Notice: Undefined variable: q_message in /home/www/c23ee494339f4673173c93ff37a3a87a/web/forum-scpo/post.php(258) : eval()'d code on line 26
Écrire une nouvelle réponse - A propos du MoDem et de François Bayrou - Le Forum principal des étudiants de Sciences Po et IEP - Forum-scpo.com

Aller au contenu du Forum

Forum-scpo.com

Le Forum des étudiants de Sciences Po et des IEP


Écrire une nouvelle réponse

Nom d'utilisateur:  Mot de passe:  Identification  |  Inscription

Écrire une nouvelle réponse

Écrire et envoyer votre nouvelle réponse.

Vous pouvez utiliser: BBCode Images Émoticônes

Tous les champs identifiés par (Requis) doivent être complété avant que le formulaire soit envoyé.

Information requise pour les invités



Captcha image. Turn pictures on to see it.
Information requise
Préférences optionelles

Examiner les discussions (La plus récente en premier

1

Il n'y a que des gens bien, au Modem.

Le Figaro a écrit:

Attendu au Conseil constitutionnel, Michel Mercier épinglé pour avoir embauché sa fille au Sénat

L'ancien garde des Sceaux, Michel Mercier, reconnaît avoir «embauché (sa) fille pour travailler sur des dossiers culturels».

LE SCAN POLITIQUE - Le Canard enchaîné explique que sa fille Delphine, embauchée pendant deux ans, résidait à Londres alors que sa fiche de poste indiquait que son travail se situait à Paris. Le sénateur MoDem se justifie. Il doit être auditionné ce mercredi, afin de confirmer sa nomination au Conseil constitutionnel.

C'est une information dont Michel Mercier se serait bien passé. Le Canard enchaîné indique mercredi que le sénateur MoDem, qui est en passe de faire son entrée au Conseil constitutionnel, a embauché sa fille Delphine comme attachée parlementaire pendant deux ans (2012 à 2014). Or cette dernière résidait à Londres, alors que la fiche de poste indiquait que le poste de travail se situait bel et bien au palais du Luxembourg, à Paris. Sur la fiche de renseignements de la collaboratrice, exhumée par Le Canard, l'adresse outre-manche est écrite noir sur blanc. «J'ai travaillé à temps très partiel à Londres, où je n'étais que de manière épisodique», se défend l'intéressée, qui était rémunérée 2000 euros bruts par mois.

Diplômée de la Sorbonne et de l'École du Louvre, Delphine Mercier est une spécialiste reconnue des «reliques textiles de Saint Thomas Becket conservées en France et Belgique», précise l'hebdomadaire satirique, qui souligne qu'elle exerçait comme responsable des collections d'ethnographie à l'University College London, et ce pendant la même période que celle spécifiée sur son contrat au Sénat. Alors même que le sénateur avait spécifié aux services du Sénat que sa fille n'avait aucune autre activité professionnelle.

«Elle était bien contente»

Auprès de son père, Delphine Mercier dit avoir «effectué une veille sur les sujets qui (lui) sont familiers (culture, patrimoine, coopération) ainsi que des fiches condensées sur certains thèmes (culture, numérique, enseignement de l'histoire de l'art, différents points concernant la coopération, différents points concernant les musées, etc) pouvant donner lieu à des discussions pour développer le contenu de ces fiches». Quant à Michel Mercier, il reconnaît avoir «embauché (sa) fille pour travailler sur des dossiers culturels». «Je m'occupais de questions culturelles localement. Je voulais mieux connaître les questions culturelles par rapport aux nouvelles technologies», se défend l'ancien ministre. Qui ajoute: «J'ai bien le droit d'avoir, moi aussi, une culture». Puis: «Elle était bien contente d'avoir de quoi vivre!»

Hasard du calendrier, la révélation de cette information intervient alors que Michel Mercier doit être auditionnée ce mercredi au Sénat, lequel doit valider sa nomination au Conseil constitutionnel proposée par le président du palais du Luxembourg, Gérard Larcher.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca … -senat.php

2

Bayrou n'aurait "aucune hésitation" à voter PS.

