Aller au contenu du Forum

Forum-scpo.com

Le Forum des étudiants de Sciences Po et des IEP


Écrire une nouvelle réponse

Nom d'utilisateur:  Mot de passe:  Identification  |  Inscription

Écrire une nouvelle réponse

Écrire et envoyer votre nouvelle réponse.

Vous pouvez utiliser: BBCode Images Émoticônes

Tous les champs identifiés par (Requis) doivent être complété avant que le formulaire soit envoyé.

Information requise pour les invités



Captcha image. Turn pictures on to see it.
Information requise
Préférences optionelles

Examiner les discussions (La plus récente en premier

1

Libé s'insurge que Satan/Hitler récupère l'attentat islamiste de ce matin au Louvre.

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/16406419_269295830151062_1023622518529705869_n.jpg?oh=a208f3153d63508ec3f83e45e42a9bdd&oe=594511B5

En revanche, quand il s'agit de récupérer l'attentat islamophobe au Québec pour viser Le Pen, là, pas de problème, Libé est sur le coup.

https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/16426256_269295826817729_2959499644556863392_n.jpg?oh=5bacfbd37f7799fe5a22778a002eb0a1&oe=594B8990

2

Et là, pour rire, comparons le portrait de Ramadan avec celui que dresse Libé sur Basile de Koch. Vous verrez la différence entre une hagiographie d'un côté et un portrait à charge de l'autre.

http://next.liberation.fr/livres/2016/0 … er_1424245

3

Voilà un "portrait subtil" de Ramadan, que j'avais déjà posté il y a quelques jours :

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015 … cartes.php

4

FDL a écrit:

Ce torchon nauséabond de Libé se soumet à l'islamiste Ramadan et lui déroule le tapis rouge.
Sérieusement, il existe encore des gens qui achètent et lisent ce papier toilette ?

http://www.liberation.fr/france/2016/01 … if_1424067

Après Ramadan, le sosie de George Clooney, j'attends avec gourmandise "Ludivine de la Rochère, côté fragile".

PS: "bon anniversaire, Charlie"...

5

Subtil ? C'est un portrait hagiographique : regardez, il aime Beethoven, oh et puis c'est un lecteur de Dostoïevski, oh et puis sa voix est toute douce, non vraiment quel homme adorable ; et puis franchement, on ne fait que s'acharner sur lui, le pauvre homme, tout le monde le diabolise depuis 25 ans alors qu'il est tout doux et fair-play. Et puis vous voyez, il veut que la religion reste une affaire privée mais si ce n'est pas le cas, c'est de la faute de la laïcité, vous comprenez...

"Tu as remarqué, Gisèle ? Il boit une tisane à la camomille !

- Oh quel brave homme. On lui donnerait le bon Dieu... euh Allah sans confession.

- Comment peut-on diaboliser ce brave Tariq alors qu'il est "islamosoft" ?

- Non, je ne comprends pas, on le stigmatise, on fait des amalgames.

- Un sportif intensif ne peut pas être quelqu'un de mauvais.

- Non non non ; dis Josiane, tu crois qu'il a des abdos bien durs ?

- Oh j'en suis sûre, j'aimerais bien toucher, hihihi."

Sinon, elle est où, l'analyse, là-dedans ?

6

Ah c'est sûr que quand on dresse un portrait un peu plus subtil que "méchant", forcément, c'est la soumission et l'hagiographie. Tsk.
Je note et retiendrai contre toi ton emploi au premier degré du terme "nauséabond"

7

Ce torchon nauséabond de Libé se soumet à l'islamiste Ramadan et lui déroule le tapis rouge.
Sérieusement, il existe encore des gens qui achètent et lisent ce papier toilette ?

http://www.liberation.fr/france/2016/01 … if_1424067

8

https://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xap1/v/t1.0-9/11226903_10153693959280991_9135282865680621785_n.jpg?oh=e7926a264db94cc1407f94effe4594be&oe=571401C2&__gda__=1457093015_468944743bcb156b9f835477150d02dc

9

Je partage le statut FB de Régis de Castelnau :

La France blanche! Bien homogène.
Sans "bronzés, tatoués" (Bartolone). Qui s'affiche sans vergogne. Mais qui sont ces gens qui ont réussi à rester intacts, à ne pas se mélanger?

