations ont été faites au journal russe Izvestia. Que les déclarations de ce hacker professionnel ayant déjà déstabilisé les élections américaines surviennent au moment où nous sommes attaqués ne saurait être une pure coïncidence», veut croire l'élu breton. Les bénéficiaires, eux restent les mêmes: «Mme Le Pen et M. Fillon sont mystérieusement épargnés, comme si leur proximité notoire avec le pouvoir russe les immunisait contre les calomnies dont Emmanuel Macron est la cible - lui qui, seul au sein des candidats à l'élection présidentielle, plaide pour une Europe forte capable de faire peser sur la scène internationale nos valeurs et nos priorités», affirme encore le député.
Sputnik et RT démentent

Si la réalité des cyber-menaces qui pèsent sur les formations politique est indéniable, il reste toutefois difficile d'établir des liens manifestes entre toutes ces actions, et encore plus de caractériser une chaîne de commanditaires qui remonterait jusqu'à la tête d'un État spécifique. Des responsables politiques de tous bords en ont jusqu'ici fait les frais, contrairement à ce qu'affirme la tribune. François Fillon a également fait l'objet d'une campagne de dénigrement sur Internet pendant la primaire de la droite, et dont les origines ne sont pas tout à fait connues, sous le nom de «Farid Fillon». Une campagne largement relayée par les réseaux d'extrême droite et par les soutiens de Marine Le Pen, et dont certaines caractéristiques rappellent la campagne subie par Emmanuel Macron. A l'inverse, le candidat LR a également bénéficié d'une campagne de soutien dans «le Penelopegate», relayée par des dizaines de comptes-robots sur Twitter.

Une chose est sûre, en se positonnant en victime d'une offensive orientée selon les intérêts Russes à l'Instar d'Hillary Clinton, Emmanuel Macron se place au centre du jeu politique pour 2017. Sputnik et RT, les médias concernés dont l'orientation n'est pas un mystère, démentent formellement. Et en désignant Le Pen et Fillon comme les protégés de ces activistes russes, il assossie ses adversaires à Donald trump, et le fondateur de En Marche se pose comme leur principal opposant. En tout cas, cette menace sur la sincérité du scrutin est prise très au sérieux dans les plus hautes sphères de l'État: plusieurs fois alerté par la DGSE, le gouvernement prévoit prochainement un conseil de défense consacré à ce sujet.

http://www.lefigaro.fr/elections/presid … ssange.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

88

Re: Election présidentielle de 2017

Pas bête du tout. Je pense de plus en plus que si Le Pen se retrouve face à Micron, elle pourrait le battre (du genre 55-45%). Idem pour Fillon, dans des proportions peut-être un peu moindres. Le vrai danger pour Le Pen viendrait de Merluchon. Encore faudrait-il qu'il parvienne au second tour et là, c'est loin d'être gagné.

Causeur a écrit:

Qui peut battre Marine Le Pen?
Personne, à moins que …

Marine Le Pen était attendue au tournant. Désormais en tête de toutes les études d’opinion pour le premier tour de l’élection présidentielle, sa participation à la plus grande émission politique de la télévision française était assurément pour elle le rendez-vous à ne pas manquer. De l’avis général, elle a réussi l’exercice et dominé tous ses interlocuteurs de la tête et des épaules. Seule Najat Vallaud-Belkacem, à la faveur d’un exposé liminaire de cinq minutes, a semblé pouvoir la mettre en difficulté sur la question des écoles hors-contrats pourvoyeuse de fondamentalisme. Cinq petites minutes sur une émission de deux heures, convenons que c’est négligeable. Sur l’économie, notamment, elle fait désormais mieux que tenir tête au spécialiste-maison, François Lenglet. Ce dernier n’a parfois pu qu’opiner du chef devant la démonstration de la candidate du FN. Il nous a semblé que cette dernière s’appuyait parfois sur les propres ouvrages de son interlocuteur, ce qui a dû participer à cette domination. Il y a cinq ans, elle se montrait davantage en difficulté face au même journaliste. Qu’a-t-il pu se passer entre les deux ? Sans doute a-t-elle mieux travaillé le sujet, bien entendu. Mais l’essentiel n’est pas là. Marine Le Pen a désormais le vent dans le dos, situation dont n’importe quel cycliste du dimanche vous dira que cela comble le déficit d’heures d’entraînement. Depuis 2012, la crise grecque, le Brexit et la campagne victorieuse de Trump (dont l’aspect économique a été trop longtemps négligé par la presse de ce côté-ci de l’Atlantique) sont passés par là. Liberté monétaire et protectionnisme sont beaucoup plus aisés à défendre. L’échange avec l’invité surprise Patrick Buisson s’est aussi passé au mieux pour la candidate. L’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy ne l’a pas déstabilisée, lui reprochant parfois d’être trop à droite (scolarisation des enfants étrangers), puis parfois de ne pas l’être assez. Mais était-ce vraiment l’objectif de Patrick Buisson de la déstabiliser ? Au bout de deux heures, le résultat du traditionnel sondage tombait : elle s’était montrée plus convaincante que tous ses concurrents aujourd’hui en lice pour la présidentielle, invités avant elle dans l’émission, François Fillon et Benoît Hamon. Cette émission s’apparentait à une véritable démonstration de force.