Sans blague ? Il faut dire qu'il est habitué, le bougre.

http://www.lepoint.fr/politique/doubs-b … 991_20.php

3

Donc en fait, ce que propose notre brave François, c'est de reconstituer l'UDF ? L'UDI dont le Modem serait "l'interlocuteur". C'était bien la peine de nous avoir cassé les roupettes pendant 5 ans avec son Modem...
Il est toujours aussi déconnecté (pun intended) de la réalité, le pauvre homme.

Le Figaro a écrit:

Bayrou se dit «radicalement optimiste»

Le président du MoDem tente de gagner du temps pour stopper l'hémorragie dans les rangs de son parti.

Incroyable François Bayrou. Chef d'un parti laminé aux législatives de juin, lui-même arrivé seulement à la cinquième place à la présidentielle en avril, le président du MoDem affiche toujours un surprenant «optimisme». Dans le TGV Paris-Lorient, le leader centriste voit même «le paysage se simplifier» pour lui. «Je suis radicalement optimiste», confie-t-il au Figaro, en route pour Guidel, petit village du Morbihan, où sont attendus jusqu'à dimanche quelque 700 cadres du parti centriste pour son université de rentrée, contre 2000 l'année dernière.

Méthode Coué? Interrogé sur la création de l'UDI, qui ambitionne de réunir l'ensemble des partis de centre droit, dont le Parti radical de Jean-Louis Borloo ou le Nouveau Centre d'Hervé Morin, l'ancien député du Béarn estime même qu'il serait «plus facile d'avancer quand il n'y a plus que deux interlocuteurs clairement définis». En d'autres termes, pour lui, la création de l'Union des démocrates et indépendants aurait le mérite de clarifier l'offre: d'un côté un «centre droit» assumé, de l'autre, derrière le MoDem, un «centre indépendant». «Avant l'UDI, il y avait plus de dix partis se réclamant du centre droit, c'est-à-dire de la droite, puisque par définition le centre ne peut être qu'indépendant. Maintenant, l'offre est plus simple», poursuit-il.

Tenir deux ans

Derrière cette posture se voulant résolument «optimiste» de la part de François Bayrou - «le leader centrissimo», osent dire, sur le ton de l'humour, certains militants -, les responsables du MoDem savent qu'ils jouent peut-être là leur unité. Le parti est en effet divisé. En trois sensibilités: les «centro-centristes», c'est-à-dire ceux qui à l'image de Jacqueline Gourault, sénatrice du Loir-et-Cher, restent fidèles à la ligne de François Bayrou ; les «nostalgiques de l'UDF», qui, comme Jean-Marie Vanlerenberghe, sénateur du Pas-de-Calais, regardent du côté du centre droit ; et les «réalos de gauche», qui, comme Jean-Luc Bennahmias, député européen, se verraient bien exister dans l'actuelle majorité.

À la vérité, François Bayrou pense avoir réussi sa rentrée dimanche dernier sur Europe 1, en lançant en substance à Jean-Louis Borloo un: «pourquoi ne pas se réunir à condition de rester nous-mêmes!» Bayrou a ainsi rassuré sa base, ou plutôt les trois sensibilités du MoDem. «Rien ne presse, pas de précipitation», décrypte un proche. Bayrou cherche en réalité à gagner du temps. Pour stopper les départs dans les rangs du MoDem.

Jeudi, Marielle de Sarnez, première vice-présidente du MoDem, a proposé une primaire pour 2017, allant «du centre gauche au centre droit». Une façon, pense-t-elle, de piéger l'UDI, qui pencherait pour une primaire ouverte à droite et au centre. Européen convaincu, le président du MoDem attend avec impatience la prochaine séquence des élections européennes de 2014.

L'Europe reste parmi ses premières amours. «Nous ferons des listes autonomes dont les contours restent à définir», dit-il. Ses proches poussent l'analyse «tactique» en tablant sur «une explosion de la majorité Hollande» dont «le débat sur le traité européen est un avant-goût» et des tensions à l'UMP, où «de nombreux cadres sont tentés par un repli identitaire».

