Notice: Undefined variable: q_message in /home/www/c23ee494339f4673173c93ff37a3a87a/web/forum-scpo/post.php(258) : eval()'d code on line 26
Écrire une nouvelle réponse - Parlez-vous la langue de bois ? - Le Forum principal des étudiants de Sciences Po et IEP - Forum-scpo.com

Aller au contenu du Forum

Forum-scpo.com

Le Forum des étudiants de Sciences Po et des IEP


Écrire une nouvelle réponse

Nom d'utilisateur:  Mot de passe:  Identification  |  Inscription

Écrire une nouvelle réponse

Écrire et envoyer votre nouvelle réponse.

Vous pouvez utiliser: BBCode Images Émoticônes

Tous les champs identifiés par (Requis) doivent être complété avant que le formulaire soit envoyé.

Information requise pour les invités



Captcha image. Turn pictures on to see it.
Information requise
Préférences optionelles

Examiner les discussions (La plus récente en premier

1

Delphine Le Goff a écrit:

Parlez-vous biz-ounours ?

«Talents», «bienveillance», prolifération des «chief happiness officers»... Tout serait-il devenu rose dans le monde de l'entreprise ? On y constate en tout cas l'apparition d'un nouveau langage, au confluent du business et de la guimauve : le «biz-ounours». Mais sous le sirop, se cache une guerre totale et sans merci: celle du recrutement.

https://www.strategies.fr/actualites/ma … ours-.html

https://www.strategies.fr/sites/default/files/assets/images/strats-image-1072090.jpeg

2

Davantage novlangue que langue de bois. Vraiment pathétique.

Le Figaro a écrit:

La novlangue des médias belges : Big Brother est Wallon et journaliste

FIGAROVOX/TRIBUNE - Le Centre de déontologie journalistique vient d'éditer un fascicule pour bannir certains mots comme immigré, clandestin ou migrant. Pour le sénateur belge Alain Destexhe, la Wallonie est convertie à la novlangue du roman 1984 d'Orwell.

Alain Destexhe est sénateur belge. Ancien secrétaire général de Médecins sans frontières (MSF) et ex-président de l'International Crisis Group, il est, entre autres, l'auteur de Mouvement flamand expliqué aux francophones et Lettre aux progressistes qui flirtent avec l'islam réac. Lire également ses chroniques sur son blog.

L'organe de déontologie des journalistes francophones belges a décidé d'adopter officiellement la novlangue inventée par George Orwell. Dans le roman 1984, celle-ci est la langue officielle d'Oceania, destinée à remplacer le “Oldspeak” (l'anglais standard), un objectif fixé pour 2050. La novlangue de 1984 repose «sur les neuvième et dixième éditions du Newspeak Dictionary, des éditions provisoires et qui contiennent encore beaucoup trop de mots inutiles et de constructions archaïques destinées à être supprimées ultérieurement».

    En «Wallonia», les mots inutiles ou archaïques se nomment «immigré», «clandestin» ou «illégal».

En «Wallonia», les mots inutiles ou archaïques se nomment «immigré», «clandestin» ou «illégal». Les journalistes disposent désormais d'un fascicule intitulé «Recommandation pour l'information relative aux personnes étrangères ou d'origine étrangère» qui les bannit du vocabulaire. Il est édité non pas par le Ministère de la Vérité de l'Ang-soc (Socialisme anglais) du roman 1984 mais par le très officiel Centre de déontologie journalistique, un organisme géré par la profession mais financé par les pouvoirs publics.

    Passons en revue quelques-unes de ces «recommandations».

Passons en revue quelques-unes de ces «recommandations». La première est de «ne mentionner les caractéristiques personnelles ou collectives que si ces informations sont pertinentes au regard de l'intérêt général». On imagine le vaste champ d'application de cette règle. Est-il de l'intérêt général de mentionner le nom des terroristes ou leur origine? Et qui va juger de la «pertinence»? «Toute classe qui aspire à la domination doit représenter son intérêt propre comme étant l'intérêt général» (Milton Friedman). Ou, pour paraphraser le Marx de L'idéologie allemande, «les intérêts inférieurs des lecteurs doivent-ils plier face aux intérêts supérieurs de la presse»?.

    Dans une profession à la recherche permanente du scoop et du spectaculaire, cette recommandation prête à sourire, mais en matière d'immigration, elle sera strictement appliquée.