Ah je sais ce sont ceux qu'Olivier Adam qualifiait ainsi:

"Le peuple old school est déboussolé ? Les «petits Blancs» ont peur de voir remis en cause leur mode de vie ? Pauvres chéris. Pauvre petite France aigre, mesquine et ratatinée, si malheureuse qu’elle s’autorise à se jeter sans complexe dans les bras du FN. Je lui préfère la France new school. Métissée, populaire, ouverte, mélangée, combative, progressiste. »
Il a écrit ça dans un journal. Libération le journal.
Sur la photo on les voit bien les "petits blancs".

Qu'est ce que tu racontes? C'est la rédaction de Libération la bande de "blancs à serre tête" qu'on voit sur la photo?
Tu te fous de moi, ils sont new school à libération, c'est pas eux.

https://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xfp1/v/t1.0-9/12373415_10153787509614812_3674308035303076987_n.jpg?oh=ac9030f4334804a3cd5269859afdb951&oe=56DC812E&__gda__=1461171275_22feed2f7241348ad39e314329a825ce

10

Eh bien pour une fois qu'une chronique de Luc Le Vaillant n'est pas à jeter à la poubelle (et c'est peut-être la seule fois où je prendrai sa défense), il rassemble contre lui la clique des antiracistes et des féministes, ce qui est bon signe, remarquez. Ces derniers y voient du sexisme, du racisme, de l'islamophobie (évidemment) et que sais-je encore. Il me semble pourtant qu'il n'y ait aucune équivoque : Le Vaillant précise bien que l'homme occidental, soi-disant pervers et décadent, est réduit par les fanatisés à un statut d'animal qui ne penserait qu'à sauter sur sa proie pour la violer, ce qui justifierait le port de vêtements comme la burka etc. : éviter les regards concupiscents. Le Vaillant se met donc à la place de cet homme occidental et retourne l'accusation : non, ce n'est pas pour "pincer le bourrelet charmeur" (expression où ces féministes irrécupérables ont cru y déceler du sexisme) de la fille en abaya que les regards se posent sur elle, ils la scrutent pour voir si elle ne cacherait pas d'explosifs. Il précise d'ailleurs dans le chapeau qu'il s'agit de craintes réelles et fantasmées. Ça me semble pourtant évident. 
La chronique de Le Vaillant :

Libération a écrit:

  La femme voilée du métro

Recension des craintes réelles et fantasmées comme des répulsions laïques déclenchées par une passagère en abaya, dans une rame d’après-attentats.

C’est un début de soirée dans le métro. Je suis sur la ligne 4. Le trajet se fait du nord au sud et la tranchée est verticale qui coupe la jugulaire de la capitale dans la peine.

La femme en noir est debout au coin d’une rame et n’attend personne. Elle a la puissance de celles qui aimantent à parité l’attention et la répulsion, la fascination et la détestation. Impavide, immobile, elle tient serrées les paranoïas ambiantes et calcifie les fantasmes destructeurs. Elle se retrouve encagée dans un grillage d’affects réprobateurs et de désirs ambivalents. Le tout lui fait un bouclier protecteur et un podium de pole-dance pour un strip-tease mystique terrorisant.

Elle porte une abaya couleur corbeau. La tenue traîne jusqu’au sol et balaie la poussière des anxiétés alentour. Les mains sont gantées et on ne saura jamais si les paumes sont moites. Cette autre soutane monothéiste lui fait la cuisse évasive, la fesse envasée, les seins restreints. Les cheveux sont distraits à la concupiscence des abominables pervers de l’Occident décadent. Ceux-ci ne rêvant, paraît-il, que de dénuder ce corps réservé à un seigneur et maître, réel ou spirituel, qui tient ses pouvoirs d’accaparement du Dieu unique à la féroce jalousie.

