Re: Election présidentielle de 2017

Pas un mot sur le "clin d'oeil" plagiat du discours de Fillon par Marine Le Pen ?

http://www.lemonde.fr/election-presiden … 54003.html

Re: Election présidentielle de 2017

ljubeta a écrit:

Pas un mot sur le "clin d'oeil" plagiat du discours de Fillon par Marine Le Pen ?

http://www.lemonde.fr/election-presiden … 54003.html

Mais non ça n'a rien à voir avec un plagiat, c'est un clin d'oeil assumé par Marine. En revanche les journalopes et médiacrates à la solde du mondialiste Macron vont encore une fois crier au scandale pour protéger le favori des banques. J'ai bon FDL ?

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

703

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:
ljubeta a écrit:

Pas un mot sur le "clin d'oeil" plagiat du discours de Fillon par Marine Le Pen ?

http://www.lemonde.fr/election-presiden … 54003.html

Mais non ça n'a rien à voir avec un plagiat, c'est un clin d'oeil assumé par Marine. En revanche les journalopes et médiacrates à la solde du mondialiste Macron vont encore une fois crier au scandale pour protéger le favori des banques. J'ai bon FDL ?

Clin d'oeil parfaitement normal qui va contribuer à accélérer la recomposition légitime entre mondialistes qui s'occupent des réfugiés d'un côté et patriotes qui s'occupent du peuple de l'autre.

Je vous rappelle que le pauvre Fillon n'a perdu que parce que cette vieille croûte de Juppé, depuis le début, a refusé sa défaite et ne l'a pas soutenu. Tout le monde sait d'ailleurs que Juppé a rejoint Marcon depuis longtemps. Entre mondialistes cosmopolites, on se comprend. Peut-être même qu'il l'avait déjà rejoint avant les primaires de LR, d'ailleurs. Tout ça pour dire que Marine a bein raison de citer Fillon car elle a toutes les chances de récupérer les fillonistes.

Et si tel est le cas, ce sera la faute de LR ! Ce parti de traîtres qui se trahit et appelle à voter Macron au fallacieux pretexte qu'il refuse la préférence nationale, la sortie de l'euro et l'isolationnisme.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

704

Re: Election présidentielle de 2017

Bouh a écrit:
FDL a écrit:

Le danger, c'est l’extrême-droite.

http://cdn2-europe1.new2.ladmedia.fr/var/europe1/storage/images/europe1/societe/photo-1er-mai-un-crs-en-flammes-apres-un-jet-de-cocktail-molotov-3316970/40910228-1-fre-FR/PHOTO-1er-mai-un-CRS-en-flammes-apres-un-jet-de-cocktail-Molotov.gif

Ces connards cagoulés ont toujours été les alliées objectifs du FN.

Comme Daesh, oui, on sait.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

705

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:
FDL a écrit:
Bouh a écrit:

Ben alors FDL, pas d'injures sur NDA qui dit pis que pendre du Front et des Le Pen depuis toujours ?

Nan parce que lui il ne vote pas contre l'autre. Il se rallie carrément.

Enfin, j'imagine que tu vas lui trouver de bonnes excuses. Et puis c'est pas comme si il avait fait ça contre de l'argent pour rembourser sa campagne, hein...

Il m'arrive d'avoir une vie en dehors du forum et de ne pas être connecté 24h/24. smile
L'alliance de Dupont avec le FN est logique car leur programme est quasi identique. S'il avait appelé à voter Micron, je l'aurais insulté, oui. Mais là, rien ne me surprend. Il y a aussi des intérêts (des deux côtés) que Barney a bien résumés.

Haha, je te vois là bien compréhensif envers NDA, qui il n'y a pas si longtemps comparait le vote pour MLP à un saut dans le vide sans parachute. J'espère qu'il en a un bon de parachute maintenant. Mais de toute façon la sélectivité de tes indignations sur les manoeuvres politiciennes ne m'étonne plus vraiment FDL. Scandalisé que tu es par le raliement de politiques de droite modérés, qui ont soit dit en passant le même programme politique que Macron: tartuffe !

Et sur l'anti-France il est évident que ce que dit Macron est débile. Aucun candidat ne devrait être affublé d'un tel qualificatif lors de nos élections, c'est indigne et dangereux.

J'ai l'impression que tu ne lis pas ce que j'écris. Tu restes dans ta bulle et tu sors des mots-clefs comme "ta candidate", "indignation sélective" etc. Relis ce que j'ai écrit plus haut, notamment sur la proximité des programmes de DLF et du FN et sur la vraie trahison des minables de LR et du PS.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

706

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:
FDL a écrit:

Lellouche, qui a un certain sens de l'honneur, a dû lire mes interventions sur ce forum car c'est exactement ce que je dis.

https://www.facebook.com/stephaneravier … 702283733/

Au moins on aura appris que tu suis Stéphane Ravier sur Facebook.

Non, je ne suis pas Ravier, j'ai trouvé ça sur mon fil d'actualités.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

707

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:
ljubeta a écrit:

Pas un mot sur le "clin d'oeil" plagiat du discours de Fillon par Marine Le Pen ?

http://www.lemonde.fr/election-presiden … 54003.html

Mais non ça n'a rien à voir avec un plagiat, c'est un clin d'oeil assumé par Marine. En revanche les journalopes et médiacrates à la solde du mondialiste Macron vont encore une fois crier au scandale pour protéger le favori des banques. J'ai bon FDL ?

Non, tu as tort, c'est un plagiat. Ne tombe pas dans le piège un peu gros du FN. Je t'ai connu moins naïf.
Mais là où tu as raison, c'est que les médias se sont effectivement jetés dessus.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

708

Re: Election présidentielle de 2017

Bouh a écrit:
Barney a écrit:
ljubeta a écrit:

Pas un mot sur le "clin d'oeil" plagiat du discours de Fillon par Marine Le Pen ?

http://www.lemonde.fr/election-presiden … 54003.html

Mais non ça n'a rien à voir avec un plagiat, c'est un clin d'oeil assumé par Marine. En revanche les journalopes et médiacrates à la solde du mondialiste Macron vont encore une fois crier au scandale pour protéger le favori des banques. J'ai bon FDL ?

Clin d'oeil parfaitement normal qui va contribuer à accélérer la recomposition légitime entre mondialistes qui s'occupent des réfugiés d'un côté et patriotes qui s'occupent du peuple de l'autre.

Je vous rappelle que le pauvre Fillon n'a perdu que parce que cette vieille croûte de Juppé, depuis le début, a refusé sa défaite et ne l'a pas soutenu. Tout le monde sait d'ailleurs que Juppé a rejoint Marcon depuis longtemps. Entre mondialistes cosmopolites, on se comprend. Peut-être même qu'il l'avait déjà rejoint avant les primaires de LR, d'ailleurs. Tout ça pour dire que Marine a bein raison de citer Fillon car elle a toutes les chances de récupérer les fillonistes.

Et si tel est le cas, ce sera la faute de LR ! Ce parti de traîtres qui se trahit et appelle à voter Macron au fallacieux pretexte qu'il refuse la préférence nationale, la sortie de l'euro et l'isolationnisme.

Tu vois, tu ne dis pas que des bêtises quand tu veux. smile

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

709

Re: Election présidentielle de 2017

Banquier fragile :

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t34.0-12/18254480_10154937322593153_367884976_n.jpg?oh=a60b8fb47951f1371f0ae6b6f03996ba&oe=590B9238

Mais si le débat prend cette tournure, on va pouvoir sortir le pop-corn :

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t34.0-12/18253945_10154937425828153_1592345717_n.jpg?oh=0d8d82f67b88eaae96b70dcbc9ceab42&oe=590BB897

Avec l'inévitable débriefing des médias :

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t34.0-12/18302400_10154937751863153_730809681_n.jpg?oh=e714c9c717cd3331e5a1f3e5e8e3f680&oe=590B731C

Au fait, vous connaissez l'anagramme d'EMMANUEL MACRON ? MAMMON ENCULERA. Plutôt bien trouvé, non ? Ce n'est pas de moi.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

710

Re: Election présidentielle de 2017

ljubeta a écrit:

Pas un mot sur le "clin d'oeil" plagiat du discours de Fillon par Marine Le Pen ?

http://www.lemonde.fr/election-presiden … 54003.html

Pas un mot sur les 65% d'Insoumis qui ne voteront pas Micron ? Comme quoi, la majorité a quand même de la jugeote et de la cohérence. On ne peut pas en dire autant de certains.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/ … macron.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

711

Re: Election présidentielle de 2017

Bonne nuit !

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t34.0-12/18254589_10154937891608153_75005503_n.jpg?oh=6206b9ddfe66e576546389e68bf3f9f3&oe=590B7B51

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

712

Re: Election présidentielle de 2017

Allez, j'ai beau être un seigneur Sith, bras droit de Belzébuth, je suis quand même sympa et je ne vais pas vous laisser sur une note cauchemardesque. Plutôt sur une note d'humour, avec les Inconnus qui avaient prévu Micron il y a 30 ans.

https://www.facebook.com/AlHusseini.Wal … o_guests=0

Bonne nuit !

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

713

Re: Election présidentielle de 2017

Non mais elle déconne la Langlade, c'est pas possible qu'il ait dit ça, ou alors il fait aussi partie du gigantesque complot des Russes pour faire gagner MLP.

J'avais très peur pour ce débat mais vu comment ça pédale dans la choucroute sur la monnaie du côté de MLP, Junior a un bon angle pour la corneriser un peu.

"Moult a appris qui bien connut ahan"

714

Re: Election présidentielle de 2017

Il a un très bon angle d'attaque sur l'euro. Un autre sur le plagiat mais ça n'ira pas très loin. Ce sont, malheureusement pour lui, les deux seuls sur lesquels il peut jouer avec succès. Car si c'est pour nous ressortir le retour des heures les plus sombres, Brahim Bouarram ou le bal de Vienne, il est mort.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

715

Re: Election présidentielle de 2017

Le parti de la haine. Oh wait...

20 Minutes a écrit:

VIDEO. Présidentielle: Stéphane Guillon ironise sur le décès de la mère de Dupont-Aignan

http://www.20minutes.fr/elections/presi … ont-aignan

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

716

Re: Election présidentielle de 2017

Ben alors Valoche ? Il ne restera plus personne chez LR, dans ce cas. L'heure des grandes purges ? Un appel à voter blanc ? Tu voudrais exclure papy Alain ?

