1

Topic: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Je suis tombé par hasard sur le journal de France 2. Ce soir, Pujadas avait invité un abominable personnage, un immonde philistin, dont la bêtise n'avait d'égale que la suffisance avec laquelle il s'exprimait, qui répondait au nom de François de Closets. Il intervenait au sujet de l'orthographe (il vient d'écrire un livre intitulé Zéro faute). Prenant son propre cas (désastreux) en exemple, il fustigeait l'orthographe, l'appelant "fétichisme" ou "dictature", louait le "langage" SMS en disant qu'il était révélateur de l'évolution de la langue (sic) et qu'il permettait de se libérer de la dictature de l'orthographe (re-sic) et prônait, pour finir, le recours systématique dans les écoles aux correcteurs informatiques (re-re-sic) et la fin de la dictée.
Je copie-colle l'entretien qu'il a accordé au JDD car ça reprend mot pour mot ce qu'il a dit sur France 2 (cf aussi le Point de cette semaine mais je n'ai pas pu consulter l'article).

Le JDD a écrit:

En finir avec la "dictature orthographique"

A 75 ans, l’essayiste François de Closets passe aux aveux: son orthographe est désastreuse.

"L’accent circonflexe m’impressionnait plus que la mécanique quantique", écrit-il dans son dernier livre*. Il lance ici une croisade contre cette "injustice" qui consiste à condamner quelqu’un sur sa maîtrise des doubles consonnes. Et suggère de faire entrer les correcteurs d’orthographe dans les écoles pour "retrouver le bonheur d’écrire".

Pourquoi vous a-t-il fallu tant de temps pour avouer que vous étiez mauvais en orthographe?
Parce qu’en France ça ne se dit pas ! Mais j’ai décidé de ne plus avoir peur de le reconnaître : oui, j’ai des insuffisances en orthographe. Mon Dieu, je ne suis pas en train de dire que j’ai violé des petits garçons!

Vous pensez déclencher une vague de coming out?
Ce livre doit être libérateur. Il n’est pas normal que tant de gens passent leur vie dans la crainte d’une erreur orthographique qui, effectivement, leur ferait perdre la face. Pas une faute de français ou de grammaire. Juste une erreur liée aux bizarreries de notre langue. Vous pouvez vous tromper en sciences, en géographie, tout vous sera pardonné. Mais pas en orthographe ! Là, ce n’est plus une erreur, c’est une faute. Ce n’est pas un manque de savoir, c’est un manque de savoir-vivre.

C’est ce que vous appelez la "dictature orthographique"?
Bien sûr ! On a sacralisé l’écrit, on a fait du moindre mot une image pieuse. Une erreur d’accent, et c’est comme si on offensait le crucifix ou Allah. Je ne prêche pas pour l’orthographe libre, mais je n’admets pas qu’on élimine des candidats à un poste pour une faute dans leur CV. Si Maman s’était inclinée devant le verdict de mes professeurs de quatrième, je n’aurais pas fait d’études. Pourtant j’ai terminé dans les dix premiers à Sciences-Po.

Certains mots vous terrifient-ils plus que d’autres?
Ce qui me piège, ce sont les lettres terminales muettes. Cauchemar, pourquoi ça ne prend pas de d ? Et prélat, pourquoi ça prend un t? Il y a aussi les redoublements de consonnes. Et raisonner ne sert à rien. Notre orthographe n’est ni logique ni cohérente.

Vous avez le ton de celui qui dénonce une grande injustice…
Mais c’en est une ! Les gens qui font des fautes en feront toujours. Ce n’est pas une question d’intelligence ou de travail. Cela tient à un problème de mémoire photographique. Certains ont ce type de mémoire, d’autres pas. Nous sommes des milliers, au moment où nous prenons notre stylo, à être gagnés par l’appréhension. Vous vous rendez compte du niveau de dégénérescence auquel nous sommes arrivés ? On choisit les formules les plus banales dans la crainte de se tromper.

Comment comptez-vous la renverser, cette "dictature"?
Elle est en train de s’effondrer d’elle-même. Quand un jeune envoie des SMS, il triture la graphie, il coupe des syllabes. Il fait la différence entre cet usage et le français normal. Il sait que ce qu’il tape, c’est de la conversation écrite. Mais à force de jouer avec l’écriture, il n’a plus d’attachement fétichiste à l’orthographe. La baisse du niveau est donc irréversible.

Que conseillez-vous au ministre de l’Education nationale?
Qu’il fasse entrer les correcteurs [électroniques] d’orthographe à l’école ! Les professeurs continueront à enseigner la syntaxe et la grammaire. Mais ils auront de moins en moins de temps pour les bizarreries ; là-dessus, le correcteur est pratiquement parfait. Si la faute cesse d’être une infamie, si les correcteurs détectent les fautes lexicales, alors on pourra retrouver le bonheur d’écrire.

* Zéro faute, Mille et Une nuits, 320 p., 20,90 euros.