Seul le visage est apparent. Il est agréable, juvénile, d’un charme qui passerait pour insignifiant si cette cape obscure ne rehaussait la pâleur des joues de la jeune femme. Elle doit avoir dans les 25-30 ans. Elle est la sœur désolée et désolante des beurettes sonores et tapageuses qui égaient les soirées RATP.

Elle se tient droite et les regards oublient vite sa silhouette pour se concentrer sur la gibecière portée en bandoulière. Personne ne s’attend à en voir sortir un lapin blanc pris au collet. Tout le monde s’inquiéterait plutôt que le sac soit farci de TNT. Si l’œil du voisin de strapontin se fait inquisiteur, ce n’est pas pour pincer le bourrelet charmeur mais pour palper la possibilité d’une ceinture de chasteté explosive. Alors quand les doigts féminins amorcent le moindre mouvement, les sourcils alentour se froncent imperceptiblement.

Elle ne cille pas, ne bronche pas. La moue n’est pas bravache. La femme en noir ne manifeste aucune réaction apparente devant la réprobation qui coagule. Je ne sais si cette exposition la comble d’aise et la renforce dans son bonheur de braver les foules. A moins qu’elle ne se blinde pour résister à cette haine projetée par les siens et qui lui revient en boomerang.

Je me rassure en me racontant que ce choix régressif et réactionnaire n’aura qu’un temps. Que ce n’est qu’une saison de sa vie, qu’elle reviendra à des attitudes moins extrêmes. D’autres qu’elle ont survécu à leur période punk à chiens. Elle doit être dans le défi à la mort, dans l’ordalie de la jeunesse. Certaines descendent les chutes du Niagara, sniffent à s’en défoncer les cloisons nasales ou s’essaient à la prostitution. Et puis, on les retrouve à pagayer tranquilles, le nez frétillant d’aise, fières de leur sexualité mémère.

Je me dis que j’exagère, et toute la rame avec moi, de mettre en garde à vue le libre arbitre d’une pauvre petite croyante qui ne fait de mal à personne en suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome. Sauf qu’il y a peu de chances que la demoiselle fête les 110 ans de la loi de 1905 dont elle ferait plutôt des confettis. Elle peut toujours arguer d’une pratique piétiste qui ne fait pas de mal à une mouche, je ne peux m’empêcher de la voir comme une compagne de route des lapideurs de couples adultères et des coupeurs de mains voleuses. Tant qu’elle ne rafale pas les terrasses à la kalach, elle peut penser ce qu’elle veut, croire aux bobards qui la réjouissent et s’habiller à sa guise mais j’aimerais juste qu’elle évite de me prendre pour une buse. Arborer ces emblèmes sinistres revient à balancer un bloc d’abîme fondamentaliste sur l’égalité homme-femme, sur les libertés publiques et sur l’émancipation de l’individu. Ce qui est son droit le plus strict, même si je le juge inique.

Le métro continue sa route. A la station Saint-Germain-des-Prés, j’implore Simone de Beauvoir de faire entendre raison aux asservies volontaires. A Saint-Sulpice, le flip revient et je me raconte que la femme voilée est en cheville avec le conducteur salafiste et que mon supplice en sous-sol est pour bientôt. A Saint-Placide, quand se finit la théorie des saints protecteurs si peu laïcards, mon naturel paisible pète un plomb et j’écartèle les portes pour sauter à quai alors que je suis censé ne descendre qu’à la prochaine. Ma couardise laissant la femme-fantôme continuer à couvert sous le tunnel, immobile et tout de noir vêtue.

Luc Le Vaillant

http://www.liberation.fr/chroniques/201 … ro_1418963

Les réactions : http://www.lefigaro.fr/actualite-france … emique.php

11

Libération n'en finit pas d'agoniser.

