Topic: Jean Lassalle entame un tour de France à pied

Sud Ouest a écrit:

Le député Modem des Pyrénées-Atlantiques a quitté ce mercredi matin son bureau de l'Assemblée nationale pour entamer une « marche à travers la France à la rencontre des citoyens qui le souhaiteraient ».

Il en a averti publiquement ses chers collègues dans l'hémicycle mardi soir avant de chausser des sortes de baskets noires, entre souliers de ville et souliers de marche. « Je pars habillé en parlementaire, avec ma cravate et mon costume car je tiens à rencontrer les Français en tant qu'élu de la Nation. Je ne sais pas si je pourrais tenir longtemps ainsi. Car on m'a dit que j'allais avoir l'air un peu tarte à marcher en costume le long des routes et que le pantalon de ville allait me mettre le feu aux cuisses. Mais je verrai » nous a déclaré Jean Lassalle au moment de partir.

L'élu pyrénéen a pris la direction de Dunkerque. « Pour ne pas qu'on me soupçonne d'aller rejoindre mes montagnes et commencer mon tour de France par le nord ». Il devrait coucher ce soir à Montmorency. Il ignore encore combien de temps durera son périple. « Tout dépendra de la façon dont mon initiative sera reçue et la façon dont elle fera sens ou pas » a encore dit Jean Lassalle.

Le député récuse un lien entre son initiative et la tempête « moralisatrice » qui secoue l'exécutif. « Cela fait dix ans que je caresse ce projet, depuis que j'ai été élu en 2002. Je savais qu'un jour ou l'autre, je ne pourrais plus y échapper. Je me sens pris par l'irrépressible nécessité de faire quelque chose » dit-il encore.

Au moment de partir, il a donné lecture d'un communiqué intitulé « La Marche », nom de l'association qu'il compte créer en chemin. « Je n'arrive plus à traiter les dossiers liés à mon territoire. Il me semble que c'est aussi le cas de la plupart des collègues de la Représentation nationale. Un brutal changement de monde nous a pris au dépourvu. Nous avons perdu nos repères, et notre pouvoir au nom du peuple souverain s'efface. Une fois encore, nous n'avons pas sur éviter le piège de l'hégémonie financière ».

Des mots qui prouvent que ce ras-le-bol et cette volonté de manifester contre un profond sentiment d'impuissance est également en lien avec les « forces de l'argent ». « Une terrible et profonde crise accable notre pays, suscitant le repli sur soi, et générant une profonde angoisse qui distendent jour après jour nos liens sociaux, parfois les plus intimes, dit encore le député. Nous peinons à intégrer nos jeunes, pourtant plein d'enthousiasme (...) Il me paraît urgent de rendre la parole aux citoyens (...) Cette marche, empreinte d'humilité mais déterminée, est guidée par le souci d'entendre la souffrance, le doute, mais aussi les aspirations et l'espoir des Français. Elle est mue par la conviction que le jour où l'Homme retrouvera l'Homme, chemin faisant, paisiblement, ils reconstruiront un destin partagé. »

Jean Lassalle n'en est pas à sa première initiative aussi iconoclaste que médiatique. Il avait défrayé la chronique en se livrant à une longue grève de la faim dans la salle des 4 colonnes pour sauver des emplois menacés de « sa vallée ».

Ce mec est fou, il n'a jamais fait grand chose à l'Assemblée, mais il porte un truc vraiment intéressant sur la façon de vivre la charge de représentant de la Nation.

Je lubrifie les relations humaines.

Re: Jean Lassalle entame un tour de France à pied

Forrest Gump

Re: Jean Lassalle entame un tour de France à pied

Après Jean Lassalle fait une grève de la faim et Jean Lassalle fait un tour de France, voici Jean Lassalle candidat présumé à la présidentielle. J'aurais pu aussi mettre cette info capitale dans le thread des blagues.
Il y a un point sur lequel il n'a pas tort : Bayrou ne gagnera pas. Mais ce dernier est plutôt candidat à Matignon (pour une éventuelle candidature en 2022, quand Juppé sera trop vieux).

Le Figaro a écrit:

Jean Lassalle (MoDem) pense à l'Elysée

Le député et vice-président du MoDem envisage de se présenter à l'élection présidentielle, confie son entourage.

Après avoir déclaré qu'il "ne voit pas François Bayrou gagner" en 2017, Jean Lassalle serait sur le point de jouer sa propre carte. "Je veux participer à mon niveau à l'animation d'une campagne présidentielle qui doit être d'un autre type", confirme-t-il à mi-mot au Figaro. Prenant ainsi ses distances avec une amitié de quarante ans. "Le problème c'est que le MoDem fait aujourd'hui 3%", déplore-t-il pour se justifier. "On est à un moment tourmenté de notre histoire où les gens nous demandent de changer des têtes", explique-t-il avant de désigner ceux qui ont échoué à se faire élire par les Français et qui "continuent de se présenter comme Le Pen, Hollande, Sarkozy et… Bayrou".

Bayrou ne laissera "pas un millimètre à la polémique"

Dès lundi, Jean Lassalle déclarait ne plus croire en la candidature du président du parti centriste pour 2017. "Il a essayé trois fois et je ne vois pas François Bayrou gagner", a-t-il déclaré à La semaine du Pays Basque.

Des sorties publiques peu appréciées par François Bayrou. "Je ne laisserai pas un millimètre à la polémique ni à aucune division", réagit-il auprès du Figaro. "Jean Lassalle s'oppose à l'entente que nous recherchons avec Alain Juppé. Pour moi, au contraire, rechercher le rapprochement avec des personnalités fédératrices et compatibles avec nos idées c'est, à l'heure que traverse la France, cruciale", complète-t-il. Avant d'ajouter : "Il est impossible que nous sortions le pays de l'extrême difficulté qu'il traverse si nous ne sommes pas capables de nous réunir et de nous rapprocher au delà des étiquettes partisanes."

Quant à l'hypothèse d'une candidature de Jean Lassalle en 2017, le président du MoDem n'ose l'imaginer.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/ … elysee.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)