Notice: Undefined variable: q_message in /home/www/c23ee494339f4673173c93ff37a3a87a/web/forum-scpo/post.php(258) : eval()'d code on line 26
Écrire une nouvelle réponse - MAM : Michèle Alliot-Marie - Le Forum principal des étudiants de Sciences Po et IEP - Forum-scpo.com

Aller au contenu du Forum

Forum-scpo.com

Le Forum des étudiants de Sciences Po et des IEP


Écrire une nouvelle réponse

Nom d'utilisateur:  Mot de passe:  Identification  |  Inscription

Écrire une nouvelle réponse

Écrire et envoyer votre nouvelle réponse.

Vous pouvez utiliser: BBCode Images Émoticônes

Tous les champs identifiés par (Requis) doivent être complété avant que le formulaire soit envoyé.

Information requise pour les invités



Captcha image. Turn pictures on to see it.
Information requise
Préférences optionelles

Examiner les discussions (La plus récente en premier

1

Tiens tiens...

Manque-t-il un avion à la République ?
Un Airbus A319, ancienne propriété de la République Française, a mystérieusement disparu des fichiers de la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC). Cette information n'est apparue que quelques heures, hier matin 10 mars, sur Google Actualités.

MAM serait, à nouveau, mise en cause.

Le réseau Voltaire est bien connu de tous ceux qui ont suivi Thierry Meyssan, son fondateur, dont la réputation de journaliste d'investigation n'est plus à faire depuis son fracassant livre sur l'hypothétique attentat du 11 septembre 2001 contre le Pentagone : "L'effroyable imposture".

Il n'a de cesse de mettre à jour les turpitudes de nos gouvernants et de les dénoncer.

En voici donc une nouvelle, à plus ou moins 30 millions d'Euro, révélée par le contributeur "Patrimoine du Peuple", en date du 6 mars 2011, qui réagit aux propos tenus par Thierry Meyssan lui-même sur le site suisse http://www.mecanopolis.org/?p=22258.

Avant que Nicolas Sarkozy ne se fasse acheter et rééquiper Air Sarko One (un Airbus A330, ancienne propriété d'Air Caraïbes, pour un montant d'environ 180 millions d'Euro), les présidents français disposaient, depuis 2002, de deux Airbus A319 immatriculés respectivement F-RBFA et F-RBFB.

Ces deux avions ont été vendus.

Le premier (F-RBFA) à Karim Wade, fils du président sénégalais Abdoulaye Wade, pour la modique somme de 20,9 milliards de F Cfa, soit 32 millions d'Euro. Jusque là, rien à redire. Juste à signaler que le PIB par an et par habitant de ce pays est de 1.700 USD, soit 1.232 Euro. L'affaire a fait un scandale au Sénégal mais, comme par hasard, a été passée sous silence en France.

Quant au second, il a purement et simplement disparu des registres de la DGAC. Mieux, les sites officiels de vente des Domaines n'y font aucune allusion, alors qu'il est de leur seule compétence de s'occuper de ce genre d'affaire, comme pour tout achat ou toute vente impliquant des biens de l'Etat.

Et pour cause.

D'après les informations disponibles sur le site du réseau Voltaire, la vente du deuxième A319, immatriculé F-RBFB, aurait été l'affaire de ... MAM qui l'aurait cédé à Belhassen Trabelsi, beau-frère de Ben Ali en collaboration avec... Aziz Miled, grand ami de la famille pour le transport aérien gratuit et pourvoyeur de SCI hotelières dans des zones protégées, en Tunisie.

Aux dernières nouvelles, cet avion stationnerait toujours sur l'aéroport de Genève (bonjour les frais), ce qui serait concordant avec le gel des avoirs du clan Ben Ali décrété par la Confédération Helvétique.

Les interrogations que suscitent cette affaire ne sont pas neutres.

Non seulement la cession d'un bien de l'Etat aurait été soustrait à la compétence exclusive des Domaines alors qu'il n'y a qu'eux pour détenir les droits et autorisations pour se faire, mais quid du produit de la vente ?

Pourtant 30 millions d'Euro feraient du bien dans le remboursement d'une (infime) partie de la dette française.

Ou alors, dans des comptes de campagne ?

Les nombreuses questions soulevées par cette "négociation" ont amené le Réseau Voltaire à expédier un certain nombre de courriers aux autorités suisse et française concernées.

Et comme noté dans l'article : "nous rappelons que les interrogations soulevées par cet article ne présument en rien de la culpabilité de quiconque."

