Canarchy in the UK a écrit:

http://www.mondialisme.org

Excellent lien, très riche. Merci beaucoup !

2

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

Je suis inscrit sous trois identités sur ce forum, tout le monde s'en fout royalement, et C'EST HEUREUX bordel.

http://d5.img.v4.skyrock.net/d52/alie44/pics/829235697.jpg

fétiche a écrit:
Alfredo Unplugged a écrit:
Emmanuel Goldstein a écrit:

qui aura causé la plus grande défiance du monde contre l'occident tout entier

La guerre qui a lieu en Afghanistan en ce moment est sans doute la plus consensuelle qu'il nous ait été donné de voir depuis la libération de l'Allemagne. Comparée à l'inaction (Rwanda), à l'agression intéressée (Irak) et à la partialité (Palestine) dont fait souvent preuve l'Occident, la guerre en Afghanistan est, à bien des égards, un effort louable qui pourrait redorer son blason à travers le monde. J'aimerais beaucoup que tu m'expliques comment la suppression d'un régime aussi abject pourrait causer de la défiance.

Quant à l'argument moral, quel référentiel choisis-tu ? Comment peux-tu justifier sérieusement que l'Occident soit porteur des vraies valeurs ? On est dans une guerre idéologique et la commenter de la sorte c'est manquer un certain nombre d'enjeux. Enfin l'argument moral était déjà utilisé pour lutter contre les soviétiques et aider les talibans (pardon, les moudjahidines). Donc...

Je comprends ton relativisme, mais dans le cas de l'Afghanistan il a clairement trouvé ses limites. Il y a un moment où adopter une position morale ne revèle plus seulement des valeurs propres à une région, mais d'une sorte de bon sens humain et universellement réparti. Ce moment-là a été atteint avec l'Afghanistan.
En effet, quand seuls 3 pays au monde (l'Arabie Saoudite, le Pakistan et les Emirats Arabes Unis) reconnaissent un régime (les Talibans, pour ne pas les nommer), je crois qu'il se pose un vrai problème de légitimité morale, pas seulement pour les petits héritiers des Lumières occidentales que nous sommes, mais bien au niveau international. Quand la France et les Etats-Unis sont d'accord avec la Syrie et l'Iran pour ne pas reconnaître un régime, je crois qu'il se passe tout de même quelque chose qui va au-delà des "valeurs" de l'Occident.
A partir de là, aucun doute possible. On ne peut s'abriter éternellement derrière l'argument des "valeurs ethnocentrées" (que je comprends tout à fait par ailleurs) pour refuser d'intervenir. Il y a un moment où l'ignoble, l'abject extrêmes ne peuvent plus être tolérés par personne. Ce moment-là a été atteint par la communauté internationale (terme naïf, je sais). L'intervention était donc moralement légitime.

fétiche a écrit:

L'argument de laisser les Talibans en place ne tient pas debout 2 secondes.

Je disais cela pour tourner en ironie les propos d'EG :

Emmanuel Goldstein a écrit:

Je honnis cette guerre impérialiste

L'impérialisme est une stratégie de conquête d'un pays sur un autre. Dans la mesure où la coalition internationale présente en Afghanistan est mandatée par l'OTAN, et que l'on compte des soldats tchèques aux côté de contingents français eux-mêmes épaulés par des anglais, j'aimerais beaucoup que tu m'expliques de quel pays exactement émane cette odieuse velléité impérialiste.

Emmanuel Goldstein a écrit:

qui aura causé la plus grande défiance du monde contre l'occident tout entier

La guerre qui a lieu en Afghanistan en ce moment est sans doute la plus consensuelle qu'il nous ait été donné de voir depuis la libération de l'Allemagne. Comparée à l'inaction (Rwanda), à l'agression intéressée (Irak) et à la partialité (Palestine) dont fait souvent preuve l'Occident, la guerre en Afghanistan est, à bien des égards, un effort louable qui pourrait redorer son blason à travers le monde. J'aimerais beaucoup que tu m'expliques comment la suppression d'un régime aussi abject pourrait causer de la défiance.

Emmanuel Goldstein a écrit:

les fabricants de pavôts s'enrichissent sur le dos d'innocents

Innocents dont un certain nombre se trouve en Europe. Si j'ai bien compris, dans une optique complotiste : des pays en envahissent un autre pour y faciliter la culture de pavot et ainsi contribuer à l'abêtissement de leur propre jeunesse et donc anéantir toute possibilité de remise en cause de leur pouvoir. Intéressant.

