Topic: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

"Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et en un tour de mains ils créeront assez d’argent pour la racheter. Otez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits."

Sir Josiah Stamp,
Directeur de la Banque d’Angleterre
1928-1941
(Réputé 2e fortune d’Angleterre à cette époque)

Qu'en pensez-vous?

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

J'en pense que l’État devrait occuper la fonction des banques et des marchés financiers... (voir l'argent dette de Paul Grignon sur youtube). On est endoctrinés par le système et l'idéologie libérale et donc sortir du système nous paraît inconcevable. Pourtant si les États retrouvaient leur souveraineté, ils pourraient reprendre le contrôle sur les marchés et les agences de notations.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Bien essayé mecton, mais tu peux faire tes dissertations du CNED tout seul

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

4

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

AlphaNico a écrit:

J'en pense que l’État devrait occuper la fonction des banques et des marchés financiers... (voir l'argent dette de Paul Grignon sur youtube). On est endoctrinés par le système et l'idéologie libérale et donc sortir du système nous paraît inconcevable. Pourtant si les États retrouvaient leur souveraineté, ils pourraient reprendre le contrôle sur les marchés et les agences de notations.

Que l`Etat doivent prendre le controle des banques, je pense que cela est tout a fait imaginable, a condition qu`il s`impose une tres grande rigueur dans l`attribution de ses credits et qu`il evite les ecueils classiques des nationalisations (conflits d`interet, laxisme eventue dans l`attribution des credits et le recouvrement des dettes, surcouts possible pour les comptes publics en cas de mauvaise gestion, tradition administrative peu au fait de la gestion a la performance des entreprises).

Pour les marches financiers, c`est une autre histoire puisque par definition, tous les acteurs, meme les particuliers, peuvent acheter ou vendre des titres, et donc il s`agit d`un systeme d`allocation de l`epargne privee, sana intermediation. On ne voit pas bien comment l`Etat pourrait assurer seul cette fonction.

Si defaillance du systeme financier il y a elle reside dans l`ensemble des titres et les types d`operations financieres "exotiques" apparus depuis une trentaine d`annee dont l`exemple le plus flagrant est la "vente a decouvert a nu" (le fait d`emprunter un titre que l`on n`a pas pour le vendre, puis le racheter moins cher quelque temps plus tard  pour empocher une plus-value sur cette baisse) qui permet de speculer a la baisse (et si on peut lacher quelques fausses rumeurs au passage pour accelerer la chute, c`est encore mieux). Elle reside aussi dans le caractere moutonnier des marches qui surreagissent a la moindre nouvelle...

La phrase sus mentionnee est tres interessante, car elle montre qu`il y a dans la creation de dette par les Etats, l`abandon aux banques et au systeme financier d`une part de sa souverainete. Et lorsque des interets financiers prives poussent les Etats a s`endetter (par des taux variables attractifs, ou par du trafic d`influence au sein des institutions publiques), il est clair qu`il s`agit d`une trahison du peuple par ceux qui ont les mandats de decision. Mais il ne faut jamais oublier que ce sont toujours les Etats qui, au total, ont le pouvoir de decider de creer ou non de la dette.  Le bout du tunnel est donc soit dans une strategie de reduction de la dette, soit dans une strategie de defaut et de reprise en main de sa souverainete par l`Etat, mais il s`agit alors d`un grand bras d`honneur a tous ceux qui ont prete a l`Etat, causant transitoirement de tres importants desequilibres.

A cela il faut ajouter les aspects monetaires qui interragissent tres directement avec la question des dettes. Un pays qui dispose de sa souverainete monetaire peut toujours devaluer en creant de la monnaie, payer cette dette de cette facon et meme voir le cout de sa dette diminuer puisque la creation monetaire cree de l`inflation qui reduit les taux d`interet reels de la dette (naturellement, la limite de cela reside dans le fait qu`a long terme , il s`agit de monnaie de singe). Nous n`avons plus, en Europe, cette souverainete monetaire et donc nous allons casquer avec de l`impot, sauf si la BCE adopte une politique de credit plus conciliante (ce qui n`est pas le cas aujourd`hui, en depit du rachat d`une partie de la dette grecqu par la BCE, qui intervient la en grande urgence pour contenir un grand incendie...)

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Merci pour ta reponse regard lointain! Je pense que les états doivent redevenir souverains de la création monétaire. Je suis avide de connaitre davantage d'opinions sur cette question qui me semble cruciale mais que je ne vois évoquée dans aucun média, comme si elle était soigneusement évitée...
(rien a voir avec le cned! Oops, i FED the troll wink

6

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Pour que les Etats europeens reprennent leur suverainete monetaire, il faudrait sortir de l`euro ce qui n`est franchement pas une perspective encourageante.

Et puis, en realite, on connait la tendance des Etats a abuser de la creation monetaire et de la devaluation en serie pour regulariser son propre laxisme ce qui peut etre tres nefaste a long terme (cf la situation americaine qui a use de ce systeme jusqu`a la lie). Il ne faut pas oublier que l`Etat est une organisation comme les autres meme s`il poursuit le plus souvent un objectif d`interet general et qu`on ne voit pas pourquoi il pourrait indefiniment ratiquer un deficit public et une creation d`endettement que les citoyens devront payer, alors meme qu`il ponctionne deja 56% du PIB pour ses depenses. Il n`est pas si mauvais que les Etats soient incites a mieux gerer leurs budget par le transfert de souverainete monetaire. Lorsqu`ils n`ont lus le levier de creation monetaire, ils paient leur dette "au reel" et ne peuvent plus jouer avec la monnaie pour masquer les consequences de son laxisme. Le seul gouvernement qui avait pris la mesure de cette realite fut le gouvernement Jospin, dont la responsabilite budgetaire a ete battue en breche par la droite depuis 2002 et plus encore depuis 2007, qui semble croire vivre au temps ou nous avions encore le levier monetaire pour rattraper notre incapacite a gerer les deficits.

