Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

Que faire avec Fatima sous la main ?

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

Version alternative, pour l'autre prénom : Zohra est arrivée, sans se presser.

"Je sens en deux parti[e]s mon esprit divisé." (Pierre Corneille, Le Cid)
"Et en deux sous-parties" (Richard Descoings)

103

Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

Greg a écrit:

Voici donc le fil dédié à ceux qui :

- n'en n'ont rien à faire de la vie privée d'untel et untel.
- sont fatigués (voire excédés) de la tendance actuelle de sur-médiatisation du privé dans l'espace public

J'entends bien l'argument "les gens veulent ça, sinon ils n'achèteraient pas". Certes. Eh bien il y a aussi des gens qui voudraient limiter cette tendance à l'investissement croissant du privé dans le public, qui va de pair avec un système intrusif à la vie privée.

Etant entendu que certains usent et abusent de la mise en avant de leur vie privée pour exister dans l'espace public, nourissant toutes sortes de phénomènes de cour... sont-ce les medias ou les candidats qui jouent ce jeu visant à écarter l'information des vrais problèmes, des vrais enjeux ?

Il s'agirait de rassembler ici les informations sur les abus évident de pipeolisation de la vie publique.

Ok.
Je poste donc ça :

Le Point a écrit:

Christiane Taubira "souffre d'un chagrin d'amour"

La ministre de la Justice assure dans un entretien donné à "Paris Match" être "toujours amoureuse" de l'ex-leader indépendantiste guyanais Roland Delannon.

Christiane Taubira a le coeur brisé. Dans un entretien donné à Paris Match, la ministre de la Justice évoque sa rupture avec son ex-mari. Christiane Taubira assure être "toujours amoureuse" de Roland Delannon, ex-leader indépendantiste guyanais avec qui elle a eu quatre enfants. "Je suis toujours amoureuse de mon mari. Sauf que, dans mon mental, il n'est pas concevable que je revive avec lui", précise la garde des Sceaux à l'hebdomadaire.

Christiane Taubira rencontre Roland Delannon il y a un peu plus de trente ans, lorsqu'elle adhère au Mouvement guyanais de décolonisation. Après le mariage et la naissance d'un premier enfant et alors que le mouvement se radicalise, le couple doit vivre dans la clandestinité. L'ex-mari de Christiane Taubira est arrêté et condamné à une peine de prison.

Après avoir purgé sa peine, il fonde un nouveau parti avec Christiane Taubira, Walwari. Les deux époux souhaitent mettre un terme à la corruption en Guyane. Dès 1993, Christiane Taubira est élue députée. Son mari n'apprécie guère le culte de la personnalité qui s'installe autour d'elle et présente, sans l'en avertir, une liste dissidente en 1998. C'est la fin de leur histoire.
"Tout ce que j'ai loupé"

Christiane Taubira reconnaît dans Paris Match ne pas avoir vu les appels au secours de son mari. "Je me suis battue sans avoir conscience de l'impact sur mon époux. J'ai sous-estimé le poids du regard social de la société guyanaise. J'ai compris trop tard que cet homme, d'une très grande valeur, m'a appelée au secours cinquante fois", ajoutant avoir "pris conscience de tout ce (qu'elle) a loupé".

La ministre évoque également dans l'entretien sa vie politique, affirmant n'avoir "aucune envie" de prendre la place de Jean-Marc Ayrault. "Que voulez-vous que j'aille faire dans cette galère ?" demande la garde des Sceaux.

Christiane Taubira tacle par ailleurs Marine Le Pen, expliquant qu'elle ne souhaite pas débattre avec la patronne du FN. "Je ne veux pas entrer dans ce jeu médiatique malsain, destiné uniquement à doper l'audimat. On ne m'instrumentalise pas ainsi. Je veux débattre avec des gens qui pensent", explique-t-elle.

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

104

Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

Décadence de Merluchon :

Le Figaro a écrit:


Mélenchon à la conquête de la gent féminine dans Closer

LE SCAN POLITIQUE - L'eurodéputé avait avoué son envie de passer dans le journal people. Il s'y adresse aux femmes et aux jeunes en mêlant confidences et politique.