AFP a écrit:

Rentrée en berne pour la presse, surtout pour "Libération" et "L'Express"

Les quotidiens nationaux français ont vu leurs ventes reculer de 1,27% en septembre 2015, avec un bond de 11,5% pour "L'Equipe" mais une chute de 16,3% pour "Libération", un recul qui frappe aussi les magazines, notamment "L'Express".

Les quotidiens sont plombés par leurs ventes en kiosque, en baisse de 9,4% en moyenne, selon une compilation de "La Correspondance de la presse". Ce déclin les touche tous, et surtout "Libération" (-26%), mais il est aussi de 15-16% pour "Le Monde", "Les Echos" et "Le Figaro", et de 7-8% pour "Le Parisien" et "Aujourd'hui en France".

Leurs abonnements ont moins baissé (-3% en moyenne) et à l'inverse leurs ventes numériques ont bondi de 40%, mais les situations varient beaucoup d'un titre à l'autre.

Succès de la rentrée, "L'Equipe", dans son format tabloïd deux fois plus petit qu'avant : depuis le démarrage de cette nouvelle formule le 18 septembre et jusqu'au 26 octobre, le journal sportif a vu ses ventes grimper de 17% en un an, dont "8,5% pour les ventes au numéro, a précisé le groupe.

A l'inverse, "Libération", malgré une nouvelle formule adoptée le 1er juin, demeure en net recul, de 16,3% en septembre. Depuis un an, le journal, racheté par Patrick Drahi, a subi une réduction de ses effectifs journalistes d'une cinquantaine de personnes, réduit un peu sa pagination et augmenté son prix.

Après un rebond de 15% au premier trimestre, (105.000 exemplaires par jour en moyenne), tiré par les ventes exceptionnelles qui ont suivi l'attentat contre Charlie Hebdo, "Libération" est retombé à 86.000 exemplaires au 2e trimestre puis 80.000 au 3ème, handicapé par une chute des ventes en kiosque en septembre à 22.000 exemplaires. Ses ventes numériques plafonnent sous les 9.000 exemplaires, moins qu'il y a un an.

La Croix progresse en septembre ("2,36%), "Les Echos" ("0,1%) et "Le Figaro" (-0,53%) restent stables mais "Aujourd'hui en France" perd 8,72% et "Le Monde" 4,67%.

Le Parisien, que vient de racheter LVMH, affiche une baisse de 6,9%, à 207.000 exemplaires, avec des ventes numériques toujours marginales.

Au cours des 9 premiers mois de l'année, seuls "Les Echos" ("1,51%) et "L'Equipe" ("0,15%) sont en hausse, alors que les autres reculent, surtout ceux qui n'ont pas trouvé de relais dans le numérique comme "Aujourd'hui en France" et "Le Parisien" (-6,7% chacun) et "Libération" (-4,23%).

Les deux leaders français de la presse, "le Monde" et "Le Figaro" sont moins touchés, avec des baisses limitées à respectivement -1,8% et 0,76% en 9 mois. Grâce à ses abonnés très fidèles, "La Croix" résiste à -1%.

La presse magazine subit aussi en recul quasi général, en particulier les news magazine. Sur 34 publications qui ont publié leurs chiffres du 3e trimestre, seule une poignée progresse par rapport au 3e trimestre 2014, dont "Courrier International", "Grazia", "Valeurs Actuelles", "M le Magazine" du Monde et "Marianne".

Chez les généralistes, le recul touche d'abord "L'Express" (-20,3% à 324.500 exemplaires), ainsi que L'Obs (-14,5% à 383.000 ex.) mais aussi "Challenges" (-14%), le "Journal du Dimanche" (-11,6%), "VSD" (-11%), "Paris Match" (-8%, 560.000 ex.) et "Le Point" (-7%).

En hausse en revanche, "Valeurs Actuelles"("4% à 116.000 ex.) ainsi que "M le Magazine" ("2,7%), "Courrier international" ("1%) et "Marianne" (+1%).