Plus simplement, il faut que la BCE joue son role de regulateur en periode de crise ce qu`elle commence tout doucement a faire. Pas besoin de faire de la planche a billet massive. Le rachat d`obligations souveraines, la creation d`euro-obligation, voire le transfert sur l`UE d`une partie des dettes d`Etats sont diverses possibilites a envisager. Meme les marches financiers le demandent, c`est dire. Meme les Allemands, partisans indefectibles de la rigueur monetaire, commencent a se dire que c`est une voie envisageable.

Reste que la strategie de rigueur pratiquee par la BCE jusque la a une utilite : lorsqu`elle commencera a adopter une politique de relance, elle aura toutes les cartouches en main, et ne sera pas dans la situation de la Fed qui pratique deja un taux directeur nul et n`a plus aucune marge de manoeuvre pour agir...

7

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

J`ajoute cependant qu`il faudrait egalement que les traders et autres analystes se calment, partent en vacances et voient que :

- La situation economique est loin d`etre si mauvaise : il y a de nombreux secteurs qui se developpent.

- Tous les leviers sont en train d`etre etudies et mis en oeuvre en Europe pour eviter tout collapse.

- La bourse etant tres basse il y a PLEIN d`affaires a faire. C`est le moment d`acheter et de faire de belles plus value sur de nombreux titres outrageusement attaques au dela du raisonnable. Contactez votre banque, ouvrez un compte titres (toutes proposent aujourd`hui des interfaces web pour gerer soi-meme ses titres) et etudiez les courbes des valeurs du CAC 40 : achetez celles qui ont le plus baisse, notamment les bancaires. A deux ans vous pouvez facilement accroitre fortement votre patrimoine tout en sauvant le systeme.

Et le tout en pouvant aller faire un peu de plongee sous-marine de temps en temps, elle est pas belle la vie ? ;-p

8

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

regard lointain a écrit:

- La situation economique est loin d`etre si mauvaise : il y a de nombreux secteurs qui se developpent.

Comme tu le sais, un indice financier ne traduit pas une situation économique actuelle mais des anticipations (de bénéfices). Et ce sont ces anticipations qui sont mauvaises. Pour les secteurs qui se développent, c'est exact : les valeurs financières ainsi que les pétrolières perdent de leur panache au profit des informatiques (en témoigne le passage d'Apple en première capitalisation boursière mondiale). Pas sûr que ce soit si réjouissant que cela.

- La bourse etant tres basse il y a PLEIN d`affaires a faire. C`est le moment d`acheter et de faire de belles plus value sur de nombreux titres outrageusement attaques au dela du raisonnable. Contactez votre banque, ouvrez un compte titres (toutes proposent aujourd`hui des interfaces web pour gerer soi-meme ses titres) et etudiez les courbes des valeurs du CAC 40 : achetez celles qui ont le plus baisse, notamment les bancaires. A deux ans vous pouvez facilement accroitre fortement votre patrimoine tout en sauvant le systeme.

Je ne suis pas certain qu'il y ait "plein" d'affaires à réaliser (sinon pour des achats/reventes à très court terme - histoire de profiter de la volatilité du marché). Les titres qui ont principalement baissé sont ceux liés directement ou indirectement aux marchés financiers et, en raison des incertitudes financières actuelles, je ne vois pas ce qui justifierait un relèvement à terme de leur valeur boursière. En un mot : pas sûr que ces titres soient sous-côtés (pas de façon "intrinsèque" hein mais parce que ce sont des anticipations largement partagées par les investisseurs). Bref, comme toujours : "il vaut mieux avoir tort avec le marché que raison contre lui". En témoigne l'actionnariat salarié (actions acquises avec décôte par les salariés d'une entreprise) qui commence à freiner et qui ne parvient donc plus à jouer son rôle d'outil de fidélisation.

Mais oui, "il faudrait egalement que les traders et autres analystes se calment". Et aussi qu'on leur donne une véritable formation en économie et non plus uniquement de maths financières :-)

9

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Hussard de passage a écrit:

Pour les secteurs qui se développent, c'est exact : les valeurs financières ainsi que les pétrolières perdent de leur panache au profit des informatiques (en témoigne le passage d'Apple en première capitalisation boursière mondiale). Pas sûr que ce soit si réjouissant que cela.

Pourquoi ?

Je ne suis pas certain qu'il y ait "plein" d'affaires à réaliser (sinon pour des achats/reventes à très court terme - histoire de profiter de la volatilité du marché). Les titres qui ont principalement baissé sont ceux liés directement ou indirectement aux marchés financiers et, en raison des incertitudes financières actuelles, je ne vois pas ce qui justifierait un relèvement à terme de leur valeur boursière. En un mot : pas sûr que ces titres soient sous-côtés (pas de façon "intrinsèque" hein mais parce que ce sont des anticipations largement partagées par les investisseurs). Bref, comme toujours : "il vaut mieux avoir tort avec le marché que raison contre lui". En témoigne l'actionnariat salarié (actions acquises avec décôte par les salariés d'une entreprise) qui commence à freiner et qui ne parvient donc plus à jouer son rôle d'outil de fidélisation.