Morse (Let the right one in), sympathique film sur l'exclusion, la violence et la vengeance, nappé d'un peu de tendresse. A voir, vraiment.

Je ne sais pas si les interventions précédentes sont sincères ou ironiques. La comparaison à Diderot notamment...

A lire donc, La Tiqqounerie (http://www.rue89.com/files/20081113tiqqounerie.pdf), critique assez déstabilisante de L'insurrection qui vient.

Beltramose a écrit:

FDL est mon modérateur préféré car il est le seul à reconnaître ses déséquilibres mentaux :0).

http://www.library.yale.edu/librarynews/ceci-n-est-pas-une-pipe.jpg

Après avoir tapé "Jesse James" sur le moteur de recherche, je suis tombé sur le thread cinéma, mais pas moyen de retrouver le message adéquat...
Bref, excellent film d'Andrew Dominik. Le titre, (The assassination of Jesse James by the coward Robert Ford), m'a un peu posé problème, parce que l'accent n'est pas tellement mis sur la trahison de Ford en tant que telle, mais plutôt sur la question du repentir. La dernière partie, notamment, est excellente : l'acteur affronte, seul, l'hostilité de ses contemporains. Toute la question du repentir est abordée : solitude, haine et ridicule sont au rendez-vous.
De plus, les images sont superbes et la photographie, à elle seule, mérite le détour.
L'histoire est loin d'être originale, mais c'est à voir, vraiment !

Drac a écrit:

Ah, mais je croyais que Sharon était un fasciste ?

Sinon, dans ce rôle, y'a eu Ben Gourion, Golda Meïr, Begin et (presque) Rabin. C'est en face que ça posait problème.

Je n'ai jamais dit que Sharon était un fasciste, c'est au contraire quelqu'un qui a eu le courage de prendre ses responsabilités en 1982, et des décisions impopulaires mais nécessaires en 2004.
Mais je ne vois pas du tout le rapport avec mon message.

Edit : je n'ai visiblement pas lu l'article de la même manière que vous. L'auteur ne fait pas tellement appel à un homme providentiel en soi, mais plutôt à un changement constitutionnel capable de faire émerger 2 ou 3 partis réellement majoritaires, alors capables de décisions courageuses sous la houlette de politiques qui deviendraient des hommes providentiels.

Un lecteur du Monde, à propos de la découverte du corps de la jeune étudiante dans le Danube a écrit:

Ce n'est pas la première bénéficiaire du programme Erasmus qui disparaît dans des conditions tragiques. Les étudiants sont-ils bien prévenus des précautions à prendre à l'étranger pour se préserver. En l'occurrence ne pas s'aventurer seule dans les rues de Budapest à 3h du matin ?

Mais OUAIS, ne dépassons surtout jamais les limites du périf' !

11

(21 replies, posted in Le Forum principal des étudiants de Sciences Po et IEP)

autocensure

bob4 a écrit:

L'Eta est en phase d'autodestruction et rien ne l'arrêtera.

http://www.lepoint.fr/content/system/media/2/20070627/2007-06-27T152424Z_01_NOOTR_RTRIDSP_2_OFRTP-FRANCE-JUSTICE-ESPAGNE-ETA-20070627.jpg

Effectivement, depuis ça, plus rien de bon n'a été fait par l'Eta :

http://clientes.vianetworks.es/personal/angelberto/images/CarreroBlancoGrafico.jpg
http://www.universalis.fr/images/corpus/medias/v11/photo.jpg/ph994365.jpg

Rue 89 a écrit:

Lors du premier round, l’accusation avait réussi à marquer un point important en obtenant d’établir sans grande marge d’erreur que le tueur du préfet Erignac, le 6 février 1998, devait être beaucoup plus petit que le haut fonctionnaire.

http://www.rue89.com/philippe-madelin/2 … et-erignac

Mais, pendant ce temps-là...

Le Monde a écrit:

"La taille du tireur doit se rapprocher de la taille du préfet." Le docteur Paul Marcaggi, expert en médecine légale, est formel. "Le plan osseux qui a reçu l'impact du tir est perpendiculaire à la trajectoire de la balle", a-t-il assuré jeudi 12 février devant la cour d'assises de Paris qui juge Yvan Colonna pour l'assassinat du préfet Claude Erignac le 6 février 1998, à Ajaccio.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2 … id=1152545

J'aimerais bien qu'on m'explique...