Le Figaro a écrit:

Pécresse veut exclure de LR "ceux qui appellent à voter FN et ceux qui se laissent séduire par Emmanuel Macron"

http://www.lefigaro.fr/elections/presid … itique.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

717

Re: Election présidentielle de 2017

Le Figaro a écrit:

«Emmanuel Le Pen», le lapsus de Gérard Collomb

Interrogé sur les discours de son candidat sur LCI, le sénateur-maire de Lyon, l'un des premiers soutiens du candidat d'En marche ! a commis un beau lapsus en déclarant : «Si quelqu'un aime la langue française, c'est effectivement Emmanuel Le Pen».

Ok...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

718

Re: Election présidentielle de 2017

Bouh a écrit:

Non mais elle déconne la Langlade, c'est pas possible qu'il ait dit ça, ou alors il fait aussi partie du gigantesque complot des Russes pour faire gagner MLP.

J'avais très peur pour ce débat mais vu comment ça pédale dans la choucroute sur la monnaie du côté de MLP, Junior a un bon angle pour la corneriser un peu.

Si si, c'est possible. Avec Micron, tout est possible. Quel magnifique quinquennat en perspective. Je l'imagine déjà face à Donald, Vlad ou Recep. A moins qu'il n'envoie Angie, sa seconde cougar préférée, à sa place. 

Le Figaro a écrit:

Macron nie être prêt à quitter le débat en cas d'échange tendu avec Le Pen

Selon BFMTV, le leader d'En marche! a menacé d'écourter sa présence si son adversaire se servait de lui comme d'un «punching-ball». Embarrassé, son entourage évoque un échange «mal compris et mal retranscrit».

L'affrontement a d'ores et déjà commencé. Avant même la passe d'armes prévue mercredi soir lors du très attendu débat d'entre-deux tours, Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont croisé le fer dès ce mardi après-midi. En cause, une information de BFMTV, selon qui le leader d'En marche! aurait «menacé» de «quitter le plateau au bout d'une demi-heure» s'il «servait de punching-ball» à la candidate du Front national.

Contacté par Le Figaro, un porte-parole d'Emmanuel Macron a d'abord catégoriquement démenti cette version. «C'est n'importe quoi», a-t-il balayé. Mais, peu de temps après, un autre conseiller a donné une autre explication un peu plus édulcorée: «C'est un échange off mal compris et mal restranscrit», a-t-on expliqué, sans donner d'autres détails.
Le Pen profite de l'imbroglio pour charger Macron

Un changement de pied qui traduit un certain embarras dans l'entourage du candidat. Et pour cause, selon nos informations, Emmanuel Macron aurait en effet bel et bien formulé ce que son entourage qualifie de «boutade» en petit comité... Et ce à au moins deux reprises. Lundi soir, d'abord, en marge de son intervention sur le plateau de TF1. Et mardi matin, ensuite, quelques minutes avant d'être interviewé sur RMC/BFMTV.

Profitant de cet imbroglio, Marine Le Pen a sauté sur l'occasion pour charger son adversaire. «Si M. Macron ne se sent pas à l'aise, il peut toujours demander à François Hollande de venir lui tenir la main, je ne m'y opposerai pas», a-t-elle posté sur Twitter. Lundi, déjà, la candidate du Front national s'était montrée très offensive vis-à-vis du leader d'En marche!, en l'accusant d'être le candidat du «système» et de la «finance».

http://www.lefigaro.fr/elections/presid … dement.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

719

Re: Election présidentielle de 2017

Pendant ce temps, à Pyongya... pardon, à Paris.

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/18268667_10155288904480859_2728935557808279483_n.jpg?oh=2dfdbe59ee8b4083ee35f8eb4cd98552&oe=59776E46

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

720

Re: Election présidentielle de 2017

Mince, moi qui aime bien Gilles Kepel d'habitude, là il a complètement craqué. Sortir cette énorme sottise "Daesh est l'allié du FN" (qui est sans doute la phrase la plus débile que j'aie jamais lue/entendue) est quand même révélateur : cette campagne pourrie fait perdre la raison aux gens, même aux meilleurs.
Et le soutien de l'UOIF à Micron, tu n'en parles pas, Gilles ? Et celui de BHL, qui nous a conduits dans la nasse en Libye, par exemple ? Ça ne sert pas Daesh, ça ? Il est vraiment temps que ces élections se terminent...

Marianne a écrit:

La victoire de Marine Le Pen fait partie du projet djihadiste, par Gilles Kepel

Pour le chercheur spécialiste du djihadisme Gilles Kepel, les inspirateurs des attentats de l’EI en France ont sciemment cherché à faire croître le vote pour l’extrême droite dans une stratégie de guerre civile religieuse.

Marianne : Vos travaux mettent au jour le projet djihadiste, à savoir tenter de fracturer les sociétés européennes, de provoquer la séparation puis l’affrontement entre les musulmans et les autres citoyens. Avez-vous pu constater dans la campagne électorale la réalisation « politique » de ce projet ?

Gilles Kepel : Le projet explicite des djihadistes, tel qu’on peut le constater en consultant leurs sites et leurs tchats, consiste à favoriser la victoire de l’extrême droite, afin de convaincre les musulmans que la France est un pays raciste, que l’intégration est une impasse et qu’il leur faut se rassembler derrière les plus radicaux d’entre eux.

L’intention est clairement indiquée dès 2005 dans le manifeste d’Abou Moussab al Souri, Appel à la Résistance Islamique Globale. On peut y trouver l’inspiration des attentats de Montauban et Toulouse, jusqu’à Paris et Nice, qui prévoit plusieurs étapes dans la montée d’une guerre civile sur une base politico-religieuse, dont celle de faire croître exponentiellement le vote d’extrême droite par des attentats de masse conçus comme des provocations destinées à fracturer la société. Dans cette perspective, les élections présidentielle et législatives de 2017 apparaissaient pour l’Etat islamique comme l’occasion de prendre le débat politique en otage.

"Les élections de 2017 apparaissaient pour l’Etat islamique comme l’occasion de prendre le débat politique en otage"

Jusqu’à présent, ce n’est pas un succès ?

Si les attentats avaient continué sur le rythme de 2015 et 2016, avec un nombre de victimes civiles jamais vu depuis 1944, on peut parier que Marine Le Pen serait arrivée en tête du premier tour ! Rappelons-nous comment, juste après l’assassinat du policier Xavier Jugelé sur les Champs-Elysées, on s’interrogeait sur le report possible de voix sur une candidate qui affichait le programme le plus ultra contre le terrorisme. Mais si cela ne s’est pas produit en effet, c’est parce que l’EI a été soumis à une offensive militaire au Moyen Orient qui a eu pour effet de bloquer ses frontières, d’empêcher la circulation de ses agents vers l’Europe. De plus, le principal coordinateur des attentats, le rappeur Roannais-Oranais Rachid Kassim a été tué par une frappe de drone sur le territoire du « califat » d’où il agissait, en février dernier. Dans son testament, il critique d’ailleurs le leadership de l’Etat islamique qui n’investirait plus assez dans le terrorisme en Europe.

La dernière opération d’envergure, avec la tentative par deux femmes de faire sauter une voiture piégée près de la cathédrale Notre-Dame de Paris, suivie d’un poignardage contre un policier, a échoué le 4 septembre 2016. Depuis, l’investissement dans les technologies informatiques et la coopération avec les services américains ont permis de casser les codes des messageries électroniques, entraînant de nombreuses arrestations préventives. La France est redevenue, comme dans les années 1995-2012, un territoire où l’action des djihadistes est plus difficile qu’ailleurs. D’où la multiplication des actions en Allemagne, qui doit faire face à l’afflux de réfugiés venus du Moyen Orient, où l’action policière est moins coordonnée, et qui fait face à une montée, dans les sondages, de l’extrême droite sous la forme de l’AFD.

"La France est redevenue, comme dans les années 1995-2012, un territoire où l’action des djihadistes est plus difficile qu’ailleurs"

Pour en revenir à la fracture, dans la campagne présidentielle, ne voit-on pas se constituer un bloc identitaire, composé de catholiques revendiqués (vote Fillon), d’anti-immigrés « culturels » (vote Le Pen), face à des candidats flirtant avec le communautarisme au nom du multiculturalisme comme Benoît Hamon ou Philippe Poutou ?

C’est plus complexe que cela. En 2013, les conservateurs religieux de Sens commun et ceux de la Manif pour tous avaient bénéficié d’un soutien de la part des associations islamistes, très virulentes à l’encontre du mariage des homosexuels, alors que 90% des électeurs se déclarant musulman avaient voté pour François Hollande en 2012. Le sondage IFOP publié par l’hebdomadaire Le Pélerin à la suite du premier tour de la présidentielle constate que 10% des électeurs se déclarant musulman ont voté Fillon et 5% Le Pen ; 24% Macron ; 17% Hamon; 37% Mélenchon. Il y a donc une fragmentation du vote, et un fort « survote » pour Mélenchon et Hamon, mais du soutien pour Fillon et Le Pen quand même – par rapport aux résultats globaux du scrutin. En revanche on constate un enclavement croissant des quartiers populaires, du fait de la forte pression sociale qu’y exercent des salafistes cherchant à asseoir leur hégémonie par des codes culturels ou vestimentaires, corrélé par le chômage massif des jeunes et la prévalence des trafics. L’enjeu pourrait se révéler important lors des élections législatives, qui se dérouleront en juin, en plein ramadan. Marwan Muhamad, leader du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a d’ores et déjà annoncé qu’il délivrerait des labels « islamophobe », « moins islamophobe » aux candidats, pour orienter les votes des musulmans. Il n’est pas sûr que l’opération réussisse, mais cela démontre qu’il y a bien des acteurs qui cherchent à constituer une clôture communautariste. De son côté, Marine Le Pen cherche à se placer comme la représentante d’un peuple essentiellement atavique.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon n’a pas de référence communautariste, cela provient probablement de son éducation trotskiste, certes lointaine. Je n’en dirais pas autant de Benoît Hamon, élu de Trappes dans les Yvelines, qui s’est montré plus proche du multiculturalisme. Enfin, j’estime que la candidature d’Emmanuel Macron a pour objectif de dépasser cette fracture entre identitaires et communautaristes.

Vous critiquez les hommes politiques à qui vous reprochez de sauter comme des cabris en criant « laïcité ». Certes, mais que faire alors que nous n’avons aucun autre contrat sociétal possible ?