Quant une entreprise est cotee en deca de ses actifs materiels reels (ex : Air France pendant la crise des subprimes), ca n`a aucun sens et cela demontre aue les mecanismes internes aux marches financiers (moutonnisme, effets psychologiques, surreactivite) prennent en periode d`angoisses financieres le pas sur la realite economique.

Le court-termisme de la speculation financiere par internet, qui ressemble a s`y meprendre au poker sur internet est une calamite ! Je pense qu`il faudrait reflechir a des moyens de reduire la liquidite sur les marches (exemple : Obliger les detenteurs de titres, particuliers ET institutionnels, a garder leur titres un minimum de temps). Je sais que cela entre en contradiction avec l`un des fondements des marches financiers qui est la recherche de liquidite immediate, mais je crois que nous aurions la une solution pour mettre un terme definitif aux paniques sans fondement de ces derniers jours.

Vous prenez des valeurs comme veolia, societe generale ou credit agricole. Ces valeurs ont ete outrancierement massacrees ces derniers jours, alors que leurs perspectives sont bien meilleures que ce que la situation de leur valeur sur les marches voudraient bien laisser croire. Un investisseur de long terme n`a a mon avis rien a craindre et tout a esperer dans les 2 a 5 ans qui viennent...

Pourrais-tu developper ton argument sur l`actionnariat salarie (source, lien vers une etude notamment ?)



Mais oui, "il faudrait egalement que les traders et autres analystes se calment". Et aussi qu'on leur donne une véritable formation en économie et non plus uniquement de maths financières :-)

Ca, ce n`est pas moi qui te dirait le contraire. Je pense qu`il faut largement repenser les cursus d`ecoles de commerce et donner a ses etudiants une vision beaucoup plus globale de l`economie (et du monde). Ne faire qu`une ecole de commerce reduit considerablement le champ de vision d`un individu.

10

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

regard lointain a écrit:

Pourquoi ?

Tout simplement parce que l'informatique est un secteur plutôt instable (les nouveautés technologiques susceptibles de renverser un leader y sont plus fréquentes que dans d’autres secteurs – car à moindre coût). Bref, les positions m’y semblent plus temporaires que dans n’importe quel autre secteur. L’engouement actuel autour de ces valeurs pourrait rappeler 2001…

Regard lointain a écrit:

Le court-termisme de la speculation financiere par internet, qui ressemble a s`y meprendre au poker sur internet est une calamite ! Je pense qu`il faudrait reflechir a des moyens de reduire la liquidite sur les marches (exemple : Obliger les detenteurs de titres, particuliers ET institutionnels, a garder leur titres un minimum de temps). Je sais que cela entre en contradiction avec l`un des fondements des marches financiers qui est la recherche de liquidite immediate, mais je crois que nous aurions la une solution pour mettre un terme definitif aux paniques sans fondement de ces derniers jours.

Je partage aussi cet avis.

Regard lointain a écrit:

Pourrais-tu developper ton argument sur l`actionnariat salarie (source, lien vers une etude notamment ?)

A vrai dire, je ne m’appuie sur aucune étude, simplement sur des témoignages d’amis qui ont eu des actions via des offres promotionnelles (juste avant la chute boursière qui les met aujourd’hui en moins-value potentielle) et qui ne pensent pas en prendre l’an prochain (à moins qu'elles soient gratuites). Un article des Echos va dans ce sens : http://www.lesechos.fr/economie-politiq … 205073.php

Les Echos a écrit:

Limiter le risque
Pour l'actionnariat salarié, la glissade de ces derniers jours est un nouveau coup dur. La crise boursière de 2008, qui a vu fondre un certain nombre de capitalisations, avait déjà suscité la grogne des salariés. Les entreprises en ont tiré les conséquences et ont pris des mesures pour préserver l'intérêt de leurs collaborateurs. Selon l'étude Aon Hewitt, les incitations financières ont été renforcées : 72 % des plans prévoient une décote, 70 % un abondement, et 51 % utilisent les deux leviers. Le montant de l'abondement est aussi en hausse par rapport à 2010.
Surtout, les entreprises s'efforcent désormais de limiter le risque financier pour les collaborateurs (lire ci-dessous). La part d'entreprises proposant un FCPE avec effet de levier, c'est-à-dire nécessitant le prêt d'une banque, a par exemple chuté de 50 % en 2010 à 22 % cette année. Et 26 % des sociétés ont procédé par distribution d'actions gratuites, ce qui exclut de facto toute moins-value.
Pour les salariés qui viennent de mettre la main à la poche pour financer leurs actions, la situation n'en est pas moins inconfortable. Les entreprises concernées devront sans doute renforcer leurs efforts de pédagogie et de communication interne, faute de quoi les plans d'actionnariat salarié, conçus comme des outils de fidélisation et d'engagement, pourraient devenir contre-productifs.

11

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Merci.

La bourse replonge ce matin alors qu`elle est deja a un niveau tres en deca de la valeur relle des groupes et des indices attaques... Decidement, les mecs se tapent des coups de chaud en ce moment. L`aversion au risque est maximal, alors que de nombreuses nouvelles sont plutot encourageantes. S&P confirme que la France conserve son triple A, un gouvernement economique europeen va se mettre en place suite a la rencontre Merkel-Sarkozy comme suggere par certains depuis des annees, la piste des eurbonds est maintenant clairement etudiee par les gouvernements europeens, l`interdiction de la vente a decouvert a nu sur les valeurs financieres est mise en place (on devrait l`etendre a toutes les valeurs et definitivement interdire ces mecanisme barbares). La Chine aura bientot un nouveau President qui veut mettre a fond l`accent sur la cooperation sino-americaine...

