Notice: Undefined variable: q_message in /home/www/c23ee494339f4673173c93ff37a3a87a/web/forum-scpo/post.php(258) : eval()'d code on line 26
Écrire une nouvelle réponse - Politique étrangère & de défense de Sarkozy et Hollande - Le Forum principal des étudiants de Sciences Po et IEP - Forum-scpo.com

Aller au contenu du Forum

Forum-scpo.com

Le Forum des étudiants de Sciences Po et des IEP


Écrire une nouvelle réponse

Nom d'utilisateur:  Mot de passe:  Identification  |  Inscription

Écrire une nouvelle réponse

Écrire et envoyer votre nouvelle réponse.

Vous pouvez utiliser: BBCode Images Émoticônes

Tous les champs identifiés par (Requis) doivent être complété avant que le formulaire soit envoyé.

Information requise pour les invités



Captcha image. Turn pictures on to see it.
Information requise
Préférences optionelles

Examiner les discussions (La plus récente en premier

1

Là, je pense aux électeurs de Micron, qui doivent l'avoir mauvaise. Moi, ça me convient.

Marianne a écrit:

Syrie : Poutine, Bachar el-Assad, Daech... le virage diplomatique à 180° d'Emmanuel Macron

Dans un entretien accordé à huit journaux européens, Emmanuel Macron expose les grandes lignes de ce que sera sa diplomatie : rapprochement avec la Russie, lutte contre l'Etat islamique comme objectif principal, nécessité de "la stabilité de la Syrie". Autant de positions qui détonnent avec les hésitations d'un François Hollande.

C'est bien plus qu'un entretien, c'est une véritable feuille de route qui fait table rase du passé. Emmanuel Macron, tout juste installé dans son fauteuil de président de la République, a décidé de ne pas perdre de temps sur le dossier syrien. Dans un entretien donné à huit quotidiens européens dont Le Figaro et Le Temps, publié ce jeudi 22 juin, le chef de l'Etat s'exprime longuement sur ses aspirations européennes, la diplomatie française et la place de la France dans un monde redevenu multipolaire. Et d'y assumer un véritable tournant diplomatique sous le signe de la "realpolitik" en ce qui concerne la crise politique et militaire qui secoue le Moyen-Orient.

Sur l'analyse d'abord, Emmanuel Macron pose un constat clair et précis (et nécessaire) sur les raisons qui ont vu la Russie devenir incontournable en Syrie. "Les Etats-Unis ont fixé des lignes rouges mais ont fait le choix in fine de ne pas intervenir. Qu’est-ce qui a affaibli la France ? De définir politiquement une ligne rouge et de ne pas en tirer les conséquences. Et qu’est-ce qui a du coup libéré Vladimir Poutine sur d’autres théâtres d’opérations ? Le fait d’avoir constaté qu’il avait face à lui des gens qui avaient des lignes rouges mais ne les faisaient pas respecter", explique le chef de l'Etat. Ce qui le conduit, une fois ce constat posé, à penser une stratégie diplomatique et politique dégagée des erreurs du passé pour être la plus utile aux intérêts français.

"Je respecte Vladimir Poutine. J’ai eu avec lui un échange constructif. Nous avons de vrais désaccords, sur l’Ukraine en particulier, mais il a vu aussi ma position", poursuit le président, rappelant ainsi que la Russie est un partenaire de la France tout en actant les désaccords existants. De quoi faire rougir un François Hollande ou un Jean-Marc Ayrault qui en appelaient en permanence à des "sanctions" contre le géant Russe. Puis, Emmanuel Macron lâche : "Il y a la Syrie. Sur ce sujet, ma conviction profonde, c’est qu’il faut une feuille de route diplomatique et politique. On ne réglera pas la question uniquement avec un dispositif militaire. C’est l’erreur que nous avons collectivement commise. Le vrai aggiornamento que j’ai fait à ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar el-Assad était un préalable à tout. Car personne ne m’a présenté son successeur légitime !" Une déclaration qui tranche radicalement avec la position qui a longtemps servi de boussole au ministère des Affaires étrangères. Pour rappel, en 2012, Laurent Fabius, alors le patron du Quai d'Orsay, tonnait contre un "M. Bachar el-Assad (qui) ne mériterait pas d'être sur la Terre", estimant que "le régime syrien devait être abattu et rapidement".

