Re: Collusion presse - pouvoir

Bof, je peux comprendre que les mecs soient - dans les circonstances du discours de Hollande - assez énervés envers une presse qui ne leur a pas vraiment fait de cadeaux ces derniers mois. S'ils ont demandé à ce que ça ne soit pas filmé et que la journaliste l'avait accepté, ça revient à publier du off. On peut d'ailleurs considérer que le off ne devrait pas exister, mais les journalistes en ont besoin pour travailler, c'est un compromis.

Par ailleurs sur la déontologie des journalistes, ils parlent aux sources qu'ils peuvent avoir et il est normal qu'ils s'adressent à la source officielle. Qu'ils ne fassent pas de travail de recoupage de leurs informations, c'est un autre problème mais ce n'est pas la responsabilité de Gantzer. Et sinon Gantzer n'est absolument pas un "conseiller de l'ombre", il est chargé de la communication et des relations avec la presse, on le voit partout, son nom est sur l'organigramme, etc. Ce n'est pas un visiteur du soir ou quelqu'un qui aurait une influence cachée sur le Président. C'est une situation totalement courante et il me semble normale.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

352

Re: Collusion presse - pouvoir

Oh, c'est étonnant ça. Je n'aurais jamais cru.

Gala a écrit:

David Pujadas : son interview d'Emmanuel Macron scandalise les internautes
Trop complaisant

Le journaliste David Pujadas a été vivement critiqué par les internautes après son interview du candidat Emmanuel Macron au 20h de France 2 jeudi soir. Il n'aurait pas su l'interrompre et lui poser les bonnes questions.

Bienveillant? Les internautes n’ont pas épargné David Pujadas après son interview d’Emmanuel Macron sur France 2 jeudi au journal de 20h. Le journaliste n’aurait pas été assez incisif face au candidat, le laissant parler à sa guise et entamer un monologue ininterrompu pour dérouler au mieux son programme dévoilé le jour-même.

Sur Twitter, les réactions ont été très vives et impitoyables. Pour les internautes, le journaliste qui a bien failli quitter France 2 récemment n’a pas fait son métier correctement, donnant du crédit à Emmanuel Macron. Son attitude est jugée partiale en comparaison de ses autres interviews. « Pujadas qui offre une ‘tribune’ à Macron. Pas une seule contradiction, un véritable meeting en direct », a critiqué un internaute. « Je croyais que ce n’était plus possible, mais si… l’interviewer qui n’interrompt jamais l’interviewé comme #Pujadas au 20h avec Macron. »

Certains twittos se sont même prêtés à un discours ironique : « Implacable question de David Pujadas : « Est-ce que vous pensez être prêt à gouverner la France si vous gagnez? » Acculé, Macron avoue : « oui » . » D’autres détails n’ont pas échappé à Twitter, comme le costume identique que portaient les deux hommes : « Je crois que je suis contre le costume bleu avec cravate ton sur ton #Macron #Pujadas » a raillé Fabienne Sintes, la présentatrice de la matinale sur France Info.

L’attitude du journaliste fait souvent l’objet de critiques. Il avait été blâmé lors de l’Emission politique consacrée à Jean-Luc Mélenchon la semaine dernière, tentant de vouloir faire dire ce que l’invité Philippe Torreton ne voulait pas dire.

http://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars … U.facebook

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

353

Re: Collusion presse - pouvoir

Si même l'Obs le dit...

L'Obs a écrit:

Macron : abandonné par Lenglet, Pujadas part en exil intérieur

Chaque matin du lundi au vendredi, si possible à 9 h 15 précises, Daniel Schneidermann publie cette chronique sur les dominantes médiatico-numériques du matin. Ou parfois de la veille au soir (n'abusons pas des contraintes). Cette chronique est publiée sur le site indépendant Arrêt sur images (financé par les abonnements) puis sur Rue89.

