Re: François Hollande, Président de la République

François Hollande subit des attaques de toutes parts. C'est bon signe, cela signifie qu'il est au coeur du jeu.

Du côté de la droite, rien n'est plus savoureux que d'entendre les caciques du gouvernement ou de l'UMP accuser Hollande "d'irresponsabilité". Ils veulent remplacer par une posture rigoureuse de fin de mandat un bilan favorable qu'ils n'ont pas, après avoir creusé les déficits et la dette à un niveau sans précédent en faisant du socialisme pour riches. Mais soit, le PS sera heureux d'imaginer pouvoir compter sur les votes de la majorité actuelle, lorsqu'elle sera minorité demain, pour remettre la France sur de bons rails financiers et atteindre l'objectif exprimé par François Hollande 3% de déficit en 2013 et moins encore par la suite.

Du côté des Verts, et du FDG, on joue la politique du pire, afin de s'assurer les 5% permettant le remboursement des dépenses de campagne (Eva Joly est à un niveau très faible dans les sondages) et capitaliser sur la tendance populiste (le fonds de commerce du FDG) car ils savent que François Hollande pourra créer un rassemblement large des Français au premier tour des présidentielles non seulement du fait de son engagement à gauche, mais aussi par son esprit de responsabilité qui ressort du programme exprimé au cours des primaires et depuis.

Reste que François Hollande ne doit pas sous-estimer une éventuelle dynamique de fléchissement, rester combatif
et continuer d'abonder de propositions le débat public de campagne, par un travail de révision du programme du PS (élaboré avant la crise financière de cet été) qui sera prêt pour le lancement de la campagne, en janvier.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: François Hollande, Président de la République

Déclaration claire et forte de Karine Berger, conseillère économique de François Hollande, sur la stratégie à adopter pour mettre un terme, en cas d'alternance, aux spéculations négatives sur la dette française :

Hollande pour un effort budgétaire de 50 milliards en 2012-2013
vendredi 18 novembre 2011 11h43

PARIS (Reuters) - François Hollande envisage un effort de 50 milliards d'euros de redressement budgétaire supplémentaire sur 2012 et 2013 pour réduire le déficit public à 3%, a dit à Reuters une conseillère du candidat socialiste à l'élection présidentielle.

Deux tiers viendraient de mesures fiscales, dont l'annulation du "paquet fiscal" de 2007, et un tiers d'économies, la répartition définitive pouvant aller jusqu'à moitié-moitié, a précisé l'économiste Karine Berger.

"On parle de 50 milliards", a-t-elle déclaré. "On est un peu tôt dans la campagne pour donner des éléments précis mais notre ligne est qu'il faut évidemment continuer un contrôle des dépenses extrêmement strict."

L'accent sera mis sur le redressement des comptes de santé, avec un objectif de progression des dépenses d'assurance maladie nettement inférieur au 2,5% par an désormais prévu par le gouvernement, en mettant notamment les consultations médicales à contribution.

Une fois le déficit ramené à 3% du PIB fin 2013, le PS mènera une politique de croissance et équilibrera les comptes publics d'ici 2017, consolidant la note "triple A" de la France auprès des agences de notation, ou permettant de la retrouver si elle est dégradée, a ajouté Karine Berger.

"Notre sujet, c'est : règlement des questions de finances publiques dès 2013 et croissance économique dans les quatre années qui suivent."

La crise des dettes dans la zone euro a plongé plusieurs pays dans une austérité durable et provoqué la chute de certains gouvernements, dont celui de Silvio Berlusconi en Italie.

"La France est attendue sur une parole très forte et très claire de rétablissement des finances publiques", a ajouté l'économiste. "Avoir deux plans d'austérité de moins de 10 milliards d'euros à deux mois d'intervalle n'est pas la bonne solution pour faire comprendre ce qu'on veut faire aux marchés financiers."

TOUT POUR CONSERVER LE AAA

"On fera tout pour conserver la note 'triple A' et si, par malheur, on devait la perdre, on s'engage à tout faire pour la rétablir", a-t-elle ajouté.

Avoir la note maximale des trois principales agences de notation permet à la France d'emprunter moins cher pour financer son déficit et refinancer sa dette. L'une d'entre elles, Moody's, évalue actuellement la perspective "stable" associée au "triple A" français.

"Mais si la France doit sauver son 'triple A' pour 12 mois, ce n'est pas suffisant. Un 'triple A', ça doit être durable", ce qui suppose que la croissance redémarre, a dit Karine Berger.

"La Grèce et l'Italie sont en train de s'effondrer macro-économiquement, ce qui fait que tout ce qu'elles peuvent raconter en termes de politique budgétaire se dissout littéralement dans la contraction d'activité."

Pour ramener le déficit à 3%, l'évolution des dépenses sera fortement contrainte. Le nombre de fonctionnaires n'augmentera pas, les 60.000 emplois supplémentaires prévus dans l'Education nationale étant compensés par des départs en retraite ailleurs.

Pour prévenir un emballement des comptes sociaux, "il y a aura des propositions fortes sur la façon de limiter l'évolution des dépenses de santé de manière socialement juste", a dit Karine Berger.

Une loi de programmation fixera clairement l'évolution de la fiscalité et des dépenses pour trois ans pour donner un horizon aux partenaires de la France.

Michel Sapin, en charge du programme présidentiel de François Hollande, évoquait aussi dans un récent entretien à Reuters ce schéma en deux temps mis en oeuvre si la gauche l'emporte au printemps : retour à 3% de déficit puis soutien à la croissance.

"Lorsque la gauche arrivera au pouvoir, ce ne sera pas pour donner pendant deux ans pour ensuite reprendre pendant trois ans", a-t-il dit. "Cela peut être l'inverse : être extrêmement sérieux pendant deux ans pour pouvoir distribuer un peu plus pendant les trois ans qui suivront."

"Ce qui est sûr, c'est que le déficit diminuera et que l'endettement s'inversera", a ajouté cet ancien ministre des Finances. "Quand François Hollande dit 3% du PIB en 2013 et tendre vers zéro déficit à la fin de son quinquennat, c'est un élément intangible."

Autrement dit : agir vite et fort pour redresser les comptes de la Nation au cours des deux premières années, afin de pouvoir relancer une stratégie expansive au cours des trois années suivantes. Cela me paraît être un excellent projet économique, surtout si on la couple à une stratégie de régulation financière ferme et forte... que semblent vouloir les dignitaires de la finance française :

Le gotha français ?de la finance a prôné une réorientation de l'épargne lors des "Assises du financement du long terme", organisées jeudi par le président de la Caisse des Dépôts, Augustin de Romanet. Tous les grands noms de la finance étaient présents. Il faut dire que le sujet du financement de long terme inquiète beaucoup. Petit verbatim de la journée...
Les petites phrases ont fusé lors des "Assises du financement du long terme". Avec des discours parfois étonnants de la part des grands noms de la finance. Claude Bébéar qui demande "la création d'un mouvement des indignés de la finance" (sic) et qui estime "que les patrons d'entreprises doivent refuser la dictature des marchés financiers" Claude Bébéar, fondateur d'Axa, Michel Pébereau qui est "je suis très favorable au renforcement de la régulation"... florilège.