Tous les titres de la presse people ont fortement baissé au 3e trimestre, surtout "Public" (-26,5%), mais aussi "Closer" (-13%) et "Voici" (-10%). La morosité atteint aussi la presse télé, avec des baisses des ventes allant de 3% à 6,6%.

La presse féminine n'est pas préservée, avec des reculs allant de 8,8% pour "Femme Actuelle", n°1 du secteur, à -4% pour "Elle".

12

Libé. Journal d'une grande valeur intellectuelle.

https://scontent-mrs1-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xpl1/v/t1.0-9/10387403_10153431687263153_1286173043293665270_n.jpg?oh=e9b61c86b00800adee92e1f22ba4fc54&oe=568CC37E

13

FDL a écrit:

(car on ne peut être intellectuel que si l'on est de gauche ; si l'on est de droite, on est un polémiste).

A titre d'exemple, une affirmation de cette tête à claques d’Édouard Louis :

Ces gens-là ne sont pas des intellectuels.

A l’extrême fin de la vidéo : http://www.arretsurimages.net/emissions … ons-id8132

14

Diantre, c'est orgasmique.
Vous vous souvenez que Libération s'est engagé à fond contre les puissances du Mal, qu'il appelle les réacs, en déplorant leur prétendue omniprésence dans les médias. Le journal en a profité pour dresser une liste des suppôts de Satan.
Maintenant, il dresse une autre liste (il adore ça, les listes) mais qui désigne cette fois les puissances du Bien, ce qu'il appelle les résistants. Il s'agit ici des vrais intellectuels, ceux de gauche (car on ne peut être intellectuel que si l'on est de gauche ; si l'on est de droite, on est un polémiste).
Dans la présentation de son dossier résistant, Libé écrit ceci :

Libé a écrit:

Portrait d'une nouvelle génération d'artistes et intellectuels de gauche prête à affronter les polémistes ultramédiatisés.
Dans des médias saturés par le discours des figures néoréacs, on les entend peu. Libération donne la parole à dix intellectuels de gauche qui repensent la riposte.

Parmi les hérauts du Bien qu'on entend peu, qui retrouve-t-on ? Thomas Guénolé !! Le type qui, tous les jours sur BFM TV face à Bourdin, débite âneries sur sottises sur débilités, sur tous les sujets, même sur le revêtement photovoltaïque routier (http://rmc.bfmtv.com/emission/le-revete … 22518.html). Car Guénolé sait tout.
Je me permets de m'auto-citer :

Moi-même le 4 octobre a écrit:

Peut-on m'expliquer cette nouvelle manie des médias de nous mettre du Guénolé à toutes les sauces ? L’objectif, c'est trouver le commentateur le plus crétin du PAF ? Il est encore pire que Moix, c'est dire. Surtout en contradicteur de Finkielkraut... C'est comme si l'on demandait à Hanouna de contredire, je ne sais pas, Marcel Gauchet.

On retrouve aussi Raphaël Glucksmann dans la liste des chevaliers du Bien. Vous avez l'impression qu'on l'entend peu, vous ? Pas moi. Pourtant, au vu des sottises qu'il débite au kilomètre, ce serait préférable.
Ah et il y a aussi Nicolas Offenstadt, prétendument historien (mais il n'est rien de plus qu'un idéologue). Un type qui appelle à « démonter l'espace public et s’interroger sur les conditions d’existence de ces personnages » (http://www.liberation.fr/debats/2015/10 … dt_1405736). Donc, en gros, à refuser tout débat avec quiconque n'est pas d'accord avec Monsieur Offenstadt, dans la lignée des hurluberlus nodocéphales Louis et Lagasnerie.

Voilà, c'est beau, c'est Libé.

http://www.liberation.fr/politiques/201 … nt_1405809

15

https://scontent-mad1-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xpa1/v/t1.0-9/12122948_10207602036031241_5573466666778635306_n.jpg?oh=8bdd24fefa1c8d09a81d2cf3e143ae43&oe=56907905



Currently installed 12 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.

[ Généré en 0.090 secondes, 6 interrogations faites ]