Notice: Undefined variable: q_message in /home/www/c23ee494339f4673173c93ff37a3a87a/web/forum-scpo/post.php(258) : eval()'d code on line 26
Écrire une nouvelle réponse - Les dix ouvrages les plus dangereux du siècle... - Le Forum principal des étudiants de Sciences Po et IEP - Forum-scpo.com

Aller au contenu du Forum

Forum-scpo.com

Le Forum des étudiants de Sciences Po et des IEP


Écrire une nouvelle réponse

Nom d'utilisateur:  Mot de passe:  Identification  |  Inscription

Écrire une nouvelle réponse

Écrire et envoyer votre nouvelle réponse.

Vous pouvez utiliser: BBCode Images Émoticônes

Tous les champs identifiés par (Requis) doivent être complété avant que le formulaire soit envoyé.

Information requise pour les invités



Captcha image. Turn pictures on to see it.
Information requise
Préférences optionelles

Examiner les discussions (La plus récente en premier

1

Ecoeurement rance et nauséabond qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire.

http://i.imgur.com/x6FZE0U.jpg

2

Mein Kampf, best-seller de l'année.

Le Figaro a écrit:

La réédition de Mein Kampf est déjà épuisée en Allemagne

Exactement 70 ans après la Seconde Guerre mondiale, tombé dans le domaine public, le Mein Kampf d'Hitler est de nouveau autorisé à la publication. Sa réédition critique remporte un surprenant succès en Allemagne.

VIDÉO - Depuis le 1er janvier, le manifeste de Hitler tombé dans le domaine public et réédité est un véritable succès de librairie. Le premier tirage a été épuisé avant même sa sortie sur le marché.

Soixante-dix ans après la mort d'Adolf Hitler, Mein Kampf redevient un succès de librairie. Tombé dans le domaine public depuis deux semaines, le livre qui suscite la polémique est aujourd'hui écoulé. La demande des lecteurs allemands a largement dépassé l'offre et les prévisions de l'éditeur à travers le pays.

Destiné à l'origine aux universitaires, dans une édition de 2000 pages comprenant quelques 3500 annotations, le livre a été épuisé avant même sa mise sur le marché. Andreas Wirsching, directeur de l'Institut d'histoire contemporaine de Munich (IZF) qui s'est occupé de la réédition commentée de l'essai depuis 2009, a annoncé que «près de 15.000 commandes, venues du monde entier avaient déjà été enregistrées alors même que le premier tirage s'élevait seulement à 4000 exemplaires».

Colère et incompréhension de la communauté juive

Vendu en librairie à 59 euros, l'édition critique de l'essai politique, écrit en 1924 et 1925 par le fondateur du nazisme, qui provoque la colère et l'incompréhension de la communauté juive, n'est pas prêt d'être retiré des étagères. Un nouveau tirage du manifeste est d'ores et déjà annoncé face à l'afflux de commandes allemandes, françaises, anglaises et italiennes.

Rédigé en 1933, soit huit ans avant la prise de pouvoir d'Hitler, Mein Kampf énonce les bases idéologiques du parti nazi et notamment sa théorie raciale, prônant l'élimination des Juifs. Interdit depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le livre a été tiré à plus de 12 millions d'exemplaires entre 1933 et 1945 et a été estimé en ventes totales en 2015, selon Alain Chauvet dans Le Retour d'Hitler?, à 80.000.000.

http://www.lefigaro.fr/livres/2016/01/1 … emagne.php

3

Merluchon peut dire des choses très intéressantes et intelligentes dans certains domaines (par exemple la Syrie et c'est forcément intelligent puisqu'il dit la même chose que moi big_smile). Mais il ne peut pas s'empêcher de sortir en même temps des énormités qui le ridiculisent, ex sur Mein Kampf. Et c'est dommage.
Une réponse d'un historien qui remet les pendules à l'heure.

Libération a écrit:

«Mein Kampf» : un historien répond à Mélenchon

Après le courrier de Jean-Luc Mélenchon demandant aux éditions Fayard de ne pas republier l'ouvrage d'Adolf Hitler, «Libération» publie la réponse de Christian Ingrao, historien du nazisme et chercheur au CNRS.