Bref, rien n`explique ces mouvements a part les recommandations massacreuses de Goldman Sachs et UBS dont on se demande quel interet ces banques d`affaires ont a jeter de l`huile sur le feu. Peut etre maximiser la chute pour racheter tout cela au creux de la vague ?...

12

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

J`ajoute aussi qu`il y a dans tout cela un aspect "prise de benefices" de court terme de la part de ceux qui ont achete la semaine derniere au plus bas et qui capitalisent sur les quelques points grapilles entre temps.

Toujours ce court termisme infernal...

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

regard lointain a écrit:

Bref, rien n`explique ces mouvements a part les recommandations massacreuses de Goldman Sachs et UBS dont on se demande quel interet ces banques d`affaires ont a jeter de l`huile sur le feu. Peut etre maximiser la chute pour racheter tout cela au creux de la vague ?...

Je sais pas si tu es familier avec les articles de Matt Taibbi sur Goldman Sachs et leurs méthodes, mais ce que tu spécules n'est probablement pas loin de la vérité.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

14

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

regard lointain a écrit:

La Chine aura bientot un nouveau President qui veut mettre a fond l`accent sur la cooperation sino-americaine...

Ne pas trop gober ce que raconte xinhua non plus hein....

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

D'après une de mes amies bossant dans un hedge fund à NY, le flip concerne franchement les banques françaises, surtout socgen et bnpp. Du coup, les mails affolés circulent pas mal en ce moment sur leur "french bank exposure" en demandant à chacun de se désengager de là. Ce qui aboutit notamment à ce qu'on voit là sous nos yeux.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Affolement totalement disproportionné. La peur ne peut pas être rationnelle de toute façon.
Les marchés sont surtout en train de s'ajuster brutalement à la "de plus en plus probable mais encore tabou" récession des US et d'une partie de l'UE cette année.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Moody's vient de dégrader la dette japonaise.

Et autant l'on pouvait critiquer la décision de Standards and Poors d'abaisser la note américaine, autant cette décision est tout à fait normale. Le Japon a une dette qui dépasse les 200% du PIB et qui augmente rapidement avec la diminution de la croissance et la baisse de recette fiscale subséquente (ainsi, également qu'avec le vieillissement démographique - la population active y est en baisse).

http://metiseurope.eu/pics_bdd/image_visuel/1268734007_1268732932_2._OTA_2_dette_publique-1.jpg

En revanche, autant la décision de S&P avait de grosses conséquences psychologiques, autant cet abaissement de la note japonaise n'aura que peu de conséquences. La dette japonaise est détenue à plus de 98% par ses résidents (et à 94% par des petits porteurs individuels et familiaux, averses au risque), considérés comme des détenteurs confiants et loyaux de dette de leur pays.

Montebourg dirait, à juste titre pour le coup, qu'on a là un exemple de bienfait de la démondialisation (ou plutôt de la "non-mondialisation") financière dans la détention de dette souveraine.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

En ce qui concerne le Japon, je ne sais pas si mon raisonnement n'est pas un peu trop simplet mais quand j'ai appris cette nouvelle, j'ai pensé au séisme. Vu les dégâts qu'ils viennent de subir et la reconstruction qui va petit à petit se mettre en place, le PIB des deux ans venir devrait être supérieur au PIB européen. De plus, la population, dont le nombre de chômeurs et de sans abris à subitement explosé, devrait par là se remettre au travail ce qui pourrait aider le Japon à réduire son endettement.
Néanmoins je concède que cette dégradation était presque attendue sinon présentie depuis des années et le contexte, même s'il n'arrange pas le Japon n'est pas le déterminant majeur de l'explosion de sa dette souveraine. Le Japon devient légendaire en terme de stagnation de croissance (en témoigne la une de The economist il ya deux ou trois semaines) et perd clairement son rôle de leader en asie... Je lis même sur ce forum que la Corée constitue un ennemi économique de plus pour le Japon!
Avec les problèmes historiques de l'âge de la population, du risque naturel, du manque de place, de la polution et de l' épuisement des ressources, il était évident que le Japon ne pourrait continuer à maintenir un tel train de croissance pérennement... Même sans la crise et sans le séisme, le Japon aurait du se serrer la ceinture, peut-être plus tard mais le destin en aura voulu autrement wink

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Jumpman a écrit:

le PIB des deux ans venir [du Japon] devrait être supérieur au PIB européen.

Croissance tu veux dire ? Pas PIB.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Free French a écrit:
Jumpman a écrit:

le PIB des deux ans venir [du Japon] devrait être supérieur au PIB européen.

Croissance tu veux dire ? Pas PIB.

Ha désolé. oui je parlais bien de la croissance du PIB... je me disais bien qu'un truc clochait; Merci.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Deux nouvelles rumeurs de marché (complètement aberrante au demeurant pour l'une des deux) ont fait plonger l'indice boursier Allemand, le DAX, avant qu'il se reprenne légèrement en fin de journée aujourd'hui :

- l'Allemagne perdrait sa note souveraine. C'est la rumeur de marché la plus stupide que j'ai entendu jusque là. L'Allemagne est en pleine forme, par rapport à tous les Etats de la zone euros, et le Bund est le titre occidental le plus attractif.

- L'Allemagne interdirait pour une durée indéfinie les ventes à découvert à nu sur les valeurs bancaires et financières. Rumeur immédiatement démentie par le Ministre des Finances allemand, Wolfgang Schaüble.