"Le vrai aggiornamento que j’ai fait à ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar el-Assad était un préalable à tout", rappelle Emmanuel Macron.

Interrogé fin 2012 sur TV5 Monde sur la position de la France par rapport au groupe djihadiste Front Al Nosra (aujourd'hui rebaptisé Front Fatah al-Cham), Laurent Fabius répétait le "souhait" de la France de voir "Monsieur Bachar" tomber. Une ligne de conduite que Jean-Marc Ayrault, son successeur, poursuivra à son tour avant que François Hollande, après les attentats du 13 novembre, décide d'amorcer un rapprochement avec la Russie et le régime de Bachar el-Assad pour lutter efficacement contre l'EI.

Mais revenons à l'entretien, Emmanuel Macron, affirme ainsi les objectifs de la France en Syrie. "Un : la lutte absolue contre tous les groupes terroristes. Ce sont eux, nos ennemis. C’est dans cette région qu’ont été fomentés des attentats terroristes et que se nourrit l’un des foyers du terrorisme islamiste. Nous avons besoin de la coopération de tous pour les éradiquer, en particulier de la Russie", rappelant ainsi un certain… Jean-Luc Mélenchon lors de la campagne présidentielle.

La stabilité de la Syrie plutôt que le départ de Bachar el-Assad

Puis, le chef des armées défend la nécessité de "la stabilité de la Syrie, car je ne veux pas d’un Etat failli. Avec moi, ce sera la fin d’une forme de néoconservatisme importée en France depuis dix ans. La démocratie ne se fait pas depuis l’extérieur à l’insu des peuples. La France n’a pas participé à la guerre en Irak et elle a eu raison. Et elle a eu tort de faire la guerre de cette manière en Libye. Quel fut le résultat de ces interventions ? Des Etats faillis dans lesquels prospèrent les groupes terroristes. Je ne veux pas de cela en Syrie." Une position qui pourrait être inspiré par l'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine selon le chercheur Frédéric Pichon et le grand reporter Georges Malbrunot.

Et qui rapproche de facto les objectifs de la France de ceux de Vladimir Poutine : empêcher que l'Etat syrien de s'effondre. D'ailleurs plus loin, Emmanuel Macron analyse très justement les raisons du soutien de la Russie à Bachar el-Assad : "Je ne crois pas que [Vladimir Poutine] ait une amitié indéfectible à l’égard de Bachar el-Assad. Il a deux obsessions : combattre le terrorisme et éviter l’Etat failli. C’est pour cela que sur la Syrie des convergences apparaissent. Longtemps nous avons été bloqués sur la personne de Bachar el-Assad. Mais Bachar, ce n’est pas notre ennemi, c’est l’ennemi du peuple syrien (…) Que peut-on faire ? Réussir à travailler ensemble sur la Syrie pour lutter contre le terrorisme et déboucher sur une vraie sortie de crise."

Un entretien étonnant et détonnant qui a le mérite de tirer les leçons des errances diplomatiques françaises sur le dossier syrien. Et qui laisse entrevoir la possibilité pour la France de revenir sur le devant de la scène internationale. Affaire à suivre.

https://www.marianne.net/monde/syrie-po … uel-macron

2

Ce n'est pas vraiment ce que j'appelle du libéralisme mondialiste, puisque ce n'est ni libéral ni mondialiste. Si tu veux voir émerger des champions européens de l'armement tu dois accepter soit la formation de consortiums, soit la spécialisation de certaines industries par pays, ou plus probablement les deux en même temps. Ca n'est pas du libéralisme parce que je ne crois absolument pas à la libéralisation pure et simple du marché de l'armement, par définition marqué par l'interventionnisme de l'Etat. Ca n'est pas mondialiste parce qu'il n'y a pas de volonté d'acheter hors UE lorsqu'on peut l'éviter, ce qui sera bien évidemment plus compliqué avec la sortie du RU de l'Union.