La phrase en gras est assez pitoyable.
Je trouve sa proposition pernicieuse et dangereuse. Systématiser le recours aux correcteurs d'orthographe (ce qui viendra sans doute d'ailleurs, et je le déplore) est une solution de facilité et ne fera qu'encourager la paresse naturelle de l'être humain. C'est capituler devant la moindre difficulté, se simplifier la vie à l'extrême au détriment de l'effort intellectuel qu'on fournit quand on écrit.

Il affirme ainsi qu'on pardonne plus facilement une erreur en science ou en géographie qu'en orthographe. Je me demande où il est allé chercher une sottise pareille ; une personne qui ne sait pas faire une simple addition ou qui situe sur une carte Lille à la place de Marseille sera tout aussi montrée du doigt que si elle avait écrit "il est bo" (pour "il est beau") ou que sais-je encore. Évidemment, il faut hiérarchiser les fautes d'orthographe qui n'ont pas toutes la même importance, tout le monde en fait, les grands écrivains les premiers (Closets s'en réjouit d'ailleurs et prend cet argument empirique à son compte, cf le dossier du Point sur les fautes de Proust ou de Dumas père, genre :"Aha, vous voyez, même Proust, un prix Goncourt, faisait des fautes !" mais c'est absurde). Il y a faute et faute : écrire par exemple "imbécillité" avec un seul l (le puriste dirait d'ailleurs "une" l) ou oublier un accent n'est pas aussi grave qu'écrire "j'été chez moi" ou "ils ont voulu dirent". Ce monsieur me semble mettre tout sur le même plan, d'où sa proposition des correcteurs. Et pourquoi circonscrire cela à l'orthographe et pas au reste ? Je propose qu'on mette en place des correcteurs de calcul (parce que faire des opérations, c'est long et compliqué et surtout, il faut réfléchir et ça, ça fatigue), d'histoire (pour aider à retenir les dates), de philo, de géographie, de physique etc.

Il débute l'entretien en parlant de lui et de ses difficultés. On en revient au débat : faut-il adopter la solution de facilité et se mettre au niveau de ceux qui ont le plus de difficultés ou, à l'inverse, tenter de relever le niveau de ces derniers ? On présente l'orthographe comme élitiste ; il est vrai qu'elle est discriminante. Je pense qu'il faut justement démocratiser le plus possible cet "élitisme", non pas pour le faire disparaître (puisque l'orthographe sera toujours discriminante, comme peuvent l'être les mathématiques par exemple) mais bien pour éviter son appauvrissement, qui semble selon Closets, à tort à mon avis, inéluctable. La mauvaise orthographe n'en incombe peut-être pas seulement aux élèves mais aussi aux méthodes éducatives. Peut-être faut-il voir aussi de ce côté-là. Mais je ne lis cette remise en cause nulle part dans son argumentaire.

Là où je suis d'accord, c'est quand il dit, mais de manière ironique, que la faute d'orthographe n'est pas un manque de savoir mais de savoir-vivre. Je pense en effet que l'orthographe est une forme de politesse, de respect envers l'interlocuteur. Mais peut-être que ça échappe à ce M. de Closets. Ce qui m'amène, contrairement à lui, à admettre qu'on puisse éliminer un candidat qui aurait fait une faute dans son CV, si celle-ci est grave.

En affirmant que l'orthographe n'est ni logique ni cohérente, ce monsieur professe une autre énormité. La langue française est tout ce qu'il y a de plus logique et cohérent. Il y a une raison pour toute chose, comme disait Freud. Si Closets avait fait du latin, il aurait su pourquoi il y a un t à la fin de "prélat". S'il avait été un tant soit peu curieux, il aurait consulté, comme je viens de le faire, l'étymologie du mot "cauchemar" et aurait compris pourquoi il n'y a pas de d à la fin. "Cauchemar" vient du picard "cauquemare" (qui remonte à 1375) issu de la forme verbale "cauchier" qui signifiait "presser" et "mare", fantôme provoquant de mauvais rêves, d'où l'anglais "nightmare". Quant au mot "cauchemarder", qui semblerait à première vue, pour un esprit paresseux, légitimer l'usage du d à la fin de "cauchemar", ce terme a été employé pour la première fois en 1840. Voilà pourquoi il n'y a pas de d.

Autre énormité : les gens feront toujours des fautes (certes, c'est naturel, jusqu'ici, on ne peut être que d'accord) donc ce n'est pas une question d'intelligence ou de travail. Sophisme idiot ! L'orthographe se travaille, elle appelle un effort de réflexion et de logique. Elle ne tombe pas du ciel ! Il ne s'agit pas que de mémoire, même si ça joue évidemment. Et il est malaisé de recourir seulement à la mémoire, à moins d'en avoir une très efficace. Il y a certes des bizarreries dans la langue, des choses qui peuvent sembler incohérentes de prime abord, mais cela est dû à son évolution : "imbécile" s'écrivait avant "imbecille", il a perdu son l mais pas "imbécillité" alors que ce terme, logiquement, aurait dû aussi le perdre.

