Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Tout le monde sait que les surhommes vivent autour de la mer du Nord.

« Hit me right in my white guilt »

102

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Hahaha ! Courageux mais pas téméraire le Mélenchon ! Il n'assume donc plus d'être le chevalier blanc sans peur et sans reproche envoyé par la Divine Providence (laïque quand même, n'abusons pas) pour contrer l'infâme monstre brun infernal qui sort des gouffres abyssaux de la Terre pour nous manger tous crus ?
Quant aux clowns corrompus du PS du Nord, sans commentaire. Je crois que la dernière phrase de l'article résume tout.

Libération a écrit:

Hénin-Beaumont, le retour du «cauchemar» de Mélenchon

Récit La législative pourrait être annulée, ravivant la menace d’une élection de Marine Le Pen. Le leader Front de gauche reste flou sur sa candidature.

Rejouer le match de l’élection législative à Hénin-Beaumont (11e circonscription du Pas-de-Calais). Si la perspective fait saliver d’avance Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon évoque, lui, un «cauchemar» qui lui «fout les miquettes». Saisi d’un recours par la candidate FN, le Conseil constitutionnel doit dire d’ici fin novembre si la victoire du socialiste Philippe Kemel est annulée. Si tel était le cas, un scrutin devrait alors avoir lieu début 2013, plusieurs mois après un premier round aussi médiatique qu’explosif. A l’issue duquel Mélenchon avait été éliminé au soir du premier tour et Le Pen battue de 118 voix au second par Kemel. Une défaite sur le fil dans une circonscription gangrenée par les affaires, qui fait dire à la présidente du FN qu’une nouvelle élection s’impose.

Jusqu’à son retour sur place, début septembre, pour lancer la mobilisation contre le traité budgétaire européen, le leader du Front de gauche ne prenait pas au sérieux le risque d’une annulation. Mis au parfum par des militants locaux inquiets, il rechigne depuis à aborder le sujet autrement qu’en assurant qu’il se prononcera sur ses intentions quand la question se posera, si elle se pose. Une prudence inédite de la part d’un candidat peu adepte de l’évitement. Il faut dire qu’autour de lui, ils sont nombreux à souligner d’avance que Mélenchon n’aurait que des coups à prendre à retourner au charbon à Hénin-Beaumont, pour une troisième confrontation avec la présidente du FN. «A chaque fois, je sais que je mets ma tête sur le billot», confiait l’intéressé il y a quelques semaines. Mais à l’inverse, esquiver un nouveau round face à sa bête noire ne serait pas du meilleur effet pour celui qui a fait du combat contre le FN une des raisons d’être du Front de gauche. «La seule question qu’on se posera c’est la meilleure façon pour Jean-Luc d’être utile», assure Eric Coquerel, un de ses lieutenants, refusant de brûler les étapes.

«menaces». Pour justifier son recours, le camp frontiste pointe «des distorsions importantes» de signatures entre le premier et le second tour, notamment la présence de croix dans certaines listes d’émargement à Libercourt et surtout à Carvin, dont le socialiste Kemel est maire. Et ce dernier de mettre en avant le fort taux d’illettrisme dans le bassin minier pour justifier ces croix qui interrogent. En cause aussi selon Le Pen, un tract jugé diffamatoire par le FN et diffusé peu avant le deuxième tour, mais aussi des «menaces physiques» contre des électeurs sur le marché de Méricourt la veille du scrutin. Côté Front de gauche, on rappelle qu’une plainte a été déposée contre le FN pour un autre tract, anti-Mélenchon et rédigé en arabe.

Sans preuves formelles, de nombreux militants Front de gauche accréditent anonymement l’idée que des irrégularités ont bien eu lieu. Ancienne maire communiste de Carvin, battue en 2001 par Kemel, Odette Dauchet ne va pas aussi loin mais raconte un épisode intrigant. Début septembre, elle aurait reçu un coup de fil du député, alors en quête d’attestations pour justifier les signatures divergentes d’un tour à l’autre. «Il m’a parlé du vote de ma belle-fille, se souvient-elle. Je lui ai alors répondu que ça me semblait étrange puisqu’elle n’avait voté qu’au premier tour. Il y a alors eu un long silence.» Ce premier coup de téléphone aurait selon elle été suivi d’un second, au cours duquel Kemel, qui n’a pas donné suite aux sollicitations de Libération, aurait plaidé la méprise. Et Dauchet de rappeler par ailleurs qu’au soir du premier tour, «les résultats de Carvin, favorables à Kemel, sont arrivés très tardivement». «A partir de là on peut tout imaginer», lance-t-elle .

«beau combat». La gauche s’alarme d’une possible annulation de l’élection. En cas de retour aux urnes, tous prédisent en effet, à l’instar de Mélenchon, l’entrée au Parlement de la fille Le Pen. «Si Kemel est mis en cause et que Jean-Luc ne revient pas, elle passera au premier tour», anticipe Dominique Alavoine, secrétaire du Parti de gauche sur la zone Hénin-Carvin. Evoquant le choix que ferait Mélenchon si une élection avait lieu, Alavoine confirme le flou : «On n’en sait rien. Je ne suis pas dans sa tête, mais quelle que soit sa décision on la respectera car il a déjà pris beaucoup de coups pour nous.» Odette Dauchet se fait, elle, plus pressante : «Après la défaite de juin, qui fut un beau combat, il nous avait promis qu’il serait présent si on avait de nouveau besoin de lui. Or sans lui, on n’a aucune chance de faire barrage au FN.»

Faute d’informations fiables, les rumeurs les plus extravagantes courent dans la circonscription. Si l’élection était annulée et Kemel empêché de concourir à nouveau, un ticket entre Jean-Pierre Corbisez, rival socialiste de Kemel, et la candidate Europe écologie-les Verts Marine Tondelier a été évoqué. Obligeant cette dernière à démentir. Déjà en campagne dans le sillage de l’enfant du pays Steeve Briois, annoncé comme le futur maire d’Hénin, Marine Le Pen se frotte les mains. Et Dominique Alavoine de maugréer : «Avec les conneries des socialistes, ici comme à Paris, c’est terrible mais elle n’a même pas besoin de faire campagne.»

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Je dirais plutôt courageux, téméraire et surtout réaliste.

http://www.liberation.fr/politiques/201 … ont_855541

104

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Comme on dit, jamais deux sans trois. Il se prendra donc une troisième claque.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

105

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Haha ! Le révisionniste raciste castriste Merluchon et son sinistre acolyte le stalinien Corbière refont l'Histoire en voulant faire taire ceux qui n'ont pas l'heur de leur plaire (on se souvient de ce pauvre Lorant Deutsch) ; encore un peu et ils nous proposent une Révolution culturelle :

Libération a écrit:

Jean-Luc Mélenchon se révolte contre une émission sur Robespierre

Selon un communiqué du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon a adressé aujourd’hui une lettre au président de France Télévisions Rémy Pflimlin pour protester contre le contenu d’un magazine diffusé sur France 3 intitulé Robespierre, bourreau de la Vendée ? et selon lui « truffé d’erreurs et dangereusement orienté ». Une copie de la lettre a été adressée à Olivier Schrameck, président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), et demande aussi que les historiens puissent bénéficier d’un droit de réponse.