Rue 89 a écrit:

Sinon, rien d’autre qu’un portrait hagiographique du préfet, un saint homme, bien que protestant et quelque peu rigide.

Wiki wiki a écrit:
priscillia58 a écrit:

"C'est toujours le même marteau qui frappe, mais on en a raccourci le manche"

???

"de la difficulté d'un copier-coller dans google"
http://www.google.fr/search?hl=fr&q … &meta=

Je sais ! Hosanna au plus haut des cieux !

Bernard Stirn, Le droit administratif francais, pour illustrer la différence entre décentralisation et déconcentration.

Non, je ne suis pas allé sur Google.

Edit : après visite de Google, je reconnais mon erreur. Cité par Bernard Stirn néanmoins...

Voyons, c'est évident.

Drac a écrit:

C'est ce qui différencie historiquement IB de l'extrême-droite (qui est pour un grand Israël).

Je crois que nos critères de classification, comme le terme d'extrême-droite, ne sont pas très pertinents ici : nous n'avons pas en France de partis parlementaires illuminés, qui proposent une lecture purement religieuse de l'actualité, et dont la seule raison d'exister, clairement, est d'obtenir des aides financières et sociales pour les Haredim (comme Shas ou Agudat Israel). A la limite, quelques mouvements comme Renouveau francais pourraient s'y apparenter.

Au contraire, il me semble qu'IB est bien un parti d'extrême-droite, dans la mesure où il adopte un discours autoritaire et nationaliste, assez loin des délires religieux des partis susnommés (qui seraient, eux, "hors de la droite", dans une dimension que nous ne connaissons pas en France) :

Le site d'IB a écrit:

This is the time to arrest crime and lock it behind bars. We need to give authorities the power to uphold the laws, to improve the police force, make punishments harsher and return law and order to the streets of our cities.

We have established a broad committee of security, law enforcement and investigation experts, to prepare a detailed operation plan to diligently fight crime. This is the time to arrest crime and lock it behind bars. We need to give authorities the power to uphold the laws, to improve the police force, make punishments harsher and return law and order to the streets of our cities.

In order to enjoy the full rights of an Israeli citizen, one must also take on responsibilities. We will work to enact a citizenship law, which will require all Israeli citizens to pledge allegiance to the State and perform military or alternative national service.

We will work to enact a value-based education plan, focusing on the blossoming of Jewish and Israeli culture and strengthening Zionist values and patriotism.

http://www.yisraelbeytenu.com/

Edit, post peu clair

Un blogueur a écrit:

Dans son programme, le chef de file de Israel Beitenou s’oppose à la formule de l’échange de la terre contre la paix et s’en prend radicalement aux partis arabes israéliens. Il était favorable à un échange de territoires controversé (les colonies juives contre les zones arabes israéliennes).

http://israelpalestine.blog.lemonde.fr/ … -beitenou/

Encore que, ca se tient, vu que ce n'est pas terre contre paix, mais terre contre terre.
Bref.

Embarqué sur un bateau, le commissaire de la marine remplit un rôle d'administrateur. Il fait la liaison entre militaires et civils, se charge des RH, de l'approvisionnement, du ravitaillement, des aspects juridiques.

En plus tu auras un joli costume tout blanc qui fera plaisir à ta maman.

(Mais je ne sais pas si le salaire est si conséquent que ca.)

Ce qui me dérangeait dans le message de bob4, c'était le fait de tout mettre sur le même plan d'égalité, de tout caser dans le sac-poubelle fourre-tout étiqueté "enseignement public" pour ensuite dire : "regardez, c'est le bordel là-dedans, on ne s'y retrouve pas". D'où mon post débile.

En effet, il y a des problèmes indéniables dans l'EN, des problèmes que l'on traîne depuis des années. Mais les problèmes de l'Université n'ont rien à voir avec ceux des ZEP, qui eux-mêmes sont totalement différents des incohérences des RASED, CLIS et autres SEGPA.