Le fondateur du Parti de gauche a laissé courir le bruit depuis quelques semaines: il s'est livré au magazine people Closer dans une longue interview. Et pour l'occasion, Jean-Luc Mélenchon s'est départi de son répertoire habituel de pourfendeur des puissants et des médias pour enfiler son costume du séducteur. Photos posées, langage de jeunes et petites confidences à l'appui: l'initiateur du mouvement pour la VIe république (M6R) revendique une «transgression» et drague ouvertement le lectorat jeune et féminin du magazine. «Je réponds à Closer pour parler à ses lecteurs (…) Ceux qui le lisent viennent y prendre un moment de détente? Très bien. Mais en se faisant plaisir, ils vont peut-être me lire aussi!», se réjouit-il. Il avait promis de ne pas parler de sa vie privée. On apprend quand même qu'il ne conduit pas et se contente d'une tranche saumon à l'huile d'olive le matin pour faire attention à sa ligne. Mais l'eurodéputé est aussi venu la besace pleine de messages politiques.

» Mélenchon et le féminisme: la genèse

Il le reconnaît volontiers, Jean-Luc Mélenchon, «un méditerranéen d'avant», n'est pas né féministe, il l'est devenu vers l'âge de 30 ans. «Jeune, je ne comprenais pas de quoi on parlait. J'ai eu la chance de croiser une femme exceptionnelle, la romancière Colette Audry (…) Un jour elle m'a pris à part: ‘Écoute, tu dis trop de bêtises, les hommes et les femmes sont égaux en droits, mais il y a une oppression spécifique aux femmes, ça s'appelle le patriarcat'. Elle a lancé mon esprit comme une boule dans le jeu de quille de mes préjugés masculins», raconte l'ancien sénateur.

» Mélenchon, défenseur des femmes

Parler à Closer, ça ne veut pas dire lâcher le terrain des luttes, et notamment contre le travail du dimanche. Selon lui cette mesure va surtout dégrader la vie des femmes qui constituent, selon lui, le gros des travailleurs dans la restauration et la grande distribution, deux secteurs concernés. «Qui décide du temps des autres commande la société(…) Et les femmes sont le moins propriétaires de leur temps. La domination des femmes est inscrite dans les horloges», assure Jean-Luc Mélenchon. Il plaide également pour que les femmes prennent une place prépondérante dans son projet de VI ème république. Il appelle de ses voeux la formation d'une assemblée constituante paritaire, qui inscrirait dans la constitution le droit des femmes à disposer de leur corps et donc à l'avortement.

» La compassion à l'égard de Valérie Trierweiler

«J'ai été aimé, j'ai aimé, j'ai connu des passions, j'ai approché des gens qui m'ont bouleversés, que je n'aurais jamais approché autrement compte tenu de mes origines sociales», raconte-t-il, assurant être resté fidèle à ses vingt ans. Un brin sentimental encore, quand il évoque le sort de la femme bafouée Valérie Trierweiller. «Je la connaissais d'avant. Quand on connaît les gens, on envie de faire quelque chose de gentil si ils vont mal. J'ai envoyé un petit message à Mme Trierweiller. Elle était dans la souffrance». Mais passée l'instant compassion, Mélenchon prend ensuite ses distances: «Elle est partie dans un délire où je ne me sens plus concerné».

» Mélenchon, neo-geek au langage «djeun's»