Il convient ensuite «d'éviter les généralisations abusives, les amalgames et le manichéisme», des pratiques qui sont évidemment étrangères aux médias, et de «dramatiser les problèmes». Dans une profession à la recherche permanente du scoop et du spectaculaire, cette recommandation prête à sourire, mais en matière d'immigration, elle sera strictement appliquée. Ainsi, le fait que les Turcs de Belgique, dont certains sont présents depuis trois générations, votent davantage pour le parti d'Erdogan que ceux de Turquie ne suscitera aucun débat. On lira, rassurés, que 40% des Belgo-Marocains sont tout à fait d'accord avec l'idée de démocratie, sans savoir à quel système politique les 60% restants adhèrent. On ne mentionnera donc pas que les «jeunes» responsables d'une émeute ou d'une attaque contre la police, sont d'origine immigrée. Pourtant, on peinera à trouver un exemple de jeunes Belges ou Français de souche, «souchiens» comme dit Patrick Buisson, qui, en bande, s'attaquent aux forces de police ou empêchent les pompiers d'intervenir pour éteindre un incendie. Décrire ces nouveaux phénomènes criminels sans les relier à l'immigration est en soi une désinformation. L'opuscule recommande d'ailleurs de se méfier de cette dernière. Mais suivre ces règles «déontologiques», n'est-ce pas de la désinformation?

    Clandestin et illégal, «termes à connotation péjorative» sont donc à éviter.

Les journalistes se doivent d'utiliser les bons termes. «Il faut recourir à une terminologie adéquate, précise, juridiquement correcte et éviter l'usage de termes inappropriés». Clandestin et illégal, «termes à connotation péjorative» sont donc à éviter. «Étranger» est aussi suspect. Plus absurde encore, le terme «immigré» est impropre et on lui préfère celui «d'individu issu de l'immigration». «Migrant économique» disparaît également de la novlangue, à moins que la situation soit «sans équivoque».

    «Vous n'aurez pas ma haine» reste le seul credo médiatique acceptable comme réponse aux terroristes.

Ces règles visent-elles à amener le lecteur à croire au conte de fées d'une immigration sans problème? Pour Ingrid Riocreux, «si la langue est un code parfaitement neutre, avec un lexique et une grammaire, le discours médiatique est en revanche conditionné par une idéologie qui reconfigure ce système». Une idéologie qui s'applique aux mots comme aux images. Le corps du petit Aylan sera abondamment montré, mais pas celui des quinze enfants ou adolescents victimes du tueur de Nice. L'image du premier ne peut susciter qu'empathie pour les migrants (pardon, les réfugiés), victimes non de l'État islamique mais de «l'Europe forteresse» dont chacun peut pourtant constater à quel point elle est une passoire. Il ne faudrait pas que celles des seconds déchiquetés donnent une furieuse envie de partir en guerre contre les terroristes. «Vous n'aurez pas ma haine» reste le seul credo médiatique acceptable comme réponse aux terroristes.

    On connaît désormais l'identité de Big Brother. Il est Wallon et journaliste.

Le Centre de déontologie demande, enfin, de «refléter la diversité de la société et d'éviter de ne représenter les personnes étrangères ou d'origine étrangère que dans des situations problématiques». Prenant cette recommandation au pied de la lettre, l'Association des Journalistes Professionnels a récemment lancé, en présence de deux ministres socialistes et avec des fonds publics Expertalia.be, une base de données numérique qui répertorie «d'une part des femmes expertes, et d'autre part des experts (hommes et femmes) issus de la diversité d'origine à destination des journalistes». Un annuaire sexiste et raciste donc qui n'exclut que les hommes blancs comme le montrent les illustrations du site http://expertalia.be. On connaît désormais l'identité de Big Brother. Il est Wallon et journaliste.

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/1 … aliste.php

3

Quelqu'un peut me dire ce que pense vraiment ce crotale répugnant ? Ses convictions profondes, s'il en a ?

Jean-Vincent Place-moi-là sur le nucléaire a écrit:

C'est-à-dire qu'il y aura quelques centrales qui auront vocation à être modernisées. Mais - je le dis aussi pour mes collègues du gouvernement -, attention, la filière nucléaire aujourd'hui telle qu'elle est, avec les échecs de l'EPR, et en Finlande et à Flamanville, c'est plutôt au bord de la faillite. Donc, très sincèrement, je ne vois même pas comment on va trouver l'argent pour prolonger.

