Topic: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Un thread qui est appelé à durer, si ça continue comme ça.
Je cite de mémoire, donc dites-moi ce que j'ai oublié et dites-moi si je me suis trompé.

Promesse : réduire le nombre de ministres. Résultat : 34 ministres, soit 2 de plus que sous Sarkozy

Promesse : réduire le salaire du Président et des ministres. Résultat : le Conseil Constitutionnel a mis le holà sous prétexte de séparation des pouvoirs.

Promesse : ne pas s'entourer de ministres avec un casier judiciaire. Résultat : Ayrault, le premier d'entre eux, condamné en 1997, Moscovici, condamné en 2001, Montebourg, mis en examen en 2010, Taubira, condamnée en 2004.

Promesse : retrait total des troupes d'Afghanistan (3 500 hommes). Résultat : retrait des troupes combattantes (1 200).

Promesse : ne pas avoir recours aux sondages d'opinion comme sous Sarkozy. Résultat : ben on est un président normal, on y a donc recours, bande de larves.

Promesse : accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales. Résultat : bon, on verra ça plus tard, si on n'oublie pas, hein ?

Promesse : bloquer les prix du carburant dès le premier mois du mandat. Résultat : oups, on a oublié, pour le coup.

Promesse : ne pas faire comme le tyran Sarkozy qui désignait lui-même les dirigeants de Radio France, France Télévisions etc. Résultat : Marie-Christine Saragosse, candidate du pouvoir, nommée à la tête de l'audiovisuel extérieur de la France (France 24, RFI). On a insisté vraiment très beaucoup pour qu'elle le soit.

Pour la taxe de 75%, je tiens juste à rappeler que les artistes à la Noah et les footballeurs en sont bizarrement exclus. Pourquoi ? Mystère.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Promesse de ne pas intervenir dans la vie du PS non tenue. Désir est le candidat choisi par Hollande.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

L'abandon du projet du CNM

Mai 2012 - Les 60 engagements pour la France de François Hollande - Engagement n°44

Je ferai voter une loi d’orientation sur le spectacle vivant et je reprendrai le chantier du Centre national de la musique, pour en faire un outil au service de la diversité culturelle

Septembre 2012 - Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture, dans une interview du Monde

Pour moi, la notion d'établissement public, la création d'un établissement public supplémentaire avec des coûts fixes supplémentaires, c'est ça qui est aujourd'hui contestable", a-t-elle expliqué. "On va trouver les moyens de financer le secteur musical, mais ça ne passe pas forcément par un énième établissement public", a-t-elle martelé

http://www.lepoint.fr/politique/la-fili … 410_20.php

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

J'en ai une autre ! Le non-cumul des mandats : http://www.lemonde.fr/politique/article … 23448.html

Bon, ce n'est pas tant la faute d'Hollande que des députés PS. Mais on risque de bien rigoler quand même.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Beaucoup d'erreurs cher "FDL", on dirait que tu trolles pour le plaisir ou que tu ne sais pas porter un jugement modéré (un peu comme quand tout le monde était contre une idée parce qu'elle émanait de Sarkozy, c'est la même maintenant mais avec Hollande)...

Bref :

- Hollande n'a jamais "promis" de réduire le nombre de ministres, au contraire.
- Lorsque le CC a censuré cette disposition du PLFR, elle a été adoptée par décret (baisse des traitements).
- N'a jamais promis le retrait total des troupes d'AFG, au contraire, a toujours dit que nous garderions une présence sur place pour les missions de reconstruction.
- La convention sur les sondages est signée de manière transparente. Ce qui était reproché à Sarkozy, c'était l'opacité et, effectivement, les frais importants. Il me semble que l’Élysée a choisi un prestataire et qu'elle s'y tiendra, ça me paraît raisonnable.
- Donc du coup, j'en conclue que tu es POUR le droit de vote des résidents aux municipales ? Sinon, tu devrais être heureux qu'il y renonce, non ? Faudrait savoir ! Et par ailleurs, il y renonce parce qu'il ne pense pas pouvoir gagner un référendum sur le sujet qui diviserait trop (on voit la campagne dégueulasse que vous avez déjà faite entre les 2 tours !). Et il n'a pas la majorité des 3/5è au Congrès pour une révision constitutionnelle. Tout le monde le dit depuis les législatives, mais tu devais être sur un autre continent. wink
- Euh... Ils ont baissé les prix du carburant de 6 cts. Tu dérailles un peu là, je crois. (Et d'ailleurs, je ne suis pas satisfait de cette mesure, il faudrait au contraire augmenter la TIPCE, mais c'est un autre débat)
- Pas vraiment non, les footballers se plaignent justement de la taxe. Et quel rapport avec Yannick Noah ? Son nom apparaît dans le PLF ?
- Pour ce qui est du mandat parlementaire unique, je crois que tu plaisantes... Ou alors tu es totalement ignare en matière de vie politique française. Le blocage ne vient certainement pas de l’Élysée...


Ne pas croire que j'approuve tout ce que Hollande fait, ce n'est pas le cas. Mais difficile de discuter sur un forum avec des gens qui prétendent que tout est pourri d'un côté et tout génial de l'autre (peu importe que le bon côté soit la "gauche" ou la "droite" d'ailleurs). Un peu d'objectivité, de recul critique ne te feraient pas de mal. Après tout, ce forum est celui des étudiants de Sciences Po. smile

Last edited by Rayan (14-09-2012 19:24:51)

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Mon cher Rayan, il faudra vraiment que tu apprennes à lire les messages avant d'extrapoler, ça va te jouer des tours.
Bon, allons-y.


Rayan a écrit:

- Hollande n'a jamais "promis" de réduire le nombre de ministres, au contraire.

Je veux bien t'accorder la première partie de ta phrase. Je citais de mémoire, donc après vérification, il avait promis "une dizaine de grands pôles autour desquels l’action gouvernementale doit être menée." Ce qui ne veut pas dire qu'il emploierait davantage de ministres, soit dit en passant, "au contraire".

- Lorsque le CC a censuré cette disposition du PLFR, elle a été adoptée par décret (baisse des traitements).

Là, c'était plus pour le côté comique de la chose.

- N'a jamais promis le retrait total des troupes d'AFG, au contraire, a toujours dit que nous garderions une présence sur place pour les missions de reconstruction.

Tu es de mauvaise foi car une des 60 propositions était : "J'engagerai un retrait immédiat de nos troupes d'Afghanistan : il n'y aura plus de troupes françaises dans ce pays à la fin de l'année 2012."
Ça me paraît pourtant clair.

- La convention sur les sondages est signée de manière transparente. Ce qui était reproché à Sarkozy, c'était l'opacité et, effectivement, les frais importants. Il me semble que l’Élysée a choisi un prestataire et qu'elle s'y tiendra, ça me paraît raisonnable.

Re-mauvaise foi. Hollande avait promis qu'il ne commanderait plus de sondages s'il était élu. Point.
http://www.rfi.fr/france/20120913-franc … zy-opinion

http://www.rue89.com/rue89-politique/20 … sse-235303

etc.

- Donc du coup, j'en conclue que tu es POUR le droit de vote des résidents aux municipales ? Sinon, tu devrais être heureux qu'il y renonce, non ? Faudrait savoir ! Et par ailleurs, il y renonce parce qu'il ne pense pas pouvoir gagner un référendum sur le sujet qui diviserait trop (on voit la campagne dégueulasse que vous avez déjà faite entre les 2 tours !). Et il n'a pas la majorité des 3/5è au Congrès pour une révision constitutionnelle. Tout le monde le dit depuis les législatives, mais tu devais être sur un autre continent. ;)

Mon bon, ce n'est pas parce que je lui reproche de ne pas tenir ses promesses que j'approuve ces mêmes promesses. Comme dans le thread sur les révolutions arabes, tu extrapoles.
J'avais souligné sa reculade sur les 75% mais je n'approuve pas cette taxe.
Et s'il ne pense pas pouvoir gagner un référendum, soit il ne fait pas de référendum, soit il ne promet pas des choses qu'il sait pertinemment qu'il ne pourra pas tenir.

- Euh... Ils ont baissé les prix du carburant de 6 cts. Tu dérailles un peu là, je crois. (Et d'ailleurs, je ne suis pas satisfait de cette mesure, il faudrait au contraire augmenter la TIPCE, mais c'est un autre débat)

J'espère que tu lis tes sujets de dissertation mieux que tu ne lis mes messages car je vais me faire du souci pour toi.
La promesse consistait à bloquer le prix du carburant le premier mois de son mandat. Ça n'a pas été respecté, source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012 … llande.php

Quant à la baisse de 6 centimes, elle vient d'avoir lieu.

- Pas vraiment non, les footballers se plaignent justement de la taxe.

Tu m'étonnes qu'ils s'en plaignent, ils n'ont pas envie d'y être assujettis. D'ailleurs, quelle est ta source ?

Et quel rapport avec Yannick Noah ? Son nom apparaît dans le PLF ?

La taxe devait originellement épargner sportifs et artistes. Noah est un "artiste", non ?
Je m'appuyais sur ça : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/ … 32167.html

Après vérification, il avait été question d'aménagements pour ces derniers : http://www.capital.fr/finances-perso/ac … pin-754183

Et ensuite, pas d'exceptions : http://www.bfmtv.com/politique/direct-h … 33370.html

On attend de voir mais c'est révélateur d'une certaine cacophonie.

- Pour ce qui est du mandat parlementaire unique, je crois que tu plaisantes... Ou alors tu es totalement ignare en matière de vie politique française. Le blocage ne vient certainement pas de l’Élysée...

Mon bon Rayan, j'avais pourtant précisé "ce n'est pas tant la faute d'Hollande que des députés PS".
Il faut que je le souligne mes textes en quelle couleur pour que tu les lises correctement ? 


Mais difficile de discuter sur un forum avec des gens qui prétendent que tout est pourri d'un côté et tout génial de l'autre (peu importe que le bon côté soit la "gauche" ou la "droite" d'ailleurs). Un peu d'objectivité, de recul critique ne te feraient pas de mal.

Bon, dans ces cas-là, on écrit "lol".
Pendant 5 ans (puisque je me suis inscrit en 2007 ici), j'ai critiqué Sarkozy, de manière plutôt raisonnable car je ne m'appelle pas Gambetta ou Orcid. Quand il a fait de bonnes choses, j'ai approuvé ou je n'ai rien dit. Quand il en a fait de mauvaises, je me suis exprimé, et plutôt deux fois qu'une (je me souviens encore de l'épisode de l'EHPAD). Quand j'ai créé le thread des personnalités détestables, le premier sur lequel j'ai versé mon mépris, c'était Lefebvre. Etc. Bref.
Avec Hollande, ce sera pareil. Sauf que ce forum est majoritairement constitué de gens de gauche, voire carrément de porte-paroles du gouvernement (désolé, Greg :D). Il n'y a guère que Bouh, Sabaidee et les zozos comme Buko qui soient dans le camp de l'opposition. Je ne fais qu'ajouter un peu de pluralisme. Alors forcément, quand on s'attaque à Hollande sur ce forum, ça se remarque tout de suite. Donc pour l'objectivité et le recul critique, je pense en être suffisamment pourvu.

Après tout, ce forum est celui des étudiants de Sciences Po. :)

Eh bien quand je lis tes conclusions péremptoires, parfois je me pose la question. Mais sans rancune.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

FDL a écrit:

Pendant 5 ans (puisque je me suis inscrit en 2007 ici), j'ai critiqué Sarkozy, de manière plutôt raisonnable car je ne m'appelle pas Gambetta ou Orcid. Quand il a fait de bonnes choses, j'ai approuvé ou je n'ai rien dit. Quand il en a fait de mauvaises, je me suis exprimé, et plutôt deux fois qu'une (je me souviens encore de l'épisode de l'EHPAD). Quand j'ai créé le thread des personnalités détestables, le premier sur lequel j'ai versé mon mépris, c'était Lefebvre. Etc. Bref.
Avec Hollande, ce sera pareil. Sauf que ce forum est majoritairement constitué de gens de gauche, voire carrément de porte-paroles du gouvernement (désolé, Greg big_smile). Il n'y a guère que Bouh, Sabaidee et les zozos comme Buko qui soient dans le camp de l'opposition.

Je suis plutôt d'accord: FDL est le centre mou du forum.  smile

Face au côté porte-parole du PS de certains et aux outrances à l'encontre de Sarko (à l'époque), effectivement, il m'est assez difficile de ne pas soutenir l'opposition.

Après la démarche de noter les promesses non tenues car intenables de Hollande, cela me semble de bonne guerre. Surtout qu'on peut légitimement s'interroger s'il les a prises par démagogie ou s'il les a prises dans la précipitation sans avoir mesuré les conséquences. Il est logique qu'à partir du moment quelqu'un occupe le pouvoir, il soit scruté en permanence, même par des personnes telles FDL dont l'orientation politique est assez peu perceptible vu qu'il flingue à tout va.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Merci pour les réponses qui permettent d'engager une vraie discussion.

Sur le carburant, comme je l'ai dit, je suis pour une hausse des taxes donc c'est une erreur quoiqu'il en soit. Mais ceci étant dit, le prix du baril baissait en mai-juin, il n'y avait donc aucun intérêt à bloquer les prix à la pompe !

Pour les 75%, Les Echos ont fait un gros buzz sur l'idée qu'elle était finalement rabotée... De mes sources, il n'en est rien. Nous verrons bien le PLF. Mais on peut difficilement parler de promesse non tenue à ce stade.