Ce que je veux dire, c’est on ne peut pas présenter la laïcité comme le fondement de la société. C’est plutôt son pinacle, son achèvement. Elle conclut une œuvre collective, elle ne la précède pas. La laïcité ne retrouvera son sens que lorsque les promesses républicaines seront tenues, en permettant notamment aux jeunes des quartiers populaires, où le taux de chômage atteint 40%, d’accéder aux savoirs et par là au marché du travail de notre société post-industrielle et digitale, leur donnant la possibilité de se définir et de se construire eux-mêmes, en échappant ainsi à la rétractation sur les identités particulières. C’est pourquoi j’estime qu’une réforme profonde de l’éducation devrait être la priorité du prochain quinquennat.

https://www.marianne.net/politique/la-v … 1493723185

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

FDL a écrit:

Il a un très bon angle d'attaque sur l'euro. Un autre sur le plagiat mais ça n'ira pas très loin. Ce sont, malheureusement pour lui, les deux seuls sur lesquels il peut jouer avec succès. Car si c'est pour nous ressortir le retour des heures les plus sombres, Brahim Bouarram ou le bal de Vienne, il est mort.

Il a un angle sur à peu près tout ce qui touche de près ou de loin à l'économie. Il a un point sur les mesures sécuritaires du type déchéance de la nationalité (coucou Greg). En fait tant qu'on reste sur le programme concret du FN il a des angles d'attaque efficaces, parce que le programme est particulièrement malfoutu et inapplicable.

Si elle arrive à l'attirer sur ses sujets hors sol il sera plus en difficulté.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

722

Re: Election présidentielle de 2017

Heureusement que Camba est là pour me faire rire.

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t34.0-12/18280313_10154939106913153_574152059_n.jpg?oh=f51186341ef5f858c73e72ce5051b9ce&oe=590B1CA7

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

723

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

Il a un point sur les mesures sécuritaires du type déchéance de la nationalité (coucou Greg).

Tu veux dire les mesures pour lesquelles il n'a pas de programme ? Cf. sa déclaration après le meurtre du policier sur les Champs...

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

724

Re: Election présidentielle de 2017

Bernard Guetta, "spécialiste" des relations internationales, France Inter.

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/18195116_1332621400138968_3129993965308475581_n.jpg?oh=41e0f13d2b019a7746b2a349a666354a&oe=59B82D83

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

725

Re: Election présidentielle de 2017

Wahou, presque aussi pourri que l'article sur la philosophie de Micron.

Libération, what else ? a écrit:

L'ombre de Sauron plane sur le second tour
Par Patrick SABATIER, ancien journaliste à Libération — 2 mai 2017 à 15:35

L'élection présidentielle façon «Seigneur des Anneaux». Dimanche, pensons à la France comme à la Terre du Milieu de la Saga de Tolkien. Une lecture de l'actualité politique à la lumière des mythes de notre jeunesse n'est pas forcément réductrice ou simpliste.

«Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul»

«Un anneau pour tous les dominer. Un anneau pour les attirer. Un anneau pour les rassembler et les unir dans l’obscurité.» Le Seigneur des anneaux

La bataille qui aura lieu le 7 mai dans les urnes n’opposera pas plus la «droite» à la «gauche» que celle de la Porte Noire qui conclut la trilogie du Seigneur des Anneaux n’a opposé les elfes aux nains ou aux hommes, qu’ils soient de Rohan ou de Gondor. Devant la Porte Noire, la communauté a affronté Sauron, métaphore des forces de la Peur et de la Haine éternellement renaissantes qui cherche à étendre son ombre maléfique sur la Terre du Milieu.

Dimanche, pensons à la France comme à la Terre du Milieu. Et au scrutin comme à un combat dont l’enjeu est son âme et sa survie, et non d’anciennes querelles idéologiques. La communauté de la République et ses vieilles valeurs – liberté, égalité, fraternité, dont Macron est le porte-étendard – affronte l’incarnation moderne de Sauron, le Front national de Le Pen et ses démons encore plus anciens qui ont pour nom xénophobie, intolérance et repli sur soi.

Vision simpliste et réductrice ? Il faut parfois en revenir aux mythes de notre jeunesse pour informer nos choix. Le manichéisme aide à mettre en lumière les véritables enjeux. Le choix du 7 mai n’est pas entre peste et choléra, comme le prétendent ceux qui se drapent dans leur dignité d'«homme-femme-de-gauche-qui-a-toujours-combattu-le-Front» et prennent la pose «insoumise» en se réfugiant pour contempler la bataille sur l’Aventin de l’abstention ou du vote blanc qui ne peuvent que profiter à Le Pen.

Ne pas nommer les choses clairement, c’est leur permettre d’exercer leur puissance délétère comme le font les trois anneaux maléfiques dans la saga de Tolkien.

Il y a trois raisons impérieuses de voter pour Emmanuel Macron même si, et surtout si, on se prétend «de gauche».

La première est (au risque d’apparaître provocateur) : la mondialisation.

La seconde, que certaines belles âmes désignent avec mépris comme «le grand projet de liberté et de paix éclairées, la technocratie bruxelloise», est l’Union, composante européenne de la mondialisation.

La troisième est l’ouverture de la France au monde, contre la xénophobie nationaliste qui gangrène des peuples à qui on répète à l’envi que les autres (étrangers, réfugiés, colorés, membres de l'«élite cosmopolite» ou du «système») sont la cause de tous les malheurs.

Il faut arracher à ceux qui les invoquent sans cesse dans le seul but de s’emparer du pouvoir les trois anneaux qui empoisonnent depuis des années un nombre de plus en plus grand de nos concitoyens.

Le premier qui fait rejeter la mondialisation, le second qui fait rejeter l’Europe, et le troisième qui fait rejeter l’autre. Trois anneaux qui ne font qu’un.

Il est bien sûr légitime, et même nécessaire, de dénoncer et de lutter contre les inégalités, les destructions aveugles, la folie financière qui accompagnent ou se servent de la mondialisation et de la construction européenne. Il serait naïf d’avoir une foi aveugle en une mondialisation-Europe-ouverture nécessairement heureuses.

Mais il est mensonger (ou aveugle) de ne pas voir que la Terre, au cours du demi-siècle qui s’est écoulé, l’âge de la mondialisation, a vu la pauvreté extrême reculer, tout comme l’illettrisme, les épidémies, la mortalité infantile, les famines et même le nombre de victimes des guerres qui l’ensanglantent depuis la nuit des temps (cf. tous les rapports des organisations de l’ONU, de la Banque mondiale ou des ONG). Tous les hommes ne profitent pas également de ces progrès. Mais une grande majorité en retire des bienfaits.

L’Union européenne, telle qu’elle est (non telle qu’elle devrait et pourrait être) a assuré aux générations nées après la Seconde Guerre mondiale, en France comme ailleurs, le bien le plus précieux, une période de paix et de prospérité que le continent n’avait jamais connu.

L’abaissement des frontières a enfin permis un métissage dans tous les domaines dont la France tire profit.

L’alternative à l’ère de la mondialisation est le retour à l’ère du nationalisme, économique, militaire, culturel, ciment identitaire responsable de toutes les guerres, idéologie toxique qui inspire tous les populistes de la planète. Ils hypnotisent les peuples en jouant sur l’ignorance et en brandissant les trois anneaux funestes pour les convaincre que tous les problèmes s’évanouiront si seulement on refusait la mondialisation, on jetait bas l’Europe et on s’enfermait derrière la protection illusoire des remparts et des barbelés. Ils excitent les frustrations et les souffrances, et flattent la colère aveugle pour appeler à «dégager» les «élites mondialistes» qu’ils espèrent remplacer pour entraîner les peuples vers des lendemains qui ne chanteront pas et justifieront toujours plus de dictature.

La mondialisation et la construction européenne ne progressent certes pas en pilote automatique. Elles ne vont pas sans faire de dégâts quand elles ne sont pas maîtrisées ou sont détournées par des intérêts privés. Leurs avancées sont lentes et fragiles, et elles ne sont pas des baguettes magiques qui mettront fin à tous les maux. Les inégalités restent (trop) grandes et parfois s’aggravent, l’insuffisance des régulations et des contrôles est lourde de périls, en particulier pour l’environnement. Et l’immigration ne sera jamais un long fleuve tranquille. Mais la mondialisation est une chance pour l’humanité. L’Union une chance pour les Européens. L’ouverture et le métissage une chance pour la France. On ne pourra en réduire les effets nocifs, et en cueillir les fruits, que par encore plus de mondialisation, régulée, plus d’Europe, démocratisée, et plus d’ouverture, maîtrisée.

En un mot plus d’internationalisme – valeur centrale de la «gauche» depuis au moins le siècle des Lumières et Victor Hugo appelant en 1849 aux Etats-Unis d’Europe.

Ce n’est qu’en expliquant clairement cette réalité, comme Emmanuel Macron a le courage de le faire, qu’on peut espérer triompher des forces obscures nées de la peur, de la souffrance et de l’ignorance qui attisent la xénophobie, appellent à se barricader et à s’armer contre l'«étranger».

Ceux qui prétendent être la gauche devraient l’expliquer sans relâche d’ici au 7 mai au lieu de laisser agir le pouvoir maléfique des trois anneaux. Suivons l’exemple des hobbits de Tolkien, détruisons les trois anneaux sous peine de voir l’ombre meurtrière d’un très long hiver s’étendre sur la France, l’Europe et la Terre.
Patrick SABATIER ancien journaliste à Libération

http://www.liberation.fr/debats/2017/05 … ur_1566726

Remarquez, du côté frontiste, la métaphore est également filée : https://www.youtube.com/watch?v=E31Hixn … pp=desktop

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

726

Re: Election présidentielle de 2017

Du coup, je regarde leurs bêtises et je remarque que je fais une apparition à 0:55 haha : https://www.youtube.com/watch?v=KGKmdZKQWU8

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

727

Re: Election présidentielle de 2017

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/18222504_1836492319948476_2327198086079914310_n.jpg?oh=992ee688b1c2d474f61f74c0321d84d0&oe=598E82C8

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

728

Re: Election présidentielle de 2017

Voilà ce qu'écrivait Muray en 2002. Même si la situation a évolué, c'est toujours bon de l'avoir en tête.

Muray, souvenir d’une quinzaine antifasciste

Philippe Muray   

Extrait d’Exorcismes spirituels, tome III, paru le 4 octobre 2002

De lui-même, Le Pen n’est rien. Rien d’autre que la structure gonflable qu’est venu emplir, le 21 avril dernier, tout ce qui subsiste de réel. Le Pen est la figure que prend la réalité lorsque toute une société en mutation technoïde la chasse par la porte et qu’elle revient s’inviter au festin, sous le nom par exemple d’insécurité, en sautant par la fenêtre. Le Pen est la tête que revêt le réel lorsqu’on l’a laissé trop longtemps dehors, dans les ténèbres extérieures, et qu’il y a chopé la peste. C’est la baudruche enflée de tous les résidus de monde concret non encore transformés par les processus de cybermodernisation illimitée dont notre temps est la proie.
Le Pen est une occupation. Le Pen donne à ces demi-soldes de l’Histoire l’impression de vivre puisqu’ils sont vigilants et en état d’alerte.