« Pour la troisième fois en moins d’un an, France 3, chaîne de télévision du service public, a diffusé la semaine dernière, une émission nommée “Robespierre : bourreau de la Vendée ?”, épisode du magazine historique “L’ombre d’un doute” », écrit M. Mélenchon, coprésident du PG, dans une lettre cosignée par son secrétaire national Alexis Corbière. « Le contenu de cet épisode est un offensant et grossier plaidoyer à charge contre la Révolution de 1789, truffé d’erreurs et dangereusement orienté vers une banalisation de l’idée de génocide », expliquent-ils. « Nous nous adressons à vous pour protester avec la plus grande fermeté contre le fond et la forme de cet épisode. Avec la majorité des historiens et universitaires, nous le jugeons scandaleux et absurde. Votre attitude est également condamnable lorsque vous conduisez le service public à rediffuser étrangement cette émission malgré sa grande médiocrité. »

Jean-Luc Mélenchon et Alexis Corbière condamnent également l’utilisation « dans n’importe quels contextes et conditions historiques » du terme « génocide », utilisé selon eux plusieurs fois dans l’émission. « À ce titre, il n’est pas étonnant que Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front National, qui fut un des seuls responsables politiques à considérer publiquement que “les chambres à gaz sont un détail de la seconde guerre mondiale”, soit aussi celui qui dès 1987 à déposé une proposition de loi demandant la reconnaissance du “génocide vendéen” », selon M. Mélenchon.

« Il est frappant de constater que la dernière diffusion de cette émission a eu lieu exactement la semaine où des parlementaires UMP et FN ont déposé une nouvelle proposition de loi reprenant la même proposition que M. Le Pen. Cette émission a indiscutablement servi de caisse de résonance à leurs mensonges », estime le coprésident du PG.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Ces gens-là ont vraiment un problème avec le pluralisme...

L'histoire neutre n'existe pas. L'historien sélectionne les éléments à sa disposition pour étayer une thèse. Je comprends que cela puisse les embêter que l'historiographie marxisante analysant l'histoire uniquement en termes de "dominants" et de "dominés" soit en perte de vitesse.

Mais à la limite plutôt que de pétitionner à eux de promouvoir leur lecture de l'Histoire.

Quand on lit du Pena-Ruiz, son analyse historique est bien plus idéologique que cela.

Bizarre quand même que Corbières n'ait pas dénoncé avec autant de vigueur les erreurs historiques de la série Inquisitio...

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

107

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Hahaha ! Merluchon, disciple d'Alain Soral ?

Le Monde a écrit:

Le dérapage de Mélenchon sur Moscovici

Jean-Luc Mélenchon, a qualifié Pierre Moscovici de "petit intelligent qui a fait l'ENA" et qui "ne pense pas français, qui pense finance internationale".

"Qu'ils dégagent tous", "salopards", "échec du gouvernement"... le vocabulaire utilisé samedi lors du 3e Congrès, à Bordeaux, du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon traduit une certaine radicalisation. Durant ces assises qui s'achèvent dimanche, et qui ont été largement dirigées contre les "politiques d'austérité" du gouvernement et de l'Europe, les dirigeants du PG s'en sont en particulier pris au ministre de l'économie Pierre Moscovici.
François Delapierre, secrétaire national, a dénoncé "les 17 salopards de l'Europe" faisant référence à l'attitude des 17 gouvernements de la zone euro à l'égard de Chypre. "Dans ces 17 salopards, il y a un Français, il a un nom, il a une adresse, il s'appelle Pierre Moscovici et il est membre du Parti socialiste", a-t-il dit vivement applaudi par les 800 délégués.

"Une très belle expression", dit en souriant aux journalistes Jean-Luc Mélenchon, en qualifiant le ministre de "petit intelligent qui a fait l'ENA" et qui "ne pense pas français, qui pense finance internationale".

RHÉTORIQUE DES ANNÉES 30

Ces propos ont été qualifiés "d'inacceptables" par le 1er secrétaire du PS, Harlem Désir, qui a demandé à M. Mélenchon de les "retirer". "C'est un vocabulaire des années 1930 que l'on ne pensait plus entendre de la bouche d'un républicain et encore moins d'un dirigeant de gauche", a dit M. Désir.

"Cette attaque sur l'identité française de Pierre Moscovici donne le haut le cœur", a-t-il ajouté. "Elle signe une dérive dangereuse qui doit cesser dans l'injure et la mise en cause personnelle. Elle franchit les limites de l'acceptable et ne peut être tolérée par aucun républicain". De son côté, David Assouline, porte-parole du PS, a déclaré : "le style, l'insulte et l'appel ad hominem à la vindicte publique du Front de Gauche contre Pierre Moscovici, au delà de sa vulgarité, est indigne d'un parti de gauche". "D'autant, a-t-il poursuivi dans un message à l'AFP, que la violence du verbe n'a d'égal que (son) silence assourdissant sur le scandale des placements oligarques russes dans le paradis fiscal Chypriote étonnamment épargné aussi". "Une diversion, à la méthode socialiste habituelle : insulter et insinuer plutôt que de répondre sur le fond", a répondu Jean-Luc Mélenchon. Harlem Désir "ferait bien de nous dire ce que pense le PS du vote des ministres français sur Chypre", a-t-il ajouté.

CHYPRE COMME CATALYSEUR

"On a un congrès qui ressemble à ce qu'on croit nécessaire de faire. La situation se tend, on va accompagner le mouvement", avait prévenu plus tôt Jean-Luc Mélenchon. "On est dans une époque où les citoyens cherchent des réponses claires et fermes", justifie Martine Billard qui copréside le parti avec M. Mélenchon. Pour François Delapierre, le gouvernement "emmène la France à la catastrophe" et "chaque jour prépare le terrain et facilite la tâche à l'extrême droite". "On ne veut pas laisser le FN être le seul à parler fort", ajoute Martine Billard pour qui il s'agit "d'une course de vitesse avec le FN".

"On est plus radicaux parce que le coup de bambou en face (au gouvernement) a changé de nature", ajoute Pascale Le Neouannic, secrétaire nationale. "Nous créerons le conflit partout, le conflit crée la conscience", répète Jean-Luc Mélenchon. La situation de Chypre a constitué "la goutte qui fait déborder le vase", souligne Eric Coquerel, secrétaire national. "Il faut incarner de manière très claire la rupture avec la politique social-libérale", ajoute-t-il.

"Chypre c'est un franchissement, c'est un acte de guerre", estime M. Mélenchon qui décrit un euro "censé être le fluide qui unit les pays" et qui "au contraire est le moyen de serrer la gorge". "Hollande a tout lâché, il a tout faux. Il a peur", ajoute-t-il.

PERPLEXITÉ DU PCF

Ces propos radicaux qui laissent parfois perplexe le Parti communiste, partenaire du PG au sein du Front de gauche. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF applaudi par la salle, a passé sa journée sur place. "Le Front de gauche a toujours avancé dans le débat", tempère-t-il lorsqu'on évoque d'éventuelles dissensions, notamment au sujet des municipales. "Il n'y a pas de guerre ou de conflit dans le Front de gauche, il y a des débats", ajoute-t-il.

"Il y a des débats dans le Front de gauche et c'est normal, nos partis n'ont pas fusionné que je sache", approuve Jean-Luc Mélenchon. Le débat des municipales oppose le Parti de gauche qui, comme l'a déclaré Jean-Luc Mélenchon, veut "une liste autonome au premier tour, en tout cas dans les grandes villes" et le PCF qui gère de nombreuses villes avec le PS.

"Le problème des municipales n'est pas une échelle de ville", explique Pierre Laurent pour qui le "rassemblement dans les communes" doit se faire "au-delà du Front de gauche" et "ensuite on examinera l'arc des forces". "Il y a un débat" au Front de gauche, admet-il tout en soulignant que celui-ci "ne se résume pas à un face-à-face PG-PCF".

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

108

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

"Il a une adresse"

On a tous bien compris ce que cela signifiait et on s'en souviendra lorsqu'ils viendront tapiner des places sur les listes aux municipales.