Pour connaître un peu le système des IME (débiles à tendance violente, pour simplifier le trait), ce qui est le plus révoltant c'est encore l'absence de moyens alloués. Les enseignants se retrouvent totalement seuls face à des enfants dont on sait parfaitement qu'ils poseront problème dans les années à venir. Aucun plan à long terme, aucun financement conséquent n'est accordé, et pourtant c'est dans ce genre de structure-là qu'est en jeu l'intégration future de ces enfants.
C'est d'autant plus choquant que les efforts de ces enseignants (qui travaillent dans des conditions révoltantes, et je pèse mes mots) ne sont récompensés à aucun moment. Clairement, la préférence de nos gouvernants va à la répression. L'accompagnement, le suivi, la prévention en somme, sont plus ou moins délaissés.
Donc, à cet égard (je ne parle que des CLIS et des IME), et pour répondre à la question de bob4 : oui, "c'est un fiasco total". Mais ce fiasco n'est que le résultat du choix conscient de nos gouvernements, qui préfèrent axer leur politique sociale sur la répression a posteriori des problèmes éducatifs.

bob4 a écrit:

De la maternelle à l'université, c'est un fiasco total. Combien de temps reste-t-il à vivre à un enseignement public en faillite complète? et de quoi sera fait, à l'avenir, la transmission du savoir?

L'intelligence, étant une matière fort présente dans ce forum, je remercie d'avance toutes les réponses intelligentes et je suggère à tout  les autres abrutis de se trouver un autre exutoire que celui de ma personne et de mes messages.

Merci d'avance.

L'enseignement public n'est en faillite que parce qu'on veut bien le croire. Cela participe d'une manoeuvre droitière de décrédibilisation du corps enseignant dans son ensemble, dernier rempart face à l'Etat autoritaire qui se met en place. Nous ne vaincrons qu'en nous alliant aux fonctionnaires de l'EN, par la signature du pacte Ribbentrop-Molotov du XXIe siècle (entre salariés du privé et agents du public). J'ai dit.

22

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

Dans les profondeurs du forum, j'ai trouvé cela. (C'est passionant d'ailleurs.)

Un forumeur a tiré cet article du NouvelObs, qui a écrit:

Le scénario délirant de "l'Opération Volutes"

Comment se monte, pour moins de 10.000 Euros, grâce à l'internet, une opération de déstabilisation sur un concurrent? Révélations sur un cas d'école, au sens propre comme au sens figuré: l'attaque secrète montée en 2000 par HEC contre sa rivale L'Essec.

"But : enrayer, avant début juillet 2000, l'érosion des parts de marché d'HEC face aux actions de l'ESSEC fondées sur la promotion abusive de son MBA" . Ainsi débute l'offre de service qui donna le coup d'envoi, le 28 février 2000, à l'une des opérations les plus tordues qu'on ait vu dans l'univers feutré, en principe doté de principes éthiques, des grandes écoles de commerce: HEC commandait une opération secrète pour déstabiliser l'Essec via l'internet. Quand l'histoire sortit, il y a un an, dans le livre "Les secrets de la guerre économique" (1) beaucoup refusèrent d'y croire. Mais, tout en niant l'opération, HEC ne porta pas plainte, faisant ensuite passer pour affabulateurs les journalistes qui l'ont révélée. Or l'opération a bien eu lieu. Nous nous sommes procuré le document qui décrit, sur 90 pages, la mécanique de cette manipulation baptisée "Opération Volutes". Son analyse montre comment on peut, pour un coût très réduit, grâce à une habile utilisation d'Internet, monter des attaques discrètes mais puissantes sur des marques concurrentes. "De très nombreuses opérations de ce type sont organisées. Dans la plupart des cas elles restent inconnues et la cible ne s'en rend même pas compte» explique Eric Denécé, Directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R) qui réalisa l'opération Volutes. Dans le cas d'HEC, comme pour la récente opération de déstabilisation sur Bruno Gaccio, le journaliste de Canal Plus, rien n'aurait filtré si des opérateurs fâchés avec leurs clients n'avaient pas révélé l'affaire.

Problème à résoudre

A l'automne 1999, HEC est préoccupée car depuis 3 ans, un certain nombre d'élèves reçus à son concours préfèrent intégrer l'école rivale, l'ESSEC. Peu d'étudiants : 12 sur 350. Mais ce qui inquiète HEC c'est que ce chiffre, stabilisé à 4 ou 5 depuis des décennies, s'est mis à monter, passé de 5 en 1997 à 8 en 1998, puis à 13 en 1999. HEC pense que c'est dû au fait que l'Essec se prévaut depuis 1998 – dans des conditions contestées (controversées)- d'être un MBA, le diplôme le plus prestigieux dans le monde des affaires. Il faut absolument, en 2000, que cette tendance s'inverse. Mais le temps presse, impossible d'y parvenir par les moyens classiques tels que les conférences dans les lycées. Alors naît au sein du département "Stratégie" de l'école l'idée d'une action coup de poing confiée à des spécialistes en "Intelligence économique", une expression floue pouvant couvrir des pratiques douteuses.