Laurence Parisot, presidente du Medef:

"Le taux d'investissement des PME est significativement plus bas à la fois par rapport aux grandes entreprises et à la fois par rapport aux TPE"

Gérard Mestrallet, Président de GDF Suez :

"On va d'une économie d'endettement vers une économie de fonds propres".

Jacques de Larosière président d'Eurofi :

"Nous n'aurons pas de reprise économique si les banques ne sont pas prêteuses"

Gérard de la Martinière. Inspecteur général des finances

"Il y a un besoin considérable qui sera difficile à couvrir spontanément, il faut que l'Etat s'engage à ne pas modifier la fiscalité d'un contrat d'épargne à partir du moment ou celui-ci a été souscrit"

Frédéric Oudéa président de la FBF :

"Les banques ne pourront pas garder le même volume de prêts dans leur bilan et les prêts qu'elles garderont seront à court terme"

Hervé de Villeroché, Direction général du Trésor :

"La mise en place de Bâle 3 qui vise à améliorer la résilience du système financier va conduire à un changement structurel. Cela aura un coût pour l'économie mais il sera absorbable pour les banques. Nous ne pensons pas qu'il remettra en cause la capacité de financement du secteur bancaire.
Malgré tout, les financements de projets, les financements de long terme, le crédit à la consommation seront des activités de financement sans dépôts qui peuvent être vulnérable. Les banques vont devoir s'adapter. Face aux engagements de long terme, il faudra mobiliser des ressources de court terme, augmenter la base de dépôts et avoir une capacité d'émission longue. Concernant Solvabilité 2, il faudra modifier la répartition de la prise en charge du risque par l'assureur et par l'assuré. On le voit aujourd'hui avec la croissance des unités de compte dans les contrats d'assurance vie qui va dans le bon sens"

Christian Babusiaux, Président de la 1ère chambre de la Cour des Comptes :

"Les préoccupations sont aujourd'hui liées au rôle de l'épargne sur le financement de l'économie. Il faut l'orienter vers le financement de long terme. Fin 2010, 44% de l'épargne domestique allait vers le reste du monde, et 60% pour l'assurance vie. Il faut assurer la stabilité de l'épargne, assurer un cadre juridique favorable aux investissements de long terme. Cela passe par un cadre fiscal qui repose sur une stratégie de moyen et long terme"

Jacques Pelissard, président de l'Association des maires de France :

"J'applaudis la nouvelle alliance CDC/ banque Postale qui vendra des prêts à taux fixe raisonnable et non exotique. Je salue de plus l'agence publique des collectivités locales qui sera crée et géré par les collectivités locales sans garantie de l'Etat. Ces deux entités viendront assurer la complémentarité avec les banques sur l'offre de crédits aux collectivités, qui financent 50% du marché du BTP en France. On espère que l'on aura du coup un panel complet pour permettre aux collectivités d'investir"

Michel Pébereau, président de BNP Paribas :

"Je suis très favorable au renforcement de la régulation. Mais il est important de veiller à que ce renforcement soit également bien effectué aux Etats-Unis. Et il faut également bien s'assurer que ce financement ne soit pas nuisible aux financement des collectivités locales. La sagesse serait de faire une petite pause pour voir les impacts que la réglementation aurait sur l'économie. Susciter l'épargne de long terme, ce n'est pas facile. Si l'on veut orienter l'épargne vers le Long terme, Il faut un effet fiscal sur l'épargne de long terme. Le principe de la « full fair market value » aboutit à des difficultés. Les normes comptables ont nourri les bonus des opérateurs de marché. Tous les entrepreneurs doivent considérer que leur action est jugée à partir de la valeur de marché. On ne peut pas demander aux entrepreneurs de penser long terme quand ils doivent se préoccuper de la valeur de marché au jour le jour de leurs actifs. Ceci n'est pas adapté pour juger l'action d'une entreprise qui doit se juger sur le long terme. Le langage de la comptabilité actuelle est inadapté aux préoccupations du financement de long terme"

Claude Bébéar, fondateur d'Axa, aujourd'hui président de l'institut Montaigne :

"Il faut que les investisseurs aient intérêt à investir à long terme. Il faut alléger la fiscalité de long terme par rapport à la fiscalité de court terme. Il faut donner envie d'investir à long terme. Il faut arrêter tous ce qui permet la spéculation de court terme : les agences de notations, les cotations au jour le jour, les résultats trimestriels. Il faut faire payer la transaction financière plus chère. Il faut que les patrons d'entreprises refusent la dictature des marchés financiers. Les analystes sont des gamins très gentils, mais qui ne connaissent pas grand chose. Je demande la création d'un mouvement des indignés de la finance"

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: François Hollande, Président de la République

En tout cas ça fait plaisir de lire cette Karine Berger, qui a un discours économique bien plus cohérent et crédible que l'écrasante majorité des journalistes/politiques français. C'est bien que FH soit entouré de gens comme ça.

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: François Hollande, Président de la République

"Ce qui est sûr, c'est que le déficit diminuera et que l'endettement s'inversera", M. Sapin

La France sera sauvée financièrement, rien que ça ?! Ce genre de formule illocutoire et péremptoire pourrait se retourner contre eux comme un boomerang, car dans l'affaire on est sûr de rien ...Mais bon les hommes politiques ne sont pas particulièrement connu pour douter ..

D'une part, comme Greg l'a souligné, le programme économique du PS est inadapté et coûteux : il est basé sur une croissance moyenne sur la période 2012-2017 de 2,5 % , pas besoin d'être Roubini pour sentir qu'on les aura pas ...
Plus de pression fiscale = il faudrait pas oublier ou faire semblant d'oublier que cela aura une influence négative sur la croissance ...Après évidemment tout dépendra de ces impôts( certains sont plus indolores) mais ce sera toujours moins d'argent pour que les acteurs privés embauchent , investissent, consomment.. et donc in fine moins de croissance..
Soutien à la croissance ? avec une bonne vieille politique keynesienne avec l'argent que l'on a pas, je parie ? qui va entre autre financer la balance commerciale des pays qui ne le font pas ...
Elargissons et approfondissons le trou de la dette publique pour le résorber intéressant..contradictoire et désespérant.
Sans oublier les options coûteuses qu'il faudra financer sur le long terme : retour au 60 ans , abandon du nucléaire etc
et une croissance faiblarde en Europe
Les éléments de scepticisme et du pessimisme sont là ..
Le zéros déficit en 2017 par Sapin ...Ën rêve .. Qui vivra verra
A défaut de douter, ils bénéficient au moins du bénéfice du doute..

Si vous avez construit des châteaux dans les nuages, votre travail n'est pas vain ; c'est là qu'ils doivent être. À présent, donnez-leurs des fondations!..

Re: François Hollande, Président de la République

Il n'y aura pas de retour à 60 ans, tout le monde l'a dit...(de manière plus ou moins explicite...on est en campagne !)
Pour ce qui est du nucléaire, la teneur de l'accord avec les Verts parle de lui-même..

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: François Hollande, Président de la République

keitaro a écrit:

comme Greg l'a souligné, le programme économique du PS est inadapté et coûteux

Je n'ai pas dit que le programme du PS était coûteux. Au contraire, on voit dans cette dernière note qu'il sera très rigoureux puisqu'un tiers de ces 50 milliards d'économies se fera du côté des dépenses.

Inadapté en revanche, oui, tout simplement car il a été élaboré avant la crise, et c'est d'ailleurs pour ça qu'il va, tout logiquement, être retravaillé.