3

Purger le budget de l'armée, casser les facilités industrielles, acheter étranger. Le libéralisme mondialiste micronien en action.

L'Opinion a écrit:

Sylvie Goulard: «Nous serons obligés de casser certaines facilités industrielles» françaises

Dans un entretien vidéo avec Le Talk stratégique du Figaro.fr, la ministre des Armées Sylvie Goulard a détaillé sa vision des questions de défense. Ses propos sur la défense européenne, qui est l’une de ses priorités affichées, résonne d’un ton nouveau. Selon elle, un « tabou » a été levé à Bruxelles où la défense européenne s’était « ensablée » depuis des années. L’annonce, faite hier par la Commission européenne, de la création d’un Fonds européen de défense va dans ce sens. Pour l’instant, il s’agit de « faire de la recherche ensemble » mais à terme le « volet capacitaire » sera concerné.

Souhaitant sortir d’«une vision étriquée », la ministre a assuré qu’ « il est souhaitable que nous achetions ensemble des matériels, ce qui oblige de casser certaines routines, certaines facilités industrielles aussi. Je l’assume. Si nous voulons faire l’Europe de la défense, il va y avoir des restructurations à opérer, faire des choix de compatibilité et, à terme, des choix qui pourraient passer dans un premier temps pour aboutir à privilégier des consortiums dans lesquels les Français ne sont pas toujours leaders ». (C’’est nous qui soulignons)

Interrogée sur le budget, elle a réaffirmé des2% du PIB en 2025, rappellant toutefois qu’ « il ne faut pas oublier l’équipe France » et son « effort de remise à flots des finances publiques ». Qualifiant les décisions précédentes de « rattrapage assez artisanal », elle a parlé de « choix douloureux » à propos de la future loi de programmation militaire.

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defe … tes-128466

4

Indispensable de débattre de l'appartenance de la France à l'OTAN.
Un petit essai (50 Page) traite de la question, par seulement pour le cas de la France, mais pour l'UE.
A lire, car documenté et très instructif.
Désolé, c'est sur un site marchand (amazon).
"Le capitalisme du XXIème siècle: les USA, l'OTAN, et la stratégie du chaos" par Abbo A Beyeck.

5

La France, ce dépotoir. L’Allemagne et les Pays-Bas les refoulent ; nous, nous les accueillons à bras ouverts.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/ … manche.php

6

FDL a écrit:

Poutine trolle. Nice shot, Vlad.

Entre cousins de la même espèce on se comprend, hein, mon petit rat.

7

Poutine trolle. Nice shot, Vlad.

Europe 1 a écrit:

Poutine appelle les Occidentaux à éviter toute "victime civile" à Mossoul

Cette offensive, dont la date n'a pas encore été précisée, vise à reprendre Mossoul, dans le nord de l'Irak, des mains de l'organisation Etat islamique, qui en a fait sa place forte depuis 2014.

La coalition dirigée par les Etats-Unis doit éviter toute "victime civile" lors de son offensive imminente sur Mossoul, en Irak, a lancé dimanche Vladimir Poutine, alors que la Russie est accusée par les Occidentaux de "crimes de guerre" en Syrie.