    «Mein Kampf» : un historien répond à Mélenchon

Monsieur,

Je viens de prendre connaissance de votre courrier à l’éditrice de la maison Fayard, Sophie Hogg, lui demandant de renoncer à l’édition de Mein Kampf et en tant qu’historien du nazisme, je voudrais vous apporter quelques éléments de réflexion.

Votre description du livre d’Adolf Hitler m’a tout d’abord paru pour le moins problématique : «une condamnation de six millions de personnes à mort», vraiment ? Les cinquante dernières années de labeur acharné des historiens, illustrées par l’avènement de l’école fonctionnaliste opposée à cette école intentionnaliste que vous représentez ici involontairement, ont montré que le Troisième Reich ne fut pas la réalisation d’un programme écrit dans l’ennuyeux livre du futur dictateur, mais bien que le génocide constitua l’aboutissement de politiques incohérentes, obsessionnelles, portées à l’incandescence homicide par un mélange de considérations idéologiques, logistiques, économiques et guerrières. Ni les usines de mort ni les groupes mobiles de tuerie ne sont annoncés dans Mein Kampf et il est tout simplement faux de penser accéder à la réalité du nazisme et du Génocide par la seule lecture du piètre pamphlet du prisonnier autrichien.

Vous me direz : «Raison de plus pour ne pas le publier !» et je n’en aurais pas disconvenu avant de vous lire. Mais votre argumentation m’a au fond convaincu du contraire. Il est nécessaire de re-publier ce livre harnaché de ce discours historien dont vous faites peu de cas pour pallier la pathologisation du dictateur et la surestimation de sa lourde prose. Il faut montrer en pleine lumière qu’Hitler fut le révélateur d’une immense crise politique non seulement allemande mais européenne. Ni psychopathe halluciné, ni magicien manipulant les foules, Hitler dicta un essai besogneux qu’il faut montrer comme tel. Il fut aussi et surtout le catalyseur d’un projet politique dont il faut montrer les évolutions, traquer les cohérences internes et, inexorablement, souligner la grande attractivité.

En d’autres termes, il faut s’adresser à des lecteurs comme vous, Monsieur, pour les conduire à cesser de rejeter Hitler et Mein Kampf dans le pathologique et la démonologie, pour les conduire à penser en termes historiens et politiques, simplement. Il faut arrêter de croire que Mein Kampf nazifierait les égarés qui tomberaient dessus par accident. C’est un livre qui ne peut convaincre que des convertis.

Vous me pardonnerez, je l’espère, de ne pas souscrire non plus à la formule choc «éditer c’est diffuser». Voilà bien le propos de quelqu’un qui n’a jamais tenté de trouver ce texte, et je vous comprends. Mais la recherche «Mein Kampf PDF» est la deuxième plus populaire quand on tape les premiers mots du titre dans Google, et il faut deux clics de souris pour y accéder. Allez-vous écrire une lettre aux fondateurs de Google ? J’imagine les nababs de Mountain View passablement occupés à imaginer le futur augmenté de notre planète et me demande bien comment ils recevraient votre courrier…

Regardons la réalité en face : le livre est immédiatement disponible à quiconque veut le trouver et l’édition que projette Fayard, en rendant la lecture du texte plus technique, ne me semble pas risquer de le rendre plus attractif. Garni de longues introductions, bardé de notes infra-paginales et de renvois d’index, le texte dont les historiens se seront saisis sera lisible pour ce qu’il est, mais aussi pour ce qui aura été créé. Et il sera enfin disponible pour les enseignants, étudiants, et lecteurs curieux qui veulent accéder au texte pour s’en faire une idée.

Vous faites ensuite appel à la mémoire de la maison Fayard et des précédentes éditions de Mein Kampf, caviardées et sorties avec l’aval d’Hitler. Je suis heureux de vous annoncer que cette fois-ci il n’en est rien et qu’il y eut aussi à l’époque une édition qui provoqua la fureur du dictateur et l’incita à ester en justice.

Mais anecdote que tout cela. Ce qui se dit dans votre propos, sur un monde sans mémoire, est bel et bien ce qui constitue mon désaccord suivant. Non, monsieur Mélenchon, le monde n’est pas sans mémoire : la guerre en Yougoslavie, par exemple, cette guerre monstrueuse, a bien surgi aussi d’un trop-plein de mémoire ; la dernière transgression de M. Nétanyahou n’est pas de l’ordre de l’amnésie, mais du calcul politique et de l’instrumentalisation d’une mémoire précisément encore si douloureusement omniprésente qu’elle est entourée du halo du tabou.