"On est gagné par l'appréhension au moment de prendre le stylo". Eh bien, pour éviter cette appréhension, il existe une solution toute simple qui s'appelle le dictionnaire ou le Bescherelle. Et de nos jours, grande nouvelle, on peut même les consulter sur Internet !

Cela conduit forcément Closets à louer le SMS, la victoire de la médiocrité et de la paresse, la défaite complète de la pensée. Le SMS ne conduit pas à une libération ; bien au contraire, il enferme son utilisateur qui ne peut plus penser par lui-même. C'est la dictature du toujours plus rapide, toujours plus court. Tiens, on retrouve le terme de dictature.

Et on arrive enfin à l'aveu final : la baisse du niveau est irréversible et Closets semble s'en réjouir. C'est parfait, baissons donc les bras et demandons aux correcteurs informatiques de penser à notre place. Ils devraient d'ailleurs écrire à notre place. Et pourquoi pas tout faire à notre place. On en arrive au règne des robots...

Bien sûr, je ne suis pas contre l'évolution de la langue, je ne suis pas un puriste borné à la Abel Hermant (cf ses chroniques de Lancelot dans le journal le Temps avant la Seconde Guerre). La langue a évolué et elle évoluera. On pourrait par exemple ôter le second l d'imbécillité sans que ce soit choquant, voilà en quoi pourrait consister, entre autres, cette réforme. On peut écrire "événement" avec un accent grave, rien de choquant non plus. Je suis simplement contre cette défaite de la pensée, ce recours à la facilité au nom du moindre effort, ce qui conduira inévitablement, par effet pervers, à la simplification outrancière et donc à l'appauvrissement de la culture. On en sera réduit à parler une novlangue, une sorte d'aberration artificielle esperantesque, comme le préconise André Chervel, cette espèce de linguiste de pacotille : http://www.lepoint.fr/actualites-societ … 0/0/122522
Et l'appauvrissement de la culture appelle le reniement de ce qui fait la spécificité française mais ça, c'est un autre débat (déclin etc).

2

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Calme, calme FDL. C'est juste une opinion, pas un projet de réforme de l'éducation nationale !

3

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Oui. J'avais envie de me défouler. ;)

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Toi aussi tu te mets à la mode des gros pavés ? big_smile

J'ai trouvé également assez ridicule la position de François de Closets, concernant le correcteur orthographique et la suppression de la dictée, mais il est vrai que la langue française, pour autant qu'elle soit particulière, manque singulièrement de logique dans l'orthographe.

Bon après, c'est un peu utopique de vouloir faire une réforme de la langue française, alors déjà que c'est la pagaille avec la réforme du lycée...

"Un gamin de 18 ans tutoie une mama en boubou, oubliant qu'on ne donne plus du camarade dans le coin depuis une paie."

5

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Beltramose nl a écrit:

Calme, calme FDL. C'est juste une opinion, pas un projet de réforme de l'éducation nationale !

Son opinion est tout de même diffusée par le journal de France 2 et s'inscrit dans le courant actuel.

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Jacques-Henri vous conseille vivement d'aller tirer un coup, ensemble, éventuellement, ça fera un prix de gros.

Sans déconner, vous n'avez rien d'autre à branler un lundi soir que de vous masturber les boules sur les glandes séminales de Vaugelas ?

Certes.

7

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Je retire plus de jouissance à parler d'orthographe. Avantage comparatif etc.

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

c'est parce que tu me connais pas, ça.

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

pardon, cest Jacques Henri qui usurpe mon compte

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

FDL nl a écrit:

Je retire plus de jouissance à parler d'orthographe. Avantage comparatif etc.

Syndrome du puceau ?

Certes.

11

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Jacques-Henri a écrit:
FDL nl a écrit:

Je retire plus de jouissance à parler d'orthographe. Avantage comparatif etc.

Syndrome du puceau ?

Non, JH.
Comme l'a dit Boileau, "ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément".
J'ai écrit "plus de jouissance", ce qui est une comparaison. Et pour comparer, il faut avoir expérimenté les deux.
Soyons rigoureux dans le choix des termes, mon bon.
Et on pourrait aller dans un autre thread pour parler de ce genre de choses, hein.

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

FDL nl a écrit:

J'ai été obligé d'apprendre plein de règles d'orthographe donc y'a pas de raison pour que les enfants souffrent pas autant que moi en apprenant le français.

Voilà.
En fait tu es un peu comme un vieux qui souhaite une bonne guerre aux jeunots.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Une excellente émission de radio sur le sujet (orthographe, réforme de la grammaire...) :
http://sites.radiofrance.fr/chaines/fra … ncordance/

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Blague à part il y a un truc qui m'a vraiment toujours mystifié dans la langue française, c'est le genre des noms communs. Ca c'est un truc dans lequel s'il y avait une logique, ce serait sympa.

Mais je suppose qu'une table a un caractère féminin inhérent que n'a pas un bureau.