Rayan a écrit:

Il n'y aura pas de retour à 60 ans, tout le monde l'a dit...(de manière plus ou moins explicite...on est en campagne !)

Il y aura retour à 60 ans pour ceux qui ont atteint leur 41 annuités et demi à 60 ans (les fameuses "carrières longues"). Dans le dispositif gouvernemental de la dernière loi sur les retraites, quelqu'un qui aura atteint ses annuités à 60 ans ne pourra pas partir à la retraite sans décote, alors que ce sont souvent ceux qui ont eu les métiers les plus pénibles. C'est de cette inéquité là et de ces travailleurs là en particuliers que parlent les socialistes lorsqu'ils veulent revenir à 60 ans. Pour le reste, on maintiendra je crois la situation actuelle.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: François Hollande, Président de la République

Oui c'est bien ce que j'entendais, pas de retour général (suis moi-même militant disons très actif, quoique un peu moins depuis le 16 octobre... smile ).

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: François Hollande, Président de la République

Perso, je suis pour la rééducation des militants. Je trouve cette pratique pathologique et il me semble qu'une nation moderne devrait s'intéresser à corriger cette tendance perverse qu'ont certains de nos compatriotes à s'enfoncer dans une prison des idées. Je propose donc pour tous les militants, au nom de la dimension psychique de la santé publique, une pendaison par les pieds au-dessus d'une bassine d'acide chlorhydrique jusqu'à ce que le récalcitrant change d'avis - ou que mort s'ensuive. Ce traitement de choc devrait rapidement apporter un regain de souffle à notre nation qui suffoque sous le poids de la bêtise des militants (notamment ceux de l'UMP). C'est la condition sine qua non du maintien de notre triple A.

Re: François Hollande, Président de la République

Je veux bien me porter volontaire pour ton traitement. smile
A condition qu'on ne me traite pas d'UMP !  tongue

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: François Hollande, Président de la République

Rayan a écrit:

Je veux bien me porter volontaire pour ton traitement. smile

"La situation est donc encore plus critique que je ne le pensais !"
http://www.objectifmag.be/graphics/200602/succube004.gif

Re: François Hollande, Président de la République

"La France fera des propositions pre?cises pour re?former et de?mocratiser l'ONU afin qu'elle structure un ordre juridique et normatif global : sie?ge europe?en, suppression du droit de ve?to, meilleure repre?sentativite? des pays du Sud au sein du Conseil de Se?curite?, renforcement du ro?le des ONG."
"Nous retirerons les troupes franc?aises d'Afghanistan d'ici fin 2012 et notre pays contribuera a? un re?glement politique et re?gional du conflit sous l'e?gide de l'ONU."
Tant que les socialistes demeureront dans un tel déni idéologique du réel il va être difficile d'assumer une stature internationale...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

gustave a écrit:

"La France fera des propositions pre?cises pour re?former et de?mocratiser l'ONU afin qu'elle structure un ordre juridique et normatif global : sie?ge europe?en, suppression du droit de ve?to, meilleure repre?sentativite? des pays du Sud au sein du Conseil de Se?curite?, renforcement du ro?le des ONG."
"Nous retirerons les troupes franc?aises d'Afghanistan d'ici fin 2012 et notre pays contribuera a? un re?glement politique et re?gional du conflit sous l'e?gide de l'ONU."
Tant que les socialistes demeureront dans un tel déni idéologique du réel il va être difficile d'assumer une stature internationale...

où est le déni là-dedans?

Re: François Hollande, Président de la République

Le renoncement au droit de véto serait un non sens absolu pour notre nation, le siège européen tient du rêve actuellement et à court terme (pour être optimiste), la notion de pays du sud qui n'a de sens qu'idéologique (voir les dernières candidatures à la succession de DSK), quant au retrait d'Afgha avant fin 2012 (après une décision fin mai 2012) il est tout simplement matériellement impossible sauf à engager des effectifs et des sommes plus que considérables, ce qui ne me parait guère réaliste.

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

gustave a écrit:

Le renoncement au droit de véto serait un non sens absolu pour notre nation, le siège européen tient du rêve actuellement et à court terme (pour être optimiste), la notion de pays du sud qui n'a de sens qu'idéologique (voir les dernières candidatures à la succession de DSK), quant au retrait d'Afgha avant fin 2012 (après une décision fin mai 2012) il est tout simplement matériellement impossible sauf à engager des effectifs et des sommes plus que considérables, ce qui ne me parait guère réaliste.

L'accord PS-EELV parle d'une réforme globale du Conseil de Sécurité qui aboutit à l'abolition du droit de véto pour tous, pas que pour la France. C'est très raisonnable, tout à fait envisageable, et à mon sens utile pour la France, dans la mesure où ce droit n'est plus utilisé par la France depuis les années 1980, où ce droit est utilisé par les autres pays dans des cas contestables (Libye, Syrie, entrée de la Palestine), etc.
Quant au retrait d'Afghanistan avant fin 2012, je ne vois pas en quoi cela engagerait des sommes et effectifs considérables, au contraire ; les Etats-Unis ont choisi de faire partir 30000 hommes d'ici l'été 2012. Les Français n'ont que 4000 soldats là-bas. Il était question jusqu'à présent d'en faire partir 1500 d'ici 2012. Franchement, cette guerre est américaine, elle coûte cher à l'Europe, elle est très sanglante et sale ; je ne vois pas pourquoi on ne retirerait pas 2500 hommes de plus d'ici fin 2012, les Américains peuvent très bien se permettre de n'en retirer que 27500.

Re: François Hollande, Président de la République

louf a écrit:

utile pour la France, dans la mesure où ce droit n'est plus utilisé par la France depuis les années 1980, où ce droit est utilisé par les autres pays dans des cas contestables (Libye, Syrie, entrée de la Palestine), etc.

Et l'Irak en 2003? Et en quoi serait-ce utile pour la France en la privant d'un de ses leviers majeurs d'action internationale? On est bien dans l'idéologique, absolument pas dans l'intérêt national! Quant à imaginer que la Chine, la Russie et les USA vont y renoncer, ce n'est pas vraiment ce que l'on peut qualifier de raisonnable! Pour info les brésiliens et autres indiens ou sud-africains ne réclament pas sa suppression, mais leur accès au véto!

louf a écrit:

Quant au retrait d'Afghanistan avant fin 2012, je ne vois pas en quoi cela engagerait des sommes et effectifs considérables, au contraire ; les Etats-Unis ont choisi de faire partir 30000 hommes d'ici l'été 2012. Les Français n'ont que 4000 soldats là-bas. Il était question jusqu'à présent d'en faire partir 1500 d'ici 2012. Franchement, cette guerre est américaine, elle coûte cher à l'Europe, elle est très sanglante et sale ; je ne vois pas pourquoi on ne retirerait pas 2500 hommes de plus d'ici fin 2012, les Américains peuvent très bien se permettre de n'en retirer que 27500.