Marine présidente ?

Dès lors, le lendemain, beaucoup d’observateurs se posaient LA question, à juste titre : « peut-elle finalement gagner ? ». Et n’y répondaient plus aussi facilement par la négative qu’il y a quelques semaines encore. Ajoutons qu’elle semble avoir imposé une trêve entre Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen, dont les disputes à ciel ouvert constituaient l’obstacle le plus dangereux sur le chemin d’une campagne électorale réussie. Nous savons qu’il est imprudent de jouer au jeu des pronostics dans la campagne présidentielle la plus incertaine de l’histoire de la République, mais mouillons-nous néanmoins : comptes tenus des études d’opinions et des dynamiques de campagne, il est fort probable que Marine Le Pen vire en tête du premier tour le 23 avril prochain. Non seulement, elle est en tête de toutes les études mais ces dernières précisent que la candidate du FN est dotée du socle le plus solide de sondés sûrs de leur vote : autour des 80% lorsqu’Emmanuel Macron et Benoît Hamon tournent plutôt autour des 40/50%. Le socle de François Fillon est intermédiaire. Son problème à lui, c’est que la dynamique est tellement désastreuse qu’il ne lui restera peut-être bientôt que ledit socle. Après l’effet d’aubaine du lendemain de primaire début décembre (effet trompeur dont semble profiter aujourd’hui Hamon), les sondages de François Fillon avaient déjà enclenché une baisse régulière qui s’est évidemment accélérée avec le déclenchement des affaires concernant son épouse et sa société de conseil. On ne reviendra pas ici sur les affaires Fillon et leurs traitements judiciaire et médiatique. Causeur y a déjà consacré bon nombre d’articles. Mais dès lors que le député de Paris avait réussi (provisoirement ?) à tordre le cou à autant de canards en forme de plans B, il n’avait plus le choix que de s’ériger en candidat anti-système, en « Trump français » réussissant à faire des attaques contre lui, une force. Il s’y est essayé depuis sa conférence de presse mais il y a un gros caillou dans la chaussure : le programme de François Fillon n’a rien de trumpiste. Il ressemble davantage à celui de Madame Merkel, qui est justement l’une des critiques les plus farouches du nouveau président américain, sur le fond comme sur la forme. Une étude publiée ce dimanche par le sondeur Yves-Marie Cann explique d’ailleurs le déficit d’audience structurel de François Fillon dans les classes populaires : « Quant à François Fillon, pour conserver ses chances de qualification au second tour de l’élection présidentielle, il lui faudra retrouver les faveurs des actifs, et plus particulièrement des catégories populaires qui semblent avoir déserté sa candidature. Au-delà des accusations dont il fait l’objet et dont on mesure ici les répercussions, le programme “radical” du vainqueur de la primaire de la droite et du centre pourrait constituer un écueil non négligeable, point qu’ont d’ailleurs soulevé à plusieurs reprises de certains membres de sa famille politique.».
Un autre candidat de la frontière ?

