901

Re: François Hollande, Président de la République

Greg a écrit:

Peut-être justement que quelques esprits aiguisés lui ont fait savoir que ça commençait justement à faire beaucoup de chrysanthèmes.

Peut-être, mais les chrysanthèmes de la Somme sont pour le coup inévitables.

A part ça, une autre idée géniale de Flanby. Je me permets de reprendre le commentaire de Laurent Bouvet à ce sujet, qui dit tout.

Bouvet a écrit:

Oh mais en voilà une bonne idée, réfléchie, murie, pensée, pesée, discutée...

Mais alors... mais alors... Est-ce que le président sera responsable, comme tout exécutif dans les régimes parlementaires, devant l'Assemblée nationale (qu'il ne pourra plus dissoudre évidemment...)?

Ou bien alors, s'il n'est pas responsable devant la représentation nationale, comme dans le cas d'un (vrai) régime présidentiel (i.e. de stricte séparation des pouvoirs exécutif et législatif), alors non seulement il ne pourra plus dissoudre l'AN mais surtout il faudra très fortement renforcer le pouvoir du Parlement (comme aux Etats-Unis quoi). Ce qui conduira à la cohabitation puissance 10.

Au lieu de "songer" à jouer les apprentis-sorciers avec les institutions, pourquoi ne pas être président de la Vème République, tout simplement ? Il est temps, non ?

Le Lab a écrit:

François Hollande songe à supprimer le poste de Premier ministre car "tout remonte au président"

100% PRÉSIDENT - C'est l'une de ces idées qui viennent régulièrement agiter le débat politique français. Proposer de supprimer la fonction de Premier ministre, ce n'est pas nouveau. Mais que cela vienne du président de la République en exercice, c'est moins fréquent.

Or c'est bien du côté de François Hollande que surgit de nouveau ce serpent de mer, mardi 7 juin. Selon les informations d'Europe 1, le chef de l'État souhaite en effet en finir avec la figure du chef du gouvernement dans les institutions françaises.

"Réformer sous le quinquennat, c'est long, et c'est double", fait ainsi valoir François Hollande dans des propos rapportés par Europe 1. Comprendre : entre l'Élysée, Matignon, l'Assemblée nationale et le Sénat, tout cela prend du temps. Trop de temps. Autant, alors, faire sauter une étape. Surtout que de toutes les manières, c'est au président qu'il revient de tout arbitrer, explique encore Hollande en privé, toujours selon Europe 1 :

    Tout remonte au président.

N'estime-t-il pas d'ailleurs qu'en tant que président, il "joue à tous les postes" à la fois ? Pour clarifier tout cela, il souhaiterait donc proposer une réforme des institutions de la Ve République à l'occasion de la prochaine présidentielle. Outre la disparition du "PM", celle-ci conduirait à la transformation du Sénat en une "assemblée des collectivités locales", selon Europe 1, l'Assemblée nationale devenant la seule à voter la loi.

Ce qui reviendrait à entériner l'existence d'un régime purement présidentiel. Pourtant, ces derniers temps, François Hollande semblait trouver bien utile la présence d'un Premier ministre à ses côtés. La dualité du pouvoir exécutif lui permettait une répartition des rôles très évidente : à Manuel Valls la tâche de monter au front sur la loi Travail et les conflits sociaux, à lui le loisir de disserter histoire et philosophie sur France Culture ou football sur France Inter...


Ces derniers mois, Nathalie Kosciusko-Morizet (candidate à la primaire de la droite) comme Claude Bartolone (président PS de l'Assemblée nationale) ou encore Karine Berger (députée PS) avaient eux aussi proposé la suppression du Premier ministre. NKM, notamment, semblait sur la même longueur d'ondes que François Hollande :


    Avec le temps, notre régime s'est présidentialisé. Autant en prendre acte en supprimant la fonction de Premier ministre. Le président de la République deviendrait ainsi le chef du gouvernement, avec une équipe resserrée de dix grands ministres.

En 2007 déjà, l'idée avait été formulée par un membre de l'exécutif. Il s'agissait de François Fillon, alors lui-même locataire de Matignon. Il disait alors :


    La logique des institutions que je souhaite, si on la pousse jusqu'au bout, c'est le vrai régime présidentiel. On [aurait] un président de la République qui dirige le gouvernement lui-même mais en face on [aurait] une Assemblée beaucoup plus puissante, beaucoup plus forte qui ne [pourrait] pas être dissoute par le président de la République.

Selon celui que Nicolas Sarkozy qualifiait de "collaborateur", la France n'était toutefois pas encore "prête à accepter un système comme celui-là". Il prônait, dans un premier temps, un passage "vers un régime plus présidentiel, avec un Premier ministre qui reste le coordinateur du gouvernement". L'heure est-elle venue ?

http://lelab.europe1.fr/francois-hollan … nt-2765395

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

902

Re: François Hollande, Président de la République

Tiens d'ailleurs en parlant de réforme des institutions, j'ai vu que Montebourg avait récemment pondu un entretien réclamant une VIe République et tout et tout.
Ca m'a fait penser que c'était déjà la même chose quand j'étais en première année à Sciences Po Lille, il y a plus de dix ans. Montebourg et sa VIe République. Pouh, ça ne nous rajeunit pas.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

903

Re: François Hollande, Président de la République

Bah, l'appel à la VIème République, c’est un lieu commun depuis des lustres. Déjà en 1995 avec Le Pen père, avant que Montebourde et Merluchon (et sans doute d'autres) ne s'en emparent.
Il a aussi souhaité remplacer les sénateurs par des citoyens tirés au sort. La politique vue comme une loterie, c'est cool et festif.

http://www.lexpress.fr/actualite/politi … 00068.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

904

Re: François Hollande, Président de la République

Greg a écrit:

Peut-être justement que quelques esprits aiguisés lui ont fait savoir que ça commençait justement à faire beaucoup de chrysanthèmes.

Ils n'ont pas dû être entendus. Ou alors juste pour le centenaire de la bataille de la Somme. Cherchez l'erreur.

Le Point a écrit:

Coignard - Hollande : le président chrysanthèmes
Plus les tensions sociales montent, plus les casseurs se déchaînent, plus François Hollande se conduit comme s'il présidait la IVe République.

C'était en septembre 1965. Le général de Gaulle, lors d'une conférence de presse à l'Élysée, prononçait une phrase qui a connu un grand avenir : « Qui a jamais cru que le général de Gaulle, étant appelé à la barre, devrait se contenter d'inaugurer les chrysanthèmes ? »

Les chrysanthèmes, c'était bon pour ses prédécesseurs, ceux de la IVe République. Comme ce n'est pas la saison de ces fleurs automnales, François Hollande trouve d'autres occupations tout aussi futiles pour ne surtout pas s'occuper de l'état de la France, des manifestations qui dégénèrent, de casseurs qui détruisent jusqu'aux hôpitaux. Non, puisque « ça va mieux », il peut se livrer à des tâches d'ordre secondaire.

Lundi 13 juin, donc, il est à Colombey-les-Deux-Églises, dans une séquence gaullienne. Il se rend sur la tombe du Général, y dépose une gerbe, visite longuement La Boisserie, avant de se rendre devant la croix de Lorraine. Tout cela, évidemment, est mis en scène, photographié, filmé. Aucune ficelle ne semble assez grosse pour rebuter le service de communication de l'Élysée.

Mardi 14 juin, journée de grève « énorme », il trouve le temps d'une causerie pour l'ouverture des journées internationales des autorités anticorruption.
Inaugurateur de salles d'attente !

Le mercredi, c'est encore plus cocasse ou tragique, selon l'humeur. Il reçoit le Premier ministre de Finlande. Terrible hasard du calendrier, les syndicats de ce pays ont signé, la veille, sans un jet de pavé, un accord pour travailler plus sans gagner plus. Il s'entretient ensuite avec l'ancien ministre communiste Jean-Claude Gayssot, assurément une priorité, avant d'aller au stade pour regarder le foot.

Hier jeudi, il s'envole pour Annecy, où se tient le marché international du film d'animation. Pendant ce temps, à l'hôpital Necker et ailleurs, on répare les dégâts.

Et ce vendredi, c'est le sommet de sa semaine : il inaugure les nouveaux espaces d'accueil du château de Versailles. Il est vrai que sa ministre du Travail, elle, reçoit Philippe Martinez…

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/s … 5_2134.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

905

Re: François Hollande, Président de la République

Le gouvernement menace d’interdire les prochaines manifestations contre la loi Travail.
Pour rappel, voilà ce que disait Flanby en mars 2012 :

http://www.lepoint.fr/video/hollande-en … 04_738.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

906

Re: François Hollande, Président de la République

En 2012, il n'y avait pas des hordes de casseurs qui dévastaient des quartiers entiers, il n'y avait pas d'euro avec ses hordes de hooligans "abiérés", et il n'y avait pas non encore de menace terroriste clairement identifiée (il y a eu Merah mais c'était sur la toute fin de mandat et encore on a mis quelques jours avant de comprendre qu'il s'agissait d'un terroriste autonome).