Parce que la manoeuvre logistique est un tout petit peu plus complexe que cela, je te renvoie à un rapide aperçu...
http://lemamouth.blogspot.com/

Last edited by gustave (26-11-2011 17:43:57)

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

Hum. Deux choses :

- Pierre Moscovici a dénié toute remise en cause du statut de la France et de son droit de veto.
- François Hollande, conscient des problèmes logistiques, avait mis à 2013 le départ des forces françaises d'Afghanistan.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: François Hollande, Président de la République

gustave a écrit:
louf a écrit:

utile pour la France, dans la mesure où ce droit n'est plus utilisé par la France depuis les années 1980, où ce droit est utilisé par les autres pays dans des cas contestables (Libye, Syrie, entrée de la Palestine), etc.

Et l'Irak en 2003?

Revois tes fiches, mon petit.

Et en quoi serait-ce utile pour la France en la privant d'un de ses leviers majeurs d'action internationale? On est bien dans l'idéologique, absolument pas dans l'intérêt national! Quant à imaginer que la Chine, la Russie et les USA vont y renoncer, ce n'est pas vraiment ce que l'on peut qualifier de raisonnable! Pour info les brésiliens et autres indiens ou sud-africains ne réclament pas sa suppression, mais leur accès au véto!

D'après Léon Blum, c'est "s'opposer à l'idée selon laquelle il en a toujours été ainsi et qu'on n'y changera rien"...

louf a écrit:

Quant au retrait d'Afghanistan avant fin 2012, je ne vois pas en quoi cela engagerait des sommes et effectifs considérables, au contraire ; les Etats-Unis ont choisi de faire partir 30000 hommes d'ici l'été 2012. Les Français n'ont que 4000 soldats là-bas. Il était question jusqu'à présent d'en faire partir 1500 d'ici 2012. Franchement, cette guerre est américaine, elle coûte cher à l'Europe, elle est très sanglante et sale ; je ne vois pas pourquoi on ne retirerait pas 2500 hommes de plus d'ici fin 2012, les Américains peuvent très bien se permettre de n'en retirer que 27500.

Parce que la manoeuvre logistique est un tout petit peu plus complexe que cela, je te renvoie à un rapide aperçu...
http://lemamouth.blogspot.com/

C'est ça, la réponse de l'UMP? De la logistique?

Pour désengager ne serait-ce que les centaines de KC20 présents sur les FOB afghanes, il faudrait... deux ans et demi de convois, au rythme actuel.

Je suggère l'idée, presque aussi révolutionnaire qu'en son temps 1789, d'augmenter le rythme actuel!
Quant à l'argument évoqué selon lequel il faudrait plus de fantassins pour protéger le retrait, elle est d'une évidente mauvaise fois. Heureusement, tous les fantassins présents n'ont pas comme rôle exclusif leur propre protection, et il y a des Alliés.

Re: François Hollande, Président de la République

Greg a écrit:

Hum. Deux choses :

- Pierre Moscovici a dénié toute remise en cause du statut de la France et de son droit de veto.

Donc soit l'accord est purement un mensonge électoraliste soit il y a souci interne...

Last edited by gustave (26-11-2011 18:04:37)

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

En vérité, ces lignes semblent avoir été ajoutées à la dernière minute car personne n'en avait entendu parler de notre côté.

En outre, il faut bien se souvenir que c'est Martine Aubry qui porte une très grosse part de la responsabilité dans cet accord.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: François Hollande, Président de la République

Un peu léger non comme argumentation?
Il est dommage que la gauche demeure dans son rêve idéologique irréaliste et/ou nuisible à la France (comme ci-dessus, défense, immigration, politique étrangère, énergie...) alors que précisément la droite a perdu une part capitale de son coeur idéologique et électoral avec Sarkozy. Un journaliste de Libé avait très bien résumé cette divergence fondamentale entre la droite ultra libérale de Sarkozy et la droite traditionnelle "réactionnaire", un fait nouveau et qui pouvait ouvrir un boulevard au centre ou à une gauche sortie de ses chimères... Et Sarkozy joue admirablement bien de cela actuellement en maintenant la gauche sur des clivages déterminants pour ces gens de droite qui ne l'aiment pourtant pas mais vont être refoulés par les réponses "gauchistes" que le PS et ses alliés vont apporter de façon quasi pavlovienne!

Last edited by gustave (26-11-2011 18:16:26)

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

gustave a écrit:

Et Sarkozy joue admirablement bien de cela actuellement en maintenant la gauche sur des clivages déterminants pour ces gens de droite qui ne l'aiment pourtant pas mais vont être refoulés par les réponses "gauchistes" que le PS et ses alliés vont apporter de façon quasi pavlovienne!

Hollande, gauchiste... les chars russes, à Strasbourg aussi ?

Re: François Hollande, Président de la République

Certains n'ont vraiment rien compris à mon post, pas bien grave...
D'ailleurs étonnament pas de remarques sur le "réactionnaire" lui aussi entre guillemets. Marrant non?

Last edited by gustave (26-11-2011 19:39:58)

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

louf a écrit:
gustave a écrit:

Et l'Irak en 2003?

Revois tes fiches, mon petit.

Fais travailler ta mémoire, mon coco.

Re: François Hollande, Président de la République

Arken a écrit:
louf a écrit:
gustave a écrit:

Et l'Irak en 2003?

Revois tes fiches, mon petit.

Fais travailler ta mémoire, mon coco.

Dépasse les lieux communs et renseigne-toi sur la réalité, mon mignon.

Re: François Hollande, Président de la République

Donc en réalité le poids de la France dans l'affrontement américano-irakien entre 92 et 2003, et début 2003 en particulier, n'a rien à voir avec le droit de véto que nous détenions, surement un sentiment de reconnaissance spontané des USA envers notre vieux pays...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

gustave a écrit:

Donc en réalité le poids de la France dans l'affrontement américano-irakien entre 92 et 2003, et début 2003 en particulier, n'a rien à voir avec le droit de véto que nous détenions, surement un sentiment de reconnaissance spontané des USA envers notre vieux pays...

La Russie aussi avait affirmé qu'elle mettrait son veto, l'issue du vote n'était même pas assurée au Conseil de Sécurité, y compris sans veto.
Le veto français n'a été absolument pas déterminant dans cet affaire, il n'a pas été utilisé, si le vote avait eu lieu il aurait peut-être été négatif, et s'il avait été positif, il y aurait eu veto mais la France n'aurait fait que suivre la Russie.
http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/2838269.stm

Ce veto, qui pouvait encore avoir son intérêt dans le monde du début des années 2000, avec la trop grande prépondérance des Etats-Unis, n'a aujourd'hui plus grand intérêt...

Last edited by louf (27-11-2011 19:15:45)

Re: François Hollande, Président de la République

louf a écrit:

Dépasse les lieux communs et renseigne-toi sur la réalité, mon mignon.
[...]
La Russie aussi avait affirmé qu'elle mettrait son veto, l'issue du vote n'était même pas assurée au Conseil de Sécurité, y compris sans veto.
Le veto français n'a été absolument pas déterminant dans cet affaire, la France n'a fait que suivre la Russie.

Je te dirai bien d'apprendre à lire, avant de (tenter de) remettre les gens à leur place.
Ce sur quoi Gustave et moi avons répondu, à la base, c'est sur l'utilisation ou non du veto par la France depuis les années 1980. La question n'était pas alors de savoir si ce veto avait servi à quelque chose, s'il avait eu un impact ou non mais bien si la France en avait apposé un depuis tout ce temps.

Faut cesser de jouer sur les mots.

Re: François Hollande, Président de la République

Pas du tout certain, il est très probable que comme il y a peu la Russie n'aurait à cette date pas pris le risque d'un affrontement direct sur un terrain pour elle secondaire face à des occidentaux soudés... La Syrie, la Lybie, la Géorgie, montrent qu'un véto a encore plus de valeur dans un monde où la source de légitimité internationale est l'ONU que dans un monde bipolaire capable de fournir une légitimité alternative, voire opposée! La montée de l'ONU, vainement combattue par les US il y a 10 ans, renforce les membres possédant un tel droit de véto. Il me parait pourtant assez simple de saisir que ce droit ne peut qu'être un outil d'une puissance rare, un peu comme la richesse nationale est un atout...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

Arken a écrit:
louf a écrit:

Dépasse les lieux communs et renseigne-toi sur la réalité, mon mignon.
[...]
La Russie aussi avait affirmé qu'elle mettrait son veto, l'issue du vote n'était même pas assurée au Conseil de Sécurité, y compris sans veto.
Le veto français n'a été absolument pas déterminant dans cet affaire, la France n'a fait que suivre la Russie.

Je te dirai bien d'apprendre à lire, avant de (tenter de) remettre les gens à leur place.
Ce sur quoi Gustave et moi avons répondu, à la base, c'est sur l'utilisation ou non du veto par la France depuis les années 1980. La question n'était pas alors de savoir si ce veto avait servi à quelque chose, s'il avait eu un impact ou non mais bien si la France en avait apposé un depuis tout ce temps.

Faut cesser de jouer sur les mots.

Alors cessons : la France ne l'a pas "apposé" puisqu'il n'y a pas eu de présentation de résolution, et la menace de veto de la part de la France a été secondaire.
Qui plus est, la France n'était pas seule en Occident contre cette guerre, puisque l'Allemagne y était également opposée.
Le veto est un gadget qui ne fait que masquer les réelles oppositions entre puissances, sans ajouter rien de démocratique dans l'évolution de l'ONU.

Re: François Hollande, Président de la République

Arken a écrit:
louf a écrit:

Dépasse les lieux communs et renseigne-toi sur la réalité, mon mignon.
[...]
La Russie aussi avait affirmé qu'elle mettrait son veto, l'issue du vote n'était même pas assurée au Conseil de Sécurité, y compris sans veto.
Le veto français n'a été absolument pas déterminant dans cet affaire, la France n'a fait que suivre la Russie.

Je te dirai bien d'apprendre à lire, avant de (tenter de) remettre les gens à leur place.
Ce sur quoi Gustave et moi avons répondu, à la base, c'est sur l'utilisation ou non du veto par la France depuis les années 1980. La question n'était pas alors de savoir si ce veto avait servi à quelque chose, s'il avait eu un impact ou non mais bien si la France en avait apposé un depuis tout ce temps.

Faut cesser de jouer sur les mots.

Alors cessons : la France ne l'a pas "apposé" puisqu'il n'y a pas eu de présentation de résolution, et la menace de veto de la part de la France a été secondaire.
Qui plus est, la France n'était pas seule en Occident contre cette guerre, puisque l'Allemagne y était également opposée.
Le veto est un gadget qui ne fait que masquer les réelles oppositions entre puissances, sans ajouter rien de démocratique dans l'évolution de l'ONU.

Last edited by louf (27-11-2011 19:41:37)

Re: François Hollande, Président de la République

Justement l'Allemagne n'a eu que bien moins de poids contre la préparation US de linvasion de l'Irak, et ce n'est pas un hasard. Si vous pensez réellement que le véto est inutile, je pense qu'il n'y a plus rien à faire. Le désintérêt de toutes les puissances montantes sur cet enjeu devrait pourtant vous mettre la puce à l'oreille.

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

gustave a écrit:

Justement l'Allemagne n'a eu que bien moins de poids contre la préparation US de linvasion de l'Irak, et ce n'est pas un hasard. Si vous pensez réellement que le véto est inutile, je pense qu'il n'y a plus rien à faire. Le désintérêt de toutes les puissances montantes sur cet enjeu devrait pourtant vous mettre la puce à l'oreille.

Je n'ai pas dit que dans l'absolu cela n'a aucune importance... je dis seulement qu'il serait bon de réformer le fonctionnement du Conseil de Sécurité qui me semble assez injustifiable, et que la France ne joue pas contre son intérêt en soutenant une telle réforme... voilà tout smile

Re: François Hollande, Président de la République

La France joue forcément contre son intérêt en se privant d'un atout dans un monde en compétition. Si l'on nie cette compétition et que l'on veut un monde d'égaux alors oui, il est "bien" de réformer en ce sens l'ONU. Reste que cela dessert l'intérêt national objectivement et est irréaliste (les autres détenteurs sont opposés, à l'exception potentielle de la GB). Le monde n'est pas gentil...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

gustave a écrit:

La France joue forcément contre son intérêt en se privant d'un atout dans un monde en compétition. Si l'on nie cette compétition et que l'on veut un monde d'égaux alors oui, il est "bien" de réformer en ce sens l'ONU. Reste que cela dessert l'intérêt national objectivement et est irréaliste (les autres détenteurs sont opposés, à l'exception potentielle de la GB). Le monde n'est pas gentil...

Forcément, un socialiste est un optimiste béat, n'est-ce pas?
Moi je considère qu'il faut voir réellement ce qui est notre puissance. S'accrocher à un atout qu'on n'ose plus utiliser de peur de se le faire retirer, c'est s'accrocher à du plomb. C'est comme s'accrocher aux prérogatives royales en 1791. Il faut se mettre dans le sens de l'histoire, dans le mouvement qui triomphera ; de toute évidence, en défendant contre tout le veto, on est de l'autre côté et on va faire partie des vaincus, alors qu'on sait pertinemment qu'en raison de ses liens avec l'Afrique, avec l'Asie, avec aujourd'hui le reste de l'Europe, la voix de la France pèse à l'AG et au Conseil de Sécurité.

Last edited by louf (27-11-2011 20:59:52)

Re: François Hollande, Président de la République

C'est surement pour cela que les pays qui ont le vent de l'histoire en poupe réclament ce droit... Effectivement ta vision ignore tout de la réalité des RI en se fondant sur des bons sentiments! Ce n'est pas de l'optimisme mais une dangereuse utopie. Les liens que tu évoques sont certes important, en dernier ressort ils ne sont que ce que les autres veulent en faire, là où le véto est une liberté d'action, libre à nous d'en user en bien (cf 2003), le reste n'est que bisounourserie.
N'y voie aucune agressivité, c'est juste que souhaiter priver notre pays d'un outil incomparable d'influence internationale me parait surréaliste et dénué du moindre intérêt réel (c'est à dire autre qu'un bon sentiment non partagé).

Last edited by gustave (27-11-2011 21:28:58)

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

gustave a écrit:

C'est surement pour cela que les pays qui ont le vent de l'histoire en poupe réclament ce droit... Effectivement ta vision ignore tout de la réalité des RI en se fondant sur des bons sentiments! Ce n'est pas de l'optimisme mais une dangereuse utopie. Les liens que tu évoques sont certes important, en dernier ressort ils ne sont que ce que les autres veulent en faire, là où le véto est une liberté d'action, libre à nous d'en user en bien (cf 2003), le reste n'est que bisounourserie.
N'y voie aucune agressivité, c'est juste que souhaiter priver notre pays d'un outil incomparable d'influence internationale me parait surréaliste et dénué du moindre intérêt réel (c'est à dire autre qu'un bon sentiment non partagé).