D'où, la nouvelle stratégie de Bayrou: tenir deux ans pour se refaire une santé en incarnant une nouvelle offre…

4

Bayrou a déclaré sur BFM TV qu'il souhaitait revoir le mode de recrutement des jeunes enseignants chercheurs sur le modèle de la draft en NBA : les meilleurs jeunes chercheurs peuvent être choisis par les universités les plus faibles afin de réduire les disparités de niveau.

Sur le papier, l'idée semble bonne, mais je me demande comment :

1- On peut classer les enseignants chercheurs pour attribuer un rang de sortie alors que les universités sont différentes (aucune comparaison possible avec un classement de sortie comme feu à l'ENA)
2- On peut réunir les conditions d'un bon exercice de son métier de chercheur : ça demanderait de dupliquer les centres de recherche, les infrastructures etc, pour que chaque enseignant chercheur puisse exercer son métier dans n'importe quelle université.

Vos avis ?

5

Leave François alone !

http://www.staragora.com/navigation/368 … %3Bnav%3D1

A force de s'acharner sur nos politiques préférés qui ne méritent pas ça (Frédo Lefebvre, Bayrou etc.), ils font des malaises et le pire n'est jamais loin :

Le Point - Reuters a écrit:

François Bayrou hospitalisé après un malaise sans gravité

PARIS (Reuters) - Le président du Mouvement démocrate François Bayrou, qui est âgé de 59 ans, a été hospitalisé lundi soir à Paris après un léger malaise sans perte de connaissance, a annoncé mardi son service de presse.

Il a subi des examens de contrôle à l'hôpital du Val-de-Grâce. Son entourage parle d'un "gros coup de fatigue". L'hospitalisation est intervenue juste après son passage à l'émission Le Grand Journal sur Canal+, lundi soir.

François Bayrou a été reconduit dimanche à la tête de son mouvement, un parti centriste opposé à Nicolas Sarkozy. Il est arrivé en troisième position lors de l'élection présidentielle de 2007, avec 18,57% des voix.

Souvenez-vous de la phrase du grand, de l'inestimable, du mirifique Lionnel Luca : "Depuis quelques semaines, c'est à un véritable acharnement médiatique contre le président de la République qu'on assiste. Tout y passe: la vie privée, les déclarations détachées de leur contexte, les insultes à son endroit et ses réactions sur le vif... Il y a eu d'autres exemples dans le passé de ce type d'acharnement avec Roger Salengro et Pierre Bérégovoy et l'on sait comment cela a fini».

Alors, messieurs les journalistes, arrêtez de tirer les premiers.

6

Et ça continue :

Le Figaro - AFP a écrit:

MoDem : démissions en Seine-Maritime

Le président du Modem de Seine-Maritime a annoncé qu'il démissionnait de cette formation et appelait à voter en faveur de la liste conduite par le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire (UMP) au second tour des élections régionales en Haute-Normandie.

"François Bayrou est quelqu'un de grande valeur qui a beaucoup de qualités mais il nous a envoyés dans le mur", a affirmé mercredi à l'AFP Florent Saint-Martin, conseiller municipal du Havre élu en 2008 sur la liste du maire UMP Antoine Rufenacht. Il a précisé que les deux autres conseillers municipaux Modem du Havre démissionnaient également.

Florent Saint-Martin a assuré que le Modem restait "une très belle idée" mais que sa réalisation n'avait pas été à la hauteur des ambitions. "Je regrette la stratégie d'opposition systématique, je n'arrive plus à lire le message et je ne sais plus quoi dire aux militants", a-t-il ajouté.

Cet élu a dénoncé par ailleurs "l'alliance anachronique entre un PS fabiusien et le Parti communiste" en Haute-Normandie et appelé à voter à droite au second tour.