Editer Mein Kampf, c’est précisément lutter contre cette mise en tabou, c’est refuser de sacraliser négativement ce texte si pataud. C’est lui opposer le savoir et l’éclairage historiens en muselant véritablement un texte dont on sent bien que son halo excède de très loin l’effet de sa lecture.

J’ai enfin, je l’avoue, beaucoup moins de prise et d’avis sur la question morale qui constitue le dernier axe de votre courrier. Vos propos sur l’ignominie et l’horreur que vous inspire le projet me semblent devoir être portés au crédit de la rhétorique de votre adresse car je vous avoue réserver pour ma part mes larmes et ma nausée aux charniers de Syrie et d’Irak, aux noyés de la Méditerranée, à l’incurie étatique de Calais, et certainement pas à ce texte.

Vous abordez cependant ensuite les aspects financiers de la question, et «la vertu, la brûlante exigence […] qui doivent commander à ceux qui ont l’honneur d’être les "pousse à penser" de leurs lecteurs». Décrites ainsi, la condition de l’éditeur et celle de l’historien sont bien lourdes à porter et très intimidantes. Mais croyez-vous sérieusement que de ne pas éditer Mein Kampf va changer quelque chose à l’éventualité de la victoire de madame Le Pen aux élections régionales dans la région Nord-Pas-de-Calais ? Croyez-vous vraiment qu’éditeurs et historiens auraient quelqu’efficace à offrir leur abstention de publication tels des héros achéens leur poitrine pour empêcher des hordes brunes d’accéder à la représentativité ?

Ce n’est pas en empêchant un projet scientifique de venir à terme que ceux auxquels ces choses importent vont retrouver prise sur le réel de la politique. L’urgence, en politique, c’est de formuler enfin un projet fédérateur, une manière d’avenir que les hommes, les femmes et les enfants de France et d’Europe voudront vraiment vivre ensemble. Loin de moi l’idée de donner conseil à quiconque : j’ai trop travaillé sur des intellectuels militants nazis et génocidaires pour me permettre de sortir de mon rôle d’historien. Mais chacun son métier, sa fonction, ou son office, Monsieur : les historiens et les éditeurs sont là pour écrire des livres et parler du passé ; les hommes politiques pour parler d’avenir.

Je vous adresse mes sentiments les plus cordiaux.

Christian Ingrao a publié un ouvrage au sein de la maison d’édition Fayard.

http://www.liberation.fr/debats/2015/10 … on_1408664

4

Hahaha ! Belle preuve de l'imbécillité des clowns de la Licra, ces idiots inutiles de l'antiracisme. Voilà que ces clampins mono-neuronaux et incultes ont établi, dans leur liste de livres à censurer (rien que ça me fait bondir), la France juive de Drumont et le Salut par les juifs de Bloy. Ce dernier ayant été écrit justement en réaction au premier pour en prendre le contrepied. Crétins finis... D'autant plus que le Salut par les juifs (vrai chef-d'œuvre comme tous les livres de Saint Léon Bloy) a été réédité jusqu'à présent, notamment en livre de poche, sans que cela provoque aucune protestation de qui que ce soit. Quoi qu'on pense du personnage, c'est donc uniquement dans le but de chercher des noises à Soral.

Le Figaro - AFP a écrit:

Antisémitisme: la Licra attaque 5 livres
Le Figaro.fr avec AFP, 27/09/2013 | Mise à jour 18:18
La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a demandé aujourd'hui le retrait de passages qu'elle juge antisémites dans cinq livres datant du XIXe et XXe siècle et une anthologie, réédités par Alain Soral, devant le tribunal de Bobigny.

Les éditions Kontre Kulture étaient attaquées devant le juge des référés pour avoir republié La France juive, d'Edouard Drumont, Le salut par les juifs de Léon Bloy, Le juif international d'Henry Ford, La controverse de Sion de Douglas Reed et Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme de Paul-Eric Blanrue.

«Alain Soral fait partie de ces personnes qui sont connues (...) comme pouvant être des vecteurs de haine», a déclaré l'un des cinq avocats dépêchés par la Licra, Me David-Olivier Kaminski. Avec ces rééditions, «nous sommes dans la provocation, dans la volonté d'attiser les tensions», a-t-il ajouté, redoutant que ces livres «n'endoctrinent une partie de la population» pour commettre ensuite des actes antisémites.