Et le gouvernement n'a pas encore interdit la manifestation ; il a a demandé aux organsiation une manifestation statique, ce qui en soi, ne change pas grand chose en terme de possibilité pour les opposants à cette loi de faire entendre leur voix...

A moins qu'ils estiment qu'ils ne peuvent pas le faire sans casseurs... Et quand on voit les CGTistes littéralement "charger" les CRS, on se dit que ce n'est peut-être pas si impossible.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

907

Re: François Hollande, Président de la République

Hahahaha ! Non mais il y avait bien un hypocrite qui a dit tout et son contraire pour se faire élire et qui le paye très cher. Et pas seulement lui d'ailleurs.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: François Hollande, Président de la République

Greg a écrit:

En 2012, il n'y avait pas des hordes de casseurs qui dévastaient des quartiers entiers, il n'y avait pas d'euro avec ses hordes de hooligans "abiérés", et il n'y avait pas non encore de menace terroriste clairement identifiée (il y a eu Merah mais c'était sur la toute fin de mandat et encore on a mis quelques jours avant de comprendre qu'il s'agissait d'un terroriste autonome).

hahaha les huns sont aux portes de Paris. Plus sérieusement il y a lieu de se demander pourquoi nous avons autant de mal en France à assurer le maintien de l'ordre dans certains grands événements, là où nos voisins s'en tirent sensiblement mieux que nous. Je ne crois pas que la violence soit une spécificité française. En tout état de cause, l'interdiction de manifester est un choix juridique particulièrement risqué et qui pourrait vraiment ne pas plaire au Conseil d'Etat. Remarque ça laissera toujours la possibilité à Valls de se défausser sur le juge administratif et de dire que ce n'était pas sa faute.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

909

Re: François Hollande, Président de la République

Tout est normal... (oh tiens un jeu de mots sans faire exprès) :

Le Figaro a écrit:

Le coiffeur de Hollande gagne près de 10.000 euros par mois

Par Le Scan politique Mis à jour le 12/07/2016 à 19:35 Publié le 12/07/2016 à 18:58


LE SCAN POLITIQUE -Le Canard enchaîné publie le contrat du coiffeur personnel du chef de l'État, qui perçoit 9895 euros brut par mois, depuis 2012.

C'est un contrat de cinq ans qui devrait s'avérer juteux pour son titulaire. Depuis 2012, le coiffeur personnel de François Hollande est rémunéré 9895 euros brut par mois, comme indiqué dans son contrat d'engagement que publie ce mercredi Le Canard enchaîné. Soit 5000 euros de moins - seulement - que l'indemnité mensuelle de François Hollande lui-même. Ces émoluments s'accompagnent «d'éventuelles ‘indemnités de résidence' et autres ‘avantages familiaux'», ajoute l'hebdomadaire.

Selon Le Canard enchaîné, le contrat de travail, signé de la main de l'ex-directrice de cabinet de François Hollande Sylvie Hubac, a été produit par le coiffeur présidentiel dans l'affaire qui l'oppose à Closer. Le journal avait consacré un article à sa rémunération sur la foi des informations parues dans le livre Elysée Off, des journalistes Aziz Zemmouri et Stephanie Marteau.
«Il est à la disposition du président 24 heures sur 24»

Pour justifier la rémunération de son client, l'avocate Sarah Levy invoque une importante charge de travail. «Il est à la disposition du président 24 heures sur 24, il ne se fait jamais remplacer par des extras. Il a raté la naissance de ses enfants, leurs bras cassés, leurs opérations...», explique-t-elle, citée par Le Canard enchaîné.

Même son de cloche du côté de l'Élysée, également contacté par l'hebdomadaire satirique: «Il commence très tôt sa journée de travail, avec une grande amplitude horaire: il recoiffe le président tous les matins et autant de fois que nécessaire, à chaque prise de parole publique», week-ends compris. Le coiffeur accompagne également le chef de l'État dans ses déplacements officiels.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … r-mois.php

Je veux bien que le type ait un emploi du temps présidentiel mais vu la coupe de François Hollande, y a quand même des limites non ?

Last edited by Arken (12-07-2016 20:26:01)

910

Re: François Hollande, Président de la République

Quand je serai Président, je serai chauve. C'est une promesse de campagne.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

911

Re: François Hollande, Président de la République

La seule fantaisie que je me permettrais, c'est une peau de chamois.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

912

Re: François Hollande, Président de la République

Moi, j'aimerais bien connaître le salaire de son nutritionniste...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

913

Re: François Hollande, Président de la République

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/13731737_10154386006431542_3400357932053159285_n.jpg?oh=3de167e6a568626e80bb577ee1678187&oe=5820C9FD

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

914

Re: François Hollande, Président de la République

Dommage. Le flan pensait monter dans les sondages après l'attentat de Nice. Raté.

Le Figaro a écrit:

Présidentielle 2017 : la candidature de Hollande ne va plus de soi

Le dernier attentat à Nice a encore fragilisé le président. En privé, certains proches doutent de sa candidature.

Le voilà fixé. François Hollande a étudié de près les deux enquêtes publiées ce week-end, les premières effectuées après l'attentat de Nice. Le résultat est sans appel: sa courbe de popularité reste à un niveau historiquement bas, avec 19 % d'opinions positives, soit 1 point seulement gagné en un mois, selon un sondage BVA pour Orange et i-Télé, publié samedi. Une autre enquête (Ifop pour le JDD), publiée dimanche, enregistre une hausse de 3 points en juillet: le chef de l'État se retrouve avec 17 % de satisfaits et 82 % de mécontents. Après les attentats de janvier et de novembre 2015, sa courbe de popularité avait fait un bond de 12 points après Charlie et de 7 points après le 13 novembre, selon le même baromètre Ifop pour le JDD. D'autres enquêtes avaient même mesuré une hausse historique de 22 points après les attentats du 13 novembre.

http://www.lefigaro.fr/politique/2016/0 … senter.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

915

Re: François Hollande, Président de la République

Où l'on voit (mais on le savait déjà) que la seule préoccupation de Flanby est de laisser une trace dans l'histoire (qui sera minable), qu'il se délecte de la rivalité entre Manolo et Micron, qu’il se plante complètement quand il dit qu'un président n'est pas élu sur son bilan et notamment ses résultats concernant le chômage, qu'il se sentira libéré s'il n'est pas réélu (imaginez De Gaulle dire ça, tiens), qu'il se plaint de la difficulté de sa tâche sans aucune pudeur (qu'il aille donc dire ça aux smicards aux fins de mois difficiles) et qu'il pense être "le président d"'une belle France" alors qu'elle ne s'est jamais plus mal portée que sous son mandat catastrophique et que la majorité des Français attend juste patiemment qu'il dégage définitivement en 2017.
Petit homme pathétique.

Le Figaro a écrit:

Hollande se livre : «C'est dur, plus dur que ce que j'avais imaginé»

LE SCAN POLITIQUE - Depuis 2012, le chef de l'État s'est entretenu à 32 reprises avec deux journalistes qui publient un livre rassemblant l'ensemble de ses confidences. Le bilan du quinquennat, Valls, Macron, Sarkozy, 2017... Tout y passe.

Rarement un chef de l'État encore en exercice ne s'était autant confié sur sa propre action. Depuis son arrivée à l'Élysée, François Hollande, dont l'appétence pour la presse est connue, a reçu à 32 reprises les journalistes Antonin André et Karim Rissouli, qui publient cette semaine Conversations privées avec le président (Éditions Albin Michel). Des extraits sont publiés dans Le Point. Tous les sujets y passent.

? La difficulté de la tâche

«C'est dur, bien sûr que c'est dur. C'est beaucoup plus dur que ce que j'avais imaginé», n'hésite pas à admettre François Hollande. «J'ai été élu mais dans le regard de beaucoup de Français, je ne l'étais pas devenu», complète-t-il avant d'estimer que c'est après les attentats de janvier 2015 qu'il est «devenu le président dans le regard de beaucoup de gens». «J'ai appris, dans ce moment, sur le fonctionnement du gouvernement», raconte le chef de l'État. Aujourd'hui, dit-il, «je suis regardé comme le président d'une belle France».

? La postérité

François Hollande est attentif à ne pas être oublié par l'histoire. «Le drame, c'est quand vous laissez la place et que vos traces sur le sable s'effacent d'elles-mêmes» «Moi j'ai réglé cette question: le Mali, la réponse aux attentats de janvier, le mariage pour tous, la loi Macron... Une fois qu'on a réglé cette question, on peut tout faire pour poursuivre», ajoute-t-il.

? Le chômage: «Je n'ai pas eu de bol»

C'est l'une de ses promesses qu'il a peiné à réaliser. La fameuse inversion de la courbe du chômage, à laquelle une nouvelle candidature est conditionnée, a été son boulet. «L'erreur c'est d'avoir fixé l'échéance “avant la fin de l'année” comme point d'arrivée». «J'ai fait cette annonce de l'inversion de la courbe du chômage parce que je croyais encore que la croissance serait de 0,7/0,8. Elle sera finalement de 0,1 ou 0,2. Puis j'ai répété cet engagement lors des vœux le 31 décembre 2012. J'ai eu tort», analyse le président. À l'image d'un joueur de poker, il lâche: «Je n'ai pas eu de bol! En même temps, j'aurais pu gagner. Mais ça n'aurait rien changé parce que les gens sont lucides, ils savent que ce n'est pas sur un mois que ça se joue». Aujourd'hui, il tente de se rassurer: «On n'élit pas un président sur “il a fait un peu plus ou un peu moins de chômage”».

? Manuel Valls, «victime de sa communication»

«Franchement, Valls aura démontré, quel que soit le résultat de la présidentielle, qu'il a été à la hauteur pendant trois ans». François Hollande ne regrette pas de l'avoir nommé à Matignon. Toutefois, il remarque un faux pas de son premier ministre sur la loi travail. «Le passage en force (via l'article 49-3, NDLR) ce n'est pas ma méthode. C'est celle de Manuel Valls qui souligne qu'il “tiendra bon”. C'est l'erreur majeure de communication, qui crée le désordre. “S'ils veulent passer ainsi, c'est qu'il y a un mauvais coup”, c'est en substance ce que les parlementaires de la majorité redoutent. Manuel Valls ne s'est pas rendu service en faisant cela, il s'est contraint à jouer la concertation. Il est victime de sa communication», tance le président de la République.

Pour lui, Manuel Valls fait une erreur quand il «pense que le débat est entre deux gauches». «Il n'y a pas eu de communication à l'égard des Français, il y a eu une communication d'une partie de la gauche contre une autre partie de la gauche. Pour résumer: Manuel Valls contre Martine Aubry. Ça ne permet pas d'éclairer ce que l'on fait», se désole François Hollande.

? Les avertissements à Macron

La rivalité entre le ministre de l'Économie et le premier ministre est connue. Pour François Hollande «ils ne sont pas concurrents contrairement à ce que certains peuvent penser». Valls, dit-il, «est celui qui a la plus grande expérience politique». «Je ne sais pas ce que seront leurs vies dans les prochaines années, mais ils ne seront pas sur le même espace», estime-t-il. Son ministre, il le présente comme «un garçon gentil», «simple», «de gauche», «qui a accepté de diviser son salaire par dix en venant travailler à l'Élysée avec moi». Il s'agace toutefois de certaines sorties médiatiques d'Emmanuel Macron. Notamment lorsque celui-ci a dit ne pas être «l'obligé» du président. «Cette interview au Dauphiné libéré, ça ne va pas», lui a-t-il dit. «Concernant ses propos répétés sur les “erreurs du début du quinquennat”, le côté “on n'a pas été assez loin”, là aussi il doit faire attention (...) Dans une bataille qui s'ouvre si on met davantage l'accent sur les regrets et les erreurs que sur les audaces et les réussites, vous ne pouvez pas tenir, vous donnez des arguments à l'opposition», corrige François Hollande.

? Une pièce sur Sarkozy

Le président de la République s'intéresse de près à la primaire à droite. Et il parie sur Nicolas Sarkozy: «Je ne vois pas bien comment ils pourront l'en empêcher». «Ce que les Français attendent, c'est du neuf. Du neuf avec des vieux, pourquoi pas? C'est ce qu'espère Juppé», moque-t-il.

? 2017: une candidature pour gagner

Lorsqu'il parle de la présidentielle, François Hollande s'imagine sur la ligne de départ. «Je ne ferai pas de choix de candidature si, d'évidence, elle ne pouvait pas se traduire par une possibilité de victoire», dit-il modestement. Mais il semble certain de son coup, notamment quand il parle de Nicolas Sarkozy: «Est-ce que c'est le meilleur scénario pour moi? Il a plus de qualités que les autres, il a plus de défauts aussi». S'il échoue à être réélu, il jure que «ça ne sera pas un drame si ça s'arrête». «C'est vrai que ça pourrait être une sorte de libération de ne plus être là...»

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … magine.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

916

Re: François Hollande, Président de la République

FDL a écrit:

et qu'il pense être "le président d"'une belle France" alors qu'elle ne s'est jamais plus mal portée que sous son mandat catastrophique

Dirais-tu que la France vit les heures les plus sombres de son histoire ?

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

917

Re: François Hollande, Président de la République

Non, les heures les plus sombres, c'était en 1348.
Elle vit juste des heures sombres.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

918

Re: François Hollande, Président de la République

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/13962733_1232754573410695_9142133300277361294_n.jpg?oh=4bc96f11f43eeac4342f5a5cc418aa1e&oe=5812360F

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

919

Re: François Hollande, Président de la République

D'autres extraits ici. J'hésite entre débile profond et sale type hallucinant de puanteur (nauséabond, quoi). Je crois qu'il est les deux.

Les Inrocks a écrit:

Macron, Valls, Bolloré, Trierweiler : les sidérantes confessions de François Hollande

Pendant quatre ans, entre 2012 et 2016, les deux journalistes Antonin André et Karim Rissouli se sont entretenus avec le Président français. Il en ressort un livre rempli de confessions politiques et privées, où François Hollande passe en revue son quinquennat, Trierweiler, la rivalité Valls/Macron, Sarkozy, et sa candidature en 2017.

“C’est dur, bien sûr que c’est dur. C’est beaucoup plus dur que ce que j’avais imaginé” lance François Hollande le 16 novembre 2013, à Antonin André, chef du service politique d’Europe 1 et Karim Rissouli, nouvel animateur de l’émission politique de France 5. Cette citation ouvre le livre écrit à quatre mains par les deux journalistes politiques, Conversations privées avec le Président, et résume bien leur proximité avec le Président de la République. Retour sur les confessions les plus frappantes de l’ouvrage.

Trierweiler et la presse

L’ouvrage d’Antonin André et Karim Rissouli s’ouvre sur les quelques scandales qui ont émaillé le quinquennat de François Hollande, et offre un envers du décor saisissant. Ils reviennent notamment sur le scandale provoqué par la publication du livre confession de Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment.

Quand son ancienne compagne est encore présente à ses côtés, Hollande se montre par ailleurs plutôt bienveillant à son égard, notant qu’“elle n’était pas du préparée à ça. En politique on est préparé à tout, aux mensonges, aux caricatures, aux trahisons. Mais vous, journalistes, vous n’êtes pas préparés” (p269). Après la publication du livre de Valérie Trierweiler, le ton change :

    “Ce jour-là, je reviens de Clichy. Valérie m’appelle et me dit : “Voilà je sors un livre” (…) Donc dans Paris Match paraissent les extrais sur l’intimité, ce qui est violent. Cela peut ne pas être violent pour ceux qui aiment raconter leur vie. Mais pour moi qui n’ai pas ce genre de rapport, d’inclination à l’exhibition, oui ça m’atteint. (…) Sans faire de la psychologie, je pense que c’est elle qui a un complexe social vis-à-vis de moi. Je ne l’avais pas mesuré

François Hollande condamne également l’emballement de la presse au moment de la parution du livre, ou lorsque que ses photos volées apparaissent en une de Closer. Il dénonce la disparition de la vie privée autant pour le Président que pour les individus lambdas.

    “Je ne m’attendais pas à un état de grâce, mais là j’ai eu un état de glace, confie le Président. Aucune indulgence comme il en existe normalement dans les périodes d’alternance. (…) Je crois que le système médiatique est tel aujourd’hui que ce qui était possible il y a quelques années, c’est-à-dire le contrôle assez précis des textes, des décisions à pendre, est devenu impossible”

Le Président face aux attentats

Les attentats de Charlie Hebdo et du 13 novembre, la prise d’otage de l’hyper-cacher, autant d’événements délicats à gérer où François Hollande semble être ressorti plus fort. C’est du moins ce qu’il raconte dans le livre :

    “Là, j’ai montré que le pays était dirigé. Dirigé par moi. Le pays est tenu. Il y a eu un moment où tout aurait pu basculer dans la rancoeur, la haine. Ca n’a pas été le cas. La France s’est découverte elle-même, elle a montré qu’elle avait confiance en elle, notamment à travers la reconnaissance internationale de ce que le pays représente et de ce que son président représente. Je suis regardé comme le président d’une belle France.”

