Topic: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Je viens de lire ça sur le site du Figaro:

Le Figaro a écrit:

Génétique: Londres autorise les "hybrides"

L'autorité britannique de la fertilité humaine a annoncé avoir accepté "en principe" la création d'embryons inter-espèces, mêlant de l'ADN humain à des ovules d'animaux, à des fins de recherche et non de procréation. La décision controversée, adoptée par l'Autorité britannique pour la fertilité humaine et l'embryologie (HFEA), vise à pallier le manque d'ovocytes humains destinés au clonage d'embryons à des fins thérapeutiques, permis en Grande-Bretagne à la différence de la France par exemple.

Il y a environ un an, des chercheurs britanniques avaient voulu créer un embryon mi-humain mi-vache; cette demande pourrait donc aboutir, dorénavant:

Le Figaro a écrit:

Trois projets britanniques d'embryons hybrides homme-vache. (novembre 2006)

CELLULES SOUCHES Trois universités britanniques ont, cette semaine, déposé une demande officielle pour fabriquer des embryons hybrides.


LES UNIVERSITÉS de Newcastle et d'Edimbourg ainsi que le King's College de Londres ont, cette semaine, déposé une demande officielle d'autorisation pour trois ans de création d'embryons hybrides de vache et d'homme, auprès de l'autorité britannique chargée de la régulation et de l'utilisation des embryons humains.

Le but des chercheurs est de mieux comprendre les mécanismes de production, de différenciation des cellules souches embryonnaires, afin de produire des lignées cellulaires susceptibles d'être utiles aux traitements de maladies chroniques (Parkinson, diabète, cancers). Jusqu'à présent, ce sont des oeufs humains surnuméraires, non utilisés pour les procréations médicalement assistées, qui servaient à la production de tels embryons et des lignées cellulaires pour la recherche. La pénurie de tels ovocytes est telle que des équipes scientifiques envisagent de se passer d'eux. Ils ont l'intention d'utiliser des ovocytes bovins, dont ils extrairaient le noyau, pour le remplacer par l'ADN du noyau de cellules humaines.

Bronca éthique

Ce transfert nucléaire permettrait de faire des embryons dont 99,9 % du patrimoine génétique serait humain. Il ne resterait comme matériel génétique de vache que l'ADN des mitochondries, qui produisent l'énergie dans les cellules. La cellule initiale serait alors stimulée pour se diviser et produire un embryon primitif de quelques jours de vie, appelé blastocyste. Cet embryon est bourré de cellules souches embryonnaires que les scientifiques comme le Dr Lyle Armstrong de la New Castle University, veulent extraire au 6e jour, vérifier leur qualité, leur viabilité, et étudier la manière dont elles sont reprogrammées pour se différencier. Les cellules souches seraient ensuite détruites, il n'est pas question de les utiliser à d'autres fins que la recherche expérimentale pure.

Ces projets déclenchent une bronca éthique de grande envergure : pour Calum MacKellar, du Conseil écossais de bioéthique, « cette recherche risque de miner la distinction entre les espèces animales et humaine ». La position du gouvernement travailliste est de ne pas autoriser ce type de travail. En France, le comité d'éthique de l'Inserm avait considéré plutôt favorablement cette piste avant la parution des lois de bioéthique en 2004. Aujourd'hui, la création de cellules souches à partir de cellules normales semble à portée de main : ce qui rendrait obsolète l'utilisation d'embryons.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Va falloir adapter les tapettes en fonction ...

"À bas le second degré !" "Monsieur, vous êtes d'une remarquable insignifiance."
Don't hit me with them negative waves so early in the morning.

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

En attendant les 1ers spécimens mi-homme mi-vache: les grenouilles transparentes (qui bientôt, après quelques bidouillages génétiques, clignoteront dès qu'elles seront atteintes d'un cancer). On n'arrête pas le progrès...

Libération a écrit:

Et la science créa la grenouille transparente

Comment observer ce qu'une grenouille a dans le ventre sans l'éventrer ? Facile, en la rendant transparente. On ne sait si le sort de grenouille de laboratoire en deviendra plus enviable pour autant, mais des chercheurs japonais l'ont fait: ce batracien d'un nouveau genre a vu le jour à l'Institut de biologie des amphibiens de l'Université de Hiroshima. Une cousine par manipulation génétique des rares spécimens albinos de grenouilles brunes japonaises (Rena japonica de leur vrai nom) qui sont normalement de couleur ocre.

«On peut observer à travers la peau la croissance des organes, ou encore la façon dont un cancer commence et se développe, a expliqué le chef de l'équipe de recherche, le professeur Masayuki Sumida. Il est possible de regarder les organes de la même grenouille tout au long de sa vie sans avoir besoin de la disséquer. Les chercheurs peuvent aussi observer à moindre coût comment les toxines affectent les os, le foie et les autres organes.»

Ces batraciens manipulés peuvent se reproduire normalement et leur progéniture hérite de la transparence. Mais les choses se corsent quand même pour la troisième génération: les petits-enfants des grenouilles initiales ne survivent que très peu de temps.

L'équipe de chercheurs ne compte pas s'arrêter en si bon chemin: ils envisagent maintenant d'améliorer le spécimen en créant, par ingénierie génétique, des grenouilles qui s'illumineront lorsqu'un cancer commencera à se développer en elles.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Spidermannnnnn

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

5

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

"Elles vont s'illuminer sous l'effet du cancer"
mais je trouve ça tellement poétique, ahaha

.                                collectif individuel manufacture internet d'objets gentils                             .
[¤=¤] tape            [o=o] VHS           [O=O] ghetto blaster         [O=X] ghetto blaster d'occasion

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Oui mais le truc c'est que le cancer est pas programmable. Si ça se trouve, même, ces pauvres grenouilles ne s'allumeront pas une seule fois de leur pauvre existence.

Moi je leur dirai bravo quand ils nous feront clignoter le soir du réveillon, ou même quand on est bourré... même si pour beaucoup c'est assez évident sans lumière.

La bêtise n'est pas mon fort.

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Une petite photo de la grenouille:


http://img408.imageshack.us/img408/3267/grenouilletransparenteam2.jpg

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

bah je vais te foutre dans un bocal empli d'amiante et de fumée de malbak, au centre du réacteur de Tchernobyl... Tu verras si c'est pas programmable!

ah?

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

A propos, quelqu'un aurait-il un lien vers une "nouveauté" dans le secteur de la génétique d'il y a quelques années déjà qui permettrait via un produit et une piqure de rendre transparent l'épiderme ?

10

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Jeunes gens, je crois que sur ce sujet, vous êtes précisément en train d'enculer des mouches.

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Ca, ça va considérablement contrarier les profs d'SVT et leurs dissections. Quoi que, ma prof nous donnait des cuisses de grenouille surgelées. (APRES décongélation, figurez vous.)

Mais j'admets que pour voir l'évolution d'un cancer, ça marche mieux quand on ne tue pas le patient. (Et pis si le patient clignote, alors que demande le peuple.)

Alea, tu parles du film avec Kevin Bacon? big_smile

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Je ne parle d'aucun film, je parle d'un article paru dans Science et Vie lui-même étant un condensé d'un article d'une revue scientifique américaine, qui arrive à rendre UNE couche d'épiderme voire quelques unes "transparentes" (càd, on voit les muscles dessous, etc...). Problème, je ne trouve pas l'article en question sur le net.

13

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Le Figaro a écrit:

Des souris comparables à Lance Armstrong

Des chercheurs américains ont fait naître des souris transgéniques capables de courir à la vitesse record de 1,2 km/h durant six heures sans pause, soit plus de 7 km, des capacités physiologiques comparables à celles du champion cycliste Lance Armstrong, selon une étude publiée aujourd'hui. "Elles sont métaboliquement similaires à Lance Armstrong grimpant des cols dans les Pyrénées", selon Richard W. Hanson, professeur de biochimie à l'université Case Western Reserve à Cleveland (Ohio, nord), le principal auteur de ces travaux parus dans la dernière édition du Journal of Biological Chemistry.
"Ces super-souris brûlent essentiellement des acides gras pour obtenir leur énergie nécessaire à ces efforts tout en produisant très peu d'acide lactique", ajoute-t-il. Cet acide se forme au cours du travail musculaire intensif. Ces souris transgéniques mangent aussi 60% plus de nourriture que leurs congénères sauvages, tout en restant minces, en pleine forme et en vivant plus longtemps. Les femelles peuvent aussi engendrer jusqu'à l'âge de 2 ans et demi soit plus du double que la limite d'un an, considérée comme normale. Elles sont aussi beaucoup plus agressives que les autres souris.

Et qu'est-ce que ce serait si ces souris se dopaient...

edit: je dédie donc mon 600ème message aux souris transgéniques.

Last edited by FDL (01-11-2007 21:27:12)

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

14

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Le Figaro a écrit:

Cellules souches : la procréation bouleversée ?

Un chercheur japonais met en garde contre la possibilité de concevoir un enfant avec un spermatozoïde et un ovule tirés d’une même personne. Réel problème ou science-fiction ?
La découverte du Japonais Shinya Yamanaka, qui a permis d’obtenir des cellules souches pluripotentes sans toucher aux embryons, ne marque pas pour autant la fin du débat éthique.

Dans le quotidien britannique Daily Telegraph, Yamanaka souligne « qu’en théorie, nos travaux permettent de générer des ovules et spermatozoïdes », ce qui serait une grande avancée pour combattre la stérilité. Mais ils permettent également de créer des spermatozoïdes à partir des cellules d’une femme, et des ovules à partir de celles d’un homme. Conséquence : des chercheurs mal intentionnés pourraient selon lui créer un enfant doté d’un seul parent. Une possibilité qui reste n’est pas sans poser de questions éthiques et sociétales, même si sa concrétisation est très largement hypothétique.

Interrogé à ce sujet par lefigaro.fr, Didier Sicard, professeur de médecine et président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), salue la démarche de Shinya Yamanaka mais tient à relativiser cette mise en garde qui participe selon lui d’un « emballement scientifique » dès qu’un sujet touche à l’humain. « Je suis un peu réticent à avoir une réflexion éthique centrée sur des domaines qui appartiennent à une sorte d’imaginaire scientifique au pouvoir », explique-t-il. « On est toujours tenté de passer d’une découverte fondamentale à son utilisation sociétale, du réel à la science-fiction ».

« Article I : le futur est toujours à l’opposé de ce que l’on imagine », répète Didier Sicard. Un point sur lequel tombe d’accord Jean-Claude Ameisen, professeur d’immunologie, président du Comité d’éthique en recherche médicale et en santé de l’Inserm et membre du même CCNE. Et de citer à l’appui la découverte de l’ADN : « si on s’était focalisés sur la thérapie génique, qui était l’application qui a été imaginée en premier, on n’aurait jamais avancé. En somme, les révolutions scientifiques se produisent là où on ne les attend pas.

Mais pour lui, la remise en perspective de ses propres travaux par Yamanaka, attitude « très rare » au demeurant, permettra d’avoir une réflexion éthique « en amont pour éviter la pression idéologique ». Elle permet également de rappeler que « la science n’est ni bonne ni mauvaise, elle change simplement le champ des possibles et nous oblige donc à faire des choix ».

Même si, comme Didier Sicard, il est persuadé que « nous sommes loin d’imaginer ce que seront en réalité les futures applications » des recherches sur les cellules souches, ces dernières mèneront tout de même à une véritable révolution. Seule certitude : « tout un pan de la biologie est en passe d’être bouleversé ».

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

15

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Je ne sais pas vraiment si ça relève du clonage en fait.
Il s'agit par exemple pour le père de donner un spermatozoïde (donc rien de plus normal) mais aussi un ovule (ce qui l'est moins). Le problème, mais ce n'est qu'une supposition de ma part, c'est que le spermatozoïde et l'ovule du père (je n'aurais jamais pensé écrire ça un jour...) doivent être génétiquement identiques, puisque provenant de la même personne. Donc est-ce qu'on peut parler de clonage dans ce cas-là ?

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

(Oulala ça me rappelle le lycée tout ça. Le comptage de mouches pour le bac, tout ça...)

Mais justement, au-delà de la question du clonage... Ce n'est pas un auto-inceste ou autre concept marrant qu'on pourrait inventer, mais si justement l'inceste est interdit, c'est bien pour les problèmes de consanguinité qu'il pose (l'interdit religieux tire j'imagine sa source de là)... Donc c'est bien beau de se faire un enfant tout seul, mais bon sans vouloir faire mon eugéniste...

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Rémy a écrit:

Lors des différentes "mitoses" (j'ai oublié le nom technique) des cellules reproductrices

La méiose.

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Mais de rien très cher.
Le fait que mes cours de bio soient plus proches de moi que mes cours d'éco me fait un peu peur par contre smile

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

-

Last edited by Aliosha (16-12-2007 14:53:41)

Convertis : Edou, EB, So What, Trèfle, Moktar, faux semblants, fétiche, Alea, LaurieLP
---
Sent from my Blackberry Handheld.

20

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Le Figaro a écrit:

Des chercheurs créent un cœur de rat en laboratoire

Pour la première fois, un cœur de rat qui parvient à fonctionner a été fabriqué à partir de cellules cardiaques néonatales.
Les travaux publiés dimanche dans la revue Nature Medicine par l'équipe de Doris Taylor (Université du Minnesota, Minneapolis, États-Unis) auraient pu être au centre de l'intrigue d'un livre de science-fiction. Et pourtant, l'af­faire est bien réelle. Un cœur de rat, capable de battre et de fonctionner comme une pompe cardiaque, a été fabriqué dans un laboratoire à partir du cœur d'un animal mort et de cellules cardiaques néonatales de rat.

Il ne s'agit que d'un rongeur et le cœur fabriqué n'a pas encore été greffé sur un autre animal. Mais ces travaux inaugurent une ère totalement nouvelle de la recherche en transplantation d'or­ganes. L'idée en ligne de mire est que l'on pourra peut-être un jour se passer des donneurs d'organes et utiliser ceux que l'on sera capable de fabriquer de ma­nière adaptée à chaque individu. Pour l'instant, nous en sommes encore loin.

Comment fabriquer un cœur en laboratoire ? Dans un premier temps, les chercheurs de l'Université du Minnesota ont prélevé celui d'un rat mort afin qu'il soit utilisé comme structure de base à celui qu'ils souhaitaient créer. Ils ont ensuite éliminé la totalité des cellules cardiaques de cet organe, grâce à un procédé dit de «décellularisation» par lessivage, ne laissant que «la matrice extracellulaire», c'est-à-dire le squelette de base qui donnera à l'organe final la forme d'un cœur. Ils ont ensuite injecté dans cette matrice des cellules provenant de cœurs de rats nouveau-nés. Le tout a été ensuite placé dans un milieu de culture favorable à la croissance des cellules cardiaques.

Il a suffi de quatre jours pour que les cellules injectées se multiplient et s'étendent sur toute la matrice et que des contractions soient observées dans le muscle cardiaque naissant. Huit jours après la mise en culture, le cœur était déjà capable de fonctionner comme une pompe, à faible débit certes, puisqu'à une puissance d'en­viron 2% de la fonction d'un cœur adulte.

«Quand nous avons vu les premières contractions, nous sommes restés sans voix», a commenté Harald C. Ott, un des chercheurs de l'équipe. «C'est un des deux grands moments de ma vie, a confié à l'AFP Doris Taylor (Université du Minnesota, Minneapolis, États-Unis). Le premier, c'était en 1997 quand j'ai vu des cellules se développer dans un cœur de lapin après un infarctus.» Ces résultats «sont très prometteurs», selon les chercheurs.

Applications encore lointaines

Cette même équipe a également testé avec succès la technique visant à éliminer toutes les cellules du muscle cardiaque sur des cœurs de porc. Elle a expérimenté ce procédé sur différents organes, comme les poumons, le foie, le rein et les muscles.

Cette équipe veut maintenant transplanter ces cœurs bioartificiels sur des animaux vivants afin d'explorer leur fonctionnalité in vivo. «L'idée se­rait de développer des vaisseaux sanguins ou des organes transplantables et fabriqués à partir des propres cellules d'un individu», ex­plique Doris Taylor, une des coauteurs de la publication. Une telle perspective pourra peut-être apporter un jour un élément de réponse au problème crucial de la pénurie d'organes. En France, 700 personnes sont en permanence en attente d'une greffe de cœur.

Il faut cependant reconnaître que cette perspective est encore très lointaine. «Ce travail, c'est de la très belle expérimentation réalisée par une équipe de grande qualité, soutient le professeur Philippe Menasché (hôpital Georges-Pompidou, Paris). Mais, soyons clair : les applications cliniques sont très loin. Un cœur, ce n'est pas quedu muscle cardiaque, c'est aussi des artères coronaires, des nerfs, de vaisseaux lymphatiques, du tissu conjonctif, c'est très compliqué.Il s'agit de recherche magnifique, mais de là à envisager un cœur bioartificiel, c'est de l'utopiecomplète.»

http://www.lefigaro.fr/sciences/2008/01 … atoire.php

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

FDL : j'ai trouvé des infos sur ce que j'avais avancé sur la peau transparente.

Donc, on prend une "mire" sans rien au-dessus pour l'expérience témoin.
http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/expo/tempo/franquin/inventions/images/mire.jpg

On fait le test avec une couche d'épiderme :
http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/expo/tempo/franquin/inventions/images/miresouspeau.jpg

Enfin, avec une couche d'épiderme où l'on a injecté auparavant une ou plusieurs gouttes de glycérol :
http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/expo/tempo/franquin/inventions/images/miresouspeautransparente.jpg

Sources (aucun vers une revue scientifique) :
http://www.transfert.net/Un-soupcon-d-invisibilite
http://www.cite-sciences.fr/francais/al … ible3.html

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Je voulais poster un article semblable, j'en aurais peut-être trouvé un moins sensationnaliste mais celui-ci fait bien l'affaire.
C'est une nouvelle merveilleuse, j'espère juste que ce n'est pas un faux espoir de plus.

La recherche dans le domaine de la fabrication d'organes est en train de progresser à toute allure. Entre ça et le nouveau processus qui permet de retransformer des cellules de l'épiderme en cellules souche, il n'y a que des bonnes nouvelles.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

23

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Vous avez les yeux bleus ? Votre ancêtre était donc un mutant. VOUS êtes des mutants.

Libération a écrit:

Dans le bleu des yeux

Génétique. Tous les individus aux yeux bleus d’origine européenne partagent un même ancêtre, mutant, selon des chercheurs danois. Plongée dans une énigme qui a fasciné les eugénistes.

«T’as de beaux yeux, tu sais», disait Jean Gabin, plongeant dans le bleu des mirettes de Michèle Morgan. Evidemment, la réplique aurait eu moins de classe si le grand mâle du Quai des brumes avait murmuré de sa voix de basse : «Dis donc, ma poule, t’as chopé la belle mutation rs12913832 qui est logée sur le chromosome 15.» Mais elle aurait été scientifiquement correcte au regard des résultats publiés dans la revue Human Genetics par l’équipe de Hans Eiberg, de l’université de Copenhague. Fin janvier, le généticien danois révélait ainsi une de ces rares découvertes qui éclairent l’origine des caractères physiques les plus communs de l’homme, en l’occurrence la couleur des yeux. L’énigme est triviale, elle a intrigué les eugénistes du début du XXe siècle. Elle intéresse aujourd’hui la médecine du cancer, la police scientifique et la recherche fondamentale… en génétique, comme en témoigne la salve d’articles scientifiques publiés sur la question depuis un an, parmi lesquels celui de Hans Eiberg est sans doute le plus étonnant.

Une mutation dans un fragment précis de l’ADN humain, nous apprend l’équipe danoise, est la cause des yeux bleus de l’humanité, du moins de sa portion dite «caucasienne» - en clair, originaire d’Europe -, ce qui n’est pas rien, puisque c’est de là que viennent la quasi-totalité des 300 millions de propriétaires d’yeux clairs de la planète. Cette mutation porte, qui plus est, sur une seule base de l’ADN humain, lequel en compte trois milliards. Autant dire sur pas grand-chose… Les chercheurs ont découvert ce même particularisme génétique chez des porteurs d’yeux bleus d’horizons divers, du Danemark à la Jordanie. Le signe, estiment-ils, que tous les individus d’origine européenne aux yeux bleus sont les descendants d’une même lignée dans laquelle est apparu ce variant génétique subtil. Et d’esquisser dans la foulée un scénario de genèse.

Succès nordique. A ses origines, l’espèce humaine, qui a évolué sous le soleil d’Afrique, avait les yeux marron, bien équipés pour résister aux ultraviolets. Est survenue cette modification génétique conférant l’œil bleu. Quand donc ? «L’âge de cette mutation est difficile à calculer», conviennent les auteurs, qui proposent toutefois un lieu et une date pour le début de sa ruée vers le Nord : «Aux abords de la mer Noire, région d’où est partie la grande migration des premiers agriculteurs vers l’Europe du Nord, au Néolithique, il y a environ 6 000 à 10 000 ans…» Comment, ensuite, ce trait se serait-il propagé au point de devenir d’une banalité affligeante dans les contrées les plus septentrionales, et paroxystique en Islande (90 %) ? La réponse est délicate.

Ce caractère «yeux bleus» est récessif, c’est-à-dire qu’il faut, pour l’avoir, que ses deux parents soient porteurs du gène. Sinon, on a l’œil sombre, le fait est connu depuis les travaux de l’eugéniste américain Charles Davenport qui, dès 1907, une trentaine d’années avant de fricoter avec les nazis, s’interrogeait sur la clé de la «supériorité» du trinôme blanc-blond-bleu. Depuis, la couleur des yeux est devenue l’exemple type illustrant le mode de transmission des gènes découvert par Gregor Mendel - les élèves de première ES qui ont passé l’épreuve scientifique du baccalauréat en 2005 en savent quelque chose, puisqu’ils ont dû plancher sur la question… Or donc, comment l’œil couleur ciel, pourtant si vulnérable, s’est-il taillé un tel succès nordique ? «Il y a peut-être eu un avantage reproductif à avoir les yeux bleus, au moins sur le plan de la sélection sexuelle», nous répond Hans Eiberg. Traduire : les hommes et les femmes auraient succombé aux individus dotés de cette singularité, s’exclamant à l’unisson «t’as de beaux yeux, tu sais», et leur donnant une grande postérité. L’isolement des populations arrivées aux confins de l’Europe du Nord, vouées à des unions entre soi, aurait fait le reste…

Variateur de lumière. Ce scénario est largement spéculatif, mais la mutation, elle, est une réalité. Elle a été révélée au terme d’une enquête dont les premières étapes remontent au milieu des années 70, raconte Hans Eiberg, âgé aujourd’hui de 63 ans. A cette époque, le généticien se place à l’avant-garde de la chasse aux gènes humains en lançant une banque d’ADN de «grandes familles», c’est-à-dire ayant une large descendance. Grâce à ce matériel, essentiel pour suivre la transmission d’un gène et trouver sa place sur des chromosomes, il découvre la localisation chromosomique d’une trentaine de gènes dont l’altération est source de maladies ; notamment, en 1985, celui de la mucoviscidose. Mais il s’intéresse aussi à la génétique des caractères physiques, notamment de la couleur des yeux.

Hans Eiberg a justement, dans sa banque d’ADN, qui compte 860 familles et totalise 6 000 individus, un matériel idéal pour explorer ce phénomène : un échantillon de population danoise remarquable, constitué d’un couple, de ses 17 enfants et de 20 de ses petits-enfants. Le père a les yeux marron, la mère les yeux bleus, et on trouve de tout dans la descendance. A partir de là, Eiberg et ses collègues partent à la chasse aux différences, scrutant l’ADN avec les outils modernes de la biologie moléculaire. En 1996, première prise : ils découvrent qu’un gène placé sur le chromosome 15, impliqué dans l’albinisme et nommé OCA2, est un «contributeur majeur» à la couleur des yeux. Jouant un rôle dans la production de mélanine par les cellules ad hoc, les mélanocytes de l’iris, ce gène apparaît bientôt comme une sorte d’interrupteur fonctionnant comme un variateur de lumière : plus ce dernier est baissé, moins les mélanocytes fabriquent de mélanine, et plus les yeux sont bleus.

«ADN poubelle». Cependant, Hans Eiberg et Rick Sturm, chef d’une équipe concurrente de l’université du Queensland, en Australie, montrent bientôt que la manette de l’interrupteur n’est pas dans le gène OCA2, mais juste à côté. Plus précisément - le détail est d’importance, on le verra -, elle se trouve dans un morceau d’ADN que les généticiens qualifient de «poubelle» car il ne remplit pas la fonction de l’ADN des gènes, à savoir commander la fabrication de protéines. Or voilà donc que ce fragment réputé inutile joue un rôle, spectaculaire de surcroît : il suffit que l’une des bases qui le constitue soit mutée et remplacée par une autre pour que la manette de l’interrupteur soit baissée, la production de mélanine contrôlée par le gène 0CA2 inhibée, plus ou moins. Et que les yeux virent au bleu. Les chercheurs de Copenhague ont vérifié que ce phénomène est à l’œuvre chez 155 Danois, mais aussi chez des Turcs et des Jordaniens aux yeux clairs. CQFD.

«Au-delà du décryptage de l’origine des yeux bleus européens, Eiberg révèle un mécanisme génétique insoupçonné», relève le généticien Robert Ballotti, qui étudie à l’Inserm le fonctionnement des mélanocytes. Les recherches sur les gènes de la couleur des yeux l’intéressent sur un plan fondamental, mais aussi médical : «On sait que les peaux les plus claires sont plus susceptibles de développer des cancers, indépendamment de leur exposition au soleil. On sait aussi que dans une même famille les enfants aux yeux bleus ont une plus grande susceptibilité au cancer de la peau que ceux aux yeux bruns. Toute découverte éclairant la génétique de la couleur de la peau et des yeux permet de mieux comprendre les cancers de la peau et de nombreuses maladies plus rares accompagnées d’anomalies pigmentaires.»

Le Néerlandais Manfred Kayser, qui a conduit une étude publiée également cet hiver et dont les résultats sont voisins des travaux danois, voit sans doute la question d’un autre œil. Chercheur au département de biologie moléculaire médico-légale de l’Erasmus Medical Center de Rotterdam (Pays-Bas), il évoque en conclusion de son article l’intérêt que présente la découverte des gènes de pigmentation pour «prédire la couleur des yeux d’un inconnu à partir de son ADN». La génétique des caractères physiques, qui a tant fait rêver les eugénistes du siècle dernier, est aujourd’hui dopée par l’étude du patrimoine héréditaire de grands effectifs. Nul doute qu’elle permettra un jour de dessiner des portraits-robots à grands coups d’ADN.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

24

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Suite de mon premier message du mois de septembre. Si H.G Wells savait... :

Le Figaro a écrit:

Les députés britanniques autorisent les «chimères»

Les parlementaires ont donné leur feu vert aux recherches menées sur ces embryons issues de l'intégration d'ADN humain dans des ovules d'animaux. Aucune législation au monde ne va aussi loin sur ce point.
L'Autorité britannique pour la fertilité humaine et l'embryologie avait déjà accordé un feu vert à deux équipes scientifiques, mais la recherche sur les embryons hybrides est désormais autorisée par principe en Grande-Bretagne. Lundi soir, les députés britanniques ont en effet rejeté à une écrasante majorité (336 pour, 176 contre) un amendement visant à interdire totalement ces « chimères », du nom donné aux organismes dotés de deux patrimoines génétiques distincts.

On trouve quelques chimères naturelles, et des recherches sur chimères génétiques créées par l'homme ont été menées de longue date. Mais il s'agit ici d'embryons hybrides issus d'ovules animaux dans lesquelles les chercheurs intègrent de l'ADN humain. Objectif : faciliter les recherches sur certaines maladies dont Alzheimer, Parkinson ou la mucoviscidose, dont souffre le fils cadet du premier ministre Gordon Brown. Ce dernier soutenait personnellement ce texte sensible pour lequel, comme le veut la tradition parlementaire britannique, les députés bénéficiaient d'une totale liberté de vote. Le chef de file des conservateurs, David Cameron, avait également défendu les embryons hybrides, face aux opposants, au premier rang desquels les catholiques, qui dénoncent des « expériences à la Frankenstein ».

Bébés donneurs et figure paternelle

Ce feu vert parlementaire pose néanmoins des limites : Les hybrides seront réservés à des fins exclusivement scientifiques. Ils doivent être détruits au plus tard au bout de 14 jours de développement et il est interdit de les implanter dans l'utérus d'une femme ou d'un animal.

Un autre amendement, qui devait interdire les « vrais hybrides » (ovule animal fécondé par du sperme humain et vice-versa, et non par l'intégration directe d'ADN dans le noyau), a été rejeté, mais avec une moindre marge (286 contre 223).

Ce texte était une des mesures phares du projet de loi dit «Fécondation humaine et l'embryologie» (lire le texte du projet et les débats en anglais), déjà approuvé par les Lords, qui remet à jour des lois de bioéthique datant de 1990. Il prévoit également la possibilité de donner naissance par fécondation in vitro (FIV) à des « saviour siblings », des « bébés donneurs » censés sauver la vie de leurs frères ou sœurs malades. Un amendement pour les interdire a été rejeté quelques heures plus tard par 342 voix contre 163. Mardi, les députés doivent se prononcer sur deux mesures tout aussi polémiques : l'accès des couples lesbiens et des femmes célibataires à la FIV via la suppression du « besoin de figure paternelle » dans les textes, et le raccourcissement des délais d'avortement, de 24 à 22 ou 20 semaines.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

25

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Et en parlant de gènes, une nouvelle qui ne fait pas froid dans le dos cette fois :

Le Monde a écrit:

Un gène du tigre de Tasmanie ressuscité par des chercheurs

Les scientifiques ont annoncé mardi avoir réussi une première mondiale, en redonnant vie à un géne du tigre de Tasmanie, qui a disparu depuis 1936, après l'avoir implanté dans une souris.

Les chercheurs issus d'universités australiennes et américaines ont isolé ce gène sur un spécimen conservé depuis un siècle, de ce marsupial australien qui ressemble à un chien et dont le nom scientifique est thylacine. Ils ont ensuite introduit ce géne dans l'embryon d'une souris.

"C'est la première fois que l'ADN d'une espèce éteinte est utilisé pour provoquer une réaction fonctionnelle dans un autre organisme vivant", a déclaré Andrew Pask de l'université de Melbourne, qui a dirigé les travaux.

Le dernier tigre de Tasmanie est mort en captivité en 1936 au zoo d'Hobart, capitale de l'île australienne, après avoir été chassé à outrance au début du siècle dernier.

Des morceaux de chairs de plusieurs animaux ont néanmoins été conservés dans de l'alcool, ce qui a pu permettre ces recherches.

"Après avoir obtenu la certitude qu'il s'agissait bien d'ADN de thylacine, nous l'avons implantée dans des embryons de souris", a indiqué M. Pask.

"L'ADN de thylacine a ressuscité, entrant en fonction dans le développement du cartilage des souris, qui formera plus tard les os", a-t-il précisé.

Les résultats de ces travaux doivent être publiés mardi dans le journal scientifique international, PLoS ONE.

"Le potentiel de cette recherche est énorme, notamment pour le développement de nouvelles biomédecines et une meilleure compréhension de la biologie des animaux qui ont disparu de la planète", a déclaré de son côté Richard Behringer de l'université du Texas.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

26

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Déprimé ? Guignard ? Louzeur professionnel ? Eh bien, sachez que ça aurait pu être pire :

The Independent a écrit:

Revealed: the inbreeding that ruined the Hapsburgs

Dynasty that dominated Europe for more than 500 years was undone by incest, study finds

The Hapsburg dynasty was one of the most important and influential royal families in Europe dating back more than 500 years and producing rulers in Austria, Hungary, Belgium, the Netherlands and the German empire. Then, in 1700, it suffered a sudden demise of its Spanish branch. Now scientists believe they have come up with a definitive explanation.

A study of the extended family tree of the House of Hapsburg has found that the last Spanish Hapsburg king, Charles II, was the offspring of a marriage that was almost as genetically inbred as an incestuous relationship between a brother and sister or parent and child.

Scientists have found that the Hapsburg fashion of marrying their relatives to keep their dynastic heritage intact had dire consequences for subsequent generations, which culminated in the last heir to the Spanish throne being sickly and impotent.

Charles II of Spain was nicknamed El Hechizado – The Hexed – because people at the time thought that his physical and mental disabilities were the result of sorcery. Now a study into the genetics of his immediate ancestors has found that he was so inbred that he probably suffered from at least two inherited disorders.

Despite his deformities and severe health problems, Charles had married twice in the hope of continuing the rule of the Hapsburgs, but he was incapable of fathering an heir and died childless at the age of 39. He was the last of a long line of Hapsburgs and it spelled the end for the Spanish branch of the dynasty.

Scientists believe they can show just how inbred Charles was following a study of more than 3,000 relatives of the Hapsburg family extending over 16 generations. The researchers found that his "inbreeding coefficient" – a measure of the proportion of inbred genes he had inherited from his parents – was on a par with that of the offspring of an incestuous marriage.

http://www.independent.co.uk/multimedia/archive/00164/hapsburgs-graphic_164701a.jpg

Professor Gonzalo Alvarez, of the University of Santiago de Compostela in Spain, found that the Hapsburgs suffered a far higher child mortality than the general population, even though the family was immensely wealthy and did not experience the poverty related health problems faced by many people at the time.

They also suffered a higher incidence of physical deformities, which were best exemplified by the famous "Hapsburg lip", a disfiguringly prominent lower jaw caused by an inherited medical condition called mandibular prognathism, when the lower jaw grows faster than the upper jaw.

Charles II not only suffered an extreme version of the Hapsburg lip, his tongue was said to be so big for his mouth that he had difficulty speaking and drooled. He also suffered from an oversized head, intestinal upsets, convulsions and, according to his first wife, premature ejaculation.

"He was unable to speak until the age of four, and could not walk until the age of eight. He was short, weak and quite lean and thin. He was described as a person showing very little interest in his surroundings," Professor Alvarez said. "He looked like an old person when he was 30 years old, suffering edemas [swellings] on his feet, legs, abdomen and face. During the last years of his life he could barely stand up and suffered from hallucinations and convulsive episodes," he said.

The medical problems of Charles II of Spain were not the random consequences of life, but the direct result of many generations of interbreeding between close relatives within the extended Hapsburg dynasty, according to the study published in the online journal Plos One.

The motto of the Hapsburg dynasty – "Let others wage wars, but you, happy Austria, shall marry" – extolled the tendency of family members to marry within their ranks. Charles' father, Philip IV, was the uncle of his mother, Mariana of Austria; his great-grandfather, Philip II, was also the uncle of his great-grandmother, Anna of Austria; and his grandmother, Maria Anna of Austria, was simultaneously his aunt.

There were many marriages between first and third cousins within the Hapsburg family, as well as between uncles and nieces and more remote family members.

This meant that down the generations, with no let up on the amount of intermarriage, the degree of genetic inbreeding gradually built up. The founder of the Spanish dynasty, Philip I, is calculated to have an inbreeding coefficient of 0.025, which meant that just 2.5 per cent of his genes were likely to be identical by common descent. But 200 years and seven generations later, the coefficient had leapt ten-fold to 0.25 in the genome of Charles II, meaning up to one in four of his genes might have been identical.

The medical dangers of such a high level of inbreeding is that dangerously defective genes, which are usually recessive, can come together in one individual and so manifest themselves as an ailment. This is why the offspring of first-cousin marriages are at higher risk of inherited disorders.

Professor Alvarez and his colleagues believe that Charles II suffered the consequences of a high level of marriage between biological relatives. Nine of the 11 marriages over 200 years that preceded his birth were consanguineous, including two uncle-niece marriages and two first-cousin marriages.

Professor Alvarez suggested that Charles II had inherited genes that caused two genetic disorders. One was a hormone imbalance called pituitary hormone deficiency, which would have affected his growth and development, and the other was a kidney problem that led to a metabolic disorder which caused impotence and infertility. "His muscular weakness at a young age, rickets, haematuria [blood in the urine] and big head relative to his body size could be attributed to this genetic disorder," he said. "In this way, we may speculate that most of the symptoms showed by Charles II could be explained by two genetic disorders."

Ce que cet article ne dit pas, c'est que ce pauvre Charles II était aussi atteint de la syphilis, qu'il était chauve à 35 ans, presque édenté, myope et quasi sourd. Bref, ce n'était pas vraiment un sex-symbol :

http://photos-d.ll.facebook.com/photos-ll-snc1/v2438/43/22/57051445657/n57051445657_1934291_7759875.jpg http://photos-e.ak.fbcdn.net/photos-ak-snc1/v2618/43/22/57051445657/n57051445657_2042388_7904116.jpg

http://photos-f.ak.fbcdn.net/photos-ak-snc1/v2618/43/22/57051445657/n57051445657_2042389_2407225.jpg

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Patin, dans le dernier tableau on dirait presque l'infante des "Ménines".

Ankh-Morpork had dallied with many forms of government and had ended up with that form of democracy known as One Man, One Vote. The Patrician was the Man; he had the Vote. -- Discworld politics explained(Terry Pratchett, Mort)

28

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

C'est aussi un tableau de Vélasquez. Et l'infante des Ménines est la sœur de Charles II, d'où la ressemblance. Elle a d'ailleurs épousé son oncle.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Charles Quint, qui n'apparaît pas sur l'arbre généalogique était également réputé pour son menton proéminent.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

30

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Au fil de la lecture, je me suis dit "tiens, encore un qui veut jouer à Jurassic Park". Je ne me suis pas trompé... (cf dernier paragraphe)

Le Figaro - AFP a écrit:

Transformer des poussins en T-Rex

Un paléontologue canadien qui a passé des années à chercher des animaux préhistoriques fossilisés voudrait maintenant en créer des vivants en manipulant génétiquement des poussins, a-t-il annoncé. Hans Larsson, de la Chaire de macro-évolution à l'Université McGill de Montréal, compte tenter de reproduire chez les gallinacés des traits caractéristiques de dinosaures disparus il y a des millions d'années, grâce à des manipulations génétiques d'embryons de poussins.
Cette recherche n'en est qu'à ses balbutiements, a-t-il reconnu dans une interview à l'AFP, mais elle pourrait conduire un jour à produire des reptiles préhistoriques vivants. Cependant M. Larsson affirme avoir renoncé à une telle ambition pour des raisons éthiques et pratiques.

Construire un incubateur pour dinosaures "serait une trop vaste entreprise", dit-il.
Son objectif est d'offrir une "illustration de l'évolution".  "Si je peux démontrer clairement que le potentiel pour le développement de traits anatomiques des dinosaures existe chez les oiseaux, cela prouvera à nouveau que les oiseaux descendent directement des dinosaures", explique le savant qui a consacré dix ans de recherche à l'évolution des oiseaux.

Plusieurs organismes scientifiques canadiens et le groupe National Geographic ont accepté de financer son projet, dont l'idée lui est venue lors de discussions avec un paléontologue américain connu, Jack Horner, par ailleurs conseiller technique du film Jurassic Park.  Horner a écrit récemment un livre intitulé "Comment construire un dinosaure", où il cite les expériences sur les embryons de poussins parmi les tentatives de créer un "poulosaure".

Dans un futur proche, les robots seront nos maîtres et on mangera des poulosaures :

http://accel9.mettre-put-idata.over-blog.com/500x666/2/53/98/99/mes-creations-en-3D/dinosaure-1.jpg

31

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Greg a écrit:

Charles Quint, qui n'apparaît pas sur l'arbre généalogique était également réputé pour son menton proéminent.

Au passage, comme je n'avais pas vu ce message, il apparaît bien dans l'arbre (le père de Philippe II) et il souffrait plutôt de prognathisme.

edit : mais tu parlais peut-être de la photo ? Bref.

Last edited by FDL (25-08-2009 18:13:13)

32

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Rester mince, un vieux fantasme féminin qui pourrait devenir réalité :

Le Figaro - AFP a écrit:

Découverte d'un gène anti-minceur

Des chercheurs américains ont découvert un gène qui, une fois désactivé, permet aux souris de garder la ligne même si elles sont soumises à un régime alimentaire riche en graisses.

Ce gène, appelé IKKE, agit comme le principal centre de contrôle de l'obésité chez ces animaux de laboratoire. Quand il est désactivé, les souris restent minces même si elles consomment une nourriture très grasse, explique Alan Saltiel, directeur du Life Science Institute de l'Université du Michigan (nord), principal auteur de ces travaux.

Si d'autres recherches montrent que ce même gène et la protéine qu'il produit jouent aussi un rôle dans l'obésité chez les humains, il sera alors la principale cible pour développer des traitements anti-obésité, contre le diabète et les complications qui en découlent, avance le chercheur.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Wohooooooo !
Enfin, je me méfie, ça sent l'arnaque. Comme la pilule anti gras dont les effets secondaires sont tellement infâmes que finalement, tout le monde abandonne...

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta

34

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Regraissons le mammouth :

Le Figaro a écrit:

Des Japonais relèvent le défi du clonage de mammouth

Les scientifiques pensent pouvoir ressusciter cette espèce disparue en injectant l'ADN du pachyderme disparu dans un ovule d'éléphante. Mais les obstacles techniques restent nombreux.

Peut-on faire revivre une espèce éteinte ? À une époque où le clonage n'existait pas encore et où le génie génétique faisait ses premiers pas, Michael Crichton, auteur de Jurassic Park, avait la conviction que les progrès de la science rendraient l'opération possible un jour. Si la dégradation de l'ADN au fil du temps rend impossible des travaux de cette nature sur les dinosaures, comme il l'espérait, des scientifiques japonais rêvent de faire revivre le mammouth. Ces chercheurs pensent pouvoir extraire de l'ADN de spécimens congelés depuis des dizaines de milliers d'années pour mener à bien leur projet. Ils ont fait appel à un expert russe des mammouths et deux spécialistes américains de la fécondation in vitro pour les assister dans leur folle entreprise. Revenons sur les différentes étapes de ce processus de clonage afin de mieux comprendre à quel point le défi est immense.

1 - Récupérer le matériel génétique complet d'un mammouth*

À la fin des années 90, plusieurs équipes ont cherché à extraire le noyau de cellules de mammouths prises sur des spécimens retrouvés congelés dans le permafrost sibérien. Les techniques alors employées n'ont jamais fonctionné, le matériel génétique étant beaucoup trop abîmé par le temps ou par le froid. En 2008, l'équipe japonaise du Dr.Wakayama réussit toutefois à cloner une souris morte à partir de cellules congelés sans protection depuis 16 ans. Ce sont ces travaux qui ont poussé Akira Iritani, professeur à l'université de Kyoto, à relancer le projet « mammouth ». Pour le moment, il recherche des tissus congelés peu de temps après la mort de l'animal pour pouvoir expérimenter la technique inédite de Wakayama. Rien ne permet d'assurer qu'il réussira à trouver, puis extraire, un noyau intact de cellules vieilles de dizaines de milliers d'années.

2 - Injecter le noyau dans une cellule-souche d'éléphant

Il faut ensuite injecter ce noyau dans une cellule-souche d'éléphant débarrassée du sien afin de développer une lignée de cellules de mammouth. Cette étape doit permettre de multiplier le nombre de noyaux à disposition pour les étapes suivantes. Mais rien ne permet de savoir si le noyau «mammouth» sera compatible avec une cellule «éléphant», et s'il sera possible d'avoir des cellules viables capables de se reproduire.

3 - Créer des ovules puis des embryons de mammouths

Avant toute chose, il faut être capable de prélever des ovules sur des éléphantes. Même s'il n'y paraît pas, cette opération est impossible à réaliser du vivant de l'animal pour le moment. Les ovaires étant en effet situés à 2,5 mètres de l'orifice vaginal... Pour s'approvisionner en ovules, les chercheurs pensent les prélever post-mortem. Une éléphante n'ovulant que tous les 5 ou 6 ans, les animaux ayant ovulé juste avant de mourir risquent de ne pas être légion. Un appel au don a été lancé dans tous les zoos du pays.

Les noyaux créés à l'étape précédente doivent alors être implantés dans ces ovules une fois débarrassés de leur noyau. La même problématique de compatibilité noyau-cellule va se poser à cette étape.

4 - Implanter les embryons dans une éléphante

Dans l'hypothèse où toutes ces barrières étaient franchies, il resterait encore à implanter l'embryon dans l'utérus d'une femelle éléphant. En soi, cela constituerait déjà une première mondiale. Rien ne permet de savoir si cet embryon «prendra» et, le cas échéant, si un mammouth peut se développer normalement dans un utérus d'éléphant.

5 - Et après ?

Saura-t-on s'occuper de cet animal ? Lui fournir l'habitat et la nourriture dont il a besoin ? Faudra-t-il montrer l'animal au public ou restreindre les visites aux seuls chercheurs pour ne pas le perturber ? Iritani assure que ces questions seront largement ouvertes au débat avant l'implantation, encore très hypothétique, d'un embryon. Étant donné les barrières techniques que les chercheurs vont devoir lever, gageons qu'il reste de longues années pour en discuter. L'annonce faite à un journal japonais lundi d'un bébé mammouth pouvant naître dans 4 à 5 ans est de toute évidence farfelue.

* si cette étape échouait, il faudrait alors synthétiser entièrement le génome, réussir à l'assembler en chromosomes, puis reconstituer un noyau à l'aide de protéines. Autant de choses qu'aucun laboratoire ne saura faire d'ici plusieurs dizaines d'années. À supposer que ce soit possible.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

35

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

J'attends la réciproque avec une certaine jubilation :

Le Figaro - AFP a écrit:

Une vache clonée produit du lait humain

Un laboratoire argentin a annoncé la naissance de la première vache clonée au monde, comportant deux gênes humains, afin de produire un équivalent du lait maternel.

"La vache clonée, baptisée Rosita ISA, est le premier bovin né au monde avec deux gênes humains contenant les protéines présentes dans le lait maternel", déclare l'Institut national de technologie agricole (INTA) dans un communiqué, diffusé jeudi soir.
Le veau est né le 6 avril "par césarienne, en raison de son poids excessif, 45 kilos, alors que les (vaches) Jersey ne dépassent pas habituellement les 22 kilos" à la naissance, ajoute-t-il.

A l'âge adulte, "la vache produira du lait similaire à celui des êtres humains", indique encore l'Institut.

"L'objectif était d'améliorer la valeur nutritionnelle du lait de vache en ajoutant deux gênes humains, la protéine lactoferrine, qui apporte une protection antibactérienne et antivirale, et la lysozyme, qui est aussi un agent antibactérien", a déclaré l'un des chercheurs, Adrian Mutto, lors d'une téléconférence.

Pour parvenir à ce clonage, l'INTA a travaillé avec l'Université nationale de San Martin, elle aussi argentine.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

36

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

FDL a écrit:

Une petite photo de la grenouille:


http://img408.imageshack.us/img408/3267/grenouilletransparenteam2.jpg

Quatre ans après mon message sur les grenouilles transparentes, les embryons de souris :

Le Figaro a écrit:

Des chercheurs rendent des tissus biologiques transparents

http://www.lefigaro.fr/medias/2011/09/06/bd568d0c-d88d-11e0-b5ad-75fd231356e0.jpg

L'embryon de souris à droite a incubé dans la solution Scale pendant deux semaines

Un laboratoire de neurosciences japonais a mis au point un procédé qui a permis de dépigmenter la peau d'embryon de souris. Une petite révolution pour l'imagerie neuronale.

Des chercheurs japonais ont réussi fin août à clarifier un embryon et un cerveau de souris. Conçu par le RIKEN Brain Science Institute, le réactif chimique qui permet de dépigmenter les tissus est un mélange d'urée (composant essentiel de l'urine), de glycérol et d'un détergent appelé Triton-X. Après y avoir été trempé deux semaines, un fœtus mort de souris en est bel et bien sorti transparent.

La création d'animaux transparents n'est pas une nouveauté en soi. «Des animaux transparents ont déjà été produits par mutation génétique, explique Dr Claire Wyart, chef d'équipe à l'Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (CRICM). Mais les animaux mutés montraient des troubles du développement et du comportement». De plus, «la transparence a été obtenue sur des poissons et des grenouilles vivants, poursuit-elle. Le fait de rendre un mammifère transparent est une avancée». Les deux méthodes pour produire de la transparence devraient ainsi être complémentaires.

Au-delà de l'aspect spectaculaire du résultat, le procédé japonais, baptisé Scale, va surtout permettre de mieux analyser les organismes biologiques. A l'aide de marqueurs fluorescents, l'équipe d'Atsushi Miyawaki a en effet pu «visualiser des régions du cerveau de la souris à une profondeur de quelques millimètres» et dans sa structure globale, affirme l'étude. «Une nette amélioration par rapport à l'imagerie créée à partir du seul marquage fluorescent, qui ne permet pas d'observer les connections les plus profondes d'un cerveau intact et oblige donc à découper l'échantillon, ce qui empêche d'observer la structure d'ensemble d'un organisme», explique Claire Wyart.

Et Atsushi Miyawaki ne compte pas s'arrêter là. «Nos expériences actuelles se concentrent sur le cerveau de la souris, mais les applications ne sont limitées ni à la souris, ni au cerveau, a-t-il déclaré. Scale pourrait être utilisé sur d'autres organes comme le cœur, les muscles, les reins et sur les tissus de primates et d'échantillons de biopsie humaine».

Principale limite du produit : il est encore trop toxique pour être appliqué sur des animaux vivants. Pour autant, le potentiel de cette découverte est vaste, notamment pour les analyses d'organes post mortem. «Cette technique pourrait permettre de mieux comprendre ce qui se passe dans une tumeur au cerveau, estime Claire Wyart. Mais on peut même imaginer un usage sur des prélèvements pour des patients vivants, par exemple dans le cas de patients épileptiques. On est parfois amené à prélever des tissus du cortex ou du système limbique. Scale pourrait permettre d'analyser la structure de ces tissus épileptiques.»

Si Atsushi Miyawaki cherche activement un ingrédient plus doux qui serait supporté par des êtres vivants, quitte à diminuer la transparence des tissus, Claire Wyart pense que les efforts risquent d'être longs avant de trouver la formule qui donnera naissance à de petits mammifères transparents vivants.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

37

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Des scientifiques fous ont encore joué avec la nature. Le but ? Il n'y en a pas, comme ils le reconnaissent eux-mêmes.

Le Figaro - Reuters a écrit:

Naissance de moutons phosphorescents

Un groupe de scientifiques uruguayens, en partenariat avec l'Institut Pasteur de Montevideo, a annoncé hier la naissance de moutons génétiquement modifiés phosphorescents, premiers du genre en Amérique latine.

"La transgenèse sur cette espèce n'était pas disponible en Amérique latine et cette réussite positionne l'Uruguay au plus haut niveau scientifique mondial", se sont félicités l'Institut de reproduction animale Uruguay (IRAUy) et l'Institut Pasteur dans un communiqué.

Les moutons uruguayens sont nés en octobre 2012 à l'IRAUy, où ils se sont développés normalement, sans présenter de différences avec leurs homologues non-transgéniques, a indiqué à Alejo Menchaca, président de l'Institut. Leur seule spécificité visible est d'être phosphorescents lorsqu'ils sont placés sous une lumière ultra-violette, en raison de l'introduction dans leur ADN du gène d'une méduse.

L'opération n'a pas de but en soi, si ce n'est de vérifier l'efficacité de la méthode d'introduction d'un gène étranger dans l'ADN de ces animaux. "C'est une technique très efficace, car tous ceux qui sont nés sont positifs. Maintenant, nous pouvons travailler avec un autre gène, qui sera d'un plus grand intérêt, pour produire une protéine spécifique", a poursuivi Alejo Menchaca.

http://i.huffpost.com/gen/1104265/thumbs/o-MOUTONS-PHOSPHORESCENTS-570.jpg?6

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Fantastique découvert, la prochaine étape c'est d'essayer de faire naitre un mouton vert non ? Ou rose même tiens, les sucres Daddy seraient surement très intéressés !

39

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Une chose que je ne comprends pas : peut-on me dire quel est l’intérêt de cette expérience ? Pourquoi vouloir se passer d'un chromosome, à part pour, je suppose, satisfaire une lubie purement idéologique ?
Pourquoi la dernière phrase ?

Le Monde a écrit:

A-t-on vraiment besoin du chromosome Y ?

Chez l'humain, le sexe est déterminé par deux chromosomes, le X et le Y. Une paire de X donne une fille, un X et Y un garçon. Mais, alors que le X est porteur de plusieurs centaines de gènes utiles dans d'autres compartiments du corps que le système génital, le Y s'avère nettement moins riche. Il a perdu beaucoup de gènes depuis son apparition dans le monde du vivant et, même si cette dégénérescence semble stoppée depuis environ 25 millions d'années, le chromosome Y donne l'impression de s'être recroquevillé, concentré, sur son "cœur de métier", à savoir déterminer le sexe masculin et fabriquer les spermatozoïdes. D'où la question que se posent certains généticiens : combien de gènes sont indispensables à cette double tâche ?

Si l'on en croit une étude américaine publiée par Science le 21 novembre, la bonne réponse, du moins chez les souris, est la réponse minimale : deux missions, deux gènes. L'équipe de l'université d'Hawaï qui a rédigé cet article a ainsi utilisé le gène architecte Sry qui, in utero, déclenche la différenciation de l'embryon en orientant ses gonades en cours de fabrication sur la voie des testicules. Simplement, ces chercheurs savaient qu'il fallait lui adjoindre au moins un autre gène car, même mâles d'apparence, les individus ainsi obtenus seraient stériles, la production des spermatozoïdes étant incomplète chez eux. Ils ont donc ajouté le gène Eif2s3y qui, chez la souris, débloque le processus de spermatogenèse.

Le résultat n'a pas été parfait. Chez les souris obtenues, quelques différences subsistaient au niveau des testicules par rapport à des souris normales et, surtout, la confection des gamètes n'allait pas à son terme. Elle s'arrêtait au stade des spermatides, qui précède celui des spermatozoïdes. Ces souris ne pouvaient donc pas avoir de petits. Qu'à cela ne tienne, se sont dit les chercheurs, serait-il possible, en utilisant une technique de fécondation in vitro, de donner un coup de main à la nature et d'obtenir une progéniture en implantant ces spermatides dans des ovules ? La réponse a été positive. Les souriceaux ainsi obtenus étaient sains et, une fois adultes, fertiles. Dans l'absolu, seulement deux gènes du chromosome Y suffisent donc pour créer du mâle.

Même si les auteurs préviennent que ce résultat ne peut être directement transposé à Homo sapiens, qui n'a pas le gène Eif2s3y, il ouvre une intéressante piste de réflexion sur ce qu'est, biologiquement, la masculinité. Le dernier paragraphe de l'étude de Science commence en effet par cette phrase : "En considérant que nous avons obtenu une descendance vivante en utilisant des cellules germinales (qui sont des cellules susceptibles de donner des gamètes, NDLR) dotées de seulement deux gènes du chromosome Y, on peut s'interroger sur l'importance du chromosome Y dans la reproduction masculine." Pour le dire plus franchement, la question posée est : a-t-on vraiment besoin du chromosome Y ?

Attention : la question ne signifie pas que l'on peut se passer des hommes pour la fécondation naturelle des ovules, mais que les hommes pourraient éventuellement se passer de ce petit chromosome qui, jusqu'ici, constituait la marque de fabrique génétique du mâle. L'étude souligne que, chez la souris comme chez l'humain, un peu plus de deux gènes sont probablement indispensables pour réussir une bonne reproduction des mâles. Mais rien, finalement, n'oblige ces gènes à demeurer là où ils se trouvent pour fonctionner ! Le monde animal est d'ailleurs riche d'espèces dont les mâles n'ont pas ou plus de chromosome Y et se débrouillent très bien avec un chromosome X (c'est le cas des sauterelles, des criquets et des cafards).

Comme l'explique Monika Ward, qui a dirigé cette étude, sur le site ScienceBlog, "il pourrait être possible d'éliminer le chromosome Y de la souris dans son intégralité si ces deux gènes étaient installés à des emplacements appropriés". On peut aussi envisager de faire jouer leur rôle à d'autres. La chercheuse a ainsi précisé à Nature qu'elle travaillait actuellement à l'identification, sur d'autres chromosomes, de gènes qui interagissent avec ceux du Y. L'idée étant d'activer ces gènes "partenaires" pour qu'ils prennent le relais de leurs confrères et donc, à terme, d'envoyer le chromosome Y dans les oubliettes de l'évolution...

http://passeurdesciences.blog.lemonde.f … omosome-y/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

40

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Ach, le Lebensborn est de retour mais version chinoise.

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20 … mains.html

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

41

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Complètement délirant. Et surtout dangereux.

Le Figaro a écrit:

En Grande-Bretagne, un bébé peut avoir trois ADN

Le Royaume-Uni autorise désormais la conception de bébés à partir de l’ADN de trois parents, en l’occurrence deux femmes et un homme.

L’information était attendue. Le Royaume-Uni est devenu jeudi le premier pays à autoriser la conception de bébés à partir de l’ADN de trois «parents», une technique à visée thérapeutique qui reste controversée, notamment pour des raisons éthiques. L’approbation du comité d’éthique britannique était l’ultime condition avant l’utilisation en clinique de cette technique consistant à combiner les ADN de deux femmes et d’un homme pour éviter la transmission d’une maladie héréditaire maternelle.

«Nous avons pris une décision historique et mûrement réfléchie. Les familles concernées ont enfin une chance d’avoir un enfant en bonne santé», a déclaré Sally Cheshire, la présidente de l’Autorité de régulation de l’assistance médicale à la procréation et à la recherche en embryologie (HFEA). «C’est un feu vert prudent», a-t-elle toutefois ajouté, alors que cette technique de fécondation in vitro avec «remplacement mitochondrial» continue à diviser.

Ses défenseurs estiment qu’elle permettra aux couples concernés (3000 au Royaume-Uni) de donner naissance à des enfants en meilleure santé. Pour ses opposants, la technique n’est pas encore suffisamment mûre et va trop loin en matière de modification génétique en ouvrant la boîte de Pandore de la sélection des bébés. «Je ne pense pas qu’on s’engage sur une pente glissante. Nous nous sommes appuyés sur un panel d’experts internationaux qui ont estimé la technique suffisamment sûre et efficace. Le processus a duré cinq ans. Il y a eu un grand débat public. Quatre rapports ont été publiés. Le Parlement a débattu de la question et a approuvé la technique à une majorité de trois contre un», a souligné Sally Cheshire.
Les parents venant de l’étranger sont les bienvenus

La technique devrait être utilisée dans un premier temps sur environ 25 couples et un premier bébé pourrait naître dès fin 2017. «Les années suivantes, 200 couples pourraient être concernés tous les ans. Ceux venus de l’étranger sont les bienvenus», a souligné Sally Cheshire. «Maintenant, nous avons besoin de donneurs d’ovules», a commenté le professeur Mary Herbert, de l’université de Newcastle, qui a développé la technique expérimentale.

Environ 125 bébés naissent chaque année en Grande-Bretagne avec un dysfonctionnement mitochondrial. Les mitochondries sont des petites structures à l’intérieur des cellules qui jouent un rôle de «centrale énergétique» en transformant le sucre et l’oxygène en énergie. Tandis que l’ADN nucléaire est transmis par les deux parents, l’ADN mitochondrial (ADNmt) n’est hérité que de la mère. Certaines femmes présentent des mutations génétiques de cet ADNmt qui, si elles sont transmises à leurs enfants, peuvent provoquer diverses maladies parfois incurables, comme le syndrome de Leigh. La fécondation in vitro avec «remplacement mitochondrial» peut alors apparaître comme une solution. Leur ADN nucléaire est extrait de leurs ovules et introduit, avec le sperme du père, dans l’ovule sans noyau de la donneuse qui a un ADNmt sain.

Le premier bébé conçu grâce à cette nouvelle technique est né en avril au Mexique. Une équipe médicale internationale menée par le Dr John Zhang, du Centre New Hope Fertility à New York, avait choisi ce pays, où il n’existe aucune règle sur la question, puisque le traitement n’est pas autorisé aux États-Unis.

Lors des expériences en laboratoire, il est arrivé que l’ADNmt porteur des mutations refasse surface et vienne compromettre l’efficacité du traitement.

http://sante.lefigaro.fr/article/un-bebe-trois-adn

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Cette technique est nouvelle mais le RU n'en est pas à son premier coup d'essai en matière d'eugénisme (si on peut vraiment parler de ça). Je ne sais pas si c'est complètement délirant et/ou dangereux, c'est de toute façon un sujet pour lequel il est très difficile de tracer une ligne rouge à ne pas dépasser, sous peine de se retrouver à interdire beaucoup de choses qui existent déjà (dont le droit d'avorter ou le dépistage prénatal de maladies génétiques). Et aussi glaçant que cela puisse être, l'eugénisme représente pour certains un levier considérable dans l'amélioration de nos systèmes de santé. Nous subissons les avancées techniques bien plus que nous ne les contrôlons.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg

43

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Oui, enfin l'avortement ou le dépistage prénatal ne bidouillent pas le corps humain en le transformant dans sa nature même. Quelles incidences peuvent avoir ces manipulations sur l'enfant qui en sera la victime (oui, je dis la victime) et les générations à venir ? On n'en sait strictement rien.
Et tu fais d'ailleurs très bien de parler d'eugénisme. Car c'est bien de cela qu'il s'agit. Pour ma part, je considère que "l’amélioration du système de santé" pour reprendre ton expression ne peut pas tout justifier. Il est très triste que ces enfants soient touchés par une maladie héréditaire et je ne voudrais pour rien au monde me mettre à leur place car ça doit être une grande souffrance mais c'est la Nature, c'est comme ça. La venue au monde est une loterie : soit on tire le bon numéro (comme vous et moi), soit on tire le mauvais. L'Homme n'a pas à se substituer à la Nature.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

Re: Génétique : la Mouche, bientôt une réalité ?

Lorsque je parle d'avortement et de dépistage prénatal, je ne lie pas ça aux conséquences pour l'enfant - en réalité je doute qu'il y ait de grandes conséquences sanitaires pour l'enfant du fait de ces techniques, si l'on devait comparer avec la situation d'un enfant qui aurait eu le génome naturel. Mais la réflexion à ce sujet est purement théorique, on ne sait dégager que des statistiques qui sont vraies au niveau des masses, mais qui ne veulent plus dire grand chose à l'échelle de l'individu.

Je liais plutôt ces pratiques à une forme première d'eugénisme qui est communément acceptée : on peut ne pas mener la grossesse à terme lorsque le dépistage prénatal indique une maladie génétique. Ca a d'ailleurs créé de gros problèmes en Inde, où il a été nécessaire d'interdire de procéder à l'identification du sexe du foetus, pour éviter des avortements de futures filles (nb je ne suis pas sûr d'utiliser les bons termes mais j'espère que personne ne m'en tiendra rigueur).

Bref, dans la pratique ce techniques peuvent être utilisées et faussent ce dont tu parles comme étant la "nature", ou l'aspect lotterie de la venue au monde. Personnellement ça ne me choque pas trop, lorsque la "nature" règlait entièrement ces choses là il y a quelques siècles la plupart des enfants concernés de survivaient pas à leurs premières années. La nature n'a pas toujours mieux fait les choses que nous, et nous en faisons partie. La question est plutôt de savoir où placer le curseur.

Lorsque je fais référence à l'amélioration du système de santé, note bien que je ne défend pas l'eugénisme, loin de là. Mais c'est une sujet fichtrement compliqué. Par exemple, difficile de défendre le droit à la vie des gamètes non retenus pour une fécondation in vitro parce que présentant des anomalies génétiques, faute de quoi il faudrait considérer que le foetus dispose lui aussi d'un droit à la vie dès le départ.

It ain’t what you don’t know that gets you into trouble. It’s what you know for sure that just ain’t so.

"Un terroriste ne mérite pas de mourir. Il mérite de vivre l'enfer. A perpétuité. Et seule la déchéance de la nationalité le permet." Greg