En bref, tout confirme que la panique actuelle est infondée. Il suffit qu'une rumeur prenne le pas, mail incendiaire ou inquiétant, pour que les grands casinotiers internationaux jouent avec l'épargne des contribuables. "Il faudra bien, un jour, mettre de l'ordre dans tout cela". Reste que l'aversion au risque est conjoncturellement au plus bas du fait d'une absence de visibilité.

Tout le monde dit attendre la déclaration de Ben Bernanke, mais que peut Bernanke à part créer un peu plus de planche à billet, dans un système à taux d’intérêt directeur déjà négatif... C'est sur le front de l'investissement technologique que tout doit être mis, pas sur une hasardeuse nouvelle opération de quantitative easing.

Et pendant que nous nous amusons à nous faire peur et que l'on se désinforme de banque d'affaire en Hedge Fund, destructurant nos économies réelles dans les mains de casinotiers jouant avec l'épargne de citoyens, les chinois accumulent, patiemment, sûrement, les devises, les technologies (nos technologies). Elle est désormais le premier créditeur mondial, assise sur 3000 milliards de dollars de réserves (qui pourraient être bien mieux placées mais qui sont force de frappe financière certaine pour diverses opérations, de sauvetage, de rachat, ou d'investissements extérieurs).

Aussi, je pense qu'il faut s'orienter vers :

- La mise en place d'une taxation financière sur les mouvements spéculatifs, modulée selon le secteur afin d'en limiter la fluidité (taxe très forte sur les matières premières notamment afin d'en limiter les variations).
- Une obligation de garder un titre une certaine durée, même courte, afin d'éviter et de limiter la spéculation de très court terme (et notamment la spéculation automatisée).
- La fin totale et définitive de la vente à découvert à nu. On ne peux vendre qu'un titre que l'on possède. Un étude orthoxopathe de la Cass business School (l'école de la City) vient d'affirmer que l'interdiction temporaire de la vente à découvert à nu n'avait pas empêché la baisse des cours entre 2008 et 2009 et que cela avait limité la liquidité sur les marchés, apportant un contre argumentaire à ma proposition. J'en tient compte mais je persiste à penser que cette liquidité apportée par le short selling  se fait au détriment de la valeur réelle des actifs, lorsqu'ils subissent par ce biais des déprédations extrêmes.
- La séparation des activités de banque d'affaires et de banque de dépôt.
- Le démantèlement en de plus petites entités des plus grosses banques d'affaires ou hedge funds afin de limiter le price-making sur des marchés où, lorsque par exemple le volume d'échange est bas.
- La création d'une agence de notations européenne et la publication de tous les critères de jugement et de notation, des modèles de classification et de notation des Agences.

Vu la panique actuelle, il n'est pas étonnant que l'emploi ait suivi. Il faut bien se souvenir que le rebond plus fort qu'attendu au premier trimestre 2011 était d'abord et avant tout lié à la reconstitution des stocks. Reste que les commandes de biens durables sont en forte hausse aux Etats-Unis, signe que le restockage n'était pas terminé.

A côté de cela, on commente les paniques imbéciles et les annonces économiques, mais c'est sur le front des technologies et des investissements que se joue la solution à ces problèmes. Investissements dans l'énergie, dans la santé, dans les technologies environnementales où, en dépit des appels, depuis le début de la décennie 2000 à développer un avantage comparatif sur ces technologies, nous avons à nouveau été dépassés parles Allemands en la matière, le tout nucléaire ayant affaibli le secteur à son démarrage. Investissements dans les start-up, où ça bouillonne de 1000 créations, talents et potentiels services de demains. Investissements dans les infrastructures de demain, écologiques, esthétiques, etc. Investissement dans les transports. Voilà où il faudrait créer de la bonne dette !

On ne peut que rappeler ici qu'à part le chômage et la croissance, nombre d'indicateurs sont bons : biens durables aux Etats, anticipations et perspectives d'investissements, beaucoup de nouveautés sur le front technologique, etc.

Tout ça tient à un fuite devant le risque très dommageable et irrationnelle.

(PS : regard lointain, c'était moi ;-)

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Greg a écrit:

(PS : regard lointain, c'était moi ;-)

Bien joué ! Je ne t'avais pas reconnu.

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Comme prévu, Ben Bernanke, n'a pas relancé d'opération de quantitative planche à billet. On aurait pu donner au marché un signal positif artificiel, mais l'on n'a pas cédé à la facilité.

Les marchés disent que la balle est dans le camp des Etats, mais tous les Etats européens ont adopté des mesures budgétaires adéquates.

Pour moi, nous sommes dans une logique ou rien ne peut parvenir à rassurer les marchés autre qu'eux-mêmes. La croissance en berne est liée à la rigueur dans les politiques européennes, exigée parles marchés dans la crise de la dette. Les marchés voulaient un QE3, mais on l'aurait fait que l'inflation et les craintes sur le dollars auraient également posé d'autres problèmes. Seule la prise en compte sérieuse du constat que toutes les mesures sont prises pour faire face aux problèmes de dette souveraine en Europe et aux Etats-Unis, ramenant à une situation financière et à une croissance plus saines, permettra de ramener le calme dans cette folie collective qui anime depuis depuis début août les marchés financiers et qui provoquent des attaques tantôt irrationnelles, tantôt intentionnelle contre les valorisations des entreprises.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

24

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Greg a écrit:

Comme prévu, Ben Bernanke, n'a pas relancé d'opération de quantitative planche à billet. On aurait pu donner au marché un signal positif artificiel, mais l'on n'a pas cédé à la facilité.

Vu l'excès de liquidités sur le marché en ce moment, une opération de quantitative easing eût été pour le moins inapropriée

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

On est d'accord.

Reste que Benanke a été très évasif sur les modalité de l'aide qu'il compte apporter. On pense à des opérations d'open market, et un QE n'est pas exclu pour les mois qui viennent, surtout si la panique sans fondements actuelle ne se calme pas.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

26

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Greg a écrit:

On est d'accord.

Reste que Benanke a été très évasif sur les modalité de l'aide qu'il compte apporter. On pense à des opérations d'open market, et un QE n'est pas exclu pour les mois qui viennent, surtout si la panique sans fondements actuelle ne se calme pas.

Une opération d'open market ?? Vendre encore plus de dollars pour acheter des euros ? Hum, pas sûr que ce soit un bon deal pour la FED.

27

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Jumpman a écrit:
Free French a écrit:
Jumpman a écrit:

le PIB des deux ans venir [du Japon] devrait être supérieur au PIB européen.

Croissance tu veux dire ? Pas PIB.

Ha désolé. oui je parlais bien de la croissance du PIB... je me disais bien qu'un truc clochait; Merci.

S'il n'y avait que cela. Croire qu'un désastre nucléaire permet de créer de la richesse uniquement par la reconstruction, alors que les zones touchées sont dévastées pour des dizaines d'années...

C'est clair qu'en se prenant un shoot sur le PIB, on peut s'attendre à de la croissance, mais partant de beaucoup plus bas, c'est une lapalissade. De là à ce que ce soit une bonne chose, faut pas pousser non plus.

28

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Greg a écrit:

On est d'accord.

Reste que Benanke a été très évasif sur les modalité de l'aide qu'il compte apporter. On pense à des opérations d'open market, et un QE n'est pas exclu pour les mois qui viennent, surtout si la panique sans fondements actuelle ne se calme pas.

Pour revenir au sujet, je ne vois pas très bien ce que la FED peut bien faire. Les problèmes des US sont structurels, comme l'a dit Bernanke d'ailleurs, et la marge de manoeuvre de la FED sur ce domaine est très limitée (les taux directeurs sont très bas, je ne vois pas ce qu'ils peuvent faire de plus). Le dollar est suffisamment bas pour ne pas les handicaper, le marché US est suffisamment liquide, la confiance est là : malgré l'annonce de S&P en AA+, les TB se sont très bien vendus et les US n'ont pas eu à modifier leur offre pour attirer les gens. Preuve s'il en est que les agences ont un pouvoir de nuisance limité, puisque les investisseurs ne mordent pas aux grosses blagues.

Bref, on attend Obama en septembre pour relancer l'emploi, pour l'instant Benny est peinard.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Oui, la Fed n'a aucune marge de manoeuvre. Tout a été épuisé au cours de la decennie antérieure et encore plus après la dernière crise.

Toutes les options sont analysées, mais toutes conduisent à une conclusion d'inutilité. Les taux directeurs sont déjà trop bas, le dollars trop faible, trop menacé, trop critiqué. La corde est usée.

Ainsi l'"opération twist" (consistant à modifier la structure de bilan de la fed en y repondérant les actifs sur des titres à plus longs termes) a été évoquée puis abandonnée. Bernanke est volontairement resté évasif sur le mesures, même s'il a rappelé que la situation des banques était globalement bonne et que les Etats européens prenaient les mesures adéquates. Il a enfin maintenu en suspend une action "quantitative" possible pour les mois qui viennent mais sans préciser ni un délai, ni
une modalité. Je pense que la fed ne devrait pas utiliser ce levier. Je pense que seule la BCE a les moyens d'agir monétairement, mais qu'elle se refuse à lefaire (d'où entre autre un différentiel de croissance USA-Europe). Les USA font 1% de croissance au second trimestre, chiffre rêvé par les européens.

Belle opération de com', qui n'a rassuré personne mais certains se sont dit en fin de journée qu'il était temps de racheter à bon compte des titres qui en valent en fait bien plus...

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Point intéressant : les résultats des entreprises du CAC 40 se succèdent et à part quelques exceptions (Carrefour notamment), les grands groupes français montrent plutôt une très bonne santé et des résultats en hausse. Preuve s'il en est que les variations des marchés au cours du mois d'août ne reflétaient que la crise psychiatrique du système financier, mais certainement pas la crise économique.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

31

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Greg a écrit:

Preuve s'il en est que les variations des marchés au cours du mois d'août ne reflétaient que la crise psychiatrique du système financier, mais certainement pas la crise économique.

Heu, pas vraiment une preuve, non : des résultats en hausse mais non conformes aux prévisions de hausse suffisent pour expliquer la baisse d'un titre. Mais d'accord avec le fait qu'il s'agissait plus d'une "crise psychiatrique".

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Nombre de ces résultats sont supérieurs aux objectifs prévisionnels.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

33

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Hussard nl a écrit:
Greg a écrit:

Preuve s'il en est que les variations des marchés au cours du mois d'août ne reflétaient que la crise psychiatrique du système financier, mais certainement pas la crise économique.

Heu, pas vraiment une preuve, non : des résultats en hausse mais non conformes aux prévisions de hausse suffisent pour expliquer la baisse d'un titre. Mais d'accord avec le fait qu'il s'agissait plus d'une "crise psychiatrique".


Intéressant de voir que l'on juge de la crise d'août par un unique chiffre mensuel sorti du contexte, alors que dans le même temps on critique les agences de notations pour attribuer des notes sur "trop peu de critères, essentiellement quantitatifs et sans rapport avec la réalité économique".

Paille, poutre, etc.