Dans «l'espace de liberté» que représente pour lui Closer, Jean-Luc Mélenchon vise les femmes, mais aussi la jeunesse au sens large. Ainsi se fait-il promoteur du cyberespace avec le vocabulaire du cru: «Ce n'est pas le bac à sable des djeun's, c'est une nouvelle dimension du réel». Le leader du Front de Gauche confie également qu'il est désormais équipé de deux consoles de jeux vidéo et qu'il passera une partie des vacances de Noël la manette en main. Il ne boude pas non plus son plaisir en détaillant son succès sur les réseaux sociaux: 300.000 followers sur Twitter, 10.000 visites quotidiennes sur son blog et 197.000 likes sur sa page Facebook. Il a beau se montrer dans une rédaction de presse people, Mélenchon confie aussi sa lassitude face à cette célébrité qui lui vaut aujourd'hui «le destin d'une belle femme». «Tous les relous de la terre se sentent autorisés à faire des commentaires sur mon comportement, ma vie», commente-t-il. Mélenchon voulait avant tout parler dans Closer pour «faire enrager» les autres politiques. Il prédit aux journalistes du magazine: «Vous serez bientôt harcelés. Beaucoup vont se bousculer pour être dans votre journal puisque j'y suis venu!»

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

105

Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

Ce que je retiens surtout, c'est la phrase que je mets en gras.

Le Figaro a écrit:

On n'est pas couché : accrochage entre Manuel Valls et un invité

LE SCAN TÉLÉ - Lors de l'enregistrement du talk-show de France 2, le premier ministre s'est écharpé avec l'humoriste Jérémy Ferrari sur le thème de la politique française en Afrique.

C'est un passage très attendu. Samedi soir, Manuel Valls est invité dans On n'est pas couchépour répondre aux questions de Laurent Ruquier, Léa Salamé et Yann Moix, à l'occasion de la sortie de son recueil de discours, L'Exigence. Tournée jeudi soir, cette émission promet déjà une séquence mémorable. D'après les informations de Télé 7 jours, le premier ministre se serait accroché avec un invité présent sur le plateau de France 2. Une information confirmée par la société de productions de l'émission, contactée par nos soins.

C'est avec l'humoriste Jérémy Ferrari que le premier ministre s'est écharpé sur «le thème de la politique française en Afrique», indique nos confrères. Ce vif échange s'est déroulé à la fin du long passage de Manuel Valls dans le fauteuil (d'environ 1h30). «C'est justement tout l'intéret de l'émission. On est davantage dans une forme de sincérité. C'est un exercice non policé, sans langue de bois, explique-t-on au sein de la société de production qui se voit souvent reprocher ses nombreux clashs. L'accrochage sera donc gardé au montage. L'échange avec Léa Salamé et Yann Moix n'aurait, par ailleurs, donné lieu à aucune polémique.

La venue de Manuel Valls dans On n'est pas couché fait déjà grincer des dents la classe politique. Mercredi, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, un député des Républicains, Jean-Charles Taugourdeau, a épinglé le premier ministre sur sa présence dans le talk-show de Laurent Ruquier «qui ne sert pas la grandeur de l'engagement politique». «Ce n'est pas la place du Premier ministre» a-t-il houspillé. Sur BFTMV jeudi matin, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a indiqué qu'il n'y serait pas allé.

La fin de l'année 2015 et ce début de 2016 est un véritable marathon médiatique pour Manuel Valls. Depuis les attentats du 13 novembre et les élections régionales, le Premier ministre enchaîne les interventions télévisées. Il est apparu à de nombreuses reprises dans les matinales radio, les JT de 20h de TF1, de France 2 mais aussi d'iTélé, de BFMTV et donc, désormais un talk-show à succès.

http://tvmag.lefigaro.fr/le-scan-tele/p … invite.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

106

Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

Curieux de voir comment Ferrari va clasher Valls. J'espère qu'il aura été bien acide.

"Et sans races, comment peut-on parler de racisme?" - sabaidee, 16/05/2014
"Allez, rince ton visage et enlève la merde dans tes yeux, va lire les commentaires des lecteurs du monde (le monde, hein, pas présent ou national hebdo) et tu percevras le degré d'agacement que suscitent ces associations subventionnées..." - sabaidee, 06/09/2016

"(influence léniniste de la "praxis historique réalisante et légitimée par sa propre réalisation historique effective", au sens hégélien du terme, dans l'action islamiste, au travers de l'état islamique - je n'utilise volontairement pas de majuscule pour cet "état" en ce que je lui dénie toute effectivité historique)" - Greg, 18/07/2016

"Oui oui, je maintiens. Il n'y a rien de plus consensuel que le Point. " - FDL, 28/07/2016

107

Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

Rétrospectivement, c'est assez drôle de voir que c'est Greg qui a ouvert ce fil.