Last edited by Broz (01-09-2009 10:00:31)

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

15

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Broz a écrit:

Blague à part il y a un truc qui m'a vraiment toujours mystifié dans la langue française, c'est le genre des noms communs. Ca c'est un truc dans lequel s'il y avait une logique, ce serait sympa.

Mais je suppose qu'une table a un caractère féminin inhérent que n'a pas un bureau.

C'est parce que tu peux faire du pied à celui de la table, croyant qu'il s'agit de ta charmante voisine, alors que le bureau est un plaisir solitaire tongue

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

ORB a écrit:

C'est parce que tu peux faire du pied à celui de la table, croyant qu'il s'agit de ta charmante voisine, alors que le bureau est un plaisir solitaire tongue

Sauf si ta stagiaire passe dessous.
Ce n'est donc pas si tranché !

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

mami a écrit:
ORB a écrit:

C'est parce que tu peux faire du pied à celui de la table, croyant qu'il s'agit de ta charmante voisine, alors que le bureau est un plaisir solitaire tongue

Sauf si ta stagiaire passe dessous.
Ce n'est donc pas si tranché !

C'est donc pour ça que tu réclames à cors et à cris un stagiaire sur ce forum depuis un an ? smile

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Je trouve que dans l'autre sens, c'est nettement moins intéressant. Enfin, c'est mon avis.

Et NON C'EST POUR QU'IL TRAVAILLE, pas qu'il m'amuse...

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

19

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

mami a écrit:

Je trouve que dans l'autre sens, c'est nettement moins intéressant. Enfin, c'est mon avis.

Et NON C'EST POUR QU'IL TRAVAILLE, pas qu'il m'amuse...

Tu dis ça parce que tu ne m'as jamais eu comme stagiaire.

20

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Je préfère ne pas me prononcer sur le sujet.

21

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Broz a écrit:

Blague à part il y a un truc qui m'a vraiment toujours mystifié dans la langue française, c'est le genre des noms communs. Ca c'est un truc dans lequel s'il y avait une logique, ce serait sympa.

Mais je suppose qu'une table a un caractère féminin inhérent que n'a pas un bureau.

Ben il n'y a pas que dans la langue française, c'est pareil en espagnol ou en italien par exemple.

Merci FF pour le lien, je suis en train de l'écouter.

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Je sais cela, FDL, mais ça n'empêche pas que c'est absurde.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

http://www.cosmovisions.com/genregram.htm

Un début d'explication. Origine des genres par les déclinaisons. Interesting.

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Je trouve que le passage le plus creux est celui où il parle de l'affreuse injustice qu'est l'inégale mémoire photographique. Je suis d'accord avec FDL, la mémoire est un muscle qui se travaille. Plus on lit, mieux on écrit, plus on écrit, plus on améliore son orthographe. Il oublie en effet de mentionner la mémoire kinesthésique dont on ne parle jamais mais qui, je pense, joue un grand rôle dans la maîtrise de l'orthographe (et c'est pour ça que bien souvent, lorsqu'on hésite sur un mot, on l'écrit des deux manières avant de trancher).
Certes tout le monde n'a pas une bonne mémoire photographique mais non seulement elle se travaille et en plus elle est bien souvent compensée par d'autres. Et même la mémoire auditive ne permet pas d'écrire "j'été". Un peu plus et il nous ferait croire que certaines personnes naissent et demeurent amnésiques.
Et le français n'est pas plus incohérent que les autres langues, arrêtons un peu de se dédouaner. Au contraire, ce qui est illogique, c'est d'écrire artisan avec un t.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Mari de la très "upper upper" Sophie de Menthon et grand soutien de notre bien aimé Président, sorte d'archiprêtre distancié de la droite décomplexée qui fait à la télé des discours d'un conservatisme assumé et d'un libéralisme économique radical, François de Closets pète un coup et le Figaro se met en branle. "Le Grand débat public sur l'orthographe est relancé".

Quand on se souvient des discours qu'il tient aux diverses interviews qu'il donne, il y a un grotesque savoureux de le voir prendre le parti d'un discours victimaire pour affirmer ses opinions.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Une réforme similaire a été décidée en France en 1990 et elle n'a jamais fait ses preuves. De toute façon, l'idée de vouloir réglementer administrativement la langue est absurde.

Le français comporte une belle poignée d'incohérences orthographiques, comme « imbécillité » qui a gardé la marque du double L latin alors que « imbécile » l'a perdu. On a aussi des accents circonflexes qui ne sont justifiés par rien, même pas par la distinction des homophones (comme dû/du), par exemple dans « trône ».

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

27

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Allouis Inter a écrit:

Une réforme similaire a été décidée en France en 1990 et elle n'a jamais fait ses preuves. De toute façon, l'idée de vouloir réglementer administrativement la langue est absurde.