34

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

DLS8 a écrit:
Hussard nl a écrit:
Greg a écrit:

Preuve s'il en est que les variations des marchés au cours du mois d'août ne reflétaient que la crise psychiatrique du système financier, mais certainement pas la crise économique.

Heu, pas vraiment une preuve, non : des résultats en hausse mais non conformes aux prévisions de hausse suffisent pour expliquer la baisse d'un titre. Mais d'accord avec le fait qu'il s'agissait plus d'une "crise psychiatrique".


Intéressant de voir que l'on juge de la crise d'août par un unique chiffre mensuel sorti du contexte, alors que dans le même temps on critique les agences de notations pour attribuer des notes sur "trop peu de critères, essentiellement quantitatifs et sans rapport avec la réalité économique".

Paille, poutre, etc.

??
Je n'ai en aucun cas jugé la crise d'août. Je trouvais juste que la conclusion de Greg (avec laquelle je suis d'accord) était un peu trop hâtive. Relis lentement et avec le doigt : tu verras que je réagissais surtout sur le terme "preuve".

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

DLS8 a écrit:
Hussard nl a écrit:
Greg a écrit:

Preuve s'il en est que les variations des marchés au cours du mois d'août ne reflétaient que la crise psychiatrique du système financier, mais certainement pas la crise économique.

Heu, pas vraiment une preuve, non : des résultats en hausse mais non conformes aux prévisions de hausse suffisent pour expliquer la baisse d'un titre. Mais d'accord avec le fait qu'il s'agissait plus d'une "crise psychiatrique".


Intéressant de voir que l'on juge de la crise d'août par un unique chiffre mensuel sorti du contexte, alors que dans le même temps on critique les agences de notations pour attribuer des notes sur "trop peu de critères, essentiellement quantitatifs et sans rapport avec la réalité économique".

Paille, poutre, etc.

De quel chiffre sorti de son contexte parles-tu?

En ce qui me concerne, je critiquais justement le fait que les agences de notations se fondaient sur des aspects politiques et des données quantitatives "essentiellement mal quantifiées"

Et il me semble qu'il y ait beaucoup plus d’arguments que ceux que tu mentionnes dans les posts et articles de ce thread.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

36

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Greg a écrit:

De quel chiffre sorti de son contexte parles-tu?

"Résultats en hausse", j'imagine.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

En fait, il y a une succession de résultats annuels et semestriels (et pas mensuels) aujourd'hui, pas "un chiffre mensuel sorti de son contexte".

Enfin, la principale chose, je crois, que j'ai dit sur ce fil quant aux agences de notation, c'est la proposition de les obliger à publier l'ensemble des modèles et des paramètres sur lesquels il fondent leur notation.

Bref, notre anonyme préféré ferait bien, un jour, d'adopter une attitude plus constructive sur le forum et je lui dit cela sans animosité aucune.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

38

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Ah mince, c'était donc à toi qu'il s'adressait... un modo pourrait-il effacer mon post commençant par les "??". Incompréhension de ma part. Merci.

39

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Hussard nl a écrit:
DLS8 a écrit:
Hussard nl a écrit:
Greg a écrit:

Preuve s'il en est que les variations des marchés au cours du mois d'août ne reflétaient que la crise psychiatrique du système financier, mais certainement pas la crise économique.

Heu, pas vraiment une preuve, non : des résultats en hausse mais non conformes aux prévisions de hausse suffisent pour expliquer la baisse d'un titre. Mais d'accord avec le fait qu'il s'agissait plus d'une "crise psychiatrique".


Intéressant de voir que l'on juge de la crise d'août par un unique chiffre mensuel sorti du contexte, alors que dans le même temps on critique les agences de notations pour attribuer des notes sur "trop peu de critères, essentiellement quantitatifs et sans rapport avec la réalité économique".

Paille, poutre, etc.

??
Je n'ai en aucun cas jugé la crise d'août. Je trouvais juste que la conclusion de Greg (avec laquelle je suis d'accord) était un peu trop hâtive. Relis lentement et avec le doigt : tu verras que je réagissais surtout sur le terme "preuve".

???
Oui c'est justement ce que je dis : ces chiffres sur les premiers résultats semestriels de certaines très grosses entreprises françaises reflètent très mal la situation économique du pays ("sorti du contexte", j'entends par là l'explosion du chômage et de la pauvreté) et ne constituent, à mes yeux, aucunement une preuve de quoi que ce soit (si ce n'est que les grosses entreprises françaises se portent bien).

Le parallèle avec les agences de notation sur la rapidité de jugement à partir de quelques résultats semestriels me semblait pertinent et j'ai essayé de ne pas le rendre agressif (simple observation).

En revanche, je reconnais l'ambiguité de mon post sur la crise d'août : si on parle du marché boursier, effectivement je rejoins notre admin préféré, il y a un problème.
Sur la crise des dettes souveraines, en revanche je suis plus sceptique quant à la solidité de la situation des PIGS.

40

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Greg a écrit:

En fait, il y a une succession de résultats annuels et semestriels (et pas mensuels) aujourd'hui, pas "un chiffre mensuel sorti de son contexte".

Au temps pour moi, sans les détails, difficile de savoir de quoi l'on parle au juste

Greg a écrit:

Enfin, la principale chose, je crois, que j'ai dit sur ce fil quant aux agences de notation, c'est la proposition de les obliger à publier l'ensemble des modèles et des paramètres sur lesquels il fondent leur notation.

Tiens, curieux, j'avais crû lire plus de mesures moins mesurées (si j'ose dire). Sans doute une lecture trop rapide de ma part.

Greg a écrit:

Bref, notre anonyme préféré ferait bien, un jour, d'adopter une attitude plus constructive sur le forum et je lui dit cela sans animosité aucune.