Sans ces vestiges encore en suspension un peu partout, et qui sont allés s’engouffrer dans son nom, le soir du premier tour des élections présidentielles, parce qu’ils n’avaient pas trouvé de pire débouché, Le Pen serait relégué au magasin d’antiquités avec sa quincaillerie de calembours, de latin de cuisine, d’Indochine, d’Algérie, et sa collection de casseroles négationnistes. Il est probable qu’il n’a jamais voulu le pouvoir parce que l’accumulation de jouissance que lui donne l’horreur qu’il suscite lui est une satisfaction plus forte que l’exercice de la maîtrise.

Quand je le voyais à la télévision, dans les derniers jours de la campagne du second tour, je repensais à ce texte où Borges évoque la visite chez lui, en juin 1940, d’un « germanophile » venu lui annoncer triomphalement l’entrée de l’armée nazie dans Paris. « J’éprouvai, écrit-il, un mélange de tristesse, de dégoût, de malaise. Quelque chose m’arrêta que je ne pus comprendre : l’insolence de la joie n’expliquait ni la voix de stentor ni la brusquerie de l’annonce. Il y ajouta que ces mêmes armées entreraient bientôt à Londres. Toute opposition était inutile, rien ne pourrait arrêter leur victoire. Alors je compris qu’il était lui aussi atterré. » Et Borges commente : « Le nazisme souffre d’irréalité, comme les Enfers d’Érigène. Il est inhabitable ; les hommes ne peuvent que mourir pour lui, mentir pour lui, tuer et ensanglanter pour lui. Personne, dans la solitude centrale de son moi, ne peut souhaiter qu’il triomphe. Je risque cette conjecture : Hitler veut être battu. Hitler, d’une manière aveugle, collabore avec les inévitables armées qui l’anéantiront, comme les vautours de métal et l’hydre (qui ne devaient pas ignorer qu’ils étaient des monstres) collaboraient, mystérieusement, avec Hercule. »

Le lepénisme souffre lui aussi d’irréalité, quoique le réel résiduel l’ait choisi comme trou noir. Il est inhabitable et il ne demande qu’à être battu. Dans cette perspective, il collabore avec ses ennemis, les anti-lepénistes. Mais c’est ceux-ci, alors, qui renâclent à ce travail de liquidation. Car Le Pen leur permet, en criant sans arrêt à la « lepénisation des esprits », de lepéniser tout ce qui leur déplaît, tout jugement non conforme, tout soupçon de lucidité un peu dissidente, tout ce qui pourrait entraver la marche en avant de leurs innombrables destructions encensées. Le Pen est une occupation. Le Pen occupe tous les RTTifiés au chômage de tout depuis l’RTTernité. Le Pen les justifie. Le Pen donne à ces demi-soldes de l’Histoire l’impression de vivre puisqu’ils sont vigilants et en état d’alerte. Le Pen est le metteur en scène de leur désœuvrement. Et le justificateur de leurs malfaisances. Et le sanctificateur de leurs persécutions. Il leur permet d’aller de l’avant. Et de tétaniser autour d’eux les réticences éventuelles. Ainsi, ceux qui critiquent à si juste titre le prétendu art contemporain ont-ils été accusés, durant l’entre-deux-tours, par un cafard appointé du Monde, d’« alimenter l’idéologie du repli sur soi et du retour à la tribu », donc de faire le jeu de Le Pen.
Le problème des anti-lepénistes n’est pas Le Pen ; le problème des anti-lepénistes c’est eux

Faire le jeu de Le Pen, qui l’a fait mieux et avec une science plus consommée que le mortifère Mitterrand en son temps ? Il y a d’ailleurs eu quelque chose de profondément déplaisant à voir la fille de celui-ci venir sur un plateau déclarer avec candeur qu’elle allait voter Chirac en se bouchant le nez, sans qu’aucun serf médiatique ose lui rappeler que s’il y a bien quelqu’un qui a savamment peloté à son profit pendant quatorze ans la boule puante qui vient de nous exploser au nez c’est son père. De même, par la bouche mielleuse de ses représentants, la gauche sublime et fracassée, mais toujours aussi magnifique, ne s’est-elle pas privée de reprocher tartuffiennement à la droite de ne pas manifester à ses côtés dans la rue. Et personne n’a osé lui répondre que d’abord c’était sa rue, gloubiboulguisée à son image et ressemblance, et transformée en espaces de création, en zones franches pour le libre tapage des teufeurs sacrés de la scène techno ; et, surtout, que c’était son Le Pen. On leur laisse tout ça. Qui d’autre en a l’usage ?

Pour comprendre dans ses tréfonds l’extase anti-lepéniste de ces derniers jours, il suffit de se souvenir, a contrario, de l’enthousiasme très modéré qu’avait suscité chez ces mêmes anti-lepénistes, à la fin de 1998, la brutale scission du Front national. L’éditorialiste Serge July, sous le coup de cette surprise, qui aurait dû être considérée, et à bon droit cette fois, pour divine, mais qui ne le fut pas du tout, alla jusqu’à écrire avec mélancolie : « Jean-Marie Le Pen est devenu bizarrement indispensable au bon fonctionnement de la démocratie française. »

Il fallait comprendre que la modernité emballée en avait besoin pour rendre ses surenchères de toute façon plus aimables que lui ; et que s’il n’existait plus, il fallait le réinventer. Eh bien ça y est. Le malheur des temps l’a ressuscité in extremis. Et si lui-même, de ce succès, était peut-être aussi « atterré » que le « germanophile » de Borgès, et s’il voulait sans doute aussi profondément être battu, il y avait en face une masse immense qui demandait qu’il gonfle encore ; et elle n’a pas ménagé ses efforts pour qu’il y arrive afin d’exister. Car le problème des anti-lepénistes n’est pas Le Pen ; il ne l’a jamais été ; le problème des anti-lepénistes c’est eux ; et ils attendent de Le Pen qu’il les aide à vivre ou à survivre ainsi ; car Le Pen, c’est toujours mieux que rien ; et même, comme les Barbares du célèbre poème de Cavafy, c’est « une espèce de solution »1.
L’anti-lepénisme n’est pas une pensée, c’est une passion

Dans l’invraisemblable concert qui a suivi les résultats du premier tour, dans ce carnaval où se sont bousculés pleureurs, pleureuses, hurleurs et hurleuses au loup, flagellants culturels hagards, mirifiques têtes blondes des lycées et collèges faisant l’apprentissage de leur métier de mouches du coche citoyennes, dans cet opéra mythologique où tout un pays se dressait contre la Bête, la nouvelle humanité s’est baptisée comme dans une eau lustrale. Elle se cherchait un nom, elle l’a trouvé. Elle est désormais anti-lepéniste. Et cela lui suffit, apparemment, pour se définir et le faire de manière passionnée. Car l’anti-lepénisme n’est pas une pensée, c’est une passion. L’anti-lepéniste déteste Le Pen, on ne saurait en douter ; mais il aime de manière passionnée l’état dans lequel le place cette détestation. Il y loge une part essentielle de son identité, la plus haute, la plus belle. Il peut alors faire l’étalage de son moi transfiguré par une si vaste colère. Sous les pavés de bonnes intentions, la rage. Une rage officielle dont la légitimité et même la naturalité ne sauraient être mises en doute. Dans les anti-Le Pen Prides de l’entre-deux-tours, on a pu voir défiler passionnément tout ce qui a vocation à dominer les temps qui s’annoncent.

La vertu emphatisée a paradé comme jamais. La jeunesse dévote, illuminée du vertige de se faire peur, a découvert qu’elle était antifasciste sur rollers et sur autocollants. Les bons apôtres des lendemains qui délepénisent poussaient leurs landaus vers l’avenir radieux, transformant la Grande Marche légendaire des progressismes du passé en une intifada des pouponnières. On ouvrait, dans les immeubles, des ateliers banderoles et des chantiers slogans. Tandis que les éditeurs juraient de publier dans les délais les plus intrépides « des cris de colère de gauche », et que les artistes se désolaient de ne pas être « populaires » dans les cités déshéritées où pourtant ils sont en mission, comme les prêtres ouvriers jadis, et même d’y être si injustement considérés par les exclus comme des exclueurs.

Quant à la gauche sublime du Parti pluriel unique provisoirement en miettes, jamais elle n’était apparue sous son meilleur jour qu’en ces cortèges admirables où la fierté d’être bon donnait le bras à la satisfaction d’être pur, où la repentance se rengorgeait, où la colère était une joie, et où la transparence de l’âme s’appuyait sur les élans du cœur. Les délicatesses qu’elle étalait, lorsqu’elle expliquait qu’elle n’allait voter Chirac qu’après mille réticences, tous ces fins scrupules, toutes ces gracieusetés et ces fines bouches devant le plantureux plat de couleuvres qui s’offrait à elle, faisaient naître un nouvel éventail de gauche tout aussi riche et divers que lorsqu’elle était plurielle ; mais bien plus amusant. On vit ainsi apparaître la gauche du for intérieur et du cas de conscience, la gauche gantée et la gauche dégoûtée, la gauche à reculons et la gauche pince à linge, la gauche haut-le-cœur et la gauche profil bas, la gauche restriction mentale, la gauche pédiluve, la gauche urticaire, enfin toute la gamme de la gauche prophylactique drapée dans son immaculée indignation comme dans un scaphandre stérile. La gauche bébé-bulle. La gauche pince-nez. La gauche pincettes. La gauche pinçon. La gauche pincée. La gauche pince-mi. La gauche pince-moi. La gauche outrée. La gauche outragée. La gauche affligée. La gauche dans les pommes. La gauche à nausée. La gauche désolée. La gauche vierge violée. La gauche temple profané. La gauche offensée et contre-offensante. La gauche élevant sa phobie à la dignité d’une vision du monde, et surmontant encore cette élévation du sacrifice admirable qu’elle faisait en allant voter pour l’objet de sa phobie. Il était même étrange de la découvrir, elle qui s’était récemment connu comme essentielle raison d’être de pourchasser tant de phobies (xénophobie, europhobie, homophobie, gynophobie), à son tour si phobique ; mais si fière de l’être aussi ; comme de bien entendu.
« Contre les méchants »

Toute cette parabole des aveugles contre un borgne ! Certains ont diagnostiqué, dans cet exhibitionnisme de la grande peur des bien-portants, et dans cette grande vapeur des bien-sortants, une réapparition de la politique dont on peut se demander où elle se trouvait, car la politique suppose au moins l’affrontement de thèses également respectables et défendables, alors que le lepénisme n’est ni respectable ni défendable ; il est l’anti-monde de la politique et il a tout fait pour l’être. Ce n’est pas contre un adversaire que tant de militants de la Bonne Cause ont déferlé mais contre Godzilla, King Kong, la Bête des marais. Comme les Américains, après l’effondrement du World Trade Center, s’étaient dressés contre le Mal. « Comment peut-on nous faire ça, nous qui sommes si purs, si innocents ? » s’est aussi demandé la gauche mirobolante de gouvernement. Oui, comment a-t-on pu la bafouer à ce point, elle qui était si contente de son bilan et de ses acquis, de l’euro, des trente-cinq heures, des emplois-jeunes, du Pacs, de la parité, du congé paternité et de tant d’autres belles choses encore tombées de sa hotte de Père Noël sociétal ? En fin de compte, rien ne résumait mieux ce qu’il en était de la politique, en ces jours, que la pancarte brandie par une petite fille où on pouvait lire : « Contre les méchants ». On était bien à Disneyland, pas sur le forum ou sur l’agora, et la lutte des classes était remplacée par celle des petites classes.