"Exclure toute victime parmi la population civile". "Nous espérons que nos partenaires américains, et en l’occurrence nos partenaires français aussi, agiront avec précision et feront tout pour minimiser, ou encore mieux, exclure toute victime parmi la population civile" lors de l'offensive que les forces irakiennes, soutenues par la coalition, s'apprêtent à lancer contre Mossoul, a déclaré le président russe. Cette offensive, dont la date n'a pas encore été précisée, vise à reprendre Mossoul, dans le nord de l'Irak, des mains de l'organisation Etat islamique, qui en a fait sa place forte depuis 2014.

"Nous n'allons pas attiser l'hystérie sur ce sujet, comme le font nos partenaires occidentaux, parce que nous comprenons que nous avons besoin de combattre le terrorisme et que pour cela, il n'y a pas d'autres moyens que les combats offensifs", a ajouté Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse en marge du sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du sud) à Goa, en Inde.

L'offensive russo-syrienne a tué plus de 370 personnes. Ces déclarations du président russe interviennent alors que les Occidentaux ont accusé à plusieurs reprises Moscou de commettre des "crimes de guerre" contre les civils d'Alep-est, la partie de la grande ville du nord contrôlée par les rebelles et soumise à d'intenses bombardements du régime et de son allié russe. Depuis l'échec du dernier cessez-le-feu fin septembre, l'offensive russo-syrienne contre cette partie d'Alep a tué plus de 370 personnes, essentiellement des civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

http://www.europe1.fr/international/pou … ul-2874596

8

Greg a écrit:
Arken a écrit:

Quid ici des ravages au Yémen ?
Les USA qui soutiennent l'Arabie Saoudite évoquent des crimes de guerre, ce qui semblent les déranger (explicitement j'entends) vu leur positionnement.

C'est tout à fait juste, sauf que, justement, les Etats-Unis sont très génés aux entournures de la récente bavure faite au Yemen. Il reste néanmoins à mes yeux une différence de nature, faute de différence dans l'horreur, entre un pilonnage massif et suivi ciblant des civils et une bavure de guerre. Les deux sont aussi condamnables mais l'une est volontaire et poursuivi, l'autre est involontaire et entraîne en général un retour d'expérience visant à éviter de nouvelles bavures, autant qu'elles mettent en général un coup d'arrêt aux bombardements faits un peu trop "à l'aveuglette".

N'était-ce pas un bombardement de funérailles où il y avait, en plus des civils, plein de hauts dignitaires et militaires venus soutenir le ministre de l'Intérieur qui avait perdu son père précédemment si j'ai bien suivi ?

Ça n'est pas une suite de bombardements massifs (encore qu'on n'en sait rien puisque personne ne parle jamais du Yémen au contraire de la Syrie dont on entend parler tout le temps depuis que la bataille d'Alep s'est intensifiée) mais on peut se demander - encore une fois sans être complotiste - si c'était bien involontaire. C'est quand même assez pratique de balayer plein de responsables d'un coup.

Nous verrons dans les semaines / mois à venir si ce bombardement a provoqué un changement ou non dans la manière de procéder de l'Arabie Saoudite.

Ce qui au passage n'exempte en rien la responsabilité de l'autre camp dans les ravages et massacres qui ont lieu de part et d'autres.

9

Arken a écrit:

Quid ici des ravages au Yémen ?
Les USA qui soutiennent l'Arabie Saoudite évoquent des crimes de guerre, ce qui semblent les déranger (explicitement j'entends) vu leur positionnement.

C'est tout à fait juste, sauf que, justement, les Etats-Unis sont très génés aux entournures de la récente bavure faite au Yemen. Il reste néanmoins à mes yeux une différence de nature, faute de différence dans l'horreur, entre un pilonnage massif et suivi ciblant des civils et une bavure de guerre. Les deux sont aussi condamnables mais l'une est volontaire et poursuivi, l'autre est involontaire et entraîne en général un retour d'expérience visant à éviter de nouvelles bavures, autant qu'elles mettent en général un coup d'arrêt aux bombardements faits un peu trop "à l'aveuglette".