Solution adoptée

En janvier 2000, deux professeurs de stratégie à HEC, Michel Santi et Bernard Garrette approchent Eric Denécé, un ancien du renseignement, spécialiste connu en intelligence économique . Un contrat est passé entre la société "Intervenance", qui fait du portage pour Denécé, et HEC, représenté par son directeur Bernard Ramanantsoa. Ce document de 4 pages, daté 4 avril 2000, débute ainsi : Article 1, "Le "client" (HEC) confie à la société Intervenance la mission de conseil en communication portant notamment sur l'étude et l'analyse de l'environnement du Groupe HEC". Tout est dans le "notamment"… L'article 5 indique que "Le montant global de la prestation est de 50 000 FHT. En cas de succès total de l'opération, selon les critères définis entre le prestataire et le client, le client s'engage à verser une prime de résultat de 50 000 F". Ainsi l'objet du contrat qui, à l'Article 1, est flou ("mission de conseil") est devenu, à l'article 5, bien plus précis : c'est une "opération". Quelle opération ? Pour le savoir, il faut se reporter à la "proposition d'intervention" présentée deux mois plus tôt par Denécé, le 28 février 2000. Elle décrit par le menu, sur 3 pages, la cible de l'opération (l'Essec), le plan d'action, la base de facturation et le montant des honoraires qui, comme par hasard, sont exactement les mêmes que ceux figurant dans le contrat «officiel". Une matérialité reconnue par la Cour des Comptes qui a enquêté sur cette facture de 50 000 F.

Plan d'action

Sous la forme d'un "script opérationnel", le descriptif de l'opération est digne d'un scénario de polar, avec ses termes militaires façon commando, pour la "mise en place d'une caisse de résonance médiatique et d'un réseau d'influence servant de chambre d'écho aux attaques et dissimulant la véritable origine de l'offensive". Le tout pendant les concours des écoles, entre le 20 mai et le 1er juillet. Chaque étape est baptisée "phase" . Aux phases 1 et 2 ( du 22 au 26 mai) un dénommé Chrstian Fayet, 32 ans ( qui n'existe pas) - soi disant MBA de Lyon -, lance sur l'Internet des messages sibyllins sur des cibles choisies, dans le but "d'amorcer une polémique générale sur les MBA." A la phase 3 démarre le grand débat : 10 faux internautes doivent saturer des forums internet. Se présentant comme des HEC, (une certaine Delphine Puzin), des MBA ESCP ( Edouard Pecquery et Nathalie Zalewski), un MBA de Lyon, 2 MBA de Reims, un MBA de Pau, un ESC Amiens, un ESC de Rouen, un Edhec de Lille, etc, ils alimentent la polémique sur les MBA et la différence entre normes françaises et étrangères. A la phase 4 se déclenchent des pseudo réactions étrangères. Denécé mobilise son réseau de correspondants à l'étranger pour faire entrer en scène trois pseudo anglais ( Irving Dorry, Chapman Steven et Brown Peter) un allemand, deux suisses deux belges deux néerlandais, trois américains et même "deux français expatriés", qui doivent "contrer l'initiative française en disant que seuls 3 ou 4 MBA français sont véritablement aux normes internationales". Simultanément (du 5 au 9 juin) sont prévus des distributions de tracts aux épreuves des concours, orientant les candidats vers les faux forums internet. Il est prévu aussi "d'adresser aussi les tracts aux professeurs, recruteurs, journalistes…" La phase 6, à partir du 12 juin, marque le déclenchement d'un véritable feu d'artifice sur le net : plus de 20 pseudo nouveaux internautes, soit disant diplômés de l'Insead, de l'ESCP, de l'EDHEC ou d'écoles de commerce comme Nantes, Rouen ou Pau, font semblant de se disputer. Certains, dénommés "les grands" reconnaissent que les étrangers (entrés en jeu à la phase 4 ) ont raison de critiquer l'Essec, d'autres ( "les petits") rejettent la contestation des étrangers. Un certain Gaultry Romuald doit jouer le rôle d'un «Essec arrogant". Et les discours prévus ont un objet précis : "déclencher une guerre fronco française entre écoles". Phase 7 : "les "grands" demandent aux petits de se calmer car ils nuisent à l'image de la France. Les petits "condamnent la morgue des grands" et les étrangers interviennent en soutenant les grands. Habile diversion : un pseudo ingénieur des Mines dénonce des "écoles des Mines de seconde zone comme Nantes, Douai etc". La Phase 8 poursuit le combat franco français, avec des échanges entre 10 à 20 personnes, et prévoit même l'éventualité d'HEC défendant l'Essec ! La phase 10, censée être le bouquet, prévoit une "attaque frontale contre l'Essec quelques jours ou semaines avant que les candidats reçus ne fassent le choix définitif de leur école", sur le thème "attention, jeunes candidats, l'Essec vous trompe", en simultané avec "des mailings, du phoning, des tracts de la présence dans les salons ( rumeur) et dans les conférences ( agitation)".