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Le Monde a écrit:

Ces propos ont été qualifiés "d'inacceptables" par le 1er secrétaire du PS, Harlem Désir, qui a demandé à M. Mélenchon de les "retirer". "C'est un vocabulaire des années 1930 que l'on ne pensait plus entendre de la bouche d'un républicain et encore moins d'un dirigeant de gauche", a dit M. Désir.

"Cette attaque sur l'identité française de Pierre Moscovici donne le haut le cœur", a-t-il ajouté. "

Le gouvernement déclare combattre la banalisation de l'holocauste sur les réseaux sociaux et Harlem Désir, Premier Secrétaire du PS, l'instrumentalise à des fins corporatistes. Répugnant.

Last edited by Balladur von Chirac (24-03-2013 12:38:08)

« Hit me right in my white guilt »

110

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Finance, anti-France, "il a une adresse".. tout ça n'a évidemment aucun rapport, mais bien sûr. Jouons les vierges effarouchées.

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

111

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Euh, coucou, la finance internationale c'est quelque chose qui existe, qui est clairement international, complètement apatride et areligieux - merde, rien que récemment on en a eu un bel exemple en la personne de cwcy - et ça n'a strictement rien à voir avec les Juifs.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Rayan a écrit:

Finance, anti-France, "il a une adresse".. tout ça n'a évidemment aucun rapport, mais bien sûr. Jouons les vierges effarouchées.

Je suis assez d'accord avec Broz dans la mesure où la finance internationale est un thème cohérent et dénué de biais racial pour un ponte du FG. Ça n'a strictement rien à voir avec les juifs.

« Hit me right in my white guilt »

113

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Ah, je croyais que c'était un haut fonctionnaire puis un élu. Mais j'ai dû rater le passage où il a servi ladite finance internationale. La Cour des comptes et le département du Doubs, c'est la finance internationale ?

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

114

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Qu'on attaque Mélenchon sur les salopards ou la finance internationale, d'accord. Mais qu'on y trouve, comme certains politiques ayatollahs de la pensée comme Désir (mais on n'est pas à une imbécillité près avec cet individu), une quelconque trace d'antisémitisme relève de la malhonnêteté, de la mauvaise foi, du procès d'intention, d'un manque d'arguments et d'une stupidité crasse.
De plus, je leur en veux terriblement car ils me forcent à prendre la défense de Mélenchon. Voilà, c'est dit.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

FDL a écrit:

De plus, je leur en veux terriblement car ils me forcent à prendre la défense de Mélenchon. Voilà, c'est dit.

Haha, moi aussi ça m'en a coûté.

« Hit me right in my white guilt »

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Rayan a écrit:

Finance, anti-France, "il a une adresse".. tout ça n'a évidemment aucun rapport, mais bien sûr. Jouons les vierges effarouchées.

Non mais faut arrêter de tout instrumentaliser pour un oui ou un non, nulle part Mélanchon n'a évoqué le fait que Moscovici était juif un moment ça va quoi les polémiques à 2 balles. Il a pas mieux à faire Désir que de se poser comme défenseur ultime de la tolérance ? Ah oui j'oubliais, ancien président de SOS racisme ...
Bref pour le coup c'est complètement ridicule comme accusations, Mélanchon n'a pas le droit de penser que Moscovici est un petit con sous peine de passer pour un antisémite ? Donc si je dis que Boutin est une folle stupide, je fais preuve d'anti-catholicisme primaire ?

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Pour le coup, je suis d'accord avec Rayan, les références à la finance cosmopolite, le questionnement sur l'attachement de Moscovici à la France, le questionnement sur sa francité réelle ou supposée ne sont pas anodins, surtout pour quelqu'un comme Mélenchon qui a une très grande culture de l'histoire politique française.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

118

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Haha !
Fichtre, je suis encore d'accord avec lui, sur Libé, les médias et Hessel. C'est grave ?

Le Figaro - AFP a écrit:

Mélenchon: "Il faut parler cru et dru"

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de Gauche, a assuré que "le peuple en colère", a besoin de dirigeants qui "parlent dru et cru", pas "prout-prout".

Interrogé par France Inter sur une violence de termes employés dans son camp contre les socialistes, l'eurodéputé a ironisé sur "le cuir sensible de la société convenue", s'en prenant notamment à la Une de Libération ("Salopard!", "Toi-même!").

"Oh les pauvres petits biquets ! Libé, qui tous les jours sort des vannes à deux balles sur tous les sujets, qui a fait un titre contre Sarkozy spécialement injurieux"...

"Avec des gens comme vous; on allait au bûcher au Moyen-Age", a lancé l'ex-candidat Front de gauche à l'Elysée à l'adresse des médias qu'il juge "irresponsables". Il a fustigé "la caste médiatique, les curés médiatiques qui disent comment on doit parler, de quoi on doit parler, et à la fin, vous êtes des tyrans".
"Il y a 15 jours, vous étiez tous rassemblés autour de la momie d'Hessel (Stéphane Hessel, décédé fin février, ndlr), en train d'agiter vos palmes et vos engins à encens : indignez-vous, c'est magnifique !", a poursuivi le responsable Front de gauche. "Mais il faut s'indigner dans le langage de la bonne société, il faut dire prout-prout, parler gentiment".

"Ce n'est pas comme ça que s'exprime la colère du peuple, les gens en ont par dessus la tête, ils ont besoin d'avoir des dirigeants qui parlent dru et cru, qui disent les choses comme elles sont", a assuré M. Mélenchon.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

119

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

One of us ! One of us ! Gooble gobble !

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Marine, sors de ce corps.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

121

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Pour le coup, je suis déçu par les deux parties de la gauche dans cette histoire.

Mélenchon et la radicalisation de ses propos. Il accuse tout de même un ministre de trahison envers sa propre patrie, au profit de la finance internationale. C'est tout de même un pas de plus que de dire qu'il n'est pas assez proche du peuple, par exemple. Je ne crois pas qu'il y ait un quelconque rapport avec le fait que M. Moscovici soit juif, mais c'est la marche d'après.

Ceux qui crient à l'antisémitisme ne font que prouver le point de Mélenchon. Au lieu de répondre sur le rapport France/Finance internationale, on préfère répondre sur la personne de Moscovici. Et après, on dit que le PS n'a pas de cellule riposte... Apparemment, contre sa propre gauche, c'est le cas.
Il faudrait faire attention également à ne pas utilitariser l'antisémitisme comme pur argument de rhétorique politique, au risque de faire monter au mieux l'énervement contre la caste politique, au pire l'antisémitisme lui-même, comme réaction libertaire...

La réponse de Mélenchon cité sur ce topic est également désolante. J'étais satisfait de celle de Libération, mais là... Dire que "le peuple a besoin de mots crus", c'est faire preuve d'une certaine conception de la nature humaine, de la démocratie et du rôle des représentants que je ne suis pas sûr d'approuver. La politique n'est pas forcément aussi simple que de relayer les insultes du peuple envers certaines castes...
Par contre, je suis d'accord avec sa saillie contre le monde policé médiatique qui se la joue parfois brigade du bon goût, mais bon là c'est pas dur, à part un journaliste je ne vois pas qui ne pourrait pas l'être.

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

J'ai entendu une partie (le début) de l'interview de Mélanchon sur France Inter ce matin et il faut dire que si le journaliste souhaitait le mettre en pétard, il ne pouvait pas mieux s'y prendre. Le niveau des questions était affligeant, revenant sur "la forme" des propos tenus alors qu'avant tout c'est le fond qui importe. J'aurai bien plus aimé entendre Mélanchon donner son point de vue sur ce qui se passe en Chypre par exemple que de batailler sur la pertinence ou non d'utiliser tel ou tel langage.