10

FDL a écrit:

Mais oui. Pendant que nous travaillons assis à notre bureau, mangeons grassement au McDo, faisons la fête, allons au concert, prenons des douches chaudes, des gens MEURENT DE FAIM EN AFRIQUE ! N'avons-nous pas honte ?

Ce dont nous pourrions avoir honte, c'est vrai, ce serait de soutenir ceux qui sont responsables de ces massacres...
Enfin, pas tous, manifestement.

11

Arken a écrit:

(d'ailleurs ça me fait penser que j'ai pas eu le temps d'en parler dans le topic de la présidentielle US, FDL tu n'as pas relevé le fond des propos de Trump enregistré, même pour dire qu'on devrait s'en foutre, je suppose).

Justement, il n'y a pas de fond dans ces propos. Mais ils sont nuls, oui. Beaufs. Déplorables.

12

Greg a écrit:

Ce qui est terrible c'est que pendant que nous nous écharpons, un massacre est en cours à Alep. MAis ça, FDL, est-ce que cela t'effleure ?


Je ne suis ni pour l'un ni pour l'autre, par contre j'avoue que le caractère sélectif de propos, d'arguments ou simplement d'informations est toujours un peu dérangeant (d'ailleurs ça me fait penser que j'ai pas eu le temps d'en parler dans le topic de la présidentielle US, FDL tu n'as pas relevé le fond des propos de Trump enregistré, même pour dire qu'on devrait s'en foutre, je suppose).


Quid ici des ravages au Yémen ?
Les USA qui soutiennent l'Arabie Saoudite évoquent des crimes de guerre, ce qui semblent les déranger (explicitement j'entends) vu leur positionnement.

Je ne suis pas adepte de la théorie du complot, mais pourquoi on est fixé juste sur Alep ? Parce qu'on connaît mieux le coin, l'histoire de la Syrie et son dirigeant que le Yémen qui est plus lointain et plus inconnu ?

13

Mais oui. Pendant que nous travaillons assis à notre bureau, mangeons grassement au McDo, faisons la fête, allons au concert, prenons des douches chaudes, des gens MEURENT DE FAIM EN AFRIQUE ! N'avons-nous pas honte ?

14

Ce qui est terrible c'est que pendant que nous nous écharpons, un massacre est en cours à Alep. MAis ça, FDL, est-ce que cela t'effleure ?

15

Mais le pire était à venir. Ce matin, nous avons franchi un nouveau seuil dans le ridicule et le suicide politique. Au moment où il est d'une extrême urgence de se parler enfin à cœur ouvert, de dire la vérité, d'abandonner les poses et les anathèmes, de ne plus se tromper d'ennemi, de faire front commun - comme l'ont proposé les Russes depuis des lustres -, contre l'islamisme qui a décidé notre perte et s'esclaffe de notre ahurissante naïveté et de notre faiblesse, le président de la République française s'interroge publiquement, de bon matin, dans une émission de divertissement, devant l'animateur Yann Barthes sur TMC, sur l'opportunité de recevoir Vladimir Poutine à Paris le 19 octobre prochain! «P'têt ben qu'oui, p'têt ben qu'non …» La réponse de Moscou à cette insulte ne s'est pas fait attendre: le Président russe ne viendra pas. Nous sommes au fond du fond du fond de l'impuissance politique et l'on se laisse couler, saisis par l'ivresse des profondeurs en croyant surnager.

Je suis désolé mais le contenu, le vocabulaire utilisé et l'incroyable naïveté sur les intentions russes (qui ne sont pas moins des bisounours que les américains ou nous) traduisent deux choses : soit un intérêt à défendre les russes à tout prix, soit une incroyable stupidité. Je ne sais pas si j'ai retenu l'option la plus insultante. Allez on va être gentil, elle est juste bête à manger du foin.



Currently installed 12 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.

[ Généré en 0.090 secondes, 8 interrogations faites ]