La courbe du chômage

François Hollande fait parfois preuve d’un certain sens d’humour dans Conversations privées avec le Président. C’est notamment le cas lorsqu’il revient sur son annonce, avec le ministre du Travail de l’époque Michel Sapin, d’inverser la courbe du chômage :

    “J’ai fait cette annonce de l’inversion de la courbe du chômage parce que je croyais encore que la croissance serait de 0.7, 0.8, elle sera finalement de 0.1 ou de 0.2. Puis je répète cet engagement lors des vœux le 31 décembre 2012. J’ai eu tort! Je n’ai pas eu de bol! En même temps, j’aurais pu gagner. (…) Rétrospectivement, je suis tout à fait reconnaissant, non seulement à Sapin mais aussi à moi-même, d’avoir fixé cet objectif parce que ça a permis de mobiliser. (…) Je revendique cette méthode. Même si elle est coûteuse politiquement, elle est socialement et peut-être même économiquement bénéfique”

Valls et Macron

Le Premier ministre et le ministre de l’Economie sont souvent cités par François Hollande et certains chapitres sont entièrement consacrés à la relation qui les lie au Président de la République. Ce dernier balaie par ailleurs la concurrence supposée des deux hommes  :

    “Contrairement à ce que certains peuvent penser, Manuel lui-même peut le croire, ils ne sont pas concurrents. Je ne sais pas ce que seront leurs vies dans les prochaines années, mais ils ne sont pas sur le même espace”

Le chef de l’Etat loue plusieurs fois le talent politique de Manuel Valls, un homme “loyal” selon lui, et à ne pas sous-estimer : “Dans cette génération, Valls est celui qui a la plus grande expérience politique.  il a une identité ‘’républicaine’’, au sens chevènementiste. C’est un social-républicain plus qu’un social-libéral.” Il se permet cependant de le critiquer au moment des débats sur le la loi travail, comme le Premier ministre “pense que le débat est entre les deux gauches” et non que le débat “est avec le pays”.

Quant à Macron, les deux journalistes le présentent comme une personne “efficace” et “fidèle” quand il est le conseiller du Président, mais qui souhaite très vite s’émanciper et aller plus loin que le ministère de l’Economie. Hollande lui réitère sa confiance, même après que le jeune ministre a lancé son mouvement En Marche!, et analyse sa popularité :

    “Il est populaire parce qu’il a lui même un talent qui s’entend. Ce qu’il dit également est intéressant. Mais il est populaire surtout parce qu’il n’est pas politique (…) par qu’il est nouveau (…) parce que justement il transgresse un certain nombre de clivages ou de règles de la vie politique”

Il ajoute cependant qu’Emmanuel est “ailleurs” : “Mais c’est un ailleurs déjà très occupé, par Bayrou, par Marine Le Pen” et en profite pour le recadrer légèrement : “J’attends de lui qu’il soit davantage ministre de l’Economie”.

Bolloré

Étrangement, Vincent Bolloré est un sujet qu’aborde assez librement François Hollande auprès d’Antonin André et Karim Rissouli. Le chef de l’Etat annonce ainsi avoir reçu le magnat de l’immobilier pour discuter des droits de retransmission du festival de Cannes. Il dépeint le nouveau patron de Canal+ comme “un pirate”:

    “Je pense qu’il faut se méfier de Bolloré. Mais pas simplement politiquement. Ceux qui ne s’en sont pas méfiés sont morts. C’est un pirate. Et c’était vrai ce qui a été dit sur les animateurs. Quand Bolloré est venu me voir, il m’a dit “On va reprendre le Grand Journal, Les Guignols ça deviendra une émission internationale.” Puis il me dit qu’il va faire venir une nouvelle génération de comiques : Dany Boon et Arthur ! Comme il a un physique plutôt moderne, Bolloré, plutôt beau garçon, on ne le voit pas venir mais c’est un catho intégriste en réalité !”

Sarkozy et 2017

Nicolas Sarkozy, l’ennemi juré de François Hollande, occupe une part importante de l’ouvrage. Il y apparaît par touches, furtivement lorsqu’il est reçu par le Président après les attentats, ou plus longuement dans des attaques assez violentes.

Le chef de l’Etat critique ainsi l’inconstance de Sarkozy : “Il n’a pas de colonne vertébrale, donc il peut aller de tous les côtés. Sarkozy président de la République, il commence sur une ligne et finit sur une autre”, ou sa défaite amère en 2012 :

    “Sarkozy est obsédé par la présidentielle. Je pense qu’il n’a pas digéré le débat du second tour et l’humiliation. Il est dans un troisième tour. Dans l’idée que l’élection ne s’est pas faite comme elle aurait dû. Au lieu de préparer 2017, il refait 2012 ! Contre Marine Le Pen et contre moi !”

François Hollande pressent pourtant le scénario de 2012 se répéter en 2017 : “Je pense que s’il ne lui arrive rien, c’est lui que j’affronterai. Je ne vois pas bien comment ils pourront l’en empêcher”. La prochaine élection présidentielle, c’est aussi un sujet qui revient régulièrement au cours des différents entretiens. L’ancien maire de Tulle y pense : “Je ne ferai pas de choix de candidature si, d’évidence, elle ne pouvait pas se traduire par une possibilité de victoire” . Ne pas se représenter pourrait d’ailleurs représenter “une sorte de libération”.

Le Président dresse en tout cas un bilan positif de son mandat, qui lui permettrait de se représenter. Il conclut ainsi :

    “Ce qui est terrible, c’est de faire un mandat présidentiel dont il ne reste rien (…) Se dire : ”J’étais là, j’ai occupé la fonction. Mais qu’est-ce que l’Histoire retiendra ?” Moi j’ai réglé cette question : le Mali, la réponse aux attentats de janvier, le mariage pour tous, la loi Macron… Une fois qu’on a réglé cette question, on peut tout faire pour poursuivre mais en même temps ce n’est pas un drame si ça s’arrête.”

http://www.lesinrocks.com/2016/08/19/ac … -11859497/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

920

Re: François Hollande, Président de la République

"Mais j'étais juste allé faire pipi gnééééééhhééééé."

RTL a écrit:

François Hollande a-t-il divulgué des documents classés "secret-défense" ?
Des journalistes du "Monde" racontent dans un livre comment ils ont eu accès à des documents représentant un plan des frappes aériennes en Syrie.

François Hollande dans une situation embarrassante. Le chef de l'État aurait permis à des journalistes du Monde d'accéder à des documents classés confidentiel défense. Il s'agit notamment des frappes françaises en Syrie. Personne n'explique la fuite de ce document. Sachant que seul le président, le premier ministre et les plus hautes autorités militaires y ont accès.

Le document en question publié par Le Monde a un tampon "confidentiel défense", c''est-à-dire que c'est le plus bas niveau dans la classification des documents secrets, au-dessus il y a le secret défense et le "très secret défense". Mais il s'agit d'un plan de frappes aériennes en Syrie. À l'Élysée, on dédramatise : tout ce qu'il y a dans ce document avait déjà été raconté dans la presse.

Pénalement, la transmission de ce genre de documents peut entraîner des amendes de 100.000 euros ou des peines de prison allant jusqu'à 7 ans. Dans leur récit, les deux journalistes racontent la scène à l'Élysée où François Hollande manipule plusieurs papiers dont certains classés "confidentiel défense". Mais à aucun moment, il est écrit de façon claire que François Hollande, lui-même, a laissé les journalistes quitter l'Élysée avec des copies.

http://www.rtl.fr/actu/politique/franco … 7784595854

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

921

Re: François Hollande, Président de la République

Flanby, un très grand démocrate.

Flanby a écrit:

Si on regarde l'expérience ici ou ailleurs des référendums pour dire finalement : "on a répondu, mais ce n’est pas vraiment ce qu’on avait compris" ; et que ceux-là mêmes qui appellent à voter pour une direction, qui finit par être choisie, n’ont de cesse que de s’enfuir pour ne pas en tirer les conséquences pour eux-mêmes, épargnons-nous ce simulacre.

http://www.lemonde.fr/election-presiden … 54003.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

922

Re: François Hollande, Président de la République

S'il a vraiment dit ça, ce gros flan est au-delà de l'abject.

Valeurs actuelles a écrit:

Les attentats, la seule fois où j'ai eu la paix.

http://www.valeursactuelles.com/politiq … paix-64867

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

923

Re: François Hollande, Président de la République

Du Flanby pur sucre. On ne s'étonne même plus devant tant d'inconscience et d'amateurisme. Il aura été nul jusqu'au bout, décidément.

Le JDD a écrit:

11-Septembre : l'hommage de Hollande passe mal outre-Atlantique

Dans un post Facebook posté à l'occasion du 11 septembre, François Hollande rendait hommage aux victimes du terrorisme. Mais le président français y dénonçait aussi "les réponses que l’administration américaine a apportées à ces attaques". Des propos critiqués aux Etats-Unis.

Le 11 septembre, sur son compte Facebook, François Hollande publiait un hommage aux victimes du terrorisme. "Face au terrorisme, la démocratie triomphera car la liberté est une force que rien n’arrête, dès lors que les peuples ne cèdent jamais à la peur, qu’ils sont unis et solidaires", écrivait notamment le Président. Mais c'est un autre passage, qui a suscité des réactions outre-Atlantique, comme l'a noté mardi Courrier international.