Le même sur les insultes visant Flanby a écrit:

C'est inexcusable d'insulter le président de la République, mais je ne veux pas jeter l'opprobre sur la plupart des éleveurs au regard de la crise qu'ils vivent.

Le même sur la primaire à gauche a écrit:

La primaire de gauche est quelque chose d'intéressant, mais je ne fais pas de politique-fiction.

http://www.lepoint.fr/politique/nucleai … 787_20.php

http://mobile.francetvinfo.fr/economie/ … 37733.html

4

Bon, ce n'est pas la langue de bois mais la langue de Taubira ; faute d'endroit approprié (peut-être le thread de l'absurde ?), je mets ça ici.
L'auteur oublie de parler des réactions énamourées et fanatiques des thuriféraires de la pataphysicienne en chef, et c'est dommage car ça vaut le détour. Mais l'article est drôle et assez bien troussé.

Le Figaro a écrit:

Vivre et tweeter comme Christiane Taubira

FIGAROVOX/HUMEUR - Pour la romancière Solange Bied-Charreton, les tweets de la garde des Sceaux sont un inépuisable sujet de méditation.

Solange Bied-Charreton est romancière. Son dernier livre, Nous sommes jeunes et fiers, est paru aux éditions Stock.

Cela commence à poser un léger problème de légitimité ou, pour parler la langue de celle par qui le malheur arrive, disons cela fait question, voire questionnement, voire de questionnage, cela nous interpelle quelque part au plus profond de notre âme, ces attaques contre la dignité stylistique et le sérieux de la fonction ministérielle contenues dans les tweets signés Christiane Taubira. Oui, car Christiane Taubira ne signe pas toujours ses tweets. Sur la page de son compte, il est précisé «Les tweets de la ministre sont signés ChT.» Au reste c'est très bien, cela nous permet de savoir quand c'est sérieux. La plupart du temps, lorsque c'est lisible ce n'est pas elle qui les écrit. Les ministres ont de bons communicants, des gens payés à rendre compte de leurs actions, à annoncer leurs venues dans des villes, à rapporter leurs paroles et à mettre l'accent sur leurs initiatives. La communication politique a pris, en quelques décennies, une importance considérable.

    #Devedjian, que charrient de si putréfié les vents mauvais qui nous défigurent pour que ceux qui savaient se tenir s'affaissent ainsi? ChT
    — Christiane Taubira (@ChTaubira) 11 Septembre 2015

On peut même aller jusqu'à dire qu'elle est hélas devenue plus importante que la politique elle-même. On se souvient de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, filmé à l'aube aux halles de Rungis, en fin de matinée dans les commissariats de banlieue et l'après-midi en déplacement en province. En «pré-campagne» présidentielle, celui-ci avait compris qu'il faut, avant d'agir, communiquer sur le fait qu'on agit. La méthode a payé, «l'image» était positive. La magie de la com. L'actuelle ministre de la Justice, elle, a une passion: saboter elle-même sa communication en rédigeant des tweets affligeants.

Dans un article désormais célèbre («Linguistique et poétique», in Essais de linguistique générale), Roman Jakobson distingue six fonctions du langage. La parole politique répond principalement à la fonction référentielle, qui délivre l'état des lieux, ainsi qu'à la fonction conative, qui entend agir sur l'interlocuteur. La parole se doit d'être claire, comprise, sérieuse. Utile. Quand les taubitweets prennent la forme d'un ensemble énonciatif aux contours élégiaques mal définis, qui ne semblent répondre qu'aux seules fonctions expressive (ce que je ressens de telle situation) et poétique (je crée un nouveau langage). Tout se passe en fait comme si la ministre ne devait surtout pas s'abaisser à produire un discours politique, mais qu'elle voulait montrer aux internautes à quel point elle est calée en antéposition adjectivale et qu'elle connaît plein de mots de plus de trois syllabes.