Bilan de l'opération

De l'avis même de Denécé, l'opération n'a pas été "aussi aboutie que souhaité", en raison d'une date de déclenchement trop tardive et d'un budget trop faible : "Les différentes actions ont eu lieu dans l'indifférence générale, comme si ce débat n'intéressait pas vraiment le milieu. Seuls ceux qui étaient sensibilisés préalablement à notre action ont mordu à l'hameçon. Cet état de fait ne pouvait être changé dans les délais définis en fonction des moyens alloués". Le consultant relève toutefois en point positif que " le milieu journalistique s'est révélé, comparé à l'année précédente, plus favorable à HEC". Cette année là, 13 étudiants préférèrent à nouveau l'Essec, comme l'année précédente (ce que HEC cacha soigneusement). Du coup, Bernard Ramanantsoa refusa de payer la prime de 50 000 F prévue au contrat. Devant ce non respect du contrat signé, Denécé décida en 2004 de révéler l'affaire, sous pseudonyme (2).

Un an plus tard, trois questions restent inexplicables. Pourquoi HEC a-t-elle recouru à une idée aussi tordue ? Pourquoi le directeur d'HEC est resté dans la dénégation totale, sans explications ? Pourquoi l'Essec n'a pas protesté ? D'influents réseaux semblent s'être entendus pour étouffer tout déballage, prétextant "de fâcheuses conséquences pour l'image de nos écoles à l'étranger". En fait, la rigoureuse AACSB américaine, qui labellise à la fois l'Essec et HEC est au courant… L'affaire n'a donc jamais été soldée publiquement, ce qui laisse planer une ombre fâcheuse sur un univers enseignant l'éthique et la rigueur.

Si je croyais aux complots ourdis dans l'ombre, je dirais que sur le forum de Sciences Po, en ce moment, il se trame quelque chose d'identique...

23

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

BarBie, 50 ans, s'insurge a écrit:

Beaucoup de gens viennent sur le forum ces temps-ci (dont un certain nombre d'invités pour se réjouir du spectacle de ses errements actuels)

C'est vrai ?

24

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

Franchement, ca devient n'importe quoi par ici. Alcoolisez-vous, tirez un coup, faites quelque chose !

Vous êtes tous bourrés ou quoi ?

Il existe le concours de commissaire des armées (http://www.concours-commissariats.defen … .php?id=17), sorte d'administrateur des armées, pas très populaire à Sciences Po (enfin, je crois).

Buster Keaton a écrit:
Alfredo Unplugged a écrit:

Buster Keaton, tu as un message.

Tu fais bien de me le dire, parce que c'est vrai que c'est vraiment pas très visible, il faudrait vraiment améliorer ça..
Je vais voir!

Merci beaucoup !

Google Ad a écrit:

Vous voulez avoir un forumeur à vos pieds ? Vous rêvez de reconnaissance éternelle ? Nous avons la solution. Envoyez à Alfredo vos identifiant et mot de passe d'accès au fichier logement du BDE. Le pauvre rentre à Paris dans 2 semaines et commence à flipper sa race

Buster Keaton, tu as un message.

30

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

Edit, post crétin. J'avais surtout envie de dire :

P!ierre, tu as un message.

P!ierre, chèque ta bouate idem.

32

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

Ouiiiiiiiiiii j'ai vu ca, mon coeur a même fait des galipettes !

33

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

Ah c'est gentil, j'allais justement poster une niaiserie du genre "Rendez-nous Alci et FS ! Pétition pour la libération des dinosaures forumants."

34

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

C'est un peu impertinent de comparer la divinité plam à un schtroumpf.
Tu répondras bientôt de tes convictions devant la Suprême Sacrée Congrégation du Saint-Office, mécréant.

35

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

La Bible a écrit:

Les gens de Sodome étaient méchants, et de grands pécheurs contre l'Éternel. Et l'Éternel dit : Le cri contre Sodome et Gomorrhe s'est accru, et leur péché est énorme. C'est pourquoi je vais descendre, et je verrai s'ils ont agi entièrement selon le bruit venu jusqu'à moi ; et si cela n'est pas, je le saurai.
[Un peu plus tard]
Lot sortit, et parla à ses gendres qui avaient pris ses filles : Levez-vous, dit-il, sortez de ce lieu ; car l'Éternel va détruire la ville. Mais, aux yeux de ses gendres, il parut plaisanter. Dès l'aube du jour, les anges insistèrent auprès de Lot, en disant : Lève-toi, prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici, de peur que tu ne périsses dans la ruine de la ville.
[Et finalement]
Alors l'Éternel fit pleuvoir du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu, de par l'Éternel. Il détruisit ces villes, toute la plaine et tous les habitants des villes, et les plantes de la terre.

36

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

La Bible a écrit:

Alors ils entendirent la voix de Yahvé, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'Éternel, au milieu des arbres du jardin. Mais Yahvé appela l'homme, et lui dit : Où es-tu ?

37

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

+1
C'est ce que j'essayais de dire dans mes bafouilles asthmatiques.

38

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

Mon Dieu, il est doublement métèque. Mais où va-t-on, Seigneur, où va-t-on ?

Et la culture footbalistique, un oxymore.

jesous chraist pas Inde a écrit:
Alfredo Unplugged a écrit:

Pauvre guignol. J'ai eu le concours à Paris, Bordeaux et Strasbourg, j'ai fait la prépa d'été à Lakanal, et j'ai décidé de faire mon premier cycle à Poitiers.

Le bad. Rien que pour ces deux années tu mérite Harvard ou même Cancun si tu le veux. Je te laisse même ma place à l'USP à Sao Paolo pendant un an (d'ailleurs toi qui est à poitiers, tu sais si c'est la plus cool des cool au brésil ou si je me suis fait arnaquer par les rapports de stage?)

Lol.

Je voulais juste dire que j'ai passé le concours, et qu'à ce titre les remarques crétines du genre "c'est plus facile pour les Francais d'entrer en cycle délocalisé" n'ont aucun fondement : j'ai passé les mêmes épreuves que tout le monde.
Comme je n'ai vécu que 6 ans en AL, je n'ai pas eu droit à la dérogation. J'ai donc passé ma 3A au Mexique, et je ne regrette pas du tout mon choix. C'était une expérience formidable. L'USP est bien cotée je crois, mais je ne peux malheureusement pas t'en dire beaucoup plus...

Mon message était effectivement agressif et vulgaire. Je m'en excuse. Mais la remarque qui m'a fait réagir était juste insupportable de médiocrité beaufisto-parisienne.

41

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

J'y pense.

Pourquoi ne pas enlever à celui ou ceux qui sont ou seront administrateurs (je veux dire propriétaires du Forum, je ne connais rien à la terminologie adéquate) leurs droits de modération ? Ils pourront évidemment continuer à éditer leurs messages, comme n'importe quel forumeur. Mais ils ne pourront plus supprimer ceux des autres utilisateurs, et encore moins des threads entiers.

De leur côté, les modérateurs (qui sont 5 en ce moment) continueraient leur travail. Tous les changements proposés par le ou les propriétaires (ajout de pub, nouvelles fonctionnalités techniques) seraient discutés dans un thread consacré à cet effet. La décision d'adopter les modifications serait prise collégialement, entre propriétaires et modérateurs.
Pour éviter tout débat concernant la représentativité au cours de cette prise de décisions, quelques modérateurs pourraient être choisis pour leur "neutralité" (FDL, mami, ceux déjà en place en somme), et d'autres pourraient l'être en fonction de leur appartenance à un "camp" (expression débile, je sais, mais avoir FS comme modératrice, donc capable de faire entendre sa voix au cours des débats, couperait court à l'accusation de "forum-joujou").



Je me relis, et on dirait La résolution de conflit enseignée aux petites sections de maternelles.

42

(1,128 replies, posted in Le métaforum)

Je plébiscite Drac. Un peu de complot j*** n'a jamais fait de mal à personne.

(je m'adressais à P!ierre : "un de plus")

Ahahah non non, je ne suis pas une nouvelle version de Greg, si c'est ce que tu veux dire.

Je proposais simplement (comme Buster Keaton si je me souviens bien, maintenant supprimé) une réunion pour calmer tout cela et surtout essayer de négocier un partage des droits de propriété du forum.

Alfredo Unplugged a écrit:

Ca n'a rien à voir, mais euh.

Le fil de l'update, qui avait disparu, est ensuite reparu sous une version tronquée (7 pages), et il a à nouveau disparu.

Le fil de la contestation de modération est lui aussi supprimé.

Cela fait assez longtemps que je lis ce forum. J'y interviens très peu, c'est vrai. Mais je crois avoir le droit de faire une (petite) proposition : pourquoi pas une réunion entre les modos et le propriétaire, histoire de faire le point, de calmer la situation (parce que là c'est du n'importe quoi) et éventuellement de renégocier un partage de la propriété du forum ?

Up.

Ca a l'air calme par ici, viendez les gens.

Ca n'a rien à voir, mais euh.

Le fil de l'update, qui avait disparu, est ensuite reparu sous une version tronquée (7 pages), et il a à nouveau disparu.

Le fil de la contestation de modération est lui aussi supprimé.

Cela fait assez longtemps que je lis ce forum. J'y interviens très peu, c'est vrai. Mais je crois avoir le droit de faire une (petite) proposition : pourquoi pas une réunion entre les modos et le propriétaire, histoire de faire le point, de calmer la situation (parce que là c'est du n'importe quoi) et éventuellement de renégocier un partage de la propriété du forum ?

Kibron a écrit:

Enfin, certains voient peut-être dans les plaintes contre les campus de la jalousie.
Mais il faut quand même rappeler que rentrer à Sc Po par campus est quand même plus facile. Il suffit de parler une autre langue (généralement maternelle, donc pas d'effort), et d'avoir un dossier pas trop mauvais. Le seul truc qu'on leur demande en échange c'est de rester dans leur zone.

Quand je vois un mec de Nancy en Argentine ça me fait un peu bizarre, ou des gens du Havre aux Etats-Unis pareil. Qu'on envoie pas des allemands en Allemagne, je le comprends bien. Mais qu'ils ne deviennent pas prioritaires sur des zones complètement opposées à leur campus. Donc il veut apprendre l'espagnol ? Cool, mais l'Espagne c'est bien aussi.
Et pour les autres campus, il ne devrait même pas exister de dérogations, car leur zone regroupe des dizaines de pays, et de langues. Donc tu parles chinois? Ok, mais il te reste encore pas mal de pays dans ta zone, alors prends pas une place à UPenn.

Bref, voilà. Je m'en fous j'ai eu mon premier voeu. Mais c'est vrai que ça fait chier de voir des telles incohérences. S'ils sont si bons, il fallait venir à Paris, et pas fausser le jeu !

Pauvre guignol. J'ai eu le concours à Paris, Bordeaux et Strasbourg, j'ai fait la prépa d'été à Lakanal, et j'ai décidé de faire mon premier cycle à Poitiers. Alors si tu savais, mais si tu savais, comme je suis las des crétins de ton espèce pour qui seul Paris vaut quelque chose. J'ai passé les mêmes épreuves que n'importe quel autre bouffon d'Arcueil, alors ton petit couplet sur "rentrer à Sc Po par campus est quand même plus facile", tu peux te le carrer bien profond.

Ensuite, les gens ne deviennent jamais "prioritaires sur des zones complètement opposées à leur campus". Je ne sais pas d'où tu sors ca.
En cycle délocalisé, il faut commencer par demander une dérogation pour postuler hors de ta zone d'études. Si ton dossier est suffisamment convaincant (par exemple, avoir vécu 20 ans en Colombie, crétin) on t'autorise à postuler ailleurs, aux Etats-Unis par exemple. A aucun moment on n'est "prioritaire", comme tu dis.

Rémy a écrit:
MZ a écrit:

* Affectation: University of Oslo
* Liste: Oslo, Stockholm, Copenhague, Bergen, Uppsala, Aarhus
* Projet: étudier le modèle scandinave bla-bla et l'histoire culturelle de la zone. Et surtout, les pistes de ski au pied de la cité U smile
* Dossier: Bac ES MTB, 1A moyenne avec 13,6 de moyenne et des BC partout sauf en langue (D). Rien de très original.

Salut !

Si tu as des questions sur Oslo, n'hésite pas à me contacter par MP ou mail.

Dios, qué susto. Un fantasma.

L'article sur Obama est aux petits oignons.

Merci beaucoup pour ta réponse, en tout cas.

edit ortho