Dans son texte, le chef de l'Etat français critique les décisions prises à l'époque par le président George Bush, sans le nommer directement. "Les réponses que l’administration américaine a apportées à ces attaques planifiées de l’intérieur et exécutées de façon méthodique, loin d’éradiquer la menace, l’ont élargie à un plus vaste espace. Et notamment en Irak", commence François Hollande. Avant d'ajouter : "Et si la France, avec Jacques Chirac, a refusé légitimement de se joindre à l’intervention, et l’a même condamnée, elle n’en a pas moins été victime des conséquences du chaos qu’elle a engendré."
"Le prix du plus mauvais commentaire de la semaine"

Pour ces propos, le New York Post lui a donné lundi "le prix du plus mauvais commentaire de la semaine". "Peu importe que l'Irak, la Syrie et la Libye étaient en paix quand Bush a quitté ses fonctions, avec la menace terroriste en baisse. Mettez de côté aussi, le rôle de la politique française dans la construction de la menace actuelle", écrit le quotidien américain. S'il ne dédouane pas complètement l'ancien président américain, le New York Post juge qu'il n'appartient pas à François Hollande "d’accabler son allié le plus important, surtout en un jour si sacré". Dimanche, des cérémonies d'hommage étaient organisées en Amérique pour les 15 ans de l'attaque.

Le journal rappelle aussi le président français à ses déclarations, l'appelant à s'occuper plutôt de sa promesse, à savoir "détruire l'organisation Etat islamique". Un autre quotidien y est aussi allé de sa critique. Réagissant au post Facebook de François Hollande, le Washington Post évoque l'implication de la France dans de nombreux autres conflits.

Et pour insister sur le travail qu'il reste à faire, le quotidien indique qu'un récent sondage montre que près des deux tiers des Français pensent que des faits concernant le 11-Septembre ont été délibérément cachés.

http://www.lejdd.fr/International/USA/1 … xtor=CS1-4

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

924

Re: François Hollande, Président de la République

Après, l'opinion du New York Post, fer de lance de la campagne des Freedom Fries à l'époque, on s'en cogne un tout petit peu.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

925

Re: François Hollande, Président de la République

Ce n'est pas seulement l'opinion du New York Post. C'est juste qu'objectivement, c'est complètement crétin (pour des raisons diplomatiques entre autres) de faire remarquer aux Américains à quel point ils sont neuneus et responsables du chaos mondial, alors que les Français sont plus beaux, plus forts et plus intelligents, un 11 septembre ! Enfin, ça me paraît tellement logique...
D'autant plus que Flanby et sa politique diplomatique catastrophique, qui a failli donner les clefs de la Syrie à Daesh, n'a franchement aucune leçon à donner.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

926

Re: François Hollande, Président de la République

Potiche.

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/14364904_10154209433063153_1283748153243578138_n.jpg?oh=1fc0d99291d086f30adb7150c8902e8b&oe=5872DDA2

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

927

Re: François Hollande, Président de la République

L'Express a écrit:

François Hollande va recevoir le prix "d'homme d’État mondial de l'année"

Le type doit être en-dessous des 10% d'opinions positives mais c'est l'homme d’État de l'année. CQFD.

http://www.lexpress.fr/actualite/politi … 31825.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

928

Re: François Hollande, Président de la République

Même lui n'a pas l'air convaincu. Et celui qui lui remet le prix se paye sa tête.

L'Obs a écrit:

François Hollande reçoit le "prix de l'homme d'Etat" de l'année 2016

http://referentiel.nouvelobs.com/file/15493706.jpg

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direc … annee.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

929

Re: François Hollande, Président de la République

Pas mal. Dommage que ce soit un peu court.

Le Point a écrit:

Un ministre sur Hollande : "Il va falloir s'en débarrasser"
François Hollande a entamé la dernière oeuvre de sa vie politique : son autodestruction méthodique. Un suicide politique en règle !

C'était il y a trois ans. Malek Boutih avait fini un déjeuner sur cette phrase : « François Hollande, c'est un homme de droite. À la fin de son quinquennat, il finira haï par tous. Comme au PS. » Longtemps, je me suis demandé quelles étaient la part de rancoeur personnelle et la part de lucidité dans ce jugement brutal sur l'homme que les Français ont choisi en 2012 pour conduire nos destinées. Trois ans plus tard, l'histoire donne raison à Malek Boutih. François Hollande, par ses confidences hasardeuses aux journalistes, indignes du monarque républicain qu'il est censé être, a en effet trahi tous ceux qui ont cru en lui dans un exercice de destruction tous azimuts dont il achève l'ouvrage par lui-même.

À la lecture des premières « petites phrases » issues du pavé Un président ne devrait pas dire ça... (Stock), un ministre du gouvernement Valls lâche cette sentence : « Il va falloir s'en débarrasser. » Au sein du gouvernement, l'émoi est vif, la consternation générale, la sidération à son pic. Jean-Christophe Cambadélis a passé la journée de mercredi à écoper la barque trouée d'un PS que le président appelle à détruire et à dépasser dans le livre de Davet et Lhomme. Hollande voudrait le renommer en « Parti du progrès » (« On peut y mettre des écolos. C'est facile à comprendre : vous êtes pour le progrès ? Oui. Le progrès social, humain. »). « Au moment où la droite implose ! » peste l'un des caciques socialistes. Au moment surtout où, dans une interview à L'Obs, François Hollande livre cette phrase en une : « Je suis prêt. »
Égotique dissimulé qui ravage tout sur son passage

Oui, il est prêt : il a mis son dernier masque, celui d'Hannibal Lecter, un serial killer dont la dernière victime n'est autre que lui-même. François Hollande tient des personnages de David Lynch : triple fond, mystérieux derrière sa bonhomie, tueur politique à sang froid, égotique dissimulé qui ravage tout sur son passage dans une certaine bonne humeur. « Mul-Hollande drive », quand à la fin du film les personnages sont tout petits, petits...

Il aura détruit sa famille avec Ségolène Royal, envoyé à l'hôpital Valérie Trierweiler, trahi la gauche et ses électeurs, systématiquement éliminé tous ceux qui pouvaient lui faire de l'ombre. Que sont devenus les principaux chefs de courants du PS avant son entrée à l'Élysée ? Laurent Fabius expédié au Conseil constitutionnel ; Pierre Moscovici évacué vers Bruxelles ; Martine Aubry emmurée dans son beffroi lillois ; Ségolène Royal chloroformée en dame patronnesse de l'Écologie ; Vincent Peillon exfiltré vers Strasbourg ; Benoît Hamon licencié dans le même plan social que Montebourg... Manuel Valls ? C'est pire, il l'a ligoté et l'entraîne dans sa chute vers les abîmes. Il n'y a qu'Emmanuel Macron qui a trouvé la porte de sortie de l'asile de fous. Et encore...

On voudrait comprendre. Pourquoi cette folie finale ? Pourquoi cette haine de soi derrière l'autosatisfaction ? En fait, on n'a pas le temps, car un autre patient réclame des soins plus urgents en 2017 : la France, rhumatisante, endettée, prise d'un paludisme identitaire... Elle a besoin d'un médecin, pas d'un malade.

http://www.lepoint.fr/politique/emmanue … 0_1897.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

930

Re: François Hollande, Président de la République

En France, on n'a pas besoin de Wikileaks. On a Flanby.
Il a même réussi à déboussoler Cambadébile.

Les Inrocks a écrit:

Cambadelis se dit “déboussolé” par les confidences de François Hollande

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste était ce vendredi 14 octobre sur les ondes de RTL. Il a notamment abordé la sortie du livre Un président ne devrait pas dire ça…, confidences de François Hollande recueillies tout au long de son quinquennat par les deux frands reporters du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Cambadélis s’est dit “surpris” et “déboussolé” de voir le président “se confier à ce point à tant de journalistes”. Le livre, publié jeudi 13 octobre, a provoqué un séisme politique dans l’entourage du président.

Ne pouvant cacher son malaise, le premier secrétaire du PS a déclaré: “Il y a de quoi être étonné de le voir se confier à ce point à tant de journalistes. Mais j’ai compris ce qu’il voulait faire, il voulait clarifier, faire une mise au point.” Il évoque ensuite l’interview-fleuve du président parue dans L’Obs ce mercredi, et fait bien comprendre qu’il aurait aimé que la communication de François Hollande passe uniquement par des voies traditionnelles comme celle-là. Tout en avouant que la parution du livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme le lendemain “éclipse totalement” la publication de l’hebdomadaire.

“Il ne se facilite pas la tâche”

“Il y a volonté de faire une mise au point, une mise au clair, sur le sens de son quinquennat. Et ça on ne peut pas le lui reprocher”. Plus tard dans l’interview, il assure que François Hollande est toujours habité par l’envie de se présenter à l’élection présidentielle de 2017, mais qu’il “ne se facilite pas la tâche”.