C'est croire que le veto est réel qui relève de la bisounourserie. La menace du veto n'a rien empêché en 2003. Tous les mots de l'UMP sont là ("bons sentiments", "utopie", "bisounours"), tu as juste oublié "Babar". Les RI, c'est fonder la puissance d'un pays sur de la réalité, l'enchâsser dans des réseaux d'intérêts réels et importants. Ce n'est pas le fonder sur la défense d'un droit qu'on n'ose pas utiliser, qui est essentiellement formel et qui est contesté par les 2/3 du monde. La règle des RI, c'est trouver les bons combats et se mettre du bon côté, pas en fonction des critères de la "realpolitik" mais en fonction des critères que sont l'avenir et l'histoire.
Ta position est tout à fait cohérente : la France est une puissance moyenne, dis-tu, condamnée à décliner, donc il faut qu'elle s'accroche à tout ce qui lui reste. C'est le parti de l'immobilisme que tu défends. La réalité est autre. La puissance de la France n'est pas une substance définie et arrêtée. La France doit se mettre du côté des bonnes causes, qui ne sont pas nécessairement celles de son prétendu "intérêt" à très-court terme. Pas par béatitude morale, non. Par intérêt clairvoyant : ce sont ces causes qui triompheront, par la force des choses, parce que c'est l'avenir.

Last edited by louf (27-11-2011 21:44:09)

Re: François Hollande, Président de la République

Ah! AH! AH!
L'intérêt d'espérer une quelconque mansuétude / retour de largesse de qui? Actuellement le droit de véto est une réalité, tes propos ne reposent sur rien qu'une vision très peu partagée (qui souhaite la suppression du véto, personne dans les pays qui comptent) et idéaliste, sans le moindre soubassement concret. Le véto n'empêche aucune relation avec d'autres pays, aucune évolution du système international à l'horizon visible, en clair il ne pénalise en rien notre politique et pourrait parfaitement être utilisé (pour ton information il l'aurait vraisemblablement été en 2003, la proposition était préparée par la France d'où la reculade US à l'ONU et le choix d'une intervention unilatérale).
Quant aux arguments UMP/PS, je n'ai jamais dit que l'un ou l'autre avait le monopole des idées intelligents/réalistes.... En l'occurence je critique juste une orientation qui me parait injustifiable (autrement que par un autoproclamé "sens de l'histoire" ne reposant sur rien d'autre qu'une gentille intention). Je serai particulièrement intéressé de connaitre quelles puissances internationales sont sensibles à une telle idée (en particulier au CS).

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

Ah! AH! AH!
L'intérêt d'espérer une quelconque mansuétude / retour de largesse de qui? Actuellement le droit de véto est une réalité, tes propos ne reposent sur rien qu'une vision très peu partagée (qui souhaite la suppression du véto, personne dans les pays qui comptent) et idéaliste, sans le moindre soubassement concret. Le véto n'empêche aucune relation avec d'autres pays, aucune évolution du système international à l'horizon visible, en clair il ne pénalise en rien notre politique et pourrait parfaitement être utilisé (pour ton information il l'aurait vraisemblablement été en 2003, la proposition était préparée par la France d'où la reculade US à l'ONU et le choix d'une intervention unilatérale).
Quant aux arguments UMP/PS, je n'ai jamais dit que l'un ou l'autre avait le monopole des idées intelligents/réalistes.... En l'occurence je critique juste une orientation qui me parait injustifiable (autrement que par un autoproclamé "sens de l'histoire" ne reposant sur rien d'autre qu'une gentille intention). Je serai particulièrement intéressé de connaitre quelles puissances internationales sont sensibles à une telle idée (en particulier au CS).

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

gustave a écrit:

Actuellement le droit de véto est une réalité, tes propos ne reposent sur rien qu'une vision très peu partagée (qui souhaite la suppression du véto, personne dans les pays qui comptent) et idéaliste, sans le moindre soubassement concret.

Mais les pays qui compteront demain n'ont pas le droit de véto, hormis la Chine, et demanderont donc sa suppression.
Et demain arrive très vite.

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: François Hollande, Président de la République

Rayan a écrit:
gustave a écrit:

Actuellement le droit de véto est une réalité, tes propos ne reposent sur rien qu'une vision très peu partagée (qui souhaite la suppression du véto, personne dans les pays qui comptent) et idéaliste, sans le moindre soubassement concret.

Mais les pays qui compteront demain n'ont pas le droit de véto, hormis la Chine, et demanderont donc sa suppression.
Et demain arrive très vite.

Ils demanderont d'avoir eux-même le droit de veto. Jusqu'au jour où eux l'auront, et pas nous (au mieux, on l'aura via l'UE).

Re: François Hollande, Président de la République

Kunstler a écrit:
Rayan a écrit:
gustave a écrit:

Actuellement le droit de véto est une réalité, tes propos ne reposent sur rien qu'une vision très peu partagée (qui souhaite la suppression du véto, personne dans les pays qui comptent) et idéaliste, sans le moindre soubassement concret.

Mais les pays qui compteront demain n'ont pas le droit de véto, hormis la Chine, et demanderont donc sa suppression.
Et demain arrive très vite.

Ils demanderont d'avoir eux-même le droit de veto. Jusqu'au jour où eux l'auront, et pas nous (au mieux, on l'aura via l'UE).

Disons que ce serait stupide, cela remettrait en cause l'existence du Conseil de sécurité, parce qu'à partir du moment où on a plus de 7-8 pays de diverses zones géographiques qui ont le droit de veto, je ne vois pas trop les résolutions intéressantes qui peuvent passer, hormis des résolutions pour la sauvegarde de l'humanité...

Re: François Hollande, Président de la République

louf a écrit:

Disons que ce serait stupide, cela remettrait en cause l'existence du Conseil de sécurité, parce qu'à partir du moment où on a plus de 7-8 pays de diverses zones géographiques qui ont le droit de veto, je ne vois pas trop les résolutions intéressantes qui peuvent passer, hormis des résolutions pour la sauvegarde de l'humanité...

On peut envisager un droit de véto à la majorité qualifiée des Etats membres du Conseil de Sécurité.

Concrètement, je rejoins Gustave: renoncer seuls au droit de veto, c'est juste la perte d'un acquis. C'est illusoire de croire que les Etats-Unis (qui rechignent déjà à payer leur cotisation à l'ONU) accepteraient de renoncer à ce droit. Même chose pour la Chine ou la Russie. Et clairement, si les puissances régionales émergentes veulent un siège au conseil de sécurité, c'est pas pour le prestige du siège, mais bien pour obtenir ce droit de veto.

Toute autre explication me semble bien angélique.

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: François Hollande, Président de la République

louf a écrit:
Kunstler a écrit:
Rayan a écrit:
gustave a écrit:

Actuellement le droit de véto est une réalité, tes propos ne reposent sur rien qu'une vision très peu partagée (qui souhaite la suppression du véto, personne dans les pays qui comptent) et idéaliste, sans le moindre soubassement concret.

Mais les pays qui compteront demain n'ont pas le droit de véto, hormis la Chine, et demanderont donc sa suppression.
Et demain arrive très vite.