Le Figaro a écrit:

Dans Elle, l'interview très personnelle de François Hollande

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Dans un entretien fleuve, le chef de l'État revient longuement sur sa vie de famille avec Ségolène Royal et leurs quatre enfants. Il ne se prive toutefois pas de glisser quelques messages politiques.

Il semble bel et bien décidé à bousculer les codes. Après s'être livré dans différents titres de presse atypiques comme le magazine Society ou la revue Le Chasseur français, François Hollande a décidé d'accorder une longue interview à l'hebdomadaire Elle. Une première depuis François Mitterrand, dernier président à s'y être exprimé durant l'exercice de ses fonctions dans un entretien publié en 1984. «Nous voulons multiplier les canaux de diffusion pour toucher un public toujours plus large», martèle d'ailleurs l'Élysée depuis plusieurs semaines.

Le chef de l'État adopte ainsi un ton très personnel et se livre comme jamais sur sa vie de famille, longtemps partagée avec Ségolène Royal, mère de ses quatre enfants. «J'ai essayé, autant que possible, d'être présent. Je faisais les courses ou la cuisine. Je m'occupais des enfants aussi. Je leur racontais des histoires le soir, je les emmenais faire du sport. Mais si vous interrogiez Ségolène Royal, j'imagine qu'elle vous confierait que je n'en ai pas fait assez... Et c'est vrai: je regrette réellement de ne pas en avoir fait davantage», regrette-t-il.

«Je suis féministe! Et toujours socialiste»

Mais s'il se montre enclin à s’épancher sur son passé, le locataire de l'Élysée est nettement moins disposé à parler des relations qu'il a entretenues depuis son accession à la fonction suprême. «Nos concitoyens élisent un homme ou une femme. Pas un couple, ni une famille», balaie-t-il d'abord. Avant de couper court à une question portant sur sa nouvelle compagne, Julie Gayet: «Ce qui signifie que je n'ai rien à vous dire sur ce sujet». «Être président de la République exige de sacrifier une grande partie de sa vie personnelle», concède-t-il enfin.

Avec cette interview, François Hollande semble chercher à renouer avec l'image d'«homme normal» qu'il s'était efforcé de véhiculer durant toute sa campagne de 2012. Fin tacticien, il ne s'éloigne cependant jamais trop de la politique: «Je suis féministe! Et toujours socialiste», glisse par exemple celui qui n'a pas renouvelé sa carte d'adhérent après son élection. Un message qui ne manquera pas d'être remarqué à l'heure où les débats sur le projet de réforme du droit du travail et sur la déchéance de nationalité pour les terroristes fracturent son camp.

Au Scan, un proche conseiller du chef de l'État livre les coulisses de cet entretien: «C'est la rédaction qui nous a sollicité il y a quelques semaines. Or il se trouve que le président est très attaché aux thématiques qui y sont abordées, mais que les médias qui l'interrogent ne les évoquent pas spontanément», justifie-t-on. «L'idée était d'être sincère et renvoyer l'image de ce qu'il a toujours été en tant qu'homme, élu local et élu national: quelqu'un d'honnête, proche des gens, et dont l'empathie est unanimement reconnue».

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … llande.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

108

Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

Debré fait sa Bachelot et se reconvertit dans la télé-poubelle. Parions qu'il s'y sentira comme un poisson dans l'eau.

Le Point a écrit:

Jean-Louis Debré animateur télé sur Paris Première
L'ancien président du Conseil constitutionnel présentera dès octobre une émission "d'humeur et d'humour" en prime-time sur Paris Première.

L'âge de la retraite n'a pas encore sonné pour Jean-Louis Debré. L'ancien ministre de l'Intérieur (1995-1997), président de l'Assemblée nationale (2002-2007) et plus récemment président du Conseil constitutionnel (2007-2016), a obtenu à 71 ans sa première émission de télévision. Dès octobre, il animera une sorte de grand jury culturel « d'humeur et d'humour » dans une ambiance volontairement « académique et surjouée », explique Jonathan Curiel, le directeur général de Paris Première, dans les colonnes du Parisien .