Car, même si à certains niveaux de l'Etat, ce n'est plus de mode, il est important de souligner ici qu'il existe un principe en droit français qui est celui de la présomption d'innocence et que je tiens à le respecter, ne serait-ce que par prudence.

Affaire à suivre, donc.

L'article, dans son entier, est lisible ici : http://www.voltairenet.org/article168754.html

2

Je recopie intégralement " les indiscrétions" de l'Express (support papier) sorti aujourd'hui sur MAM:

" Comme si de rien n'était
Evinçée, le 27 février, du gouvernement, Michèle Alliot-Marie a participé, le surlendemain, au petit déjeuner de la majorité à L'Elysée. Elle a surpris les participants en prenant la parole pour évoquer longuement... le Koweit, où elle venait d'effectuer son dernier déplacement comme ministre des Affaires étrangères. Elle a recommencé, le lendemain, sur le même sujet, devant le bureau politique de L'UMP. En revanche, l'autre victime du remaniement, Brice Hortefeux, s'est montré plus discret."


Evidemment ce sont les mots en gras qui ont retenu toute mon attention !

Quelle femme ! Quelle force !
Pas destabilisée pour un sou ! Elle maîtrise ses émotions.
Malgré la déception d'avoir été "débarquée", telle une grande professionnelle, elle termine son travail jusqu'au bout, sans le bacler, avec une grande rigueur, aplomb et conscience professionnelle. En plus elle le fait le surlendemain, et pas 10 jours après, le temps d'avoir digéré le coup dur.
Et encore le lendemain. Quelle maîtrise !

edit: repète

3

FDL a écrit:

Non mais au moins un peu d'honnêteté en disant par exemple que ses propos à l'Assemblée nationale sur l'aide apportée à Ben Ali auraient pu éventuellement être perçus comme maladroits et non appropriés du fait d'une mésestimation de la situation en Tunisie à ce moment-là. Voilà, j'y ai mis les formes.
Mais en fait, même pas...
Vu la déliquescence et la perte totale de crédibilité de la diplomatie française, ça aurait été la moindre des choses.

C'est vrai.

Elle aurait pu aussi se rappeler qu'elle a menti à tout le monde en disant au début qu'elle avait rencontré par hasard son pote tunisien sur le tarmac de l'aéroport...

4

Non mais au moins un peu d'honnêteté en disant par exemple que ses propos à l'Assemblée nationale sur l'aide apportée à Ben Ali auraient pu éventuellement être perçus comme maladroits et non appropriés du fait d'une mésestimation de la situation en Tunisie à ce moment-là. Voilà, j'y ai mis les formes.
Mais en fait, même pas...
Vu la déliquescence et la perte totale de crédibilité de la diplomatie française, ça aurait été la moindre des choses.

5

En même temps FDL, à chaque fois qu'un ministre saute, c'est jamais de sa faute. MAM n'est qu'un exemple parmi tant d'autres...

6

Ce que j'aime bien chez cette faux-cul d'Alliot-Marie, c'est que si elle démissionne, c'est de la faute des autres, pas la sienne. Pas la moindre once d'auto-critique.

Le Nouvel Obs - AP a écrit:

Michèle Alliot-Marie a présenté sa démission
 
PARIS (AP) — La ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie a présenté dimanche sa démission au président de la République, Nicolas Sarkozy, "bien qu'ayant le sentiment de n'avoir commis aucun manquement".

Sa lettre de démission, dans laquelle elle dénonce une "cabale" et une "manipulation" à son encontre, a été rendue publique dans l'après-midi par son cabinet alors que la patronne de la diplomatie française venait d'être reçue à Matignon par le Premier ministre François Fillon. Elle paye ainsi l'affaire de ses vacances tunisiennes et les errements de la diplomatie française face aux révoltes arabes.

Cette démission était attendue, alors que le président Nicolas Sarkozy doit s'exprimer sur la "situation internationale" à la radio et la télévision.

"Depuis quelques semaines, je suis la cible d'attaques politiques puis médiatiques véhiculant, pour créer la suspicion, contre-vérités et amalgames", écrit Michèle Alliot-Marie. "J'y ai répondu point par point afin de rétablir la vérité". "Depuis quinze jours, c'est ma famille qui subit de la part de certains médias un véritable harcèlement dans sa vie privée, pour tenter d'y chercher de quoi m'affaiblir à défaut de l'avoir trouvé chez moi".