Emmanuel Macron pourrait bien vite être frappé des mêmes faiblesses face à Marine Le Pen. L’ex-ministre de l’économie a beau tenter lui aussi de se faire passer pour « anti-système », il n’est qu’à voir la liste de ses soutiens s’allonger pour se rendre compte de la supercherie. On comprend qu’il tarde à présenter son projet mais il faudra pourtant bien un jour retirer le masque : Emmanuel Macron est bien le candidat estampillé « mondialisation heureuse ». Cela apparaîtrait d’autant plus dans un second tour où il affronterait Marine Le Pen. Aujourd’hui, les sondages annoncent une victoire 63/37 pour le candidat En Marche dans cette hypothèse. A vrai dire, il est improbable, dans le contexte des vents évoqués plus haut en faveur des candidats « de la protection, de la frontière » dans le monde occidental, on aboutisse à une telle différence au bénéfice des candidats « de l’ouverture, de la mondialisation ». L’Histoire récente nous a au contraire montré que la tendance était inverse. En fait, il apparaît de plus en plus que la seule manière de voir battu un « candidat de la frontière » serait de lui opposer un autre « candidat de la frontière ». Trump aurait-il vaincu Bernie Sanders ? Nul ne le saura jamais mais il est certain que les « swing states » de la Rust belt ont été décisifs dans la victoire du nouveau président américain et qu’Hillary Clinton y était sans doute moins bien armée que son concurrent de la primaire démocrate. Qui pourrait être alors ce « Sanders qui réussit » ? Certainement pas Benoît Hamon qui a déjà cédé face au capitalisme californien des GAFA en actant la fin du travail, à travers la création d’un revenu universel. Seul Jean-Luc Mélenchon pourrait éventuellement jouer ce rôle. Certes, il semble aujourd’hui distancé et Benoît Hamon tente de lui mettre la pression. Les quinze prochains jours seront décisifs. Si le candidat de la « France insoumise » parvient à repasser devant celui du PS, un effet de vote utile pourra s’enclencher à partir du mois de mars. Il y aurait alors une probabilité pour qu’il parvienne à s’asseoir sur le deuxième strapontin du second tour. Et alors, à condition d’enfermer dans une pièce Clémentine Autain et tous ses amis, et d’en perdre la clef, Jean-Luc Mélenchon pourrait alors battre Marine Le Pen, au terme de la campagne la plus décoiffante de la démocratie française.

http://www.causeur.fr/le-pen-front-nati … 42656.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

Greg a écrit:

et la fraude corrompant tout, s'il s'agit d'un emploi fictif, cette qualification fera tomber les questions de compétence, hors les questions de respect de la régularité de la procédure qui ne pourront, elles, n'être validées qu'ultérieurement dans le processus judiciaire.

Ce que tu proposes là s'appelle l'arbitraire. Je ne vois pas d'autre mot. C'est totalement contraire à ce que tu devrais défendre, et tu ne t'en rends même pas compte, aveuglé que tu es par ton sentiment de détenir la vérité.

C'est exactement pour cela que je ne serai jamais de gauche. Je doute beaucoup trop.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

Re: Election présidentielle de 2017

Effet de manche d'avocat : y a-t-il arbitraire lorsqu'il y a flagrance ?

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Election présidentielle de 2017

En tout cas, puisque l'on parlait du loup, je pose ça là...

Selon Le Canard enchaîné, Marie Fillon faisait un stage dans un cabinet d'avocat au moment où elle était censée travailler à temps plein pour son père

Enquete · 10 fév. 2017 à 16:49 · Commentaires 1

Le diable se cache toujours dans les détails. Fillon a beau contre-attaquer, s'excuser tout en assurant que tout est légal (faut suivre), les faits sont têtus. Parallèlement à l'embauche de sa femme pendant 15 ans, Fillon a embauché deux de ses enfants comme assistants parlementaires entre 2005 et 2007, pour un montant total de 87 000 euros. Son fils, Charles Fillon, aurait ainsi travaillé six mois pour préparer le projet politique du père qui s'apprêtait à devenir Premier ministre. Un aveu étonnant puisque ce n'est pas censé être le job d'un attaché parlementaire.

Mais c'est surtout le travail de la fille, Marie Fillon, qui intrigue le plus Le Canard enchaîné : elle est censée avoir travaillé quinze mois comme attachée parlementaire en 2005-2006. Son travail ? Constituer "une base documentaire" permettant à François Fillon d'écrire son livre "La France peut supporter la vérité". Un aveu encore étonnant, car c'est donc le Sénat qui aurait payé une collaboratrice pour un livre qui n'avait rien à voir avec l'activité de la haute assemblée. Mais il y a mieux : "La petite, 23 piges à l'époque, devait être une incroyable bête de travail, ironise Le Canard. En janvier 2006, elle entrait à l'Ecole de formation du barreau (EFB) et entamait, en parallèle, un stage d'avocate payé 11 035 euros brut par an". Un stage d'avocate alors qu'elle est censée travailler à temps plein comme assistante parlementaire ? "Une prouesse impossible à réaliser", se marrent d'anciens élèves de l'EFB, cités par Le Canard : "On ne voit pas comment elle a pu cumuler le tout". Le cumul ? Elle doit tenir ça de son père...

Un vrai filon qu'on vous dit.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Election présidentielle de 2017

FDL a écrit:

Il leur arrive d'avoir raison... parfois. smile

Pour ma part j'ai beaucoup de mal avec l'idée que la séparation des pouvoirs imposerait aux juges "s'effacer devant le politique".

Déjà à ma connaissance il n'y a pas de séparation des pouvoirs entre la justice et le politique, mais entre la justice, l'exécutif et le législatif. Cette séparation est relative mais elle n'impose en rien qu'un parlementaire ne puisse être examiné par la justice si son immunité est levée. Il n'y a pas grand chose qui impose en revanche qu'un candidat à une élection dispose d'un statut particulier qui le mette à l'abris de poursuites judiciaires (en France ou ailleurs, suivez mon regard). Par ailleurs, encore une fois, ces poursuites ne sont pas totalement arbitraires et doivent être justifiées à chaque étape de la procédure. Je veux bien qu'on m'explique que les droits de la défense ne sont pas respectés en France mais dans ce cas il faut agir en conséquence et être cohérents, je n'ai pas vu grand chose à ce sujet dans le programme de Fillon, bien au contraire.

Ensuite, l'idée que le peuple souverain jugera Fillon est totalement stupide. Fillon est présumé innocent et le restera même s'il n'est pas élu. Si on veut réellement transformer cette élection en tribunal populaire alors sortons l'intégralité de l'enquête de la police à la vue du public, ensuite on verra. Dans un sens comme dans l'autre cette procédure serait tout à fait injuste, mais au moins on arrêterait de nous saouler avec ce prétendu "tribunal médiatique". Aussi j'aimerais bien que les médias arrêtent de présenter cette histoire d'injustice du point de vue de Fillon. Pour moi il est tout aussi injuste que les Français aient à effectuer un choix de candidat sans savoir si en définitive il s'est rendu coupable, ou non, des faits reprochés. Dans un système où l'on est innocent jusqu'à ce qu'on soit condamné, le fait que la procédure ne puisse pas aboutir est très insatisfaisant.

Et pour finir (dsl pour le message destructuré) on sait très bien que le problème pour Fillon n'est absolument pas la procédure judiciaire mais les faits qui lui sont reprochés et les éléments publiés qui pèsent contre lui. Même en l'absence de toute enquête du PNF les faits sont là et la défense de Fillon ne convainc une majorité de personne que dans son propre camp.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

93

Re: Election présidentielle de 2017

Juste en passant très rapidement :

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t31.0-8/16707534_274200246327287_5119553879328742539_o.jpg?oh=46f9871c35372d25e3cc27f36d5874a6&oe=58FE03EB

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

Tu as un lien vers la source de l'enquête ? Hormis sur Forum jeuxvideo.com et une page Facebook "Fillon 2017 Bordeaux" je ne la retrouve nulle part... Je ne suis pas particulièrement surpris par le score de Fillon/Macron, au final la marge d'erreur des sondages traditionnels méthode des quotas peut donner la même chose. En revanche la différence de score entre Hamon et Mélenchon est surprenante, un écart de 7-8 points, c'est largement supérieur à la marge d'erreur de la moyenne des enquêtes publiées jusqu'ici. Je lis que l'étude Filteris aurait une méthodologie différente, j'aimerais bien savoir de quoi il retourne exactement.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

95

Re: Election présidentielle de 2017

Je lis ça :

La spécificité de la méthodologie exploitée par Filteris réside dans le fait de ne pas constituer d'échantillons, de ne pas poser de questions qui orientent les réponses, de ne pas opérer de redressements hasardeux auxquels les sondeurs doivent inévitablement se plier. Au contraire, la méthodologie de Filteris et de Euromediations permet de capter et d'analyser les opinions publiques et d'en dégager des tendances certaines à court, moyen et long termes.

http://www.entreprendre.fr/filteris-et- … felicitent

On peut trouver une source ici : https://www.facebook.com/FILTERIS/?fref=nf

(pas trop le temps de faire des recherches poussées...)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

C'est n'importe quoi quand même, on ne sait pas quel est l'échantillon, ni la marge d'erreur, ni la méthode de sélection de cet échantillon.

Libération publie plus d'informations sur Filteris : http://www.liberation.fr/desintox/2017/ … es_1547391

Une autre étude est régulièrement citée sur Twitter pour conforter l’idée que les instituts de sondage sous-estimeraient le candidat Mélenchon (ce qui est bien évidemment possible) : une étude non-conventionnelle basée sur une «une expertise scientifique développée à l’université Laval de Québec» situerait Mélenchon à 18% (quand François Fillon serait à 22,85% et Marine Le Pen à 20,88%). Attribuée à Filteris (entreprise spécialisée en « web-réputation) et Euromediation (cabinet de conseil), l’étude est «basée sur des calculs différents de ceux qu’utilisent habituellement les sondeurs» explique le site du magazine Entreprendre, l'un des rares médias français à relayer l'étude. Filteris et Euromediation se targuent de n'utiliser ni échantillons, ni questions, ni redressement. Ils préfèrent utiliser «les outils (moteur de recherche et algorithmes d’analyse)» pour «prendre une mesure du buzz, sur le Web et les réseaux sociaux, à laquelle s’ajoute une analyse qualitative de "sentimentalité" rendant compte des valeurs positives et négatives associées à chacun des candidats».

Une méthode encore plus opaque que celle des sondages (on ne sait ici absolument rien de la méthode utilisée, si ce n’est une «mesure du buzz»), brandie donc par les mêmes qui dénoncent le flou qui entoure les instituts de sondage. Concernant les prédictions de Filteris et Euromediation, s’ils se targuent d’avoir tablé sur une victoire de François Fillon au premier tour de la primaire de la droite, ils ont sous-estimé son score de moitié, et prédisait que son adversaire du second tour serait... Nicolas Sarkozy. On peut également s’étonner que leur méthode donnait Jean-Frédéric Poisson à 11,4% (alors qu’il n’a finalement obtenu que 1.4% des suffrages). Mais comme ils l’écrivaient juste avant le premier tour de la primaire de la droite, dans une fulgurance de lucidité que tous les instituts de sondage pourraient reprendre à leur compte : «Force est d’admettre qu’aucun analyste ne peut véritablement savoir qui se déplacera pour aller voter demain. LE SUSPENSE EST DONC À SON COMBLE.»

Bref, du grand grand n'importe quoi. Je ne pense pas que ça mérite d'être relayé sur ce forum.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

97

Re: Election présidentielle de 2017

Bof, il ne faut pas s'y fier à 100%, c'est comme pour tous les sondages. Ça donne juste une indication.
Ils avaient été les seuls à donner Trump vainqueur et Fillon en tête. Je crois qu'ils avaient pronostiqué le Brexit aussi. Mais il me semble néanmoins que cette photographie sur le 1er tour est assez juste.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

98

Re: Election présidentielle de 2017

Haha ! Tellement comique.

https://www.rts.ch/info/sciences-tech/r … video.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

Tellement habituel cela dit... alors oui il y a des nouvelles technologies pour pousser la chose au maximum, mais on a quand même vu une campagne en 2012 où Sarkozy faisait venir des encartés par milliers avec des bus tous frais payés. Blinder une salle de militants est une pratique courante à droite comme à gauche, c'est quand même bien joué de la part de Macron de réussir à blinder une salle sans parti organisé derrière lui.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

100

Re: Election présidentielle de 2017

Pitoyable.

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/16708418_10211161905176378_9004594485358442888_n.jpg?oh=5cca9e110ba9a961e85b4788ca355933&oe=58FE5F06

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)