«Ce sont des livres condamnables du point de vue de la morale, mais pas du point de vue du droit», a fait valoir de son côté l'avocat de Alain Soral, Me Lahcène Drici, soulignant que ces livres avaient déjà été à plusieurs reprises réédités, sans que la Licra ne saisisse la justice. «Ce sont des livres vendus sur internet à un public averti, achetés dans le cadre d'une recherche historique ou autre», a-t-il défendu.

Dans un avis écrit, le procureur de la République a estimé que l'affaire relevait du juge du fond et non d'une procédure en référé, et que «de nombreux passages incriminés (par la Licra, ndlr) n'apparaissaient pas comme étant constitutifs de propos injurieux, diffamant ou provoquant à la haine raciale», au grand dam des avocats de l'association.

Ces réquisitions reviennent à «dire que l'on ne peut pas parler de ces questions délicates ici» dans un département de Seine-Saint-Denis, «dont on dit qu'il est un territoire perdu de la République», s'est insurgé Me Kaminski. «C'est un message grave et cela doit être fermement condamné», a-t-il ajouté.

La Licra a aussi demandé 20.000 euros de dommages et intérêts par ouvrage. Le jugement en référé doit être rendu le 13 novembre.

5

Suite et fin. Cela a quand même un petit parfum de censure, cette histoire. Merci aux bonnes consciences du Front de Gauche qui nous disent ce qu'il faut lire et ce qu'il ne faut pas lire. Il est vrai que les Français sont de parfaits abrutis qui ne savent pas faire la part des choses.

http://www.lexpress.fr/culture/livre/me … 61782.html

6

un petit ajout :
je crois que Raymond Aron ou Berty Albrecht racontent dans un de leurs écrits que Mein Kampf était assez mal traduit en français dans ses premières éditions françaises et que notamment les passages francophobes étaient caviardés.
Et/ou qu'une bonne traduction complète était assez dure à trouver.

7

FDL a écrit:

C'est exact. La LICA a acheté plusieurs milliers d'exemplaires pour les distribuer aux parlementaires notamment afin de les avertir de l'idéologie d'Hitler. Elle a d'ailleurs considéré qu'il s'agissait de l'action la plus importante de la ligue depuis sa création.
À noter aussi que la traduction française, non autorisée par Hitler, est une initiative de l'Action française, qui avait le même objectif que la LICA.
En première page, on peut d'ailleurs y lire cette citation de Lyautey : "Tout Français doit lire ce livre."

Merci beaucoup pour la confirmation et pour ces précisions ! J'ignorais l'histoire sur la traduction française.

8

C'est exact. La LICA a acheté plusieurs milliers d'exemplaires pour les distribuer aux parlementaires notamment afin de les avertir de l'idéologie d'Hitler. Elle a d'ailleurs considéré qu'il s'agissait de l'action la plus importante de la ligue depuis sa création.
À noter aussi que la traduction française, non autorisée par Hitler, est une initiative de l'Action française, qui avait le même objectif que la LICA.
En première page, on peut d'ailleurs y lire cette citation de Lyautey : "Tout Français doit lire ce livre."

9

J'ai lu quelque part (mais je n'arrive pas à me rappeler où, ça fait des années que j'ai vu ça faut dire) qu'au début des années 30, au moment où le NSDAP montait, la LICA (avant qu'elle ne devienne la LICRA) aurait payé l'éditeur du livre pour le diffuser afin que les gens prennent conscience de qui était Hitler et de ce qu'il allait faire s'il arrivait au pouvoir.

Quelqu'un a entendu parler de cette histoire ou j'aurais mal lu svp ?

10

Mouais, polémique un peu stérile mais le Front de Gauche est coutumier du fait. Certes, c'est un peu bizarre de voir Mein Kampf dans une Maison de la Presse ; cela dit, on le trouve n'importe où, par exemple chez les bouquinistes sur les quais (on y trouve même des livres interdits, pour le coup) et évidemment sur Internet. Pas besoin d'aller à Berck. D'autant plus que la version des Nouvelles Éditions Latines contient le fameux avertissement au début. La vente de Mein Kampf étant autorisée, quel genre d'actions peuvent-ils légitimement mener ?