Dans l’entourage du président, on regrette également ce “déballage”, comme le fustigeait mercredi 12 octobre Patrick Mennucci, député socialiste des Bouches-du-Rhône, sur BFMTV.

Une cadre du PS dont les propos ont été rapportés par Le Figaro juge qu’il “devrait faire une psychanalyse. Il est son pire ennemi. Il n’est pas fait pour ce job”. Le députe frondeur Laurent Baumel estime également que François Hollande n’est pas “au niveau du rôle” et d’ajouter que cela “participe du tableau général d’une présidence complètement délétère”.

Les députés, pour la plupart sous couvert d’anonymat, reprochent au président d’avoir donné autant de son temps à des journalistes. Christian Paul, député frondeur de la Nièvre déclarait au quotidien : “Si seulement il nous en avait accordé autant, sa majorité n’aurait pas disparu. Il aurait dû passer plus de temps à trouver des compromis, à faire de la politique sérieusement.”

http://www.lesinrocks.com/2016/10/news/ … -hollande/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

931

Re: François Hollande, Président de la République

L'article du Point est pas mal wink

932

Re: François Hollande, Président de la République

Mais franchement... Il aura tout raté, même sa lettre d'excuses.

http://bescherelletamere.fr/faute-de-fr … agistrats/

Last edited by FDL (14-10-2016 16:17:59)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: François Hollande, Président de la République

Bon, mes excuses FDL, ta théorie selon laquelle Hollande ne se représentera pas est désormais la plus plausible. Mais avoue qu'on pouvait difficilement imaginer une telle connerie. C'est fascinant de stupidité, ça relève de la psychiatrie.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

934

Re: François Hollande, Président de la République

On ne te lit plus Greg...

Un commentaire sur ce que les médias sont en train de nommer "l'affaire Hollande", ce "grand homme politique" dont tu nous a rebattu les oreilles toutes ces années ?

935

Re: François Hollande, Président de la République

Oui, effectivement, Barney, il était difficile d'imaginer que Flanby se saborderait avec autant d'efficacité. Sa pré-campagne est déjà mort-née. Soit il a encore un peu d'ego et renonce, soit il a une absence complète de surmoi et il se présente, quitte à faire 12-13% et être dépassé par Micron et Merluchon.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

936

Re: François Hollande, Président de la République

Mon sentiment profond est que, bien que ces propos sortent totalement de toute stratégie de communication qui vaille, il est bien que les citoyens puissent savoir la vérité sur les convictions réelles, exprimées en privé, des responsables politiques et économiques de premier plan. C'est finalement un aspect de la société de la transparence dans laquelle nous sommes entrés : il y a de moins en moins d'intermédiation entre la réalité et ce que nous pouvons en connaître. En ce qui me concerne, en tant que citoyen éclairé, j'en prends tout à fait mon parti. Après, que cela provoque des remous, des indignations de palais ou de réseaux sociaux, rien que de très habituel.

Par ailleurs, sur beaucoup de points, je suis tout à fait en accord sur le fond avec bon nombre des phrases qu'il a prononcées. Qu'il y ait "un problème avec l'Islam", pas avec tous les musulmans, mais au moins avec ceux qui donnent le primat à leur religion par rapport aux pratiques, aux lois et aux coutumes française et européenne ; que la France ait atteint un seuil de tolérance dans l'accueil de migrants au regard des possibilités matérielles d'accueil décentes qui sont les nôtres ; qu'il faille assumer une politique de réforme, de baisses de charges, de maîtrise des dépenses publiques, etc., je reste parfaitement en accord avec cela.

En revanche, je ne soutiendrai pas François Hollande pour un second mandat, parce que je suis aujourd'hui convaincu qu'il n'a pas la capacité ou la volonté managériale, la vision et le logiciel adaptés à la période qui est la nôtre, ni non plus l'énergie suffisante pour être un leader suffisamment "entraînant" pour enfin sortir ce pays de sa léthargie, le redresser et redevenir la grande puissance que nous pourrions être si nous nous retroussions plus et mieux les manches mais aussi si nous devenions capables de transformer nos processus pour réduire les inefficiences structurelles massives provoquées par la conjonction des dysfonctionnements juridico-fiscalo-sociaux publics et parapublics accumulés et stratifiés au cours des 50 dernières années.

En revanche, je reste convaincu que François Hollande est un grand esprit, qui a fait mettre en oeuvre sans jamais l'avoir dit aussi ouvertement qu'il l'aurait fallu la politique qu'il fallait pour ce pays à ce moment de l'Histoire, bien qu'il n'ait pas eu le courage ou la conviction d'aller jusqu'au bout de sa logique, ce qui n'a pas permis d'en tirer suffisamment rapidement les résultats et effets concrets (en termes de baisse du chômage, hausse de la croissance et du revenu). Et surtout dans l'énergie et la détermination d'un Valls, tout cela ne se serait pas fait. Reste qu'à maints égards, je suis convaincu que le regard de l'Histoire lui sera favorable car l'on reconnaîtra à n'en pas douter l'inflexion réelle qu'il a initié en France et à gauche dans la prise en compte réelle du devoir de réforme et d'adaptation dans le cadre économique concurrentiel international qui est le nôtre, et l'importance à donner au soutien à la compétitivité des entreprises par une politique de l'offre qui "tire" par le haut le cycle économique par les entreprises et l'innovation, devant entraîner également les autres indicateurs vers le haut. LE problème est que les contraintes relatives sur les entreprises françaises sont tellement lourdes par rapport à tant d'autres économies (autrement dit on part de tellement bas) que les efforts réels pour soutenir les entreprises françaises auront été à l'arrivée nettement insuffisants.

Donc ma conviction est qu'aujourd'hui, il faut essayer autre chose, quelqu'un d'autre, de plus déterminé à réformer, de moins idéologique aussi, parce que ce pays crève de tous les hiatus, raccourcis et simplismes idéologiques construits et accumulés entre la réalité et notre compréhension de celle-ci. Nous avons également besoin d'une meilleure compréhension, d'une meilleure délibération entre la sphère et l'esprit publics, et la sphère et l'esprit privés. En ce qui me concerne je soutiendrai le candidat qui sera et de droite et de gauche, c'est à dire celui qui saura réellement dépasser les partis, montrer les voies d'un rétablissement économique réel en assumant ce qu'il y a de meilleur de part et d'autre du spectre politique, en récusant simplismes, raccourcis et extrémismes, quelqu'un qui montrera une vision économique crédible et résolue à surmonter nos impasses structurelles qu'elles soient étatiques, normatives ou culturelles, tout en maintenant un niveau approprié de soutien social, ciblé sur les situations de réels besoins et évitant les effets pervers, d'aubaines ou de seuils. Le tout, au-delà, bien au-delà des partis et des logiques partisanes, des logiques de "camps" et de clans, dont pour ce qui me concerne, j'en ai vu et fait les tours et les détours, les cuisines et arrière-cuisines et je suis aujourd'hui convaincu qu'ils ne sont pas ou plus adaptés comme organes de représentation démocratique ni même comme structures capables de proposer des corpus et des stratégies adaptés aux besoins du pays, mais plutôt comme des organes fossilisés de gardiennage idéologique d'une part et de cooptation, de verrouillage, de préemption et de professionnalisation des positions de pouvoir au détriment d'une analyse froide, concrète, complexe et réaliste des problématiques collectives et des solutions pragmatiques, efficaces, réellement inclusives à mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs collectifs que nous pouvons et voulons nous donner.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

937

Re: François Hollande, Président de la République

Greg a écrit:

En revanche, je ne soutiendrai pas François Hollande pour un second mandat, parce que je suis aujourd'hui convaincu qu'il n'a pas la capacité ou la volonté managériale, la vision et le logiciel adaptés à la période qui est la nôtre, ni non plus l'énergie suffisante pour être un leader suffisamment "entraînant" pour enfin sortir ce pays de sa léthargie, le redresser et redevenir la grande puissance que nous pourrions être si nous nous retroussions plus et mieux les manches mais aussi si nous devenions capables de transformer nos processus pour réduire les inefficientes structurelles massives provoquées par la conjonction des dysfonctionnements juridico-fiscalo-sociaux publics et parapublics accumulés et stratifiés au cours des 50 dernières années.

Ah-ah, le n-ième retournement de veste du jospino-dsko-royalo-hollando-vallsiste. (Et j'en oublie probablement.)

"Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent."

"Moult a appris qui bien connut ahan"

938

Re: François Hollande, Président de la République

"Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent."