Le lepénisme souffre d’irréalité. Mais c’est lui, parce qu’il n’a pas trouvé de canal moins détestable, que le réel a choisi, au premier tour, pour se faire entendre en s’y engouffrant. Ainsi s’est-il donné tous les moyens aussi d’être battu à plates coutures au second tour. Et, bien sûr, de ne pas être entendu du tout. Le réel ? Les joueurs de cornemuse de la France qui gagne, et tous les endormeurs de la nouvelle vie confuso-onirique, l’ont incriminé sous des noms divers : « peur des petits Blancs », « sentiment d’abandon », « angoisse identitaire », autant de comportements peu plaisants, et même franchement antipathiques parce qu’ils s’opposent aux « jeunes et aux classes moyennes qui rêvent d’une société plus ouverte ». Ramené aux dimensions des faits divers criminels les plus sombres, et condensé dans le thème de l’insécurité, le réel a été accusé, dès le 21 avril au soir, d’avoir fait peur aux Français. Et le traitement médiatique de la hausse de la délinquance a été aussitôt montré du doigt.

Ainsi, dans le temps où l’on découvrait qu’un gouffre s’était creusé entre les élites et le peuple, entre ceux d’« en haut » et ceux d’« en bas », on voulait aussi précipitamment ne plus rien savoir de ce qui se passait en bas et qui incitait tant de gens à voter si bassement. Par un bel élan où la pensée magique n’était pas pour rien, on a exigé que les médiatiques cessent sur-le-champ de parler de choses laides et sanglantes comme le massacre des conseillers municipaux de Nanterre ou le tabassage d’un vieil homme d’Orléans à qui l’on tentait de prendre l’argent qu’il n’avait pas et dont on a incendié la maison. L’agression elle-même fut moins déplorée que sa « couverture par les “ Vingt heures ” », et c’est la présence obsédante de la face martyrisée du vieil homme sur les écrans qui a été regardée comme une insupportable délinquance par les Barabbas socialistes du monde qui vient, et même comme une rébellion contre le cours idyllique des choses. « Le fait divers de trop », s’est-on écrié ; et il n’est pas très difficile de traduire que c’était d’abord ce vieil homme que l’on considérait comme de trop. Il n’avait pas su prendre le train de la croissance. Il était resté sur le bord de la route. Il n’avait jamais nagé dans les courants porteurs du world wild web. Ce dinosaure avait tout faux. Sa seule existence était une insulte au bonheur éclatant de vivre pour toujours de l’autre côté du portail Internet. De plein droit, il devenait l’incarnation de cette « France affreuse » que Serge July découvrait au lendemain du premier tour, alors que son journal, un mois plus tôt, consacrait une série d’articles à célébrer la « France décomplexée » de Jospin-président, d’Amélie Poulain et de ce délectable basculement du franc à l’euro qui n’avait « suscité ni drame ni angoisse au grand étonnement des souveraino-sceptiques lepéno-chevènementistes qui, comme toujours, pariaient sur le pire ».
Le réel est reporté à une date ultérieure

Sans parier sur quoi que ce soit, on peut au contraire supposer que le basculement dans la monnaie unique n’est pas passé inaperçu, en fin de compte, ni comme une lettre à la poste, et que toute l’euphorie assourdissante déversée par les médias à ce sujet avait d’abord pour objectif d’interdire à la moindre critique de se faire entendre. Cet événement bruyant a d’abord été un événement sans discussion, donc moderne. Et il n’a donné le sentiment d’être approuvé à l’unanimité que parce qu’il était inacceptable qu’il ne le soit pas. De sorte que le mécontentement qu’il pouvait susciter a été frappé de mutisme ou même refoulé. Du moins le temps qu’ont duré les effets de la piqûre anesthésiante.

Comme ont été refoulées bien d’autres réalités sur lesquelles on a tout de même levé timidement un coin de voile durant l’entre-deux-tours parce qu’il était devenu impossible de faire autrement. Ainsi a-t-on pu découvrir, par exemple, que certains n’étaient pas si satisfaits que cela des trente-cinq heures et de la réduction du temps de travail. Et même que des ouvriers regrettaient de ne plus pouvoir « faire des heures supplémentaires le samedi », alors que leur bonheur de rentrer chez eux pour s’y adonner au partage équitable des tâches domestiques paraissait acquis2. Et, tandis que l’on accusait le programme lepéniste de vouloir « faire rentrer les femmes à la maison », mais que l’on trouvait délicieux que Ségolène Royal y renvoie les hommes, ceux-ci, en silence, saisissaient parfaitement l’entreprise de meurtre qui se tramait contre eux derrière tant de sourires. Avec une belle fraîcheur, un jeune homme de Vitrey-sur-Mance, près de Vesoul, résumait ainsi la situation, et en donnait la clé d’or : « Nous les ouvriers, on voulait pas des trente-cinq heures, on dit les “ Retiens-Tes-Testicules ” (RTT) parce qu’on est empêchés de faire des heures sup. »

Nul ne saurait mieux exprimer la longue besogne de castration sociétale qu’aura été, avec son train d’enfer de mesures et de lois qu’on ne saurait refuser, le gouvernement Jospin, l’un des plus terrifiques qui aient jamais été.

Ainsi, durant l’entre-deux-tours, le réel a-t-il montré le bout de son nez. Mais il a choisi, pour ce faire, le plus sinistre masque qui soit. Quinze jours de fête anti-lepéniste ne se sont pas privés de lui en faire honte. Le réel a reculé. Le réel ne passera pas. Du moins pas cette fois. Et pas comme ça. Le réel est reporté à une date ultérieure. On a eu chaud.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

FDL a écrit:

Voilà ce qu'écrivait Muray en 2002. Même si la situation a évolué, c'est toujours bon de l'avoir en tête.

Muray, souvenir d’une quinzaine antifasciste

Philippe Muray   

Extrait d’Exorcismes spirituels, tome III, paru le 4 octobre 2002

De lui-même, Le Pen n’est rien. Rien d’autre que la structure gonflable qu’est venu emplir, le 21 avril dernier, tout ce qui subsiste de réel. Le Pen est la figure que prend la réalité lorsque toute une société en mutation technoïde la chasse par la porte et qu’elle revient s’inviter au festin, sous le nom par exemple d’insécurité, en sautant par la fenêtre. Le Pen est la tête que revêt le réel lorsqu’on l’a laissé trop longtemps dehors, dans les ténèbres extérieures, et qu’il y a chopé la peste. C’est la baudruche enflée de tous les résidus de monde concret non encore transformés par les processus de cybermodernisation illimitée dont notre temps est la proie.
Le Pen est une occupation. Le Pen donne à ces demi-soldes de l’Histoire l’impression de vivre puisqu’ils sont vigilants et en état d’alerte.

Sans ces vestiges encore en suspension un peu partout, et qui sont allés s’engouffrer dans son nom, le soir du premier tour des élections présidentielles, parce qu’ils n’avaient pas trouvé de pire débouché, Le Pen serait relégué au magasin d’antiquités avec sa quincaillerie de calembours, de latin de cuisine, d’Indochine, d’Algérie, et sa collection de casseroles négationnistes. Il est probable qu’il n’a jamais voulu le pouvoir parce que l’accumulation de jouissance que lui donne l’horreur qu’il suscite lui est une satisfaction plus forte que l’exercice de la maîtrise.

Quand je le voyais à la télévision, dans les derniers jours de la campagne du second tour, je repensais à ce texte où Borges évoque la visite chez lui, en juin 1940, d’un « germanophile » venu lui annoncer triomphalement l’entrée de l’armée nazie dans Paris. « J’éprouvai, écrit-il, un mélange de tristesse, de dégoût, de malaise. Quelque chose m’arrêta que je ne pus comprendre : l’insolence de la joie n’expliquait ni la voix de stentor ni la brusquerie de l’annonce. Il y ajouta que ces mêmes armées entreraient bientôt à Londres. Toute opposition était inutile, rien ne pourrait arrêter leur victoire. Alors je compris qu’il était lui aussi atterré. » Et Borges commente : « Le nazisme souffre d’irréalité, comme les Enfers d’Érigène. Il est inhabitable ; les hommes ne peuvent que mourir pour lui, mentir pour lui, tuer et ensanglanter pour lui. Personne, dans la solitude centrale de son moi, ne peut souhaiter qu’il triomphe. Je risque cette conjecture : Hitler veut être battu. Hitler, d’une manière aveugle, collabore avec les inévitables armées qui l’anéantiront, comme les vautours de métal et l’hydre (qui ne devaient pas ignorer qu’ils étaient des monstres) collaboraient, mystérieusement, avec Hercule. »