Je fais amende honorable sur le non cumul. Opposition des députés d'ailleurs proprement scandaleuse et infondée. Alors même que les militants ET LES FRANÇAIS ont largement approuvé ce principe.

Pas de problème avec la démarche même s'il me semble que vous vous plantez de cible. Ce ne sont pas tant les "promesses non tenues" de Hollande (car en toute objectivité, il a peu promis par rapport aux précédentes campagnes) qu'il faudrait répertorier mais plutôt les promesses qu'il n'a pas faites et qu'il aurait dû faire ! Sur le financement de la SS, sur le marché du travail, sur les réductions de dépenses (qu'il réalise dans les faits mais sans l'avoir dit car toute une frange de l'électorat ne l'aurait pas soutenu). Mesures que je soutiens d'ailleurs et que j'aimerais voir le gouvernement (et notamment cette truffe d'Ayrault) soutenir avec un peu plus de véhémence et d'ardeur.

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Saibadee a écrit:

Après la démarche de noter les promesses non tenues car intenables de Hollande, cela me semble de bonne guerre. Surtout qu'on peut légitimement s'interroger s'il les a prises par démagogie ou s'il les a prises dans la précipitation sans avoir mesuré les conséquences.

De mémoire, il avait dit qu'il ne faisait que les promesses qu'il pouvait et qu'il allait tenir. wink

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Arken a écrit:

De mémoire, il avait dit qu'il ne faisait que les promesses qu'il pouvait et qu'il allait tenir. wink

Ils disent tous ça, mais c'est donc logique de traquer les renoncements.

Rayan a écrit:

le droit de vote des résidents aux municipales ? Sinon, tu devrais être heureux qu'il y renonce, non ? Faudrait savoir ! Et par ailleurs, il y renonce parce qu'il ne pense pas pouvoir gagner un référendum sur le sujet qui diviserait trop (on voit la campagne dégueulasse que vous avez déjà faite entre les 2 tours !). Et il n'a pas la majorité des 3/5è au Congrès pour une révision constitutionnelle.

Je suis d'accord sur le débat apaisé, mais cela nécessite de ne pas décréter ce que dit l'autre comme dégueulasse. Je trouve personnellement que les arguments contre le droit de vote des étrangers sont cohérents et qu'ils ne sont pas "dégueulasses". C'est tant mieux que Hollande ne tienne pas cette promesse stupide tout comme Mitterrand l'avait enterrée.

Sur le sujet, on peut légitimement s'interroger Hollande a-t-il fait une promesse qu'il savait ne pas pouvoir tenir car il y avait très peu de chances compte tenu du scrutin et de bastions de la droite qu'il puisse envisager obtenir les 3/5è et donc c'était une promesse pour rien.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Non non je n'ai jamais dit que les arguments étaient dégueulasses. Je parlais des polémiques à deux balles et du clip d'entre 2 tours parlant d'une identité nationale menacée avec en fond des écriteaux en arabe et des migrants qui se font arrêter par la police.. Populisme à deux balles, je le répète. L'équivalent à l'extrême-droite de ce que les 75% étaient pour l'électorat Mélenchon.

Maintenant, quelqu'un qui dirait "je suis pour n'accorder le droit de vote qu'aux citoyens Français" (encore faut-il définir ce que représentent alors les communautaires de l'UE - mais c'est un autre débat), je l'entends tout à fait !

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Rayan a écrit:

Maintenant, quelqu'un qui dirait "je suis pour n'accorder le droit de vote qu'aux citoyens Français" (encore faut-il définir ce que représentent alors les communautaires de l'UE - mais c'est un autre débat), je l'entends tout à fait !

Deux remarques: bon courage aussi pour définir la "citoyenneté" qui ne semble pas - à ma connaissance - être définie par aucun texte.

Par ailleurs, si tu regardes ton passeport, tu noteras qu'il indique République Française puis Union Européenne (et non Union Méditerranéenne, Union Eurasienne ou quoique ce soit d'autre).

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Merci Rayan de répondre à ce poste de FDL qui me paraît très excessif. Je suis d'accord à 100% avec tes arguments et n'ai rien à ajouter (même sur ce que tu dis sur la taxe pétrole !).

On a l'impression FDL que tu cherche la plus petite bête, quitte à l'inventer, pour attaquer François Hollande. Je ne vois pas d'où te viens cette farouche hantise à son égard.

Je trouve que François Hollande a apaisé la France, met en place sa politique plutôt rapidement et au niveau économique international, il a non seulement rassuré les marchés internationaux qui prêtent à la France à des taux négatifs, mais il a également pris la tête d'une Europe de la croissance qui a pu atténuer le pacte d'austérité imposé par Angela Merkel à Nicolas Sarkozy. Le sommet du 29 juin a instauré une remontée spectaculaire des marchés européens et a mis en déroute tous ceux qui pariaient sur la dissolution de l'euro. Enfin, la réduction du déficit public et la stabilisation de l'endettement sont en cours et les premiers chiffres positifs sont tombés cette semaine.
Rien que cela me parait être une oeuvre non négligeable.

Maintenant, il va falloir s'attaquer au chômage et redresser la compétitivité de notre économie. Je crois que tout le monde, au sein du gouvernement, en est conscient.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

14

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Greg a écrit:

Je trouve que François Hollande a apaisé la France, met en place sa politique plutôt rapidement et au niveau économique international, il a non seulement rassuré les marchés internationaux qui prêtent à la France à des taux négatifs, mais il a également pris la tête d'une Europe de la croissance qui a pu atténuer le pacte d'austérité imposé par Angela Merkel à Nicolas Sarkozy. Le sommet du 29 juin a instauré une remontée spectaculaire des marchés européens et a mis en déroute tous ceux qui pariaient sur la dissolution de l'euro. Enfin, la réduction du déficit public et la stabilisation de l'endettement sont en cours et les premiers chiffres positifs sont tombés cette semaine.
Rien que cela me parait être une oeuvre non négligeable.

Non mais là-dessus, tu es hors sujet, Greg. Ce thread traite des promesses non-tenues d'Hollande, pas de ce qu'il a réalisé jusqu'à présent. Il y a une autre discussion à ce sujet, "Hollande, Président de la République".

Greg a écrit:

Merci Rayan de répondre à ce poste de FDL qui me paraît très excessif. Je suis d'accord à 100% avec tes arguments et n'ai rien à ajouter (même sur ce que tu dis sur la taxe pétrole !).

On a l'impression FDL que tu cherche la plus petite bête, quitte à l'inventer, pour attaquer François Hollande. Je ne vois pas d'où te viens cette farouche hantise à son égard.

Je suis excessif et j'invente ? Pourtant, j'ai cité mes sources (contrairement à Rayan d'ailleurs).
Je veux bien ton avis sur le cas des ministres condamnés ou en examen, sur le recours aux sondages d'opinion, sur la reculade à propos du droit de vote des étrangers etc. Ce dont j'ai parlé, en gros.

Et je n'ai pas de "farouche hantise". J'ai expliqué juste au-dessus que je souhaitais apporter un peu de pluralisme. J'avais fait la même chose, peu ou prou, avec Sarkozy.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Je parle notamment de cette supputation sur l'idée d'exclure sportifs et artistes de la taxe à 75%, qui a été diffusée sans aucune base sérieuse par bon nombre de journaux et que tu as repris ici même.

Pour le reste, un Président doit savoir s'adapter aux situations. Quel intérêt de bloquer le prix de l'essence à un moment où le marché est baissier ? Il ne faut pas non plus être idiot. En revanche, dès lors que le marché a commencé à remonter, l'opportunité non plus seulement d'un blocage mais d'une baisse peut devenir intéressante dès lors que l'objectif d'aider le pouvoir d'achat est une priorité, par rapport à l'objectif de modération énergétique. Le pouvoir d'achat ayant tant diminué au cours des dernières années qu'un coup de pouce peut être utile à l'économie. Hollande est donc sur ce point allé au-delà de sa promesse électorale.

Pour le reste, je trouve que les éléments que tu mets en avant sont anecdotiques, très anecdotiques, non seulement par rapport aux grosses promesses oubliées de Sarkozy (et aux promesses dangereuses de sa campagne de 2012 qu'il n'aurait pas non plus pu tenir), et au regard des avancées accomplies sur le terrain de la confiance économique aux créanciers, sur le terrain de la réduction du déficit public, autrement plus importants que tous les éléments que tu cites.

Sur les sondages d'ailleurs, on imagine assez mal un Président barricadé dans sa tour d'ivoire ne cherchant pas à connaître l'avis de ses concitoyens sur tel ou tel idée, mesure ou projet. Cette promesse ne figure pas dans son projet présidentiel mais ressort d'une ITV où Hollande avait certainement voulu montrer un contraste avec les pratiques - illégales au demeurant - de son prédécesseur. Ces sondages ne se feront en effet plus entre copains et coquins, en masse et sans appel d'offre, comme cela avait été fait au cours du quinquennat précédent.

Sur le droit de vote des étrangers aux élections municipales (NDLR ceux vivant depuis plus de 5 ans en France et payant leurs impôts), je ne vois pas ce qui te permets d'affirmer que c'est une promesse non tenue ! Il reste encore 4 ans et demi de mandat !! Idem pour la promesse de ne plus nommer les dirigeants de l'audiovisuel public : il faut une loi pour modifier ces éléments et le calendrier parlementaire est comme tu t'en doutes certainement est extrêmement chargé ! Sur l'Afghanistan, heureusement que l'on reste pour tout ce qui est humanitaire.

Bref, ça fait beaucoup de points où tu devrais adopter une plus grande mesure plutôt que de, je le maintiens, chercher de toutes petites bêtes. Là ça fait un peu "j'ai 8 ans je découvre la politique et le compromis avec l'Histoire".

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

- Euh... Ils ont baissé les prix du carburant de 6 cts. Tu dérailles un peu là, je crois. (Et d'ailleurs, je ne suis pas satisfait de cette mesure, il faudrait au contraire augmenter la TIPCE, mais c'est un autre débat)

J'espère que tu lis tes sujets de dissertation mieux que tu ne lis mes messages car je vais me faire du souci pour toi.
La promesse consistait à bloquer le prix du carburant le premier mois de son mandat. Ça n'a pas été respecté, source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012 … llande.php

Quant à la baisse de 6 centimes, elle vient d'avoir lieu.

FDL : Si il n'a pas touché aux prix de l'essence le premier mois de son mandat c'est tout simplement car les prix à la pompe étaient en pleine régression. Il aurait été inutile d'y toucher. Puis quand les prix se sont envolés il a tenu la promesse et fait son travail, c'est tout.

Je ne suis pas un fervent supporter mais maintenant qu'il est élu je pense qu'on doit lui laisser sa chance.
"Paris ne s'est pas fait en un jour"

17

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Greg a écrit:

Je parle notamment de cette supputation sur l'idée d'exclure sportifs et artistes de la taxe à 75%, qui a été diffusée sans aucune base sérieuse par bon nombre de journaux et que tu as repris ici même.

Aucune base sérieuse ? Il s'agit juste de Michel Sapin, qui avait parlé d'aménagements, cf mon lien. Mais il ne doit pas être très sérieux. Ce qui est probable, c'est qu'ils avaient dû imaginer les exempter au départ mais devant le tollé (quoique...) que ça aurait créé, il y a eu débat, d'où la cacophonie, d'où la possibilité d'aménagements, finalement démentie, mais qui reste plausible. Ce n'est qu'une supposition mais cela me semble crédible.

Pour le reste, un Président doit savoir s'adapter aux situations. Quel intérêt de bloquer le prix de l'essence à un moment où le marché est baissier ? Il ne faut pas non plus être idiot.

Alors peut-on m'expliquer l'intérêt de faire une telle promesse si l'on sait que ce marché est soumis à de telles fluctuations ? En faisant cette promesse, Hollande aurait-il pris les Français pour des idiots ? Je n'ose le croire, n'est-ce pas ?

Pour le reste, je trouve que les éléments que tu mets en avant sont anecdotiques, très anecdotiques, non seulement par rapport aux grosses promesses oubliées de Sarkozy (et aux promesses dangereuses de sa campagne de 2012 qu'il n'aurait pas non plus pu tenir), et au regard des avancées accomplies sur le terrain de la confiance économique aux créanciers, sur le terrain de la réduction du déficit public, autrement plus importants que tous les éléments que tu cites.

Oh ben bien sûr, ne pas respecter les promesses électorales, c'est très anecdotique. D'ailleurs, je ne comprends pas pourquoi les candidats s'évertuent à présenter un programme, c'est très anecdotique finalement.

Sur les sondages d'ailleurs, on imagine assez mal un Président barricadé dans sa tour d'ivoire ne cherchant pas à connaître l'avis de ses concitoyens sur tel ou tel idée, mesure ou projet.

Il faut dire ça à Hollande. Peut-être qu'il a trop voulu jouer au président normal.

Cette promesse ne figure pas dans son projet présidentiel mais ressort d'une ITV où Hollande avait certainement voulu montrer un contraste avec les pratiques - illégales au demeurant - de son prédécesseur.

Oui et alors ? Quelle différence ? Une promesse est une promesse, qu'elle apparaisse dans le programme ou au détour d'une interview.

Ces sondages ne se feront en effet plus entre copains et coquins, en masse et sans appel d'offre, comme cela avait été fait au cours du quinquennat précédent.

Peut-être mais je répète, ce n'est pas le sujet de cette discussion qui porte sur les promesses non-tenues d'Hollande.

Sur le droit de vote des étrangers aux élections municipales (NDLR ceux vivant depuis plus de 5 ans en France et payant leurs impôts), je ne vois pas ce qui te permets d'affirmer que c'est une promesse non tenue ! Il reste encore 4 ans et demi de mandat !!

Tu es d'une mauvaise foi assez incroyable. La raison pour laquelle cette promesse ne va pas être tenue, c'est parce que la gauche ne dispose pas des trois cinquièmes des parlementaires, qui lui permettrait de réviser la Constitution sans le concours d'une partie de l'opposition. L'opposition y étant farouchement opposée, il n'y a pas de revirement à attendre de ce côté-là. Alors, comment faire ? L'enterrer en douce comme Mitterrand l'avait fait, alors qu'il s'agissait, là encore, d'une de ses promesses.

Idem pour la promesse de ne plus nommer les dirigeants de l'audiovisuel public : il faut une loi pour modifier ces éléments et le calendrier parlementaire est comme tu t'en doutes certainement est extrêmement chargé !

Hahaha ! Non mais attends, le PS a dit pis que pendre de la façon dont le pouvoir nommait les candidats de son propre bord à la tête de ces institutions. Et à juste titre d'ailleurs. Le fait que le président de la République puisse nommer le président de l'audiovisuel public est une bêtise absolue. Or, que fait le pouvoir actuellement en place ? Il nomme une de ses créatures alors qu'il aurait bien pu nommer une personnalité neutre voire de l'opposition, pour ne pas être accusé de collusion (titre d'un thread de ce forum, d'ailleurs, n'est-ce pas ?).

Sur l'Afghanistan, heureusement que l'on reste pour tout ce qui est humanitaire.

Le fait est qu'il reste des troupes alors qu'il avait dit que la totalité serait évacuée.

Bref, ça fait beaucoup de points où tu devrais adopter une plus grande mesure plutôt que de, je le maintiens, chercher de toutes petites bêtes. Là ça fait un peu "j'ai 8 ans je découvre la politique et le compromis avec l'Histoire".

Merci pour cette leçon de morale teintée de mépris évident. Quelle est la position la plus puérile ? Prendre du recul en reconnaissant les avantages mais en pointant aussi les erreurs d'un gouvernement, d'une politique, ou bien s'en faire le défenseur invétéré, par idéologie et suivisme, qu'elles qu'en soient les conséquences, quitte à avaler des couleuvres ? Car c'est ce que tu as fait avec les expulsions des Roms par exemple : tu en es venu à les justifier alors que tu étais le premier à fustiger cette méthode sous Sarkozy. Tu t'en es défendu d'ailleurs tellement mollement que tu n'as convaincu personne. Demande à Broz, qui est de gauche (dure, certes, mais de gauche quand même) ce qu'il pense de leurs expulsions et s'il approuve Valls.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Je vois pas où FDL cherche la petite bête Greg, par contre tes propos et arguments suintent l'opinion partiale à plein nez et le manque de recul.

Bref, +1 FDL.

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Arken a écrit:

Je vois pas où FDL cherche la petite bête Greg, par contre tes propos et arguments suintent l'opinion partiale à plein nez et le manque de recul.

J'ai une opinion partiale, je ne m'en cache pas, je ne l'ai jamais caché. Et contrairement à certains je l'assume et j'agis à visage découvert.

C'est bien cela, la politique, à un moment donné. On choisit une orientation et pas une autre. C'est l'éthique de conviction. N'en déplaise à Max Weber, je ne crois pas qu'elle exclue l'éthique de responsabilité.

FDL a écrit:
Greg a écrit:

Je parle notamment de cette supputation sur l'idée d'exclure sportifs et artistes de la taxe à 75%, qui a été diffusée sans aucune base sérieuse par bon nombre de journaux et que tu as repris ici même.

Aucune base sérieuse ? Il s'agit juste de Michel Sapin, qui avait parlé d'aménagements, cf mon lien. Mais il ne doit pas être très sérieux. Ce qui est probable, c'est qu'ils avaient dû imaginer les exempter au départ mais devant le tollé (quoique...) que ça aurait créé, il y a eu débat, d'où la cacophonie, d'où la possibilité d'aménagements, finalement démentie, mais qui reste plausible. Ce n'est qu'une supposition mais cela me semble crédible.

Une réflexion préliminaire n'est pas une décision ! On peut évoquer des pistes, des hypothèses, des "ballons d'essais" même et trancher au final. Partir bille en tête sur un projet sans étudier diverses possibilités, c'est évidemment prendre le risque de se tromper ou de réaliser un mauvais projet.

Pour le reste, un Président doit savoir s'adapter aux situations. Quel intérêt de bloquer le prix de l'essence à un moment où le marché est baissier ? Il ne faut pas non plus être idiot.

Alors peut-on m'expliquer l'intérêt de faire une telle promesse si l'on sait que ce marché est soumis à de telles fluctuations ? En faisant cette promesse, Hollande aurait-il pris les Français pour des idiots ? Je n'ose le croire, n'est-ce pas ?

Tu t'enferres dans une volonté étrange de ne pas voir la réalité : il est allé au-delà de sa promesse, même s'il en a un peu modifié le calendrier devant les fluctuations des cours... Pour le reste, lorsqu'il en fit la promesse (en début d'année), les cours du pétrole étaient à la hausse.

Sur les sondages d'ailleurs, on imagine assez mal un Président barricadé dans sa tour d'ivoire ne cherchant pas à connaître l'avis de ses concitoyens sur tel ou tel idée, mesure ou projet.

Il faut dire ça à Hollande. Peut-être qu'il a trop voulu jouer au président normal.

Un Président normal a justement besoin de connaître l'avis de ses concitoyens sur les projets qu'il envisage ou qu'il propose.

Sur le droit de vote des étrangers aux élections municipales (NDLR ceux vivant depuis plus de 5 ans en France et payant leurs impôts), je ne vois pas ce qui te permets d'affirmer que c'est une promesse non tenue ! Il reste encore 4 ans et demi de mandat !!

Tu es d'une mauvaise foi assez incroyable. La raison pour laquelle cette promesse ne va pas être tenue, c'est parce que la gauche ne dispose pas des trois cinquièmes des parlementaires, qui lui permettrait de réviser la Constitution sans le concours d'une partie de l'opposition. L'opposition y étant farouchement opposée, il n'y a pas de revirement à attendre de ce côté-là. Alors, comment faire ? L'enterrer en douce comme Mitterrand l'avait fait, alors qu'il s'agissait, là encore, d'une de ses promesses.

J'ose espérer que tu es au courant qu'il existe deux voies pour modifier la Constitution : la procédure de révision de l'Article 89 de la Constitution (à laquelle tu fais référence) et la procédure de l'Article 11. Rien n'est enterré donc.

Idem pour la promesse de ne plus nommer les dirigeants de l'audiovisuel public : il faut une loi pour modifier ces éléments et le calendrier parlementaire est comme tu t'en doutes certainement est extrêmement chargé !

Hahaha ! Non mais attends, le PS a dit pis que pendre de la façon dont le pouvoir nommait les candidats de son propre bord à la tête de ces institutions. Et à juste titre d'ailleurs. Le fait que le président de la République puisse nommer le président de l'audiovisuel public est une bêtise absolue. Or, que fait le pouvoir actuellement en place ? Il nomme une de ses créatures alors qu'il aurait bien pu nommer une personnalité neutre voire de l'opposition, pour ne pas être accusé de collusion (titre d'un thread de ce forum, d'ailleurs, n'est-ce pas ?).

Encore une fois, il y aura une loi pour en modifier les modalités, mais tant que cette loi n'est pas prise (et en effet, je pense qu'il ne s'agit pas d'une priorité, ni d'un point de vue économique, ni du point de vue de l'intérêt des Français...), on fait quoi ? On laisse les postes vacants ?

Sur l'Afghanistan, heureusement que l'on reste pour tout ce qui est humanitaire.

Le fait est qu'il reste des troupes alors qu'il avait dit que la totalité serait évacuée.

Si tu veux. C'est un peu cela "chercher la petite bête". Reste que parfois, il faut savoir faire des compromis entre une promesse qui avait des limites intrinsèques, et la meilleure politique possible qui permet de concilier la nécessité de mettre un terme à un engagement militaire inutile et daté et une responsabilité humanitaire.

Pour le reste, il n'y a pas de "mépris", mais je persiste à penser que l'on est contraint d'exagérer lorsque l'on veut attaquer François Hollande. En fait le côté Don Quichotte de ton topic me fait plutôt sourire.

Une politique, c'est un ensemble. Le Diable se cache dans les détails certes et chacun pourra trouver le détail qui l'indispose au sein de la liste que tu mentionnes. Je ne sais s'il s'agit d'un manque de recul comme Arken et toi le dites, mais en ce qui me concerne, je trouve que dans l'ensemble, la politique menée commence à produire de bons effets et qu'elle a apaisé l'état d'esprit des Français. Et en tout cas, on est loin, très loin des revirements massifs, du double langage infernal et permanent, de la lourdeur et de l'inefficacité de la politique de son prédécesseur. A côté de tout cela, ce que tu mentionnes (et dont bon nombre de points sont contestables) reste en effet, à mes yeux (eh oui, toujours cette subjectivité...) de l'ordre du détail.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

20

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Bon, ça va être un dialogue de sourds donc je ne vais pas insister. Je reviens juste sur les deux points suivants :

J'ose espérer que tu es au courant qu'il existe deux voies pour modifier la Constitution : la procédure de révision de l'Article 89 de la Constitution (à laquelle tu fais référence) et la procédure de l'Article 11. Rien n'est enterré donc.

Oui, l'article 11 relatif au référendum. Mais comme on l'a dit plus haut, il y a de grandes chances pour que le gouvernement perde le référendum. Ou, à défaut, qu'il clive trop fortement la société sur un sujet épineux et casse-gueule. Il faudrait être inconscient pour s'y risquer. Et ce n'est pas en quatre ans que les avis changeront là-dessus.

Encore une fois, il y aura une loi pour en modifier les modalités, mais tant que cette loi n'est pas prise (et en effet, je pense qu'il ne s'agit pas d'une priorité, ni d'un point de vue économique, ni du point de vue de l'intérêt des Français...), on fait quoi ? On laisse les postes vacants ?

Je suis d'accord qu'il y a actuellement une loi, qu'il faut changer, et que ça prendra du temps. Mais comme j'ai dit au-dessus, pourquoi avoir nommé une personnalité bénéficiant d'un soutien trop manifeste du pouvoir alors qu'il aurait été plus salutaire pour le pluralisme et plus sain pour la démocratie de nommer une personnalité neutre ? Cela ne remet pas en cause les capacités et talents de Marie-Christine Saragosse mais sa nomination est irrémédiablement suspecte, tout comme l'a été celle de Pfimlin ou celle de Hees sous Sarkozy.

Voici trois sources intéressantes : http://blogs.lexpress.fr/media/2012/09/ … saragosse/ (où l'on voit qu'elle a été nommée en 48 heures à peine)

http://www.lepoint.fr/chroniques/aef-de … 5708_2.php

http://www.telerama.fr/medias/marie-chr … ,86263.php

Deux jours, ce n'est pas précipité pour désigner la personne qui occupera ce poste crucial ?

Autre chose là-dessus. Certes, je sais qu'il y a une loi et qu'il faut du temps pour la changer. Je sais aussi qu'il fallait nommer un autre président à la place de Pouzilhac qui avait démissionné. Or, ce dernier n'a pas démissionné volontairement, il y a été encouragé (source : http://www.lefigaro.fr/medias/2012/07/1 … ortie.php) alors que son mandat se terminait en février 2013. D'ici février 2013, une loi sur la nomination des présidents de l'audiovisuel public aurait pu être mise sur le tapis. En le poussant à la démission, on savait pertinemment que c'était Hollande lui-même qui lui choisirait un successeur. Cocasse quand on se souvient de la tirade : "Moi président de la République, je n'aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique, je laisserai ça à des instances indépendantes."

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Greg a écrit:

On choisit une orientation et pas une autre. C'est l'éthique de conviction.

Non, c'est l'esprit partisan sectaire et bien aveugle.

Tu en as fait des tonnes pendant toute la campagne sur le devoir d'exemplarité de Hollande et maintenant qu'il est élu, qu'on le voit aux manettes et qu'on peut juger son exemplarité, tu estimes la démarche puérile.

Ce que je préfère quand même, c'est quand tu écris que Sarko n'a pas respecté ses promesses passées et n'allait pas respecter ses promesses de la campagne alors que chez Hollande, ce sont de menus détails et des adaptations.  smile

Menus détails! Comme un sujet aussi important que la règle d'or? Comme un sujet sur la suppression du gel du barème de l'IR?..

Je suis d'accord qu'une politique, c'est un ensemble, il n'en reste pas moins que Hollande est là depuis 5 mois, qu'on peut considérer qu'il a pris les mesures qui lui apparaissaient comme les plus urgentes et on peut donc s'interroger sur ses premières mesures. Et l'on peut aussi s'interroger sur les mesures qui vont suivre, quand l'on va entrer dans le vif du sujet de la réduction des déficits publics.

Greg en avril 2012 a écrit:

Tu pourras éventuellement parler de mensonge si des promesses de campagne ne sont pas engagées par François Hollande. Aujourd'hui, c'est un procès d'intention, ce dont ne se prive pas Nicolas Sarkozy d'ailleurs.

http://forum-scpo.com/forum-scpo/post50 … ml#p503188

Les paroles s'envolent, les écrits restent.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Un appel de 75 parlementaires socialistes est paru aujourd'hui dans le monde en faveur du droit de vote des étrangers:

Le Monde a écrit:

a 50e proposition de François Hollande pour l'élection présidentielle est courageuse et reflète une évolution nécessaire du code électoral français : "J'accorderai le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidant légalement en France depuis cinq ans."