Pas une semaine, désormais, sans que nous ayons le bonheur de lire un ou deux tweets rédigés dans ce métalangage qui se regarde triompher. De constater, au passage, la marque du dogmatisme dans l'usage éhonté de la sensiblerie sur les sujets sérieux. Ou bien est-ce la limite aux 140 caractères qui rend si indigestes les taubitweets ? On aimera croire que oui, mais tout de même on se dit qu'avec un peu d'entrainement tout le monde y arrive, à tweeter. Les tweets signés ChT, c'est juste un peu spécial, c'est codé, finalement. Père Fouras des internets, Maître Yoda des réseaux sociaux, Christiane Taubira est 50 % poète, 50 % prophète: «Les a priori font de la différence un gouffre pour l'arbitraire. Le Droit, l'armure qui protège la citoyenneté.» L'apposition était bien tentée, Christiane, mais c'est dommage, l'accumulation des abstractions a tout réduit à néant… L'exégèse est amusante aussi dans le cas où le tweet cherche à mêler l'abstrait au concret dans un torrent d'adjectifs inassimilables et une cascade de génitifs qu'on tolèrerait à peine sur la copie d'une collégienne. Pour illustrer la photo du petit Aylan, par exemple, la ministre s'est surpassée. C'était comme qui dirait son best of absolu, le point de non-retour du taubitweet : «Son prénom avait des ailes, son petit cœur a dû battre si fort que les étoiles de mer l'ont emporté sur les rivages de nos consciences.» Le prénom qui a des ailes, le cœur qui bat fort, mais qui se retrouve en démêlé avec des étoiles de mer, qui elles-mêmes atterrissent sur des rivages, mais pas n'importe lesquels de rivages: ceux de nos consciences… Une manière d'exercice avant de se lancer dans la grande finale des concours de comptines éducatives de la RATP. Twitter, ce Printemps des Poètes pour les nuls. Qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire?

Et puis, en parlant de conscience, à quel moment acquiert-on celle d'écrire des aberrations? Qu'est-ce que ça signifie, qu'est-ce que l'exercice du taubitweet dit de l'exercice de la politique? Rien de très reluisant, en fin de compte. Au fond, tout cela serait très amusant si Christiane Taubira n'était pas Garde des Sceaux. Si Christiane Taubira était rappeuse, par exemple, elle aurait peut-être eu le droit, comme Booba avant elle, à un hommage appuyé dans la Nouvelle Revue Française de Gallimard. Parce qu'au passage à la NRF, le style, on sait encore très bien ce dont il s'agit.

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/20 … aubira.php

5

Bel exemple de langue de bois. Merci Nanard.

Le Point a écrit:

Migrants : pour Bernard Cazeneuve, "le terme de quota n'a pas de sens"
Le ministre de l'Intérieur estime qu'il vaut mieux parler de "mécanisme de répartition solidaire" au sujet de l'accueil des réfugiés.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a estimé vendredi à Marseille que « le terme de quota n'a pas de sens », préférant parler de « mécanisme de répartition solidaire » au sujet de l'accueil des migrants, après les annonces de François Hollande et d'Angela Merkel. Interrogé sur une possible augmentation des quotas d'accueil des migrants, Bernard Cazeneuve a souligné que le président de la République n'avait « jamais dit ça » et jugé que ce terme n'avait « pas de sens », en marge d'une visite à Marseille sur le thème de la sécurité.

Jeudi, la chancelière allemande Angela Merkel avait indiqué que l'Allemagne et la France étaient d'accord sur le principe de « quotas contraignants » pour l'accueil des migrants par les pays de l'Union européenne. Expliquant qu'il était impossible de « dire aux réfugiés de Syrie, qui sont poursuivis par Daesh, qui sont persécutés, aux chrétiens d'Orient : Désolé, vous remplissez tous les critères d'accueil en Europe, mais nous avons atteint nos quotas et nous vous demandons de retourner vers vos criminels. »

Expliquant qu'il était impossible de « dire aux réfugiés de Syrie, qui sont poursuivis par Daesh, qui sont persécutés, aux chrétiens d'Orient : Désolé, vous remplissez tous les critères d'accueil en Europe, mais nous avons atteint nos quotas et nous vous demandons de retourner vers vos criminels ». Le ministre de l'Intérieur a demandé d'utiliser « les bons termes ».
« Arrêtons [...] d'entretenir des confusions »

« Nous avons décidé de mettre en place un mécanisme de répartition solidaire de ceux qui relèvent du statut de réfugiés en Europe. Nous avons pris notre part avec l'Allemagne, sur la base des propositions de la Commission », a-t-il poursuivi. « Mais arrêtons, alors qu'il y a un problème aussi grave que celui que nous connaissons, qui appelle des initiatives européennes aussi fortes, d'entretenir des confusions autour de concepts que l'on ressasse, sans comprendre ce qu'ils signifient », a-t-il martelé.