J'ai lu l'article du magazine (comme quoi) concernant les agences (d'où mon intervention). Dans cet article tu  critiques la position de certaines personnes sur ce forum et mon orgueil m'a laissé penser que j'étais dedans. J'ai simplement regretté que ce soit le seul article fermé aux commentaires, ce qui aurait pu me permettre de répondre et aussi de clarifier des points qui me semblent faux (notamment sur l'agence de notation chinoise dagong).
Mais tu as sans doute tes raisons pour agir ainsi.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

En fait il s'agissait du tout premier article à partir d'un post du forum, un test de mise en page avant de partir en vacances, (ce qu'avait fait remarquer hussard) auquel tu peux répondre si tu le souhaites sur le forum dans le thread sur les dettes souveraines.

http://forum-scpo.com/forum-scpo/post49 … ml#p496719

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Exemple d'aberrations spéculatives :

Eiffage : carnet de commandes en hausse sur un an (+5%), CA en hausse (+2,6%). Bénéfice en légère baisse (mais bénéfice tout de même) dans un contexte de rebond de la construction depuis 1 an, avéré par les réultats et les carnets de commande de toutes les entreprises de BTP.

Pourtant le titre perd aujourd'hui 15%.

Ridicule.

Tant que l'on ne mettra pas en place les mécanismes proposés depuis des années pour réguler la finance, au prétexte d'un besoin de liquidité utilisé par les argumentaires financiers pour empêcher toute régulation, prétexte qui est largement contestable (un gros post mériterait d'être écrit sur ce sujet), on laissera la porte ouverte à ces absurdités.

C'est la pérennité du tissu économique français même qui est en jeu.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

43

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

"Contexte de rebond de la construction" ? Je n’ai pas fait de recherche mais ça m’étonnerait. Le secteur de la construction est un secteur conjoncturel dépendant de nombreux facteurs exogènes aux sociétés en question (situation économique, politique d'investissement de l'Etat, etc.). Et vu le contexte de réduction des déficits, je n’y crois pas vraiment.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

http://www.usinenouvelle.com/article/le … me.N157976

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

45

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Quelques extraits de ton articles :

A l'occasion de la présentation de leurs résultats semestriels, les majors français du BTP ont montré une certaine vitalité. Ils pourraient toutefois souffrir dans les prochains mois d'un ralentissement voire d'une stagnation du marché.
(...)

Malgré ces bons résultats, les majors ont conscience que la fébrilité actuelle des marchés financiers pourrait casser cette dynamique du secteur de la construction, très sensible à la confiance des investisseurs. "Le problème pour le secteur du bâtiment, c'est le lien entre la crise financière et la perte de confiance des investisseurs, estime Didier Ridoret, président de la Fédération française du bâtiment. Lorsqu'un investisseur se trouve dans un environnement aussi compliqué, il ne fait rien. Tout se fige ! Et c'est ce qui nous inquiète."

La dégradation du marché des logements neufs en France, qui a baissé de 23% au deuxième trimestre par rapport à la même période de l'an dernier, et le manque de visibilité des mesures prises par le gouvernement (montant incertain de la TVA, rabot sur la loi Scellier…) ne sont pas là pour rassurer les constructeurs…

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

En tout cas, les traders se sont à nouveau excités. On lache 5% aujourd'hui. Les bancaires ont pris cher (-8,5% pour la sogé...), à cause de la situation grecque, que les dirigeants européens laissent se déliter sans agir. Peuh !

47

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Scientiste a écrit:

En tout cas, les traders se sont à nouveau excités. On lache 5% aujourd'hui. Les bancaires ont pris cher (-8,5% pour la sogé...), à cause de la situation grecque, que les dirigeants européens laissent se déliter sans agir. Peuh !

Tant mieux, la crise est le meilleur cadeau fait à la révolution.

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

octobrerouge a écrit:
Scientiste a écrit:

En tout cas, les traders se sont à nouveau excités. On lache 5% aujourd'hui. Les bancaires ont pris cher (-8,5% pour la sogé...), à cause de la situation grecque, que les dirigeants européens laissent se déliter sans agir. Peuh !

Tant mieux, la crise est le meilleur cadeau fait à la révolution.

La crise, c'est le meilleur moyen de rendre les riches encore plus riches. les banques américaines ruinées en 2008; regorgent d'argent depuis 2010. La crise a donc durée deux ans et leur a permis d'en sortir aujourd'hui encore plus riche.

Last edited by bob4 (05-09-2011 19:49:17)

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Ce qui est très intéressant en regardant les annonces de marché, c'est qu'alors que les banques sont dans le rouge, la majeure partie des entreprises maintiennent ou augmentent fortement leurs résultats opérationnels et nets.

L'économie réelle n'est donc pas en mauvaise posture bien au contraire. C'est la finance elle-même qui plombe tout, et qui finit par plomber l'économie réelle elle-même...

Re: Crise financière de 2011 : crise économique réelle ou système financier défaillant ?

Oui c'est stupéfiant.

L'indice ISM services américain (déterminant puisque les services constituent 65% du PIB), publié à 15H45 est supérieur aux attentes. Les cours montent 10 minutes puis rechutent de plus belle.

Ca n'a aucun sens. A part que les opérateurs n'ont qu'une chose en ligne de mire : le défaut grec.

Il y aura forcément des gros rebond de toutes les entreprises qui ont publié des résultats bons ou même résistants.

Je crois que c'est en mettant un terme aux outils financiers exotiques que l'on re-soumettra l'économie financière à l'économie réelle.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)