Au soir de la présentation (enfin !) de son programme, Macron déboule chez Pujadas. Ah, François Lenglet va le tailler en pièces, le beau programme. Il va nous faire du Lenglet. Avec son cheval et son grand chapeau. Avec ses chiffres et ses grands tableaux. Macron écoute, silencieux. Jette des regards anxieux à l'écran de retour, situé face à lui. Suis-je déjà filmé ? Dois-je sourire ? Afficher une moue gourmande ? Retour, mon beau retour, dis-moi par quelles ripostes faciales puis-je accueillir les critiques de Lenglet ?

Et puis, pas vraiment. Lenglet note sobrement que le programme de Macron est affligé d'un "talon d'Achille" : beaucoup de dépenses nouvelles, et un certain flou sur les recettes. On l'a connu plus pugnace. Lenglet a enfin rencontré un programme lengletien.

Accents toniques

Et puis... et puis Lenglet s'en va. Le grand Lenglet. Le beau Lenglet. Avec ses chiffres et ses grands tableaux. A-t-il un train à prendre ? Au moins, il laisse à Pujadas les coudées franches, pour poser les questions qui tuent. Et c'est parti pour un bombardement d'accents toniques pujadiens. "Une question sur VOTRE conception des choses. Si VOUS étiez mis en examen, est-ce que vous renonceriez à être candidat ?" (Spoil réponse : oui). "C'est un moment important pour vous. Vous êtes depuis quelques jours le favori. Vous êtes extrêmement jeune. Beaucoup se posent la question Est-ce que vous êtes PRET ? Est-ce que vous êtes PRET ?" (Spoil réponse : oui).
Vous aimez cet article ?Inscrivez-vous à la Newsletter de l'Obs

Mais il ne va pas s'en tirer ainsi, le Macron. "Vous n'avez pas le vertige parfois à l'idée de diriger la cinq ou sixième puissance mondiale ?" (Spoil réponse : non). "Vous savez ce qu'on dit de vous. On dit que vous êtes un séducteur. Est-ce que vous êtes prêt à déplaire, parce que décider, c'est trancher ?" (Spoil réponse : devinez vous-mêmes). Etc. etc.

Ronron macronien

Et puis, sans doute épuisé, Pujadas part en vacances. En retraite méditative intérieure. Il lui laisse les clés du plateau. On n'entend plus que le ronron macronien. Numérique. Prudhommes. Entreprenariat. Réforme en profondeur dès les premières semaines. Hypothèse robuste.  De ce ronron, surnage tout de même un indice. "Je regrette que François Lenglet ait quitté le plateau. J'aimerais poursuivre le débat". Pujadas, réveillé en sursaut : "sans doute dans quelques semaines".

Ah, c'était donc ça. Il ne fallait pas déflorer le futur duel à l'épée de la future grande émission de prime time. Ni déflorer non plus le duel du lendemain matin, du même Lenglet interrogeant le même Macron...sur RTL. Inconvénients du cumul.

http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/su … rieur.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Collusion presse - pouvoir

C'est surtout Arrêt sur image, plus que la ligne éditorialiste de l'Obs. Schneidermann donne des leçons à tout le mondre, pas très surprenant qu'il en donne également dans le cas de Macron. Je note quand même une chose dans son article, l'argument selon lequel Pujadas n'aurait rien demandé pour préserver les scores de sa future émission consacrée à Macron, ce qui ne parait pas délirant.

Après c'est vrai que cette interview était pourrie, à peu près autant que les interviews avec Fillon où les journalistes ne relancent jamais, etc. Le problème du traitement médiatique de Macron ce n'est pas vraiment les interview au fond, parce qu'en France elles sont toutes catastrophiques, avec des journalistes qui ne posent aucune question difficile et ne relancent jamais (sauf peut être avec Marine Le Pen et Sarkozy en fin de piste). Le vrai problème c'est le reste, éditos complaisants, absence de couverture des possibles affaires, etc.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg