Topic: Si Mario Draghi n'intervient pas fortement, c'est la fin de l'euro

Depuis des années, l'euro est trop fort, et pénalise lourdement les entreprises européennes exportatrices (sauf les allemandes, on le saura...).

Depuis des mois, le niveau de l'euro provoque une désinflation massive, qui évolue très progressivement en déflation (les tous derniers chiffres, 0,5% d'inflation, après 0,8%, 0,6%, puis 0,7%), menace les fondements de l'économie européenne qui pourrait évoluer sur une situation à la japonaise, qui a duré 20 ans, et qui a affaibli la puissance économique nippone.

A partir du moment où l'on s'engage dans une spirale déflationniste, il devient extrêmement difficile d'en sortir. Donc il faut agir vite, fort, et surtout avant que la déflation ne s'installe.

Depuis des semaines, Mario Draghi fait miroiter la possibilité d'une intervention, "même non conventionnelle". Il a donc créé de fortes attentes, chez les politiques, sur les marchés financiers, dans l'économie. On attend, au pire une nouvelle baisse des taux directeurs (qui n'a jamais freiné la désinflation jusque là), au mieux un quantitative easing européen, ou un nouveau "LTRO". Au milieu, il pourrait faire payer les banques pour leurs dépôts.

De ce fait, s'il ne fait rien, ou trop peu, il engagera la zone euro dans une spirale infernale qui commencera par un krach boursier, et qui éternisera la situation de crise économique européenne, fondée sur un manque de crédits aux entreprises, un manque de consommation et un manque d'investissement.

Tout ceci se fera sur fond de situation politique européenne cataclysmique où l'extrême droite et les ultra-conservateurs vont disposer de près de 20% des sièges au parlement européen, car une partie des peuples ont entre autre sanctionné le handicap moteur originel de l'Union européenne, et dans les pays concernés, le handicap mental de la zone euro, qui s'est donné une monnaie sans souveraineté, puisque notre très chère banque centrale ne cherche pas à favoriser la croissance économique (comme c'est le cas dans toutes les autres zones monétaires du monde), mais seulement à répondre aux exigences des traités. L'Europe peut s'effondrer, la BCE continuera à défendre les traités stupides et bancals sur lesquels elle est fondée.

Dès lors, si la BCE ne fait rien aujourd'hui, elle engagera la dernière phase de l'existence de l'euro, qui disparaitra, mais au moins, les fonctionnaires juridico-fétichistes de Francfort-sur-le-Main pourront mourir heureux : ils auront respecté les traités. Mort de l'intérieur (pour reprendre l'expression heureuse de Lavrilleux), mais heureux, voilà comment s'achèvera le système boiteux de la zone euro si Mario Draghi n'assume pas aujourd'hui ses responsabilités.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Si Mario Draghi n'intervient pas fortement, c'est la fin de l'euro

Le conseil des gouverneurs se réunit en ce moment même. Je ne peux que vous conseiller de suivre la conférence de presse cet après midi à 14h30 sur le site de la BCE ou sur la chaîne YouTube de la BCE (avec décalage).

Re: Si Mario Draghi n'intervient pas fortement, c'est la fin de l'euro

Hmmm taux à 0 + taux de dépôts négatifs, on peut aller plus loin mais pour le moment c'est pas trop mal. On en a encore sous le pied.

Les banksters vont devoir cracher le fric c'est déjà ça.

« Nous avons refusé ce que voulait en nous la bête, et nous voulons retrouver l’homme partout où nous avons trouvé ce qui l’écrase. » (André Malraux; Les Voix du silence, 1951)

Re: Si Mario Draghi n'intervient pas fortement, c'est la fin de l'euro

Tu parles trop vite Glamby.

Déjà c'est pas 0, c'est 0,15.

Ensuite, il faut attendre les annonces car la BCE ne s’arrête pas à des baisses de taux, mais cesse la stérilisation des SMT et réinjecte des liquidités à conditions que celles-ci soient orientées vers l'économie réelles.

http://www.boursier.com/actualites/econ … 24203.html

La BCE sort l'artillerie lourde pour lutter contre la déflation

La Banque centrale européenne a réduit, comme prévu, ses trois taux directeurs ce jeudi, même si les niveaux annoncés diffèrent légèrement des prévisions moyennes des économistes.
Taux de dépôt négatif

Le taux de refi est ainsi passé de 0,25% à 0,15%, le taux de facilité marginale à 0,40% contre 0,75% précédemment et le taux de dépôt à -0,10%, alors qu'il était jusque-là à zéro. Les économistes misaient en moyenne sur une réduction du taux de refi à 0,10%, une baisse du taux de facilité de prêt marginal à 0,6% et un taux de dépôt de -0,1%.