Dommage que Mélanchon soit tombé pleinement dans le piège même s'il a effectivement raison à mon sens sur cette espèce d'hypocrisie ambulante consistant à vénérer Hessel et derrière s'offusquer de tout propos sortant des sentiers battus. 

Scheindermann http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#15338 a d'ailleurs écrit une chronique à ce propos particulièrement juste je trouve.

Last edited by Tosino (26-03-2013 11:40:53)

123

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Mon dieu, c'est la fin des haricots, il ne manquait plus que cela. Bon, cela dit, c'est le propos isolé d'un député qui veut faire parler de lui. Et difficile d'imaginer que le Front de Gauche accepte. Mais tout de même, rien que le fait d'y penser... !


Le Figaro a écrit:

Pascal Cherki : «Le Front de gauche a vocation à entrer au gouvernement »

Pascal Cherki: «Je n'appelle pas à un changement radical, mais à une inflexion.»

INTERVIEW- Pascal Cherki est député socialiste de Paris. Il s'interroge sur le calendrier de la réduction de la dette.
Publicité

LE FIGARO. - Jean-Marc Ayrault affirme qu'une autre politique n'est pas possible. Comment réagissez-vous?

Pascal CHERKI. -Une ligne politique peut évoluer et même changer au regard des circonstances. Bien évidemment, il faut réduire les déficits. Mais le rythme auquel on les réduit, au vu de la croissance, pose une interrogation majeure. Comme nous sommes dans une croissance très faible, l'effort demandé risque de plonger le pays dans l'austérité, voire la récession. Finalement, on risque de perdre sur toutes les lignes. Il faut donc s'interroger sur le calendrier de la réduction de la dette. On n'atteindra pas un déficit à moins de 3 % en 2014. Avancer cet objectif, c'est avoir la certitude de ne pas le tenir.

Mais vous n'êtes toujours pas entendu.

Le débat ne fait que commencer. Il sera noble car il touche au cœur de la question politique. Si nous ne changeons pas, nous allons rentrer dans le cycle bien connu de l'explosion du chômage et de la récession. À l'arrivée, il y aura une montée très forte du populisme et du rejet de l'Europe. À terme, l'Europe est menacée d'implosion.

La solution peut-elle se trouver dans un remaniement?

Le remaniement n'est pas un préalable mais une conséquence. Ce gouvernement peut mener cette politique. Je n'appelle pas à un changement radical mais à une inflexion. Il faudrait associer l'ensemble des formations de gauche. Plus un gouvernement rassemble à gauche, plus il se donne d'assise.

Vous voulez donc faire entrer le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon?

Évidemment. Ils ont vocation à l'être. La gauche est une seule et même famille. La responsabilité des formations de gauche est de réfléchir à leur convergence. Nous sommes au milieu d'une crise sociale très importante qui se mêle aujourd'hui à une crise morale. Il y a d'autant plus de nécessité de se rassembler à gauche.

Justement, que pensez-vous de la transparence telle que la suggère Hollande?

Le plan présenté par le président me semble assez équilibré. Je n'ai aucune objection à publier mon patrimoine, si cette publication est bien encadrée par la loi. Mais je ne le ferai pas à titre individuel. N'ayant rien à me reprocher, je n'ai pas d'excuse à présenter par avance. Mais, surtout, il est impératif de réfléchir au fonctionnement d'une République au XXIe siècle. Nous sommes arrivés au bout de la logique des institutions de la Ve République. Depuis le quinquennat et avec l'inversion du calendrier électoral, les institutions se sont déséquilibrées. Le président concentre l'ensemble des pouvoirs. Et l'exécutif n'est plus soumis au contrôle des élus représentant la nation. J'appelle à une réflexion profonde et citoyenne pour adapter les pouvoirs.

Cela rappelle la VIe République prônée par Mélenchon…

Ce n'est pas un problème de nom. Il faut accepter une profonde modernisation de nos institutions. Si ce n'est pas le politique qui dirige, d'autres pouvoirs le feront à sa place. Aujourd'hui, la Cour des comptes a plus de pouvoirs réels que la commission des finances de l'Assemblée, ce n'est pas normal. C'est cela, la vraie transparence.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

124

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Une petite merluchonnerie pour la route. Ce qui est savoureux, c'est qu'il critique les Allemands qui ne font pas d'enfants (1,41 enfant par femme en 2012) alors que lui-même n'a eu qu'un enfant, une fille. Faites ce que je dis, pas ce que je fais.
Bon, je passe sur la germanophobie qui est assez tendance à gauche en ce moment.

Libération a écrit:

Mélenchon : «Personne n'a envie d'être allemand»

Le coprésident du Parti de gauche a critiqué dimanche un modèle germanique qu'il juge conçu pour «ceux qui ne s'intéressent pas à la vie».

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, a déclaré dimanche qu’aujourd’hui «personne» n’avait «envie d’être allemand», critiquant un modèle germanique qu’il juge fait «pour ceux qui ne s’intéressent pas à la vie».

Interrogé sur des propos de Luc Chatel (UMP) comparant les démographies en Allemagne et en France, Jean-Luc Mélenchon a déclaré : «On est quand même content d’avoir des gosses. Dans quinze ans nous allons être plus nombreux que les Allemands. Les Allemands c’est un modèle pour ceux qui ne s’intéressent pas à la vie.»

«Mais pour ceux qui s’intéressent à la vie personne n’a envie d’être allemand. Ils sont plus pauvres que la moyenne, ils meurent plus tôt que les autres et ils n’ont pas de gosse et leurs immigrés foutent le camp parce qu’ils ne veulent plus vivre avec eux, c’est dire», a ajouté l’eurodéputé interrogé dans l’émission «Tous politique» sur France Inter avec l’AFP et le Monde.

«La politique familiale c’est comment on fait en sorte que nos mômes soient bien accueillis, qu’on puisse bien s’en occuper et qu’en même temps les femmes puissent protéger leur autonomie professionnelle», a-t-il dit, estimant que la situation «va se dégrader furieusement».

«Le Premier ministre Ayrault a annoncé 275 000 places de crèche et aussitôt, la cour des réjouis d’applaudir. Personne ne s’apercevant qu’il a divisé par deux le nombre de places de crèche promises par François Hollande», a-t-il dénoncé.

http://www.liberation.fr/politiques/201 … and_909548

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

125

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Il y a une différence entre contester la politique européenne d'Angela Merkel et insulter les Allemands comme le fait J-L Mélenchon.

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

126

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Ce Pierre Laurent est d'une logique à toute épreuve : d'un côté, il souhaite la constitution "au plus vite" de listes Front de gauche pour les européennes (parce que le PS, c'est mal, pacte de responsabilité blablabla), mais d'un autre côté, il s'allie au nom du PCF à ce même PS pour les municipales. Histoire de ne pas perdre trop de municipalités, voyez-vous...

Libération - AFP a écrit:

Européennes : Pierre Laurent veut des listes Front de gauche au «plus vite»

Alors que Jean-Luc Mélenchon s'est inquiété dimanche de la volonté du PCF de constituer des listes Front de gauche pour les européennes, le patron des communistes a affirmé que c'était pour lui «une évidence».

Le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, a appelé lundi à la constitution au «plus vite» de listes Front de gauche pour les élections européennes, répondant aux doutes de Jean-Luc Mélenchon sur la position du PCF. «Je ne sais pas ce que vont faire les communistes, j’espère qu’ils veulent faire des listes Front de gauche et qu’ils ne vont pas nous proposer de faire des listes avec les socialistes !», a déclaré dimanche le coprésident du Parti de gauche lors de l’émission BFM Politique (BFMTV/Le Point/RMC).

«Où il m’a entendu dire que je voulais autre chose que des listes du Front de gauche aux élections européennes ?», s’est interrogé Pierre Laurent sur France Bleu lundi matin : «Depuis la fête de l’Humanité, depuis septembre dernier, je demande que nous engagions la campagne des élections européennes. Donc c’est évident pour moi, ça va de soi, c’est une évidence : listes Front de gauche pour les élections européennes et le plus vite sera le mieux !»

«Pour moi, ça fait des mois que ça va de soi», a-t-il martelé, «parce que sur les élections européennes, nous avons la même analyse et nous sommes opposés de la même manière à la version libérale actuelle de l’Union européenne.» «Je suis président de la gauche européenne, j’ai œuvré à ce que nous ayons un candidat même à l’échelle de toute l’Europe avec le leader de la gauche grecque, Alexis Tsipras, donc si j’ai fait tous ces efforts, c’est bien pour qu’en France il y ait des listes Front de gauche aux élections européennes», a insisté le sénateur de Paris.

«Je crois qu’il faut s’adresser au NPA (Nouveau parti anticapitaliste), s’adresser à des socialistes qui sont en désaccord avec le pacte de responsabilité, aux écologistes qui semblent critiquer. Il doit y avoir un rassemblement très large de gens qui n’acceptent pas la poursuite de l’austérité en France et en Europe», a-t-il conclu.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

127

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

J'ai hésité à mettre ça dans le thread des articles tout pourris (un entretien avec Guénolé ne peut être que tout pourri) mais il est davantage à sa place ici.

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/20 … a-tuer.php

Déjà, le titre est contredit par le contenu de l'entretien : alors que le titre annonce que Flanby a tué Merluchon, on lit, dès le deuxième paragraphe :

Par conséquent, François Hollande n'a pas eu besoin de manœuvrer pour affaiblir Jean-Luc Mélenchon et le Front de gauche : face aux modes de scrutin de la Ve République, les divergences d'intérêts et de stratégie en son sein s'en sont chargés pour lui.

Guénolé ne voit pas "d’éléments de réponse" à la démobilisation de l'électorat de Merluchon. Je ne suis pas "politologue" mais j'en vois six :

1) Il a appelé à voter Flanby au second tour de la présidentielle. Ce fut la première de ses erreurs, un piège qui s'est refermé sur lui. On se doutait bien que le nouveau président n'allait pas mettre en œuvre une politique de gauche dure ; Merluchon ne pouvait donc que se muer en opposant. Il y a alors contradiction : pourquoi s'opposer à un programme de gauche pour lequel on a appelé à voter ?

2) La trahison de l'opportuniste PCF, qui a divisé et porté le coup de grâce au Front de gauche (Guénolé le mentionne). Merluchon a été très naïf sur ce coup. On sait très bien (et cela a toujours été le cas avec les communistes depuis leur déclin) que le PCF n'a pour ambition que de sauver ses sièges ; autrement, il ne survit pas. Il ne peut pas se permettre d'être autonome vis-à-vis du PS, il en a besoin pour sauver sa peau, un peu comme les Verts. Ces deux partis sont parasites : le premier l'est devenu, le second l'a toujours été. D'où, par exemple, le psycho-drame qu'a causé le "passage à l'ennemi" de l'ignoble Ian Brossat au moment des municipales à Paris.

3) Les défaites successives de Merluchon face à Le Pen. Il s'est laissé entraîner dans un duel personnel, ce qui, fatalement, l'a éloigné de ses électeurs dont le premier objectif n'est pas de battre Le Pen mais de voir leur niveau de vie s'améliorer. Cela a isolé le patron du Front de gauche et n'a logiquement pas mobilisé ses troupes ; est arrivé ce qui devait arriver : il a perdu.

4) C'est Le Pen qui a réussi à capter l'électorat populaire, ouvrier. Merluchon s'est laissé doubler. Par exemple, appeler à manifester pour Leonarda, ça ne plaît pas du tout à l'électorat ouvrier (ça ne plaît d'ailleurs pas à grand-monde, vu que la famille Dibrani fraude éhontément).

5) Tribun efficace durant la campagne présidentielle, il s'est laissé griser par son succès et s'est auto-caricaturé par des petites phrases idiotes et des discours surréalistes qui l'ont transformé en amuseur public, un type qu'on ne prend plus au sérieux. Les exemples sont nombreux sur ce thread. Il s'est rapidement essoufflé, d'où sa volonté de se retirer provisoirement.

6) il est devenu inaudible car réactif au lieu d'être actif (Guénolé le mentionne aussi). Il n'impose pas ses thèmes, il ne met pas en avant ses propositions, il n'influence pas le débat (contrairement à Le Pen), il ne fait que suivre, en critiquant les réformes (si l'on peut appeler ça des réformes...) du gouvernement. Il n'imprime donc pas durablement sa marque.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

128

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

1) C'est une stratégie qui ne fait pas l'unanimité, celle du moindre des deux maux. En face il y avait Sarkozy. Et à l'époque, Hollande s'était présenté sous un jour un peu plus (sacrément plus) gauchiste qu'aujourd'hui.

2) Oui.

3) Je ne sais pas, la guéguerre avec Le Pen est un élément important du combat idéologique de la gauche (je n'ai pas dit du PS), qui constate que face à la complaisance de l'UMP avec les idées du FN, et la mollesse du PS alliée à ses politiques qui ne font qu'augmenter la misère sociale, il fallait une force pour essayer de récupérer les électeurs qui se déportaient vers le FN. Ca n'a pas marché parce que la stratégie de com' du PG n'a pas été très efficace, mais il faut dire qu'ils n'ont pas franchement été aidés.

D'où le 4), où tu as partiellement raison. Cependant, je pense que l'appel à manifester pour Léonarda, par exemple, les ouvriers s'en foutent, parce que c'est un message qui ne leur était pas adressé. Personnellement, je place davantage le blâme sur la présentation médiatique permanente du FN comme étant l'alternative au système.

5) Tu n'es tribun que dès lors que tu as une scène politique. Dès lors que l'analyse du discours du PG ne s'est plus focalisée que sur des petites phrases, justement, il a été réduit à ça.

6) Et pourtant, ce n'est ni le PS, ni l'UMP, ni même le FN, qui mettent en avant un projet de société complet. Il était actif, mais juste inaudible, et d'après ce que je retiens, et contrairement à ce que tu dis, chacune de ses critiques s'accompagnaient d'un "voici ce que nous aurions fait/ce que nous ferions".

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

129

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Juste sur trois points :

Broz a écrit:

1) C'est une stratégie qui ne fait pas l'unanimité, celle du moindre des deux maux. En face il y avait Sarkozy. Et à l'époque, Hollande s'était présenté sous un jour un peu plus (sacrément plus) gauchiste qu'aujourd'hui.

Oui, il s'était présenté comme plus gauchiste qu'aujourd'hui, ce qui était une stratégie politicienne, somme toute, de bonne guerre. Même si c'est un peu facile d'affirmer ça après coup, les ficelles étaient un peu grosses pour deux raisons : 1) le parcours et les convictions personnelles du social-démocrate Hollande (à titre d'exemple, sur un sujet de société, il n'avait jamais été auparavant un fervent partisan du mariage homo) ; 2) son entourage. Dis-moi de qui tu t'entoures, je te dirai qui tu es. Durant la campagne présidentielle, la garde rapprochée de Hollande, ce n'était pas Aubry-Hamon, c'était Valls-Moscovici. Cela aurait dû éveiller les soupçons de Mélenchon. On ne va pas refaire le match, mais si j'avais été électeur du Front de gauche, je ne pense pas que j'aurais suivi la consigne de vote. Il faut aussi ajouter que l'appel à voter PS a dû être fortement inspiré par le PCF, prémices, déjà, de la future division du Front de gauche.