Le français comporte une belle poignée d'incohérences orthographiques, comme « imbécillité » qui a gardé la marque du double L latin alors que « imbécile » l'a perdu. On a aussi des accents circonflexes qui ne sont justifiés par rien, même pas par la distinction des homophones (comme dû/du), par exemple dans « trône ».

Oui, c'est ce que j'avais écrit un peu plus haut, dans le message 397, contre cet abruti de Closets. Corriger ces incohérences ne serait pas choquant en soi.
J'ai lu aussi quelque part (Le Point, je crois) que nénuphar, qui vient du sanskrit, s'écrivait "nénufar" depuis le Moyen-Age et que l'Académie française a fautivement remplacé, au début du XXème siècle, le f par un ph, pensant que le mot venait du grec.
On pourrait écrire "nénufar", ce ne serait pas non plus choquant. Si réforme il doit y avoir (réforme qui ne peut être que minime), elle devrait s'employer à corriger ces incohérences plutôt que de s'efforcer de résoudre des problèmes qui n'existent pas.

28

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Apparemment, les correcteurs orthographiques du Ministère de l'Éducation nationale étaient défectueux. Bel exemple... Toute une éducation à faire.

L'Express a écrit:

Bonnet d'âne en orthographe pour Luc Chatel

Zéro pointé pour le ministre de l'Education nationale... Dans le dossier de presse du ministère, se sont glissées de multiples fautes d'orthographe. LEXPRESS.fr fait le prof.

Le journaliste et écrivain François de Closets affiche sans complexe son inimitié pour l'orthographe. Son aversion a-t-elle contaminé les politiques? On pourrait le croire, surtout du côté du ministre de l'Education, Luc Chatel, qui a visiblement séché sur les corrections de son dossier de presse, distribué lors de sa conférence de rentrée, le lundi 31 août.

La page sur l'aide personnalisée commence par une belle flopée de fautes de conjugaison et de syntaxe: "La réforme de l'enseignement primaire, qui est entré en application à la rentrée 2008 s'appuie sur des horaires et des", peut-on lire, laissant libre le lecteur d'imaginer la fin de la phrase.

http://www.lexpress.fr/medias/363/orthographe-chatel_190.jpg
dossier de presse du ministère de l'Education nationale
La page (corrigée) consacrée à l'aide personnalisée du dossier de presse du ministère de l'Education nationale.

Maladresse? Inattention? Alors qu'on pointe régulièrement du doigt la baisse du niveau de français de nos chères têtes blondes, les erreurs du ministre de l'Education passent mal.

Coïncidence, c'est à la page des "stages de remise à niveau pendant les vacances scolaires" qu'apparaît une autre superbe coquille: "En 2009 se sont 214 289 élèves qui ont suivi...".

http://www.lexpress.fr/medias/363/otographe-chatel-remise-a-niveau_216.jpg
dossier de presse du ministère de l'Education nationale
La page corrigée sur les stages de remise à niveau du dossier de presse.

Une autre faute remarquable s'est glissée dans le paragraphe sur le plan de formation des enseignants des écoles maternelles. Il est écrit: "Ces formations concerneront prioritairement les enseignants qui exercent pour la première fois en école maternelles". De quoi rassurer les indécrottables cancres et faire bondir les puristes de l'othographe.

http://www.lexpress.fr/medias/363/ecole-maternelle_230.jpg
dossier de presse du ministère de l'Education nationale
Une faute s'est glissée dans le paragraphe consacré à la formation des enseignants des écoles maternelles.

Cela dit, la journaliste aurait dû se relire aussi...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

29

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Un dossier assez intéressant du Figaro sur la réforme de l'orthographe :

Le Figaro a écrit:

Orthographe : le débat sur la simplification est relancé

L'orthographe grammaticale, qui traduit les liens entre les mots, ferait défaut à une part croissante des élèves.
En cette rentrée, l'essayiste François de Closets part en guerre contre une langue «figée» et des règles arbitraires. Au risque de jouer les apprentis sorciers alors que le niveau des élèves s'effondre et que le français finit par perdre son sens.

L'orthographe serait une passion française. Et voilà qu'en cette rentrée 2009, le livre de François de Closets, Zéro Faute, relance la polémique. Le journaliste et essayiste s'y proclame «nul» en orthographe et rescapé miraculeux d'une sélection injuste. Il plaide à grand renfort médiatique pour une «simplification» de cette orthographe française, selon lui à la fois arbitraire et figée.

Partisans d'une sacralisation de la langue contre pragmatiques conscients des difficultés de la jeunesse : l'opposition est si simple qu'elle passe largement à côté de l'essentiel. «On en est encore là  ! s'exclame Françoise Candelier, institutrice. Le problème est toujours posé à l'envers.» Car pour ces professeurs qui sont confrontés chaque jour à des jeunes largement fâchés avec la langue, une réforme de l'orthographe semble une marotte d'intellectuel cabotin. «L'argument de François de Closets sur les treize graphies du son “o” est aberrant, explique par exemple Agnès Joste, professeur de lettres. L'écrit sert à préciser l'oral. Si l'on écrivait “o” partout, on ne comprendrait plus rien, les textes ressembleraient à un sketch de Raymond Devos.» Et de citer l'Allemagne, qui a renoncé ces dernières années à sa réforme de l'orthographe : les Allemands ne comprenaient plus leurs journaux. En revanche, la tentative de l'Académie française en 1990 - qui portait notamment sur la ponctuation et sur les accents circonflexes - a suscité un tollé qu'elle ne méritait pas.

«C'est un poncif de dire que l'orthographe serait arbitraire», plaide Rachel Boutonnet, institutrice et auteur de Pourquoi et comment j'enseigne le b.a.-ba. «Elle l'est beaucoup moins qu'on ne l'imagine. Nombre de règles, si elles ne sont jamais explicitées, n'en existent pas moins. Il faut le prendre comme un jeu dont on apprend peu à peu les subtilités.» Mais cela n'amuse pas tout le monde. L'association Sauver les lettres soumet tous les ans 1 348 élèves à la même dictée du brevet de 1988 : entre 2000 et 2008, le niveau s'est effondré : ils ne sont plus que 14 % à obtenir la moyenne, et deux sur trois à récolter un zéro pointé. Mais rassurons François de Closets, plus aucun élève n'est pénalisé pour cela, et les consignes adressées aux correcteurs du baccalauréat interdisent de retirer plus de deux points pour l'orthographe.

«Ils transcrivent du son et pas du sens»

Marie-Pierre Logelin enseigne le français en lycée professionnel. «Pour 99,9 % d'entre eux, explique-t-elle, mes élèves n'ont pas la moindre orthographe. Pas de syntaxe, pas de ponctuation. Quand ils écrivent sous la dictée, ils transcrivent du son et pas du sens. Ils n'identifient pas les familles de mots, ni leur nature. Le problème relève de l'apprentissage de l'écriture. Ils peuvent par exemple écrire le même mot de deux façons différentes à une ligne d'intervalle, ce qui dénote une indifférence totale vis-à-vis de la norme.» En fait, cette orthographe arbitraire que dénonce François de Closets est celle que l'on dit «usuelle», qui consiste à savoir si «rationnel» prend un «n» ou deux, par opposition à l'orthographe grammaticale, qui désigne les accords de genre et de nombre, les conjugaisons… Or c'est bien cette dernière qui fait défaut à une part croissante de la population.

«Ce débat sur la complexité de la langue tombe à point nommé pour nous rassurer, ironise Françoise Candelier, pour nous persuader que le défaut de maîtrise de la langue qui frappe nos jeunes n'est dû qu'à la complexité du français. Mais comment expliquer, alors, que cela s'aggrave depuis quelques années ?» Si discrimination il y a, elle n'est pas le fait de la langue, plaident les professeurs, mais des programmes qui, jusqu'en 2007, demandaient d'«observer les variations des verbes selon la personne», mais pas d'apprendre les conjugaisons. Un élève de lycée a bénéficié en moyenne de 2 000 heures de cours de français dans sa scolarité, contre 2 800 il y a quinze ans. Réformer l'orthographe n'y changera rien.

Avec un point de vue intelligent d'Alain Bentolila qui contredit Closets : http://www.lefigaro.fr/actualite-france … ensee-.php

Les fautes dans les CV : http://www.lefigaro.fr/actualite-france … mines-.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Une partie de l'attention portée aux fautes d'orthographe dépend en réalité du métier exercé : «L'employé va-t-il être amené à beaucoup écrire ? Sera-t-il en contact avec des clients ? On n'attend pas le même niveau d'orthographe d'un carrossier et d'une secrétaire», explique-t-on, dans une agence Manpower. Pour autant chez Latac-Solerim, à Paris, une entreprise du bâtiment, la responsable laisse de côté les candidatures «avec trop de fautes» même pour des postes de terrassiers ou de manœuvres. «Une ou deux, ça passe, mais pas plus», dit-elle.
http://www.lefigaro.fr/actualite-france … mines-.php

roll

Quand on post on raconte pas sa vie.

31

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Closets est un ignoble personnage doublé d'un abruti fini. Merci à Zemmour et Naulleau, qui ont pourtant eu du mal à en placer une.
Et tous ces moutons qui huent et applaudissent quand on le leur demande, sans même comprendre de quoi il s'agit, m'exaspèrent.

http://www.dailymotion.com/video/xajo2p … u-itv_news

32

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Une belle brochette de vainqueurs.
A la guillotine ! Ça élaguera un peu.

Le Monde a écrit:

L'orthographe, un jardin à élaguer

Le récent ouvrage de François de Closets (Zéro faute, éditions Mille et Une Nuits, 318 p., 20,90 euros) rouvre le débat sur l'orthographe et nous souhaitons souligner quatre points. Tout d'abord, le problème est important. En effet, notre orthographe, l'une des plus difficiles du monde, ne peut être acquise qu'au prix de longs efforts couteux en temps et en argent. Elle pénalise les plus défavorisés et renforce la barrière sociale. Elle accroit le mal-être des dyslexiques. Elle nuit à la francophonie : quitte à apprendre une orthographe difficile, autant passer à l'anglais qui ouvre un marché linguistique autrement plus vaste.

Contrairement aux idées reçues, la complexité de l'orthographe ne relève pas de la fatalité. Dans le cas du français, elle apparait assez tardivement avec la fondation de l'Académie française par Richelieu. Jusque là il existait une grande variété d'usages sans préséance. Avec l'Académie, on assiste à la promotion d'un usage unique mais, par la suite, les Immortels ont constamment remanié leur propre norme, presque toujours dans le sens d'une régularisation : chaque édition de leur Dictionnaire - neuf au total - définit un nouvel état orthographique. Notre orthographe est donc une orthographe réformée et chaque usager est, qu'il le veuille ou non, un réformiste qui s'ignore.

Il reste que, malgré les corrections déjà effectuées, la convention orthographique actuellement en vigueur continue à poser bien des problèmes à bien des gens car le travail de régularisation n'est pas achevé.

Peut-être l'effondrement de la maitrise orthographique pourrait-il être ralenti par un accroissement massif de l'enseignement consacré à l'orthographe, mais où trouver les heures et le financement ? Se pose alors la question de nouvelles régularisations dans la continuité des précédentes. Certes, on peut juger qu'il est devenu inutile de réformer parce qu'il suffit de s'en remettre aux correcteurs orthographiques des ordinateurs, qui deviendront de plus en plus performants.

C'est exact s'agissant de l'orthographe de mots, mais cela est beaucoup moins vrai de l'orthographe grammaticale : l'accord du participe passé avec avoir reste éminemment réformable. D'autre part, cette option impose, surtout, que l'école enseigne à tous les élèves à se servir intelligemment de ces correcteurs de sorte que chacun conserve la pleine maitrise de ses textes. Ce recours aux correcteurs orthographiques implique aussi que tous les élèves francophones - y compris en Afrique et en Haïti - soient équipés gratuitement d'un matériel adéquat. Ce sont là de sérieuses gageüres.

Enfin, rien n'interdit de rêver mais, sans négliger les outils modernes, nous pensons qu'on peut tenir deux fers au feu et que l'Académie française doit poursuivre sa mission de régularisation. Les plus grands écrivains, comme Ronsard, Corneille, Racine ou Voltaire ont toujours activement combattu pour la rationalisation de l'orthographe.

L'Académie a réformé pour le plus grand bien de tous et, dans le même esprit, c'est-à-dire de façon modérée et progressive, elle doit cultiver cette tradition. Représentant par excellence les écrivains, elle pourrait le faire en liaison avec les enseignants et les linguistes, sans oublier les éditeurs, qui peuvent reprendre le flambeau de Tory, de Pelletier du Mans ou de Firmin-Didot. La presse aussi, dont Le Monde, doit jouer son rôle.

Les Recommandations de l'Académie française de 1990 sont maintenant largement adoptées par tous les dictionnaires et correcteurs informatiques et sont recommandées par le ministère de l'éducation nationale. L'orthographe n'est pas une vache sacrée à jamais intouchable mais un jardin que l'on doit entretenir avec respect en élaguant ce qu'il faut : l'orthographe est faite pour l'homme et non l'homme pour l'orthographe.

NB : ce texte est orthographié selon les Recommandations du Conseil supérieur de la langue française de 1990 approuvées par l'Académie française.

Bernard Cerquiglini, recteur de l'Agence universitaire de la francophonie ;
Jean-Claude Chevalier, professeur émérite (Paris-VII) ;
Pierre Encrevé, directeur d'études à l'EHESS ;
André Goosse, président du Conseil international de la langue française ;
Renée Honvault, linguiste ;
Jean-Pierre Jaffré, lingusite ;
Jean-Marie Klinkenberg, président du Conseil de la langue française ;
Gilbert Lazard, de l'Institut ;
Michel Masson, professeur émérite (Paris-III) ;
Bernard Quemada, directeur de recherches au CNRS ;
Henriette Walter, professeur à l'université de Haute-Bretagne ;
Viviane Youx, présidente de l'Association française des enseignants de français.

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Une émission intéressante à ce sujet sur FC. Note comment l'insupportable Vincent Cespedes se fait remonter les bretelles par la linguiste !

http://sites.radiofrance.fr/chaines/fra … n_id=76630

Malheureusement, Radio France continue à proposer ses archives dans l'infâme format Real Audio qui ne marche correctement qu'avec le mauvais Real Player ...