« Il y a un mécanisme solidaire qui se met en place, qui va nous conduire à la fois à renvoyer ce qui ne relève pas du statut de réfugiés, à accueillir dignement ceux qui en relèvent, Syrie, Irak, Érythrée, et de le faire dans le cadre d'une politique globale de l'Union européenne », a-t-il indiqué, expliquant que cela devait être mis en œuvre « dans les semaines qui viennent, parce qu'il y a urgence ». « Si nous ne sommes pas capables de mettre en place des centres d'accueil des réfugiés en Italie, en Grèce, en Hongrie, si on n'est pas capable d'avoir une politique de codéveloppement qui permette de signer des conventions de maintien et de retour avec les pays de provenance (...), alors, il n'y aura pas de politique migratoire », a jugé le ministre de l'Intérieur, appelant à « l'humanité et la responsabilité ».

http://www.lepoint.fr/politique/migrant … 100_20.php

6

Michel Combes, ancien DG d'Alcatel-Lucent, va empocher près de 14 millions d'euros.
Réaction ferme et sans concession de notre Michou préféré :

Michel Sapin a écrit:

On est dans un domaine où c'est la mesure, où c'est essayer de comprendre ce que ça veut dire aux yeux des autres, aux yeux de l'ensemble des Français, et à partir de là, de prendre les bonnes décisions

Wahou ! Ça décoiffe !

http://www.francesoir.fr/politique-fran … ne-en-2016

7

Pauvres malheureux chrétiens dont on tait la persécution. Pauvres pauvres malheureux chrétiens. C'est comme s'il n'y avait pas constamment des rappels de aaaAAARgh

8

Je peux te sortir aussi des articles parlant de cimetières municipaux (ce qu'ils sont, pas de doute là-dessus) dans les situations où, pourtant, seules les tombes chrétiennes sont visées par des profanations.

9

Je peux te sortir aussi l'autre buse de Fabius qui préfère parler de terroristes plutôt que d'islamistes.

10

Je t'en ai donné un. Je peux te ressortir l'intégralité des articles traitant des islamistes du mois de décembre (donc pré-Charlie), qui étaient qualifiés de "déséquilibrés". Je peux te ressortir aussi le communiqué de Flanby sur l'assassinat des coptes dans lequel le mot chrétiens n'apparaissait pas. Je peux te ressortir une flopée d'articles occultant le fait que seuls les chrétiens étaient visés par les terroristes au Kenya. Etc.
Ce n'est pas ça qui manque.

11

Trouve-moi un seul article qui ne parle pas de "terroriste (présumé)" dans l'affaire qui nous occupe. Qui ne parle pas d'islamisme. Qui parle "d'immigration extra-européenne" au lieu de dire que c'est un Algérien (Ha ! Même le Monde dit bien "Algérien, arrivé en France par le regroupement familial"). Qui néglige de mentionner que les cibles étaient des églises. Etc. Branche n'importe quelle chaîne, que ce soit de l'info en continu ou Télé Matin, et constate, constate bordel

Causeur divague complètement, et toi aussi. Cette "novlangue" existe principalement dans vos têtes, et dans les articles de Causeur et compagnie qui s'en plaignent. Arrête de soulever des épouvantails ridicules à tout bout de champ, et de déformer la rhétorique adverse pour pouvoir t'en moquer, tu es impossible à prendre au sérieux.

12

Broz a écrit:

Marrant surtout comment Causeur illustre qu'une fois de plus, les seuls à mobiliser cette "novlangue", c'est eux.