3) Je ne sais pas, la guéguerre avec Le Pen est un élément important du combat idéologique de la gauche (je n'ai pas dit du PS), qui constate que face à la complaisance de l'UMP avec les idées du FN, et la mollesse du PS alliée à ses politiques qui ne font qu'augmenter la misère sociale, il fallait une force pour essayer de récupérer les électeurs qui se déportaient vers le FN. Ca n'a pas marché parce que la stratégie de com' du PG n'a pas été très efficace, mais il faut dire qu'ils n'ont pas franchement été aidés.

Oui, nous sommes d'accord. Je mettais plutôt en évidence le côté personnel de cette guéguerre. Quel besoin avait-il de se présenter lui-même contre Le Pen à Hénin-Beaumont ? Ce combat singulier, qu'il a cherché et initié (Le Pen a eu l'habileté de ne pas le suivre sur ce terrain) a occulté le combat légitime que le Front de gauche pouvait et devait mener contre le FN. 

6) Et pourtant, ce n'est ni le PS, ni l'UMP, ni même le FN, qui mettent en avant un projet de société complet. Il était actif, mais juste inaudible, et d'après ce que je retiens, et contrairement à ce que tu dis, chacune de ses critiques s'accompagnaient d'un "voici ce que nous aurions fait/ce que nous ferions".

Il faisait des propositions, certes, mais comme tu le dis d'ailleurs, ces propositions "accompagnaient" les critiques. J'en reviens encore une fois à Le Pen mais le débat sur la laïcité par exemple, c'est elle qui l'a mis sur la table (pour de bonnes ou de mauvaises raisons), tous les partis, de droite comme de gauche, l'ont suivie. Il ne me semble pas que Mélenchon ait jamais réussi pareil coup.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

130

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

FDL a écrit:

On ne va pas refaire le match, mais si j'avais été électeur du Front de gauche, je ne pense pas que j'aurais suivi la consigne de vote. Il faut aussi ajouter que l'appel à voter PS a dû être fortement inspiré par le PCF, prémices, déjà, de la future division du Front de gauche.

Ce que tu dis sur l'entourage de Hollande est vrai, et il me semble à peu près certain que de toute façon il n'était pas le candidat à la primaire préféré des membres du PG. Je me demande s'il y a des stats, d'ailleurs, sur ce qu'ont voté les électeurs/sympathisants du FdG à la primaire ouverte. Je crois que j'ai dû voter Aubry, plus par tribalisme lillois qu'autre chose, ou peut-être Montebourg, mais je ne sais pas.
Mais en face, il y avait Sarkozy, et je pense que c'est surtout ça qui a motivé Méluche et les électeurs du FdG.

Oui, nous sommes d'accord. Je mettais plutôt en évidence le côté personnel de cette guéguerre. Quel besoin avait-il de se présenter lui-même contre Le Pen à Hénin-Beaumont ? Ce combat singulier, qu'il a cherché et initié (Le Pen a eu l'habileté de ne pas le suivre sur ce terrain) a occulté le combat légitime que le Front de gauche pouvait et devait mener contre le FN.

Oui, mais je pense que l'idée était que pour avoir une chance de l'emporter face à la tête du FN, celle qui avait le plus de reconnaissance médiatique (et donc qui était extrêmement facilement identifiable pour l'électeur lambda - Steeve Briois n'aurait pas fait 42% au premier tour) d'entre tous les candidats FN à la législative, il fallait quelqu'un d'également identifiable et reconnu.

Il faisait des propositions, certes, mais comme tu le dis d'ailleurs, ces propositions "accompagnaient" les critiques. J'en reviens encore une fois à Le Pen mais le débat sur la laïcité par exemple, c'est elle qui l'a mis sur la table (pour de bonnes ou de mauvaises raisons), tous les partis, de droite comme de gauche, l'ont suivie. Il ne me semble pas que Mélenchon ait jamais réussi pareil coup.

Ca manque de punch, de parler de réorientation complète de l'économie et de réévaluation des institutions européennes...

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

131

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Merluchon ne veut pas du pape au Parlement européen :

Je n'accepte pas le jeu de la confusion entre le chef religieux et le chef de l'État croupion du Vatican

Et faire venir un ancien trader à la fête de l'Huma, mon Jean-Luc, ce n'est pas "confusionnant" ?

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … ropeen.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

132

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

On a perdu Jean-Luc, qui a offert ses services au Gorafi.
Bon, on le lui pardonne, il a perdu un peu les pédales mais il reste sympa. Le sinistre et odieux Corbière, en revanche, est toujours aussi fanatique et assoiffé de sang.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … -unity.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

133

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Assassin's Creed véhicule une chiée de clichés plus ou moins pourris et ahistoriques, si si, il a raison, mais comme il dit, il s'agit juste de garder en mémoire que ce sont des clichés. Mais c'est difficile.
Le problème c'est que les JV sont assez forts pour diffuser des messages allant de navrants à ignobles en sous-texte. Le sexisme et la représentation des femmes dans les JV est un problème récurrent, par exemple. Les libertés prises avec la réalité historique en font aussi souvent partie, et c'est navrant.

Ca n'empêche pas de les apprécier, hein. Je veux dire, je suis fan de Mass Effect, qui a beaucoup de chouettes messages certes, mais qui est quand même sacrément fasciste dans son sous-texte, ou de Just Cause 2, "ironiquement" impérialiste.

Last edited by Broz (13-11-2014 19:51:30)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

le drapeau bleu-blanc-rouge en 1789 dans Assassin's Creed Unity...

135

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

On se souvient du tollé qu'avait provoqué un article de Patrick Besson se moquant de l'accent d'Eva Joly. Cette dernière en avait profité pour l'accuser de racisme, stigmatisation blablabla, les habituels poncifs (http://tempsreel.nouvelobs.com/election … ciste.html).

Là, c'est Merluchon qui se moque de l'accent d'une Allemande mais ça passe comme une lettre à la Poste :

http://www.liberation.fr/politiques/201 … ee_1159356

Allez comprendre...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

136

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

L'allemand reste l'ennemi héréditaire, on peut donc se moquer de lui.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

137

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

J'ai une pensée pour Broz. Ce doit être difficile pour lui, en ce moment. wink

Europe 1 a écrit:

Quand Patrick Buisson conseillait Jean-Luc Mélenchon

ÉMINENCE GRISE - Tout en prodiguant ses conseils à Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson a entretenu une amitié avec le leader du Front de gauche.

Patrick Buisson, l'ancien conseiller de l'ombre de Nicolas Sarkozy, a aussi été celui de... Jean-Luc Mélenchon. Le leader du Front de gauche avait reconnu, en 2012, avoir assisté à sa remise de Légion d'honneur, tout en assurant qu'il n'était "pas ami avec Patrick Buisson". Il y a un mois, Mélenchon a affirmé sur France 3 être allé à cette cérémonie par "curiosité" et par "gourmandise". Mais un livre à paraître jeudi 19 mars révèle une proximité bien plus grande entre les deux hommes. Dans Le Mauvais Génie, un ouvrage consacré à Patrick Buisson et publié chez Fayard, deux journalistes du Monde, Ariane Chemin et Vanessa Schneider, racontent comment Jean-Luc Mélenchon a consulté à de nombreuses reprises l'ancien directeur du journal d'extrême droite Minute.

Il l'encourage à quitter le PS. Jean-Luc Mélenchon et Patrick Buisson se sont rencontrés en 1993 par l'intermédiaire d'un journaliste de Valeurs actuelles, Eric Branca. "Le début d'un long dialogue et d'une amitié", selon le livre. Dès lors, Jean-Luc Mélenchon a pris l'habitude de consulter régulièrement ce spécialiste des sondages. "Il est de ceux qui l'encouragent à quitter le Parti socialiste en 2008" et à se présenter à la présidentielle de 2012, en arguant "qu'il a un espace à conquérir à gauche du PS", écrivent Ariane Chemin et Vanessa Schneider.