Le lepénisme souffre lui aussi d’irréalité, quoique le réel résiduel l’ait choisi comme trou noir. Il est inhabitable et il ne demande qu’à être battu. Dans cette perspective, il collabore avec ses ennemis, les anti-lepénistes. Mais c’est ceux-ci, alors, qui renâclent à ce travail de liquidation. Car Le Pen leur permet, en criant sans arrêt à la « lepénisation des esprits », de lepéniser tout ce qui leur déplaît, tout jugement non conforme, tout soupçon de lucidité un peu dissidente, tout ce qui pourrait entraver la marche en avant de leurs innombrables destructions encensées. Le Pen est une occupation. Le Pen occupe tous les RTTifiés au chômage de tout depuis l’RTTernité. Le Pen les justifie. Le Pen donne à ces demi-soldes de l’Histoire l’impression de vivre puisqu’ils sont vigilants et en état d’alerte. Le Pen est le metteur en scène de leur désœuvrement. Et le justificateur de leurs malfaisances. Et le sanctificateur de leurs persécutions. Il leur permet d’aller de l’avant. Et de tétaniser autour d’eux les réticences éventuelles. Ainsi, ceux qui critiquent à si juste titre le prétendu art contemporain ont-ils été accusés, durant l’entre-deux-tours, par un cafard appointé du Monde, d’« alimenter l’idéologie du repli sur soi et du retour à la tribu », donc de faire le jeu de Le Pen.
Le problème des anti-lepénistes n’est pas Le Pen ; le problème des anti-lepénistes c’est eux

Faire le jeu de Le Pen, qui l’a fait mieux et avec une science plus consommée que le mortifère Mitterrand en son temps ? Il y a d’ailleurs eu quelque chose de profondément déplaisant à voir la fille de celui-ci venir sur un plateau déclarer avec candeur qu’elle allait voter Chirac en se bouchant le nez, sans qu’aucun serf médiatique ose lui rappeler que s’il y a bien quelqu’un qui a savamment peloté à son profit pendant quatorze ans la boule puante qui vient de nous exploser au nez c’est son père. De même, par la bouche mielleuse de ses représentants, la gauche sublime et fracassée, mais toujours aussi magnifique, ne s’est-elle pas privée de reprocher tartuffiennement à la droite de ne pas manifester à ses côtés dans la rue. Et personne n’a osé lui répondre que d’abord c’était sa rue, gloubiboulguisée à son image et ressemblance, et transformée en espaces de création, en zones franches pour le libre tapage des teufeurs sacrés de la scène techno ; et, surtout, que c’était son Le Pen. On leur laisse tout ça. Qui d’autre en a l’usage ?

Pour comprendre dans ses tréfonds l’extase anti-lepéniste de ces derniers jours, il suffit de se souvenir, a contrario, de l’enthousiasme très modéré qu’avait suscité chez ces mêmes anti-lepénistes, à la fin de 1998, la brutale scission du Front national. L’éditorialiste Serge July, sous le coup de cette surprise, qui aurait dû être considérée, et à bon droit cette fois, pour divine, mais qui ne le fut pas du tout, alla jusqu’à écrire avec mélancolie : « Jean-Marie Le Pen est devenu bizarrement indispensable au bon fonctionnement de la démocratie française. »

Il fallait comprendre que la modernité emballée en avait besoin pour rendre ses surenchères de toute façon plus aimables que lui ; et que s’il n’existait plus, il fallait le réinventer. Eh bien ça y est. Le malheur des temps l’a ressuscité in extremis. Et si lui-même, de ce succès, était peut-être aussi « atterré » que le « germanophile » de Borgès, et s’il voulait sans doute aussi profondément être battu, il y avait en face une masse immense qui demandait qu’il gonfle encore ; et elle n’a pas ménagé ses efforts pour qu’il y arrive afin d’exister. Car le problème des anti-lepénistes n’est pas Le Pen ; il ne l’a jamais été ; le problème des anti-lepénistes c’est eux ; et ils attendent de Le Pen qu’il les aide à vivre ou à survivre ainsi ; car Le Pen, c’est toujours mieux que rien ; et même, comme les Barbares du célèbre poème de Cavafy, c’est « une espèce de solution »1.
L’anti-lepénisme n’est pas une pensée, c’est une passion

Dans l’invraisemblable concert qui a suivi les résultats du premier tour, dans ce carnaval où se sont bousculés pleureurs, pleureuses, hurleurs et hurleuses au loup, flagellants culturels hagards, mirifiques têtes blondes des lycées et collèges faisant l’apprentissage de leur métier de mouches du coche citoyennes, dans cet opéra mythologique où tout un pays se dressait contre la Bête, la nouvelle humanité s’est baptisée comme dans une eau lustrale. Elle se cherchait un nom, elle l’a trouvé. Elle est désormais anti-lepéniste. Et cela lui suffit, apparemment, pour se définir et le faire de manière passionnée. Car l’anti-lepénisme n’est pas une pensée, c’est une passion. L’anti-lepéniste déteste Le Pen, on ne saurait en douter ; mais il aime de manière passionnée l’état dans lequel le place cette détestation. Il y loge une part essentielle de son identité, la plus haute, la plus belle. Il peut alors faire l’étalage de son moi transfiguré par une si vaste colère.
.

Pff ... C'est toujours bon de l'avoir dans ta tête tu veux dire !
Quelle analyse remarquable ! Les anti -Le Pen sont donc, des personnes qui ont trouvé dans leur indignation leur seule raison d'exister...Ca les aide même à vivre.. ahaha .Des pauvres types en somme, qui construisent leur identité et certainement, d'après lui, toute leur identité sur cette indignation. Encore un fin psychologue celui-là !

Enfin comme l'a dit Barney, tes indignations sont très sélectives . On a le droit de s'indigner mais seulement voilà, il y a les indignations nobles, je résume, les tiennes, puisque tu t'indignes et dénonces à longueur de journée et celles des autres !

Sans déconner, je crois que tu es le meilleur ambassadeur de la famille Le Pen. Tu devrais les rencontrer.

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

730

Re: Election présidentielle de 2017

zaza's birthday a écrit:

Pff ... C'est toujours bon de l'avoir dans ta tête tu veux dire !
Quelle analyse remarquable ! Les anti -Le Pen sont donc, des personnes qui ont trouvé dans leur indignation leur seule raison d'exister...Ca les aide même à vivre.. ahaha .Des pauvres types en somme, qui construisent leur identité et certainement, d'après lui, toute leur identité sur cette indignation. Encore un fin psychologue celui-là !

Enfin comme l'a dit Barney, tes indignations sont très sélectives . On a le droit de s'indigner mais seulement voilà, il y a les indignations nobles, je résume, les tiennes, puisque tu t'indignes et dénonces à longueur de journée et celles des autres !

Sans déconner, je crois que tu es le meilleur ambassadeur de la famille Le Pen. Tu devrais les rencontrer.

Pauvre France...
Bref, à part ça, un sketch des Guignols hallucinant de racisme et de mépris de classe.

https://www.facebook.com/GuignolsInfo/v … f=NEWSFEED

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

FDL a écrit:
zaza's birthday a écrit:

Pff ... C'est toujours bon de l'avoir dans ta tête tu veux dire !
Quelle analyse remarquable ! Les anti -Le Pen sont donc, des personnes qui ont trouvé dans leur indignation leur seule raison d'exister...Ca les aide même à vivre.. ahaha .Des pauvres types en somme, qui construisent leur identité et certainement, d'après lui, toute leur identité sur cette indignation. Encore un fin psychologue celui-là !

Enfin comme l'a dit Barney, tes indignations sont très sélectives . On a le droit de s'indigner mais seulement voilà, il y a les indignations nobles, je résume, les tiennes, puisque tu t'indignes et dénonces à longueur de journée et celles des autres !

Sans déconner, je crois que tu es le meilleur ambassadeur de la famille Le Pen. Tu devrais les rencontrer.

Pauvre France...
Bref, à part ça, un sketch des Guignols hallucinant de racisme et de mépris de classe.

https://www.facebook.com/GuignolsInfo/v … f=NEWSFEED

Pauvre France ! Pauvre France toi même ! Quel mépris ! Tu méprises et tu ridiculises tout le monde à longueur de posts, qui sont très pénibles à lire. Sauf la famille Le Pen . Elle est épargnée de la moindre critique. On peut retourner tout le forum, pas une fois tu n'a été critique envers eux . Pas de vidéo marrante qui les ridiculiserait, un lien, une phrase, Non rien ne te déplais chez eux. Tu les soutiens, tu les épargnes, tu les respectes, tu les aimes mais tu n'assumes pas !

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

732

Re: Election présidentielle de 2017

Une vidéo "marrante" avec Le Pen, tu en as une juste au-dessus, ça devrait vous plaire, à toi et ton premier degré.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

Je ne l'avais pas vue...
Vidéo pas très marrante...Tu t'es pas foulé .

Last edited by zaza's birthday (03-05-2017 15:47:56)

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Election présidentielle de 2017

La paille, la poutre très cher FDL. Les padawans de Muray n'existent que par leur détestation de ces icones du festivisme et d'une modernité décadente, sans laquelle leur existence politique serait vide. Et au fond ça te caractérise bien sur ce forum, une litanie de messages dénonçant sans relâche ce qui te fait horreur, sans jamais que l'on puisse entrevoir un début d'ébauche de projet. Il n'y a rien de positif à tout cela, dans la mesure où même ton soutien masqué (ou non assumé) à Marine le Pen depuis toutes ces semaines ne repose pas sur un projet pour la France (tu es trop intelligent pour croire un dixième du programme de ces branquignols), mais sur la détestation d'un système. Fort heureusement que ce système existe, ton identité sur ce forum ne repose que là dessus.

Lorsque Donald Trump remporte une élection sans d'ailleurs obtenir la majorité du suffrage populaire, tu y vois une victoire du peuple, preuve que la démocratie existe. Lorsque Marine Le Pen perdra largement le vote populaire tu y verras la victoire des médias, des banques et du système. Où comment ignorer la réalité lorsqu'elle n'est pas exactement comme on voudrait la voir.

La réalité c'est que tous les gens qui vont voter contre MLP vont le faire pour les raisons qui leurs sont propres, parce qu'ils ne l'aiment pas, parce que son programme leur fait peur, ou horreur, ou parce qu'ils le trouvent idiot, ou tout simplement pire que celui de Macron. Tu y verras la défaite du vrai peuple, parce qu'au fond malgré la pureté de tes convictions et de ta cohérence tu vis mal le fait d'être minoritaire.

Last edited by Barney (03-05-2017 16:28:47)

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

Re: Election présidentielle de 2017

Des douaniers aux frontières pour arrêter les terroristes ...dixit Le Pen.

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

Re: Election présidentielle de 2017

MLP était shootée ?

Quand on post on raconte pas sa vie.