Il convient de rappeler que la banque centrale fixe le niveau du taux des opérations principales de refinancement, ou "taux de refi", qui sont exécutées par voie d'appels d'offres chaque semaine par les banques. Elle fixe aussi la facilité de prêt marginal, qui permet par ailleurs aux établissements d'obtenir des liquidités à 24h00. Enfin, elle détermine la facilité de dépôt, le taux auquel les banques peuvent placer leurs réserves excédentaires.

Irriguer l'économie réelle

L'institution "a décidé aujourd'hui d'une combinaison de mesures pour offrir une politique monétaire plus accommodante et pour soutenir le crédit à l'économie réelle", a fait valoir le gouverneur de la BCE, Mario Draghi. Ce paquet inclut des réductions supplémentaires des taux directeurs de la BCE, une série d'opérations de refinancement à long terme (TLTRO) arrivant à échéance en 2018 et qui pourraient représenter 400 milliards d'euros, la prolongation de l'éligibilité existante des actifs additionnels au titre de collatéraux, l'accélération des travaux sur le rachat d'ABS et la prolongation des procédures d'adjudications à taux fixe et allocation pleine. En outre, la BCE a décidé de suspendre l'opération d'ajustement hebdomadaire stérilisant les liquidités injectées dans le cadre du programme pour les marchés de titres.

"Cette décision s'appuie sur notre analyse économique et tient compte des toutes dernières projections macroéconomiques du personnel de l'Eurosystème et des signaux émanant de l'analyse monétaire", a souligné Mario Draghi, avant d'ajouter "ensemble, ces mesures vont contribuer à un retour du taux d'inflation plus proche de 2%", alors que les anticipations inflationnistes à moyen long terme "restent solidement ancrées". "Dans la période à venir, le conseil des gouverneurs est fermement déterminé à sécuriser cet ancrage. Pour ce qui est de notre communication anticipée, les taux directeurs de la BCE resteront aux niveaux actuels pour une période de temps prolongée au vu des perspectives d'inflation actuelles", a ensuite précisé le gouverneur, qui prévient aussi que "si nécessaire", la BCE agira "avec célérité à l'aide d'une politique monétaire encore plus accommodante". Enfin, le conseil des gouverneurs "affirme unanimement son engagement à recourir également à des instruments non conventionnels dans le cadre de son mandat, s'il s'avérait nécessaire de faire face au risque d'une période prolongée de faible inflation".

Après avoir détaillé le train de mesures annoncé cet après-midi, Mario Draghi a indiqué que la BCE table désormais sur une croissance de 1% cette année (1,2% précédemment), mais de 1,7% (1,5% précédemment) en 2015 et de 1,8% en 2016. Les projections d'inflation ont été réduites jusqu'en 2016.

Anthony Bondain

Nous avons une vraie banque centrale. ENFIN.

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Si Mario Draghi n'intervient pas fortement, c'est la fin de l'euro

Aujourd'hui s'achève une très importante séquence par laquelle l'Europe, par la voix de la France d'un côté et de la Banque Centrale Européenne de l'autre, a enfin affirmé avec force sa double souveraineté : géopolitique d'un côté, monétaire de l'autre.

http://forum-scpo.com/magazine-etudiant … monetaire/

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Si Mario Draghi n'intervient pas fortement, c'est la fin de l'euro

Si je dis trois fois "RPC, RPC, RPC", pensez-vous qu'il pourrait venir nous dire ce qu'il pense de l'idée que l'on pourrait renforcer le QE, compte-tenu de l'inaptitude persistante de l'UE à ne pas se tirer des balles dans le pied, de la Grèce à l'Italie ?

"Sapere aude, aie le courage de te servir de ton propre entendement."(E. Kant)
"Le secret douloureux des Dieux et des Rois, c'est que les hommes sont libres" (Jupiter à Egisthe in Les Mouches de Sartre)

Re: Si Mario Draghi n'intervient pas fortement, c'est la fin de l'euro

Greg a écrit:

Si je dis trois fois "RPC, RPC, RPC", pensez-vous qu'il pourrait venir nous dire ce qu'il pense de l'idée que l'on pourrait renforcer le QE, compte-tenu de l'inaptitude persistante de l'UE à ne pas se tirer des balles dans le pied, de la Grèce à l'Italie ?

Ca ne suffira pas... tongue
Dis-lui simplement "reviens RPC stp. Le forum a besoin de tes lumières.". Et là, t'auras peut-être une chance ... wink  lol

"Rédupliquer, c'est être ce qu'on dit." (S.Kierkegaard)