Et la vie, les chemins de la vie, de la réflexion et de l'expérience.
J'assume cette évolution de la pensée, politique certes, mais pas seulement. D'ailleurs, actuellement, je suis dans le privé, donc je ne tiens aucun positionnement "politicien". C'est même tout le contraire.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

939

Re: François Hollande, Président de la République

Greg a écrit:

En ce qui me concerne, en tant que citoyen éclairé

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/564x/ee/cf/5f/eecf5f9d590143ecd0d59b4ab1cc77f9.jpg

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

940

Re: François Hollande, Président de la République

Tu ravales tout à rien, FDL. C'est devenu le fonds de commerce de ton avatar sur Internet.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

941

Re: François Hollande, Président de la République

Le rien, je m'y confronte à chaque fois que je lis tes messages sans queue ni tête, mamour. Ce genre de... truc qui n'a de proustien que la longueur et qui aurait même fichu la migraine à un esprit aussi tortueux que Derrida :

En revanche, je ne soutiendrai pas François Hollande pour un second mandat, parce que je suis aujourd'hui convaincu qu'il n'a pas la capacité ou la volonté managériale, la vision et le logiciel adaptés à la période qui est la nôtre, ni non plus l'énergie suffisante pour être un leader suffisamment "entraînant" pour enfin sortir ce pays de sa léthargie, le redresser et redevenir la grande puissance que nous pourrions être si nous nous retroussions plus et mieux les manches mais aussi si nous devenions capables de transformer nos processus pour réduire les inefficientes structurelles massives provoquées par la conjonction des dysfonctionnements juridico-fiscalo-sociaux publics et parapublics accumulés et stratifiés au cours des 50 dernières années.

[...]

En ce qui me concerne je soutiendrai le candidat qui sera et de droite et de gauche, c'est à dire celui qui saura réellement dépasser les partis, montrer les voies d'un rétablissement économique réel en assumant ce qu'il y a de meilleur de part et d'autre du spectre politique, en récusant simplismes, raccourcis et extrémismes, quelqu'un qui montrera une vision économique crédible et résolue à surmonter nos impasses structurelles qu'elles soient étatiques, normatives ou culturelles, tout en maintenant un niveau approprié de soutien social, ciblé sur les situations de réels besoins et évitant les effets pervers, d'aubaines ou de seuils. Le tout, au-delà, bien au-delà des partis et des logiques partisanes, des logiques de "camps" et de clans, dont pour ce qui me concerne, j'en ai vu et fait les tours et les détours, les cuisines et arrière-cuisines et je suis aujourd'hui convaincu qu'ils ne sont pas ou plus adaptés comme organes de représentation démocratique ni même comme structures capables de proposer des corpus et des stratégies adaptés aux besoins du pays, mais plutôt comme des organes fossilisés de gardiennage idéologique d'une part et de cooptation, de verrouillage, de préemption et de professionnalisation des positions de pouvoir au détriment d'une analyse froide, concrète, complexe et réaliste des problématiques collectives et des solutions pragmatiques, efficaces, réellement inclusives à mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs collectifs que nous pouvons et voulons nous donner.

Au passage, deux paragraphes consécutifs qui commencent par "en revanche" = erreur 404.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: François Hollande, Président de la République

Greg a écrit:

En revanche, je ne soutiendrai pas François Hollande pour un second mandat, parce que je suis aujourd'hui convaincu qu'il n'a pas la capacité ou la volonté managériale, la vision et le logiciel adaptés à la période qui est la nôtre, ni non plus l'énergie suffisante pour être un leader suffisamment "entraînant" pour enfin sortir ce pays de sa léthargie, le redresser et redevenir la grande puissance que nous pourrions être si nous nous retroussions plus et mieux les manches mais aussi si nous devenions capables de transformer nos processus pour réduire les inefficientes structurelles massives provoquées par la conjonction des dysfonctionnements juridico-fiscalo-sociaux publics et parapublics accumulés et stratifiés au cours des 50 dernières années.

https://media.licdn.com/mpr/mpr/p/5/005/0b0/35d/0a0f09a.jpg

943

Re: François Hollande, Président de la République

Greg a écrit:

Mon sentiment profond est que [...]

Ah quand même !
T'as dû mettre du temps à autant (te) justifier  lol


Greg a écrit:

"Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent."

Et la vie, les chemins de la vie, de la réflexion et de l'expérience.
J'assume cette évolution de la pensée, politique certes, mais pas seulement. D'ailleurs, actuellement, je suis dans le privé, donc je ne tiens aucun positionnement "politicien". C'est même tout le contraire.


Le problème c'est que tu changes d'avis et d'opinion à chaque fois que le vent tourne, donc "les chemins de la vie, de la réflexion et de l'expérience", ils ont bon dos...

Last edited by Arken (17-10-2016 22:17:19)

944

Re: François Hollande, Président de la République

ljubeta a écrit:

bullshit

Mais non, je ne trouve pas. Je me trouve au contraire très précis et très sincère dans l'explicitation de mon sentiment profond. Libre à toi de ne pas me croire mais...

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

945

Re: François Hollande, Président de la République

Arken a écrit:
Greg a écrit:

"Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent."

Et la vie, les chemins de la vie, de la réflexion et de l'expérience.
J'assume cette évolution de la pensée, politique certes, mais pas seulement. D'ailleurs, actuellement, je suis dans le privé, donc je ne tiens aucun positionnement "politicien". C'est même tout le contraire.


Le problème c'est que tu changes d'avis et d'opinion à chaque fois que le vent tourne, donc "les chemins de la vie, de la réflexion et de l'expérience", ils ont bon dos...

J'écris sur ce site depuis 2001, 2004 si l'on ne prend que cette interface. Oui, j'ai évolué durant ces 15 ans de vie depuis mon entrée à Sciences Po, ma diplomation, mes 2 admissibilités à l'ENA, puis mon entrée à HEC, mes divers jobs, stages et postes pendant mes études, mes business persos à côté, mes 15 ans de PS (auquel j'ai récemment annoncé la suspension de ma participation et de mon adhésion), mon expérience de 2 ans au gouvernement en cabinet ministériel en sortie d'études où j'ai pu faire avancer, à un niveau modeste, certainement trop modeste, la politique et la fiscalité en direction des PME et des entrepreneurs, mais où surtout j'ai pu y jauger d'un bon promontoire les inefficiences de l'Etat et la limite du pouvoir du politique (et la force du pouvoir tutélaire des grandes administrations). Puis je travaille depuis 2 ans dans le privé, à des postes où je vois de quoi il retourne dans la réalité des entreprises, au quotidien.

Il est évident qu'à chaque étape, j'apprends de nouvelles choses, je comprends de nouvelles choses, par rapport à ce que les discours idéologiques établis et les théories éloignées nous laissent à croire. Et si je vous disais que j'étais le même qu'au début des années 2000, lorsque je m'engageais au PS parce que j’estimais que Lionel Jospin avait été l'un des meilleurs Premier Ministres de la Vè Républqiue (pour ne pas dire de toutes les Républiques...), non seulement je vous mentirais, mais en plus je vous tromperait sur le fond en vous laisse accroire que nous continuons de fonctionne rdselon des logiciels certes récents, mais déjà obsolètes...). Au fond, je suis adhérent, et militant, du socialisme de l'excellence. Et ils sont nombreux à incarner cette approche, et même si nous nous orientons tous vers Juppé, je suis convaincu qu'il y a une convergence réelle entre ce socialisme de l'excellence et "le meilleur d'entre nous" de la droite républicaine.

Le fait est qu'en définitive, les 2 seuls hommes crédibles pour gouverner ce pays pendant 5 ans, ce sont Manuel Valls ou Alain Juppé. Le problème de Manuel Valls, c'est qu'il pâtit, qu'on le veuille ou non, de la malédiction de Matignon. C'est une partie de cette malédiction qui rend faibles ses chances de gagner une éventuelle primaire du PS. Le fait est que je suis convaincu que c'est justement là qu'il a raison : de s'éloigner des dogmes, raison de s'éloigner de tout ce qui s'interpose entre la réalité et notre compréhension de celle-ci.

C'est pourquoi je dis que j'assume ces évolutions. Notre époque est extraordinaire : nous avons accès à l'information, sous toutes ses formes, au savoir, à l’action informationnelle à un point qu'il était impossible d'imaginer il y a encore 10 ou 15 ans ! Evidemment que nos conceptions changent. Et si elle ne changeaient pas, c'est que nous n'aurions pas suffisamment travaillé, c'est que nous ne serions pas assez informés, pour comprendre la nature des transformations qui sont à l'oeuvre dans le monde et qui ne peuvent pas manquer de faire évoluer nos conceptions les plus établies, bâties à la fin des année 90 et au début des années 2000... Oui, il nous faut changer, il nous faut évoluer. Toujours plus vite, et toujours vers un mieux imaginable.

Toute la question est de savoir si nous voulons être assez libres pour assumer cette complexité, et ces évolutions. Le génie, pour Kant, c'est la capacité à inventer ses propres règles. La liberté, c'est de choisir nos commencements d'action. Soyons géniaux et libres, et mordons l'époque formidable qui est la nôtre, en nous informant toujours plus dans tous les domaines, en inventant, en innovant, tout le reste n'est que crispation constipée, incompréhension du réel et aigreur jalouse mal à propos.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

946

Re: François Hollande, Président de la République

Greg a écrit:

et même si nous nous orientons tous vers Juppé [...]