Il reprend ainsi une proposition qu'avait déjà émise, sans pouvoir la réaliser, François Mitterrand en 1981, reconnaissant ainsi la contribution des étrangers à toutes les facettes de la vie de notre pays, qu'il s'agisse de vie économique, associative, culturelle, artistique, etc. Et c'est sans compter leur participation égale à l'impôt, qui reflète plus que tout leur appartenance à la République.
François Hollande a mis en avant, tout au long de sa campagne, une conception de la citoyenneté ouverte, digne héritière de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, sans qu'un lien entre citoyenneté et nationalité soit indispensable. Les sirènes de l'UMP et du Front national ne le firent pas reculer lors de la campagne, au contraire : ce sujet tranche net la séparation entre la gauche et la droite.

"LE TEMPS PRESSE"

L'obstacle des mœurs invoqué par François Mitterrand en 1988 n'en est plus un : en novembre 2011, 61 % des Français y étaient favorables. Après de nombreuses tentatives de la part des parlementaires de gauche pour proposer le droit de vote des étrangers, à l'Assemblée et au Sénat sous des gouvernements de droite, une loi constitutionnelle a été adoptée au Sénat le 8 décembre 2011.

A la veille de la reprise des travaux parlementaires, le temps presse. En effet, mettre en place le droit de vote et d'éligibilité des étrangers aux élections municipales ne se fera pas en un jour. D'abord parce que l'adoption de la loi constitutionnelle à l'Assemblée nationale, la réforme de la Constitution par le Parlement, la loi organique et sa mise en application requièrent un temps incompressible.

Par ailleurs, cette mesure changera la nature du corps électoral en France : loin d'être votée à la va-vite, elle doit au contraire être discutée publiquement pour en expliquer la portée et sa contribution à une République réconciliée avec ses citoyens.

A celles et ceux qui nous disent que nous voulons favoriser le communautarisme par cette mesure, nous répondons que c'est au contraire l'inégalité de traitement entre l'élu et ses administrés qui favorise une organisation communautarisée de la société. Aujourd'hui, les étrangers, qui contribuent à la vie locale notamment par l'impôt, sont placés en situation d'invisibilité politique.

Pour rappel et afin de calmer les ardeurs nationalistes de la droite, en comptant les ressortissants de l'Union européenne, les étrangers participant aux scrutins municipaux représenteraient seulement 6 % du corps électoral.

A celles et ceux qui nous disent que le droit de vote et la nationalité sont liés, et qu'une telle mesure nuirait à la souveraineté nationale, nous répondons que toute modification de la Constitution est l'expression elle-même de la souveraineté du peuple. Lui seul peut décider, comme il l'avait déjà fait en 1793, d'ouvrir le droit de vote aux étrangers résidant en France pour les élections municipales. C'est donc au peuple souverain de décider de cette ouverture du vote, et les parlementaires que nous sommes ne laisseront pas les forces conservatrices et de l'extrême droite confisquer ce droit aux citoyens.

A celles et ceux qui nous disent que cette mesure est dérisoire, nous répondons qu'elle est essentielle. D'abord pour redonner du sens à un rituel civique appauvri, notamment dans les quartiers populaires. Ensuite parce que la représentativité des communes et des départements connaissant une importante population étrangère est mise à mal : en Ile-de-France, si l'on compte l'abstention, seulement 20 % de la population a participé aux municipales. Non seulement le droit de vote des étrangers en augmenterait la représentativité, mais il s'agit aussi et surtout d'une question d'égalité d'accès au droit de vote pour tous.

Les sociologues ont mis en avant l'importance de l'environnement familial dans la formation civique et politique des jeunes. La non-participation des parents aux élections influence sans aucun doute la décision des plus jeunes de s'inscrire sur les listes électorales et d'aller voter ou non, alors qu'ils ont, eux, le droit de le faire.

"DE NOMBREUX PAYS EUROPÉENS NOUS MONTRENT DÉJÀ L'EXEMPLE"

A celles et ceux qui nous disent que c'est trop tôt, et qu'il faut prendre son temps, nous répondons que c'est en commençant maintenant que nous aurons la possibilité de prendre notre temps pour faire cette réforme. Le Conseil de l'Europe, le Parlement européen, la Commission européenne, le Conseil européen, tous appellent la France à étendre aux résidents légaux le droit de vote et d'éligibilité aux élections locales. De nombreux pays européens nous montrent déjà l'exemple. Nous sommes d'avis que la réforme doit intervenir rapidement, pour se donner les moyens de l'appliquer lors des prochaines municipales.

Lors du débat de la présidentielle entre M. Hollande et M. Sarkozy, le candidat socialiste fit preuve d'une droiture face à ses engagements qui force le respect. Il refusa de s'engouffrer dans l'amalgame odieux et déplacé de Nicolas Sarkozy, qui associait sans scrupule étrangers, immigrés, musulmans et délinquants.

Comment ne pas être admiratif de ce candidat socialiste fier de ses valeurs, qui a su démonter l'épouvantail du communautarisme brandi par M. Sarkozy, et démontrer la pertinence de cet élargissement du droit de vote pour que la contribution des étrangers, qui sont souvent les parents de citoyens français, soit reconnue ? Pour que leur statut passe enfin de celui d'invisibles à celui d'acteurs de la vie locale. A nous, élus de la République attachés à la vitalité de la démocratie et à sa modernité, d'en faire autant dans les actes."

http://www.lemonde.fr/politique/article … 23448.html

Au-delà de ce qu'on peut penser je distingue une contradiction majeure:

l'Appel a écrit:

l'adoption de la loi constitutionnelle à l'Assemblée nationale, la réforme de la Constitution par le Parlement, la loi organique et sa mise en application requièrent un temps incompressible.

et un peu plus loin,

l'Appel a écrit:

C'est donc au peuple souverain de décider de cette ouverture du vote, et les parlementaires que nous sommes ne laisseront pas les forces conservatrices et de l'extrême droite confisquer ce droit aux citoyens.

Comment peut-on avancer l'idée d'un peuple souverain si sur une question aussi importante, on a recours au changement constitutionnel par la voie parlementaire?

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

23

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

François Hollande a mis en avant, tout au long de sa campagne, une conception de la citoyenneté ouverte, digne héritière de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen

J'aime bien cette façon de relier tout à la Révolution, comme qui c'était censé justifier n'importe quelle réforme. Ils ont bien dû sortir la référence pour le mariage homosexuel, par exemple, non ?

sans qu'un lien entre citoyenneté et nationalité soit indispensable.

C'est bien ça le nœud du problème. Ils semblent s'en glorifier alors que la "citoyenneté française est liée à la détention de la nationalité française". http://www.vie-publique.fr/decouverte-i … ncais.html


L'obstacle des mœurs invoqué par François Mitterrand en 1988 n'en est plus un : en novembre 2011, 61 % des Français y étaient favorables.

Ça, c'est faux. Ou du moins, partiellement vrai. La question du sondage était biaisée. Pour rappel, il s'agissait de répondre à cela : "Les étrangers venant d’un pays membre de l’Union Européenne ont le droit de voter aux élections locales en France. Vous personnellement, seriez-vous favorable ou opposé à ce que ce droit soit étendu aux autres étrangers, en situation régulière et résidant en France depuis plus de 5 ans ?"
Le fait de mettre en parallèle droit de vote des communautaires européens et droit de vote des étrangers extra-communautaires est une manière d'orienter les réponses. Jérôme Fourquet l'a bien expliqué ici : http://www.atlantico.fr/decryptage/sond … 33989.html (sans parler de l'éligibilité des étrangers).

Pour rappel et afin de calmer les ardeurs nationalistes de la droite

J'aime bien ça aussi. Ou comment décrédibiliser les arguments adverses (qui ne viennent pas forcément de la droite seule) en rappelant subrepticement les "heures les plus sombres de notre histoire" blablabla. Encore un peu et ils nous ressortent Pétain.

A celles et ceux qui nous disent que le droit de vote et la nationalité sont liés, et qu'une telle mesure nuirait à la souveraineté nationale, nous répondons que toute modification de la Constitution est l'expression elle-même de la souveraineté du peuple. Lui seul peut décider, comme il l'avait déjà fait en 1793, d'ouvrir le droit de vote aux étrangers résidant en France pour les élections municipales. C'est donc au peuple souverain de décider de cette ouverture du vote

Tout à fait. Et je suis prêt à parier que s'il y a un référendum sur cette question, le non l'emportera.

et les parlementaires que nous sommes ne laisseront pas les forces conservatrices et de l'extrême droite confisquer ce droit aux citoyens.

Ah, les vils nationalistes ! "C'est la revanche de Maurras", pourrait-on dire. Vade retro, Satanas !

A celles et ceux qui nous disent que cette mesure est dérisoire, nous répondons qu'elle est essentielle. D'abord pour redonner du sens à un rituel civique appauvri, notamment dans les quartiers populaires.

Se posent-ils la question de savoir pourquoi le "rituel civique" (je ne savais pas que la politique était aussi mystique, voire religieuse, tiens) est appauvri ? Est-ce que c'est vraiment parce que les étrangers n'ont pas le droit de vote ? Est-ce que justement ce n'est pas cela qui appauvrirait encore plus ce "rituel civique" ?

Ensuite parce que la représentativité des communes et des départements connaissant une importante population étrangère est mise à mal : en Ile-de-France, si l'on compte l'abstention, seulement 20 % de la population a participé aux municipales. Non seulement le droit de vote des étrangers en augmenterait la représentativité, mais il s'agit aussi et surtout d'une question d'égalité d'accès au droit de vote pour tous.

Rien ne dit que les étrangers obtenant ce droit voteront massivement. Je veux bien une étude là-dessus. Je veux bien une étude aussi sur le fait de savoir à quel camp politique cela profiterait le plus, je suis curieux... (je crois que ça a déjà été fait d'ailleurs).

Les sociologues ont mis en avant l'importance de l'environnement familial dans la formation civique et politique des jeunes. La non-participation des parents aux élections influence sans aucun doute la décision des plus jeunes de s'inscrire sur les listes électorales et d'aller voter ou non, alors qu'ils ont, eux, le droit de le faire.

Ou alors peut-être le fait que la politique soit devenue un spectacle permanent, une mascarade ? L'abstention se situe aussi chez les jeunes dont les parents ont le droit de vote. Ce n'est pas exclusif aux étrangers. Toute la jeunesse est touchée.

De nombreux pays européens nous montrent déjà l'exemple.

Ça aussi, j'aime beaucoup. Pour légitimer n'importe quelle réforme, il faut toujours s'en référer à nos voisins. "Voyez comment ils font eux. Nous, on doit faire pareil aussi !"
Les Pays-Bas, l'Italie, la République Tchèque, le Portugal ayant dépénalisé ou autorisé la consommation, à certaines doses, du cannabis, je réclame donc la même chose pour la France.

Lors du débat de la présidentielle entre M. Hollande et M. Sarkozy, le candidat socialiste fit preuve d'une droiture face à ses engagements qui force le respect. Il refusa de s'engouffrer dans l'amalgame odieux et déplacé de Nicolas Sarkozy, qui associait sans scrupule étrangers, immigrés, musulmans et délinquants.

Comment ne pas être admiratif de ce candidat socialiste fier de ses valeurs, qui a su démonter l'épouvantail du communautarisme brandi par M. Sarkozy, et démontrer la pertinence de cet élargissement du droit de vote pour que la contribution des étrangers, qui sont souvent les parents de citoyens français, soit reconnue ? Pour que leur statut passe enfin de celui d'invisibles à celui d'acteurs de la vie locale. A nous, élus de la République attachés à la vitalité de la démocratie et à sa modernité, d'en faire autant dans les actes."

Tiens, on dirait du Greg. ;)


Sabaidee a écrit:

Comment peut-on avancer l'idée d'un peuple souverain si sur une question aussi importante, on a recours au changement constitutionnel par la voie parlementaire?

Les parlementaires étant les représentants du peuple...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

24

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

D'ailleurs, en parlant de Valls :

Le Figaro a écrit:

Vote des étrangers: Valls doute

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, déclare dans Le Monde daté de mardi que le vote des étrangers ne représente pas une urgence, ni une "revendication" forte. "Est-ce que c'est aujourd'hui une revendication forte dans la société française ? Un élément puissant d'intégration ? Non. Ça n'a pas la même portée qu'il y a trente ans. Aujourd'hui, le défi de la société française est celui de l'intégration", déclare-t-il.

Il poursuit en soulignant le risque lié selon lui au droit de vote des étrangers, qui suppose une modification de la Constitution : "Attention à la jonction droite-extrême droite sur ce sujet. Il faut bien évaluer les conséquences d'un référendum, pas seulement en termes de résultats, mais aussi de déchirure dans la société française. Ce débat risque de provoquer des fractures. Dans un moment de crise, on voit bien comment cela peut être utilisé, agité."

Dans la même édition du journal, 75 députés PS pressent François Hollande et son gouvernement de légiférer sur la question.

Selon Le Monde, à l'Elysée, on se défend de tout recul sur la question. "L'objectif est toujours le même et toujours là, en ligne de mire : le faire adopter", selon un conseiller du président.