Ils demanderont d'avoir eux-même le droit de veto. Jusqu'au jour où eux l'auront, et pas nous (au mieux, on l'aura via l'UE).

Disons que ce serait stupide, cela remettrait en cause l'existence du Conseil de sécurité, parce qu'à partir du moment où on a plus de 7-8 pays de diverses zones géographiques qui ont le droit de veto, je ne vois pas trop les résolutions intéressantes qui peuvent passer, hormis des résolutions pour la sauvegarde de l'humanité...

Peu de pays peuvent y prétendre... hormis ceux qui l'ont déjà, l'Allemagne, le Japon, l'Inde et le Brésil, au maximum.

Tu réduis le trio France, Royaume-Uni et Allemagne à l'UE, ça ne fait plus beaucoup de candidats.

États-Unis, UE, BRIC, Japon. Ça fait 7, ça n'est pas inenvisageable.

Re: François Hollande, Président de la République

Hollande : "Des actions immédiates plutôt qu'un traité"

Après le discours de Toulon, François Hollande réplique à Sarkozy. Le candidat socialiste ne veut pas d'un nouveau traité européen. "Ce n’est pas l’annonce d’une machinerie qui convaincra les marchés et les citoyens".


Paru dans leJDD
François Hollande veut "être le candidat de la réconciliation et de l’apaisement". (Maxppp)

Candidat à la présidentielle, François Hollande ne néglige pas son fief corrézien. Vendredi, le président du conseil général a fait adopter son plan antidette. Samedi, il a inauguré une zone artisanale et participé à une fête de jumelage franco-allemand. Lundi, il sera à Berlin.

Qu’avez-vous pensé du discours de Toulon de Nicolas Sarkozy?

C’était le propos d’un Président en fin de mandat et d’un candidat en début de campagne, la confusion des genres est la marque de Nicolas Sarkozy. Le plus grave est ailleurs car le discours de Toulon a été un aveu d’échec et un constat d’impuissance. Après cinq années d’exercice du pouvoir, le chef de l’État en arrive à constater que les Français ont peur et ne sont plus maîtres de leur destin. Il révèle donc qu’il n’a pas été capable de donner un sens à son action et de susciter la confiance de son pays. Et que dire de son impuissance? À Toulon, il y a trois ans, il avait prétendu qu’il allait moraliser le capitalisme, soumettre les marchés et refuser l’austérité. À Toulon, jeudi, épisode II, il admet que la crise est toujours là et s’est même aggravée avec le rôle accru des agences de notation, la circulation frénétique des capitaux, la volatilité des marchés, la fragilité des États. Il en est réduit à une fuite en avant en proposant un nouveau traité européen. Sa parole s’est épuisée. À trois reprises, il a déclaré que la crise était finie : en mai 2010, après la défaillance grecque, en juillet 2011, lors de la création duFonds européen de stabilité financière et en octobre dernier, lors de l’annonce d’une dotation supplémentaire de ce fonds, y compris avec de l’argent chinois. Nous sommes en décembre et rien n’est réglé.

Le chef de l’État a attaqué la gauche sur les 35 heures, la retraite à 60 ans, que lui répondez-vous?

Nicolas Sarkozy est au pouvoir depuis dix ans, cinq ans comme ministre et cinq ans comme président, je le lui rappelle car il semble l’avoir oublié. Rien n’est jamais de sa faute, ni les déficits qui explosent, ni la dette qui est passée de 58% à 88% du PIB en une décennie, 500 milliards de plus sous son seul quinquennat ; pas d’avantage le chômage qui atteint un niveau historique, pas la croissance qui aura été la plus faible sous son mandat depuis le début de la Ve République. Bref, il s’accorde à lui-même une totale immunité et renvoie la responsabilité de son impasse du côté de ses lointains prédécesseurs ou de son possible successeur. Curieuse conception de la démocratie! Les 35 heures c’était il y a douze ans, ce régime a été modifié au moins trois fois depuis 2002 et la défiscalisation des heures supplémentaires opérée en 2007 a fini de les démanteler. Ce n’est pas ce qui reste des 35 heures, une simple durée légale pour calculer des heures supplémentaires qui explique le déficit record de notre balance commerciale : 75 milliards en 2011 (contre 150 milliards d’excédents pour l’Allemagne), c’est l’abandon de la politique industrielle et l’incohérence de la politique économique et fiscale de la droite.

Vous êtes dimanche soir à Berlin alors qu’Angela Merkel est lundi à Paris. On est obligé d’aller en Allemagne si on veut être président ?

L’histoire de la construction européenne est liée à l’efficacité du moteur franco-allemand. Faut-il encore que ce moteur fonctionne pour avancer et non pour ralentir. L’amitié franco-allemande suppose une relation équilibrée et respectueuse. Aujourd’hui, ce n’est pas tant l’Allemagne qui est forte car elle connaît aussi une dette importante que la France qui est faible car elle est mal gérée depuis cinq ans. Nicolas Sarkozy, y compris dans sa relation avec Mme Merkel, a toujours alterné le chaud et le froid. En 2007, nouvellement élu, c’est lui qui a demandé à s’exonérer des disciplines du pacte de stabilité et c’est toujours lui qui, à la fin de son mandat, vient proposer un nouveau carcan. Au congrès du SPD dont je suis l’invité d’honneur, je vais dire à nos amis allemands que nos itinéraires sont liés mais ne se réduisent pas à nos intérêts particuliers. L’Allemagne ne peut espérer faire prospérer ses intérêts commerciaux sur une Europe en récession, elle ne peut imaginer une stabilité financière sur le désordre de ses voisins. L’Europe est bien d’avantage qu’une union monétaire et même budgétaire ; elle est un projet commun, une solidarité, une aventure humaine destinée à nous rendre plus forts dans un cadre démocratique qui doit être exemplaire. De Gaulle et Adenauer incarnaient l’idée du Marché commun pour dépasser les antagonismes d’hier. Giscard et Schmidt, c’était l’Europe économique. Avec François Mitterrand et Helmut Kohl, c’était l’idée d’une Europe politique à partir d’une monnaie unique pour réussir à dépasser les craintes que faisaient naître la réunification allemande. Depuis, le projet s’est perdu et la crise de l’euro en est le révélateur. Un nouveau traité dont le but avoué serait le seul contrôle des budgets et la judiciarisation des sanctions serait voué à l’échec.


Un nouveau traité devrait-il être ratifié par référendum ?

Aujourd’hui, l’Europe a moins besoin d’un traité de plus que d’actions immédiates. J’ai à l’esprit l’expérience du Traité constitutionnel européen : des mois et des mois pour être négocié, puis pour être ratifié et autant pour être repoussé. Nous ne pouvons pas attendre. Je propose un pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance. Aujourd’hui, pour lutter contre la crise de l’euro, ce n’est pas l’annonce d’une machinerie qui convaincra les marchés et les citoyens. La confiance peut revenir rapidement et la spéculation être vaincue si la Banque centrale européenne même dans ses statuts actuels assouplit ses interventions, si le Fonds européen de stabilité financière se transforme en banque pour venir en soutien des pays les plus vulnérables, si la banque européenne d’investissement engage une politique de grands travaux et si le budget européen dispose des ressources nouvelles en mettant en place la taxe sur les transactions financières et en lançant les euro-obligations. Tout ça peut être engagé dès demain. Et même sur le contrôle de la politique budgétaire des États, une procédure existe, elle a été élaborée par la Commission européenne conjointement avec le Parlement européen. Pourquoi faudrait-il l’inclure dans un nouveau traité voire en demander la constitutionnalisation ou pire encore en demandant à la Cour de justice européenne des sanctions? Je m’y refuse.