Re: Election présidentielle de 2017

J'attends que FDL vienne nous expliquer que Marine Le Pen a gagné haut la main ce débat, ou que les médias du système vendus au mondialiste Macron le soutiennent sur ordre des oligarques soutenus par la CIA.

Personnellement et sans prétendre être objectif, je pense que MLP a illustré avec brio la raison du plafond de verre qui la sépare du pouvoir.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

738

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

sans jamais que l'on puisse entrevoir un début d'ébauche de projet.

Quel est ton projet, à toi ? Je ne savais pas qu'il fallait présenter un programme de gouvernement pour pouvoir s'exprimer ici. Je pose un regard critique sur l’environnement dans lequel je vis et ce n'est pas donné à tout le monde, donc c'est déjà très bien. 


Il n'y a rien de positif à tout cela,

Il n'y a malheureusement pas grand-chose de positif dans cette société. Mais crois-moi, j'aimerais pouvoir l’être. Ma lucidité ne le permet pas. 

dans la mesure où même ton soutien masqué (ou non assumé) à Marine le Pen depuis toutes ces semaines

Tu te contredis. Si j'avais apporté un soutien à un candidat, j'aurais défendu un projet. Or, ce n'est pas le cas et je suis dans la cohérence de ce que tu me reproches juste au-dessus, à savoir la dénonciation sans relâche de ce qui me fait horreur. Micron est le seul candidat de cette campagne qui me faisait réellement horreur. Aucun autre ne synthétise aussi bien que lui tout ce que je méprise et rejette. Si tu relis mes messages, tu verras que l'essentiel consiste à lui taper dessus et non à défendre un autre.

(tu es trop intelligent pour croire un dixième du programme de ces branquignols),

Je ne crois en aucun de ces programmes car je prends la politique pour ce qu'elle est : du théâtre.

mais sur la détestation d'un système. Fort heureusement que ce système existe, ton identité sur ce forum ne repose que là dessus.

Pas seulement mon identité sur ce forum, encore heureux. Ma vie ne tourne pas autour de ça. Mais si ce système n'existait pas, ma réflexion serait différente. Cela dit, je ne me fais pas de soucis, il est appelé à perdurer, ce qui justifiera mes cinq prochaines années de critique, ici ou ailleurs.

Lorsque Donald Trump remporte une élection sans d'ailleurs obtenir la majorité du suffrage populaire, tu y vois une victoire du peuple, preuve que la démocratie existe.

Il y a des sursauts, de temps en temps, oui. Mais c'est cyclique. Le sens de l'Histoire ne suit pas une ligne continue, celle du Progrès qui nous conduirait à la félicité et au bonheur suprêmes pour les siècles des siècles. Tout a une fin et tout recommence.

Lorsque Marine Le Pen perdra largement le vote populaire tu y verras la victoire des médias, des banques et du système.

Les médias, les banques et le système ont gagné depuis bien longtemps, cher ami.

La réalité c'est que tous les gens qui vont voter contre MLP vont le faire pour les raisons qui leurs sont propres, parce qu'ils ne l'aiment pas, parce que son programme leur fait peur, ou horreur, ou parce qu'ils le trouvent idiot, ou tout simplement pire que celui de Macron.

Bien sûr. C'est pour ça qu'en authentique démocrate, je ne ferai pas de leçon de morale aux gens et je ne les inciterai jamais à voter pour quelqu'un ou, pire, contre quelqu'un. Ils font ce qu'ils veulent. Je l'ai fait deux-trois fois la semaine dernière sur le ton de l'humour pour taquiner Bouh ; et encore, c'était pour le pousser à voter blanc. 

Tu y verras la défaite du vrai peuple, parce qu'au fond malgré la pureté de tes convictions et de ta cohérence tu vis mal le fait d'être minoritaire.

Je suis d'un tempérament aristocrate et mon côté anarchiste de droite me fait adorer le fait d’être minoritaire. Je ne jouis jamais autant que lorsque vous êtes tous contre moi. smile

Last edited by FDL (03-05-2017 23:06:58)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

739

Re: Election présidentielle de 2017

Barney a écrit:

J'attends que FDL vienne nous expliquer que Marine Le Pen a gagné haut la main ce débat,

Je fais le pari qu'un jour, tu comprendras. Ou que tu quitteras ta mauvaise foi. smile

Ce débat était d'une médiocrité sans nom.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

On a assisté en direct à la décrédibilisation de la fonction présidentielle.

Quand on post on raconte pas sa vie.

741

Re: Election présidentielle de 2017

MLP ou comment s'atomiser soi-même en 2h  yikes
Impressionnant quand même, j'ai pas très bien compris sa stratégie à part se flinguer elle-même  tongue   

Si après ça, elle s'en remet (dans son parti s'entend)...
Je pense que certains cadres vont vouloir la disputer un peu après le 2e tour (des législatives).

Last edited by Arken (03-05-2017 23:38:27)

Re: Election présidentielle de 2017

lehussard a écrit:

On a assisté en direct à la décrédibilisation de la fonction présidentielle.

La faute à qui...

@FDL : je suis prêt à recevoir toutes tes leçons de mauvaise foi.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

743

Re: Election présidentielle de 2017

Au moins, le débat d'hier aura servi à une chose : devant tant d'incompétence, seul le retour de la monarchie peut encore sauver la France.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

744

Re: Election présidentielle de 2017

France Info a écrit:

Quand Emmanuel Macron était banquier d'affaires : "Un élément prometteur, mais sans plus"

Vous est-il arrivé de taper "Macron banquier" sur Google ? Cette requête suffit à mesurer à quel point ces deux mots, accolés, suscitent les pires fantasmes. De quoi donner envie de scruter de plus près les quatre années passées chez Rothschild & Co par le futur candidat à l'Elysée. Le banquier d'affaires a-t-il été un "Mozart de la finance" ? Ou un météore de passage dans les couloirs feutrés de cette banque prestigieuse, dans l'attente d'un autre destin ? A trois jours du second tour du dimanche 7 mai, franceinfo se penche sur la précédente carrière d'Emmanuel Macron.
Une carrière débutée sur les conseils d'Alain Minc

Rembobinons le parcours du prodige. Sorti en 2004 dans la "botte" (c'est-à-dire parmi les tout premiers) de l'ENA, Emmanuel Macron rejoint à 27 ans la très élitiste Inspection des finances. Il devient rapidement le protégé de Jean-Pierre Jouyet, alors chef des inspecteurs des finances, qui le présente à Jacques Attali. De fil en aiguille, Emmanuel Macron est désigné en 2007 rapporteur général adjoint de la Commission pour la libération de la croissance. Présidée par l'ancien sherpa de François Mitterrand, ce cénacle est un vivier de patrons, d'économistes et d'intellectuels.

Le jeune Macron étoffe son carnet d'adresses, et croise quantité de bonnes fées qui se penchent sur sa carrière naissante. Elles l'orientent vers la banque d'affaires. "Au moins trois commissaires, Jean-Michel Darrois [avocat], Serge Weinberg [président du conseil d'administration d'Accor] et Xavier Fontanet [PDG d'Essilor International], le recommandent chez Rothschild", racontent Les Echos.

Pourquoi le jeune homme, déjà mû par une ambition présidentielle, selon son biographe François-Xavier Bourmaud, choisit-il le privé ? Parce que l'homme d'affaires Alain Minc lui aurait donné ce conseil, dès sa sortie de l'ENA :

    Pour faire de la politique aujourd'hui, il faut être riche ou ascète. Donc, commence par fabriquer de l'épargne, deviens banquier d'affaires. D'abord, tu seras libre (...) de conseiller des hommes politiques pendant cette période. Mais, surtout, tu gagneras bien ta vie pendant plusieurs années, et tu y gagneras ta liberté.
    Alain Minc

    Cité dans le livre "Macron, l'invité surprise" (éd. de l'Archipel)

En septembre 2008, Emmanuel Macron suit la suggestion de son mentor et se met en disponibilité de la fonction publique. A trente ans, il rejoint la banque d'affaires Rothschild & Co, "dix jours seulement avant la chute de Lehman Brothers", note Rue 89.
"Quand il arrive, il ne connaît rien à la finance"
Krach ou pas, Rothschild & Co conserve son cœur de métier : l'ingénierie financière. A l'instar de sa grande rivale Lazard, la banque d'affaires est spécialiste des fusions-acquisitions (les "fusac" pour les initiés). A elle de faire les évaluations financières lorsque deux entreprises s'allient, cèdent des filiales ou échangent des participations. A elle, surtout, de "renifler" à l'avance les mariages supposés juteux entre grandes entreprises, pour jouer les entremetteurs intéressés.

Pour le jeune banquier, il s'agit donc de décrocher des marchés, et de prouver ses compétences dans un domaine tout neuf pour lui. "Quand il arrive, il ne connaît rien à la finance. Il est pris pour son carnet d'adresses qui intéresse beaucoup, mais il n'a pas encore la technicité financière nécessaire", explique à franceinfo Martine Orange, qui a publié en 2012 Rothschild, une banque au pouvoir (éd. Albin Michel). Et d'ajouter :

    Je fais mon enquête à ce moment-là sur Rothschild, pour mon livre. Je n'entendrai presque jamais parler d'Emmanuel Macron.
    Martine Orange à franceinfo

"David de Rothschild, avec qui j'ai eu cinquante heures d'entretien, ne m'en a pas parlé comme un élément déterminant. C'était peut-être un élément prometteur, mais sans plus, à ce moment-là". précise-t-elle."Un vrai débutant", surenchérit dans son essai François-Xavier Bourmaud, mais qui "apprend vite" : "Il a suffisamment de bagou pour faire oublier sa méconnaissance du milieu et a l'art de donner le change."
Il devient associé en un temps record
Mais la technicité a-t-elle une réelle importance ? Non, tranche un fin connaisseur du milieu joint par franceinfo, qui préfère garder l'anonymat :

    Un banquier d'affaires, c'est un cheval d'écurie, une perle rare. On achète d'abord un carnet d'adresses, surtout en France.
    Un spécialiste de la banque d'affaires à franceinfo

Il précise sa pensée : "Pour être banquier d'affaires dans le domaine de la chimie ou du pétrole, il faut avoir fait Polytechnique. Si vous êtes dans le secteur bancaire, mieux vaut être énarque et inspecteur des finances, car ces gens-là ne décrochent leur téléphone que pour un alter ego", poursuit-il.
Une ascension "mystère"
Le surdiplômé va d'ailleurs connaître une ascension fulgurante. A 32 ans, Emmanuel Macron devient associé-gérant chez Rothschild, battant ainsi le record (33 ans) détenu par Grégoire Chertok, un banquier star de la rue de Messine. Une progression étonnante ? Pour Martine Orange, cette propulsion éclair reste "un mystère". D'autres plus capés, fait-elle remarquer, attendent "des années" avant d'être admis dans ce tout petit cercle. Plus subtilement, Les Echos notent en creux qu'Emmanuel Macron n'a pas "le profil de banquier classique" et n'est pas "un pur produit Rothschild", contrairement à ses deux collègues trentenaires cooptés comme lui fin 2010.