C'est ce dont je parlais au-dessus.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

FDL a écrit:

Ça, c'est faux. Ou du moins, partiellement vrai. La question du sondage était biaisée. Pour rappel, il s'agissait de répondre à cela : "Les étrangers venant d’un pays membre de l’Union Européenne ont le droit de voter aux élections locales en France. Vous personnellement, seriez-vous favorable ou opposé à ce que ce droit soit étendu aux autres étrangers, en situation régulière et résidant en France depuis plus de 5 ans ?"
Le fait de mettre en parallèle droit de vote des communautaires européens et droit de vote des étrangers extra-communautaires est une manière d'orienter les réponses. Jérôme Fourquet l'a bien expliqué ici : http://www.atlantico.fr/decryptage/sond … 33989.html (sans parler de l'éligibilité des étrangers).

Evidemment. C'est pourquoi il serait très sain qu'il y ait ce référendum, avec une véritable campagne, pendant laquelle le fait que les étrangers de l'UE ont le droit de voter serait tellement matraqué qu'il ne serait plus nécessaire, et qu'une saine majorité d'une soixantaine de pourcent vote oui.

Tout à fait. Et je suis prêt à parier que s'il y a un référendum sur cette question, le non l'emportera.

Et moi je prends le pari inverse.
Mais je ne me fais pas d'illusions, Hollande ne tiendra probablement pas cette promesse.

Se posent-ils la question de savoir pourquoi le "rituel civique" (je ne savais pas que la politique était aussi mystique, voire religieuse, tiens) est appauvri ? Est-ce que c'est vraiment parce que les étrangers n'ont pas le droit de vote ? Est-ce que justement ce n'est pas cela qui appauvrirait encore plus ce "rituel civique" ?

Bon, on part totalement en HS, mais je ne crois pas que partager un droit l'appauvrisse. Au contraire, il me semble que plus de personnes peuvent jouir d'un droit, plus ce droit est sacré (urgh).

Les Pays-Bas, l'Italie, la République Tchèque, le Portugal ayant dépénalisé ou autorisé la consommation, à certaines doses, du cannabis, je réclame donc la même chose pour la France.

Ah, là on est d'accord, même si je n'utiliserais pas cet argument en premier.


Bref, Greg, plutôt bof sur ton argumentaire, en fait. Invoquer l'excuse "le compromis avec l'Histoire", surtout sur ce que tu appelles toi-même de toutes petites bêtes. Si c'est pas si important que ça, qu'est-ce qu'il attend pour se bouger le cul, Hollande ?

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

26

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Je ne suis pas sûr que le référendum sur cette question soit sain. Ou en tout cas, la campagne qui aura lieu. Car les noms d'oiseaux fuseront des deux côtés, la société sera clivée en deux et le FN surfera allègrement sur la vague. On a vu ce que le débat sur l'identité nationale a suscité comme réactions négatives alors que l'enjeu était pour le moins fumeux et électoraliste. Là, l'enjeu est concret, cela aura un impact direct sur la citoyenneté. Et pour le coup, ça posera la question de l'identité nationale (que veut dire être français ? Citoyen français ? Etc.).

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Alors là tout à fait d'accord.
A vrai dire, je ne crains pas tant les propos du FN que ceux que tiendrait l'UMP durant une telle campagne.

Dans notre système politique, l'opposition joue un rôle fondamental pour apaiser le pays en portant les débats sur les vrais sujets et pas simplement sur des polémiques qui divisent et n'apportent rien. Le PS n'a pas été exemplaire sur ce terrain. J'espère que l'UMP le comprendra, cette fois. Et pour le coup, j'ai peu d'espoir en Fillon mais je n'en ai rigoureusement aucun en Copé.

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Justement FDL, toutes ces personnes ne comprendraient pas pourquoi ils ne sont pas consultés pour toucher à quelque chose qu'ils considèrent comme aussi fondamental et relevant de leur souveraineté etc. Je pense que si cela devait se passer au Parlement, la droite ferait un barouf pas possible, et ils sont déjà en train de s'y préparer, au cas où - rien que Guaino, ce matin, a pris sa mine la plus grave dans Télé-Matin pour dire qu'il ne concevait pas qu'on ne passe pas devant le peuple pour des questions aussi fondamentales.

Je ne suis personnellement pas d'avis que ce soit une question qui touche à la souveraineté populaire, ou à la condition de citoyen, mais je n'ai pas le temps d'en dire plus parce que je dois aller bosser - donc n'hésite pas à me rappeler que je dois répondre.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

29

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Bien noté, Broz.

Tiens donc, étonnant...

Le Figaro - AFP a écrit:

Vote des étrangers: "leurre" (Mélenchon)

Jean-Luc Mélenchon, co-président du Front de Gauche, a qualifié aujourd'hui de "leurre", de "fumigène" le débat actuel sur le vote des étrangers, un des engagements du candidat Hollande. "Je trouve étrange le lancement, maintenant, de ce débat. Pendant que l'on parle de ça, on ne parle pas d'autre chose!", a lancé l'ex-candidat à la présidentielle, lors de la journée parlementaire du Front de Gauche à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Soulignant que François Hollande "n'a pas dit un mot, l'autre jour, à la télévision" sur le traité budgétaire européen, "et que, de toute façon, il n'en parle jamais", Jean-Luc Mélenchon a qualifié de "leurre", de "diversion", de "fumigène" le débat sur le vote des étrangers.

Le débat sur l'élargissement du droit de vote aux étrangers non communautaires lors des élections locales, un des engagements du candidat Hollande mais aussi une promesse de trente ans de la gauche, a été relancé lundi, notamment par 75 députés socialistes qui ont réclamé sa mise en oeuvre rapide.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Oui, il n'a pas tort sur ce point, ça fait une bonne diversion. Mais je pense qu'en réalité, Hollande préférerait qu'on n'en parle pas, parce que ça la fout mal qu'on se serve de ce sujet pour dire "ouais, ben il tient pas ses promesses".

Bref, sur le droit de vote des étrangers aux élections locales -
Je vais passer très vite sur le fait que le concept même de nationalité me laisse assez dubitatif, et que donc associer nationalité et citoyenneté comme cela a été fait depuis plus de 200 ans, ça me pose un problème fondamental dès le début. Au départ, dans les Constitutions de l'an I et III, les droits civiques étaient accessibles à beaucoup plus de monde, y compris les simples résidents depuis 1 an (mais que les hommes, bon). Cette union citoyenneté-nationalité, d'ailleurs, semble perdre progressivement de sa sacralité, depuis que le lien a été partiellement défait au moment l'ouverture du vote aux municipales aux étrangers communautaires.

Mon argument s'inspire en partie de cela. e niveau municipal est celui qui est le plus proche de l'individu. C'est celui auquel les personnes sont en général le plus confrontées, que ce soit les personnes qui sont en contact avec le CCAS/CIAS, avec l'état civil, l'habitat, etc, je vais pas faire la liste des responsabilités dévolues à la commune. Il me semble que c'est aussi l'échelon le plus lointain de l'abstraction que l'on appelle la Nation, et pour moi, l'union entre la citoyenneté municipale et la nationalité est du coup encore plus ténue. En résumé, je distingue plusieurs échelles, plusieurs niveaux de citoyenneté, et je ne crois pas que ce soit tout à fait stupide comme conception, puisqu'il est déjà établi qu'il existe une citoyenneté européenne. Du coup, je ne vois pas de problème à ce que l'on ouvre la participation à la vie de la cité aux étrangers, et j'en reviens à ce qui est mon argument dans d'autres discussions : si l'on peut octroyer de nouveaux droits à davantage de personnes, ce n'est pas plus mal.

Après, il y a des arguments plus traditionnels, comme celui de l'invitation à l'intégration véhiculée par un tel symbole, mais il ne me fait pas beaucoup d'effet.

Après, où est-ce qu'on s'arrête ? Autant, pour les élections nationales (présidentielles, législatives), je conçois que ce soit bien plus difficile de divorcer citoyenneté et nationalité, et tant que la Nation aura un sens, ce sera probablement impossible. Autant, pour tout ce qui est élections territoriales, le concept de citoyenneté locale ne me semble pas forcément aberrant.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

31

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Broz a écrit:

Bref, sur le droit de vote des étrangers aux élections locales -
Je vais passer très vite sur le fait que le concept même de nationalité me laisse assez dubitatif, et que donc associer nationalité et citoyenneté comme cela a été fait depuis plus de 200 ans, ça me pose un problème fondamental dès le début. Au départ, dans les Constitutions de l'an I et III, les droits civiques étaient accessibles à beaucoup plus de monde, y compris les simples résidents depuis 1 an (mais que les hommes, bon). Cette union citoyenneté-nationalité, d'ailleurs, semble perdre progressivement de sa sacralité, depuis que le lien a été partiellement défait au moment l'ouverture du vote aux municipales aux étrangers communautaires.

Et je déplore ces deux choses justement, la perte de "sacralité" et le fait que les étrangers communautaires puissent voter.
Mais je comprends et respecte tout à fait ton point de vue. On a juste deux conceptions différentes de la citoyenneté et de la nationalité puisque pour ma part, je lie les deux. A partir de là, le débat est plus philosophique.
Ce qui fait que je ne peux pas vraiment répondre à la suite car cela sort, pour moi, du domaine du concevable.
Cependant, quelques petites remarques :

- Si l'on accorde le droit de vote aux étrangers aux élections locales, au nom de quoi leur refuserait-on ensuite le droit de vote pour les autres élections ? Tu dis qu'il est bénéfique d'ouvrir de nouveaux droits à davantage de personnes mais on risque dans le même temps d'ouvrir la boîte de Pandore. Tu pointes d'ailleurs le problème du doigt en te demandant où s'arrêter et en reconnaissant que cela posera problème tant que la notion de Nation aura un sens (et je pense qu'elle en aura longtemps).

- J'ai vu ici : http://www.senat.fr/presse/cp20111129a.html cette précision : "Il a été rappelé que la proposition de loi exclut l’accès des étrangers aux fonctions de maire ou d’adjoint ou leur participation à l’élection des sénateurs."
1) Est-ce ou sera-ce toujours d'actualité en 2014 quand ils comptent mettre cette proposition en œuvre (s'ils le font, ce dont je doute aussi)
2) Pourquoi ? Au nom de quoi leur refuser cet accès ? Pourquoi deux poids deux mesures ?

- De là découle aussi la possibilité pour les étrangers d'accorder leurs parrainages pour la présidentielle. Cela excède donc le niveau local.

- Enfin, un argument que j'ai vu au fil des discussions mais que je ne reprends pas forcément à mon compte car il me semble un peu tiré par les cheveux : arguer du fait que les étrangers paient des impôts pour justifier leur droit de vote équivaudrait à revenir au régime censitaire. Bon... On en pense ce qu'on en veut mais ça mérite peut-être d'être discuté aussi.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Je note non sans plaisir, FDL, que l'on est passé de "Hollande ne respecte pas sa promesse" à "sa promesse ne me convient pas parce que..." ce qui me paraît nettement plus honnête intellectuellement  wink

Sur le fond :

- On propose d'accorder le droit de vote aux élections locales car on estime que le Maire est l'élu le plus proche de ce qui peut entrer dans leurs préoccupations d'étranger qui travaille, qui paye ses impôts et qui est présent depuis cinq ans. On estime qu'en tant que personne intégrée par le travail dans l'espace géographique où il vit et travaille, il a bien le droit de faire valoir son choix électoral.

Précision en incise sur ce vote : il faut relever que l'étranger souhaitant voter doit s'inscrire sur les listes électorales. C'est le cas pour les ressortissants communautaires et d'expérience (j'ai participé à des commissions électorales plusieurs années...), seuls ceux qui ont en effet une vie sociale dans leur localité font la démarche de s'inscrire. C'est donc un droit "volontaire" et non un droit par défaut. Je pense que c'est une démarche qui démontre la volonté des personnes d'aller plus loin dans leur intégration.

A ceux qui me répondraient "mais alors si ce doit être une démarche volontariste, pourquoi ne pas les obliger à acquérir la nationalité" je réponds en 1 à ta seconde question (implicite) ->

- "Pourquoi ne pas leur donner le droit aux élections nationales ?" Eh bien parce que là, la démarche doit être plus volontariste encore, à savoir acquérir la nationalité française pour démontrer leur volonté pleine et entière de devenir Français et de participer à tous les rendez-vous électoraux de la Nation.

Et en 2 que l'acquisition de la nationalité est une démarche complexe, que la Nation ne peut pas forcément accueillir toutes les demandes (et ce pour des raisons légitimes), mais que quelqu'un qui a fait au moins l'effort de rester 5 ans sur le sol français, de payer ses impôts et de travailler a bien son mot à dire aux élections municipales.

- Pourquoi leur fermer les postes électoraux ? Tout simplement, me semble-t-il, parce qu'être élu implique d'abord de connaître son pays, son droit, ses coutumes à un niveau bien plus élevé que ce que cinq années de présence sur un territoire permet. Etre élu exige une compétence qui ne peut pas s'acquérir simplement en cinq années de travail en France. Là encore, il faut acquérir la nationalité pour espérer devenir élu. Et être élu est plus "élevé" en un sens que le vote aux élections nationales et qui ne peut pas le moins ne peut pas le plus.