Le fait est qu'en définitive, les 2 seuls hommes crédibles pour gouverner ce pays pendant 5 ans, ce sont Manuel Valls ou Alain Juppé. Le problème de Manuel Valls, c'est qu'il pâtit, qu'on le veuille ou non, de la malédiction de Matignon. C'est une partie de cette malédiction qui rend faibles ses chances de gagner une éventuelle primaire du PS.

Et voilà comment maître Greg, à partir de son expérience dans le public, dans le privé, au gouvernement, sa diplomation, ses deux admissibilités à l'ENA (je ne vois pas ce que cela vient apporter au schmilblick d'ailleurs), son admission à HEC, son quotidien dans la vraie vie des Français, son état de grâce, sa philanthropie, son engagement humanitaire, son ascension de l'Everest, son expédition sur Mars, son poste de conseiller de l'ombre d'Obama, son sens du devoir, de l'honneur, du sacrifice, de l'engagement, son service militaire, son courage, sa conscience inébranlable qui l'aurait poussé à être résistant dès juin1940 etc., nous annonce son énième revirement, cette fois pour Juppé (que j'avais, tel un nouveau Jacques Attila, pronostiqué il y a quelque temps). Ce qui nous promet de nouveaux messages lyriques, énamourés et pleins d'admiration pour le nouveau très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui engagera de très nombreuses réformes qui s'imposent depuis des années voire des décennies.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: François Hollande, Président de la République

FDL a écrit:
Greg a écrit:

et même si nous nous orientons tous vers Juppé [...]

Et voilà comment maître Greg, à partir de son expérience dans le public, dans le privé, au gouvernement, sa diplomation, ses deux admissibilités à l'ENA (je ne vois pas ce que cela vient apporter au schmilblick d'ailleurs), son admission à HEC, son quotidien dans la vraie vie des Français, son état de grâce, sa philanthropie, son engagement humanitaire, son ascension de l'Everest, son expédition sur Mars, son poste de conseiller de l'ombre d'Obama, son sens du devoir, de l'honneur, du sacrifice, de l'engagement, son service militaire, son courage, sa conscience inébranlable qui l'aurait poussé à être résistant dès juin1940 etc., nous annonce son énième revirement, cette fois pour Juppé (que j'avais, tel un nouveau Jacques Attila, pronostiqué il y a quelque temps). Ce qui nous promet de nouveaux messages lyriques, énamourés et pleins d'admiration pour le nouveau très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui engagera de très nombreuses réformes qui s'imposent depuis des années voire des décennies.

Juppé c'est surtout l'homme qui sera capable de transformer nos processus pour réduire les inefficiences structurelles massives provoquées par la conjonction des dysfonctionnements juridico-fiscalo-sociaux publics et parapublics accumulés et stratifiés au cours des 50 dernières années.

948

Re: François Hollande, Président de la République

D'une, c'est pas exactement ce que j'ai dit (mais on en est pas à une déformation de propos près, hein). J'ai dit qu'à mes yeux lui ET Valls sont les seuls à même de pouvoir gagner et faire rebondir la France.

De deux, je trouve effectivement que ça vaut mieux d'évoluer ainsi, que de basculer dans le frontisme, comme toi.

De trois, si je me suis permis d'expliciter une part de mon parcours, c'est parce que justement, j'estime que cette grande diversité de positions et de situations très différentes dans lesquelles j'ai pu évoluer m'ont amené à percevoir le monde de plusieurs points de vue, totalement différents, voire contradictoires, et à m'imposer toujours dans ma réflexion et dans mon action cette diversité de points de vue, cette "délibération contradictoire", car la réalité est complexe (et assurément, la pensée complexe, absolument transdisciplinaire, est l'une de mes influences intellectuelles fondamentales, en tant que méthodologie d'analyse, d'interprétation et de compréhension du monde), elle est dialectique, elle est théorique (d'où l'importance à mes yeux du nouvel encyclopédisme né avec la wikipédia, une quantité informationnelle phénoménale et un mode de lecture par hyperliens beaucoup plus efficace par rapport à toutes les encyclopédies, voire les bibliothèques précédentes) ET pratique, ET empirique (d'où l'importance de ne jamais abandonner de travailler dans les entreprises ou les administrations, afin de rester en contact avec la réalité du terrain, se nourrir de ses enseignements pour ensuite repenser les théories que l'on a appris à l'école puis à l'Université ou en Grandes Ecoles et que l'on doit continuer d’approfondir, dans toutes les disciplines). Il ne faut jamais non plus se résigner à abandonner la théorie, mais il faut toujours la mettre en connexion avec la pratique et aux exigences de la performance opérationnelle (ce que le monde de la recherche, et il faut le dire, une certaine gauche, trop souvent, méprisent à très mauvais escient). D'où également l'importance des échanges permanents entre le public et le privé, entre les entreprises, les universités, les administrations, les partis, les associations même. Il faut que les uns adoptent le regard des autres et alors nous parviendrons à mettre un terme à ce que j'appellerais une "mécompréhension mutuelle" qui aboutit à une situation sous-optimale où, globalement, les administrations et la macro-sphère juridico-fiscal brident les entreprises qui, elles essayent de contourner l'administration, ce qui aboutit à "contraindre" - au sens littéral physique de constriction - le niveau général de satisfaction de la société (inefficiences et mauvaises allocations découlant de réglementations trop nombreuses et perfectibles, destructions de commerces, pertes de compétitivité relative et, en sens inverse, mécanismes de contournement, qu'ils passent par la fraude ou tout autre moyen...). Ca coûte cher à tout le monde, la France perd de la compétitivité de secteur en secteur, de segment en segment, à cause des boulets aux pieds que nous nous mettons nous-mêmes et c'est ainsi que nous arrivons à près de 4 millions de chômeurs cat 1 et entre 5,5 et 6M toutes catégories confondues ! Cette mécompréhension (et disons-le, ces défiances mutuelles cuites et recuites entre les parties d'un pays râleur, un peu trop accroché à certaines de ses vieilleries, accrochage entretenu par une forme de nombrilisme commémorationnel qui se complaît dans l'historicisme et la parfois, la masturbation intellectuelle, autant que par un certain fétichisme juridico-traditionnalisant) découle, elle, de la silotisation originelle des organisations humaines "pré-digitales". Silotisation matérielle, Silotisation fonctionnelle, silotisation informationnelle. Puis fossilisation stratifiée. Et je suis aujourd'hui convaincu qu'il nous est possible, progressivement, de surmonter ces silos, de surmonter cette mécompréhension, cette fossilisation, justement par la fructification de la nouvelle société informationnelle qui est la nôtre. Et c'est grâce à des parcours toujours plus diversifiés, des rôles toujours plus diversifiés, des savoirs toujours plus diversifiés, des métiers toujours plus diversifiés (ce que nous permet notamment l'explosion digitale) que notre génération et les suivantes parviendront à transformer culturellement, économiquement, politiquement, socialement, sociétalement la France et l'Europe et que nous nous tirerons par le haut. Nous sommes au début de la transition, mais je suis convaincu que c'est là que repose une des voies du rétablissement de la puissance française. Une puissance qui passera par l'intelligence et l'usage approfondi et des outils informationnels pour développer toujours plus nos compétences, nos savoirs, nos savoirs-faire, nos savoirs-être. Et nos avoirs, subséquemment.

Pour le reste, je souris, car quel qu'eût été mon choix, que je soutienne Hollande, ou qui que ce soit d'autre, tu l'aurais raillé.

Le fait est que je ne cherche pas à me positionner "idéologiquement", car effectivement, mon parcours m'a amené à démettre l'idéologie des déterminants de mes choix politiques (et économiques). Je ne suis pas non plus un zombie qui suit aveuglément tel ou tel. Je regarde les programmes, je regarde dans quelle direction la France doit aller en fonction des circonstances historiques (économiques, politiques, culturelles), les nécessités qui s'imposent à elle et les défaillances qu'elle connaît, et là je construit mon choix.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

949

Re: François Hollande, Président de la République

Pépère devrait vraiment arrêter la méthode Coué...

Flanby a écrit:

Personne ne fait mieux que moi à gauche

http://www.lepoint.fr/politique/emmanue … 5_1897.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

950

Re: François Hollande, Président de la République

Flanby demande à Angie ce qu'il doit dire à Donald. Tout va bien...

Le Figaro a écrit:

Hollande a parlé à Merkel avant de s'exprimer

François Hollande s'est d'abord entretenu avec la chancelière allemande, Angela Merkel, avant de s'exprimer sur la victoire de Donald Trump, fait savoir l'entourage du président français.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)