Buisson faisait monter Mélenchon... pour servir Sarkozy. Alors qu'il conseillait Nicolas Sarkozy à l'Elysée, Patrick Buisson a même œuvré pour "pousser" Mélenchon. Il aurait encouragé Nicolas Sarkozy à prononcer son nom et à le valoriser, tandis que le candidat du Front de gauche devait réserver "ses flèches les plus venimeuses à François Hollande et à Marine Le Pen". Une alliance de circonstances, bien utile à Mélenchon pour exister et à Sarkozy pour creuser les divisions de la gauche.

"C'est rigolo, non, de piquer de l'argent à un Juif". Autre anecdote rapportée par l'ouvrage et citée par leJDD.fr : après la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012, Patrick Buisson s'est rapproché de Jean-François Copé. "Il est bien plus malléable que Sarkozy qui écoute trop de monde et tergiverse", a un jour confié le conseiller à un proche. Et devant un autre, Patrick Buisson a eu cette phrase : "c'est rigolo, non, de piquer de l'argent à un Juif".

http://www.europe1.fr/politique/quand-p … on-2401999

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

138

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Tiens ? Il ne serait pas un peu de droite, Merluchon ?

Le Figaro a écrit:

Mélenchon veut «que tout le monde paie» l'impôt sur le revenu

LE SCAN POLITIQUE - Le co-fondateur du Front de Gauche s'est élevé, ce mardi matin sur France Info, contre les nouvelles exonérations fiscales promises par François Hollande aux foyers les plus modestes.

C'est l'un des rares de son camp à plaider en ce sens. S'il est devenu habituel de voir le co-fondateur du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, lâcher ses coups contre François Hollande, certaines de ses critiques continuent parfois de surprendre. À commencer par celle de ce mardi matin, sur France Info, où l'eurodéputé s'est élevé contre les nouvelles exonérations d'impôts des foyers les plus modestes rendues possibles par les baisses d'impôts annoncées pour 2016 par François Hollande. «Tout le monde doit contribuer» à l'impôt sur le revenu, a-t-il estimé.

«On annonce une baisse d'impôts pour faire sortir un certain nombre de gens de l'impôt sur le revenu. Moi je suis pour que tout le monde paie, (...) évidemment à proportion. Tout le monde, parce qu'il y a une dignité civique à contribuer à l'effort collectif, ne fût-ce que 10 euros», a plaidé l'ancien candidat à la présidentielle. «Je ne vais pas vous cacher que cet homme m'inspire une sorte de méfiance permanente», a-t-il glissé à l'endroit du chef de l'État.
Une thématique généralement chère à la droite

Un propos d'autant plus étonnant qu'il est généralement cher à la droite. Le maire les Républicains (LR) de Bordeaux, Alain Juppé, s'est dit opposé aux exonérations, lundi, lors de sa contre-conférence de presse. «(Cela)ne va pas dans le bon sens. Contribuer à l'impôt est une responsabilité citoyenne», a-t-il expliqué. Bruno Le Maire exprimait fin août une position similaire sur le plateau du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI: pour le député LR de l'Eure, tout le monde doit être soumis à l'impôt, «sans exception», «même de façon modeste».

«Pour rendre l'impôt plus léger», Jean-Luc Mélenchon considère qu'il faut «l'étaler». «Au lieu de cinq tranches il en faut 14, de manière à ce que la classe moyenne ne paie pas pour tout le monde et que ceux qui ont les revenus les plus élevés paient davantage». «Mais surtout, ce qu'il y a de choquant dans la déclaration de François Hollande, c'est qu'il dit ‘je vais baisser les impôts'... Et qu'ensuite il dit ‘ça sera en coupant des dépenses publiques de plus», a-t-il finalement critiqué.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

139

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

C'était prévisible, Merluchon n'a pas aimé.

Le Figaro a écrit:

Mélenchon se plaint d'avoir été placé à côté du FN pendant l'hommage

LE SCAN POLITIQUE - Le leader du Front de gauche qualifie de «misérable» le choix de l'Elysée. La présidence rappelle le protocole.

L'«unité nationale» n'a décidément pas la même signification pour tous, même dans les moments les plus solennels. En témoigne le tweet de Jean-Luc Mélenchon rédigé à l'issue de l'hommage national aux victimes des attentats de Paris organisé ce vendredi matin dans la cour des Invalides. Le leader du Front de gauche n'a pas supporté d'être placé à côté des représentants du Front national pour assister à la cérémonie. Et l'a donc fait savoir, en qualifiant «l'attention particulière de la Présidence» de «misérable».

Contrairement à ce qu'il laisse entendre, Jean-Luc Mélenchon n'était placé à côté de Marine Le Pen, mais de Nicolas Bay, secrétaire général du FN, comme le montre cette image postée par le sénateur de Paris Yves Pozzo di Borgo. A côté de lui, Marine Le Pen et Florian Philippot, présidente et n°2 du parti.

Contactée, la présidence de la République dément toute mauvaise intention. «Il s'agit d'un placement protocolaire prévu par décret. Ils étaient côte à côte car tous sont députés européens», explique-t-on. C'est en effet le cas de Jean-Luc Mélenchon, tout comme Marine Le Pen, Florian Philippot et Nicolas Bay. Le Scan a déniché le fameux décret: datant de 1989, il détermine les «rangs et préséances» à respecter lors des cérémonies publiques organisées sur ordre du gouvernement. Comme l'indique le texte, les représentants du Parlement européen doivent s'asseoir ensemble, en 14e position, selon cet ordre:

1° Le Président de la République ;

2° Le Premier ministre ;

3° Le président du Sénat ;

4° Le président de l'Assemblée nationale ;

5° Les anciens présidents de la République dans l'ordre de préséance déterminé par l'ancienneté de leur prise de fonctions ;

6° Le Gouvernement dans l'ordre de préséance arrêté par le Président de la République ;

7° Les anciens premiers ministres dans l'ordre de préséance déterminé par l'ancienneté de leur prise de fonctions ;

8° Le président du Conseil constitutionnel ;

9° Le vice-président du Conseil d'Etat ;

10° Le président du Conseil économique, social et environnemental ;

11° Le Défenseur des droits ;

12° Les députés ;

13° Les sénateurs ;

14° Les représentants au Parlement européen.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … ommage.php

Last edited by FDL (28-11-2015 10:31:14)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

140

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Merluchon fait son Le Pen.

L'Express a écrit:

Présidentielle: Jean-Luc Mélenchon craint de ne pas avoir ses 500 parrainages

Jean-Luc Mélenchon dit chercher des signatures chez des élus de gauche comme de droite.

Le candidat du Parti de gauche affirme ne disposer que de 200 signature sur les 500 requises. Il accuse les responsables socialistes d'exercer des pressions pour l'empêcher de participer au scrutin.

Jean-Luc Mélenchon est inquiet. A sept mois du premier tour de l'élection présidentielle, le candidat du Parti de gauche n'a toujours pas ses 500 signatures nécessaires pour concourir au scrutin. "J'ai 200 parrainages", a assuré ce mardi le député européen sur RMC, précisant qu'il était "très compliqué" d'obtenir ces précieux sésames.

Il regrette que la liste des parrains soit désormais intégralement publiée alors qu'un tirage au sort de 500 noms était jusqu'alors réalisé.Cette règle est une "machine à verrouiller", a lancé Jean-Luc Mélenchon. 
Des pressions sur les élus locaux

Celui qui avait obtenu plus de 11% des voix lors de l'élection de 2012 a agité le spectre de "pressions terribles" exercées par des responsables socialistes en raison de cette évolution. Il illustre son accusation par cette hypothèse: "Vous êtes maire d'une commune, il vous manque une subvention. Le président du Conseil général est socialiste, il va vous dire: 'ta subvention demande la à Mélenchon, si tu l'as parrainé'". Et le député européen d'ajouter: "La dernière chose qu'il reste aux socialistes, c'est de se débarrasser de moi."