Le Figaro - La Voix du Nord a écrit:

Berck sur Mer: "Mein Kampf" en vente libre

S'appuyant sur la réapparition « des idées nauséabondes » et la montée du « néofascisme », l'équipe du PCF de Berck sur Mer (62) a pointé du doigt la vente, par « une librairie ayant pignon sur rue », de l'édition traduite de Mein Kampf, version éditée par les Nouvelles Editions Latines, propriétaires des droits de la traduction de 1934, intimement liées à la droite nationaliste française et condamnées pour collaboration à la Libération.

L'ouvrage d'Adolf Hitler, écrit en 1925, n'a d'ailleurs cessé d'alimenter les débats depuis plusieurs décennies. Même si sa vente est légale en France (1), le trouver dans les rayons d'une librairie berckoise fait craindre au PCF « la banalisation des idées d'extrême droite.

La librairie en question n'est autre que la Maison de la presse. Son responsable, Jean-Louis Cazier, joint par téléphone en fin de journée, se défend évidemment de toute idéologie : « Je suis un professionnel, qui gère un magasin de détail. Des clients me commandent des livres dont celui-là. Et malheureusement ça se vend ». Voilà trois ans que le livre est disponible chez lui.
« Encore une fois, je suis un professionnel. Je suis dépositaire, ma seule responsabilité c'est de diffuser. Je ne partage pas le contenu du livre et c'est aux lecteurs, par leur éducation et leur esprit critique de se faire leur propre opinion ».

Le PCF-Front de gauche est clair : « Nous avons mobilisé la section locale de la Ligue des Droits de l'Homme qui est intervenue. Et alertons les élus locaux de la République, de droite comme de gauche, afin de connaître leur réaction et les actions qu'ils envisagent d'entreprendre ». Le débat est relancé.

1. La législation concernant le livre Mein Kampf varie selon les pays. La vente de cet ouvrage est autorisée en France. En 1979, la cour d'appel de Paris a classé « Mein Kampf » dans la catégorie « ouvrages historiques », autorisant sa vente sous réserve de l'insertion en début d'ouvrage d'un avertissement au lecteur.

11

L'aventure, c'est l'aventure !

12

Free French a écrit:

Un ami, ancien forumeur, cherche des références de livres sur les changements de gouvernement par la société civile sans coup d'état militaire (par exemple les révolutions de couleurs dans les pays de l'ancienne sphère soviétique : Géorgie, Ukraine, Kirghizistan...).

Il veut les appliquer dans un pays que je ne citerai pas pour des raisons de discrétion.

Voici ce que je lui ai conseillé :

article de Wikipedia sur les révolution de couleur (en  anglais)

un documentaire de la chaine de télévision publique américaine PBS sur la révolution bolivarienne d'Hugo Chavez

GUIDE PRATIQUE DU BLOGGER ET DU CYBERDISSIDENT [pdf]

From Dictatorship to Democracy [pdf]

Si vous avez d'autres conseils, merci pour lui.

M. Free French, vous êtes sous étroite surveillance.

13

Free French a écrit:

Il veut les appliquer dans un pays que je ne citerai pas pour des raisons de discrétion.

Tiens donc...

14

Un ami, ancien forumeur, cherche des références de livres sur les changements de gouvernement par la société civile sans coup d'état militaire (par exemple les révolutions de couleurs dans les pays de l'ancienne sphère soviétique : Géorgie, Ukraine, Kirghizistan...).

Il veut les appliquer dans un pays que je ne citerai pas pour des raisons de discrétion.

Voici ce que je lui ai conseillé :

article de Wikipedia sur les révolution de couleur (en  anglais)

un documentaire de la chaine de télévision publique américaine PBS sur la révolution bolivarienne d'Hugo Chavez

GUIDE PRATIQUE DU BLOGGER ET DU CYBERDISSIDENT [pdf]

From Dictatorship to Democracy [pdf]

Si vous avez d'autres conseils, merci pour lui.

15

Ben ouais, il paraîtrait que c'est un tantinet raciste...

http://libertesinternets.files.wordpress.com/2007/12/tintin_au_congo.jpg



Currently installed 12 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.

[ Généré en 0.106 secondes, 7 interrogations faites ]