Même si l'on ne connaît pour l'instant que les contours de la future émission du groupe M6, Jonathan Curiel a déclaré : « Il y aura les méchants et les gentils jurés, mais aussi un surveillant général, un expert psy chargé de faire un test de personnalité, un public actif qui pourrait siffler pour créer du spectacle dans la salle. » Les invités seront majoritairement des artistes. Autre information : cinq jeunes humoristes siégeront à côté du présentateur. Si leur identité n'est pas encore connue, les castings se déroulent en ce moment.

Une reconversion dans les médias

En avril dernier, Jean-Louis Debré avait déjà fait une apparition remarquée dans On n'est pas couché, de Laurent Ruquier, sur France 2, où il avait semblé très à son aise face à Léa Salamé, notamment. Plus généralement, l'homme politique est considéré comme un « bon client » par les journalistes qu'il côtoie, de par sa tendance à vanner et pour ses coups de gueule. La télévision va-t-elle devenir la voie de reconversion des hommes politiques ? Roselyne Bachelot, ancienne ministre du gouvernement Fillon, fut chroniqueuse dans Le Grand 8 de Laurence Ferrari et invitée de nombreuses émissions.

Le groupe M6 n'est d'ailleurs pas le seul à s'être attaché les services de Jean-Louis Debré. D'après nos informations, le futur animateur sera aussi chroniqueur aux côtés d'Alessandra Sublet dans La Cour des grands, un jeu sur l'actualité diffusé tous les jours de 16 heures à 18 heures sur Europe 1, en remplacement des Pieds dans le plat, de Cyril Hanouna.

http://www.lepoint.fr/medias/jean-louis … 00_260.php

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

109

Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

Les Inrocks a écrit:

Flirt avec Sarkozy, blague grivoise avec Juppé: les étonnantes premières images de l’émission politique de M6

La future émission de M6, baptisée Une ambition intime et animée par Karine Le Marchand, promet d’atteindre des sommets dans la “peopolisation” des personnalités politiques (sur le mode “qui sont-ils vraiment?”). Un teaser publié sur sa page Facebook, où l’on voit que Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Bruno Le Maire ou encore Alain Juppé se sont pris au jeu (où est passé le PS ?), en donne un avant-goût.

On notera le passage où Alain Juppé relate son ambition précoce d’“entrer dans un grand corps“, et où Karine Le Marchand lui réplique : “Vous ne parlez pas des femmes?”. Ou encore le pseudo-flirt entre la présentatrice et Nicolas Sarkozy – qui prétend qu’en matière de femmes, il a un “bilan énorme”. Intéressant.

http://mobile.lesinrocks.com/inrocks.tv … que-de-m6/

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

110

Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

La politique en 2016.

Le Lab a écrit:

Nicolas Sarkozy souhaite un joyeux anniversaire à Cyril Hanouna dans "TPMP"

http://lelab.europe1.fr/pas-le-gorafi-n … te-2854195

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)

111

Re: Observatoire de la peopolisation de la vie publique

La politique en 2016 bis.

Le Lab a écrit:

Rihanna interpelle François Hollande sur Twitter et c’est… André Vallini qui lui répond

http://lelab.europe1.fr/rihanna-interpe … nd-2854525

"François Hollande, qui est et reste à mes yeux un très bon Président, un décideur juste et bon, d'une intelligence fine et curieuse de tout, posé, humble et droit, un grand homme politique, bien élu, qui a engagé de très nombreuses réformes qui s'imposaient depuis des années voire des décennies" (Greg)
"Dès que je vois inscrit "FDL", je ne lis pas. C'est perte de temps. Il est totalement timbré, violent, et ses écrits me révulsent.  Son idéologie qui a évolué vers l'extrême droite est symptomatique d'une véritable dégénérescence intellectuelle." (Greg)
"Le CCIF défend les libertés fondamentales." (Broz)