Le journal économique retient surtout, comme haut fait d'armes du nouvel associé, son intervention dans "la recapitalisation du journal Le Monde". Ce travail n'a pourtant rien rapporté à Rothschild puisqu'Emmanuel Macron conseillait bénévolement la société des rédacteurs du quotidien. Il y a d'ailleurs laissé un souvenir mitigé : son vice-président d'alors, Adrien de Tricornot, a raconté au site StreetPress comment Emmanuel Macron l'avait "séduit, puis trahi". Sans le dire, le futur ministre de l'Economie était alors en contact avec Alain Minc, qui soutenait une des offres de rachat du Monde.

Double jeu ou pas, cette casquette, qui l'a rendu très visible, montre qu'Emmanuel Macron regardait déjà ailleurs. "En 2010, écrit François-Xavier Bourmaud dans son ouvrage, il devient assez vite la cheville ouvrière du 'groupe de La Rotonde', cette bande d'experts qui travaillent à bâtir le programme économique de François Hollande" et se réunissent dans une brasserie proche de Montparnasse.

    Emmanuel Macron travaille toujours chez Rothschild. Pour lui, ce n'est plus désormais que l'antichambre du pouvoir.
    François-Xavier Bourmaud dans "Macron, l'invité surprise"

Faut-il, pour autant, considérer comme négligeable son bilan de banquier d'affaires ? Non, d'autant qu'il a su faire fructifier les contacts noués à la commission Attali. Grâce à Peter Brabeck-Letmathe, PDG de Nestlé rencontré à ce moment-là, il décroche le gros lot. A la fin de sa brève carrière bancaire, il se voit confier la négociation du géant agro-alimentaire pour racheter à Pfizer sa branche de laits infantiles. Nestlé débourse près de 9 milliards d'euros, et Emmanuel Macron devient millionnaire. "En dix-huit mois, de 2011 au premier semestre 2012, avant sa nomination comme secrétaire général adjoint de l'Elysée, détaille BFMTV, il a gagné 2,4 millions d'euros chez Rothschild."
Un gros coup et puis s'en va

De là à le considérer comme un virtuose de la haute finance, il y a un pas que les spécialistes ne franchissent pas. Fondateur d'AlumnEye, un site qui prépare les aspirants aux entretiens d'embauche dans le secteur financier, Michael Ohana a d'autres idoles chez Rothschild :

    Emmanuel Macron a fait un deal, Nestlé, et c'est tout, tandis que Grégoire Chertok, c'est 'l'homme aux 150 deals'. Une légende dans le secteur des fusions acquisitions !
    Michael Ohana à franceinfo

"Son passage chez Rothschild n'a été marqué que par un seul deal important apporté sur un plateau par la commission Attali", approuve ce spécialiste. "Ça ne suffit pas à hisser Emmanuel Macron au rang des 'stars' de la banque d'affaires, des dealmakers comme Chertok ou Pigasse [le patron de la banque Lazard]." Et de conclure : "Probablement parce qu'il est un peu trop contemplatif. Il ne cherche pas à faire du fric à tout prix. En vrai, ça ne devait pas l'intéresser plus que ça."

Qu'auront apporté les années Rothschild à Emmanuel Macron ? De l'argent, dont il ne reste qu'un patrimoine inférieur à 300 000 euros, selon sa déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Une image de banquier d'affaires qui va lui coller à la peau, sans que les gens soient forcément conscients, déplore Michael Ohana, qu'il aurait pu gagner beaucoup plus d'argent en restant chez Rothschild & Co : "Les gens accusent Macron d'être un grand méchant banquier, mais il est sincère quand il dit : 'j'ai pris mon risque'. Financièrement parlant, c'est vrai."

Quant à la banque Rothschild & Co, précise notre spécialiste anonyme, elle n'est pas franchement ravie de cette publicité : "En prenant Emmanuel Macron, ils voulaient son carnet d'adresses, pas une vedette qui prenne la lumière et braque les projecteurs sur la banque ! S'il est élu, on va passer à la loupe tous leurs deals, surtout si l'Etat y est mêlé de près ou de loin." Un lien avec le plus haut niveau de l'Etat qu'a déjà connu la banque dans le passé. En effet, si Emmanuel Macron devient président de la République, il sera le second ancien banquier de chez Rothschild à accéder à l'Elysée, après Georges Pompidou.

http://mobile.francetvinfo.fr/elections … google.fr/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

FDL a écrit : Il n'y a malheureusement pas grand-chose de positif dans cette société. Mais crois-moi, j'aimerais pouvoir l’être. Ma lucidité ne le permet pas. 

zaza : Faut pas exagérer tout de même ! Il n'est en effet pas nécessaire d'avoir un projet pour s'exprimer sur ce forum, mais on peut avoir des rêves. Tout n'est pas noir, fichu d'avance. On peut rêver d'un avenir meilleur pour nous, nos enfants, nos futurs enfants. Et pour ce qui est de ta lucidité, qui est grande certes, tu n'es pas le seul ici à en être pourvu  wink


Barney a écrit dans la mesure où même ton soutien masqué (ou non assumé) à Marine le Pen depuis toutes ces semaines, etc....


FDL
: Tu te contredis. Si j'avais apporté un soutien à un candidat, j'aurais défendu un projet etc...

zaza : Non, pas besoin d'avoir un projet pour soutenir un candidat. Il ne t'as pas échappé qu'un bon nombre de forumeurs militent dans un parti ou soutiennent un candidat sans avoir nécessairement un projet.

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)

746

Re: Election présidentielle de 2017

Ah, ces fichus Russes qui se mêlent de l’élection française pour l'influencer.
Oh wait...

http://www.parismatch.com/Actu/Politiqu … on-1248782

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

747

Re: Election présidentielle de 2017

Houellebecq a écrit:

Le vote est toujours un vote de classe, alors je vote Macron. Qu'on le veuille ou pas, je fais maintenant partie de l'élite mondialisée, donc je vote Macron.

Je ne peux pas voter Mélenchon ou Le Pen parce que je ne suis plus dans la France périphérique, la France qui souffre.

Et je ne vote pas Fillon, parce que je ne suis pas non plus un héritier.

https://www.youtube.com/watch?v=91SniVE … e=youtu.be

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

748

Re: Election présidentielle de 2017

Hypocrisie, indécence, instrumentalisation, sentimentalisme, dégoulinade. A vomir.

https://www.facebook.com/EmmanuelMacron … f=NEWSFEED

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Election présidentielle de 2017

zaza's birthday a écrit:

FDL a écrit : Il n'y a malheureusement pas grand-chose de positif dans cette société. Mais crois-moi, j'aimerais pouvoir l’être. Ma lucidité ne le permet pas. 

zaza : Faut pas exagérer tout de même ! Il n'est en effet pas nécessaire d'avoir un projet pour s'exprimer sur ce forum, mais on peut avoir des rêves. Tout n'est pas noir, fichu d'avance. On peut rêver d'un avenir meilleur pour nous, nos enfants, nos futurs enfants. Et pour ce qui est de ta lucidité, qui est grande certes, tu n'es pas le seul ici à en être pourvu  wink


Barney a écrit dans la mesure où même ton soutien masqué (ou non assumé) à Marine le Pen depuis toutes ces semaines, etc....


FDL
: Tu te contredis. Si j'avais apporté un soutien à un candidat, j'aurais défendu un projet etc...

zaza : Non, pas besoin d'avoir un projet pour soutenir un candidat. Il ne t'as pas échappé qu'un bon nombre de forumeurs militent dans un parti ou soutiennent un candidat sans avoir nécessairement un projet.

Je suis ce forum avec beaucoup d'intérêt et je trouve intéressantes les discussions entre FDL et ses contradicteurs, notamment Barney et Bouh.

Par contre je dois avouer zaza que tes interventions sont très immatures et pas très futées. Tu dois sans doute être une collégienne ou une élève en seconde et je te conseille d'écouter les grandes personnes et d'apprendre plutôt que de vouloir à tout prix dire quelque chose et passer pour quelqu'un d'un peu limité. Suis ce conseil, ca te servira dans ta vie plus tard !

Re: Election présidentielle de 2017

Sciencepiste observateur a écrit:
zaza's birthday a écrit:

FDL a écrit : Il n'y a malheureusement pas grand-chose de positif dans cette société. Mais crois-moi, j'aimerais pouvoir l’être. Ma lucidité ne le permet pas. 

zaza : Faut pas exagérer tout de même ! Il n'est en effet pas nécessaire d'avoir un projet pour s'exprimer sur ce forum, mais on peut avoir des rêves. Tout n'est pas noir, fichu d'avance. On peut rêver d'un avenir meilleur pour nous, nos enfants, nos futurs enfants. Et pour ce qui est de ta lucidité, qui est grande certes, tu n'es pas le seul ici à en être pourvu  wink


Barney a écrit dans la mesure où même ton soutien masqué (ou non assumé) à Marine le Pen depuis toutes ces semaines, etc....


FDL
: Tu te contredis. Si j'avais apporté un soutien à un candidat, j'aurais défendu un projet etc...

zaza : Non, pas besoin d'avoir un projet pour soutenir un candidat. Il ne t'as pas échappé qu'un bon nombre de forumeurs militent dans un parti ou soutiennent un candidat sans avoir nécessairement un projet.

Je suis ce forum avec beaucoup d'intérêt et je trouve intéressantes les discussions entre FDL et ses contradicteurs, notamment Barney et Bouh.

Par contre je dois avouer zaza que tes interventions sont très immatures et pas très futées. Tu dois sans doute être une collégienne ou une élève en seconde et je te conseille d'écouter les grandes personnes et d'apprendre plutôt que de vouloir à tout prix dire quelque chose et passer pour quelqu'un d'un peu limité. Suis ce conseil, ca te servira dans ta vie plus tard !

Tu n'as pas changé. Toujours aussi méprisant.
Ton complexe de supériorité, qui révèle en fait un complexe d’infériorité dans 90% des cas, peut très bien se traiter par une psychanalyse. Je te suggère d'y avoir recours. wink

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)