Cette longue chasse aux parrainages aurait selon lui un effet pervers. Elle empêcherait Jean-Luc Mélenchon d'emprunter aux banques "pour faire campagne". Pour remédier à ces difficultés, le responsable du Parti de gauche compte faire appel à toutes les sensibilités politiques. "Je prendrai les signatures des sans-étiquettes, de droite et des communistes. Trente me l'ont déjà donné."

Plusieurs élus socialistes et républicains se sont en étonné au printemps dernier de recevoir des demandes de parrainages émanant de l'ancien leader du Front de gauche. "J'ai reçu un matin une demande de parrainage de Mélenchon, confiait en avril au Figaro le maire LR d'un arrondissement parisien. J'ai trouvé ça un peu fort de café! Qu'espère-t-il?"

http://www.lexpress.fr/actualite/politi … 25436.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

141

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Enfin quelqu'un de sensé.

Le Figaro a écrit:

Pour Mélenchon, le débat sur les «Gaulois» «n'est pas nul»

LE SCAN POLITIQUE - Le candidat du Parti de gauche estime que les «références à l'Histoire sont productives» et souhaite débattre des questions d'identité avec l'ancien président.

C'est un allié inattendu que vient de trouver Nicolas Sarkozy, cible des critiques d'une grande partie de la classe politique cette semaine après ses propos sur «nos ancêtres les Gaulois». Alors qu'Alain Juppé a déploré la «nullité» du débat lancé par son adversaire, Jean-Luc Mélenchon est, lui, beaucoup plus conciliant. «Ce n'est pas d'aujourd'hui que nous nous approprions l'Histoire, il faut le voir avec un peu de décontraction», a relativisé dimanche le candidat du Parti de gauche à la présidentielle dans Punchline, la nouvelle émission politique de C8. «On a assez de raisons d'être en désaccord avec M. Sarkozy, c'est pas la peine de s'en inventer», a-t-il ajouté.

«Ce débat nous oblige à réfléchir, à regarder, à lire, à se confronter», a jugé le candidat. «Je trouve que toutes les références à l'Histoire sont productives parce qu'elles nous obligent à réfléchir», a-t-il encore expliqué. Jean-Luc Mélenchon a bien admis que «vu de l'extérieur, on doit apparaître un peu bizarre» à mener ce type de débats, mais il a estimé que la référence aux «Gaulois» était «une façon de dire». «Moi, je ne dirais pas ‘Nos ancêtres les Gaulois', je vous dirais que le moment fondateur c'est le moment où on devient citoyen, c'est plutôt la Révolution de 1789», a expliqué l'eurodéputé.
Mélenchon anticipe un débat avec Sarkozy

La sortie de Jean-Luc Mélenchon intervient alors que ses récentes prises de position sur les sujets d'identité et d'immigration ont crispé une partie de la gauche radicale. «L'orientation qu'il a progressivement choisie (…) est de caresser les nationalistes dans le sens du poil», expliquait récemment dans Libération Frédéric Boccara, membre de la direction du PCF. «Contrairement à d'autres, nous n'avons par contre pas peur d'affirmer notre attachement à la patrie et au drapeau», répliquait au Scan Raquel Garrido, cofondatrice du Parti de gauche.

Quoi qu'il en soit, Jean-Luc Mélenchon aimerait pouvoir débattre de ces sujets avec Nicolas Sarkozy. «On va avoir un peu de temps, il sera bientôt investi, on pourra avoir un bon débat», a-t-il assuré sur C8, anticipant de fait une victoire de l'ex-président à la primaire de la droite. Point d'animosité, donc, à l'égard de de l'ex-président. À son sujet, Mélenchon se fait presque élogieux: «Je préfère des gens qui savent ce qu'ils veulent, ils posent leurs idées sur la table». Comprendre: pas comme François Hollande.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … as-nul.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

142

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Se faire traiter de populiste d’extrême-droite par le PS, voilà de quoi rendre Merluchon encore plus sympathique.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … droite.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

143

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Excellente analyse de Merluchon sur la Syrie, Alep, les tensions américano-russes, la propagande médiatique etc.

https://www.facebook.com/14668398872053 … o_guests=0

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

144

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Mais quelle horreur ! Merluchon aurait dit que l'avortement n'est jamais heureux, alors qu'il est admis par tous que c'est un événement festif et joyeux ? Großer Skandal !

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/16508038_10211763433622195_3811012198138081581_n.jpg?oh=8bfa4ff6ab26896cf790ad75effac8c4&oe=5904878D

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/16407001_10211763433342188_8010039214154118647_n.jpg?oh=ba0dc069dc94b133b3e011e050175363&oe=58FE3FB1

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Je ne vois pas qui peut honnêtement prétendre que l'avortement est un événement heureux. Il y a un gouffre entre laisser le choix aux femmes d'avorter ou non, en acceptant de les laisser faire ce choix sans pressions, et prétendre que c'est un événement heureux, voire anodin.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

146

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Merluchon a dit qu'il n'y a pas d'avortement heureux (ce qui est le bon sens même). Cela scandalise De Haas, ce qui signifie que pour elle, l'avortement est un acte banal, anodin, qui doit célébrer la liberté de la femme de disposer de son propre corps. Alors que l'avortement est objectivement un acte traumatisant et violent.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

147

Re: Mélenchon : retour au véritable socialisme ou supercherie politique ?

Excellent.

Le Gorafi a écrit:

L’hologramme de Jean-Luc Mélenchon échappe à tous contrôles et sème la terreur dans Paris

Paris – Tout semblait pourtant se dérouler sans accrocs. Jean-Luc Mélenchon réalisait son meeting à Lyon et en direct son hologramme faisait de même à Paris. Mais soudain, celui-ci a refusé d’obéir à son créateur et s’en est pris à des spectateurs avant de semer la terreur dans les rues de Paris.

« C’était horrible, il était vraiment très très en colère même pour un hologramme ». Selon les témoins, c’est vers le milieu du meeting que le drame est survenu. Agacé par une énième remarque d’un membre du public, l’hologramme a alors interpellé un jeune homme avant de descendre de la scène et de s’en prendre à lui physiquement.Pendant ce temps à Lyon, Jean-Luc Mélenchon, bien conscient du drame qui se jouait a tenté de le maîtriser. « Jean-Luc s’est concentré, il a essayé de le raisonner par la pensée mais c’était trop tard » raconte un témoin.

Le public lyonnais voit alors Jean-Luc Mélenchon pris dans une terrible bataille cérébrale avec son double parisien. « Il hurlait, non, ne fait pas ça, laisse les tranquille, ils sont avec nous ». À Paris, au même moment, certains affirment avoir entendu l’hologramme hurler « Je suis libre, libre, libre tu m’entends ! Je ne suis plus ta marionnette». Après avoir dévasté la salle parisienne, l’hologramme aurait été aperçu errant et effrayant les passants, renversant voitures et bus. « C’est un cauchemar rien ne peut l’arrêter, il n’arrête pas de hurler » raconte une jeune femme terrorisée.

Dans l’immédiat, M. Mélenchon a annoncé son intention de rentrer immédiatement sur Paris, affirmant qu’il était le seul à pouvoir régler cette affaire et sauver Paris. « Je sais ce qu’il veut et comment le combattre. Je connais son point faible ».

http://www.legorafi.fr/2017/02/06/lholo … ans-paris/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)