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

34

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Pour FDL : http://www.youtube.com/watch?v=wASDzhiJ … re=related

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

35

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Oui, j'avais déjà vu cet extrait, qui fait mal aux oreilles. Ce Water-Closets m'horripile. Il me hérisse le poil. J'avais écrit un peu plus haut dans ce thread ce que je pensais de cet ignoble individu. Quand je regarde la vidéo, notamment vers 8:45 ("je suis le premier à le diiiire, nananèreuuu"), j'éprouve l'envie de lui fendre le crâne avec un fléau d'armes à deux boules.
Il aurait fallu un bon contradicteur pour lui fermer son large clapet. Malheureusement, Zemmour et Naulleau ont été plutôt mauvais sur le coup.

Ce court-métrage résume bien ce que j'ai envie de lui faire : http://www.dailymotion.com/video/xaigqh … shortfilms

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

L'interview avec les auteurs d'un essai sur la jeunesse (que dis-je, le concept jeunesse, c'est un essai) est pas mal ausi dans le genre "va agacer FDL".
Naulleau est particulièrement outré par l'exaltation qu'ils font des jeunes "cons" comme les appelle Zemmour. En résumé dans le bouquin, le jeune d'aujourd'hui écrit en texto, se bourre la gueule et aime danser. Les deux zigotos trouvent ça super et regrettent d'être de vulgaires intellectuels. C'est vraiment excellent, surtout le moment où le gars se défausse totalement sur la fille façon CP avec un magnifique: "c'est pas moi, c'est elle".
Au passage, l'expression "identité-activité jeunesse" n'est pas jargonnante pour deux sous, c'est l'incarnation évidente d'un style sans fioritures, agréable à lire, l'essence d'un ouvrage accessible qui s'adresse à tous: amateurs de rap, de rock, mauvais élèves, jeune à moto, sans moto, avec voiture/sans permis, jeune qui savent pas s'ils sont jeunes ou plus vraiment, intellectuels (=gens qui haïssent les jeunes), forumeurs, consommateurs, bruyants, sportifs, portant des vêtements jeunes, allant au cinéma, ne foutant rien mais quand même géniaux (parce-que jeunes)...bref un livre de référence en terme de clichés. Dommage que j'ai pas l'impression que ce soit un truc qui nous fasse souvent défaut.

Last edited by Trèfle (05-04-2010 03:30:53)

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

37

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Comment s'appellent ces deux zigotos ? Je serais curieux de voir la vidéo.

38

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

FDL nl a écrit:

Oui, j'avais déjà vu cet extrait, qui fait mal aux oreilles. Ce Water-Closets m'horripile. Il me hérisse le poil. J'avais écrit un peu plus haut dans ce thread ce que je pensais de cet ignoble individu. Quand je regarde la vidéo, notamment vers 8:45 ("je suis le premier à le diiiire, nananèreuuu"), j'éprouve l'envie de lui fendre le crâne avec un fléau d'armes à deux boules.
Il aurait fallu un bon contradicteur pour lui fermer son large clapet. Malheureusement, Zemmour et Naulleau ont été plutôt mauvais sur le coup.

Ce court-métrage résume bien ce que j'ai envie de lui faire : http://www.dailymotion.com/video/xaigqh … shortfilms

J'ai aussi vu une autre vidéo de ce même water-closets à propos de l'euthanasie (la même émission), ce type est dégoulinant de démagogie

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

François Bégaudeau et Joy Sorman.

La vidéo est pas sur youtube mais tu peux voir l'émission sur le site de la 2. C'est vers la fin.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

40

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Bégaudeau... Ça ne m'étonne tellement pas...
Je vais essayer de trouver ça.

41

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Bon, la vidéo se trouve ici : http://www.iziva.com/video/194/bc3a9gau … 30410.html

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

Non, il manque le meilleur. Tout le baratin du début est inintéressant.

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

http://www.dailymotion.com/video/xctmi2 … emmou_news

"Je suis aussi perplexe qu'avant mais à un niveau beaucoup plus élevé."

44

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

C'est assez intéressant quand ils évoquent de façon très déguisée les orthofascistes des fora lyçéens ! Certains ici devraient se sentir visés :-)

Mettre la Chine au pas, ne serait-ce pas mettre le feu à l'Annam ?

45

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

"J'aime" particulièrement quand Bégaudeau dit : "si un sociologue le lirait, il dirait [...]".
Tellement révélateur...

Et aussi Sorman : "Sur un forum où des centaines de lycéens s'expriment, il se trouve qu'il n'y en a aucun qui fait une faute de syntaxe, d'orthographe ou de grammaire. Juste statistiquement, on se dit qu'il y a un problème."

Tout est dit. Et ils ont été deux à pondre ce torchon ?
Mais écartelez-les en place de Grève ! Qu'on arrache leur langue pleine de fiel et qu'on se repaisse de leurs chairs saignantes !

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

je me souviens avoir traité Sorman de Bayrouisme du féminisme pendant la JDD d'il y a deux ans. (tendance molle, seule et incomprise des autres)

SOUS TOUTES RÉSERVES ET CE SERA JUSTICE.

Re: François de Closets, ennemi de l'orthographomanie

François de Closets tout à l'heure sur BFM TV, il est illuminé dans tous les domaines, le pauvre homme.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016