7

Après les défections, les exclusions (et nous en tant que spectateurs des derniers soubresauts d'un cadavre qui se débat encore mais plus pour très longtemps) :

Le Figaro - AFP a écrit:

MoDem: Dufour suspendu en Languedoc

Marc Dufour, président du Mouvement Démocrate (MoDem) en Languedoc-Roussillon, a été suspendu et est convoqué le 24 mars devant le comité de conciliation et de contrôle, instance susceptible de prononcer une exclusion définitive.

Selon M. Dufour, interrogé par l'AFP, cette suspension est liée au "non respect de la décision nationale de présentation d’une liste autonome" aux régionales. Il lui est aussi reproché d'avoir apporté son soutien à une liste concurrente. Deux mises en cause que M. Dufour conteste.

Début janvier, lors de primaires, les militants avaient majoritairement choisi comme tête de liste le tandem Marc Dufour-Dominique Canu, devant un duo constitué de Catherine Labrousse (MoDem) et Patrice Drevet (Alliance Ecologie Indépendante).

"A la demande de Paris", M. Dufour avait accepté sous conditions de laisser la tête de liste à l'ancien présentateur météo, mais les négociations avaient échoué.

Des dissensions sont par la suite apparues entre les instances régionales du mouvement et François Bayrou, selon M. Dufour. Selon lui, le président du MoDem lui aurait signifié notamment qu'il n'aurait pas l'investiture, ce qui a conduit l'ensemble des co-listiers potentiels à retirer leur candidature.

M. Dufour a dénoncé lors d'une conversation téléphonique avec l'AFP un "problème de gouvernance au sein du parti". "Je considère que notre mouvement n'a de démocrate que le nom", a-t-il conclu.

8

Lepage, c'est la meuf qui voulait occuper le terrain de l'écologie de droite, et qui maintenant veut incarner l'écologie de gauche. Comment dire que c'est un peu le camembert qui dit au roquefort tu pues ?

9

http://www.coucoucircus.org/da/images-da/clubdes5.jpg

10

Les défections se suivent. Cette fois, Corinne Lepage (ce n'est pas une surprise, cela dit) :

Le Figaro a écrit:

Corinne Lepage démissionne du MoDem

La députée européenne Corinne Lepage, présidente du parti écologiste Cap21, annonce dans un entretien au Monde sa démission du MoDem.

«J'ai décidé de démissionner», explique-t-elle. «Mais je suis présidente d'un des partis fondateurs du MoDem, et je soumettrai ma décision fin mai au congrès de CAP 21, afin que notre mouvement se détermine sur son avenir. Ce choix n'est pas dû à ce que j'ai subi depuis septembre 2009. La direction du MoDem est aujourd'hui incapable de changer de mode de fonctionnement, d'entendre les militants comme les électeurs, et surtout, elle ne parvient pas à construire une stratégie qui n'ait pas pour seul objectif l'élection présidentielle.»

L’ancienne ministre de l’environnement précise également dans cet entretien qu’elle pourrait travailler avec Europe Ecologie. «J'appelle tous ceux qui ont cru en 2007 à l'espoir porté par le MoDem, mais aussi tous ceux qui aspirent à répondre différemment sur le plan économique et social à la crise historique que nous vivons, à venir travailler avec nous. Dans cet esprit, je suis bien entendu tout à fait ouverte à travailler avec Europe Ecologie.»

Il reste qui au Modem, à part Bayrou, Sarnez, Lassalle, Begag (hum), Wehrling et Bennhamias ?

11

J'ai hésité à poster ça dans le thread des célébrités en fin de vie.

Le Monde a écrit:

Défections en chaîne au MoDem

Les défections se multiplient au sein du MoDem. Hauts-de-Seine, Paris, Val-d'Oise, Isère, Pyrénées-Orientales, Hérault, Finistère, Loiret, Meurthe-et-Moselle, Ardèche... les responsables des fédérations quittent un à un le navire. Après avoir perdu l'essentiel du vivier de ses élus nationaux, en 2007, lors de l'élection présidentielle, François Bayrou assiste à l'hémorragie de ses dernières troupes.

La constitution des listes, qui devaient être déposées en préfecture au plus tard lundi 15 février, a suscité un fort mécontentement. Les responsables des fédérations dénoncent un "semblant de démocratie interne", où les militants n'ont été consultés, selon eux, que pour avaliser les candidats choisis par M. Bayrou.

A Paris, par exemple, le président du MoDem a décidé personnellement d'investir Alain Dolium, un inconnu, simple militant depuis deux ans, mais qui représentait, à ses yeux, un symbole de la diversité. Une partie des militants parisiens estiment que "sous couvert d'une volonté affichée de pratiquer le renouvellement, les listes sont une ineptie en termes d'efficacité et de potentiel électoral".

Partout, le mécontentement gronde. Vendredi, le chef du MoDem était à Toulouse pour tenter d'éteindre un incendie provoqué dans le Languedoc-Roussillon par sa proposition de désigner Patrice Drevet, ex-présentateur météo de France 2 pour conduire les listes. Les militants avaient, eux, choisis d'être représentés par Marc Dufour, le président du MoDem de l'Hérault et adjoint au maire PS de Montpellier.

Peu avant, M. Bayrou avait dû se rendre en urgence en Rhône-Alpes où la candidature d'Azouz Begag, l'ancien ministre délégué à la promotion de l'égalité des chances du gouvernement Villepin, divise. Il avait dû aussi aller en Poitou-Charentes où la présidente socialiste de région, Ségolène Royal, a semé la pagaille en proposant au MoDem des places éligibles.

CARTE DE LA NOTORIÉTÉ

Comme en 2007, les élus et les militants centristes ne se retrouvent plus dans la stratégie de leur leader. Privé de son vivier d'élus nationaux, M. Bayrou n'a pas osé s'appuyer sur ses forces locales. Il a préféré jouer la carte de la notoriété en allant décrocher quelques personnalités, comme le footballeur Marouane Chamakh, pour doper les listes en Aquitaine ou encore M. Begag en Rhône-Alpes.

Au désespoir de ses colistiers, qui regrette l'absence de programme, M. Begag mène "une campagne décalée" sur son nom pour se "rapprocher des citoyens". Il promet une "plus grande proximité" avec les Rhônalpins.

Malgré des sondages catastrophiques qui ne créditent plus le parti que de 4 % ou 5 % des voix, M.Bayrou a choisi de présenter partout des listes sous ses propres couleurs, au nom de l'autonomie. Conscients de leur faiblesse, beaucoup de militants plaidaient pour des alliances de premier tour avec la gauche ou avec la droite selon les régions, stratégie qui aurait permis au MoDem de s'assurer davantage de places éligibles.

"Si nous passons la barre de 10 %, en Rhône-Alpes, ce qui serait un miracle, nous ne pouvons espérer qu'un ou deux élus maximum", explique Gilles Vesco, élu lyonnais. En 2004, l'UDF locale avait obtenu dix-huit élus.

12

La paternité de la comparaison revient à Coppé.

13

Ca ferait mal au cul de tomber d'accord avec lui hein :-)

14

faux semblants a écrit:
Gambetta a écrit:

Je ne sais plus qui disait que c'était un joueur de poker.
.

Frédéric Lefebvre tout à l'heure sur France Inter.

Non quelqu'un l'avait dit avant cette buse.

15

Gambetta a écrit:

Pauvre François Bayrou. Il vient de faire la plus grosse faute politique et électorale imaginable et réalisée, peut être de ces 50 dernières années. C'est le "vieilli usé fatigué" mais en mille fois pire.

Il vient de ruiner plusieurs années d'effort électoraux.

Je ne sais plus qui disait que c'était un joueur de poker.

Il vient de faire tapis de toutes ses voix engrangées, de tous ses gains électoraux pendant des années sur un carré de 6 et Cohn Bendit avait un carré de valets.

C'est exactement ça. Sauf que Cohn-Bendit va se retirer du jeu très prochainement.
J'aime beaucoup ta dernière phrase, je suis fan. (pour une fois)



Currently installed 12 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.

[ Généré en 0.087 secondes, 7 interrogations faites ]