- Sur ton dernier point : non, il ne s'agit pas d'un lien (même ténu) avec l'idée d'une forme de suffrage censitaire. Simplement, quelqu'un qui contribue à l'effort de la Nation et participe pendant plusieurs années à l'intérêt financier général démontre par là-même d'une certaine manière son utilité au Tout, et le Tout peut bien lui rendre en lui donnant accès au scrutin municipal.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

- Si l'on accorde le droit de vote aux étrangers aux élections locales, au nom de quoi leur refuserait-on ensuite le droit de vote pour les autres élections ? Tu dis qu'il est bénéfique d'ouvrir de nouveaux droits à davantage de personnes mais on risque dans le même temps d'ouvrir la boîte de Pandore. Tu pointes d'ailleurs le problème du doigt en te demandant où s'arrêter et en reconnaissant que cela posera problème tant que la notion de Nation aura un sens (et je pense qu'elle en aura longtemps).
- J'ai vu ici : http://www.senat.fr/presse/cp20111129a.html cette précision : "Il a été rappelé que la proposition de loi exclut l’accès des étrangers aux fonctions de maire ou d’adjoint ou leur participation à l’élection des sénateurs."
1) Est-ce ou sera-ce toujours d'actualité en 2014 quand ils comptent mettre cette proposition en œuvre (s'ils le font, ce dont je doute aussi)
2) Pourquoi ? Au nom de quoi leur refuser cet accès ? Pourquoi deux poids deux mesures ?

Tu poses là deux bonnes questions. D'ailleurs, si tu examines les rapports sur les propositions de loi qui ont été examinées depuis 2000, tu as quelques éléments de réponse. Le rapport parlementaire pour la loi constitutionnelle de 1992, hélas, est introuvable. Il me semble que celui de 2000 est assez complet sur ce point - regarde la troisième partie intitulée "Pour une citoyenneté multiple" (ou lis-le tout entier, il est assez court) :

Trois des quatre propositions de loi se limitent aux élections municipales. Seule la proposition n° 2063 vise, plus largement, les élections aux conseils de l'ensemble des collectivités territoriales (conseils municipaux, généraux, régionaux, assemblée de Corse ou conseils des collectivités territoriales d'outre-mer).

Votre rapporteur estime que s'il est concevable d'opérer, pour quelques temps encore, une distinction entre les élections locales et nationales, il n'existe aucune justification à ne viser que les communes, les départements et les régions étant également dotés de compétences qui intéressent directement la vie quotidienne des résidents étrangers.

Donc en effet, la logique ne s'arrête pas aux municipales, mais à toutes les élections territoriales. Un peu comme je le disais, le consensus semble être parmi les gens de gauche qui défendent cette opinion, que pour ce qui est des législatives et des présidentielles, pour lesquelles se pose bien davantage la question de la souveraineté nationale. C'est d'ailleurs suivant cette même logique que j'imagine qu'ils seraient exclus du processus d'élection des sénateurs. C'est en tout cas ce que dit le rapport de 2011 :

en troisième lieu, afin de garantir que seules les personnes dotées de la nationalité française puissent participer aux scrutins ayant un impact sur l'exercice de la souveraineté nationale -dont les élections parlementaires font naturellement partie-, il prévoit que les étrangers membres d'un conseil municipal ne pourront pas participer, fût-ce de manière indirecte, aux élections sénatoriales

C'est ça qui est prévu, et je ne pense pas que cela puisse changer.

Je ne sais pas s'il s'agit d'ouvrir la boîte de Pandore, en fait je ne vois pas ce que ça pourrait avoir comme conséquences, vraiment.


Pour ce qui est de l'exclusion des étrangers aux fonctions de maire ou d'adjoint, là aussi je suis incapable de trouver le raisonnement qui a fait qu'en 1992, c'est cette règle qui a été mise en place. Tout ce que je peux déduire, du texte du rapport de 2000, c'est que le texte de 1992 a cherché à être le plus restrictif possible. Le rapport dit :

De fait, cette interdiction d'exercer des fonctions « exécutives » soulèverait des difficultés qui semblent insurmontables. On rappellera, à cet égard, une objection émise par M. Pierre Mazeaud en 1992, et qui n'a donc que plus de force aujourd'hui : « voici un conseil municipal, composé d'une trentaine d'étrangers et de cinq ou six nationaux. Les nationaux vont constituer l'exécutif, mais vont se trouver minoritaires. Quid de la gestion du conseil ? » (41). Au-delà de cet aspect technique, on observera qu'offrir à des étrangers la possibilité d'exercer, le cas échéant, des fonctions exécutives serait conforme avec le fait de modifier l'article 3 de la Constitution, car cela irait dans le sens de l'affirmation d'une autonomie voire d'une souveraineté locale pleine et entière.

Tu parles de "deux poids deux mesures". En fait, l'une des aspirations de ces textes est de rétablir un équilibre entre tous les étrangers, en réalité, puisqu'il existe une forme de deux poids, deux mesures, et là je cite le rapport de 2000 :

M. Bernard Birsinger [...] jugeant que l'opinion publique était aujourd'hui majoritairement favorable à cette réforme, il a fait observer qu'il était curieux qu'un Autrichien résidant depuis quelques mois seulement dans notre pays y ait des droits politiques, tandis qu'un Algérien qui y vit depuis de nombreuses années ne peut y voter

Je ne suis personnellement pas opposé à ce que des étrangers intègrent l'exécutif des équipes municipales, en vertu de mes principes que j'ai détaillés dans le post précédent. Je pense que la situation actuelle vient du fait que ces membres de l'exécutif municipal ont un droit de vote aux sénatoriales, et que c'était pour empêcher qu'un étranger puisse avoir ce droit-là que la limitation a été inscrite en 1992. Je pense qu'avec un garde-fou comme celui qui est inscrit dans la proposition de loi de 2011, ce ne serait pas forcément aussi gênant que ça, mais peut-être qu'il y a des arguments que je ne vois pas.

Sur le parrainage, oui, c'est vrai, et je suppose que cela entraînerait une modification du texte qui régit cela. Le texte de 2011 "renvoie à une loi organique le soin de fixer les conditions d'application de ce nouveau droit".

Enfin, je n'ai jamais adhéré non plus à l'idée que payer des impôts justifierait le droit de vote, donc bon, j'en suis au même point que toi sur ce sujet.


EDIT 1 : putain, la balise Code ne marche plus pareil qu'avant, urgh.
EDIT 2 : le rapport de la proposition de loi de 2011, pour référence

Last edited by Broz (18-09-2012 21:38:38)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

FDL a écrit:

Et je déplore ces deux choses justement, la perte de "sacralité" et le fait que les étrangers communautaires puissent voter.

Le fait est qu'il y a la volonté au sein de l'UE de bâtir un projet commun entre ses membres et l'idée que nos présents sont liés. D'autant que cette capacité de voter est réciproque d'un pays à l'aure.

FDL a écrit:

On a juste deux conceptions différentes de la citoyenneté et de la nationalité puisque pour ma part, je lie les deux.

Le fait est que la citoyenneté n'est définie dans aucun texte normatif. C'est un concept.

FDL a écrit:

- Si l'on accorde le droit de vote aux étrangers aux élections locales, au nom de quoi leur refuserait-on ensuite le droit de vote pour les autres élections ? Tu dis qu'il est bénéfique d'ouvrir de nouveaux droits à davantage de personnes mais on risque dans le même temps d'ouvrir la boîte de Pandore. Tu pointes d'ailleurs le problème du doigt en te demandant où s'arrêter et en reconnaissant que cela posera problème tant que la notion de Nation aura un sens (et je pense qu'elle en aura longtemps).

+ 1.

J'ajoute que l'on appelle "droit" de manière abusive le fait que la nation octroie le privilège d'élire et de voter pour choisir ses représentants. Sinon comment expliquer que l'on puisse priver un individu de ses droits civiques pour un délit?

Le droit de vote doit donc être limité aux individus possédant la nationalité, c'est un droit qui s'exerce de manière individuelle et il nécessite de la part de celui qui l'exerce l'acte positif d'affirmer sa communauté de destin à celle de la nation, en cela, le droit de vote (même local) doit s'acquérir par la naturalisation.

D'autant que la naturalisation permet à la nation d'accepter ou non qu'une personne puisse participer à l'élaboration des décisions au niveau municipal ou au niveau national.

FDL a écrit:

- Enfin, un argument que j'ai vu au fil des discussions mais que je ne reprends pas forcément à mon compte car il me semble un peu tiré par les cheveux : arguer du fait que les étrangers paient des impôts pour justifier leur droit de vote équivaudrait à revenir au régime censitaire. Bon... On en pense ce qu'on en veut mais ça mérite peut-être d'être discuté aussi.

C'est effectivement un argument complètement con. Doit-on retirer le droit de vote à la moitié des Français qui ne payent pas d'impôts? Les personnes morales payent des impôts doivent-elles être autorisées à voter? Un étranger qui achète un bien ici, paye la TVA, qui est un impôt doit-il pour autant être autorisé à voter?

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

35

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Broz, tu es toujours prêt à tenir le pari ? ;)

Le Figaro a écrit:

Vote des étrangers : 61% contre

Selon un sondage exclusif Ifop pour le site Atlantico, la proportion des Français favorables au droit de vote des étrangers est en net recul. 61% des Français contre le droit de vote des étrangers. Seulement 39% des Français se déclarent favorables au droit de vote aux élections locales pour les étrangers non européens résidant depuis plus de 5 ans en France. En décembre 2011, ils étaient 55%.

Je serais curieux de connaître la réaction des 75 parlementaires qui ont lancé l'appel au gouvernement sur le droit de vote des étrangers. je rappelle qu'ils s'étaient fondés sur un sondage affirmant que 61% des Français y étaient favorables. Étrange, c'est exactement la proportion de Français s'affirmant contre dans celui-ci.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Oui, je pense que je serais prêt à tenir le pari. L'article d'Atlantico est intéressant (et attention c'est pas souvent que je prononce cette phrase) parce qu'il donne des clés de compréhension de cette évolution : Hollande n'a pas fait campagne sur ce point, Sarkozy oui. La campagne qui précéderait un tel référendum rééquilibrerait certainement la situation, ne serait-ce qu'en mobilisant les électeurs de gauche sur ce point. Par ailleurs, on peut penser qu'avec la droite loin du pouvoir, on aura beaucoup moins de discours institutionnels sur les étrangers, et que la question clivera moins d'ici quelques mois ou années. On verra, de toute façon je ne crois pas qu'un référendum aura lieu, et que les sénatoriales de 2014 laisseront probablement à la gauche une marge de manœuvre bien supérieure pour changer la Constitution par les voies habituelles.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Broz a écrit:

Mon argument s'inspire en partie de cela. e niveau municipal est celui qui est le plus proche de l'individu. C'est celui auquel les personnes sont en général le plus confrontées, que ce soit les personnes qui sont en contact avec le CCAS/CIAS, avec l'état civil, l'habitat, etc, je vais pas faire la liste des responsabilités dévolues à la commune.

Je ne crois pas que la plupart des gens aient des contacts réguliers avec leur municipalité, à plus forte raison dans les grandes agglomérations. Aussi cet argument me parait spécieux, se réduisant en fait à ta théorie des cercles de citoyenneté, qui se défend mais demeure une opinion discutable.

Broz a écrit:

mon argument [...]: si l'on peut octroyer de nouveaux droits à davantage de personnes, ce n'est pas plus mal.
[...] Après, où est-ce qu'on s'arrête ? Autant, pour les élections nationales (présidentielles, législatives), je conçois que ce soit bien plus difficile de divorcer citoyenneté et nationalité, et tant que la Nation aura un sens, ce sera probablement impossible. Autant, pour tout ce qui est élections territoriales, le concept de citoyenneté locale ne me semble pas forcément aberrant.

Comme tu le dis cet argument est un argument purement subjectif et discutable selon l'opinion de chacun, sinon pourquoi réserver quelque droit que ce soit aux citoyens français: en octroyant plus de droits à plus de monde on créé du "bien"...

Au final, mon opinion est qu'il s'agit avant tout d'un geste électoraliste et/ou profondément idéologique qui vise dans ce dernier cadre à entériner dans les faits et les esprits la dissolution de la notion de nation française. C'était d'ailleurs le cas (en partie je l'accorde) pour le droit de vote des citoyens communautaires, étape supplémentaire dans le processus visant à remplacer la notion de citoyenneté nationale par celle communautaire. On peut approuver ce processus par ailleurs, je souligne uniquement qu'il s'agissait alors d'un élément d'une évolution d'ensemble voulue (par certains du moins). La différence majeure avec l'actualité c'est qu'il n'y a pas de projet "positif" poursuivi derrière les discussions actuelles...

Last edited by gustave (19-09-2012 18:20:03)

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

gustave a écrit:

Je ne crois pas que la plupart des gens aient des contacts réguliers avec leur municipalité, à plus forte raison dans les grandes agglomérations. Aussi cet argument me parait spécieux, se réduisant en fait à ta théorie des cercles de citoyenneté, qui se défend mais demeure une opinion discutable.

Tu serais surpris. Le CCAS de Lille - donc uniquement l'action sociale - a été en contact ces deux dernières années avec 69 000 foyers uniques. Il y a 220 000 personnes qui habitent Lille.
Et je ne parle pas des gens qui participent aux initiatives de quartier, à tout un ensemble de services et de choses mises en place par les mairies.

gustave a écrit:

Comme tu le dis cet argument est un argument purement subjectif et discutable selon l'opinion de chacun, sinon pourquoi réserver quelque droit que ce soit aux citoyens français: en octroyant plus de droits à plus de monde on créé du "bien"...

En fait, je suis imprécis, et je vais en profiter pour répondre à Sabaidee qui dit :

sabaidee a écrit:

J'ajoute que l'on appelle "droit" de manière abusive le fait que la nation octroie le privilège d'élire et de voter pour choisir ses représentants. Sinon comment expliquer que l'on puisse priver un individu de ses droits civiques pour un délit?

On ne parle pas de "privilège de voter" pour une bonne raison, c'est que c'est un droit qui est reconnu à tout le monde sauf exceptions (mineurs, personnes privées de droits civiques). Je ne considère pas que c'est à l'Etat d'octroyer des droits, en réalité, mais que ces droits existent, et qu'ils sont simplement bafoués quand ils ne sont pas reconnus. Un droit reconnu en plus, c'est un droit bafoué de moins. Dans les faits, Sabaidee, ta remarque n'est pas fausse, c'est bien l'Etat qui décide de qui vote, mais ça n'est pas un argument pour que cela ne change pas.

gustave a écrit:

Au final, mon opinion est qu'il s'agit avant tout d'un geste électoraliste

Clairement.

gustave a écrit:

et/ou profondément idéologique qui vise dans ce dernier cadre à entériner dans les faits et les esprits la dissolution de la notion de nation française. C'était d'ailleurs le cas (en partie je l'accorde) pour le droit de vote des citoyens communautaires, étape supplémentaire dans le processus visant à remplacer la notion de citoyenneté nationale par celle communautaire.

Là par contre, je ne crois pas. En 1992, la Constitution a été changée a minima* et en traînant des pieds pour correspondre au Traité de Maastricht, mais on n'a pas changé l'article 3 de la Constitution, par exemple. De fait, on n'a pas touché à la souveraineté nationale. Aujourd'hui encore, il n'y a pas une recherche de développement d'une souveraineté locale concurrente à la souveraineté nationale, ou d'une autonomie locale (d'ailleurs, avec la densité de notre tissu de communes, ce serait plutôt rigo- euh, aberrant).


*Je parle uniquement en ce qui concernait le droit de vote des étrangers. Voir le rapport de 2000 que j'ai cité plus haut.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Broz a écrit:

Tu serais surpris. Le CCAS de Lille - donc uniquement l'action sociale - a été en contact ces deux dernières années avec 69 000 foyers uniques. Il y a 220 000 personnes qui habitent Lille.
Et je ne parle pas des gens qui participent aux initiatives de quartier, à tout un ensemble de services et de choses mises en place par les mairies.

Effectivement, à la réflexion cela se conçoit (et est, semble-t-il) et je ne suis pas un spécialiste de la question. Mais les services nationaux touchent aussi une part peut-être comparable de personnes...

Broz a écrit:

On ne parle pas de "privilège de voter" pour une bonne raison, c'est que c'est un droit qui est reconnu à tout le monde sauf exceptions (mineurs, personnes privées de droits civiques). Je ne considère pas que c'est à l'Etat d'octroyer des droits, en réalité, mais que ces droits existent, et qu'ils sont simplement bafoués quand ils ne sont pas reconnus. Un droit reconnu en plus, c'est un droit bafoué de moins. Dans les faits, Sabaidee, ta remarque n'est pas fausse, c'est bien l'Etat qui décide de qui vote, mais ça n'est pas un argument pour que cela ne change pas.

Cela se discute, comme tu le reconnais toi-même dans ta dernière phrase. On en revient à une vision politique de la société, argument d'autorité qui ne peut donc se prétendre objectif.

Broz a écrit:
gustave a écrit:

Au final, mon opinion est qu'il s'agit avant tout d'un geste électoraliste

Clairement.

Ciel, nous voilà d'accord sur un point! smile

Broz a écrit:

Là par contre, je ne crois pas. En 1992, la Constitution a été changée a minima* et en traînant des pieds pour correspondre au Traité de Maastricht, mais on n'a pas changé l'article 3 de la Constitution, par exemple. De fait, on n'a pas touché à la souveraineté nationale. Aujourd'hui encore, il n'y a pas une recherche de développement d'une souveraineté locale concurrente à la souveraineté nationale, ou d'une autonomie locale (d'ailleurs, avec la densité de notre tissu de communes, ce serait plutôt rigo- euh, aberrant).

Je pense qu'au-delà des points techniques (contrainte électoraliste...) que tu évoques il y a chez certains (et pas forcément à tort d'un certain point de vue qui se place dans la perspective de la construction très progressive de l'UE en tant que super Nation) une réelle volonté de développer sur le long terme une alternative européenne à la citoyenneté nationale (passeports, drapeaux associés, etc... y participent aussi sur le plan symbolique, qui n'est pas sans conséquence). Les grands changements se préparent souvent par de petites évolutions...

Last edited by gustave (19-09-2012 19:52:39)

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

40

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Maleh Boutih reprend ce que j'avais pointé du doigt plus haut, à savoir pourquoi accorder simplement le droit de vote aux municipales et pas à toutes les élections :

Le Figaro - AFP a écrit:

Vote/étrangers: "petit doute" de Boutih

Malek Boutih, député socialiste de l'Essonne, a déclaré éprouver un "petit doute" sur le droit de vote des étrangers non-communautaires aux élections locales comme facteur d'intégration, exprimant sa préférence pour un citoyen ayant "un droit de vote complet".

"J'ai un petit doute là-dessus", a-t-il dit aujourd'hui sur RTL, alors qu'on l'interrogeait sur un tel vote comme facteur d'intégration, assurant toutefois qu'il n'était "pas crispé" sur le sujet.

S'il s'agit d'aider "à un processus d'intégration (...), je pense qu'il faudrait plus faciliter et même donner un caractère plus fort à l'entrée dans la communauté nationale", a-t-il ajouté.

"De toutes façons, n'importe quel citoyen a plus intérêt à avoir un droit de vote complet dans un pays que de devenir une sorte de demi-citoyen ad vitam aeternam", a poursuivi Malek Boutih.

"Le débat ne doit pas être fermé", a-t-il relevé.

C'est ça que j'appelais "ouvrir la boîte de Pandore". Et encore, il ne s'agit que de Malek Boutih, pour l'instant.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

41

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Le Figaro - AFP a écrit:

S'il s'agit d'aider "à un processus d'intégration (...), je pense qu'il faudrait plus faciliter et même donner un caractère plus fort à l'entrée dans la communauté nationale", a-t-il ajouté.

Ne serait-ce que cette phrase contredit ce que tu disais, Greg, à savoir :

Greg a écrit:

Eh bien parce que là, la démarche doit être plus volontariste encore, à savoir acquérir la nationalité française pour démontrer leur volonté pleine et entière de devenir Français et de participer à tous les rendez-vous électoraux de la Nation.

Pour Boutih, si je comprends bien ce qu'il a en tête, donner un caractère plus fort à l'entrée dans la communauté nationale, ce n'est pas acquérir la nationalité française mais accorder un droit de vote complet aux étrangers.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

FDL a écrit:

Maleh Boutih reprend ce que j'avais pointé du doigt plus haut, à savoir pourquoi accorder simplement le droit de vote aux municipales et pas à toutes les élections :

Le Figaro - AFP a écrit:

S'il s'agit d'aider "à un processus d'intégration (...), je pense qu'il faudrait plus faciliter et même donner un caractère plus fort à l'entrée dans la communauté nationale", a-t-il ajouté.

"De toutes façons, n'importe quel citoyen a plus intérêt à avoir un droit de vote complet dans un pays que de devenir une sorte de demi-citoyen ad vitam aeternam", a poursuivi Malek Boutih.

Mais il ne faut pas oublier qu'il y a aussi nombre d'étrangers qui ne souhaitent pas devenir Français : ceux qui perdraient leur nationalité d'origine, par exemple. Cela n'empêche pas ces personnes, qui ne veulent pas faire le pas vers la nationalité, de vouloir participer à la vie locale.
Je ne suis pas non plus d'accord avec l'idée qu'il faudrait donner un caractère plus fort à l'entrée dans la communauté nationale, mais ça c'est purement idéologique : à mes yeux, cela ne peut se faire qu'en reconnaissant encore plus de droits aux nationaux par rapport aux étrangers, ce qui me déplaît.

ce n'est pas acquérir la nationalité française mais accorder un droit de vote complet aux étrangers.

Je crois que c'est le contraire, qu'essaie de dire Boutih, plutôt "il faut inciter les gens à devenir français".

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

J'ai trouvé sur le web ce très bon schéma sur le droit de vote des ressortissants non communautaires en Europe :

http://sphotos-b.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/579791_4533352262199_330981051_n.jpg

Je ne dis pas FDL qu'il faut le faire parce que les autres le font (j'entends déjà ta réplique ;-)) mais c'est un élément utile à la réflexion et au débat.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Broz a écrit:

Mais il ne faut pas oublier qu'il y a aussi nombre d'étrangers qui ne souhaitent pas devenir Français : ceux qui perdraient leur nationalité d'origine, par exemple.

En gros, ils veulent bénéficier des avantages d'un club sans en prendre la carte. S'ils ne souhaitent pas devenir Français, c'est qu'ils ne se sentent pas complètement chez eux, pourquoi Diable voudraient-ils s'impliquer dans un lieu qu'ils ne sentent pas comme le leur?

Broz a écrit:

On ne parle pas de "privilège de voter" pour une bonne raison, c'est que c'est un droit qui est reconnu à tout le monde sauf exceptions (mineurs, personnes privées de droits civiques). Je ne considère pas que c'est à l'Etat d'octroyer des droits, en réalité, mais que ces droits existent, et qu'ils sont simplement bafoués quand ils ne sont pas reconnus. Un droit reconnu en plus, c'est un droit bafoué de moins. Dans les faits, Sabaidee, ta remarque n'est pas fausse, c'est bien l'Etat qui décide de qui vote, mais ça n'est pas un argument pour que cela ne change pas.

L'idée que je voulais défendre, c'est que si l'Etat a le droit pour une raison X ou Y de supprimer les droits civiques de quelqu'un pour le punir, c'est bien qu'à un moment, le droit de vote a aussi une portée symbolique.

Dire, on accorde le droit de vote à tous ceux qui répondent à tels ou tels critères est moins fort que la souveraineté de l'Etat dans sa décision d'autoriser ou non quelqu'un à acquérir sa nationalité.

Avec l'élargissement du droit de vote aux étrangers, non seulement, tu dépouilles encore l'Etat d'un peu plus de sa souveraineté, mais aussi tu lui interdis de refuser que quelqu'un participe à l'élaboration des décisions, ne serait-ce qu'au niveau local.

Greg a écrit:

Carte

Bof. Pourquoi s'inspirer des Pays-Bas plus que de l'Allemagne? Si l'on doit faire des benchmarks européens pour appuyer son propos, l'âge du départ à la retraite pourrait être aussi assez intéressant.  smile

Plus sérieusement, je suis un européen convaincu, il n'en reste pas moins que l'Histoire et les traditions politiques de la France n'ont rien avoir avec celles du Danemark ou celles de la Suède(c'est d'ailleurs dommage pour notre dialogue social).

L'exemple Belge est d'ailleurs un exemple assez intéressant de l'impact du droit de vote des étrangers sur le repli communautaire (aucun effet intégratif), une gestion nationale des questions relatives à l'islam (chaque mosquée étant gérée par les pays d'origine) et cela n'a rien résolu aux incompréhensions entre communautés.

Felice Dassetto a écrit:

Pour Bruxelles, en particulier, l’enjeu est crucial et présente des aspects et des difficultés spécifiques, tant du côté musulman que non-musulman. Force est de constater qu’à Bruxelles, plus qu’ailleurs, le chantier d’un débat constructif n’est pas entièrement ouvert. Et se sont forgées des narrations différentes de ce qu’est être bruxellois. L’une vient de la société non-musulmane, bourgeoise, souvent agnostique ou catholique conservatrice, âgée ou plus jeune. L’autre vient de la société musulmane, de sa jeunesse qui, ou bien se voit regardée dans "sa " ville comme si elle était une excroissance étrangère, ou bien se vit dans un ailleurs.

http://www.lalibre.be/debats/opinions/a … oguer.html

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

45

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Mon rire jaune de la journée (je devrais créer un nouveau thread : le PS français ou la passion des taxes).
Après avoir relevé le plafond du livret A, on songerait, sur les bases d'un rapport d'un gros monsieur appelé Pierre Duquesne, à le taxer "au-dessus d'un certain niveau de dépôts", qui n'est d'ailleurs pas précisé dans l'article (mais une autre source dit : "au-dessus du seuil de 20 000€ : http://www.leparisien.fr/economie/le-li … 4604.php).

Le Figaro a écrit:

Bercy poussé à taxer les «gros» livrets A

INFOGRAPHIE - Un rapport rendu au ministère de l'Économie suggère de soumettre aux prélèvements sociaux les livrets A les plus « remplis». Le plafond serait relevé très progressivement et le calcul des intérêts deviendrait moins généreux.

«Une exception mais surtout une passion française»: Pierre Duquesne, auteur d'un rapport sur l'épargne réglementée rendu public jeudi par Bercy, sait le terrain miné. Sa marge de manœuvre était limitée, entre l'obligation de justifier a posteriori le relèvement du plafond de 25 % du livret A et le doublement de celui du LDD (livret de développement durable) déjà annoncé par le ministre des Finances Pierre Moscovici, les contraintes des banques vent debout contre ce mouvement et les appétits du monde HLM mais aussi des collectivités locales, des PME et de la future Banque publique d'investissement destinataire de fonds du LDD.

De fait, les propositions mises sur la table ne satisferont pas tout le monde. Certains épargnants d'abord. Alors que la Cour des comptes avait déjà avancé cet été l'idée choc de fiscaliser le livret préféré des Français, le rapport estime, en effet, que «l'idée de l'imposition des prélèvements sociaux (…), au-dessus d'un certain niveau de dépôts ne doit pas (…) être considérée comme taboue». Et puisque le relèvement du plafond est pointé du doigt pour créer un «effet d'aubaine dont bénéficierait une famille nombreuse fortunée», il recommande d'envisager un début de fiscalité aux livrets... des enfants: «Mieux vaudrait interdire le bénéfice des futures augmentations de plafond du livret A (au-dessus de 19.125 euros) aux détenteurs mineurs».

Autre piste de réforme, le rapport milite pour une - nouvelle - formule permettant de calculer la rémunération du livret A. Le taux serait calé sur l'inflation avec un bonus en fonction de la croissance. Un mode de calcul qui s'avérerait aujourd'hui moins généreux pour les épargnants: le taux de ce produit d'épargne tournerait autour de 2 % au lieu de 2,25 %. En revanche, la formule serait automatique, alors qu'elle suscite actuellement régulièrement des polémiques et des arbitrages politiques.
Un taux de 2 % au lieu de 2,25 %

La baisse de la rémunération des épargnants en période de basses eaux économiques, conjuguée à une diminution de 0,5 % à 0,4 % de la commission des réseaux collecteurs, réduirait le coût de cette ressource. Un atout pour financer notamment la construction des 150.000 HLM promise par le gouvernement.

Au total, conclut le rapport, le doublement du plafond du livret A promis par François Hollande aura de lourdes conséquences. En moins de deux ans, ce sont, en effet, 30 à 55 milliards d'euros supplémentaires que pourraient collecter les livrets défiscalisés. «Ce n'est pas systémique» pour le secteur bancaire, plaide Pierre Duquesne. Voire, répondent les banques, inquiètes de voir leurs dépôts se vider. Pour autant, la prudence s'impose, compte tenu des enjeux. Le rapport suggère, ainsi, d'attendre 2015 et 2016 avant les prochaines hausses du plafond (après celle de 25 % supplémentaire prévue d'ici à la fin 2012), histoire de bien en mesurer les conséquences. À Pierre Moscovici de voir s'il tient compte de ces conseils.

http://www.lefigaro.fr/medias/2012/09/20/b5e0c7c4-033c-11e2-9c64-e51ccf6bc27b-493x350.jpg

Alors, pourquoi je mets ça ici ? Eh bien, qu'on se rappelle la déclaration de Cahuzac le 23 août : "La fiscalité du Livret A ne sera évidemment pas modifiée"

http://www.lemonde.fr/politique/article … 23448.html

A suivre donc.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

46

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

A part ça, un autre sondage confirme le rejet par les Français du droit de vote des étrangers : 63% contre.
Malgré ce que tu as dit, Broz, même après une campagne pour ou contre ce droit, il sera difficile d'inverser la tendance. Il se pourrait même qu'après cette campagne que je prévois malsaine, l'opposition se renforce. L'article parle d'ailleurs du clivage que j'avais pointé du doigt plus haut :

Le Figaro a écrit:

L'hostilité des Français au vote des étrangers se renforce

Deux sondages successifs montrent la réticence grandissante des Français au droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales. Une promesse de campagne de François Hollande que le gouvernement risque d'avoir du mal à tenir.

La majorité a tâtonné ces derniers jours sur le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales. Ira, ira pas… La question est restée en suspens pendant quelques heures, après l'appel lundi de 75 députés PS à respecter la promesse de campagne de François Hollande et les doutes du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, sur l'urgence d'une telle mesure. Jusqu'à ce que l'Élysée et le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, mettent fin au suspense. Matignon a assuré mercredi qu'un projet de loi serait prêt en 2013. Mais au regard des derniers sondages sur le sujet, on comprend le peu d'empressement de la majorité à appliquer cette mesure phare de la gauche, déjà promise par François Mitterrand en 1981. Plus de six Français sur dix (63%) s'y disent aujourd'hui opposés, selon un sondage CSA* pour RTL diffusé jeudi. Une progression spectaculaire de 21 points par rapport à 2010, qui «témoigne d'un inversement de tendance particulièrement brutal au sein de l'opinion», selon Yves-Marie Cann, directeur d'études du pôle opinion de CSA.

Ce renversement de situation est particulièrement marqué parmi les sympathisants de gauche, où les soutiens au droit de vote des étrangers ont baissé de 17 points en deux ans. Parmi les militants PS, la chute est de 23 points. Dans le même temps, les soutiens à droite diminuent de 10 points. Ces résultats «témoignent du fait que le projet, déjà rejeté par la droite dans le passé, est loin de faire l'unanimité à gauche, y compris chez les sympathisants socialistes», analyse Yves-Marie Cann, directeur d'étude. Au total, 60% des sympathisants de gauche soutiennent cet engagement de campagne de François Hollande, contre 18% à droite et 16% au Front national. «L'analyse des résultats laisse aussi apparaître un clivage social important, fréquemment observé sur les enjeux d'immigration: 68% des ouvriers expriment leur opposition (dont 47% se disent de «très opposés») contre seulement 34% des cadres, lesquels soutiennent très majoritairement le projet (66%)», note l'étude.

«Une perspective inquiétante pour la cohésion nationale»

Mercredi, une enquête Ifop-Atlantico ** faisait déjà état de résultats similaires, avec 61% des Français opposés à cette mesure. Une évolution radicale là aussi puisqu'en décembre dernier, ce même institut recensait 55% de Français pour le droit de vote des étrangers, contre 39% désormais. Les sympathisants de gauche, qui étaient 76% à y être favorables fin 2011, le restent en grande majorité (72%). Le raidissement est beaucoup plus net à droite: les sympathisants UMP favorables au projet passent de 37% à 11%, ceux du FN de 20% à 8%.

Profitant du flottement de la majorité sur le sujet, l'UMP a lancé mercredi soir sur son site internet une pétition nationale contre un projet qualifié par son secrétaire général, Jean-François Copé, de «perspective extrêmement inquiétante pour la cohésion nationale». Celle-ci avait recueilli vendredi matin, à 9 heures, près de 60.000 signatures. «Favoriser le vote communautariste pour compenser la perte du vote populaire, c'est le calcul d'une gauche qui sacrifie l'intérêt général pour garder le pouvoir», accuse l'UMP, qui réclame un référendum sur le sujet. Le parti va diffuser deux millions de tracts bleu-blanc-rouge - «Non au droit de vote des étrangers» - dans toute la France. Les personnes qui le souhaitent pourront signer la pétition sur ce tract et la renvoyer au siège du parti, à Paris.

* Le sondage CSA a été réalisé par internet du 18 au 19 septembre sur un échantillon représentatif de 1.007 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

**Le sondage Ifop a été réalisé par téléphone du 18 au 19 septembre 2012, auprès d'un échantillon de 1.174 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

A partir de ça, comment Hollande peut-il tenir sa promesse ? Ça me semble plus que compromis.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

47

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

* ne pas parler de la TVA sociale *
* ne pas parler de la TVA sociale *
* ne pas parler de la TVA sociale *
               * se retenir *
               * se retenir *
               * se retenir *

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

FDL a écrit:

* ne pas parler de la TVA sociale *
* ne pas parler de la TVA sociale *
* ne pas parler de la TVA sociale *
               * se retenir *
               * se retenir *
               * se retenir *

Bien vu.

Le concours Lépine du nom de cette hausse de la TVA est lancé!

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

49

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

Bon, encore une, pour le plaisir. Mais comme chacun sait, c'est très anecdotique, on cherche la petite bête.
Hollande le 19 janvier dans son discours de Nantes : "Je réaffirme que la culture doit être une priorité majeure, une ambition commune. Cela doit se retrouver bien sûr dans le budget de la culture. Mais plutôt que de fixer des taux de progression, j’affirme que le budget de la culture sera entièrement sanctuarisé durant le prochain quinquennat."

Jetons un œil sur cet article des Échos :

Les Échos a écrit:

Budget des ministères : qui gagne, qui perd

Les crédits des ministères pour la période 2013-2015 font état de variations importantes. Les baisses les plus fortes concernent l'Agriculture, la Culture, l’Économie et le Logement. Inversement, les crédits de la Justice, des Affaires sociales ou encore de l'Outre-mer sont en forte hausse.

http://www.lesechos.fr/medias/2012/09/21/364431_0202279895425_web.jpg

A une semaine de la présentation du projet de loi de finances 2013, le gouvernement finalise ses arbitrages fiscaux, qui doivent permettre de dégager 20 milliards d'euros de recettes supplémentaires. La longue liste des prélèvements nouveaux « effraie » le Medef, qui accuse l'exécutif de ne pas en faire assez sur la baisse des dépenses, un angle d'attaque repris par l'opposition. L'exécutif insiste de son côté sur l'effort qui va être demandé à l'Etat et à ses opérateurs, qui représentera 10milliards d'économies par rapport à l'évolution « naturelle » des dépenses en 2013.

La première traduction concrète va être la baisse des crédits, parfois sensible, de certains ministères. Le gel en valeur absolue de leur budget, hors dépenses de retraites et charge de la dette, s'accompagne en effet de variations importantes selon les ministères, comme l'illustrent les données recueillies par « Les Echos ». Les « lettres plafond » adressées fin juillet aux ministres imposent ainsi un recul des crédits à périmètres courants de 7,3 % pour l'Agriculture en 2013, 5,3 % pour l'Egalité des territoires et le Logement, 3,6 % pour la Culture (d'où les nombreux chantiers stoppés et les économies demandées à l'audiovisuel public), ou encore 2,7 % pour les Affaires étrangères.

A l'inverse, l'Outremer verra ses moyens progresser de 5 % en 2013, les Affaires sociales de 3,8 %, la Justice comme l'Emploi de 3 % et l'Enseignement supérieur et la recherche de 2,1 %. Attention : certaines enveloppes ont évolué depuis la fin juillet, et Bercy communiquera sur des plafonds de crédits par mission, et non par ministère, la semaine prochaine. En intégrant, de plus, les dépenses de retraites. Les pourcentages seront donc différents de ceux présentés ici. Il n'empêche, ces données apportent un bon éclairage sur l'évolution des moyens de chacun (subventions, prestations, fonctionnement, masse salariale, etc.). Au total, les crédits sont stabilisés, à 203,65 milliards d'euros en 2013 (ils baissent même de 200 millions).

Les moyens de sa politique

Au-delà des hausses et des baisses faciales, certains ministères ont pris les devants pour assurer qu'ils garderaient les moyens de leur politique. A l'instar de Cécile Duflot (Logement), qui a communiqué sur la stabilité de son budget à 8,2 milliards d'euros. En réalité, celui-ci baisse de 400 millions, à 7,8 milliards, mais certaines dépenses assumées auparavant par le ministère seront financées autrement (des droits tabacs pour les aides au logement, des quotas carbone pour la rénovation thermique, etc.), ce qui fait qu'au final, les moyens du Logement sont bien préservés. A l'inverse, les Affaires sociales et la Santé ont un budget en nette hausse, mais ce ne sera pas de trop pour assumer la montée en charge des dépenses sociales (AAH, etc). Pour l'Agriculture, l'exécutif s'attend à voir retoquées par Bruxelles les exonérations de charges sur l'emploi votées l'an dernier, ce qui générera une partie des économies. Et d'autres allégements (sur les saisonniers) seront rognés.

Autre enseignement : les missions prioritaires (éducation, police, justice), si elles voient leurs effectifs augmenter, ne sont pas exemptées d'efforts : l'Intérieur voit son budget reculer de 1 % (ce qui implique de nouveaux efforts dans les préfectures), alors que les crédits de l'Education n'augmentent que de 0,6 %, en dépit de 10.000 créations de postes. Les rectorats seront en première ligne, et il n'y aura sans doute pas de geste salarial ciblé.

L'évolution des crédits pour trois ans est aussi riche d'enseignements. Si Michel Sapin (Emploi) a obtenu une hausse pour 2013, ses crédits devront diminuer nettement en 2014 (-1,3 % par rapport à 2012), retombant sous les 10 milliards. Cela implique un retournement du marché de l'emploi. Les crédits des Sports et de la Jeunesse, s'ils baissent de 5,3 % en 2013 (une surprise), doivent en revanche progresser de 14 % d'ici à 2015. A cette échéance, le repli programmé sera particulièrement sensible pour l'Agriculture (-10,2 % par rapport à 2012), la Culture (-5,5 %), l'Economie (-4,3 %) et l'Ecologie (-3,5 %). Le gouvernement devra apporter des précisions, la semaine prochaine et devant le Parlement, sur les mesures d'économies concrètes qui seront engagées.

Filipetti avait dit : "qui parle d'une baisse de 3% du budget de la Culture ?" (http://www.lemonde.fr/culture/article/2 … _3246.html)
En effet, ce sera peut-être davantage.
Attendons de voir le PLF 2013.

D'autres chiffres intéressants ici : http://www.latribunedelart.com/budget-l … 03973.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Catalogue (non exhaustif) des promesses non tenues de Hollande

En même temps, quand tu sais que c'est Juan Paulo qui a fait tout le programme concernant la culture et qu'il s'est fait virer comme un malpropre par Filipetti, en prennt des positions qui n'ont pas vraiment des masses enthousiasmé certaines personnes du monde de l'industrie...

Forcément, Filipetti est une ministre mais le programme culturel et les engagements de l'époque de Hollande sont partis a la trappe, et encore plus avec la nouvelle équipe de conseillers ministériels qui ont tout foutu en l'air pas mal de choses... Au passage, je veux pas la flinguer, mais en matière de culture et de politique culturelle, non seulement elle a vraiment débarqué mais en plus ça a failli tourner au clash avec Fleur Pellerin dont le programme en matière de culture et de NTIC était positionné par rapport au préédent projet.

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."