Pas vraiment non. Je vais te donner un exemple, qui n'apparaît pas tel quel dans l'article de Causeur mais cela revient au même.
Il était une fois un article du Parisien. Cet article traite du sujet de la hausse des revendications religieuses en entreprise. Nous savons tous très bien de qui proviennent ces revendications en majorité : les musulmans (une illustration ici par exemple, dans un article de 2009 : http://www.lefigaro.fr/actualite-france … prise-.php ou plus récemment en 2012 : http://www.marianne.net/De-la-revendica … 0184.html. Le président de l'Observatoire du fait religieux en entreprise reconnaît lui-même que "la grande majorité des cas viennent de l'islam" : http://www.bfmtv.com/societe/quand-la-r … 506.html). Je ne connais en effet pas beaucoup de chrétiens ou de juifs qui réclament de prier pendant la pause ou les heures de travail, qui ne souhaitent pas parler à des femmes etc. Je reprends ici les critères qui apparaissent dans le tableau statistique de l'étude de Randstad indiquée dans le Parisien.
Or, pour ne pas stigmatiser (padamalgam, on connaît la chanson), le Parisien ne mentionne pas une seule fois les termes musulman ou islam. Il parle plutôt de fait religieux, de situation liée à la religion, d'implication défensive (sic), d'identité religieuse etc. Mieux encore, pour illustrer son article, il choisit un dessin représentant... une croix ! Car on sait tous très bien que les chrétiens sont les plus revendicatifs dans le monde du travail, n'est-ce pas. D'ailleurs, c'est pour ça que lorsque le Parisien, dans le même article, écrit ça...

Le Parisien a écrit:

Les raisons de cette crispation ? Les attentats de janvier. Ils ont suscité une « implication défensive » des pratiquants qui, se sentant stigmatisés, ont souhaité affirmer avec plus de force leur religion, analyse Lionel Honoré, président de l'Observatoire du fait religieux en entreprise.

... on pense immédiatement aux chrétiens. Logique.
Donc si Causeur exagère un tantinet (encore que...), ce n'est pas si éloigné de la vérité. Il met en exergue le fait qu'on n'ose pas dire les choses car on a peur de stigmatiser. Cf. cet entretien par exemple : http://www.atlantico.fr/decryptage/haus … 06003.html

L'article du Parisien en question : http://www.leparisien.fr/societe/religi … 711453.php

13

Un tout petit fuck you pour la ligne "ne pas souhaiter qu'il soit envoyé en prison"

14

Marrant surtout comment Causeur illustre qu'une fois de plus, les seuls à mobiliser cette "novlangue", c'est eux.

15

Haha ! Il m'a piqué mon copyright sur les heures les plus sombres.

Causeur a écrit:

Attentats déjoués à Paris: rapport du bureau de conformité idéologique
Petit précis de novlangue illustrée

Nous venons d’apprendre qu’une série d’attentats contre des églises de Villejuif avait été déjouée grâce à l’interpellation « par hasard » d’un individu qui envisageait d’attaquer des églises en banlieue parisienne.

Le bureau de la novlangue et de la conformité idéologique rappelle à l’attention générale qu’il serait souhaitable – pour évoquer cette péripétie du « faire société » contemporain – d’utiliser les mots suivants afin de ne pas heurter une partie de la population…

Ne pas parler de terroriste mais d’homme armé.

Ne pas parler d’islamisme, mais de fondamentalisme religieux.

Ne pas évoquer un étudiant algérien, mais un jeune-homme en situation d’apprentissage issu de l’immigration extra-européenne. (Qui par exemple pourrait être issu de Bolivie ou d’un pays imaginaire comme la Syldavie)

Ne pas divaguer sur sa haine de l’autre, mais sur son statut de paria social qui l’a logiquement conduit à  cette impasse – dont il est la première victime.

Ne pas évoquer un climat délétère de violence, mais une situation idyllique de vivre ensemble non encore optimale.

Occulter la cible : les chrétiens, et bien souligner une hausse constante des actes islamophobes dans une France rance qui rappelle les heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire©.

Ne pas souhaiter qu’il soit envoyé en prison, mais appeler de nos vœux une réinsertion heureuse d’une chance pour la France grâce à une série de stages dans des associations de rééducation par le hip-hop.

Ne pas dire que les attentats visaient des églises, mais des lieux de culte.

Le non-respect de ces directives sera lourdement sanctionné. Merci de votre attention.

http://www.causeur.fr/attentats-dejoues … 32476.html



Currently installed 12 official extensions. Copyright © 2003–2009 PunBB.

[ Généré en 0.082 secondes, 7 interrogations faites ]