Alain Juppé accuse les socialistes de prendre le risque de réveiller les vieux démons de la germanophobie…

Ne confondons pas les politiques des gouvernements avec les pays eux-mêmes. Mme Merkel est une conservatrice, elle défend une politique qui demain peut être remplacée par une autre car il y a des élections en Allemagne en septembre 2013. Ensuite, nous devons éviter de part et d’autre des déclarations qui pourraient donner le sentiment que nous sommes en conflit alors que nous avons des différends qu’il nous appartient de régler dans l’intérêt général de l’Europe. Évitons les phrases qui blessent mais disons-nous la vérité. Si je suis élu par les Français en mai prochain, Angela Merkel sera mon interlocutrice. J’aurai une légitimité forte donnée par le suffrage qui traduira la volonté du peuple français de construire avec l’Allemagne un partenariat équilibré dont l’objectif doit être autant la croissance et l’emploi que la nécessaire stabilité financière. Je suis pour des convergences économiques et politiques mais nos pays n’ont pas les mêmes structures démographiques, sociales et institutionnelles. Ils ne peuvent se confondre. Nicolas Sarkozy a désormais comme seule vision la copie du modèle d’outre-Rhin sauf d’ailleurs pour le nucléaire. Ce n’est pas ma démarche. Avec nos amis allemands, je ferai prévaloir l’opportunité de projets communs notamment en matière industrielle et énergétique, j’éviterai de présenter notre relation comme un directoire à deux qui exclurait les autres pays et occulterait les institutions européennes.

Le désendettement est-il la seule voie possible?

C’est une condition nécessaire dès lors que des États, dont le nôtre à travers des politiques d’allégements d’impôts inconsidérées, ont laissé les déficits dériver bien au-delà des critères de Maastricht. Le redressement des comptes publics doit être mené. Mais ce n’est pas une condition suffisante car, sans croissance, le simple ajustement budgétaire n’atteindrait aucun des résultats escomptés. Les marchés eux-mêmes n’y croient plus, ils s’inquiètent de la récession. Ma stratégie, c’est la responsabilité dans la gestion et le soutien à l’emploi et au développement économique à l’échelle européenne et nationale. Je veux engager un effort sur la recherche, l’éducation et l’investissement des entreprises. L’austérité n’est pas ma politique ; la baisse indifférenciée de tous les budgets, l’instabilité fiscale permanente – 35 taxes ont été créées depuis l’élection de Nicolas Sarkozy –, les cadeaux fiscaux aux plus privilégiés ; ce bricolage, cette improvisation, cette injustice, ça ne marche pas!

Nucléaire, suppression du droit de veto à l’ONU, élection de maires étrangers... la droite tape durement sur vous. Que répondez-vous?

La droite sait taper sur les Français surtout, mais sur moi, en l’occurrence, elle tape à côté. Le candidat sortant est toujours dans la caricature, pas seulement de lui-même mais des autres. Ma position sur le nucléaire est celle qui prépare la mutation sur vingt ans, en diminuant sa part dans la production d’électricité de 75 à 50% d’ici à 2025, en améliorant notre efficacité énergétique par la diversification de nos sources d’énergie tout en maintenant un haut niveau d’activité pour l’industrie nucléaire. Nicolas Sarkozy pense qu’il est possible de prolonger le passé alors que la responsabilité d’un chef de l’État, c’est de réussir la transition vers l’avenir. Quant au siège français à l’ONU, c’est un chiffon que la droite agite à partir de l’accord PS-EELV qui imagine à très long terme une réforme de la gouvernance mondiale. Il n’est pas question pour moi de mettre en cause le droit de veto et le siège de la France au conseil de sécurité de l’ONU. C’est clair une fois pour toutes! Cela évitera à Nicolas Sarkozy de répéter cette fable. À Toulon, il n’a parlé que des peurs pour les déplorer tout en les agitant. Ce sera sa thématique de campagne comme pour mieux prétendre que sa seule présence pourrait les conjurer. Je ne crois pas un seul instant que celui qui a tant déstabilisé les Français pourra demain les rassurer et celui qui les a divisés pendant cinq ans les rassembler. À l’inverse, je veux être le candidat de la réconciliation et de l’apaisement. C’est ainsi que je réussirai le changement!

Cécile Amar (à Tulle) - Le Journal du Dimanche
samedi 03 décembre 2011

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

95

Re: François Hollande, Président de la République

Comment peut-on s'entourer de guignols pareils ? Comment peut-on sortir ce genre d'âneries ?
J'aimerais bien savoir à combien s'élève ce "petit supplément"...

Libération a écrit:

Droit d'auteur : Aurélie Filippetti propose de mettre les étudiants à contribution

La députée de Moselle Aurélie Filippetti est en charge de la culture dans l'équipe de campagne du candidat Hollande. (AFP / Nathalie Magniez)

Tout le monde réclamait un peu de clarté sur la position de François Hollande vis-à-vis d'Hadopi? La député de Moselle Aurélie Filippetti, en charge de la culture durant la campagne, a donné quelques éléments lundi lors d'un colloque, résumés mardi matin dans La Tribune: "Hadopi a eu des vertus. Cela a permis de parler du droit d'auteur et de faire la pédagogie. Mais cela n'a pas amélioré la rémunération des créateurs." Promis, pour éviter "d'opposer le public et les artistes", il faudra sortir du volet répressif avec coupure d'accès au Net de la loi Hadopi. En revanche, elle suggère déjà de compléter le volet "rémunération des artistes" par des taxes sur les entreprises de technologies (classique) mais envisage aussi -et ça c'est nouveau- un "petit supplément" pour les étudiants, payé au moment de leur inscription à l'université.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: François Hollande, Président de la République

Il y a beaucoup de guignols au PS, je désespère que quelqu'un n'y fasse vraiment le ménage...

Cours d'économie Prep ENA
https://analysecoblog.wordpress.com/

Re: François Hollande, Président de la République

Rayan a écrit:

Il y a beaucoup de guignols au PS, je désespère que quelqu'un n'y fasse vraiment le ménage...

Entre ça, et les lettres "confidentielles" de Montebourg à Aubry livrées à la presse, les négociations extravagantes avec EELV, Hollande n'est pas aidé...

"L'islam n'est pas une idéologie" Broz

Re: François Hollande, Président de la République

Heureusement des mesures fortes sont en préparation:
http://www.lemonde.fr/politique/article … 23448.html
73 députés PS veulent simplifier le changement d'état civil des transsexuels
Sans nul doute un sujet aussi important que le madame/mademoiselle...

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."

Re: François Hollande, Président de la République

Donc quoi, tant qu'on a pas résolu le chômage et la pauvreté et la crise bancaire et tout et tout on ne peut pas prendre 25 minutes pour tous lever la main et faire passer de manière bien unanime une loi contenant un ou deux articles qui faciliterait la vie des gens souhaitant changer d'état civil ?

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: François Hollande, Président de la République

25 minutes? ne te fais pas plus naïf que tu ne l'es!

"Si le peuple pense mal, changeons le peuple..."