Pourtant, assure-t-elle, "cette campagne n'entrave en rien mes relations avec mes partenaires internationaux ni ma capacité à remplir la mission que vous m'avez confiée". "Je ne puis néanmoins accepter que certains utilisent cette cabale pour essayer de faire croire à un affaiblissement de la politique internationale de la France", déclare-t-elle.

"J'ai une trop haute idée de la politique au service de la France pour accepter d'être utilisée comme prétexte à une telle opération", poursuit-elle. "J'ai une trop grande loyauté et amitié à votre égard pour accepter que votre action internationale puisse, en quoi que ce soit, en souffrir". "Bien qu'ayant le sentiment de n'avoir commis aucun manquement, j'ai donc décidé de quitter mes fonctions de ministre des Affaires étrangères et européennes", conclut-elle

7

Ça y est, elle a enfin démissionné. Avec deux mois de retard.

8

Bon elle démissionne ou bien c'était une fausse fuite destinée à tromper les medias ? Elle serait en ce moment même dans le bureau de Fillon.

On parle de Juppé pour la remplacer. Hortefaux qui prendrait la place de Juppé ou partirait et Guéant qui deviendrait Ministre de l'Intérieur.

9

bonjour,

après cette excellente résolution pour 2008, j'en propose une autre : suivre l'information après la crise.

J'aimerai savoir où en est cette "affaire" près de 6 mois après cet emballement.
je piste assez régulièrement le suivi des commentaires sur http://www.lepoint.fr/actualites-societ … 0/0/213381

et sur http://preenbulle.canalblog.com/archive … 83364.html
mais tout cela me semble un peu oublié.

10

Je mérite la corde pour avoir osé rapporté ces propos infâmes d'un journaliste qui tire à la grenaille sur l'honneur de la République (si j'ai bien compris).

A partir d'aujourd'hui je ferai une enquête d'un mois minimum pour vérifier la véracité du contenu de chaque article auquel je fais référence.

11

a l'attention de fétiche

Encore du relais d'information fausses, un clearstream bis?

une petite rectification s'impose, ayant moi même enquêté sur cette affaire, je vais me permettre d'éclaircir certain points.
J'ai moi-même été contacté par Mr Beder pour écrire un article visant a se venger de la famille de MAM avec qui il n'avait pas pu travaillé.

Réalité des faits (apparemment Sophie Coignard n'a pas enquêté)
en 2004 Mr Beder rencontre le président de la fondation du bénévolat et lui affirme qu'il possède toutes les informations existantes sur la totalité des associations existantes en France (détail un peu mensonger car il ne les possède pas pour toutes les associations puisqu'il n'a pas répertorié toutes les associations) .
Depuis sa création la fondation du bénévolat cherche une solution pour assurer gratuitement les bénévoles y voit un élément complémentaire pour son projet.
Projet plus important car la fondation désire créer un système de point d'appuis pour les associations.
Mr Beder fait alors une proposition d'un système d'enregistrement des bénévoles et de gestion pour les points d'appuis, la proposition est non négociable et s'élève a 300 000€ par an jusqu'à un enregistrement de 150 000 bénévoles et 1€ par bénévoles supplémentaires.
Pour juger si cela est réalisable le président de la fondation du bénévolat demande à son petit fils de réaliser un audit.
Nous sommes en juillet 2006 et l'audit conclu que le projet est financièrement irréalisable en l'état et propose une alternative en ne créant que le site internet d'enregistrement des bénévoles.
deux propositions sont présentées l'une par Mr Beder pour un coup de 200 000 euros pour 150 000 bénévoles et 1€ par bénévoles supplémentaires et l'autre pour 30 000€ tout compris mais laissant la Fondation gérer le système.
Les deux propositions ayant été créer en suivant le cahier des charges réalisé lors de l'audit.
La fondation choisi le système le moins cher.
Mr Beder furieux décide d'offrir a une autre association le système mais en version gratuit et ce afin de concurrencer la fondation du bénévolat et de profiter d'un financement publique (obtenu par Mr Beder de façon étrange).
En Mars 2007 l'Etat annonce qu'il ne financera plus l'assurance gratuite des bénévoles. L'association partenaire de Mr Beder se décide alors a contacter la fondation du bénévolat afin de leur demander de reprendre les bénévoles qu'ils assuraient a leur charge.
La fondation ayant trouvé de nouveau financement afin de palier la disparition de l'état accepte.
Mr Beder voyant un gros revenu disparaître (250 000€ de subvention par an) décide donc d'assigner la fondation du bénévolat en justice en arguant que sa société avait créer le système pour la fondation et que ceux ci l'ont utiliser sans le payer.
Afin de faire le plus de bruit et le plus de mal possible il contacte des journalistes et leur raconte sa version.
Ayant personnellement enquêté et rencontré les différents protagonistes, je peux assurer preuves a l'appuis que Sophie Coignard a rencontrer Mr Beder pendant 5 heures et Mlle Olive pendant 20 minutes et personne d'autres.
Concernant l'intrusion informatique, la DRM (direction du renseignement militaire) exécute des aspirations automatique de site afin de s'entraîner à casser des sécurités puis les données sont supprimées automatiquement, ces aspirations sont faites au hasard sur le même système que Google il y en a plusieurs milliers par jour. il s'agit donc du hasard ( entre nous il savent s'y prendre s'ils ne veulent pas être repéré ou retracer , s'ils ont été retrouvés c'est qu'ils ne cherchaient pas a ce cacher.
Le véritable scoop est donc que nous avons une fois de plus affaire a une journaliste qui ne fait pas son travail et qui cherche à se payer une grande figure politique.

Parfois les journalistes aussi sont des voyous....


Bien à vous

12

Un gros up de 2 ans, mais ça me semble le bon thread

@si a écrit:

Chut ! MAM est trainée en justice.

Par Daniel Schneidermann le lundi 10 décembre 2007

Comme vous l'avez peut-être raté (on ne peut pas tout voir) je souhaiterais attirer votre attention sur Le Point en vente cette semaine.

Et plus particulièrement, sur un petit article de Sophie Coignard, page 76, sur une demi-page.

C'est titré: "la fondation de MAM devant la justice".

Déjà, ces deux signaux contradictoires devraient systématiquement alerter un lecteur normalement vigilant.

Oui, deux signaux.

Premier signal: une ministre importante est trainée en justice.

Deuxième signal: l'info est traitée sur une demi-page, p. 76.

A-priori, il y a un loup. Michelle Alliot-Marie, ministre de Sarkozy trainée en justice, normalement, ça devrait faire l'ouverture du magazine (surtout que c'est un scoop. Personne d'autre n'en a parlé). Ou alors, c'est que le journal sait, après enquête, que cette poursuite est fantaisiste, ou abusive, et dans ce cas, soit il n'écrit rien, soit il écrit...que la poursuite est fantaisiste ou abusive.

Rien de tel. Sophie Coignard semble considérer cette poursuite comme tout à fait sérieuse. Mais son journal n'en a pas moins décidé de la reléguer page 76, sur une demi-page.

Le point - 6 dec 07 - La fondation de MAM

Je vous résume ce que j'ai compris de l'article.

Alors ministre de la Jeunesse et des sports en 1994, MAM avait créé une fondation afin de fournir un statut aux bénévoles. Cette fondation passe un contrat avec une société, EAR, dirigée par Christian Beder, qui lui fournit une base de données sur les associations employant des bénévoles. Très bien. Mais au bout de quelques années, le relations se rompent, et la fondation de MAM refuse de payer les factures envoyées par EAR.

Et voilà où commence l'affaire. Alors que les relations se tendent, EAR est victime, écrit Coignard, d'une "extraction informatique de grande ampleur, avec copie de plus de 600 000 fiches".

Bigre !

Si vous ne savez pas ce qu'est une "extraction informatique", c'est une sorte de cyber-effraction. Hop, un ordi pénêtre dans votre ordi, pique 600 000 fiches, et en emporte une copie sans vous laisser de carte de visite.

Oups !

Mais le meilleur est à venir. Qui sont ces cyber-Lupin qui ont piqué les fiches de la société en bisbille avec la fondation MAM ? Il s'agit (et c'est établi) de la Direction du Renseignement Militaire, à l'époque où la ministre de la Défense s'appelait...Michelle Alliiot-Marie.

Cette direction a d'ailleurs reconnu les faits: le cyber-casse avait été conduit "dans le cadre d'une expérimentation".

Des grandes manoeuvres, en quelque sorte.

Et ce n'est pas tout. Je n'en ai pas fini avec cette demi-page du Point. En passant, Coignard égratigne la famille MAM.

A qui MAM a-t-elle transmis les rènes de sa fondation ? A son père, Bernard Marie (président) et à son beau-frère, Jean-Pierre Olive (délégué général). Qui a-t-elle fait travailler ? Un certain Florimond Olive, neveu de MAM. Et comment s'appelle aujourd'hui la chef de cabinet de MAM à l'Intérieur, qui a répondu à Coignard ? Ludivine Olive, petite-fille du président, fille du délégué général, et nièce de la ministre.

Vous, je ne sais pas. Mais moi, je serais rédacteur en chef du Point, il me semble que j'aurais commandé deux doubles pages.

Première double page: toi, le spécialiste militaire, dis-nous donc ce qu'il en est de ces cyber-manoeuvres informatiques. C'est courant , ces "extractions" ? C'est légal ? C'est contrôlé ? C'est déclaré quelque part ? La nièce de MAM assure qu'elle (et donc aussi sa tante) ne connaissait pas ce délicieux usage. Ca se passe donc à l'insu du cabinet du ministre ? Bizarre.

Deuxième double page: la famille MAM. Elle a l'air sympa, cette famille. Ils ont l'air mignon, ces Florimond, ces Ludivine, tous ces Olive. Ca vaudrait peut-être une petite saga familiale, non ?

Mais tous ces détails n'ont certainement aucune importance. Et c'est sans doute pour ne pas lasser leurs lecteurs, que l'hebdomadaire a écrasé toutes ces informations sur une demi-page, page 76.

http://arretsurimages.net/post/2007/12/07/Point

l'article :
http://arretsurimages.net/public/images/Daniel_-_Le_point_-_6_dec_07_-_La_fondation_de_MAM.jpg

13

Entièrement d'accord avec Flola et Amanda.

A quand un article expliquant comment X concilie admirablement sa masculinité avec la dignité de la chose d'état, qui

"sort sa trousse de rasage dans l'avion qui le mène de A à B. Bref coup de mousse et de Gillette, ajustement des poils de nez qui dépassent, vérification des profils devant le miroir de poche qui ne le quitte jamais. Gracieux moment de virilité." (...)

Ils se  tutoient. Immédiatement intéressé par celui qu'on surnommera plus tard en aparté, et avec raison, "le plus bel entrejambe de la Cinquième République", le fougueux gaulliste lui propose de venir à son cabinet. "Ah non ! La politique, je n'en ferai jamais !", lui répond-il, avec une irrévérence qu'il garde encore à son égard. "Oui, j'aime ça!" avoue-t-il. (...)

Un homme qui en a vu d'autres : divorcé, qui ne joue pas la solidarité masculine et ne veut pas entendre parler de "parité". "Un Ministre est là pour son incompétence" déclare-t-il volontiers "Nommer des femmes risquerait de faire subitement augmenter le QI moyen du gouvernement: un bouleversement sans précédent que nous ne pouvons risquer."

Un homme élevé à la dure, entre un père au tempérament trempé et à l'accent du Sud-Ouest, donc terribelment provincial, qui l'éduque avec sa sœur comme une équipe de rugby (et être obligé de représenter une équipe de rugby entière quand on n'est que deux, voilà qui fait de vous un homme) et avec exigence, et une mère d'origine polonaise, chef d'entreprise, qui jamais ne les traitera en "garçons". (...)

A un huissier de l'Assemblée qui lui fait remarquer que le port du slip échancré dans l'hémicycle est interdit aux parlementaires, il répond du tac au tac : "Voulez-vous que je l'enlève ?" (...)

Il calme les gens par des méthodes très viriles, très tactiles, avant de gambader, mettant ses pattes là oú aucun Ministre n'avait encore jamais mis le pied. (...)

Objectif Matignon ? Demandez donc à X si, en se grattant les c***, il se sent "premier ministrable". Vous aurez en réponse une mine candide et/ou effarouchée. Style : "Ma mission est au ministère de la défense."

Mais X n'a jamais perdu le sens des valeurs familiales. Il garde toujours autour de lui ses proches: son père et sa mère (qu'il appelle tous les jours), sa compagne Patricia, qui se plaît à le faire déambuler et saluer dans le couloir, vêtu (seulement?) de bottes militaires, active dans son ascension au sein du RPR, et toujours aussi éprise de lui, et sa nièce (au sens papal du terme?) Ludivine Olive, (soeur de Marius?), qui est devenue son chef de cabinet.

14

Paul a écrit:

Ceux qui espéraient du Monde un mieux avec  le départ de Plenel sont servis.

Enfin .... il est pas vraiment parti Plenal, il a juste pris un peu de recul ....

15

Flola a écrit:
De la part de MAM, dire le ministere de la defense est le plus riche intellectuellement et humainement me laisse perplexe
Sans préjugé aucun bien sûr...



Currently installed 12 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.

[ Généré en 0.110 secondes, 7 interrogations faites ]